COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR"

Transcription

1 COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR Symposium 19 novembre 2015 D. Favay (CPAS Charleroi), C. Guillaume (ISPPC), J. Janiczek (ISPPC), C. Laveaux (CHU Tivoli)

2 Introduction Transferts fréquents, nombreuses interactions nécessaires entre les différents partenaires de soins pour la prise en charge des patients porteurs de BMR. Nécessité de construire une base commune d échange d informations (claires et complètes)

3 En pratique Présence de freins à l accueil des patients en MR(S) Pourquoi? Manque d informations? Soucis structurels? Crainte d une transmission croisée? Besoin de contrôles bactériologiques négatifs? Risque infectieux accru Isolement psychologique Perte potentielle d autonomie

4 Finalités de l échange Quand? A qui? Comment? Contenu?

5 Canaux de communication 1) Communication orale hôpital > MRS(téléphone) Premier interlocuteur? Direction, infirmier responsable, assistante sociale, médecin coordinateur, médecin traitant, Prérequis nécessaires: un minimum de connaissance dans le domaine médical serait l idéal Avantage : Inconvénients: échange facilité et personnalisé pas traçabilité des infos transmises chronophage

6 Canaux de communication 2) Communication écrite: Hôpital MR(S) document de la plateforme HH, lettre de sortie de l unité de soins, document de liaison infirmière, données suffisantes et claires? (ex : suivi de décontamination MRSA, ) MR(S) Hôpital document général de transfert (logiciel de soins, ) nos attentes: information écrite succincte

7 Informations nécessaires Hôpital: Compliance patient aux règles d hygiène Communes Germe Sites + Date 1 er résultat positif Décontamination Résultats contrôles bactériologiques* Informations familles/résident MR(S): Types de précautions additionnelles Participation vie collective * Ex : Clostridium diff. contrôle selon clinique uniquement

8 Bilan de l existant Document de transfert hôpital MRS Document de la plateforme d Hygiène Hospitalière du Hainaut Créé en 2004 Objectif: document commun pour la province du Hainaut

9

10 Evolution de l écologie bactérienne 2004 MRSA 2009 C. difficile 2013 MDRO Multi Drugs Resistant Organism Entérobactéries Productrices de Carbapénémases CPE Entérocoques Vancomycine Résistants VRE 2015 Document de transfert ISP

11 LOGO ISP

12

13

14 «Smart attitude» pour un transfert optimal Un contact téléphonique ET un document écrit sont nécessaires Téléphone avertir le plus tôt possible du retour du résident en MR(S) si hospitalisation programmée un appel dans le service accueillant le résident? Document de transfert hôpital MRS accompagne le patient par courrier arrive trop Fax? Pas en temps réel pour la réception à qui l adresser? Médecin, infirmier en chef, médecin coordinateur, directeur

15 Expérience +/- du transfert Le point de vue de 2 hôpitaux 1. Patient CPE+ plaie et portage rectal > cicatrisation complète de la plaie > portage rectal + > sortie prévue début juin > refus de prise en charge par MR-MRS > rencontre responsables MRS > heureux épilogue mi juillet! > Séjour hospitalier prolongé de 6 semaines!

16 Expérience +/- du transfert 2. Patient CPE+ > portage rectal +, pas d autre site > accord de prise en charge par MR-MRS > appel téléphonique pour explications > pas de souci pour la sortie prévue dans les 48h

17 Expérience +/- du transfert Le point de vue d une MR/MRS Monsieur X : Plaie infectée MRSA /pied (artérite) Appel préalable de l hôpital: vérification des stocks EPI. Concertation précautions contact pour soins rapprochés, chambre individuelle sans cabinet de toilette. Affichage porte de la chambre. Communication aux équipes de la MRS (soins et logistique). Information des familles, éducation du résident. Maintien de la «vie sociale» dans la résidence. Suivi par le médecin vasculaire et traitant. Suivi des contrôles bactériologiques. Documents de transferts mis à jour. Difficultés rencontrées: Mr veut faire seul, difficultés organiser lavage mains, Mr circule dans la MRS. Projet : transfert en chambre individuelle avec cabinet de toilette.

18 Conclusion Disposer d une information complète, claire et précise améliore la prise en charge du patient et réduit les craintes Le portage de BMR chez un patient ne doit pas être un frein à son entrée en MRS Appel possible aux personnes ressources Bon sens permet d adapter les situations de prise en charge en fonction des contraintes de chacun

19 Merci De votre attention

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Comité de pilotage. «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale. Contexte. Comité d organisation. Objectifs. Contexte

Comité de pilotage. «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale. Contexte. Comité d organisation. Objectifs. Contexte «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale Comité de pilotage M Bordier, CHU Reims V Bussy-Malgrange, Resclin-Champagne-Ardenne G. Calmet, cabinet radiologie Saint Remi, Reims O Toubas, chef de pôle imagerie,

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE Liliane GUILLORET**, Mireille LAMBERT*, ** Coordinatrice de SSIAD, Infirmière re hygiéniste *PH responsable EOHH, Président du CLIN HOPITAL LOCAL MONTFORT

Plus en détail

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE)

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) o Prendre rapidement les mesures nécessaires visant à assurer une maîtrise rapide de l émergence de CPE et d

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES CONTEXTE Contexte Surveillance quotidienne par l EOH des BMR et autres germes nécessitant la mise en place

Plus en détail

«Aidants proches et professionnels de santé au domicile. Quelle place pour chacun?»

«Aidants proches et professionnels de santé au domicile. Quelle place pour chacun?» Véronique Vercheval «Aidants proches et professionnels de santé au domicile. Quelle place pour chacun?» G. Aubouy XVIII journée de gériatrie CHU Dinant-Godinne-24/3/2015. Présentation de l exposé 1. Situation

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Groupe «Vaccination» Préparation de la campagne de vaccination. La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

Groupe «Vaccination» Préparation de la campagne de vaccination. La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48 Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Contexte CHU de 3300 lits répartis sur 3 groupes hospitaliers et 5 sites Toutes les spécialités

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N. Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.BOURBON N.ESTIENNE S.LUIGI M.ROBIN Le contexte au Centre Hospitalier de Martigues: Augmentation continue

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE en 2012 Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Centre Hospitalier de

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20 Surveillances BMR, bactériémies, infections en hémodialyse Hôpitaux, Clinques, CTR, services/centres d hémodialyse Données de surveillance, démographiques et de laboratoire 1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées.

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées. DESCRIPTION DE FONCTION CHPLT Sect. Contr. : SOI Année : 2010 N Fonction : 018 Version : 1 TITRE DE LA FONCTION INFIRMIER EN CHEF (H/F) 1. La fonction de l infirmier en Chef L Infirmier en Chef est responsable

Plus en détail

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV Beaujon Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV C. Martin, cadre, service de médecine interne C. Ciotti, technicienne biohygiéniste, équipe opérationnelle d hygiène Hôpital Beaujon, Clichy Le

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile Quelques chiffres : 2010, création de la coordination pour le Maintien A Domicile (MAD) 2014, file active : 188patients Travail en coopération avec 35 cabinets MG, 27 cabinets IDEL, 15 kinés, 13 pharmacies.

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Languedoc-Roussillon

Languedoc-Roussillon Languedoc-Roussillon Protocole de coopération (délégation d acte médical à un paramédical) dans un projet de Télémédecine Projets CICAT & TELAP «Suivi des plaies» Présentation réalisée par Dr L. Teot CHU

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS Date de la demande : Date d entrée souhaitée : DEMANDEUR Centre hospitalier : Service :. Médecin demandeur : : Fax : Assistante sociale : : Fax :

Plus en détail

La vie d un résident porteur d une BMR que faire?

La vie d un résident porteur d une BMR que faire? «L hygiène dans tous ses états» CHI de CLERMONT de l OISE Mardi 31 Mars 2015 La vie d un résident porteur d une BMR que faire? Auteur: Ivana NOVAKOVA Infirmière Hygiéniste ARLIN Ile-de-France CCLIN Paris

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

PRESENTATION DE L HOPITAL DU VAL DU MADON (HVDM)

PRESENTATION DE L HOPITAL DU VAL DU MADON (HVDM) PRESENTATION DE L HOPITAL DU VAL DU MADON (HVDM) Hôpital local de 356 lits, pavillonnaire, sur 2 sites Site principal à Mirecourt 167 lits d hébergement 29 lits de SSR 8 lits de médecine Site de Mattaincourt

Plus en détail

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Information aux patients et à leurs proches Espace médiation Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Quand solliciter l espace médiation? Vous rencontrez un problème à l hôpital

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

Liège, le 6 novembre 2012. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2012/127

Liège, le 6 novembre 2012. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2012/127 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 6 novembre 2012

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» EDS CHS MSP MSP «La Traversée» Anémones 1 - Anémones 2-45 lits 30 lits Chênes - 45 lits Dont - Circuits de soins internés 25 lits - Circuit de

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

Maîtrise des infections liées aux soins

Maîtrise des infections liées aux soins Maîtrise des infections liées aux soins Hopitaux et MRS/MRPA peuvent ils collaborer? Docteur François Kidd - CH Jolimont-Lobbes Consortium Wallonie Entité Jolimontoise - CPAS Nivelles -CPAS Tubize Idées

Plus en détail

Liste des indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus

Liste des indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus Liste des indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus Cahier des charges : Définitions, consignes de remplissage et éléments de preuve Chaque hôpital doit rassembler, dans un

Plus en détail

Infirmier. Mission : Profil : Nous recherchons pour ce poste des candidats diplômés d état.

Infirmier. Mission : Profil : Nous recherchons pour ce poste des candidats diplômés d état. Infirmier Votre rôle consistera à coordonner la prise en charge du patient à domicile en collaboration avec des médecins spécialistes hospitaliers et libéraux (pneumologues, neurologues, diabétologues,

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Prise en Charge de l Antibiothérapie Intraveineuse à Domicile. STUDIOSANTE Présenté par Cécile Collonge, Infirmière

Prise en Charge de l Antibiothérapie Intraveineuse à Domicile. STUDIOSANTE Présenté par Cécile Collonge, Infirmière Prise en Charge de l Antibiothérapie Intraveineuse à Domicile STUDIOSANTE Présenté par Cécile Collonge, Infirmière coordinatrice STUDIOSANTE INTRODUCTION Dans le contexte actuel de réduction des coûts

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE Réunion OMEDIT - ARLIN Auvergne Le 15/04/2014 C. RIMPICI, responsable EOHH Dr VERDIER, PH responsable du pôle de médecine d urgence CH MONTLUCON Qu est ce

Plus en détail

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD?

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? 2 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ARLIN Haute-Normandie - CCLIN Paris Nord 18 novembre

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

Patients porteurs de BMR en EHPAD

Patients porteurs de BMR en EHPAD Patients porteurs de BMR en EHPAD Formation hygiène en Gériatrie ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr La colonisation par les BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques) Simple portage Aucun symptôme

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

LE SAPAD, POURQUOI? 1

LE SAPAD, POURQUOI? 1 Service d assistance pédagogique à domicile aux élèves malades ou accidentés Parce qu un enfant ou un adolescent malade ou accidenté reste un enfant ou un adolescent Parce que tout enfant ou adolescent

Plus en détail

Une nouvelle mission pour le Centre Local d Information et de Coordination (CLIC) du Pays de Châteaubriant

Une nouvelle mission pour le Centre Local d Information et de Coordination (CLIC) du Pays de Châteaubriant Une nouvelle mission pour le Centre Local d Information et de Coordination (CLIC) du Pays de Châteaubriant Présentation du PAP Plan d Actions Personnalisé pour les personnes âgées retraitées du régime

Plus en détail

Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial. Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours

Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial. Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours Incidence sur l organisation des soins : expérience d un réseau territorial Nathalie BINOIT, Infirmière coordinatrice Réseau ONCOLOGIE 37, Tours Réseau territorial de cancérologie, né en 2003, association

Plus en détail

RECRUTE POLE READAPTATION & GERIATRIE

RECRUTE POLE READAPTATION & GERIATRIE RECRUTE 1 ERGOTHERAPEUTE POUR SON UNITE DE SSR A ORIENTATION NEUROLOGIE (FILIERE UNV) POLE READAPTATION & GERIATRIE Pièce jointe : Fiche de Poste Renseignements à : Monsieur Gilles FOURNIER Cadre de Supérieur

Plus en détail

Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison

Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison www.centre-paul-strauss.fr Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison Barbara POIROT, Laïla WEISS IDE Service de Soins d Accompagnement Contexte Hôpital de jour de soins d accompagnement

Plus en détail

Unité de psychiatrie du développement mental. Des soins spécialisés pour la personne souffrant de retard mental

Unité de psychiatrie du développement mental. Des soins spécialisés pour la personne souffrant de retard mental Unité de psychiatrie du développement mental Des soins spécialisés pour la personne souffrant de retard mental Qui sommes-nous? L unité du développement mental (UPDM) propose des soins à tout adulte souffrant

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

C3S. Centre de Soutien Santé Social. www.plateforme-c3s.org. Plateforme médico-sociale d appui aux professionnels de premier recours

C3S. Centre de Soutien Santé Social. www.plateforme-c3s.org. Plateforme médico-sociale d appui aux professionnels de premier recours C3S www.plateforme-c3s.org Plateforme médico-sociale d appui aux professionnels de premier recours Gérontologie, douleurs et soins palliatifs, Alzheimer et maladies apparentées lla plateforme C3S a pour

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D.

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. 1 constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. Limiter la diffusion des «BMR» Indiquer la conduite à tenir

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA?

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA? Faut-il prendre des mesures d hygiène supplémentaires chez un patient porteur de MRSA? A. Schuermans Dienst Ziekenhuishygiëne UZLeuven, Gasthuisberg Porteur de SARM Colonisé: - nez, gorge, périnée - voies

Plus en détail

RECHERCHE ET INNOVATION MUTUALISTES EN SANTE : DE L IDEE A LA PRATIQUE. Mardi 5 juin 2012

RECHERCHE ET INNOVATION MUTUALISTES EN SANTE : DE L IDEE A LA PRATIQUE. Mardi 5 juin 2012 Centre de Prévention-Réadaptation Cardiovasculaires «Bois- Gibert» 37510 BALLAN MIRE Dr C. Monpère B. Papin Médecin Chef Directeur RECHERCHE ET INNOVATION MUTUALISTES EN SANTE : DE L IDEE A LA PRATIQUE

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

L ACCUEIL DE JOUR «L ARC EN CIEL» EHPAD GIBLAINE - CREHEN

L ACCUEIL DE JOUR «L ARC EN CIEL» EHPAD GIBLAINE - CREHEN 1 MAJ 3 juillet 2015 L ACCUEIL DE JOUR «L ARC EN CIEL» EHPAD GIBLAINE - CREHEN CONTRAT D ACCUEIL I. POPULATION ACCUEILLIE ET OBJECTIFS DE L ACCUEIL DE JOUR II. III. IV. FONCTIONNEMENT DU SERVICE DUREE

Plus en détail

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13 Page 1 sur 6 Métier INFIRMIER Intitulé du poste INFIRMIER EN AMBULATOIRE Villes de rattachements Bobigny, Pantin TITULAIRE DU POSTE : Localisation 48,rue Louise Michel 93000 BOBIGNY Version 1 Composition

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR

Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR état des lieux Forum d'hygiène Hospitalière Septembre 213 Firmino Battistella Infirmier régional HPCI Est-vaudois Hygiène Prévention et

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE. Alexandra GENESTIER- Juin 2007

COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE. Alexandra GENESTIER- Juin 2007 COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE REANIMATION Alexandra GENESTIER- Juin 2007 PLAN A- Introduction B- Historique C- Règles d hygiène D- Public visé=

Plus en détail

projet individuel de RH 1

projet individuel de RH 1 Comment évaluer la performance de RH? Application dans le cas de l amélioration de GRH des hôpitaux en Chine XIE Liying 16/01/2008 projet individuel de RH 1 Plan Résumé de l article et introduction du

Plus en détail

POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME

POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC + LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME Les Résidences Un Pôle Gérontologique proposant une prise en charge adaptée aux différentes pathologies 2 Le Pôle gérontologique

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) L aide-soignant accueille les personnes malades à l hôpital. Tout au long de

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien qui

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

Quelle place pour l aidant proche en centre de soins de jour et en maison de repos et de soins? Présenté par Pagona Nikakis et Dominique Dachet

Quelle place pour l aidant proche en centre de soins de jour et en maison de repos et de soins? Présenté par Pagona Nikakis et Dominique Dachet Quelle place pour l aidant proche en centre de soins de jour et en maison de repos et de soins? Présenté par Pagona Nikakis et Dominique Dachet Qui sommes-nous? Pagona Nikakis : Infirmière responsable

Plus en détail

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Centre Hospitalier Pontoise Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Chef de service : Dr Philippe BOIZE Cadre de santé puéricultrice : Mme Ana GRIMBERT Standard Centre Hospitalier : 01.30.75.40.40

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Depuis le 6 juin 2012, l Etablissement Public de Santé Mentale a intégré des locaux neufs et adaptés. Chaque patient

Plus en détail

HÔPITAL D ENFANTS MARGENCY

HÔPITAL D ENFANTS MARGENCY 1 DOSSIER DE DEMANDE D'ADMISSION A renvoyer à : Maria DE MACÉDO Secrétariat de la commission d'admission Hôpital d'enfants Margency 18, rue Roger Salengro 95580 Margency Tél. : 01.34.27.45.85 - Fax : 01

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+

RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+ RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+ Centre SSR Sainte Catherine Labouré LA BAUME D HOSTUN CESBRON C., Responsable Qualité et Gestion des Risques - GENSTY D., Praticien hygiéniste, Président du CLIN LANTHEAUME

Plus en détail

Eczéma atopique exemple d approche éducative en cabinet libéral

Eczéma atopique exemple d approche éducative en cabinet libéral Eczéma atopique exemple d approche éducative en cabinet libéral XV ème journée de l IPCEM 10 Novembre 2006 - Paris Dr Jean-Marc CHAVIGNY, Dermatologue-Allergologue, Nantes Éducation thérapeutique Eczéma

Plus en détail