Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours"

Transcription

1 Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Santé Publique Santé Travail Module 5 : SOUSAN Version 1 18 avril 2014 Relecture : Comité de coordination pédagogique ENSOSP École Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs-Pompiers 1

2 Sommaire I- Définition et Historique 3 II Les enjeux du SSO : 3 A- Enjeu opérationnel 3 B- Enjeu juridique 4 C- Enjeu managérial 4 D- Enjeu économique 4 E- Enjeu Humain 4 III- Organisation Départementale : 4 A- Organisation 5 B- Moyens 5 C- Personnels 6 D- Formation 6 IV- La méthode 6 V- Cas concret d illustration : 7 A- Descriptif 7 B- Démarche 7 1 Questionnement 7 2 Réflexion 8 VI- Conclusion 10 2

3 I- Définition et historique : La visée du soutien sanitaire est de maintenir les sapeurs-pompiers sur opérations, dans les meilleures conditions de santé et de sécurité, et de permettre ainsi la bonne conduite de celles-ci. Au-delà de cette action ponctuelle, le soutien sanitaire doit permettre de préserver le capital santé physique et mental du sapeur-pompier tout au long de son engagement au service des autres. Historiquement le service de santé et de secours médical des sapeurs-pompiers s est, lors de sa construction, inspiré du Service de Santé des Armées. Le soutien sanitaire des forces armées est un concept global couvrant toute la chaîne de la prise en charge sanitaire du combattant, de la médecine préventive aux soins immédiats et à l'hospitalisation. La loi dite de «départementalisation» de 1996 a prévu que le SOUSAN soit une mission exclusive du SSSM des SDIS 1. Il représente l action réalisée par une unité sanitaire intégrée au dispositif opérationnel qui a pour mission, sous la responsabilité du médecin-chef du SDIS, de mettre en œuvre des actions préventives et curatives pour les sapeurs-pompiers sur site, en liaison étroite avec le dispositif de commandement. Les évènements dramatiques de l année ont provoqué une prise de conscience des enjeux de la santé et de la sécurité en service avec notamment la mise en place de la mission Pourny en et par la publication de la loi de modernisation de la sécurité civile en Ces deux actes majeurs ont permis de développer le concept de «système de management de la sécurité», processus transversal impliquant tous les acteurs du SDIS, qui se traduit plus particulièrement pour le sujet traité dans ce cours, par la nécessité pour les SDIS de mettre en place un dispositif de soutien sanitaire opérationnel permanent. II- Les enjeux du SSO : Les enjeux du soutien sanitaire opérationnel sont multiples A- Enjeu opérationnel : La sollicitation intense des SIS avec une intervention toutes les 7.5 secondes 5 impose aux services de préserver leur potentiel opérationnel collectif décliné dans le SDACR 6, en limitant les atteintes physiques et psychologiques des personnels par des mesures préventives et curatives sur opération. 1 Article R du code général des collectivités territoriales 2 10 décès en service commandé en 1 semaine ; Neuilly-sur-Seine et Loriol 3 Rapport de mission sur la sécurité des sapeurs-pompiers en intervention ; Col Pourny décembre Loi du 13 aout 2004 sur la modernisation de la sécurité civile 5 Statistiques des SDIS, ministère de l intérieur, édition Schéma départemental d analyse et de couverture des risques 3

4 B- Enjeu juridique : Obligation est faite pour l employeur de veiller à la sécurité et à la protection de la santé des agents placés sous leur autorité 7. Il est aussi de la responsabilité de la chaîne de commandement de prendre toutes les mesures nécessaires à la protection et à la sécurité des personnels engagés sur opération 8. Enfin le médecin-chef du SSSM doit mettre en place une organisation permettant d assurer les missions règlementaires et notamment le soutien sanitaire des interventions des SDIS et les soins d urgence aux sapeurs-pompiers 9 C- Enjeu managérial : L image du Chef qui veille sur ces hommes, reconnaissance opérationnelle du personnel du SSSM. D- Enjeu économique : Les accidents et les décès en service génèrent des couts directs et indirects importants. (Frais médicaux, indemnités journalières, remplacement du personnel, pensions, ). La maitrise de ces couts passe par une politique de santé, sécurité et prévention en service dont le volet opérationnel est le soutien sanitaire. E- Enjeu humain : Chez les sapeurs-pompiers, l esprit d équipe, l appartenance au groupe sont des valeurs prédominantes. La perte d un des membres de l équipe ou les blessures causées à l un d entre eux sont vécus comme un traumatisme dont chacun se sent atteint. Cela peut ensuite se traduire par de la non qualité, des prises de risques inconsidérées, une perte de motivation de l équipe ou des sapeurs-pompiers. La présence et l engagement permanent du SSSM auprès des équipes permet la préservation et le maintien de la santé de chacun, dans toutes ses composantes. III Organisation départementale: L organisation du soutien sanitaire en termes de moyens et de mise en œuvre de ces derniers, est laissée à l appréciation de chaque SDIS qui le prévoit dans son règlement opérationnel. Cette organisation nécessite une étroite collaboration entre tous les services du SDIS concernés par une approche globale de santé-sécuritéprévention. Elle se réfère notamment aux règles professionnelles et aux outils communs tels que ceux de la gestion opérationnelle et commandement (GOC). 7 Décret n du 10 juin 1985 modifié relatif à l'hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu'à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction publique territoriale 8 Article 25 de la loi de modernisation de la sécurité civile 9 Articles R et 26 du CGCT 4

5 Les moyens matériels doivent être identifiés et adaptés aux missions de SSO et de soins d urgence aux sapeurs-pompiers. Les personnels doivent être spécifiquement formés et équipés (EPI 10 ) pour assumer les différentes missions, dans un cadre défini et dans le respect des règles de sécurité. A- Organisation : L organisation du soutien sanitaire, issue d une concertation au sein du SDIS, voit sa concrétisation par son inscription dans le règlement opérationnel. Elle sera orientée par le schéma départemental d analyse et de couverture des risques (SDACR) et tiendra compte des possibilités locales. Ce règlement opérationnel décline le processus global notamment : - Critères d engagement du soutien sanitaire (type de sinistre, sur sollicitation de la chaine de commandement, ) - Modalités de déclenchement (départ type, plan de secours, ) - Réponse opérationnelle (astreinte ou garde, infirmier et/ou médecin, ) - Graduation dans la réponse à apporter (du VSAV au PMA, selon des critères à priori) - Relations fonctionnelles (COS, hiérarchie SSSM, instances préventionhygiène-sécurité, ) B- Moyens : Le choix du vecteur devra permettre de se rendre sur intervention et d assurer la mission SSO. Il dépendra des besoins (véhicule dédié ou non, risques spécifiques à couvrir, ) et de la topographie du département. Il pourrait être un véhicule léger routier ou tout terrain associé à un VSAV ou un véhicule spécifique soutien sanitaire (VSS). Le matériel embarqué devra à la fois permettre les soins d urgence aux sapeurspompiers mais aussi les soins courants liés aux pathologies les plus fréquemment rencontrées sur opération (petites traumatologies, phlyctènes, irritations conjonctivales, ). Il devra également permettre l analyse des risques à l aide d outils adaptés (thermomètre, hygromètre, anémomètre, ) et de leurs impacts éventuels sur la santé des intervenants (thermomètre, carboxyhémoglobine, multiparamètres, ). Afin d assurer la remise en condition des intervenants, une dotation en produits de diététique de l effort peut s avérer pertinente en complément des apports énergétiques et hydriques de base qui sont indispensables, assurés par le service en charge de la logistique opérationnelle. D autres moyens peuvent être mis en œuvre en fonction des conditions climatiques ou des risques particuliers (tente, chauffage, éclairage, brumisation, refroidissement actif, mise au repos, ). 10 Article 10 et annexe IV de l arrêté du 6 mai 2000 fixant les tenues, insignes et attributs des sapeurspompiers 5

6 C- Personnels : La mission «soutien sanitaire» requiert du personnel soignant habilité par le médecin-chef. Cela comprend une aptitude médicale opérationnelle, une formation spécifique et un équipement règlementaire. Des personnels non soignants peuvent contribuer à la mise en œuvre du soutien sanitaire dans le cadre de leurs compétences. D- Formation : Le soutien sanitaire, bien que n étant pas une discipline médicale, permet de dispenser des soins préventifs et curatifs dans un contexte opérationnel. Les compétences à développer doivent couvrir les champs suivants : - La prévention des risques professionnels sur opération (contraintes EPI, MGO, ) - Les soins d urgence avec ou sans présence médicale (protocoles infirmier de soins d urgence) - Compréhension du cadre de l intervention pour s intégrer dans la chaine de commandement (outils GOC) - Collaboration avec les équipes spécialisées en fonction des risques locaux. La formation initiale règlementaire des médecins et des infirmiers de sapeurspompiers permet une approche sur ces thèmes qui demande à être complétée par des modules spécifiques soit en local, soit au sein de l Ensosp. IV- Méthode : La mise en œuvre du soutien sanitaire reste conforme à la méthode générale des plans de prévention en 4 points, à savoir l identification des dangers, l évaluation des risques, la maitrise des risques et la gestion des risques résiduels (méthode décrite dans le module 3). Cette méthode est à croiser avec celle employée par le COS lors de l opération qui se résume en 5 points : Evaluation et compréhension de la situation (qu est-ce qui se passe?) Identification des dangers Détermination des enjeux Formalisation et mise en œuvre des «idées de manouvres» qui doit mettre en balance dangers/enjeux. Réévaluation des actions selon évolutivité de la situation C est notamment au moment de la prise de contact avec le COS que les informations vont s échanger et permettre ainsi d être efficient dans la complémentarité et le partage de culture. 6

7 Pour contextualiser cette démarche, nous vous proposons de la développer au travers d un exemple. V- Cas concret d illustration A- Descriptif : Vous êtes engagé, à la demande du COS, sur un feu d exploitation agricole isolée qui produit des céréales. Nous sommes le dimanche 15 aout, il est 12h30. Vous partez avec un véhicule léger du SSSM. Vous disposez du matériel nécessaire au SSO et à la prise en charge des détresses vitales. A votre arrivée sur les lieux, vous vous présentez au COS afin de faire un point de situation et de vous voir attribuer votre mission. Le COS vous décrit la situation suivante : «Nous sommes confrontés à un feu de bâtiment agricole à usage de stockage de paille d environ 600 m2. Le bâtiment est totalement embrasé avec un risque persistant de propagation à un hangar à matériel contigu contenant également des engrais. Actuellement je fais procéder à l attaque du feu et à la protection du hangar par un dispositif hydraulique composé d 1 FPT, de 2 CCR et d 1 CCFS. L alimentation en eau des engins est assurée par des rotations à l aide d un CCGC. Je prévois une opération de longue durée. Je vous demande de mettre en place un secteur SSO. Je vous affecte le VSAV qui est déjà sur opération. Vous me rendrez compte dans 30 minutes. Vous vous équiperez de vos EPI. Avez-vous des questions?» B- Démarche : 1 Questionnement : Y-a-t-il des victimes? Non Depuis quelle heure les premiers sapeurs-pompiers sont sur place? Depuis 11h00 Quel effectif sur les lieux et quelle activité? FPT : 6 ; CCR : 6 ; CCFS : 4 ; CCGC : 2 ; VSAV : 3 ; chef de groupe : 1 Total= 29 sapeurs-pompiers Y-a-t-il des renforts attendus? Oui, j ai demandé un porteur d eau supplémentaire et un véhicule d intervention «risques chimiques» Existe-il des dangers spécifiques? 7

8 Oui, j ai identifié une palette de produit phytosanitaire stockée dans le hangar menacé. Y-a-t-il un zonage? Oui, j ai fait procéder à la mise en place d une zone d exclusion de 100 mètres autour du bâtiment en feu. 2 Réflexion : Identification des dangers et évaluation des risques : Identification des dangers Stockage d engrais menacé par le sinistre Evaluation des risques Explosion Toxicité des Organophosphorés Effets prévisibles sur la sante Blast, traumatismes : brulures Intoxication aux Organophosphorés Maitrise des risques Création d une zone d exclusion stricte Gestion des Risques résiduels Bâtiment en feu Contraintes environnementales Radiant thermique Flammes nues Effondrement Dégagement de fumées Ambiance thermique(t, hygrométrie, vitesse de l air) Heure d engagement défavorable Durée prolongée prévue Accidents liés à la chaleur (épuisement: CEE : déshydratation Brulures Traumatismes Intox aux fumées d incendie Accidents liés à l exposition à la chaleur Hypoglycémie Port des EPI adaptés Engagement proportionné dans la zone d exclusion Engagement limité (rotation ARI) avec repos+ réhydratation +alimentation = obligatoire Rotation des binômes permettant la récupération en zone de soutien, des Hommes Déplacements routiers Collision Ecrasement fatigue Traumatismes divers Rappel des règles de conduite des véhicules Guidage Port des gilets haute visibilité Eau en pression Energies Gaz électricité Rupture de tuyaux ou de déchaussage de raccords Orientation du «jet d eau» Effet fouet de l établissement hydraulique en cas de surpression Explosion Contact humide Electrisation Traumatismes divers Surveillance du dispositif Positionnement du personnel Port des EPI Respect des règles d exploitation des pompes Blast, traumatismes, brulure, troubles cardiovasculaires. Coupure en urgence des fluides Rotation des binômes permettant la récupération en zone de soutien, des Hommes Vigilance du personnel et respect des règles de sécurité d engagement 8

9 Mise en place du dispositif en concertation avec le COS : Validation du dimensionnement du dispositif du SSO (matériel, personnel) Déterminer l emplacement de la zone de SSO, hors zone d exclusion, composée de : o d une zone de repos et de reconditionnement (protégée, tempérée, calme.) o d une zone d accueil et traitement d urgence des personnels engagés Prise en compte du VSAV et de son équipage Actions à mener : En prévention primaire : Conseils et/ou propositions au COS : Engagement de durée limitée sous ARI Engagement d un échelon Logistique Port adéquat des EPI Sensibilisation au respect des règles de sécurité lors des engagements et des déplacements En prévention secondaire : Evaluation physiologique des personnels engagés : Fréquence cardiaque Température SpCO ou CO expiré Glycémie capillaire Lactates Surveillance des règles de récupération (temps de repos, réhydratation, alimentation ) En prévention tertiaire : - Prise en charge des pathologies rencontrées et orientation sur une structure de soins si nécessaire (soins curatifs) Compte-rendu régulier au COS et à l autorité médicale Fin de mission Levée du dispositif en concertation avec le COS Remise en condition des matériels Traçabilité des décisions et de l activité avec rédaction d un compte-rendu des actions menées Lien avec la médecine de prévention et d aptitude, notamment pour le suivi postexposition 9

10 VI- Conclusion Mission réglementaire et propre au SSSM des SDIS, le SSO est un outil de prévention désormais indispensable au profit de la santé des sapeurs-pompiers. Pour qu il soit efficient, il est nécessaire qu il soit concerté avec les autres acteurs, préparé (organisation, formation) et intégré dans la politique générale de prévention de chaque SDIS. 10

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE Exercice Départemental DAREGAL 22 - SAP - RETEX EXER DESCRIPTION DE L EXERCICE HISTORIQUE Date : 20 janvier 22 Heure de début: 14h00 Heure de fin : 16h30 LIEU Adresse : D 948, OBJECTIFS DE L EXERCICE Pour

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE ET DES LIBERTÉS LOCALES Arrêté du 16 août 2004 relatif aux formations des médecins, pharmaciens et infirmiers

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE OPERATIONNEL

RETOUR D EXPERIENCE OPERATIONNEL ELEMENTS GENERATEURS DU RETEX Flux thermique important spécificité et technicité des feux de silo. DESCRIPTION DE L INTERVENTION HISTORIQUE Date : 22 août 2012 Heure d appel : 1h37 N intervention : 12

Plus en détail

UNITE DE VALEUR DE FORMATION INTERVENTIONS DIVERSES DIV 2 EMPLOI CHEF D AGRES

UNITE DE VALEUR DE FORMATION INTERVENTIONS DIVERSES DIV 2 EMPLOI CHEF D AGRES SCHEMA NATIONAL DES FORMATIONS DES SAPEURS-POMPIERS UNITE DE VALEUR DE FORMATION DIV 2 EMPLOI CHEF D AGRES ADRESSE POSTALE : PLACE BEAUVAU 75800 PARIS CEDEX 08 STANDARD 01 49 27 49 27-01 40 07 60 60 Direction

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

DIRECTION DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ CIVILES. Techniques professionnelles

DIRECTION DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ CIVILES. Techniques professionnelles DIRECTION DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ CIVILES GUIDE NATIONAL DE REFERENCE Techniques professionnelles Manœuvres feux de forêts MANŒUVRES FEUX DE FORÊTS 1 2 PRÉAMBULE La doctrine française relative

Plus en détail

L atelier départemental du SDIS 06

L atelier départemental du SDIS 06 L atelier départemental du SDIS 06 Le Groupement fonctionnel «Technique» Au sein de la sous-direction technique et des systèmes d information, le groupement fonctionnel technique (GFTE), placé sous l autorité

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

ANALYSE CONJONCTURE ÉDITO POINTS CLÉS SOMMAIRE. Les accidents du travail dans les Services Départementaux d Incendie et de Secours en 2011

ANALYSE CONJONCTURE ÉDITO POINTS CLÉS SOMMAIRE. Les accidents du travail dans les Services Départementaux d Incendie et de Secours en 2011 ANALYSE Les accidents du travail dans les Services Départementaux d Incendie et de Secours en 2011 Juillet 2012 ÉDITO Chez les sapeurs-pompiers, l accidentologie est très marquée par les évènements survenus

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

MEMENTO FEUX DE FORETS DOCUMENT DE FORMATION

MEMENTO FEUX DE FORETS DOCUMENT DE FORMATION MEMENTO FEUX DE FORETS DOCUMENT DE FORMATION Document réalisé par les SDIS 67-68 Validation en commission pédagogique le 29 Novembre 2011 SOMMAIRE 1 La sécurité en feux de forêts : - La sécurité individuelle

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines :

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines : Diagnostic Gaz Application du diagnostic selon les domaines : Tuyauteries fixes Organe de coupure supplémentaire GPL en récipient Robinet de commande d appareil Les lyres GPL Volume, Ouvrant Ventilation

Plus en détail

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS Organisateur INSET DE MONTPELLIER Animateur Serge MASSIS, Directeur des Études urbaines, Ville de Cannes, AITF (Association des ingénieurs territoriaux de France)

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

Officiers de Garde Groupement (O.G.G.) Officiers de Garde Compagnie (O.G.C.)

Officiers de Garde Groupement (O.G.G.) Officiers de Garde Compagnie (O.G.C.) DVP-2.3.1 / 15-01 Note de Opérationnelle N.S.O. 2015-01 Version 1.0 Interventions payantes Bureau Procédures Opérationnelles et Plans de Secours Date de parution : 22 décembre 2014 Date de mise en application

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Premiers secours. Article 36

Premiers secours. Article 36 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Art. 36 Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours seront disponibles en permanence, compte tenu des dangers

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Réf. : 1997021 30/05/2012 Usine de Saillat PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Date d établissement : Nature des opérations : Chargement Déchargement

Plus en détail

guide domestiques des incendies Assurer son logement, c est obligatoire et utile

guide domestiques des incendies Assurer son logement, c est obligatoire et utile 12 Assurer son logement, c est obligatoire et utile Assurer son logement est une obligation légale. Si un dégât se déclare chez vous et que vous n êtes pas assuré, vous devrez supporter les frais de remise

Plus en détail

APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION

APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION HSSE Hygiène et sécurité www.rmdconsultants.com APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION RMD Consultants Immeuble Lyon Ouest 100, rue des Fougères 69009 Lyon Tel: +33 (0)482 531 703 Prévention

Plus en détail

REGLEMENT POUR LA FACTURATION DES PRESTATIONS DE SERVICE - 2015

REGLEMENT POUR LA FACTURATION DES PRESTATIONS DE SERVICE - 2015 REGLEMENT POUR LA FACTURATION DES PRESTATIONS DE SERVICE - 2015 DU SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DU TARN Article 1 : Article 2 : Conformément aux lois et à la jurisprudence subséquente,

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte des déchets Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Au départ (Avant la collecte)... 4 2.1 Les équipements de protection individuelle

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1)

Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1) Logo de l organisme de Formation Intitulé Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1) Public Tout public Pré-requis - aptitude physique à suivre la

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Mise à jour : 15/06/09

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Mise à jour : 15/06/09 HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Mise à jour : 15/06/09 Rédaction : M.GSCHWIND Validation : M. Herrgott Gestionnaire des risques Directeur

Plus en détail

Règlement de formation des sapeurs-pompiers du SDIS 70

Règlement de formation des sapeurs-pompiers du SDIS 70 Règlement de formation des sapeurs-pompiers du SDIS 70 Validé au Bureau des élus du 11 janvier 2013. Propos introductifs Les personnels concernés par ce réglement de formation sont : - les sapeurs-pompiers

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

GUIDE DE BONNE PRATIQUE. Soutien sanitaire opérationnel au sein des SDIS. Version finale Phase de production scientifique

GUIDE DE BONNE PRATIQUE. Soutien sanitaire opérationnel au sein des SDIS. Version finale Phase de production scientifique GUIDE DE BONNE PRATIQUE Soutien sanitaire opérationnel au sein des SDIS Version finale Phase de production scientifique 22 novembre 2014 Les guides de bonne pratique (GBP) sont définis dans le champ de

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Dispositions générales ORSEC Dr M.NAHON SAMU75 02/2013 Crises sanitaires, Accidents catastrophiques à effets limités (ACEL), Catastrophes Majeures 2 Crises sanitaires,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Mémoire méthodologique. Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels SDIS de Seine et Marne

Mémoire méthodologique. Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels SDIS de Seine et Marne Mémoire méthodologique Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels SDIS de Seine et Marne 1 PLAN 1. Objectif du mémoire méthodologique... 4 2. Historique du projet... 4 2.1 Contexte national...4

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 9 octobre 2013 relatif aux conditions d exercice de l activité d utilisateur professionnel

Plus en détail

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES Ce document s adresse à l exploitant ou futur exploitant d une installation de production d électricité photovoltaïque pour lui permettre de prendre en compte les risques inhérents à cette activité, notamment

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Santé, Sécurité, Environnement Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Formation initiale AP Formation ACMO 2010 Le risque routier : un risque professionnel majeur Les accidents de la

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

S.A.M.D. STRUCTURE D ACCUEIL MOBILE DEPLOYABLE

S.A.M.D. STRUCTURE D ACCUEIL MOBILE DEPLOYABLE STRUCTURE D ACCUEIL MOBILE DEPLOYABLE Shelter Multifonction Aérotransportable destiné à la Projection Opérationnelle et Logistique de Forces d Intervention Civiles ou Militaires LA PROJECTION DE FORCES

Plus en détail

FORMATIONS. IDC PRO FORMATION 2012 Page 1 CENTRE DE FORMATION BÂTIMENT

FORMATIONS. IDC PRO FORMATION 2012 Page 1 CENTRE DE FORMATION BÂTIMENT 2012 FORMATIONS CENTRE DE FORMATION BÂTIMENT Z.A du Libraire 24100 BERGERAC Tél. : 05 53 73 32 57 / Fax : 05 53 22 77 89 www.idcpro.fr Numéro RCS : 453 989 626 - SARL A CAPITAL DE 8000 EUROS - N TVA intracommunautaire

Plus en détail

LE FIRE SAFETY ENGINEERING VU PAR LES SRI

LE FIRE SAFETY ENGINEERING VU PAR LES SRI LE FIRE SAFETY ENGINEERING VU PAR LES SRI JOURNEE DU 21.10.2008 Partie 1 : Actions thermiques 1/ 51 REPARTITION DES SRI EN BELGIQUE. SERVICES X SERVICES Y SERVICES Z SERVICES C Bruxelles. Wavre. Braine-Le-

Plus en détail

AIDE MEDICALE URGENTE. Michel Thicoïpé - SAMU 33 DESCMU 2 2012-2013

AIDE MEDICALE URGENTE. Michel Thicoïpé - SAMU 33 DESCMU 2 2012-2013 AIDE MEDICALE URGENTE Michel Thicoïpé - SAMU 33 DESCMU 2 2012-2013 SAMU : Service d aide Médicale Urgente. Organisme départemental SMUR : Service Mobile d Urgence et de Réanimation. Service de réanimation

Plus en détail

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21 A N N E X E 1 Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7 Référentiel de certification page 21 - Compétences professionnelles page 21 - Connaissances associées page 55 - Unités constitutives

Plus en détail

En s approchant trop près d une installation à haute tension, on provoque une ionisation de l air, assortie d un arc électrique.

En s approchant trop près d une installation à haute tension, on provoque une ionisation de l air, assortie d un arc électrique. La haute tension : risques très spécifiques Gestionnaire du réseau de transport d électricité en Belgique Elia, le gestionnaire du réseau de transport d électricité, assure la gestion du réseau à haute

Plus en détail

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission COLLECTION Les Essentiels Commission Mai 2013 Président : Eric Faucheux Véhicules électriques & hybrides Les règles de sécurité pour le dépannage des véhicules électriques & hybrides 1 Sommaire I. Les

Plus en détail

alarme incendie (feu non maîtrisable)

alarme incendie (feu non maîtrisable) INCIDENT N 1 alarme incendie (feu non maîtrisable) Vérification des matériels et systèmes de à disposition au - système de détection incendie (test lampe, signal sonore) - centrale d alarme intrusion(état

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

Mesure de l efficacité énergétique du site et externalisation de maintenance

Mesure de l efficacité énergétique du site et externalisation de maintenance Mesure de l efficacité énergétique du site et externalisation de maintenance Deux outils d Amélioration Continue en Facilities Management chez Merck Millipore à Molsheim Thèse professionnelle présentée

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE Direction générale de l action sociale SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Circulaire DGAS

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage :

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage : Secteur prévention Etablissement cantonal d'assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap.prevention@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

Formations à la sécurité Obligations de l employeur

Formations à la sécurité Obligations de l employeur Formations à la sécurité Obligations de l employeur 1 2Sommaire Introduction 3 Obligation liée à la formation à la sécurité incendie 4 Mise en oeuvre des extincteurs 5 Equipier de 1 ère intervention 6

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Sécurité incendie dans les garages

Sécurité incendie dans les garages Sécurité incendie dans les garages Assuré et rassuré. Risques d incendie dans les garages Lorsque le feu prend dans des garages, il provoque souvent des dégâts importants, et dans les cas les plus graves,

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE 2011 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE SOMMAIRE SOMMAIRE 2 DECLENCHEMENT DU PCS 3.1 ROLE ET OBJECTIFS DU PLAN 3.2 MODALITES DE DECLENCHEMENT DES DIFFERENTES ALERTES

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

*********************************

********************************* NOM :... PRENOM :... Qualité :... ********************************* Présentation du contrôle des acquis pour la formation à l habilitation électrique de niveau ELECTRICIEN EXECUTANT B1V BASSE TENSION TEST

Plus en détail

La régulation des transports sanitaires par les SAMU

La régulation des transports sanitaires par les SAMU La régulation des transports sanitaires par les SAMU DHOS SDO Bureau O1 1 L organisation des transports sanitaires urgents : une mission permanente Principe : Les transports sanitaires sont une mission

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Commission Médicale de la FFVoile Règles de Fonctionnement Texte adopté par le BE du 09 mars 2007

Commission Médicale de la FFVoile Règles de Fonctionnement Texte adopté par le BE du 09 mars 2007 Commission Médicale de la FFVoile Règles de Fonctionnement Texte adopté par le BE du 09 mars 2007 PREAMBULE L article L. 231-5 du code du sport rappelle que les fédérations sportives veillent à la santé

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie dossier de presse Contact presse CNAMTS : Sandra Garnier 01 72 60 15 91 sandra.garnier@cnamts.fr Paris, le

Plus en détail

1. Contexte de l étude

1. Contexte de l étude Sujet de PFE complet : Etude approfondie du traitement d air d un local de stockage papier (50 magasins d archives de 200m² unitaire) avec l optique d économie d énergie et de gestion des gradients de

Plus en détail

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail»

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Titre II du décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié par le décret 2012-170 du 3 février 2012 (articles 6 à 9) Article

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention"

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite EF-SCOOT Prévention Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention" Ce document a été réalisé conjointement par l Inspection

Plus en détail