1.1 PRESENTATION... 3 ANNUAIRE MESSAGES D INFORMATION AU PUBLIC RISQUES SANITAIRES LIES A LA CANICULE ET RECOMMANDATIONS...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1.1 PRESENTATION... 3 ANNUAIRE... 31 MESSAGES D INFORMATION AU PUBLIC... 75 RISQUES SANITAIRES LIES A LA CANICULE ET RECOMMANDATIONS..."

Transcription

1 PREFECTURE DU NORD PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE DANS LE NORD ACTUALISATION 2007

2 1.1 PRESENTATION LES OBJECTIFS GENERAUX DU PLAN DECLENCHEMENT DU PLAN ET MISE EN ŒUVRE DECLENCHEMENT ET MISE EN ŒUVRE DU PLAN NIVEAU DE VEILLE SAISONNIERE Conditions de déclenchement Mesures mises en œuvre NIVEAU DE MISE EN GARDE ET ACTIONS Conditions de déclenchement La sortie du niveau de mise en garde et d actions Intervention des l échelons régional et zonal NIVEAU DE MOBILISATION MAXIMALE Conditions de déclenchement mise en œuvre des mesures de niveau de mobilisation maximale intervention des échelons régional et zonal la levée du dispositif SCHEMA DE DECLENCHEMENT DU PLAN ANNUAIRE MESSAGES D INFORMATION AU PUBLIC RISQUES SANITAIRES LIES A LA CANICULE ET RECOMMANDATIONS... 87

3 1. PRESENTATION ET OBJECTIFS DU PLAN 1.1 PRESENTATION Même si les effets de la canicule de l année 2003 ont relativement épargné la population âgée du département du Nord, il demeure qu au niveau national celle-ci a majoritairement frappé les personnes âgées et mis en évidence l isolement et la solitude de personnes âgées, privées de tout lien social, auxquelles il n a pu être porté secours, faute de les connaître. Le plan départemental de gestion d une canicule du département du Nord constitue un dispositif de réponse cohérent des pouvoirs publics et de l ensemble des intervenants au niveau local afin de prévenir et réduire les conséquences sanitaires d une canicule en direction des personnes les plus vulnérables. Le Préfet du département est chargé de l élaboration de la mise en œuvre et de l évolution de ce plan. Sa mise en œuvre ne fait pas obstacle aux actions menées par les administrations et les collectivités pour pallier les risques liés aux fortes températures ni au déclenchement d autres plans d urgence. L amélioration de la circulation de l information entre les acteurs institutionnels et la sensibilisation du grand public dès le stade des prévisions des grandes chaleurs constituent donc des enjeux majeurs en matière de prévention des risques sanitaires.

4 1.2 LES OBJECTIFS GENERAUX DU PLAN Le plan sur le risque caniculaire mis en place dans le département du Nord répond à des objectifs qui correspondent à trois échelles de temps distinctes : * A très court terme, la nécessité de mettre en place des dispositifs d alerte capables d informer en temps réel de la survenue d une élévation anormale des appels aux services d urgence et de la mortalité * A court terme, la nécessité de mettre en place un dispositif d alerte fondé sur les prévisions météorologiques et permettant donc d anticiper de plusieurs jours la survenue d un risque de surmortalité lié à l arrivée d une vague de chaleur * A moyen et long terme, la mise en place d un système visant à identifier les dangers pour la santé et la sécurité et à en préciser les contours (nature, existence actuelle ou prévisible, probabilité de survenue, ampleur des effets néfastes possibles) La mise en place d une combinaison efficace de ces trois échelles d anticipation est un objectif de santé publique d une importance majeure pour laquelle toutes les institutions présentant des missions et compétences mobilisables doivent être sollicitées, fortement soutenues par les pouvoirs publics et faire preuve de la réalité et de l efficacité de leurs collaborations La réponse organisationnelle est fondée sur cinq piliers, conformément aux préconisations du plan national canicule : la mise en œuvre de mesures de protection des personnes à risques hébergées en institution (établissements d hébergement de personnes âgées (EHPA), établissements de soins) : - l installation d au moins une pièce rafraîchie dans tous les établissements de soins, maisons de retraite, logements foyers, unités de soins de longue durée - mise en place d un plan bleu dans chaque établissement d hébergement de personnes âgées le repérage des personnes à risque isolées afin de faciliter l intervention ciblée des services sanitaires et sociaux l alerte la solidarité : - les établissements hébergeant des personnes âgées et les hôpitaux disposent d équipements et de procédures adaptés aux besoins des personnes à risque. - Le préfet recense les services de soins infirmiers à domicile, les associations et les services d aide à domicile, les associations de bénévoles.

5 la communication : Aux échelons national et local, un dispositif d information est prévu, à destination du grand public, des professionnels de santé, des professionnels assurant la prise en charge de personnes fragiles ou dépendantes et des établissements de santé.

6 1.3 DECLENCHEMENT DU PLAN ET MISE EN ŒUVRE Conformément aux dispositions de la circulaire interministérielle DGS/ DESUS/ DHOS/ DGAS/ DDSC/ DGT/ 2007/ 185 du 4 mai 2007 pour détecter, prévenir et lutter contre les conséquences d une canicule un dispositif spécifique est mis en œuvre pendant la période estivale dans le département du Nord. Le plan départemental canicule s articule en trois phases Niveau de veille saisonnière ( du 1 er juin au 31 août) Du 1 er juin au 31 août de chaque année, chaque service concerné, aux niveaux zonal, régional, départemental, communal vérifie la fonctionnalité des interfaces d alerte, les dispositifs de repérages des personnes vulnérables, l opérationnalité des systèmes d alerte et de mobilisation. Niveau de mise en garde et actions (MIGA) Ce niveau est caractérisé par un risque canicule ( atteinte ou dépassements des seuils biométéorologiques accompagnés de critères qualitatifs) en cours ou prévu. Les critères qualitatifs associés peuvent être l intensité, la durée et l extension géographique attendues, les facteurs météorologiques aggravants, la pollution atmosphérique, des critères sociaux.. Niveau de «mobilisation maximale» Ce niveau est caractérisé par une canicule avec un impact sanitaire important, étendue sur une grande partie du territoire ou compliquée d effets collatéraux (délestages ou pannes électriques, sécheresse, )

7 2. DECLENCHEMENT ET MISE EN ŒUVRE DU PLAN Le plan départemental de gestion d une canicule comporte 3 niveaux : - Niveau DE VEILLE SAISONNIERE (du 1 er juin au 31 août) - Niveau de MISE EN GARDE «CANICULE ET SANTE» ET ACTIONS - Niveau MOBILISATION MAXIMALE 2.1 NIVEAU DE VEILLE SAISONNIERE Conditions de déclenchement Du 1 er juin au 31 août de chaque année, le préfet du Nord met en œuvre dans le département une veille saisonnière sur l évolution climatique et sanitaire Mesures mises en œuvre a) En début et en fin de saison, chaque année, le préfet réunit le comité départemental canicule (CDC) Ce comité, présidé par le préfet, comprend : Préfet Président du Conseil Général DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales) CIRE (Cellule Interrégionale d épidémiologie) DSV (Direction des Services Vétérinaires) DDTEFP (Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la formation professionnelle) DRDJS (Direction Départementale de la jeunesse et des Sports) DIREN (Direction Régionale de l Environnement) ARH (Agence Régionale de l Hospitalisation) Rectorat Association des maires Du Nord Mairies des chefs lieux d arrondissement Mairie de Lille Mairie de Roubaix Mairie de Tourcoing Mairie Armentières UDCCAS (Union Départementale des Centre Communaux d Action Sociale) CRAM (Caisse Régionale de l Assurance Maladie) SAMU (Service de l Aide Médicale Urgente) SDIS (Service Départementale d Incendie et de Secours) Ordre des Médecins Ordre des pharmaciens SOS médecins URMEL (Union Régionale des Médecins Exerçant à titre Libéral) FHF (Fédération Hospitalière de France) Fédération de l Hospitalisation privée URIOPSS (Union Régionale Interfédérale des Œuvres et Organismes Privés Sanitaires et Sociaux) Représentants du secteur Personnes Agées : - SYNERPA (Syndicat National des Etablissements et Résidences Privées pour Personnes Agées) - ADEPHA (Association des Directeurs d Etablissements d Hébergement pour Personnes Agées)

8 - FEHAP (Fédération des établissements hospitaliers et d assistance privée) Représentants du maintien à domicile : - SYDO - URADAR (Union Régionale des Aides à Domicile) - UNA Nord (Union départementale des associations des soins et services à domicile) Représentants du secteur de soutien au sans abri et personnes vulnérables : - FNARS Comité local d information et de Coordination (CLIC) de Seclin Représentants des secouristes : - Croix Rouge Nord - Croix Blanche - ASSPFT - ADPC UDAF (Union Des Associations Familiales), association tutélaire ATI, association tutélaire SI/CODERPA (Comité Départementale des Retraités et Personnes Agées) Météo France Atmo Nord-Pas-de-Calais, association régionale agréée pour la surveillance de la qualité de l air CH Valenciennes CHRU CH Roubaix GHICL Ses missions sont : Evaluer et mettre à jour le dispositif départemental de gestion d une canicule et organiser, le cas échéant des exercices pour en tester l efficacité, S assurer que les EHPA et établissements de santé disposent respectivement de plans bleus et blancs, Faire un bilan des actions de formation et sensibilisation des différentes populations à risques et acteurs concernés au niveau local Faire un bilan annuel des mesures structurelles de lutte contre la canicule dans les EHPA et les établissements de santé S assurer que les retours d expérience sont réalisés et coordonnées entre les différents acteurs locaux Faire en fin de saison, le bilan de l efficacité des mesures prises durant l été et de le transmettre au CICA Veiller à ce que les recommandations soient diffusées auprès des différentes populations à risque vis-à-vis de la canicule Préparer un plan de communication départemental en cas d alerte et de fortes chaleurs. c) les organismes ayant fait l objet d une fiche d aide à la décision dans le présent plan mettent en œuvre les actions prévues dans la veille saisonnière d) la préfecture, en lien avec la DDASS, se prépare à ouvrir un numéro d information téléphonique qui sera activé en cas de fortes chaleurs afin d informer les populations concernées, en particulier sur la localisation des lieux publics rafraîchis et sur les conseils de prévention en cas de fortes chaleur.

9 e) la DDASS s assure de la bonne diffusion des dépliants et affichettes INPES. f) au niveau régional, les cellules interrégionales d épidémiologie (CIRE) activent leur réseau de surveillance et d alerte basé sur des données sanitaires. g) les maires communiquent au représentant de l Etat, à sa demande, le registre nominatif qu ils ont constitué et régulièrement mis à jour, conformément au décret n pris en application de l article L du Code de l action sociale et des familles, recensant les personnes âgées et les personnes handicapées qui en ont fait la demande. h) les communes identifient les lieux climatisés pouvant permettre d accueillir les personnes à risque vivant à domicile. i) les établissements de santé élaborent ou mettent à jour leur plan blanc et installent ou vérifient la fonctionnalité des pièces rafraîchies. j) les établissements d hébergement de personnes âgées élaborent ou mettent à jour leur plan bleu et installent ou vérifient la fonctionnalité des pièces rafraîchies. 2.2 NIVEAU DE MISE EN GARDE ET ACTIONS Conditions de déclenchement Lorsque le système d alerte canicule et santé (SACS) identifie un risque de survenue de canicule, L InVS, après concertation avec Météo France, en informe aussitôt la Direction Générale de la Santé( DGS) La DGS organise alors une conférence téléphonique appelée «PC Santé» qui rassemble : - l InVS, - Météo France, la Direction de la défense et de la sécurité civile (DDSC), - Les services d administration centrale du ministère chargé de la santé concernés, - La CIRE concernée, - le préfet du Nord sur invitation de la DGS, avec l appui technique de la DDASS et du SIRACEDPC Sur avis du PC Santé, le ministère chargé de la santé établit la liste des départements auxquels il recommande le déclenchement du niveau MIGA ( ou le retour au niveau de veille saisonnière) et émet un Message d Alerte Canicule et Santé (MACS) avant 17h. Ce message est adressé par la DGS : - aux participants du PC Santé, - au Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC) pour diffusion aux préfectures concernées, - aux ARH, aux DRASS et aux DDASS concernées - aux partenaires nationaux concernés Le MACS indique l échéance, l étendue géographique et la durée de l épisode de canicule attendu. Sur cette base, le préfet du Nord décide du changement de niveau du plan canicule ou du maintien

10 Le préfet de département peut également fonder sa décision sur des données météorologiques, des données sanitaires ou d activités anormales communiquées par ses services. Après analyse, le préfet de département décide de mettre en œuvre les actions adaptées définies préalablement : structures de veille ou de suivi particulier, procédures d alerte et autres mesures nécessaires en cohérence avec le dispositif ORSEC. le Centre Opérationnel départemental (COD) peut être activé et regroupé des membres du CDC. Outre ses missions générales de coordination des opérations, le préfet ou le COD a pour missions spécifiques face à la canicule : pour la mobilisation et l information des acteurs : - de veiller à ce que l ensemble des services publics locaux et des organismes associés soit alerté et mobilisé et prêt à mettre en œuvre les actions prévues Le MACS contient les informations qui peuvent être reprises par la préfecture pour informer les acteurs sur les échéances et l intensité du phénomène attendu. pour l échange d informations : - de prendre connaissance des informations envoyées par les différents services de l Etat, établissements sanitaires et médico-sociaux, organismes sociaux, - de transmettre les informations sur la situation au niveau départemental aux échelons régionaux, zonaux et nationaux, par l ouverture d un événement sur le réseau informatisé d échanges d informations SYNERGI qui sera le vecteur unique de remontée des déclenchements des niveaux du plan départemental par les préfectures. pour la communication : - de piloter les actions locales de communication et d information en direction de la presse et du public, en faisant diffuser les messages de prévention, d alerte et de recommandations prévus ou fournis par le MACS (intensité et durée de la canicule) - de faire ouvrir une plate forme de réponse téléphonique locale afin d informer la population notamment sur la localisation des lieux publics rafraîchis et sur les conseils de prévention et de lutte contre les effets des fortes chaleurs et d informer le ministère de la santé de cette ouverture. - De déclencher, le cas échéant, la diffusion des spots radiophoniques et télévisés du ministère produit par l INPES, dans le cadre des conventions passées avec les chaînes radiophoniques et télévisées locales pour la réponse sanitaire : Le préfet de département vérifie, au besoin quotidiennement, grâce aux données collectées auprès des services déconcentrés, l adéquation des mesures réalisées. Ces informations sont transmises au ministère de la santé, au cours d une téléconférence du PC santé, ou via les relais régionaux ou zonaux, lorsque ceux-ci sont activés aux fins de synthèse et de diffusion des informations échangées avec les départements. La synthèse de ces informations est transmise à la préfecture de zone de défense. Le préfet de département met en œuvre en tant que de besoin les dispositions du PGCD. Il peut notamment faire activer tout ou partie des mesures destinées à :

11 - assister les personnes âgées isolées en mobilisant les services de soins infirmiers à domicile, les associations et services d aide à domicile, et les associations de bénévoles - s assurer de la permanence des soins auprès des médecins de ville et de la bonne réponse du système de soins - de mobiliser les EHPA («plan bleu») - veiller à l accueil des personnes à risque dans des locaux rafraîchis en liaison avec la DDASS et les communes - faire face à un afflux de victimes dans les établissements de santé («plans blancs») En fonction des décisions du préfet, les organismes ayant fait l objet d une fiche d aide à la décision préparent la mise en œuvre ou mettent en œuvre certaines des actions prévues. Les communes peuvent faire intervenir des associations et organismes (Croix Rouge par exemple) pour contacter les personnes âgées et les personnes handicapées vivant à domicile. Des points de distribution d eau sont installés, les horaires des piscines municipales sont étendus La sortie du niveau de mise en garde et d actions Le préfet de département désactive le niveau de mise en garde et d actions sur la base des informations de l InVS selon le même schéma décisionnel que pour le passage ne niveau MIGA. Cette décision de changement de niveau est communiquée sans délai aux acteurs concernés localement et au niveau national via SYNERGI Intervention des l échelons régional et zonal Le préfet de région, s il le juge utile ou à la demande d un préfet de département, met en alerte une cellule régionale d appui (CRA) destinée à apporter son expertise et son soutien dans la collecte et le traitement des informations relatives à la canicule. Pilotée par la DRASS, celle cellule est composée notamment de l ARH et de la CIRE. Cette cellule organise l interface avec le dispositif de gestion de crise instauré au niveau zonal. En particulier, la cellule régionale d appui siégeant au chef-lieu de zone assure l interface entre le dispositif sanitaire et le Centre opérationnel zonal. Le préfet de zone constitue l interface entre le niveau national (via le COGIC) et l échelon départemental. 2.3 NIVEAU DE MOBILISATION MAXIMALE Conditions de déclenchement Si le phénomène, par son intensité ou sa généralisation à une large partie du territoire entraîne ou est susceptible d entraîner des effets collatéraux (difficultés dans l approvisionnement en eau potable ou en électricité, saturation des hôpitaux, saturation de la chaîne funéraire.), le Premier Ministre sur proposition du Ministre chargé de la santé et du Ministre de l Intérieur décide, le cas échéant, le déclenchement de mobilisation maximale. Le Premier ministre confie la responsabilité de la gestion de la canicule au niveau national, au Ministre de l Intérieur qui prend en charge la coordination interministérielle des opérations avec, à sa disposition, le COGIC et les services du ministère de la santé.

12 Sur demande du Premier ministre, le préfet active le niveau de mobilisation maximale. Le préfet peut également proposer au ministre chargé de la santé d activer le niveau de mobilisation maximale en fonction des données météorologiques, des données sanitaires ou d activités anormales de ses services, ou de la constatation d effets annexes (sécheresse, pannes ou délestages électriques, saturation des hôpitaux ) Les instructions aux services déconcentrés proviennent à ce stade, du ministre chargé de l intérieur qui prend en charge le pilotage des actions de réponse mise en œuvre des mesures de niveau de mobilisation maximale Le préfet met en œuvre les éléments du dispositif ORSEC pour traiter les différents aspects de la situation que le département connaît ou est susceptible de connaître. Les COD sont placés en configuration de direction des opérations pour coordonner l ensemble des services impliqués dans la mise en œuvre des mesures de protection générale des populations intervention des échelons régional et zonal Le préfet de zone prend les mesures de coordination nécessaires décrites au niveau de mise en garde et d actions ci-dessus, adaptées à la dimension de la situation. En liaison avec l échelon zonal et à la demande du préfet de département, la DRASS met en place une cellule régionale d appui dans le domaine sanitaire et social la levée du dispositif La levée du dispositif est assurée par le Premier ministre, sur la base des informations fournies par le ministre chargé de l intérieur. Cette levée est communiquée aux acteurs concernés.

13 3. FICHES D AIDE A LA DECISION 1- Préfet du Nord Page Maires et CCAS Page Direction départementale des Affaires Sanitaires et Sociales du Nord Page Agence Régionale de l Hospitalisation Page SAMU Page Service départemental d incendie et de secours du Nord Page Cellule inter Régionale d Epidémiologie Page Médecins libéraux Page Etablissements pour personnes âgées et handicapées et établissements sociaux Page Etablissements de santé Page Service de soins infirmiers à domicile et Associations et services d aide à domicile Page Associations de secouristes Page Rectorat Page 29

14 3.1 PREFET DU NORD Niveau de Veille saisonnière Le préfet : - active la veille saisonnière en plaçant les services de l Etat, les maires et le conseil général en état de vigilance - réunit au début des mois de juin et d octobre le comité départemental canicule - vérifie le caractère opérationnel des mesures prévues au plan - se prépare, en lien avec la DDASS, à ouvrir un numéro d information téléphonique en cas d activation du niveau 2 afin d informer les populations concernées, en particulier sur la localisation des lieux publics rafraîchis et sur les conseils de prévention en cas de fortes chaleur. Niveau de mise en garde et d actions Le préfet du Nord, sur la base des indications figurant dans le Message d Alerte Canicule et Santé (MACS) : - met en état d alerte les services de l Etat - informe les maires et le conseil général du passage au niveau de mise en garde et d actions - peut activer le centre opérationnel départemental (COD) dont le module «canicule santé» regroupe des membres du CDC Le préfet coordonne les acteurs du plan au travers notamment des actions suivantes : pour la communication : - piloter les actions locales de communication et d information en direction de la presse et du public, en faisant diffuser les messages de prévention, d alerte et de recommandations prévus ou fournis par le MACS (intensité et durée de la canicule) - ouvre une plate forme de réponse téléphonique locale afin d informer la population notamment sur la localisation des lieux publics rafraîchis et sur les conseils de prévention et de lutte contre les effets des fortes chaleurs et d informer le ministère de la santé de cette ouverture. - Déclencher, le cas échéant, la diffusion des spots radiophoniques et télévisés du ministère produit par l INPES, dans le cadre des conventions passées avec les chaînes radiophoniques et télévisées locales pour la réponse sanitaire : Le préfet de département met en œuvre en tant que de besoin les dispositions du PGCD. Il peut notamment faire activer tout ou partie des mesures destinées à : - assister les personnes âgées isolées en mobilisant les services de soins infirmiers à domicile, les associations et services d aide à domicile, et les associations de bénévoles - s assurer de la permanence des soins auprès des médecins de ville et de la bonne réponse du système de soins - de mobiliser les EHPA («plan bleu») - veiller à l accueil des personnes à risque dans des locaux rafraîchis en liaison avec la DDASS et les communes

15 - faire face à un afflux de victimes dans les établissements de santé («plans blancs») Le préfet recueille - les informations envoyées par les différents services de l Etat, établissements sanitaires et médico-sociaux, organismes sociaux, - transmet les informations sur la situation au niveau départemental aux échelons régionaux, zonaux et nationaux, par l ouverture d un événement sur le réseau informatisé d échanges d informations SYNERGI qui sera le vecteur unique de remontée des déclenchements des niveaux du plan départemental par les préfectures. Au niveau de mobilisation maximale Le préfet : met en œuvre les éléments du dispositif ORSEC pour traiter les différents aspects de la situation que le département connaît ou est susceptible de connaître. Le COD est placé en configuration de direction des opérations pour coordonner l ensemble des services impliqués dans la mise en œuvre des mesures de protection générale des populations

16 3.2 MAIRE ET CCAS Niveau de Veille saisonnière Le maire : - vérifie son dispositif de veille ou d alerte - assure la mise en place d une cellule de veille communale si nécessaire et en fonction de la taille de la commune - assure le suivi des décès - désigne un référent canicule et transmet ses coordonnées au préfet - s assure de la préparation des services municipaux - s assure de la préparation des CCAS et des services municipaux de maintien à domicile s ils existent - assure le repérage des personnes fragiles en tenant à jour le répertoire - recense les associations de secouristes et de bénévoles ainsi que les différents intervenants de proximité auxquels il serait possible de recourir - recense les locaux collectifs dont elle a la charge disposant de pièces climatisées ou rafraîchies et de groupes électrogènes, - diffuse des messages de recommandations au public et aux services par tout moyen signale au préfet toute situation anormale liée à la canicule - élabore un guide de procédures de gestion de crise pour leurs propres services et pour les structures dont elles ont la charge Niveau de mise en garde et d actions Le maire : - s assure de la mobilisation de l ensemble des services municipaux si nécessaire - informe la préfecture si le nombre de décès augmente anormalement ou en cas de perturbation importante de la qualité ou de la distribution de l eau - constitue un stock d eau en bouteille qui pourra être distribuée notamment par les associations de secouristes - assure le relais des informations par tous les moyens dont il dispose auprès de la population ou des associations de personnes âgées ou dépendantes - assure une communication la plus large possible sur le déclenchement du plan canicule auprès de la population - encourage la solidarité de proximité - assure la programmation d horaires modulés d ouverture des lieux climatisés de leur commune - s assure que les établissements communaux disposent des personnels suffisants, des équipements et matériels en état de marche, et produits de santé spécifiques aux températures extrêmes - - assure l accueil de la population ne nécessitant pas une hospitalisation dans des locaux rafraîchis répertoriés à cet effet - assure la mobilisaiton de leurs personnels présents au plus près de la population Niveau de mobilisation maximale - le maire assure le renforcement des actions déjà menées au niveau de mise en garde et d actions

17 3.3 LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES Niveau de Veille saisonnière La DDASS du Nord : - - assure l organisation d une vigilance dans les SAU sous la coordination de l ARH vérification des dispositifs opérationnels des plans blancs et des plans bleus organisation des personnels et préparation matérielle - s assure de la préparation des CLIC - assure l organisation d une vigilance dans les maisons de retraite, les établissements médico sociaux et les services d aide à domicile en lien avec le conseil général - assure sa contribution au repérage des personnes à risque en lien avec ses partenaires associés - assure le recensement des structures relevant de sa responsabilité, disposant de pièces climatisées et rafraîchies et de groupes électrogènes - assure la vérification de l installation de pièces rafraîchies au climatisées dans les établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux en lien avec le Conseil général - diffuse des messages de recommandations : aux établissements de santé aux services et établissements sociaux et médico-sociaux au conseil de l Ordre aux établissements pénitentiaires et centres de rétention administrative - Tient à jour un annuaire des institutions, des structures et services intervenant auprès des personnes âgées et personnes handicapées, des établissements de santé, des pharmacies, des sociétés d ambulances en lien avec le conseil général - Assure l élaboration d un plan de communication en lien avec la DRASS et la préfecture, et en cohérence avec l administration centrale et l INPES Niveau de mise en garde et d actions La DDASS du Nord : alerte : - les établissements de santé publics et privés et médico-sociaux - les centres d accueil d urgence - les services de soins à domicile les CLIC - le conseil de l Ordre - le SAMU - renforce le contrôle sur la préparation des établissements de sa compétence - assure la surveillance de la qualité de l eau d alimentation - participe à la cellule de veille départementale - assure la mise en place d un plan de communication sous l autorité du préfet : mise en place d un numéro vert santé départemental l information des établissements et structures des recommandations préventives à mettre en œuvre pour limiter les effets des accidents climatiques - assure la mobilisation des équipes mobiles de type «SAMU social» - assure la mobilisation des dispositifs implantés au plus près des territoires - assure la transmission des instructions des différentes directions de l administration centrale et les Agences

18 Niveau de mobilisation maximale La DDASS du Nord : - prévient l ensemble de ses partenaires que la cellule de crise est activée - assure la mise en œuvre du plan de communication sous l autorité du préfet - assure la mobilisation des dispositifs d intervention à domicile - assure la mobilisation des services présents au plus près de la population - assure le suivi des établissements de santé et dans les établissements sociaux et médico-sociaux - assure le renforcement des actions menées au niveau de mise en garde et d actions

19 3.4 AGENCE REGIONALE DE L HOSPITALISATION Niveau de Veille saisonnière L ARH : - met en place d un système de veille et d alerte en coordination avec l InVS pour les données à recueillir en établissements de santé - assure la collecte des indicateurs recueillis par les établissements de santé selon le serveur régional de veille et d alerte - s assure de la mise en œuvre du dispositif de fermeture de lits en période estivale - assure en liaison avec la DDASS que les établissements de santé disposent : d un plan blanc opérationnel des personnels et des capacités d accueil suffisants pour faire face à un risque exceptionnel de groupes électrogènes opérationnels, de matériels de lutte contre les fortes chaleurs, de pièces rafraîchies ou climatisées - s assure que le personnel a reçu une formation et a été sensibilisé aux recommandations préventives et curatives Niveau de mise en garde et d actions L ARH : - s assure, en lien avec la DDASS, de la mobilisation des dispositifs hospitaliers - assure la coordination des établissements de santé (disponibilité en lits et places) pour la prise en charge des patients présentant des pathologies liées à la canicule - assure le suivi du déclenchement des plans blancs - assure la diffusion aux établissements de santé des recommandations préventives et curatives à mettre en œuvre pour limiter les effets des accidents climatiques - assure sa participation à la cellule régionale d appui - assure la collecte des indicateurs recueillis par les établissements de santé selon le serveur régional de veille et d alerte Niveau de mobilisation maximale L ARH assure en lien avec la DDASS et la DRASS : - le renforcement des actions menées au niveau de mise en garde et d actions

20 3.5 SAMU Niveau de Veille saisonnière Le SAMU : transmet à la CIRE les indicateurs prédéterminés - assure le suivi du nombre d appels journaliers au centre 15 - assure le suivi du nombre de sorties du SMUR primaires et secondaires du département - participe 2 fois par an au comité départemental canicule Niveau de mise en garde et d actions Le SAMU informe : - la CIRE régulièrement de la valeur de ses indicateurs - la CIRE immédiatement en cas de dépassement du seuil de vigilance et d alerte Le SAMU assure : - une écoute attentive des appels concernant la population cible du plan ; - la préparation, en terme de moyens techniques et humains d interventions en cas de déclenchement du plan - la coordination de la mise en action des SMUR du département, - la rotation des agents présents sur le terrain - la régulation des demandes d hospitalisation de la médecine libérale avec l hôpital, - la diffusion de l information des recommandations préventives et curatives en liaison avec la DDASS, la collecte des bilans sanitaires dans le cadre du suivi de la crise eu égard aux sorties SMUR, - Une collaboration permanente avec le SDIS - La synthèse des décès enregistrés par les SMUR et des interventions. Participe à : - la recherche de lits pour les pathologies spécifiques en liaison avec l ARH et la DDASS - la coordination et l utilisation des moyens disponibles des hôpitaux et cliniques en fonction des besoins Niveau de mobilisation maximale Le SAMU prévient : - la CIRE de l évolution de ses indicateurs Le SAMU assure : - le renforcement des actions déjà menées au niveau de mise en garde et d actions

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN

PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN ll PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN 2010 2 SOMMAIRE Glossaire des sigles utilisés...4 INTRODUCTION...5 TITRE1 : LES OBJECTIFS DU PGCD...7 1.1 LA COORDINATION

Plus en détail

Le Système d alerte canicule et santé - Sacs 2011. Karine Laaidi, Aymeric Ung 10 mai 2011- Journée SOS Médecins

Le Système d alerte canicule et santé - Sacs 2011. Karine Laaidi, Aymeric Ung 10 mai 2011- Journée SOS Médecins Le Système d alerte canicule et santé - Sacs 2011 Karine Laaidi, Aymeric Ung 10 mai 2011- Journée SOS Médecins 1. Objectifs et principes 2. Les indicateurs d alerte 3. Les indicateurs de suivi d alerte

Plus en détail

NOTE. à Madame et messieurs les Préfets de région,

NOTE. à Madame et messieurs les Préfets de région, Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité NOTE Direction générale du travail Le Directeur 39-43, Quai André Citroën 75902 PARIS CEDEX 15 Téléphone : 01 44 38 25 03 Télécopie : 01

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D'UNE CANICULE

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D'UNE CANICULE PRÉFET DES HAUTES-PYRÉNÉES PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D'UNE CANICULE Plan départemental de gestion d'une canicule des Hautes-Pyrénées Version du 26 mai 2011-1 / 27 Sommaire A-Contexte du plan B-Rappel

Plus en détail

Union Nationale des Centres Communaux d Action Sociale

Union Nationale des Centres Communaux d Action Sociale La mise en œuvre du dispositif canicule par les CCAS-CIAS Union Nationale des Centres Communaux d Action Sociale Sommaire Introduction... p 4 Chapitre I CCAS-CIAS et plan national canicule... p 5 Le plan

Plus en détail

INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N DGS/DUS/DGOS/DGCS/ DGT/DGSCGC/2015/166

INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N DGS/DUS/DGOS/DGCS/ DGT/DGSCGC/2015/166 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de l intérieur Direction Générale

Plus en détail

PLAN DE GESTION DE CANICULE DEPARTEMENTAL DE LA LOIRE

PLAN DE GESTION DE CANICULE DEPARTEMENTAL DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE Préfecture Services du cabinet Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PLAN DE GESTION DE CANICULE DEPARTEMENTAL DE LA LOIRE 2015 Actualisation : 2015 ADRESSE POSTALE

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

La Direction Régionale des Finances Publiques du Nord Pas-de-Calais et du département du Nord

La Direction Régionale des Finances Publiques du Nord Pas-de-Calais et du département du Nord La Direction Régionale des Finances Publiques du Nord Pas-de-Calais et du département du Nord Organigramme La Direction Régionale des Finances Publiques (DRFiP) du Nord Pas-de-Calais et du département

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ADMINISTRATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ADMINISTRATION ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Secrétariat

Plus en détail

LISTE DES SERVICES D HOSPITALISATION A DOMICILE DANS LE NORD PAS-DE-CALAIS

LISTE DES SERVICES D HOSPITALISATION A DOMICILE DANS LE NORD PAS-DE-CALAIS LISTE DES SERVICES D HOSPITALISATION A DOMICILE DANS LE NORD PAS-DE-CALAIS Novembre 2013 LISTE DES SERVICES D HOSPITALISATION A DOMICILE DANS LE NORD - PAS-DE-CALAIS 2 CONTACT F.N.E.H.A.D. Mr Philippe

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE 2011 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE SOMMAIRE SOMMAIRE 2 DECLENCHEMENT DU PCS 3.1 ROLE ET OBJECTIFS DU PLAN 3.2 MODALITES DE DECLENCHEMENT DES DIFFERENTES ALERTES

Plus en détail

Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi

Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Généralisation de la complémentaire santé pour les salariés Portabilité des droits votre mutuelle. votre expert santé L accès aux soins

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

Plan ORSEC. du département du Finistère

Plan ORSEC. du département du Finistère PRÉFET DU FINISTÈRE Préfecture du Finistère Cabinet du préfet Service interministériel de défense et de protection civiles Plan ORSEC «secours à nombreuses victimes» du département du Finistère Plan ORSEC

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S Plan Communal de Sauvegarde Plan Communal de Sauvegarde de CHINON Sommaire CHAPITRE 1 INTRODUCTION FI 1 Préambule FI 2 Objet du PCS et cadre réglementaire FI 3 Arrêté municipal de réalisation du

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Règlement Intérieur. Date : 6 novembre 2014. Code documentaire : ORU.REGLINT.ENR006

Règlement Intérieur. Date : 6 novembre 2014. Code documentaire : ORU.REGLINT.ENR006 Règlement Intérieur Date : 6 novembre 2014 Code documentaire : ORU.REGLINT.ENR006 OBJECTIFS - FINALITES DE L ORU-MiP Article 1. : Conformément à sa convention constitutive, la mission principale du GIP

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009

Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009 Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009 1 Le GCS Télésanté Lorraine La télésanté en lorraine Groupement de Coopération Sanitaire créé en

Plus en détail

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF ASSOCIATION LOI 1901 CONVENTION CONSTITUTIVE SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU RESEAU ET OBJECTIFS POURSUIVIS ARTICLE 2 AIRE GEOGRAPHIQUE DU RESEAU ET POPULATION CONCERNEE ARTICLE

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

La téléassistance pour le maintien à domicile :

La téléassistance pour le maintien à domicile : La téléassistance pour le maintien à domicile : Comment dépasser une logique d offre technologique et construire les usages pertinents? Florence Charue-Duboc ; Laure Amar ; Anne-France Kogan ; Nathalie

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE Direction générale de l action sociale SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Circulaire DGAS

Plus en détail

P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue?

P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue? P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue? Référentiel métier de PARM Vr 4 - Mai 2007 Page 1 sur 9 Ce document a été rédigé

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Dispositions générales ORSEC Dr M.NAHON SAMU75 02/2013 Crises sanitaires, Accidents catastrophiques à effets limités (ACEL), Catastrophes Majeures 2 Crises sanitaires,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

GESTION DE TRAFIC GESTION DES CRISES HIVERNALES LE SUIVI ET L ALERTE METEO

GESTION DE TRAFIC GESTION DES CRISES HIVERNALES LE SUIVI ET L ALERTE METEO Gestion de trafic, gestion des crises hivernales : le suivi et l alerte météo M. Guy LEGOFF Directeur Régional Météo Sud-Est 2, bd du château double 13908 Aix-en-Provence Cedex 2 Tél.: 33 (0)4 42 95 90

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

Adapter le parc de logements à l âge et au handicap

Adapter le parc de logements à l âge et au handicap Adapter le parc de logements à l âge et au handicap Jeudi 15 novembre 2007 Landivisiau Participants : CAROFF Marie-Françoise Délégué PLH Adjointe à Plounévez-Lochrist GUERNIC Françoise Armorique Habitat

Plus en détail

Plan Canicule 2015 PLAN CANICULE 2015

Plan Canicule 2015 PLAN CANICULE 2015 PLAN CANICULE 2015 1 VALIDATION DU DOCUMENT Rédaction : Direction de l Action Sociale et du Handicap (D.RIZZETTO- S. BERRETTONI) Centre Communal Action Sociale (S.A.G.E.) : J. PETTINI Validations préalables

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Portes Ouvertes chez votre assistant maternel

Portes Ouvertes chez votre assistant maternel Coordonnées utiles www.cg59.fr de Métropole Lille 108/112, rue Pierre Legrand CS 70511-59022 LILLE Cedex Tél. : 03 59 73 92 70 de Métropole Roubaix Tourcoing 12, Boulevard de l Egalité 59200 TOURCOING

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS PREFECTURE DE POLICE N Spécial 5 août 2014 1 PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N Spécial Préfecture de Police du 5 août 2014 SOMMAIRE Arrêté

Plus en détail

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256 Circulaire DHOS/E 4 n 2005-256 du 30 mai 2005 relative aux conditions techniques d alimentation électrique des établissements de santé publics et privés NOR : SANH0530245C Date d application : immédiate.

Plus en détail

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence Centre Hospitalier Universitaire Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur R. Debré - 30009 Nîmes cedex 9-04 66 68 68 68 www.chu-nimes.fr INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des

Plus en détail

«Une heure pour savoir»

«Une heure pour savoir» PLAN CYCLONE. ORGANISATION DÉPARTEMENTALE ET ZONALE DE LA GESTION DE CRISE «Une heure pour savoir» LE 8 JUILLET 2011 E.FONTANILLE/ J. VINCENT Les CYCLONES aux ANTILLES Depuis 1986 le Cyclone (en Grec Dieu

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

Réalisation : Maison de l Emploi de Villeneuve d Ascq - Mons-en-Barœul Mise à jour : septembre 2015 (Edition initiale : septembre 2012 - Mise à jour

Réalisation : Maison de l Emploi de Villeneuve d Ascq - Mons-en-Barœul Mise à jour : septembre 2015 (Edition initiale : septembre 2012 - Mise à jour Réalisation : Maison de l Emploi de Villeneuve d Ascq - Mons-en-Barœul Mise à jour : septembre 2015 (Edition initiale : septembre 2012 - Mise à jour précédente : septembre 2014) 2 Le guide pratique Où

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION DU PLAN BLEU. à destination des établissements médico-sociaux

GUIDE D ÉLABORATION DU PLAN BLEU. à destination des établissements médico-sociaux GUIDE D ÉLABORATION DU PLAN BLEU à destination des établissements médico-sociaux Logo de l établissement Fiche de synthèse Établissements médico-sociaux (EMS) accueillant ou hébergeant des personnes âgées

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 1er février 2013 relative à la domiciliation en établissement pénitentiaire NOR : JUSK1240044C La garde des sceaux, ministre de la justice, Le ministre de l'intérieur, Pour attribution à

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Préfecture Alpes-Maritimes 06

Préfecture Alpes-Maritimes 06 Administration DÉPARTEMENTS Préfecture Alpes-Maritimes 06 Nice et sa célèbre baie des Anges MOEBS STÉPHANE - FOTOLIA PRÉFET DES ALPES-MARITIMES CHRISTOPHE MIRMAND DR Né le 22 juillet 1961 IEP-Paris DESS

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de la santé et des solidarités Ministère de la santé et des solidarités L Union nationale des caisses d assurance-maladie DIRECTION DE L HOSPITALISATION UNION NATIONALE DES CAISSES D ASSURANCE ET DE L ORGANISATION DES SOINS MALADIE

Plus en détail

Un service vie quotidienne Portage de repas à domicile, foyers-restaurants, télé-alarme, accompagnement des déplacements, visites de convivialité.

Un service vie quotidienne Portage de repas à domicile, foyers-restaurants, télé-alarme, accompagnement des déplacements, visites de convivialité. Centre communal d action sociale Des services pour vous accompagner dans votre vie... Un service vie quotidienne Portage de repas à domicile, foyers-restaurants, télé-alarme, accompagnement des déplacements,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES

ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES Les Groupes d'entraide mutuelle trouvent leur base légale dans la loi n 2005-102 du 11 février

Plus en détail

Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau

Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau Actes Journées Santé Travail du CISME Tome II 2012 Session 1 : Philosophie du travail en réseau Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau Dr Lucette MIGNIEN Médecin du travail

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Version Février 2011 HARMONIE SOINS & SERVICES Sommaire général Un groupe

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

Schéma Régional d Organisation des Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE

Schéma Régional d Organisation des Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE SOMMAIRE 1.DIAGNOSTIC REGIONAL DE LA DELIVRANCE DU MEDICAMENT EN AMBULATOIRE... 3 1.1.Les modes d ouverture d une pharmacie... 3 1.2.Le

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes Repères Gestion des défibrillateurs automatisés externes Juin 2014 Défibrillateurs automatisés externes grand public : Recommandations à suivre Vous êtes une entreprise, une structure accueillant du public

Plus en détail

La gestion des risques par le Département du Loiret

La gestion des risques par le Département du Loiret Conseil Général du Loiret Séminaire du 22 mai 2012 Aix-en-Provence La gestion des risques par le Département du Loiret Plan 1. Les risques Départementaux 1.1 La sécurité : un enjeu à l échelle du Département

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

Dossier de presse. Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent à la saison cyclonique

Dossier de presse. Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent à la saison cyclonique Cabinet du Préfet Bureau de la communication interministérielle Fort-de-France, le 12 juin 2013 Dossier de presse Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent

Plus en détail

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation automatisée externe par le public Conférence d Experts Coordonnateur : Pr P

Plus en détail