LA COOPERATION UNE HISTOIRE D AVENIR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA COOPERATION UNE HISTOIRE D AVENIR"

Transcription

1 LA COOPERATION UNE HISTOIRE D AVENIR L accroissement à l échelle mondiale de l inégalité économique et sociale entre les hommes, l aggravation de la malnutrition et des maladies endémiques, les menaces que font peser sur l équilibre écologique de la planète la recherche effrénée de la croissance, les licenciements en masse et les délocalisations arbitraires, justifiés par la seule recherche de dividendes supplémentaires, la montée des intégrismes et de leurs cortèges de violences témoignent des conséquences néfastes d une économie marchande «libérée» c est à dire d une économie livrée à elle-même. Les marchés sont présentés comme des régulateurs infaillibles des processus économiques, la liberté d entreprendre, la dérégulation de l économie sont sensés «libérer» l activité humaine et apporter plus de bonheur et d équité à l humanité Si comme l écrivait Rabelais au XVème siècle «science sans conscience n est que ruine de l âme» il est devenu absolument évident que la liberté sans régulation éthique est la ruine de l humanité et du lien social. Dans le contexte actuel, deux horizons se dessinent : soit les excès du libéralisme continuent à asservir toujours plus largement les activités sociales au règne du profit, soit au contraire la société se donne les moyens de limiter cet asservissement et tente de réguler l économie par une nouvelle éthique démocratique et solidaire. La coopération représente depuis plus d un siècle et demi, une réponse à la fois économique, sociale et éducative aux excès du libéralisme. Mais bien qu elle emploie en France plus de salariés et que ses activités concernent plus de 20 millions de nos concitoyens, son projet est fort mal connu. Je vais donc très rapidement dans un premier temps exposer les jalons essentiels de son histoire et de ses caractéristiques économiques, sociales et éducatives avant d envisager en conclusion ses perspectives d avenir. 1. De l association aux premières expériences coopératives L association entendue comme regroupement d individus partageant des mêmes difficultés, un même besoin, pour s organiser professionnellement, pour se protéger ou se défendre est une réalité fort ancienne dans l histoire de l humanité. Le compagnonnage illustre l une des formes les plus stables d organisation du travail et des rapports sociaux. On dit que les esclaves qui construisaient les pyramides d Egypte s étaient déjà regroupés pour mettre en place des actions de solidarité et d entraide pour faire face aux aléas de la vie et aux accidents du travail. Plus tard, ce sont au travers des guildes, des confréries, des corporations de compagnons que ce sont exprimées les idées de solidarité, d union, de partage, de démocratie, de défense qui vont progressivement à partir du milieu du XIX ème siècle, amener la naissance des associations, des syndicats, des mutuelles et des coopératives. 1. a. En France, les premières activités coopératives naissent en milieu rural. On cite à cet égard les célèbres «fruitières» du Jura ou encore «la communauté de Sauve» créée en 1661 en vue de la production et de la commercialisation de fourches en micocoulier. Mais le désir d échapper au salariat se manifeste surtout au début de la décennie 1830 dans les milieux de l artisanat qualifié parisien, qui devient le terrain expérimental de la coopération 1

2 de production : le coup d envoi est lancé avec l Association des ouvriers menuisiers parisiens, créée en 1831, suivie par l Association chrétienne des bijoutiers en doré, créée par 4 ouvriers parisiens en Lyon constitue le berceau principal de la coopération de consommation. Elle y est pratiquée, bien avant d être conceptualisée, par les théoriciens associationnistes et mutuellistes : «A Lyon, on a vu de tout temps des familles d'ouvriers domiciliés dans le voisinage les unes des autres, se cotiser pour acheter au comptant et en gros ou en demi-gros, des denrées alimentaires qu'elles se partageaient ensuite." 1 Le soutient des pouvoirs publics français durant la seconde moitié du XIXème siècle envers la coopération sera plus ou moins important mais elle sera toujours perçue comme offrant une alternative non violente à l action révolutionnaire qui va progressivement s imposer dans les milieux ouvriers. La seconde République va par exemple encourager le développement de l association ouvrière. Un décret en date du 5 juillet 1848 affirme: "L'Assemblée Nationale, pénétrée du désir de voir s'améliorer la condition des travailleurs et du devoir qui lui est imposé de concourir par les moyens dont elle peut disposer, à faire passer les travailleurs de l'état de salariés à celui d'associés volontaires, a voulu encourager l'esprit d'association» 2 Sous la troisième République, un décret pris le 4 juin 1888 sous la pression des radicaux (René Waldeck-Rousseau, Léon Bourgeois 3 ) et des socialistes modérés (Alexandre Millerand, Paul Deschanel) stipule que, concernant les commandes publiques, «à égalité de rabais, les sociétés ouvrières doivent avoir la préférence» 4. En 1912 est créé un Groupe parlementaire de la coopération, particulièrement actif : «Ses délégués parcourent les départements, reçoivent les doléances des sociétés, réchauffent le zèle des préfets, signalent aux ministres de l Intérieur et du Travail ceux dont la tiédeur coopérative est persistante.» 5 1. b. En Grande-Bretagne, c est au début du XIX e siècle, dans le contexte des bouleversements économiques et sociaux induits par l essor rapide de la grande industrie, que s est réalisée, face à l individualisme libéral, l alchimie des réflexes solidaires et d une réflexion associative. Le premier nom qui vient à l esprit lorsqu on évoque la genèse de la coopération anglaise est celui de Robert Owen ( ) Ce philanthrope, propriétaire d une fabrique textile, tirant partie de la constitution à Londres, des premières coopératives artisanales (aux alentours de 1830) élaborera un projet de nouvelles sociétés intégralement autogestionnaires qui influencera nettement la réflexion des penseurs français. L expérience coopérative à laquelle il est habituel de se référer concernant l Angleterre, est celle des pionniers de Rochedale 6. En 1844, 40 ouvriers, pour la plupart tisserands, fondent à Rochdale, près de Manchester, une coopérative de consommation promue à une grande renommée, «la société des Equitables 1 Eugène Flottard, «Associations coopératives de consommation», in Annuaire de l association pour 1867, p Instruction pour l exécution du décret du 5 juin 1848, cité in Enquête sur le fonctionnement des associations ouvrières Consultable au CEDIAS/Musée social. 3 La doctrine solidariste, exposée par Léon Bourgeois dans son ouvrage Solidarité, paru en 1896, apparaît comme la conceptualisation des pratiques coopérativistes et mutualistes. 4 Congrès des Associations ouvrières de production, adhérentes à la Chambre consultative, juillet Consultable au CEDIAS/Musée social. 5 Joseph Cernesson*, La Revue des deux mondes, Si elle n est pas à proprement parler la première expérience coopérative, elle est celle qui va influencer de la façon la plus déterminante l histoire de la coopération. 2

3 pionniers». Le principe en est simple : avec un petit capital alimenté par les cotisations minimes mais régulières des sociétaires, la coopérative achète en gros des produits d épicerie revendus au prix coûtant. Les grands principes coopératifs ont ainsi été édictés à Rochdale : la ristourne, la démocratie un homme, une voix, les parts sociales rémunérées par un intérêt fixe, la liberté d adhésion, la vente au comptant, l importance accordée à l éducation des adhérents. Sur ce dernier point, toutes les coopératives anglaises, établies sur le modèle de Rochdale, ont un poste de dépense destiné à l avancement moral et intellectuel des sociétaires.. Le mouvement coopératif britannique de cette première moitié du XIX e siècle est donc résolument tourné vers l organisation de la consommation ouvrière. 1. c. En Allemagne L action simultanée de Friedrich Raiffeisen et d Hermann Schulze a rapidement abouti à la prééminence de la coopération de crédit sur toutes les autres formes de coopération en Allemagne. Leur but était de permettre aux cultivateurs pauvres et aux ouvriers d éviter de contracter des emprunts auprès des banquiers ou des usuriers, en leur proposant des prêts avec un taux faible, et remboursables sur une longue période. Le développement ultérieur des banques populaires en France et en Italie sous l égide de Luigi Luzzatti est directement inspiré des théories d Hermann Schulze, tandis que Friedrich Raiffeisen influencera en France le courant du crédit agricole. 2. Du socialisme utopique au socialisme révolutionnaire Un point commun aux diverses expressions de la pensée coopérative en Europe exprimée par ceux que Karl Marx et Friedrich Engels nommaient «les socialistes utopiques», est la référence constante aux valeurs démocratiques, fraternelles et égalitaires. En dépit de leurs divergences, Owen, Saint-Simon, Louis Blanc, Charles Fourier (inventeur du Phalanstère), Pierre Joseph Proudhon (la propriété c est le vol) et plus tard Charles Gide ou Georges Fauquet, ne cessent de promouvoir l association démocratique comme réponse pragmatique à l exploitation des salariés et au lancinant problème de l alimentation quotidienne. Mais la fin du XIXème siècle va être marquée par l opposition grandissante entre deux conceptions majeures du socialisme : le socialisme utopique et le socialisme révolutionnaire. 2.a. Lors du premier Congrès ouvrier de 1876 à Paris du 2 au 10 octobre les critiques formulées à l encontre de l association ouvrière, portent sur son incapacité à résoudre le problème du prolétariat «La coopération c est conserver en améliorant» déclare Isidore Finance. Cependant pour la majorité des 350 congressistes les coopérations de crédit, de consommation ou de production, si elles évitent le piège de la «corporation», représentent un moyen d émancipation selon une logique simple exposée par le serrurier Nicaise : «Les sociétés de consommation ne s adressent pas seulement aux ouvriers d une même corporation, mais à tous les ouvriers habitants le mêmes quartiers Nous considérons ces sociétés comme des moyens d acquérir le capital nécessaire à la fondation de sociétés de production par les 3

4 économies qu elles procurent. C est pourquoi nous les plaçons avant les sociétés de production.» On voit très clairement apparaître ce qui allait, quelques années plus tard, sous la plume de Charles Gide devenir la trame de la construction de «la société coopérative». Face à cette dynamique démocratique et non violente de «refondation sociale» les idées révolutionnaires portées par les «marxistes» groupés en France autour de Jules Guesde, commencèrent vers 1877 à pénétrer les milieux ouvriers. Opposé aux méthodes pacifiques et réformistes du socialisme utopique, le socialisme révolutionnaire affirme la nécessité de la conquête du pouvoir politique de l Etat et de l expropriation massive du capitalisme en utilisant la lutte des classes et les conflits du travail et du patronnât. 2.b. Lors du troisième congrès ouvrier de Marseille du 20 au 31 octobre 1879 à une grande majorité, les congressistes affirment qu ils ne reconnaissent plus dans la coopération qu un rôle secondaire, sans portée efficace sur la classe ouvrière Elle est même accusée par certains congressistes de diviser la classe ouvrière en brisant la nécessaire solidarité de classe des travailleurs. C est ainsi que une des résolutions déclare que «ces sociétés ne peuvent aucunement être considérées comme des moyens assez puissants pour arriver à l émancipation du prolétariat. Mais que néanmoins ce genre d association doit être accepté, au même titre que les autres genres d association dans le but d arriver le plus vite possible à la solution du problème social par l agitation révolutionnaire la plus active.» Apparaît très clairement à cette époque le conflit entre les formules autoritaires voire «dictatoriales» et les tendances d autonomie, de mutualité, de solidarité. L opposition entre l idéalisme libertaire ou anarchiste et l idéalisme révolutionnaire. Ce conflit sera plus ou moins permanent, plus ou moins violent durant une bonne partie du XXème siècle. 2.c. En 1920, le Comité des coopérateurs communistes et révolutionnaires engage les militants les plus dynamiques à infiltrer la coopération traditionnelle. Cette thèse est reprise en 1926 par la Commission coopérative centrale du Parti communiste français : «Les communistes opposent au sein des coopératives le principe de la lutte de classe à celui de l'intérêt général défendu par les réformistes." Globalement, l image de la coopération dans les milieux syndicalistes demeurera pour le moins mitigée. Bien que la CGT entretienne des rapports réguliers avec la FNCC, la centrale syndicale ne cachera pas ses réticences à l encontre des coopératives ouvrières de production qui lui semblent trop marquées par un esprit corporatiste. 3. Expansion et diversification coopératives Après la seconde guerre mondiale dans un contexte d expansion économique et de plein emploi, les sociétés coopératives vont se développer et se diversifier. 3.a. Durant la décennie 1970, dans le désarroi causé par la crise du système capitaliste, les coopératives ouvrières de production apparaissent comme un refuge contre le dépôt de bilan et le chômage. La reprise très médiatisée de Lip par les salariés en 1973 est symptomatique de ce phénomène de «coopératisation» des entreprises capitalistes en difficulté ; un phénomène à l égard duquel la CGSCOP exprime une réserve circonspecte : 4

5 «La récupération des laissés pour compte du patronat n'est pas une vocation coopérative et l'épargne des travailleurs n'est pas destinée à pallier les déficiences du patronat." 7 3.b. Dans le domaine de la consommation, les coopératives de consommation ont d abord continué à grignoter des parts de marché sur le petit commerce. En 1960, l enseigne COOP rassemble plus de 3,5 millions de ménages sociétaires, soit un consommateur sur six. La vague coopérative touche des secteurs très variés : l alimentation (où se multiplient les SPAR et autres CODEC) le meuble (Monsieur Meuble), en passant par les chaussures (Arbell). Après avoir ouvert son premier magasin en 1949, Edouard Leclerc lance des «centres distributeurs» ; la Fédération nationale d achats des cadres (FNAC) voit le jour en l Union française des coopératives de commerçants (UFCC), créée en 1964, soit un an après l ouverture du premier hypermarché en France fédère 156 supérettes et 445 libres-services 8. Mais une décennie plus tard, face au développement des chaînes de magasins et des grandes surfaces, la coopération de consommation ne doit qu au soutien du Crédit coopératif de se maintenir dans les petites localités. 3.c. Dans le domaine agricole la pénurie alimentaire de l après guerre amène le ministère de l Agriculture à appuyer la création de Coopératives d utilisation du matériel agricole (CUMA), ainsi que de Coopératives de commercialisation et de transformation des céréales et produits laitiers. Ces groupements créés à l initiative de militants issus du vivier syndical ainsi que de la Jeunesse agricole catholique (JAC), s adaptent à toutes les étapes de l activité agricole : production, vente, transformation des produits, services, collecte, stockage, vente. 3.d. Dans le domaine du crédit le Crédit mutuel s ouvre à l ensemble des milieux professionnels et sociaux, par le statut légal de 1958, qui en fait la banque des salariés. On observe dans le mouvement des banques populaires la même démarche pragmatique d élargissement de la clientèle, ratifiée par la réforme de leur statut en La diversité des interventions du Crédit coopératif, l organisme prêteur des coopératives, est un indicateur fiable de l évolution du mouvement. Selon un rapport établi en , on peut distinguer, parmi les organismes emprunteurs, cinq branches coopératives qui connaissent des problèmes de restructuration : il s agit, par ordre décroissant, du Crédit maritime mutuel, des coopératives de consommation, des coopératives de détaillants, des SCOP et des entreprises artisanales. En outre, le Crédit coopératif intervient fréquemment en faveur des coopératives de HLM. 3.e. Au cours des années 1960, de nouvelles catégories professionnelles rejoignent le monde de la coopération, comme celles des transporteurs routiers de marchandises ou des médecins organisés dans des cabinets médicaux de groupe ou encore des architectes. Au cours des années 1980, le sentiment d une certaine pérennisation de la crise économique, auquel s ajoutent les mutations commerciales, les nouveaux comportements consuméristes, et la réhabilitation du libéralisme érigé en dogme quasi inopposable, sont autant de facteurs de questionnement pour la coopération. Diversement atteintes par ce phénomène certaines branches coopératives vont devoir procéder à une profonde restructuration, notamment les 7 Antoine Antoni, La coopération ouvrière de production, Paris, Edit. Scop, Archives du Crédit coopératif, CAMT Roubaix 9 Rapport du conseil d administration à l assemblée générale du Crédit coopératif, 23 avril CAMT, Roubaix 5

6 deux familles «historiques» du mouvement : les coopératives de production et les coopératives de consommation. 4. L adaptation actuelle 4.a. Au tournant des années 1980, du côté de la coopération de production, on assiste à un renouvellement important des sociétés, par un fort taux de mortalité doublé de nombreuses créations, qui résultent en partie des difficultés du secteur industriel. Afin de permettre à l entreprise symbole du mouvement ouvrier, la Verrerie ouvrière d Albi (VOA), de poursuivre son activité sous statut SCOP 10, est votée en 1985 une loi qui autorise les sociétés de production à s ouvrir aux capitaux extérieurs. Malgré son caractère circonstanciel, cette disposition n en constitue pas moins une révolution culturelle dans l histoire d un mouvement enraciné dans le refus de la suprématie du capital sur le travail, mais dans l association des deux, et la gestion a-capitaliste. Cette tendance se confirme avec la loi du 13 juillet 1992 relative à la modernisation de toutes les coopératives en vertu de laquelle peuvent être admises «des personnes physiques ou morales qui n ont pas vocation à recourir à leurs services ou dont elles n utilisent pas le travail, mais qui entendent contribuer par l apport de capitaux à la réalisation des objectifs de la coopérative.» Cependant, des garde-fou ont été institués, afin d éviter la banalisation du mouvement : les apports extérieurs sont limités à 35 % du capital, et le principe de l impartageabilité des réserves reste inscrit dans les statuts. C est ainsi que globalement, le mouvement SCOP a réussi la gageure de s adapter à la réalité économique, tout en restant attaché à ses valeurs historiques. 4.b. La seconde branche historique de la coopération, la coopération de consommation, a moins bien résisté aux bouleversements de cette fin de siècle. En 1972, le mouvement prend acte des mutations commerciales en adoptant une démarche consumériste : attention portée à la qualité des articles, suivi des commandes, conseils aux clients. Mais cela ne suffit pas à permettre aux COOP d offrir des prix concurrentiels par rapport à ceux pratiqués par les grandes surfaces, alors en pleine expansion. Une décennie plus tard, alors même que leur marge bénéficiaire continue à se réduire, les COOP cherchent à reconquérir leur sociétariat en gageant sur deux initiatives coûteuses : d une part, l intensification de la distribution des ristournes, en fidélité à leurs principes fondateurs, et de l autre la modernisation de leurs infrastructures. L endettement des quelques 230 sociétés atteint un niveau critique, et les dépôts de bilan se succèdent. En 1986, le nombre des sociétaires tombe au-dessous de celui de Le militantisme des consommateurs n a pas pour autant disparu, il semble qu il se soit simplement déplacé vers les associations de consommateurs. Ces dernières années, est apparu un nouveau type de coopératives de consommation, spécialisées dans la distribution de produits issus de l agriculture biologique et du commerce équitable, qui marquent comme un retour aux sources de l éthique coopérative : le respect du consommateur et du producteur et une conception humaniste de l économie. 10 La Verrerie ouvrière d Albi est néanmoins sortie du statut coopératif en

7 En conclusion Si l utopie d une société entièrement coopératisée a fait long feu, la coopération n en reste pas moins une fenêtre ouverte sur les moyens de concrétiser l aspiration à l humanisation des rapports économiques ; de même qu elle constitue une source d inspiration pour les Pouvoirs publics en quête de solutions aux problèmes d emploi, de désertisation des territoires, de perte du lien social. Au bout du compte, il apparaît donc que la pratique coopérative ne profite pas qu aux sociétaires, mais de façon directe ou indirecte, à l ensemble du corps social. Agissant au coeur même de l économie, les coopératives sont soumises à des règles imposées par l économie dominante. De ce fait, elles doivent -sous peine d être menacées de disparaîtreégalement proposer aux consommateurs des produits concurrentiels comparables ou identiques à ceux des entreprises classiques, ce qui nuit souvent à leur identification. La finalité et le fonctionnement interne des coopératives n en restent pas moins différents et leur capital n est pas placé en bourse ou entre les mains de personnes privées : il appartient aux membres qui sont, en règle générale, les clients ou les salariés des coopératives et il est indivisible! Les coopératives proposent généralement des produits originaux, qui témoignent de leur spécificité. Elles génèrent des innovations sociales et économiques originales: elles renforcent les liens sociaux, s appuient sur la population locale, soutiennent le développement local, ne sont pas délocalisables, suscitent de nouveaux échanges entre producteurs et consommateurs, développent la solidarité avec les pays du Sud Les pratiques coopératives elles-mêmes n ont cessé de se diversifier et de se renouveler, en s adressant à des catégories toujours plus larges de la population. La plus récente forme a deux années d existence : la Société Coopérative d Intérêt Collectif (SCIC) est une coopérative de production qui peut associer des salariés, des usagers, des collectivités locales, des associations. Reconnue comme servant l intérêt général, elle peut, à la fois, se situer sur un marché économique, et bénéficier d aides publiques. Il ne s agit pas de dire que les coopératives respectent toutes, à la lettre, tous les principes qui ont inspiré leur création. La réalité est autrement plus complexe et, à l instar de la vie politique, on peut observer une multitude de situations et de formes d exercices du pouvoir démocratique dans le monde de la coopération. L engagement en coopération correspond à une manière de protester contre la logique implacable du profit, en s appuyant sur la force du collectif pour ne pas sombrer dans la misère. Au delà de ces caractéristiques, souvent liées à la spécificité de chacune de ces branches, l histoire de la coopération montre également que durant ces deux siècles, elle a su faire preuve de capacités d adaptation considérables, tout en s efforçant de rester fidèle à ses valeurs de solidarité et à son idéal démocratique. Bibliographie Jean GAUMONT, «Histoire générale de la coopération en France» FNCC, Paris, 1923 DREYFUS, TOUCAS «Les coopérateurs : deux siècles de pratiques coopératives» Editions de l Atelier, 2005 André HENRY «Serviteurs d idéal», L Instant, 1987 JF DRAPERI les coopératives dans «la semaine de la coopération à l Ecole» livret OCCE 7

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

Qu est ce que l Economie Sociale?

Qu est ce que l Economie Sociale? Fiche n 2 Les entreprises : Qu est ce que l Economie Sociale? Les de toutes natures (salariés, usagers, ), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

LE TRAVAIL DE L UTOPIE. GODIN ET LE FAMILISTÈRE DE GUISE. BIOGRAPHIE

LE TRAVAIL DE L UTOPIE. GODIN ET LE FAMILISTÈRE DE GUISE. BIOGRAPHIE LE TRAVAIL DE L UTOPIE. GODIN ET LE FAMILISTÈRE DE GUISE. BIOGRAPHIE Michel Lallement (2009) Paris, Les Belles Lettres, coll. «Histoire de profil», 512 p. Comptes rendus Le livre de Michel Lallement se

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015

LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015 LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015 POINTS CLES DATES - 2000 Guy Hascoët - 1 er secrétaire d Etat à l ESS propose une loi - 2010 premier rapport par Francis Vercamer - 2011 Benoit Hamont

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet Introduction Définitions L Economie Sociale Les familles Les principes communs L Economie Solidaire : filiation historique Le mouvement ouvrier

Plus en détail

Histoire des coopératives

Histoire des coopératives Histoire des coopératives Les premières pratiques coopératives permanentes et organisées apparaissent en Europe au cours des années 1840 : coopérative de consommation des Equitables pionniers de Rochdale

Plus en détail

L économie sociale et solidaire

L économie sociale et solidaire L économie sociale et solidaire Traditionnellement le mois de novembre est le mois de l Economie Sociale et Solidaire. Cette année comme les années précédentes de nombreuses actions et rencontres ont eu

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes

par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes Inauguration de la SCOP SARL Chizé confection par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes Contact presse : Attachée de presse de la Région Poitou-Charentes Valérie Courrech 05 49 55 77

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

L économie sociale et solidaire 1? occupe aujourd hui une

L économie sociale et solidaire 1? occupe aujourd hui une Introduction Michel Dreyfus L économie sociale et solidaire 1? occupe aujourd hui une place importante dans la société française, comme le montre la place qui lui est accordée par la presse, les médias,

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Comprendre l'économie sociale

Comprendre l'économie sociale Comprendre l'économie sociale Fondements et enjeux Jean-François Draperi DUNOD Table des matières Introduction. Comprendre et entreprendre PREMIÈRE PARTIE POURQUOI L'ÉCONOMIE SOCIALE? 1. L'économie sociale

Plus en détail

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire rural Centre-ville Quartier populaire Parc d activités économiques Problématique Problématique enclavé Banlieue pavillonnaire Problematique Problematique Insertion Petite enfance Problématique Problématique

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste L ESS OU LA PRATIQUE DE L EGALITE REELLE DANS L ECONOMIE Les entreprises de l ESS ont

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

Economie Sociale et Solidaire : Réflexions et propositions pour aller plus loin

Economie Sociale et Solidaire : Réflexions et propositions pour aller plus loin CONFERENCE NATIONALE ENTREPRISE Colloque du 15 novembre 2014 Merci pour cette invitation au dialogue Economie Sociale et Solidaire : Réflexions et propositions pour aller plus loin Ap2e.info - Vigilancecitoyenne.fr

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 2 LE CREDIT COOPERATIF Ø banque à part entière, Ø banque coopérative actrice d une finance patiente, Ø banque engagée, Ø banque de l économie sociale

Plus en détail

CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL. FONDS ROBERT SERRURIER, Militant du Mouvement de libération ouvrière, puis Culture et Liberté

CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL. FONDS ROBERT SERRURIER, Militant du Mouvement de libération ouvrière, puis Culture et Liberté CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL FONDS ROBERT SERRURIER, Militant du Mouvement de libération ouvrière, puis Culture et Liberté 2000 054 Introduction Activités militant, éducation populaire, politique,

Plus en détail

LA MISE EN PLACE DES RÉGIMES D OBLIGATION : UN AIGUILLON POUR LA MUTUALITÉ TARNAISE

LA MISE EN PLACE DES RÉGIMES D OBLIGATION : UN AIGUILLON POUR LA MUTUALITÉ TARNAISE UMT-Mutualite? Tarnaise - livret:mise en page 1 11/03/08 16:45 Page 19 LA MISE EN PLACE DES RÉGIMES D OBLIGATION : UN AIGUILLON POUR LA MUTUALITÉ TARNAISE Mouvement de solidarité volontaire par définition,

Plus en détail

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2007 LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL FINANTOIT est le premier outil d investissement

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Société française des intérêts des auteurs de l écrit Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Les livres

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition SOMMAIRE Chapitre 1 Introduction 9 Chapitre 2 L organisation de l activité bancaire

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique 30 mars 2015 Numéro 3 Initiative sur les bourses d études L «Initiative sur les bourses d études», déposée

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE DOSSIER DE PRESSE ADOM'ETHIC MAI 2010 p 1 INTRODUCTION UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE Le secteur des services à la personne a connu une croissance rapide ces quatre dernières années,

Plus en détail

Ce support de cours a été réalisé à l attention des

Ce support de cours a été réalisé à l attention des Note de l auteur Ce support de cours a été réalisé à l attention des professeurs de sciences économiques. Il retiendra peut-être également l attention des professeurs d histoire et géographie. Il vise

Plus en détail

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE CHAPITRE 1 ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE L enjeu théorique COOPÉRATION ET ÉCONOMIE SOCIALE : UNE SYNTHÈSE INTRODUCTIVE L initiative

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

L'âge industriel (XIXème siècle).

L'âge industriel (XIXème siècle). L'âge industriel (XIXème siècle). Introduction : A partir de la fin du XVIIIème siècle, un certain nombre de pays ont connu la plus profonde mutation que les sociétés humaines ont expérimenté : la révolution

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Article. «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault

Article. «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault Article «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 330, 2013, p. 108-115. Pour citer cet article, utiliser l'information

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

C est quoi une coopérative d habitation? le 28 septembre 2011 Sound Advice Consulting Co-operative

C est quoi une coopérative d habitation? le 28 septembre 2011 Sound Advice Consulting Co-operative C est quoi une coopérative d habitation? le 28 septembre 2011 Sound Advice Consulting Co-operative Modèle d entreprise «Une coopérative est une association autonome de personnes volontairement réunies

Plus en détail

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Ensemble, Entreprendre Autrement 1 1. Principes, périmètre et bonnes pratiques : ce que dit la loi Ensemble, Entreprendre Autrement 2 Des principes

Plus en détail

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la 13 NOVEMBRE 2007 Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la C H A R T E E T H I Q U E présentée par François Bayrou au Forum des Démocrates Seignosse 13-16 septembre

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE La banque des agents du secteur public BFM, partenaire du groupe Société Générale BFM, LA BANQUE Plus d un million de clients en métropole et dans les DOM 190 626 prêts BFM

Plus en détail

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Présentation Rassemblant les syndicats et associations

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

STATUTS FÉDÉRATION DES SPIRULINIERS DE FRANCE

STATUTS FÉDÉRATION DES SPIRULINIERS DE FRANCE STATUTS FÉDÉRATION DES SPIRULINIERS DE FRANCE Article 1 - CONSTITUTION : Afin de tendre vers la réalisation des buts ci-après définis, il est formé une Fédération dénommée : FÉDÉRATION DES SPIRULINIERS

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur

Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur L économie sociale et solidaire se caractérise par une manière différente d entreprendre

Plus en détail

BULLETIN D ADHESION UNEA 2013

BULLETIN D ADHESION UNEA 2013 BULLETIN D ADHESION UNEA 2013 Cher collègue, Vous êtes dirigeant d Entreprise Adaptée ; vous avez besoin d être entendu, défendu et conseillé. L UNEA a pour objectif de vous représenter et de défendre

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Les nouvelles tendances commerciales

Les nouvelles tendances commerciales Les nouvelles tendances commerciales Philippe Moati 5 avril 2013 L anticipation d une accélération du changement Plan 1. Une nouvelle révolution commerciale: pourquoi? 2. Une nouvelle révolution commerciale:

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Les contrats : leur origine et leur type. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013

Les contrats : leur origine et leur type. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013 Les contrats : leur origine et leur type - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013 Plan du cours Philosophie individualiste & libéralisme économique vs Code civile et théorie de l

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

La culture d entreprise

La culture d entreprise La culture d entreprise INTRODUCTION Vues de l extérieur, toutes les entreprises se ressemblent : des ateliers, des entrepôts, des bureaux, des mouvements incessants d hommes et de marchandises. Pourtant

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951)

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES 233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) Répertoire numérique détaillé établi par Lolita GEORGEL étudiante en master 1 Sciences

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

UNE MUTUELLE Profondément humaine

UNE MUTUELLE Profondément humaine Shutterstock / Goodluz UNE MUTUELLE Profondément humaine Avril 2015 1 Notre histoire Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes

Plus en détail