Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010"

Transcription

1 Point d information 10 mars 2011 Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010 Depuis 2004, la progression des dépenses d assurance maladie et notamment des soins de ville s est considérablement ralentie : le taux de croissance annuel moyen des dépenses de ville est ainsi deux fois moins élevé entre 2004 et 2010 (+3,3%) que sur la période (+7,6%). L année 2010 s inscrit à nouveau dans cette tendance, avec une croissance de +2,8% seulement, l un des taux les plus bas depuis L année se caractérise également, pour la 1 ère fois de la décennie, par le respect de l ONDAM (Objectif National de Dépenses d Assurance Maladie), pourtant très contraint. Cette modération des dépenses de ville s explique principalement par une évolution très maîtrisée des postes de dépenses les plus importants : honoraires médicaux et remboursements de médicaments. - Les dépenses liées aux soins de médecins et de dentistes sont stables en 2010 : la diminution constatée chez les généralistes (-2,2%) est liée à une faible conjoncture épidémique sur l année, qui impacte de manière importante les dépenses. Les médecins spécialistes enregistrent, quant à eux, une légère progression de leurs dépenses (+1,3%). - 1 er poste de dépenses de ville (18 mds ), les remboursements de médicaments ont enregistré une croissance de 2,3% seulement. Pour les médicaments délivrés en ville, la croissance en volume est la plus faible de la décennie. Le ralentissement observé depuis quelques années sur des postes tels que les transports de malades ou les soins de masso-kinésithérapie, en lien avec les actions de maîtrise médicalisée déployées dans ces secteurs, se poursuit en Certains postes de dépenses, dont le poids est moins élevé dans le total des soins de ville, enregistrent des taux de croissance plus dynamiques : - Les indemnités journalières liées aux arrêts de travail voient leurs dépenses progresser de 4,4%, un taux moindre qu en 2009 (+5,3%). La progression mensuelle des volumes d indemnités journalières amorce un ralentissement en Les remboursements de transports de malades augmentent de 5,1% sur l année. Cependant, les volumes progressent également de manière plus modérée (+3,6%) depuis plusieurs années sous l effet des actions de maîtrise engagées. - Les dépenses de soins infirmiers, en revanche, poursuivent leur progression avec une augmentation de plus de 8% en 2010, liée notamment au vieillissement de la population mais aussi à la progression des effectifs infirmiers. Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

2 La maîtrise de la dépense de soins de ville résulte d un pilotage très rigoureux conjuguant notamment des actions sur les prix et les volumes : la poursuite des actions de maîtrise médicalisée permettant une progression modérée des volumes ; une gestion prudente des revalorisations tarifaires et l exploitation des marges d efficience sur les prix. Le contexte économique et les enjeux de notre société (vieillissement démographique, croissance importante des pathologies chroniques ) rendent plus que jamais indispensable l amélioration de l efficience des dépenses de santé. Notre système de santé doit ainsi relever dans le même temps plusieurs défis : préserver son caractère solidaire et un haut niveau de remboursement, intégrer les innovations thérapeutiques et les progrès techniques au profit des patients. Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

3 I Un taux de croissance parmi les plus faibles depuis 2000 En 2010, les dépenses de soins de ville, pour le Régime général 1, ont atteint 60,5 milliards d euros, soit une progression de 2,8% seulement par rapport à Il s agit de l un des plus faibles taux de croissance enregistrés pour les soins de ville depuis Le ralentissement des dépenses de ville s observe nettement depuis 2004, témoignant de l effet de la loi de réforme du 13 août 2004 et de ses différents volets (parcours de soins coordonné, programme de maîtrise médicalisée, plan médicaments ). Ainsi, le taux de croissance annuel moyen des dépenses de soins de ville entre 2004 et 2010 (+3,3%) est deux fois moins élevé que sur la période (+7,6%). Ce recul représente une différence de l ordre de 2 milliards d euros de dépenses par an. L année 2010 se caractérise également, pour la 1 ère fois depuis le début de la décennie, par le respect des objectifs de l ONDAM, à la fois pour les dépenses globales d assurance maladie et pour l enveloppe «soins de ville» 2. Fixés à +3% pour l ensemble des dépenses et à +2,8% pour les soins de ville, ces objectifs étaient pourtant très contraints. 1 Evolution des dépenses de soins de ville (Dépenses remboursées, en date de remboursements, données CJO CVS) 9,0% 9,3% 8,9% 7,4% 7,0% 6,5% 5,0% 4,7% 3,0% 2,7% 3,1% 3,7% 3,4% 2,8% 2,1% 1,0% Ce niveau de croissance historiquement bas s appuie sur un pilotage très rigoureux des dépenses, en conjuguant notamment des actions sur les prix et les volumes : - la poursuite des actions de maîtrise médicalisée permettant une progression modérée des volumes - une gestion prudente des revalorisations tarifaires et l exploitation des marges d efficience sur les prix 1 Les données présentées dans ce document concernent les dépenses comptabilisées en dates de remboursement par l Assurance Maladie, et non en date de soins. Le champ est limité au Régime général et à la France métropolitaine. 2 L année 1997 constitue la seule autre année durant laquelle les dépenses ont évolué dans le cadre de l objectif de l ONDAM. Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

4 Ainsi, si l on analyse la croissance des dépenses selon ses 3 composantes (volume de soins, prix et taux moyen de remboursement), l effet de ces actions peut s observer : +2,8% croissance des dépenses ,1% augmentation du volume des soins -0,8% évolution des prix +0,5% taux de remboursement - Le volume de soins de ville en 2010 progresse de +3.1%. Cette évolution nettement inférieure à celle observée en 2009 (3.9%) est le reflet d un réel ralentissement de la croissance du volume des soins exécutés en ville (graphique ci-dessous). - Le prix des soins a globalement diminué en 2010 (-0.8%), grâce à une politique tarifaire rigoureuse : baisses de tarifs dans les secteurs des médicaments, de la biologie et de la radiologie et absence de revalorisations tarifaires des professionnels de santé. - Le taux moyen de remboursement est, lui, en légère progression (+0,5%). Ce résultat s explique notamment par l augmentation régulière du nombre des personnes en affection de longue durée, dont les traitements, souvent coûteux, sont pris en charge à 100%, entraînant ainsi une évolution à la hausse du taux moyen de remboursement 3. Evolution du volume de soins de ville (en date de remboursements, données CJO CVS) 9,0% 8,5% 7,0% 6,4% 6,9% 5,0% 4,8% 4,3% 3,0% 2,6% 3,6% 3,4% 2,7% 3,9% 3,1% 1,0% Ce phénomène a été accentué en 2010, pour les médicaments, par l importance des remboursements de médicaments rétrocédés. Il s agit de médicaments délivrés par les pharmacies hospitalières et qui sont facturés à l Assurance Maladie ; en 2009, l obligation faite aux établissements de codifier ces médicaments sur les factures a généré des retards de facturation, retards qui ont été rattrapés en Les médicaments rétrocédés ont donc un poids plus important cette année, or, ce sont des médicaments remboursés à 100%. Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

5 La France se situe parmi les pays qui maîtrisent le mieux leurs dépenses sur la période récente Entre 2004 et 2008 (dernière année publiée par l OCDE pour un nombre important de pays), la France est l un des pays qui a le mieux maîtrisé l évolution de ses dépenses de santé. Elle se situe au quatrième rang, et au deuxième si l on compare les dépenses par tête (en tenant ainsi compte de l évolution démographique différenciée d un pays à l autre). Accroissement annuel moyen des dépenses courantes de santé de 2004 à 2008 Allemagne Hongrie Italie France Pays-Bas Belgique Suède Autriche Finlande Etats-Unis Royaume-Uni Norvège Canada République tchèque Slovénie Espagne Nouvelle-Zélande Irlande Pologne 3,1% 4,1% 4,1% 4,5% 4,8% 4,9% 5,0% 5,0% 5,4% 5,9% 6,5% 6,8% 6,8% 7,0% 9,0% 9,1% 9,4% 11,1% 1 1 Accroissement annuel moyen des dépenses courantes de santé par tête de 2004 à 2008 Allemagne France Italie Hongrie Suède Autriche Belgique Pays-Bas Etats-Unis Finlande Norvège Canada Royaume-Uni République tchèque Slovénie Nouvelle-Zélande Espagne Irlande Pologne 3,2% 3,8% 3,8% 4,3% 4,3% 4,5% 4,7% 4,7% 4,9% 5,0% 5,8% 5,9% 6,2% 6,8% 7,7% 7,9% 8,1% 11,1% 1 1 Source : OCDE Health data Sur l ensemble de la période , l Allemagne connaît une évolution des dépenses plus modérée que la France, mais la croissance des dépenses allemandes s est accélérée depuis En 2008, l évolution des dépenses est identique (+3,9% pour l Allemagne, + pour la France), et elle est nettement inférieure en France en euros constants (+1,4% versus +2,4%). C est le cas également en 2009 pour la plupart des soins de ville : Evolution en euros constants France Allemagne Honoraires médecins 0,5% 6,2% Honoraires dentistes -0,6% 4,5% Médicaments 4,1% Indemnités journalières 4,1% 9,2% Transports 5,8% 4,7% Source : Commission des comptes de la sécurité sociale Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

6 II Une modération des postes de dépenses les plus importants Le ralentissement des dépenses en 2010 est principalement lié à une croissance modérée des postes représentant les montants remboursés les plus importants. C est notamment le cas des honoraires médicaux et des remboursements de médicaments, qui totalisent près de 60% des dépenses de soins de ville, soit 35 mds. Evolution des dépenses par poste (Régime général France métropolitaine dates de remboursement) Montants remboursés M Poids dans les dépenses de soins de ville Evolution des dépenses remboursées en 2010 Total soins de ville % 2,8% Soins médicaux et dentaires % 0,1% dont généralistes % -2,2% dont spécialistes % 1,3% dont dentistes % 0,2% Auxiliaires médicaux % 5,8% dont infirmiers % 8,2% dont kinésithérapeutes % 2,6% Analyses biologiques et médicales % 1,0% Transports de malades % 5,1% Médicaments % 2,3% Dispositifs médicaux (LPP) % 6,9% Indemnités journalières % 4,5% Une stabilité des honoraires médicaux et dentaires Les dépenses liées aux soins de médecins et de dentistes sont pratiquement stables (+0.1%) en 2010, avec une diminution de -2,2% pour les médecins généralistes et une hausse de 1,3% pour les spécialistes. Plusieurs facteurs contribuent à expliquer cette évolution : un contexte épidémique atone par rapport à l année passée, une stabilité de la démographie médicale, et pour les soins de spécialistes, une baisse des prix de certains actes d imagerie. - Pour les médecins généralistes, cette évolution à la baisse est liée à la conjoncture épidémique, qui impacte fortement ce poste de dépenses. Alors que l année 2009 a été marquée par deux phases d épidémies de grippe (une première épidémie en début d année et l épidémie de la grippe A en fin d année), en 2010, la grippe saisonnière n a débuté que fin décembre, impactant très peu les dépenses. Ainsi, le volume de consultations et de visites, qui avait augmenté de 2,6% en 2009, baisse d autant en 2010, revenant à son niveau antérieur. A titre d exemple, 6.5 millions de personnes ont consulté un médecin généraliste pour symptômes grippaux en 2009 contre 1,1 million seulement en Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

7 Evolution du volume des généralistes et nombre de syndromes grippaux (en date de remboursements, données CJO CVS) 5,0% 5,4% 4,3% 7,0 6,0 Millions 5,0 3,0% 2,3% 2,6% 4,0 1,0% 0,9% 0,4% 3,0-1,0% ,1% ,7% -1,2% 2,0 1,0-3,0% -2,5% -2,5% 0,0 volume nombre de syndrômes grippaux - Les dépenses de soins de médecins spécialistes progressent de 1.3% en 2010, l une des évolutions les plus faibles observées sur les 10 dernières années. Cette évolution résulte d une progression modérée des volumes d actes/de consultations de spécialistes (+2.0%) et d une baisse des prix de -1.0% 4. 7,0% Evolution du volume des spécialistes (en date de remboursements, données CJO CVS) 5,9% 5,2% 5,0% 4,5% 3,8% 3,4% 3,0% 2,5% 1,7% 1,9% 1,0% -1,0% ,5% - Enfin, les dépenses de soins dentaires sont stables (+0.2%) sur l année. 4 Baisse de prix essentiellement liée à la suppression du au supplément d archivage des radiologues notamment. Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

8 Médicaments : une croissance historiquement basse Les médicaments constituent le 1 er poste de dépenses de l enveloppe «soins de ville» avec plus de 18,5 mds en Sur l année, les dépenses ont augmenté de 2,3% seulement, soit le taux le plus bas enregistré sur les 10 dernières années, si l on exclut l année 2008 marquée par l entrée en vigueur des franchises médicales. Il faut, en outre, souligner que ce taux est artificiellement majoré par le rattrapage en 2010 des retards de facturation des médicaments rétrocédés en Si on neutralise cet effet, les dépenses de médicament ne progressent que de 1,4% sur l année. Enfin, ce résultat est à rapprocher des taux de croissance très élevés que le poste «médicaments» a enregistrés sur longue période : +7 à 8% par an sur la 1 ère moitié de la décennie, à deux chiffres parfois au cours des décennies précédentes. Cette faible progression du poste «médicaments» contribue de manière importante à la modération des dépenses de ville en Celle-ci s explique à la fois par : - une augmentation mesurée des volumes de médicament : +3.1%, soit une évolution trois fois moins rapide qu il y a 10 ans. Cette décélération témoigne des effets des programmes de maîtrise médicalisée engagés mais illustre également le ralentissement de l innovation dans le secteur au cours des dernières années. - des baisses de prix : -2,2% en 2010, une évolution équivalente à celle de Evolution des dépenses de médicaments en valeur et en volume (Dépenses remboursées, en date de remboursements, données CJO CVS) 1 11,8% 10,8% 1 9,0% 8,6% 7,0% 8,2% 6,6% 6,2% 5,2% 4,9% 5,6% 6,5% 1,8% 3,5% 4,2% 6,1% 2,9% 2,5% 4,6% 2,3% 3,8% ,8% valeur volume 5 Cf note 3 en page 2 Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

9 Soins de masso-kinésithérapie et analyses de biologie médicale : une croissance également modérée - Les dépenses de soins de masso-kinésithérapie enregistrent une croissance peu élevée sur l année (+2.9% en 2009 et +2.7 en 2010). Le ralentissement des volumes, observé depuis le début de la décennie, s est accentué de manière significative avec la mise en œuvre d actions de maîtrise médicalisée en Ainsi, sur la période , l augmentation des volumes est contenue sous la barre de +3% par an. 1 Evolution du volume des soins de masso-kinésithérapie (en date de remboursements, données CJO CVS) 1 12,5% 1 9,7% 5,4% 3,6% 4,8% 4,5% 4,8% 2,7% 2,9% 2,7% Avec +1,0% sur l ensemble de l année 2010, la croissance des dépenses d analyses médicales est en net recul par rapport à 2009 (+3,0%). Depuis plusieurs années, l action de l Assurance Maladie vise à ajuster les tarifs de biologie médicale afin de bénéficier des gains de productivité réalisés sur certains actes très automatisés et se rapprocher des tarifs pratiqués dans les pays européens voisins. Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

10 III Des postes de dépenses plus dynamiques Indemnités journalières, remboursements de transports et soins infirmiers constituent des postes de dépenses dynamiques. Ils contribuent de manière significative à la croissance en 2010, même si leur poids respectif dans le total des dépenses de ville reste moindre par rapport aux honoraires médicaux et aux médicaments. Néanmoins, l année 2010 se caractérise par des volumes de transports mieux maîtrisés qu auparavant ainsi que par une décélération des indemnités journalières. Indemnités journalières liées aux arrêts de travail Les remboursements d indemnités journalières, pour des arrêts de travail liés à une maladie 6 ou à un accident de travail, ont progressé de +4,4% en 2010, en décélération par rapport à 2009 (+5,3%). Evolution des dépenses d indemnités journalières (Dépenses remboursées, en date de remboursements, données CJO CVS) ,1% 1 1 8,9% 9,1% 6,1% 4,2% 5,1% 5,3% 4,5% ,7% -1,3% -1,7% - En volume, la progression des indemnités journalières est identique à celle de 2009 (+2.8% contre +2.9%). Néanmoins, l analyse des dépenses mois par mois montre un ralentissement sur l année maladie professionnelle ou non Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

11 Evolution des dépenses d'indemnités journalières Indice base 100 en janvier ,80 1,70 1,60 1,50 1,40 1,30 1,20 1,10 1,00 0,90 janv-99 janv-00 janv-01 janv-02 janv-03 janv-04 janv-05 janv-06 janv-07 janv-08 janv-09 janv-10 janv-11 IJ valeur IJ volume tendance valeur tendance volume On arrive mieux, sur le long terme, à expliquer les variations d indemnités journalières en fonction des évolutions économiques (emploi et taux de chômage), démographiques (vieillissement de la population active) et épidémiologiques (épidémies de grippe, qui affectent surtout les arrêts courts), comme le montre le graphique ci-dessous, qui compare le nombre d indemnités journalières «prédit» sur la base de ces différents facteurs explicatifs et le nombre d indemnités journalières effectivement observé. Dénombrement d'indemnités journalières 72 M Prévision du modèle Intensification des actions de maîtrise des IJ 67 M Observé 62 M Prévision hors contrôles 57 M 52 M 47 M 42 M L inflexion initiée en 2010 est notamment expliquée par l évolution de l emploi, qui a un impact sur les arrêts de travail avec un décalage dans le temps. L absence d épidémie a également contribué à ce ralentissement. Le graphique permet aussi de visualiser l impact majeur qu a eu le renforcement de la politique de maîtrise des arrêts de travail déployée depuis fin Si l on ne tenait compte que des paramètres économiques, démographiques et épidémiologiques évoqués ci-dessus, Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

12 la prévision se situerait très au-dessus de la courbe actuelle (ligne en pointillé sur le graphique). Pour obtenir la prévision finale (en traits pleins), on a également intégré dans le modèle le nombre de contrôles réalisés 7. Transports de malades Avec une hausse +5,1% en 2010 et près de 2,8 mds remboursés, les transports de malades représentent un poste de dépenses dynamique. Une partie de cette croissance est cependant partiellement liée aux revalorisations tarifaires de En volume, la progression (+3,6%) est stable par rapport à l année 2009 (+3,4%). Depuis 2007, la mise en œuvre d actions de maîtrise médicalisée pour améliorer le recours aux transports a eu un impact sensible sur les volumes : leur progression a été divisée par 2, passant d une fourchette de +5 à 7% par an avant 2007 à des taux de +3 3,5% par an depuis. En hausse de près de 11% sur l année, les remboursements de transports en taxis (900 M ) tirent la croissance de ce poste tandis que les dépenses d ambulances (plus d 1 md ) augmentent, elles aussi, de manière importante (+5,4%). 1 Evolution du volume des transports (en date de remboursements, données CJO CVS) ,7% 6,4% 6,1% 5,1% 3,7% 3,4% 3,6% 2,7% Les contrôles auprès des assurés ne sont pas la seule modalité d action sur les arrêts de travail ; l accompagnement des prescripteurs, les mises sous accord préalable, l élaboration de référentiels contribuent également à la stratégie de maîtrise de ce poste de dépenses. La variable «nombre de contrôles» introduite dans le modèle vise à résumer cet ensemble d actions. Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

13 Soins infirmiers : Si la progression des dépenses de soins infirmiers est en léger recul par rapport à 2009 (+8,2% en 2010 contre 9.3% en 2009), c est en raison de l effet prix : l impact des revalorisations tarifaires des infirmiers, mises en œuvre en avril 2009, est moins élevé en 2010 qu en 2009 (+1.5% versus +3.3%). En revanche, les volumes de soins infirmiers progressent plus vite qu en 2009 (+6,5% contre +6%). Les soins infirmiers constituent l un des rares postes dont la dynamique ne se ralentit pas. Celle-ci est soutenue par une progression très rapide des effectifs d infirmiers libéraux, en hausse de près de 5% par an sur les trois dernières années (graphique cidessous). Rappelons également que les dépenses de soins infirmiers sont fortement concentrées sur les personnes âgées et qu elles sont donc, plus que d autres soins, impactées par le vieillissement de la population. Celui-ci n explique cependant que 2 points de la croissance des volumes sur les 6 à 6,5 constatés chaque année. Evoution des effectifs d'infirmiers libéraux depuis infirmiers libéraux au 31/12/ % 8.0% Effectifs Taux de croissance ,6% par an sur les 3 dernières années Effectif % 4.0% 2.0% 0.0% -2.0% Taux de croissance Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

14 IV Annexe Evolution des dépenses par poste (Régime général France métropolitaine dates de remboursement) Evolution 2010/2009 Evolution des dépenses remboursées Dont évolution du volume Dont évolution des prix Dont évolution du taux moyen de remboursement Total soins de ville 2,8% 3,1% -0,8% 0,5% Soins médicaux et dentaires 0,1% 0,4% -0,8% 0,4% dont généralistes -2,2% -2,5% -0,3% dont spécialistes 1,3% -1,0% 0,4% dont dentistes 0,2% 0,1% Auxiliaires médicaux 5,8% 4,7% 0,8% 0,2% dont infirmiers 8,2% 6,5% 1,5% dont kinésithérapeutes 2,6% 2,7% -0,1% Analyses biologiques et médicales 1,0% 4,1% -3,0% 0,2% Transports de malades 5,1% 3,6% 1,6% Médicaments 2,3% 3,8% -2,2% 0,7% Dispositifs médicaux (LPP) 6,9% 6,5% 1,2% -0,7% Indemnités journalières 4,5% 2,6% 1,8% Dépenses de soins de ville en Assurance Maladie 10 mars

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

Les Comptes de la santé fournissent

Les Comptes de la santé fournissent septembre En 214, la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM), qui représente la valeur totale des biens et services qui concourent au traitement d une perturbation provisoire de l état de santé,

Plus en détail

Note de conjoncture n 28

Note de conjoncture n 28 Mars 2014 L'Observatoire Economique et Social Note de conjoncture n 28 Volet 2 : Santé et accidents du travail Fin octobre 2013, les remboursements de soins de ville et des cliniques privées sont en repli,

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

Les Comptes nationaux de la santé en 2011

Les Comptes nationaux de la santé en 2011 études résultats et N 89 septembre 212 Les Comptes nationaux de la santé en 211 Le montant des dépenses courantes de santé s élève à 24 milliards d euros en 211, soit 12 du produit intérieur brut (PIB).

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes

Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes Point d information mensuel 19 octobre 2007 Pour comparer les pratiques françaises à celles de quatre autres

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Le 29 mai 1997 Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 En bref 1 Nombre de demandes de brevets désignant la France toutes voies confondues

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Complémentaire santé : actualité économique. Point d actualité : évolutions règlementaires

Complémentaire santé : actualité économique. Point d actualité : évolutions règlementaires 20 novembre 2014 Complémentaire santé : actualité économique Point d actualité : évolutions règlementaires Frais de soins de santé : réforme des contrats responsables Prévoyance : portabilité des droits

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Loi de Financement de la sécurité sociale pour 2014

Loi de Financement de la sécurité sociale pour 2014 Loi de Financement de la sécurité sociale pour 2014 Eléments de contexte : Compte tenu d une croissance du PIB de 0,9% et de la masse salariale privée de 2,2% attendues en 2014, le déficit de la sécurité

Plus en détail

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 Stable entre 1975 et 1980, la proportion des seniors (55-64 ans, cf. encadré) qui occupent un emploi a diminué de manière continue jusqu en 1998, passant

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Professions indépendantes. Vos prestations maladie

Professions indépendantes. Vos prestations maladie Professions indépendantes Vos prestations maladie Édition 2012 Vos prestations maladie Sommaire Quels sont les bénéficiaires de l assurance maladie? 3 Comment bénéficier des prestations? 4 Quels sont les

Plus en détail

Vous allez être. hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir -

Vous allez être. hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir - Vous allez être hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir - Vous êtes hospitalisé(e) suite à un accident ou une maladie? > Voici le récapitulatif de la marche à suivre, des frais et remboursements possibles

Plus en détail

Éléments démographiques et financiers

Éléments démographiques et financiers Éléments démographiques et financiers disponibles à fin juin 2010 DONNEES DE POPULATION Les cotisants du RSI Au 31, la forte croissance des cotisants du RSI (+17,6%) est toujours alimentée par l arrivée

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

LES TRANSPORTS Enjeux et résultats. Journée des instances paritaires du 20 novembre 2008

LES TRANSPORTS Enjeux et résultats. Journée des instances paritaires du 20 novembre 2008 LES TRANSPORTS Enjeux et résultats Un enjeu économique important : En 2007, le régime général a remboursé 2,3 milliards d euros au titre des transports. Dépenses de transports remboursées en 2007 par le

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion CNRACL Octobre 2014 Résumé La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) est un régime de retraite complet

Plus en détail

LES ETUDES DE LA. MUTUALITE FRANÇAISE La prise en charge des dépenses de santé : les évolutions du poids des différents acteurs depuis 2000

LES ETUDES DE LA. MUTUALITE FRANÇAISE La prise en charge des dépenses de santé : les évolutions du poids des différents acteurs depuis 2000 LES ETUDES DE LA MUTUALITE FRANÇAISE La prise en charge des dépenses de santé : les évolutions du poids des différents acteurs depuis 2000 -Analyse réalisée à partir des comptes nationaux de la santé 2011-

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

TIERS PAYANT. des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD!

TIERS PAYANT. des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD! TIERS PAYANT des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD! La généralisation du tiers payant à l ensemble des soins de ville avant 2017 fait partie des mesures

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques. collection É tudes et statistiques. comptes nationaux de lasanté 2012

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques. collection É tudes et statistiques. comptes nationaux de lasanté 2012 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques collection É tudes et statistiques comptes nationaux de lasanté 2012 édition 2013 comptes nationaux de lasanté 2012 édition 2013

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 SERVICE SOCIAL (Circ. 7908) Le 20 novembre 2014 N 21/2014 COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 Le décret daté du 18 novembre 2014 définissant le nouveau

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Les Comptes nationaux de la santé en 2010

Les Comptes nationaux de la santé en 2010 études résultats et N 773 septembre 2011 Le montant des dépenses courantes de santé s élève à 234,1 milliards d euros en 2010, soit 12,1 % du produit intérieur brut (PIB). La consommation de soins et de

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE JUILLET 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Pour la 7 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique annexe annexe B B Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique. Vue d ensemble La contribution cumulée des produits pétroliers (essence, diesel et mazout de chauffage) à l inflation totale

Plus en détail

Couverture d Assurance maladie normale - Prestations

Couverture d Assurance maladie normale - Prestations Couverture d Assurance maladie normale - Prestations AI.1.01 MENT SELON LA REGLE GENERALE AI.1.02 S AI.1.03 POUR AMBULATOIRES AI.1.04 PREVENTION AI.1.05 CAS GRAVE Les taux de remboursement selon les Frais

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc Situation sanitaire en Nouvelle-Calédonie 2012 www.dass.gouv.nc Les comptes de la santé Source: service de la protection sociale III.1. Présentation La délibération modifiée n 490 du 11 août 1994 portant

Plus en détail

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS 6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS Le coût du travail est un élément décisif de la compétitivité. Mais il n

Plus en détail

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Alors que la France tend à élargir la complémentaire santé à une partie d autant plus large de sa population, il est intéressant d'apprécier en quoi les autres

Plus en détail

Glossaire. de l assurance complémentaire santé(1) pour vous accompagner. Frais d accompagnement. CMU Tiers payant ...

Glossaire. de l assurance complémentaire santé(1) pour vous accompagner. Frais d accompagnement. CMU Tiers payant ... Glossaire de l assurance complémentaire santé(1) pour vous accompagner Frais d accompagnement CMU Tiers payant... «Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire» A...P.3 B...P.4 C...P.4 D...P.7

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Organisation du chapitre

Organisation du chapitre RéférenceS janvier 2013 Bilan social annuel du transport routier de marchandises (2011) Organisation du chapitre Ce chapitre décrit l activité des entreprises françaises du transport routier de marchandises

Plus en détail

Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants

Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants N 43 Avril 1 Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants Le RSI gère les régimes invalidité-décès des artisans et commerçants. L assurance invalidité permet de couvrir

Plus en détail