«J ai lu pour vous» Comment l enfant devient élève : Les apprentissages à l école maternelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«J ai lu pour vous» Comment l enfant devient élève : Les apprentissages à l école maternelle"

Transcription

1 «J ai lu pour vous» Comment l enfant devient élève : Les apprentissages à l école maternelle René AMIGUES et Marie Thérèse ZERBATO-POUDOU Pédagogie RETZ Introduction : En avertissement les auteurs disent vouloir montrer que «devenir élève» ne résulte pas d une transformation naturelle immédiate de soumission à un ordre établi mais est au contraire un long processus social et culturel qu initie l école maternelle. Ils posent comme préalable que «devenir élève» n est pas simplement «comprendre ce qu est l école» mais aussi «apprendre comment fonctionne l organisation symbolique de l école», en tant que mode d organisation spécifique de l institution scolaire dont l objectif est de transmettre des savoirs. L école maternelle premier maillon de l école primaire, est souvent reconnue comme ayant un rôle éducatif mais ses fonctions ne sont pas bien identifiées,.et la perception que les gens en ont, est souvent confuse. La distinction maternelle/ crèche porte sur divers points - dans la composante institutionnelle bien sûr - dans les missions et le statut des personnels - dans les attentes et les comportements ainsi que les modalités des interventions des adultes (l enseignant(e) va chercher une attitude réflexive de prise en charge cognitive, alors que les assistantes maternelles vont aller vers un guidage, une aide à réaliser une tâche). Ainsi l ouvrage vise à analyser le rôle joué par la forme scolaire, organisation qui structure l environnement dans lequel sera accueilli l enfant. Dans une approche socio-historique, les auteurs explorent la socialisation en maternelle à travers trois axes : - le rapport aux objets de savoir - le rapport aux autres - le rapport à soi Dans une dernière partie l ouvrage prend comme exemple un dispositif spécifique autour de l apprentissage de l écriture du prénom : importance du contexte élaboré par l enseignant, favorisé, enrichi par les médiateurs (fonction intellectuelle du langage), et des rapports sociaux qui s élaborent entre élèves, libérés d une contrainte motrice (habileté manuelle) I Évolution des formes de scolarisation de la petite enfance Dans une première partie on traite de l évolution des formes de scolarisation de la petite enfance. On y dégage le parcours considérable accompli depuis les salles d asile pour construire l école maternelle actuelle. C est aujourd hui une structure institutionnelle avec un cadre, des programmes, des instructions, une structure matérielle avec un aménagement spécifique, une structure organisationnelle utilisant des procédés de transmission, de gestion de groupes, des dispositifs Catherine GASTARD, IEN maternelle 22 1/6 Octobre 2010

2 pédagogiques, des méthodes et une structure formative qui s appuie sur des procédés de formation/information. Les auteurs balaient l histoire depuis la création des salles d asile en 1826 ayant la mission de sauvegarde physique et morale des enfants pauvres, à la transformation en école maternelle en 1881 où la formation du citoyen est en toile de fond. Pauline Kergomard considérée comme fondatrice de cette école ouvre la porte à des pratiques plus souples, moins dogmatiques où le jeu prend toute sa place pour le développement de l enfant. L école maternelle prend son plein essor de 1921 à 1977 et s affirme dans un silence institutionnel. En effet aucun texte officiel ne paraît durant cette période. Les IO de 1977 sont d ailleurs plus un constat de ce qu est l Ecole Maternelle que des instructions à proprement parlé. Les objectifs majeurs tournent autour de l affectivité, le corps, l expression plastique, les sens, le langage oral et écrit, le développement cognitif. Dans ce contexte, le processus de socialisation est considéré comme l appropriation d une culture scolaire. Ce constat pose le problème de la distance, du décalage entre enseignants et familles populaires dont les enfants ont du mal à décoder les règles, question qui débouche sur l échec scolaire. La période contemporaine redéfinit les missions de l école maternelle. Les IO de 1986 reprécisent la place de l enfant dans la société, d un point de vue positif (l enfant vit dans de meilleures conditions, est l objet de beaucoup plus d attention) et d un point de vue négatif (le travail féminin, l urbanisation ) Les structures matérielles évoluent peu. La structure formative change avec la mise en place des IUFM. Le corps d inspection propre à la maternelle disparaît. L idée d une continuité avec l élémentaire commence à exister (vers les cycles). C est en 1986 qu apparaît une recentration sur le caractère scolaire de l Ecole Maternelle. L échec scolaire devient la préoccupation dominante. L Ecole Maternelle constitue un des dispositifs visant la correction des inégalités sociales. La loi d orientation de 1989 s inscrit dans un contexte de crise et aboutit à la publication des programmes de L élève est mis au centre du système éducatif. Le découpage par cycle affirme la continuité des apprentissages, le travail en équipe. La structure institutionnelle se veut plus directive. La priorité n est plus aux activités physiques mais à la socialisation et à l apprentissage de la langue. On veut engager l enfant dans un processus d intégration en lui donnant des outils (instruments pour apprendre).les thèmes vont laisser la place aux projets pour éviter la seule juxtaposition de connaissances. L école maternelle prend sa forme moderne et s inscrit dans le parcours scolaire de l élève. On est sur une logique de continuité et d insertion dans l école primaire toute entière. Les auteurs montrent que le mode de fonctionnement n y est pas aléatoire mais structuré par la forme scolaire et pensé pour produire les effets attendus. La forme scolaire formate l activité de l enfant au sens «Brunérien» du terme. Selon Bruner en effet le «format» est une forme standardisée qui donne une configuration stable aux pratiques sociales et conventionnalise les échanges. Les rédacteurs concluent que la construction de savoirs et de connaissances, ne peut se faire de manière solitaire et exclusivement spontanée mais que cela relève bien d une activité socialement élaborée et partagée avec les autres, notamment avec l adulte qui enseigne. II- Enseigner en maternelle : un acte d institution Dans une deuxième partie R. Amigues développe l idée que «enseigner en maternelle est un acte d institution». Le rapport entre la socialisation qu opère cette école, les savoirs particuliers qui y sont mis en jeu et leur mode de transmission servent de fil conducteur à l analyse menée. Catherine GASTARD, IEN maternelle 22 2/6 Octobre 2010

3 Le milieu scolaire, comme d autres, est un milieu artificiel constitué non pas par des objets «naturels» mais «culturels». Les outils sont médiateurs des savoirs à construire. Ce milieu est un lieu de structuration des signes (constitués en domaine d activité à l école maternelle et en disciplines à l école élémentaire) et de médiations symboliques. Les travaux relatifs à l école maternelle tendent à montrer une concordance entre les dispositions sociales acquises dans les milieux aisés et les dispositions scolaires requises par l école. De fait l élève d école maternelle est amené à rencontrer quotidiennement plusieurs formes d organisations sociales et didactiques qui configurent les activités (petit groupe, grand groupe, binôme, travail individuel ) et les interactions avec divers partenaires (ATSEM, intervenant, autre maître ). Ceci rend les choses encore plus difficiles pour les enfants peu préparés à ce système complexe. Ce milieu si particulier est décrit comme un ensemble de ressources sociales, symboliques et techniques situé à la portée des acteurs devant réaliser une tâche en respectant certaines règles et conventions d échanges. L auteur, à travers des exemples, montre que pour l enseignant, organiser le milieu c est aussi organiser l activité collective. Il met en avant l importance de l organisation matérielle du milieu de travail et du constant besoin de réaménagement en cours de route, ou de redistribution de l action. On parle d organisation socio - technique. Les élèves sont assujettis à plusieurs micro milieux dans la classe et la question est de savoir comment s effectue le passage d un lieu à un autre. 1 L organisation de la classe comme système de médiation L organisation spatiale permet de gérer l accomplissement de l action collective et structure les modes de communication. Les auteurs décryptent les aspects, dans l organisation spatiale de la classe, qui visent à mobiliser l attention, l intérêt, la concentration de l élève. Ce que transmet l école maternelle ce sont des techniques scolaires fondamentales conduisant au «métier d élève». Il est clair que les repères comportementaux et les dispositions psychiques que construisent les élèves dépendent de la façon dont le milieu de travail est structuré et de l initiative que les enseignants les laisseront prendre. Mais la structuration du milieu comme la prise d initiative sont aussi contraintes par les savoirs mis en jeu. Les auteurs font la différence entre «objets scolaires» et «objets de savoir» et s interrogent sur la façon dont des techniques acquises peuvent se stabiliser dans le temps. Ils posent alors les rituels scolaires comme cadre d enseignement/apprentissage. 2 Les rituels scolaires comme cadre d enseignement /apprentissage Ces rituels sont définis à partir des fonctions qu ils recouvrent. - la fonction sociale où ils jouent un rôle de rite de passage (d un lieu à un autre, d un temps à un autre, d un fonctionnement à un autre ) - la fonction chronogénétique et topogénétique : la chronogénèse désigne le savoir qui avance dans le temps et va de pair avec la topogénèse qui désigne les places respectives du maître et des élèves dans le rapport au savoir : «si l enseignant ne remplit pas son rôle de maître, l enfant ne peut pas tenir son rôle d élève.» - la fonction contractuelle qui est à rapprocher du contrat didactique qui désigne le processus réglant les rapports entre l intention du professeur et celle des élèves relativement à un objet de savoir. - la fonction intégrative permettant d intégrer dans le même mouvement les élèves comme membres collectifs d un travail. Catherine GASTARD, IEN maternelle 22 3/6 Octobre 2010

4 Après avoir montré le rôle décisif des rituels scolaires pour l assimilation de dispositions scolaires et de techniques de travail chez le jeune enfant, les auteurs mettent la question en débat et pointent trois difficultés ou malentendus possibles : - le fait que l on attribue les «dispositions scolaires» plutôt à l individu qu à l institution elle-même et ses dispositifs - les conséquences des rituels qui peuvent soit favoriser les dispositions scolaires soit les bloquer par un cadre trop rigide - l équilibre à trouver en terme de savoir pour éviter des rituels «creux», «vidés de leur sens» ou des rituels fétichistes qui finissent par constituer une fin en soi. 3 Devenir élève c est apprendre avec les autres pour se construire soi-même Ce chapitre pose la question des changements psychologiques engendrés par l enseignement. Il s agit de passer des interactions familiales «naturelles» entre un parent et un enfant aux interactions didactiques qui régissent les rapports entre adultes/élèves et élèves/élèves. Les changements qui s opèrent ne sont ni spontanés, ni volontaires mais induits et conduits par l école qui met en place un système d enseignement apprentissage basé sur des principes - d extériorisation/appropriation : Extériorisation suscitée par les questions de l enseignant ou par une situation problème. La pensée est un acte orienté vers le monde et vers soi. Pour Vygotski, «en se transformant en langage la pensée se réorganise et se modifie» «dans la classe cette pensée se constitue par le langage et l échange avec les autres.» Les mots utilisés sont en lien avec l activité menée, avec le contexte, le «milieu» (engendré par les pratiques langagières ). Le rapport au savoir instauré par l école s inscrit dans un contexte discursif et technique. Appropriation : en réponse à cette expérience externe. Ce n est pas un mécanisme d absorption du milieu ou de reflet du milieu sur le plan de la conscience. L élève n est ni une éponge, ni un miroir. L appropriation est à la fois l incorporation des conditions de réalisations et la reconstruction des schémas de pensées, mis en scène en classe. C est une construction intentionnelle et active de la part de l élève du sens qui donne de nouvelles possibilités d actions. Conception du développement intellectuel : ce n est pas un déterminisme individualiste ni un déterminisme social, mais un «auto mouvement» selon l expression de Vygotsky, le rapport entre les possibilités actuelles de l élèves et les formes culturelles externes. Le moteur du changement conceptuel vient du conflit qui s installe entre les deux. Ce changement psychologique est contextualisé, fait de ruptures, d obstacles surmontés ou évités. Il se réalise par saccades, avancées et régressions. Ce changement se réalise toujours dans le rapport aux autres. - de contextualisation / décontextualisation. Pour l auteur les situations de décontextualisation sont à l école systématiquement des situations de recontextualisation marquées par l avancée d un savoir. Le maître avec ses questions sort l élève d un contexte pour le situer dans un autre. La nouveauté déstabilise l élève dans ce qu il sait, il doit alors utiliser ses savoirs pour répondre aux nouvelles exigences. Dans cette continuité culturelle l élève n est pas seul quand il reconstitue pour lui-même le sens d une action. C est une continuité relative dans le sens ou il change de domaines (math, littérature, peinture). Ces changements de domaines amènent l élève à reformuler ce qu il sait, à l examiner d un autre point de vue La maternelle a un rôle majeur dans les changements de contextes qui amènent à la différentiation conceptuelle. Une attention particulière est portée sur la différentiation des genres culturels qui préfigure les découpages disciplinaires. La mission de l école maternelle est là importante. Elle permet d offrir des repères socio-culturels partagés et offre un cadre pour penser : l enfant apprend différemment à l école que dans sa famille. Catherine GASTARD, IEN maternelle 22 4/6 Octobre 2010

5 En conclusion de cette partie les auteurs ont montré que : - les enfants deviennent élèves parce qu ils sont enseignés et assujettis à une institution qui s efforce de faire que les contraintes se transforment en ressources - qu ils apprennent et se construisent comme «personne» parce qu ils sont saisis dans une organisation sociale (une classe) qui installe un milieu de travail pour conduire une activité collective de construction de connaissances L apprentissage premier de l écriture : nouvelles conceptions La troisième partie de l ouvrage traite de nouvelles conceptions de l apprentissage premier de l écriture. L auteur pose la question du sens et de la dichotomie existante entre entraînement graphique et perception du sens de l écriture. Au delà de la maîtrise grapho-motrice c est un objet social : l écrit que l enfant doit s approprier. C est souvent à l EM que l enfant est confronté à sa première tâche d écriture : l écriture de son prénom. On parle de pré-requis (compétences visuo-grapho-motrices) estimés indispensables à l apprentissage de l écriture. Mais souvent le problème du rapport à l écrit est mal posé. Celui-ci s inscrit dans un rapport plus large au savoir, c'est-à-dire la relation de sens entre un individu et les processus du savoir. Apprendre c est faire quoi, pour quoi faire? Il s agit de trouver les procédés de transmission les mieux appropriés pour que la construction du sens se réalise au mieux pour chacun. Madame Zerbato Poudou met en cause la filiation entre graphisme, dessin et écriture, et considère qu il ne faut pas dégager l acte d écrire de son aspect langagier et donc ne pas résumer l écriture au seul apprentissage d un geste technique mais bien donner du sens à l activité et au savoir lui-même. Elle analyse la nature et les finalités des activités graphiques à l école maternelle. A noter : cette partie est reprise de manière plus détaillée et complète dans son ouvrage «apprendre à écrire de la PS à la GS» dont une note de lecture figure sur le site IA 22 III De l écriture à l écrit : acquisition d un objet de savoir Les exercices graphiques sont légitimes et non à supprimer. Mais la place prépondérante doit revenir au langage. Il s agit de bien définir les finalités des diverses activités, leur nature et leurs spécificités. Chacune des activités a son rôle à jouer. Avec le même objectif d écriture : o Dans certaines situations pédagogiques : l attention des enfants est porté sur la forme, sur l action des adultes : leur activité est réduite à un processus de conformisation, le rapport au savoir est de type instrumental. o Dans d autres, l attention est attirée sur l objet du savoir, ses modes de fonctionnement. (Recours à la verbalisation pour faciliter la mise à distance.) Certaines pratiques ne favorisent pas le partage de l intention didactique de l enseignant. Souvent en maternelle, il y a centration sur les activités motrices (par exemple : mettre les étiquettes dans l ordre : coller des étiquettes ou reconstruire une phrase). Quel est alors le critère de réussite? «Tu as réussi simplement parce que le maître l affirme, que c est conforme au modèle ou parce que l on peut lire cette phrase?» Il y a trois conditions pour faciliter la construction du rapport au savoir : Catherine GASTARD, IEN maternelle 22 5/6 Octobre 2010

6 - objectiver les contenus, les rendre lisibles : séparer l accessoire de l essentiel, faire identifier les finalités de la tâche. Le choix des termes est donc essentiel dans la consigne, dans le guidage, dans l évaluation. - établir des liens sociaux entre l enfant et l écrit, insérer les activités et les savoirs dans un projet. Apprendre à écrire est certes utile mais au-delà c est s approprier un élément capital de la culture. Socialiser les activités c est échanger à propos d elles (construction conjointe) - historier les objets de savoir, montrer leur ancrage socio-historique, leur genèse, leur évolution. Montrer que cet objet est un instrument issu d une activité humaine. L auteur cite enfin Emilia Ferreiro : «Les problèmes vraiment importants de l accès à l écrit ne se situent pas du côté des marques en tant que formes graphiques produites avec un certain instrument sur une certaine surface. Ce qui est vraiment difficile est de faire comprendre la nature de ces marques, leur forme d organisation en tant qu objets substituts Pourtant nous continuons d entendre des propos anxieux d enseignants et des parents relatifs à la main qui prend le crayon et la façon de tenir cet instrument. Ce sont des propos d un autre âge.» Emilia Ferreiro intervention au 71 ème congrès de l AGIEM 1998 Conclusion : En entrant à l école, l enfant vit un changement radical de statut, de relations sociales, de rapport au monde qui ne s improvise pas. On a longtemps considéré qu il suffisait de mettre l enfant dans un environnement riche, avec un matériel pédagogique important pour que se construisent les apprentissages. Cette conception se révèle hasardeuse surtout pour les élèves en difficulté. Les recherches actuelles questionnent certaines pratiques d exploration libre, de situations ludiques, de travail sous la forme d ateliers. Ces formes de travail ne garantissent pas toujours l efficacité cognitive souhaitée, elles peuvent même parfois y faire obstacle. Avant de les discréditer, il importe de pouvoir analyser leur mise en œuvre. Le laisser faire ne donne pas la place à la parole des plus faibles. En outre le processus d individualisation doit se faire dans le rapport au collectif. Si elle est mal conduite la prise en charge des difficultés scolaires peut amener une marginalisation sociale qui apporte des difficultés supplémentaires. Les savoirs ne peuvent plus jouer leur rôle de lien entre différents milieux. Le progrès pédagogique se situe dans l organisation du travail collectif qui produit des connaissances individuelles. C est par la mise en place de gestes professionnels adaptés que l enseignant permet à l enfant de trouver sa place dans le groupe tout en y respectant les règles sociales, de comprendre ce qu est l école et ce qu il y fait, de donner du sens aux apprentissages et aux savoirs, donc de devenir élève. Catherine GASTARD, IEN maternelle 22 6/6 Octobre 2010

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

L accompagnement personnalisé

L accompagnement personnalisé L accompagnement personnalisé Anne Burban IGEN Maths Orléans le 30 Mars 2011 1 Objectifs de la présentation Apporter un éclairage théorique sur l accompagnement personnalisé en tant qu enseignement d un

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Diriger une école maternelle

Diriger une école maternelle Diriger une école maternelle E.HAYOT IEN Toul Mai 2012 D après les travaux de l IEN maternelle 83 DIRIGER? Etre le chef? Prendre des décisions? Avoir du pouvoir? Juger? Contrôler? Commander? Animer? Coordonner?

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

«Co-enseigner pour faire progresser

«Co-enseigner pour faire progresser «Co-enseigner pour faire progresser tous les élèves» Formation Maîtres supplémentaires Circonscriptions de Décines, Meyzieu, Vaulx en Velin B. Parrini, A. Sanial-Lanternier, F. Delay-Goyet 28 novembre

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION ACADEMIE DE POITIERS Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles Concours externe - Session 2014 PREMIERE EPREUVE D ADMISSION Statistiques Discipline Moyenne Ecart-type NB candidats

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Le cahier de vie en maternelle Animation pédagogique 2011-2012

Le cahier de vie en maternelle Animation pédagogique 2011-2012 Le cahier de vie en maternelle Animation pédagogique 2011-2012 Cette animation pédagogique a été préparée à partir du site du CRDP/IUFM de l Académie de Montpellier- Banque de séquences didactiques. Intérêt

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

FAD, existe depuis plus d un siècle : FOAD : C est un dispositif qui s appuie sur des processus d apprentissage.

FAD, existe depuis plus d un siècle : FOAD : C est un dispositif qui s appuie sur des processus d apprentissage. FAD, existe depuis plus d un siècle : cours par correspondance, télévision média de formation, EAO, cassettes, vidéo, cédéroms des outils construits par une masse, pas pour des individus. FOAD : C est

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA UF2 Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA Introduction La connaissance des fondamentaux pédagogiques est indispensable dans une première qualification

Plus en détail

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous POURQUOI? COMMENT? comparatif 2008/2015 PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous Explorer le monde du vivant, des objets et de la matière

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux?

En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux? En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux? Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l éducation nationale Toulouse 28 mars 2015 JOURNEE ACADEMIQUE AGEEM «Nouveaux programmes»?

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

Agent-e de maintenance nautique

Agent-e de maintenance nautique Agent-e de maintenance nautique Document pour les professeurs/es Objectif général Faire découvrir un métier en utilisant le site de l Onisep et des mises en situation validées par un professionnel. Compétences

Plus en détail

Les coins jeux. à l Ecole Maternelle. Un outil au service des apprentissages...

Les coins jeux. à l Ecole Maternelle. Un outil au service des apprentissages... Les coins jeux à l Ecole Maternelle Un outil au service des apprentissages... 1 L enfant et le jeu JEU: du latin jocus : amusement et ludus : jeu 2 "le jeu, c est le travail de l'enfant, c est son métier,

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Alexandra CURT - Estelle GARCIA - Formatrices Sylvie CLARY - Directrice 1 - LE PROJET PEDAGOGIQUE...

Plus en détail

L emploi du temps à l école maternelle

L emploi du temps à l école maternelle Groupe école maternelle L emploi du temps à l école maternelle Groupe g Groupe école maternelle / commission gestion du temps / I.BURIGNAT, E.TRESALLET, V.DARGES, H.LELOUP, A.SEVESTRE 1 Groupe école maternelle

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES Optimiser sa communication et ses relations de travail Communiquer face à des situations difficiles Développer et optimiser les capacités de sa mémoire Gérer son temps Gérer et anticiper

Plus en détail

1. Actualités 2. Un peu d histoire: De sa création à nos jours 3. Enjeux. ISFEC d'auvergne- Anaïs Boyer- septembre 2012-

1. Actualités 2. Un peu d histoire: De sa création à nos jours 3. Enjeux. ISFEC d'auvergne- Anaïs Boyer- septembre 2012- 1. Actualités 2. Un peu d histoire: De sa création à nos jours 3. Enjeux Actualités Fortes inquiétudes autour de l école maternelle Quasi disparition des 2 ans à l école maternelle ( Ministre Xavier Darcos,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Bien accueillir les enfants et leurs parents est une des clefs essentielle, pour qu à l école maternelle,

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Mathématiques et Motricité

Mathématiques et Motricité Mathématiques et Motricité Céline Gineste CPC EPS Montauban Sud et Montauban ASH Novembre 2013 Faire des mathématiques à l école maternelle? Il ne s agit pas de construire un apprentissage mathématiques

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt»

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» année scolaire 2011 2012 Animation Pédagogique du 11 janvier 2012 partie 2 Les axes de travail Réflexion autour des diverses organisations possibles

Plus en détail

L apprentissage : une formation en alternance

L apprentissage : une formation en alternance Formation de formateurs en alternance nouvellement recrutés de CFA-BTP Direction de la formation L apprentissage : une formation en alternance L apprentissage permet une insertion progressive des jeunes

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Le patinage artistique à l école

Le patinage artistique à l école Le patinage artistique à l école Serge Laget C.P.C. Lyon VII - juin 2000 - avec la participation des éducateurs sportifs de la Ville de Lyon des C.P.C. du groupe Ville de Lyon Présentation du dossier :

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

La politique de l école

La politique de l école La politique de l école Socialiser pour développer le langage. 1. Définition : L autonomie de la parole L école et ses partenaires : familles intervenants réguliers ou ponctuels liens avec le pré-scolaire

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Éducation et Formation tout au long de la vie

Éducation et Formation tout au long de la vie Éducation et Formation tout au long de la vie 53 RESPONSABLE DE SERVICE DE SCOLARITÉ Code : EDU06B Responsable de l accompagnement des jeunes FPEEDU06 Il est responsable du service scolarité de l entité.

Plus en détail

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod.

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013 Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. Des élèves qui sont «contre l école». Elle leur est un appui. Tout en ayant des capacités de

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES

LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES Académie d Aix-Marseille Année scolaire LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES NOM : Prénom : Livret de suivi de scolarité en SEGPA Préambule à l attention des enseignants L objectif

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS?

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS? Travailler en îlots bonifés selon la méthode pédagogique créée par Marie Rivoire. par Catherine Manesse et Anne Dauvergne IPR Langues vivantes Académie de Dijon Cette façon de travailler, dont on entend

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

L ORIENTATION AU LYCéE

L ORIENTATION AU LYCéE L ORIENTATION AU LYCéE L orientation, construite, progressive est au cœur de la rénovation des voies générale, technologique et professionnelle. Ce document a vocation à aider les équipes dans les établissements

Plus en détail

DROIT DE L'ENFANT français 13/06/08 19:38 Page 1

DROIT DE L'ENFANT français 13/06/08 19:38 Page 1 DROIT DE L'ENFANT français 13/06/08 19:38 Page 1 DROIT DE L'ENFANT français 13/06/08 19:38 Page 2 ISBN : 9954-1-4007-7 Dépôt légal : 2007/2026 Illustrations : Nathalie Logié Manche Cliparts : Pressimage,

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Les composantes de la réussite scolaire

Les composantes de la réussite scolaire Les composantes de la réussite scolaire Cognitives Culturelles Physiologiques Psychologiques Sociologiques Que devons-nous privilégier dans cette notion polysémique? Sa mesure (évaluations, signalements,

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

Institut Français de l Education

Institut Français de l Education Institut Français de l Education Le travail enseignant et la question de l évaluation Les 18, 19 et 20 mars 2015 «Je vis que je réussissais et cela me fit réussir davantage» Jean-Jacques Rousseau (Émile,

Plus en détail

La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires

La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires Mai 2013 - direction générale de l enseignement scolaire La loi d orientation, de programmation pour la refondation

Plus en détail

Vers une intégration pédagogique des TICE

Vers une intégration pédagogique des TICE Formation F3MITIC Vers une intégration pédagogique des TICE Scénario lié aux modules 1 et 2A Marc EBNETER Gilbert LIPPUNER André VIEKE 28 septembre 2001 - Version: 1.00 Discipline ou domaine: pédagogie

Plus en détail

IREM- 13 juin 2009. Dominique GILLET IEN 1er degré Pilote du groupe départemental mathématiques et sciences

IREM- 13 juin 2009. Dominique GILLET IEN 1er degré Pilote du groupe départemental mathématiques et sciences FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS EN MATHEMATIQUES IREM- 13 juin 2009 Dominique GILLET IEN 1er degré Pilote du groupe départemental mathématiques et sciences Des types de formation continue Des stages

Plus en détail

Fiches Connaissances et compétences Prolongements possibles

Fiches Connaissances et compétences Prolongements possibles Fiches Connaissances et compétences Prolongements possibles Le droit à l éducation Connaître les droits de l'enfant et une organisation internationale Dégager l'idée essentielle d'un texte S'exprimer à

Plus en détail

Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être. «Partage international en éducation pour un mieux être global»

Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être. «Partage international en éducation pour un mieux être global» Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être «Partage international en éducation pour un mieux être global» L éducation à la santé au Québec Programmes scolaires

Plus en détail

ADAPTATIONS PEDAGOGIQUES AUPRES D ELEVES PRESENTANT DES DIFFICULTES SCOLAIRES GRAVES ET RELEVANT D ENSEIGNEMENTS GENERAUX ADAPTES

ADAPTATIONS PEDAGOGIQUES AUPRES D ELEVES PRESENTANT DES DIFFICULTES SCOLAIRES GRAVES ET RELEVANT D ENSEIGNEMENTS GENERAUX ADAPTES ADAPTATIONS PEDAGOGIQUES AUPRES D ELEVES PRESENTANT DES DIFFICULTES SCOLAIRES GRAVES ET RELEVANT D ENSEIGNEMENTS GENERAUX ADAPTES SOMMAIRE La grande difficulté scolaire: définitions Les grandes causes

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS INTRODUCTION Elaboré en juin 2010, ce plan d études harmonise l enseignement théâtral au sein de la CEGM. Tout en respectant leurs particularités et leurs

Plus en détail

ACQUI SITION ET DEVELOPPE M E N T DES COMPETE N C E S DES SALA RI E S DE BAS NIVEAU DE QUALIFICATIO N

ACQUI SITION ET DEVELOPPE M E N T DES COMPETE N C E S DES SALA RI E S DE BAS NIVEAU DE QUALIFICATIO N au réapprentissagedes savoirs debase Formations des M au ges rurales Organisme de formation de base de proximité, compétent dans l accompagnement et la formation des publics dits de faible niveau (V et

Plus en détail

CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS D INSTITUTEUR OU DE PROFESSEUR DES ECOLES MAÎTRE FORMATEUR

CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS D INSTITUTEUR OU DE PROFESSEUR DES ECOLES MAÎTRE FORMATEUR 1 CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS D INSTITUTEUR OU DE PROFESSEUR DES ECOLES MAÎTRE FORMATEUR 2 Guide à l attention des membres des commissions et des candidats Madame, Monsieur, Vous trouverez dans

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Coaching RelationCare

Coaching RelationCare Coaching RelationCare Les fondamentaux Notre formation associe les approches les plus récentes en matière de coaching individuel et d équipe, de systémique, de connaissances dans les neurosciences, de

Plus en détail

Commentaire des articles

Commentaire des articles - 1 - Luxembourg, le 25 septembre 2013 Objet : Projets de règlements grands-ducaux - portant sur l élaboration et l application du plan de développement scolaire - portant sur l accompagnement des élèves

Plus en détail

Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012. Evelyne Touchard - CPC Grenoble 4

Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012. Evelyne Touchard - CPC Grenoble 4 Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012 Objectifs - Proposer une réflexion sur l utilisation des coins en maternelle : quels coins? Pour faire quoi? - Identifier les coins permettant

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat

Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat Document 8 : Concertations synthèse des ateliers 1. Perspectives pédagogiques et éducatives Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME. Le cœur à l école. PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire

PRÉSENTATION DU PROGRAMME. Le cœur à l école. PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire PRÉSENTATION DU PROGRAMME Le cœur à l école PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire Le programme Le coeur à l école s adresse aux parents d enfants

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 MAÎTRISER LES LANGAGES INTRODUCTION Maîtriser c est dominer. A l école maternelle, il est encore prématuré de parler de maîtrise. C est la raison pour laquelle

Plus en détail

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences Animation pédagogique Mise en œuvre du LPC 87 Un principe majeur! L école maternelle n est pas un palier du socle commun de connaissances

Plus en détail

L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014

L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014 l AREF Fès-Boulmane et le CRMEF de Missour en partenariat avec l Institut Français du Maroc - site de Fès ORGANISENT L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014 PRIMAIRE COLLÈGE LYCÉE Du 14 au 16 avril 2014 CRMEF de

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

DES APPRENTISSAGES EN MATERNELLE/ QUELQUES PISTES. Des pistes sur une séquence de graphisme Des pistes sur une séquence sur le langage

DES APPRENTISSAGES EN MATERNELLE/ QUELQUES PISTES. Des pistes sur une séquence de graphisme Des pistes sur une séquence sur le langage DES APPRENTISSAGES EN MATERNELLE/ QUELQUES PISTES Des pistes sur une séquence de graphisme Des pistes sur une séquence sur le langage Apprentissage en graphisme Introduction Recherche Activités motrices

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

Métiers du management et de la communication

Métiers du management et de la communication K2 Formation Métiers du management et de la communication 601 Ecriture-creative-et-professionnelle-en-entre_791 Ecriture créative et professionnelle en entreprise - Transmettre sur sa pratique Explorer

Plus en détail