LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre"

Transcription

1 LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N juillet 2012 La débâcle de PSA Peugeot Citroën Reflet de la faiblesse structurelle de notre industrie Alors que PSA Peugeot Citroën détaillait ce mercredi son projet de suppressions de postes, annonçant 819 millions de pertes semestrielles et un plan d'économies de 1,5 milliard, le gouvernement, en réponse à la crise, a présenté le jour même un plan de sauvetage dérisoire, en décalage complet avec la réalité des entreprises. Après avoir abrogé la TVA sociale, alourdissant ainsi de fait la fiscalité sur les entreprises, réduisant leur compétitivité et à terme, détruisant des emplois, le gouvernement s enferme dans son aveuglement et poursuit sa guerre contre la sortie de crise, faisant une fois encore une impasse totale sur la réduction du coût du travail, une donnée capitale pour relancer l industrie française. Le gouvernement Ayrault tente d apporter des solutions ad hoc au coup par coup, alors que le cas PSA n'est qu'une expression de la faiblesse structurelle de notre industrie, qui demande une refonte globale de notre politique industrielle. Les chiffres Clés La production automobile en France est passée de 3,2 millions de véhicules en 2004, à 2 millions en Sur ce marché de 2 millions, 5000 véhicules sont des voitures électriques, et sont des voitures hybrides. Pour pouvoir financer son plan de sauvetage, le gouvernement mise sur la vente de véhicules électriques et véhicules hybrides en La hausse des bonus telle que prévue dans le plan automobile coûtera entre 100 et 150 millions d euros cette année à l Etat. La facture atteindra 490 millions d euros pour l année pleine Le plan gouvernemental ne concerne qu un 1,2 % des immatriculations. Les usines de PSA tournent au mieux à 60-65% de leur capacité quand celle des constructeurs allemands est à plus de 85%. Le coût horaire du travail de l'ensemble de l'industrie et des services a atteint, en 2011, 34,6 euros en France contre 31,2 en Allemagne et 28 euros en moyenne dans la zone euro. 43, 8% et 25, 8% : c'est l augmentation (en euros courants) entre 2000 et 2008 du coût du travail en France, respectivement dans l'industrie et les services. Dans le même temps, le coût du travail n'augmentait que de 21,8% en Allemagne pour l industrie, et de 12,2% pour les services. Document de synthèse réalisé par le siège du Nouveau Centre

2 La débâcle de PSA Peugeot Citroën Un marché automobile en berne, reflet de faiblesses structurelles généralisées Baisse des ventes et coût du travail élevé pénalisent le secteur automobile Le marché de l automobile est en chute libre en France depuis plusieurs mois déjà. En 2011, les immatriculations automobiles ont chuté de 2,1% pour les voitures neuves. Plusieurs entreprises sont particulièrement touchées par cette baisse des ventes, mais également pénalisées par le coût du travail. Certains véhicules de petites tailles coûtent de 500 à 600 euros plus chers à produire en France que chez nos voisins européens. Alors que ce mercredi PSA Peugeot Citroën annonçait une perte nette de 819 millions d euros au premier semestre, le même jour, Ford a annoncé prévoir une perte de plus d un milliard de dollars sur l année pour son activité en Europe. L'agence de notation financière Moody's a confirmé la tendance de dégradation du marché en abaissant jeudi d'un cran, de Ba1 à Ba2, la note du constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën. Le chiffre d'affaires total du groupe a reculé de 5,1%, à 29,6 milliards d'euros. Celui de la division auto a chuté de 10,5%, à 20,2 milliards. Le plan de licenciement de PSA Peugeot Citroën Depuis plusieurs mois, le groupe est en proie à une crise sans précédent, l ayant conduit, malgré l aide financière et les tentatives de négociation du gouvernement, à fermer son site d Aulnaysous-Bois. L entreprise à mis en place un plan de licenciements massif qui concerne une dizaine de département : Les 3000 salariées de l usine d Aulnay (Seine-Saint-Denis), 1400 employés du site de Rennes (Ille-et-Vilaine), 702 à Poissy, ainsi que 192 au pôle tertiaire du site, auxquels s ajoutent 680 personnes du site Vélizy et 22 de Carrières-sous-Poissy (Yvelines) 679 à Sochaux (Doubs), 500 à Sevelnord (Nord), site pour lequel le groupe a demandé un soutien public de 42 millions. 317 à Paris, au siège social 273 à Mulhouse (Haut-Rhin) 98 à Charleville-Mézières (Ardennes) 52 à Trémery et 42 à Metz-Borny (Moselle). PSA Peugeot Citroën a demandé un allongement du dispositif d'activité partielle de longue durée (APLD) pour faciliter le reclassement des salariés touchés par sa restructuration. Le groupe, qui a subit les attaques du gouvernement, a affirmé ce jeudi n avoir «rien dissimulé de sa situation». En 2009, dans le cadre du plan d'aide au secteur automobile en crise, l'etat avait accordé un prêt bonifié à PSA de 3 milliards d'euros, en contrepartie d'engagements sur la nonfermeture d'usines en France. Arnaud Montebourg a nommé à ce sujet un expert, Emmanuel Sartorius, chargé de faire un point sur la santé du groupe. Ce dernier doit rendre ses conclusions provisoires à la fin du mois puis son rapport complet en septembre. L entreprise se donne jusqu en 2015 pour retrouver l équilibre. 2 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

3 Un marché automobile en berne, reflet de faiblesses structurelles généralisées L automobile : reflet de la faiblesse structurelle de l industrie française Au-delà du cas de PSA Peugeot Citroën, la France souffre d une faiblesse structurelle de son industrie, sans qu aucune solution concrète n ait été apportée par les gouvernements pour éviter l accélération de la désindustrialisation dans laquelle le pays a sombré. En 1982, l'industrie française représentait en 28 % du PIB ; elle a chuté en 2011 à 13 %, loin derrière l'allemagne (30 %). En 1982, la France comptait emplois industriels ; en 2010 seuls avaient pu être préservé. Entre 2000 et 2009, plus de emplois salariés directs ont disparu dans l'industrie. Dans le contexte d'un euro surévalué, de la concurrence des pays à bas salaires ou à faibles contraintes législatives et environnementales, et en l'absence d'un tissu de PME suffisamment capitalisées, l industrie française prend un retard considérable par rapport à ses voisins européens. Alors que le tissu industriel allemand représente 40 % des exportations du pays, et que les PME et ETI (Entreprises de taille intermédiaires) italiennes comptent pour plus de 60 % des exportations italiennes, la part des exportations des mêmes PME et ETI en France s'élève seulement à 24 %. Plus généralement, alors que seulement entreprises, toutes tailles confondues, existent en France, l Allemagne en compte , et l Italie La crise a également aggravé la situation des PME française : avant 2008, le pays comptait un peu moins de ETI ; en 2011, elle n'en compte plus que 4 200, dont la moitié dans des secteurs non exportateurs. La Taxe sur les transactions financière La débâcle de PSA Peugeot Citroën Le plan du gouvernement : une solution ad hoc plutôt qu une réforme de fond Les propositions Le gouvernement a annoncé sa volonté de renforcer les bonus écologiques pour les véhicules électriques ou hybrides. Il prévoit en effet un super bonus pour véhicules électriques de euros (contre euros actuellement) et de (contre euros aujourd'hui) pour les hybrides (thermiques-électriques). Le gouvernement prévoit aussi 50 millions de dotation pour l installation de bornes de recharge de véhicules électrique, 450 millions d aide à l investissement et à la trésorerie pour les PME du secteur automobile (crédits réorientés), 120 millions pour l aide à la réindustrialisation, 50 millions pour les actions de performances. 350 millions d euros de crédit PIA sont prévus, et sont en réalité réorientés de l ex grand emprunt. Le gouvernement a également annoncé que 25% des nouveaux véhicules achetés par les pouvoirs publics seront électriques ou hybrides, soit voitures propres par ans. Les bonus pour les "véhicules thermiques faiblement polluants seront augmentés de 100 ou 150 euros selon les cas". 3 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

4 La débâcle de PSA Peugeot Citroën Le plan du gouvernement : une solution ad hoc plutôt qu une réforme de fond 4 Arnaud Montebourg, ministre du redressement LES ARGUS productif, DU NOUVEAU a affirmé CENTRE que les - relèvements n juin des 2012 bonus, dont le coût total est évalué à 490 millions d'euros pour 2013, serait "en grande partie" financé par une hausse des malus sur les véhicules les plus polluants Au niveau international, le gouvernement a dénoncé lors de la présentation de son plan des «actes de concurrence déloyale» des constructeurs sud-coréens, qui ont augmenté leur part de marché en Europe depuis la signature en octobre 2010 d'un accord de libre-échange avec l'union européenne. Dans le cadre de cet accord, «nous sommes fondés à demander le déclenchement de mesures de surveillance qui nous permettrons éventuellement de déclencher une clause de sauvegarde», comme l'europe l'a déjà fait par le passé pour l'acier américain ou russe, a déclaré Arnaud Montebourg. Les insuffisances, reflet de l embarras du gouvernement sur la compétitivité Le plan du gouvernement est une fois encore un renoncement. Le gouvernement tourne définitivement la page du site PSA d Aulnay. Par ailleurs le gouvernement sert encore une fois du réchauffé aux Français. Souhaitant pourtant s opposer coûte que coûte au quinquennat précédent, le gouvernement reprendre pour tant le système bonus malus mis en place en 2008 par Nicolas Sarkozy, se contentant de «le renforcer». Pire encore, le plan présenté fait l impasse totale sur le coût du travail qui pèse sur la compétitivité des entreprises françaises. De plus, les aides versées par le gouvernement ne bénéficieront pas exclusivement au secteur automobile français : les deux véhicules électriques de Peugeot et Citroën, respectivement la ion et la C-Zero, étant fabriqués au Japon, ces mesures pourraient aussi soutenir les ventes de la Leaf, véhicule 100% électrique de Nissan, importé du Japon et du Royaume-Uni, ou celles de la Toyota Prius, importée elle aussi d Angleterre. En outre, comme à son habitude, le gouvernement reste flou sur le financement des mesures annoncées. Si la hausse des bonus devrait être financée par un doublement du malus, le calendrier ne semble pas être synchronisé pour les socialistes. En effet, alors que le bonus sera revalorisé dès l été, le malus n interviendra pas avant La facture devra dont à nouveau être payée par les contribuables français. Enfin, une fois encore, le gouvernement s est basé pour ses calculs sur des prévisions de croissance irréalistes. Le plan automobile a été bâti sur une hypothèse de vente de voitures électriques et hybride par an à compter de 2012, soit un triplement du marché. La position du Nouveau Centre Le plan de licenciement annoncé par les dirigeants de PSA Peugeot Citroën, qui s'était engagé en contrepartie à ne pas fermer aucun site en France en échange de l'aide de l Etat de trois milliards d'euros est purement et simplement indécent. Indécent car il est inacceptable qu'une entreprise française qui a été aidée par l'etat pendant la crise joue au poker menteur avec l'argent des Français. 4 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

5 La débâcle de PSA Peugeot Citroën La position du Nouveau Centre PSA a aujourd hui une dette envers l'effort national qui ne peut se solder que par le patriotisme économique et le maintien d un outil de production fort sur notre sol. Pour autant, l actuel gouvernement doit désormais cesser d essayer de rejeter la faute sur son prédécesseur et assumer ses responsabilités sans détours. La décision de revenir sur la baisse des charges de 13,2 milliards, qui aurait conféré un avantage compétitif aux secteurs les plus exposés à la concurrence, dont celui de l automobile, est un signal éminemment négatif adressé à toutes les entreprises aujourd hui installées en France. Le Plan automobile présenté par le gouvernement ne saurait constituer une réponse suffisante à la crise de notre industrie. Le gouvernement doit impérativement et immédiatement engager des réformes structurelles pour diminuer le coût du travail et définir une nouvelle stratégie industrielle pour muscler notre outil de production et préserver nos emplois. Dans cette perspective, des Etats Généraux de l industrie automobile doivent être organisés sans délai avec l ensemble des parties prenantes afin d établir un diagnostic précis des handicaps de notre industrie automobile par rapport à ses concurrentes, anticiper les évolutions du secteur, développer les synergies et renforcer sa compétitivité en baissant le coût du travail. A défaut, le plan présenté par le gouvernement ne constituerait qu un pansement qui deviendrait rapidement inefficace face à l hémorragie industrielle qui guette la France si elle ne procède pas à des réformes structurelles. Le Nouveau Centre demande une nouvelle politique économique et industrielle pour relancer la croissance, avec notamment : Un plan d action national en faveur des PME, avec la mise en place d un «small business act» Le Nouveau Centre souhaite la mise en place d un small business act réservant aux PME les marchés publics dont le montant est inférieur à euros et exigeant un plan de sous-traitance à des PME pour les appels d offres supérieurs à euros remportés par de grandes entreprises. Une partie de la commande publique devrait également être spécifiquement réservée aux PME innovantes en matière de développement durable ainsi qu aux PME situées dans des territoires en difficulté en zone urbaine mais aussi en zone rurale dans le cadre de «marchés publics solidaires». Une TVA sociale permettant de mieux repartir la fiscalité entre la consommation et la production. Des points de charges sociales seront transférés sur la TVA. Cette mesure permettra un gain de pouvoir d achat pour les salariés, une baisse des charges sociales pesant sur les entreprises, une meilleure compétitivité des entreprises par une baisse des prix des produits à l exportation et une hausse pour les produits importés, la création d un environnement favorable à la création d emploi. 5 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

6 Le Nouveau Centre souhaite accompagner les mutations de l industrie européenne en orientant La débâcle de PSA Peugeot Citroën La position du Nouveau Centre Simplifier la vie des entreprises en allégeant les contraintes administratives qui pèsent sur les PME Le Nouveau Centre souhaite la simplification des feuilles de paie et des dossiers d appel d offres pour l accès aux marchés publics, et la révision des seuils administratifs qui pénalisent le développement des PME. Avec le passage de 49 à 50 salariés, ce sont 34 obligations administratives nouvelles qui s imposent au chef d entreprise. La possibilité de déduire de son revenu imposable jusqu à euros en cas d investissement dans le capital d une PME Ce nouveau mécanisme de déduction fiscale devra être orienté en priorité vers les PME innovantes, intervenant dans des secteurs d avenir ainsi qu en direction des entreprises situées dans les quartiers en difficulté..une nouvelle fiscalité des PME plus favorable à l investissement. Bien que le taux normal d impôt sur les sociétés (IS) soit de 33, 3%, les grands groupes, grâce à l optimisation fiscale, ne paient en réalité qu entre 8 % et 12 % d IS, quand le niveau de celui acquitté par les PME se situe en moyenne à 22 %. Le Nouveau Centre propose de ramener de 33,3% à 15% le taux de l impôt sur les sociétés, dont l assiette devra être élargie. Il s agira d un taux plancher, pour que l optimisation fiscale n exonère plus les multinationales d une fiscalité minimum. Cette mesure est de nature à restaurer une égalité devant l impôt entre les grands groupes et les PME. L engagement d une stabilité juridique et fiscale Environ 20 % des articles du Code général des impôts sont modifiés chaque année. Cette instabilité juridique et fiscale est néfaste à la croissance française, car anxiogène pour les acteurs économiques. L engagement doit être pris de ne plus modifier les lois, règlements et dispositifs juridiques et fiscaux des entreprises au cours d un même quinquennat. Ce pacte de stabilité juridique et fiscale permettra aux entreprises d établir des plans de développement stables, sans mauvaise surprise. La nécessité de s adapter sans cesse à une modification des textes implique, en effet, un investissement considérable des entreprises lequel pèse sur leur développement. Ainsi, toute nouvelle disposition juridique ou fiscale concernant les PME, votée pendant le quinquennat, ne sera plus modifiée jusqu à la fin de la législature. Développer le capitalisme familial D ici à 2013, ce sont entreprises qui vont changer de mains pour cause de départ à la retraite de leurs dirigeants. Parmi elles, environ 60 % sont des entreprises familiales. Pour rendre le pays plus performant, il est nécessaire de créer les conditions d un entrepreneuriat familial reposant sur un actionnariat stable. Il convient d améliorer le financement à moyen et long terme des projets de développement par des dispositifs dédiés, qui doivent permettre aux entreprises familiales de passer outre la «frilosité» des banques. Un nouvel élan pour la politique industrielle européenne 6 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

7 La débâcle de PSA Peugeot Citroën La position du Nouveau Centre Des règles fiscales plus favorables à la transmission d entreprise sont également nécessaires. Cela concerne tant l allègement de la fiscalité des cédants et des héritiers que l abaissement de la fiscalité sur le patrimoine des actionnaires familiaux non dirigeants, afin de dissuader les cessions de titres répondant à un objectif de liquidité et garantir, ainsi, la stabilité du capital. Un nouvel élan pour la politique industrielle européenne Le Nouveau Centre souhaite accompagner les mutations de l industrie européenne en orientant l offre de formation professionnelle vers les secteurs industriels de demain et en donnant la priorité aux industries stratégiques que sont notamment la défense, l industrie aérospatiale, la biotechnologie, l ingénierie mécanique ou l'industrie chimique. Il est possible d engager la réindustrialisation du territoire européen en s appuyant sur un fonds européen de réindutrialisation alimenté par un grand emprunt européen et finançant des projets industriels de dimension européenne dans des secteurs dits d avenir comme les bio et nanotechnologies, la recherche médicale, les énergies renouvelables, etc. Il convient également de développer des pôles de compétitivité européens sectoriels sur lesquels seront orientés des financements massifs pour la recherche et l innovation sur des projets de dimension européenne. ILS L ONT DIT : Francis Hillmeyer, député du Haut-Rhin «Les 23 et 24 juin plus de visitait le site de PSA Mulhouse marquant le 50 ème anniversaire de cette usine, beau symbole de la réussite d une entreprise française. Dans le même temps se profilait l annonce d une restructuration du groupe PSA, avec la fermeture du site d Aulnay et la suppression de 8000 emploi au niveau national. «L Etat ne laissera pas faire» a affirmé le Président de la République. Soit. Mais nous craignons que cette déclaration d intention ne suffise pas à rassurer les salariés qui attendent du gouvernement des solutions adaptées. [ ] Au-delà du choc ressenti par les salariés, c est l ensemble de la filière automobile française que [le gouvernement] est appelé à redresser. [ ] En 2008, l industrie automobile française avait connue de fortes difficultés. Le gouvernement avait alors élaboré en accord avec les investisseurs un plan reposant sur l investissement et l innovation, notamment sur le dispositif bonus malus qui a permis à nos concitoyens d acquérir 4 millions de véhicules neufs peu polluants. Nous avons entendu votre volonté de renégocier le plan PSA, mais croyez bien que cette seule incantation laisse bon nombre de personnes sceptiques, alors que rien n est proposé en matière de baisse du cout du travail, qui est pourtant l une des clefs de la compétitivité de notre industrie. Le plan sur la filière automobile [ ] doit impérativement prendre en compte cette réalité.» : Question au Gouvernement de Francis Hillmeyer à propos du plan sur la filière automobile française 7 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

8 ILS L ONT DIT : Philippe Vigier, Secrétaire général du Nouveau Centre, député de l Eure-et-Loir «Le renforcement du bonus pour les véhicules propres et la commande publique de voitures en véhicules électriques ou hybrides annoncés par le gouvernement en Conseil des ministres constituent une première réponse nécessaire et utile aux difficultés actuelle de la filière automobile. Pour autant, [le plan automobile] ne saurait constituer une réponse suffisante à la crise de notre industrie d autant plus qu en prenant la décision de revenir sur la baisse des charges de 13,2 milliards, qui aurait conféré un avantage compétitif aux secteurs les plus exposés à la concurrence, dont celui de l automobile, le gouvernement a adressé un signal éminemment négatif adressé à toutes nos entreprises et engagé la France sur la pente de la désindustrialisation.» Plan automobile : Un pansement face à l'hémorragie industrielle, LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010

RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010 RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010 Présentation du Groupe Jean-Hugues Duban Responsable Relations Investisseurs Chiffres clés PSA Peugeot Citroën Deux marques puissantes, différenciées et complémentaires

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES Version du 07/10/2014 à 08:46:13 PROGRAMME 791 : CONTRIBUTION AU FINANCEMENT DE L ATTRIBUTION D AIDES À

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

La compétitivité. Le défi français

La compétitivité. Le défi français La compétitivité Le défi français I. Définition de la compétitivité Définitions La notion de compétitivité des entreprises d un pays renvoie à l attractivité des biens et des services que ces entreprises

Plus en détail

Pacte d Avenir pour la Bretagne. Contribution pour la compétitivité de l industrie bretonne

Pacte d Avenir pour la Bretagne. Contribution pour la compétitivité de l industrie bretonne Pacte d Avenir pour la Bretagne Contribution pour la compétitivité de l industrie bretonne Dans un contexte économique et social (international, national) qui pèse (et pèsera) lourdement sur les entreprises

Plus en détail

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Bilan à l An 1 du Rapport Gallois et du Pacte de compétitivité La plupart des

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E C O M P T E D ' A F F E C T A T I O N S P É C I A L E M I S S I O N M I N I S T É R I E L L E P R O J E T S A N N U E L S D E P E R F O R M A N C E S A N N E X E A

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment Maj : 13 novembre 2012 Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment L artisanat du bâtiment enregistre pour le second trimestre consécutif une baisse de son activité. Les

Plus en détail

Comptabilité. + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Comptabilité. + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Comptabilité 2 e ÉDITION Madeleine Deck-Michon Emmanuelle Plot-Vicard L essentiel + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode d'emploi.........................................................

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES Version du 06/10/2015 à 11:22:17 PROGRAMME 791 : CONTRIBUTION AU FINANCEMENT DE L'ATTRIBUTION D'AIDES À

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

L évolution du système de production et ses conséquences sociales

L évolution du système de production et ses conséquences sociales Histoire 3 e (= le monde depuis 1914) cours n 2 Un siècle de transformations scientifiques, technologiques, économiques et sociales Ce siècle, ce sont les cent ans qui sont derrière nous, la plus grande

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse I - La SAS PLASTICAUTO est une PME dont l activité industrielle se situe dans le secteur économique de la construction automobile.

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87

www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87 1 www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87 2 Pacte de responsabilité et de solidarité: Bilan et perspectives 3 SOMMAIRE Communiqué de synthèse page 4 Une mesure, un interlocuteur : Le pacte baisse le coût du

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Introduction Présentation des évolution de la loi de finance 2010 impactant la location longue durée: Suppression de la taxe professionnelle (art.

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014).

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014). Paris, le 14 novembre 2013 Cher(e)s fidèles client(e)s LINXEA souhaite vous informer sur la réforme de l assurance-vie qui va être examinée prochainement par les députés et les sénateurs et dont le texte

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Allianz Vie Génération

Allianz Vie Génération Allianz Vie Génération Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz.fr Anticipez et préparez votre succession Pourquoi anticiper et préparer votre succession? Parce que la planification successorale

Plus en détail

Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre 2015

Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre 2015 Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre Amélioration des performances opérationnelles publiées au 3 ème trimestre portée par les performances d Antalis et les premiers impacts positifs

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES Version du 20/05/2014 à 21:04:47 PROGRAMME 791 : CONTRIBUTION AU FINANCEMENT DE L ATTRIBUTION D AIDES À L ACQUISITION

Plus en détail

ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES

ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES Avant-propos ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES En France, il y a 4 500 d aides fiscales aux entreprises! Il me paraît impossible de les passer toutes en revue,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 août 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique Agir, une nécessité et une responsabilité Le Grenelle de l Environnement a conduit à un constat partagé par tous :

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013 LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE Résultats 2012/2013 Novembre 2013 1 Résultats annuels 2012/2013 Profil Les faits marquants 2012/13 Des résultats en fort redressement Une nouvelle dynamique

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 48 ème édition Juin 2015 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

Conférence bancaire et financière pour la transition énergétique

Conférence bancaire et financière pour la transition énergétique Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Ministère des Finances et des Comptes publics Conférence bancaire et financière Organisée par Mme Ségolène Royal Ministre de l'ecologie,

Plus en détail

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Soutien du pouvoir d'achat par des mesures ciblées Impact de la mesure en 009 en mio Adaptation du barème d impôt à l inflation

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Epargne Retraite. vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise

Epargne Retraite. vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise Si, si vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise Epargne Retraite Solutions PME-PMI Aujourd hui avec votre Interlocuteur AXA, construisez votre retraite! Pourquoi

Plus en détail

Pour une stratégie industrielle pérenne

Pour une stratégie industrielle pérenne Safe Automotive Hagondange Pour une stratégie industrielle pérenne Conférence de presse Jeudi 24 février 2011 Document élaboré Par la Fédération de la métallurgie, le syndicat de l entreprise Safe Automotive

Plus en détail

BAROMETRE AMCHAM-BAIN 2012. Le moral des investisseurs américains en France

BAROMETRE AMCHAM-BAIN 2012. Le moral des investisseurs américains en France BAROMETRE AMCHAM-BAIN 2012 Le moral des investisseurs américains en France Table des matières Synthèse............................................... p. 2 Résultats détaillés.......................................

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

Conférence Sociale Régionale pour l Emploi. Vendredi 23 janvier 2008

Conférence Sociale Régionale pour l Emploi. Vendredi 23 janvier 2008 Conférence Sociale Régionale pour l Emploi Vendredi 23 janvier 2008 Premier axe: Soutenir les entreprises pour faire face à la conjoncture Fiche 1 Accélération des investissements régionaux - La Région

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE

SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE CIACT du 2 février 2009 «Plan de relance de l économie» - B - SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE ECONOMIQUE ET A L EMPLOI Enveloppes du plan de relance de l économie : 600 M pour le financement des PME

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie?

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? Page 1 sur 9 Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? 2894 avis exprimés Question 1 : D'après ce que vous savez, les mesures contenues dans le "paquet fiscal"

Plus en détail

LES ETI EN CHIFFRES MAI 2015

LES ETI EN CHIFFRES MAI 2015 LES ETI EN CHIFFRES MAI 2015 UN ÉCOSYSTÈME ADVERSE NOS 4600 ETI SUBISSENT UNE PRESSION FISCALE SANS ÉQUIVALENT EN EUROPE PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES SUR LES ENTREPRISES (Observatoire européen de la fiscalité

Plus en détail

PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE

PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE Par Thomas Chalumeau, coordonnateur du pôle «Economie et finances» de Nova, Le 13 janvier 2012 Ironie de l histoire, c est un vendredi 13 que la France perd sa

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE

PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE COMITÉ INTERMINISTÉRIEL D AMÉNAGEMENT ET DE COMPÉTITIVITÉ DES TERRITOIRES PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE DOSSIER D INFORMATION LYON - 2 FEVRIER 2009 Ce dossier est téléchargeable sur : www.premier-ministre.gouv.fr

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Génération. Assurance Allianz. Anticipez et préparez votre succession. Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz.

Génération. Assurance Allianz. Anticipez et préparez votre succession. Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz. Gaipare Vie Génération Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz.fr Assurance Allianz Anticipez et préparez votre succession. Pourquoi anticiper et préparer votre succession? Parce que

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

La distribution publique d électricité

La distribution publique d électricité La distribution publique d électricité ERDF, une expertise nationale Pilotage du réseau à partir de 30 «tours de contrôle» Garantie des missions de service public de la distribution d électricité public

Plus en détail

CAMPAGNE RETRAITE 2004

CAMPAGNE RETRAITE 2004 CAMPAGNE RETRAITE 2004 «La CGT toujours avec vous» sur le dossier revendicatif de la Retraite Nouveau logo pour marquer une nouvelle étape de notre campagne Retraite commencée il y a 3 ans Toujours avec

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI L engagement du gouvernement est total en matière d amélioration de la compétitivité des entreprises et de l emploi. Le Pacte de croissance

Plus en détail

Croissance organique : 2,4 %

Croissance organique : 2,4 % Communiqué de Presse Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2015 : 872,0 M Croissance organique : 2,4 % Paris, 28 avril 2015 Sopra Steria Group annonce un chiffre d affaires de 872,0 M au 1 er trimestre

Plus en détail