COMME traditionnellement pour ce premier numéro de l année, nous vous

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMME traditionnellement pour ce premier numéro de l année, nous vous"

Transcription

1 L'ESSENTIEL DE LA VEILLE RÉGLEMENTAIRE ET FISCALE DU MÉTIER TITRES N 17 Mars 2014 ////// ÉDITO COMME traditionnellement pour ce premier numéro de l année, nous vous proposons un décryptage des lois de finances et de financement de la sécurité sociale votées fin Certaines des dispositions que nous vous avions présentées en octobre ont été confirmées, en particulier la réforme du régime d imposition des plus-values. Des nouveautés sont apparues, comme la restriction de placement des droits et bons de souscription dans les PEA ou les PEA-PME. A l heure où nous écrivons ces lignes, le décret précisant les conditions d éligibilité des titres au PEA-PME et les obligations incombant aux titulaires et aux gestionnaires de comptes PEA-PME vient d être publié. Les modalités pratiques de mise en œuvre de ces obligations restent à préciser. Au-delà des mesures fiscales françaises, les conditions d entrée en vigueur de FATCA se précisent. En effet, l administration française a, sans attendre l aboutissement des travaux sur l échange automatique d information tant au sein de l OCDE que de l Europe, choisi pour le reporting FATCA les formats de fichier validés dans le cadre de ces travaux. Enfin, nous faisons le point sur les conséquences du report de planning du projet d harmonisation européenne des processus OST. Je vous souhaite une bonne lecture. Marc Cattelin Directeur d EuroTitres SOMMAIRE Achevé de rédiger le 5 mars 2014 FISCALITÉ Réforme du régime d imposition des plus values de cession de valeurs mobilières p. 2 à 4 Réforme de l exit tax Principales dispositions de la LFSS 2014 Aménagement du régime du PEA p. 5 à 7 ACTUALITÉ FATCA H2D/HDR TTF p. 8 DÉPARTEMENT EUROTITRES BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

2 Imposition des plus-values de cession de valeurs mobilières pour les particuliers : une nouvelle réforme LA loi de finances pour 2014 a, une nouvelle fois, réformé le régime d imposition de ces plus-values. Quels sont les objectifs et caractéristiques de ces évolutions? Interview et décryptage. Trois questions à Komla Fiawoo Expert fiscaliste à la Direction fiscale de Natixis Membre du groupe «Observatoire de la fiscalité» de l AFTI Pourquoi ce régime d imposition est-il réformé? Le gouvernement souhaite promouvoir l investissement long terme des particuliers dans les actions et titres assimilés. Les plus-values de cession de valeurs mobilières réalisées par les particuliers sont déjà, depuis le 1 er janvier 2013 et à quelques exceptions près, imposées au barème progressif de l impôt sur le revenu après déduction d un abattement pour durée de détention. La loi de finances pour 2014 remplace l abattement prévu par la loi de finances pour 2013 par deux nouveaux régimes plus favorables. Les contribuables peuvent donc bénéficier de ces nouveaux dispositifs d abattement sur certaines plus-values réalisées depuis le 1 er janvier Quel est le périmètre visé par ce nouveau régime? Le dispositif porte sur l imposition des plus-values de cession de valeurs mobilières réalisées par des particuliers. Concernant les valeurs, il s agit des gains nets de cession à titre onéreux : d actions ou de parts de sociétés, de droits portant sur ces actions ou parts, de titres représentatifs de ces actions, parts ou droits, des cessions ou rachats d actions ou de parts d OPCVM s ils sont investis à hauteur d au moins 75 % en parts, en actions de sociétés, ou en droits portant sur ces actions ou parts, des cessions ou rachats de parts de FCPR, FCPI et de fonds professionnels de capital investissement. Les distributions, à compter du 1 er janvier 2013, de plus-values nettes de cession par un OPCVM ou par certains OPC français ou par des entités étrangères de même nature, sont également concernées. Il en est de même pour les distributions de plusvalues de cession de titres effectuées par un fonds de placement immobilier (FPI), les distributions d une fraction des actifs de FCPR et les plus-values nettes de cession distribuées par les sociétés de capital-risque (SCR). En revanche, bien que touchant des actions ou des titres assimilés, n entrent pas dans ce dispositif les gains nets issus du retrait, du rachat ou de la clôture d un PEA avant 5 ans ; les gains d acquisition constatés lors de l attribution d actions gratuites ; les gains de levée d options sur titres (lorsque l option a été attribuée après le 20 juin 2007) ainsi que les gains de cession de titres acquis en exercice de droits de bons de souscription de parts de créateurs d entreprises (qui bénéficient de leur propre régime fiscal). Sont également exclus les profits financiers réalisés à titre occasionnel par les personnes physiques sur les marchés financiers à terme, (même si les sous-jacents sont des actions ou des titres assimilés), les gains de cession ou de remboursement d obligations, les plus-values de cession de parts émises par des fonds communs de créance et les plus-values de cession de parts de fonds commun d intervention sur les marchés à terme (FCIMT). Pouvez-vous nous en dire plus sur l abattement pour durée de détention? Les textes prévoient deux régimes d abattement : un abattement de droit commun (régime général) et un régime incitatif, avec des taux d abattement supérieurs, visant à favoriser la création et le développement des PME 1 (abattement renforcé). Niveau d abattement par durée de détention des titres Durée de détention Régime général Régime incitatif < 1 an Aucun Aucun 1 an durée < 2 ans 50 % 2 ans durée < 4 ans 50 % 4 ans durée < 8 ans 65 % Durée 8 ans 65 % 85 % 1 PME : entreprise employant moins de 250 salariés, réalisant un chiffre d affaires n excédant pas 50 millions d euros ou ayant un total de bilan inférieur à 43 millions d euros. 2 ////////////// LÉGIS N 17 //// MARS 2014

3 Ces abattements s appliquent aussi bien aux plus-values qu aux moinsvalues de cession de titres et ne concernent que l impôt sur le revenu. Ils ne sont pas applicables pour l imposition aux prélèvements sociaux et à la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus. Quel que soit le régime, général ou incitatif, la durée de détention des titres cédés est calculée de la date de leur acquisition à celle de leur cession. L abattement du régime général est nul pour une durée de détention inférieure à 2 ans, égal à 50 % pour une détention comprise entre 2 et 8 ans et de 65 % à partir de huit ans de détention. Ces taux d abattement s appliquent depuis le 1 er janvier Le régime incitatif prévoit un abattement renforcé de 50 % pour une période de détention d au moins 1 an, de 65 % pour une période de détention comprise entre 4 et 8 ans et de 85 % à partir de 8 ans de détention. Il s applique aux : cessions, à compter du 1 er janvier 2013, de titres de PME souscrits ou acquis dans les 10 années de leur création et respectant certaines conditions, cessions, à compter du 1 er janvier 2014, de titres de PME par des dirigeants partant à la retraite, cessions, à compter du 1 er janvier 2014, au sein du groupe familial, de participation excédant 25 % des droits dans les bénéfices sociaux. A noter : ce dispositif d abattement renforcé vient remplacer des régimes spécifiques préexistants tels que : - l exonération concernant les cessions, à compter du 1 er janvier 2013, de titres de jeunes entreprises innovantes, - l abattement d un tiers par année de détention au-delà de la cinquième année pour les dirigeants de PME partant à la retraite, à compter du 1 er janvier 2014, et le report d imposition sous condition de réemploi des fonds, - l exonération des cessions, à compter du 1 er janvier 2014, au sein d un groupe familial. Repères Evolution de régimes incitatifs entre 2013 et 2014 Cession de titres de jeunes entreprises innovantes* Plus-values réalisées en 2013 Plus-values réalisées en 2014 Les cessions de titres de jeunes entreprises innovantes* sont, sous certaines conditions et sur option du cédant, exonérées d impôt sur le revenu. Les gains nets issus de la cession de titres de jeunes entreprises innovantes* sont imposables après application de l abattement renforcé. *PME créées depuis moins de 8 ans, détenues à hauteur de 50 % au moins soit par des personnes physiques, soit par des entités spécifiques (entreprises du secteur du capital risque, certaines associations...) et qui engagent des dépenses R&D représentant au moins 15 % de leurs charges fiscalement déductibles. Dirigeants partant à la retraite Plus-values réalisées en 2013 Plus-values réalisées en 2014 Les gains nets sont imposables après application d un abattement pour durée de détention égal à un tiers par année de détention des titres ou droits cédés au-delà de la 5 e année. Ils sont exonérés au-delà de 8 ans de détention. Les gains nets réalisés à partir du 1 er janvier 2014 par les dirigeants de PME partant à la retraite bénéficient d un abattement fixe de euros puis de l abattement majoré. La durée de détention est décomptée à compter du 1 er janvier de l année d acquisition ou de souscription des titres ou droits cédés. La durée de détention est décomptée à compter de la date d acquisition ou de souscription des titres ou droits cédés. Cessions intrafamiliales Plus-values réalisées en 2013 Plus-values réalisées en 2014 Les cessions de titres et droits de sociétés européennes soumises à l impôt sur les sociétés ou à un impôt équivalent sont exonérées sous certaines conditions, notamment lorsque la participation détenue par le groupe familial excède 25 % des droits dans les bénéfices sociaux de la société dont les titres sont cédés et lorsqu elles sont réalisées au profit d un ou des membres du groupe familial. Les plus-values sont imposables à l impôt sur le revenu après application du dispositif d abattement renforcé. En cas de revente, même partielle, des titres par un membre du groupe familial à un tiers dans les 5 ans de la cession, la plus-value de cession intrafamiliale est réduite de l abattement de droit commun et devient imposable en totalité au nom du premier cédant au titre de l année de la revente au tiers. LÉGIS N 17 //// MARS 2014 ////////////// 3

4 Focus Déduction des réductions d impôt lors du calcul des gains Les contribuables ayant bénéficié d une réduction d impôt prévue à l article 199 terdecies-0-a du Code général des impôts (notamment dans le cadre de l investissement au capital des PME ou de la souscription en numéraire de parts de FCPI, FIP, FIP Corse ou FIP DOM) lors de l acquisition ou de la souscription des titres cédés ou rachetés, doivent diminuer le prix d acquisition de leurs titres cédés du montant de la réduction d impôt obtenue. Exceptions à l imposition au barème progressif de l impôt sur le revenu Deux catégories de gains échappent à la généralisation de l imposition au barème progressif. Il s agit des gains nets réalisés en cas de : - retrait, rachat ou clôture d un PEA qui sont imposables au taux proportionnel de 22,5 % si le retrait, le rachat ou la clôture intervient avant l expiration de la 2 e année, au taux de 19 % si le retrait, le rachat ou la clôture intervient entre 2 et 5 ans. Pour mémoire, au-delà de 5 années de détention, les gains du PEA sont exonérés d impôt sur le revenu, - cession des titres acquis en exercice de droits de bons de souscription de parts de créateurs d entreprises qui sont imposables au taux de 19 % ou 30 % lorsque le bénéficiaire exerce son activité dans la société depuis moins de 3 ans à la date de la cession. Cas particuliers de plus-values réalisées par des non-résidents - les personnes ont détenu, avec leur groupe familial, plus de 25 % des droits dans les bénéfices sociaux des parts ou actions de l OPCVM ou du placement collectif au cours des 5 années précédant la distribution > les plusvalues, éventuellement réduites de l abattement de droit commun pour durée de détention, subissent un prélèvement de 45 %. Ces revenus étant imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu, le contribuable personne physique peut demander le remboursement de l éventuel excédent de prélèvement sur le montant d IR calculé au barème progressif en intégrant ces distributions (réduites le cas échéant de l abattement) aux autres revenus de source française. Plus-values distribuées par les SCR au profit de personnes physiques non résidentes Les distributions des SCR réalisées à compter du 1 er janvier 2014 au profit de personnes physiques non résidentes et qui sont prélevées sur les plus-values nettes de cession de titres réalisées par ces sociétés sont désormais soumises à une retenue à la source de 30 % contre 45 % pour les distributions de cette nature réalisées en Cette retenue à la source est de 75 % dans le cas de non-résidents domiciliés dans un ETNC. Ces revenus étant imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu, le contribuable personne physique peut demander le remboursement de l éventuel excédent de prélèvement sur le montant d IR calculé au barème progressif en intégrant ces distributions (réduites le cas échéant de l abattement) aux autres revenus de source française. Distributions à des personnes physiques et morales non-résidentes d actifs de FCPR et de plus-values réalisées par les OPCVM et les placements collectifs Ces distributions d actifs et de plus-values, réalisées à compter du 1 er janvier 2014, relèvent du régime des plus-values mobilières et sont en principe exonérées lorsqu elles sont effectuées au profit de non-résidents, sauf dans les cas suivants : - les personnes physiques ou morales non résidentes bénéficiaires sont domiciliées ou établies dans un Etat ou territoire non coopératif (ETNC) > les plus-values sont alors imposées au taux de 75 % ; 4 ////////////// LÉGIS N 17 //// MARS 2014

5 Elargissement du champ d application de l exit tax LES aménagements apportés par la loi de finances rectificative pour 2013 élargissent le champ d application de l exit tax et adaptent ce dispositif à celui des plus-values de cession de valeurs mobilières et de son mécanisme d abattement pour durée de détention. Le dispositif de l exit tax s applique, depuis le 3 mars 2011, aux personnes physiques qui transfèrent leur domicile fiscal hors de France. Il soumet, à partir d un certain montant, leurs plusvalues latentes sur les droits sociaux, valeurs, titres et droits représentatifs, à l impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux lors du transfert hors de France de leur domicile fiscal. Les mécanismes d abattement pour durée de détention de la loi de finances pour 2014 s appliquent aux plus-values latentes imposées dans le cadre de l exit tax. La loi de finances rectificative pour 2013 prévoit, quant à elle, l élargissement du champ d application de l exit tax dans trois domaines : Abaissement des seuils de déclenchement Le seuil d imposition, qui tient compte de la valeur de l ensemble des participations détenues par le contribuable directement ou indirectement avec les membres de son foyer fiscal, est ramené de euros à euros. Le seuil alternatif, qui tient compte du pourcentage de détention 1 dans les bénéfices sociaux d une société à la date du transfert, est porté de 1 % à au moins 50 %. Élargissement à de nouveaux titres Les titres d OPCVM, de SPPICAV, de certains placements collectifs et d entités étrangères de même nature doivent désormais être pris en compte pour l appréciation des seuils d imposition. Rallongement du délai de conservation des titres après transfert du domicile fiscal hors de France La durée de détention des titres, à l issue de laquelle l impôt sur le revenu afférent à l ensemble des plus-values latentes constatées lors du transfert du domicile fiscal hors de France est dégrevé ou restitué, passe de 8 à 15 ans. 1 par le contribuable directement ou indirectement avec les membres de son foyer fiscal ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Principales dispositions de la LFSS 2014 Prélèvement sociaux et taux historiques L article 8 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2014 réforme le régime social des contrats d assurance vie en supprimant l application des taux historiques pour le calcul des prélèvements sociaux sur certains produits exonérés d impôt sur le revenu. Les gains réalisés dans le cadre du PEA et les produits d épargne salariale, alors qu ils avaient été initialement visés, continueront à bénéficier de ces taux historiques. Mayotte soumise au Code général des impôts à partir du 1 er janvier 2014 Les contribuables de Mayotte sont désormais soumis aux prélèvements sociaux au taux de 15,5 % et recevront, du fait de leur statut de résident, un IFU au titre de l année Pour les revenus du patrimoine (revenus fonciers, plus-values mobilières ), les prélèvements sociaux seront prélevés par voie de rôle par l administration fiscale en 2014 au titre des revenus Pour les revenus de placement (intérêts, dividendes...) le prélèvement sera effectué à la source par les établissements payeurs pour les paiements à compter du 1 er janvier Compte tenu du changement de statut de Mayotte, le revenu fiscal de référence (RFR) des contribuables concernés est réputé nul au titre de l année Les établissements bancaires ont la faculté d appliquer automatiquement la demande de dispense d acompte pour les revenus perçus par les résidents de Mayotte en 2014 et 2015, et ce quel que soit le montant du RFR au titre de 2013 (cf. lettre du 30/01/2014 de la Direction de la législation fiscale à la FBF). Obligations des établissements payeurs : acomptes, déclaration et paiement des prélèvements sociaux La LFSS 2014 simplifie le système d acompte des prélèvements sociaux. Désormais, un seul acompte égal à 90 % de l assiette de référence devra être acquitté le 15 octobre au plus tard (au lieu de l acompte de 80 % de l assiette de référence le 25 septembre et de l acompte de 20 % le 25 novembre). L assiette de cet acompte est étendue à la CRDS. Elle est unique pour l ensemble des prélèvements sociaux. Ces mesures s appliquent à compter du 1 er janvier LÉGIS N 17 //// MARS 2014 ////////////// 5

6 Aménagement du régime du PEA LA loi de finances pour 2014 (article 70) et la loi de finances rectificative pour 2014 (article 13) concrétisent les évolutions du PEA et la création d un PEA dédié au financement des PME et des ETI*, annoncées aux assises de l entrepreneuriat du mois d avril 2013 (voir Légis d octobre 2013). (courriers à la FBF et à l AMAFI). Les droits préférentiels de souscription (DPS) pourront être inscrits puis exercés ou cédés dans un PEA lorsqu ils sont : émis lors d une augmentation de capital réalisée à compter du 1 er janvier 2014 ; attribués au contribuable à raison des titres détenus dans le PEA ; admis aux négociations sur un marché réglementé au sens des articles L421-I ou L422-1 du Code monétaire et financier ou sur un système multilatéral de négociation au sens des articles L424-1 ou L424-9 de ce Code. Evolutions du PEA classique Plusieurs aménagements sont entrés en vigueur au 1 er janvier Augmentation du plafond de versement du PEA Le plafond des versements autorisés dans le PEA est désormais fixé à euros au lieu de euros, sous réserve, pour les PEA existants, qu aucun retrait n ait été effectué. Assouplissement du dispositif pour les produits de titres non cotés A compter du 1 er janvier 2014, les titres négociés sur un système multilatéral de négociation (SMN) français ou européen, comme Alternext à Paris ou l Alternative Investment Market à Londres, sont considérés comme des titres cotés éligibles au PEA. Leurs produits bénéficient donc d une exonération totale d impôt sur le revenu ; l exonération était précédemment limitée à 10 % du prix d acquisition des titres. Inéligibilité des actions de préférence et des droits ou bons de souscription ou d attribution Afin de lutter contre certaines pratiques abusives à fort effet de levier fiscal, l article 13 de la loi de finances rectificative pour 2013 interdit le placement, à compter du 1 er janvier 2014, des actions de préférence, des droits ou bons de souscription ou d attribution dans un PEA. Cette interdiction s applique également au PEA-PME. Elle ne concerne pas les droits ou bons de souscription ou d attribution qui figurent dans un PEA au 31 décembre 2013 et qui peuvent demeurer inscrits au plan. Une application stricte de ces dispositions aurait été lourde de conséquences pour les détenteurs de PEA ou de PEA-PME et la Direction de la législation fiscale a finalement adopté une interprétation plus souple des termes de la loi Le titulaire du PEA est toujours autorisé à exercer les DPS hors du PEA pour souscrire les actions nouvelles concernées dans un compte-titres ordinaire, sans que le transfert de ces droits sur le compte ordinaire n emporte les conséquences d un retrait et sans qu un versement compensatoire sur le plan ne soit exigé. Les cas des droits d attribution, des droits de répartition, voire des droits d option dans le cadre du paiement de dividende en actions demeurent à clarifier par l administration. * Une entreprise de taille intermédiaire (ETI) est une société employant moins de personnes et dont le CA annuel n excède pas 1,5 Md et le bilan 2 Md. 6 ////////////// LÉGIS N 17 //// MARS 2014

7 Création du PEA-PME Une nouvelle catégorie de PEA, destinée au financement en fonds propres des PME et des ETI, est créée à compter du 1 er janvier Son fonctionnement et son régime d imposition sont similaires à ceux du PEA classique. Le PEA-PME présente toutefois certaines particularités : l e plafond des versements est fixé à euros ; il est cumulable avec un PEA classique. L ouverture d un PEA et d un PEA-PME permettra ainsi d effectuer jusqu à euros de versement (respectivement de et euros). Catégories de titres éligibles au PEA-PME Les titres directement émis par des ETI Périmètre Actions ou certificats d investissement de sociétés et certificats coopératifs d investissement (CCI) Parts de SARL ou de sociétés dotées d un statut équivalent Titres de capital de sociétés coopératives qui sont émis par des ETI Les parts et actions d OPCVM de droit français ou d OPCVM européens Condition leur actif doit être composé à plus de 75 % de titres d entreprises éligibles au PEA-PME, dont au moins 2/3 doivent être constitués de titres représentatifs du capital (soit 50 % de l actif total) Les parts de FCPR 1, de FCPI 2 et de FIP 3 Aucun quota spécifique n est exigé 1 FCPR : fonds commun de placement à risque ; 2 FCPI : fonds commun de placement dans l innovation ; 3 FIP : fonds d investissement de proximité. ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Dernière minute : parution le 5 mars du décret PEA et PEA-PME Ce décret précise que : Les organismes gestionnaires de PEA et de PEA-PME, auront à fournir annuellement des données statistiques à la Banque de France. Ces informations sont collectées, pour l année civile précédente, avant la fin du mois de février de chaque année. Concernant les OPCVM éligibles des marchés financiers. Afin de permettre aux porteurs de parts ou actionnaires de justifier de l éligibilité de leur investissement au plan, les organismes gestionnaires des OPCVM devront s engager à respecter les conditions d éligibilité de leurs titres au PEA-PME et le faire savoir via un document destiné aux souscripteurs et produit à l Autorité Les porteurs de parts ou actionnaires des organismes de placement collectif devront se servir de ce document pour justifier de l éligibilité de leur investissement au plan auprès de l administration fiscale (sur demande de celle-ci). C est au titulaire qui demandera l inscription de titres au plan de justifier de leur éligibilité auprès de l organisme gestionnaire. LÉGIS N 17 //// MARS 2014 ////////////// 7

8 ACTUALITÉ La mise en œuvre de FATCA se précise Après un premier report lié au shutdown américain, l accord intergouvernemental (IGA) entre la France et les Etats-Unis a été signé le 14 novembre Une loi de ratification en droit français de l IGA est envisagée dans les prochains mois pour transposer les dispositions et les rendre applicables par les institutions financières implantées en France. Fin 2013, à l issue de cette signature, la Fédération bancaire française (FBF) a récapitulé les principales obligations incombant aux institutions financières implantées en France dans sa communication adhérents n du 23/12/2013. Parmi ces obligations, figure la déclaration annuelle FATCA dont le cahier des charges est en cours d élaboration entre les organisations professionnelles et la Direction de la législation fiscale (DLF). Une version provisoire de ce document devrait être disponible d ici à la fin du 1 er trimestre 2014 avec pour objectif le dépôt du premier fichier de reporting en juin Le format IFU, initialement envisagé, a été abandonné par la DLF au profit du format XML (inspiré des travaux du projet TRACE de l OCDE). La première échéance de mise en application de FATCA, après l enregistrement des institutions financières sur le site de l IRS, est celle du 1 er juillet 2014 avec : la mise en œuvre des procédures d identification des clients pour les comptes ouverts à compter de cette date ; ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Harmonisation des OST : décalage du planning Le projet d harmonisation des OST (communément appelé H2D/HDR*), guidé par la Commission européenne, est un prérequis à la mise en œuvre de la plateforme de règlement-livraison européenne Target 2 Securities-T2S (cf Légis n 14 de janvier 2013). Le 20 janvier dernier, Euroclear a annoncé le report de livraison de deux lots fonctionnels planifiés en 2014 et 2015, ce qui conduit l ensemble de la communauté à réfléchir à une nouvelle planification. Initialement fixée au 6 octobre 2014, la mise en production du 1 er lot, qui couvre les opérations de distribution et de réorganisation obligatoires en titres, pourrait être décalée en mars 2015, avec deux conséquences : ❶ la déconnexion du projet de réduction du délai de règlement-livraison (projet T+2**) auquel il était lié. L entrée en vigueur de ce dernier demeurant programmée en octobre 2014, une révision du cahier des charges T+2, intégrant cette modification, devrait être publiée par le CFONB prochainement ; ❷ le report à une date ultérieure du 2 e lot concernant les OST optionnelles dont le jalon initial était prévu le 23 mars La nouvelle planification de ce lot doit tenir compte de deux enjeux : la nécessité de sécuriser le démarrage de T2S en mars 2016 pour la zone ESES et le respect des contraintes européennes. Le nouveau calendrier sera décidé prochainement en concertation avec les participants Euroclear de la zone ESES et fera ensuite l objet d une communication par Euroclear à ses adhérents. Cette planification sera relayée par l AFTI et le CFONB dans leurs publications dédiées au projet. Les quelques changements touchant les détenteurs de comptestitres, notamment le calendrier de certaines OST et la suppression des rompus, sont donc reportés en *H2D : Harmonisation des Dates de Distribution de titres HDR : Harmonisation des Dates de Réorganisation ** T+2 : projet de règlement-livraison 2 jours après la date de négociation (Trade date + 2), contre 3 aujourd hui le début du processus d identification des comptes ouverts jusqu au 30 juin 2014 ; l application de la retenue à la source FATCA sur les revenus de source américaine pour les institutions financières non participantes, voire les clients récalcitrants dans les pays n ayant pas signé d IGA. /////////////////////////////////// TTF L administration fiscale a publié, le 15 janvier 2014, une nouvelle instruction concernant la Taxe sur les transactions financières (TTF) française, entrée en vigueur le 1 er août Elle fait suite à une consultation de la DLF auprès des organisations professionnelles (AMAFI, FBF) et apporte un certain nombre de précisions sur le champ d application : les droits préférentiels de souscription (DPS) sont désormais exclus du champ de la taxe (ces droits ne sont pas des titres en capital) ; l acquisition de la nue-propriété sur actions et de l usufruit est soumise à la TTF ; lorsque les titres sont détenus au nominatif pur, le redevable est la société émettrice (teneur de comptes) si aucun PSI n intervient dans la transaction ; le fait générateur de la taxe est le transfert de propriété qui correspond au jour du règlementlivraison ; lorsque les transactions sont réalisées par plusieurs PSI pour le compte d un même client, elles ne peuvent pas être agrégées pour calculer une position nette acheteuse unique. 8 ////////////// LÉGIS N 17 //// MARS 2014

9 La lettre électronique LÉGIS est éditée par Natixis, société anonyme à conseil d administration RCS Paris Siège social : 30, avenue Pierre Mendès France, Paris, France. Contact : ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Directeur de la publication : Marc Cattelin Directeur de la publication adjoint : Carine André Secrétariat de rédaction : Nathalie Mathieu Comité de rédaction : Odile Banbuck, Christine Durand, Komla Fiawoo, Véronique Guignepain, Nicolas Marcque, Marie-Claire Michel, Maria Miguel, Sabine Nunguet Conception graphique : direction de la Communication et du développement durable de Natixis Table des illustration : couverture ssguy/shutterstock.com portraits Fabrice Vallon/Natixis visuels intérieurs Shutterstock.com, droits réservés. La rédaction de ce document a été achevée le 5 mars 2014 Son contenu a été élaboré en fonction des éléments portés à notre connaissance et des documents administratifs disponibles à cette date. Il est donc susceptible de révisions ultérieures. Siège opérationnel : Département EuroTitres 10-12, avenue Winston Churchill Charenton-le-Pont Siège social : 30, avenue Pierre Mendès France Paris Tél. :

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première LEGIS hors-série Décembre 2012 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres dossier spécial : Projet de Loi de finances 2013 ////// édito Projet de loi de finances 2013 : vers une

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

EN cette période de discussions législatives soutenues autour des projets de loi de

EN cette période de discussions législatives soutenues autour des projets de loi de L'ESSENTIEL DE LA VEILLE RÉGLEMENTAIRE ET FISCALE DU MÉTIER TITRES N 16 Octobre 2013 ////// ÉDITO EN cette période de discussions législatives soutenues autour des projets de loi de finances (PLF) et de

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES

INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES La Loi de Finances pour 2014, publiée au Journal Officiel de la République

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

La version française de la taxe sur les transactions financières

La version française de la taxe sur les transactions financières LEGis hors-série 19 Juillet 2012 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres dossier spécial : taxe sur les transactions financières ////// édito La version française de la taxe

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

loi de finances pour 2013 ////// édito Département EuroTitres Avril 2013

loi de finances pour 2013 ////// édito Département EuroTitres Avril 2013 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres HORS-SéRIE fiscalité Avril 2013 ////// édito L 'année 2012, qui a connu trois lois de finances rectificatives et la loi de finances pour

Plus en détail

a) Les stock options 2 b) Les attributions d actions gratuites 4 c) Les carried interest 5

a) Les stock options 2 b) Les attributions d actions gratuites 4 c) Les carried interest 5 RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES FINANCES, DE L ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET DU CONTRÔLE BUDGÉTAIRE SUR LE PROJET DE loi de finances pour 2013 (n 235), TOME II PAR M. CHRISTIAN ECKERT Rapporteur général,

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte NEWSLETTER 13 164 du 4 janvier 2014 Après nos commentaires consacrés à la loi de finances pour 2014, voici ceux qui

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Les plus-values réalisées par les particuliers à l occasion de la cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux sont en principe imposables à

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2014 ET LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013: LES POINTS PRINCIPAUX A RETENIR

LOI DE FINANCES POUR 2014 ET LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013: LES POINTS PRINCIPAUX A RETENIR LOI DE FINANCES POUR 2014 ET LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013: LES POINTS PRINCIPAUX A RETENIR COMITÉ DIRECTEUR JANVIER 2014 INTERVENTION ÉCONOMIQUE RÉFORME DU RÉGIME D IMPOSITION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 13 DU 9 FEVRIER 2012 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-1-12 INSTRUCTION DU 26 JANVIER 2012 IMPOT SUR LE REVENU. PLUS-VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2012/07/29 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012 O B J E T : Commentaire : - des dispositions

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Stratégie d investissement (1)

Stratégie d investissement (1) Le FCPI s adresse à des investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille en investissant sur le long terme et réduire leur impôt en contrepartie d une durée de blocage de 7 ans, soit jusqu au

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 17/2006

NOTE COMMUNE N 17/2006 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 17/2006 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 23 à 25 de la loi n

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Note sur la fiscalité du Fonds

Note sur la fiscalité du Fonds Note sur la fiscalité du Fonds Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers Aquitaine Pyrénées Languedoc Développement 1 (article L. 214-41-1 du code monétaire et fi

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ACTUALITE PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 I. Quelle imposition pour les plus-values de cession de valeurs mobilières des particuliers

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Taxe professionnelle 2 Impôt de solidarité sur la fortune 4 Editorial Le cabinet Simon Associés s agrandit et développe un pôle fiscal en accueillant Pierrick

Plus en détail

Assemblée Générale Mixte

Assemblée Générale Mixte Assemblée Générale Mixte 25 novembre 2014 Pierre Godé Assemblée Générale Mixte 25 novembre 2014 Jean-Jacques Guiony Contexte de la distribution exceptionnelle d actions Hermès Protocole transactionnel

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Groupement Professionnel des Banques du Maroc Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Guide pratique de place 0 Préambule I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013

SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 Les principales mesures de la loi de finances adoptée pour 2013 modifient la fiscalité personnelle et patrimoniale des personnes

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Groupement Centrale Business Angels

Groupement Centrale Business Angels Groupement Centrale Business Angels Conférence du 30 septembre 2014 Conférence Centrale BA 30/09/14 1 Agenda La fiscalité des Business Angels Témoignage de Centralien Business Angel o Franck Delorme, fondateur

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

FCPI Idinvest Patrimoine N 5

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Profitez d une expertise de premier plan avec Idinvest Partners Un acteur de longue date De nombreuses institutions financières, classées parmi les premières en Europe, font

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine.

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Afin d en profiter, le Plan d Epargne en Actions (1) (PEA) et le Plan d Epargne

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Réduction d I S F au titre des dons effectués au profit de certains organismes d intérêt général

Réduction d I S F au titre des dons effectués au profit de certains organismes d intérêt général Conférence ISF Paris, le 19 mai 2008 Réduction d I S F au titre des dons effectués au profit de certains organismes d intérêt général Article 885-0 V bis A du code général des impôts (CGI) Direction de

Plus en détail

Nouveautés Fiscales 2013-2014

Nouveautés Fiscales 2013-2014 Plus values Mobilières L imposition au barème progressif de l impôt sur le revenu : seule imposition applicable Les plus-values mobilières qui étaient jusqu au 31 décembre 2012 imposées au taux forfaitaire

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 49 DU 3 JUIN 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 F-11-11 INSTRUCTION DU 25 MAI 2011 CONTRIBUTION SALARIALE SUR LES GAINS DE LEVEE D OPTIONS SUR TITRES ET D ACQUISITION

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-4-08 N 61 du 9 JUIN 2008 PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES PAR DES PARTICULIERS. DONS DE TITRES DE SOCIETES ADMIS AUX

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

Déclaration des revenus : le prélèvement forfaitaire non libératoire

Déclaration des revenus : le prélèvement forfaitaire non libératoire Déclaration des revenus : le prélèvement forfaitaire non libératoire Actualité juridique publié le 02/05/2014, vu 11437 fois, Auteur : Fiscalïa A compter du 1er janvier 2013, les revenus de capitaux mobiliers

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

Déclaration des plus ou moins-values réalisées en 2014

Déclaration des plus ou moins-values réalisées en 2014 N 2074 N 11905 * 15 Déclaration des plus ou moins-values réalisées en 2014 distributions de plus-values par un OPCVM ou un placement collectif ; cessions de valeurs mobilières, droits sociaux, titres assimilés

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION 1

SOMMAIRE INTRODUCTION 1 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 I-2-03 N 100 du 4 JUIN 2003 PLAN D EPARGNE EN ACTIONS. ELIGIBILITE DES TITRES DE SOCIETES AYANT LEUR SIEGE DANS UN ETAT DE LA COMMUNAUTE EUROPEENNE,

Plus en détail

Plan Épargne en Actions (PEA)

Plan Épargne en Actions (PEA) Plan Épargne en Actions (PEA) Réveillez le potentiel de votre épargne dans un cadre fiscal avantageux. EN BREF Le Plan d Épargne en Actions est une enveloppe fiscale, composée d un compte titre associé

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DECLARATION n 2041-GL

NOTICE POUR REMPLIR LA DECLARATION n 2041-GL N 2041-GL-NOT (2012) N 50565#12 NOTICE POUR REMPLIR LA DECLARATION n 2041-GL Transfert du domicile fiscal hors de France avant le 1 er janvier 2005 : Plus-values mobilières - Expiration du sursis de paiement

Plus en détail

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011 Les évolutions fiscales de l assurance-vie Suppression de l avantage fiscal sur les versements Fiscalité en cours de vie du contrat Fiscalité en cas de décès Les contrats des non-résidents Sommaire Suppression

Plus en détail

PRISMAFLEX INTERNATIONAL

PRISMAFLEX INTERNATIONAL PRISMAFLEX INTERNATIONAL Société anonyme au capital de 2.374.758 Siège social à Haute Rivoire (69610), 309 Route de LYON CS 50001, Lieudit la Boury 345 166 425 RCS LYON ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières

Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières Version 17 février 2014 Henry Royal Royal Formation Formation & Conseil juridique et fiscal du chef d entreprise 1 Tél : 06 12 59 00 16 contact@royalformation.com

Plus en détail

NOTICE (revenus 2013) DÉCLARATION DES PLUS OU MOINS-VALUES 2074 DÉCLARATION DES PLUS-VALUES EN REPORT D IMPOSITION 2074 - I

NOTICE (revenus 2013) DÉCLARATION DES PLUS OU MOINS-VALUES 2074 DÉCLARATION DES PLUS-VALUES EN REPORT D IMPOSITION 2074 - I N o 2074-NOT N o 50789 # 14 NOTICE (revenus 2013) DÉCLARATION DES PLUS OU MOINS-VALUES 2074 DÉCLARATION DES PLUS-VALUES EN REPORT D IMPOSITION 2074 - I ABRÉVIATIONS ET EXPRESSIONS UTILISÉES CGI Code général

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail