Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers"

Transcription

1 SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 199 terdecies- 0 A du Article 885-O V bis du Article 200 du Article 199 tervicies du Article 199 sexvicies du Article 199 septvicies du Article 199 sexdecies du Article 200 quaterdecies du Article 200 quater du Article 200 quater B du Article 200 quater A du Article 199 sexdecies du Articles 199 undecies A, B et C du Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers BOI 5 B du 12 mai 2009 Septembre 2009

2

3 Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers Vos notes et remarques : 1 Principales réductions d impôt en faveur des particuliers Souscription au capital de PME Réduction d impôt sur le revenu pour souscription au capital de PME Réduction d ISF pour la souscription au capital d une PME Réduction d impôt au titre du mécénat des particuliers Réductions d impôt au titre de l investissement locatif Réduction d impôt «Malraux» Réduction d impôt en faveur des investissements locatifs dans les résidences meublées Réduction d impôt Scellier Réductions d impôt Investissements Outre-mer Principaux crédits d impôt Crédit d impôt en cas d acquisition de son habitation principale Crédit d impôt en faveur du développement durable Crédit d impôt en faveur de l aide aux personnes Crédit d impôt pour frais de garde des jeunes enfants Emploi d un salarié à domicile Synthèse d experts Septembre

4 Fiscal Vos notes et remarques Au fil des années, la fiscalité est devenue un outil au service de la politique économique de notre pays. Les mesures d incitations fiscales se sont multipliées tant en faveur des entreprises que des particuliers. De nombreux dispositifs sont aujourd hui offerts au contribuable personne physique qui souhaite réduire le montant de son impôt sur le revenu à travers certains investissements. La fiscalité incitative peut revêtir différentes formes. On distingue aujourd hui : - d une part, les déductions du revenu, qui affectent directement la base imposable et qui peuvent prendre la forme de déductions du revenu catégoriel ou de déductions du revenu global ; - et, d autre part, les réductions et crédits d impôt qui viennent directement minorer le montant de l impôt dû, étant précisé que les crédits d impôt sont restituables contrairement aux réductions d impôt. Qu il s agisse d une déduction du revenu catégoriel ou d une déduction du revenu global, l avantage en impôt va dépendre de la tranche d imposition du contribuable. La solution est différente en présence d une réduction ou d un crédit d impôt pour lequel l avantage fiscal est identique quel que soit le montant des revenus du contribuable et donc sa tranche d imposition. Les réductions d impôt sur le revenu sont aujourd hui nombreuses. Elles doivent résulter de l application d un texte spécifique. Le taux de la réduction d impôt détermine directement le montant de l avantage fiscal octroyé qui sera identique pour tous les contribuables ayant investi la même somme, quel que soit le montant de leurs revenus. L existence d une réduction d impôt ne modifie ni l assiette des prélèvements sociaux, ni le montant du revenu à prendre en compte pour le calcul du bouclier fiscal. Il est fréquent que le législateur prévoie l application d un plafond spécifique en limitant le montant des dépenses à prendre en compte ou en limitant directement le montant de la réduction d impôt. Ces différents plafonds sont notamment fonction de la situation personnelle et familiale du contribuable. Si la réduction d impôt paraît plus juste que les mécanismes de déduction du revenu, chaque contribuable disposant du même avantage en impôt, il n en demeure pas moins que seuls les contribuables imposables en bénéficient. Cette situation conduit le législateur à substituer au mécanisme de la réduction d impôt, celui du crédit d impôt qui présente pour le contribuable un caractère restituable. Le crédit d impôt fonctionne généralement comme la réduction d impôt : nécessité d un texte spécifique, avantage fiscal identique pour tous les contribuables et existence de mesures de plafonnement. Le caractère restituable du crédit d impôt permet d assurer une parfaite équité à l égard de l ensemble des contribuables. Cependant il constitue systématiquement un coût pour l Etat et a été qualifié «d impôt négatif». L existence d un crédit d impôt ne modifie ni l assiette des prélèvements sociaux, ni le montant du revenu à prendre en compte dans le cadre du bouclier fiscal. Par ailleurs, la loi de finances pour 2009 instaure une mesure de plafonnement des avantages fiscaux en matière d impôt sur le revenu souvent qualifiés de «niches fiscales». Ce nouveau dispositif, qui s inscrit dans le prolongement de la réforme de l impôt sur le revenu entreprise en 2006 avec l aménagement du barème et l instauration du bouclier fiscal, consiste à limiter le montant des avantages fiscaux dont peut bénéficier le foyer fiscal à la somme de majorée de 10 % du revenu imposable. Applicable à compter de l imposition des revenus de 2009, ce nouveau plafonnement s accompagne de l aménagement et 4 Synthèse d experts Septembre 2009

5 Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers Vos notes et remarques : de la modification de certains dispositifs incitatifs afin de donner son plein effet à la mesure. Par son adoption, le législateur a souhaité respecter le principe d équité fiscale tout en maintenant le caractère incitatif des mécanismes existants. Ainsi, ces aménagements consistent, d une part, à transformer certains dispositifs d incitation fiscale prenant la forme d une déduction du revenu en une réduction d impôt et, d autre part, à mettre en place des mesures de plafonnements, spécifiques, pour chaque dispositif se cumulant avec la mesure de plafonnement général. La transformation de déductions du revenu en réductions d impôt permet de limiter la portée de l avantage fiscal octroyé à l impôt sur le revenu. Par ailleurs, le montant de l avantage fiscal est plus facile à déterminer en présence d une réduction d impôt qu en présence d une déduction du revenu. C est pourquoi le législateur a notamment décidé de transformer les dispositifs «Robien», «Borloo» et «Malraux» en réductions d impôt supprimant, ainsi toute déduction de l assiette des revenus fonciers. L instauration de mesures de plafonnements, spécifiques, pour les avantages fiscaux soumis au plafonnement global permet de renforcer l attrait de certains dispositifs jugés plus utiles sur le plan économique que d autres. Le régime des investissements outre-mer fait ainsi désormais l objet de mesures de limitation spécifiques, le montant du plafond étant fonction de la nature de l investissement réalisé et de la qualité de l investisseur. Au cours de ces dernières années, le législateur a multiplié les dispositifs incitatifs poursuivant ainsi différents objectifs : favoriser les économies d énergie, la politique environnementale, ou encore l investissement dans les entreprises. L objectif de cette note est d offrir un panorama des principales réductions et des principaux crédits d impôt qui existent en faveur des particuliers, sachant que parfois l avantage fiscal est une aide unique qui prend la forme, selon le cas, d un crédit d impôt ou d une réduction d impôt (cas notamment de l emploi d un salarié à domicile). 1 Principales réductions d impôt en faveur des particuliers 1.1 Souscription au capital de PME Réduction d impôt sur le revenu pour souscription au capital de PME Aux termes de l article 199 terdecies-0 A du Code général des impôts, les contribuables qui souscrivent au capital d une PME opérationnelle non cotée ou participent à l augmentation de capital peuvent, sous certaines conditions bénéficier d une réduction d impôt sur le revenu égale à 25 % du montant des investissements retenus dans la limite annuelle de ou selon la situation familiale du contribuable. Le contribuable doit prendre l engagement de conserver les titres remis en échange pendant 5 ans. La fraction des investissements excédant la limite annuelle ouvre droit à la réduction d impôt dans les mêmes conditions au titre des quatre années suivantes. La loi de finances rectificative pour 2008 renforce le mécanisme de la réduction d impôt sur le revenu pour souscription au capital des PME. Elle prévoit un Synthèse d experts Septembre

6 Fiscal Vos notes et remarques plafond d investissement majoré pour les souscriptions au capital des très petites entreprises créées depuis moins de 5 ans et qui sont en phase d amorçage, de démarrage ou d expansion. Enfin, l avantage fiscal obtenu entre dans le champ d application du mécanisme de plafonnement global des avantages fiscaux Réduction d ISF pour la souscription au capital d une PME Depuis l intervention de la loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat (loi TEPA), les contribuables qui souscrivent au capital d une PME (au sens communautaire) soit directement, soit par l intermédiaire d un holding ou de fonds (FIP, FCPR ou FCPI), peuvent bénéficier, sous certaines conditions, d une réduction d ISF à hauteur de 75 % ou 50 % des investissements. L avantage fiscal prévu par l article 885-O V bis du Code général des impôts est réservé aux souscriptions bénéficiant directement ou indirectement à une société répondant à certaines conditions, et notamment l exercice d une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale, à l exclusion des activités de gestion de patrimoine (gestion immobilière ou de portefeuille). La réduction d ISF est plafonnée à ou selon le cas. Il n est pas possible de cumuler pour un même montant investi la réduction d ISF et la réduction de l impôt sur le revenu prévue à l article 199 terdecies-0 A du Code général des impôts. Le bénéfice de la réduction d impôt est par ailleurs subordonné à la conservation des titres souscrits jusqu au 31 décembre de la cinquième année suivant celle au cours de laquelle la souscription a été réalisée par le contribuable. 1.2 Réduction d impôt au titre du mécénat des particuliers Aux termes de l article 200 du Code général des impôts, les dons ou subventions versés à certains organismes d intérêt général par les particuliers fiscalement domiciliés en France ouvrent droit à une réduction d impôt sur le revenu de 66 % ou 75 %, dans la limite d un pourcentage du revenu imposable ou pour une fraction de leur montant. La réduction d impôt est accordée au titre de l année au cours de laquelle sont versés les dons ou les subventions. Une mesure de report des versements excédentaires sur les cinq années suivant celle de la réalisation du don est prévue pour les dons versés aux organismes autres que ceux venant en aide aux personnes en difficulté. En cas d excédent, le reliquat n est ni reportable, ni remboursable. La réduction d impôt n est pas soumise au plafonnement global des avantages fiscaux. Une autre réduction d impôt sur le revenu, codifiée à l article 199 duovicies du Code général des impôts, est instituée pour les dépenses payées à compter du 1 er janvier 2008 par les propriétaires privés (fiscalement domiciliés en France) d objets mobiliers classés monuments historiques. La réduction d impôt est égale à 25 % du montant des dépenses engagées par le propriétaire, dans la limite annuelle de par contribuable, soit ( x 25 %). 1.3 Réductions d impôt au titre de l investissement locatif Réduction d impôt «Malraux» 6 Synthèse d experts Septembre 2009

7 Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers Vos notes et remarques : Certaines opérations de restauration immobilière complète dans certaines zones protégées donnent droit à l'imputation du déficit foncier sans limitation de montant sur le revenu global. Ce régime est appelé «la loi Malraux». Soucieux de plafonner les avantages fiscaux, le législateur a, dans le cadre de la loi de finances pour 2009, supprimé ce régime d'imputation des charges voir des déficits pour le transformer en une réduction d impôt (codifiée à l article 199 tervicies du Code général des impôts) applicable aux opérations de restauration immobilière pour lesquelles une demande permis de construire ou une déclaration de travaux est déposée à compter du 1 er janvier L article 27 de la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l exclusion en date du 25 mars 2009 étend cette réduction d impôt jusqu au 31 décembre 2015 aux dépenses de restauration complète d un immeuble bâti dans un quartier ancien dégradé. Les biens visés par la réduction d impôt sont les locaux à usage d habitation ou professionnel situés dans certains secteurs et le taux de la réduction est différent selon la zone où est localisé l immeuble, soit en principe : - au taux de 40 % en secteur sauvegardé ou dans les quartiers anciens dégradés ; - au taux de 30 % pour les opérations en zone de protection de patrimoine architectural, urbain et paysager. Le s dépenses ouvrant droit à la réduction sont retenues dans la limite annuelle de , soit une réduction d impôt maximale annuelle de ou en fonction du secteur de situation du bien immobilier. L avantage fiscal obtenu entre dans le champ d application du mécanisme de plafonnement global des avantages fiscaux Réduction d impôt en faveur des investissements locatifs dans les résidences meublées Le régime des loueurs en meublé professionnels a été modifié à compter du 1 er janvier 2009 par la loi de finances pour Codifiée à l article 199 sexvicies du Code général des impôts, une réduction d'impôt est désormais accordée aux loueurs en meublé non professionnels qui investissent, entre le 1 er janvier 2009 et le 31 décembre 2012, dans certaines résidences meublées (notamment, résidences pour étudiants ou pour personnes âgées). L article 15 de la deuxième loi de finances rectificative pour 2009 a aménagé le dispositif d origine de manière substantielle en alignant les conditions applicables à cette réduction d impôt sur les conditions de la réduction d impôt Scellier. Ainsi, elle est égale à 25 % ou 20 % du prix de revient du logement, pris dans la limite de La réduction d'impôt s'applique aux acquisitions de logements réalisées entre le 1 er janvier 2009 et le 31 décembre 2012 (mesures transitoires pour les programmes de construction en cours) et est imputable sur l impôt sur le revenu dû au titre de l année de l achèvement du logement ou de son acquisition si elle est postérieure et sur les huit années suivantes. L avantage fiscal est soumis au plafonnement global des avantages fiscaux. L excédent de la réduction d impôt par rapport à l impôt sur le revenu dû au titre d une année d imposition est imputable sur l impôt sur le revenu dû au titre des 6 années suivantes. Synthèse d experts Septembre

8 Fiscal Réduction d impôt Scellier Vos notes et remarques Dans le cadre du plafonnement global des avantages fiscaux mis en place par la loi de finances pour 2009, les régimes dérogatoires des revenus fonciers en matière d investissements immobiliers locatifs ont été profondément réformés. Ainsi, les mécanismes de déduction des revenus fonciers au titre de l amortissement «Robien recentré» et «Borloo neuf» sont supprimés à compter du 1 er janvier Une nouvelle réduction d impôt applicable aux investissements concernés par les dispositifs supprimés est instituée par l article 199 septvicies du Code général des impôts, la réduction d impôt Scellier. Cette réduction d impôt sur le revenu s applique, à compter du 1 er janvier 2009, aux contribuables domiciliés en France qui acquièrent ou font construire des logements neufs dans certaines zones du territoire se caractérisant par un déséquilibre entre l offre et la demande de logements, qu ils s engagent à donner en location nue à usage d habitation principale pour une durée minimale de neuf ans. Au titre d une même année d imposition, un seul logement peut ouvrir droit à la nouvelle réduction d impôt. L acquisition du logement, ou le dépôt de la demande de permis de construire dans le cas d un logement que le contribuable fait construire, doit intervenir au plus tard le 31 décembre La réduction d impôt s applique également aux contribuables qui souscrivent, entre le 1 er janvier 2009 et le 31 décembre 2012, des parts de sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) réalisant ces mêmes investissements. L administration vient de commenter le dispositif dans une instruction fiscale 5 B en date du 12 mai Notons également que la réduction d impôt Scellier a été étendue et aménagée pour les territoires d outre-mer. La base de l avantage fiscal est constituée par le prix d acquisition ou le prix de revient global de l investissement, retenu dans la limite de La réduction d impôt est fixée à 25 % pour les investissements réalisés en 2009 et 2010, et à 20 % pour les investissements réalisés en 2011 et Lorsque la location est consentie dans le secteur intermédiaire, le contribuable bénéficie d avantages fiscaux complémentaires. La réduction est étalée sur neuf années, à raison chaque année d un neuvième de son montant. L avantage fiscal est soumis au plafonnement global des avantages fiscaux. Pour les investissements réalisés en 2009, le contribuable peut choisir entre les dispositifs dits «Robien» et «Borloo» et la nouvelle réduction d impôt, sans toutefois pouvoir cumuler ces avantages au titre d un même investissement. 1.4 Réductions d impôt Investissements Outre-mer Les particuliers peuvent bénéficier d une réduction d impôt sur le revenu pour les investissements outre-mer qu ils réalisent dans l immobilier. Ce régime a été profondé ment modifié par la loi de finances pour 2009 qui a instauré des mesures de plafonnement, ainsi que pa r la loi pour le développement économique des outre-mer du 27 mai En outre, de nouveaux avantages fiscaux sont créés en faveur des investissements réalisés par les particuliers dans le secteur du logement par la loi (article 199 undecies C du Code général des impôts). Le dispositif d investissement locatif des investissements destinés à l habitation principale du contribuable (article 199 undecies A du Code général des impôts) 8 Synthèse d experts Septembre 2009

9 Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers Vos notes et remarques : est aménagé pour les investissements effectués à compter du 27 mai La défiscalisation par le biais des investissements destinés à la location est progressivement supprimé : - dans le secteur libre, la réduction est fixée à 40 % jusqu en 2010 et à 30 % en Elle est supprimée à compter de 2012 ; - dans le secteur intermédiaire, la réduction est fixée à 50 % jusqu en 2010, 45 % en 2011, 35 % en Elle est supprimée à compter de Le dispositif Scellier est par ailleurs étendu à l ensemble des départements d outre-mer (DOM) et communes d outre-mer (COM) (Saint-Barthélémy, Saint- Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et îles Wallis-et-Futuna). Il s applique jusqu au 31 décembre 2013 lorsque l investissement est donné en location dans le secteur libre et jusqu au 31 décembre 2017 lorsque l investissement est donné en location dans le secteur intermédiaire. La réduction d impôt des particuliers qui investissent outre-mer, dans le cadre d une entreprise (article 199 undecies B du Code général des impôts), est aménagée par la loi pour le développement économique des outre-mer. Les réductions d impôt pour investissements outre-mer font en principe l objet du plafonnement spécifique des avantages fiscaux outre-mer et elles entrent également dans le champ du plafonnement global des avantages fiscaux. 2 Principaux crédits d impôt 2.1 Crédit d impôt en cas d acquisition de son habitation principale La loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat du 21 août 2007 a institué un crédit d impôt sur le revenu au titre des intérêts d emprunts contractés pour l acquisition ou la construction d un logement affecté à l habitation principale. Codifié à l article 200 quaterdecies du Code général des impôts, la loi de finances pour 2009 vient d aménager ce dispositif afin qu à l avenir, s agissant de biens neufs, seuls soient éligibles les logements qui répondent aux normes environnementales telles qu elles résultent du «Grenelle de l environnement». Aucune modification n est apportée pour les logements anciens. Le crédit d impôt est égal à 20 % du montant des intérêts versés au titre des cinq premières annuités de remboursement. Toutefois, le taux du crédit d impôt pour les intérêts d emprunt payés au titre de la première annuité de remboursement est porté de 20 % à 40 %. L emprunt étant généralement souscrit en cours d année, le crédit d impôt obtenu au titre de la seconde année civile d application comprendra les deux taux de 40 % et de 20 %. A compter du 1 er janvier 2009, pour les logements à haute performance énergétique (logements répondant aux conditions du «bâtiment basse consommation énergétique, BBC 2005»), le taux et la période d application du crédit d impôt sont majorés. Le montant annuel des intérêts pris en compte est Synthèse d experts Septembre

10 Fiscal Vos notes et remarques plafonné et le crédit d impôt est soumis au plafonnement global des avantages fiscaux. 2.2 Crédit d impôt en faveur du développement durable La loi de finances pour 2005 a mis en place un crédit d impôt dédié à certaines dépenses d équipement (limitativement énumérées par la loi) de l habitation principale en faveur des économies d énergie et du développement durable codifié sou s l article 200 quater du Code général des impôts. La loi de finances pour 2009 aménage sensiblement le régime de ce crédit d impôt d une part, en le prorogeant jusqu au 31 décembre 2012 et, d autre part en modifiant son champ d application au regard des dépenses éligibles. Enfin, la loi l étend aux bailleurs pour les logements achevés depuis plus de deux ans qu ils s engagent à louer nus à usage d habitation principale pendant au moins cinq ans. Des modifications sont également apportées aux taux applicables pour certains équipements (rappelons que le taux du crédit d impôt varie entre 25% et 50% en fonction de la nature des dépenses). Le montant des dépenses ouvrant droit au crédit d impôt sont plafonnées. De plus, le crédit d impôt est soumis au plafonnement global des avantages fiscaux. 2.3 Crédit d impôt en faveur de l aide aux personnes La loi de finances pour 2005 a mis en place un crédit d impôt dédié aux dépenses d équipements de l habitation principale en faveur de l aide aux personnes les plus fragiles. Codifié sous l article 200 quater A du Code général des impôts, le crédit d impôt en faveur de l aide aux personnes s applique aux dépenses payées entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre Le crédit d impôt est égal à : - 15 % du montant correspondant au prix d acquisition d un ascenseur électrique à traction possédant un contrôle avec variation de fréquence et aux travaux de prévention des risques technologiques ; - 25 % du montant correspondant au coût d installation de l'équipement spécialement conçu pour les personnes âgées ou handicapées ou au prix d acquisition de ce même équipement. Le montant des dépenses ouvrant droit au crédit d impôt ne peut excéder, pour l ensemble de la période du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2009, la somme de pour une personne célibataire, divorcée ou veuve et pour un couple marié ou pacsé soumis à une imposition commune (sachant que ces montants sont majorés par personne à charge). Ce crédit d impôt n est pas soumis au plafonnement global des avantages fiscaux. 2.4 Crédit d impôt pour frais de garde des jeunes enfants Un crédit d impôt, codifié à l article 200 quater B du Code général des impôts, est applicable aux dépenses payées depuis le 1 er janvier 2005 pour la garde de jeunes enfants (enfants à charge âgés de moins de six ans au 1er janvier de l année d imposition) à l extérieur du domicile du contribuable. Le crédit d impôt est 10 Synthèse d experts Septembre 2009

11 Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers Vos notes et remarques : égal à 50 % du montant des dépenses représentatives des frais de garde effectivement supportés au cours de l année d imposition. Les dépenses effectivement supportées au cours de l année d imposition sont retenues dans la limite d un plafond annuel égal à par enfant à charge, soit un crédit d impôt maximal de par enfant. Le crédit d impôt est soumis au plafonnement global des avantages fiscaux. 3 Emploi d un salarié à domicile Jusqu à l imposition des revenus de 2006, les dépenses pour des activités de services à la personne rendus à domicile ouvraient droit à une réduction d impôt prévue à l article 199 sexdecies du Code général des impôts. A compter de l imposition des revenus de 2007, la loi de finances rectificative pour 2006 et la loi du 5 mars 2007, instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale, ont procédé à la refonte intégrale de ce régime. La réduction d impôt a été pour partie transformée en crédit d impôt. Ainsi, l avantage fiscal est une aide unique qui prend la forme, selon le cas, d un crédit d impôt ou d une réduction d impôt. L aide prend la forme d'un crédit d'impôt sur le revenu égal à 50 % des dépenses susmentionnées engagées au titre de l'emploi d'un salarié ou du recours à une association, une entreprise ou un organisme agréés pour les services rendus à leur résidence (et non à celle d un ascendant) par : - le contribuable célibataire, veuf ou divorcé qui exerce une activité professionnelle ou est demandeur d'emploi durant trois mois au moins au cours de l'année du paiement des dépenses ; - les personnes mariées ou ayant conclu un Pacs, soumises à une imposition commune, qui toutes deux satisfont à l'une ou l'autre des conditions posées ci-dessus. L'aide prend en revanche la forme d'une réduction d'impôt sur le revenu égale à 50 % des dépenses susmentionnées supportées par les personnes autres que celles pouvant bénéficier du crédit (notamment des retraités et des couples dont un seul des conjoints travaille ou est demandeur d emploi) et les personnes qui peuvent bénéficier du crédit d impôt mais qui ont supporté ces dépenses pour les services rendus à la résidence d'un ascendant. Les dépenses sont retenues dans la limite de , majorée de par enfant à charge et par membre du foyer fiscal âgé de plus de 65 ans, sans toutefois que ces majorations puissent porter le plafond au-delà de La limite est portée à (sans aucune majoration possible) si l'un des membres du foyer fiscal du contribuable répond à certaines conditions d invalidité. Pour apprécier le plafond, les dépenses sont retenues en tenant compte prioritairement de celles ouvrant droit au bénéfice du crédit d'impôt (et non à la réduction d impôt). Enfin, la prise en compte de certaines dépenses est limitée, comme pour les dépenses relatives aux prestations «hommes toutes mains», les dépenses relatives aux prestations relatives à l assistance informatique et internet à domicile et les prestations relatives aux travaux de petit jardinage et de débroussaillement A compter de l imposition des revenus perçus en 2009, la Synthèse d experts Septembre

12 Fiscal Vos notes et remarques loi de finances pour 2009 majore de le plafond de prise en compte des dépenses éligibles à l avantage fiscal pour les contribuables domiciliés en France qui bénéficient pour la première fois de la réduction ou du crédit d impôt au titre de l emploi direct d un salarié à domicile. L aide fiscale accordée au titre de l emploi d un salarié à domicile est incluse dans le champ d application du nouveau plafonnement global des avantages fiscaux. 12 Synthèse d experts Septembre 2009

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU?

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? 24 novembre 2009 1 PLAN DE L INTERVENTION Introduction 1 ère partie : La Loi Scellier 2 ème partie : La Loi Girardin Industriel 3 ème partie : La souscription au

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

6. LES NOUVELLES MESURES FISCALES

6. LES NOUVELLES MESURES FISCALES 6. LES NOUVELLES MESURES FISCALES Direction-générale-des-Finances-publiques @dgfip_officiel Dgfipmedia Principales mesures fiscales applicables à l impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux en 2014

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE.

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. édition 2009 / 2010 Les essentiels Guide pratique hors-série 50 conseils pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. Avant-Propos Déductions, réductions et crédits d impôt de

Plus en détail

Les jeudis du patrimoine

Les jeudis du patrimoine Les jeudis du patrimoine Quelles solutions pouvez-vous envisager pour réduire votre impôt sur le revenu? Le 29 novembre 2012 19h30 07/12/2012 1 Présentation des héros du jour Couple : Sophie et Marc, 2

Plus en détail

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS Société de Gestion ixo PRIVATE EQUITY 34, rue de Metz 31 0 00 Toulouse Site : www.ixope.fr Dépositaire Réalisation : ixo Private Equity Illustration : Ronald Curchod Graphisme

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS DES PRETS CONCLUS POUR L ACHAT OU LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE

CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS DES PRETS CONCLUS POUR L ACHAT OU LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS DES PRETS CONCLUS POUR L ACHAT OU LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE Un est institué au titre des des prêts contractés pour l acquisition ou la construction d un

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 52 DU 15 MAI 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-17-09 INSTRUCTION DU 12 MAI 2009 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Barème de l impôt sur le revenu

Barème de l impôt sur le revenu Refonte du barème Barème de l impôt sur le revenu Suppression de la première tranche d imposition au taux de 5,5 % Revalorisation des limites et seuils associés au barème de 0,5 % Barème applicable à l

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME avril 2012 1 De grandes réformes en 2011 La Loi de finances pour 2011 a apporté des modifications substantielles aux systèmes d'incitations fiscales

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2012 2015 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard I Sommaire Introduction

Plus en détail

CONSEIL DES PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES

CONSEIL DES PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES CONSEIL DES PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES Principales mesures concernant l imposition des ménages à l impôt sur le revenu (IR) et à la contribution sociale généralisée (CSG) de 2007 à 2014 Février 2015 1 2

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME intégrant les modifications apportées par la Loi de finances pour 2011 witam 31, rue des Poissonniers 92200 Neuilly-sur-Seine tel. 01 55 62 00 80

Plus en détail

POLE EPARGNE RETRAITE PREVOYANCE 05.34.31.71.96

POLE EPARGNE RETRAITE PREVOYANCE 05.34.31.71.96 POLE EPARGNE RETRAITE PREVOYANCE 05.34.31.71.96 Loi Duflot La loi Duflot est le nouveau dispositif gouvernemental en faveur de l immobilier locatif applicable dans le cadre de la loi de finances 2013.

Plus en détail

Note d information Loi de Finances 2010

Note d information Loi de Finances 2010 Note d information Loi de Finances 2010 I - IMPOT SUR LE REVENU 1- Souscription au capital de PME : Réductions «Madelin» et «Super-Madelin» Une réduction d'impôt est accordée aux contribuables qui effectuent

Plus en détail

Article 35 Article 36

Article 35 Article 36 «5,7 % des sommes engagées au titre des paris sportifs ;». II. L article 1609 tertricies du même code est ainsi modifié : 1 o Le premier alinéa est supprimé ; 2 o Le deuxième alinéa est ainsi modifié :

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Dispositif Duflot : «On ne nous dit pas tout» Analyse par STEPHANE PILLEYRE

Dispositif Duflot : «On ne nous dit pas tout» Analyse par STEPHANE PILLEYRE Dispositif Duflot : «On ne nous dit pas tout» Analyse par STEPHANE PILLEYRE Après 5 mois d existence, le dispositif Duflot n a encore trouvé le succès escompté par ses instigateurs. Des études récemment

Plus en détail

Les SCPI Fiscales URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2

Les SCPI Fiscales URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2 ( Les SCPI Fiscales ) URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2 INTRODUCTION Par leurs multiples avantages, les SCPI, tant fiscales

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2011 2014 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard Sommaire I Sommaire

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

IR - Réduction d impôt sur le revenu en faveur de l investissement locatif intermédiaire - Dispositif «Duflot»

IR - Réduction d impôt sur le revenu en faveur de l investissement locatif intermédiaire - Dispositif «Duflot» Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-360-20130730 DGFIP IR - Réduction d impôt sur le revenu en faveur

Plus en détail

La fiscalité des particuliers 2014-2015 SOMMAIRE GÉNÉRAL

La fiscalité des particuliers 2014-2015 SOMMAIRE GÉNÉRAL La fiscalité des particuliers 2014-2015 La fiscalité des particuliers 2014-2015 Sommaire 1. Les nouveautés 2015 2. Principes d'imposition et généralités 3. Définir le périmètre du foyer fiscal 4. Déterminer

Plus en détail

Reximmo Patrimoine 2

Reximmo Patrimoine 2 G E S T I O N D E P A T R I M O I N E Reximmo Patrimoine 2 SCPI DE TYPE «MALRAUX» Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Souscription ouverte jusqu au 20

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME :

L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME : RIOUX, ANTOINE, PAPONNAUD, DEVINNE Mars 2008 L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME : à la réduction d impôt sur la fortune prévue par l article 885-O V Bis du Code Général

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 B-11-06 N 29 du 16 FEVRIER 2006 CREDIT D IMPOT POUR PRIMES D ASSURANCE CONTRE LES IMPAYES DE LOYER ART. 32-III DE LA LOI RELATIVE AU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP SPI Proximité 2014» (le «Fonds»)

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Avant-propos... 1. Partie 1 L état du marché et la défiscalisation immobilière. 1 L immobilier en 2008/2009... 7

Avant-propos... 1. Partie 1 L état du marché et la défiscalisation immobilière. 1 L immobilier en 2008/2009... 7 Avant-propos... 1 Partie 1 L état du marché et la défiscalisation immobilière 1 L immobilier en 2008/2009... 7 Connaître les cycles... 7 Un marché sous influence... 9 Évolution des prix sur 2008/2009...

Plus en détail

Le dispositif «Scellier»

Le dispositif «Scellier» Le dispositif «Scellier» Les bénéficiaires Personnes physiques Associés, personnes physiques de sociétés civiles il non soumises à l IS autre qu une SCPI Domiciliation Fiscale en France Investissements

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 16 DU 4 FEVRIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-11-10 INSTRUCTION DU 15 JANVIER 2010 IMPOT SUR LE REVENU. PLAFOND DE RESSOURCES DU LOCATAIRE POUR LE BENEFICE

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION

CIRCULAIRE D INFORMATION Siège social 33 Rue Gustave Eiffel- ZAC Ravine à Marquet - 97419 LA POSSESSION Tél. 02 62 43 10 43 Fax 02 62 43 16 04 / E-mail : acorex@acorexsa.com Bureau de Saint-Gilles Tél. 02 62 22 58 02 Fax 02 62

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs Numéro 360 14 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax La loi de finances pour 2004 ainsi que la loi pour l Initiative Economique votée l été dernier prévoient de nombreuses mesures en

Plus en détail

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007 Estimation de votre impôt sur les revenus 27 21/12/27 Synthèse des données et résultats Données de votre simulation Nombre de parts 1 Revenus net catégoriels Traitements et salaires, pensions et rentes

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

E C L C E V A T I O N

E C L C E V A T I O N www.concept-elevation.com O N E P T E L E V A T I O N PLATEFORME ELEVATRIE MONTE ESALIER MONTE HARGE MONTE PLAT O N E P T E L E V A T I O N REDIT D IMPOT Le crédit d impôt en faveur de l aide aux personnes

Plus en détail

Réduire ses impôts en 2014. «De nombreuses stratégies possibles, quelques précautions à prendre»

Réduire ses impôts en 2014. «De nombreuses stratégies possibles, quelques précautions à prendre» Réduire ses impôts en 2014 «De nombreuses stratégies possibles, quelques précautions à prendre» Nos modalités d intervention 1 er rendez-vous Présentation du cabinet Découverte de votre patrimoine Détermination

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 D-3-06 N 161 du 2 OCTOBRE 2006 REVENUS FONCIERS. DEDUCTION SPECIFIQUE EN FAVEUR DES LOGEMENTS VACANTS REMIS EN LOCATION. ARTICLE 46 DE LA LOI

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP La Note Juridique automne 2014 OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP Investir au capital d une société start-up est risqué mais nécessaire au développement de l activité des entreprises françaises.

Plus en détail

Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF

Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF Conférence débat Mercredi 14 mai 2014 Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF L Impôt Sur la Fortune (ISF) est un impôt annuel dû par les personnes physiques dont le patrimoine net (actif - passif),

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts 1 Diversifier son patrimoine. Problématiques liées au développement du patrimoine Minorer les risques Optimiser la fiscalité Développer son patrimoine

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Principales mesures applicables aux revenus 2012

Principales mesures applicables aux revenus 2012 Principales mesures applicables aux revenus 2012 Partie 1 : mesures concernant l impôt sur le revenu A. Barème et mesures d accompagnement 1. Barème applicable pour l imposition des revenus de 2012 (Loi

Plus en détail

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013 Flash fiscal Impôts 2014 sur revenus 2013 France Angels Mars 2014 Déclaration impôts sur le revenu (impôts payé en 2014 sur revenus 2013) Dates de limite d envoi de la déclaration : Le 20 mai si vous l

Plus en détail

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Quelle est la différence entre une réduction d impôt et un crédit d impôt? La réduction d impôt vient en déduction de l impôt. Dans le cas où le montant de la réduction

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 91 DU 27 OCTOBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-27-09 INSTRUCTION DU 16 OCTOBRE 2009 REFORME DU REGIME DE DEDUCTION DES CHARGES DE GROSSES REPARATIONS

Plus en détail

NOTE 12-DC-R-CG-2510 Le crédit d impôts de 25 %

NOTE 12-DC-R-CG-2510 Le crédit d impôts de 25 % NOTE 12-DC-R-CG-2510 Le crédit d impôts de 25 % Initialement prévu pour tous travaux réalisés entre le 1 er janvier 2005 et le 31 décembre 2009, le crédit d impôts sur le revenu pour les dépenses d équipements

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2010

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2010 2041 GC N 50144#14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2010 SOUSCRIPTIONS AU CAPITAL DE PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES SOUSCRIPTIONS DE PARTS DE FONDS COMMUNS DE PLACEMENT DANS L'INNOVATION

Plus en détail

Réduire ses impôts en 2013. «De nombreuses stratégies possibles, quelques précautions à prendre»

Réduire ses impôts en 2013. «De nombreuses stratégies possibles, quelques précautions à prendre» Réduire ses impôts en 2013 «De nombreuses stratégies possibles, quelques précautions à prendre» Nos Modalités d Intervention 1 er rendez-vous Présentation du cabinet Découverte de votre patrimoine Détermination

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 8. Brèves en page 9

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 8. Brèves en page 9 Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com VOTRE CONSEILLER ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

MULTIHABITATION 7 SCPI DUFLOT & MULTIHABITATION 8 SCPI DUFLOT ET PINEL

MULTIHABITATION 7 SCPI DUFLOT & MULTIHABITATION 8 SCPI DUFLOT ET PINEL Cette notice explicative, qui accompagne les éléments personnalisés de votre fiscalité 2014, a été préparée afin de faciliter l établissement de vos déclarations. Elle n a pas toutefois pour objet de se

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 13 JANVIER 2012 7 S-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 13 JANVIER 2012 7 S-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 13 JANVIER 2012 7 S-1-12 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. REDUCTION D IMPOT AU TITRE DES DONS EFFECTUES AU PROFIT DE CERTAINS ORGANISMES D INTERET

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Animé par : Franck JOSELIN, rédacteur en chef adjoint - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Jean-Louis LE BOULC H

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Point sur la Loi Scellier BBC

Point sur la Loi Scellier BBC Point sur la Loi Scellier BBC Loi Scellier BBC : Principe général Qu'est ce que la loi Scellier BBC? La loi Scellier BBC est apparue au cours de l'année 2009, lorsque les députés ont décidé de «verdir»

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit :

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit : La loi de finances pour 2013 (LF) a été publiée au Journal Officiel du 30 décembre 2012 après avoir été examinée par le Conseil Constitutionnel. Ce dernier a partiellement censuré la LF telle qu elle avait

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 2072-S

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 2072-S N 50158#17 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 2072-S 2072-S-NOT DÉCLARATION RELATIVE À L ANNÉE 2012 Cette notice n a qu une valeur indicative. Elle ne se substitue

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail