Le Salon de la PME & des Entrepreneurs. Bruxelles, le 25 mars 2004

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Salon de la PME & des Entrepreneurs. Bruxelles, le 25 mars 2004"

Transcription

1 Le Salon de la PME & des Entrepreneurs Bruxelles, le 25 mars 2004 Mesures fiscales récentes favorables aux indépendants et aux PME Roland ROSOUX Licencié en sciences économiques et financières Expert-Conseiller au cabinet du Ministre des Finances Directeur aux services centraux de l administration de la Fiscalité des Entreprises et des Revenus Professeur associé à l EPHEC, Professeur à l Ordre des Experts Comptables, à l ISC Saint-Louis et à l Ihecs Co-directeur du Mastère en fiscalité des Ateliers de la Fucam (avec Roland Forestini) Le métier d indépendant n est pas un métier dans lequel on «s établit». La langue française appréhende d ailleurs très bien la situation puisque l on dit que l on se «lance» comme indépendant, pour exprimer l idée que l on ne sait pas exactement où l on va «atterrir»! Aristote disait : «Vivre, c est entreprendre quelque chose. Ce n est pas faire quelque chose». Les indépendants ne voudraient exercer aucun autre métier, malgré ses difficultés, mais ils souhaitent, tout à fait légitimement, que leurs aspirations soient le mieux possible prises en compte. En tant qu observateur de la vie politique et fiscale belge depuis près de 25 ans, rôle que je me suis attribué notamment par le biais de mes charges professorales, je puis vous assurer ou vous confirmer qu il aura fallu attendre le gouvernement arc-en-ciel mis en place en 1999 pour reconnaître enfin de manière aussi claire l importance et la spécificité des travailleurs indépendants, qu ils exercent leur activité en personnes physiques ou en sociétés (PME ou TPE). L actuel gouvernement poursuit le travail entamé depuis et continue à s attacher à revaloriser leur statut, social et fiscal, dans la limite des marges disponibles, et à leur permettre de jouir d une simplification des formalités administratives et d appuis financiers appropriés. La fiscalité, instrument essentiel de la politique économique, peut être utilisée et est utilisée pour atteindre ces objectifs. Elle l est à bon escient lorsqu elle est conçue non seulement pour assurer dans la solidarité le financement des missions de l Etat, mais aussi avec le souci de préserver, voire de rétablir un socle de croissance durable. Pour partager, il faut qu il y ait quelque chose à partager! C est dans ce contexte qu il est apparu, malheureusement pas pour tout le monde, qu il fallait prioritairement réduire la pression fiscale : des mesures comme le «stop fiscal», la réindexation des barèmes d imposition, la suppression de la cotisation complémentaire de crise à l impôt des personnes physiques et la réforme de cet impôt induite par la loi du 10 août 2001 représentent à terme plus de 5 milliards d euros de réduction de notre niveau de taxation, soit plus de 10 % en 2004 et plus de 23 % en 2006, par rapport à ce qu il aurait été à politique inchangée.

2 Ceci profite à tout le monde. Pour les indépendants comme pour tous les autres contribuables, les mesures les plus marquantes sont - on y revient - l instauration d un crédit d impôt pour bas revenus d activités, la réduction de la pression fiscale sur les revenus moyens par une modification du barème, la suppression des taux les plus élevés d imposition de 55 % et 52,5 %, l alignement de la quotité exemptée d impôt pour les personnes mariées et les isolés, l octroi d une double réduction d impôt pour les pensions, le décumul des revenus autres que professionnels et la nette amélioration de la prise en compte des enfants à charge. C est remarquable, même si cela ne permet jamais que de combler la moitié de notre handicap par rapport à la moyenne européenne. Il fallait oser diminuer les impôts - alors que l on n avait connu depuis 1988 que la rage taxatoire - et il faut continuer à le faire pour atteindre partout un niveau raisonnable, donc accepté. Je m étonne de voir le nombre de personnes qui y sont opposées au prétexte que l on mettrait en péril les moyens de financement de l Etat et, partant, la possibilité d assumer ses missions essentielles. Bien sûr, il faut avoir les moyens de réduire l impôt et l effet boule de neige inversé des intérêts de la dette publique permet de dégager une bonne part des moyens nécessaires, mais il faut aussi tabler sur ce qui est une évidence aux yeux des économistes, c est que la baisse des impôts a un effet retour important. Quant on sait que sur contribuables assujettis à l impôt des personnes physiques, n en paient pas parce qu ils n ont pas les revenus suffisants, on peut raisonnablement penser que si une réforme fiscale diminue leur ardoise de 500 euros par an (cela fait 80 milliards de BEF au total), ils ne vont pas les thésauriser. Cet argent va donc revenir sans délai dans le circuit économique et générer d autres recettes fiscales. D ailleurs les chiffres du budget nous le confirment. Les recettes fiscales totales se sont élevées à 74,6 milliards en 2003 et sont ainsi supérieures de 400 millions à celles de Et cela malgré une conjoncture difficile. Il faut maintenir le cap, poursuivre dans la voie de la réduction de la pression fiscale (sans s attendre à des miracles bien entendu : je ne vous dirai pas que l on rasera gratis demain) et je formule le vœu que ceux qui nient encore aujourd hui la réalité de ces chiffres finiront par les accepter, au-delà de considérations idéologiques d un autre âge, de type lutte des classes ou par simple opportunisme politique. Venons-en alors à notre propos, à savoir aux mesures fiscales les plus récentes qui sont favorables aux indépendants. Certaines s adressent exclusivement aux personnes physiques, d autres à la fois aux personnes physiques et aux P.M.E. et d autres encore uniquement à des sociétés/p.m.e. 2

3 I. LOI DU 10 AOUT 2001 PORTANT REFORME DE L IMPOT DES PERSONNES PHYSIQUES (M.B., 20 septembre 2001) Cette loi à entrée progressive comporte des mesures applicables à partir des exercices d imposition 2003, 2004 et A. Mesures applicables à partir de l exercice d imposition 2003 (pro parte) 1. PREMIERE AMELIORATION DU FORFAIT DE FRAIS PROFESSIONNELS Jusqu à présent, les travailleurs et les titulaires de professions libérales ont droit à un forfait pour frais égal à 20 % de la première tranche de F (avant indexation), à 10 % sur la tranche de à F (avant indexation), à 5 % sur la tranche de à F (avant indexation) et à 3 % sur la tranche excédant F (avant indexation), sans que le montant déductible ne puisse dépasser F (avant indexation). Conformément au schéma budgétaire, le pourcentage qui s applique à la première tranche de F ou (avant indexation) est porté à 23 % dans un premier temps (exercice d imposition 2003), le montant maximum de F ou (avant indexation) étant toutefois maintenu à ce niveau (voir également plus loin). 2. PREMIERE MODIFICATION DU BAREME D IMPOSITION La loi fixe un nouveau barème d imposition à l article 130 du C.I.R Par rapport au barème existant, les deux taux les plus élevés (52,5 % et 55 %) sont abrogés. En outre, les tranches de revenus sur lesquels s appliquent les taux de 30 % et surtout de 40 % sont sensiblement élargies, de sorte que les contribuables disposant de revenus faibles ou moyens bénéficient davantage des tranches les plus basses. Conformément au schéma budgétaire, l adaptation du barème s effectue en trois étapes : l article 22 de la loi-réforme comporte ainsi un «volet» A applicable à partir de l exercice d imposition 2003, ainsi que des «volets» B et C entrant en vigueur respectivement à partir de l exercice d imposition 2004 et 2005 (voir plus loin). En clair, pour l exercice d imposition 2003, l impôt est fixé à : - 25 % pour la tranche de revenus de 0,01 à 5.705,00 ; - 30 % pour la tranche de 5.705,00 à 7.565,00 ; - 40 % pour la tranche de 7.565,00 à ,00 ; - 45 % pour la tranche de ,00 à ,00 ; - 50 % pour la tranche de ,00 à ,00 ; - 52 % pour la tranche supérieure à ,00. Le taux de 55 % est donc supprimé et celui de 52,5 % réduit d un demi-point. 3

4 3. PREMIERE MAJORATION DE LA QUOTITE DU REVENU EXEMPTEE D IMPOT L article 133, 1 er du C.I.R prévoit actuellement que la quotité du revenu exemptée d impôt est, en outre, majorée des suppléments suivants : pour un veuf ou une veuve, non remarié, ainsi que pour un père ou une mère célibataire ayant un ou plusieurs enfants à charge ; pour chaque contribuable atteint d un handicap ; pour chaque autre personne à charge atteinte d un handicap ; pour un contribuable marié, pour l année de son mariage, si le conjoint n a pas bénéficié de ressources d un montant net supérieur à 1.500,00. L article 25B de la loi-réforme remplace le 1 er tiret ci-dessus par la formule : «870 pour un contribuable imposé isolément et ayant un ou plusieurs enfants à charge ;». Il n est donc plus question de discutailler sur ce que peut bien être un père ou une mère célibataire. On sait que cette catégorie de contribuables a soulevé des problèmes d interprétation. Les difficultés portent notamment sur la question de savoir si un père ou une mère divorcé(e) et non remarié(e), ayant un ou plusieurs enfants à charge, a droit à la majoration. L administration répond affirmativement à cette question sur la base de réponses données à des questions parlementaires, à condition que l enfant soit «conçu» après le divorce, mais la Cour de cassation estime en revanche qu un parent divorcé, fût-il non remarié, n est pas un célibataire au sens de la loi (voy. notamment Cassation, 24 octobre 1997, Cour.fisc., 1997, p. 615). Le législateur résout ce problème en octroyant dorénavant la majoration à tout «contribuable imposé isolément et ayant un ou plusieurs enfants à charge». Un parent divorcé ayant un ou plusieurs enfants à charge aura donc incontestablement droit à la majoration, à partir de l exercice d imposition 2003, même si l enfant en question a été conçu avant le divorce. 4. ABATTEMENT REMBOURSABLE POUR ENFANT A CHARGE A partir de l exercice d imposition 2005, c est le décumul intégral qui déterminera pour chaque conjoint un revenu imposable qui lui est propre. Il sera alors logique que les suppléments pour enfants et autres charges de famille soient imputés dans le chef du conjoint ou du cohabitant légal qui a le revenu imposable le plus élevé (jusqu à présent, l imputation se faisait chez celui qui a le revenu professionnel le plus élevé). Il n est toutefois pas attendu que la quotité du revenu exemptée d impôt soit fixée par contribuable et comprenne le total du montant de base, éventuellement majoré, et des suppléments visés aux articles 132 et 133 avec imputation des suppléments visés à l article 132 dans le chef du contribuable qui a le revenu imposable le plus élevé lorsqu une imposition commune est établie (soit à partir de l exercice d imposition 2005), pour qu il soit nettement mieux tenu compte des enfants à charge. Bon nombre de familles nombreuses ne peuvent pas bénéficier totalement de l exonération d impôt pour enfants à charge. En effet, l exonération progressive fait en sorte que, pour les bas revenus, la quotité du revenu exemptée d impôt puisse excéder le revenu imposable. Afin de remédier à cette situation, la partie non utilisée de la quotité du revenu exemptée d impôt afférente aux enfants à charge est convertie en un crédit d impôt remboursable avec un maximum de 250 par enfant à charge. 4

5 Lorsque la quotité du revenu exemptée d impôt se compose de plusieurs éléments, la règle du crédit d impôt s applique à l avantage du contribuable. Cela signifie que la partie non utilisée de la quotité du revenu exemptée d impôt est censée provenir en premier lieu du supplément exonéré d impôt pour enfants à charge. En termes légaux, l article 134 du C.I.R est remplacé par la disposition suivante à partir de l exercice d imposition 2003 : «1 er. Le montant de base visé à l article 131, 2, est imputé sur celle des parts du revenu visées à l article 127, qui constitue les revenus du conjoint concerné ou qui les comprend. Lorsqu une desdites parts est inférieure au montant visé à l article 131, 2, le solde est imputé sur l autre part du revenu. Les majorations visées aux articles 132 et 133, 2 et 3, sont ensuite imputées par priorité sur la part du revenu de celui des conjoints qui a les revenus professionnels les plus élevés. Lorsque cette part du revenu est inférieure au total desdites majorations, le solde est imputé sur l autre part du revenu. 2. La quotité du revenu exemptée d impôt est imputée par contribuable sur les tranches successives du revenu, en commençant par la première. 3. La partie de la quotité du revenu exemptée d impôt qui n est pas imputée après application des 1 er et 2, est, dans la mesure où elle concerne les suppléments visés à l article 132, alinéa 1 er, 1 à 6, convertie en un crédit d impôt remboursable. Le crédit d impôt est égal à la partie de la quotité du revenu exemptée d impôt qui peut être convertie en application de l alinéa 1 er, multipliée par le taux d imposition applicable à la tranche de revenus correspondante, avec un maximum de 250 par enfant à charge.» Un texte très technique qui signifie que la partie de la majoration du montant exonéré d impôt qui se rapporte à des enfants à charge sera convertie à partir de l exercice d imposition 2003 (revenus de 2002) en un crédit d impôt remboursable dans la mesure où elle ne peut être imputée sur des revenus imposables. Pour calculer le montant exact du crédit d impôt, on multiplie la partie à convertir par le taux applicable à la tranche de revenu correspondante. Le crédit d impôt effectivement remboursable ne peut toutefois en aucun cas être supérieur à 250 (avant indexation) par enfant à charge (soit un peu plus de F, avant indexation). Le crédit d impôt ainsi calculé ne sera effectivement payé au contribuable que s il atteint 2,50 au moins puisque conformément à l article 304, 1 er, alinéa 3 du C.I.R (qui n est pas modifié), le montant des impôts portés au rôle n est ni recouvré ni remboursé lorsqu il n atteint pas 2,50. On notera que lors des discussions relative à cet article de la loi, le ministre a indiqué qu il tentera de faire en sorte que l incidence du crédit d impôt soit incluse le plus rapidement possible dans le précompte professionnel, de manière à ce qu il ne soit pas nécessaire d attendre la régularisation fiscale pour en bénéficier. 5. CREDIT D IMPOT POUR FAIBLES REVENUS D ACTIVITES L article 49 de la loi-réforme, qui comprend quatre volets A, B, C et D, insère un nouvel article 289ter dans le C.I.R et introduit par là-même un nouveau crédit d impôt pour les bas revenus du travail. Le but est d arriver par le biais de la fiscalité à une revalorisation substantielle du revenu des travailleurs dont les revenus d activités sont proches du salaire minimum ou qui travaillent à temps partiel. Autrement dit, la philosophie du crédit d impôt est de créer un différentiel suffisant entre les revenus de remplacement et les revenus du travail. Dans la pratique, cette mesure rendra plus attractif l accès des jeunes et des femmes au marché du travail. A l heure actuelle, le salaire minimum en termes nets est très proche de divers revenus de remplacement, notamment à cause des réductions d impôt qui sont appliquées sur ces derniers. 5

6 Dans de nombreux cas, le risque du «piège à l emploi» existe. Le même raisonnement peut-être étendu aux revenus d un travail indépendant. Aussi le pas à franchir entre le chômage et une activité d indépendant, où les revenus sont parfois très faibles au début, est trop grand. Le crédit d impôt constitue donc un instrument qui favorise tant l emploi que la lutte contre la pauvreté. Il est donc évident que le but est d octroyer le crédit d impôt aux (bas) revenus réguliers du travail, qu il s agisse tant d un salarié que d un indépendant. Ces revenus sont décrits sous le nouveau vocable de «revenus d activités». Les revenus d activités sont les revenus professionnels nets à l exclusion : - des pensions, rentes et allocations en tenant lieu (revenus visés à l article 23, 1 er, 5 du C.I.R. 1992) ; - des indemnités obtenues en réparation totale ou partielle d une perte temporaire de revenus (allocations de chômage, prépensions, indemnités d assurance maladie invalidité, etc.) ; - des revenus professionnels taxés distinctement (conformément à l article 171 du C.I.R. 1992), à savoir le pécule de vacances anticipé, les indemnités dont le montant brut dépasse 615 (avant indexation), payées contractuellement ou non, ensuite de la cessation de travail ou de la rupture d un contrat de travail, etc. En outre, les revenus qui ne peuvent pas être considérés comme provenant de l activité principale du contribuable sont exclus. Doivent ainsi être ajoutés aux trois tirets qui précèdent à titre d exclusions : - les rémunérations d un travail à temps partiel dont la durée est inférieure au tiers de la durée légale prévue du temps de travail ; - les revenus d une activité exercée en tant qu indépendant à titre accessoire (bénéfices ou profits qui sont considérés comme des revenus d une activité exercée à titre accessoire pour l application de la législation relative au statut social des travailleurs indépendants). Si la mesure s applique tant aux salariés qu aux indépendants, elle n est toutefois pas applicable à ces derniers s ils optent pour l application des bases forfaitaires de taxation plutôt que d être imposés sur leurs revenus réels. Cette limite paraît tout à fait raisonnable et justifiée vu les différences évidentes entre les deux régimes de taxation. Le crédit d impôt n est par ailleurs applicable qu à l impôt des personnes physiques. Il est accordé à concurrence des revenus d activités et est calculé par contribuable. En cas d imposition commune (voir plus loin), les revenus d activités et les limites sont calculés avant application du quotient conjugal et de la quote-part au conjoint aidant, afin d éviter qu une activité ne puisse donner lieu deux fois à un crédit d impôt. La question a été posée de savoir s il est légitime qu un conjoint se voie octroyer un crédit d impôt remboursable alors que l autre conjoint a des revenus considérables. Cette question touche un des principes fondamentaux de la réforme : la neutralité vis-à-vis des choix de vie. L exclusion d un conjoint sur base des revenus de l autre conjoint aboutirait tout simplement à une nouvelle discrimination en défaveur des personnes mariées et des cohabitants légaux à l égard des cohabitants de fait. En outre, une telle disposition n inciterait certainement pas une personne se consacrant entièrement à des tâches ménagères à exercer une activité professionnelle à temps partiel. Ce n est aucunement le but recherché par le Gouvernement. 6

7 Comme la mesure a aussi pour but de lutter contre la pauvreté, les contribuables qui, tout en ayant un faible revenu d activités, disposent d autres revenus élevés, sont exclus de la mesure. Voilà pourquoi il y a deux limites à l application du crédit d impôt : - l ensemble des revenus nets du contribuable ne peut excéder (montant avant indexation) ; - le revenu d activités doit être supérieur à tout en ne dépassant pas (montants avant indexation). Le crédit d impôt est calculé en fonction du revenu d activités. Afin d éviter qu il n y ait un effet trop brutal lors du dépassement de la limite de l ensemble des revenus nets ( avant indexation), une règle de suppression graduelle (règle de palier) est appliquée en fonction de ce même ensemble de revenus nets. Il peut être reproduit sous la forme du schéma suivant : base en crédit d impôt de 0 à de à augmentation proportionnelle jusqu à 440 de à de à diminution proportionnelle jusqu à et plus 0 Lorsque les revenus professionnels ne comprennent que pour partie des revenus d activités, le crédit d impôt est réduit en proportion de la fraction que représentent les revenus d activités par rapport au montant net des revenus professionnels. Tant les limites que le crédit d impôt lui-même sont indexés annuellement. L indexation est celle appliquée pour le barème d impôt. Le schéma budgétaire chargé d exécuter cette partie de la réforme précise toutefois que le crédit d impôt pour les revenus d activités est réalisé en trois étapes. Dans une 1 ère phase (volet A : exercice d imposition 2003), le montant de base du crédit d impôt s élève à 78. Ensuite, le montant est augmenté jusqu à 220 (volet B : exercice d imposition 2004). Enfin, dans une 3 ème phase (volet C : exercice d imposition 2005), le montant de base est porté à 440. L impact budgétaire de la mesure a été revu à la baisse par rapport au projet initial : le montant de F de crédit d impôt a en effet été ramené à quelque F, de manière à pouvoir disposer des moyens nécessaires en vue d augmenter de 20 % à 25 % le taux de charges professionnelles forfaitaires pour la première tranche de revenus. Pour l exercice d imposition 2003, le calcul du crédit d impôt avec la règle de palier se présente finalement comme suit : - le contribuable ayant plus de mais pas plus de de revenus d activités, bénéficie d un crédit d impôt progressif calculé au moyen de la formule : 78 x [(revenus d activités )/( )] ; - si le montant des revenus d activités est supérieur à , sans toutefois excéder , un crédit d impôt dégressif est accordé, calculé au moyen de la formule : 78 x [( revenus d activités)/( )]. La loi-réforme prévoit encore une deuxième limitation pour tenir compte proportionnellement de l existence de revenus imposables autres que des revenus professionnels. Est visée la situation où 7

8 l ensemble des revenus nets (comprenant donc par exemple ses revenus immobiliers, ses rentes alimentaires perçues, etc.) s élève à plus de tout en ne dépassant pas Dans ce cas, le crédit d impôt déterminé conformément aux règles précitées ne peut excéder le produit de la multiplication de 78 par une fraction dont le numérateur est égal à la différence entre et le montant de l ensemble des revenus nets et dont le dénominateur est égal à la différence entre et Le nouveau crédit d impôt, à l inverse de celui qui existe actuellement, est remboursable. Ce crédit d impôt peut donc prendre la forme d un remboursement d impôt lorsque la quotité du revenu exemptée d impôt ou les déductions font en sorte qu aucun impôt n est dû. Le ministre a rappelé son intention d intégrer progressivement le crédit d impôt dans les précomptes. Des discussions devront être menées à cet égard non seulement avec l administration, pour faire en sorte que les systèmes informatiques permettent d avancer dans cette voie, mais aussi avec le monde des entreprises. A cette occasion, le ministre a indiqué qu il devrait également être possible de trouver une solution au problème des rentes alimentaires versées au niveau du précompte professionnel. Quoiqu il en soit, dorénavant, une distinction doit donc être établie entre les crédits d impôt non remboursables et les crédits d impôt remboursables. Suite à l introduction d un nouveau crédit d impôt pour les bas revenus d activités et d un nouveau crédit d impôt pour la partie non utilisée du supplément exonéré d impôt pour enfants à charge (voir plus avant), notre C.I.R contient quatre crédits d impôt différents : 1) le crédit d impôt existant pour les entreprises indépendantes et les professions libérales, qui est imputable, mais non remboursable et éventuellement reportable (l article 51 de la loi-réforme apporte à l article 291 du C.I.R les adaptations nécessaires pour maintenir la distinction existante par rapport au nouveau crédit d impôt) ; 2) le crédit d impôt existant pour les sociétés, qui est imputable mais non remboursable et éventuellement reportable (l article 51 de la loi-réforme apporte à l article 291 du C.I.R les adaptations nécessaires pour maintenir la distinction existante par rapport au nouveau crédit d impôt) ; 3) le nouveau crédit d impôt pour les faibles revenus d activités, qui est imputable et remboursable (l article 50 de la loi-réforme modifie l article 290 du C.I.R de manière à préciser que le crédit d impôt visé à l article 289ter est imputé intégralement sur l impôt des personnes physiques) ; 4) le nouveau crédit d impôt pour la partie non utilisée du supplément exonéré d impôt pour enfants à charge, qui est remboursable. Côté légistique, l introduction de ce nouveau crédit d impôt et les distinctions qu il comporte par rapport aux crédits d impôt existants nécessite encore le remplacement de l article 304, 2, alinéa 1 er du C.I.R qui règle l imputation des surplus de précomptes, etc. (article 52 de la loiréforme), l adaptation de l article 355, alinéa 2 du même Code (article 54 de la loi-réforme), le remplacement de l article 376, 3, 1 du même Code qui traite de la constatation par l administration ou au signalement à celle-ci des excédents du crédit d impôt, de précomptes et de versements anticipés dans les trois ans à partir du 1 er janvier de l exercice d imposition auquel appartient l impôt sur lequel ce crédit d impôt, ces précomptes et ces versements anticipés sont imputables (article 55 de la loi-réforme) et la modification de l article 466 du même Code qui définit la base de calcul de la taxe communale additionnelle à l I.P.P. et de la taxe d agglomération additionnelle à cet impôt (article 58 de la loi-réforme). 8

9 6. FRAIS DE TRANSPORTS COLLECTIFS L article 63 de la loi-réforme prévoit un régime particulier dans le cas où un employeur ou un groupe d employeurs organise le transport collectif des membres du personnel entre le domicile et le lieu de travail. Il a pour objectif que l employeur puisse prendre en compte 120 % des frais relatifs à certains investissements et des frais faits en vue de l organisation du transport collectif des membres du personnel. Le feu vert de la Commission européenne a été demandé. Ces investissements ou ces frais peuvent avoir été faits par l employeur lui-même ou bien conjointement avec d autres employeurs étant entendu que leur réalité et leur montant doivent être justifiés conformément à l article 49 du C.I.R Les investissements et les frais à prendre en considération sont : 1) les investissements en minibus, autobus et autocars, tels que ces véhicules sont définis par la réglementation relative à l immatriculation des véhicules à moteur, utilisés pour le transport collectif des travailleurs du domicile au lieu du travail ; 2) les frais qui ont trait directement à ces véhicules, tels que l entretien et la réparation, la taxe de circulation, les assurances, le carburant, etc., mais à l exclusion des frais qui ont trait au conducteur de ces moyens de transport ; 3) les dépenses payées à des entreprises qui, à la place de l employeur ou du groupe d employeurs, effectuent le transport collectif des travailleurs du domicile au lieu du travail. En outre, la loi prévoit explicitement que : - si les frais se composent d amortissements des véhicules visés ci-avant, le montant déductible par période imposable est obtenu en majorant de 20 % le montant normal des amortissements de cette période ; - la limitation à 75 % des frais relatifs aux minibus (article 66, 1 er du C.I.R. 1992) n est pas applicable dans ce cas ; - il ne doit pas être tenu compte de l amortissement majoré de 20 % pour le calcul des plus-values ou moins-values ultérieures ; - la condition d intangibilité inscrite à l article 190 du C.I.R (impôt des sociétés) est applicable à la quotité de 20 % des frais et amortissements majorés. B. Mesures applicables à partir de l exercice d imposition DEUXIEME AMELIORATION DU FORFAIT DE FRAIS PROFESSIONNELS Pour l exercice d imposition 2003, les travailleurs et les titulaires de professions libérales ont droit à un forfait pour frais égal à 23 % de la première tranche de F, à 10 % sur la tranche de à F, à 5 % sur la tranche de à F et à 3 % sur la tranche excédant F, sans que le montant déductible ne puisse dépasser F (1). 1 Tous ces montants sont mentionnés avant indexation. 9

10 Le pourcentage qui s applique à la première tranche de F ou (1) est porté à 25 % à partir de l exercice d imposition 2004, le montant maximum de F ou (2) étant toutefois maintenu à ce niveau. 2. DEUXIEME MODIFICATION DU BAREME D IMPOSITION On a vu plus avant que la loi fixe un nouveau barème d imposition à l article 130 du C.I.R et que conformément au schéma budgétaire, l adaptation du barème s effectuait en trois étapes. La deuxième étape entre en vigueur à partir de l exercice d imposition En clair, pour l exercice d imposition 2004, l impôt est fixé à : - 25 % pour la tranche de revenus de 0,01 à 5.705,00 ; - 30 % pour la tranche de 5.705,00 à 8.120,00 ; - 40 % pour la tranche de 8.120,00 à ,00 ; - 45 % pour la tranche de ,00 à ,00 ; - 50 % pour la tranche supérieure à ,00. Le taux de 52 % qui était encore applicable pour l exercice d imposition 2003 est donc supprimé. 3. ALIGNEMENT DE LA QUOTITE DU REVENU EXEMPTEE D IMPOT 1 ERE ETAPE A l heure actuelle, pour le calcul de l impôt, est exemptée une quotité du revenu d un montant de base de pour un contribuable isolé et d un montant de base de pour chaque conjoint. La réforme fiscale supprime cette mesure particulièrement défavorable aux couples mariés (3). Concrètement, l article 23A de la loi-réforme modifie l article 131, 2 du C.I.R en remplaçant le montant précité de par le montant de On observe ainsi que l alignement tant attendu de la quotité exemptée se fera en deux étapes et qu il ne sera véritablement complet qu à partir de l exercice d imposition 2005 (4). 4. REDUCTION POUR LES DEPENSES FAITES EN VUE D ECONOMISER L ENERGIE L article 33A de la loi du 10 août 2001 portant réforme de l impôt des personnes physiques (M.B., 20 septembre 2001) a inséré, avec entrée en vigueur à partir de l exercice d imposition 2004, un article dans le C.I.R C est l axe écologique de cette réforme qui vise, outre les mesures relatives au déplacement entre le domicile et le lieu du travail, à promouvoir l économie d énergie en octroyant une réduction d impôt au contribuable qui effectue certaines dépenses en vue d économiser l énergie. Ainsi, le contribuable qui a fait exécuter, dans son habitation (c est-à-dire tout immeuble - ou partie d immeuble - destiné à être habité par une ou plusieurs personnes), un ou plusieurs travaux bien 1 Montant avant indexation. 2 Montant avant indexation. 3 Dans le même temps qu elle permet aux cohabitants qui ont conclu une déclaration de cohabitation légale au sens de l article 1476 du Code civil de bénéficier des avantages liés au mariage. 4 Voir plus loin. 10

11 définis en vue d une utilisation plus rationnelle de l énergie, peut bénéficier d une réduction d impôt. Un immeuble dans lequel une activité professionnelle est exercée peut également être considéré comme une habitation s il est, de par sa nature, encore destiné à être habité. Ce droit n est accordé qu une fois par exercice d imposition pour l habitation dont le contribuable est propriétaire, possesseur, emphytéote, superficiaire ou usufruitier. Par la suite, la loi-programme du 5 août 2003 (M.B., 7 août 2003) a étendu la liste des dépenses (3 bis) bénéficiant de la réduction d impôt de manière a accordé celle-ci également aux dépenses faites en vue d économiser l énergie par le biais de dispositifs de production d énergie solaire et géothermique (cette loi a également supprimé le mot «sanitaire» qui figurait au 2 après les mots «de l eau»). Investissements visés Il est accordé une réduction d impôt pour les dépenses qui sont effectivement payées pendant la période imposable et qui se rapportent aux investissements suivants : 1. remplacement des anciennes chaudières ; 2. installation d un système de chauffage de l eau par le recours à l énergie solaire ; 3. installation de panneaux photovoltaïques (lesquels servent à transformer l énergie solaire en énergie électrique) ; 3 bis installation de tous autres dispositifs de production d énergie géothermique ; 4. installation de double vitrage ; 5. isolation du toit ; 6. placement d une régulation d une installation de chauffage central au moyen de vannes thermostatiques ou d un thermostat d ambiance à horloge ; 7. Réalisation d un audit énergétique de l habitation. Ces travaux doivent être effectués par un entrepreneur enregistré (voir également infra). Pour éviter que certains contribuables ne fassent valoir deux fois les mêmes dépenses pour obtenir un avantage fiscal, la réduction d impôt dont il s agit n est pas applicable aux dépenses qui : - soit sont prises en considération à titre de frais professionnels réels, - soit donnent droit à la déduction pour investissement visée à l article 69 du C.I.R Il faudra donc choisir car ni la déduction des frais réels, ni la revendication de l octroi de la déduction pour investissement ne constituent des formalités fiscales obligatoires. Lorsque certaines dépenses ont un caractère mixte, la partie non professionnelle des dépenses (à définir comme ne constituant pas des frais professionnels, ni ne donnant droit à la déduction pour investissement) peut seule être prise en considération pour la réduction d impôt. On peut donner comme exemple celui d un avocat qui utilise 4/7 èmes de son habitation comme bureau et effectue des travaux d isolation à la toiture de son habitation. Dans ce cas, les frais de cette isolation seront pris en compte à concurrence de 3/7 èmes, correspondant à la partie privée. 11

12 Montant de la réduction d impôt La réduction d impôt est égale au pourcentage suivant des dépenses réellement faites : - 15 % pour les dépenses visées aux 1 à 3 bis ci-avant ; - 40 % pour les dépenses visées aux 4 à 7 ci-avant. La réduction d impôt s applique aux dépenses (sommes facturées TVA incluse), qui sont effectivement payées pendant la période imposable par le contribuable, indépendamment du moment de la réalisation des travaux. Le montant total de la réduction d impôt ne peut excéder par période imposable 500 par habitation (ce montant peut être majoré jusqu à par le Roi, par arrêté délibéré en Conseil des ministres). Compte tenu de l indexation, la réduction d impôt est de maximum 600 pour l ex. d imp Elle est octroyée même si les travaux réalisés ont donné lieu à une intervention financière par les pouvoirs régionaux (primes, subside, etc.) ou à une réduction de TVA pour les travaux de rénovation. Elle s applique par habitation dont le contribuable est propriétaire, possesseur, emphytéote, superficiaire ou usufruitier - et non pas par contribuable, ou par couple. Lorsqu une imposition est établie conformément à l article 126, 1 er et 2, la réduction d impôt est répartie proportionnellement en fonction de la quotité de chaque conjoint dans le revenu cadastral de l habitation dans laquelle les travaux sont effectués. Conditions relatives aux travaux Les conditions auxquelles doivent satisfaire les travaux qui ont trait aux dépenses visées ci-avant sont fixées par le Roi. Ainsi le Roi établit notamment que les travaux doivent être exécutés par un entrepreneur enregistré. Plus précisément, l arrêté royal du 20 décembre 2002 (M.B., 28 décembre 2002) insère dans l A.R. du C.I.R une section XXVsepties, relative à la réduction d impôt pour des dépenses faites en vue d économiser l énergie dans une habitation, composée d un article rédigé comme suit : 1 er. Les dépenses énumérées à l article du C.I.R ne sont prises en considération pour la réduction d impôt visée à cet article que si les travaux y relatifs satisfont aux conditions suivantes. Les prestations qui sont à l origine des dépenses visées à l article , alinéa 1 er, 1 à 6, du même Code, doivent être effectuées par une personne qui, au moment de la conclusion de la convention pour les travaux à exécuter, est enregistrée comme entrepreneur conformément à l article 401 du Code précité. En ce qui concerne le remplacement des anciennes chaudières, seuls entrent en considération les types d installations suivantes : - chaudière à condensation ; 12

13 - chaudière au bois ; - installation de pompe à chaleur ; - installation d un système de micro-cogénération. L entrepreneur visé ci-avant garantit la bonne conformité des travaux sur la base des éléments figurant à l annexe IIbis. A cette fin, la facture délivrée par l entrepreneur enregistré, ou son annexe, doit : a) préciser l habitation où s effectuent les travaux ; b) établir, s il y a lieu, une ventilation du coût des travaux en fonction de la nature de ceux-ci : - les travaux visés à l article , alinéa 1 er, 1 à 3, du Code précité ; - les travaux visés à l article , alinéa 1 er, 4 à 6, du même Code et - les autres travaux ; c) contenir la formule suivante : «Attestation en application de l article de l A.R. du C.I.R concernant les travaux exécutés visés à l article du C.I.R Je soussigné... atteste que : -... (reprendre, par mesure, les mentions exigées par l annexe IIbis de l A.R. du C.I.R. 1992) (date)... (nom)...(signature)». Les prestations qui sont à l origine des dépenses pour un audit énergétique de l habitation visées à l article , alinéa 1 er, 7, du même Code, doivent être effectuées conformément à la législation régionale applicable. 2. Le contribuable qui sollicite le bénéfice des dispositions de l article du Code précité, doit joindre à sa déclaration aux impôts sur les revenus de la période imposable concernée l original ou une photocopie certifiée conforme par lui : - des factures relatives aux prestations qui sont à l origine des dépenses visées à l article , alinéa 1 er, du même Code ; - de la preuve du paiement des sommes figurant sur ces factures. Ce qui précède entre évidemment en vigueur à partir de l ex. d imp Exemple Un couple a fait rénover le toit de leur habitation par un entrepreneur enregistré, pour un montant total de TVA comprise. Ils ont déjà bénéficié d un gain de 750 grâce au taux de TVA de 6 % (les travaux hors TVA s élèvent à 5.000, plus TVA de 21 % = 6.050, mais avec TVA réduite à 6 %, la facture n est que de ). Ils bénéficient en outre d une réduction d impôt calculée comme suit : - base de calcul : (facture TVA comprise) ; - réduction : x 40 % = ; - limitation à maximum 600 (pour les revenus de 2003) 13

14 Les deux avantages cumulés représentent donc (750 grâce à un taux de TVA de 6 % et 600 de réduction d impôt à l I.P.P.). Et les non-résidents? La loi-programme du 22 décembre 2003 (M.B., 31 décembre 2003, err. 16 janvier 2004) a étendu l application de la réduction pour les dépenses faites en vue d économiser l énergie (article du C.I.R. 1992) applicable à l impôt des personnes physiques (I.P.P.) à toutes les catégories de contribuables soumis à l impôt des non-résidents/personnes physiques (INR/pp). Afin d éviter un traitement discriminatoire entre les habitants du Royaume et les non-habitants du Royaume, cette mesure entre également en vigueur, en ce qui concerne l INR/pp, à partir de l exercice d imposition 2004 (soit à partir du 1 er janvier 2003). 5. CREDIT D IMPOT POUR FAIBLES REVENUS D ACTIVITES La mesure est décrite plus avant et suit un schéma budgétaire d entrée en vigueur progressive. Les règles relatives au calcul du crédit d impôt pour faibles revenus d activités demeurent inchangées pour l exercice d imposition 2004, mais le montant de 78 qui figure dans l article 289ter du C.I.R est chaque fois remplacé par le montant de 220 (1). Dans les calculs qui figurent plus avant, il convient donc de remplacer 78 par 220. C. Mesures applicables à partir de l exercice d imposition 2005 (pro parte) A partir de l exercice d imposition 2005, les cohabitants légaux sont, sur le plan fiscal, assimilés aux personnes mariées et un cohabitant légal est assimilé à un conjoint. Cette égalité s applique à toutes les autres notions qui ont trait au mariage. Ainsi la cohabitation légale est assimilée à un mariage, la cessation de la cohabitation légale à un divorce, la cessation de la cohabitation légale pour cause de décès à la dissolution du mariage pour cause de décès, le cohabitant survivant à un veuf ou une veuve, la séparation de fait de deux cohabitants légaux à la séparation de fait de deux conjoints, etc. Pour les non-résidents ou les résidents qui ont conclu à l étranger un contrat de vie commune, celuici doit satisfaire aux mêmes conditions que celles reprises dans le droit belge pour que l assimilation trouve à s appliquer. L assimilation au niveau du droit fiscal a pour conséquence que les avantages fiscaux dont bénéficiaient les personnes mariées par rapport aux cohabitants sont dès à présent accordés aux cohabitants légaux, à savoir : - l imputation du quotient conjugal (2) ; - l éventuelle attribution d une quote-part au conjoint aidant (3) ; - la compensation des pertes entre les deux partenaires. 1 Article 49B de la loi-réforme. 2 Voir plus loin. 3 Voir plus loin. 14

15 Il sera également possible de souscrire des assurances-vie ou des plans d épargne-pension avec avantage fiscal lorsque le bénéficiaire est le cohabitant légal. L égalité de traitement a également des implications sur le plan des règles de procédure et de recouvrement. 1. IMPOSITION COMMUNE DES CONJOINTS ET DES COHABITANTS LEGAUX On l a vu, l «imposition commune» et le «décumul intégral» deviennent la règle. Le nouvel article 126 du C.I.R. 1992, dont les 1 er et 2 sont remplacés par l article 19B de la loi-réforme, dispose qu en cas de mariage ou de cohabitation légale, une imposition commune est établie au nom des deux conjoints mais que nonobstant cette imposition commune, le revenu imposable de chaque conjoint est fixé séparément. L imposition commune est établie dans le chef des personnes mariées au nom des deux conjoints et dorénavant dans le chef des cohabitants légaux au nom des deux partenaires. De ce fait, ceux-ci sont considérés comme des contribuables à part entière. En cas d imposition commune, la notion de contribuable implique que chaque conjoint ou chaque cohabitant légal est considéré comme un contribuable distinct. Chaque conjoint ou cohabitant légal a un revenu imposable égal à l ensemble de ses revenus nets diminués des dépenses déductibles qui sont fixées distinctement. La loi permet de déterminer par contribuable l ensemble des revenus nets qui se compose des revenus des biens immobiliers, des revenus de capitaux et biens mobiliers, des revenus professionnels et des revenus divers. Le calcul de l impôt se fera finalement de manière distincte pour les deux conjoints. Cette situation résoudra les nombreux problèmes occasionnés par la répartition de la dette d impôt, principalement en cas de séparation de fait. Côté exception, une imposition individuelle sera établie : 1. pour l année du mariage ou de la déclaration de cohabitation légale ; 2. à partir de l année qui suit celle au cours de laquelle une séparation de fait est intervenue, pour autant que cette séparation soit effective durant toute la période imposable ; 3. pour l année de la dissolution du mariage ou de la séparation de corps, ou de la cessation de la cohabitation légale ; 4. lorsqu un conjoint recueille des revenus professionnels pour un montant supérieur à qui sont exonérés conventionnellement et qui n interviennent pas pour le calcul de l impôt afférent à ses autres revenus. Un cas particulier se présente lorsque deux cohabitants légaux contractent mariage. Dans ce cas, les règles de l imposition commune continueront à s appliquer pour l année du mariage. Ce n est toutefois pas le cas lorsque la déclaration de cohabitation légale et le mariage ont lieu au cours de la même année civile. Dans ce dernier cas, le régime de l imposition individuelle reste applicable pour cette année-là. Le décumul intégral est réalisé par le nouvel article 127 du C.I.R (1). En cas d imposition commune, deux bases d imposition distinctes seront établies : une par conjoint ou par cohabitant légal. Chaque base d imposition sera formée par : 1 Article 20 de la loi-réforme. 15

16 1. les revenus professionnels après attribution d une quote-part de ceux-ci telle qu elle est fixée après application des articles 86 à 89 ; 2. les revenus divers propres (1) ; 3. les revenus propres (2) lorsque ceux-ci le sont en vertu du droit patrimonial (on se comprend) ; 4. la moitié de tous les autres revenus ; il s agit essentiellement des revenus immobiliers, mobiliers et divers pour autant qu ils ne soient pas repris aux points 1 à 3, mais aussi, par exemple, des revenus des enfants dont les deux parents ont la jouissance légale. L instauration d une imposition commune entraîne également des adaptations en cascade dans le reste du Code ou nécessite l une ou l autre précision. Ainsi, l article 32 de la loi-réforme remplace l article du C.I.R pour préciser que lorsqu une imposition commune est établie, les dépenses visées à l article (3) sont réparties, suivant la règle proportionnelle, sur chaque revenu imposable (4). De la même manière, l article 33B de la loi réforme adapte l article du même Code (5) pour tenir compte de l éventualité de l établissement d une imposition commune, plutôt que de l établissement d une imposition conformément à l article 126, 1 er et 2 du C.I.R En ce qui concerne les adaptations collatérales, on relèvera notamment les articles 24A, 25C, 26B et 27 de la loi-réforme qui apportent les modifications nécessitées par le nouveau mode de calcul de l impôt et la nouvelle terminologie utilisée, respectivement aux articles 132, 133, 134 du C.I.R (6) et à l article 136 du même Code (7). Les réductions pour revenus d origine étrangère n échappent pas à la règle du toilettage ; les articles 41 et 42 de la loi-réforme complètent respectivement les articles 155 et 156 du même Code, tandis que la notion d imposition commune fait également son apparition, par le biais des articles 46 et 48 de la loi-réforme dans les articles 244bis, alinéa 1 er (8) et 289bis, 1 er, dernier alinéa (9) du C.I.R IMPOSITION COMMUNE ET DEPENSES DEDUCTIBLES Lorsqu une imposition commune est établie, les déductions visées à l article 104, 3 à 9 du C.I.R (10), sont imputées en premier lieu, suivant la règle proportionnelle, sur l ensemble des revenus nets des deux contribuables. 1 Revenus visés à l article 90, 1 à 4, qu il réalise ou qui lui sont attribués. 2 Non visés aux 1 et 2. 3 A savoir les dépenses payées pour des prestations dans le cadre des agences locales pour l emploi. 4 Plutôt que sur la quote-part des revenus de chaque conjoint, expression qui n a plus de sens. 5 Nouvel article inséré dans le Code à partir de l exercice d imposition voir plus avant - pour tenir compte des dépenses faites en vue d une utilisation plus rationnelle de l énergie dans une habitation. 6 Qui fixent les règles de détermination de majoration des montants exemptés d impôt. 7 Personnes à charge des «contribuables», plutôt que «des conjoints ou des isolés». 8 L autre conjoint a des revenus professionnels de source belge qui sont exonérés conventionnellement ou des revenus professionnels de source étrangère d un montant supérieur à Octroi du crédit d impôt sur les bénéfices et profits. 10 A savoir les libéralités, les rémunérations payées ou attribuées à un employé de maison, les dépenses engagées pour la garde d un ou de plusieurs enfants à charge du contribuable, les dépenses d entretien et de restauration des immeubles bâtis ou de sites classés et les intérêts d emprunts hypothécaires bénéficiant de la déduction complémentaire. 16

17 Les déductions visées aux 1 et 2 de cet article (1) sont ensuite imputées par priorité sur l ensemble des revenus nets du contribuable qui est débiteur des dépenses et le solde éventuel est imputé sur l ensemble des revenus nets de l autre contribuable. C est l article 16 de la loi-réforme qui modifie l article 105 du C.I.R en ce sens. 3. DECUMUL INTEGRAL ET TAXATION DES REVENUS IMMOBILIERS Actuellement, un seul revenu immobilier net est fixé chez les personnes mariées. Cela a pour conséquence qu une compensation s effectue entre les éléments positifs d un des conjoints et les éléments négatifs de l autre conjoint. L instauration du décumul intégral romprait cette compensation. Le souhait du Gouvernement n est évidemment pas de supprimer, suite à l instauration du décumul, les mesures ou les effets positifs existants en faveur des personnes mariées, et, par extension, en faveur des cohabitants légaux. Pour cette raison, la règle de compensation est maintenue lorsqu une imposition commune est établie et est inscrite de manière explicite à l article 14 du C.I.R qui stipule désormais que «Lorsqu une imposition commune est établie et que les déductions visées à l alinéa 1 er et afférentes à l un des contribuables excèdent ses revenus de biens immobiliers, le solde est imputé sur les revenus des biens immobiliers de l autre contribuable.» (2). Le calcul distinct du revenu immobilier net a également des conséquences sur le calcul de la déduction pour habitation visée à l article 16 du C.I.R (3). Dans le chef des personnes mariées ou des cohabitants légaux, il y a lieu de tenir compte du fait que l habitation peut être la propriété d un des contribuables ou des deux ensemble. Du fait des règles de décumul, la déduction pour habitation doit pouvoir s appliquer par contribuable. La déduction pour habitation s opère sur le revenu cadastral qui subsiste par contribuable après l application de l article 14 (4). Elle est octroyée au contribuable qui occupe une habitation dont il est propriétaire, possesseur, emphytéote, superficiaire ou usufruitier. Lorsque l habitation est la propriété commune des deux contribuables, le revenu cadastral est réparti entre eux suivant la quotité qu ils détiennent dans la propriété commune. Chaque contribuable bénéficie donc de la déduction pour habitation sur sa quotité dans le revenu cadastral. Lorsque l habitation est la propriété de l un d eux, le revenu cadastral n est pas scindé et la déduction pour habitation n est applicable qu au propriétaire. La règle selon laquelle la déduction pour habitation ne vaut que pour une seule habitation subsiste. Si le contribuable occupe plus d une habitation, un choix doit être fait. Lorsque des personnes mariées ou des cohabitants légaux occupent plus d une habitation, ils doivent choisir une seule habitation, qu ils occupent ensemble. 1 A savoir les rentes alimentaires régulièrement payées et les quotités judiciaires rétroactives de telles rentes. 2 Article 4 de la loi-réforme. 3 C est l article 5 de la loi-réforme qui contient les modifications apportées en la matière. 4 Déduction des intérêts de dettes contractées spécifiquement en vue d acquérir ou de conserver les biens immobiliers et des redevances et de la valeur des charges y assimilées afférentes à l acquisition d un droit d emphytéose, de superficie ou de droits immobiliers similaires, à l exclusion des droits d usage visés à l article 10, 2 du C.I.R

18 On sait qu il n est dérogé à cette règle que dans l hypothèse où l habitation n est pas occupée pour des raisons professionnelles ou sociales. En ce sens, la cohabitation avec le conjoint ou le partenaire légal ou non ne constitue pas une raison sociale. Cela étant, la règle de calcul de la déduction pour habitation est changée : la déduction de pour le conjoint est remplacée dans le système du décumul par une déduction de pour chaque contribuable (1). La déduction majorée de 250 par personne à charge du contribuable, conformément à l article 136 du C.I.R. 1992, au 1 er janvier de l année dont le millésime désigne l exercice d imposition, est répartie à concurrence de la quotité que chaque conjoint ou cohabitant légal détient dans le revenu cadastral de la maison d habitation. Pour la déduction majorée, la limite de s applique également par contribuable. On rappelle à ce propos que quand l ensemble des revenus nets du contribuable n excède pas , la déduction pour habitation, déterminée conformément au 4 de l article 16, est majorée de la moitié de la différence entre le revenu cadastral de l habitation et la déduction pour habitation étant entendu que le dépassement de la limite de ne peut pas avoir pour effet de réduire la majoration résultant de l application de la règle qui précède de plus de la moitié de la différence entre l ensemble des revenus nets et cette limite. Lorsqu une imposition commune est établie et que la déduction pour habitation pour l un des conjoints est supérieure à sa quote-part du revenu cadastral de l habitation, le solde est imputé sur la quote-part du revenu cadastral de l autre conjoint sans pouvoir dépasser celle-ci. Autrement dit, la déduction pour habitation, le cas échéant après compensation, ne peut jamais aboutir à un résultat négatif. 4. IMPOSITION COMMUNE ET ATTRIBUTION D UNE QUOTE-PART CONJOINT AIDANT L article 86 du C.I.R donne la faculté à un indépendant ou à un titulaire d une profession libérale d attribuer une quote-part de ses revenus professionnels au conjoint aidant. Le plus souvent, celui qui fait l attribution effectue également des versements anticipés afin d éviter une majoration d impôt sur ses revenus d indépendant. Ces versements anticipés sont imputés sur les impôts afférents aux deux revenus. A la suite du décumul, ledit revenu attribué est considéré comme un revenu propre dans le chef du conjoint aidant. Vu que le principe du décumul se répercute sur le calcul, cela conduirait très souvent dans la pratique à une majoration d impôt sur le revenu du conjoint aidant. Cet inconvénient peut être évité à la condition que le conjoint aidant fasse lui-même, de sa propre initiative, des versements anticipés. Toutefois, le but n est pas non plus d alourdir davantage les charges administratives. Pour cette raison, l excédent des versements anticipés effectués par le contribuable qui fait l attribution sera transféré automatiquement au conjoint aidant, cette quotité étant utilisée pour éviter la majoration d impôt dans le chef du conjoint aidant. Ainsi, l article 43 de la loi-réforme complète l article 157 du C.I.R par l alinéa suivant : «L excédent des versements anticipés effectués par un conjoint qui attribue une partie de ses 1 Tous ces montants sont mentionnés avant indexation. 18

19 bénéfices ou profits au conjoint aidant par application de l article 86 profite de plein droit au conjoint aidant.» L article 10 de la loi-réforme remplace pour sa part l article 86, alinéa 1 er du même Code pour l adapter à la nouvelle terminologie de l imposition commune. Ainsi, plus précisément, lorsqu une telle imposition est établie à charge de deux conjoints, une quote-part des bénéfices ou profits de l activité de l un d eux peut être attribuée à titre de revenu de cette activité à l autre conjoint qui l aide effectivement dans l exercice de cette activité professionnelle, pour autant que le conjoint aidant n ait pas bénéficié personnellement, pendant la période imposable, de revenus professionnels provenant d une activité distincte supérieurs à (1). On observera par ailleurs que l article 13 de la loi-réforme complète l article 89 du C.I.R par un alinéa qui prévoit que «Lorsque les revenus professionnels de l un des conjoints relèvent de deux ou plusieurs catégories visées à l article 23 et qu une quote-part de ces revenus professionnels est attribuée ou imputée à l autre conjoint, cette quote-part est composée proportionnellement de revenus professionnels des mêmes catégories.» Jusqu à présent, on attachait peu d importance à la qualification donnée à la quotité du revenu qui était attribuée au conjoint (2) ou qui lui était imputée (3). Le calcul s effectuait dans le cadre de la globalisation et les réductions étaient calculées sur l impôt global des deux conjoints. En ce qui concerne le quotient conjugal, l administration indiquait toutefois dans son commentaire qu en raison du fait qu il se prélève sur l ensemble des revenus professionnels du conjoint qui dispose des revenus professionnels les plus élevés, il y a lieu de considérer que ce quotient se compose proportionnellement des mêmes éléments que ceux que l on retrouve chez le conjoint qui l octroie. Cela signifie que si ce conjoint a bénéficié de revenus de diverses catégories (4) et/ou de diverses origines (5), le quotient conjugal est censé composé des mêmes éléments et dans les mêmes proportions (6). Avec l instauration d un calcul tout à fait distinct dans le régime de l imposition commune, où les réductions et imputations s effectuent par conjoint, il est de la plus haute importance de connaître le type de revenu qui a été imputé (7) ou attribué (8). La loi-réforme prévoit en fait deux choses : - la qualification d origine du revenu attribué ou imputé subsiste ; - l attribution ou l imputation s effectue de manière proportionnelle sur le revenu professionnel dont une quote-part est attribuée ou imputée. Supposons, à titre d exemple, qu en cas d imposition commune, l un des deux contribuables ne dispose d aucun revenu qui lui est propre et que le revenu de l autre contribuable, avant imputation du quotient conjugal, se compose de : - salaires : ; - arriérés taxables distinctement : ; - profits : 3.000, 1 Montant avant indexation. 2 Par l attribution d une quote-part au conjoint aidant. 3 Par le quotient conjugal. 4 Bénéfices, profits de profession libérale, pensions, etc. 5 Revenus belges, revenus étrangers taxables au taux réduit, revenus étrangers exonérés par convention. 6 Com.I.R. 1992, n 87/23. 7 Quotient conjugal. 8 Quote-part conjoint aidant. 19

20 dès lors, le revenu imputé (30 %) se composera de : - salaires : ; - profits : OCTROI DU QUOTIENT CONJUGAL AUX COHABITANTS LEGAUX A partir de l exercice d imposition 2005, l article 87, alinéa 1 er du C.I.R disposera que «Lorsqu une imposition commune est établie et qu un seul des conjoints bénéficie de revenus professionnels, une quote-part en est imputée à l autre conjoint, sauf si l imposition s en trouve majorée», dans le même temps que l article 88 du même Code sera modifié de telle manière qu à son alinéa 1 er, les mots «Lorsque la cotisation est établie au nom des deux conjoints» seront remplacés par les mots «Lorsqu une imposition commune est établie» (1). L octroi du quotient conjugal est ainsi accordé à partir de l exercice d imposition 2005 aux cohabitants qui ont fait enregistrer leur contrat de cohabitation. La question a été posée de savoir si la distinction entre cohabitants ayant un contrat de cohabitation enregistré et ceux n en ayant pas n est pas incompatible avec le principe d égalité garanti par la Constitution. En clair, cette distinction résistera-t-elle à un éventuel examen de la Cour d arbitrage. Tout porte à croire que oui car il existe une différence légale entre la situation de personnes qui ont conclu une déclaration officielle de cohabitation légale et celle des personnes n ayant pas fait une telle déclaration, outre un problème de contrôle : comment le fisc saura-t-il si quelqu un n ayant pas fait de déclaration de cohabitation cohabite ou non dans les faits? 6. TROISIEME MODIFICATION DU BAREME D IMPOSITION On a vu plus avant que la loi fixe un nouveau barème d imposition à l article 130 du C.I.R et que conformément au schéma budgétaire, l adaptation du barème s effectuait en trois étapes. La troisième étape entre en vigueur à partir de l exercice d imposition A partir de cet exercice, l impôt est fixé à : - 25 % pour la tranche de revenus de 0,01 à 5.705,00 ; - 30 % pour la tranche de 5.705,00 à 8.120,00 ; - 40 % pour la tranche de 8.120,00 à ,00 ; - 45 % pour la tranche de ,00 à ,00 ; 50 % pour la tranche supérieure à ,00. Lorsqu une imposition commune est établie (2), le tarif d imposition est appliqué au revenu imposable de chaque contribuable. 7. ALIGNEMENT DE LA QUOTITE DU REVENU EXEMPTEE D IMPOT 2 EME ETAPE La loi-réforme a notamment parmi de nombreux objectifs de supprimer les discriminations entre contribuables mariés et isolés. Dans ce contexte et dans un premier temps, la quotité du revenu exemptée d impôt a été portée à à partir de l exercice d imposition 2004 (1). 1 Dans le texte français de l alinéa 2, le mot «cotisation» sera remplacé par le mot «imposition». 2 Il y a une petite erreur dans le texte français de la loi publié au Moniteur. 20

La déclaration à l impôt des personnes physiques de l exercice d imposition 2005 (partie 1)

La déclaration à l impôt des personnes physiques de l exercice d imposition 2005 (partie 1) La déclaration à l impôt des personnes physiques de l exercice d imposition 2005 (partie 1) APCH UHPC APC-BNL & Académie fiscale Roland Rosoux Expert-Conseiller au cabinet du Ministre des Finances Directeur

Plus en détail

1. Information Personnelle

1. Information Personnelle Q U E S T I O N N A I R E I M P O T D E S P E R S O N N E S P H Y S I Q U E S R E S I D E N T A N N E E D E R E V E N U S 2 0 1 0 A V E N U E D U D I R I G E A B L E 8 1 1 7 0 B R U X E L L E S W W W.

Plus en détail

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014.

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014. Explications concernant les conditions auxquelles les emprunts conclus en 2014 doivent satisfaire pour pouvoir entrer en considération pour la réduction d impôt régionale pour l habitation unique (bonus-logement)

Plus en détail

Revenus professionnels

Revenus professionnels Revenus professionnels 1. Bénéfices d'exploitations agricoles, industrielles et commerciales Le montant des bénéfices s établit au départ d une comptabilité qui doit être probante vis-à-vis de l Administration.

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique B. MARISCAL Lors du Conseil des ministres extraordinaire d Ostende des 20 et 21 mars 2004, le gouvernement avait pris la décision de réformer

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales 1 Règles d'indexation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales Avis relatif à l'indexation automatique

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.

Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc. Mise à jour : 15/07/2015 Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.be L impôt des personnes physiques

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Déclaration IPP 2013. Conférence de presse. Koen Geens. Carlos Six. 30 avril 2013 North Galaxy. Ministre des Finances

Déclaration IPP 2013. Conférence de presse. Koen Geens. Carlos Six. 30 avril 2013 North Galaxy. Ministre des Finances Déclaration IPP 2013 Koen Geens Ministre des Finances Carlos Six Administrateur général de la Fiscalité Conférence de presse 30 avril 2013 North Galaxy Lignes de force > S Libre choix du citoyen 1,5 million

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Travailler en Belgique. Habiter en Allemagne

Travailler en Belgique. Habiter en Allemagne Travailler en Belgique Habiter en Allemagne 2005 PREFACE Cette brochure s adresse principalement aux personnes qui résident en Allemagne et exercent en Belgique une activité salariée. Si c est votre cas,

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012 Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique Bruxelles, le 11 décembre 2012 Administration des Affaires Fiscales ----------------------------------------

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015

LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015 LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015 LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015 D/1831/2015/2/5000 E.R. : Jan Vercamst, Boulevard Baudouin 8 1000 Bruxelles Inhoud I Avant-propos... 7 II Fiscalité et ménage... 9 1. Marié,

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Fiscalité patrimoniale

Fiscalité patrimoniale Fiscalité patrimoniale Suggestions pour une future réforme fiscale Commission parlementaire mixte sur la réforme fiscale 18 novembre 2013 François Parisis Maître de conférences Plan Préambule : quel pourrait

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION. www.rgf.be

LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION. www.rgf.be LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION 1. Acheter Vendre 2. Payer 3. Assurance Vie 4. Habiter 1. Acheter Vendre A. Acheter avec applications des droits d enregistrement B. Acheter avec TVA C. Vendre avec TVA

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Impôts 2014. Taxe d habitation. Mairie

Impôts 2014. Taxe d habitation. Mairie Impôts 2014 Taxe d habitation Mairie La taxe d habitation 2014 est établie au nom des personnes qui ont, au 1 er janvier 2014, la disposition ou la jouissance, à titre privatif, d une habitation meublée.

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat Prof. dr. Marc Bourgeois (ULg Tax Institute) CESW Lundi 16 mars 2015 Plan 1. Le cadre institutionnel

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

Votre banquier et assureur. La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque

Votre banquier et assureur. La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque Votre banquier et assureur La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque Sommaire 1. La déduction des intérêts notionnels: 3 un stimulant pour les entreprises 2.

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

PRECOMPTE PROFESSIONNEL. à partir du 1 janvier 2015. www.cgslb.be

PRECOMPTE PROFESSIONNEL. à partir du 1 janvier 2015. www.cgslb.be PRECOMPTE PROFESSIONNEL à partir du 1 janvier 2015 www.cgslb.be E.R. : Jan Vercamst Boulevard Poincaré 72-74 1070 Bruxelles 2015/02 Précompte professionnel à partir du 1er janvier 2015 Les barèmes du précompte

Plus en détail

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce et réparation de

Plus en détail

L Actualité du Club Social +

L Actualité du Club Social + L Actualité du Club Social + S O M M A I R E : Réforme des retraites N 1 3 La Gazette Sociale de Mont Saint Aignan 2 D E C E M B R E 2 0 1 0 L O I N 2 0 1 0-1 3 3 0 D U 9 N O V E M B R E 2 0 1 0 P O R

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 PLAFONNEMENT DE LA COTISATION DE TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES AFFERENTE A L HABITATION PRINCIPALE EN FONCTION DES

Plus en détail

APRÈS ART. 20 N 300 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) AMENDEMENT. présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ----------

APRÈS ART. 20 N 300 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) AMENDEMENT. présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ---------- ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT N o 300 présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Août 2012 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT Présentation Gan Prévoyance Un spécialiste de la protection sociale complémentaire Depuis plus de 65 ans, Gan Prévoyance est dédiée à la protection sociale, individuelle et

Plus en détail

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL 2041 GT N 50883#13 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. PLAFONNEMENT

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

les retraites collectives

les retraites collectives Edition 2010 n 4 - Avril 2010 Pour comprendre les retraites collectives PERE, Article 83, Article 39,... Le sixième et le septième rapport du Conseil d Orientation des Retraites Depuis 2000, la mission

Plus en détail

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Il existe trois mécanismes d épargne salariale : La Participation : La participation des salariés aux résultats de

Plus en détail

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada Le présent certificat est émis en vertu de la POLICE DE RENTE COLLECTIVE FONDS DE REVENU STABLE MD établie en faveur de LA COMPAGNIE TRUST ROYAL

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation 1 Les s des droits de succession sont de la compétence

Plus en détail

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation, de la réforme de l État et de la fonction publique Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR :

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale»

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» SOMMAIRE Préambule Le PEE Le PERCO L intéressement La participation Les dernières informations Autres

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal NOTES EXPLICATIVES CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU La Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) prévoit des règles concernant l imposition du revenu gagné sur

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L.

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L. Commentaire Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013 Mme Annick D. épouse L. (Cotisations et contributions sociales des travailleurs non salariés non agricoles outre-mer) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse

Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse Michael Sime : Directeur Associé, EY Paris Bâle, le 28 novembre 2013 Régime fiscal des frontaliers Petit rappel

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL WORKING PAPER ANALYSE DE L ÉVOLUTION DES STATISTIQUES FISCALES DES DÉPENSES FISCALES

DOCUMENT DE TRAVAIL WORKING PAPER ANALYSE DE L ÉVOLUTION DES STATISTIQUES FISCALES DES DÉPENSES FISCALES DOCUMENT DE TRAVAIL WORKING PAPER N 12-3.RR RESEARCH REPORT ANALYSE DE L ÉVOLUTION DES STATISTIQUES FISCALES DES DÉPENSES FISCALES Hafsatou DIALLO Güngör KARAKAYA Danièle MEULDERS Robert PLASMAN DULBEA

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail