MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES"

Transcription

1 Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de travail N 13 INCIDENCE DE LA FISCALITE DES SOCIETES SUR LA DECISION D INVESTISSEMENT DES ENTREPRISES SENEGALAISES Septembre 2009

2 Incidence de la fiscalité des sociétés sur la décision d investissement des entreprises sénégalaises Septembre 2009 Alsim FALL Kalidou THIAW 1 RESUME : L un des outils généralement privilégiés par les Gouvernements pour stimuler l investissement est la politique fiscale en raison de sa capacité à agir sur le coût du capital. La présente étude cherche à analyser la relation entre les allègements fiscaux accordés par l Etat du Sénégal et la demande d investissement des entreprises. La méthodologie repose sur la théorie du coût d usage qui permet d établir un lien robuste entre la fiscalité et la constitution du stock de capital des entreprises. Pour ce faire, des estimations sont effectuées sur la base d un panel constitué de 37 entreprises circonscrites sur la période Les résultats indiquent qu il existe une relation inverse et significative entre le coût d usage et l investissement, avec des élasticités de court et long terme de l ordre de 1,05 et 1,37. Cependant, malgré la robustesse de ce lien, certains paramètres fiscaux, comme le taux d IS, ont un impact limité sur l investissement. Par contre, il serait mieux d agir sur les crédits d impôts, les droits de douanes ou la patente, afin d obtenir des réactions plus marquées de l investissement. Classification JEL: E62, G31, H25, H32 Mots Clés: Politique Fiscale, Investissement, Coût d Usage, Financement, Rendement du Capital ABSTRACT: One of the favorite tools of Governments in their attempts to stimulate investment is tax policy because of its ability to influence the user cost of capital. This paper analyses the connection between tax reliefs granted by the Senegalese Government and the demand for investment by firms. The methodology implemented rests on the theory of the user cost which allows establishing a robust relationship between taxation and capital accumulation within firms. Therefore, estimations are made based on a panel of 37 firms over the period. Results indicate a significant and inverse relationship between the user cost of capital and corporate investment, with short and long-run elasticities respectively equal to 1.05 and However, despite the robustness of this relationship, some tax parameters, such as the corporate income tax, have a limited impact on investment. On the other hand, it appears that policies aimed at promoting corporate investment would be more effective if tax credits, customs duties or trading license fees were used as levers. JEL Classification: E62, G31, H25, H32 Keywords: Tax Policy, Investment, User Cost, Financing, Capital Return 1 Les auteurs tiennent à remercier la Direction Générale des Impôts et Domaines, en particulier M. Cheikh DIBA, inspecteur des Impôts et Domaines, et ses collègues du Centre des Grandes Entreprises pour leur précieuse collaboration et leur disponibilité à partager les informations nécessaires à la réalisation de cette étude. Les auteurs remercient également M. Sylvain NDIONE et son équipe de la Division des Synthèses Conjoncturelles pour leur contribution à la collecte des données. Naturellement, les points de vue exprimés ainsi que les erreurs éventuelles contenues dans ce document sont du ressort exclusif des auteurs.

3 I INTRODUCTION Les relations entre l investissement en capital et la croissance économique ont été amplement discutées dans la littérature économique. Les économistes ont, en effet, reconnu depuis longtemps que l investissement est une importante source de productivité et de croissance économique. Cette importance grandissante qu a suscitée l investissement depuis la révolution industrielle a donné naissance à une quantité impressionnante de travaux de recherche où l on a exploré le lien existant entre l investissement, la productivité et la croissance économique. Landes (1969) déclarait que «la machine est au cœur de la nouvelle civilisation économique» tandis que Mokyr (1990) qualifiait de «levier de la richesse» la portée technologique transmise par la machine 2. Plusieurs travaux empiriques récemment publiés ont mis en évidence l impact significatif de l accroissement du capital physique sur la productivité des facteurs et sur la croissance économique 3, préconisant ainsi des politiques d envergure de soutien et de promotion de l investissement privé. Fort de tous ces enseignements, le Sénégal a opté depuis son accession à l indépendance, pour une politique d incitation à l investissement privé. A cet effet, il a été mis en place un cadre légal et réglementaire de promotion des initiatives du secteur privé qui vont dans le sens de la création et du développement d entreprises à forte valeur ajoutée, susceptibles d accroître les niveaux de revenu et de bien être des populations. Parmi les mesures prises dans cette optique, les incitations fiscales ont, de façon permanente, occupé une place de choix eu égard à leur nombre et à la densité des avantages qu elles procurent. Les incitations fiscales au secteur privé poursuivent à la fois plusieurs objectifs spécifiques notamment le développement de l industrie lourde de transformation, la promotion des exportations, le développement de la petite et moyenne entreprise (PME), le soutien aux entreprises qui investissent dans l innovation technologique, le soutien au secteur agricole et l appui aux initiatives dans les domaines de la prospection minière et pétrolière. 2 Ce raisonnement se situe parfaitement dans le sillage des idées développées par la théorie de la croissance endogène selon lesquelles il n existe pas d effet de saturation du capital en raison de son influence sur les progrès techniques. Voir Romer (1986, 1987 et 1990), Lucas (1988) and Grossman and Helpman (1991) 3 Voir De Long (1991), De Long et Summers (1991, 1992, 1993 et 1994), Sala-i-Martin (1997), Sargent et James (1997), McGrattan (1998), Li (2002), Hoover et Perez (2004) et Abdi (2004) 1

4 Ainsi, à l instar du code des investissements institué depuis 1962, les régimes et mesures dérogatoires ont, à des degrés divers, concédé des avantages importants au double plan de la fiscalité de porte et de la fiscalité intérieure 4. Il apparait évident que ce dispositif d octroi des avantages fiscaux n est pas sans conséquences sur les ressources publiques puisqu il constitue un important abandon de recettes pour l Etat et les collectivités locales. En réalité, ces nombreuses mesures d incitation fiscale prises dans le cadre de politiques publiques à caractère économique (ou social) sont assimilables à des dépenses budgétaires que l Etat aurait dû déployer pour atteindre ses objectifs. C est à ce titre que toute exonération fiscale qui déroge au droit commun est considérée comme étant une dépense fiscale 5. Par ailleurs, après une longue pratique des politiques fiscales incitatives, il est nécessaire pour les pouvoirs publics d avoir une parfaite lisibilité sur les exonérations accordées par rapport à leurs nombre et volume, aux secteurs ciblés et, d une manière générale, aux effets directs et indirects sur l économie sénégalaise. Seulement, les questions relatives à l évaluation et à l efficacité économique des dépenses fiscales ne sont pas encore traitées avec toute la rigueur qu elles requièrent. En effet, aucune évaluation permettant d appréhender le manque à gagner pour le Trésor public n est à ce jour établie. Il n existe, non plus, aucune évaluation d impact afin de savoir si les objectifs économiques et sociaux poursuivis ont été atteints. Ces questions sont d autant plus pertinentes que le Sénégal est un pays en développement ne disposant que de l instrument fiscal pour mobiliser l essentiel de ses recettes budgétaires 6. De ce fait, toute renonciation à des recettes doit trouver sa justification économique ou sociale pour ne pas être considérée comme une entrave à la solidité financière de l Etat. Cette présente étude s inscrit dans l optique de mesurer l efficacité économique des politiques d incitations fiscales. Plus spécifiquement, l étude cherche à évaluer l incidence des diverses mesures et régimes d allègements fiscaux sur les décisions d investissement des entreprises bénéficiaires. Cette question peut être abordée de façon plus générale, en explicitant la relation qui existe entre la fiscalité des sociétés et leur demande d investissement. Pour ce faire, il est utile de procéder, avant tout, à la détermination du coût d usage du capital qui intègre l ensemble des paramètres fiscaux auxquels l entreprise est soumise pour réaliser un investissement. Ensuite des justifications théorique et empirique pourront être apportées quant 4 Voir l encadré de l annexe I portant sur les mesures dérogatoires du système fiscal sénégalais. 5 L expression «dépenses fiscales» (traduite de l anglais «tax expenditures» a été utilisée pour la première fois en 1967 par le professeur Stanley S. Surrey, alors secrétaire adjoint au Trésor du gouvernement fédéral des Etats- Unis, chargé de la politique fiscale. 6 Les recettes fiscales représentent plus de 95% des recettes budgétaires totales en

5 à l évaluation de l impact du coût d usage sur l investissement. Enfin, la mesure de cet impact, s il est significatif, rendra possible la réalisation de simulations afin d évaluer les différences de performances des régimes fiscaux agréés au Sénégal. La section suivante revient sur la méthodologie de détermination du coût d usage, intégrant l ensemble des charges fiscales de l entreprise. Il est également question, dans cette section, de mettre en évidence les liens théorique et empirique qui existent entre ce coût d usage et la demande de stock de capital. La section III donne une application numérique pour la mesure du coût d usage des entreprises sénégalaises et tente, de façon descriptive, d établir le lien entre ce dernier et la demande d investissement. Ce dernier est évalué de façon plus précise grâce à l analyse économétrique proposée à la section IV. Il s ensuit un exercice de simulation qui vient compléter cette section. Enfin, la conclusion est présentée dans la section V. 3

6 II COÛT DU CAPITAL, FISCALITE ET INVESTISSEMENT II.1 COÛT DU CAPITAL ET FISCALITE La compréhension des liens qui existent entre l instrument fiscal des sociétés et l accroissement du capital est un élément essentiel pour la formulation de politiques économiques. Selon la théorie néoclassique de l investissement, l impact potentiel de la fiscalité sur les dépenses d investissement se manifeste à travers le coût du capital. Les travaux pionniers de cette théorie sont l œuvre de Jorgenson (1963) et de Hall et Jorgenson (1967). Des contributions intéressantes sont également à noter dans ce domaine notamment celles de Poterba (1983), Auerbach (1983), King et Fullerton (1984), Cummins, Hassett, et Hubbard (1996), Devereux, Griffith, et Klemm (2002), Auerbach (2002), Hines (2005) et Parsons (2008). Le coût du capital est le taux de rentabilité minimal exigé par les pourvoyeurs de fonds de l'entreprise (actionnaires et créanciers), en retour de leur investissement. Le fardeau fiscal est un élément qui renchérit le coût du capital. En tenant compte des différents paramètres économiques et fiscaux qui le composent, le coût d usage peut être exprimé comme suit (l annexe II revient amplement sur les détails techniques relatifs à la détermination du coût d usage) : Où q est le prix du capital relativement à celui de la production, π le taux d inflation, δ la dépréciation économique du capital, u taux d impôt sur le bénéfice des sociétés (le taux d IS), A la valeur actualisée de la déduction pour amortissement (DPA), φ le taux des crédits d impôts, ST les taxes affectant l acquisition de biens en capital et enfin, r représente le coût d option de financement ou encore le rendement exigé par les actionnaires et les créanciers, son expression est la suivante : Où θ et c représentent les taux d impôt respectifs sur les dividendes et les droits d enregistrement, et γ celui sur le revenu des intérêts. Le terme β mesure le ratio d endettement de l entreprise tandis que i et ρ désignent respectivement les taux de rémunération des créanciers et des actionnaires. 4

7 Les effets de la fiscalité sur le coût d usage du capital dépendent du type de paramètre fiscal considéré. Sur la base de l équation (1), il est aisé de remarquer que la hausse de certaines variables fiscales réduit systématiquement le coût du capital. C est le cas du crédit d impôt qui réduit le prix d un nouvel investissement de qφu, de la déduction pour amortissement qui diminue les charges fiscales de qau et de la déductibilité des charges d intérêts qui permettent d épargner un montant de qiβu. Par ailleurs, d autres mesures fiscales rendent plus onéreuse l acquisition du capital. Par exemple, les taxes sur les nouveaux investissements (ST) renchérissent le coût du capital et le TEMI. L effet du taux de l IS (u) sur le coût du capital et sur le TEMI est cependant plus complexe à analyser étant données ses interactions avec les autres paramètres fiscaux et économiques. En effet, la réduction de l IS accroît, d une part, le rendement net d impôt d un investissement marginal, ce qui équivaut à une baisse du coût du capital. D autre part, elle augmente le coût du capital en réduisant les bénéfices tirés de l impôt à travers les déductions pour amortissement, les crédits d impôt et les charges d intérêts. Pour estimer l impact net d une baisse du taux de l IS, comme celle intervenue en 2005, sur le coût du capital, il est possible de faire appel à l équation (1), laquelle doit être paramétrée avant et après la réduction du taux de l IS. Cette procédure permet alors de simuler la variation du coût d usage consécutive à une variation du taux de l IS ( CU/ u), tout en maintenant les autres paramètres constants. Cette méthode, appliquée au Canada (voir Parsons, 2008), montre que la réduction de l IS de 7 points de pourcentage annoncée par le Gouvernement en 2000 a réduit le coût du capital des entreprises du secteur des services de 2,4 pourcents. Cette démarche sera adoptée ultérieurement dans le cadre de cette étude 7. 7 Une considération particulière doit être portée à la durée relative (ou le timing) à l application d une réduction du taux d impôt. La littérature économique révèle qu une réduction d impôts progressive et espacée dans le temps a un impact plus élevé sur les incitations à investir qu une réduction immédiate (voir House et Shapiro, 2004). Cet argument repose sur le fait qu une diminution progressive rend optimistes les anticipations des futurs rendements et, de ce fait, incite les investisseurs à mobiliser davantage de capital, tandis qu une réduction immédiate ne profite qu au capital déjà existant. Toutefois, si le Gouvernement revient sur ses promesses de réduction d impôt, la crédibilité de ses annonces futures serait mise en cause, compromettant ainsi les projets d investissement. 5

8 II.2 RELATION THEORIQUE ENTRE LE COÛT DU CAPITAL ET L INVESTISSEMENT Il est bien connu que, d après la théorie néoclassique de l investissement, l entreprise cherchant à maximiser son profit aura recours au capital jusqu à ce que le taux de rendement de la dernière unité de capital investie soit égal à son coût. Formellement, il est d usage d écrire la relation suivante (voir annexe III) : Où représente la productivité marginale du capital (ou encore le rendement du capital), censée être une fonction décroissante du stock de capital K. Le terme CU dénote le coût d usage du capital. Ainsi, toute mesure tendant à faire baisser le coût du capital, telle que la réduction de l impôt sur les sociétés ou la hausse des crédits d impôt, devrait encourager la formation du capital. Cela se manifeste par le fait que, la firme investit davantage et par conséquent diminue la productivité marginale du capital progressivement jusqu à ce qu il atteigne le nouveau coût d usage. Le mécanisme est illustré par le graphique II.1. En prenant l exemple de la réduction de l impôt sur les sociétés (IS) intervenue en 2005, le résultat attendu par l Etat est qu elle permette une hausse de l investissement. En effet, la réduction de l IS ferait passer le coût d usage de CU 1 vers un niveau CU 2 qui lui est inférieur. Le niveau initial de la productivité marginale du capital f (K 1 ) devenant plus élevé que le coût d usage CU 2, le comportement de maximisation du profit de l entreprise la conduit à accroître ses investissements jusqu au point où la productivité marginale est égale au nouveau coût du capital CU 2. Ainsi, le stock du capital passe de K 1 à K 2. 6

9 GRAPHIQUE II.1 : Réduction du coût du capital sur l investissement Il convient toutefois de noter que le graphique II.1 considère que le mouvement du capital vers son niveau optimal K2 est immédiat ; en réalité, comme le précise Parsons (2008), le processus d ajustement du capital est dynamique et peut parfois être long. De plus, cette analyse n est applicable qu aux entreprises dont le principal objectif est la maximisation du profit, ce qui est d ailleurs le cas pour la plupart d entre elles. Cela dit, si la firme poursuit des objectifs autres que le profit, l impact de la taxation sur l investissement devient plus complexe (voir Mintz, 1988). Enfin, la théorie du coût d usage suppose l existence d un marché du capital libre et parfait si bien que les firmes peuvent emprunter et prêter librement pour atteindre leur stock de capital optimal. Cette hypothèse est à nuancer vu que la littérature récente reconnaît les difficultés liées à l asymétrie d information entre les investisseurs externes et les propriétaires et créanciers de l entreprise, laquelle peut contraindre la levée de fonds pour le financement de projets rentables. Il s ensuit que pour les entreprises ayant des contraintes de financement externe, la réduction des taxes stimule également la disponibilité de fonds propres pour venir à bout des dépenses d investissement 8. 8 Certains travaux empiriques, comme ceux de Hall (1992), de Schaller (1993) et de Fazzari, Hubbard et Petersen (1998), ont mis en évidence des asymétries d information sur les contraintes de financement de l entreprise, ce qui se traduit par une dépendance vis-à-vis des fonds internes pour le financement des investissements. 7

10 II.3 RELATION EMPIRIQUE ENTRE LE COÛT D USAGE ET L INVESTISSEMENT Malgré l importance dévolue à la mesure du coût d usage dans l optique d élaborer une politique fiscale appropriée et cohérente, il n existe, à notre connaissance, aucune étude empirique réalisée au Sénégal prenant en compte les caractéristiques fiscales propres à l entreprise selon qu elle bénéficie ou non d un régime dérogatoire spécifique. Autrement dit, la question se pose de savoir si les différents allègements octroyés par la législation sénégalaise dans le cadre de la politique économique de l Etat, ont pu encourager l investissement. La mesure du coût d usage ainsi que son lien avec l investissement en utilisant des données financières des entreprises sénégalaises peut donner des éléments de réponse à ces questions. Si l on admet que les variations du coût d usage du capital indiquent, de façon générale, les conséquences des changements opérés sur les variables fiscales, une question centrale est celle des variations résultantes de l investissement. En effet, l analyse de l impact du coût du capital sur les décisions d investissement de l entreprise constitue l élément fondamental pour la compréhension de l effet de la politique fiscale. Depuis les travaux de Jorgenson (1963) et Hall et Jorgenson (1967), beaucoup d économistes spécialistes des finances publiques se sont intéressés à la relation empirique entre le coût d usage et l investissement. Toutefois, les études ne sont pas tout à fait concluantes. D après les plus anciennes d entre elles, cette relation est très ténue voire inexistante. Ces études sont cependant établies sur la base de statistiques macroéconomiques ; ce qui peut être de nature à compromettre la qualité et la précision des résultats. Chirinko (1993) a passé en revue ces études empiriques et a conclu que la réponse de l investissement au coût d usage était faible et non significative, comparativement aux effets d autres variables telles que le revenu. Selon cet article, une baisse de 10% du coût d usage du capital impliquerait une hausse de l investissement se situant entre 0% et 3%. Les études les plus récentes ont pointé du doigt les difficultés liées à l agrégation des données et ont proposé une approche différente basée sur des statistiques microéconomiques. Dans cette perspective, Chirinko, Fazzari et Meyer (1999) ont utilisé des données d entreprises aux Etats-Unis contenant 26 mille observations et ont trouvé une élasticité statistiquement significative de l investissement par rapport au coût d usage de -0,25. Autrement dit, une diminution de 10% du coût d usage augmenterait l investissement de 2,5%. Dans une étude 8

11 subséquente, Chirinko, Fazzari et Meyer (2002) ont exploité des données plus fines sur les entreprises et ont estimé une élasticité supérieure à la précédente, de l ordre de -0,4. L un des défis les plus importants de la littérature empirique reste la détermination du coût d usage anticipé, défini comme étant un critère fondamental sur lequel l entreprise déroule son programme d investissement à réaliser. Le coût d usage anticipé tient nécessairement compte des promesses du Gouvernement en matière d allègements fiscaux. Ainsi, pour minimiser les erreurs de mesure et, partant, le biais potentiel affectant l estimation de l élasticité de l investissement au coût d usage, certains économistes ont étudié le comportement de l investissement durant des périodes de réforme fiscale. L avantage de choisir de telles périodes est qu elles permettent d observer des changements importants des taux d imposition, minimisant ainsi les erreurs liées à la mesure des coûts fiscaux anticipés. Cette approche est appliquée dans 14 pays de l OCDE par Cumming, Hasset et Hubbard (1996) dans le but d évaluer l impact des réformes fiscales sur l investissement. Leur étude montre que, sur 12 des 14 pays en question, l investissement est significativement sensible à la fiscalité. Plus tard, Chirinko (2002) a montré que l élasticité de l investissement par rapport au coût d usage était de -0,66. Deux études plus spécifiques portant sur l impact des réformes fiscales sont celles menées en Suède en 1991 et aux Etats-Unis en La réforme suédoise, reconnue par Agell et al. (1996) comme étant «la réforme d envergure qu aucun pays industrialisé n ait connue depuis la seconde Guerre Mondiale» 9, a consisté en un élargissement important de l assiette de la TVA, combiné à des réductions substantielles du taux d impôt sur les sociétés et sur le revenu des personnes physiques appartenant aux classes moyenne et supérieure. Auerbach et al. (1995) ont examiné les changements affectant les taux d imposition résultants de cette réforme et ont trouvé qu ils avaient un impact relativement faible sur l investissement. La réforme fiscale intervenue aux Etats-Unis en 1986 a également consisté en des changements notables du code fiscal. En ce qui concerne la fiscalité des sociétés, le taux de l IS a été réduit de 46% en 1985 à 34 % en 1986, la durée d amortissement a été prolongée et les crédits d impôt à l investissement ont été supprimés. Cumming et Hasset (1992) ont étudié la réponse de l investissement à travers l estimation de son élasticité au coût d usage qui est de l ordre de -1,1. Les auteurs ont par ailleurs expliqué que le choix de la période de mise œuvre de la réforme fiscale ainsi que l exploitation des données d entreprise ont permis de réduire les erreurs d estimation. 9 La traduction vient de l expression des auteurs : The far-reaching reform in any industrialized country in the post-war period 9

12 L estimation de l impact du coût d usage sur l investissement a fait l objet de plusieurs investigations au Canada. A titre d exemples, Ab Iorwerth et Danforth (2004), en employant des séries temporelles relatives aux données sur les M&E 10 durant la période , ont donné une estimation de l élasticité de l investissement au coût d usage de -0,97. L étude de Schaller (2007) s est fondée sur le même type de données sur la période , et a évalué cette élasticité à -0,9. Enfin, Parsons (2008) a estimé que les élasticités de court et long terme de l investissement par rapport au coût du capital sont respectivement de -0,3 et -0,7. D une manière générale, les études menées à partir de la seconde moitié des années 90 ont révélé que le coût d usage exerce un effet significatif sur l investissement. C est ce qui fait dire à Hasset et Hubbard (1997) que «les études récentes semblent dégager un consensus selon lequel l élasticité de l investissement par rapport au coût d usage du capital se situe entre -0,5 et 1,0» 11. La section IV procèdera à la formulation du modèle économétrique pour l estimation de l élasticité de l investissement par rapport au coût d usage du capital, en utilisant les données d entreprises sénégalaises. 10 Machinery and Equipment 11 Recent studies appear to have reached a consensus that the elasticity of investment with respect to the user cost of capital is between -0.5 and Hasset, K. and Hubbard, G. (1997) Tax Policy and Investment, in Auerbach, A., ed.,fiscal Policy: Lessons from Economic Research: MIT Press. 10

13 III CAS PRATIQUE DES ENTREPRISES SENEGALAISES III.1 DESCRIPTION DES DONNEES Cette étude a nécessité la constitution d un échantillon de 37 entreprises (voir tableau III.1) sur la base des dossiers fiscaux recueillis auprès du centre des grandes entreprises (CGE) de la Direction Générale des Impôts et Domaines (DGID). L échantillonnage a été réalisé sur la période allant de 2002 à La sélection des entreprises s est effectuée en tenant compte non seulement de la disponibilité des états financiers, mais également des régimes d exonération fiscale les plus représentatifs auxquels sont agréées les entreprises. Les régimes fiscaux considérés sont régis par les dispositifs juridiques ci-après : - le Code des investissements (CI) ; - les Codes minier et pétrolier et les régimes conventionnels 12 (CMPC) et ; - le Statut de l entreprise franche d exportation (EFE). TABLEAU III.1 : Composition de l échantillon STATUT JURIDIQUE MNEMONIQUE NOMBRE D ENTREPRISES Entreprises hors-régime HR 14 Code des investissements CI 11 Codes minier et pétrolier, conventions CMPC 4 Statut de l entreprise franche d exportation EFE 8 TOTAL 37 Notes : HR : Entreprises Hors-Régime, CI : Entreprises agréées au Code des investissements, CMPC : Entreprises agréées aux régimes minier pétrolier et conventionnels, EFE : Entreprises franches d exportation. En sus de ces trois régimes d exonération fiscale, l échantillon est constitué d un groupe d entreprises hors-régime (HR) qui n appartiennent à aucun régime d exonération spécifique. Il convient de garder présent à l esprit que la période a été relativement intense en matière de modifications apportées à la fiscalité des entreprises au Sénégal (notamment à travers la loi portant réforme du Code Général des Impôts). Or, comme il a été souligné dans la revue de la littérature empirique, le choix d une telle période d analyse 12 Les entreprises agréées aux Codes minier et pétrolier sont très souvent les principales concernées par les accords conventionnels négociés avec les autorités fiscales. 11

14 présente l avantage de minimiser le risque d estimer une relation biaisée entre le coût d usage et la demande d investissement. Bien que le coût d usage de l entreprise puisse être déterminé pour chaque type d actif immobilisé (immobilisation incorporelle, terrain, bâtiment, installation, matériel, matériel de transport, immobilisation financière etc.), il est possible de le calculer de façon agrégée pour un seul bien immobilisé, considéré comme homogène et obtenu à l aide de la structure du stock de capital. Par exemple, pour l entreprise i à la période t, la valeur actualisée synthétique de la déduction pour amortissement A, est calculée comme suit : Où sik représente la part de l actif k sur le total des K immobilisations de l entreprise i, et Aik la valeur actualisée de la déduction pour amortissement de l actif k. La valeur agrégée de la dépréciation économique du capital, δ, est obtenue selon le même procédé. Le tableau III.2 donne une vue d ensemble des éléments, autres que les taux d imposition nominaux, qui entrent en ligne de compte dans la détermination annuelle du coût d usage et du TEMI. L observation de la structure des immobilisations dans ce tableau permet de remarquer que l actif immobilisé «matériel» constitue l essentiel de l investissement consenti par les entreprises (60% à 75%). Il s ensuit que la contribution de la DPA dans le calcul du Coût d usage s explique en grande partie par ce type d actif immobilisé. L observation fait également ressortir une part très faible des terrains dans la structure des immobilisations. Ce constat apparemment contre intuitif, trouve toutefois son explication dans le coût des terrains généralement faible au moment de leur acquisition. Cette part est d autant plus faible pour les entreprises EFE qui, de par leur statut, ont bénéficié d espaces aménagés comme les zones franches. En outre, bien qu en règle générale les terrains ne soient pas amortissables, il existe des exceptions, notamment en ce qui concerne les carrières qui ont une durée de vie limitée. Telle est la raison pour laquelle la valeur actualisée de la DPA, ainsi que la durée d amortissement des terrains ne sont pas nulles pour les entreprises CMPC. L analyse du tableau III.2 permet également d observer des valeurs presque nulles pour la DPA des immobilisations financières. 12

15 TABLEAU III.2 Quelques éléments constitutifs du calcul du coût d usage et du TEMI, par type de régime fiscal PARAMETRES REGIME D IMPOSITION HR CI CMPC EFE Structure des actifs immobilisés (*) (sk) Taux actualisé de la DPA par type d immobilisation (*) (Ak) Durée d amortissement par type d immobilisation (*) (Nk) Dépréciation économique par type d immobilisation (δk) Paramètres du coût de financement Immobilisation incorporelle 0,030 0,004 0,035 0,002 Terrain 0,024 0,027 0,002 0,001 Bâtiment 0,035 0,162 0,091 0,146 Installation 0,031 0,105 0,086 0,047 Matériel 0,725 0,582 0,704 0,746 Matériel de transport 0,144 0,104 0,051 0,049 Immobilisation financière 0,009 0,016 0,031 0,009 Immobilisation incorporelle Terrain Bâtiment Installation Matériel Matériel de transport Immobilisation financière Immobilisation incorporelle Terrain Bâtiment Installation Matériel Matériel de transport Immobilisation financière Immobilisation incorporelle Terrain Bâtiment 0,030 0,030 0,030 0,030 Installation 0,140 0,140 0,140 0,140 Matériel 0,140 0,140 0,140 0,140 Matériel de transport 0,140 0,140 0,140 0,140 Immobilisation financière Taux de rendement des capitaux propres (ρ) 0, Taux de rendement des créances (i) Ratio d endettement (*) (β) 0, Notes : Le symbole (*) dénote la moyenne sur la période des moyennes individuelles pondérées par le poids de l entreprise. Les informations concernant le taux de dépréciation économique δ sont tirées des hypothèses d une étude réalisée au Sénégal par le FIAS (Foreign Investment Advisory Service). Le taux d intérêt i est approché par le taux d escompte de la BCEAO. La valeur du taux de rendement des actionnaires ρ est obtenue mécaniquement à partir du taux d intérêt. HR : Entreprises Hors-Régime, CI : Entreprises agréées au Code des investissements, CMPC : Entreprises agréées aux régimes minier pétrolier et conventionnels, EFE : Entreprises franches d exportation. 13

16 S agissant de la dépréciation économique par type d actif, sa détermination requiert des éléments méthodologiques particuliers, nécessitant des investigations laborieuses pouvant en elles-mêmes faire l objet de travaux de recherche. Elle requiert également des données précises sur la valeur des immobilisations lors de leur acquisition et de leur cession, ainsi que la durée qui s étale entre ces deux dates. Ne disposant pas de tous ces éléments, il a été procédé au calibrage des valeurs de la dépréciation économique, conformément aux hypothèses retenues dans le cadre de l étude du FIAS (Foreign Investment Advisory Service) réalisée en Le taux d intérêt, qui correspond au coût de la dette des entreprises, est approché par le taux d escompte de la Banque Centrale (BCEAO) qui représente le coût de financement sur une longue période. Des corrections ont toutefois été faites sur la base des informations relatives aux frais financiers supportés par les entreprises. Le rendement des capitaux propres (ρ) n est pas observé sur le marché. Il peut toutefois être évalué en imposant la condition d arbitrage à long terme selon laquelle les rendements respectifs des placements ordinaires (i) et des capitaux propres, réduits de l impôt personnel, sont égaux, et en calculant ensuite le rendement implicite des capitaux propres ne tenant pas compte de l impôt. Par ailleurs, en ce qui concerne la fixation des paramètres ayant directement trait à la fiscalité, un certain nombre d hypothèses ont été retenues, fondées essentiellement sur le droit fiscal des sociétés (Code général des impôts, Code minier, Code pétrolier, Code des investissements, etc.). Le tableau III.3 donne un aperçu des taux nominaux d imposition (impôt sur le bénéfice des sociétés, les dividendes, les intérêts versés, droits d enregistrement du capital), ainsi que de l évolution des crédits d impôt et des taxes applicables aux acquisitions de capital. Plusieurs réformes ont été entreprises durant la période , l une des mesures phares ayant consisté en des baisses successives du taux de l IS de 35% à 33% en 2004 et de 33% à 25% en La sous-section suivante tentera d élucider la portée de telles baisses sur le coût d usage et sur le TEMI. Cela dit, il y a lieu de préciser que seules les HR et CI de notre échantillon ont véritablement été concernées par cette mesure. En effet, les entreprises EFE supportent un taux de l IS de 15% qui n a pas évolué sur la période, tandis que les CMPC en sont exonérées. 13 Cette étude s intitule: «FIAS, Sénégal: Une évaluation du système fiscal sur les entreprises» 14

17 TABLEAU III.3 Evolution des paramètres fiscaux par régime d imposition sur la période REGIME FISCAL PARAMETRE FISCAL ANNEES HR u 0,350 0,350 0,330 0,250 0,250 0,250 0,250 γ 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 θ 0,100 0,100 0,100 0,100 0,100 0,100 0,100 c 0,010 0,010 0,010 0,010 0,010 0,010 0,010 φ 0,039 0,042 0,039 0,041 0,016 0,021 0,002 ST 0,052 0,052 0,052 0,052 0,051 0,052 0,061 CI CMPC u 0,350 0,350 0,330 0,250 0,250 0,250 0,250 γ 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 θ 0,100 0,100 0,100 0,100 0,100 0,100 0,100 c 0,010 0,010 0,010 0,010 0,010 0,010 0,010 φ 0,131 0,132 0,130 0,142 0,145 0,148 0,156 ST 0,010 0,009 0,010 0,011 0,021 0,020 0,030 u 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 γ 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 θ 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 c 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 φ 0,074 0,072 0,072 0,072 0,070 0,070 0,064 ST 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,001 EFE u 0,150 0,150 0,150 0,150 0,150 0,150 0,150 γ 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 0,130 θ 0,100 0,100 0,100 0,100 0,100 0,100 0,100 c 0,010 0,010 0,010 0,010 0,010 0,010 0,010 φ 0,012 0,041 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 ST 0,047 0,049 0,049 0,049 0,054 0,047 0,056 Notes : (u) désigne le taux d imposition sur les sociétés, (γ) le taux d imposition sur les intérêts versés, (θ) le taux d impôt sur les dividendes, (c) les droits d enregistrement sur les augmentations de capital, (φ) le taux de crédit d impôt et (ST) le taux d imposition sur les acquisitions de biens d investissement. HR : Entreprises Hors-Régime, CI : Entreprises Agréées Au Code Des Investissements, CMPC : Entreprises du agréées aux régimes minier pétrolier et conventionnels, EFE : Entreprise franches d exportation. Concernant les crédits d impôt qui représentent le pourcentage des investissements déduit du bénéfice imposable, il est à noter que les entreprises CI en sont naturellement les principales bénéficiaires. Toutefois, si les entreprises des autres régimes en bénéficient également, les crédits d impôts les concernant sont essentiellement constitués des exonérations sur les bénéfices réinvestis. Par contre, les crédits d impôt des entreprises CI déjà existantes sont le 15

18 plus souvent liés aux projets d extension 14. Les avantages concernant l impôt sur le capital consistent en des déductions autorisées à hauteur de 40% du montant des investissements agréés, pourvu qu il ne dépasse pas 25% du bénéfice imposable pour chaque année d exercice fiscal (voir le Code des investissements, Loi n du 6 février 2004). La détermination du taux d imposition sur les acquisitions de biens d investissement (ST) intègre des éléments tels que la patente, les droits de douane et la taxe sur les véhicules. Chacun de ces éléments d imposition est déterminé en tenant compte de la structure des immobilisations. Cependant, il convient de rappeler que les entreprises CMPC sont, en règle générale, exonérées de la plupart des impôts et taxes liés à l acquisition de biens d investissement, en particulier lorsqu elles se trouvent en phase de recherche et de développement. III.2 EVOLUTION DU COUT D USAGE ET DU TAUX EFFECTIF MARGINAL D IMPOSITION (TEMI) 15 ET ANALYSE DE SENSIBILITE L analyse du coût d usage par régimes permet d observer que celui-ci est, de manière générale, plus élevé pour les entreprises EFE et les HR, avec des moyennes respectives de 18,2% et 17,7% sur la période. Quant aux entreprises CI et CMPC, elles supportent respectivement des coûts d usage moyens de 16,7% et 13,9%. Le poids de la fiscalité dans le coût du capital mesuré par le TEMI est, comme attendu, plus important chez les entreprises HR. Les CI suivent avec un TEMI inférieur de près de 12 points de pourcentage, probablement par le fait de leur taux de crédits d impôt plus élevé. Ensuite arrivent les EFE qui, comme évoqué plus haut, bénéficient d un taux de l IS plus réduit. Et enfin, les CMPC affichent le TEMI le plus bas en raison notamment des nombreuses exonérations dont elles bénéficient. Bien évidemment, la différentiation des niveaux du coût d usage et du TEMI selon les régimes considérés s explique en grande partie par les paramètres fiscaux qui les caractérisent. Il apparait ainsi pertinent de mener une analyse de sensibilité afin d avoir une idée précise de l implication de chacun de ces paramètres dans les variations du coût d usage et du TEMI. 14 Un projet d extension désigne tout programme d investissement agréé, initié par une entreprise existante et qui engendre un accroissement d au moins 25 % de la capacité de production ou de la valeur d acquisition des actifs immobilisés, ou un investissement en matériels de production d au moins FCFA. 15 Consulter l annexe II pour la méthode de détermination du TEMI 16

19 TABLEAU III.4 Evolution Du coût d usage et du taux effectif marginal d imposition sur la période Coût d Usage et Taux Effectif Marginal d Imposition REGIME FISCAL ANNEES CU HR 0,180 0,180 0,179 0,177 0,178 0,173 0,176 CI 0,170 0,170 0,169 0,166 0,168 0,164 0,165 CMPC 0,140 0,140 0,140 0,140 0,140 0,136 0,136 EFE 0,183 0,182 0,183 0,183 0,184 0,178 0,180 HR 0,532 0,529 0,516 0,451 0,494 0,526 0,591 TEMI CI 0,426 0,420 0,399 0,343 0,384 0,411 0,452 CMPC 0,114 0,114 0,114 0,114 0,114 0,127 0,129 EFE 0,356 0,343 0,375 0,377 0,396 0,397 0,435 Notes : CU désigne le coût d usage et TEMI le taux effectif marginal d imposition HR : Entreprises Hors-Régime, CI : Entreprises Agréées Au Code Des Investissements, CMPC : Entreprises du agréées aux régimes minier pétrolier et conventionnels, EFE : Entreprise franches d exportation. III.2.1 CAS DES ENTREPRISES HORS-REGIME Les graphiques III.1 et III.2 permettent de constater que le coût d usage des entreprises HR est resté quasiment stable sur la période étudiée, quoiqu il y ait eu une légère baisse en 2007 et en 2008, due principalement à l augmentation du taux d inflation. Cela montre que les baisses de l IS en 2004 et 2005 n ont pas véritablement eu un effet substantiel sur le coût d usage. En effet, il est passé de 17,9% en 2004 à 17,7% en 2005, soit une baisse de 0.2 point de pourcentage. Cela est corroboré par l analyse de sensibilité (voir tableau III.5) qui montre une très faible réaction (-0,23 point) du coût d usage, suite à une baisse de 10 points de pourcentage du taux de l IS. Il convient de rappeler quelques développements tirés de la section II.4 selon lesquels la baisse du taux d IS a des effets opposés sur le coût d usage dans la mesure où elle implique à la fois son augmentation, par le jeu des déductions pour amortissement, des crédits d impôt et des intérêts versés, et sa diminution, par le jeu des rendements. 17

20 GRAPHIQUE III.1 : Evolution du CU pour les Entreprises Hors-Régime GRAPHIQUE III.2 : Evolution du TEMI pour les Entreprises Hors-Régime 0,180 0,175 0,170 0,165 0,160 0,155 0,150 0,145 0,140 0,135 0, ,600 0,500 0,400 0,300 0,200 0,100 0, Par contre, en ce qui concerne le TEMI, le graphique III.2 renseigne sur l impact plus marqué de la baisse de l IS au cours des années 2004 et Cependant, cet impact s est progressivement dissipé, sur le reste de la période, par le biais des autres facteurs fiscaux. TABLEAU III.5 Sensibilité du CU et du TEMI aux variations des paramètres fiscaux pour les entreprises HR PARAMETRE D IMPULSION Baisse de 10 points de pourcentage de (u) Baisse de 5 points de pourcentage de (γ) Baisse de 5 points de pourcentage de (θ) Baisse de 1 point de pourcentage de (ST) Augmentation de 5 points de pourcentage de (φ) REACTIONS DES VARIABLES CIBLES (en points de pourcentage) CU -0,23-0,15-0,21-0,17-0,33 TEMI -6,18-4,09-5,46-3,83-7,47 Notes : Les réactions obtenues correspondent aux variations moyennes du CU et du TEMI sur la période (u) désigne le taux d imposition sur les sociétés, (γ) le taux d imposition sur les intérêts versés, (θ) le taux d impôt sur les dividendes, (c) les droits d enregistrement sur les augmentations de capital, (φ) le taux de crédit d impôt et (ST) le taux d imposition sur les acquisitions de biens d investissement. En réalité, la lecture conjointe des tableaux III.3 et III.5 indique que la hausse du TEMI est essentiellement due à la combinaison d une hausse des taxes sur l acquisition des biens d investissement (ST) et d une baisse des crédits d impôt (φ). Plus précisément, ST a augmenté entre 2006 et 2008, principalement du fait de la patente. Dans le même temps, les crédits d impôt accordés aux entreprises ont remarquablement baissé depuis Ces deux facteurs ont dû exercer un effet plus que compensatoire de la baisse de l IS. 18

21 Un autre facteur explicatif de la hausse du TEMI, notamment en 2007 et 2008, est l augmentation du taux d inflation. Cette dernière, bien qu exerçant une pression à la baisse sur le taux de rendement du capital avec fiscalité (r g ), a un impact plus marqué sur le taux de rendement du capital hors impôts et taxes (r a ). Dès lors, il s ensuit une augmentation du TEMI 16. Cette explication demeure valable dans le cas des entreprises des autres régimes. Enfin, l analyse suggère que les taux d imposition sur les intérêts versés et les dividendes ont une influence non négligeable sur le coût d usage et le TEMI, quoiqu ils n aient pas varié au cours de la période étudiée. III.2.2 CAS DES ENTREPRISES DU CODE DES INVESTISSEMENTS Comparés aux deux graphiques précédents, ceux relatifs aux entreprises du Code des investissements (III.3 et III.4) affichent des évolutions similaires quoique les niveaux du coût d usage et du TEMI y soient légèrement inférieurs. Ceci s explique essentiellement par le différentiel de crédits d impôts accordés aux entreprises de ces deux types de régime. En effet, les crédits d impôt représentent en moyenne 14,1% des investissements réalisés au niveau des entreprises CI, tandis qu ils leur taux n est que de 2,9% pour les entreprises HR. GRAPHIQUE III.3 : Evolution du CU pour les Entreprises du CI GRAPHIQUE III.4 : Evolution du TEMI pour les Entreprises du CI 0,170 0,165 0,160 0,155 0,150 0,145 0,140 0,135 0,130 0,500 0,450 0,400 0,350 0,300 0,250 0,200 0,150 0,100 0,050 0, Comme l indique le tableau III.6, le Coût d usage et le TEMI ont eu des réactions plus faibles par rapport aux entreprises HR, suite à une baisse de 10 points de pourcentage de l IS. Ce résultat est important dans la mesure où il suggère qu en présence d un taux de crédit 16 Voir les équations A.2.7, A.2.8 et A.2.9 de l annexe II. 19

22 d impôt plus élevé, les réactions du CU et du TEMI, face une baisse du taux de l IS, s en retrouvent amoindries pouvant, à l extrême, aller à l encontre des objectifs visés. TABLEAU III.6 Sensibilité du CU et du TEMI aux variations des paramètres fiscaux pour les entreprises CI PARAMETRE D IMPULSION Baisse de 10 points de pourcentage de (u) Baisse de 5 points de pourcentage de (γ) Baisse de 5 points de pourcentage de (θ) Baisse de 1 point de pourcentage de (ST) Augmentation de 5 points de pourcentage de (φ) REACTIONS DES VARIABLES CIBLES (en points de pourcentage) CU -0,20-0,15-0,26-0,16-0,10 TEMI -5,87 3,51-6,25-3,96-2,51 Notes : Les réactions obtenues correspondent aux variations moyennes du CU et du TEMI sur la période (u) désigne le taux d imposition sur les sociétés, (γ) le taux d imposition sur les intérêts versés, (θ) le taux d impôt sur les dividendes, (c) les droits d enregistrement sur les augmentations de capital, (φ) le taux de crédit d impôt et (ST) le taux d imposition sur les acquisitions de biens d investissement. TABLEAU III.7 Réaction du CU et du TEMI à une baisse de 10 points du taux de l IS selon les niveaux croissants du taux des crédits d impôt NIVEAUX DU TAUX DES CREDITS D IMPOT φ = 0,14 φ = 0,19 φ = 0,24 φ = 0,29 φ = 0,34 φ = 0,36 φ = 0,39 REACTIONS DES VARIABLES CIBLES (en points de pourcentage) CU -0,20-0,15-0,11-0,07-0, ,02 TEMI -5,87-4,84-3,62-2,59-1, ,25 Notes : Les réactions obtenues correspondent aux variations moyennes du CU et du TEMI sur la période (u) désigne le taux d imposition sur les sociétés, (γ) le taux d imposition sur les intérêts versés, (θ) le taux d impôt sur les dividendes, (c) les droits d enregistrement sur les augmentations de capital, (φ) le taux de crédit d impôt et (ST) le taux d imposition sur les acquisitions de biens d investissement. En d autres termes, l augmentation des crédits d impôt a pour effet d atténuer l impact de la réduction du taux de l IS sur le coût d usage. De surcroît, il existe un seuil du taux du crédit d impôt au-delà duquel la baisse du taux de l IS induit, paradoxalement, une hausse du CU et du TEMI. Ce niveau seuil correspond à un taux de crédit d impôt de 36%. 20

23 Certes, le passage du taux de crédits d impôt de 14% à 36% occasionne une réduction importante du CU et du TEMI (de l ordre respectif de 0,44 point et 11,04 points, selon le tableau III.6), mais une réduction concomitante du taux de l IS ne serait d aucune utilité pour les entreprises et aurait un impact budgétaire négatif sur les finances publiques. En conséquence, la conduite de politiques cherchant à diminuer de façon efficace le fardeau fiscal des entreprises ne devrait pas s appuyer sur ces deux instruments fiscaux à la fois. III.2.3 CAS DES ENTREPRISES DES CODES MINIER PETROLIER ET DES CONVENTIONS (CMPC) Les entreprises de ce type de régime présentent les CU et TEMI les plus bas, du fait des nombreux allègements dont elles bénéficient. A titre de comparaison, le TEMI supporté par les entreprises HR est cinq fois supérieur au leur. Si durant les années 2007 et 2008, le CU a diminué du fait le l inflation, le TEMI a par contre augmenté en raison notamment de la hausse de la taxe sur les véhicules. GRAPHIQUE III.5 : Evolution du CU pour les Entreprises des CMPC GRAPHIQUE III.6 : Evolution du TEMI pour les Entreprises des CMPC 0,142 0,140 0,138 0,136 0,134 0,132 0, ,140 0,120 0,100 0,080 0,060 0,040 0,020 0, Il y a lieu de noter que, compte tenu des faveurs octroyées par ce type de régime, la valeur du TEMI est essentiellement expliquée par l impôt sur les intérêts versés et le niveau du ratio d endettement (β). A première vue, ces niveaux annuels de TEMI peuvent paraitre élevés mais il convient de préciser que, du fait des exonérations au titre de l IS et de ST, l assiette de l impôt sur les charges d intérêt devient plus large. 21

24 III.2.4 CAS DES ENTREPRISES FRANCHES D EXPORTATION (EFE) Le tableau III.7 montre que le coût d usage est resté quasiment stable durant la période Dans le même temps, le TEMI a connu une évolution tendancielle à la hausse, expliquée par la baisse brutale des crédits d impôt à partir de 2003 et l augmentation des impôts et taxes frappant l acquisition des nouveaux biens d investissement. A cela s ajoute la baisse du CU en 2007 et 2008 induite par l inflation ; ce qui augmente la part de la charge fiscale dans le CU, et donc le TEMI. GRAPHIQUE III.7 : Evolution du CU pour les Entreprises Franches d Exportation GRAPHIQUE III.8 : Evolution du TEMI pour les Entreprises Franches d Exportation 0,190 0,180 0,170 0,160 0,150 0,140 0, ,450 0,400 0,350 0,300 0,250 0,200 0,150 0,100 0,050 0, Par ailleurs, le tableau III.8 révèle un résultat fort intéressant, selon lequel la baisse du taux de l IS induit une hausse du coût d usage et du TEMI. Cette observation, quoique surprenante a priori, s explique par le niveau élevé du ratio d endettement qui est de 79%. A titre de comparaison ce ratio est compris entre 42% et 49% pour les entreprises des autres régimes (voir tableau III.2). L endettement élevé de ces EFE pourrait être lié en général aux difficultés rencontrées par le secteur des exportations, ce qui est de nature à décourager la détention de capital. 22

25 TABLEAU III.8 Sensibilité du CU et du TEMI aux variations des paramètres fiscaux pour les EFE PARAMETRE D IMPULSION Baisse de 10 points de pourcentage de (u) Baisse de 5 points de pourcentage de (γ) Baisse de 5 points de pourcentage de (θ) Baisse de 1 point de pourcentage de (ST) Augmentation de 5 points de pourcentage de (φ) REACTIONS DES VARIABLES CIBLES (en points de pourcentage) CU TEMI Notes : Les réactions obtenues correspondent aux variations moyennes du CU et du TEMI sur la période (u) désigne le taux d imposition sur les sociétés, (γ) le taux d imposition sur les intérêts versés, (θ) le taux d impôt sur les dividendes, (c) les droits d enregistrement sur les augmentations de capital, (φ) le taux de crédit d impôt et (ST) le taux d imposition sur les acquisitions de biens d investissement. Le prolongement de l analyse de sensibilité indique que des réactions au sens voulu (à la baisse) du CU et du TEMI s obtiennent lorsque le ratio d endettement β se situe en deçà de 61,6%. Ainsi, la mise en œuvre d un programme de recapitalisation des EFE serait susceptible d améliorer l efficacité d une baisse de l IS sur le fardeau fiscal. III.4 EVOLUTION DE L INVESTISSEMENT L investissement (It) est déterminé par l équation de mouvement du capital suivante : Où Kt représente le montant des immobilisations à l instant t. Dans un souci de conformité avec les développements relatifs aux estimations, l investissement est déflaté par le stock de capital en début de période Kt-1, si bien qu il devient : L investissement des entreprises HR affiche une évolution tendancielle à la hausse comme le montre le graphique III.9. Toutefois, il baisse de manière prononcée en 2008 en raison notamment des difficultés conjoncturelles intervenues au cours de cette année. Sur la période , le bon comportement des investissements peut s expliquer par les réformes fiscales qui se sont traduites par des allègements substantiels accordés à ces entreprises. Un autre facteur explicatif résulte du fait que cette période a coïncidé avec une 23

26 GRAPHIQUE III.9 : Evolution de l investissement pour les HR GRAPHIQUE III.10 : Evolution de l investissement pour les CI 0,500 0,450 0,400 0,350 0,300 0,250 0,200 0,150 0,100 0,050 0, ,700 0,600 0,500 0,400 0,300 0,200 0,100 0, bonne tenue de la demande intérieure qui a favorisé la croissance de la productivité et des investissements. C est ainsi qu il est ressorti un taux de croissance moyen de 5,1% sur la période et, dans le même temps, les investissements publics et privés ont cru en moyenne de 8,3% et de 5.9% respectivement. A ces facteurs s ajoute le rôle essentiel joué par la stabilité macroéconomique comme en témoigne le faible niveau du taux d inflation. En ce qui concerne l année 2008, le secteur privé sénégalaise a été notablement éprouvé par de la combinaison de plusieurs facteurs allant de la contraction de la demande au niveau mondial aux tensions de trésorerie de l Etat dont la conséquence immédiate est ressentie à travers les retards dans le paiement de ses factures. Le recul des investissements publics est également un élément à compter parmi les causes de la baisse de l investissement privé. L investissement des entreprises CI a évolué de façon contrastée sur la période d analyse (voir graphique III.10). Entre 2002 et 2005, l investissement a connu une augmentation annuelle moyenne de 8% suivi accélération en 2006 de l ordre de 101%. Les explications avancées précédemment dans le cas des entreprises HR, notamment l embelli et la stabilité économique, restent également valables pour les CI. Toutefois, l investissement a nettement chuté dans les années subséquentes pour atteindre son niveau le plus bas en Là encore, les causes peuvent être recherchées au niveau de la crise économique international et de la baisse des investissements publics combinée avec les tensions budgétaires de l Etat. Les évolutions de l investissement des entreprises CMPC et EFE affichent un profil similaire sur toute la période étudiée à l exception de l année 2008 (voir graphiques III.11 et III.12) Pour les CMPC le niveau relativement bas des investissements pourrait être imputable aux 24

27 difficultés rencontrées par les Industries Chimiques du Sénégal (ICS) dont les effets de propagation sont ressentis par bon nombre d entreprises du secteur d activité. GRAPHIQUE III.11 : Evolution de l investissement pour les CMPC GRAPHIQUE III.12 : Evolution de l investissement pour les EFE 0,250 0,200 0,150 0,100 0,050 1,400 1,200 1,000 0,800 0,600 0,400 0,200 0, , Cependant, il semble que l augmentation de l investissement constatée en 2008 pour les CMPC, à la faveur notamment de la recapitalisation des ICS, soit annonciatrice d un regain d activité. Celui-ci est renforcé par le démarrage de l exploitation des phosphates de Matam en 2008 mais également la consolidation de plusieurs initiatives comme le Programme d Appui au Secteur Minier (PASMI). S agissant des EFE, les difficultés sont nécessairement liées aux contreperformances notées dans le secteur de la pêche industrielle du fait notamment de la raréfaction des ressources halieutiques. La rupture des accords de pêche intervenue en 2005, bien qu indispensable pour la reviviscence des ressources halieutiques, pourrait contribuer au recul des investissements dans ce secteur. Bien évidemment, le repli de l investissement en 2008 ne peut être apprécié sans la prise en compte des vicissitudes conjoncturelles ressenties au niveau des finances publiques. III.5 RELATION ENTRE LE COUT D USAGE ET L INVESTISSEMENT Tout d abord, s il apparaît clairement que les réductions d impôt ont un effet réel et systématique sur le coût d usage du capital et sur le TEMI, il est en revanche plus difficile de prouver de manière empirique leur impact sur l investissement. Dans cette sous-section, il s agit de juxtaposer les évolutions du coût d usage et de l investissement, afin de procéder à une première évaluation descriptive du lien entre ces deux variables. 25

La déduction des intérêts notionnels et son impact sur le coût du capital

La déduction des intérêts notionnels et son impact sur le coût du capital Cahiers de recherche Série Politique Economique N 1-2006/1 La déduction des intérêts notionnels et son impact sur le coût du capital N. Eyckmans, O. Meunier et M. Mignolet Document téléchargeable sur www.fundp.ac.be/cerpe

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES Pierre Astolfi et Olivier Ramond SFEV Matinale du 17 avril 2013 INTRODUCTION (1/2) Depuis 2006, 4 enjeux en matière de construction

Plus en détail

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entreprises 2004/2005 C.M. : M. Godlewski FINANCE Décisions d investissement en avenir certain Critères de choix d investissement Le critère de la VAN

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/9 30/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 2

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier COMMISSION DE SURVEILLACE DU MARCHE FINANCIER DE L AFRIQUE CENTRALE Atelier régional sur «les marchés obligataires et les émissions de titres publics» Libreville, Gabon : les 18 et 19 février 2008 La soutenabilité

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Simulation et première évaluation de ce dispositif

Simulation et première évaluation de ce dispositif les notes N 2 / 29 septembre 2011 Faut il revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires? Simulation et première évaluation de ce dispositif Éric Heyer Parmi les mesures du plan d économies

Plus en détail

L incidence des exigences de fonds propres sur le coût du capital bancaire : une étude empirique sur les banques européennes.

L incidence des exigences de fonds propres sur le coût du capital bancaire : une étude empirique sur les banques européennes. L incidence des exigences de fonds propres sur le coût du capital bancaire : une étude empirique sur les banques européennes. Toader Oana Laboratoire d Economie d Orléans MACROFI, Lyon 22 mars 2013 Plan

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les procédures qu une entité applique pour s assurer que ses actifs sont comptabilisés

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Utilisation d une expérience naturelle pour estimer l impact du crédit d impôt à la R-D sur les dépenses en R-D

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés

Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés Taux d imposition des petites entreprises À l heure actuelle, la déduction accordée aux petites entreprises a pour effet d abaisser à 11 % le taux de l

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE Éléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l OEC de l annexe A (à rendre avec la copie), en présentant

Plus en détail

Dynamique de l amortissement

Dynamique de l amortissement Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Dynamique de l amortissement Renforcer l autonomie financière de l entreprise pour dynamiser ses investissements Jack FORGET Éditions d Organisation,

Plus en détail

L environnement macroéconomique

L environnement macroéconomique 6 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG L environnement macroéconomique international L environnement macroéconomique international 8 revue de stabilité financière 011 7 L environnement macroéconomique international

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des

Plus en détail

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros manuel Finance d entreprise 2 e édition L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse Georges Legros DANS LA MÊME COLLECTION Augé B., Naro G., Mini Manuel de Contrôle de gestion, 2011 Augé B.,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996

ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996 ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996 Document 20131 1. INTRODUCTION Les travaux sur l étude de mortalité dans les rentes individuelles se sont poursuivis. Cette

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 1. Vue d ensemble Même s il n est pas très ancien, le système fiscal chinois a déjà subi d importantes réformes au cours des 20 dernières années.

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Coefficient. 1 ère année. 2 ème année. 3 ème année. 4 ème année. Volume horaire par semaine (Cours magistral)

Coefficient. 1 ère année. 2 ème année. 3 ème année. 4 ème année. Volume horaire par semaine (Cours magistral) 1 ère 2 ème 3 ème 4 ème Université Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou Faculté des Sciences Economiques et de Gestion Département : Sciences de Gestion Programme des études Enseignements Volume horaire par semaine

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

L ETRANGER EN DROIT FISCAL

L ETRANGER EN DROIT FISCAL L ETRANGER EN DROIT FISCAL Néjib BELAID Directeur de l Institut Supérieur de Finances et de Fiscalité de Sousse. Les notions d étranger et de nationalité, comparativement à l importance de ces mêmes notions

Plus en détail

Analyse des Investissements et Création de Valeur

Analyse des Investissements et Création de Valeur Analyse des Investissements et Création de Valeur Les 4 prochains modules Le Coût de Capital Evaluer la performance financière d une activité Analyse des investissements et création de valeur Evaluation

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises?

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Un excès d endettement constitue un risque pour une entreprise. Confrontée à l imprévu, celle-ci risque de ne pouvoir faire face à ses remboursements

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

DESCRIPTIF RACHAT COMPTES COURANTS D ASSOCIES

DESCRIPTIF RACHAT COMPTES COURANTS D ASSOCIES DESCRIPTIF DU RACHAT DE COMPTES COURANTS D ASSOCIES LE FINANCEMENT DU COMPTE COURANT D ASSOCIES CROISSANCE DES FONDS PROPRES DE L ENTREPRISE Le financement du Compte Courant d Associés permet, à ces derniers,

Plus en détail

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds.

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Paris, le 4 novembre 2013 Un regain d optimisme à l échelle

Plus en détail

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Norvège Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail