Travaux Pratiques de Mécanique : Mécanique des Milieux Continus (LA394) Responsable : Tony Valier-Brasier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Travaux Pratiques de Mécanique : Mécanique des Milieux Continus (LA394) Responsable : Tony Valier-Brasier (tony.valier-brasier@upmc."

Transcription

1 Travaux Pratiques de Mécanique : Mécanique des Milieux Continus (LA394) Responsable : Tony Valier-Brasier

2 Les travaux pratiques débutent à 09h00. Comment se rendre sur le site de Saint-Cyr Pour atteindre la gare de Saint-Cyr, vous pouvez partir des trois gares suivantes : Gare Montparnasse (SNCF) : Gare de la Défense (SNCF) : Gare d Austerlitz (RER C) : 30 min 30 min 45 min Il faut ensuite 10 minutes à pieds pour aller de la gare au site Institut d Alembert UPMC de Saint-Cyr par l itinéraire suivant : En sortant de la gare prendre à droite. Descendre les escaliers sur la gauche et longer le mur jusqu à la N10 (200 m). Traverser la N10 et prendre à droite jusqu au prochain croisement (150 m). Tourner à gauche et descendre la route. L entrée de l institut d Alembert est à 150 m sur la gauche. Suivre la route jusqu au bâtiment 4 dans lequel se situe la plate-forme de TP. Coordonnées du point GPS : Nord et Est. Numéro de téléphone de la plate-forme des TP : Déjeuner Une salle est mise à disposition des étudiants pour le déjeuner. Elle est équipée d une kitchenette et d un four à micro-ondes. La pause dure une heure. Ainsi, il est conseillé aux étudiants d apporter leur repas. 2

3 Règlement intérieur L accès à la plate-forme des TP est strictement interdit en l absence des encadrants. À la fin de chaque TP, chaque trinôme doit s assurer de ranger le matériel utilisé, de nettoyer sa table et d effacer les tableaux. Absence et retard en TP Les retards non justifiés seront sanctionnés dans l évaluation des étudiants. Tout retard conséquent sera considéré comme une absence. En cas d absence en TP, il est nécessaire de contacter le responsable des travaux pratiques au plus vite afin d être réaffecté à une nouvelle séance de TP (contact : Tout élève se présentant à une séance de TP pour laquelle il n est pas prévu sur les listes d émargement ne sera pas accepté en TP. Rédaction des compte-rendus Le compte-rendu est évalué par deux notes sur dix, la première sur le fond et la seconde sur la forme. Pour vous aider dans votre rédaction, une aide à la rédaction est proposée en annexe A. Le compte rendu doit être déposé au format pdf dans la boite de dépôt d un des étudiants au plus tard une semaine après la séance. Par exemple, si un trinôme participe à la séance de TP du mercredi 06 novembre, ce trinôme doit déposer son compte-rendu sur Sakai au plus tard le mardi 12 novembre. Chaque jour de retard sera sanctionné par un point dans l évaluation du compte-rendu. 3

4 TP 1 Caractérisation ultrasonore des constantes d élasticité La célérité du son est une caractéristique du milieu qu il traverse. Dans les solides homogènes et isotropes, deux type d ondes peuvent exister : une onde longitudinale de vitesse c L et une onde de cisaillement de vitesse c T. Ces vitesses dépendent de la masse volumique ρ et des constantes élastiques λ et µ et sont données par les expressions suivantes : c L = λ + 2µ ρ et c T = µ ρ. L objectif de ce travail consiste à mesurer ces deux vitesses afin de déterminer les coefficients de Lamé λ et µ de différents matériaux. 1.1 Étude des ondes longitudinales en immersion Les ondes longitudinales sont étudiées par une expérience en immersion. Les ondes longitudinales se propageant également dans l eau, ce genre d expérience est simple à mettre en œuvre et s avère également très efficace dans de nombreuses situations Dispositif expérimental Un générateur d impulsions de largeur et de récurrence réglables associé à un générateur de fonctions de formes variables assurent l excitation d un transducteur ultrasonore piézoélectrique fixe par une succession de train d ondes sinusoïdales. Le transducteur convertit l énergie électrique en énergie mécanique donnant ainsi naissance aux ondes dans l eau. Après propagation, les ondes sont captées par un transducteur récepteur mobile qui va convertir l énergie mécanique portée par l onde en énergie électrique. Les deux transducteurs sont identiques, de fréquence centrale f = 1 MHz. Le signal sortant du générateur de fonction et correspondant au signal d émission est envoyé à un oscilloscope, de même que le signal de réception sortant du transducteur récepteur. 4

5 1.2. ÉTUDE DES ONDES TRANSVERSES AU CONTACT Mesure de la vitesse du son dans l eau Avant de mesurer les vitesses des ondes longitudinales dans les échantillons, il est nécessaire de déterminer la vitesse du son dans l eau. Pour cela, on affiche le signal de réception sur l oscilloscope et on place le curseur 1 sur le début du signal. On déplace ensuite le transducteur récepteur d une distance d et on place le curseur 2 sur le début du signal de réception qui s est décalé dans le temps. L oscilloscope affiche alors la différence de temps de propagation t. La vitesse du son dans l eau est donnée par le rapport de d sur t. Plusieurs mesures pour différentes distances d doivent être effectuées afin d en déduire une valeur moyenne de c Mesure de la vitesse des ondes longitudinales dans les matériaux Une lame à face parallèle d épaisseur e est maintenant immergée dans l eau entre les deux transducteurs. Les faces parallèles sont positionnées perpendiculairement à la direction de propagation. Dans ce cas, l onde incidente générée se propage dans l eau en amont de la lame, au travers de la lame, puis dans l eau en aval de la lame, avant d être captée par le transducteur récepteur. La détermination de la vitesse c L dans la lame repose sur la mesure de la différence t de temps de propagation pour des mesures sans et avec la lame. On note l la distance entre les deux transducteurs. Les temps de propagation de l onde sans et avec la lame sont donnés par les relations t 0 = l et t e = l e + e. c 0 c 0 c L De ces deux expressions, on déduit que la vitesse c L a pour expression c L = ec 0 e + c 0 t. Il ne reste ensuite plus qu à déterminer expérimentalement les vitesses des ondes longitudinales associées à chaque matériau à disposition à partir de la mesure des différences de temps de propagation. Pour cela, on affiche sur l oscilloscope le signal capté par le transducteur récepteur lorsqu il n y a pas d échantillon dans l aquarium et on place le curseur 1 sur le début du signal. On place ensuite l échantillon dans l aquarium et on place le curseur 2 sur le début du signal de réception afin d obtenir la différence de temps t. 1.2 Étude des ondes transverses au contact Les ondes transverses sont plus difficiles à étudier dans les expériences en immersion, car ce type d onde de ne se propage pas dans les fluides. Ainsi, ces ondes sont maintenant étudiées par un système dit au contact permettant la mesure de la vitesse c T. Le dispositif électronique utilisé pour l expérience en immersion est réutilisé ici. Toutefois, le signal électrique sortant du générateur est maintenant envoyé à un transducteur émetteur de fréquence centrale 2,25 MHz collé sur une des faces de l échantillon. Sur l autre face, un second transducteur est collé afin de capté les ondes qui se sont propagées dans le matériau. Les deux transducteurs doivent être collés à l échantillon grâce à un gel de couplage permettant une meilleure transmission des efforts (de cisaillement) du transducteur émetteur à l échantillon, puis de l échantillon au transducteur récepteur. Le transducteur génère dans le matériau une onde de cisaillement qui se propage dans l échantillon. Lorsque cette onde arrive sur la face opposée, une partie de son énergie est captée par le transducteur récepteur et le reste est réfléchi donnant ainsi naissance à une onde se propageant en sens inverse (onde 5

6 6 TP 1. CARACTÉRISATION ULTRASONORE DES CONSTANTES D ÉLASTICITÉ réfléchie). En mesurant les temps de propagation et connaissant l épaisseur de chaque échantillon, il est alors simple de déterminer la vitesse c T des ondes transverses dans chaque échantillon. 1.3 Détermination des paramètres élastiques Il est maintenant nécessaire de déterminer la masse volumique de chaque échantillon. Pour cela, utiliser la balance électronique à disposition sur la plate-forme. En déduire les valeurs des coefficients de Lamé λ et µ et effectuer des calculs d incertitudes et d erreur sur ces deux coefficients. 6

7 TP 2 Mesure de modules d élasticité par essais de traction et de torsion Le but de ce travail est de déterminer des modules d élasticité de matériau par des essais mécaniques simples. Deux essais sont étudiés indépendamment : un essai de torsion et un essai de traction. Pour chaque essai, la relation entre les contraintes et les déformations sont étudiées dans le régime linéaire afin d extraire un paramètre d élasticité. 2.1 Essai de torsion Loi de comportement linéaire Lors d un essai de torsion dans le domaine élastique, la contrainte τ appliquée à l échantillon est reliée à la déformation ε par la relation τ = Gε, où G est le module de cisaillement du matériau. L objectif de ce TP est alors de mesurer la contrainte τ et la déformation ε afin d en déduire le module de cisaillement. Dans le cas d une éprouvette cylindrique de rayon R, la contrainte a pour expression τ = M tr I G, où M t est le moment de torsion et où I G = 1 2 πr4 est le moment quadratique de torsion de l éprouvette. La déformation a quant à elle pour expression ε = Rα, où α est l angle unitaire de torsion exprimé en rad.m Dispositif expérimental Une machine de torsion équipée d un torsiomètre et d un capteur de force est à disposition afin d effectuer un essai de torsion sur des éprouvettes cylindriques. Un couple est appliquée à l éprouvette 7

8 8 TP 2. ESSAIS DE TRACTION ET DE TORSION par le biais de la molette du boîtier de droite. Le boîtier de gauche est quant à lui relié au capteur de force. Les deux boîtiers sont reliés à un afficheur numérique indiquant les valeurs des forces et des angles de rotation θ Travail expérimental Les réglages de la machine de torsion et du torsiomètre se font en respectant les étapes suivantes : Déplacer le boîtier mobile afin de pouvoir fixer l éprouvette entre les deux boîtiers. Fixer ensuite le boîtier mobile puis serrer les mors autour de l éprouvette. Il est important de bien serrer les mors, car sinon l éprouvette risque de glisser durant l expérience. Allumer l afficheur numérique et sélectionner Local en pressant le bouton vert du bas. Imposer un léger couple avec la molette du boîtier mobile afin d éliminer le jeu entre les différents composants de l expérience. Augmenter doucement le couple jusqu à ce que le force appliquée atteigne 1 N. Tarer le capteur de force et le torsiomètre en pressant quelques secondes le bouton vert supérieur de l afficheur numérique. Le banc de mesure est maintenant prêt pour utilisation. Imposer un couple à l éprouvette et noter l angle de torsion θ et la force mesurée par le capteur de force. Répéter cette expérience par pas de force de 0,5 N jusqu à 10 N. Attention, il est interdit de dépasser la valeur maximale de 10 N sous peine d endommagement du matériau. Lorsqu une série de mesure est terminée, tracer l évolution de la contrainte τ en fonction de la déformation ε et en déduire le module de cisaillement G. 2.2 Essai de traction Loi de comportement linéaire Lors d un essai de traction ou de compression dans le domaine élastique, la contrainte σ appliquée à l échantillon est reliée à la déformation ε par la relation σ = Eε, où E est le module d Young du matériau. La contrainte correspond au rapport de la force F appliquée à l échantillon sur la surface S d application de la force. La déformation est le rapport de l allongement entre deux points de mesure sur la distance initiale entre ces deux points Dispositif expérimental Une machine de traction et un extensomètre sont à disposition afin d effectuer un essai de traction sur des éprouvettes parallélépipédiques. La machine de traction applique une force à une éprouvette. La déformation est mesurée par l intermédiaire d un extensomètre. Cet extensomètre et la machine de traction étant contrôlés par un ordinateur, celui-ci donne accès à l évolution de la déformation en fonction de la contrainte appliquée. L incertitude de mesure sur la force appliquée est F =1 N et celle sur la déformation est ε=1 µm.m -1. 8

9 2.2. ESSAI DE TRACTION Travail expérimental Avant de commencer l essai de traction, les dimensions géométriques de chaque éprouvette doivent être mesurées. Placer l éprouvette entre les mors de la machine de traction et serrer les mors avec suffisamment de force pour que l éprouvette ne glisse pas durant l essai. Mettre ensuite l extensomètre sur l échantillon en appuyant simultanément sur les deux boutons de l extensomètre. Cliquer ensuite sur le bouton en haut à droite du logiciel Bluehill 2 afin d initialiser la longueur initiale. Ouvrir le fichier TractionElastique.im tens, puis suivre attentivement les étapes jusqu au démarrage de l essai. ATTENTION : Personne ne doit rester devant la machine de traction durant un essai! Lorsque l essai est terminé, exporter les résultats dans un tableau. Cliquer ensuite sur le bouton Revenir, puis enlever d abord l extensomètre et ensuite l éprouvette. Cliquer finalement sur le bouton Bluehill afin de revenir à l écran d accueil. Tracer ensuite l évolution de la contrainte en fonction de la déformation et en déduire le module d Young de l échantillon testé. 9

10 TP 3 Mesure de modules d Young par essais de flexion L objectif de ce TP est de déterminer le module d Young E de poutres métalliques par des essais de flexion simple. Pour cela, une poutre est encastrée à une extrémité et libre à l autre extrémité (figure 3.1). Deux méthodes sont utilisées pour déterminer le module d Young. Dans la première, la poutre n est soumise qu à son propre poids et la flèche est mesurée en différentes positions. Dans la seconde, différentes masses sont fixées à la poutre en une position et la flèche est mesurée à une autre position pour chaque masse. Dans chaque cas, les résultats expérimentaux obtenus sont reportés dans l expression de la déformée de la poutre afin d en extraire le module d Young. y x v(x) Figure 3.1 Schéma d une poutre sollicitée en flexion simple. 3.1 Modélisation La largeur de la poutre suivant z est notée b, l épaisseur h, la longueur L et la masse m. Dans le cadre de la théorie des poutres, la déformée v d une poutre se calcule par intégration de la relation EI z d 2 v dx 2 = M(x), où M est le moment fléchissant et où I z est le moment quadratique d axe z définit par la relation I z = bh

11 3.2. TRAVAIL DEMANDÉ 11 Ce calcul fait alors intervenir les conditions limites de la déformée en x = 0. Ainsi, en ce point précis, la poutre étant encastrée, la déformée vérifie les deux conditions limites v(0) = 0 et dv dx = 0. Dans x=0 la première méthode, la poutre n est soumise qu à son propre poids et ainsi l expression du moment fléchissant est donnée par la relation M 1 (x) = P l 2 (L x)2, où P l est le poids de la poutre par unité de longueur. Dans la seconde méthode, la poutre est soumise à son propre poids plus à une masse additionnelle m a placée à la position arbitraire l. L expression du moment fléchissant est alors donné par la relation 3.2 Travail demandé M 2 (x) = P l 2 (L x)2 m a g(l x). Dans un premier temps, il est nécessaire de déterminer l expression de la déformée de la poutre pour chaque méthode et ensuite d en déduire l expression du module d Young. Ensuite, dans le cas de la première méthode, il faut mesurer la flèche en différentes positions x de la poutre à l aide du comparateur. Lorsque toutes les mesures ont été faites pour une poutre, il faut calculer le module d Young pour chaque position x de mesure et en déduire une valeur moyenne. Dans le cas de la seconde méthode, il faut mesurer la flèche en un seul point et pour différentes masses m a appliquées au point x = l et ensuite en déduire le module d Young pour chaque masse. 11

12 Annexe A Guide de rédaction des compte-rendus de TP Le compte-rendu a pour objectif de synthétiser des expériences, développements théoriques ou expérimentaux qui ont été menés par une ou plusieurs personnes. Il peut être destiné par exemple à constituer un document exploitable par des collaborateurs dans le cadre d un projet ou encore à permettre l évaluation d un étudiant dans sa compréhension d un phénomène physique. Dans tous les cas, le compte-rendu doit être clair et concis et pour cela le fond et la forme du document doivent être de qualité. Le fond Tout d abord, l introduction doit présenter le contexte de l expérience (cadre général, intérêt) ainsi que les objectifs des mesures. Il ne s agit pas de recopier l introduction de l énoncé. Les éléments du travail expérimental doivent également être exposés, c est-à-dire le système physique (éprouvette, structure,...), les moyens de mesure (capteurs, montages et méthodes) et les modèles théoriques éventuellement impliqués. Les résultats doivent ensuite être présentés avec clarté. Les unités ne doivent surtout pas être oubliées. Le nombre de chiffres significatifs doit être pertinent et en rapport avec l incertitude du résultat. L incertitude et l erreur relative doivent également être calculées (annexe B). Les résultats doivent ensuite etre présentés sous forme de tableaux et/ou de courbes donnant toutes les indications requises (titres, unités, barres d erreur,...). L interprétation et le commentaire constituent le résultat de l expérience et ne doivent absolument pas être négligés. Enfin, une conclusion doit être rédigée afin de résumer les points positifs et les points négatifs du travail, de souligner un résultat très intéressant ou encore donner des perspectives au TP. La forme Afin que le message contenu dans le compte-rendu soit compréhensible et exploitable par le lecteur, la forme de sa rédaction est fondamentale. La forme comprend les éléments suivants : La présentation. Elle doit faciliter la lecture en soignant l aspect esthétique du document. Des schémas. Lorsqu il faut présenter une expérience et le matériel qu elle utilise, un schéma peut avantageusement illustrer un paragraphe descriptif. 12

13 13 Des tableaux et/ou des graphiques. Ils doivent permettre de faire comprendre rapidement au lecteur l évolution d une grandeur et/ou la confrontation pertinente de résultats. L orthographe et la grammaire irréprochables. Afin de ne pas déconcentrer le lecteur, un soin particulier doit être apporté à l orthographe et à la grammaire pour éviter les contresens et faciliter la compréhension du lecteur. Elles sont prises en compte dans la notation. Pour la rédaction d un compte rendu de TP répondant à ces critères de forme, l utilisation d outils bureautiques est obligatoire. Certains sont payants mais largement utilisés, c est le cas de la suite Microsoft Office qui intègre le traitement de texte Word et le tableur Excel. Mais il existe des alternatives gratuites et disponibles en ligne qui remplissent les mêmes fonctions : Libre Office, LateX,... L apprentissage de ces outils est de la responsabilité des étudiants, mais les enseignants peuvent répondre à vos questions et vous orienter. Le compte-rendu doit être exposé en un maximum de dix pages, écrites avec une fonte standard (Times, taille 11), en simple interligne et avec des marges comprises entre 1 et 1.5 cm. Dans certains cas, des annexes peuvent être ajoutées à la fin du document. Le document final doit être constitué d un seul fichier. C est-à-dire que les figures, graphiques et tableaux doivent être intégrés au texte qui les explique. Le fichiers doit obligatoirement être rendu au format pdf afin d être lu par n importe quel encadrant. 13

14 Annexe B Le calcul d incertitude Le calcul d incertitude permet d évaluer correctement les erreurs qui se produisent lors de mesures liées à la vérification d une relation entre différentes grandeurs physiques. Les instruments de mesure n étant pas de précision infinie, les mesures faites pendant une expérience ne sont pas exactes. Il faut donc évaluer ces incertitudes pour répondre à la question : la relation n est pas vérifiée exactement parce qu elle est fausse ou parce que les mesures sont incertaines? On en déduit des marges d erreurs, en dehors desquelles la relation sera invalidée. Cela fait partie intégrante de la méthode scientifique Définitions Le calcul de l incertitude sur une grandeur obtenue à partir de grandeurs mesurées dont on peut estimer l erreur peut être présenté simplement et sans démonstration de la façon suivante : Soit les grandeurs mesurées a et b, on note a et b les incertitudes absolues, Si a est une grandeur mesurée, a est l incertitude absolue (même unité que a) et a est l incertitude relative (en %). La calcul de l erreur e s effectue très simplement à partir de la relation e = A B B où A est la valeur exacte et B la valeur approchée. L erreur s exprime donc en %. Ce calcul bien que très simplifié, est très utilisé dans l ingénierie et la recherche pour déterminer et quantifier simplement une erreur de mesure ou de calcul. a Incertitude sur une somme ou une différence Si la grandeur c est définie telle que c = a ± b où a et b sont deux grandeurs mesurées, alors l incertitude absolue c a pour expression c = a + b. L incertitude absolue de la somme ou de la différence de deux grandeurs est égale à la somme des incertitudes absolues de ces grandeurs. 14

15 15 Incertitude sur un produit ou un rapport Si la grandeur c est définie telle que alors l incertitude relative c c a pour expression c = ab ou c = a b c c = a a + b b. Ainsi, l incertitude relative sur un produit ou un rapport de deux grandeurs est égale à la somme des incertitudes relatives de ces grandeurs. Différentielle logarithmique Si la grandeur c est définie telle que c = a m b n le logarithme de cette expression est : On en déduit que l incertitude relative c c log c = m log a + n log b. c c a pour expression = m a a + n b b. 15

16 Annexe C Rappels sur les constantes d élasticité Un matériau isotrope est caractérisé par deux constantes d élasticité. Ces deux constantes dépendent du type d étude menée. le module d Young E et le coefficient de Poisson ν, les coefficients de Lamé λ et µ, le module module de compression K et le module. de cisaillement G Les coefficients de Lamé peuvent être exprimés en fonction du module d Young et du coefficient de Lamé par les relations λ = Eν (1 + ν)(1 2ν) et µ = E 2(1 + ν). Quelques valeurs du module d Young, du coefficient de Poisson et de la masse volumique sont consignées dans le tableau C.1. Pour les alliages (acier, laiton, duralumin), les valeurs inscrites dans ce tableau peuvent être légèrement différentes. Matériau ρ E ν (kg.m 3 ) (GPa) Acier ,28 Acier inoxydable ,3 Laiton ,37 Aluminium ,35 Duralumin ,33 Cuivre ,33 Téflon ,5 0,48 Plexiglas ,4 0,4 Table C.1 Valeurs du module d Young, du coefficient de Poisson et de la masse volumique pour différents matériaux. 16

Travaux Pratiques de Mécanique : Calculs de structures élastiques (LA396) Responsable : Tony Valier-Brasier (tony.valier-brasier@upmc.

Travaux Pratiques de Mécanique : Calculs de structures élastiques (LA396) Responsable : Tony Valier-Brasier (tony.valier-brasier@upmc. Travaux Pratiques de Mécanique : Calculs de structures élastiques (LA396) Responsable : Tony Valier-Brasier (tony.valier-brasier@upmc.fr) Les Travaux pratiques débutent à 09h00. Comment se rendre à Saint-Cyr

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 On traite ici un cas très simple d analyse de structure au travers du logiciel RDM Le Mans. Le modèle à analyser est composé d une structure encastrée dans

Plus en détail

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle.

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. TP force centrifuge Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : Étudier la force centrifuge dans le cas d un objet ponctuel en rotation uniforme autour d un axe fixe. 1 Présentation

Plus en détail

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES OBJECTIFS CELERITE DES ONDES SONORES Mesurer la célérité des ondes sonores dans l'air, à température ambiante. Utilisation d un oscilloscope en mode numérique Exploitation de l acquisition par régressif.

Plus en détail

Travaux Pratiques de Mécanique : Mécanique des Milieux Continus (3A004)

Travaux Pratiques de Mécanique : Mécanique des Milieux Continus (3A004) Travaux Pratiques de Mécanique : Mécanique des Milieux Continus (3A004) Les TP se déroulent de 09h00 à 12h00 et de 13h30 à 16h30. Le code d accès au site de Saint-Cyr est 1345. Comment se rendre sur le

Plus en détail

Travaux Pratiques d'hyperfréquence

Travaux Pratiques d'hyperfréquence Travaux Pratiques d'hyperfréquence GLEE604 Sommaire : 1 Ligne en régime impulsionnel 2 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de la fréquence 3 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE VIBRATIONS ET ONDES

TRAVAUX PRATIQUES DE VIBRATIONS ET ONDES TRAVAUX PRATIQUES DE VIBRATIONS ET ONDES PREPARATION Le polycopié est à lire attentivement avant les séances. Certains sujets comportent une étude préparatoire (partie A) qui doit être rédigée avant la

Plus en détail

CLASSE DE SECONDE. Enseignement d Exploration PARTIE 1 PRINCIPE DU PANNEAU SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE

CLASSE DE SECONDE. Enseignement d Exploration PARTIE 1 PRINCIPE DU PANNEAU SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE CLASSE DE SECONDE Enseignement d Exploration Création et Innovation Technologique Dossier de Travail PARTIE 1 PRINCIPE DU PANNEAU SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE En vous basant sur des recherches Internet et les

Plus en détail

Writer. Le logiciel se présente directement avec une page vierge, prête à l emploi pour créer votre nouveau document.

Writer. Le logiciel se présente directement avec une page vierge, prête à l emploi pour créer votre nouveau document. Writer Attention : Les documents faits avec Writer ne pourront être lu qu avec Writer, sauf manipulation permettant l échange avec d autres logiciels. Le logiciel se présente directement avec une page

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

Devoir à la maison en algorithmique (2 nde )

Devoir à la maison en algorithmique (2 nde ) Devoir à la maison en algorithmique (2 nde ) Introduction Quel constat : Les devoirs à la maison permettent de soutenir les apprentissages des élèves et prennent en compte la diversité des aptitudes des

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

THÈME : LA SANTÉ LE DIAGNOSTIC MÉDICAL ONDES ULTRASONORES PRINCIPE DE L'ECHOGRAPHIE

THÈME : LA SANTÉ LE DIAGNOSTIC MÉDICAL ONDES ULTRASONORES PRINCIPE DE L'ECHOGRAPHIE T.P PHYSIQUE SECONDE. THÈME : LA SANTÉ LE DIAGNOSTIC MÉDICAL ONDES ULTRASONORES PRINCIPE DE L'ECHOGRAPHIE TP P5 F.MISTRAL 2010 NOM :... PRÉNOM :... CLASSE :... DATE :... I. INTRODUCTION a) L échographie

Plus en détail

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE Le but d une expérience de laboratoire est souvent de vérifier un résultat théorique à l aide d un montage. Puisqu il est impossible (sinon très rare)

Plus en détail

Classe(s) : 3 ème 2 nde

Classe(s) : 3 ème 2 nde Le toit de René Classe(s) : 3 ème 2 nde Approche de la notion de fonction à l aide d une situation concrète 1) Objectifs Mathématiques : - Notion de variable et notion de fonction. - Réinvestissement de

Plus en détail

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF PHYSQ 126: Circuits RLC 1 CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF 1 Introduction. Le but de cette expérience est d introduire le concept de courant alternatif (en anglais, Alternating Current ou AC) et d étudier

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME

TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES Champ professionnel : Alarme Sécurité Incendie SOUS - EPREUVE E12 TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Durée 3 heures coefficient 2 Note

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

TP 1 : sources électriques

TP 1 : sources électriques Objectif : étudier différents dipôles actifs linéaires ou non linéaires. Les mots générateur et source seront considérés comme des synonymes 1 Source dipolaire linéaire 1.1 Méthode de mesure de la demie-tension

Plus en détail

Une histoire de boîte (F Estevens) Ou comment faire évoluer la notion de fonction du collège au lycée à partir. d une même problématique?

Une histoire de boîte (F Estevens) Ou comment faire évoluer la notion de fonction du collège au lycée à partir. d une même problématique? Une histoire de boîte (F Estevens) Ou comment faire évoluer la notion de fonction du collège au lycée à partir Enoncé : d une même problématique? Une histoire de boîtes (cinquième) On dispose d une feuille

Plus en détail

NOTICE TELESERVICES : Déclarer la liasse IS

NOTICE TELESERVICES : Déclarer la liasse IS NOTICE TELESERVICES : Déclarer la liasse IS Sommaire Sommaire... 1 Objet de la notice... 2 A qui s adresse cette notice?... 2 Pré-requis... 2 Le guide pas à pas pour saisir et transmettre une déclaration

Plus en détail

TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique Tektronix TDS (210 ou 1001B) bicourbe,

Plus en détail

ELECTROMAGNETISM EXEMPLES

ELECTROMAGNETISM EXEMPLES EXEMPLES 1. Représentation globale du champ électrique 2. Graphiques et export CSV sous Microsoft Excel 3. Configuration de Helmholtz 4. Condensateur plan 5. Limaille de fer autour d une bobine 6. Trajectoire

Plus en détail

Manuel de mise en page de l intérieur de votre œuvre

Manuel de mise en page de l intérieur de votre œuvre Manuel de mise en page de l intérieur de votre œuvre Le strict suivi de ce manuel vous permettra de ne pas avoir à payer les frais de mise en page. Le but de ce manuel est de vous aider à préparer un livre

Plus en détail

MODULE LA3M3 VIBRATIONS, EQUILIBRE ET STABILITE

MODULE LA3M3 VIBRATIONS, EQUILIBRE ET STABILITE Avant la séances de TP : ICENCE DE MECANIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE MECANIQUE DES SOIDES MODUE A3M3 VIBRATIONS, EQUIIBRE ET STABIITE le polycopié doit être lu attentivement les parties théoriques à préparer

Plus en détail

Dans l idéal, ceci devrait être fait en amont pour chaque image envoyée sur l espace de stockage de votre site internet.

Dans l idéal, ceci devrait être fait en amont pour chaque image envoyée sur l espace de stockage de votre site internet. 1- Optimiser le poids de votre image : Dans l idéal, ceci devrait être fait en amont pour chaque image envoyée sur l espace de stockage de votre site internet. Tous les types d utilisateurs (auteur, publicateur,

Plus en détail

NOTICE TELESERVICES : Déclarer la DNS

NOTICE TELESERVICES : Déclarer la DNS NOTICE TELESERVICES : Déclarer la DNS Sommaire Sommaire... 1 Objet de la notice... 3 A qui s adresse cette notice?... 3 Pré-requis... 3 Le guide pas à pas pour saisir et transmettre une déclaration DNS...

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique FOUGERAY P. ANNE J.F. TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique bi courbe,

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche. Centre Organisateur : ARTS & METIERS PARISTECH. Concours Externe BAP C

Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche. Centre Organisateur : ARTS & METIERS PARISTECH. Concours Externe BAP C N D ANONYMAT : Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Centre Organisateur : ARTS & METIERS PARISTECH Concours Externe BAP C Technicien en instrumentation scientifique, expérimentation

Plus en détail

Evitement d obstacles

Evitement d obstacles Evitement d obstacles Version 1.0 POBTechnology Thème général Eviter les obstacles avec le robot POB Capacités Récupérer des données depuis un robot Analyser des données et les traiter pour éviter un obstacle

Plus en détail

Aller plus loin avec le tableur : réaliser un suivi du budget du ménage

Aller plus loin avec le tableur : réaliser un suivi du budget du ménage 26 février 2013 p 1 Aller plus loin avec le tableur : réaliser un suivi du budget du ménage Pour permettre au plus grand nombre de réaliser cet exercice, nous utiliserons le logiciel libre Libre Office

Plus en détail

Créer une carte de visite Avec Open Office Writer

Créer une carte de visite Avec Open Office Writer Introduction Créer une carte de visite Concurrent direct de Microsoft Office, OpenOffice.org est une suite bureautique gratuite. Aujourd hui nous voyons le programme Writer (comparable à Word), c'est-à-dire

Plus en détail

Dossier d utilisation

Dossier d utilisation Dossier d utilisation Lancer le logiciel Microsoft WORD. Page 1 Ouvrir Un fichier existant Page 1 Créer (ou Ouvrir) un nouveau document Page 2 Sauvegarder un nouveau fichier Page 2 Enregistrer un document

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD. Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier.

LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD. Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier. BTS ÉLECTROTECHNIQUE LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier. BTS Electrotechnique Thème 8 : la gestion des coûts THEME 8 :

Plus en détail

Gestion des stocks. Somme du stock «En cours» des 6 lieux de stockage

Gestion des stocks. Somme du stock «En cours» des 6 lieux de stockage Gestion des stocks La case «gestion du stock» doit être cochée dans la fiche de l article pour que celui-ci soit mouvementé. Vous pouvez gérer 6 stocks (stock de 0 à 5). Le stock inscrit en rouge correspond

Plus en détail

TP N 26 : ETUDE DU CHANGEMENT D ETAT D UN CORPS PUR

TP N 26 : ETUDE DU CHANGEMENT D ETAT D UN CORPS PUR TP N 26 : ETUDE DU CHANGEMENT D ETAT D UN CORPS PUR 1 I. Objectif. On se propose d étudier la vaporisation de l eau, considérée comme un corps pur. A l aide de deux capteurs de température et de pression,

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 15 Volant de badminton en perte d énergie?

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 15 Volant de badminton en perte d énergie? FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 15 Type d'activité Activité expérimentale Notions et contenus du programme de 1 ère S Compétences attendues du programme de 1 ère S Énergie d un point matériel

Plus en détail

Classe(s) : 3 ème / 2 nde

Classe(s) : 3 ème / 2 nde Le toit de René Classe(s) : 3 ème / 2 nde Approche de la notion de fonction à l aide d une situation concrète 1) Objectifs Mathématiques : - Notion de variable et notion de fonction. - Réinvestissement

Plus en détail

Guide d utilisation de la machine à graver

Guide d utilisation de la machine à graver Guide d utilisation de la machine à graver Dans l exemple qui va suivre, je vais vous décrire comment graver sur une carte de 15 cm sur 3 cm l inscription suivante : BEP SEID 1 ère étape : Dessinez les

Plus en détail

TP focométrie. Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé.

TP focométrie. Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé. TP focométrie Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé. Objectifs : déterminer la distance focale de divers lentilles minces par plusieurs méthodes. 1 Rappels 1.1 Lentilles... Une lentille

Plus en détail

STRESSI Calcul de Structures & Informatique

STRESSI Calcul de Structures & Informatique STRESSI Calcul de Structures & Informatique Bureaux : 6 Rue Joachim du Bellay 78590 NOISY LE ROI Standard: 01.30.56.74.34 Mobile 06.50.302.403 Email : info@stressi.fr DEMONSTRATION ARIANE BOIS Introduction

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Licence IOVIS 2011/2012 Optique géométrique Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Table des matières 1 Systèmes centrés 2 1.1 Vergence................................ 2 1.2 Eléments cardinaux..........................

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

TP Cours Focométrie des lentilles minces divergentes

TP Cours Focométrie des lentilles minces divergentes Noms des étudiants composant le binôme : TP Cours ocométrie des lentilles minces divergentes Estimer la distance focale image d une lentille divergente est moins aisé que de déterminer celle d une lentille

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

L électricité : êtes-vous au courant? Guide d utilisation du multimètre DMR-1100. Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec

L électricité : êtes-vous au courant? Guide d utilisation du multimètre DMR-1100. Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec L électricité : êtes-vous au courant? Guide d utilisation du multimètre DMR-1100 SO f AD Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec Ce guide a été produit par la Société de formation

Plus en détail

Cinématique et optique géométrique

Cinématique et optique géométrique Cinématique et optique géométrique PHY-5061-2 Activité notée 4 Date de remise :... Identification Nom :... Adresse :...... Tél :... Courriel :... Note :... /100 PHY-5061-2 CINÉMATIQUE ET OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Plus en détail

Concepts de base de Word

Concepts de base de Word Concepts de base de Word Word est une application performante de traitement de texte et de mise en page. Pour en tirer le meilleur parti, il faut d abord en comprendre les concepts de base. Ce didacticiel

Plus en détail

Etude d un phénomène périodique

Etude d un phénomène périodique Seconde Thème santé Activité n (expérimentale) Etude d un phénomène périodique Connaissances Compétences - Savoir identifier un signal périodique, en repérant l'un de ses motifs - Savoir déterminer la

Plus en détail

INTRODUCTION AU LOGICIEL SPHINX

INTRODUCTION AU LOGICIEL SPHINX INTRODUCTION AU LOGICIEL SPHINX Sphinx est un logiciel d'enquête et d'analyse des données. Il permet de vous assister dans chacune des quatre grandes étapes de réalisation d'une enquête : 1. L élaboration

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

PRISE EN MAIN D UN TABLEUR. Version OPEN OFFICE

PRISE EN MAIN D UN TABLEUR. Version OPEN OFFICE PRISE EN MAIN D UN TABLEUR Version OPEN OFFICE Prise en main d un tableur page 2 1. L utilisation de la souris Pour faire fonctionner un tableur, on utilise le clavier mais aussi la souris. Rappelons,

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive. Comment installer le format de compression divx?

QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive. Comment installer le format de compression divx? Lycée Bi h t QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive Il semble nécessaire d utiliser des fichiers images, de grande taille généralement, aussi, nous proposons

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DES OUTILS AUTONOMES : L OUTIL DE GESTION DE PARAPHEUR

MANUEL D UTILISATION DES OUTILS AUTONOMES : L OUTIL DE GESTION DE PARAPHEUR MANUEL D UTILISATION DES OUTILS AUTONOMES : L OUTIL DE GESTION DE PARAPHEUR Vous allez utiliser les services en ligne de la plate forme de dématérialisation de la Salle des Marchés achatpublic.com. Ce

Plus en détail

Traitement de texte et publipostage

Traitement de texte et publipostage Outils Informatiques Mias 1 TP 3 Traitement de texte et publipostage Première partie : principes du traitement de texte Cette séance de travaux pratiques va commencer par quelques manipulations de l éditeur

Plus en détail

Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage

Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage Merci de suivre strictement les recommandations de ce manuel qui a pour but de vous aider à préparer un livre dont la qualité de mise en page est

Plus en détail

D.A.E. DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE DE TWINGO

D.A.E. DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE DE TWINGO Lycée Chevalier d Eon - Tonnerre D.A.E. DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE DE TWINGO MODULE 1 Station de mesure Calculateur Régime Capteur de couple Capteur de Vitesse Prise diagnostique MODULE 4 Diagnostic

Plus en détail

Leçon N 2E Utilisation d un traitement de texte (2 ème partie)

Leçon N 2E Utilisation d un traitement de texte (2 ème partie) Leçon N 2E Utilisation d un traitement de texte (2 ème partie) Nous allons travailler sur la MISE EN FORME d un document. 1 Mise en forme des caractères Les logiciels Word et Writer regroupent les commandes

Plus en détail

Travaux Pratiques CARACTERISATION DE LA REPONSE DU PILOTE A UN ECHELON DE CAP

Travaux Pratiques CARACTERISATION DE LA REPONSE DU PILOTE A UN ECHELON DE CAP PSI * 24/01/14 Lycée P.Corneille Réponse à un échelon de cap.doc Page : 1 Travaux Pratiques CARACTERISATION DE LA REPONSE DU PILOTE A UN ECHELON DE CAP Temps alloué 2 heures Vous disposez: du pilote TP5000

Plus en détail

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite»

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» Règlement du concours Page 1/5 Article 1 : Introduction La compétition est ouverte exclusivement aux Écoles et Universités. L objectif est de concevoir et fabriquer

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

NOTICE TELESERVICES : Déclarer vos revenus

NOTICE TELESERVICES : Déclarer vos revenus NOTICE TELESERVICES : Déclarer vos revenus Sommaire SOMMAIRE... 1 OBJET DE LA NOTICE... 2 A QUI S ADRESSE CETTE NOTICE?... 2 PRE-REQUIS... 2 LE GUIDE PAS A PAS POUR SAISIR VOTRE DECLARATION DES REVENUS...

Plus en détail

Application RegBL. Mode d emploi pour les communes du canton de Fribourg. Service de la statistique SStat Amt für Statistik StatA

Application RegBL. Mode d emploi pour les communes du canton de Fribourg. Service de la statistique SStat Amt für Statistik StatA Service de la statistique SStat Amt für Statistik StatA Rue Joseph-Piller 3, 70 Fribourg T +4 6 305 8 3, F +4 6 305 8 8 www.fr.ch/sstat Application RegBL Mode d emploi pour les communes du canton de Fribourg

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

ECHANTILLONNAGES Fiche de repérage

ECHANTILLONNAGES Fiche de repérage M Objectifs pédagogiques généraux : Fiche de repérage Type : Activité d approche de la notion de fluctuation d échantillonnage et d intervalle de confiance à travers quelques simulations. Niveau : Lycée

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES SUJET C12

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES SUJET C12 Sujet C12 Page 1 sur 7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES SUJET C12 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche concernant les logiciels

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Réaliser une carte de vœux

Réaliser une carte de vœux Réaliser une carte de vœux - 6 janvier 2014 p 1 Réaliser une carte de vœux Un petit tutoriel de saison, qui utilisera les connaissances acquises autour de la gestion de vos photos, et le logiciel libre

Plus en détail

Mise en ligne de Photos sur le Site «Les Chemins de Traverse» - Page 1 / 12

Mise en ligne de Photos sur le Site «Les Chemins de Traverse» - Page 1 / 12 Mise en ligne de Photos sur le Site «Les Chemins de Traverse» - Page 1 / 12 Table des matières 1. Préambule... 3 2. Geosetter... 4 3. S identifier sur Google... 7 4. Aller sur le site «Les Chemins de Traverse»...

Plus en détail

BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE

BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 L usage d'une calculatrice EST autorisé Ce sujet comporte trois exercices (l exercice de spécialité figurant sur une feuille séparée). Chaque

Plus en détail

Tutoriel ActivInspire

Tutoriel ActivInspire Le logiciel ActivInspire est un logiciel pour Tableau Blanc Interactif (TBI) de la marque Promethean. Le logiciel peut être installé dans la salle de classe et sur le poste personnel de l enseignant lorsque

Plus en détail

Type de ressources : Mise en œuvre d une évaluation des compétences expérimentales à l aide d une tablette tactile.

Type de ressources : Mise en œuvre d une évaluation des compétences expérimentales à l aide d une tablette tactile. Type de ressources : Mise en œuvre d une évaluation des compétences expérimentales à l aide d une tablette tactile. Notions et contenus : L idée de ce document est de montrer comment l utilisation d une

Plus en détail

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes Niveau : terminale S. Thème : Calcul d incertitudes à l aide d outils numériques Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique» MODULE REACTEUR Guide TP 1 / 30 Guide TP SOMMAIRE Objectifs de la séance et travail à effectuer 3 page Utilisation du simulateur 3 Fiche 1 Premiers éléments du bilan thermique 11 Fiche 2 Conduite d une

Plus en détail

Création d album et mise en ligne de Photos sur le Site «Les Chemins de Traverse» - Page 1 / 14

Création d album et mise en ligne de Photos sur le Site «Les Chemins de Traverse» - Page 1 / 14 Création d album et mise en ligne de Photos sur le Site «Les Chemins de Traverse» - Page 1 / 14 Table des matières 1. Préambule... 3 2. Geosetter... 4 3. S identifier sur Google... 7 4. Aller sur le site

Plus en détail

Initiation Word_ Mod 1.doc Module 1. Avant propos.

Initiation Word_ Mod 1.doc Module 1. Avant propos. Initiation WORD. Module 1 : La présentation de Word Système d exploitation utilisé : Windows XP Service Pack 2 Créé par Xavier CABANAT Version 1.0 Document créé par Xavier CABANAT Page 1 sur 9 Avant propos.

Plus en détail

DURÉE PUBLIC CONCERNÉ PRÉ-REQUIS 1 jour / 7 heures Tous publics, en particulier les personnes ne Aucun pré-requis n est nécessaire

DURÉE PUBLIC CONCERNÉ PRÉ-REQUIS 1 jour / 7 heures Tous publics, en particulier les personnes ne Aucun pré-requis n est nécessaire 38 A-005 1 jour / 7 heures Tous publics, en particulier les personnes ne Aucun pré-requis n est nécessaire maîtrisant pas du tout l outil informatique OUTIL PÉDAGOGIQUE Méthode pédagogique dite «Découverte»,

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

CMS Modules Dynamiques - Manuel Utilisateur

CMS Modules Dynamiques - Manuel Utilisateur CMS Modules Dynamiques - Manuel Utilisateur 1. Introduction Le modèle CMS Le modèle des «Content Management Systems» proposé par MUM est un type particulier de sites web dynamiques, ayant comme avantage

Plus en détail

Manuel d utilisation du CMS

Manuel d utilisation du CMS Manuel d utilisation du CMS ---------------------------- Le gestionnaire de contenu Web et son manuel d utilisation sont une production Global-Média inc. Cet ouvrage est assujetti aux lois sur les droits

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET N

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET N TP Ac ExAO. Page 1/5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET N Ce document comprend : - une fiche descriptive du sujet destinée à l examinateur : Page 2/5 -

Plus en détail

- JE DEBUTE - 2 Avril 2014 INITIATION AU TRAITEMENT DE TEXTE

- JE DEBUTE - 2 Avril 2014 INITIATION AU TRAITEMENT DE TEXTE - JE DEBUTE - 2 Avril 2014 INITIATION AU TRAITEMENT DE TEXTE 1 1 1. Logiciel libre : Apache OPenOffice (Ooo) OBJECTIF DE LA SEANCE Découvrir les fonctions de base du traitement de texte afin d être autonome

Plus en détail