FICHE 3 Modèle de plan d action

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FICHE 3 Modèle de plan d action"

Transcription

1 FICHE 3 Modèle de plan d action Le présent modèle vise à aider les entreprises à élaborer et à mettre en place leur propre plan d action. Les entreprises et les groupes concernés pourront s en inspirer et choisir pour chacun des domaines d action retenus (au moins trois) une ou plusieurs mesures données ci-après à titre d exemples. RAPPEL Pour permettre d éviter la pénalité financière, le plan d action doit contenir 1. un objectif chiffré de maintien dans l emploi des salariés de 55 ans et plus ou un objectif chiffré de recrutement des salariés âgés de 50 ans et plus. 2. des dispositions allant dans ce sens portant sur au moins 3 domaines d action choisis dans la liste suivante : Recrutement des salariés âgés dans l entreprise Anticipation des évolutions de carrière Amélioration des conditions de travail et prévention des situations de pénibilité Développement des compétences et des qualifications et accès à la formation Aménagement des fins de carrière et de la transition entre activité et retraite Transmission des savoirs et des compétences et développement du tutorat. Pour chaque domaine d action retenu, doit figurer un objectif chiffré dont la réalisation est mesurée au moyen d indicateurs. 3. des modalités de suivi de la mise en œuvre de ces dispositions et de la réalisation des objectifs chiffrés. Page 10

2 MODELE DE PLAN D ACTION Les commentaires ou mentions facultatives figurent en italiques. PREAMBULE Bien que confrontée à une situation économique difficile, l entreprise.emploie aujourd hui.salariés, dont. salariés âgés de plus de 45 (50) ans. L emploi des salariés âgés au sein de l entreprise. constitue un facteur essentiel de cohésion sociale entre toutes les générations de la vie économique grâce notamment à la transmission des savoirs, des expériences et des compétences au sein de l entreprise. Convaincue de l intérêt que représente la présence active de seniors dans ses équipes, l entreprise décide de mettre en place le présent plan d action en faveur de l emploi des seniors.[a compléter en fonction des caractéristiques de l entreprise]. L entreprise relève des conventions collectives des Travaux Publics, dont les codes IDCC sont respectivement les suivants : convention collective nationale des Ouvriers des Travaux Publics du 15 décembre 1992, (code IDCC 1702), convention collective nationale des Etam des Travaux Publics du 12 juillet 2006, (code IDCC 2614), convention collective nationale des Cadres des Travaux Publics du 1 er juin 2004, (code IDCC 2409), Le présent plan d action est mis en place, en application des articles L et suivants et des articles R et suivants du code de la sécurité sociale, pour une durée de 3 ans à compter du 1 er janvier Le présent plan d action a fait l objet d une consultation du comité d entreprise [ou à défaut des délégués du personnel] avant sa mise en œuvre. Page 11

3 1. OBJECTIF CHIFFRE [Choisir au minimum un des deux objectifs suivants : - un objectif chiffré de maintien dans l emploi des salariés de 55 ans et plus ou - un objectif chiffré de recrutement de salariés âgés de 50 ans et plus.] Maintien dans l emploi des salariés de 55 ans et plus : Les salariés de 55 ans et plus représentent.% des effectifs de l entreprise en Compte-tenu de l évolution de la pyramide des âges de l entreprise à l horizon 2012 et de la nécessité d assurer la transmission des savoir-faire de l entreprise auprès des plus jeunes [par exemple], l objectif de maintien dans l emploi retenu vise à maintenir la part des salariés de 55 ans et plus à..% de l effectif total [ou] est de parvenir à accroître l âge moyen de cessation d activité, correspondant actuellement à ans et mois, de x mois au terme du présent plan d action. Recrutement de salariés de 50 ans et plus : Les salariés de 50 ans et plus représentent % des effectifs de l entreprise. Compte tenu de l évolution de la pyramide des âges de l entreprise à l horizon 2012 et de la nécessité de renforcer l encadrement des équipes par des salariés expérimentés [par exemple], l objectif de recrutement retenu est d augmenter la part des salariés de plus de 50 ans recrutés de % [ou] est de parvenir à embaucher collaborateurs de plus de 50 ans avant la fin 2012, notamment par le recours au contrat à durée déterminée Seniors. [ou] est de réserver une part de % des contrats de professionnalisation conclus pendant la durée du plan à des personnes de plus de 50 ans. Cet (ou ces) objectif(s) pourra (pourront) ainsi contribuer à rééquilibrer la pyramide des âges de l entreprise dans un sens favorable à l emploi des seniors. Afin de réaliser cet objectif, l entreprise a souhaité rendre prioritaire les domaines d action suivants. 2. PLAN D ACTION Page 12

4 [Choisir au minimum trois domaines d action et les assortir d un objectif chiffré et d un indicateur de suivi. Il importe de reprendre strictement l intitulé des domaines d action. Les objectifs chiffrés au niveau de l entreprise permettent de fixer une tendance précise sur 3 ans. Ils peuvent être définis en nombre, en pourcentage, en moyens, éventuellement déclinés en échéancier. Il est recommandé d identifier les indicateurs déjà disponibles dans l entreprise, voire de réfléchir éventuellement à de nouveaux indicateurs à mettre en place en tenant compte de leur faisabilité. Ces indicateurs doivent permettre de mesurer le résultat de la disposition favorable prévue et son évolution. Les dispositions favorables retenues peuvent dans certains cas ne pas cibler spécifiquement une catégorie d âge ou fixer un âge autre que 50 ou 55 ans, par exemple, 45 ans.] DOMAINE D ACTION N 1 : RECRUTEMENT DE SALARIES AGES DANS L ENTREPRISE EXEMPLES DE DISPOSITIONS CHOISIR AU MOINS UNE DISPOSITION : SOIT L EXEMPLE 1, SOIT L EXEMPLE 2, SOIT LES DEUX. 1 ER EXEMPLE : Diversifier les profils d âge dans les recrutements Afin de diversifier les profils d âge dans les recrutements, l entreprise décide de diversifier les sources de recrutement actuellement utilisées, en s assurant par ailleurs que les critères de recrutement sont objectifs et fondés sur les compétences requises. L accroissement de % du nombre de salariés de plus de 50 ans recrutés selon des critères de recrutement ne tenant compte que des compétences requises, constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le nombre d offres ainsi déposées dont l évolution sera observée sur la durée d application du présent plan. Page 13

5 2 ème EXEMPLE : Informer et sensibiliser les salariés sur la politique mise en place par l entreprise L entreprise communiquera en interne, notamment auprès de son encadrement [et des représentants du personnel, s il en existe], sur la nécessité de développer une politique visant à recruter et à accueillir des seniors [compte tenu de la nécessité de renforcer l encadrement des équipes par des salariés expérimentés (par exemple)]. La tenue de réunions d information [ou de toute autre modalité de communication : informations individuelles, intranet ] sur la durée d application du plan constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le nombre de réunions d informations tenues sur la durée d application du présent plan. DOMAINE D ACTION N 2 : ANTICIPATION DE L EVOLUTION DES CARRIERES PROFESSIONNELLES EXEMPLES DE DISPOSITIONS CHOISIR AU MOINS UNE DISPOSITION : SOIT L EXEMPLE 1, SOIT L EXEMPLE 2, SOIT LES DEUX. 1 ER EXEMPLE : Accompagner les parcours professionnels des seniors par des entretiens professionnels spécifiques 2 L entreprise entend favoriser les parcours professionnels des seniors. Elle met en place à cet effet des entretiens professionnels de deuxième partie de carrière. Elle en informera et consultera le comité d entreprise ou à défaut, les délégués du personnel [s il en existe dans l entreprise]. Cet entretien aura lieu à l initiative de l entreprise ou du salarié, au profit des salariés âgés de 45 ans. Il sera ensuite renouvelé tous les cinq ans. Cet entretien a pour objet de faire le point, compte tenu de l évolution des métiers et des perspectives d emploi dans l entreprise, sur ses compétences, ses besoins de formation, sa situation et son évolution professionnelles et les modalités de sa fin de carrière. [Au cours de cet entretien, seront notamment examinés les objectifs de professionnalisation du salarié, sa participation éventuelle à des actions de tutorat permettant l accueil en formation de salariés plus jeunes et plus généralement son projet professionnel.] La proposition d un entretien de seconde partie de carrière à l ensemble des salariés de 45 ans, soit actuellement. personnes, constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. 2 Rappel : La mise en place d un entretien de deuxième partie de carrière pour les salariés âgés de 45 ans constitue une obligation. (Accord national interprofessionnel du 13 octobre 2005 relatif à l emploi des seniors en vue de promouvoir leur maintien et leur retour à l emploi). Page 14

6 Son indicateur de suivi est constitué par le nombre d entretiens de deuxième partie de carrière réalisés chaque année pendant la durée d application du présent plan d action. 2 ème EXEMPLE : Consolider les parcours professionnels des seniors par le développement des compétences L entreprise rappelle qu en vue d actualiser et de développer leurs compétences et maintenir leur employabilité, les salariés de 45 ans et plus ou ayant au moins 20 ans d activité professionnelle bénéficient d un accès prioritaire aux périodes de professionnalisation en application de l accord du 13 juillet 2004 (article 4). [Afin d accéder à de nouveaux marchés ou de développer de nouvelles activités en complément de celles déjà mises en oeuvre,] l entreprise entend favoriser l accès des salariés de 45 ans et plus à ces périodes de professionnalisation 3. L amélioration du nombre de périodes de professionnalisation concernant des salariés âgés de plus de 45 ans, soit périodes effectuées sur la durée d application du plan, constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le nombre de salariés de 45 ans et plus ayant bénéficié de périodes de professionnalisation sur la durée d application du présent plan. DOMAINE D ACTION N 3 : AMELIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PREVENTION DES SITUATIONS DE PENIBILITE EXEMPLES DE DISPOSITIONS CHOISIR AU MOINS UNE DISPOSITION : SOIT L EXEMPLE 1, SOIT L EXEMPLE 2, SOIT LES DEUX. 1 ER EXEMPLE : Analyser l ergonomie des postes de travail des salariés seniors et l adapter si nécessaire [Engagée dans une démarche de progrès avec l OPP-BTP,] (facultatif), l entreprise se donne pour objectif de rechercher la diminution des contraintes physiques des salariés et en particulier des salariés seniors [par des recherches de solutions de mécanisation] et/ou [par le choix d équipements de travail adaptés, réduisant les niveaux d exposition au bruit et aux vibrations] (facultatif), par l analyse et l étude des postes de travail afin de réduire leur pénibilité. A cet effet, [après avis du CHSCT, s il existe] l entreprise décide de s engager dans la démarche d amélioration des situations et des postes de travail ADAPT-BTP mise en place par l OPP-BTP. La mise en place de cette démarche est précédée d une identification des besoins de l entreprise par l OPP-BTP en matière de prévention et d amélioration des conditions de travail. La démarche ADAPT est basée sur l observation des situations de travail et l analyse de l activité 3 Destinées aux salariés sous contrat à durée indéterminée, les périodes de professionnalisation ont pour objet de favoriser par des actions de formation, le maintien dans l emploi des salariés (art. L Code du travail). Page 15

7 des opérateurs, l identification des risques différés et l élaboration et la mise en œuvre de solutions concrètes d amélioration. Elle peut déboucher sur des stages de formation. L engagement de l entreprise dans une démarche ADAPT-BTP au cours de la durée d application du présent plan d action constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le nombre de salariés de 45 ans et plus ayant bénéficié d une formation dans le cadre de la démarche ADAPT pendant la durée d application du présent plan. 2 ème EXEMPLE : Renforcer les actions de prévention des risques professionnels [Engagée dans une démarche de progrès avec l OPP-BTP,] (facultatif), l entreprise se donne pour objectif de rechercher l amélioration des conditions de manutention des charges lourdes. [Elle cherchera notamment à développer la manutention mécanique chaque fois qu elle est possible, en dotant les salariés d aides mécaniques ou d accessoires de préhension propres à rendre l exécution de leurs tâches plus sûre et moins pénible.] (facultatif) A cet effet, [après avis du CHSCT, s il existe] l entreprise conduira une action de sensibilisation auprès de l ensemble des salariés et particulièrement auprès des salariés seniors en diffusant dans l entreprise l affiche établie par l OPP-BTP afin de prévenir les troubles musculo-squelettiques (TMS). La tenue de. réunions de sensibilisation des salariés à la prévention des TMS constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le nombre de réunions de sensibilisation organisées chaque année au sein de l entreprise au cours de la durée d application du présent plan d action. Page 16

8 DOMAINE D ACTION N 4 : DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS ET ACCES A LA FORMATION EXEMPLES DE DISPOSITIONS CHOISIR AU MOINS UNE DISPOSITION : SOIT L EXEMPLE 1, SOIT L EXEMPLE 2, SOIT LES DEUX. 1 ER EXEMPLE : Développer les bilans de compétence Afin d encourager l accès des seniors à la formation professionnelle, l entreprise rappelle la possibilité pour tout salarié, âgé de 45 ans et justifiant d un an d ancienneté et de cinq ans de salariat, de bénéficier d un bilan de compétences. Ce bilan, qui peut être demandé par le salarié lors de l entretien de deuxième partie de carrière 4, a pour notamment pour objet d aider les salariés intéressés à définir un projet professionnel de deuxième partie de carrière. Le nombre de bilans de compétences réalisés par des salariés âgés de 45 ans et plus doit progresser de..[nombre ou pourcentage de bilans de compétences réalisés par des salariés âgés] [ou] le nombre de salariés âgés de plus de 45 ans effectuant un bilan de compétences sera au moins de.[nombre de salariés envisagés] sur la période d application du présent plan d action, ce qui constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le nombre de bilans de compétences effectivement réalisés par des salariés âgés de 45 ans et plus au cours de la durée d application du présent plan d action. 2 ème EXEMPLE : Améliorer le taux de formation des salariés de plus de ans [Afin de faire progresser et d élargir le champ de compétences de ses collaborateurs et permettre ainsi à l entreprise de développer son offre de services et ses marchés], l entreprise souhaite encourager l accès des seniors à la formation professionnelle. A cet effet, elle entend améliorer le taux de formation professionnelle des salariés âgés de (45), (50), (55) [choisir l âge retenu] ans et plus. Le taux de formation des salariés âgés de (45), (50), (55) ans et plus doit progresser de sur la période d application du présent plan d action [ou] le nombre d heures de formation effectuées par des salariés âgés de plus de (45), (50), (55) ans sera au moins de.[nombre d heures de formation envisagées] par an [ou] sur la période d application du présent plan d action, ce qui constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le taux de formation des salariés âgés de (45), (50), (55) ans et plus [ou] le nombre d heures de formation effectivement suivies par des salariés âgés de plus de (45), (50), (55) ans chaque année [ou] au cours de la durée d application du présent plan d action. 4 Rappel : La mise en place d un entretien de deuxième partie de carrière pour les salariés âgés de 45 ans constitue une obligation. (Accord national interprofessionnel du 13 octobre 2005 relatif à l emploi des seniors en vue de promouvoir leur maintien et leur retour à l emploi). Page 17

9 DOMAINE D ACTION N 5 : AMENAGEMENT DES FINS DE CARRIERE ET DE LA TRANSITION ENTRE ACTIVITE ET RETRAITE EXEMPLES DE DISPOSITIONS CHOISIR AU MOINS UNE DISPOSITION : SOIT L EXEMPLE 1, SOIT L EXEMPLE 2, SOIT LES DEUX. 1 ER EXEMPLE : Accompagner la transition entre l activité et la retraite Soucieuse d accompagner les salariés seniors dans la transition entre leur activité professionnelle et la prise de la retraite, l entreprise s engage à aider les salariés de 55 ans et plus à s informer sur la retraite ainsi que sur la poursuite éventuelle d une activité professionnelle (démarches à entreprendre en vue de l évaluation de la retraite, information sur le relevé de carrière, modalités de calcul de la retraite, possibilités de cumuler un emploi et une pension de retraite.). A cet effet, l entreprise organisera la participation des salariés de 55 ans et plus à une [ou plusieurs dans ce cas indiquer le nombre de réunions] réunions d information sur ce sujet. [Elle renouvellera cette information chaque année au bénéfice des salariés atteignant 55 ans au cours des trois années d application du présent plan d action.] La tenue d une [ou indiquer le nombre de réunions à tenir] réunions d information sur la retraite en général à destination des salariés âgés de 55 ans et plus réalisée sur la période d application du présent plan d action [ou] la participation de salariés de 55 ans et plus à des réunions d information sur la retraite constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le nombre de réunions d information sur la retraite réalisées au profit du public concerné [ou] par le nombre de salariés de 55 ans et plus ayant participé à une réunion d information sur la retraite au cours de la durée d application du présent plan d action. Page 18

10 2 ème EXEMPLE : Faciliter le recours au dispositif de cumul emploi-retraite Afin d encourager le maintien dans l emploi des seniors, l entreprise s engage à informer les salariés de 55 ans et plus sur les possibilités de cumuler un emploi et une pension de retraite en l état de la législation actuellement applicable. A cet effet, l entreprise organisera la participation des salariés de 55 ans et plus à une [ou plusieurs dans ce cas indiquer le nombre de réunions] réunions d information sur ce sujet. [Elle renouvellera cette information chaque année au bénéfice des salariés atteignant 55 ans au cours des trois années d application du présent plan d action.] La tenue de.[nombre de réunions à tenir] réunions d information sur le cumul emploi-retraite à destination des salariés âgés de 55 ans et plus réalisées sur la durée du présent plan d action [ou] la participation de salariés de 55 ans et plus à des réunions d information sur le dispositif de cumul emploi-retraite constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le nombre de réunions d information sur le cumul emploi-retraite réalisées au profit du public concerné [ou] par le nombre de salariés de 55 ans et plus ayant participé à une réunion d information sur le cumul emploi-retraite au cours de la durée d application du présent plan d action. DOMAINE D ACTION N 6 : TRANSMISSION DES SAVOIRS ET DES COMPETENCES ET DEVELOPPEMENT DU TUTORAT EXEMPLES DE DISPOSITIONS CHOISIR AU MOINS UNE DISPOSITION : SOIT L EXEMPLE 1, SOIT L EXEMPLE 2, SOIT LES DEUX. 1 ER EXEMPLE : Mettre en place des tuteurs Désireuse de développer sa capacité à accueillir et bien former et à fidéliser les jeunes, l entreprise souhaite développer le tutorat et confier aux salariés seniors et en particulier aux salariés de (45) (50) (55) ans et plus, qui le souhaitent, l accompagnement, l accueil et la fidélisation des jeunes nouvellement recrutés ou qui effectuent des stages ou des périodes de formation dans l entreprise. A cet effet, l entreprise envisage, lorsqu elle est nécessaire, de proposer une formation à la fonction tutorale aux salariés seniors concernés. La proposition à..[nombre à compléter] collaborateurs de 50 ans et plus de devenir tuteur [et/ou] la participation à. [préciser le nombre] modules de formation à la fonction tutorale par des salariés âgés de (45), (50), (55) ans et plus réalisées au cours de la durée d application du présent plan d action constitue(nt) l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le nombre de tuteurs de (45), (50), (55) ans et plus retenus pour cette mission [et/ou] le nombre de modules de formation à la fonction tutorale suivis chaque année par des salariés âgés de (45), (50), (55) ans et plus au cours de la durée d application du présent plan d action. Page 19

11 2 ème EXEMPLE : Favoriser le développement du Titre de Maître d Apprentissage Confirmé (TMAC) Soucieuse de pérenniser la qualité des savoirs et savoir-faire qui lui sont propres, l entreprise entend accroître le nombre de maîtres d apprentissage parmi les salariés de (45), (50), (55) ans et plus [et/ou] proposer aux salariés de (45), (50), (55) ans et plus assumant la responsabilité de maître d apprentissage une formation à l exercice de cette mission prenant en compte les acquis de leur expérience afin qu ils obtiennent le Titre de Maître d Apprentissage Confirmé (TMAC). Le nombre de collaborateurs de (45), (50), (55) ans et plus devenus Maître d Apprentissage Confirmé au cours du présent plan d action sera de [nombre à compléter]. Ce nombre constitue l objectif chiffré au sens des articles L et R du code de la sécurité sociale. Son indicateur de suivi est constitué par le nombre de MAC de (45), (50), (55) ans et plus mis en place au cours de la durée d application du présent plan d action. 3. MODALITES DE SUIVI Les indicateurs associés à chaque domaine d action ainsi que leur évolution feront l objet d une communication chaque année auprès du comité d entreprise (ou à défaut, auprès des délégués du personnel) dans le cadre du rapport annuel sur la situation économique et l évolution de l emploi prévu à l article L du code du travail 4. Le présent plan d action mis en place pour une durée de 3 ans sera déposé auprès de la DDTEFP de [siège de l entreprise] ainsi qu au Conseil de prud hommes de [siège.de l entreprise]. Fait à, le.. Signature de l employeur 4 Article L C.T. pour les entreprises de plus de 300 salariés. Page 20

12 PROCEDURE DE DEPOT DES ACCORDS ET DES PLANS D ACTION Les accords d entreprise ou de groupe et les plans d action doivent être déposés auprès de la DDTEFP du siège de l entreprise. Quand l accord ou le plan d action mis en place par l entreprise ou le groupe s applique à des établissements ou des entreprises ayant des implantations distinctes, la liste des établissements (entreprises) et leur adresse doit être jointe. Cette procédure de dépôt est un élément essentiel de la validité de l accord ou du plan d action pour éviter la pénalité : la date de dépôt due l accord ou du plan d action conforme fait foi pour être exonéré de la pénalité financière, sans préjudice d un éventuel contrôle ultérieur des URSSAF. La pénalité doit être versée pour tout mois entier pendant lequel l entreprise ou le groupe n est pas couvert par un accord d entreprise ou de groupe ou un plan d action conforme. En conséquence, le dépôt avant le 31 janvier 2010 d un accord ou d un plan d action conforme exonère totalement l entreprise. MODALITES PROPRES AUX ACCORDS Avant d être déposés, les accords d entreprise ou de groupe doivent être notifiés (courrier en LRAR, remise en main propre contre décharge ou courriel) à l ensemble des organisations syndicales représentatives et ne peuvent être déposés avant un délai d opposition de 8 jours courant à compter de la notification. Cette modalité ne concerne pas les plans d action. MODALITES DE DEPOT Adresser à la DDTEFP une version papier et un envoi électronique de l accord ou du plan d action Un original (version papier) de l accord ou du plan impérativement signé de l employeur. Le dépôt s effectue par courrier ou par remise sur place, auprès de la DDTEFP du siège de l entreprise. Une copie (version électronique). Il n est pas nécessaire que cette version de l accord ou du plan d action soit signée mais son contenu doit être identique à l original (version papier) déposé. Cette copie sur support électronique peut être soit envoyée par courriel à l adresse de la DDTEFP correspondante : dd-n du soit transmise avec l original enregistré sur Cédérom. Le bordereau de dépôt complété (le formulaire Cerfa est disponible sur Rubrique formulaires Cerfa n 13092*02). Pour les accords, la justification de la notification de l accord (copie du courrier ou du courriel daté de la notification du texte à l ensemble des organisations ou copie de accusé de réception ou d un récépissé de remise en main propre contre décharge). Un récépissé est envoyé au déposant dès lors que l ensemble des pièces Page 21

13 nécessaires a été transmis. Page 22

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Ucanss Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Potocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Accord collectif national du 19 septembre 2013 relatif au contrat de génération dans le Bâtiment

Accord collectif national du 19 septembre 2013 relatif au contrat de génération dans le Bâtiment Accord collectif national du 19 septembre 2013 relatif au contrat de génération dans le Bâtiment PRÉAMBULE : Le présent accord s inscrit dans le cadre de l Accord National Interprofessionnel du 19 octobre

Plus en détail

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Le contexte juridique du nouveau dispositif seniors L articulation de la nouvelle obligation avec les obligations préexistantes : La loi Fillon

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE ACCORD D ENTREPRISE ET PLAN D ACTION POUR L EMPLOI DES SENIORS

NOTE EXPLICATIVE ACCORD D ENTREPRISE ET PLAN D ACTION POUR L EMPLOI DES SENIORS Fédération Nationale des Organismes de Gestion des Etablissements de l Enseignement Catholique 277 rue Saint-Jacques 75240 PARIS Cedex 05 Tél. : 01.53.73.74.40 - Fax : 01.53.73.74.44 - mail : contact@fnogec.org

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

AUTO-DIAGNOSTIC Pour les entreprises de 50 à 299 salariés couvertes par un accord de branche étendu

AUTO-DIAGNOSTIC Pour les entreprises de 50 à 299 salariés couvertes par un accord de branche étendu AUTO-DIAGNOSTIC Vous avez un projet de recrutement? Vous souhaitez identifier vos compétences clés? Vous voulez anticiper un départ en retraite? Votre entreprise est couverte par un accord de branche étendu

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel ! Salarié Senior (ou pas) Sécurisez votre parcours professionnel SOMMAIRE Introduction... p 3 Vous souhaitez faire le point sur votre carrière... p 4 Entretien de 2nde partie de carrière... p 5 Bilan de

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3170 Convention collective nationale IDCC : 538. MANUTENTION FERROVIAIRE ET TRAVAUX CONNEXES (6 e édition.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

seniors Atouts et opportunités

seniors Atouts et opportunités LES GUIDES CONSEIL DE L UIMM Employer des seniors Atouts et opportunités UNION DES INDUSTRIES ET MÉTIERS DE LA MÉTALLURGIE Employer des seniors, pourquoi? 02 Un enjeu économique et social 03 Un atout pour

Plus en détail

FICHE PRATIQUE : LA DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR (DUE) (Version Frais de santé - Salariés cadres)

FICHE PRATIQUE : LA DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR (DUE) (Version Frais de santé - Salariés cadres) FICHE PRATIQUE : LA DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR (DUE) (Version Frais de santé - Salariés cadres) Avant toute communication de la DUE aux salariés bénéficiaires, vous devez la compléter à l aide

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

Entre les soussignés :

Entre les soussignés : PROTOCOLE D ACCORD RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS A L UGECAM NORD-PAS-DE-CALAIS-PICARDIE Entre les soussignés : L'Ugecam Nord Pas-de-Calais Picardie représentée par son Directeur général... Monsieur Jacques

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel SOCIÉTÉS D ASSURANCES ACCORD DU 13 MAI 2013 RELATIF À LA MIXITÉ ET

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie du Développement Durable" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Journée d information et d échanges organisée par l Equipe de droit social, UMR 7354 DRES La prévention des facteurs de pénibilité,

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE Considérant que l alternance est un moyen particulièrement adapté, à tous

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Pénibilité au travail Comment agir? Une édition commentée de l accord de branche BTP du 20 décembre 2011 étendu par arrêté du 12 novembre 2012

Pénibilité au travail Comment agir? Une édition commentée de l accord de branche BTP du 20 décembre 2011 étendu par arrêté du 12 novembre 2012 Pénibilité au travail Comment agir? Une édition commentée de l accord de branche BTP du 20 décembre 2011 étendu par arrêté du 12 novembre 2012 RÉFÉRENCES PRÉVENTION L OPPBTP est l Organisme professionnel

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Achats Internationaux & Supply Chain" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

ACCORD SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD SUR LE TELETRAVAIL ACCORD SUR LE TELETRAVAIL 1 PREAMBULE 3 CHAPITRE I 4 CHAMPS D APPLICATION 4 ARTICLE 1 DEFINITION DU TELETRAVAIL A DOMICILE 4 ARTICLE 2 BENEFICIAIRES 4 CHAPITRE II 5 PRINCIPES GENERAUX D ORGANISATION 5

Plus en détail

PROGRAMME DE PREVENTION «EHPAD / Etablissements de soins» 2013 Dispositif d Aide Financière Simplifiée Régional

PROGRAMME DE PREVENTION «EHPAD / Etablissements de soins» 2013 Dispositif d Aide Financière Simplifiée Régional PROGRAMME DE PREVENTION «EHPAD / Etablissements de soins» 2013 Dispositif d Aide Financière Simplifiée Régional Objet : Le programme de prévention vise à réduire les risques auxquels sont exposés les salariés

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

LE CONTRAT DE GENERATION

LE CONTRAT DE GENERATION LE CONTRAT DE GENERATION Sommaire I - Le contrat de génération : contexte, enjeux et objectifs II - Le contrat de génération : un dispositif adapté à la taille des entreprises III- Le contrat de génération

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

INFORMATION SUR. LE COMPTE PENIBILITE : TOP DEPART! Novembre 2014

INFORMATION SUR. LE COMPTE PENIBILITE : TOP DEPART! Novembre 2014 INFORMATION SUR. LE COMPTE PENIBILITE : TOP DEPART! Dès le 1er janvier 2015, les salariés travaillant dans des conditions difficiles pourront, grâce au compte personnel de prévention de la pénibilité,

Plus en détail

INTRODUCTION ET DIAGNOSTIC

INTRODUCTION ET DIAGNOSTIC MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel INDUSTRIES DE LA MAROQUINERIE ACCORD DU 8 DÉCEMBRE 2014 RELATIF AU

Plus en détail

FORMATION EN ALTERNANCE

FORMATION EN ALTERNANCE FORMATION EN ALTERNANCE BACHELOR BUSINESS «Marketing Relationnel» Diplôme visé par l Etat au BO n 30 du 23 Aout 2012 - Titre RNCP Niveau II 2013/2014 Groupe Sup de Co La Rochelle N d agrément : 54170112617

Plus en détail

PORTANT AVENANT N 1 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ETAM DU BÂTIMENT DU 12 JUILLET 2006

PORTANT AVENANT N 1 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ETAM DU BÂTIMENT DU 12 JUILLET 2006 ACCORD COLLECTIF NATIONAL DU 26 SEPTEMBRE 2007 RELATIF A LA CLASSIFICATION DES EMPLOIS DES EMPLOYES TECHNICIENS ET AGENTS DE MAITRISE (ETAM) DU BATIMENT PORTANT AVENANT N 1 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

Accord Cohésion Sociale

Accord Cohésion Sociale Accord Cohésion Sociale Entre l Unité Economique et Sociale MACIF, représentée par Monsieur Roger ISELI, Directeur Général de la MUTUELLE ASSURANCE DES COMMERCANTS ET INDUSTRIELS DE FRANCE, Société d'assurance

Plus en détail

www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ')

www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ') www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ') Permettre à des jeunes de devenir apprentis, c est leur offrir une vraie chance de réussite professionnelle et c est apporter de la richesse à votre entreprise. La Chambre

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011 RELATIF À LA

Plus en détail

COMPTE RENDU D ENTRETIEN PROFESSIONNEL

COMPTE RENDU D ENTRETIEN PROFESSIONNEL Collectivité COMPTE RENDU D ENTRETIEN PROFESSIONNEL Décret n 2010-716 du 29 juin 2010 CATEGORIE B - ANNÉE.. IDENTITÉ/SITUATION ADMINISTRATIVE Nom Prénom : Date de naissance : Grade : Catégorie hiérarchique

Plus en détail

Maintien et retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action

Maintien et retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Maintien et retour en activité professionnelle des seniors Guide pour l action Introduction Ce guide a été élaboré par l ANACT (Agence nationale pour l amélioration des conditions de travail), dans le

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Management de l Environnement" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 13 octobre 2007 2 2013 / 2014 Groupe Sup

Plus en détail

CAISSE D EPARGNE Pour toutes les actions débutant le 19/02/2015

CAISSE D EPARGNE Pour toutes les actions débutant le 19/02/2015 CAISSE D EPARGNE Pour toutes les actions débutant le 19/02/2015 1 2 Période de professionnalisation 3 Tutorat 4 Compte Personnel de Formation ATTENTION : CES CRITÈRES SONT SUSCEPTIBLES D'ETRE MODIFIÉS

Plus en détail

Convention d entreprise n 67. relative au compte épargne-temps

Convention d entreprise n 67. relative au compte épargne-temps Convention d entreprise n 67 relative au compte épargne-temps Entre la Société Autoroutes du Sud de la France, représentée par M. Jacques TAVERNIER, Président Directeur Général, et les organisations syndicales

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie Internationale des Entreprises" 2 2013 / 2014 Groupe Sup de Co La Rochelle N d agrément : 54170112617 N SIRET 348 768 508 00015 www.esc-larochelle.fr Le programme

Plus en détail

Formation en Alternance

Formation en Alternance Formation en Alternance BACHELOR BUSINESS " Banque / Assurances" 2011 / 2012 2 Groupe Sup de Co La Rochelle - N d agrément : 54170112617 - www.esc-larochelle.fr Le programme BACHELOR BUSINESS En associant,

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

GUIDE DE LA PORTABILITE

GUIDE DE LA PORTABILITE GUIDE DE LA PORTABILITE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Présentation du dispositif de Portabilité et Répercussions sur vos contrats Complémentaires Santé / Prévoyance

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Information Secrétariat général SASFL Sous-direction du travail et de la protection sociale BOPSA 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP 0149554955 Instruction technique SG/SASFL/SDTPS/2014-720 08/09/2014

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

DEMANDE 2015 DE PRISE EN CHARGE AU PREALABLE PLAN DE FORMATION PERIODE DE PROFESSIONNALISATION FORMATION TUTEUR COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF)

DEMANDE 2015 DE PRISE EN CHARGE AU PREALABLE PLAN DE FORMATION PERIODE DE PROFESSIONNALISATION FORMATION TUTEUR COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) >DPC Unique DEMANDE 2015 DE PRISE EN CHARGE AU PREALABLE PLAN DE FORMATION PERIODE DE PROFESSIONNALISATION FORMATION TUTEUR COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) A RETOURNER A L ADRESSE DE VOTRE CENTRE DE

Plus en détail

L emploi des seniors

L emploi des seniors L emploi des seniors dans la branche des laboratoires de biologie médicale Observatoire des métiers des Professions Libérales 52 56 rue Kléber 92309 LEVALLOIS PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 64 Fax 01 46

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ARTICLE 1 - OBJET Le Compte Epargne Temps permet au salarié, à son initiative, d accumuler des droits à congés rémunérés ou de bénéficier d une rémunération, immédiate

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587 L environnement social de votre entreprise va être profondément modifié dans les six prochains mois. Nous souhaitons vous en parler et vous expliquer ces nouvelles mesures et leurs impacts. La mutuelle

Plus en détail

Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville

Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville Préconisations établies par M de Virville au terme de la deuxième étape de la concertation

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE ÉTUDES INTERCULTURELLES DE LANGUES APPLIQUÉES Licence Pro Rédacteur Technique Master 2 Pro Industrie de la Langue et Traduction Spécialisée Master 2 Pro de Conception Documentation Multilingue et Multimédia

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Entre les soussignés La Caisse d'epargne Loire-Centre dont le siège social est situé à ORLEANS,

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

ACCORD «NOUVEAU CONTRAT SOCIAL» PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES

ACCORD «NOUVEAU CONTRAT SOCIAL» PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES ACCORD «NOUVEAU CONTRAT SOCIAL» DE PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES S.A. OCTOBRE 2013 1 PREAMBULE... 5 CHAPITRE I : CHAMP D APPLICATION... 9 CHAPITRE II : LE RENFORCEMENT DU DIALOGUE

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS Entre la Direction Générale de la société Herakles, représentée par Philippe BOULAN, en sa qualité de Directeur des Ressources Humaines, D une part, Et les organisations

Plus en détail

Accord instituant un Compte Épargne Temps

Accord instituant un Compte Épargne Temps Préambule...2 Article 1 Bénéficiaires...2 Article 2 Alimentation du compte...2 2-1 Des congés payés annuels...2 2-2 Des jours de repos ARTT...2 2-3 Nombre maximum de jours cumulables au titre des congés

Plus en détail

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi*

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi* Dr CROUZET 12/10/2012 SMTMP / RESACT Préambule Le chainon manquant Missions des SSTi* La Fiche d Entreprise (revisitée) Obligations des employeurs? Page 6 de la circulaire du Document Unique, du 18 avril

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3073 Convention collective nationale IDCC : 86. ENTREPRISES DE LA PUBLICITÉ ET

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail