Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours"

Transcription

1 Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Santé Publique Santé Travail Module 5 : SOUSAN Version 1 18 avril 2014 Relecture : Comité de coordination pédagogique ENSOSP École Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs-Pompiers 1

2 Sommaire I- Définition et Historique 3 II Les enjeux du SSO : 3 A- Enjeu opérationnel 3 B- Enjeu juridique 4 C- Enjeu managérial 4 D- Enjeu économique 4 E- Enjeu Humain 4 III- Organisation Départementale : 4 A- Organisation 5 B- Moyens 5 C- Personnels 6 D- Formation 6 IV- La méthode 6 V- Cas concret d illustration : 7 A- Descriptif 7 B- Démarche 7 1 Questionnement 7 2 Réflexion 8 VI- Conclusion 10 2

3 I- Définition et historique : La visée du soutien sanitaire est de maintenir les sapeurs-pompiers sur opérations, dans les meilleures conditions de santé et de sécurité, et de permettre ainsi la bonne conduite de celles-ci. Au-delà de cette action ponctuelle, le soutien sanitaire doit permettre de préserver le capital santé physique et mental du sapeur-pompier tout au long de son engagement au service des autres. Historiquement le service de santé et de secours médical des sapeurs-pompiers s est, lors de sa construction, inspiré du Service de Santé des Armées. Le soutien sanitaire des forces armées est un concept global couvrant toute la chaîne de la prise en charge sanitaire du combattant, de la médecine préventive aux soins immédiats et à l'hospitalisation. La loi dite de «départementalisation» de 1996 a prévu que le SOUSAN soit une mission exclusive du SSSM des SDIS 1. Il représente l action réalisée par une unité sanitaire intégrée au dispositif opérationnel qui a pour mission, sous la responsabilité du médecin-chef du SDIS, de mettre en œuvre des actions préventives et curatives pour les sapeurs-pompiers sur site, en liaison étroite avec le dispositif de commandement. Les évènements dramatiques de l année ont provoqué une prise de conscience des enjeux de la santé et de la sécurité en service avec notamment la mise en place de la mission Pourny en et par la publication de la loi de modernisation de la sécurité civile en Ces deux actes majeurs ont permis de développer le concept de «système de management de la sécurité», processus transversal impliquant tous les acteurs du SDIS, qui se traduit plus particulièrement pour le sujet traité dans ce cours, par la nécessité pour les SDIS de mettre en place un dispositif de soutien sanitaire opérationnel permanent. II- Les enjeux du SSO : Les enjeux du soutien sanitaire opérationnel sont multiples A- Enjeu opérationnel : La sollicitation intense des SIS avec une intervention toutes les 7.5 secondes 5 impose aux services de préserver leur potentiel opérationnel collectif décliné dans le SDACR 6, en limitant les atteintes physiques et psychologiques des personnels par des mesures préventives et curatives sur opération. 1 Article R du code général des collectivités territoriales 2 10 décès en service commandé en 1 semaine ; Neuilly-sur-Seine et Loriol 3 Rapport de mission sur la sécurité des sapeurs-pompiers en intervention ; Col Pourny décembre Loi du 13 aout 2004 sur la modernisation de la sécurité civile 5 Statistiques des SDIS, ministère de l intérieur, édition Schéma départemental d analyse et de couverture des risques 3

4 B- Enjeu juridique : Obligation est faite pour l employeur de veiller à la sécurité et à la protection de la santé des agents placés sous leur autorité 7. Il est aussi de la responsabilité de la chaîne de commandement de prendre toutes les mesures nécessaires à la protection et à la sécurité des personnels engagés sur opération 8. Enfin le médecin-chef du SSSM doit mettre en place une organisation permettant d assurer les missions règlementaires et notamment le soutien sanitaire des interventions des SDIS et les soins d urgence aux sapeurs-pompiers 9 C- Enjeu managérial : L image du Chef qui veille sur ces hommes, reconnaissance opérationnelle du personnel du SSSM. D- Enjeu économique : Les accidents et les décès en service génèrent des couts directs et indirects importants. (Frais médicaux, indemnités journalières, remplacement du personnel, pensions, ). La maitrise de ces couts passe par une politique de santé, sécurité et prévention en service dont le volet opérationnel est le soutien sanitaire. E- Enjeu humain : Chez les sapeurs-pompiers, l esprit d équipe, l appartenance au groupe sont des valeurs prédominantes. La perte d un des membres de l équipe ou les blessures causées à l un d entre eux sont vécus comme un traumatisme dont chacun se sent atteint. Cela peut ensuite se traduire par de la non qualité, des prises de risques inconsidérées, une perte de motivation de l équipe ou des sapeurs-pompiers. La présence et l engagement permanent du SSSM auprès des équipes permet la préservation et le maintien de la santé de chacun, dans toutes ses composantes. III Organisation départementale: L organisation du soutien sanitaire en termes de moyens et de mise en œuvre de ces derniers, est laissée à l appréciation de chaque SDIS qui le prévoit dans son règlement opérationnel. Cette organisation nécessite une étroite collaboration entre tous les services du SDIS concernés par une approche globale de santé-sécuritéprévention. Elle se réfère notamment aux règles professionnelles et aux outils communs tels que ceux de la gestion opérationnelle et commandement (GOC). 7 Décret n du 10 juin 1985 modifié relatif à l'hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu'à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction publique territoriale 8 Article 25 de la loi de modernisation de la sécurité civile 9 Articles R et 26 du CGCT 4

5 Les moyens matériels doivent être identifiés et adaptés aux missions de SSO et de soins d urgence aux sapeurs-pompiers. Les personnels doivent être spécifiquement formés et équipés (EPI 10 ) pour assumer les différentes missions, dans un cadre défini et dans le respect des règles de sécurité. A- Organisation : L organisation du soutien sanitaire, issue d une concertation au sein du SDIS, voit sa concrétisation par son inscription dans le règlement opérationnel. Elle sera orientée par le schéma départemental d analyse et de couverture des risques (SDACR) et tiendra compte des possibilités locales. Ce règlement opérationnel décline le processus global notamment : - Critères d engagement du soutien sanitaire (type de sinistre, sur sollicitation de la chaine de commandement, ) - Modalités de déclenchement (départ type, plan de secours, ) - Réponse opérationnelle (astreinte ou garde, infirmier et/ou médecin, ) - Graduation dans la réponse à apporter (du VSAV au PMA, selon des critères à priori) - Relations fonctionnelles (COS, hiérarchie SSSM, instances préventionhygiène-sécurité, ) B- Moyens : Le choix du vecteur devra permettre de se rendre sur intervention et d assurer la mission SSO. Il dépendra des besoins (véhicule dédié ou non, risques spécifiques à couvrir, ) et de la topographie du département. Il pourrait être un véhicule léger routier ou tout terrain associé à un VSAV ou un véhicule spécifique soutien sanitaire (VSS). Le matériel embarqué devra à la fois permettre les soins d urgence aux sapeurspompiers mais aussi les soins courants liés aux pathologies les plus fréquemment rencontrées sur opération (petites traumatologies, phlyctènes, irritations conjonctivales, ). Il devra également permettre l analyse des risques à l aide d outils adaptés (thermomètre, hygromètre, anémomètre, ) et de leurs impacts éventuels sur la santé des intervenants (thermomètre, carboxyhémoglobine, multiparamètres, ). Afin d assurer la remise en condition des intervenants, une dotation en produits de diététique de l effort peut s avérer pertinente en complément des apports énergétiques et hydriques de base qui sont indispensables, assurés par le service en charge de la logistique opérationnelle. D autres moyens peuvent être mis en œuvre en fonction des conditions climatiques ou des risques particuliers (tente, chauffage, éclairage, brumisation, refroidissement actif, mise au repos, ). 10 Article 10 et annexe IV de l arrêté du 6 mai 2000 fixant les tenues, insignes et attributs des sapeurspompiers 5

6 C- Personnels : La mission «soutien sanitaire» requiert du personnel soignant habilité par le médecin-chef. Cela comprend une aptitude médicale opérationnelle, une formation spécifique et un équipement règlementaire. Des personnels non soignants peuvent contribuer à la mise en œuvre du soutien sanitaire dans le cadre de leurs compétences. D- Formation : Le soutien sanitaire, bien que n étant pas une discipline médicale, permet de dispenser des soins préventifs et curatifs dans un contexte opérationnel. Les compétences à développer doivent couvrir les champs suivants : - La prévention des risques professionnels sur opération (contraintes EPI, MGO, ) - Les soins d urgence avec ou sans présence médicale (protocoles infirmier de soins d urgence) - Compréhension du cadre de l intervention pour s intégrer dans la chaine de commandement (outils GOC) - Collaboration avec les équipes spécialisées en fonction des risques locaux. La formation initiale règlementaire des médecins et des infirmiers de sapeurspompiers permet une approche sur ces thèmes qui demande à être complétée par des modules spécifiques soit en local, soit au sein de l Ensosp. IV- Méthode : La mise en œuvre du soutien sanitaire reste conforme à la méthode générale des plans de prévention en 4 points, à savoir l identification des dangers, l évaluation des risques, la maitrise des risques et la gestion des risques résiduels (méthode décrite dans le module 3). Cette méthode est à croiser avec celle employée par le COS lors de l opération qui se résume en 5 points : Evaluation et compréhension de la situation (qu est-ce qui se passe?) Identification des dangers Détermination des enjeux Formalisation et mise en œuvre des «idées de manouvres» qui doit mettre en balance dangers/enjeux. Réévaluation des actions selon évolutivité de la situation C est notamment au moment de la prise de contact avec le COS que les informations vont s échanger et permettre ainsi d être efficient dans la complémentarité et le partage de culture. 6

7 Pour contextualiser cette démarche, nous vous proposons de la développer au travers d un exemple. V- Cas concret d illustration A- Descriptif : Vous êtes engagé, à la demande du COS, sur un feu d exploitation agricole isolée qui produit des céréales. Nous sommes le dimanche 15 aout, il est 12h30. Vous partez avec un véhicule léger du SSSM. Vous disposez du matériel nécessaire au SSO et à la prise en charge des détresses vitales. A votre arrivée sur les lieux, vous vous présentez au COS afin de faire un point de situation et de vous voir attribuer votre mission. Le COS vous décrit la situation suivante : «Nous sommes confrontés à un feu de bâtiment agricole à usage de stockage de paille d environ 600 m2. Le bâtiment est totalement embrasé avec un risque persistant de propagation à un hangar à matériel contigu contenant également des engrais. Actuellement je fais procéder à l attaque du feu et à la protection du hangar par un dispositif hydraulique composé d 1 FPT, de 2 CCR et d 1 CCFS. L alimentation en eau des engins est assurée par des rotations à l aide d un CCGC. Je prévois une opération de longue durée. Je vous demande de mettre en place un secteur SSO. Je vous affecte le VSAV qui est déjà sur opération. Vous me rendrez compte dans 30 minutes. Vous vous équiperez de vos EPI. Avez-vous des questions?» B- Démarche : 1 Questionnement : Y-a-t-il des victimes? Non Depuis quelle heure les premiers sapeurs-pompiers sont sur place? Depuis 11h00 Quel effectif sur les lieux et quelle activité? FPT : 6 ; CCR : 6 ; CCFS : 4 ; CCGC : 2 ; VSAV : 3 ; chef de groupe : 1 Total= 29 sapeurs-pompiers Y-a-t-il des renforts attendus? Oui, j ai demandé un porteur d eau supplémentaire et un véhicule d intervention «risques chimiques» Existe-il des dangers spécifiques? 7

8 Oui, j ai identifié une palette de produit phytosanitaire stockée dans le hangar menacé. Y-a-t-il un zonage? Oui, j ai fait procéder à la mise en place d une zone d exclusion de 100 mètres autour du bâtiment en feu. 2 Réflexion : Identification des dangers et évaluation des risques : Identification des dangers Stockage d engrais menacé par le sinistre Evaluation des risques Explosion Toxicité des Organophosphorés Effets prévisibles sur la sante Blast, traumatismes : brulures Intoxication aux Organophosphorés Maitrise des risques Création d une zone d exclusion stricte Gestion des Risques résiduels Bâtiment en feu Contraintes environnementales Radiant thermique Flammes nues Effondrement Dégagement de fumées Ambiance thermique(t, hygrométrie, vitesse de l air) Heure d engagement défavorable Durée prolongée prévue Accidents liés à la chaleur (épuisement: CEE : déshydratation Brulures Traumatismes Intox aux fumées d incendie Accidents liés à l exposition à la chaleur Hypoglycémie Port des EPI adaptés Engagement proportionné dans la zone d exclusion Engagement limité (rotation ARI) avec repos+ réhydratation +alimentation = obligatoire Rotation des binômes permettant la récupération en zone de soutien, des Hommes Déplacements routiers Collision Ecrasement fatigue Traumatismes divers Rappel des règles de conduite des véhicules Guidage Port des gilets haute visibilité Eau en pression Energies Gaz électricité Rupture de tuyaux ou de déchaussage de raccords Orientation du «jet d eau» Effet fouet de l établissement hydraulique en cas de surpression Explosion Contact humide Electrisation Traumatismes divers Surveillance du dispositif Positionnement du personnel Port des EPI Respect des règles d exploitation des pompes Blast, traumatismes, brulure, troubles cardiovasculaires. Coupure en urgence des fluides Rotation des binômes permettant la récupération en zone de soutien, des Hommes Vigilance du personnel et respect des règles de sécurité d engagement 8

9 Mise en place du dispositif en concertation avec le COS : Validation du dimensionnement du dispositif du SSO (matériel, personnel) Déterminer l emplacement de la zone de SSO, hors zone d exclusion, composée de : o d une zone de repos et de reconditionnement (protégée, tempérée, calme.) o d une zone d accueil et traitement d urgence des personnels engagés Prise en compte du VSAV et de son équipage Actions à mener : En prévention primaire : Conseils et/ou propositions au COS : Engagement de durée limitée sous ARI Engagement d un échelon Logistique Port adéquat des EPI Sensibilisation au respect des règles de sécurité lors des engagements et des déplacements En prévention secondaire : Evaluation physiologique des personnels engagés : Fréquence cardiaque Température SpCO ou CO expiré Glycémie capillaire Lactates Surveillance des règles de récupération (temps de repos, réhydratation, alimentation ) En prévention tertiaire : - Prise en charge des pathologies rencontrées et orientation sur une structure de soins si nécessaire (soins curatifs) Compte-rendu régulier au COS et à l autorité médicale Fin de mission Levée du dispositif en concertation avec le COS Remise en condition des matériels Traçabilité des décisions et de l activité avec rédaction d un compte-rendu des actions menées Lien avec la médecine de prévention et d aptitude, notamment pour le suivi postexposition 9

10 VI- Conclusion Mission réglementaire et propre au SSSM des SDIS, le SSO est un outil de prévention désormais indispensable au profit de la santé des sapeurs-pompiers. Pour qu il soit efficient, il est nécessaire qu il soit concerté avec les autres acteurs, préparé (organisation, formation) et intégré dans la politique générale de prévention de chaque SDIS. 10

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE Exercice Départemental DAREGAL 22 - SAP - RETEX EXER DESCRIPTION DE L EXERCICE HISTORIQUE Date : 20 janvier 22 Heure de début: 14h00 Heure de fin : 16h30 LIEU Adresse : D 948, OBJECTIFS DE L EXERCICE Pour

Plus en détail

NOR/INT/E/03/00102/C Objet: Circulaire relative au référentiel des services de santé et de secours médical des services d incendie et de secours.

NOR/INT/E/03/00102/C Objet: Circulaire relative au référentiel des services de santé et de secours médical des services d incendie et de secours. DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES Paris, le 23 octobre 2003 SOUS-DIRECTION DES SAPEURS-POMPIERS LE CONSEILLER SANTE Réf. DDSC 10/HJ/N 2003-294 H. JULIEN 01.56.04.74.12 e-mail : henri.julien@interieur.gouv.fr

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION

ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION 1 Finalités de la formation Le référentiel de formation a pour objet de décrire le parcours du sapeur-pompier, lequel construit progressivement les éléments de sa compétence

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE ET DES LIBERTÉS LOCALES Arrêté du 16 août 2004 relatif aux formations des médecins, pharmaciens et infirmiers

Plus en détail

UNITE DE VALEUR DE FORMATION INTERVENTIONS DIVERSES DIV 2 EMPLOI CHEF D AGRES

UNITE DE VALEUR DE FORMATION INTERVENTIONS DIVERSES DIV 2 EMPLOI CHEF D AGRES SCHEMA NATIONAL DES FORMATIONS DES SAPEURS-POMPIERS UNITE DE VALEUR DE FORMATION DIV 2 EMPLOI CHEF D AGRES ADRESSE POSTALE : PLACE BEAUVAU 75800 PARIS CEDEX 08 STANDARD 01 49 27 49 27-01 40 07 60 60 Direction

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

PLAN DE FORMATION PLURIANNUEL

PLAN DE FORMATION PLURIANNUEL PLAN DE FORMATION PLURIANNUEL DES AGENTS DU SDIS DE L ORNE 2015 2017 Partie II Charte organisationnelle de la formation Sommaire du règlement formation PARTIE I - Préambule... 5 a - La Charte... 5 b -

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE Public 12 stagiaires maximum Durée totale indicative 67 heures Hors examen et temps de déplacement Pré requis Respect des dispositions de l article 4 1 de l arrêté du 02 Mai 2005 dont par exemple : Soit

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

RISQUES CHIMIQUES ET BIOLOGIQUES PREAMBULE

RISQUES CHIMIQUES ET BIOLOGIQUES PREAMBULE PREAMBULE Depuis la création des cellules mobiles d intervention chimique sapeurs-pompiers (CMIC), il y a plus de 15 ans, les besoins en matière de lutte contre les risques chimiques n ont cessé de progresser.

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE METHODOLOGIE D ELABORATION Reproduction interdite sans autorisation préalable Cette méthodologie d élaboration a été développée par l qui est une Association de Loi 1901 dont

Plus en détail

Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION

Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION COLONEL ERIC FAURE, PRÉSIDENT DE LA FNSPF ISABELLE VERBAERE LA GAZETTE DES COMMUNES Les intervenants Colonel Eric FAURE,

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Inventaire des dangers : Gants de pompiers

Inventaire des dangers : Gants de pompiers Inventaire des dangers : Gants de pompiers 1. Réflexions - caractéristiques: Norme de référence : EN 659 Gants de protection pour sapeurs-pompiers Possibilités d avoir des gants avec longues ou courtes

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

L évaluation des risques dans les collectivités publiques.

L évaluation des risques dans les collectivités publiques. L évaluation des risques dans les collectivités publiques. SERGE CANTIER CEDRIC FIGAROLA GILLES SICCAT JULIEN SAGELOLY Contact : 04 68 34 86 29 Mail : cantier.hygsecurite@cdg66.fr Objectifs de la séance

Plus en détail

INTERVENTIONS IMPLIQUANT DES PANNEAUX PHOVOLTAIQUES

INTERVENTIONS IMPLIQUANT DES PANNEAUX PHOVOLTAIQUES SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DE L HERAULT FICHE OPERATIONNELLE DEPARTEMENTALE INTERVENTIONS IMPLIQUANT DES PANNEAUX PHOVOLTAIQUES La présente fiche à pour objet de fournir aux personnels

Plus en détail

ANNEXE A L ARRETE DU 19 DECEMBRE 2006 RELATIF AU GUIDE NATIONAL DE REFERENCE DES EMPLOIS, DES ACTIVITES ET DES FORMATIONS DE TRONC COMMUN

ANNEXE A L ARRETE DU 19 DECEMBRE 2006 RELATIF AU GUIDE NATIONAL DE REFERENCE DES EMPLOIS, DES ACTIVITES ET DES FORMATIONS DE TRONC COMMUN ANNEE A L ARRETE DU 19 DECEMBRE 2006 RELATIF AU GUIDE NATIONAL DE REFERENCE DES EMPLOIS, DES ACTIVITES ET DES FORMATIONS DE TRONC COMMUN DES SAPEURSPOMPIERS PROFESSIONNELS ET VOLONTAIRES Direction de la

Plus en détail

VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPERIENCE (VAE)

VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPERIENCE (VAE) VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPERIENCE (VAE) DOSSIER DE DEMANDE DE VALIDATION Nom- Prénom : Diplôme : CHEF D'AGRES Dates de dépôt du dossier : Première partie : Dossier complet : Page 1/25 SDIS d'affection

Plus en détail

Formation d adaptation aux activités SPV de:

Formation d adaptation aux activités SPV de: Formation d adaptation aux activités SPV de: - Module chef d équipe - Module chef d agrès Transverse - Module chef d agrès 1 Equ Secours à Personne - Module chef d agrès 1 Equ Opérations Diverses - Module

Plus en détail

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS TITRE 1 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS 2 CHAPITRE 1 NATURE JURIDIQUE Les services départementaux d incendie et de secours (SDIS) sont des établissements publics administratifs, dotés de la

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE OPERATIONNEL

RETOUR D EXPERIENCE OPERATIONNEL ELEMENTS GENERATEURS DU RETEX Flux thermique important spécificité et technicité des feux de silo. DESCRIPTION DE L INTERVENTION HISTORIQUE Date : 22 août 2012 Heure d appel : 1h37 N intervention : 12

Plus en détail

UNITE DE VALEUR DE FORMATION SECOURS A PERSONNE SAP 1 EMPLOI EQUIPIER

UNITE DE VALEUR DE FORMATION SECOURS A PERSONNE SAP 1 EMPLOI EQUIPIER SCHEMA NATIONAL DES FORMATIONS DES SAPEURS-POMPIERS UNITE DE VALEUR DE FORMATION SECOURS A PERSONNE SAP 1 EMPLOI EQUIPIER ADRESSE POSTALE : PLACE BEAUVAU 75800 PARIS CEDEX 08 STANDARD 01 49 27 49 27-01

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 30 septembre 2013 relatif aux formations des sapeurs-pompiers professionnels NOR : INTE1315095A Publics concernés : sapeurs-pompiers

Plus en détail

DIRECTION DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ CIVILES. Techniques professionnelles

DIRECTION DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ CIVILES. Techniques professionnelles DIRECTION DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ CIVILES GUIDE NATIONAL DE REFERENCE Techniques professionnelles Manœuvres feux de forêts MANŒUVRES FEUX DE FORÊTS 1 2 PRÉAMBULE La doctrine française relative

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

Protocoles de Soins Infirmiers d Urgence. Situation du Bas-Rhin (Mars 2008)

Protocoles de Soins Infirmiers d Urgence. Situation du Bas-Rhin (Mars 2008) Protocoles de Soins Infirmiers d Urgence Situation du Bas-Rhin (Mars 2008) OBJECTIFS L INFIRMIER peut travailler 1- EN BINOME avec un médecin 2- SEUL, dans l attente de l intervention d un médecin En institution

Plus en détail

SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE. ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD

SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE. ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD Printemps des EHPAD Nice 26 mars 2015 SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE - S.U.A.P - ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD Médecin Lt Colonel V. ALAUX-DHENIN, Responsable «Mission Médicalisation

Plus en détail

SAP et Actualités du 3SM

SAP et Actualités du 3SM SAP et Actualités du 3SM Réunion annuelle du GIRACAL SEDAN 2 Avril 2011 Médecin Colonel Francis Lévy SAP En 2010 les SP ont réalisé 2 876 456 interventions de SAP soit + 5% / 2009 186 590 étaient médicalisés

Plus en détail

Chef d Équipe Sapeur-Pompier Volontaire

Chef d Équipe Sapeur-Pompier Volontaire 200, avenue du Capitaine Dhonne - BP 33-01001 BOURG EN BRESSE CEDEX Tél : 04 37 62 15 00 - Fax : 04 37 62 15 01 - www.sdis01.fr École Départementale des Sapeurs-Pompiers de l Ain Chef d Équipe Sapeur-Pompier

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

LES PREMIERS SOINS EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES PREMIERS SOINS EN MILIEU PROFESSIONNEL LES PREMIERS SOINS EN MILIEU PROFESSIONNEL M. FALCY INRS La nécessité de mettre en place dans toutes les entreprises un système de premiers secours vient de la certitude qu il n y aura jamais de système

Plus en détail

Personnels. 1 sur 5 20/03/2007 09:53 PRIORITÉS ET ACTIONS DÉVELOPPEMENT DES ACTIONS

Personnels. 1 sur 5 20/03/2007 09:53 PRIORITÉS ET ACTIONS DÉVELOPPEMENT DES ACTIONS 1 sur 5 20/03/2007 09:53 accueil bulletin officiel [B.O.] n 43 du 23 novembre 2006 - sommaire MENH0602761X Personnels COMITÉ CENTRAL D HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ Programme annuel de prévention 2006-2007 (enseignement

Plus en détail

Guide des formations et prestations. Santé, sécurité au travail

Guide des formations et prestations. Santé, sécurité au travail Guide des formations et prestations Santé, sécurité au travail 2016 Les formations 1. Formations obligatoires des assistants et des conseillers de prévention P.5 - Formation préalable (niveau 1) P.6 -

Plus en détail

L alerte des maires lors d intervention sur leur commune. Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers lors d'une intervention d'ampleur

L alerte des maires lors d intervention sur leur commune. Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers lors d'une intervention d'ampleur Intervention du Colonel Pascal COLIN, directeur départemental des services d incendie et de secours de la Marne L alerte des maires lors d intervention sur leur commune Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive 6, rue de Flacé - 71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 21 19 19 - Fax 03 85 21 19 10 centredegestion@cdg71.fr SOMMAIRE Propos introductif...p.

Plus en détail

L atelier départemental du SDIS 06

L atelier départemental du SDIS 06 L atelier départemental du SDIS 06 Le Groupement fonctionnel «Technique» Au sein de la sous-direction technique et des systèmes d information, le groupement fonctionnel technique (GFTE), placé sous l autorité

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Entreprises de travail à façon de la viande. Plan de prévention

Entreprises de travail à façon de la viande. Plan de prévention Entreprises de travail à façon de la viande Plan de prévention L intervention dans l entreprise du donneur d ordre ajoute aux risques propres au travail de la viande des risques d interférences avec l

Plus en détail

Exemple de document unique

Exemple de document unique Exemple de document unique Tableau 1 Identification, par unité de travail, des risques professionnels (des dangers liés à un équipement, une substance, une méthode de travail susceptible de causer un dommage

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

Strasbourg. 21ème «Rendez-vous de l Urgence» Jeudi 24 novembre 2011. «La Médecine de Catastrophe»

Strasbourg. 21ème «Rendez-vous de l Urgence» Jeudi 24 novembre 2011. «La Médecine de Catastrophe» Strasbourg 21ème «Rendez-vous de l Urgence» Jeudi 24 novembre 2011 «La Médecine de Catastrophe» 1 Médecine de catastrophe Création et évolution du concept en France (et en Europe) Le passage de l individuel

Plus en détail

LA REPONSE AUX RISQUES ET MENACES NRBCe

LA REPONSE AUX RISQUES ET MENACES NRBCe SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS D ILLE-ET-VILAINE LA REPONSE AUX RISQUES ET MENACES NRBCe Cdt Y. Durocher CMIC 35 sept 2014 2 UNITES : SOCLE de la réponse NRBCe CMIC : cellule mobile d intervention

Plus en détail

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville Groupe Oc Santé M R Daures Fortier - Semaine sécurité des patients Coordonnateur Gestion des Risques Pourquoi Objectifs: Garantir la sécurité

Plus en détail

du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards.

du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards. Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours doivent être disponibles en permanence, compte tenu des dangers résultant de l exploitation, de l importance et de l emplacement

Plus en détail

Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU

Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU 1 Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU SOMMAIRE 2 Manipulation extincteur page 3 Equipier de première intervention / évacuation page 4 Equipier d intervention technique page 5 Equipier

Plus en détail

Les DAAF, c est obligatoire et ça peut sauver des vies!

Les DAAF, c est obligatoire et ça peut sauver des vies! Les DAAF, c est obligatoire et ça peut sauver des vies! Les détecteurs de fumée : Questions / Réponses Le SDIS 70, en partenariat avec le Conseil général, la Préfecture et l Union Départementale des Sapeurs-Pompiers

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

n 9 BIS du 27 août 2003

n 9 BIS du 27 août 2003 RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL SPECIAL n 9 BIS du 27 août 2003 N.B. : ce recueil peut être consulté sur simple demande aux guichets d accueil de la préfecture et des sous-préfectures de BRIVE

Plus en détail

Les textes réglementaires de ce guide sont fournis à titre indicatif et non exhaustif. Se référer au Code du Travail en vigueur..

Les textes réglementaires de ce guide sont fournis à titre indicatif et non exhaustif. Se référer au Code du Travail en vigueur.. Pour toute réclamation, merci d adresser votre courrier ou votre mail à : Mme Sandrine PERRIER Directrice du service 9 rue du Cros - B.P. 261 23006 - GUERET Cedex sandrine.perrier@acist23.fr ACIST 23 Membre

Plus en détail

SDIS25 RÈGLEMENT OPÉRATIONNEL DES SERVICES D INCENDIE ET DE SECOURS DU DOUBS. SAPEURS-POMPIERS DU DOUBS www.sdis25.fr

SDIS25 RÈGLEMENT OPÉRATIONNEL DES SERVICES D INCENDIE ET DE SECOURS DU DOUBS. SAPEURS-POMPIERS DU DOUBS www.sdis25.fr SDIS25 Service départemental d incendie et de secours du Doubs RÈGLEMENT OPÉRATIONNEL DES SERVICES D INCENDIE ET DE SECOURS DU DOUBS SAPEURS-POMPIERS DU DOUBS www.sdis25.fr SOMMAIRE PREMIÈRE PARTIE :

Plus en détail

ANALYSE CONJONCTURE ÉDITO POINTS CLÉS SOMMAIRE. Les accidents du travail dans les Services Départementaux d Incendie et de Secours en 2011

ANALYSE CONJONCTURE ÉDITO POINTS CLÉS SOMMAIRE. Les accidents du travail dans les Services Départementaux d Incendie et de Secours en 2011 ANALYSE Les accidents du travail dans les Services Départementaux d Incendie et de Secours en 2011 Juillet 2012 ÉDITO Chez les sapeurs-pompiers, l accidentologie est très marquée par les évènements survenus

Plus en détail

PÔLE PRÉVENTION TECHNIQUE

PÔLE PRÉVENTION TECHNIQUE PRESTATIONS PÔLE PRÉVENTION TECHNIQUE Risques chimiques ANALYSE DES RISQUES, FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ, AMIANTE... Ergonomie ÉTUDES DE POSTES Métrologie MESURES SONORES, LUMIÈRE, POUSSIÈRES... Formations

Plus en détail

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Mise à jour : 15/06/09

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Mise à jour : 15/06/09 HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Mise à jour : 15/06/09 Rédaction : M.GSCHWIND Validation : M. Herrgott Gestionnaire des risques Directeur

Plus en détail

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014)

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Section première.- Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté s applique

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

ORIENTATIONS STRATEGIQUES

ORIENTATIONS STRATEGIQUES MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Service des personnels ingénieurs, administratifs, techniques,

Plus en détail

LE GUIDE DE GESTION DE LA PREVENTION

LE GUIDE DE GESTION DE LA PREVENTION LE GUIDE DE GESTION DE LA PREVENTION 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 1. LES MISSIONS... 3 1.1. La prévention contre les risques d incendie et de panique dans les ERP et IGH... 3 1.1.1 Un contexte règlementaire...

Plus en détail

La réforme du fonctionnement des Services de santé au Travail

La réforme du fonctionnement des Services de santé au Travail La réforme du fonctionnement des Services de santé au Travail Représentation, ressource et référence des Services de santé au travail interentreprises Les instances et la gouvernance Les acteurs Le suivi

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte des déchets Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Au départ (Avant la collecte)... 4 2.1 Les équipements de protection individuelle

Plus en détail

Premiers secours. Article 36

Premiers secours. Article 36 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Art. 36 Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours seront disponibles en permanence, compte tenu des dangers

Plus en détail

FORMATION OPERATIONNELLE SPECIALISEE (FOS) INTERVENTIONS ANIMALIERES ET CYNOTECHNIQUES (IAC) VOLET CYNOTECHNIQUE (CYN)

FORMATION OPERATIONNELLE SPECIALISEE (FOS) INTERVENTIONS ANIMALIERES ET CYNOTECHNIQUES (IAC) VOLET CYNOTECHNIQUE (CYN) Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 042-284210242-20141010-14-07-063-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 16/10/2014 Publication : 16/10/2014 REGLEMENT FORMATION OPERATIONNELLE

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

LE RISQUE ELECTRIQUE

LE RISQUE ELECTRIQUE Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes Pôle Concours, Emploi, Santé, Sécurité, Organisation du Travail et Maintien dans l Emploi Service Prévention LE RISQUE ELECTRIQUE En 2010,

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Incendies de forêt : évaluation de la protection apportée par le débroussaillement autour des habitations

Incendies de forêt : évaluation de la protection apportée par le débroussaillement autour des habitations Incendies de forêt : évaluation de la protection apportée par le débroussaillement autour des habitations juin 2007 Préambule Le présent document a été réalisé par l ONF dans le prolongement de l analyse

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Entretiens. Résultats statistiques de l année. Date de mise à jour 01/04/09. Nom de l établissement

Entretiens. Résultats statistiques de l année. Date de mise à jour 01/04/09. Nom de l établissement Gestion de la santé et de la sécurité au travail dans l entreprise Vingt thèmes pour évaluer votre niveau d organisation et l implication de votre personnel Nom de l établissement Date de mise à jour 01/04/09

Plus en détail

INTERVENTION Dr Yves ZELLER (Conseils et Expertises en Gérontologie)

INTERVENTION Dr Yves ZELLER (Conseils et Expertises en Gérontologie) INTERVENTION Dr Yves ZELLER (Conseils et Expertises en Gérontologie) Le message : Les NTIC, gadgets ou progrès? Des NTIC performantes avec quel service rendu? Des exemples au sein des Résidences Bien-

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels :

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : AIDE A DOMICILE Aide à domicile Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : L évaluation des risques (décret du 05 nov. 2001) doit être une démarche collective

Plus en détail

5 rue des artisans, Armbouts-Cappel

5 rue des artisans, Armbouts-Cappel 5 rue des artisans, Armbouts-Cappel VENTE, POSE et MAINTENANCE DE VOS EXTINCTEURS (portatifs et sur roues) (Certification APSAD NF SERVICE) VERIFICATION DE VOS R.I.A. (Robinets d Incendie Armés) VERIFICATION

Plus en détail

Une priorité en faveur de la santé et de la sécurité

Une priorité en faveur de la santé et de la sécurité Une mobilisation forte pour la sécurité Sécurité et santé au travail impliquent une mobilisation permanente de l ensemble des collaborateurs de Séché Environnement. Ceci implique une responsabilité partagée

Plus en détail

LE RISQUE ELECTRIQUE. Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure

LE RISQUE ELECTRIQUE. Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure LE RISQUE ELECTRIQUE Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure L électrisation,l électrocution

Plus en détail

Le Corps des Sapeurs-Pompiers. vous souhaitent la Bienvenue CIS OBERENTZEN

Le Corps des Sapeurs-Pompiers. vous souhaitent la Bienvenue CIS OBERENTZEN Le Corps des Sapeurs-Pompiers d OBERENTZEN vous souhaitent la Bienvenue Rédaction : Adjudant-Chef Patrick SCHMIDT JANVIER 2006 Moyens véhicules Le Corps des Sapeurs Pompiers L engagement Moyens matériels

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE.

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 1 2 LE SAVIEZ-VOUS? UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 3 SOURCE INRS 4 Identification des atmosphères explosives Faire l inventaire

Plus en détail

Règlement intérieur du Service Départemental d Incendie et de Secours du Calvados et du Corps Départemental

Règlement intérieur du Service Départemental d Incendie et de Secours du Calvados et du Corps Départemental Règlement intérieur du Service Départemental d Incendie et de Secours du Calvados et du Corps Départemental Arrêté 2 SOMMAIRE LIVRE I : Dispositions générales TITRE I : ORGANISATION DU SDIS Partie 1 :

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

CONFERENCE D EXPERTS. SAMU de France Société Française d Anesthésie et de Réanimation

CONFERENCE D EXPERTS. SAMU de France Société Française d Anesthésie et de Réanimation CONFERENCE D EXPERTS SAMU de France Société Française d Anesthésie et de Réanimation Avec le concours de la Société Française de Médecine d Urgence et de la Société de Réanimation de Langue Française «Réception

Plus en détail

L encadrement et la prévention dans l entreprise

L encadrement et la prévention dans l entreprise L encadrement et la prévention dans l entreprise Cette formation s adresse aux chefs d entreprise, cadres dirigeants, salariés en charge ou impliqués dans les questions de prévention des risques professionnels

Plus en détail

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux Effets d un phénomène dangereux

Plus en détail

LE GUIDE DE GESTION DES EQUIPES SPECIALISEES

LE GUIDE DE GESTION DES EQUIPES SPECIALISEES LE GUIDE DE GESTION DES EQUIPES SPECIALISEES MARS 2011 Le présent guide de gestion a pour objet l organisation opérationnelle des équipes spécialisées du corps départemental des sapeurs-pompiers d Ille-et-Vilaine.

Plus en détail

ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org

ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org 1 2 NOTRE OBJECTIF A l issue de la formation, le SST sera capable : FORMATION

Plus en détail

La prévention dans les collectivités territoriales

La prévention dans les collectivités territoriales Note HYGIENE & SECURITE 002 2007 La prévention dans les collectivités territoriales L autorité territoriale a dans l obligation d organiser la prévention en matière d Hygiène et de Sécurité, afin que dans

Plus en détail

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines :

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines : Diagnostic Gaz Application du diagnostic selon les domaines : Tuyauteries fixes Organe de coupure supplémentaire GPL en récipient Robinet de commande d appareil Les lyres GPL Volume, Ouvrant Ventilation

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail