Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up"

Transcription

1 Advisory Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up

2 Préambule Ce document est fondé sur le séminaire OREF du 28 septembre 2010 Yves Grangier Juriste, assistant manager PricewaterhouseCoopers SA, Lausanne

3 Agenda Page 1 Sources 1 2 Principes de base Généralités Au niveau de la société à assainir Actionnaires, associés et tiers indépendants 22 3 Cas pratiques 28

4 Sources 1

5 Section 1 Sources Principales bases légales Impôt sur le revenu / bénéfice : - Art. 31 al. 2 LIFD (PP report de pertes) - Art. 60 lit. a LIFD (PM - apports) - Art. 67 al. 2 LIFD (PM - report de pertes) Droit de timbre d émission : - Art. 6 al. 1 lit. j LT (assainissement lors de restructurations) - Art. 6 al. 1 lit. k LT (assainissement ouvert ou tacite) - Art. 12 LT (remise) 2

6 Section 1 Sources Principales bases légales Impôt anticipé : - Art. 5 al. 1 lit. a LIA (assainissement lors de restructurations) TVA : - art. 18 al. 2 lit. a LTVA (subventions) - Art. 18 al. 2 lit. d LTVA (dons) - Art. 18 al. 2 lit. e LTVA (apports et contributions d assainissement) 3

7 Section 1 Sources Principales circulaires - Circulaire AFC No 32 / 2010 (assainissement de sociétés de capitaux et de sociétés coopératives) - Circulaire AFC No 5 / 2004 (restructurations) - Circulaire AFC No 27 / 2009 (réduction pour participations) - Info TVA No 5 (subventions et dons) 4

8 Principes de base 5

9 Généralités 6

10 Section 2.1 Généralités Généralités Une société de capitaux ou une société coopérative a besoin d être assainie lorsqu elle présente un bilan déficitaire proprement dit. Il y a un bilan déficitaire proprement dit si : «la société ne dispose pas de réserves ouvertes et / ou latentes pour couvrir les pertes comptabilisées». => Le capital-actions est «entamé». NB: différence en matière de droit de timbre d émission (l art. 6 al. 1 lit. j: idem que 725 al. 1 CO) 7

11 Section 2.1 Généralités Besoin d assainissement - Rappel : perte en capital (725 al.1 CO) ACTIFS PASSIFS Capital étranger 3000 Perte au bilan comprise entre 750 et 1500 Capital-actions 1'000 Réserves légales 500 8

12 Section 2.1 Généralités Besoin d assainissement - Rappel : surendettement (725 al.2 CO) ACTIFS PASSIFS Capital étranger 3000 Perte au bilan supérieure à 1500 Capital-actions 1'000 Réserves légales 500 9

13 Section 2.1 Généralités Besoin d assainissement - Notion fiscale: bilan déficitaire proprement dit ACTIFS PASSIFS Capital étranger 3000 Capital-actions 1'000 Perte au bilan sup. à 500 Réserves légales

14 Section 2.1 Généralités Assainissement au sens fiscal Mesures d assainissement : Versements supplémentaires (prestations) qui sont effectués pour éliminer ou réduire un bilan déficitaire proprement dit. Par exemple: Apports à fonds perdus Abandon de créance Réduction de capital suivi d une augmentation subséquente (recapitalisation) 11

15 Section 2.1 Généralités Assainissement au sens fiscal Par contre, ne constitue pas un assainissement au sens fiscal la suppression des pertes par des mesures comptables, telles : - Les réévaluations - La dissolution de provisions - Les réductions de capital, sans augmentation sans subséquente - Les postpositions de créances 12

16 Au niveau de la société à assainir 13

17 Section 2.2 Au niveau de la société à assainir Assainissement au sens fiscal Actionnaire Tiers Société à assainir Société sœur 14

18 Section 2.2 Au niveau de la société à assainir Assainissement au sens fiscal impôts directs Parmi les mesures d assainissement, distinction entre : Bénéfices d assainissement proprement dits : imposables Abandons de créances, prestations à fonds perdus de tiers et subventions (également le cas si les abandons de créances de titulaires de parts sont assimilables à celles des tiers) Les pertes épongées, à charge du bénéficie d assainissement proprement dit, sont considérées comme fiscalement réalisées. 15

19 Section 2.2 Au niveau de la société à assainir Assainissement au sens fiscal impôts directs Bénéfices d assainissement improprement dits : non imposables Réduction de capital et augmentation subséquente, prestations à fonds perdus des actionnaires Les pertes épongées grâce aux bénéfices d assainissement improprement dits sont considérées fiscalement comme ne l ayant pas été. Ces pertes peuvent être revendiquées ultérieurement (si les pertes disparaissent au bilan: bilan commercial bilan fiscal). Si comptabilisation comme «agio», revendication comme apport de capital. 16

20 Section 2.2 Au niveau de la société à assainir Assainissement au sens fiscal impôts directs Distinction pour les abandons de créances En principe : Produit d assainissement : augmentation du résultat imposable que soit le fait d un tiers ou d un actionnaire (proprement dit). Compensation des pertes selon 67 al. 2 LIFD (compensation possible au-delà des 7 ans) 17

21 Section 2.2 Au niveau de la société à assainir Assainissement au sens fiscal impôts directs Distinction pour les abandons de créances Exception : Créance de l actionnaire traitée comme du capital propre dissimulé avant assainissement Actionnaire a consenti un prêt une 1ère fois ou subséquemment en raison de la mauvaise marche des affaires et un tiers ne l aurait pas accordé dans des circonstances identiques. Bénéfice d assainissement non imposable. Pas de compensation des pertes fiscales. 18

22 Section 2.2 Au niveau de la société à assainir Assainissement au sens fiscal droit de timbre d émission Principe: Les versements supplémentaires des actionnaires à la société, sans contre-prestation et sans augmentation du capital sont assimilés à la création de droits de participations (art. 5 al. 2 lit. a LT). Toutefois, en cas d assainissement, des exceptions existent (art. 6 al. 1 lit. j et k LT). 19

23 Section 2.2 Au niveau de la société à assainir Assainissement au sens fiscal droit de timbre d émission Création de droits de participation en cas de reprise d exploitations ou de parties d exploitation de sociétés présentant une perte en capital (725 al. 1 CO) art. 6 al. 1 lit. j LT Assainissements ouverts ou tacites d actionnaires associés jusqu à concurrence de CHF 10 millions art. 6 al. 1 lit. k LT Remise (art. 12 LT)? 20

24 Section 2.2 Au niveau de la société à assainir Considération pratique L actionnaire qui décide d accorder un abandon de créances (qualifié de bénéfice d assainissement improprement dit) ou une prestation à fonds perdu devra faire un choix: Soit il laisse la perte apparente au bilan et enregistre sa prestation en tant qu apport en capital: sa prestation sera en principe soumise au droit de timbre d émission. En revanche, en cas de retour de la société à meilleure fortune, le remboursement ne sera pas soumis à l impôt anticipé. Soit il décide de faire disparaître la perte au bilan: dans ce cas, il pourra en principe bénéficier de l exonération ou d une remise de droit de timbre d émission. En revanche, en cas de retour de la société à meilleure fortune, le remboursement de la société assainie sera soumis à l impôt anticipé. Incidence surtout en cas d actionnaire domicilié à l étranger / PP en Suisse 21

25 Actionnaires, associés et tiers indépendants 22

26 Section 2.3 Actionnaires, associés et tiers indépendants Assainissement au sens fiscal Actionnaire Tiers Société à assainir Société sœur 23

27 Section 2.3 Actionnaires, associés et tiers indépendants Abandons de créances Actionnaire PP Fortune privée Fortune commerciale Assainissement proprement dit Perte en capital privée (non déductible) Amorti dans le compte de résultat Assainissement improprement dit Apport de capital fiscalement neutre Investissement porté à l'actif et amortissement éventuel si besoin Actionnaires PM Amorti dans le compte de résultat (pas d'incidence sur le CI) Investissement porté à l'actif (augmentation du CI) et amortissement éventuel si besoin Tiers indépendants Fortune privée Fortune commerciale Perte en capital privée (non déductible) Charge justifiée par l'usage commercial 24

28 Section 2.3 Actionnaires, associés et tiers indépendants Abandons de créances consentis par une société sœur impôts directs Si l abandon de créances satisfait au principe de la comparaison entre tiers: charge justifiée par l usage commercial Si l abandon de créances ne satisfait pas au principe de la comparaison entre tiers et se fonde sur les rapports d actionnariat: charge non justifiée par l usage commercial (ajout au bénéfice cas échéant). Théorie du triangle (cf. slide suivant) 25

29 Section 2.3 Actionnaires, associés et tiers indépendants Abandons de créances consentis par une société sœur impôts directs Actionnaire Société à assainir Société sœur 26

30 Section 2.3 Actionnaires, associés et tiers indépendants Abandons de créances droit de timbre d émission consentis par les actionnaires/associés En principe soumis, sauf si ces abandons entrent dans la franchise de l art. 6 al. 1 lit. k LT (+ remise éventuelle). consentis par une société sœur En principe, le droit de timbre d émission n est pas dû, sauf si on est en présence d une manœuvre pour éluder le droit de timbre d émission. consentis par des tiers indépendants En principe, le droit de timbre d émission n est pas dû (sauf cas d abus de droit). 27

31 Cas pratiques 28

32 Section 3 Cas pratiques Cas 1 Situation initiale M SA F1 SA F2 SA Société à assainir 29

33 Section 3 Cas pratiques Cas 1 M SA Liquidités 100 Fonds étrangers 60 Prêt F1 SA 20 Prêt F2 SA 50 Capital-actions 50 Part. F1 SA (CI. 60) 0 Agio 50 Part. F2 SA (CI. 80) 80 Réserves légales/ 90 bénéfice F1 SA Actifs 80 Prêt M SA 20 Perte 60 Prêt F2 SA 10 Autres fonds 50 étrangers Capital-actions 30 Agio F2 SA Prêt F1 SA 10 Prêt M SA 50 Autres actifs 190 Capital-actions 80 Agio 15 Rés. légales 40 Rés. libres/bén

34 Section 3 Cas pratiques Cas 1 1. Versement à fonds perdu de l actionnaire M SA L actionnaire M SA effectue un versement à fonds perdus en faveur de sa société fille F1 SA d un montant de MCHF 70. Hypothèse: on s attend à une perte supplémentaire de MCHF

35 Section 3 Cas pratiques Cas 1: propositions de solution impôts directs Au niveau de F1 SA Comptablement: pertes et profits, plutôt qu en compensation de la perte au bilan Fiscalement: bénéfice d assainissement improprement dit Surplus d assainissement: réserve d assainissement Comptabilisation sur un compte spécial possible (pas de compensation de la perte) Pertes compensées comptablement : reportables (pendant 7 ans) 32

36 Section 3 Cas pratiques Cas 1: propositions de solution impôts directs Au niveau de M SA Comptablement: pertes et profits Fiscalement: charge généralement acceptée Reprise d amortissement (art. 62 al. 4 LIFD) ne peut être exclue Fiscalement (CI), comptabilisation en deux opérations: o Augmentation de la valeur du compte «participation F1 SA» o Amortissement pour un montant correspondant du compte participation Coût investissement total (130) = valeur d acquisition F1 SA (60) + contribution d assainissement (70) Contribution d assainissement par des actionnaires: CI 33

37 Section 3 Cas pratiques Cas 1: propositions de solution impôts directs Bilans M SA Liquidités 30 Fonds étrangers 60 Prêt F1 SA 20 Prêt F2 SA 50 Capital-actions 50 Part. F1 SA (CI. 130) 0 Agio 50 Part. F2 SA (CI. 80) 80 Réserves légales/ 20 bénéfice F1 SA Actifs 150 Prêt M SA 20 Perte 0 Prêt F2 SA 10 Autres fonds 50 étrangers Rés. d'assain. 10 Capital-actions 30 Agio F2 SA Prêt F1 SA 10 Prêt M SA 50 Autres actifs 190 Capital-actions 80 Agio 15 Rés. légales 40 Rés. libres/bén

38 Section 3 Cas pratiques Cas 1: propositions de solution impôt anticipé Aucune conséquence en matière d impôt anticipé 35

39 Section 3 Cas pratiques Cas 1: propositions de solution droit de timbre d émission Décompte du DTE Perte au bilan 60 Réserves à disposition de la société - 30 Mesures d assainissement pouvant bénéficier d allégements 30 Versement de l actionnaire 70 Franchise selon art. 6, al. 1, let. k LT - 10 Remise - 30 Montant sur lequel le DTE est en principe dû 40 (Si la perte de 10 est constatée les mois suivants le DTE sera finalement dû sur 30) 36

40 Section 3 Cas pratiques Cas 2 Abandon de créance par l actionnaire M SA M SA abandonne, entre autres mesures, sa créance envers F1 SA pour un montant de MCHF 20. Au moment de l octroi du prêt, la situation de F1 SA était saine. 37

41 Section 3 Cas pratiques Cas 2 M SA Liquidités 100 Fonds étrangers 60 Prêt F1 SA 20 Prêt F2 SA 50 Capital-actions 50 Part. F1 SA (CI. 60) 0 Agio 50 Part. F2 SA (CI. 80) 80 Réserves légales/ 90 bénéfice F1 SA Actifs 80 Prêt M SA 20 Perte 60 Prêt F2 SA 10 Autres fonds 50 étrangers Capital-actions 30 Agio F2 SA Prêt F1 SA 10 Prêt M SA 50 Autres actifs 190 Capital-actions 80 Agio 15 Rés. légales 40 Rés. libres/bén

42 Section 3 Cas pratiques Cas 2: propositions de solution impôts directs Au niveau de F1 SA Comptablement: produit au compte de perte et profits La prestation de M SA peut être considérée comme étant consentie entre tiers. Elle n est donc pas une contribution de l actionnaire. Fiscalement: bénéfice d assainissement proprement dit Pertes reportées: compensables sans limites dans le temps 39

43 Section 3 Cas pratiques Cas 2: propositions de solution impôts directs Au niveau de M SA Comptablement: charge au compte de perte et profits Fiscalement: abandon de créance: bénéfice d assainissement proprement dit, pas d augmentation du CI 40

44 Section 3 Cas pratiques Cas 2: propositions de solution Impôt anticipé Aucune conséquence en matière d impôt anticipé Droit de timbre d émission Abandon de créance de l actionnaire de 20 Même besoin d assainissement que variante précédente (30) Consommation de la franchise de 10 millions Remise au sens de l art. 12 LT sur les 10 autres millions 41

45 Merci de votre attention! This publication has been prepared for general guidance on matters of interest only, and does not constitute professional advice. You should not act upon the information contained in this publication without obtaining specific professional advice. No representation or warranty (express or implied) is given as to the accuracy or completeness of the information contained in this publication, and, to the extent permitted by law, PricewaterhouseCoopers AG, its members, employees and agents do not accept or assume any liability, responsibility or duty of care for any consequences of you or anyone else acting, or refraining to act, in reliance on the information contained in this publication or for any decision based on it All rights reserved. In this document, refers to PricewaterhouseCoopers AG which is a member firm of PricewaterhouseCoopers International Limited, each member firm of which is a separate legal entity.

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable www.pwc.ch/academy Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable 31 mai 2013 Marc Secretan Table des matières 1. Vue d ensemble 2. Dispositions 3. Présentation des comptes a. Bilan

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 Intervenant André Maeder Partner Transaction Services Responsable du département de Transaction

Plus en détail

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 L impératif du développement durable va transformer tous les secteurs économiques Capacité écologique

Plus en détail

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 Bâle III n est qu une des réglementations à venir Toute une série d autres initiatives font

Plus en détail

Paying Taxes 2010 The Global Picture

Paying Taxes 2010 The Global Picture Paying Taxes 2010 The Global Picture Introduction : Les Intervenants Philippe Durand Avocat Associé Landwell & Associés Nicolas Jacquot Avocat Associé Landwell & Associés Arnaud Chastel Avocat Associé

Plus en détail

Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise

Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise www.pwc.ch/academy Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise 26 septembre 2012 Centre Patronal Programme 17h00 Introduction Dino Venezia, Président de la Fédération patronale

Plus en détail

www.pwc.co.uk La transparence budgétaire pour une meilleure gouvernance publique en Tunisie November 2013

www.pwc.co.uk La transparence budgétaire pour une meilleure gouvernance publique en Tunisie November 2013 www.pwc.co.uk La transparence budgétaire pour une meilleure gouvernance publique en Tunisie Plan 1. Introduction: le projet budgétisation et gouvernance publique transparente en Tunisie 2. Le plan du rapport

Plus en détail

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès Agenda 1- Pourquoi la bancassurance? 2- La bancassurance dans le monde 3- Les modèles de la bancassurance

Plus en détail

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale Business Strategy Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale 4e étude mondiale sur les web-acheteurs Agenda Page 1 Le digital au cœur du parcours d achat 1 2 Dynamisme du commerce en ligne

Plus en détail

1. Vue d ense d mble m PwC Diapositive 3

1. Vue d ense d mble m PwC Diapositive 3 www.pwc.com 27 novembre 2012 Jean-Sebastien Lassonde Xavier Franquet Jean-Baptiste Bluche 1. Vue d ensemble Diapositive 3 1. Vue d ensemble Type d investisseur Compagnies d assurance Propriétaires Portefeuilles

Plus en détail

Global State of Information Security Survey 2013. Antoine Berthaut Director Business Technology

Global State of Information Security Survey 2013. Antoine Berthaut Director Business Technology Global State of Information Security Survey 2013 24 mai 2013 Etat des Lieux dans le monde, en Europe et en Suisse Antoine Berthaut Director Business Technology Que se passe-t-il? Mai 2013 2 Florilège d

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

A v a n t a g e s e n n a t u r e

A v a n t a g e s e n n a t u r e 17/06/2015 www.bdo.lu A v a n t a g e s e n n a t u r e L imposition des avantages en nature au Luxembourg est basée sur le principe général selon lequel tous les avantages, tant en espèces qu en nature,

Plus en détail

La Certification DGNB «Deutsches Gütesiegel für Nachhaltiges Bauen»

La Certification DGNB «Deutsches Gütesiegel für Nachhaltiges Bauen» www.pwc.com/lu/sustainability «Deutsches Gütesiegel für Nachhaltiges Bauen» Agenda Les critères du système DGNB Avantages d une Certification DGNB Projets actuels «certification DGNB» 2 «Deutsches Gütesiegel

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC)

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Le 30 janvier 2015 Yi-Xin Tseng Corporate Tax Senior Manager Agenda 1. Principe de déterminance 2. Obligation

Plus en détail

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Nouvelles règles au 1 er janvier 2014 MEMENTO MARS 2014 www.bdo.lu 1 5 Mars 2014 Nouvelle convention fiscale entre

Plus en détail

ALM, vision économique vs comptable. Vague de changements pour l assurance. Problématiques d adéquation actif/passif

ALM, vision économique vs comptable. Vague de changements pour l assurance. Problématiques d adéquation actif/passif www.pwc.com ALM, vision économique vs comptable Vague de changements pour l assurance Projet de norme IFRS Assurance Problématiques d adéquation actif/passif Travaux récents de l IASB Juin 2012 2 «Une

Plus en détail

LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014. www.bdo.lu

LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014. www.bdo.lu LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014 www.bdo.lu 1 11 Introduction Cher client, La loi concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures a

Plus en détail

Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles Des conseils pour bien choisir

Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles Des conseils pour bien choisir Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles Des conseils pour bien choisir Emanuelle Brulhart Senior Manager Titulaire du brevet d avocat 30 mars 2012 Audit.Tax.Consulting.Corporate

Plus en détail

Quelques aspects fiscaux du financement

Quelques aspects fiscaux du financement Petit-déjeuner des PME 28 septembre 2012 Quelques aspects fiscaux du financement Vincent Thalmann Agenda Capital propre dissimulé (I à V) Structure simplifiée du bilan Exemple d endettement admis Détermination

Plus en détail

QUELQUES QUESTIONS CHOISIES AUTOUR DU CONTRAT DE VENTE (GARANTIE, VENTE PAR INTERNET, ETC.)

QUELQUES QUESTIONS CHOISIES AUTOUR DU CONTRAT DE VENTE (GARANTIE, VENTE PAR INTERNET, ETC.) QUELQUES QUESTIONS CHOISIES AUTOUR DU CONTRAT DE VENTE (GARANTIE, VENTE PAR INTERNET, ETC.) Petit déjeuner des PME & start-up, 28 juin 2013 Karim Piguet, LL.M. Page : 1 PLAN I. Introduction II. III. IV.

Plus en détail

Circulaire no. 39. Imposition des options destinées aux actionnaires. 1. Introduction. Impôt fédéral direct Impôt anticipé Droits de timbre

Circulaire no. 39. Imposition des options destinées aux actionnaires. 1. Introduction. Impôt fédéral direct Impôt anticipé Droits de timbre Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Impôt anticipé

Plus en détail

3. La restructuration de l entreprise

3. La restructuration de l entreprise . La restructuration de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1.1. La transformation Définition: Par une transformation, une société peut changer sa forme juridique. Ses rapports juridiques ne

Plus en détail

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II?

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? Conseil juridique et fiscal Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? 2008 PricewaterhouseCoopers. All rights reserved. PricewaterhouseCoopers refers to the network of member

Plus en détail

Le système de contrôle interne

Le système de contrôle interne Le système de contrôle interne Vendredi 27 février 2009 Muriel Sella Bassoli Titulaire du brevet d avocat Tax and Legal services Clémentine Largeteau Manager, Audit services 1 Les petits déjeuner des PME

Plus en détail

MEMENTO AVRIL 2010. www.bdo.lu

MEMENTO AVRIL 2010. www.bdo.lu MODIFICATION DES REGLES DE COORDINATION DES SYSTEMES DE SECURITE SOCIALE DANS LES PAYS DE L UNION EUROPEENNE A PARTIR DU 1 er MAI 2010 Règlement CE 883/2004 et règlements d application CE 987/2009 et CE

Plus en détail

Association suisse des experts fiscaux diplômés Conférence du 25 novembre 2010 relative à la LTVA du 12 juin 2009

Association suisse des experts fiscaux diplômés Conférence du 25 novembre 2010 relative à la LTVA du 12 juin 2009 Association suisse des experts fiscaux diplômés Conférence du 25 novembre 2010 relative à la LTVA du 12 juin 2009 Administration fédérale des contributions AFC Jean-Luc Boschung 1 Sommaire Principaux changements

Plus en détail

Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence

Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence Emanuelle Brulhart Senior Manager Titulaire du brevet d avocat 25 janvier 2013 Audit.Tax.Consulting.Corporate

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Aspects fiscaux de la vente et du transfert de participations au sein du groupe

Aspects fiscaux de la vente et du transfert de participations au sein du groupe Pierre-Marie Glauser Aspects fiscaux de la vente et du transfert de participations au sein du groupe Imposition des plus-values (latentes) ou neutralité fiscale? Dans le cadre de la restructuration d un

Plus en détail

Conséquences pratiques de la nouvelle loi sur la TVA Novembre 2009

Conséquences pratiques de la nouvelle loi sur la TVA Novembre 2009 Conséquences pratiques de la nouvelle loi sur la TVA Présentation de la nouvelle loi sur la taxe sur la valeur ajoutée Court aperçu sur les changements essentiels de la nouvelle loi sur la TVA Assujettissement

Plus en détail

Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires

Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires 30 janvier 2015 Petit déjeuner des PME et des start-up FER, Genève Audit.Tax.Consulting.Corporate Finance. Agenda Nouveau droit

Plus en détail

F R A I S D E R O U T E E T D E S E J O U R 2 0 1 4

F R A I S D E R O U T E E T D E S E J O U R 2 0 1 4 13/01/2015 www.bdo.lu F R A I S D E R O U T E E T D E S E J O U R 2 0 1 4 Le remboursement des frais de déplacements professionnels des salariés s effectue au Luxembourg soit sur base des frais effectifs,

Plus en détail

Modalités d'implantation d'une Activité à Madagascar

Modalités d'implantation d'une Activité à Madagascar Modalités d'implantation d'une Activité à Madagascar Aspects sociétaires, réglementaires et fiscaux News Brief Septembre 2013 PricewaterhouseCoopers Tax & Legal MODALITÉS D IMPLANTATION D UNE ACTIVITÉ

Plus en détail

PricewaterhouseCoopers. Normes comptables et évaluation immobilière : Font-elles bon ménage? 25 septembre 2008. *connectedthinking

PricewaterhouseCoopers. Normes comptables et évaluation immobilière : Font-elles bon ménage? 25 septembre 2008. *connectedthinking Normes comptables et évaluation immobilière : Font-elles bon ménage? 25 septembre 2008 *connectedthinking Introduction Principes d évaluation en fonction du cadre comptable de référence Quand est-il nécessaire

Plus en détail

Séminaire du 30 novembre 2010 BIENVENUE à TOUS

Séminaire du 30 novembre 2010 BIENVENUE à TOUS SEMINAIRE FIDag Séminaire du 30 novembre 2010 BIENVENUE à TOUS 1 SEMINAIRE FIDAG SUR LA TVA 2 HISTORIQUE 1995 2001 2010 2011 OTVA remplacement IChA par TVA LTVA Introduction de la Loi + OLTVA nltva Introduction

Plus en détail

ACTUALITÉ FISCALE LUXEMBOURGEOISE

ACTUALITÉ FISCALE LUXEMBOURGEOISE ACTUALITÉ FISCALE LUXEMBOURGEOISE JANVIER 2011 www.bdo.lu 1 6 Mesures fiscales anticrise Dans le cadre des efforts mis en place par le Luxembourg pour réagir aux effets de la crise, de nouvelles mesures

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

Guide. Déclaration 2014 Personnes morales. Impôt cantonal et communal et impôt fédéral direct

Guide. Déclaration 2014 Personnes morales. Impôt cantonal et communal et impôt fédéral direct Guide de la Déclaration 2014 des personnes morales 1 Guide Déclaration 2014 Personnes morales Sociétés à base de capitaux ( sociétés anonymes, sociétés en commandite par actions, S.à r.l ), sociétés coopératives

Plus en détail

Réforme de l imposition des entreprises

Réforme de l imposition des entreprises Réforme de l imposition des entreprises 30 novembre 2010 - Martigny Laurent Tschopp Expert fiscal diplômé lic. oec. HSG Martigny Sion Sierre Crans-Montana Monthey Structure de la présentation Rappel des

Plus en détail

Art. 725 CO : Quand faut-il prendre des mesures? Petit déjeuner des PME et des start-up Olivier Dunant, avocat

Art. 725 CO : Quand faut-il prendre des mesures? Petit déjeuner des PME et des start-up Olivier Dunant, avocat Art. 725 CO : Quand faut-il prendre des mesures? Petit déjeuner des PME et des start-up Olivier Dunant, avocat 2 novembre 2012 2 Perte de capital, art. 725 al. 1 CO Texte légal «S il ressort du dernier

Plus en détail

La fiscalité de la voiture de société Union Wallonne des Entreprises

La fiscalité de la voiture de société Union Wallonne des Entreprises KPMG TAX & LEGAL La fiscalité de la voiture de société Union Wallonne des Entreprises Guy Pierson 9 octobre 2009 BELASTINGCONSULENTEN / CONSEILS FISCAUX / TAX ADVISERS Dans le chef de l employeur Frais

Plus en détail

Service de la promotion économique Genève : Petit déjeuner du 28 mai 2010

Service de la promotion économique Genève : Petit déjeuner du 28 mai 2010 INDIRECT TAX SERVICES TVA: focus sur quelques évolutions concernant les PME et les start-up Service de la promotion économique Genève : Petit déjeuner du 28 mai 2010 Patrick Conrady Associé Thèmes choisis

Plus en détail

Flash News. Circulaire du directeur des contributions 95/2 du 31 décembre 2010

Flash News. Circulaire du directeur des contributions 95/2 du 31 décembre 2010 www.pwc.lu Flash News Circulaire du directeur des contributions 95/2 du 31 décembre 2010 7 avril 2011 Un nouveau régime fiscal destiné aux salariés internationaux remplissant certaines conditions augmente

Plus en détail

Aspects fiscaux de l entreprise

Aspects fiscaux de l entreprise Séminaire PME et indépendants Banque Cantonale de Genève Aspects fiscaux de l entreprise questions choisies (impôts directs) Séminaire du 4 septembre 2012 Alexandre Faltin Avocat, diplôme d études supérieures

Plus en détail

Imposition partielle des rendements provenant de participations détenues dans la fortune privée et limitation de la déduction des intérêts passifs

Imposition partielle des rendements provenant de participations détenues dans la fortune privée et limitation de la déduction des intérêts passifs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l'impôt fédéral direct, de l'impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne, 16

Plus en détail

Sommaire. inconvénients. 1. Principes juridiques. 3. Questions fiscales 4. Conclusion. Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007

Sommaire. inconvénients. 1. Principes juridiques. 3. Questions fiscales 4. Conclusion. Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007 Aperçu des avantages et des inconvénients nients du choix de la forme juridique (raison individuelle / SA ou Sàrl) Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007 Nicolas Cottier Avocat Sommaire 1.

Plus en détail

Les Matinées du patrimoine. Le transfert de patrimoine commercial Aspects fiscaux. Prof. Yves Noël

Les Matinées du patrimoine. Le transfert de patrimoine commercial Aspects fiscaux. Prof. Yves Noël Les Matinées du patrimoine CENTRE DE DROIT NOTARIAL Le transfert de patrimoine commercial Aspects fiscaux par Prof. Yves Noël Avocat, Professeur à l Université de Lausanne 1 Plan CENTRE DE DROIT NOTARIAL

Plus en détail

Guide. Déclaration 2013 Personnes morales. Impôt cantonal et communal et impôt fédéral direct

Guide. Déclaration 2013 Personnes morales. Impôt cantonal et communal et impôt fédéral direct Guide de la Déclaration 2013 des personnes morales 1 Guide Déclaration 2013 Personnes morales Sociétés à base de capitaux ( sociétés anonymes, sociétés en commandite par actions, S.à r.l ), sociétés coopératives

Plus en détail

Séminaire de formation Nouvel Acte Ohada sur le Droit des Sociétés Commerciales et du GIE : Ce qu il faut savoir!

Séminaire de formation Nouvel Acte Ohada sur le Droit des Sociétés Commerciales et du GIE : Ce qu il faut savoir! Séminaire de formation Nouvel Acte Ohada sur le Droit des Sociétés Commerciales et du GIE : Ce qu il faut savoir! 30 Avril 2014 Le Méridien Re Ndama Libreville, Gabon Bienvenue Séminaire de formation Nouvel

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

Droits de timbre fédéraux. Aide-mémoire Avec modifications au 1er janvier 2007

Droits de timbre fédéraux. Aide-mémoire Avec modifications au 1er janvier 2007 Droits de timbre fédéraux Aide-mémoire Avec modifications au 1er janvier 27 Droits de timbre Les informations ci-après donnent un aperçu général du droit de timbre d émission, du droit de timbre de négociation

Plus en détail

Stock options et attribution gratuite d actions

Stock options et attribution gratuite d actions Stock options et attribution gratuite d actions 1 Christophe de Kalbermatten, Avocat Python & Peter 5 Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Stock options A. Définition B. Graphique C. Différentes stock options

Plus en détail

Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013

Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013 Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013 changements importants? Sommaire Principes Bilan Compte de résultat Annexe Flux de trésorerie Rapport annuel Positions choisies Fiscalité 1 Principes

Plus en détail

Holding patrimoniale pour succession d entreprise

Holding patrimoniale pour succession d entreprise Holding patrimoniale pour succession d entreprise Andreas Berger Aperçu des conséquences fiscales en cas de transmission d entreprise I. Transmission à titre gratuit II. Transmission à titre onéreux 1

Plus en détail

Nature Capitale Lyon Bilan Carbone

Nature Capitale Lyon Bilan Carbone www.pwc.com Nature Capitale Lyon Bilan Carbone juin 2011 Sommaire 1. Contexte et objectifs 1. Eléments de contexte 2. Objectifs du Bilan Carbone 2. Méthodologie 1. Le Bilan Carbone de l ADEME 2. Périmètre

Plus en détail

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014 Petits déjeuners des PME & Start-up Vendredi 31 janvier 2014 Réforme de la Fiscalité des Entreprises III Markus F. Huber, Partner Karen Simonin, Partner Agenda Situation actuelle Rapport de l organe de

Plus en détail

Office de la Promotion Economique du Canton de Genève

Office de la Promotion Economique du Canton de Genève Office de la Promotion Economique du Canton de Genève Aspects fiscaux et comptables du 2ème pilier Florian Magnollay Expert-comptable diplômé Expert diplômé en finance et controlling Partner, Ernst & Young

Plus en détail

Art. 725 CO - Comment s en sortir et l éviter? CimArk - Rencontre de l incubateur the Ark Avril 2009

Art. 725 CO - Comment s en sortir et l éviter? CimArk - Rencontre de l incubateur the Ark Avril 2009 Art. 725 CO - Comment s en sortir et l éviter? CimArk - Rencontre de l incubateur the Ark Tables des matières 1. Concept a) Art. 725 CO b) Perte de capital c) Surendettement 2. Mesures d assainissement

Plus en détail

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch AUDIT Le nouveau droit comptable Comptes annuels illustratifs kpmg.ch 2 KPMG Le nouveau droit comptable: comptes annuels illustratifs Table des matières Remarques préliminaires et hypothèses 3 Comptes

Plus en détail

Mesures d assainissement Petit déjeuner des start-up à la FER Genève

Mesures d assainissement Petit déjeuner des start-up à la FER Genève 30 septembre 2011 Mesures d assainissement Petit déjeuner des start-up à la FER Genève Olivier Dunant, avocat Plan Mesures d assainissement 1. Perte de capital et surendettement (art. 725 CO) 2. Mesures

Plus en détail

Informations pratiques relatives au traitement fiscal des Limited Liability Companies américaines (USA) en matière d impôts directs

Informations pratiques relatives au traitement fiscal des Limited Liability Companies américaines (USA) en matière d impôts directs CONFERENCE SUISSE DES IMPOTS SCHWEIZERISCHE STEUERKONFERENZ CONFERENZA FISCALE SVIZZERA Union des autorités Vereinigung der schweiz. Associazione delle fiscales suisses Steuerbehörden autorità fiscali

Plus en détail

Imposition directe des PME en droit federai

Imposition directe des PME en droit federai Pierre-Alain Loosli Avocat, Chargé d'enseignement à l'université de Genève Imposition directe des PME en droit federai (avec référence au droit genevois) Staempfli Editions SA Berne 2005 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Principe de l apport en capital. 17 janvier 2012 Groupe Mutuel, Martigny Yves Darbellay

Principe de l apport en capital. 17 janvier 2012 Groupe Mutuel, Martigny Yves Darbellay Principe de l apport en capital 17 janvier 2012 Groupe Mutuel, Martigny Yves Darbellay Agenda Principe Conditions Comptabilisation Procédure Questions choisies Conclusion 2 Principe 3 Principe Le remboursement

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et start-ups. Bases de l assujettissement et déduction de l impôt préalable. Katharina Blattner 27 novembre 2015

Petit déjeuner des PME et start-ups. Bases de l assujettissement et déduction de l impôt préalable. Katharina Blattner 27 novembre 2015 Petit déjeuner des PME et start-ups Bases de l assujettissement et déduction de l impôt préalable Katharina Blattner 27 novembre 2015 Sommaire SUJET 3 types d assujettissement pour sociétés suisses 3 Assujettissement

Plus en détail

Et si ma voiture se mettait à parler à la vôtre?

Et si ma voiture se mettait à parler à la vôtre? Et si ma voiture se mettait à parler à la vôtre? Automotion Fleet Club 25 Mars 2014 Bruno Magal Agenda Etapes de l évolution 1. Equipement 2. Connectivité 3. Intelligence Impact sur le secteur automobile

Plus en détail

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? PETIT DÉJE JEÛNER DES PME & START-UP séminaire du 23.3.2007 DÉPARTEMENT DES FINANCES Administration

Plus en détail

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir?

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Muriel Sella Bassoli, titulaire du brevet d avocat, LLM Senior Manager, Département juridique et fiscal Blaise Praz, titulaire du brevet d avocat Consultant,

Plus en détail

XXXXXX. Information préalable au 31.12.2002. Base individuelle / Entreprise. Cochez la case appropriée d'une X

XXXXXX. Information préalable au 31.12.2002. Base individuelle / Entreprise. Cochez la case appropriée d'une X Banque nationale suisse Direction de la statistique Saisie des données Case postale Bon de livraison pour disquettes (FRIN) A imprimer et joindre à la disquette Raison sociale Adresse NPA Localité Collaborateur

Plus en détail

FRAIS DE ROUTE ET DE SEJOUR APPLICABLES A COMPTER DE JANVIER 2014 MEMENTO JANVIER 2014. www.bdo.lu

FRAIS DE ROUTE ET DE SEJOUR APPLICABLES A COMPTER DE JANVIER 2014 MEMENTO JANVIER 2014. www.bdo.lu FRAIS DE ROUTE ET DE SEJOUR APPLICABLES A COMPTER DE JANVIER 2014 MEMENTO JANVIER 2014 www.bdo.lu 1 11 Janvier 2014 Frais de route et de séjour Applicables à compter de janvier 2014 Table des matières

Plus en détail

Déduction et corrections de l impôt préalable Généralités et nouveautés valables à partir du 1 er janvier 2010

Déduction et corrections de l impôt préalable Généralités et nouveautés valables à partir du 1 er janvier 2010 numéro 1, septembre 2011 www.bdo.ch LETTRE D INFORMATION sur la TVA Déduction et corrections de l impôt préalable Généralités et nouveautés valables à partir du 1 er janvier 2010 1. Quels sont les impôts

Plus en détail

Imposition des frontaliers belges occupés par un employeur luxembourgeois et travaillant au Luxembourg et en Belgique / Etats tiers

Imposition des frontaliers belges occupés par un employeur luxembourgeois et travaillant au Luxembourg et en Belgique / Etats tiers Imposition des frontaliers belges occupés par un employeur luxembourgeois et travaillant au Luxembourg et en Belgique / Etats tiers TAX 25 novembre 2010 Georges Bock Partner Tax, Head of Tax Stéphanie

Plus en détail

Responsabilité des administrateurs

Responsabilité des administrateurs Présentation pour Ideark, Martigny, 31.10.2008 Responsabilité des administrateurs 1. Notion d administrateur 2. Insolvabilité 3. Assurances sociales 4. Impôts 5. Défaut de diligence et de loyauté 6. Responsabilité

Plus en détail

Evolution future du référentiel comptable en Suisse

Evolution future du référentiel comptable en Suisse Evolution future du référentiel comptable en Suisse PETIT DEJEUNER DES PME ET START-UP Service de la Promotion Economique Genève, le 29 juin 2012 Présentateur: Matthias Paffrath, BDO Genève Page 1 EVOLUTION

Plus en détail

Guichet entreprises Petit déjeuner des start-up

Guichet entreprises Petit déjeuner des start-up Guichet entreprises Petit déjeuner des start-up Du rôle et de la responsabilité du Conseil d Administration de la S.A. Lausanne, le 17 janvier 2003 1 Département de l économie, Service de l Economie et

Plus en détail

Résumé du cours «droit fiscal II» 1. Du Prof. Henri Torrione. Universitas Friburgensis. Semestre d été 06 (fiscalité d entreprise)

Résumé du cours «droit fiscal II» 1. Du Prof. Henri Torrione. Universitas Friburgensis. Semestre d été 06 (fiscalité d entreprise) Résumé du cours «droit fiscal II» 1 Du Prof. Henri Torrione Universitas Friburgensis Semestre d été 06 (fiscalité d entreprise) Emmanuel Kilchenmann Rte. du Château 1782 Cormagens +41 79 703 68 01 emmanuel.kilchenmann@bluewin.ch

Plus en détail

Utilisation des véhicules au passage des frontières. Informations douanières pour entreprises et particuliers

Utilisation des véhicules au passage des frontières. Informations douanières pour entreprises et particuliers Utilisation des véhicules au passage des frontières Informations douanières pour entreprises et particuliers Informations douanières pour entreprises et particuliers concernant les véhicules utilisés au

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I : NOTIONS DE BASE SUR LA COMPTABILITÉ ET LE DROIT COMPTABLE SUISSE

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I : NOTIONS DE BASE SUR LA COMPTABILITÉ ET LE DROIT COMPTABLE SUISSE TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... VII SOMMAIRE... IX TABLE DES MATIÈRES... XII BIBLIOGRAPHIE... XXXI ABRÉVIATIONS... XXXIV PARTIE I : NOTIONS DE BASE SUR LA COMPTABILITÉ ET LE DROIT COMPTABLE SUISSE I.

Plus en détail

PARTICIPATIONS DE COLLABORATEUR

PARTICIPATIONS DE COLLABORATEUR PARTICIPATIONS DE COLLABORATEUR ACI - NOVEMBRE 2013 Département des finances et des relations extérieures Administration cantonale des impôts Nouvelles dispositions fédérales entrées en vigueur au 1 er

Plus en détail

Comptabilité des Sociétés

Comptabilité des Sociétés Comptabilité des Sociétés Chapitre I : Affectation des résultats *Définition Le résultat est soit un bénéfice soit une perte. Il n appartient pas à l entreprise mais uniquement à l actionnaire. Ainsi,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable Comité / Vorstand Union des autorités fiscales suisses Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Associazione delle autorità fiscali svizzere Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable Décision

Plus en détail

www.pwc.ch/academy Bienvenue à l Academy de PwC

www.pwc.ch/academy Bienvenue à l Academy de PwC www.pwc.ch/academy Bienvenue à l Academy de www.pwc.ch/academy Parés pour 2012 Apéritif pour les banques et les négociants en valeurs mobilières Une manifestation de l Academy de pour les banques et les

Plus en détail

1 ère partie Les documents de synthèse à analyser

1 ère partie Les documents de synthèse à analyser Principes comptables 1 1 ère partie Les documents de synthèse à analyser Introduction L information comptable a pour objectif de traduire la réalité économique de l entreprise dans les états financiers.

Plus en détail

Imposition des placements collectifs de capitaux et de leurs investisseurs

Imposition des placements collectifs de capitaux et de leurs investisseurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l'impôt fédéral direct, de l'impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne, le

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 10218

Secrétariat du Grand Conseil PL 10218 Secrétariat du Grand Conseil PL 10218 Projet présenté par les députés: M me et MM. Olivier Jornot, Jean-Michel Gros, Ivan Slatkine, Michèle Ducret, Jacques Jeannerat, Guillaume Barazzone, Alain Meylan

Plus en détail

taken by anyone in reliance on the information in this publication or for any decision based on it.

taken by anyone in reliance on the information in this publication or for any decision based on it. This publication has been carefully prepared, but it has been written in general terms and should be seen as broad guidance only. The publication cannot be relied upon to cover specific situations and

Plus en détail

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME?

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Herbert Schaller Etapes Décision du parlement le 23.12.2011 Délai référendaire échu le 13.04.2012 Première partie

Plus en détail

Le nouveau droit comptable. Dispositions transitoires (art. 2 al. 4) AUDIT. Impact sur la présentation des comptes

Le nouveau droit comptable. Dispositions transitoires (art. 2 al. 4) AUDIT. Impact sur la présentation des comptes AUDIT Le nouveau droit comptable Dispositions transitoires (art. 2 al. 4) Impact sur la présentation des comptes annuels lors de la première application kpmg.ch Table des matières 1. Bases légales et remarques

Plus en détail

Loi sur les placements collectifs Traitement fiscal de la Société en commandite de placements collectifs (SCPC)

Loi sur les placements collectifs Traitement fiscal de la Société en commandite de placements collectifs (SCPC) Loi sur les placements collectifs Traitement fiscal de la Société en commandite de placements collectifs (SCPC) Petit-déjeuner PME & start-up du 23 mars 2007 Me Marc-Etienne Pache Docteur en droit, Avocat,

Plus en détail

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Prof. Jean-Pierre Chardonnens Éléments et processus de la comptabilité sont répertoriées dans Les transactions la comptabilité des rapports et les informations sont résumées dans

Plus en détail

CHAPITRE 20. La Société Anonyme

CHAPITRE 20. La Société Anonyme CHAPITRE 20 La Société Anonyme THEORIE : Formée par trois ou plusieurs personnes physiques ou morales. Le capital-actions de peut être inférieur à 100'000., celui-ci doit être libéré au minimum de 20 %

Plus en détail

EXAMEN DE MATURITE 2012 OPTION SPECIFIQUE ECONOMIE ET DROIT GESTION D'ENTREPRISE DONNEE

EXAMEN DE MATURITE 2012 OPTION SPECIFIQUE ECONOMIE ET DROIT GESTION D'ENTREPRISE DONNEE Nom et prénom : No candidat : EXAMEN DE MATURITE 2012 OPTION SPECIFIQUE ECONOMIE ET DROIT GESTION D'ENTREPRISE DONNEE Durée : 160 minutes (2 heures 40 minutes) Matériel autorisé : Calculatrice non programmable

Plus en détail

Résidents Non-Habituels Regime fiscal spécial portugais

Résidents Non-Habituels Regime fiscal spécial portugais Tax Global Employer Services 2015 Résidents Non-Habituels Regime fiscal spécial portugais Ce résumé présente un bref panorama général des principaux aspects et implications du régime des Résidents Non

Plus en détail

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable.

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable. Page 1/31 Lignes 1 Total des fonds propres pris en compte: = 1.4.11 art. 21 à 40 de 1.1 tier 1 (T1) ajustés pris en = 1.4.8 compte: art. 21 à 29 de, art. 31 à 40 de 1.1.1 de base durs (common equity =

Plus en détail

FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE

FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise )

Plus en détail

Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs)

Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs) Relève PME Transmission d entreprises Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs) 10 décembre 2009 Département Office Diplôme d'études supérieures en droit fiscal Titulaire du brevet

Plus en détail