CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS"

Transcription

1 CC 381 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 28 novembre 1969 en vue de permettre l utilisation de titres-repas électroniques Bruxelles, 11 juin 2007

2 RESUME Le Conseil s'est penché sur un projet d'arrêté royal visant à créer un cadre réglementaire qui permettrait l'introduction de titres-repas électroniques. Il se dit favorable à toute mesure de simplification administrative et dans cette mesure, accueille positivement cette initiative. Selon les représentants de la production et de la distribution, l introduction de la possibilité pour l employeur de recourir aux chèques repas électroniques est tout à fait positive dans la mesure où il s agit d une simplification importante pour les employeurs (moins de tracasseries administratives, système plus simple et plus rapide, facilitation de la distribution des titres au sein des entreprises, diminution du flux papier), tant dans la relation travailleur-employeur que dans la relation entre le commerçant qui les accepte et le client. Si une série d aspects techniques doivent encore être réglés, ils sont négligeables par rapport à l important progrès que constituera l utilisation de titres-repas électroniques. Les représentants des organisations de consommateurs qui précisent ne pas être demandeurs d'une telle réforme, n ont à priori pas d objection à l introduction de titres-repas électroniques, pour autant qu il puisse leur être garanti que cela n entraînera pas de frais supplémentaires qui se verraient répercutés à l issue sur l utilisateur - consommateur. Ils souhaitent faire remarquer que la consommation par l intermédiaire de titres-repas entraîne plus de conséquences dans la relation travailleur-employeur que la simple émission et la perception de titres. Par ailleurs, ils plaident pour que les conditions techniques, nécessaires à la bonne information du travailleur concernant les titres-repas qui lui sont octroyés (décompte, validité, solde...), soient décrites avec précision dans le projet de protocole; ils formulent à cet égard une série de propositions d'amélioration de protocole afin que ce dernier soit le plus complet possible. Ils souhaitent également parallèlement le maintien du système des titres-repas papier car ils estiment que le système des titres-repas digitaux ne peut être imposé aux consommateurs qui doivent pouvoir garder la liberté du choix du système qui leur convient le mieux. Enfin, ils s'opposent à l'idée de pouvoir fractionner les titres repas et plaident pour le maintien de la pratique actuelle. Les représentants des organisations de classes moyennes sont pour toute forme de simplification administrative, mais pas à n importe quel prix. Les représentants des organisations de classes moyennes reconnaissent qu une digitalisation du titre-repas peut constituer une simplification administrative mais certainement pas pour tous les commerçants. Pour un groupe déterminé de commerçants (horeca, bouchers, boulangers, ), le coût administratif de l acceptation de titres-repas (papier) est actuellement très minime voire inexistant. L introduction du titre-repas électronique tient trop peu compte de cette réalité. Il existe actuellement encore trop peu de garanties concernant l investissement obligatoire (achat du terminal de paiement) auquel ce groupe déterminé de commerçants sera inévitablement confronté et le coût de transaction acceptable pour tous les commerçants. 2

3 Le Conseil de la Consommation, saisi le 8 janvier 2007 d une demande d avis du Ministre des Affaires Sociales sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 28 novembre 1969 en vue de permettre l utilisation de titres-repas électroniques, a approuvé le présent avis moyennant une procédure écrite. Le Conseil de la Consommation a prié le Président de transmettre le présent avis au Ministre des Affaires Sociales, à la Ministre de la Protection de la Consommation ainsi qu'au Ministre de l Economie. AVIS Le Conseil de la Consommation, Vu la demande d avis du Ministre des Affaires Sociales du 8 janvier 2007 sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 28 novembre 1969 en vue de permettre l utilisation de titres-repas électroniques ; Vu la loi du 29 juin 1981 établissant les principes généraux de la sécurité sociale des travailleurs salariés, notamment l article 23, al.2; Vu les travaux de la Commission Pratiques du Commerce lors de ses réunions du 15 février 2007, 9 mars 2007 et 16 et 26 avril 2007; Vu la participation aux travaux des experts suivants: mesdames Jadoul (FGTB), van den Broeck (CRIOC) et Voisin (UCM), messieurs Haegeman (Fedis), Kooken (Unizo), Monserez et Roosens (Secrétariat d Etat à la Simplification Administrative); Vu l élaboration du projet d avis par madame van den Broeck (CRIOC) et monsieur Kooken (Unizo); Vu l assemblée plénière du 3 mai 2007; Vu la procédure écrite pour l approbation du présent avis par le Conseil de la Consommation. EMET L AVIS SUIVANT : 3

4 Introduction Par lettre du 8 janvier 2007, le Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique a sollicité l avis du conseil sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 28 novembre 1969 en exécution de la loi du 27 juin 1969 révisant l arrêté-loi du 28 décembre 1944 en vue de permettre l utilisation de titresrepas électroniques. En date du 26/03/2007, le Conseil de la consommation a eu communication d un document de 2 pages intitulé : «Projet de protocole relatif aux chèques repas électroniques». L élaboration de ce document visé à l article 1 er 3, dernier alinéa du projet d arrêté royal ci-analysé, avait été annoncée dès le début des travaux. Contexte A l'heure actuelle, le titre-repas existe uniquement en support papier. Lors du Conseil des Ministres du 19 mai 2006, dans le cadre du chantier marché de l'emploi, le gouvernement a décidé de veiller à créer un cadre réglementaire qui doit permettre I'introduction de titres-repas électroniques et de libéraliser le marché des titres-repas. Cette initiative est justifiée par le fait que la possibilité de permettre aux titres-repas de prendre une forme dématérialisée (sur support électronique) pourrait présenter certains avantages comme : la facilitation de la distribution de ces titres au sein des entreprises, la suppression de l'envoi aux sociétés émettrices et une diminution du flux papier pour les commerçants qui acceptent le système. Discussion Le Conseil relève que cette initiative est sous-tendue par le principe selon lequel les caractéristiques essentielles d'un titre-repas dématérialisé doivent rester les mêmes que celles d'un titre-repas sur support papier. Ainsi, les conditions actuelles énumérées à l'article 19 bis de l'arrêté royal du 28 novembre 1969 pris en exécution de la loi du 27 juin 1969 révisant l'arrêté loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs, doivent être intégralement respectées moyennant quelques adaptations inhérentes à la nouvelle forme du titre-repas. Cela signifie entre autres : a. que pour chaque jour de travail effectif du travailleur, un titre-repas électronique d'un montant déterminé par l'arrêté royal est attribué (article 19 bis 2. 2 ); b. que le titre-repas est délivré au nom du travailleur (article 19 bis 2. 3 ) ; c. que les titres-repas électroniques peuvent uniquement être utilisés en paiement d un repas ou pour l achat d aliments prêts à la consommation (article 19 bis 2. 4 ); d. que les titre-repas électroniques ont une validité limitée à trois mois (article 19 bis 2. 4 ); Le Conseil se dit favorable à toute mesure de simplification administrative et dans cette mesure, accueille positivement cette initiative. Les représentants de la production et de la distribution renvoient également à ce sujet à l avis du Conseil National du Travail n Selon eux, l introduction de la possibilité pour l employeur de recourir aux chèques repas électroniques est tout à fait positive dans la mesure où il s agit d une simplification importante pour les employeurs (moins de tracasseries administratives, système plus simple et plus rapide, facilitation de la distribution des titres au sein des entreprises, diminution du flux papier), tant dans la relation travailleur-employeur que dans la relation entre le commerçant qui les accepte et le client. Si une série d aspects techniques doivent encore être réglés, ils sont négligeables par rapport à l important progrès que constituera l utilisation de titres-repas électroniques. 4

5 Les représentants des organisations de consommateurs qui précisent ne pas être demandeurs d'une telle réforme, n ont à priori pas d objection à l introduction de titres-repas électroniques qui respectent les conditions susvisées, pour autant qu il puisse leur être garanti que cela n entraînera pas de frais supplémentaires (à charge de l employeur et/ou du commerçant) qui se verraient répercutés à l issue sur l utilisateur - consommateur. Il en va de même pour le système de paiement qui sera mis au point (carte électronique comparable à une carte Bancontact/MisterCash) et dont le coût, selon ces représentants, ne peut en aucun cas être imputé au consommateur. Ils plaident en outre pour la même convivialité que pour les titres-repas papier, en particulier l usage impersonnel et non-exclusif. Les représentants de la distribution et des classes moyennes sont de grands partisans de la simplification administrative, en particulier du point de vue du commerçant qui accepte le système. Ils peuvent soutenir l élaboration d un système transparent, simple et efficace dans la mesure où cela se traduit concrètement par: - l utilisation d une technologie financièrement avantageuse et axée sur l avenir, - une compatibilité avec les terminaux existants et les applications qui tournent sur ces terminaux et sur les caisses, - une acceptation la plus large possible par toutes les parties qui acceptent les titres, - l absence de facturation des frais liés à l émission, - un remboursement garanti et rapide et - un développement qui, où nécessaire, se fait en concertation entre les émetteurs et les acceptants des titres. D après les représentants des classes moyennes actuellement, il n y a pas encore suffisamment de garanties, certainement en ce qui concerne un coût acceptable par transaction et une répartition correcte des coûts parmi les parties qui tirent les principaux avantages d une telle digitalisation. Les coûts pour pouvoir accepter un titre-repas digital (location d un terminal, contrat d assistance technique, frais de transaction) sont comparables aux tarifs Bancontact/MisterCash actuels. Dans ce cadre, ils souhaitent souligner que de nombreux commerçants indépendants utilisent les titres-repas reçus pour payer leurs propres achats. Le coût administratif pour accepter les titres-repas est, pour eux, dès lors inexistant et est en contraste criant avec la hauteur de la facture de l acceptation du titre-repas électronique. Une grande majorité des exploitants horeca ne dispose en effet pas d un terminal de paiement. Pour les boulangers, bouchers, c est encore une plus grande majorité. Concrètement, cela signifie que ces entrepreneurs, qui ne disposent pas encore aujourd hui d un terminal de paiement, seraient confrontés à une facture mensuelle d environ 70 pour quelque chose qui ne s accompagne d un coût administratif que dans quelques cas. Ils sont obligés de faire ces investissements pour garantir un revenu similaire à auparavant. Par transaction électronique, le commerçant est en outre confronté à un coût de télécommunication de 0,07 par transaction. A partir de 500 transactions par mois, cela entraîne une facture mensuelle totale de plus de 100. Les commerçants qui utilisent déjà un terminal de paiement seraient confrontés à un coût de transaction supplémentaire. Les représentants de la distribution et des classes moyennes plaident, dans ce contexte, dès lors pour un coût de transaction très faible par paiement avec un titre-repas électronique. Les représentants des organisations de classes moyennes considèrent qu il y a actuellement trop peu de garanties pour soutenir le paragraphe 3 du point 1 du «Protocole général relatif aux titres-repas électroniques» qui prévoit à juste titre que les distributeurs de titres-repas électroniques ne peuvent pas répercuter dans une grande mesure les frais pour les titres-repas électroniques sur les commerçants seuls. Forcer les commerçants à investir dans un terminal bancaire pour pouvoir garantir le même revenu qu auparavant, sans intervention, est déjà une première atteinte à ce principe. 5

6 Solution possible pour les organisations de classes moyennes: octroyer une déduction fiscale aux indépendants qui investissent dans la sécurisation de locaux professionnels contre les intrusions, les attaques et le vol. La loi (article 75 du Code des impôts sur les revenus) exige un investissement en immobilisations corporelles et incorporelles, acquises ou constituées à l état neuf, les contrats de location n entrant pas en considération. Il n y a pas de discussion sur le fait que la location d un terminal de paiement revient à un investissement en sécurisation. Cette déduction majorée pour investissements devrait également s appliquer à ces contrats de location. Pour 2008, cette déduction majorée pour investissements est fixée à 20,5%. Ce niveau n est toutefois pas suffisant comme pour compenser les frais (supplémentaires) auxquels le commerçant est confronté en raison de l introduction d un titrerepas électronique. Pour ces représentants, en ce qui concerne l analyse coûts-bénéfices, il est en effet essentiel de vérifier quelles parties tirent profit d une digitalisation des titres-repas. 1) Employeurs Pour les grandes entreprises (par exemple, les agences d intérims), cela représenterait une énorme simplification administrative si les titres-repas étaient dorénavant retirés via une plateforme électronique et non dans l entreprise même. Pour les PME, du point de vue des employeurs, la situation est différente. Moins de 10% des employés de PME reçoivent des titres-repas de leur employeur, ce qui implique que le nombre de PME octroyant des titres-repas au personnel est encore plus faible. Pour les PME, du point de vue des employeurs, cet avantage est donc très limité. 2) Distributeurs de titres-repas Economie drastique des frais de transport et de fabrication et des frais administratifs et de fonctionnement. 3) Réseau d acceptation Les commerces qui reçoivent tous les jours de grandes quantités de titres-repas (grande distribution) ont intérêt, pour des raisons évidentes, à voir se réaliser une telle digitalisation. Pour les boulangers, bouchers, commerces horeca, la situation est différente. Une simplification administrative inexistante pour eux ne compense pas le coût du paiement par titre-repas électronique. Les charges de l introduction d un tel système doivent être supportées en grande partie par les parties qui en tirent le plus grand bénéfice. Actuellement, il y a toutefois un trop grand déséquilibre entre les charges des parties qui tirent de (grands) avantages de cette digitalisation et les charges des parties pour lesquelles le titre-repas électronique représente uniquement une augmentation de coût. Le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME a déjà dénoncé ce déséquilibre dans son avis concernant le titre-repas électronique (avis ). Le Conseil constate que l article 1er 3 1 et 2 du projet d arrêté royal établit les conditions nécessaires pour garantir la bonne information du travailleur concernant les titres-repas qui lui sont octroyés (décompte, validité, solde...). Les représentants des organisations de consommateurs accueillent favorablement ces dispositions et plaident pour que les conditions techniques nécessaires à la pleine réalisation de ces dispositions, soient décrites avec précision dans le projet de protocole ou dans une annexe. Le Conseil constate que l article 1 er,, 3, 3 du projet d arrêté royal prévoit que l employeur qui désire faire usage de titres repas sous la forme dématérialisée est tenu de remettre ces mêmes titres repas sur support papier aux travailleurs qui veulent les recevoir sur support papier. Les représentants de la distribution et de la production se demandent dans quelle mesure l existence parallèle de deux systèmes (titres-repas version papier et digitalisés sur carte) peut effectivement être qualifiée de simplification administrative. 6

7 Les représentants des organisations de consommateurs et des classes moyennes plaident pour le maintien du système de titres-repas papier, parallèlement à la version digitalisée. Selon les représentants des organisations de consommateurs, qui ne sont toujours pas demandeurs d une réforme, le système du titre-repas électronique ne peut pas être imposé au consommateur qui doit pouvoir choisir librement le système qui lui convient le mieux. Ils estiment en outre qu il doit être possible pour le travailleur de modifier son option (version papier ou version digitale), à tout moment. D après les informations dont dispose le Conseil, il semblerait que la préférence soit donnée à la mise au point d une liaison électronique entre une carte spécifique, un terminal de banque, et une plateforme électronique via le réseau bancaire sur laquelle les titres-repas seraient chargés. Les représentants des organisations de consommateurs s interrogent sur la compatibilité de ce système de compte virtuel avec les nouvelles dispositions légales entrées en vigueur le 1 er janvier 2007 et relatives à l insaisissabilité et à l'incessibilité des montants crédités sur un compte à vue 1. Ils craignent que les titres-repas, insaisissables jusqu'à ce jour, deviennent saisissables par le simple fait qu'ils sont versés sans code sur un compte qui risquerait d'être assimilé par les créanciers à un compte à vue au sens légal du terme. Ils estiment à cet égard qu'il serait opportun qu'un ajout à l'article 1408 du code judiciaire prévoyant l'insaisissabilité et l'incessibilité des sommes versées en tant que "titres-repas" soit effectué et entre en vigueur en même temps que l'arrêté royal ci-analysé et que le protocole qui y sera annexé. Enfin, la FGTB et la CGSLB s inquiètent de la répercussion que pourra avoir ce nouveau système sur l'emploi, en particulier en raison de la suppression du travail d'imprimerie que cela engendrera. Selon les représentants de la distribution et des classes moyennes, il n y a aucun argument dans un système électronique pour encore accepter de longs délais de remboursement pour les émetteurs de titres-repas vis-à-vis des commerçants. Une réduction drastique de ces délais est dès lors évidente et nécessaire. 1 Arrêté royal du 4/07/2006 portant exécution de l'article 1411bis, 2 et 3, du Code judiciaire et fixant la date d'entrée en vigueur des articles 4 à 8 de la loi du 27 décembre 2005 portant des dispositions diverses. 7

8 Protocole visant à déterminer la forme et les conditions que doit remplir la mise à disposition des titres-repas aux employeurs (article 1 3 dernier alinéa). Selon le Conseil, le projet de protocole qui a été transmis le 26/03/2007 aborde de manière incomplète, voire pas du tout, certains points pourtant essentiels tels que : L acceptation de la mise en place d un système de distribution et de paiement des titresrepas électroniques qui soient techniquement fiables (à développer dans un protocole technique ouvert et universel à venir); La mise en place de système de distribution et de retrait qui fournissent toutes les garanties de sécurité en matière de protection de la vie privée et de sécurité de la transaction (système de code PIN); La mise en place d une plate-forme qui assure le système de gestion FIFO des titres-repas, La mise en place d une plate-forme qui entraîne une réelle simplification administrative de par son caractère convivial, La mise en place d'un organe de monitoring de l'évolution des coûts liés à la digitalisation des titres-repas... Les représentants des organisations de consommateurs estiment qu il est également important de prévoir : Un système de consultation du solde de la carte avant l achat en magasin (ex : plate-forme conviviale accessible via internet) et en magasin, via le terminal de paiement du commerçant ; La gratuité complète de la 1 ère carte en faveur du travailleur; La mise en place d un système de «Cardstop» permettant de bloquer l utilisation des titres repas suite au vol ou à la perte d une carte ; Un système de portabilité permettant à un seul travailleur de disposer de plusieurs cartes qu il peut confier à son conjoint et/ou à ses enfants ; Un système de «carte universelle» permettant à un travailleur tel qu un intérimaire ou un travailleur assumant plusieurs temps partiels, et qui bénéficie de titres-repas provenant de plusieurs employeurs différents, de les centraliser tous sur une seule et même carte. L obligation pour tous les commerçants adhérant au système des titres-repas digitalisés, d apposer un logo sur leur vitrine afin que le consommateur soit clairement informé de la possibilité ou non, de payer ses achats dans ce magasin, via ce système. Pour les représentants des organisations de classes moyennes et de la distribution, la fractionnabilité du titres-repas est un atout extrêmement important. De cette manière, on répond au problème de préfinancement par le commerçant et on améliore la convivialité. Les commerçants qui refusent le préfinancement accepteront le montant exact, ce qui évitera des paiements supplémentaires. Actuellement, il existe des commerçants qui refusent de rembourser sur les titres-repas. Cela n est plus pertinent en cas d acceptation de la fractionnabilité. Les représentants des organisations de consommateurs ne partagent pas ce point de vue. Ils sont d avis que le fractionnement des titres repas compliquera nettement le système de consultation du solde. De plus, le consommateur se retrouvera régulièrement en fin de mois avec de tous petits soldes qu il lui sera quasi-impossible de liquider. Ils plaident pour le maintien de la pratique actuelle. Enfin, le Conseil s interroge sur le contenu de l article 2 du projet d arrêté royal. Cet article prévoit l entrée en vigueur de ce texte le premier jour du trimestre suivant sa publication. A son sens, cet arrêté royal ne peut entrer en vigueur sans l approbation préalable du protocole visé à l article 1 er, 3, dernier alinéa. 8

9 MEMBRES ET EXPERTS AYANT ASSISTE A L ASSEMBLEE PLENIERE DU CONSEIL DE LA CONSOMMATION DU 3 MAI 2007 PRESIDEE PAR MONSIEUR R. GEURTS 1. Membres représentant les organisations de consommateurs : Effectifs: Madame DE ROECK-ISEBAERT (GEZINSBOND) Madame JONCKHEERE (CGSLB) Monsieur DUCART (TEST-ACHATS) Monsieur HOEDT (CSC) Monsieur MECHELS (TEST-ACHATS) Monsieur NINANE (MUT. SOC.) Suppléants: Monsieur QUINTARD (FGTB) Monsieur DE BIE (TEST-ACHATS) 2. Membres représentant les organisations de la production : Effectifs: Madame SWEERTS (ABB) Monsieur van OLDENEEL (ASSURALIA) Monsieur VANDEPLAS (FEDICHEM) Suppléant: Monsieur GHEUR (FEB) 3. Membres représentant les organisations de la distribution : Effectif: Monsieur de LAMINNE de BEX (FEDIS) 4. Membres représentant les organisations des classes moyennes: Effectif: Monsieur VERHAMME (UNIZO) 5. Observateurs : Madame MAUS (UCM) Madame van den BROECK (CRIOC) Monsieur MEIRSMAN (CRIOC) Monsieur VANDERCAMMEN (CRIOC) 9

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC- 441 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur une proposition de loi modifiant la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (Doc 53-0831/001 à 004) Bruxelles,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 474 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur une requête de la protection du titre professionnel d expert immobilier'. Bruxelles, le 2 avril 2014 RESUME Par lettre du 3 mars 2014, Madame Sabine Laruelle,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'organisation du nouveau marché européen des moyens de paiement (Single euro payments area - SEPA)

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'organisation du nouveau marché européen des moyens de paiement (Single euro payments area - SEPA) CC 382 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur l'organisation du nouveau marché européen des moyens de paiement (Single euro payments area - SEPA) Bruxelles, 3 mai 2007 RESUME Le Conseil s'est penché sur les

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 317 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur la publicité et le marketing bancaire à l'égard des jeunes Bruxelles, 28 avril 2004 RESUME AVIS 317 Avis sur la problématique de la publicité et du marketing

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 393 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la problématique des mineurs d'âge et de leurs nouvelles possibilités de paiement. Bruxelles, le 15 janvier 2008 1 RESUME Le Conseil a mené une réflexion au sujet

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C.180 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la proposition de loi réglementant le découvert bancaire quant au montant et aux taux d'intérêts réclamés (doc.sénat n 872/1 du 06.02.1998). Bruxelles, le 2

Plus en détail

avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire

avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire CCE 2013-1270 DEF Avis concernant un projet d arrêté royal relatif à la mise sur le marché des substances

Plus en détail

A V I S N 1.926 ------------------------ Séance du mardi 24 février 2015 -------------------------------------------- Eco-chèques électroniques.

A V I S N 1.926 ------------------------ Séance du mardi 24 février 2015 -------------------------------------------- Eco-chèques électroniques. A V I S N 1.926 ------------------------ Séance du mardi 24 février 2015 -------------------------------------------- Eco-chèques électroniques x x x 2. 730-1 Av. de la Joyeuse Entrée, 17-21 - 1040 Bruxelles

Plus en détail

Les chèques-repas deviennent électroniques : ne ratez pas le coche!

Les chèques-repas deviennent électroniques : ne ratez pas le coche! Les chèques-repas deviennent électroniques : ne ratez pas le coche! Cher commerçant, cher restaurateur, C est officiel : au 31/12/2015, il n y aura plus aucun chèque-repas papier en circulation. Tous les

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 267 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur le service bancaire de base (évaluation de la charte concernant un service bancaire de base et initiatives législatives en la matière). Bruxelles, 28 mars 2002

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C C 318 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur une proposition de loi interdisant certaines formes de recouvrement de créances contre rétribution

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur une proposition de loi interdisant certaines formes de recouvrement de créances contre rétribution C.C. 198 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur une proposition de loi interdisant certaines formes de recouvrement de créances contre rétribution Bruxelles, le 5 mars 1999 Le Conseil de la Consommation,

Plus en détail

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Les Analyses du Centre Jean Gol La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Décembre 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 302 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d'arrêté royal portant certaines mesures d'exécution de la loi instaurant un service bancaire de base. Bruxelles, 7 avril 2003 Le Conseil de la Consommation,

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Commission des pensions Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Source: Loi sur les prestations de pension,

Plus en détail

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 16 décembre 2004 par la résolution 24 par le Comité de gestion de la taxe scolaire de l

Plus en détail

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Règlement Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions 2013 Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Champ d application : Type : Suisse règlement Responsable du contenu

Plus en détail

CARTE D ACHAT Numéro : 2 Date : 2010-02-16 Page : 1 de 6. Décrire les normes et processus d acquisition et d utilisation d une carte d achat.

CARTE D ACHAT Numéro : 2 Date : 2010-02-16 Page : 1 de 6. Décrire les normes et processus d acquisition et d utilisation d une carte d achat. Page : 1 de 6 BUT DÉFINITION DIRECTIVES Décrire les normes et processus d acquisition et d utilisation d une carte d achat. Une carte d achat est une carte de crédit, comportant des contrôles particuliers,

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 370 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS relatif à l avant-projet d AR modifiant l AR du 7 septembre 2003 portant certaines mesures d exécution de la loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de

Plus en détail

A V I S N 1.902 ----------------------- Séance du mardi 25 mars 2014 -------------------------------------------

A V I S N 1.902 ----------------------- Séance du mardi 25 mars 2014 ------------------------------------------- A V I S N 1.902 ----------------------- Séance du mardi 25 mars 2014 ------------------------------------------- Utilisation des titres-repas électroniques - Suivi des avis n 1.602, 1.680 et 1.712 x x

Plus en détail

AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ

AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ ADVIES OVER HET ONTWERP VAN KONINKLIJK BESLUIT HOUDENDE DE FACTURATIE VAN ELEKTRICITEIT EN GAS BRUXELLES

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 29/01/99 Origine : AC Mmes et MM. les Directeurs Mmes et MM. les Agents Comptables. des Caisses

Plus en détail

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire?

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Les entreprises d'économie sociale placent encore souvent leurs réserves dans des banques classiques. Aujourd hui, la crise financière

Plus en détail

Vu la loi du 14 juillet 1994 relative à l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités, et plus précisément l'article 196;

Vu la loi du 14 juillet 1994 relative à l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités, et plus précisément l'article 196; DELIBERATION N 97/19 DU 11 MARS 1997 RELATIVE A UNE DEMANDE DE LA BANQUE-CARREFOUR DE LA SECURITE SOCIALE VISANT A OBTENIR L'EXTENSION DE L'AUTORISATION ACCORDEE PAR LA DELIBERATION N 93/008 DU 6 AVRIL

Plus en détail

POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006

POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006 POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006 I- CMU COMPLEMENTAIRE 1) Calcul des ressources Par un jugement du 20 février 2006, la commission centrale d aide sociale a considéré que "l'allocation de base de la

Plus en détail

Critères de qualité de la KGAST

Critères de qualité de la KGAST Critères de qualité de la KGAST I. Introduction Les fondations de placement ne sont autorisées à utiliser le label de qualité «Fondation KGAST» que si elles reconnaissent intégralement et sans réserve

Plus en détail

Les avantages fiscaux

Les avantages fiscaux Réduction d impôt sur le revenu Les avantages fiscaux La réduction ou le crédit d'impôt Toute personne ayant recours aux services d'une aide à domicile dans sa résidence principale, secondaire ou celle

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/061 DÉLIBÉRATION N 08/019 DU 8 AVRIL 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1

Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1 Mise à jour #30 Révisé Mai 2005 Fonds de Revenu de Retraite Immobilisé (FRRI) Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1 EFFET DU RÈGLEMENT

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Ordonnance n o 2015-682 du 18 juin 2015 relative à la simplification des déclarations

Plus en détail

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 AVANT-PROPOS L ONAFTS poursuit l objectif d une bonne gestion et souhaite optimaliser sa légitimité et son intégrité. C est la raison

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2012. PROPOSITION DE LOI relative à la création d un

Plus en détail

~ B 2003/2/11. Arrest van 24 maart 2005 in de zaak B 2003/2 ------------------------------

~ B 2003/2/11. Arrest van 24 maart 2005 in de zaak B 2003/2 ------------------------------ COUR DE JUSTICE BENELUX GERECHTSHOF ~ B 2003/2/11 Inzake : Arrest van 24 maart 2005 in de zaak B 2003/2 ------------------------------ ABRAMS C.S. tegen VERENIGDE RADEN Procestaal : Nederlands En cause

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ;

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ; Avis n 2015-006 du 3 mars 2015 sur le projet d arrêté relatif aux tâches essentielles pour la sécurité ferroviaire autres que la conduite de trains, pris en application des articles 6 et 26 du décret n

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

Commissions Interbancaires de Paiement 2011

Commissions Interbancaires de Paiement 2011 www.sdi-pme.fr SYNDICAT DES INDÉPENDANTS Organisation interprofessionnelle patronale regroupant 25.000 artisans, commerçants, TPE et professionnels libéraux PANORAMA DES TPE Contact : Jean-Guilhem DARRÉ

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 27 juin 2007 à 9 h 30 «Niveau de vie, veuvage et divorce» Document N 02 Document de travail, n engage pas le Conseil Le maintien du niveau de vie

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/207 DÉLIBÉRATION N 12/059 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2010

AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3173 Convention collective nationale IDCC : 1810. ENTREPRISES DE PROPRETÉ AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2010

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2007-2008

Rapport annuel au Parlement 2007-2008 Rapport annuel au Parlement 2007-2008 L administration de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415-1 Avant-propos Le présent rapport annuel au Parlement a été rédigé sous l autorité

Plus en détail

Réforme des comptes d épargne réglementés

Réforme des comptes d épargne réglementés Réforme des comptes d épargne réglementés Liste des questions Liste des questions Pourquoi une réforme des comptes d épargne réglementés? 3 En quoi consiste concrètement la réforme? 3 Qui est touché par

Plus en détail

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Initialement conçu comme une mesure destinée à concilier le principe de liberté contractuelle en matière d ouverture

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) :

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) : Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Comprendre le crédit et votre rapport de solvabilité. Résultats d apprentissage de la littératie financière

PLAN DE LEÇON TITRE : Comprendre le crédit et votre rapport de solvabilité. Résultats d apprentissage de la littératie financière Comprendre le crédit et votre rapport de solvabilité 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : décrire les répercussions que pourront

Plus en détail

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 38 12 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Bruxelles,

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

Municipalité Direction de l'administration générale et des finances. Préavis No 1-2002 au Conseil communal

Municipalité Direction de l'administration générale et des finances. Préavis No 1-2002 au Conseil communal Municipalité Direction de l'administration générale et des finances Préavis No 1-2002 au Conseil communal 1. Autorisation générale d'acquérir et d'aliéner des immeubles ou des droits réels immobiliers

Plus en détail

Séance commune des Conseils du 25 février 2014 --------------------------------------------------------------------

Séance commune des Conseils du 25 février 2014 -------------------------------------------------------------------- CONSEIL NATIONAL DU TRAVAIL CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE AVIS N 1.894 CCE 2014-0317 DEF Séance commune des Conseils du 25 février 2014 --------------------------------------------------------------------

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Décembre 2013 RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Article Page 1 Gestion financière de la Caisse nationale de grève...1 2 Définition du terme «grève»...1 3 Droit aux indemnités de la Caisse nationale

Plus en détail

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT L'OCTROI

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 537 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 16 mai 2014 PROPOSITION DE LOI tendant à interdire la compensation entre les commissions perçues par les établissements

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de carte de paiement adossée à un crédit renouvelable en considération du congé maternité de la

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Séance commune des Conseils du jeudi 20 décembre 2007 -----------------------------------------------------------------------------

Séance commune des Conseils du jeudi 20 décembre 2007 ----------------------------------------------------------------------------- CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CONSEIL NATIONAL DU TRAVAIL CCE 2007-1537 DEF AVIS N 1.625 Séance commune des Conseils du jeudi 20 décembre 2007 -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979. Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI

N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979. Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979 Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI relatif à l'institution d'un régime complémentaire d'assurance vieillesse et survivants

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Avenant 328 Complémentaire frais de santé Cfdt-sante-sociaux.fr Généralisation de la complémentaire santé L accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013,

Plus en détail

Avenant 328 Complémentaire frais de santé

Avenant 328 Complémentaire frais de santé OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Lien pour télécharger le Guide Confédéral du négociateur sur la Généralisation de la complémentaire santé : http://www.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2014802/guide_ps_23_01_2014_.pdf

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

Ce mini guide a pour objectif de vous faire part de quelques bonnes pratiques dans la gestion de votre budget.

Ce mini guide a pour objectif de vous faire part de quelques bonnes pratiques dans la gestion de votre budget. BUDGET MAÎTRISE CONSEILS DEPENSES EPARGNE REVENUS SOLUTIONS Les bonnes pratiques pour maîtriser son budget Ce mini guide a pour objectif de vous faire part de quelques bonnes pratiques dans la gestion

Plus en détail

Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle

Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle Commission nationale de l informatique et des libertés Communication présentée en séance plénière le 3 juin 2004 Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Bruxelles, le 18 décembre 1997 CIRCULAIRE D1 97/9 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT CIRCULAIRE D4 97/4 AUX ENTREPRISES D INVESTISSEMENT Madame, Monsieur, En vertu de l article 57, 3 de la loi du 22 mars 1993

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce et réparation de

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION D'ACCÈS À L'INFORMATION RELATIVEMENT À UN PROJET D ENTENTE ENTRE LE MINISTRE DU REVENU DU QUÉBEC

AVIS DE LA COMMISSION D'ACCÈS À L'INFORMATION RELATIVEMENT À UN PROJET D ENTENTE ENTRE LE MINISTRE DU REVENU DU QUÉBEC AVIS DE LA COMMISSION D'ACCÈS À L'INFORMATION RELATIVEMENT À UN PROJET D ENTENTE ENTRE LE MINISTRE DU REVENU DU QUÉBEC ET LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC CONCERNANT L'ÉCHANGE DE RENSEIGNEMENTS

Plus en détail

Journal Officiel de la République Tunisienne 10 septembre 2013 N 73. Page 2634

Journal Officiel de la République Tunisienne 10 septembre 2013 N 73. Page 2634 Arrêté du ministre des technologies de l information et de la communication du 29 juillet 2013, portant approbation du cahier des charges fixant les conditions et les procédures de fourniture des services

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

Les problématiques des régimes d assurance vieillesse. des professions libérales

Les problématiques des régimes d assurance vieillesse. des professions libérales CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 avril 2009 à 9 h 30 «Les régimes de retraite des indépendants : les problématiques spécifiques» Document N 14 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. DROIT FISCAL 64/2012 LES NOUVELLES MISSIONS DES NOTAIRES Les notaires (comme les avocats et les experts comptables) peuvent être habilités par l administration à devenir «tiers de confiance» pour le compte

Plus en détail

Comment on le demande

Comment on le demande LE CRÉDIT POUR LA SOLIDARITÉ C est pour tout le monde! Un outil du Collectif pour un Québec sans pauvreté Mai 2011 Le crédit pour la solidarité a été annoncé par le ministre des Finances en mars 2010.

Plus en détail

N 5 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, EN DEUXIÈME LECTURE,

N 5 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, EN DEUXIÈME LECTURE, N 5 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 Annexe au procèsverbal de la séance du 14 juin 1994. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, EN DEUXIÈME LECTURE, relatifà /'amélioration

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Avance LOCA-PASS. Garantie LOCA-PASS

Avance LOCA-PASS. Garantie LOCA-PASS DOSSIER LOCA-PASS Locataire : Colocataire : Avance LOCA-PASS (Financement du dépôt de garantie) et/ou Garantie LOCA-PASS (Garantie de paiement de loyers et charges) UN DOSSIER INCOMPLET NE SERA PAS PRIS

Plus en détail