De nombreux dispositifs fiscaux encouragent

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De nombreux dispositifs fiscaux encouragent"

Transcription

1 Investissement dans les PME et les FIP : un millefeuille fiscal doté d'un zest de droit communautaire Acquitter son impôt auprès du percepteur en investissant auprès d un entrepreneur? Cette opportunité devrait séduire le plus grand nombre et notamment les dirigeants qui pourront investir à ce titre dans leur propre société. Delphine POMIN Co-directeur de l'ingénierie Patrimoniale de Bred Banque Privée Wanda HANNECART-WEYTH Co-directeur de l'ingénierie Patrimoniale de Bred Banque Privée Repère : Lamy fiscal 2007, (à créer). De nombreux dispositifs fiscaux encouragent depuis plusieurs années l investissement vers les PME afin de leur procurer les fonds nécessaires à leur création et leur développement. Ces investisseurs bénéficiaient jusqu alors d avantages fiscaux au titre de l Impôt sur le Revenu (IR). La loi TEPA (1), va plus loin en permettant désormais d imputer directement sur la cotisation d ISF la valeur des investissements réalisés au profit des PME et/ou des Fonds d Investissement de Proximité (FIP) sous certaines conditions. Naturellement, ce millefeuille fiscal destiné à une nouvelle classe de business angel connaît certaines limites, sans pour autant lui en enlever son exceptionnelle saveur. Avantages liés à l'ir : une réduction d'impôt bien encadrée Depuis le 1 er janvier 2003 et jusqu au 31 décembre 2010, la souscription au capital de PME ou de FIP permet, en contrepartie d un engagement de conservation de 5 ans (2), d obtenir une réduction d impôt maximale et cumulable respectivement de et (3). CONDITIONS LIÉES À L INVESTISSEMENT DANS LES PME L avantage fiscal La réduction d IR est égale à 25 % des versements effectués, retenus dans la limite annuelle de pour un célibataire et pour un couple marié ou pacsé, soit un avantage maximal de ou (CGI, art. 199 terdecies-0 A). La fraction dépassant la limite annuelle est toutefois reportable dans les mêmes conditions les quatre années suivantes. Cette réduction d impôt n est cependant pas cumulable avec celle portant sur la déduction des intérêts d emprunt pour souscription au capital d une société nouvelle, le report d imposition des plus-values mobilières en cas de réinvestissement dans une PME, la réduction pour souscription au capital de Sofica, etc. De plus, les titres ainsi acquis ne peuvent être détenus sur un PEA ou PEE. En revanche, le cumul est possible avec la réduction d impôt liée à la souscription de FIP. Les souscriptions retenues Les souscriptions retenues sont celles réalisées en numéraire par des personnes physiques ou bien indirectement par des holdings financières (4) au capital de PME lors de leur création ou d augmentation de capital.. Le régime ne concerne donc pas les titres déjà détenus par des redevables ou reçus lors d une offre publique d échange ou d une fusion, ce qui va dans le sens de la volonté du législateur de favoriser la création d entreprises et tout particulièrement les PME, dont le nombre (1) L. n , 21 août 2007, JO 22 août, p (2) Jusqu au 31 décembre de la cinquième année suivant celle de la souscription (L. n , 1 er août 2003, JO 5 août, p , art. 29). (3) pour les FIP Corses. (4) la société devant avoir pour objet social exclusif de détenir des participations dans des sociétés répondant aux mêmes critères que ceux exposés ci-après, sauf pour l activité. 20 LES NOUVELLES FISCALES - N FÉVRIER 2008

2 excédait 2,6 millions en Toutefois, si près d un million d entreprises ont été créées en 2006 (5), dont créations pures, moins de la moitié passe le cap fatidique des 5 ans, souvent par manque de financement. Cette incitation à faire appel à l épargne des investisseurs privés, en contrepartie d une réduction d impôt, a vocation a toucher le plus grand nombre d entreprises répondant à la définition légale de la PME. OBSERVATIONS Les sociétés éligibles au dispositif : ne doivent pas être admises sur un marché réglementé français ou étranger (mais peuvent donc l être sur Alternext par exemple) ; doivent avoir leur siège de direction effective dans l'espace Economique Européen (EEE) et être soumises à l Impôt sur les Sociétés (IS) ; doivent exercer une activité commerciale, industrielle, agricole ou artisanale, ce qui exclut les holdings pures de gestion de patrimoine ou sociétés de gestion de portefeuille et les sociétés immobilières ; doivent répondre à la définition communautaire des PME : l effectif des salariés doit être de moins de 250 salariés ; le chiffre d'affaires ne doit pas excéder 50 M ou un total de bilan annuel de 43 M ; la société doit être détenue à 75 % au moins par des personnes physiques ou des sociétés répondant aux critères précédents. CONDITIONS LIÉES À L INVESTISSEMENT DANS LES FIP Un double avantage fiscal Premier avantage : La réduction d IR est égale à 25 % des versements effectués, retenus dans la limite de pour un célibataire et pour un couple marié ou pacsé, soit un avantage maximal de ou (CGI, art 199 terdecies-0 A VI bis et VI ter). À noter que les investissements en Corse permettent de doubler les plafonds servant au calcul de la réduction d impôt. Deuxième avantage : À l issue du délai de conservation de 5 ans, les plus-values réalisées suite à la cession ou au rachat des parts sont exonérées, les prélèvements sociaux restant dus. Ce second avantage doit cependant être relativisé : au regard de la durée d investissement des FIP (8 ans en moyenne) et de la performan- ce réellement acquise après seulement 5 ans ; de l exonération de plus-value dont bénéficieront désormais les cessions de droits sociaux à partir de 2014 (CGI, art D bis). Spécificités des FIP Créés en 2003 par la loi pour l'initiative économique, dite loi Dutreil (6), les FIP sont un outil de placement collectif destiné à favoriser, aux cotés des collectivités territoriales, l investissement dans les entreprises d une zone régionale déterminée. Relevant des Fonds Communs de Placements à Risques (FCPR), ils sont donc des copropriétés de valeurs mobilières, dépourvues de la personnalité morale et représentés par des sociétés de gestion (C. mon. fin., art. L ). À la différence de l investissement dans les PME, le souscripteur d un FIP ne doit pas détenir lors de la souscription ou dans les cinq années précédentes, lui-même ou avec son groupe familial, plus de 10 % des parts du fonds ou plus de 25 % des droits dans les bénéfices des sociétés composant l actif du fonds. Sur le plan financier, le FIP reste avant tout un placement sensible : l actif doit être composé à 60 % au moins par des titres de PME non cotées répondant à la définition de PME communautaire et exerçant leur activité dans une zone géographique choisie. Un double avantage pour l'isf : l'apport de la loi TEPA La possibilité d imputer directement l investissement réalisé est une innovation majeure pour les redevables de l ISF, qui pourront désormais réduire, voire annuler, le montant de leur cotisation en juin prochain. En offrant le choix de donner à l entrepreneur plutôt qu au percepteur, le législateur réalise, au-delà de la possibilité d apporter des fonds aux PME en contrepartie d avantages fiscaux, une véritable révolution pour les contribuables. De redevables «passifs», subissant la charge d un impôt qu il leur faut de surcroit calculer eux-mêmes, les contribuables pourront ainsi se transformer en volontaires «actifs investisseurs», auréolés de l étiquette de business angel (5) Rapp. AN n 62, (6) L. n , 1 er août 2003, JO 5 août, p LES NOUVELLES FISCALES - N FÉVRIER

3 Saveur particulière de ce «millefeuille» : en plus de ce premier avantage, les titres ainsi souscrits bénéficient de l exonération d assiette d ISF existante depuis 2003 (CGI, art. 885 I ter), étendue maintenant aux investissements intermédiés et aux FIP. UNE EXONÉRATION D ASSIETTE D ISF SANS LIMITE Les dispositions du CGI permettent aux actionnaires de PME ayant investi lors de souscriptions nouvelles, de ne pas intégrer les titres souscrits dans l assiette de l ISF (CGI, art. 885 I ter). Dans sa rédaction initiale, cette mesure ne concernait que les seules souscriptions en direct dans les PME. Au regard notamment de l absence de plafond et d obligation de conservation des titres, le succès de cette mesure peut paraître mesuré : bénéficiaires avaient été recensés en 2006 pour des actifs exonérés de 200 M (7). La loi TEPA devrait augmenter le nombre de bénéficiaires, cette mesure concernant désormais les investissements intermédiés via les holdings et les FIP en aménageant et adaptant le régime au droit communautaire. Là encore, on retrouve cette notion d avantage fiscal lié à la prise d un risque financier. Le Conseil constitutionnel avait d ailleurs validé le principe d une exonération totale des parts ou actions de PME «compte tenu du risque affectant un tel placement» (8). À l instar d un propriétaire d œuvres d art ou de détenteur de biens professionnels, la qualité d investisseur privé offre la possibilité de détenir des actifs exonérés d ISF. Les conditions d exonération sont d ailleurs très favorables et nettement moins restrictives que celles prévues pour l'imputation d ISF. Les sociétés éligibles au dispositif doivent en effet uniquement : répondre à la définition de PME communautaire au moment de la souscription des titres ; avoir leur siège de direction effective dans l EEE ; exercer leur activité dans les domaines «classiques» (cette dernière condition n étant pas requise pour les holdings). Pour mesurer la portée avantageuse de ce dispositif, il suffira de rappeler notamment que la perte de la qualité de PME par la suite n affecte pas l exonération (9) qui demeurera acquise. Une PME qui serait cotée ultérieurement pourrait également conserver le bénéfice de ce dispositif. Naturellement, l exonération ne bénéficie aux souscriptions indirectes, par application du principe de transparence, qu à la quote-part ou fraction des titres investis dans des sociétés répondant aux conditions précitées. UNE IMPUTATION SUR L ISF LIMITÉE À En contrepartie d une obligation de conserver les titres souscrits jusqu au 31 décembre de la cinquième année suivant celle de la souscription, l article V bis du CGI détermine les modalités de calcul de leur imputation sur l ISF, soit : 75 % des versements pour les souscriptions au capital de PME, dans la limite de (soit un investissement maximal de ); 50 % des versements pour les souscriptions au capital des FIP (10), dans la limite de (soit un investissement minimal de ). Deux limites existent toutefois pour les bénéficiaires du dispositif. Le montant de l avantage procuré ne pourra dépasser une limite globale et cumulative de (11) ;et l excédent ne pourra être ni remboursé ni imputé l année suivante (12). L avantage procuré est certes important, mais selon le vœu du Gouvernement, sa contrepartie est de laisser assumer à l investisseur une partie du risque financier, à hauteur, au minimum, de 25 %, ce qui permet de rappeler qu un investissement ne doit jamais être réalisé dans un seul et unique but fiscal. Qui sont les bénéficiaires? Tous les redevables pourront bénéficier de cette mesure dès juin 2008, y compris, depuis la loi de finances pour 2008, les dirigeants ou actionnaires familiaux des entreprises bénéficiaires des investissements (13). Le cumul de (7) Rapp. AN n 62, (8) Cons. const., 31 juill. 2003, n DC. (9) Instr. 7 juill. 2005, BOI 7 S (10) Et au capital de FCPR et FCPI depuis la loi de finances rectificative pour 2007 (L. fin. rect. 2007, n , JO 28 déc., p , art. 38 ; Les Nouvelles fiscales n 995, p. 52). (11) Ce seuil de concerne également les dons à certains organismes d intérêt général. (12) Rép. min. à QE n 5379, JOAN Q. 4 déc. 2007, p (13) L. fin. 2008, n , 24 déc. 2007, JO 27 déc., p , art. 22 ; Les Nouvelles Fiscales n 994, p LES NOUVELLES FISCALES - N FÉVRIER 2008

4 l'imputation avec l exonération des biens professionnels est donc confirmé pour l investissement en direct. La crainte de créer des «coquilles vides» afin de bénéficier du dispositif semble avoir été écartée, au regard de l obligation pour les bénéficiaires de conserver les titres pendant 5 ans. En pratique, la limite de permet de considérer que la majeure partie des redevables de l ISF pourrait bénéficier de cette mesure. Si la cotisation moyenne d ISF est de (14), plus des deux tiers des redevables relèvent en effet des tranches inférieures à 2,3 M. Or, une cotisation d ISF de induit selon le rapport parlementaire (15) un patrimoine de 5,7 M TRANCHE DE BARÈME POURCENTAGE POURCENTAGE DU NOMBRE DE REDEVABLES DU PRODUIT De à ,1 % 8,1 % De à ,9 % 29,2 % De à ,4 % 16,6 % De à ,3 % 17,5 % De à ,9 % 12,4 % Supérieur à ,3 % 16,1 % Source : ministère de l Économie, des Finances et de l Industrie Un investissement en direct en pratique réservé à une classe de redevables bien informés L investisseur potentiel doit d abord être capable non seulement de connaître les sociétés concernées, mais également d apprécier seul la rentabilité de l investissement et les droits et obligations induites par le statut d associé. Encore faut-il que la société soit intéressée par le profil de ce futur actionnaire, notamment en fonction de l éventuelle modestie des fonds qu il peut apporter. Ne s improvise donc pas business angel qui veut et cette opportunité devrait surtout bénéficier à ceux qui disposent d une véritable culture d entreprise. Au premier rang d entre eux, les entrepreneurs seront naturellement concernés : disposant du réseau et de l expertise, ils pourront de plus investir dans leur propre société. Il serait donc ainsi concevable pour un dirigeant d entreprise de cumuler une exonération d ISF pour ses biens professionnels et une imputation de pour l impôt acquitté sur son patrimoine privé, au moyen d un investissement dans son entreprise. En pratique, les seuls dirigeants bénéficiaires seront ceux créant leur entreprise ou procédant à l augmentation de capital nécessaire au développement de la société. Pour ceux qui ne pourraient remplir ces critères, l investissement dans les FIP est une solution alliant simplicité et facilité et qui permet de plus une mutualisation du risque. D autant que les FIP présentent l avantage pour un particulier souhaitant investir des capitaux dans des entreprises d être accessibles à tout moment auprès des réseaux bancaires en profitant de leur expertise. En contrepartie de cette délégation du risque, l avantage procuré est cependant plus réduit que celui existant pour l investissement en direct : au lieu de Quelles sont les sociétés éligibles? Si l investissement est réalisé en direct dans les PME, les conditions d éligibilité seront les mêmes que celles, précitées, donnant lieu à la réduction d impôt. Pour qu un FIP soit éligible au dispositif ISF, il faudra de plus que l actif soit constitué à hauteur de 20 % au moins de titres reçus en contrepartie de souscriptions au capital de sociétés constituées depuis moins de 5 ans et répondant aux conditions d éligibilité applicables à un investissement en direct. De surcroît, certaines règles communautaires devront être également respectées. Conditions du cumul des avantages fiscaux et limites Si ce dispositif est déjà d'une exceptionnelle portée quant à la faveur qu il procure, certaines interrogations subsistent, notamment sur les conditions du cumul des avantages fiscaux. (14) Communication au Sénat de Philippe Marini, 14 févr. 2007, Les dernières données disponibles en matière d ISF et de délocalisations fiscales. (15) Rapp. AN n 62, LES NOUVELLES FISCALES - N FÉVRIER

5 Précisions qui devront également concerner l'application des règles communautaires. LE PRINCIPE L article V bis V du CGI précise que «la fraction du versement ayant donné lieu à la réduction d ISF ne peut donner lieu à l une des réductions d impôt sur le revenu prévues à l article 199 terdecies-0-a du CGI». Un même investissement dans une PME ne peut donc offrir au souscripteur le double avantage d une réduction au titre de l'isf et au titre de l'ir. En revanche, le contribuable pourra profiter simultanément des deux dispositifs pour des fractions différentes de son investissement en choisissant d affecter certaines souscriptions à la réduction d IR, et d autres à la réduction d ISF. Ainsi, seule la fraction du versement n ouvrant pas droit à la réduction d ISF peut bénéficier de la réduction d IR. Encore faut-il bien comprendre de quelle fraction du versement il s agit, ce qui suscite beaucoup de commentaires et d interrogations L exemple suivant peut servir de fil conducteur à cette réflexion essentielle : EXEMPLE Un couple souhaite investir dans une PME répondant aux critères et obtenir un avantage fiscal maximal ( au titre de l ISF et au titre de l IR). Dans ce but, il décide d investir et de répartir son investissement comme suit : au titre de l ISF et au titre de l IR. L avantage fiscal sera de : 75 % x = au titre de l ISF. Les restants, et ayant servi à obtenir la réduction d ISF, sont considérés comme ayant donné lieu à l avantage fiscal (Rapp. AN n 0 62, ; CGI, art V bis V) ; 25 % x = au titre de l IR. Pour un investissement dans les FIP, le calcul peut être différent. En effet, les FIP obéissent à des règles spécifiques d investissement. Si l on considère la condition supplémentaire d éligibilité ajoutée par la loi TEPA, seule la quote-part de l actif du FIP répondant aux conditions énoncées serait concernée par la règle du non-cumul. EXEMPLE obtenir un avantage fiscal maximal ( au titre de l ISF et au titre de l IR). Dans ce but, il décide d investir dans un FIP. Calcul de l avantage retenu pour l ISF : L assiette de l avantage fiscal au regard de l imputation d ISF est calculée en fonction du pourcentage de titres éligibles au sein du FIP, soit 60 % x = La réduction d ISF est égale à 50 % de l assiette retenue pour l investissement réalisé soit 50 % x = Les restants sont considérés comme ayant donné lieu à l avantage fiscal (Rapp. AN n 62, ). Calcul de l avantage retenu pour la réduction d IR : Eu égard à la spécificité des FIP et leur quota d investissement dans des titres éligibles, la quotepart n ayant pas servi d assiette pour le calcul de la réduction d ISF, à savoir = , devrait pouvoir être éligible à la réduction d IR (16). Le souscripteur pourrait donc bénéficier au titre de l article 199 terdecies-0 A du CGI d une réduction d IR de 25 % x = plafonné à pour un couple. Dans cet exemple, un investissement de procure donc un avantage fiscal cumulé de Un projet d instruction fiscale prévoit très clairement cette possibilité qui constituerait un avantage double pour les FIP. LIMITES Au regard des bénéficiaires Toute décision d investissement suppose une analyse patrimoniale approfondie tenant compte de différents vecteurs de réflexion (organisation du patrimoine, sources et montants des revenus, etc.). Les principaux bénéficiaires étant les redevables de l ISF, une des premières réflexions préalables sera notamment de déterminer s ils sont susceptibles ou non de bénéficier du bouclier fiscal. En effet la réduction d IR peut conduire à modifier le montant de l impôt retenu pour le calcul du bouclier fiscal. Il sera donc nécessaire de déterminer la part que le contribuable souhaite affecter à la réduction d IR et la part affectée à l imputation d ISF et de vérifier les conséquences induites pour le calcul du bouclier fiscal. Un couple souhaite investir dans un FIP dont l actif est investi à 60 % dans des titres éligibles et (16) Soit les 40 % de l actif du FIP investis dans des titres non éligibles. 24 LES NOUVELLES FISCALES - N FÉVRIER 2008

6 En ce qui concerne le montant d ISF à prendre en compte pour le calcul du bouclier fiscal, le montant retenu est celui obtenu après application, le cas échéant, de la réduction pour charge de famille et du mécanisme du plafonnement. En l état du texte, il n est donc pas fait mention de l «imputation» prévue par l article V du CGI qui n est d ailleurs jamais qualifiée de réduction d impôt mais d avantage fiscal. En l absence de précision sur le montant d ISF pris en compte pour le calcul du bouclier fiscal, peut-on considérer que cette imputation sur le montant de l ISF n a aucune incidence? On peut raisonnablement penser qu une réponse sera apportée prochainement sur ce point. À défaut, l avantage fiscal pour un redevable serait des plus exceptionnels. Au regard des sociétés éligibles et des contraintes communautaires La loi TEPA a subordonné l application de ce dispositif au respect de la réglementation des aides de minimis, les sociétés concernées ne devant pas bénéficier de plus de d aides de l État sur une période de trois années glissantes. Cette condition était jugée comme très contraignante, particulièrement pour les FIP. Aussi la loi de finances rectificative pour 2007 a assoupli cette exigence en exonérant de leur application les sociétés répondant aux trois critères cumulatifs suivants : être en phase d amorçage de démarrage ou d expansion ; ne pas être considérées comme en difficulté ; ne pas recevoir au titre de ce dispositif d aide supérieure à 1,5 M par période de 12 mois. Deux régimes de règles communautaires sont donc susceptibles de s appliquer aux sociétés bénéficiaires du dispositif : à défaut de réalisation d une seule des trois conditions posées par l article 38 de la loi de finances rectificative pour 2007 (17), c est le régime initialement déterminé par la loi TEPA qui s appliquera. À noter que le Gouvernement est toujours dans l attente de la réponse de la Commission Européenne, saisie à l automne dernier (17) L. fin. rect. 2007, n , JO 28 déc., p , art. 38 ; Les Nouvelles Fiscales, n 995, p. 52. LES NOUVELLES FISCALES. Revue bimensuelle paraissant le 1 er et le 15 de chaque mois. Fondateur : Jean RONCAJOLA. Éditeur : WOLTERS KLUWER FRANCE, SAS au capital de Siège social : 1, rue Eugène et Armand Peugeot, Rueil-Malmaison cedex RCS Nanterre Associé unique : HOLDING WOLTERS KLUWER FRANCE Président/Directeur de la publication : Jean-Paul NOVELLA Rédactrice en chef : Delphine TAIEB Rédactrice en chef adjointe : Julie BAZIN Rédaction : Séverine CHAILLOU, Sabine DUBOST, Camille JUE-MOHR, Bertrand LEROUX-COYAU Directrice commerciale : Martine PINEL Chef de groupe : Anne MALLET Imprimeur : DELCAMBRE, Pantin Numéro de Commission paritaire : 1210 T Dépôt légal : à parution ISSN : Abonnement annuel : 387,98 TTC. Prix du numéro 22 TTC. Ce numéro est accompagné d un encart. LES NOUVELLES FISCALES - N FÉVRIER

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME avril 2012 1 De grandes réformes en 2011 La Loi de finances pour 2011 a apporté des modifications substantielles aux systèmes d'incitations fiscales

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME intégrant les modifications apportées par la Loi de finances pour 2011 witam 31, rue des Poissonniers 92200 Neuilly-sur-Seine tel. 01 55 62 00 80

Plus en détail

Incitations fiscales à l investissement dans les PME

Incitations fiscales à l investissement dans les PME Incitations fiscales à l investissement dans les PME 2010 witam 31, rue des Poissonniers 92200 Neuilly-sur-Seine tel. 01 55 62 00 80 fax. 01 55 62 00 81 www.witam.fr 1 Incitations fiscales à l investissement

Plus en détail

Groupement Centrale Business Angels

Groupement Centrale Business Angels Groupement Centrale Business Angels Conférence du 30 septembre 2014 Conférence Centrale BA 30/09/14 1 Agenda La fiscalité des Business Angels Témoignage de Centralien Business Angel o Franck Delorme, fondateur

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 75 DU 29 JUILLET 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-24-09 INSTRUCTION DU 24 JUILLET 2009 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DES SOUSCRIPTEURS

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS Société de Gestion ixo PRIVATE EQUITY 34, rue de Metz 31 0 00 Toulouse Site : www.ixope.fr Dépositaire Réalisation : ixo Private Equity Illustration : Ronald Curchod Graphisme

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION 1

SOMMAIRE INTRODUCTION 1 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 I-2-03 N 100 du 4 JUIN 2003 PLAN D EPARGNE EN ACTIONS. ELIGIBILITE DES TITRES DE SOCIETES AYANT LEUR SIEGE DANS UN ETAT DE LA COMMUNAUTE EUROPEENNE,

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Note sur la fiscalité du Fonds

Note sur la fiscalité du Fonds Note sur la fiscalité du Fonds Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers Aquitaine Pyrénées Languedoc Développement 1 (article L. 214-41-1 du code monétaire et fi

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs Numéro 360 14 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax La loi de finances pour 2004 ainsi que la loi pour l Initiative Economique votée l été dernier prévoient de nombreuses mesures en

Plus en détail

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur Lettre d'information - Janvier 2008 ENTREPRISES 1. LUXEMBOURG - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole 2. UE - FRANCE - Procédure en manquement - Taxation de l'électricité et de l'énergie

Plus en détail

La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX

La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX.. 1 Définition du business Angel Un «business Angel» est un particulier personne physique (ancien chef d entreprise ou

Plus en détail

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil Visa AMF n 09-064 123Ho l d i n g ISF 2009 L Autorité des Marchés financiers a apposé le visa n 09-064 en date du 20 mars 2009 sur un prospectus présentant cette opération, laquelle interviendra en une

Plus en détail

Formation Investessor

Formation Investessor Formation Investessor 5 MARS 2015 La fiscalité des Business Angels Stanislas VAILHEN, Avocat Associé 137, rue de l Université 75007 Paris svailhen@alerionavocats.com Tel: 01.58.56.97.19 - Fax: 01.58.56.97.01

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 199 terdecies- 0 A du Article 885-O V bis du Article 200 du Article 199 tervicies du Article 199 sexvicies du Article 199 septvicies du Article 199 sexdecies

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP La Note Juridique automne 2014 OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP Investir au capital d une société start-up est risqué mais nécessaire au développement de l activité des entreprises françaises.

Plus en détail

«L investissement dans les PME» Pauline Lavaud B00310418 Valère Rames - B00188725 Antoine Seligmann - B00280926

«L investissement dans les PME» Pauline Lavaud B00310418 Valère Rames - B00188725 Antoine Seligmann - B00280926 «L investissement dans les PME» Pauline Lavaud B00310418 Valère Rames - B00188725 Antoine Seligmann - B00280926 ESSEC Gestion de Patrimoine 29 avril 2011 ETAT DES LIEUX DES PME EN FRANCE Les atouts majeurs

Plus en détail

Un holding d'investissement dans les PME

Un holding d'investissement dans les PME Un holding d'investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première LEGIS hors-série Décembre 2012 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres dossier spécial : Projet de Loi de finances 2013 ////// édito Projet de loi de finances 2013 : vers une

Plus en détail

Loi de finances pour 2011 Introduction

Loi de finances pour 2011 Introduction Loi de finances pour 2011 Introduction Les mesures fiscales de la loi de finances pour 2011 sont articulées autour de deux priorités : - participer à l effort de maitrise des déficits publics et de financement

Plus en détail

Une fiscalité sur mesure : ISF & Impôt sur le revenu Sous réserve d une durée de placement comprise entre 8 et 10 ans

Une fiscalité sur mesure : ISF & Impôt sur le revenu Sous réserve d une durée de placement comprise entre 8 et 10 ans FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE FIP Pr e m i u m PME II Une fiscalité sur mesure : ISF & Impôt sur le revenu Sous réserve d une durée de placement comprise entre 8 et 10 ans FIP Pr e m i u m PME II

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Nouvelles conditions relatives à l investissement dans les PME. A s s o c i a t i o n d é c l a r é e Créée le 07/04/2010

Nouvelles conditions relatives à l investissement dans les PME. A s s o c i a t i o n d é c l a r é e Créée le 07/04/2010 Nouvelles conditions relatives à l investissement dans les PME A s s o c i a t i o n d é c l a r é e Créée le 07/04/2010 Investissements directs et via les holdings : nouvelles caractéristiques de la cible

Plus en détail

LES LOIS FISCALES POUR 2013

LES LOIS FISCALES POUR 2013 LES LOIS FISCALES POUR 2013 { Alain THEIMER Avocat au Barreau de Paris Président de la commission de Droit fiscal de l Ordre des Avocats au Barreau de Paris ISF 2012 CE ISF 2012 ISF 2013 Redevables Au

Plus en détail

FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P)

FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P) FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P) Un Placement sur 8 ans minimum, Dynamique et Diversifié La réduction d ISF dépend du quota d investissement dans les

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-40-40-20-20140616 DGFIP PAT - ISF - Calcul de l'impôt - Réduction

Plus en détail

L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME :

L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME : RIOUX, ANTOINE, PAPONNAUD, DEVINNE Mars 2008 L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME : à la réduction d impôt sur la fortune prévue par l article 885-O V Bis du Code Général

Plus en détail

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013 Flash fiscal Impôts 2014 sur revenus 2013 France Angels Mars 2014 Déclaration impôts sur le revenu (impôts payé en 2014 sur revenus 2013) Dates de limite d envoi de la déclaration : Le 20 mai si vous l

Plus en détail

Un holding d investissement dans les PME

Un holding d investissement dans les PME Un holding d investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

123CAPITAL PME II. Fonds d Investissement de Proximité

123CAPITAL PME II. Fonds d Investissement de Proximité Fonds d Investissement de Proximité 123CAPITAL PME II 123CAPITAL PME II Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve d une durée de placement comprise entre 8 et 10

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Investissement dans les PME et ISF

Investissement dans les PME et ISF Investissement dans les PME et ISF Des avantages fiscaux séduisant les investisseurs malgré le risque associé et la crise financière 73 249 foyers sur les 565 966 redevables de l ISF ont investi en 2008

Plus en détail

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Réduction ISF 2015 - Note fiscale

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Réduction ISF 2015 - Note fiscale FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Réduction ISF 2015 - Note fiscale La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Note d information Loi de Finances 2010

Note d information Loi de Finances 2010 Note d information Loi de Finances 2010 I - IMPOT SUR LE REVENU 1- Souscription au capital de PME : Réductions «Madelin» et «Super-Madelin» Une réduction d'impôt est accordée aux contribuables qui effectuent

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

«L investissement dans les PME»

«L investissement dans les PME» ESSEC BUSINESS SCHOOL «L investissement dans les PME» FING 31240- Gestion de Patrimoine Pauline LAVAUD (MS TF), Valère RAMES (MS TF), Antoine SELIGMANN (MS TF) 29/04/2011 1) Etat des lieux des PME en France

Plus en détail

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU?

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? 24 novembre 2009 1 PLAN DE L INTERVENTION Introduction 1 ère partie : La Loi Scellier 2 ème partie : La Loi Girardin Industriel 3 ème partie : La souscription au

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 2041 GC N 50144#17 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 SOUSCRIPTIONS AU CAPITAL DE PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES SOUSCRIPTIONS DE PARTS DE FONDS COMMUNS DE PLACEMENT DANS L'INNOVATION

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE. Vendredi 17 octobre 2014. Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE

EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE. Vendredi 17 octobre 2014. Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE Vendredi 17 octobre 2014 Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE Précisions et Incertitudes dans l attente d une instruction administrative I Régimes fiscaux de faveur A)

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2012. Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital

CAPITAL INVEST PME 2012. Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital FCPI CAPITAL INVEST PME 2012 Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital Prise en compte des souscriptions - du 16 avril

Plus en détail

Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières

Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières Version 17 février 2014 Henry Royal Royal Formation Formation & Conseil juridique et fiscal du chef d entreprise 1 Tél : 06 12 59 00 16 contact@royalformation.com

Plus en détail

Investir dans une PME

Investir dans une PME ISF 2009 Investir dans une PME Réunion d information Jeudi 26 Mars 2009 1 Les intervenants Valérie Pruvost Gestion de Patrimoine Conseil en Investissements Financiers 06 86 37 78 79 -conseil-finance@orange.fr

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2010

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2010 2041 GC N 50144#14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2010 SOUSCRIPTIONS AU CAPITAL DE PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES SOUSCRIPTIONS DE PARTS DE FONDS COMMUNS DE PLACEMENT DANS L'INNOVATION

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France.

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France. ISF 2012 I. Principe L impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est un impôt déclaratif. Les personnes physiques possédant un patrimoine d une valeur nette supérieure à 1,3 million euros au 1 janvier 2012

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 23 janvier 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 23 janvier 2015 AMENDEMENT APRÈS ART. 35 BIS N 2527 ASSEMBLÉE NATIONALE 23 janvier 2015 LA CROISSANCE ET L'ACTIVITÉ - (N 2498) Commission Gouvernement Retiré AMENDEMENT N o 2527 présenté par Mme Laclais, M. Caresche, M. Fourage,

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 13 JANVIER 2012 7 S-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 13 JANVIER 2012 7 S-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 13 JANVIER 2012 7 S-1-12 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. REDUCTION D IMPOT AU TITRE DES DONS EFFECTUES AU PROFIT DE CERTAINS ORGANISMES D INTERET

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

L IMPOT SUR LE REVENU ET L ISF EN 2015. Avoir les bons réflexes pour améliorer sa situation patrimoniale

L IMPOT SUR LE REVENU ET L ISF EN 2015. Avoir les bons réflexes pour améliorer sa situation patrimoniale Claire Valérie L IMPOT SUR LE REVENU ET L ISF EN 2015 Avoir les bons réflexes pour améliorer sa situation patrimoniale LE SOMMAIRE 1. Que faire pour diminuer son IR 2. Maîtriser son ISF L IMPOT SUR LE

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 2041 GC N 50144#17 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 SOUSCRIPTIONS AU CAPITAL DE PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES SOUSCRIPTIONS DE PARTS DE FONDS COMMUNS DE PLACEMENT DANS L'INNOVATION

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 56 DU 4 JUIN 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-3-09 INSTRUCTION DU 2 JUIN 2009 PLAFONNEMENT DES IMPOSITIONS DIRECTES EN FONCTION DU REVENU. AUTOLIQUIDATION

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

FIP. Pour entreprendre ensemble. 6, place de la République Dominicaine 75 017 Paris - Tél. : 33 (0)1 56 88 16 16 www.equitis.fr

FIP. Pour entreprendre ensemble. 6, place de la République Dominicaine 75 017 Paris - Tél. : 33 (0)1 56 88 16 16 www.equitis.fr E Q U I T I S 6, place de la République Dominicaine 75 017 Paris - Tél. : 33 (0)1 56 88 16 16 www.equitis.fr Société de Gestion agréée par l AMF sous le numéro GP 02 023 FIP Pour entreprendre ensemble

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE.

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. édition 2009 / 2010 Les essentiels Guide pratique hors-série 50 conseils pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. Avant-Propos Déductions, réductions et crédits d impôt de

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

Les FCPI & FIP, deux FCPR à vocation patrimoniale

Les FCPI & FIP, deux FCPR à vocation patrimoniale Les FCPI & FIP, deux FCPR à vocation patrimoniale FIP & FCPI ont plusieurs points communs au premier rang desquels figure l'avantage fiscal. En revanche, ils se distinguent par le type d'entreprises financées

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2015

CAPITAL INVEST PME 2015 FCPI CAPITAL INVEST PME 2015 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT D ENTREPRISES INNOVANTES TOUT EN ALLÉGEANT VOTRE FISCALITÉ EN CONTREPARTIE D UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL ET D UN BLOCAGE DE VOS AVOIRS DE 8 A 10

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Stratégie d investissement (1)

Stratégie d investissement (1) Le FCPI s adresse à des investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille en investissant sur le long terme et réduire leur impôt en contrepartie d une durée de blocage de 7 ans, soit jusqu au

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012 Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 25 octobre 2012 Actualité fiscale post-électorale 1 LA FISCALITÉ DU PATRIMOINE - ISF ISF 2012 CE ISF

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2014

CAPITAL INVEST PME 2014 FCPI CAPITAL INVEST PME 2014 Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque de perte en capital Prise en compte des souscriptions - du

Plus en détail

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 (ci-après «LFSS 16») a été définitivement adoptée le 30 novembre.

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 (ci-après «LFSS 16») a été définitivement adoptée le 30 novembre. Loi de finances pour 2016, de finances rectificative pour 2015 et Loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2016 Actualités en matière de fiscalité des personnes physiques Les travaux relatifs aux

Plus en détail

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Avocat au Barreau DIPLOME DE L INSTITUT DE DROIT DES AFFAIRES D.E.S.S. DE FISCALITE DES ENTREPRISES DIPLOME JURISTE CONSEIL D ENTREPRISE LE CHOIX D UN PACTE D ASSOCIES DANS

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 7 DU 14 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-3-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT ACCORDEE AU TITRE DES SOUSCRIPTIONS

Plus en détail

Souscription au capital d une PME : les articles du code

Souscription au capital d une PME : les articles du code Souscription au capital d une PME : les articles du code ISF : EXONERATION de l assiette pour des titres de PME européennes (CGI art. 885 I ter rédigé à l issue de la loi d août 2003 dite Dutreil et de

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail