LA COOPERATION UNE HISTOIRE D AVENIR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA COOPERATION UNE HISTOIRE D AVENIR"

Transcription

1 LA COOPERATION UNE HISTOIRE D AVENIR L accroissement à l échelle mondiale de l inégalité économique et sociale entre les hommes, l aggravation de la malnutrition et des maladies endémiques, les menaces que font peser sur l équilibre écologique de la planète la recherche effrénée de la croissance, les licenciements en masse et les délocalisations arbitraires, justifiés par la seule recherche de dividendes supplémentaires, la montée des intégrismes et de leurs cortèges de violences témoignent des conséquences néfastes d une économie marchande «libérée» c est à dire d une économie livrée à elle-même. Les marchés sont présentés comme des régulateurs infaillibles des processus économiques, la liberté d entreprendre, la dérégulation de l économie sont sensés «libérer» l activité humaine et apporter plus de bonheur et d équité à l humanité Si comme l écrivait Rabelais au XVème siècle «science sans conscience n est que ruine de l âme» il est devenu absolument évident que la liberté sans régulation éthique est la ruine de l humanité et du lien social. Dans le contexte actuel, deux horizons se dessinent : soit les excès du libéralisme continuent à asservir toujours plus largement les activités sociales au règne du profit, soit au contraire la société se donne les moyens de limiter cet asservissement et tente de réguler l économie par une nouvelle éthique démocratique et solidaire. La coopération représente depuis plus d un siècle et demi, une réponse à la fois économique, sociale et éducative aux excès du libéralisme. Mais bien qu elle emploie en France plus de salariés et que ses activités concernent plus de 20 millions de nos concitoyens, son projet est fort mal connu. Je vais donc très rapidement dans un premier temps exposer les jalons essentiels de son histoire et de ses caractéristiques économiques, sociales et éducatives avant d envisager en conclusion ses perspectives d avenir. 1. De l association aux premières expériences coopératives L association entendue comme regroupement d individus partageant des mêmes difficultés, un même besoin, pour s organiser professionnellement, pour se protéger ou se défendre est une réalité fort ancienne dans l histoire de l humanité. Le compagnonnage illustre l une des formes les plus stables d organisation du travail et des rapports sociaux. On dit que les esclaves qui construisaient les pyramides d Egypte s étaient déjà regroupés pour mettre en place des actions de solidarité et d entraide pour faire face aux aléas de la vie et aux accidents du travail. Plus tard, ce sont au travers des guildes, des confréries, des corporations de compagnons que ce sont exprimées les idées de solidarité, d union, de partage, de démocratie, de défense qui vont progressivement à partir du milieu du XIX ème siècle, amener la naissance des associations, des syndicats, des mutuelles et des coopératives. 1. a. En France, les premières activités coopératives naissent en milieu rural. On cite à cet égard les célèbres «fruitières» du Jura ou encore «la communauté de Sauve» créée en 1661 en vue de la production et de la commercialisation de fourches en micocoulier. Mais le désir d échapper au salariat se manifeste surtout au début de la décennie 1830 dans les milieux de l artisanat qualifié parisien, qui devient le terrain expérimental de la coopération 1

2 de production : le coup d envoi est lancé avec l Association des ouvriers menuisiers parisiens, créée en 1831, suivie par l Association chrétienne des bijoutiers en doré, créée par 4 ouvriers parisiens en Lyon constitue le berceau principal de la coopération de consommation. Elle y est pratiquée, bien avant d être conceptualisée, par les théoriciens associationnistes et mutuellistes : «A Lyon, on a vu de tout temps des familles d'ouvriers domiciliés dans le voisinage les unes des autres, se cotiser pour acheter au comptant et en gros ou en demi-gros, des denrées alimentaires qu'elles se partageaient ensuite." 1 Le soutient des pouvoirs publics français durant la seconde moitié du XIXème siècle envers la coopération sera plus ou moins important mais elle sera toujours perçue comme offrant une alternative non violente à l action révolutionnaire qui va progressivement s imposer dans les milieux ouvriers. La seconde République va par exemple encourager le développement de l association ouvrière. Un décret en date du 5 juillet 1848 affirme: "L'Assemblée Nationale, pénétrée du désir de voir s'améliorer la condition des travailleurs et du devoir qui lui est imposé de concourir par les moyens dont elle peut disposer, à faire passer les travailleurs de l'état de salariés à celui d'associés volontaires, a voulu encourager l'esprit d'association» 2 Sous la troisième République, un décret pris le 4 juin 1888 sous la pression des radicaux (René Waldeck-Rousseau, Léon Bourgeois 3 ) et des socialistes modérés (Alexandre Millerand, Paul Deschanel) stipule que, concernant les commandes publiques, «à égalité de rabais, les sociétés ouvrières doivent avoir la préférence» 4. En 1912 est créé un Groupe parlementaire de la coopération, particulièrement actif : «Ses délégués parcourent les départements, reçoivent les doléances des sociétés, réchauffent le zèle des préfets, signalent aux ministres de l Intérieur et du Travail ceux dont la tiédeur coopérative est persistante.» 5 1. b. En Grande-Bretagne, c est au début du XIX e siècle, dans le contexte des bouleversements économiques et sociaux induits par l essor rapide de la grande industrie, que s est réalisée, face à l individualisme libéral, l alchimie des réflexes solidaires et d une réflexion associative. Le premier nom qui vient à l esprit lorsqu on évoque la genèse de la coopération anglaise est celui de Robert Owen ( ) Ce philanthrope, propriétaire d une fabrique textile, tirant partie de la constitution à Londres, des premières coopératives artisanales (aux alentours de 1830) élaborera un projet de nouvelles sociétés intégralement autogestionnaires qui influencera nettement la réflexion des penseurs français. L expérience coopérative à laquelle il est habituel de se référer concernant l Angleterre, est celle des pionniers de Rochedale 6. En 1844, 40 ouvriers, pour la plupart tisserands, fondent à Rochdale, près de Manchester, une coopérative de consommation promue à une grande renommée, «la société des Equitables 1 Eugène Flottard, «Associations coopératives de consommation», in Annuaire de l association pour 1867, p Instruction pour l exécution du décret du 5 juin 1848, cité in Enquête sur le fonctionnement des associations ouvrières Consultable au CEDIAS/Musée social. 3 La doctrine solidariste, exposée par Léon Bourgeois dans son ouvrage Solidarité, paru en 1896, apparaît comme la conceptualisation des pratiques coopérativistes et mutualistes. 4 Congrès des Associations ouvrières de production, adhérentes à la Chambre consultative, juillet Consultable au CEDIAS/Musée social. 5 Joseph Cernesson*, La Revue des deux mondes, Si elle n est pas à proprement parler la première expérience coopérative, elle est celle qui va influencer de la façon la plus déterminante l histoire de la coopération. 2

3 pionniers». Le principe en est simple : avec un petit capital alimenté par les cotisations minimes mais régulières des sociétaires, la coopérative achète en gros des produits d épicerie revendus au prix coûtant. Les grands principes coopératifs ont ainsi été édictés à Rochdale : la ristourne, la démocratie un homme, une voix, les parts sociales rémunérées par un intérêt fixe, la liberté d adhésion, la vente au comptant, l importance accordée à l éducation des adhérents. Sur ce dernier point, toutes les coopératives anglaises, établies sur le modèle de Rochdale, ont un poste de dépense destiné à l avancement moral et intellectuel des sociétaires.. Le mouvement coopératif britannique de cette première moitié du XIX e siècle est donc résolument tourné vers l organisation de la consommation ouvrière. 1. c. En Allemagne L action simultanée de Friedrich Raiffeisen et d Hermann Schulze a rapidement abouti à la prééminence de la coopération de crédit sur toutes les autres formes de coopération en Allemagne. Leur but était de permettre aux cultivateurs pauvres et aux ouvriers d éviter de contracter des emprunts auprès des banquiers ou des usuriers, en leur proposant des prêts avec un taux faible, et remboursables sur une longue période. Le développement ultérieur des banques populaires en France et en Italie sous l égide de Luigi Luzzatti est directement inspiré des théories d Hermann Schulze, tandis que Friedrich Raiffeisen influencera en France le courant du crédit agricole. 2. Du socialisme utopique au socialisme révolutionnaire Un point commun aux diverses expressions de la pensée coopérative en Europe exprimée par ceux que Karl Marx et Friedrich Engels nommaient «les socialistes utopiques», est la référence constante aux valeurs démocratiques, fraternelles et égalitaires. En dépit de leurs divergences, Owen, Saint-Simon, Louis Blanc, Charles Fourier (inventeur du Phalanstère), Pierre Joseph Proudhon (la propriété c est le vol) et plus tard Charles Gide ou Georges Fauquet, ne cessent de promouvoir l association démocratique comme réponse pragmatique à l exploitation des salariés et au lancinant problème de l alimentation quotidienne. Mais la fin du XIXème siècle va être marquée par l opposition grandissante entre deux conceptions majeures du socialisme : le socialisme utopique et le socialisme révolutionnaire. 2.a. Lors du premier Congrès ouvrier de 1876 à Paris du 2 au 10 octobre les critiques formulées à l encontre de l association ouvrière, portent sur son incapacité à résoudre le problème du prolétariat «La coopération c est conserver en améliorant» déclare Isidore Finance. Cependant pour la majorité des 350 congressistes les coopérations de crédit, de consommation ou de production, si elles évitent le piège de la «corporation», représentent un moyen d émancipation selon une logique simple exposée par le serrurier Nicaise : «Les sociétés de consommation ne s adressent pas seulement aux ouvriers d une même corporation, mais à tous les ouvriers habitants le mêmes quartiers Nous considérons ces sociétés comme des moyens d acquérir le capital nécessaire à la fondation de sociétés de production par les 3

4 économies qu elles procurent. C est pourquoi nous les plaçons avant les sociétés de production.» On voit très clairement apparaître ce qui allait, quelques années plus tard, sous la plume de Charles Gide devenir la trame de la construction de «la société coopérative». Face à cette dynamique démocratique et non violente de «refondation sociale» les idées révolutionnaires portées par les «marxistes» groupés en France autour de Jules Guesde, commencèrent vers 1877 à pénétrer les milieux ouvriers. Opposé aux méthodes pacifiques et réformistes du socialisme utopique, le socialisme révolutionnaire affirme la nécessité de la conquête du pouvoir politique de l Etat et de l expropriation massive du capitalisme en utilisant la lutte des classes et les conflits du travail et du patronnât. 2.b. Lors du troisième congrès ouvrier de Marseille du 20 au 31 octobre 1879 à une grande majorité, les congressistes affirment qu ils ne reconnaissent plus dans la coopération qu un rôle secondaire, sans portée efficace sur la classe ouvrière Elle est même accusée par certains congressistes de diviser la classe ouvrière en brisant la nécessaire solidarité de classe des travailleurs. C est ainsi que une des résolutions déclare que «ces sociétés ne peuvent aucunement être considérées comme des moyens assez puissants pour arriver à l émancipation du prolétariat. Mais que néanmoins ce genre d association doit être accepté, au même titre que les autres genres d association dans le but d arriver le plus vite possible à la solution du problème social par l agitation révolutionnaire la plus active.» Apparaît très clairement à cette époque le conflit entre les formules autoritaires voire «dictatoriales» et les tendances d autonomie, de mutualité, de solidarité. L opposition entre l idéalisme libertaire ou anarchiste et l idéalisme révolutionnaire. Ce conflit sera plus ou moins permanent, plus ou moins violent durant une bonne partie du XXème siècle. 2.c. En 1920, le Comité des coopérateurs communistes et révolutionnaires engage les militants les plus dynamiques à infiltrer la coopération traditionnelle. Cette thèse est reprise en 1926 par la Commission coopérative centrale du Parti communiste français : «Les communistes opposent au sein des coopératives le principe de la lutte de classe à celui de l'intérêt général défendu par les réformistes." Globalement, l image de la coopération dans les milieux syndicalistes demeurera pour le moins mitigée. Bien que la CGT entretienne des rapports réguliers avec la FNCC, la centrale syndicale ne cachera pas ses réticences à l encontre des coopératives ouvrières de production qui lui semblent trop marquées par un esprit corporatiste. 3. Expansion et diversification coopératives Après la seconde guerre mondiale dans un contexte d expansion économique et de plein emploi, les sociétés coopératives vont se développer et se diversifier. 3.a. Durant la décennie 1970, dans le désarroi causé par la crise du système capitaliste, les coopératives ouvrières de production apparaissent comme un refuge contre le dépôt de bilan et le chômage. La reprise très médiatisée de Lip par les salariés en 1973 est symptomatique de ce phénomène de «coopératisation» des entreprises capitalistes en difficulté ; un phénomène à l égard duquel la CGSCOP exprime une réserve circonspecte : 4

5 «La récupération des laissés pour compte du patronat n'est pas une vocation coopérative et l'épargne des travailleurs n'est pas destinée à pallier les déficiences du patronat." 7 3.b. Dans le domaine de la consommation, les coopératives de consommation ont d abord continué à grignoter des parts de marché sur le petit commerce. En 1960, l enseigne COOP rassemble plus de 3,5 millions de ménages sociétaires, soit un consommateur sur six. La vague coopérative touche des secteurs très variés : l alimentation (où se multiplient les SPAR et autres CODEC) le meuble (Monsieur Meuble), en passant par les chaussures (Arbell). Après avoir ouvert son premier magasin en 1949, Edouard Leclerc lance des «centres distributeurs» ; la Fédération nationale d achats des cadres (FNAC) voit le jour en l Union française des coopératives de commerçants (UFCC), créée en 1964, soit un an après l ouverture du premier hypermarché en France fédère 156 supérettes et 445 libres-services 8. Mais une décennie plus tard, face au développement des chaînes de magasins et des grandes surfaces, la coopération de consommation ne doit qu au soutien du Crédit coopératif de se maintenir dans les petites localités. 3.c. Dans le domaine agricole la pénurie alimentaire de l après guerre amène le ministère de l Agriculture à appuyer la création de Coopératives d utilisation du matériel agricole (CUMA), ainsi que de Coopératives de commercialisation et de transformation des céréales et produits laitiers. Ces groupements créés à l initiative de militants issus du vivier syndical ainsi que de la Jeunesse agricole catholique (JAC), s adaptent à toutes les étapes de l activité agricole : production, vente, transformation des produits, services, collecte, stockage, vente. 3.d. Dans le domaine du crédit le Crédit mutuel s ouvre à l ensemble des milieux professionnels et sociaux, par le statut légal de 1958, qui en fait la banque des salariés. On observe dans le mouvement des banques populaires la même démarche pragmatique d élargissement de la clientèle, ratifiée par la réforme de leur statut en La diversité des interventions du Crédit coopératif, l organisme prêteur des coopératives, est un indicateur fiable de l évolution du mouvement. Selon un rapport établi en , on peut distinguer, parmi les organismes emprunteurs, cinq branches coopératives qui connaissent des problèmes de restructuration : il s agit, par ordre décroissant, du Crédit maritime mutuel, des coopératives de consommation, des coopératives de détaillants, des SCOP et des entreprises artisanales. En outre, le Crédit coopératif intervient fréquemment en faveur des coopératives de HLM. 3.e. Au cours des années 1960, de nouvelles catégories professionnelles rejoignent le monde de la coopération, comme celles des transporteurs routiers de marchandises ou des médecins organisés dans des cabinets médicaux de groupe ou encore des architectes. Au cours des années 1980, le sentiment d une certaine pérennisation de la crise économique, auquel s ajoutent les mutations commerciales, les nouveaux comportements consuméristes, et la réhabilitation du libéralisme érigé en dogme quasi inopposable, sont autant de facteurs de questionnement pour la coopération. Diversement atteintes par ce phénomène certaines branches coopératives vont devoir procéder à une profonde restructuration, notamment les 7 Antoine Antoni, La coopération ouvrière de production, Paris, Edit. Scop, Archives du Crédit coopératif, CAMT Roubaix 9 Rapport du conseil d administration à l assemblée générale du Crédit coopératif, 23 avril CAMT, Roubaix 5

6 deux familles «historiques» du mouvement : les coopératives de production et les coopératives de consommation. 4. L adaptation actuelle 4.a. Au tournant des années 1980, du côté de la coopération de production, on assiste à un renouvellement important des sociétés, par un fort taux de mortalité doublé de nombreuses créations, qui résultent en partie des difficultés du secteur industriel. Afin de permettre à l entreprise symbole du mouvement ouvrier, la Verrerie ouvrière d Albi (VOA), de poursuivre son activité sous statut SCOP 10, est votée en 1985 une loi qui autorise les sociétés de production à s ouvrir aux capitaux extérieurs. Malgré son caractère circonstanciel, cette disposition n en constitue pas moins une révolution culturelle dans l histoire d un mouvement enraciné dans le refus de la suprématie du capital sur le travail, mais dans l association des deux, et la gestion a-capitaliste. Cette tendance se confirme avec la loi du 13 juillet 1992 relative à la modernisation de toutes les coopératives en vertu de laquelle peuvent être admises «des personnes physiques ou morales qui n ont pas vocation à recourir à leurs services ou dont elles n utilisent pas le travail, mais qui entendent contribuer par l apport de capitaux à la réalisation des objectifs de la coopérative.» Cependant, des garde-fou ont été institués, afin d éviter la banalisation du mouvement : les apports extérieurs sont limités à 35 % du capital, et le principe de l impartageabilité des réserves reste inscrit dans les statuts. C est ainsi que globalement, le mouvement SCOP a réussi la gageure de s adapter à la réalité économique, tout en restant attaché à ses valeurs historiques. 4.b. La seconde branche historique de la coopération, la coopération de consommation, a moins bien résisté aux bouleversements de cette fin de siècle. En 1972, le mouvement prend acte des mutations commerciales en adoptant une démarche consumériste : attention portée à la qualité des articles, suivi des commandes, conseils aux clients. Mais cela ne suffit pas à permettre aux COOP d offrir des prix concurrentiels par rapport à ceux pratiqués par les grandes surfaces, alors en pleine expansion. Une décennie plus tard, alors même que leur marge bénéficiaire continue à se réduire, les COOP cherchent à reconquérir leur sociétariat en gageant sur deux initiatives coûteuses : d une part, l intensification de la distribution des ristournes, en fidélité à leurs principes fondateurs, et de l autre la modernisation de leurs infrastructures. L endettement des quelques 230 sociétés atteint un niveau critique, et les dépôts de bilan se succèdent. En 1986, le nombre des sociétaires tombe au-dessous de celui de Le militantisme des consommateurs n a pas pour autant disparu, il semble qu il se soit simplement déplacé vers les associations de consommateurs. Ces dernières années, est apparu un nouveau type de coopératives de consommation, spécialisées dans la distribution de produits issus de l agriculture biologique et du commerce équitable, qui marquent comme un retour aux sources de l éthique coopérative : le respect du consommateur et du producteur et une conception humaniste de l économie. 10 La Verrerie ouvrière d Albi est néanmoins sortie du statut coopératif en

7 En conclusion Si l utopie d une société entièrement coopératisée a fait long feu, la coopération n en reste pas moins une fenêtre ouverte sur les moyens de concrétiser l aspiration à l humanisation des rapports économiques ; de même qu elle constitue une source d inspiration pour les Pouvoirs publics en quête de solutions aux problèmes d emploi, de désertisation des territoires, de perte du lien social. Au bout du compte, il apparaît donc que la pratique coopérative ne profite pas qu aux sociétaires, mais de façon directe ou indirecte, à l ensemble du corps social. Agissant au coeur même de l économie, les coopératives sont soumises à des règles imposées par l économie dominante. De ce fait, elles doivent -sous peine d être menacées de disparaîtreégalement proposer aux consommateurs des produits concurrentiels comparables ou identiques à ceux des entreprises classiques, ce qui nuit souvent à leur identification. La finalité et le fonctionnement interne des coopératives n en restent pas moins différents et leur capital n est pas placé en bourse ou entre les mains de personnes privées : il appartient aux membres qui sont, en règle générale, les clients ou les salariés des coopératives et il est indivisible! Les coopératives proposent généralement des produits originaux, qui témoignent de leur spécificité. Elles génèrent des innovations sociales et économiques originales: elles renforcent les liens sociaux, s appuient sur la population locale, soutiennent le développement local, ne sont pas délocalisables, suscitent de nouveaux échanges entre producteurs et consommateurs, développent la solidarité avec les pays du Sud Les pratiques coopératives elles-mêmes n ont cessé de se diversifier et de se renouveler, en s adressant à des catégories toujours plus larges de la population. La plus récente forme a deux années d existence : la Société Coopérative d Intérêt Collectif (SCIC) est une coopérative de production qui peut associer des salariés, des usagers, des collectivités locales, des associations. Reconnue comme servant l intérêt général, elle peut, à la fois, se situer sur un marché économique, et bénéficier d aides publiques. Il ne s agit pas de dire que les coopératives respectent toutes, à la lettre, tous les principes qui ont inspiré leur création. La réalité est autrement plus complexe et, à l instar de la vie politique, on peut observer une multitude de situations et de formes d exercices du pouvoir démocratique dans le monde de la coopération. L engagement en coopération correspond à une manière de protester contre la logique implacable du profit, en s appuyant sur la force du collectif pour ne pas sombrer dans la misère. Au delà de ces caractéristiques, souvent liées à la spécificité de chacune de ces branches, l histoire de la coopération montre également que durant ces deux siècles, elle a su faire preuve de capacités d adaptation considérables, tout en s efforçant de rester fidèle à ses valeurs de solidarité et à son idéal démocratique. Bibliographie Jean GAUMONT, «Histoire générale de la coopération en France» FNCC, Paris, 1923 DREYFUS, TOUCAS «Les coopérateurs : deux siècles de pratiques coopératives» Editions de l Atelier, 2005 André HENRY «Serviteurs d idéal», L Instant, 1987 JF DRAPERI les coopératives dans «la semaine de la coopération à l Ecole» livret OCCE 7

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

De l Economie sociale à l entrepreneuriat social

De l Economie sociale à l entrepreneuriat social De l Economie sociale à l entrepreneuriat social Des enjeux d actualité Un Paradoxe Très présente dans notre vie quotidienne. Méconnue du grand public. Un Regain d actualité Le chômage de masse La mondialisation

Plus en détail

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010 Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire Annemasse 20 janvier 2010 1 Sommaire L économie sociale et solidaire : une autre culture d entreprendre Les entreprises

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire rural Centre-ville Quartier populaire Parc d activités économiques Problématique Problématique enclavé Banlieue pavillonnaire Problematique Problematique Insertion Petite enfance Problématique Problématique

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE - le libéralisme - le socialisme - le keynésianisme I. Le courant libéral (XVIII s) Adam SMITH (1723-1790) un des pères fondateurs du courant libéral (son ouvrage principal

Plus en détail

Qu est ce que l Economie Sociale?

Qu est ce que l Economie Sociale? Fiche n 2 Les entreprises : Qu est ce que l Economie Sociale? Les de toutes natures (salariés, usagers, ), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà 50 projets pour demain GÉENÉERATIONS demain c est déjààà AUCHAN chez nous Les fondations Auchan et Simply lancent un appel à projets «50 projets pour demain» En 2011, le Groupe Auchan fête ses 50 ans.

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS PATRIMOINE L ASSURANCE DECES EN GARANTIE D EMPRUNTS PROFESSIONNELS OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS Il faut constater aujourd hui, qu il est pratiquement

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Complément sur la consommation

Complément sur la consommation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 28 avril 2015 à 18:12 Complément sur la consommation 1 Consommer ou épargner? L épargne est la part du revenu disponible non consommée immédiatement. A Quels sont

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

L ambition des Jeunes Européens - France est de devenir la référence des associations de jeunesse sur les questions européennes.

L ambition des Jeunes Européens - France est de devenir la référence des associations de jeunesse sur les questions européennes. PROJET DE CHARTE NATIONALE ENTRE LE MOUVEMENT EUROPEEN FRANCE ET LES JEUNES EUROPEENS FRANCE Préambule L association de type Loi 1901 «Les Jeunes Européens France» (JE-F) a été créée en 1992 à l initiative

Plus en détail

Histoire des coopératives

Histoire des coopératives Histoire des coopératives Les premières pratiques coopératives permanentes et organisées apparaissent en Europe au cours des années 1840 : coopérative de consommation des Equitables pionniers de Rochdale

Plus en détail

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie Compte-rendu de la soirée-débat organisée le 20 avril 2012 par le Syndicat des Travailleurs de l Industrie et des Services du Nord (CNT-STIS 59) sur le thème «Les sociétés coopératives, une alternative

Plus en détail

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça?

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Jacques Perrat Emmanuelle Puissant Meeting CGT, 9 septembre 2013, Lyon 1 Quel est le problème : La rémunération du travail ou le coût du capital?

Plus en détail

Chefs d entreprises Experts-comptables Consultants Banquiers Cadres Notaires Avocats Seniors. Un engagement

Chefs d entreprises Experts-comptables Consultants Banquiers Cadres Notaires Avocats Seniors. Un engagement Chefs d entreprises Experts-comptables Consultants Banquiers Cadres Notaires Avocats Seniors Un engagement BÉNÉVOLE Aux côtés des créateurs S ENGAGER Notre rôle : permettre aux créateurs et aux repreneurs

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

Comprendre l'économie sociale

Comprendre l'économie sociale Comprendre l'économie sociale Fondements et enjeux Jean-François Draperi DUNOD Table des matières Introduction. Comprendre et entreprendre PREMIÈRE PARTIE POURQUOI L'ÉCONOMIE SOCIALE? 1. L'économie sociale

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 2 LE CREDIT COOPERATIF Ø banque à part entière, Ø banque coopérative actrice d une finance patiente, Ø banque engagée, Ø banque de l économie sociale

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation

Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation Nom : foyer : Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation École secondaire Jean-Grou 0 1- La révolution industrielle Avant la révolution industrielle, les produits étaient fabriqués dans de

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet Introduction Définitions L Economie Sociale Les familles Les principes communs L Economie Solidaire : filiation historique Le mouvement ouvrier

Plus en détail

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit?

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? 1 Coût du travail ou coût du capital? Vidéo 2 La politique menée depuis plus de 20 ans de pressions sur les dépenses, combinée

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Pour la Commission départementale des retraité-e-s du SNUipp-FSU Pas de Calais Alain Dercourt

Pour la Commission départementale des retraité-e-s du SNUipp-FSU Pas de Calais Alain Dercourt Chère Collègue, Cher Collègue, Vous allez prendre votre retraite à la rentrée prochaine. Une décision pas toujours facile à prendre mais l espoir d une nouvelle vie qui commence. Permettez-nous en tout

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour permettre un accès à des soins de qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Abdou Diagne, DG mutuelle sociale TransVie 5 ème Conférence

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

Introduction. AVANT-PROPOS

Introduction. AVANT-PROPOS Introduction. AVANT-PROPOS Évoquer la difficulté, pour les entreprises, de survivre dans un contexte de concurrence à l échelle de la planète est aujourd hui d une banalité absolue. Parler de l exigence

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

Les Fondations du groupe Bouygues

Les Fondations du groupe Bouygues Les Fondations du groupe Bouygues Depuis près de 20 ans, le groupe Bouygues participe au développement économique et social des régions et pays dans lesquels il est implanté, que ce soit par des initiatives

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

LE SAPAD, POURQUOI? 1

LE SAPAD, POURQUOI? 1 Service d assistance pédagogique à domicile aux élèves malades ou accidentés Parce qu un enfant ou un adolescent malade ou accidenté reste un enfant ou un adolescent Parce que tout enfant ou adolescent

Plus en détail

Conférence sur l économie coopérative

Conférence sur l économie coopérative Conférence sur l économie coopérative Bruxelles, Belgique 30 janvier 2013 Bernard Brun, Directeur Relations gouvernementales Mouvement Desjardins Plan de la présentation 1. Contexte 1.1 Contexte québécois

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE ReMeD Réseau Médicaments et Développement Table ronde du 9 novembre 2004 Faculté de Pharmacie Paris V Communication Dr Nicole Ridolphi pharmacien inspecteur général honoraire EVOLUTION DE L INSPECTION

Plus en détail

Le Mouvement Desjardins:

Le Mouvement Desjardins: Le Mouvement : Coopérer pour créer l avenir Présentation à l occasion du Rendez-vous de l habitation Le 1 er octobre 2012, Laval , de 1900 à aujourd hui 1900-1920 Fondation des premières caisses par Alphonse

Plus en détail

Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général

Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général Droits fondamentaux versus marché intérieur? Préface de Vladimir Špidla Une contribution au débat communautaire Editions Bruylant, Bruxelles, novembre

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Monsieur le Préfet de la Région Martinique. Monsieur Ange MANCINI. Rue Victor SEVERE. 97200 FORT-de-FRANCE. Fort-de-France, le 8 octobre 2008

Monsieur le Préfet de la Région Martinique. Monsieur Ange MANCINI. Rue Victor SEVERE. 97200 FORT-de-FRANCE. Fort-de-France, le 8 octobre 2008 Monsieur le Préfet de la Région Martinique Monsieur Ange MANCINI Rue Victor SEVERE 97200 FORT-de-FRANCE Fort-de-France, le 8 octobre 2008 Objet : Mobilisation pour l Activité et l Emploi Monsieur le Préfet

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 INTERVENTION DE ROBERT ALFONSI GROUPE «GAUCHE TOULONNAISE»

CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 INTERVENTION DE ROBERT ALFONSI GROUPE «GAUCHE TOULONNAISE» CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 INTERVENTION DE ROBERT ALFONSI GROUPE «GAUCHE TOULONNAISE» Ce budget est le dernier de la mandature. Il ne marque pas d évolution notable par rapport aux précédents

Plus en détail

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD 2 I Charte du livre EIBF La fédération européenne et internationale des libraires représente

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

- le MAC apporte un soutien aux avocats (collaborateurs ou non) en difficulté, par des conseils confidentiels et bénévoles ; NOS PROPOSITIONS

- le MAC apporte un soutien aux avocats (collaborateurs ou non) en difficulté, par des conseils confidentiels et bénévoles ; NOS PROPOSITIONS Le Manifeste des Avocats Collaborateurs (MAC www.notremanifeste.com) est un syndicat qui a pour objet la défense des intérêts des avocats collaborateurs et des avocats en installation, ainsi que la défense

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 16/20 Un dossier de surendettement est déposé en France

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

«La Journée du Sociétariat est l occasion de faire découvrir ou

«La Journée du Sociétariat est l occasion de faire découvrir ou COMMUNIQUÉ DE PRESSE «La Journée du Sociétariat est l occasion de faire découvrir ou redécouvrir au public notre modèle de banque coopérative de proximité» LA JOURNÉE DU SOCIÉTARIAT Mais combien sont-ils,

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire en Pays Sud Bourgogne. Chiffres-clés

L Economie Sociale et Solidaire en Pays Sud Bourgogne. Chiffres-clés L Economie Sociale et Solidaire Chiffres-clés Préambule : l'economie Sociale et Solidaire et la Chambre Régionale de l'economie Sociale et Solidaire L'Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et

Plus en détail

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951)

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES 233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) Répertoire numérique détaillé établi par Lolita GEORGEL étudiante en master 1 Sciences

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Les Français et la santé Valorisation des marques solidaire par vente-privee.com

Les Français et la santé Valorisation des marques solidaire par vente-privee.com Anne-Laure GALLAY Directrice d études Département Opinion Tél : 01 55 33 20 90 François Miquet-Marty Directeur des études politiques Maïder Chango Chef de projet LH2 Opinion anne-laure.gallay@lh2.fr Eléna

Plus en détail

Début du C.A.P. dans les usines de la Vallée de l'orne **

Début du C.A.P. dans les usines de la Vallée de l'orne ** Début du C.A.P. dans les usines de la Vallée de l'orne ** Épreuve de ferrage d un cheval dans les halles de l'usine de Jœuf en 1927 ou 1928. Évolution des candidatures dans la circonscription de Briey

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail