La propriété intellectuelle est-elle un droit au service de l innovation collaborative?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La propriété intellectuelle est-elle un droit au service de l innovation collaborative?"

Transcription

1 La propriété intellectuelle est-elle un droit au service de l innovation collaborative? Master II - Droit du Numérique-Administration-Entreprise - Dirigé par Madame Irène Bouhadana et Monsieur William Gilles Mémoire soutenu par Madame Ariane Bouillet le 23 juin 2014 Sous la direction de : Monsieur Benjamin Jean & Monsieur Thomas Saint-Aubin

2 REMERCIEMENTS Je tiens en premier lieu à remercier Madame Irène Bouhadana et Monsieur William Gilles pour m avoir accepté dans leur Master II Droit du Numérique-Administration-Entreprises. Ce fut une année riche en découvertes et en rencontres, qui m a permis de m éveiller au monde du numérique et aux enjeux qu il induit. Un grand merci à mes codirecteurs de Mémoire, Monsieur Benjamin Jean et Monsieur Thomas Saint-Aubin, pour leurs investissements, leurs conseils, leurs enthousiasmes et surtout pour avoir cru en ce sujet de mémoire. Mes remerciements les plus vifs à Laurent Vergult, Margaux, Loïk Moulinier et Paul Renard pour m avoir accordé de leurs temps afin de me rencontrer et répondre à mes questions. Leurs retours d expérience m ont été extrêmement précieux pour apprécier les enjeux de l innovation collaborative dans leurs secteurs d activités respectifs. Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution- Pas d utilisation Commerciale- Partage dans les Mêmes conditions 4.0 International. 1

3 La pierre n a point d espoir d être autre chose qu une pierre. Mais, de collaborer, elle s assemble et devient temple. Alexandre de Saint-Exupéry 2

4 Introduction SOMMAIRE Partie 1- La propriété intellectuelle face à une nouvelle forme d innovation Chapitre 1 - L appréhension par la propriété intellectuelle du phénomène d innovation collaborative Section 1. L émergence du phénomène d innovation collaborative 1. L innovation au cœur des stratégies d entreprises 2. L innovation collaborative, une réponse aux problèmes inhérents à l innovation «classique» Section 2. La propriété intellectuelle, un outil incontournable de l innovation collaborative 1. Les régimes juridiques des biens intellectuels issus de l innovation collaborative 2. Pérenniser l innovation collaborative grâce à la propriété intellectuelle Chapitre 2 - La propriété intellectuelle un droit rigide face à un phénomène complexe Section 1. L innovation collaborative, un phénomène aux multiples facettes 1. L innovation collaborative, un terme pour plusieurs réalités 2. Les différentes logiques du recours à l innovation collaborative par l entreprise Section 2. La propriété intellectuelle face aux enjeux inhérents à l innovation collaborative 1. Les impératifs de l entreprise face à ceux de la propriété intellectuelle en matière d innovation collaborative 2. La question de la concession de licences sur les droits de propriété intellectuelle 3

5 Partie 2 - Repenser la propriété intellectuelle pour pérenniser l innovation collaborative Chapitre 1 - La prise en compte de l écosystème de l entreprise dans sa stratégie d innovation collaborative Section 1. L introduction du crowdsourcing dans la stratégie d innovation des entreprises 1. De L'écosystème d'affaire au crowdsourcing, évolution sémantique à l'ère du numérique 2. Le rôle des plateformes collaboratives : le cas de Quirky Section 2. Le consommateur, nouvelle source de projets innovants pour l entreprise 1. La valorisation du client dans les stratégies d innovation des entreprises 2. Le recours au client pour innover, une pratique n étant pas sans risque Chapitre 2- Une prise en compte supposant une réflexion sur la propriété intellectuelle Section 1. Donner au juriste un rôle stratégique dans d un processus d innovation collaborative. 1. Le juriste, acteur encore peu sollicité lors des pratiques d innovation collaborative 2. La dimension stratégique du recours à un juriste lors d une innovation collaborative Section 2. Les enjeux actuels et à venir de la propriété intellectuelle 1. La propriété intellectuelle, un moyen imparfait de protection de l innovation 2. Les perspectives d évolution de la propriété intellectuelle à la francaise Conclusion 4

6 INTRODUCTION A l occasion de ses trente ans, l Institut de Recherche en Propriété Intellectuelle organisait le 8 novembre 2012 un colloque afin de mener une réflexion prospective sur l avenir du droit de la propriété intellectuelle. Lors de cette manifestation intitulée vers une rénovation de la propriété intellectuelle?, Michel Vivant 1, relevait «Carbonnier parlait du panjurisme qui poussait les juristes à voir du droit partout et à découvrir ainsi «sous les colombes du ciel» des immeubles par destination. Mais les colombes risquent fort d être aujourd hui transgéniques et l immeuble, spécialement qualifié d «intelligent» bourré de brevets! Nous vivons dans un univers pétri de propriété intellectuelle». Cette citation met ainsi en exergue les influences réciproques de l innovation et de la propriété intellectuelle. En effet, si cette dernière a pour vocation première la protection du cheminement intellectuel d une personne conduisant à une création ou une invention, force est de constater que cela entraine nécessairement une réflexion sur la pertinence de ce droit face aux innovations qu il a vocation à protéger. Cela est d autant plus vrai que, du fait de la mondialisation et du poids croissant des nouvelles technologies dans l économie, qu elle soit nationale ou mondiale, la compétitivité des entreprises dépend de plus en plus de leur capacité à innover, c est-à-dire à introduire quelque chose de nouveau dans un domaine donné, et à protéger leurs innovations. En effet, ces dernières permettent de stimuler la demande primaire 2 en proposant de nouvelles offres, mais aussi la demande secondaire 3 en accélérant l obsolescence des produits existants. Il est donc apparu nécessaire de manager l innovation au sein des entreprises, ce qui nécessite la création de conditions permettant de générer des idées puis de transformer ces dernières en innovations utiles pour l entreprise et ce dans le domaine des produits, des services ou de l organisation. Face à ce constat, il a semblé intéressant de s interroger sur le rôle de la propriété intellectuelle dans les stratégies d innovation des entreprises, et plus particulièrement lorsqu elles ont recours à l innovation collaborative. 1 Michel Vivant est Professeur à l École de droit de Sciences Politiques et Docteur honoris causa de l université de Heidelberg. 2 Volume totale des ventes d une catégorie de produits, toutes marques confondues. 3 Volume totale des ventes de renouvellement d une catégorie de produits, toutes marques confondues. 5

7 L innovation collaborative, en effet, est de plus en plus utilisée chez les entreprises et apparait comme «un levier majeur pour renforcer [leur] capacité d innovation» 4, tout en étant l une des formes d innovation où les questions de paternité sur les œuvres créées sont des plus complexes. Afin de répondre de la manière la plus approfondie possible, nous limiterons volontairement le champ de ce mémoire aux entreprises. Cependant, des initiatives publiques pourront être mentionnées si elles permettent une comparaison avec ce qui est fait dans la sphère privée ou si elles offrent des pistes de réflexion pertinentes. Les premières formes d innovations collaboratives se sont développées aux États-Unis car, selon Laurence Joly 5, «les entreprises [américaines] ont toujours été à la recherche de partenaires et de financements externes pour faire de la Recherche et Développement, pour innover, ce qui n est pas le cas en France en raison de l intervention de l État». Cette notion ne faisant pas l objet d une définition unique ou officielle, il est difficile d en établir les contours. Ainsi, l Institut National de la Propriété Industrielle définit l innovation collaborative comme étant «le fait pour une entité de participer activement à des projets avec d autres acteurs externes à l entreprise, cette participation ne se limitant pas à une contribution purement financière». L Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) considère quant à elle que «l innovation collaborative doit se centrer sur une pratique active des partenaires dans le projet de développement de l innovation. Ce qui exclue la sous-traitance de R&D, afin que l entreprise se concentre uniquement sur les processus d innovation. Le simple fait d externaliser le travail sans qu il y ait de collaboration active n est pas considéré comme une collaboration.» 6. Enfin, pour Raymond E. Miles, Professeur Émérite de l Université de Californie, «l innovation collaborative est la création d innovations faite en sortant des frontières de l entreprise (voire peut-être du domaine industriel) par le partage d idées, de connaissances, d expertises et d opportunités» 7. 4 Expression d Yves Lapierre, Directeur général de l Institut National de la Propriété Industrielle. 5 Laurence Joly est directrice des études à l INPI. 6 Manuel d Oslo: principes directeurs pour le recueil et l interprétation des données sur l innovation, 3e édition. 7 Collaborative innovation is the creation of innovations across firm (and perhaps industry) boundaries through the sharing of ideas, knowledge, expertise and opportunities, Extrait de Collaborative Entrepreneurship, co-écrit avec Grant Miles et Charles C. Snow. 6

8 Les limites de cette notion sont donc relativement floues, ce qui a conduit à une certaine ambiguïté quant à l étendu de ce concept. Cela est d autant plus vrai que l innovation collaborative est proche d un certain nombre d autres notions telles que l innovation ouverte, ou la co-création. Il convient ici de comparer l innovation collaborative avec ces autres formes d innovation afin d appréhender le plus précisément possible cette notion. Deux critères permettent de distinguer la forme que prend l innovation d une entreprise : les personnes avec lesquelles elle va travailler et le fait qu elle ait ou non sélectionné ces personnes. Afin que la distinction entre ces différentes notions soit la plus claire possible, prenons un exemple : un salarié en Recherche et Développement (R&D) d une entreprise, seul dans une pièce, peut faire de l innovation. Imaginons qu entrent dans cette pièce un fournisseur, un client ou un partenaire sélectionné par le salarié. Ensemble, ils feront alors de la co-création. Si le salarié décide finalement de solliciter, en plus des individus déjà présents dans la pièce, des personnes extérieures à l entreprise (internautes, startups, étudiants etc.) ils feront alors de l innovation collaborative. Enfin, imaginons que l entreprise ait recours pêle-mêle à des clients, des partenaires, des prospects, et cetera sans processus de sélection : dans ce cas, nous serons face à une innovation ouverte. Comme nous pouvons le voir, selon chacun de ses scénarios nous sommes face à des relations juridiques liant les protagonistes différentes. Or, il convient de le constater que la frontière entre ces notions est mince, tout particulièrement entre l innovation collaborative et l innovation ouverte (dite aussi open- innovation). Force est de constater que si en pratique ces deux méthodes d innovation sont souvent confondues sans réelles conséquences, d un point de vue théorique leurs philosophies sont différentes. En effet, la démarche de l entreprise ne sera pas la même si elle s engage dans un processus d innovation collaborative ou si elle mène un processus d innovation ouverte. Cela conduit Henry Chesbrought, directeur du centre pour l open innovation de Berkeley, à considérer que «l innovation ouverte renvoie à un changement de paradigme au sein de l entreprise qui passe par un fonctionnement de type relationnel, ouvert, éventuellement non maîtrisé car l information est diffusée avec une large ouverture. L innovation ouverte utilise des communautés, des partenaires externes avec une approche ouverte.» 8 8 Extrait de l ouvrage «Open innovation, Boston, Massachusetts, Harvard» Business School Press, publié en

9 Au vu de cela, il apparait opportun de définir dans ce mémoire l innovation collaborative comme étant un processus engagé par une organisation avec des partenaires externes et internes à la structure, sélectionnés par elle afin d'élaborer ensemble un projet d'innovation. L'innovation collaborative débute à la rencontre des protagonistes autour d'un projet et prend fin lors de l'aboutissement de ce dernier. Cette forme d innovation s inscrit directement dans le modèle d entreprises ouvertes caractérisées par les collaborations interservices et l association de partenaires externes pour développer un projet. En pleine expansion, ce type d innovation est utilisé par des entreprises de toutes tailles et apparait apprécié aussi bien par leurs salariés que par leurs collaborateurs. Ainsi, 82% des salariés interrogés par l institut BVA considéraient que cette forme d organisation était enrichissante pour eux et pour leur entreprise dans la mesure où elle favorisait la collaboration avec d autres services et directions. De plus, toujours d après cette étude, 75% des interrogés considèrent que la collaboration permettait d être plus innovant tout en réalisant des économies 9. Il n est donc pas surprenant que l innovation collaborative prenne une place grandissante dans les entreprises. D ailleurs ce n est pas un hasard si, lors de la journée des pôles de compétitivité qui a eu lieu le 24 janvier 2014, Bercy a organisé une exposition intitulée les pôles de compétitivité s exposent : 20 objets de l innovation collaborative. La présentation de ces objets avait vocation à démontrer que les projets découlant des efforts d innovations collaboratives sont en prise directe avec la vie courante, représentent un coût de réalisation moindre et ont été réalisés en un temps limité 10. Cette exposition mettait également en avant le véritable bon technologique que le recours à l innovation collaborative engendre et ce dans des domaines très variés. En effet, la véritable force de cette forme d innovation réside dans le fait que soient réunis des salariés et des individus de milieux différents qui vont échanger ensemble. Le participant aura alors tendance à raisonner comme un consommateur potentiel lorsqu un interlocuteur lui présentera un projet, ce qui permet de développer un produit plus en phase avec les attentes du marché. Cela contribue, bien évidemment, directement à la croissance et au dynamisme de l entreprise porteuse de ce projet. 9 Selon une enquête réalisée en 2013 par l institut BVA (dans le cadre de la 22 e édition de l observatoire du travail BVA- BPI-l Express) auprès d un panel de 1000 salariés représentatifs de la population active occupée. 10 Le catalogue de l exposition est visible sur : 8

10 Il convient de donner comme exemple une initiative passionnante : celle d Humaneo menée au sein du groupe Adeo. Cette communauté, composée de salariés de l entreprise et de collaborateurs sélectionnés, a été créée en 2010 par Laurent Vergult. Elle mène à bien de nombreux projets innovants dont la vocation première était de mettre l humain au cœur de l entreprise et de valoriser les initiatives de chaque salarié 11. Parmi ces dernières, il apparait intéressant souligner celle de l objectif 1000 qui consiste à innover dans l aménagement de containers maritimes afin de créer 1000 logements sociaux en 10 ans 12. Le succès de l innovation collaborative qui, il faut le rappeler, est un phénomène récent, s explique également pour des raisons conjoncturelles. D une part, de nombreuses grandes entreprises implantées de longue date sont basées sur un business model qui n est pas toujours compatible, a priori, avec une réelle innovation. D autre part, dans un contexte économique extrêmement contraint, il est difficile pour un nombre croissant d entreprises (notamment pour les PME) de mobiliser des fonds propres ou d avoir recours à des emprunts importants afin de financer des projets de Recherche et Développement. En effet, ces derniers sont souvent plus onéreux que l engagement d un processus d innovation collaborative. Face à cela, cette forme d innovation apparait pour l entreprise comme une solution permettant d innover à un coût moindre, sans mobiliser l ensemble des salariés sur un projet innovant, tout en profitant de l expertise de personnes sélectionnées. Le phénomène d innovation collaborative semble donc en plein développement parce qu il apporte une réponse pertinente au besoin d ouverture que manifestent les entreprises. Ce besoin est dû à de nombreux facteurs qu il convient de mettre en exergue afin d appréhender l ampleur du phénomène et les enjeux qui en découlent. Peuvent être soulignés parmi ces facteurs : la multiplicité des savoirs et des compétences nécessaires et la difficulté de tous les maîtriser en interne (notamment lorsqu ils ne sont pas liés au domaine principal de l entreprise), l accroissement des risques financiers et les difficultés d accès aux financements (qui sont à l origine d une incitation à mutualiser les investissements de R&D). Mais aussi l internationalisation des marchés et la nécessité croissante d adapter les services produits aux usages locaux, l hyperspécialisation de certains marchés sur lesquels se multiplient des acteurs de niche (ces derniers étant plus spécialisés, plus réactifs, plus innovants), la nécessité 11 Vous pouvez retrouver l ensemble de l interview de Laurent Vergult faite le 14 avril 2014 en annexe. 12 Pour suivre l évolution de ce projet : https://www.facebook.com/pages/leroy-merlin-boulogne/ ?fref=ts ou photo en annexe. 9

11 de développer une agilité forte dans des marchés incertains et notamment ceux à forte composante technologique, qui poussent à intégrer des composants externes complémentaires pour correspondre à la demande 13. Cependant, cette vision enthousiaste mettant l innovation collaborative au cœur de la compétitivité des entreprises ne fait pas l unanimité. Nombreux sont les chefs d entreprise, et ce quelle que soit la taille de ces dernières, n étant pas convaincus des bénéfices d un recours à l innovation collaborative. Il est vrai que l innovation collaborative suppose que l entreprise n ait pas le contrôle complet sur le projet cocréé et que le chef d entreprise perde le poids décisionnel qu il a traditionnellement. Il est ainsi difficile de stopper un projet au cours de sa création lorsque des personnes extérieures y contribuent. Cela est vrai pour des raisons humaines, mais aussi parce que ce projet pourra facilement être repris par l une de ces personnes extérieures et développé avec une autre entreprise. Se pose au vu de cela la question de la paternité des apports qui auront été faits, et celle de l identité de chaque titulaire de droit sur l innovation. Ces questions sont complexes, sinon floues, ce qui rend indispensable l établissement d un cadre juridique adapté permettant, entre autres, une répartition des droits de propriété intellectuelle équilibrée afin que personne ne soit lésé. La propriété intellectuelle, parce qu elle permet de sécuriser et d organiser les relations entre acteurs, a donc un rôle stratégique à jouer dans la pérennité du phénomène de d innovation collaborative. Ce droit à vocation à protéger toutes les créations de l esprit et à établir les droits et devoirs des créateurs. Cette notion de propriété intellectuelle se divise ainsi en deux branches : d une part la propriété littéraire et artistique (dit aussi droit d auteur) visant l ensemble des œuvres de l esprit (par exemple, composition musicale, dessin, photographie, ou encore le parfum), et d autre part le droit de la propriété industrielle, qui régit entre autres les marques de fabrique ou de commerce, les brevets d invention ou les dessins et modèles. La propriété intellectuelle permet donc de reconnaitre un droit de propriété sur l ensemble des créations intellectuelles (qu elles soient matérialisables ou non) respectant un certain nombre de critères. Un régime de protection sera alors accordé, pendant une durée déterminée, selon des critères d attribution et de validité rigoureux, dépendant de la nature de la création. 13 Ces facteurs sont issus de l enquête réalisé par l observatoire de la propriété intellectuelle de l INPI dans le cadre de l étude «collaborative participative et propriété intellectuelle» présenté le 3 octobre 2012 lors des rendez-vous Carnot de Lyon. 10

12 Cependant, tout ne peut pas être protégé. En effet le législateur, lors de l élaboration du Code de la Propriété Intellectuelle à veillé à assurer un équilibre entre protection des intérêts du créateur et ceux de la société. Cela a eu pour conséquence, par exemple, d exclure l idée du champ de protection de la propriété intellectuelle. Une fois le régime de protection établit, le propriétaire du droit de propriété intellectuelle aura les prérogatives liées à toute propriété c est-à-dire l usus, le fructus et l abusus. Ainsi, ce dernier pourra exploiter son bien, en tirer profit, mais aussi le détruire, c est-àdire l abandonner (cependant il ne pourra pas l utiliser à des fins immorales ou contraires à l intérêt général). Si la propriété intellectuelle est au cœur des préoccupations des entreprises, c est qu elle a vocation à permettre l identification des moyens de protection, d exploitation, ou de défense des innovation qu elle mène. Au vu de cela, la valeur d une entreprise dépend étroitement de sa maîtrise des droits de propriété intellectuelle, qui doivent dès lors être regardés comme un actif immatériel de son patrimoine, c est-à-dire comme une ressource qui n est certes pas physique mais qui contribue durablement au fonctionnement de l entreprise. Pour les Historiens, le premier régime de propriété intellectuelle est né au VIe siècle avant Jésus Christ dans la cité de Sybaris, colonie grecque située au sud de l Italie. Athénée de Naucratis, érudit et grammairien grec, décrit ainsi dans le Banquet des sages : «si un cuisinier inventait de nouvelles et succulentes recettes, nul autre de ses confrères n'était autorisé à les mettre en pratique pendant une année, lui seul ayant le privilège de confectionner librement son plat : le but avoué de la chose était d'encourager les autres cuisiniers à se concurrencer dans la confection de mets toujours plus raffinés». 14 Cependant, ce qui va profondément marquer l expansion de la propriété intellectuelle et en faire un droit incontournable de nos sociétés est bien plus tardif. En effet, avec la naissance de l imprimerie, qui révolutionne la diffusion du savoir et s impose comme moteur culturel de la période de la Renaissance, le législateur va devoir prévoir un régime complet de protection au profit des créateurs. Ainsi, quelques décennies après, en 1474, naît dans la république de Venise la première législation attribuant un monopole d exploitation pour les inventions. Cette dernière précisait 14 Le Banquet des sages, livre 12, chapitre

13 que la divulgation de l invention était la condition sine qua non pour obtenir ce monopole, et pour cela elle est communément considérée comme l ancêtre des législations modernes sur les brevets. En France, l histoire de la propriété intellectuelle est étroitement liée à la philosophie révolutionnaire. En effet, c est du fait de l influence considérable que représente la philosophie des Lumières sur l intelligentsia de l époque que le législateur va introduire en 1791 et 1793 une première forme de droits d auteur et un régime de protection des inventions par le brevet. Il faut d ailleurs souligner ici l impact considérable du décret d Allarde de 1791 qui proclame le principe de la liberté du commerce et de l industrie, posant ainsi les bases d un libéralisme commercial et industriel qui va conduire à l émergence d un droit de propriété intellectuelle à la Française. Le droit des marques et le statut des créateurs, quant à eux, ont été plus tardifs à se développer puisqu il faudra attendre 1824 et le règne de Charles X 15, pour voir leur régime fixé en France. Comme le montre une déclaration qu il fit au Vicomte de la Rochefoucauld lorsqu il le nomma à la tête d une commission chargée de mettre au point une loi dans l intérêts des arts et des lettres, Charles X avait le souci de concilier «les intérêts des auteurs, des artistes et également du public et du commerce». Emprunt de cette recherche d équilibre, le règne de Charles X conduira à une avancée considérable de la législation en matière de propriété intellectuelle. A partir de cette date, dans un contexte où les grandes puissances européennes sont liées par des liens de parenté forts, la protection des œuvres intellectuelles va s étendre rapidement, notamment en Belgique, en Italie, en Suisse et en Hollande. Cependant, il faut souligner que l apparition de la propriété intellectuelle en Europe est plutôt tardive par rapport aux États- Unis, qui avaient commencé à introduire des règles dans ce domaine dès le XVIIe siècle. Au fur et à mesure des décennies, les dispositions de propriété intellectuelle vont se préciser, se complexifier et évoluer selon les régimes en place et la modernisation de la société. 15 Roi de France et de Navarre de 1824 à

14 Ainsi, et pour reprendre une expression de Laure Marino, «l histoire de la propriété intellectuelle est l histoire d une montée en puissance» 16, les XIXe et XXe siècles qui marquent l entrée des pays occidentaux dans la révolution industrielle vont conduire à une modernisation de la législation relative aux brevets et aux droits d auteurs. Le XIXe siècle marque également l heure de l internationalisation de la propriété intellectuelle. Vont alors se multiplier les traités internationaux tels que la convention de Paris de 1883 sur la propriété Industrielle ou encore celle de Berne de 1886 sur la propriété littéraire et artistique. Au vu de ce bref historique, il apparaît que l environnement économique et sociétal a, à travers l histoire, toujours impacté les droits de propriété intellectuelle. Ce constat a conduit Joanna Schmidt-Szalewski et Jean-Luc Pierre à affirmer que les droits de propriété intellectuelle «ne se conçoivent que dans des systèmes économiques fondés sur la liberté d entreprendre» 17. En effet, la vocation même de la propriété intellectuelle qui est d encadrer, pour protéger, la créativité des individus rend ce droit sensible aux évolutions de nos sociétés. Le débat actuel sur la loi Hadopi illustre à la perfection l impact des comportements de la société civile sur la propriété intellectuelle La prise en compte d une telle interaction n est pas récente, en témoigne Charles X lorsqu il affirmait vouloir concilier les intérêts divergents de la société et des créateurs. Cette citation témoigne d une volonté politique que l on retrouve jusque dans la grande période législative de Cette dernière sera menée sous le front populaire et avec pour toile de fond les incertitudes de la IV république par un des hommes les plus emblématique de la première moitié du XXe siècle, Jean Zay. Ce dernier, avocat de formation et Ministre des Beaux Arts jusqu en 1939 voulait inscrire la propriété intellectuelle dans une perspective progressiste, allant jusqu à anticiper un régime juridique pour la communication sans fil, et rénover la notion de propriété de l auteur. En effet, l objectif de Jean Zay était de sortir l auteur du cadre contraignant du contrat et ainsi le valoriser comme un véritable travailleur intellectuel. Ce qui était vivement critiqué par les juristes de l époque. Or, Jean Zay est assassiné par la milice en juin 1944 et c est finalement Jean Escarra, qui lui est publiquement opposé, qui prendra la tête de la commission de loi sur la propriété intellectuelle en aout Cette commission aboutira sur la loi du 11 mars 1957 beaucoup moins novatrice que l aurait souhaité Jean Zay. Ainsi, sans l assassinat de Jean Zay, la France aurait peut être 16 Laure Marino, Professeur à l université de Strasbourg, contactée sur ce point par , précise dans l un d entre eux que cette expression était également à comprendre en lien avec la dimension moderne et récente de la propriété intellectuelle qui s est beaucoup développée. Peu à peu elle se renforce et s étend vers de nouveaux champs, vers de nouveaux espaces. 17 J. Shmidt-Szalewski et J. L Pierre, Droit de la propriété Industrielle. 13

15 été dotée d un régime de propriété intellectuelle prenant davantage en compte les sciences techniques et donc plus novateur que celui qui se trouve aujourd hui critiqué du fait de l émergence des nouvelles technologies. En effet, les mutations de ces dernières années conduisent à s interroger sur la propriété intellectuelle, et ce dans un contexte où elle ne semble plus parfaitement efficace face aux champs des possibles ouverts par Internet (diffusion des œuvres, téléchargements illégaux, développement du libre, etc.). Le législateur, confronté à ces nouveaux outils, a été obligé de les prendre en compte et de faire évoluer la propriété intellectuelle. Cela a conduit, par exemple, à l introduction de la loi relative aux droits d auteurs et droits voisins dans la société de l information de 2006, qui transpose une directive européenne de 2001, ou encore la transposition en 2004 en France d une directive européenne de 1998 sur les brevets. Il n en reste pas moins que de plus en plus d observateurs et de juristes appellent à une refonte en profondeur du Code de la propriété intellectuelle avançant comme argument que la propriété intellectuelle n est plus efficace pour protéger les créations et inventions et ce d autant plus que l évolution de la technique permet désormais facilement de contourner ces droits. Nous nous intéresserons dans le corps de ce devoir à ces revendications à travers le prisme de l innovation collaborative. En effet, cette technique d innovation caractérisée par la multitude des acteurs sollicités, la multitude des formats utilisés et la multitude des produits développés fait émerger de nombreuses interrogations en matière de propriété intellectuelle auxquelles il peut apparaître, pour le juriste, difficile de répondre. Face à ce constat, il convient donc de se demander si la propriété intellectuelle est aujourd hui réellement efficace pour répondre aux enjeux liés à l innovation collaborative ou s il convient de faire évoluer ce droit? Cette question est la pierre angulaire des enjeux liés à l innovation collaborative. Or, si la propriété intellectuelle se doit d appréhender les enjeux de l innovation collaborative, il apparait que son application est rendue difficile du fait de sa rigidité (Partie 1). Ce constat conduit à s interroger sur la nécessité de faire évoluer ce droit (Partie 2) 14

16 PARTIE 1- LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE FACE À UNE NOUVELLE FORME D INNOVATION L innovation est au cœur de la stratégie des entreprises dans la mesure où elle leur est essentielle pour rester compétitives sur le marché. Cependant, il est apparu au début des années 1990 que les sommes investies par les entreprises dans le domaine de la R&D étaient de moins en moins corrélées à leur capacité à innover. Se sont alors développées d autres formes d innovation, dont l innovation collaborative qui associe collaborateurs et salariés aux démarches d innovation de l entreprise. Face au succès de l innovation collaborative dans les entreprises, il est apparu de plus en plus indispensable d appréhender le phénomène à travers le prisme de la propriété intellectuelle (chapitre 1). Cependant, force est de constater que ce Droit apparait trop rigide pour répondre de manière pertinente aux enjeux inhérents à cette forme d innovation (chapitre 2). 15

17 Chapitre 1 - L appréhension par la propriété intellectuelle du phénomène d innovation collaborative L émergence de l innovation collaborative comme partie intégrante des stratégies d innovation des entreprises (section 1) pousse à s interroger sur le rôle de la propriété intellectuelle face aux enjeux de ce phénomène (section 2). SECTION 1. L ÉMERGENCE DU PHÉNOMÈNE D INNOVATION COLLABORATIVE Si l innovation a toujours été au cœur des stratégies d entreprises ( 1), un certain nombre de mutations survenues ces dernières années ont conduit à l émergence de nouvelles manières d innover. Parmi elles, et parce qu elle permet de répondre aux problématiques inhérentes à l innovation «classique» ; s est progressivement imposée l innovation collaborative ( 2). 1. L INNOVATION AU CŒUR DES STRATÉGIES D ENTREPRISES A/ le rôle capital de l innovation chez les entreprises L innovation est traditionnellement entendue, depuis les travaux de Joseph Schumpeter, comme étant «un dispositif nouveau, produit, procédé, service ou mode d organisation effectivement vendu ou mis en œuvre» 18. Il existe de nombreuses formes d innovation. Ainsi sont communément distinguées les innovations dites radicales, c est-àdire celles de grande ampleur (comme la création des ordinateurs personnels), de celles dites incrémentales, en d autres termes les innovations de faible ampleur (comme la mise à jour d un logiciel). L Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE), dans son manuel d Oslo de 2005, distingue également les innovations de produits de celles de procédés, de marketing et d organisation : «on entend par innovation technologique de produit la mise au point ou la commercialisation d un produit plus performant dans le but de fournir au consommateur des services objectivement nouveaux ou améliorés. 18 Théorie de l évolution économique, recherche sur le profit, le crédit l intérêt et le cycle de la conjoncture. Édité pour la première fois en 1911, édition utilisée :

18 Par innovation technologique de procédé, on entend la mise au point ou l adoption de méthodes de production ou de distribution nouvelles ou notablement améliorées. Elle peut faire intervenir des changements affectant, séparément ou simultanément, les matériels, les ressources humaines ou les méthodes de travail». D un point de vue historique, il apparaît que le poids de l innovation dans l économie croît de manière exponentielle depuis le début de la révolution numérique et du fait de la mondialisation. Ce poids peut être mesuré en fonction de son impact sur l activité économique mais aussi par les ressources qu elle mobilise (budget, salariés et équipements). Ainsi, entre 1960 et les années 2000, la part de R&D civile est passée de 1% du PIB des pays de l OCDE à 2%. 19 Pour pouvoir survivre et croître dans le marché actuel, une entreprise doit être en mesure de se différencier de la concurrence. Comme l a mis en évidence Joseph Schumpeter 20, le fonctionnement de l économie actuelle est basé sur la destruction créatrice. Ce concept résulte de l idée que l évolution du marché est principalement due à de nouvelles innovations «de rupture». Ces dernières vont venir périodiquement changer la donne et ainsi fragiliser puis faire disparaître les acteurs incapables de s adapter, et en faire monter d autres. Générer des facteurs différenciateurs est donc l objectif de tout processus d innovation. La raison qui pousse une entreprise à s engager dans un processus d innovation, et ce quelle que soit la forme que prendra ce dernier, réside donc dans l avantage à la fois économique et stratégique qu elle trouve à le faire. L entreprise va estimer le coût de développement du projet innovant et de son introduction sur le marché, puis le comparer aux gains que l innovation est susceptible de rapporter (analyse de marché, prix de vente comparé au coût de production, etc.). Une entreprise ne mènera à bien un processus d innovation que si la commercialisation de la création ou de l invention permet de dégager un bénéfice. De ce fait, un certain nombre d innovations industrielles n ont jamais été mises sur le marché à cause d un coût de réalisation du produit trop important par rapport à l estimation du prix que les consommateurs auraient été prêts à payer pour l obtenir. 19 Citation issue de l économie de l innovation, Dominique Guellec. 20 Théorie de l évolution économique, recherche sur le profit, le crédit l intérêt et le cycle de la conjoncture. Édité pour la première fois en 1911, édition utilisée :

19 Ainsi, si une entreprise innovante était considérée comme une entreprise ayant introduit un produit nouveau sur le marché, elles seraient 23% des entreprises françaises à l être. A contrario si l innovation est perçue comme l introduction ou la mise en œuvre d un produit ou d un procédé nouveau, environ 54% des entreprises françaises seraient dites innovantes en Un processus d innovation qui réussit, c est-à-dire qui conduit à proposer un produit ou un service innovant sur le marché, apportera à l entreprise une source de revenus conséquents. L avantage stratégique obtenu sera d autant plus important que l entreprise se trouvera pour un temps en situation de monopole : elle sera la seule à fournir tels biens ou services aux consommateurs et donc la seule à en percevoir les bénéfices. Dans ce contexte, le revenu tiré de l innovation sera d autant plus important que l entreprise pourra fixer, durant cette première période, un prix de vente plus élevé que lorsque le marché deviendra concurrentiel. Cette situation perdure jusqu à ce que le «processus d imitation» se mette en place, c est-àdire que les concurrents de l entreprise soient en mesure de proposer des produits similaires ou de substitution. Dès lors, s installe sur le marché une concurrence par les prix. L exemple des microprocesseurs illustre bien cette situation. Le leader dans ce domaine, Intel, fixe en effet un prix très élevé pour chaque nouveau microprocesseur qu il met en vente. Ses concurrents vont arriver sur le marché avec quelques mois de retard et proposer un produit similaire beaucoup moins cher. Intel diminue alors le prix du produit de manière très importante (parfois de plus de 50%), et propose en parallèle un nouveau modèle. 22 B/ L innovation, une nécessité onéreuse pour l entreprise Cependant, mener à bien un projet d innovation coûte cher à l entreprise. La raison principale de ce coût réside dans la nécessité de recourir à la recherche avant et pendant la création afin de trouver la solution innovante et de la mettre au point. Selon l OCDE, dans son manuel de Frascati paru en 1993, la recherche et développement est la source principale de l innovation. 21 Chiffres issus du sondage «innovation» du livre l innovation dans l industrie de messieurs Lelarge et Clément paru en Exemple issue de l économie de l innovation, Dominique Guellec. 18

20 Elle est entendue comme visant «les travaux de création entrepris de façon systématique en vue d accroître la somme des connaissances, y compris la connaissance de l homme, de la culture et de la société, ainsi que l utilisation de cette somme de connaissances pour concevoir de nouvelles applications». Il est important ici de souligner que la R&D joue un rôle considérable dans l innovation. Ainsi les dépenses de R&D civiles dans l ensemble de l OCDE représentent plus de 1080 milliards de dollars, soit la moitié du PIB de la France, et les trois premières firmes du monde en R&D (General Motors, Microsoft et Pfizer) dépenseraient, par an, pour la R&D plus que l État Français. 23 Si les entreprises apparaissent comme le lieu principal de réalisation de la recherche, seule une partie a ce genre d activités, du fait notamment de l importance des frais qu il faut engager. En effet, dans la mesure où une entreprise s engage dans un processus d innovation pour le profit qu elle espère en tirer, une réflexion est menée en interne entre la potentialité que cette innovation engendre des revenus et les dépenses qu il va falloir investir. La capacité de l entreprise d anticiper ces deux grandeurs est donc cruciale. Toutefois, il est vrai qu une grande structure aura une trésorerie ou des investisseurs lui permettant de voir un projet échouer, sans que cela n entraîne sa disparition, tandis que cela peut être fatal pour une structure plus petite. L importance du coût de mise au point d un service ou d un produit nouveau s explique par le fait que l engagement dans un processus d innovation suppose la mobilisation de ressources en R&D, en apprentissage et en équipement. Ainsi, que le produit ou le service se vende bien ou non, les coûts engagés seront sensiblement les mêmes. Cela pousse ainsi certains spécialistes, à l instar de Dominique Guellec, Statisticien à l INSEE, à affirmer que «puisque l innovation a un coût fixe, la rente est non seulement une motivation de l innovation, mais aussi une condition nécessaire» 24. L innovation constitue donc un risque pour une entreprise dans la mesure où il est difficile pour elle d être certaine que l innovation fera l objet d un retour sur investissement. Cette notion de risque a un écho tout particulier dans le contexte économique actuel, et notamment lorsque le domaine de l entreprise est celui des technologies de pointe. En effet, ce sont souvent de jeunes entreprises innovantes qui se spécialisent dans ces domaines. 23 Selon une étude réalisée en 2008 par l UE industrial R&D scoreboard. 24 Citation issue de l économie de l innovation, Dominique Guellec. 19

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle 28/04/2014 Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle L Institut National de la Propriété Industrielle, à travers sa direction des Etudes, souhaite mobiliser les spécialistes de la

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

L ASSURABILITE DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE

L ASSURABILITE DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE L ASSURABILITE DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE CORINNE GROSBART Avocat au Barreau de Paris 76, Avenue Raymond Poincaré 75116 PARIS Tél: 01 45 53 68 34 Fax: 01 45 53 87 94 E mail corinne.grosbart@wanadoo.fr

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs. COMMUNICATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DU COMMERCE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA «CONFERENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR» - Monsieur le Premier Ministre ; - Excellences

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

innover Bernard Girard

innover Bernard Girard Google, une machine à innover Bernard Girard Qui ne connaît pas Google? Faut-il présenter Google? Ses résultats économiques stupéfiants Sa croissance si rapide Son modèle économique L originalité de son

Plus en détail

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés.

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés. Laurent HABIB réunit les agences LIGARIS 1, PLAN CRÉATIF 2 et MINISTÈRE 3 pour créer la 1 ère agence globale indépendante du marché. Une agence de 180 personnes, à 60% digitale, intégrant tous les métiers

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

MASTERCLASS PI. CNCPI Vendredi 28 mars 2014

MASTERCLASS PI. CNCPI Vendredi 28 mars 2014 MASTERCLASS PI CNCPI Vendredi 28 mars 2014 Les services de l INPI De l information à la sensibilisation 2013 L information 155 000 appels 73 000 mails 34 000 Rendez-vous La formation : 352 sensibilisations

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 7

guide du créateur d entreprise 7 01 Protéger les idées guide du créateur d entreprise 7 Si votre projet se base sur une nouvelle invention, sur un concept original ou sur une création novatrice, pensez à protéger votre idée. Vous n aimeriez

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

COLLECTION THÉMATIC NUMERO 7 - JUIN 2007 // PRISE DE POSITION POSITION DE SYNTEC INFORMATIQUE SUR L OPEN SOURCE LOGICIEL

COLLECTION THÉMATIC NUMERO 7 - JUIN 2007 // PRISE DE POSITION POSITION DE SYNTEC INFORMATIQUE SUR L OPEN SOURCE LOGICIEL COLLECTION THÉMATIC NUMERO 7 - JUIN 2007 // PRISE DE POSITION POSITION DE SYNTEC INFORMATIQUE SUR L OPEN SOURCE LOGICIEL RESUME Pour en faciliter la compréhension, le terme «Open Source» sera utilisé par

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

Pascal Morand 1 et Delphine Manceau 2, «Pour une nouvelle vision de l innovation», avril 2009, 98 p 3.

Pascal Morand 1 et Delphine Manceau 2, «Pour une nouvelle vision de l innovation», avril 2009, 98 p 3. Pascal Morand 1 et Delphine Manceau 2, «Pour une nouvelle vision de l innovation», avril 2009, 98 p 3. «La France est souvent citée pour ses produits performants sur un plan technologique mais n ayant

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2)

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) - Les Bases De Données - Le multimédia - Les puces et topographies - La création générée par ordinateur 1 LES BASES DE DONNEES Depuis 1998, les Bases De

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Favoriser la création d emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme par le modèle coopératif

Favoriser la création d emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme par le modèle coopératif Favoriser la création d emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme par le modèle coopératif Coopératives et mutuelles Canada (CMC) est l organisme-cadre national qui représente les

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC L industrie française des biens de consommation prend-elle bien

Plus en détail

Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE.

Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE. Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE. Windows 7 : mal nécessaire ou réel avantage? Au cours des 24 prochains mois,

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse 1. Base juridique...2 2. Tâches principales...2 3. Conditions d accomplissement des tâches principales...2 3.1. Culture de la responsabilité...3 3.2.

Plus en détail

Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI

Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI Le Crédit d impôt recherche - Objectif? Le CIR, élément clé de la compétitivité, doit stimuler l investissement en R&D - Quelles entreprises sont concernées?

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Une génération internet parmi les seniors?

Une génération internet parmi les seniors? Note d éducation permanente de la Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 1, mars 2012 www.ftu.be/ep Une génération internet parmi les seniors? Les TIC, entre inégalités et opportunités Internet n est

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

L évolution du travail en réseau : une nouvelle donne stratégique

L évolution du travail en réseau : une nouvelle donne stratégique L évolution du travail en réseau : une nouvelle donne stratégique Les nouvelles formes d'organisation de l'entreprise, fondées sur le partenariat, l'externalisation, les réseaux, se multiplient. Les frontières

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques L Management Chapitre 4 La I) La notion de stratégie A) Caractéristiques 1) Définition a stratégie : consiste pour une entreprise, à se fixer des objectifs à long terme et à se donner les moyens de les

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

Innovation & Internationalisation (I²)

Innovation & Internationalisation (I²) Partenariats d intérêt mutuel bien compris, tout azimut Les inter-pme panafricaines et internationales réalisées massivement Innovation & Internationalisation (I²) L Afrique se tire elle-même du marécage

Plus en détail

Les nouveaux tableaux de bord des managers

Les nouveaux tableaux de bord des managers Alain Fernandez Les nouveaux tableaux de bord des managers Le projet Business Intelligence clés en main Sixième édition Tableaux bord NE.indd 3 26/03/13 15:22 Introduction Piloter la performance, un travail

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Be selective. Swiss Invest. En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez.

Be selective. Swiss Invest. En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez. Be selective. Swiss Invest En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez. Bienvenue en Suisse Depuis des décennies, la Suisse offre la stabilité et la sécurité auxquelles on aspire pour des

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

27 rue Saint-Guillaume 75337 Paris cedex 07 France www.sciences-po.fr. Master Marketing et Études

27 rue Saint-Guillaume 75337 Paris cedex 07 France www.sciences-po.fr. Master Marketing et Études 27 rue Saint-Guillaume 75337 Paris cedex 07 France www.sciences-po.fr Master Marketing et Études REVENIR À NOTRE VOCATION PREMIÈRE Hervé Crès, Directeur adjoint, Directeur des études et de la scolarité

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

Votre banque d affaires privées

Votre banque d affaires privées Votre banque d affaires privées SOMMAIRE editorial Une banque privée au service de ses clients 3 L accompagnement patrimonial L analyse patrimoniale 4 L offre patrimoniale 5/6 La gestion de portefeuille

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 Compte rendu Exposé sur les outils économiques de la région île de France Guillaume Balas (Président du groupe socialiste au Conseil régional

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail