1.1 PRESENTATION... 3 ANNUAIRE MESSAGES D INFORMATION AU PUBLIC RISQUES SANITAIRES LIES A LA CANICULE ET RECOMMANDATIONS...

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1.1 PRESENTATION... 3 ANNUAIRE... 31 MESSAGES D INFORMATION AU PUBLIC... 75 RISQUES SANITAIRES LIES A LA CANICULE ET RECOMMANDATIONS..."

Transcription

1 PREFECTURE DU NORD PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE DANS LE NORD ACTUALISATION 2007

2 1.1 PRESENTATION LES OBJECTIFS GENERAUX DU PLAN DECLENCHEMENT DU PLAN ET MISE EN ŒUVRE DECLENCHEMENT ET MISE EN ŒUVRE DU PLAN NIVEAU DE VEILLE SAISONNIERE Conditions de déclenchement Mesures mises en œuvre NIVEAU DE MISE EN GARDE ET ACTIONS Conditions de déclenchement La sortie du niveau de mise en garde et d actions Intervention des l échelons régional et zonal NIVEAU DE MOBILISATION MAXIMALE Conditions de déclenchement mise en œuvre des mesures de niveau de mobilisation maximale intervention des échelons régional et zonal la levée du dispositif SCHEMA DE DECLENCHEMENT DU PLAN ANNUAIRE MESSAGES D INFORMATION AU PUBLIC RISQUES SANITAIRES LIES A LA CANICULE ET RECOMMANDATIONS... 87

3 1. PRESENTATION ET OBJECTIFS DU PLAN 1.1 PRESENTATION Même si les effets de la canicule de l année 2003 ont relativement épargné la population âgée du département du Nord, il demeure qu au niveau national celle-ci a majoritairement frappé les personnes âgées et mis en évidence l isolement et la solitude de personnes âgées, privées de tout lien social, auxquelles il n a pu être porté secours, faute de les connaître. Le plan départemental de gestion d une canicule du département du Nord constitue un dispositif de réponse cohérent des pouvoirs publics et de l ensemble des intervenants au niveau local afin de prévenir et réduire les conséquences sanitaires d une canicule en direction des personnes les plus vulnérables. Le Préfet du département est chargé de l élaboration de la mise en œuvre et de l évolution de ce plan. Sa mise en œuvre ne fait pas obstacle aux actions menées par les administrations et les collectivités pour pallier les risques liés aux fortes températures ni au déclenchement d autres plans d urgence. L amélioration de la circulation de l information entre les acteurs institutionnels et la sensibilisation du grand public dès le stade des prévisions des grandes chaleurs constituent donc des enjeux majeurs en matière de prévention des risques sanitaires.

4 1.2 LES OBJECTIFS GENERAUX DU PLAN Le plan sur le risque caniculaire mis en place dans le département du Nord répond à des objectifs qui correspondent à trois échelles de temps distinctes : * A très court terme, la nécessité de mettre en place des dispositifs d alerte capables d informer en temps réel de la survenue d une élévation anormale des appels aux services d urgence et de la mortalité * A court terme, la nécessité de mettre en place un dispositif d alerte fondé sur les prévisions météorologiques et permettant donc d anticiper de plusieurs jours la survenue d un risque de surmortalité lié à l arrivée d une vague de chaleur * A moyen et long terme, la mise en place d un système visant à identifier les dangers pour la santé et la sécurité et à en préciser les contours (nature, existence actuelle ou prévisible, probabilité de survenue, ampleur des effets néfastes possibles) La mise en place d une combinaison efficace de ces trois échelles d anticipation est un objectif de santé publique d une importance majeure pour laquelle toutes les institutions présentant des missions et compétences mobilisables doivent être sollicitées, fortement soutenues par les pouvoirs publics et faire preuve de la réalité et de l efficacité de leurs collaborations La réponse organisationnelle est fondée sur cinq piliers, conformément aux préconisations du plan national canicule : la mise en œuvre de mesures de protection des personnes à risques hébergées en institution (établissements d hébergement de personnes âgées (EHPA), établissements de soins) : - l installation d au moins une pièce rafraîchie dans tous les établissements de soins, maisons de retraite, logements foyers, unités de soins de longue durée - mise en place d un plan bleu dans chaque établissement d hébergement de personnes âgées le repérage des personnes à risque isolées afin de faciliter l intervention ciblée des services sanitaires et sociaux l alerte la solidarité : - les établissements hébergeant des personnes âgées et les hôpitaux disposent d équipements et de procédures adaptés aux besoins des personnes à risque. - Le préfet recense les services de soins infirmiers à domicile, les associations et les services d aide à domicile, les associations de bénévoles.

5 la communication : Aux échelons national et local, un dispositif d information est prévu, à destination du grand public, des professionnels de santé, des professionnels assurant la prise en charge de personnes fragiles ou dépendantes et des établissements de santé.

6 1.3 DECLENCHEMENT DU PLAN ET MISE EN ŒUVRE Conformément aux dispositions de la circulaire interministérielle DGS/ DESUS/ DHOS/ DGAS/ DDSC/ DGT/ 2007/ 185 du 4 mai 2007 pour détecter, prévenir et lutter contre les conséquences d une canicule un dispositif spécifique est mis en œuvre pendant la période estivale dans le département du Nord. Le plan départemental canicule s articule en trois phases Niveau de veille saisonnière ( du 1 er juin au 31 août) Du 1 er juin au 31 août de chaque année, chaque service concerné, aux niveaux zonal, régional, départemental, communal vérifie la fonctionnalité des interfaces d alerte, les dispositifs de repérages des personnes vulnérables, l opérationnalité des systèmes d alerte et de mobilisation. Niveau de mise en garde et actions (MIGA) Ce niveau est caractérisé par un risque canicule ( atteinte ou dépassements des seuils biométéorologiques accompagnés de critères qualitatifs) en cours ou prévu. Les critères qualitatifs associés peuvent être l intensité, la durée et l extension géographique attendues, les facteurs météorologiques aggravants, la pollution atmosphérique, des critères sociaux.. Niveau de «mobilisation maximale» Ce niveau est caractérisé par une canicule avec un impact sanitaire important, étendue sur une grande partie du territoire ou compliquée d effets collatéraux (délestages ou pannes électriques, sécheresse, )

7 2. DECLENCHEMENT ET MISE EN ŒUVRE DU PLAN Le plan départemental de gestion d une canicule comporte 3 niveaux : - Niveau DE VEILLE SAISONNIERE (du 1 er juin au 31 août) - Niveau de MISE EN GARDE «CANICULE ET SANTE» ET ACTIONS - Niveau MOBILISATION MAXIMALE 2.1 NIVEAU DE VEILLE SAISONNIERE Conditions de déclenchement Du 1 er juin au 31 août de chaque année, le préfet du Nord met en œuvre dans le département une veille saisonnière sur l évolution climatique et sanitaire Mesures mises en œuvre a) En début et en fin de saison, chaque année, le préfet réunit le comité départemental canicule (CDC) Ce comité, présidé par le préfet, comprend : Préfet Président du Conseil Général DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales) CIRE (Cellule Interrégionale d épidémiologie) DSV (Direction des Services Vétérinaires) DDTEFP (Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la formation professionnelle) DRDJS (Direction Départementale de la jeunesse et des Sports) DIREN (Direction Régionale de l Environnement) ARH (Agence Régionale de l Hospitalisation) Rectorat Association des maires Du Nord Mairies des chefs lieux d arrondissement Mairie de Lille Mairie de Roubaix Mairie de Tourcoing Mairie Armentières UDCCAS (Union Départementale des Centre Communaux d Action Sociale) CRAM (Caisse Régionale de l Assurance Maladie) SAMU (Service de l Aide Médicale Urgente) SDIS (Service Départementale d Incendie et de Secours) Ordre des Médecins Ordre des pharmaciens SOS médecins URMEL (Union Régionale des Médecins Exerçant à titre Libéral) FHF (Fédération Hospitalière de France) Fédération de l Hospitalisation privée URIOPSS (Union Régionale Interfédérale des Œuvres et Organismes Privés Sanitaires et Sociaux) Représentants du secteur Personnes Agées : - SYNERPA (Syndicat National des Etablissements et Résidences Privées pour Personnes Agées) - ADEPHA (Association des Directeurs d Etablissements d Hébergement pour Personnes Agées)

8 - FEHAP (Fédération des établissements hospitaliers et d assistance privée) Représentants du maintien à domicile : - SYDO - URADAR (Union Régionale des Aides à Domicile) - UNA Nord (Union départementale des associations des soins et services à domicile) Représentants du secteur de soutien au sans abri et personnes vulnérables : - FNARS Comité local d information et de Coordination (CLIC) de Seclin Représentants des secouristes : - Croix Rouge Nord - Croix Blanche - ASSPFT - ADPC UDAF (Union Des Associations Familiales), association tutélaire ATI, association tutélaire SI/CODERPA (Comité Départementale des Retraités et Personnes Agées) Météo France Atmo Nord-Pas-de-Calais, association régionale agréée pour la surveillance de la qualité de l air CH Valenciennes CHRU CH Roubaix GHICL Ses missions sont : Evaluer et mettre à jour le dispositif départemental de gestion d une canicule et organiser, le cas échéant des exercices pour en tester l efficacité, S assurer que les EHPA et établissements de santé disposent respectivement de plans bleus et blancs, Faire un bilan des actions de formation et sensibilisation des différentes populations à risques et acteurs concernés au niveau local Faire un bilan annuel des mesures structurelles de lutte contre la canicule dans les EHPA et les établissements de santé S assurer que les retours d expérience sont réalisés et coordonnées entre les différents acteurs locaux Faire en fin de saison, le bilan de l efficacité des mesures prises durant l été et de le transmettre au CICA Veiller à ce que les recommandations soient diffusées auprès des différentes populations à risque vis-à-vis de la canicule Préparer un plan de communication départemental en cas d alerte et de fortes chaleurs. c) les organismes ayant fait l objet d une fiche d aide à la décision dans le présent plan mettent en œuvre les actions prévues dans la veille saisonnière d) la préfecture, en lien avec la DDASS, se prépare à ouvrir un numéro d information téléphonique qui sera activé en cas de fortes chaleurs afin d informer les populations concernées, en particulier sur la localisation des lieux publics rafraîchis et sur les conseils de prévention en cas de fortes chaleur.

9 e) la DDASS s assure de la bonne diffusion des dépliants et affichettes INPES. f) au niveau régional, les cellules interrégionales d épidémiologie (CIRE) activent leur réseau de surveillance et d alerte basé sur des données sanitaires. g) les maires communiquent au représentant de l Etat, à sa demande, le registre nominatif qu ils ont constitué et régulièrement mis à jour, conformément au décret n pris en application de l article L du Code de l action sociale et des familles, recensant les personnes âgées et les personnes handicapées qui en ont fait la demande. h) les communes identifient les lieux climatisés pouvant permettre d accueillir les personnes à risque vivant à domicile. i) les établissements de santé élaborent ou mettent à jour leur plan blanc et installent ou vérifient la fonctionnalité des pièces rafraîchies. j) les établissements d hébergement de personnes âgées élaborent ou mettent à jour leur plan bleu et installent ou vérifient la fonctionnalité des pièces rafraîchies. 2.2 NIVEAU DE MISE EN GARDE ET ACTIONS Conditions de déclenchement Lorsque le système d alerte canicule et santé (SACS) identifie un risque de survenue de canicule, L InVS, après concertation avec Météo France, en informe aussitôt la Direction Générale de la Santé( DGS) La DGS organise alors une conférence téléphonique appelée «PC Santé» qui rassemble : - l InVS, - Météo France, la Direction de la défense et de la sécurité civile (DDSC), - Les services d administration centrale du ministère chargé de la santé concernés, - La CIRE concernée, - le préfet du Nord sur invitation de la DGS, avec l appui technique de la DDASS et du SIRACEDPC Sur avis du PC Santé, le ministère chargé de la santé établit la liste des départements auxquels il recommande le déclenchement du niveau MIGA ( ou le retour au niveau de veille saisonnière) et émet un Message d Alerte Canicule et Santé (MACS) avant 17h. Ce message est adressé par la DGS : - aux participants du PC Santé, - au Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC) pour diffusion aux préfectures concernées, - aux ARH, aux DRASS et aux DDASS concernées - aux partenaires nationaux concernés Le MACS indique l échéance, l étendue géographique et la durée de l épisode de canicule attendu. Sur cette base, le préfet du Nord décide du changement de niveau du plan canicule ou du maintien

10 Le préfet de département peut également fonder sa décision sur des données météorologiques, des données sanitaires ou d activités anormales communiquées par ses services. Après analyse, le préfet de département décide de mettre en œuvre les actions adaptées définies préalablement : structures de veille ou de suivi particulier, procédures d alerte et autres mesures nécessaires en cohérence avec le dispositif ORSEC. le Centre Opérationnel départemental (COD) peut être activé et regroupé des membres du CDC. Outre ses missions générales de coordination des opérations, le préfet ou le COD a pour missions spécifiques face à la canicule : pour la mobilisation et l information des acteurs : - de veiller à ce que l ensemble des services publics locaux et des organismes associés soit alerté et mobilisé et prêt à mettre en œuvre les actions prévues Le MACS contient les informations qui peuvent être reprises par la préfecture pour informer les acteurs sur les échéances et l intensité du phénomène attendu. pour l échange d informations : - de prendre connaissance des informations envoyées par les différents services de l Etat, établissements sanitaires et médico-sociaux, organismes sociaux, - de transmettre les informations sur la situation au niveau départemental aux échelons régionaux, zonaux et nationaux, par l ouverture d un événement sur le réseau informatisé d échanges d informations SYNERGI qui sera le vecteur unique de remontée des déclenchements des niveaux du plan départemental par les préfectures. pour la communication : - de piloter les actions locales de communication et d information en direction de la presse et du public, en faisant diffuser les messages de prévention, d alerte et de recommandations prévus ou fournis par le MACS (intensité et durée de la canicule) - de faire ouvrir une plate forme de réponse téléphonique locale afin d informer la population notamment sur la localisation des lieux publics rafraîchis et sur les conseils de prévention et de lutte contre les effets des fortes chaleurs et d informer le ministère de la santé de cette ouverture. - De déclencher, le cas échéant, la diffusion des spots radiophoniques et télévisés du ministère produit par l INPES, dans le cadre des conventions passées avec les chaînes radiophoniques et télévisées locales pour la réponse sanitaire : Le préfet de département vérifie, au besoin quotidiennement, grâce aux données collectées auprès des services déconcentrés, l adéquation des mesures réalisées. Ces informations sont transmises au ministère de la santé, au cours d une téléconférence du PC santé, ou via les relais régionaux ou zonaux, lorsque ceux-ci sont activés aux fins de synthèse et de diffusion des informations échangées avec les départements. La synthèse de ces informations est transmise à la préfecture de zone de défense. Le préfet de département met en œuvre en tant que de besoin les dispositions du PGCD. Il peut notamment faire activer tout ou partie des mesures destinées à :

11 - assister les personnes âgées isolées en mobilisant les services de soins infirmiers à domicile, les associations et services d aide à domicile, et les associations de bénévoles - s assurer de la permanence des soins auprès des médecins de ville et de la bonne réponse du système de soins - de mobiliser les EHPA («plan bleu») - veiller à l accueil des personnes à risque dans des locaux rafraîchis en liaison avec la DDASS et les communes - faire face à un afflux de victimes dans les établissements de santé («plans blancs») En fonction des décisions du préfet, les organismes ayant fait l objet d une fiche d aide à la décision préparent la mise en œuvre ou mettent en œuvre certaines des actions prévues. Les communes peuvent faire intervenir des associations et organismes (Croix Rouge par exemple) pour contacter les personnes âgées et les personnes handicapées vivant à domicile. Des points de distribution d eau sont installés, les horaires des piscines municipales sont étendus La sortie du niveau de mise en garde et d actions Le préfet de département désactive le niveau de mise en garde et d actions sur la base des informations de l InVS selon le même schéma décisionnel que pour le passage ne niveau MIGA. Cette décision de changement de niveau est communiquée sans délai aux acteurs concernés localement et au niveau national via SYNERGI Intervention des l échelons régional et zonal Le préfet de région, s il le juge utile ou à la demande d un préfet de département, met en alerte une cellule régionale d appui (CRA) destinée à apporter son expertise et son soutien dans la collecte et le traitement des informations relatives à la canicule. Pilotée par la DRASS, celle cellule est composée notamment de l ARH et de la CIRE. Cette cellule organise l interface avec le dispositif de gestion de crise instauré au niveau zonal. En particulier, la cellule régionale d appui siégeant au chef-lieu de zone assure l interface entre le dispositif sanitaire et le Centre opérationnel zonal. Le préfet de zone constitue l interface entre le niveau national (via le COGIC) et l échelon départemental. 2.3 NIVEAU DE MOBILISATION MAXIMALE Conditions de déclenchement Si le phénomène, par son intensité ou sa généralisation à une large partie du territoire entraîne ou est susceptible d entraîner des effets collatéraux (difficultés dans l approvisionnement en eau potable ou en électricité, saturation des hôpitaux, saturation de la chaîne funéraire.), le Premier Ministre sur proposition du Ministre chargé de la santé et du Ministre de l Intérieur décide, le cas échéant, le déclenchement de mobilisation maximale. Le Premier ministre confie la responsabilité de la gestion de la canicule au niveau national, au Ministre de l Intérieur qui prend en charge la coordination interministérielle des opérations avec, à sa disposition, le COGIC et les services du ministère de la santé.

12 Sur demande du Premier ministre, le préfet active le niveau de mobilisation maximale. Le préfet peut également proposer au ministre chargé de la santé d activer le niveau de mobilisation maximale en fonction des données météorologiques, des données sanitaires ou d activités anormales de ses services, ou de la constatation d effets annexes (sécheresse, pannes ou délestages électriques, saturation des hôpitaux ) Les instructions aux services déconcentrés proviennent à ce stade, du ministre chargé de l intérieur qui prend en charge le pilotage des actions de réponse mise en œuvre des mesures de niveau de mobilisation maximale Le préfet met en œuvre les éléments du dispositif ORSEC pour traiter les différents aspects de la situation que le département connaît ou est susceptible de connaître. Les COD sont placés en configuration de direction des opérations pour coordonner l ensemble des services impliqués dans la mise en œuvre des mesures de protection générale des populations intervention des échelons régional et zonal Le préfet de zone prend les mesures de coordination nécessaires décrites au niveau de mise en garde et d actions ci-dessus, adaptées à la dimension de la situation. En liaison avec l échelon zonal et à la demande du préfet de département, la DRASS met en place une cellule régionale d appui dans le domaine sanitaire et social la levée du dispositif La levée du dispositif est assurée par le Premier ministre, sur la base des informations fournies par le ministre chargé de l intérieur. Cette levée est communiquée aux acteurs concernés.

13 3. FICHES D AIDE A LA DECISION 1- Préfet du Nord Page Maires et CCAS Page Direction départementale des Affaires Sanitaires et Sociales du Nord Page Agence Régionale de l Hospitalisation Page SAMU Page Service départemental d incendie et de secours du Nord Page Cellule inter Régionale d Epidémiologie Page Médecins libéraux Page Etablissements pour personnes âgées et handicapées et établissements sociaux Page Etablissements de santé Page Service de soins infirmiers à domicile et Associations et services d aide à domicile Page Associations de secouristes Page Rectorat Page 29

14 3.1 PREFET DU NORD Niveau de Veille saisonnière Le préfet : - active la veille saisonnière en plaçant les services de l Etat, les maires et le conseil général en état de vigilance - réunit au début des mois de juin et d octobre le comité départemental canicule - vérifie le caractère opérationnel des mesures prévues au plan - se prépare, en lien avec la DDASS, à ouvrir un numéro d information téléphonique en cas d activation du niveau 2 afin d informer les populations concernées, en particulier sur la localisation des lieux publics rafraîchis et sur les conseils de prévention en cas de fortes chaleur. Niveau de mise en garde et d actions Le préfet du Nord, sur la base des indications figurant dans le Message d Alerte Canicule et Santé (MACS) : - met en état d alerte les services de l Etat - informe les maires et le conseil général du passage au niveau de mise en garde et d actions - peut activer le centre opérationnel départemental (COD) dont le module «canicule santé» regroupe des membres du CDC Le préfet coordonne les acteurs du plan au travers notamment des actions suivantes : pour la communication : - piloter les actions locales de communication et d information en direction de la presse et du public, en faisant diffuser les messages de prévention, d alerte et de recommandations prévus ou fournis par le MACS (intensité et durée de la canicule) - ouvre une plate forme de réponse téléphonique locale afin d informer la population notamment sur la localisation des lieux publics rafraîchis et sur les conseils de prévention et de lutte contre les effets des fortes chaleurs et d informer le ministère de la santé de cette ouverture. - Déclencher, le cas échéant, la diffusion des spots radiophoniques et télévisés du ministère produit par l INPES, dans le cadre des conventions passées avec les chaînes radiophoniques et télévisées locales pour la réponse sanitaire : Le préfet de département met en œuvre en tant que de besoin les dispositions du PGCD. Il peut notamment faire activer tout ou partie des mesures destinées à : - assister les personnes âgées isolées en mobilisant les services de soins infirmiers à domicile, les associations et services d aide à domicile, et les associations de bénévoles - s assurer de la permanence des soins auprès des médecins de ville et de la bonne réponse du système de soins - de mobiliser les EHPA («plan bleu») - veiller à l accueil des personnes à risque dans des locaux rafraîchis en liaison avec la DDASS et les communes

15 - faire face à un afflux de victimes dans les établissements de santé («plans blancs») Le préfet recueille - les informations envoyées par les différents services de l Etat, établissements sanitaires et médico-sociaux, organismes sociaux, - transmet les informations sur la situation au niveau départemental aux échelons régionaux, zonaux et nationaux, par l ouverture d un événement sur le réseau informatisé d échanges d informations SYNERGI qui sera le vecteur unique de remontée des déclenchements des niveaux du plan départemental par les préfectures. Au niveau de mobilisation maximale Le préfet : met en œuvre les éléments du dispositif ORSEC pour traiter les différents aspects de la situation que le département connaît ou est susceptible de connaître. Le COD est placé en configuration de direction des opérations pour coordonner l ensemble des services impliqués dans la mise en œuvre des mesures de protection générale des populations

16 3.2 MAIRE ET CCAS Niveau de Veille saisonnière Le maire : - vérifie son dispositif de veille ou d alerte - assure la mise en place d une cellule de veille communale si nécessaire et en fonction de la taille de la commune - assure le suivi des décès - désigne un référent canicule et transmet ses coordonnées au préfet - s assure de la préparation des services municipaux - s assure de la préparation des CCAS et des services municipaux de maintien à domicile s ils existent - assure le repérage des personnes fragiles en tenant à jour le répertoire - recense les associations de secouristes et de bénévoles ainsi que les différents intervenants de proximité auxquels il serait possible de recourir - recense les locaux collectifs dont elle a la charge disposant de pièces climatisées ou rafraîchies et de groupes électrogènes, - diffuse des messages de recommandations au public et aux services par tout moyen signale au préfet toute situation anormale liée à la canicule - élabore un guide de procédures de gestion de crise pour leurs propres services et pour les structures dont elles ont la charge Niveau de mise en garde et d actions Le maire : - s assure de la mobilisation de l ensemble des services municipaux si nécessaire - informe la préfecture si le nombre de décès augmente anormalement ou en cas de perturbation importante de la qualité ou de la distribution de l eau - constitue un stock d eau en bouteille qui pourra être distribuée notamment par les associations de secouristes - assure le relais des informations par tous les moyens dont il dispose auprès de la population ou des associations de personnes âgées ou dépendantes - assure une communication la plus large possible sur le déclenchement du plan canicule auprès de la population - encourage la solidarité de proximité - assure la programmation d horaires modulés d ouverture des lieux climatisés de leur commune - s assure que les établissements communaux disposent des personnels suffisants, des équipements et matériels en état de marche, et produits de santé spécifiques aux températures extrêmes - - assure l accueil de la population ne nécessitant pas une hospitalisation dans des locaux rafraîchis répertoriés à cet effet - assure la mobilisaiton de leurs personnels présents au plus près de la population Niveau de mobilisation maximale - le maire assure le renforcement des actions déjà menées au niveau de mise en garde et d actions

17 3.3 LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES Niveau de Veille saisonnière La DDASS du Nord : - - assure l organisation d une vigilance dans les SAU sous la coordination de l ARH vérification des dispositifs opérationnels des plans blancs et des plans bleus organisation des personnels et préparation matérielle - s assure de la préparation des CLIC - assure l organisation d une vigilance dans les maisons de retraite, les établissements médico sociaux et les services d aide à domicile en lien avec le conseil général - assure sa contribution au repérage des personnes à risque en lien avec ses partenaires associés - assure le recensement des structures relevant de sa responsabilité, disposant de pièces climatisées et rafraîchies et de groupes électrogènes - assure la vérification de l installation de pièces rafraîchies au climatisées dans les établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux en lien avec le Conseil général - diffuse des messages de recommandations : aux établissements de santé aux services et établissements sociaux et médico-sociaux au conseil de l Ordre aux établissements pénitentiaires et centres de rétention administrative - Tient à jour un annuaire des institutions, des structures et services intervenant auprès des personnes âgées et personnes handicapées, des établissements de santé, des pharmacies, des sociétés d ambulances en lien avec le conseil général - Assure l élaboration d un plan de communication en lien avec la DRASS et la préfecture, et en cohérence avec l administration centrale et l INPES Niveau de mise en garde et d actions La DDASS du Nord : alerte : - les établissements de santé publics et privés et médico-sociaux - les centres d accueil d urgence - les services de soins à domicile les CLIC - le conseil de l Ordre - le SAMU - renforce le contrôle sur la préparation des établissements de sa compétence - assure la surveillance de la qualité de l eau d alimentation - participe à la cellule de veille départementale - assure la mise en place d un plan de communication sous l autorité du préfet : mise en place d un numéro vert santé départemental l information des établissements et structures des recommandations préventives à mettre en œuvre pour limiter les effets des accidents climatiques - assure la mobilisation des équipes mobiles de type «SAMU social» - assure la mobilisation des dispositifs implantés au plus près des territoires - assure la transmission des instructions des différentes directions de l administration centrale et les Agences

18 Niveau de mobilisation maximale La DDASS du Nord : - prévient l ensemble de ses partenaires que la cellule de crise est activée - assure la mise en œuvre du plan de communication sous l autorité du préfet - assure la mobilisation des dispositifs d intervention à domicile - assure la mobilisation des services présents au plus près de la population - assure le suivi des établissements de santé et dans les établissements sociaux et médico-sociaux - assure le renforcement des actions menées au niveau de mise en garde et d actions

19 3.4 AGENCE REGIONALE DE L HOSPITALISATION Niveau de Veille saisonnière L ARH : - met en place d un système de veille et d alerte en coordination avec l InVS pour les données à recueillir en établissements de santé - assure la collecte des indicateurs recueillis par les établissements de santé selon le serveur régional de veille et d alerte - s assure de la mise en œuvre du dispositif de fermeture de lits en période estivale - assure en liaison avec la DDASS que les établissements de santé disposent : d un plan blanc opérationnel des personnels et des capacités d accueil suffisants pour faire face à un risque exceptionnel de groupes électrogènes opérationnels, de matériels de lutte contre les fortes chaleurs, de pièces rafraîchies ou climatisées - s assure que le personnel a reçu une formation et a été sensibilisé aux recommandations préventives et curatives Niveau de mise en garde et d actions L ARH : - s assure, en lien avec la DDASS, de la mobilisation des dispositifs hospitaliers - assure la coordination des établissements de santé (disponibilité en lits et places) pour la prise en charge des patients présentant des pathologies liées à la canicule - assure le suivi du déclenchement des plans blancs - assure la diffusion aux établissements de santé des recommandations préventives et curatives à mettre en œuvre pour limiter les effets des accidents climatiques - assure sa participation à la cellule régionale d appui - assure la collecte des indicateurs recueillis par les établissements de santé selon le serveur régional de veille et d alerte Niveau de mobilisation maximale L ARH assure en lien avec la DDASS et la DRASS : - le renforcement des actions menées au niveau de mise en garde et d actions

20 3.5 SAMU Niveau de Veille saisonnière Le SAMU : transmet à la CIRE les indicateurs prédéterminés - assure le suivi du nombre d appels journaliers au centre 15 - assure le suivi du nombre de sorties du SMUR primaires et secondaires du département - participe 2 fois par an au comité départemental canicule Niveau de mise en garde et d actions Le SAMU informe : - la CIRE régulièrement de la valeur de ses indicateurs - la CIRE immédiatement en cas de dépassement du seuil de vigilance et d alerte Le SAMU assure : - une écoute attentive des appels concernant la population cible du plan ; - la préparation, en terme de moyens techniques et humains d interventions en cas de déclenchement du plan - la coordination de la mise en action des SMUR du département, - la rotation des agents présents sur le terrain - la régulation des demandes d hospitalisation de la médecine libérale avec l hôpital, - la diffusion de l information des recommandations préventives et curatives en liaison avec la DDASS, la collecte des bilans sanitaires dans le cadre du suivi de la crise eu égard aux sorties SMUR, - Une collaboration permanente avec le SDIS - La synthèse des décès enregistrés par les SMUR et des interventions. Participe à : - la recherche de lits pour les pathologies spécifiques en liaison avec l ARH et la DDASS - la coordination et l utilisation des moyens disponibles des hôpitaux et cliniques en fonction des besoins Niveau de mobilisation maximale Le SAMU prévient : - la CIRE de l évolution de ses indicateurs Le SAMU assure : - le renforcement des actions déjà menées au niveau de mise en garde et d actions

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Le Système d alerte canicule et santé - Sacs 2011. Karine Laaidi, Aymeric Ung 10 mai 2011- Journée SOS Médecins

Le Système d alerte canicule et santé - Sacs 2011. Karine Laaidi, Aymeric Ung 10 mai 2011- Journée SOS Médecins Le Système d alerte canicule et santé - Sacs 2011 Karine Laaidi, Aymeric Ung 10 mai 2011- Journée SOS Médecins 1. Objectifs et principes 2. Les indicateurs d alerte 3. Les indicateurs de suivi d alerte

Plus en détail

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles 1 Le maire face à la crise Sessions d information décentralisées des élus en Haute-Savoie Septembre / Octobre

Plus en détail

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM Dossier de presse Canicule Organisation de l AP-HM Eté 2013 1 Canicule Organisation de l AP-HM pour la prise en charge des patients Durant l été 2003, les hôpitaux français ont été confrontés à la prise

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion 54 es Journées d'études et de formation des Ingénieurs Hospitaliers de France TOULOUSE 2014 Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion Mme Frédérique BRAYDA- CASABONNE Bonjour,

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE PRÉFET DES ALPES-MARITIMES Cabinet du Préfet Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE Période du 1 er juin 2014 au 31 août 2014 ADRESSE

Plus en détail

Informations Grippe A (H1N1)

Informations Grippe A (H1N1) Fiche Info Santé au travail N 03 Informations Grippe A (H1N1) Qu est-ce qu une pandémie? Une pandémie grippale est une épidémie mondiale de grippe chez l homme résultant de l apparition d un nouveau virus

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN

PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN ll PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN 2010 2 SOMMAIRE Glossaire des sigles utilisés...4 INTRODUCTION...5 TITRE1 : LES OBJECTIFS DU PGCD...7 1.1 LA COORDINATION

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

LE DI S PO S I TI F DE P ARTE ME NTA L

LE DI S PO S I TI F DE P ARTE ME NTA L LE DI S PO S I TI F O RS E C DE P ARTE ME NTA L Planification des secours et préparation de crise : le Dispositif ORSEC La loi n 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile définit

Plus en détail

Plan Départemental de Gestion d une Canicule

Plan Départemental de Gestion d une Canicule PRÉFET DE LA DORDOGNE Plan Départemental de Gestion d une Canicule Juin 2015 PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE SOMMAIRE I Présentation générale du Plan :... 4 I 1 Objectifs généraux du plan

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire Recommandations pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire La loi relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l homme

Plus en détail

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF ASSOCIATION LOI 1901 CONVENTION CONSTITUTIVE SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU RESEAU ET OBJECTIFS POURSUIVIS ARTICLE 2 AIRE GEOGRAPHIQUE DU RESEAU ET POPULATION CONCERNEE ARTICLE

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

Comité Départemental 2015

Comité Départemental 2015 Comité Départemental 2015 Mardi 2 juin 2015 Cécilia HOUMAIRE 2 BILAN sur l année 2014 (1) PNC 2014 similaire à celui de 2013 : Son contenu ne modifie pas le champ d intervention de l ARS. Il a été précisé

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L AUDE

DEPARTEMENT DE L AUDE PRÉFECTURE DE L'AUDE CONSEIL GENERAL de l AUDE PROTOCOLE INTEMPERIES APPLIQUE AUX TRANSPORTS SCOLAIRES DEPARTEMENT DE L AUDE Le Préfet de l Aude, Le Président du Conseil Général, Bernard LEMAIRE Marcel

Plus en détail

PLAN PARTICULIER D INTERVENTION

PLAN PARTICULIER D INTERVENTION DIRECTION DES SERVICES DU CABINET ET DE LA SECURITE Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PLAN PARTICULIER D INTERVENTION Barrage de Serre-Ponçon Arrêté préfectoral du14 mars 2012

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE & L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES VENDREDI 14 JUIN 2013 A 15 heures Salle de visioconférence Centre

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE MISE EN SURETE

PLAN PARTICULIER DE MISE EN SURETE DEPARTEMENT DE LA CORSE DU SUD PLAN PARTICULIER DE MISE EN SURETE FACE AUX RISQUES MAJEURS École :.. Lieu de mise en sûreté : Année scolaire 20.. -20.. LE PLAN TECHNIQUE 1. Liste des risques auxquels l

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

C3S. Centre de Soutien Santé Social. www.plateforme-c3s.org. Plateforme médico-sociale d appui aux professionnels de premier recours

C3S. Centre de Soutien Santé Social. www.plateforme-c3s.org. Plateforme médico-sociale d appui aux professionnels de premier recours C3S www.plateforme-c3s.org Plateforme médico-sociale d appui aux professionnels de premier recours Gérontologie, douleurs et soins palliatifs, Alzheimer et maladies apparentées lla plateforme C3S a pour

Plus en détail

Plan Communal de Sauvegarde

Plan Communal de Sauvegarde 34 35 36 LE DISPOSITIF COMMUNAL DE CRISE LA CELLULE DE CRISE Elle est constituée selon le schéma ci-dessous. Le maire ou son représentant s assurant que chaque rôle est assumé par une ou plusieurs personnes.

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Établissement expérimental. Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum

Établissement expérimental. Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum Établissement expérimental Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum Établissements expérimentaux, généralités Article R2324-47 du code de la santé publique (Décret nº 2007-230 du 20 février 2007

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM. Jeudi 4 décembre 2014

DOSSIER DE PRESSE. Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM. Jeudi 4 décembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM Jeudi 4 décembre 2014 Exercice de sécurité civile Jeudi 4 décembre 2014 Un exercice de sécurité civile est prévu le jeudi 4 décembre 2014 sur

Plus en détail

Charte de partenariat du CLIC Métropole Nord Ouest Renseignements et informations : Monsieur Olivier MILOWSKI, Directeur, CLIC Métropole Nord Ouest, 100 rue du Général Leclerc 59350 SAINT ANDRE Téléphone

Plus en détail

Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise

Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise Forum SMBV Pointe de Caux - Épouville Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise Préfecture de la Seine-Maritime SIRACED PC - septembre 2011 le SIRACEDPC Service Interministériel

Plus en détail

MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS DE DEPARTEMENT (METROPOLE ET DOM)

MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS DE DEPARTEMENT (METROPOLE ET DOM) DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SÉCURITÉ CIVILES SOUS-DIRECTION DE L ORGANISATION DES SECOURS ET DE LA COOPERATION CIVILO-MILITAIRE BUREAU DE COORDINATION INTERMINISTERIELLE DE DEFENSE ET DE SECURITE

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE EN ISERE

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE EN ISERE PREFET DE L ISERE PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE EN ISERE Juin 2015 1 1 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE... 2 GLOSSAIRE... 3 2 INTRODUCTION... 4 2.1 CONTEXTE ET OBJECTIFS DU PLAN... 4 2.2 DECLENCHEMENT

Plus en détail

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le Ministère de la santé, de la famille Et des personnes handicapées. MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le ministre de la santé, de la famille

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Constitution du Groupement de Coopération Sanitaire «MATISS» de la région Nord Pas de Calais - Maîtriser l Apport des Technologies de

Constitution du Groupement de Coopération Sanitaire «MATISS» de la région Nord Pas de Calais - Maîtriser l Apport des Technologies de Constitution du roupement de Coopération Sanitaire «ATISS» de la région Nord as de Calais - aîtriser l Apport des Technologies de l Information en Santé et médico-social *** Dossier de resse *** Constitution

Plus en détail

Les Orientations Médico- Sociales Adultes

Les Orientations Médico- Sociales Adultes Les Orientations Médico- Sociales Adultes 22/10/2013 MDPH 59 1 mdph59 Compétences et Missions de la CDAPH Orientation de la personne en situation de handicap Désignation des types d établissements ou services

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

PREFET DE LA CORSE-DU-SUD. Service Interministériel Régional de Défense et de Protection Civiles

PREFET DE LA CORSE-DU-SUD. Service Interministériel Régional de Défense et de Protection Civiles PREFET DE LA CORSE-DU-SUD Service Interministériel Régional de Défense et de Protection Civiles PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE EN CORSE-DU-SUD - 2015 - Préfecture de la Corse-du-Sud Palais

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne

Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne Bayonne, le 1 er juillet 2014 Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne 1. Descriptif du dispositif Le Plan canicule comprend quatre niveaux de vigilance et d alerte intégrés à la carte

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

Introduction à la gestion de crise en cas d inondation

Introduction à la gestion de crise en cas d inondation Introduction à la gestion de crise en cas d inondation Ir Paul DEWIL, Directeur-Coordinateur Charles REGNIER, attaché Centre Régional de Crise de Wallonie (CRC-W) http://environnement.wallonie.be/inondations

Plus en détail

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU REPRESENTANT DU PERSONNEL AU CHSCT (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Annexe 8 Référentiel de formation

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE liant l UNCCAS et les UNIONS Départementales et Régionales de l UNCCAS «le réseau national des solidarités communales» Entre L Union

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction des Ressources humaines Veilleur de nuit G VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service : Maison des Enfants POSITIONNEMENT

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N. Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.BOURBON N.ESTIENNE S.LUIGI M.ROBIN Le contexte au Centre Hospitalier de Martigues: Augmentation continue

Plus en détail

Séminaire du LCSQA : «Épisodes de pollution et mesures d urgence»

Séminaire du LCSQA : «Épisodes de pollution et mesures d urgence» Séminaire du LCSQA : «Épisodes de pollution et mesures d urgence» Communication nationale : quels acteurs et dans quelles conditions? Intervenant : Éric DODEMAND Service : DGEC/BQA Date : 22 mai 2014 Ministère

Plus en détail

CONVENTION relative au lieu passerelle de Rouen

CONVENTION relative au lieu passerelle de Rouen CONVENTION relative au lieu passerelle de Rouen ENTRE : d une part LE DÉPARTEMENT DE SEINE-MARITIME, Sis à l Hôtel du Département, quai Jean Moulin, 76101 cedex, représenté par son Président, Monsieur

Plus en détail

Outils à disposition des organisations pour gérer les crises routières

Outils à disposition des organisations pour gérer les crises routières Association des Directeurs des Services Techniques Départementaux Outils à disposition des organisations pour gérer les crises routières Frédéric EVESQUE (CETE de Lyon) Jeudi 28 mai 2009 - Centre de Congrès

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR 1 Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR Vu le décret n 2005-1421 du 15 novembre 2005 relat if à la coordination de lutte contre

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS)

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS) Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Livret d accueil. Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours. www.bonsecours.fr

Livret d accueil. Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours. www.bonsecours.fr Livret d accueil Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours www.bonsecours.fr EDITO Chère Madame, Cher Monsieur, Le bien-être de nos Aînés est une préoccupation essentielle de votre municipalité.

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

GESTION DES SITUATIONS DE

GESTION DES SITUATIONS DE PROTOCOLE DE GESTION DES SITUATIONS DE CRISE EN ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES ET ÉCOLES CENTRE DE RESSOURCES DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CRISE 21A Bd Lamartine 22000 Saint-Brieuc - ( 02 96 62 18 65) Inspection

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail