Présenté par F. Breitzer MOUNZEO. Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présenté par F. Breitzer MOUNZEO. Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn)"

Transcription

1 Présenté par F. Breitzer MOUNZEO Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn) 1

2 Sommaire Introduction au système fiscal congolais Première partie: Dispositif juridique Chapitre I : Structure du système fiscal congolais: les différents impôts, droits et taxes Section 1 : Fiscalité de droit commun : Personnes imposables, Revenus imposables, Territorialité, taux d imposition. Section 2 : Fiscalités spécifiques à certains secteurs d activité à caractère domanial Chapitre II : Les mécanismes de contrôle fiscal. * 2

3 Chapitre III : Incitations aux investissements Section 1 : les régimes privilégiés Section 2 : les mesures d incitation Chapitre IV : Conventions fiscales internationales tendant à éviter la double imposition des entreprises en établissant la répartition du droit d imposition entre le Congo et autres les Etats contractants Deuxième partie : Résultats financiers du SFC I - Pression fiscale et contribution des recettes fiscales intérieures au budget de l Etat II - Evolution des recettes fiscales hors pétrole de l Etat 2003 à 2012 III - Evolution des quatre principales recettes fiscales administrées par la DGID 3

4 Introduction au système fiscal congolais Le système fiscal congolais est déclaratif en contrepartie duquel le fisc exerce un droit de contrôle et un droit de reprise sur quatre ans, à moins que le fisc découvre et justifie des manipulations frauduleuses pour permettre un recul de deux ans au-delà de la durée normale du droit de reprise. Ce système fiscal a un dispositif juridique fondé sur la loi. Il constitue la première partie de cette présentation. La deuxième partie est l une des raisons principales de l impôt : contribuer au financement de l économie du pays, autrement dit ce que le dispositif rapporte sur le plan financier. 4

5 Première partie: Dispositif juridique Le dispositif juridique du système fiscal congolais encadre sa structure à travers les différents impôts, droits et taxes qui le composent (I), les mécanismes de contrôle (II), les incitations fiscales pour l attraction des investissements (III) et l évitement des doubles impositions des contribuables (entreprises et citoyens) sous toutes formes (IV). Ce sont là les quatre chapitres qui sous-tendent la 1ère partie. 5

6 Chapitre I :Structure du système fiscal congolais: les différents impôts, droits et taxes Section 1 : Fiscalité de droit commun : Personnes imposables, Revenus imposables, Territorialité, taux d imposition. Parce que l impôt permet de couvrir les dépenses publiques et de réaliser les objectifs économiques et sociaux fixés par la puissance publique, certains impôts sont destinés à alimenter le budget de l Etat ce sont les impôts d Etat- et d autres financent le budget des collectivités décentralisées - ce sont les impôts locaux. 6

7 1.1 Impôts d Etat : Impôts directs et taxes assimilés: A-Impôts directs sur le revenu : IRPP et IS a)irpp: L impôt sur le revenu des personnes (IRPP) est un impôt annuel, général et global sur le revenu des personnes physiques, fondé autour des paramètres suivants : - la notion de foyer fiscal, avec un système de quotient familial dont le nombre de part est plafonné à 6,5, soit dix enfants maximum pour un célibataire ou 9 enfants maximum pour un marié. - la globalisation des revenus après la détermination de chaque revenu catégoriel net imposable ; - la progressivité des taux d imposition variant entre 1% et 45% avec cinq tranches de revenu global : 7

8 1 % à la fraction de revenu n excédant pas FCFA 10 % à la fraction comprise entre et FCFA 25 % à la fraction comprise entre et FCFA 40 % à la fraction comprise entre et FCFA 45 % à la fraction au dessus de FCFA 8

9 - la territorialité : sont imposables au Congo, sous réserve des conventions internationales : Les personnes physiques de nationalité congolaise ou étrangère ayant leur domicile fiscal au Congo ou y résidant habituellement ; Les personnes physiques de nationalité congolaise ou étrangère n ayant ni domicile, ni résidence au Congo, pour autant qu elles ont des revenus réalisés au Congo ou en provenant, et à raison desdits revenus. Le revenu net global imposable est constitué par le total des revenus nets des catégories suivantes : 9

10 1- revenus fonciers ; 2- bénéfices des activités industrielles, commerciales et artisanales ; 3- traitements, salaires, indemnités, émoluments, pensions et rentes viagères ; 4- bénéfices des professions non commerciales et revenus assimilés ; 5- revenus des capitaux mobiliers ; 6- plus-values réalisées par les personnes physiques et assimilées ; 7- bénéfices de l exploitation agricole. 10

11 Ces catégories de revenus sont pour la plus part administrées avec des retenues à la source, qui sont soit libératoire si le bénéficiaire est une personne étrangère (non résidente), et soit un acompte si le bénéficiaire est résidente et donc soumise à l obligation déclarative de l ensemble des revenus gagnés dans l année fiscale. 11

12 Catégories de revenus Type de retenue à la source Taux de la RAS revenus fonciers ; Taxe immobilière 1/12ème des loyers annuels reversés au fisc par le locataire Bénéfices des activités industrielles, commerciales et artisanales ; (BICA) - RAS BIC des BTP (art 185 quinquiès, CGI, tome 1) - 3%, pour entrepreneurs relevant du régime réel ; - 10%, pour les entrepreneurs relevant du régime du forfait. - RAS des non résidents (art. 185 ter) - 20% des revenus réalisés au - RAS sur les paiements effectués par le Trésor Public concernant les livraisons de biens et matériels, les prestations de services et travaux exécutés auprès de l Etat, des collectivités locales et des Etablissements publics (LF 2011) Congo 10% des sommes payées 12

13 Catégories de revenus traitements, salaires, indemnités, pensions et rentes viagères ; Type de retenue à la source Barème progressif IRPP Taux de la RAS Montant variable, retenu mensuellement par l employeur et reversé au fisc(art. 172 et 185 bis, du CGI, T1) bénéfices des professions non commerciales et revenus assimilés ; - RAS BNC (art. 96 CGI, T1) - RAS BNC (art. 42, 47 ter, 48 et 49 du CGI, tome 1) 20% des sommes payées 5% des sommes payées 13

14 Catégories de revenus revenus des capitaux mobiliers ; PV réalisées par les pers. physiques et assimilées ; bénéfices de l exploitation agricole. Type de retenue à la source IRVM libératoire pour les personnes étrangères acompte pour les personnes résidentes Impôt libératoire (art. 185 quater B et C) Pas de RAS Taux de la RAS 20% des sommes payées, reversées au fisc par le payeur 20% de la plus value imposable Néant 14

15 b) L impôt sur les sociétés (IS) Impôts ou taxes Personnes imposables Base imposable Taux d imposition - selon la forme : sociétés de capitaux et assimilées ; Résultat fiscal - 33 % Taux général (droit commun) IS de droit commun IS Forfaitaire - selon l activité : Etablissements Publics avec autonomie financière, sociétés civiles, société de fait - suivant option : société de personnes - Sociétés étrangères - Sociétés de droit congolais ayant un CA pétrolier 70% CA déduction faite des frais de mobilisation et de démobilisation du matériel et du personnel - 30 % pour exploitation immobilière, les mines et les carrières ; - 25 % pour activité agricole, micro finance, et enseignement privé 35% de 22% du CA soit 7,7% du CA 15

16 B- Impôts directs sur le capital (détention et transmission) : FB et NB Détention d un immeuble ou d un terrain : Impôt foncier bâti et impôt foncier non bâti Transmission d un immeuble ou d un terrain : - cession onéreuse (Ventes et autres actes translatifs de propriété ou d usufruit de biens immeubles à titre onéreux):15% (art. 263 du CGI, tome 2) - donation mutation à titre gratuit entre vif ou par décès) : gratuité et 10 à 18% selon les liens de famille (art. 243 et suivants du CGI, tome 2, livre 1) - échange d immeuble : 15 % sur la valeur la plus élevée (art. 224 du CGI, tome 2, livre 1) - Immatriculation au registre foncier (art. 263 bis du CGI, tome 2, livre 1) : 3 % pour les immeubles situés au centre ville, avec un droit minimum de FCFA ; 2 % pour les immeubles situés en zone urbaine et en zone rurale ; 16

17 C- Autres taxes directes assimilées Impôts ou taxes Personnes imposables Base imposable Taux d imposition Taxe unique sur les salaires Taxe de pollution Taxe sur les transferts de fonds Les personnes morales, de droit public ou de droit privé, employant un ou plusieurs travailleurs Entreprises pétrolières et minières en phase de production Donneur d ordre du transfert de fonds Salaires brutes, y compris avantages en nature Chiffre d affaires HT Montant transféré à l étranger hors CEMAC 7% 0,2 % 1% 17

18 Taxe spéciale sur les assurances Personne qui prend la police d assurance Montant de la prime d assurance 5 à 25 % Taux spécifiques : Taxe sur les appareils automatiques (CGI, tome 2, livre 7) L exploitant des jeux Nombre et type de machines ou d appareils procurant les jeux - appareil non électrique : FCFA pour BZV et PNR, FCFA pour les autres localités - appareil électrique : FCFA - machine à sous : FCFA Taxe sur les jeux de hasard et d argent Les exploitants des courses hippiques et des casinos organisant les jeux de hasard et d argent le montant global des enjeux ou sommes misées par les parieurs 10 % TSS ou Impôt Minimum forfaitaire Les sociétés Chiffre d affaires global y compris les produits et profits divers -1% - 2% (si deux déficits successifs) (art.170) Taxe sur les Véhicules de Tourisme des Sociétés Les sociétés Véhicule de moins de 10 ans, suivant puissance fiscale en CV FCFA FCFA (art. 171 F)

19 D-Régimes d imposition : volume du CA et Type d activité exercée Régimes Type de Niveau de chiffre d imposition comptabilité d affaires Réel normal Système normal CA 100 millions FCFA Réel simplifié Système allégé 40 CA < 100 millions FCFA Forfait IRPP = IGF IGF = CA x 10% Système minimal de trésorerie CA < 40 millions FCFA Activités exclues d office - boulangerie ; - BTP ; - Quincaillerie ; - grossistes ; - importateurs ; - pharmaciens. Forfait IS ISF = CA x 7,7% Système normal, à des fins non fiscales - Tout niveau 19

20 Passage d une gestion par type d impôt à une organisation fonctionnelle et par type de contribuables: - Particuliers et professionnels, - Grandes entreprises et - Petites et Moyennes entreprises 20

21 - TVA et droits d accises - Taxe spécifique sur les boissons alcoolisées et le tabac - Droits d enregistrement et de timbres - Autres taxes sur la dépense : taxe sur les billets d avions, taxes sur les assurances, taxe sur les transferts de fonds, etc. 21

22 Impôts ou taxes Personnes imposables Base imposable Taux d imposition taxe sur les billets d avions Taxe sur les transferts de fonds Redevable réel= Le voyageur Redevable légal = Transporteur aérien Redevable réel = Donneur d ordre du transfert de fonds Le billet de voyage aérien Montant transféré à l étranger hors CEMAC Taux spécifique : FCFA en classe 1 ère et affaires ; FCFA en classe éco 1% Taxe spéciale sur les contrats d assurances Redevable légal = Banque ou établissements financiers Redevable réel Personne qui prend la police d assurance Redevable légal = la compagnie d assurance Montant de la prime d assurance 5 à 25 % 22

23 - Patente et Licences : montants spécifiques variables en fonction de la nature d activité, des équipements, de la localité et autres paramètres économiques. - Taxe sur la Valeur Locative des Locaux Professionnels : 10% du loyer annuel ou de la valeur locative annuelle - Centimes additionnels à la TVA : 5% du montant de la TVA - Centimes additionnels à certains droits d enregistrement : 5% du montant des droits d enregistrement - Impôts fonciers bâtis et non bâtis : montant variable, selon les commodités foncières 23

24 2.1 - Fiscalité pétrolière : code des hydrocarbures (loi n du 23 août 1994) - Contrats de concession : IS, redevance minière, redevance superficiaire, bonus - Contrats de partage de production : Profit Oïl, redevance minière, redevance superficiaire, bonus, PID, Fiscalité forestière : code forestier (loi n du 20 novembre 2000) Fiscalité minière : code minier (loi n du 11 avril 2005 portant Code minier) Fiscalité des communications électroniques (LF 2012 rectificative et la LF 2013) 2.5 Fiscalité foncière et domaniale : loi n du 30 décembre 2000 portant régime de la propriété foncière, modifiée par la loi de finances pour 2012 loi n du 26 novembre 2004 portant Code du domaine de l Etat 24

25 - droit de communication, large - droit d enquête, surtout en matière de TVA - système des retenues à la source (Cf. supra): libératoire ou acompte - droit de reprise: 4 ans pour les impôts d Etat (art. 382, CGI, tome 1) 25

26 3 ans pour les impôts locaux (art. 383, CGI, tome1) 5 ans et 30 ans, respectivement en matière des droits d enregistrement et de succession (art. 193, CGI, tome 2, livre 1) - contrôles fiscaux : - Contrôle formel, - Contrôle sur pièces, - Vérification Générale de comptabilité, - Contrôle Spontané, sur la base des déclarations de l année - Contrôle inopiné 26

27 Elles sont fondées sur la charte nationale des investissements. Il y a deux types d avantages : - trois (3) régimes privilégiés : le régime G, le régime S et le régime de la zone de développement préférentielle; - Quatre (4) mesures d incitations : incitation à l exportation, au réinvestissement des bénéfices, l implantation dans les zones enclavées, à l investissement à caractère social et culturel. 27

28 1 - Régime G (Régime de soutien aux grandes entreprises qui réalisent un investissement supérieur ou égal à 100 millions de FCFA) - durée 5 ans; - suspension des droits de douanes ; - exonération des droits d enregistrement à la création d entreprise ; - réduction de 50% des droits d enregistrement pour les augmentations de capital, les fusions de sociétés, les mutations d actions et des parts sociales ; - exonération totale de l impôt ( IS ou IRPP) 28

29 2- Régime S (régime de promotion des PME/PMI qui réalisent un investissement au moins égal à 30 millions et inférieur à 100 millions FCFA) 3 - Régime de la zone de développement préférentielle - durée 5 ans, en plus des avantages du régime G, les entreprises agréées au régime S, bénéficient pendant cinq ans de la réduction des droits d enregistrement pour la création d entreprise, les augmentations de capital, les fusions de sociétés, les mutations des actions et des parts sociales. Toute entreprise exportatrice installée dans les zones franches bénéficie d une modération d impôt et taxes définies par arrêté du ministre en charge des finances 29

30 1. Incitation à l exportation Toute entreprise capable d exporter au moins 20% de sa production bénéficie : - des dispositions du code des douanes de la CEMAC, relatives aux mécanismes du perfectionnement actif ; - de l exonération au cordon douanier, des droits et taxes de sortie à l exportation des produits manufacturés, exceptés la redevance informatique et la taxe statistique ; - de l application du taux zéro de la TVA sur les productions exportées. Toutefois, les produits non transformés restent soumis au régime de droit commun à l exportation. 30

31 2. Incitation au réinvestissement des bénéfices Toute entreprise qui réalise des investissements nouveaux d au moins 1/3 des immobilisations existantes, peut bénéficier de la réduction de 50% de l IS et sur l IRPP au cours des trois années qui suivent la réalisation des investissements, dans les conditions ci-après : - déclaration au secrétariat permanent de la CNI de son plan d investissement ainsi que l état des immobilisations existantes ; - vérification par la CNI de la conformité de la déclaration citée ci-dessus et de la réalisation effective des investissements au cours de l exercice fiscal, respect des engagements pris en matière de création d emploi et d augmentation de la capacité de production de 10% au moins ; 31

32 3. Incitation à l implantation dans les zones enclavées Toute entreprise nouvelle située dans une zone enclavée dont 90% des effectifs de ses unités de production y sont installées, bénéficie d une exonération totale de l IS et de l IRPP au cours des trois premiers exercices et de la réduction de 50% de l IS et de l IRPP, au cours de la 4 e et 5 e année d exercice qui suivent les trois premiers exercices. 4. Incitation à l investissement à caractère social et culturel Toute entreprise agréée au régime G ou S, qui réalise un investissement à caractère social et culturel peut bénéficier d un allègement fiscal défini par arrêté du ministre en charge des finances après décision de la CNI. Il faut noter les avantages additionnels de la zone enclavée et à caractère social et culturels ne sont pas cumulatifs 32

33 1966 : Convention fiscale au sein de l UDEAC /CEMAC 1987 : convention fiscale avec la France 2003 : Convention fiscale avec l Italie 2005 : conventions fiscales avec la Tunisie et l Ile Maurice 2013 : Convention fiscale en cours de négociation avec le Maroc 33

34 I - Projection des recettes fiscales de 2003 à 2013 II - Evolution des recettes fiscales hors pétrole de l Etat 2003 à 2012 III - Evolution des quatre principales recettes fiscales administrées par la DGID 34

35 2003* 2004* 2005* 2006* 2007* 2008* 2009* 2010 * 2011* 2012* 2013** PIB hors pétrole (en milliard FCFA) 1 035, , , , , , , , , , ,4 Part des recettes de la DGID sur l'ensemble des recettes non pétrolières (%) 83,2 72,5 72,5 66,4 72,4 76,6 78,2 79,6 76,1 77,5 78,4 Prévisions des recettes de la DGID (en milliard FCFA) 151,5 146,5 159,0 173,4 193,4 251, ,0 336,0 420,0 472,5 560,5 Taux d'évolution des prévisions de la DGID (en %) -4,72-3,30 8,53 9,06 11,53 29,97 15,77 15,46 25,00 12,50 18,62 Taux de prélèvement des recettes de la DGID par rapport au PIB hors pétrole (%) 14,63 13,28 13,81 13,66 13,90 16,43 17,40 18,27 20,27 20,53 22,10 Taux de prélèvement public sur le PIB (%) 17,6 18,3 19,0 20,6 19,2 21,4 22,2 22,9 26,6 26,5 28,2 35

36 NATURE DES IMPOTS OU TAXES IRPP, y compris IGF et ASDI IS, y compris TSS TVA, y compris rbt crédits TVA Droits d'accises et taxe pollution Taxes sur les salaires Impôt sur Rev. Valeurs Mobilières 20,06% 17,94% 14,95% 16,68% 16,81% 19,99% 17,86% 16,03% 17,33% 17,71% 14,51% 18,42% 22,13% 21,42% 22,10% 23,97% 24,17% 26,16% 25,40% 24,41% 48,80% 44,34% 43,18% 38,28% 39,24% 35,80% 39,54% 39,42% 37,71% 36,57% 5,31% 4,95% 4,95% 5,78% 5,91% 5,14% 4,49% 4,79% 2,63% 2,24% 2,12% 2,34% 2,06% 2,04% 3,03% 3,66% 3,87% 4,35% 3,79% 3,62% 2,46% 2,90% 2,43% 2,80% 2,28% 1,28% 1,66% 1,95% 2,88% 4,50% Droits d'enreg. et de timbre 1,38% 1,12% 0,94% 2,24% 0,88% 1,04% 1,07% 0,80% 0,86% 0,85% Revenus du domaine (hors petrole) 4,14% 3,77% 3,56% 3,30% 3,08% 2,59% 0,61% 0,49% 3,32% 3,07% Autres Impots, droits et taxes 1,24% 4,22% 5,80% 7,46% 6,68% 6,53% 6,73% 6,00% 6,09% 7,03% TOTAL GENERAL 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 36

37 60,00% 50,00% 40,00% 30,00% Série1 IRPP Série2 IS/TS 20,00% Série3 TVA Série4 DA 10,00% 0,00%

38 38

Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12

Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12 Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12 Titre 1 - Impôts directs...12 Chapitre 1 - Impôt sur les sociétés (IS)...12 Section 1 - Généralités...12 Section 2 - Champ d application...12

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

- la fiscalité directe ; - la fiscalité indirecte ; - autres impôts, redevances, droits et taxes, - enregistrement et timbre I - FISCALITE DIRECTE

- la fiscalité directe ; - la fiscalité indirecte ; - autres impôts, redevances, droits et taxes, - enregistrement et timbre I - FISCALITE DIRECTE IMPÔTS ET TAXES APPLIQUES EN GUINEE DERNIERE LOI DES FINANCES 2004 La dernière loi des Finances promulguée le 26 février 2004 a adopté le Code général des impôts qui est composé entre autres titres : -

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

DISPOSITIF FISCAL 2012

DISPOSITIF FISCAL 2012 (REPUBLIQUE DU CONGO Direction Générale des Impôts 1 DISPOSITIF FISCAL 2012 (Mise à jour du 28 février 2012) revenus fonciers ; bénéfices des activités industrielles, commerciales et artisanales ; traitements,

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS... 11 LIVRE 1 - RÈGLES D ASSIETTE ET DE RECOUVREMENT... 11. Partie 1 - Règles d assiette... 11

Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS... 11 LIVRE 1 - RÈGLES D ASSIETTE ET DE RECOUVREMENT... 11. Partie 1 - Règles d assiette... 11 Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS... 11 LIVRE 1 - RÈGLES D ASSIETTE ET DE RECOUVREMENT... 11 Partie 1 - Règles d assiette... 11 Titre 1 - L impôt sur les sociétés... 11 Chapitre 1 - Champ d application...

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007 Estimation de votre impôt sur les revenus 27 21/12/27 Synthèse des données et résultats Données de votre simulation Nombre de parts 1 Revenus net catégoriels Traitements et salaires, pensions et rentes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

FICHE. La présentation du système fiscal français 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT

FICHE. La présentation du système fiscal français 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT La présentation du système fiscal français FICHE 1 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT L impôt constitue un prélèvement pécuniaire obligatoire effectué par l État et les collectivités publiques

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Les avantages de la charte de l investissement

Les avantages de la charte de l investissement Les avantages de la charte de l investissement La charte de l investissement a pour objectif de fixer l action de l Etat en matière de promotion des investissements pour les dix années à venir. Elle remplace

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

Sommaire 1. CODE DES IMPOTS SUR LES REVENUS...9. Titre 1 - Impôt sur les revenus...9. Section 1 - Impôt sur les bénéfices...9

Sommaire 1. CODE DES IMPOTS SUR LES REVENUS...9. Titre 1 - Impôt sur les revenus...9. Section 1 - Impôt sur les bénéfices...9 Sommaire 1. CODE DES IMPOTS SUR LES REVENUS...9 Titre 1 - Impôt sur les revenus...9 Section 1 - Impôt sur les bénéfices...9 Section 2 - Impôt sur les BNC (Abrogé)...25 Section 3 - Impôt unique sur les

Plus en détail

IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL. Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE ... ... ...

IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL. Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE ... ... ... Royaume du Maroc Modèle n ADP010F-10E IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / Direction régionale ou (inter) préfectorale Subdivision Secteur Nom, Prénom(s)

Plus en détail

Sommaire 1. CODE DES IMPÔTS DIRECTS ET INDIRECTS (CIDI)...13. Livre 1 - Assiette et liquidation de l impôt...13. Partie 1 - Impôts directs...

Sommaire 1. CODE DES IMPÔTS DIRECTS ET INDIRECTS (CIDI)...13. Livre 1 - Assiette et liquidation de l impôt...13. Partie 1 - Impôts directs... Sommaire 1. CODE DES IMPÔTS DIRECTS ET INDIRECTS (CIDI)...13 Livre 1 - Assiette et liquidation de l impôt...13 Partie 1 - Impôts directs...13 Titre 1 - Impôts sur les revenus...13 Chapitre 1 - Impôts sur

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DU CONTROLE FISCAL Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code catégorie Nombre

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

APM CONSEILS. MICRO-BIC : PASSAGE AU REGIME REEL Intérêts & risques. Aix en Provence, le 21 février 2013 UNPI 13 AIX EN PROVENCE

APM CONSEILS. MICRO-BIC : PASSAGE AU REGIME REEL Intérêts & risques. Aix en Provence, le 21 février 2013 UNPI 13 AIX EN PROVENCE MICRO-BIC : PASSAGE AU REGIME REEL Intérêts & risques Aix en Provence, le 21 février 2013 UNPI 13 AIX EN PROVENCE SOMMAIRE Intérêts et risques du passage au régime réel : Aide à la décision Impacts fiscaux

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13 Impression : 23/04/13 RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATON ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Gabon. Loi de finances pour 2010

Gabon. Loi de finances pour 2010 Loi de finances pour 2010 Loi n 001/2010 du 15 février 2010 [NB - Loi n 001/2010 du 15 février 2010 déterminant les ressources et les charges de l État pour l année 2010 Promulguée par le décret n 24/PR

Plus en détail

cerfa ANNÉE 2013 N 2048-IMM-SD (03-2013) @internet-dgfip

cerfa ANNÉE 2013 N 2048-IMM-SD (03-2013) @internet-dgfip cerfa N 12359*11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2013 N 2048-IMM-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS D IMMEUBLES OU DE IMMOBILIERS TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Médecin célibataire Avant LF 2014 Après LF 2014 Ecart

Médecin célibataire Avant LF 2014 Après LF 2014 Ecart LA FISCALITE DES LIBERAUX Dans le but de diffuser la culture fiscale, nous avons le plaisir de vous présenter le nouveau régime fiscal des médecins de libre pratique. En tant que profession libérale, les

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

IMPÔT SUR LE REVENU GLOBAL ANNÉE 20...

IMPÔT SUR LE REVENU GLOBAL ANNÉE 20... RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Série G N 1(2000) DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS WILAYA DE Matricule fiscal... Indiquer ci-contre la lettre et le numéro d article de votre imposition établie

Plus en détail

COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN

COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN N 2048_SM-M (07/2012) COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS DE PARTS DE SOCIÉTÉS À PRÉPONDÉRANCE IMMOBILIÈRE Impôt sur le revenu afférent à la plus-value immobilière (CGI

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Introduction à la fiscalité française

Introduction à la fiscalité française Introduction à la fiscalité française Chapitre 1 1 Généralités L impôt est un prélèvement pécuniaire : Requis et Subi par l État ; par les collectivités territoriales (région, département, commune) ; par

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Lettre de demande de données pour l Annuaire des SFP 2014 RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Récapitulatif des modifications apportées au système de classification

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 7

Table des matières. Introduction... 7 Table des matières Introduction... 7 CHAPITRE 1 La déclaration pour l impôt sur le revenu... 9 1. Qui a l obligation de déposer une déclaration pour l impôt sur le revenu?... 10 2. Qui a la possibilité

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

L auto-entrepreneur. Les éléments clés 13/11/14 2

L auto-entrepreneur. Les éléments clés 13/11/14 2 13/11/14 1 L auto-entrepreneur Les éléments clés 13/11/14 2 Hervé ROBERT CMAR BN INTERVENANTS Maître BARUFFOLO Avocat 13/11/14 3 Sommaire Les conditions d accès au régime Les formalités de déclaration

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 : Administration et comptabilité

Table des matières. Chapitre 1 : Administration et comptabilité Table des matières Chapitre 1 : Administration et comptabilité Modes de financement des entreprises............................. 2 Règles de crédit aux entreprises... 4 Garanties demandées par les banques...

Plus en détail

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE Contribuables concernés : Propriétaires bailleurs de locations meublées dont les recettes locatives annuelles sont inférieures à 23 000 (150 870,11 F). Type d avantage

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Réunion d'information 1

Réunion d'information 1 Réunion d'information 1 Introduction Auto-entrepreneur = Immatriculation simplifiée et gratuite + Dispense de collecte de TVA + Régime micro-social simplifié + Sur option : régime micro-fiscal simplifié

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

Guide fiscal des créateurs et gestionnaires des entreprises

Guide fiscal des créateurs et gestionnaires des entreprises Guide fiscal des créateurs et gestionnaires des entreprises Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (IRPP) 1. Personnes imposables: o o Les personnes résidentes en Tunisie. Les personnes non résidentes

Plus en détail

CODES DES IMPOTS. du BURKINA FASO. à jour de la loi de finances pour 2013 présentés par

CODES DES IMPOTS. du BURKINA FASO. à jour de la loi de finances pour 2013 présentés par CODES DES IMPOTS du BURKINA FASO 2013 à jour de la loi de finances pour 2013 présentés par Pierre ABADIE Expert-comptable Conseil juridique préfacés par : Paul P. NIKIEMA Directeur Général des Impôts Nos

Plus en détail

La fiscalité des meublés de tourisme. Serge THOMAS - CERFRANCE

La fiscalité des meublés de tourisme. Serge THOMAS - CERFRANCE 1 La fiscalité des meublés de tourisme Serge THOMAS - CERFRANCE 2 Définition fiscale du Loueur de Meublés TRAITEMENT FISCAL Non professionnelle Location meublée Professionnelle 3 Définition fiscale du

Plus en détail

Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle

Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle Intervenants René KERAVEL Expert-comptable Commissaire aux Comptes Olivier SALAMITO Consultant fiscal Infodoc-experts Sommaire Introduction Spécificités

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 16 /2016

NOTE COMMUNE N 16 /2016 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES NOTE COMMUNE N 16 /2016 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 23 et 27 de la loi

Plus en détail

LA MICRO-ENTREPRISE. Les éléments clés. 19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN

LA MICRO-ENTREPRISE. Les éléments clés. 19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LA MICRO-ENTREPRISE Les éléments clés INTERVENANT Stéphane HERVE CMAR BN SOMMAIRE Les conditions d accès au régime Les formalités de déclaration Les principes du régime de la micro-entreprise Les principes

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 21/01/2011 N : 01.11 LOI DE FINANCES POUR 2011 La loi de Finances pour 2011 a été définitivement adoptée le 15 décembre 2010 et publiée

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965 SOMMAIRE I. LÉGISLATION SPECIALE Loi modifiant le régime des sociétés en matière d impôts sur les revenus et instituant un système de décision anticipée en matière fiscale 24 décembre 2002 Arrêté royal

Plus en détail

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Diplôme de Comptabilité et de Gestion DCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é r e n t i e

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

LOI N 12-12 DU 26 DECEMBRE 2012 PORTANT LOI DE FINANCES POUR L ANNEE 2013

LOI N 12-12 DU 26 DECEMBRE 2012 PORTANT LOI DE FINANCES POUR L ANNEE 2013 LOI N 12-12 DU 26 DECEMBRE 2012 PORTANT LOI DE FINANCES POUR L ANNEE 2013 DISPOSITIONSFISCALES DIVERSES Art.21- les dispositions de l article 6 de la loi n 99-11 du15 Ramadhan 1420 correspondant au 23

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

Loi N 11-16 Du 28 Décembre 2012 Portant Loi De Finances pour 2012 (JO N 72/2011)

Loi N 11-16 Du 28 Décembre 2012 Portant Loi De Finances pour 2012 (JO N 72/2011) Loi N 11-16 Du 28 Décembre 2012 Portant Loi De Finances pour 2012 (JO N 72/2011) IMPOTS DIRECTS ET TAXES ASSIMILEES Art.6- Les dispositions de l article 138 bis du code des impôts directs et taxes assimilées

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2014

LOI DE FINANCES POUR 2014 Note d information du mois de Janvier 2014 Nous vous adressons tous nos vœux de santé, bonheur et prospérité LOI DE FINANCES POUR 2014 FISCALITE DES PARTICULIERS Revalorisation des tranches du barème d

Plus en détail

Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble. 1. Régime des droits de mutation à titre onéreux... 5

Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble. 1. Régime des droits de mutation à titre onéreux... 5 Table des matières Avant-propos.... 1 Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble 1. Régime des droits de mutation à titre onéreux... 5 1.1. Vente d un immeuble.... 5 1.1.1. Taux de droit

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble

Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble Table des matières Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble 1. Régime des droits de mutation à titre onéreux... 2 1.1. Vente d un immeuble... 2 1.2. Apport d un immeuble soumis aux droits

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE EXTRAITS DU N 48 MARS 2012 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Question de bateaux IR : un barème gelé A noter Du crédit pour le bio Page 3 A table! Trois ans de plus Taxi

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Formation Fiscalité. Pascal PERRON Directeur Technique AGA-PL-France

Formation Fiscalité. Pascal PERRON Directeur Technique AGA-PL-France Formation Fiscalité Pascal PERRON Directeur Technique AGA-PL-France 14.04.2015 PARIS Avril 2015 Sommaire Notion de foyer fiscal Principe du calcul de l'impôt Barème et méthode de calcul de l'impôt Charges

Plus en détail

Comment intégrer les nouveautés fiscales dans la gestion de votre patrimoine?

Comment intégrer les nouveautés fiscales dans la gestion de votre patrimoine? Comment intégrer les nouveautés fiscales dans la gestion de votre patrimoine? Il peut paraître difficile de répondre à cette question. En effet, le titre de ces nouveautés est : «le Plafonnement des niches

Plus en détail

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise MICRO ENTREPRISE 06/01/2011 La micro-entreprise n'est pas une structure juridique en soi mais un simple régime fiscal applicable, dans certaines conditions, aux entreprises individuelles. Les bénéfices

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Cas pratique de synthèse BOND

Cas pratique de synthèse BOND Cas pratique de synthèse BOND I. L impôt sur le revenu M. BOND Jean est chef d entreprise. Il détient 60% d une SA assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Marié, M. BOND

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION N 1/2014

LETTRE D INFORMATION N 1/2014 LETTRE D INFORMATION N 1/2014 PRINCIPALES MESURES FISCALES CONTENUES DANS LOI DU PAYS N 2014-18 DU 15 JUILLET 2014 L Assemblée de la Polynésie française a adopté la loi du pays n 2014-18 modifiant le code

Plus en détail

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Françoise HARRIAGUE Pôle Guichet Unique Janvier 2015 Devient le MICRO-ENTREPRENEUR La loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Du 18 juin 2014

Plus en détail