FISCALITE. UNSP Secteur Finances Questionnaire aux partis politiques : Fiscalité Page 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FISCALITE. UNSP Secteur Finances Questionnaire aux partis politiques : Fiscalité Page 1"

Transcription

1 FISCALITE Question Parti politique Réponse 15. La fiscalité sera un enjeu majeur des prochaines élections. Quelle réforme fiscale votre parti entend il mettre en œuvre? Dans quelle mesure cette réforme fiscale permettra t elle de rétablir une véritable justice fiscale et sociale? Êtes vous d accord avec l UNSP pour affirmer qu une diminution de la pression fiscale doit impérativement s accompagner d un renforcement sérieux de la lutte contre la fraude fiscale et de mesures précises en vue d améliorer le recouvrement de l impôt? La réforme fiscale proposée par le cdh a pour objectif principal de réaliser un transfert de fiscalité pour alléger les contributions sur le travail et de créer de l emploi. Nous proposons une véritable révolution fiscale qui permet d améliorer le quotidien des familles, de valoriser ceux qui travaillent, de rétablir une plus grande justice fiscale et de créer de l emploi. Notre réforme fiscale est un projet crédible, tant sur le plan financier que sur le plan de la justice fiscale. Notre proposition respecte la neutralité budgétaire, en intégrant clairement des sources de financement et un glissement de la fiscalité afin de mettre davantage à contribution les gros fraudeurs et les gros spéculateurs. En outre, la priorité de cette réforme fiscale est de rétablir une plus grande justice fiscale. Nous proposons de diminuer drastiquement la fiscalité sur le travail et sur les entreprises, ce qui bénéficiera principalement aux travailleurs et aux PME. Ecolo ne souhaite pas augmenter le niveau global de taxation en Belgique, mais mieux répartir cette fiscalité et la rendre plus efficace. Elle est aujourd hui socialement injuste : les travailleurs et allocataires paient la plus forte contribution, contrairement aux spéculateurs notamment. économiquement inefficace : le travail est défavorisé car il demeure l'assiette la plus taxée, les PME paient plus que les multinationales et le secteur financier s'en tire à bon compte environnementalement destructrice : les pollutions n entrant pas en ligne de compte dans notre système fiscal, les comportements positifs ne sont que peu attractifs. Pour Ecolo, ce sont trois balises à prendre en compte dans toute réflexion sur la fiscalité en générale : plus de justice sociale, plus d'efficacité économique et plus de protection pour notre environnement. Pour ce qui concerne l IPP, Ecolo propose d'introduire à nouveau la globalisation de l'ensemble des revenus d'augmenter parallèlement la quotité exemptée à euros (jusque euros de revenus imposables avec une diminution progressive de la QE jusqu'à son niveau actuel à euros), de réinstaurer une tranche d imposition au delà de 50% audelà de euros de revenus annuels et d instituer une cotisation spéciale de crise sur les plus grands patrimoines. La lutte contre la grande fraude fiscale est évidemment une priorité pour Ecolo et doit permettre de préserver la grande majorité des citoyens et des entreprises qui ne «trichent» pas d une forme de concurrence déloyale ou à tout le moins d un traitement inéquitable. Pour ce qui concerne l ISoc, il faut remettre en cause les niches fiscales, conditionner les réductions d impôt à de la création d emploi et favoriser les acteurs de l économie réelle, notamment les PME. Pour le MR, les objectifs de cette réforme sont précis : Baisser l impôt des bas revenus afin de lutter contre les pièges à l emploi et mettre en avant «la valeur travail» au cœur de la politique fiscale. La fiscalité globale (cotisations sociales incluses) sur le travail reste trop lourde dans notre pays. Cette situation, combinée à différents avantages conférés à condition que l on ne travaille pas, génère une série de pièges à l emploi et aux bas salaires. Rendre du pouvoir d achat aux revenus moyens en assurant une plus grande progressivité de l impôt. Actuellement, on est trop vite trop fort taxé. Au delà de EUR par mois, on est déjà taxé à 40 %! Simplifier et baisser le taux nominal de l impôt des sociétés, vers la moyenne européenne, tout particulièrement au profit des PME. UNSP Secteur Finances Questionnaire aux partis politiques : Fiscalité Page 1

2 Pérenniser la relance économique en faveur de l emploi : La Belgique est une petite économie ouverte où les exportations représentent deux tiers du PIB et où les investissements étrangers sont essentiels. La fiscalité joue un rôle essentiel dans la compétitivité de nos entreprises et l attractivité de notre pays. L objectif est d atteindre la création de nouveaux emplois. Oui, pour le MR cette réforme doit s accompagner d un renforcement de la lutte contre la fraude fiscale et sociale. L impôt est la contribution de chaque citoyen à la communauté à laquelle il appartient pour que celle ci puisse assurer des missions fonctionnelles et sociales impossibles à couvrir individuellement. L impôt juste et équilibré est donc une nécessité. Il se traduit par un cadre légal auquel chaque citoyen doit se soumettre, ni plus, ni moins. Dans un contexte économique difficile, la bonne collecte des deniers publics est essentielle. C est dans ce cadre que s inscrit le débat sur la fraude fiscale. Evaluée par la BNB à 6,5 milliards d euros, les efforts des dix dernières années ont permis de la contenir sensiblement. Notre parti s engage à lutter contre toute forme de fraude, dont la fraude fiscale et s engage à aller aussi loin que possible pour la débusquer. Le PP entend rappeler qu une diminution de la fiscalité est le meilleur moyen de lutter contre la fraude fiscale. Le Parti Populaire souhaite donc une large réforme fiscale. Le Parti Populaire est favorable à une diminution drastique de la fiscalité, estimant que l'argent des citoyens leur appartient et non à l'etat. Le Parti Populaire est favorable à une réduction de l'imposition en trois tranches en fonction des revenus individuels : 0 % jusqu'à euros de revenus ; 25 % jusqu'à euros ; 35 % sur la tranche supérieure. En contrepartie, les revenus nets du travail, du capital et de l'immobilier seront globalisés. L'impôt des sociétés sera réduit à 20 % car nous estimons que l'activité économique ne doit pas être entravée par un taux d'imposition excessif qui, à l'heure actuelle, entrave surtout les PME. Les chefs de petites entreprises souffrent actuellement. En contrepartie, les multinationales qui ne paient que 4% d'impôts verront leurs privilèges disparaître. Le rééquilibrage dans le sens de l'impôt réel et égal est nécessaire. Les intérêts notionnels seont supprimés. Cette mesure s'inscrit dans une politique favorable à tous ceux qui créent de l'emploi. Le PP souhaite que les trois premiers emplois soient sans frais, quelle que soit la taille de l'entreprise, et que les charges sociales soient limitées. Le Parti Populaire a fait appel à des économistes pour juger la crédibilité des propositions. Le financement se fera par une diminution drastique des dépenses publiques (suppression des institutions inutiles comme la Chambre et le Sénat), la suppression d'aides diverses (presse, organisations trop politisées comme le MRAX), la diminution des intercommunales, le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux, une limitation de l'immigration qui coûte 7 milliards d'euros chaque année, et, en dernier recours, une hausse de la TVA (1 %). Le Parti Populaire espère un effet retour créé par la relance de l'économie. Le PS défend une réforme fiscale permettant de rééquilibrer la taxation entre les revenus du capital et les revenus du travail, tout en poursuivant de manière déterminée la lutte contre la fraude et contre l'évitement de l'impôt. Notre programme est particulièrement détaillé quant aux mesures de lutte contre la fraude et contre l'évasion fiscale, y compris sur le plan des engagements de la Belgique : la lutte contre les paradis fiscaux et la planification fiscale agressive, notamment des entreprises multinationales, figure en bonne place dans le programme, de même que l'échange d'informations. Le PS préconise également l'instauration d'un impôt sur la fortune. UNSP Secteur Finances Questionnaire aux partis politiques : Fiscalité Page 2

3 Les grandes lignes de notre proposition de réforme fiscale sont les suivantes. 1. Supprimer les nombreuses niches fiscales de l'impôt des sociétés : intérêts notionnels, exonération de plus values sur actions, etc. 2. Instaurer une «Taxe des millionnaires» sur les patrimoines de plus de 1 million d'euros ( d'exonération sur la maison d'habitation), qui toucherait seulement les 2 à 3 % les plus riches de la population. 3. Réformer l'impôt des personnes physiques en globalisant tous les revenus (professionnels, mobiliers, immobiliers) tout en revoyant le barème d'imposition afin d'augmenter fortement sa progressivité. Ces deux aspects (globalisation et progressivité) doivent aller de pair pour éviter que la seule globalisation augmente la facture fiscale pour certains bas revenus. UNSP Secteur Finances Questionnaire aux partis politiques : Fiscalité Page 3

4 16. Quelle est la position de votre parti concernant les intérêts notionnels? Votre parti serait il disposé à prendre des mesures nationales et internationales pour que les sociétés soient taxées sur leur revenu mondial sur base d un taux minimum? Nous plaidons pour une refonte du système de l impôt des sociétés pour favoriser l investissement et l emploi : supprimer les intérêts notionnels pour consacrer les recettes ainsi dégagées à diminuer le taux d imposition, réintroduire les incitants à l investissement et l innovation et réduire le coût du travail pour les employeurs. C est l objectif de la «révolution fiscale» que le Président du cdh, Benoît LUTGEN, a annoncé il y a plus d un an déjà. Il est inacceptable qu un boulanger paie 33,99% d impôt sur ses bénéfices alors qu une grande entreprise en paiera souvent moins de 10%. Lors de l introduction des intérêts notionnels, le MR parlait d un budget de 500 millions d euros mais aujourd hui, le coût des intérêts notionnels est supérieur à 6 milliards d euros. Ce sont surtout les grandes sociétés qui profitent des intérêts notionnels, souvent avec peu d impact réel sur l activité économique et la création d emplois. L équité du traitement fiscal entre les entreprises ne peut tolérer que certaines entreprises paient un taux d imposition particulièrement faible parce qu elles parviennent à profiter pleinement de cette déduction. Le cdh souhaite créer un climat favorable à l activité et aux investissements et diminuer le taux d imposition des sociétés au niveau belge pour rejoindre la moyenne européenne. De plus, nous voulons lutter contre la concurrence fiscale. Nous plaidons pour l'harmonisation au niveau européen de la base imposable (assiette commune pour l'impôt des sociétés) et établir un «serpent fiscal européen» qui doit déterminer un niveau maximal et minimal de l'impôt des sociétés. Ecolo souhaite réorienter fondamentalement les intérêts notionnels (ISOC). Ecolo est le seul parti francophone à ne pas avoir voté l'introduction de cette mesure, dénonçant dès 2005 son coût potentiel et l absence de conditionnalité au maintien ou à la création d emploi. Pour le futur, nous souhaitons limiter la déductibilité à un tiers des fonds propre, empêcher les constructions fiscales fictives, conditionner, pour les grandes entreprises, l accès à la mesure au maintien de l emploi, et augmenter les possibilités de déductibilité pour les PME. Pour le MR, il faut réformer progressivement les intérêts notionnels et améliorer les déductions PME pour investissements. Les intérêts notionnels ont été bénéfiques à l économie belge. Ils ont maintenu et renforcé en Belgique certaines activités facilement délocalisables, attiré de nouvelles entreprises dans nos régions en renforçant l attractivité fiscale internationale de notre économie. Les grandes entreprises ont aussi pu bénéficier du système des intérêts notionnels pour se recapitaliser. Les PME en ont profité dans une moindre mesure et restent moins capitalisées. Aujourd hui, pour relancer l économie, il importe surtout de stimuler les investissements productifs et en particulier dans nos petites et moyennes entreprises. Le MR propose donc de réorienter une partie des intérêts notionnels, au même rythme que la baisse progressive de l ISOC vers de nouvelles déductions PME pour investissements, qui soient effectives en termes d allègement fiscal. En outre, le MR propose d augmenter le taux préférentiel des intérêts notionnels au seul profit des PME. Le parti souhaite supprimer les intérêts notionnels. Le PS propose le recyclage complet des intérêts notionnels. Concrètement, les moyens dégagés par la suppression des intérêts notionnels seront utilisés pour des politiques plus efficaces pour la croissance et l'emploi. Cette réorganisation permettra de mieux soutenir les entreprises de l'économie réelle qui créent de la valeur et de l'emploi. Le PS veut avancer au niveau européen vers un impôt minimum pour les sociétés et une harmonisation des bases imposables pour stopper la concurrence fiscale entre Etats, qui profite essentiellement aux groupes transnationaux. Le PTB Go! est un opposant de la première heure des intérêts notionnels et défend sa suppression pure et simple. Le PTB Go! est également favorable à la taxation des multinationales sur leurs revenus mondiaux, qui permettrait notamment d'éviter les nombreuses aberrations constatées dans l'application des RDT (revenus définitivement taxés, qui sont dans certains cas des revenus définitivement non taxés). UNSP Secteur Finances Questionnaire aux partis politiques : Fiscalité Page 4

5 17. Quelle est la position de votre parti concernant la levée du secret bancaire fiscal? L OCDE, la Commission européenne et même l ONU considèrent que les paradis fiscaux sont des lieux de corruption et de concentration de la fraude fiscale. Quelles mesures votre parti envisage t il pour lutter efficacement contre les paradis fiscaux, y compris au sein même de l Union européenne? Quelle est votre position quant à la levée du secret bancaire et l octroi en nombre suffisant de la qualité d officier de police judiciaire à des experts fiscalistes? D après la Commission européenne, la fraude et l évasion fiscales coûteraient chaque année milliards d euros aux Etats membres de l Union. Pour la Belgique, l Etat perdrait entre 26 et 30 milliards d euros chaque année en raison de la fraude fiscale. Pour le cdh, il est urgent de s accorder sur une simplification de la fiscalité visant à assurer une plus grande légitimité et également plus d équité, c est la meilleure manière de lutter contre la fraude. Le cdh souhaite également que l échange automatique d information concernant tous les types de revenus se généralise au niveau mondial. La non déclaration et la non imposition de revenus réduisent sensiblement les recettes fiscales des pays. Il est donc impératif de renforcer considérablement l efficience et l efficacité de la perception de l impôt. L échange automatique d informations est un outil précieux à cet égard. De plus, le cdh veut renforcer les moyens des Services Publics Fédéraux Finances et Justice et limiter les cas où l on peut recourir à la procédure de transaction pénale, ce qui permet moyennant transaction financière d échapper à un procès en pénal. Après les premières avancées obtenues sous sa pression et dans la suite de la Commission d Enquête sur la grande fraude fiscale, Ecolo souhaite la disparition totale du secret bancaire dans tous les pays de l'union, sur la base du modèle français FICOBA. Il faut également assurer toute la transparence sur les transferts au départ d'un pays de l'ue à destination des paradis fiscaux. La FATCA conclu entre les Etats Unis et divers Etats doit servir d'exemple du type de convention à établir. Oui, le MR est favorable à la levée du secret bancaire. La lutte contre la fraude fiscale mais aussi sociale est une des priorités du MR, en particulier dans cette période de crise économique. Pour le MR, l impôt juste et équilibré est une nécessité. Il se traduit par un cadre légal applicable à tout citoyen, ni plus, ni moins. Les citoyens et les sociétés qui ont profité d évasion fiscale, organisée et illégale, devraient donc être sanctionnés et payer l impôt dû. C est en luttant contre la fraude que nous pourrons notamment dégager des moyens complémentaires afin de diminuer structurellement les impôts. On peut même se féliciter des systèmes qui avaient pour but d encourager les citoyens à «revenir dans le droit chemin» comme cela fut le cas de la DLU et de la régularisation fiscale permanente. Dans ce cadre, depuis des années, l Union européenne et certains de ses partenaires ont développé une stratégie visant à encourager les administrations fiscales à améliorer la recherche et l échange automatique de renseignements fiscaux comme ce fut le cas de l accord historique FATCA (échange automatique d informations entre UE et USA). En outre, concernant les derniers paradis fiscaux, le MR est favorable à continuer de conclure des accords internationaux (tant d échanges de renseignements que de prévention de double imposition) de façon à ce qu ils ne soient plus considérés comme tels. Pas de réponse donnée à cette question. Oui, le PS soutient toutes les initiatives, notamment en vue d'assurer l'échange automatique de données et la coopération administrative sur le plan international. La Belgique vient de conclure un accord FATCA permettant l'échange d'informations bancaires avec les Etats Unis. Le PS appuie la conclusion de tels accords au niveau européen et de l'ocde. De même, le PS a toujours soutenu l'élargissement du champ d'application de la directive épargne, ce qui est maintenant acquis. Sur le plan du droit interne, nous rappelons que le PS a déjà obtenu la levée du secret bancaire et l'obligation de déclarer les assurances vie souscrites à l'étranger et les constructions juridiques créées à l'étranger. Petit à petit une transparence s'instaure de telle manière que la fraude et l'évasion fiscale sont de mieux en mieux circonscrites. La Belgique doit agir avec les autres Etats dans ce domaine, raison pour laquelle le PS appuie toutes les démarches en cours au niveau international, UNSP Secteur Finances Questionnaire aux partis politiques : Fiscalité Page 5

6 que ce soit au niveau de l'union européenne, de l'ocde et des forums comme le G20. Cependant, nous restons conscients des résistances encore présentes, c'est pourquoi notre programme prévoit d'assurer la bonne mise en œuvre du point de contact central au sein de la Banque Nationale de Belgique afin de garantir une efficacité optimale Le PS veut renforcer la lutte contre les structures offshores qui sont situées dans des pays et des territoires qui peuvent être qualifiés de paradis fiscaux et bancaires. Ces zones abritent en effet de telles structures juridiques et économiques qui organisent des opérations de fraude fiscale. Le PS soutient également l'extension de la directive «épargne» à tous les produits financiers et veut lutter plus efficacement contre les paradis fiscaux à l'intérieur de la zone euro. Le PS propose d'encore d'augmenter les effectifs et améliorer les moyens techniques de l'inspection Spéciale des Impôts, et des services de lutte contre la fraude en général. Le PS souhaite également augmenter le cadre des sections financières des parquets pour assurer un traitement plus rapide des dossiers fiscaux et mettre en œuvre les mesures destinées à éviter la prescription en justice dans les dossiers de fraude. A cet égard, le PS a obtenu des avancées intéressantes, notamment en instaurant une véritable mesure anti abus, en obtenant la levée du secret bancaire, en garantissant la disparition des titres au porteur, en augmentant la capacité de détection des opérations transitant par des paradis fiscaux, en renforçant la loi sur le blanchiment d'argent, en rendant obligatoire la déclaration des produits d'assurances détenus à l'étranger et des structures offshore et en diminuant le montant maximum des transactions en espèces. Le PTB Go! défend une réelle levée du secret bancaire en Belgique (sur le modèle français) en lieu et place de la pseudo levée qui n'a d'ailleurs toujours pas été entièrement mise en œuvre, en l'absence du fichier que devait réaliser la Banque Nationale. Dans la lutte contre la grande fraude, la qualité d'officier de police judiciaire doit être accordée à un nombre suffisant d'agents disposant de bonnes compétences fiscales. Pour lutter contre les paradis fiscaux, il faut d'abord veiller à ce que la Belgique elle même n'en soit plus un. Il faut ensuite contrôler sévèrement les transactions entre les sociétés belges (ou européennes, selon le niveau d'application de la mesure) et des sociétés ou individus situés dans des paradis fiscaux. Par exemple, par une interdiction de toutes les transactions dont l'auteur ne justifierait pas la réalité économique. Enfin, la politique de contrôle bancaire est essentielle en matière de lutte contre les paradis fiscaux. D'où l'importance, d'une part de défendre un secteur bancaire public, d'autre part, d'interdire les hedgefunds et autres fonds de spéculation. UNSP Secteur Finances Questionnaire aux partis politiques : Fiscalité Page 6

7 18. Votre parti est il disposé à établir un cadastre des patrimoines dans toutes les composantes du patrimoine, y compris les propriétés financières? Le cdh n est pas favorable à un cadastre des patrimoines. Ecolo est favorable à un cadastre le plus complet possible en matière de patrimoine et d une plus grande transparence sur les revenus financiers, condition préalable à la globalisation des revenus d un point de vue fiscale (voir question 15). Non, à ce stade, ce cadastre existe déjà via le cadastre immobilier. Le MR est opposé à une augmentation de la pression fiscale globale. Ces cadastres sont donc inutiles à ce stade. Pas de réponse donnée à cette question. Pour le PS, le cadastre des patrimoines est un idéal à atteindre. La mise en œuvre de la levée du secret est une étape importante sur cette voie Le PS soutient également la mise en place d'un cadastre des fortunes Européen pour optimiser l'instauration d'une taxe progressive sur les revenus du capital et un impôt sur la fortune articulé autour d'un socle fiscal commun au niveau européen. Oui, un cadastre des patrimoines est une condition sine qua non pour instaurer une «Taxe des millionnaires». Il permettrait en outre de combattre la fraude fiscale sur une série d'autres impôts. UNSP Secteur Finances Questionnaire aux partis politiques : Fiscalité Page 7

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie?

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? Page 1 sur 9 Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? 2894 avis exprimés Question 1 : D'après ce que vous savez, les mesures contenues dans le "paquet fiscal"

Plus en détail

Pour une réforme fiscale juste. Propositions des réseaux RJF/FAN Colloque Parlement 31 mars 2014

Pour une réforme fiscale juste. Propositions des réseaux RJF/FAN Colloque Parlement 31 mars 2014 Pour une réforme fiscale juste Propositions des réseaux RJF/FAN Colloque Parlement 31 mars 2014 Pour une réforme fiscale juste 1. Pourquoi parler d impôt? 2. Les priorités du RJF/FAN 2.1 Constats et principes

Plus en détail

Une fiscalité juste et équitable. Moins d impôts pour chacun?

Une fiscalité juste et équitable. Moins d impôts pour chacun? Une fiscalité juste et équitable Moins d impôts pour chacun? A quoi sert l impôt? 1. Financement des dépenses publiques. la mission publique de l Etat ne s'arrête plus aux tâches dites régaliennes car

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2)

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) [2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) Par un circulaire précédent, nous vous avons informés sur quelques dispositions de l accord de gouvernement relatives à l

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Redéploiement économique

Redéploiement économique Redéploiement économique FISCALITE Pour un financement socialement juste et solidaire de l économie réelle et de la transition écologique Etat des lieux et horizon politique Etat des lieux : Un système

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181 23 Décembre 2013 ACTUALITES FISCALES ACTUALITES FISCALES Adoption définitive du Projet de Loi de Finances pour 2014 Le Parlement a adopté définitivement jeudi par un

Plus en détail

Nous sommes amenés aujourd'hui à voter le rapport de la Commission mixte chargée de la Réforme fiscale.

Nous sommes amenés aujourd'hui à voter le rapport de la Commission mixte chargée de la Réforme fiscale. 27 février 2014 - Intervention de la sénatrice Vanessa Matz en séance plénière à l occasion des débats portant sur l'approbation du rapport de la Commission mixte chargée de la réforme fiscale Monsieur

Plus en détail

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique?

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Fiscalité de l'épargne (1/2) Le Belge est, d'après les statistiques disponibles, un des meilleurs épargnants d'europe. Pourtant, plus d'un quart

Plus en détail

LIVRET FISCAL 2012 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION

LIVRET FISCAL 2012 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION LIVRET FISCAL 2012 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION FEB ASBL Rue Ravenstein 4, 1000 Bruxelles T + 32 2 515 08 11 F + 32 2 515 09 99 info@vbo-feb.be

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Fraude et évasion fiscales : un sport de riches?

Fraude et évasion fiscales : un sport de riches? Analyses 2014 10 SOCIETE 1 Fraude et évasion fiscales : un sport de riches? La fraude fiscale : un sport national? Les Belges prennent-ils plus volontiers que leurs voisins des libertés avec leur devoir

Plus en détail

F Réforme fiscale A Bruxelles, le 25 novembre 2014 MH/EDJ/JP 724-2014 AVIS. sur

F Réforme fiscale A Bruxelles, le 25 novembre 2014 MH/EDJ/JP 724-2014 AVIS. sur F Réforme fiscale A Bruxelles, le 25 novembre 2014 MH/EDJ/JP 724-2014 AVIS sur LA REFORME ET LA SIMPLIFICATION DE LA FISCALITE : IMPÔT SUR LES PERSONNES PHYSIQUES ET IMPÔT SUR LES SOCIETES Conseil Supérieur

Plus en détail

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 Dans la dernière édition du Moniteur belge de l année 2013, pour respecter les traditions, certaines nouvelles mesures fiscales ont été insérées. Dans ce tax alert nous passons

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Gouvernement fédéral 27/11/2014. Loi-Programme : principales mesures

Gouvernement fédéral 27/11/2014. Loi-Programme : principales mesures Gouvernement fédéral 27/11/2014 Loi-Programme : principales mesures FINANCES 1. Frais professionnels forfaitaires Les charges sur le travail sont trop élevées en Belgique. On a veillé à une augmentation

Plus en détail

«Quelle fiscalité pour le capital à risque?»

«Quelle fiscalité pour le capital à risque?» Réception de Nouvel An «Quelle fiscalité pour le capital à risque?» Bruno Colmant Administrateur délégué d Euronext Belgique, Docteur en Economie Appliquée (ULB) Membre du Conseil Supérieur des Finances,

Plus en détail

Fiscalité patrimoniale

Fiscalité patrimoniale Fiscalité patrimoniale Suggestions pour une future réforme fiscale Commission parlementaire mixte sur la réforme fiscale 18 novembre 2013 François Parisis Maître de conférences Plan Préambule : quel pourrait

Plus en détail

SYNTHESE DE L ETUDE. A paraître dans La Revue de droit fiscal du 29 juillet 2011

SYNTHESE DE L ETUDE. A paraître dans La Revue de droit fiscal du 29 juillet 2011 1 Prof. Dr. (HDR) Eric PICHET. Professeur à BEM Bordeaux Management Schoool Chercheur-associé au LAREFI de Bordeaux IV eric.pichet@bem.edu SYNTHESE DE L ETUDE A paraître dans La Revue de droit fiscal du

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

Questionner la fiscalité belge. Un enjeu pour le mouvement social

Questionner la fiscalité belge. Un enjeu pour le mouvement social . Un enjeu pour le mouvement social Xavier Dupret (CFS asbl) En mars 2012, CFS organisait une formation Le matériau qui a été accumulé pour réaliser cette formation a permis la réalisation de cette analyse.

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit Aspects internes & internationaux Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Céline VIESSANT Frédéric MEGE 1 Introduction Comme souligné

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Lutter contre la fraude et l évasion fiscales

Lutter contre la fraude et l évasion fiscales Lutter contre la fraude et l évasion fiscales Contribution de la Commission au Conseil européen du 22 mai 2013 Lutter contre la fraude et l'évasion fiscales Contribution de la Commission au Conseil européen

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale?

Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale? Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale? La commission européenne a publié le 25 novembre 2013 une proposition de modification de la directive n 2011/96/UE, autrement

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

L'évasion fiscale vit-elle ses dernières heures?

L'évasion fiscale vit-elle ses dernières heures? L'évasion fiscale vit-elle ses dernières heures? Le combat contre le phénomène de l'évasion fiscale n'a jamais été aussi prononcé qu'en cette année 2013 L'enquête Offshore Leaks a mis au grand jour les

Plus en détail

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE?

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? Prof. Dr. Isabelle Richelle Co-Présidente Tax Institute de l Université de Liège Isabelle.Richelle@Ulg.ac.be Collège Belgique Bruxelles, 5 décembre 2013 SOUVERAINETE

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

Comparaison des programmes des partis en matière de protection sociale, fiscalité et financement de la protection sociale

Comparaison des programmes des partis en matière de protection sociale, fiscalité et financement de la protection sociale Fondation Travail-Université asbl Comparaison des programmes des partis en matière de protection sociale, fiscalité et financement de la protection sociale Véronique ORUBA - Avril 2003 - Chaussée de Haecht,

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé?

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? FAQ - TAX REFORM 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? Il faut, pour ce faire, procéder en deux temps. Dans un premier temps, il faut exclure, du montant total des

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS

FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS V INTRODUCTION 1 PREMIÈRE PARTIE TRAITEMENT FISCAL DES SALARIÉS FRANÇAIS EXPATRIÉS Chapitre 1 : En droit interne

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES Réforme globale du Code Général des Impôts Fiche technique thématique Mesures Modalités pratiques Objectif poursuivi 1 Crédit d impôt pour investissement (Impôt

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir de Genève?

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir de Genève? Secrétariat du Grand Conseil QUE 72-A Date de dépôt : 15 mai 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir

Plus en détail

ECOLOGISTE ET SOCIAL

ECOLOGISTE ET SOCIAL Page 1 ********** POUR UN PACTE DE RESPONSABILITE ECOLOGISTE ET SOCIAL Exposé des motifs Le 14 janvier le Président de la République présentait ses vœux à la presse. A cette occasion il a détaillé ses

Plus en détail

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat Prof. dr. Marc Bourgeois (ULg Tax Institute) CESW Lundi 16 mars 2015 Plan 1. Le cadre institutionnel

Plus en détail

Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME

Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME Le Conseil des Ministres a approuvé ce vendredi 27 février le «Plan fédéral pour les PME» porté par le MR par l intermédiaire du Ministre des

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015

en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015 en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015 soutenir l'emploi et augmenter le pouvoir d'achat objectifs 1 2 3 4 5 6 7 Respecter nos engagements budgétaires Soutenir

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

1/ SORTIR DE LA ZONE EURO? Le DESASTRE!

1/ SORTIR DE LA ZONE EURO? Le DESASTRE! 1/ SORTIR DE LA ZONE EURO? Le DESASTRE! 1) Un Désastre pour l économie française : Dévaluation obligatoire du nouveau franc (sans parler des coûts de réintroduction d une monnaie) Les marchés exigeront

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Quelques remarques générales à propos. de la responsabilité civile des administrateurs d une ASBL dans le monde du sport

Quelques remarques générales à propos. de la responsabilité civile des administrateurs d une ASBL dans le monde du sport Quelques remarques générales à propos de la responsabilité civile des administrateurs d une ASBL dans le monde du sport I. Introduction : Le rappel des règles ci-dessous ne concerne que les associations

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Aperçu de la fiscalité française

Aperçu de la fiscalité française Aperçu de la fiscalité française AGENDA 1) Notion de domicile fiscal et de «résident» de France, 2) Principaux impôts français pour les «résidents» 3) Régime fiscal des retraités ONU et «institutions spécialisées»

Plus en détail

CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014

CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014 CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014 1 Impacts des suppression de personnel sur les contrôles fiscaux - La suppression de postes a des conséquences sur les contrôles fiscaux effectués.

Plus en détail

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Ce document a été réalisé sur la base des études du Président de la Commission des Finances, Didier MIGAUD 1 1 2 3 4 5 Le bouclier fiscal

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

Test électoral 2014 de la RTBF

Test électoral 2014 de la RTBF ÉLECTIONS 2014 Test électoral 2014 de la RTBF L AVIS DES PRINCIPAUX PARTIS FRANCOPHONES EN MATIÈRE DE MOBILITÉ NIVEAU FÉDÉRAL Les voitures de société doivent être taxées plus fortement Il s agit avant

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL

L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL 1 L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL UNE PREMIÈRE IMPRESSION POUR LA PLANIFICATION FINANCIÈRE Après des semaines de travail acharné et à la suite des accords de gouvernement conclus dans les trois régions

Plus en détail

Liste des promesses tenues*

Liste des promesses tenues* 331 Culture Démocratiser l'accès au multimédia. I. CHANGEONS LA VIE QUOTIDIENNE DES FRANÇAIS.7. Assurer notre rayonnement culturel.nous porterons le budget de la culture à 1% du budget de l'etat. Nous

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

Réforme de la fiscalité du patrimoine. Contribution du groupe Nouveau Centre

Réforme de la fiscalité du patrimoine. Contribution du groupe Nouveau Centre Réforme de la fiscalité du patrimoine Contribution du groupe Nouveau Centre Février 2011 1 2 Sommaire Sommaire... 3 Introduction : équité fiscale et efficacité économique... 4 I- Une suppression du bouclier

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Nous ne développerons pas ici l allègement des pactes «Dutreil», ni la définition plus large des biens professionnelles, mesures fort bienvenues.

Nous ne développerons pas ici l allègement des pactes «Dutreil», ni la définition plus large des biens professionnelles, mesures fort bienvenues. DROIT ET FINNCE DROIT ET FINNCE DROIT ET FINNCE Les Défis de mai 2011 N 3 La newsletter de DFi vocats SPECIL PROJET LOI REFORME L ISF : RIEN NE S OPPOSE L INVESTISSEMENT DNS LES PME Le projet de «loi de

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail