Politique de l'entreprise. Observatoire européen des PME Sixième Rapport. Commission européenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politique de l'entreprise. Observatoire européen des PME Sixième Rapport. Commission européenne"

Transcription

1 Politique de l'entreprise 2000 Observatoire européen des PME Sixième Rapport Commission européenne

2 2000 Observatoire européen des PME Sixième Rapport Commission européenne

3 Rapport présenté à la Direction Générale Entreprises de la Commission des communautés européennes par: KPMG Consulting et EIM Small Business Research and Consultancy en collaboration avec: ENSR European Network for SME Research Intomart Le sixième rapport de l Observatoire européen des PME est publié en allemand, en anglais et en français. Les cinq rapports précédents sont disponibles auprès de: EIM Small Business Research and Consultancy, B.P. 7001, 2701 AA Zoetermeer, Pays-Bas (Tél.: + 31 (0) , fax: + 31 (0) , address: Liste des codes pays utilisés dans ce rapport A (Autriche) B (Belgique) DK (Danemark) D (Allemagne) EL (Grèce) E (Espagne) F (France) FIN (Finlande) IRL (Irlande) I (Italie) L (Luxembourg) NL (Pays-Bas) P (Portugal) S (Suède) UK (Royaume-Uni) UE (Union Européenne) IS (Islande) LI (Liechtenstein) NO (Norvège) EEE (Espace économique européen) CH (Suisse) Europe-19 (EEE et Suisse) De nombreuses autres informations sur l'union européenne sont disponibles sur Internet via le serveur Europa (http://europa.eu.int). Une fiche bibliographique figure à la fin de l'ouvrage. Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 2000 ISBN Communautés européennes, 2000 Reproduction autorisée, moyennant mention de la source Printed in Italy

4 TABLE DES MATIÈRES Préface... 9 Rapport de synthèse Introduction PARTIE I PERFORMANCES DES PME 1 Position et développement des PME en Europe Nombre et structure des entreprises privées hors secteur primaire en Europe-19, aux Etats-Unis et au Japon Analyse au niveau macroéconomique Structure par pays Structure par secteurs d activité Evolutions récentes des PME et des GE Environnement macroéconomique Structure par classes de taille d entreprises des évolutions macroéconomiques en Europe-19, aux Etats-Unis et au Japon Structure par classes de taille des pays Structures par classes de taille des secteurs d activité Développements futurs des PME et des GE en Europe-19: une analyse pour les années Cadrage macroéconomique du scénario Structure par classes de taille d entreprises du développement économique en Europe Positions de l artisanat et de l économie sociale Position de l artisanat Position de l économie sociale Annexes au Chapitre 1 I Données utilisées dans les Sections 1.1 et II Définition des secteurs d activités III Sources des données de la Section PARTIE II ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET COMPORTEMENT DES PME 2 Le fonctionnement des marchés de biens et services

5 Observatoire européen des PME Sixième Rapport 2.1 Introduction Les effets d une réforme réglementaire Effets sur la croissance économique Effets sur les entreprises Effets spécifiques sur les PME Impact sur les PME d une déréglementation récente: la libéralisation des heures d'ouverture des commerces de détail Situation dans les pays de l EEE et en Suisse Réactions des entreprises aux nouvelles opportunités Effets sur le chiffre d affaires et l emploi dans les PME Effets négatifs sur les PME Effets positifs ou opportunités pour les PME Impact sur les PME d une réglementation récente: l ouverture des marchés publics à la concurrence Connaissance des procédures d appels d offres parmi les PME Participation des PME aux procédures d appels d offres Obstacles rencontrés par les PME et motifs de non participation Enjeux politiques Questions relatives au marché du travail Introduction Pénuries de qualifications Problèmes de recrutement et pénurie de qualifications dans les PME Contraintes principales sur l entreprise Difficultés à pourvoir les postes vacants Problèmes de recrutement et conséquences sur l activité de l entreprise Résolution des problèmes de recrutement dans les PME Actions correctives mises en œuvre par les autorités publiques Mobilité du travail Personnel d autres pays d Europe occidentale recruté dans les PME Barrières à l emploi de personnel d autres pays d Europe occidentale dans les PME Barrières générales à la mobilité trans-frontières Fiscalité et prélèvements obligatoires sur le travail Réduction des prélèvements obligatoires et coût du travail Taux réduit de TVA sur les services à forte intensité de main d œuvre Les barrières à un usage plus important de ces outils Résultats attendus des actions mises en œuvre Enjeux politiques Accès au financement Introduction Accès au financement et crédit bancaire L accès au financement vécu comme une contrainte Taux de bancarisation Structures de bilan Examen des groupes cibles Comparaison des groupes cibles

6 Table des matières Accès au financement des jeunes entreprises Accès au financement des petites entreprises matures Accès au financement des entreprises très innovantes Accès au financement des entreprises en expansion Les raisons constituant une entrave à l accès au financement Une sélection de mesures d aide Enjeux politiques Commerce électronique et PME Introduction Qu est-ce que le commerce électronique? Marketing Commandes Paiements Distribution de produits Usage de l Internet et des technologies réseau au sein des PME à des fins de coopération interentreprises Situation du commerce électronique européen Situation par pays Situation selon la taille des entreprises et les secteurs d activité Opportunités et obstacles à l usage du commerce électronique dans les PME Le consommateur électronique européen Opportunités du marché électronique pour les PME Obstacles limitant l usage du commerce électronique L'impact du commerce électronique Impact global sur le marché Impact sur les PME Programmes d appui en matière de commerce électronique Programmes nationaux de promotion du commerce électronique Enjeux politiques Accès aux programmes communautaires Introduction Participation des PME aux interventions communautaires Barrières à la participation des PME aux programmes communautaires Taux de notoriété et participation Motifs de non-participation des PME à des programmes communautaires Barrières et obstacles L accès des PME aux Programmes d Initiative Communautaire PME et ADAPT Information générale Barrières et obstacles Mesures prises pour améliorer la participation des PME aux PIC PME et ADAPT

7 Observatoire européen des PME Sixième Rapport 6.5 Meilleures pratiques en matière de stimulation de la participation des PME aux programmes communautaires Enjeux politiques Associations et fondations de l économie sociale Introduction Le rôle des associations et fondations va bien au delà de leur poids économique Mesures d aide Cadre législatif, réglementations et systèmes fiscaux Mesures spécifiques dans le domaine du financement Politiques dans le domaine du bénévolat Mesures d aide à la création d emplois Accès au financement Les rôles respectifs du financement public et du financement privé Principaux problèmes rencontrés en matière de financement Coopérations transfrontalières Enjeux politiques Annexe au Chapitre PARTIE III POLITIQUES D ENTREPRISE 8 Nouveaux développements des politiques PME Introduction Développements politiques récents dans des domaines spécifiques PME Politiques nationales en faveur des PME et de l artisanat Conclusions PARTIE IV ÉTUDES THÉMATIQUES APPROFONDIES 9 Formation professionnelle et PME Introduction La formation continue des salariés de PME Les pratiques de formation professionnelle continue dans les PME Caractéristiques générales des formations Incitations et barrières au développement des activités de FPC dans les PME Formation continue des chefs d entreprise et dirigeants de PME Technologies de l information et de la communication (TIC) et formation continue dans les PME Programmes d aide visant à encourager les activités de FPC dans les PME Enjeux politiques

8 Table des matières 10 Nouveaux services Introduction Nouveaux services: définition et principales tendances Structure et développement du secteur européen des services Définition et cadre d analyse Principales tendances en Europe Demande de nouveaux services des PME: recours actuel et prévisions Dynamique d'entreprise et création d'emplois dans les nouveaux services Entrées et sorties du stock d entreprises et impacts sur l emploi Barrières à la création d entreprises et à la croissance Mesures d aide Initiatives locales Enjeux politiques PARTIE V SUIVI 11 Les PME dans le Marché Unique européen Introduction Les opinions des PME sur le Marché Unique Appréciation globale du Marché Unique Avantages et inconvénients perçus A quel point le Marché Unique est-il important pour les PME? Le passage à l euro Prise de conscience et information reçue Traitement des conséquences Date à laquelle les PME planifient d être euro compatibles Concurrence et commerce internationaux Performances des entreprises dans le Marché Unique Relations entre les perfomances des entreprises et leurs caractéristiques Une approche plus formalisée: analyse de régression Le tableau de bord européen des PME Recommandations ANNEXES I Organisation et traitements de l enquête ENSR Enterprise Survey II Membres du groupe de référence III Coordonnées des membres du consortium

9

10 PRÉFACE de Erkki Liikanen Membre de la Commission Européenne chargé des Entreprises et de la Société de l information La publication du 6ème Rapport de l Observatoire européen des PME intervient à un moment opportun. Elle suit en effet l adoption par la Commission, dans une Communication en date du 26 avril 2000, des principes de sa nouvelle politique pour les entreprises. Au Conseil européen de Lisbonne de mars dernier, l Union européenne s est fixé un nouvel objectif stratégique pour la prochaine décennie, celui de devenir l économie de la connaissance la plus concurrentielle et la plus dynamique au monde, capable d une croissance économique durable avec plus et de meilleurs emplois et une plus grande cohésion sociale. La politique des entreprises jouera un rôle clé dans le progrès vers la réalisation de ces objectifs. Elle prêtera une attention particulière aux conditions dans lesquelles les PME opèrent, en tant que générateurs principaux de la croissance économique et des emplois. L Observatoire européen des PME constitue un outil précieux pour analyser la situation actuelle des PME. Les informations quantitatives sur les PME sont combinées avec l analyse des questions essentielles pour la compétitivité des PME, telles le commerce électronique et l accès aux financements. L amélioration des méthodes d enquête donne un meilleur aperçu de la façon dont ces entreprises perçoivent leur environnement. Une version CD-ROM complétant le rapport fournira des données plus détaillées sur les PME et une vue d ensemble des actions en faveur des PME au niveau national. Les rapports précédents ont été considérés comme des documents de référence très appréciables par un large public de décideurs responsables de la politique des entreprises aux niveaux nationaux et communautaire, de chercheurs, d économistes et par les PME elles-mêmes. J espère que ce 6ème rapport de l Observatoire améliorera encore les services que les éditions antérieures ont pu ainsi vous apporter. ERKKI LIIKANEN 9

11

12 RAPPORT DE SYNTHÈSE Introduction Voici le rapport de synthèse du Sixième Rapport de l Observatoire Européen des PME. Ce projet a été lancé en 1992 par la Commission européenne. Ce projet a pour objectif de réaliser un rapport indépendant, présentant une vue d ensemble structurée et à jour des petites et moyennes entreprises européennes (dans ce rapport, les PME comprennent l artisanat et l économie sociale), au plan quantitatif et au plan qualitatif. Au cours des années, le nombre de pays couverts par ce rapport s est accru. Les Premier et Deuxième Rapports couvraient les douze Etats membres constituant l Union européenne, le Troisième Rapport concernait les quinze Etats membres et la Norvège. Depuis le Quatrième Rapport, tous les Etats membres de l UE ainsi que l Islande, le Liechtenstein et la Norvège (c est à dire tous les Pays de l Espace économique européen) et la Suisse sont traités. L ensemble de ces pays est désigné par le terme Europe-19. Les objectifs d ensemble du Sixième Rapport sont les suivants: Analyser les performances et comportements actuels et prévisibles des PME dans leur environnement; Analyser l impact récent et prévisible de la construction du Marché Unique sur les performances et comportements des PME; Identifier les objectifs et mesures de politiques d entreprises susceptibles d influer sur les PME. Le rapport comprend cinq parties. La Partie I concerne l analyse de la position et du développement des PME, la Partie II traitant du comportement des PME relativement à leur environnement. Cette année, le rapport s intéresse au fonctionnement des marchés de biens et de services, au marché du travail, à l accès au financement, au commerce électronique, à l accès aux Programmes communautaires et au rôle des associations et fondations de l économie sociale. La Partie III traite des politiques d entreprises. Deux études thématiques approfondies sont présentées dans la Partie IV: Formation professionnelle continue et PME et, PME et nouveaux services. Enfin, dans la Partie V, les performances et comportements des PME sont étudiés dans le cadre du Marché Unique. Ce rapport indépendant est réalisé par un consortium dirigé par KPMG Consulting et constitué en outre de EIM Small Business Research and Consultancy, d Intomart et du réseau ENSR (European Network for SME Research). L ENSR est un réseau d organismes reconnus, spécialisés en recherche PME. L ENSR comporte au moins un membre dans chaque Etat membre de l Espace économique européen. Le rapport repose principalement sur les sources de données suivantes: Statistiques nationales et européennes; L enquête ENSR Enterprise Survey 1999, une enquête téléphonique conduite auprès de entreprises dans les 19 pays concernés; 11

13 Observatoire européen des PME Sixième Rapport Bases de données sur les entreprises européennes; Littérature économique, données qualitatives, documents législatifs et politiques; Information en provenance des experts de l ENSR et autres experts extérieurs au réseau. Partie I Performances des PME Structure des entreprises européennes et indicateurs clés en 1998 En 1998, le nombre d entreprises privées hors secteur primaire en Europe-19 a augmenté, atteignant près de 20 millions d unités ce qui a eu un effet positif sur l emploi. Ces entreprises emploient plus de 117 millions de personnes. Comme le montre le Tableau 1, dans leur écrasante majorité ces entreprises sont des PME, c est à dire qu elles emploient moins de 250 personnes. Les PME comptent pour les deux tiers des emplois (cf. Chapitre 1). Tableau 1 Principaux indicateurs des entreprises privées, hors secteur primaire, total Europe-19, 1998* Micro Petites Moyennes Total GE Total Nombre UE d entreprises (1 000) Non-UE Total Emploi (1 000) UE Non-UE Total Taille moyenne: Nombre d employés UE par entreprise Non-UE Total Chiffre d affaires UE 0, ,0 par entreprise Non-UE 0, ,3 (millions d euro) Total 0, ,0 Part des exportations UE dans le chiffre Non-UE d affaires (%) Total Valeur ajoutée UE par personne occupée Non-UE (1 000 euros) Total Part des coûts du UE travail dans la valeur Non-UE ajoutée (%) Total PME * Du fait des arrondis, il n'est pas possible de calculer les totaux à partir de la somme des sous-totaux ni la taille moyenne des entreprises à partir des données d'emploi et de nombre d'entreprises présentées ici. Notes: Les micro-entreprises sont les entreprises de moins de 10 salariés. Les entreprises sans salarié, qui donc ne procurent qu un revenu au travailleur indépendant (et éventuellement à des aides familiaux nonsalariés), constituent une catégorie particulière de cette classe de taille; Les petites entreprises sont les entreprises comptant de 10 à 49 salariés; Les entreprises moyennes emploient de 50 à 249 personnes. Sources: Estimations élaborées par EIM Small Business Research and Consultancy sur la base de Eurostat/DG Entreprises: Entreprises en Europe, sixième rapport ainsi que Economie européenne, supplément A, juin 1999 et OCDE, Perspectives économiques, No. 65, juin

14 Rapport de synthèse Les tailles moyennes des PME et des grandes entreprises (GE) diffèrent considérablement. En moyenne, une PME emploie 4 personnes alors qu une grande entreprise compte employés. Le chiffre d affaires moyen s élève à euros dans les PME contre 215 millions d euros dans les grandes entreprises. La productivité du travail définie comme la valeur ajoutée par personne occupée augmente également avec la classe de taille des entreprises. Dans les micro-entreprises, la valeur ajoutée par personne occupée s élève à euros contre euros dans les grandes entreprises. Tendances des indicateurs clés Le Graphique 1 retrace l évolution de l emploi dans les entreprises privées, hors secteur primaire, en Europe-19 durant la période Le nombre total d emplois a décrû durant les années quatre-vingt dix mais l évolution de l emploi a été plus favorable dans les micro-entreprises. De plus, la reprise de l emploi est effective depuis 1995 dans les micro-entreprises alors qu elle n est significative dans les entreprises petites, moyennes et grandes que depuis En Europe-19, le nombre d entreprises a fortement augmenté au cours de la dernière décennie. En 1995, dernière année pour lesquelles les données sont disponibles, près de 2 millions de nouvelles entreprises ont vu le jour tandis que plus d 1½ million d entreprises cessaient leurs activités. Les taux d entrée et de sortie des entreprises, exprimés en pourcentage du stock total d entreprises, s élevaient ainsi respectivement à 11 % et 9 %. Le nombre d emplois dans les nouvelles entreprises était de plus de 2½ millions. Les entreprises qui ont fermé étant en moyenne légèrement plus grandes, le nombre d emplois détruits s est également élevé à plus de 2½ millions, bien que le nombre d entreprises cessant leurs activités soit inférieur à celui des nouvelles entreprises. Graphique 1 Evolution de l emploi dans les entreprises selon la taille, total Europe-19, (indice: 1988=100) Micro Petites Moyennes Grandes Sources: Estimations élaborées par EIM Small Business Research and Consultancy sur la base de Eurostat/DG Entreprises: Entreprises en Europe, sixième rapport ainsi que Economie européenne, supplément A, juin 1999 et, OCDE, Perspectives économiques, No. 65, juin

15 Observatoire européen des PME Sixième Rapport Tableau 2 Productivité, coûts unitaires du travail et rentabilité des entreprises privées hors secteur primaire, total Europe-19, 1988/ / / / /2000 Taux de croissance annuel moyen en % Productivité du travail* PME 2,1 1,9 2,1 2,1 GE 2,0 3,0 2,8 2,7 Total 2,0 2,3 2,4 2,4 Coûts unitaires du travail** PME 4,3 3,8 1,0 2,3 GE 4,6 2,7 0,5 1,7 Total 4,5 3,4 0,8 2,0 Taux de croissance annuel moyen en points de % Rentabilité*** PME 0,2 0,3 0,4 0,4 GE 0,2 0,3 0,4 0,4 Total 0,2 0,3 0,4 0,4 * Valeur ajoutée réelle par personne occupée. ** Coûts du travail par employé corrigés de la productivité du travail. *** Différence entre la valeur ajoutée et les coûts du travail, corrigés des revenus des entrepreneurs nonsalariés, en pourcentage de la valeur ajoutée. Sources: Estimations élaborées par EIM Small Business Research and Consultancy sur la base de Eurostat/DG Entreprises: Entreprises en Europe, sixième rapport ainsi que Economie européenne, supplément A, juin 1999 et, OCDE, Perspectives économiques, No. 65, juin Sur le Tableau 2 on note que le taux de croissance de la productivité des PME a été relativement stable dans le temps, se situant légèrement au-dessus de 2 % par an. Dans les GE, le taux de croissance de la productivité est significativement plus élevé dans les années quatre-vingt dix que sur la période Les coûts du travail par employé ont crû au même rythme dans les PME et les GE (à environ 4,5 % par an), mais, la productivité ayant crû plus fortement dans les GE, la croissance des coûts unitaires du travail y a été plus faible. En revanche, la rentabilité a évolué de façon similaire dans les PME et les GE, quelle que soit la phase du cycle économique. Cela signifie que les PME ont pu répercuter la plus forte hausse des coûts unitaires du travail sur leurs prix de vente. On peut en conclure que la moindre croissance de la productivité du travail, amoindrit la compétitivité des PME vis-à-vis des GE. Développements de l artisanat Dans ce rapport, nous continuons le suivi de l artisanat initié avec le deuxième rapport annuel de l Observatoire européen des PME. Les pays sont classés selon l approche adoptée par leur définition de l artisanat. On relève les tendances suivantes: En Allemagne, en Autriche, en Islande, au Liechtenstein et au Luxembourg, la définition de l artisanat relève d une approche par métiers (elle est fondée sur des critères professionnels). En Autriche et au Luxembourg, la taille du secteur est stable tandis qu elle tend à décroître en Allemagne. Dans les autres pays (Islande, Liechtenstein), on ne peut tirer de conclusions claires sur la base des données disponibles. 14

16 Rapport de synthèse La France, l Italie et les Pays-Bas ont une définition de l artisanat qui s inscrit dans une approche croisée taille et métier (c est à dire fondée sur des critères de taille et de secteur). En France, après un déclin dans la première partie de la décennie, le secteur semble connaître une reprise. En Italie et aux Pays-Bas, le nombre d entreprises artisanales augmente mais, en revanche, l emploi recule progressivement. L Espagne a une approche exclusivement artisanat d art. Le nombre d entreprises est stable. En revanche, après une croissance de l emploi en début de période, le secteur perd des emplois depuis La Belgique, la Finlande, l Irlande, le Royaume-Uni et la Suisse suivent d autres approches. En Irlande, les données disponibles témoignent d une croissance progressive de l emploi artisanal depuis Développements de l économie sociale Le rôle des organisations de l économie sociale (aussi dénommées par l acronyme CMAF, coopératives, mutuelles, associations et fondations) est croissant. Malheureusement, les pays ayant des définitions hétérogènes, il n existe pas de données comparables sur ce sujet. Les informations statistiques disponibles suggèrent que le nombre d entreprises de ce secteur compte pour 5 à 10 % de l ensemble des entreprises européennes. En termes d emploi, elles pèseraient pour plus de 5 % de l emploi total. Partie II Environnement économique et comportement des PME Fonctionnement des marchés de biens et services Une réforme réglementaire peut affecter de façon très différente les grandes et les petites entreprises. Les effets spécifiques d une réforme réglementaire sur les PME sont les suivants: la réglementation peut entraver la flexibilité des PME, flexibilité qui constitue un de leurs atouts; la réglementation peut entraîner des charges administratives disproportionnées par rapport à leur taille; un abaissement des barrières à l entrée sur le marché peut avoir pour effet que les PME sont amenées à affronter des concurrents moins qualifiés, d où la nécessité de mettre en place une autorégulation; enfin, la déréglementation dans un secteur est souvent suivie de mouvements de fusions acquisitions et les PME doivent alors affronter des entreprises plus grandes ayant davantage de pouvoir de marché. Cependant, les réglementations et déréglementations n ont pas toutes pour objectif l amélioration de la compétitivité des entreprises. Il existe également des réglementations et déréglementations qui visent l intérêt des consommateurs ou la stimulation de la croissance économique en général. Elles peuvent, en particulier à court terme, avoir un impact négatif sur les PME. Deux études de cas sont présentées au Chapitre 2 de ce rapport. La première est l étude de l impact d une déréglementation dont l objectif est d accroître le bien être du consommateur et de soutenir la croissance économique. Il s agit de la libéralisation des heures d ouverture des commerces de détail. La seconde illustre les effets d une réglementation visant, entre autres choses, à stimuler l entrée des entreprises sur le marché de l achat public et à accroître la transparence de celui-ci. 15

17 Observatoire européen des PME Sixième Rapport Libéralisation des heures d ouverture des commerces de détail La libéralisation des heures d ouverture des commerces de détail semble accélérer le recul de la part de marché des petits commerces, en diminuant leur rentabilité (les coûts augmentent davantage que le chiffre d affaires). Les grandes entreprises sont plus à même de tirer avantage de l allongement de la durée d ouverture, car elles ont davantage de marges de manœuvre en matière d organisation, telles que le travail posté, la rotation des salariés entre les postes, le recours au temps partiel. Les petits commerçants ne peuvent tout simplement pas assumer le coût d un employé supplémentaire et/ou les petits commerces spécialisés ne peuvent pas embaucher des travailleurs à temps partiel inexpérimentés et peu chers, un certain niveau d expérience étant requis pour servir correctement les clients. Marchés publics Du fait d une autre réglementation relativement récente, l ouverture des marchés publics à la concurrence, de nouvelles opportunités sont offertes aux PME. D après les résultats de l enquête ENSR Enterprise Survey, en 1999, 30 % des PME en moyenne avaient connaissance des possibilités de participer aux procédures d appels d offres des marchés de fournitures, de services ou de travaux des administrations publiques locales, nationales et européennes et des établissements publics. Un tiers également considère que l ouverture des marchés publics entraîne davantage d opportunités, mais les résultats varient selon les pays. En France, en Belgique, au Portugal, en Suisse et au Luxembourg, les PME sont relativement nombreuses à identifier de nouvelles opportunités alors qu aux Pays-Bas, en Irlande, en Espagne et au Royaume-Uni, un très grand nombre d entrepreneurs considère qu il n y a aucune nouvelle opportunité. Un sixième des PME ayant connaissance des marchés publics a essayé de participer à des appels d offres européens au cours des trois années précédant l enquête (cf. Graphique 2). De toutes les classes de taille considérées, les entreprises moyennes sont les plus nombreuses à connaître les procédures d appels d offres et aussi à tenter leur chance. Environ la moitié des PME ayant tenté de participer à un ou plusieurs appels d offres européens au cours des trois dernières années s est vu attribuer un marché. L un dans l autre, 2 à 3 % de l ensemble des PME déclarent avoir été titulaires d un marché public au cours des trois dernières années suite à leur participation aux procédures d appels d offres européens. Les résultats de l enquête ENSR Enterprise Survey 1999 n autorisent pas un calcul précis du nombre d appels d offres remportés par les PME, cependant, les données disponibles indiquent clairement qu une part importante des appels d offres européens est gagnée par les PME. Parmi les obstacles rencontrés par les PME, le manque d information constitue de loin le problème principal. Toutefois, ce problème recule, semble-t-il, lorsqu un pourcentage important des salariés de l entreprise dispose d un accès direct à Internet. Une fois cette barrière franchie, d autres obstacles apparaissent: projets trop importants pour les PME, formalités administratives complexes et coûts de préparation des offres élevés. Questions relatives au marché du travail Pénuries de qualifications Le troisième rapport annuel de l Observatoire européen des PME (1995) avait révélé que la pénurie d offre de travail s était réduite tant en termes quantitatifs que qualitatifs sur la période , avant tout du fait du ralentissement de l activité 16

18 Rapport de synthèse Graphique 2 Pourcentages de PME connaissant les procédures d appels d offres, ayant tenté de participer à un appel d offres européen au cours des 3 années précédentes et ayant remporté un appel d offres au cours des trois années précédentes, selon la taille des entreprises, total Europe % 45 % 40 % 35 % 30 % 25 % 20 % 15 % 10 % 5 % 0 % Connaissant les marchés publics Ayant tenté d y participer Received orders Source: ENSR Enterprise Survey économique. Depuis lors, l économie s est redressée et le problème de la pénurie de qualifications s est accru, en particulier pour ce qui concerne les PME. La pénurie de main d œuvre qualifiée est désormais perçue comme la contrainte principale pesant sur les performances de l entreprise dans près de 10 % des PME. Plus l entreprise est grande, plus il est probable que le problème soit considéré comme important, les parts de PME l identifiant comme la contrainte principale variant de 4 % dans les entreprises sans salarié à 23 % dans les entreprises moyennes (cf. Chapitre 3). Au cours de l année précédente, plus d un quart de l ensemble des PME a, souvent ou de temps à autre, rencontré des difficultés pour pourvoir des postes vacants. Ce sont les entreprises moyennes qui sont le plus affectées, seul un tiers d entre elles n ayant pas rencontré de difficultés de recrutement au cours de l année précédente. Le recrutement n est pas ressenti comme constituant un problème important pour les petites entreprises, bien que près de la moitié d entre elles a rencontré, souvent ou de temps à autre, des difficultés en la matière l'année précédente. Ce problème semble concerner toutes les catégories professionnelles. En fait, les entreprises rencontrent autant de problèmes pour recruter des ouvriers pas ou peu qualifiés que pour recruter des techniciens ou des ingénieurs. Près d un cinquième des PME a renoncé à pourvoir les postes vacants. Au sein des PME qui ont mis en œuvre des actions pour surmonter ces difficultés, la stratégie la plus fréquente est la formation du personnel en place (cf. Graphique 3). Si l on compare les résultats entre les classes de taille d entreprises, une tendance se dégage clairement: plus la classe de taille est grande, plus le nombre d entreprises formant leur personnel en place est élevé. Cette tendance reflète la tendance générale des entreprises moyennes et grandes à être plus actives en matière de formation continue que les micro et petites entreprises. Cf. également la section concernant la formation professionnelle continue de cette synthèse. 17

19 Observatoire européen des PME Sixième Rapport Graphique 3 Pourcentages de PME* mettant en œuvre des actions spécifiques pour surmonter les difficultés à pourvoir les postes vacants, selon la taille des entreprises Total Formation du personnel en poste Recrutement de personnel moins qualifié Mobilité interne du personnel Intensification des efforts de recrutement * Les pourcentages présentés ici concernent les PME qui ont fait l expérience de difficultés. Ce groupe compte pour 30 % de l ensemble des PME, 70 % pour les entreprises moyennes, 58 % pour les petites entreprises, 39 % pour les micro-entreprises et 18 % pour les entreprises sans salarié. Source: ENSR Enterprise Survey Pas de recrutement Les actions des autorités publiques en matière de traitement des pénuries de qualifications sont décrites dans ce sixième rapport de l Observatoire. Pour la plupart, les 19 pays couverts dans ce rapport effectuent un suivi des pénuries de qualifications, mais peu d entre eux ont mis en place des actions pour les anticiper avant qu elles ne constituent un problème. La plupart des actions correctives pour pallier les difficultés de recrutement sont de nature indirecte; l objectif étant d assurer la flexibilité du marché du travail par l élévation du niveau de compétences et de qualification de la force de travail et par la promotion de la mobilité et de la transparence. Bien qu il existe des exemples d efforts d identification des pénuries de qualifications dans des domaines spécifiques, ils sont plus rares. Mobilité des travailleurs Un moyen pour les entreprises de résoudre les problèmes de recrutement et de pénuries de qualifications est de recruter du personnel originaire d autres pays d Europe occidentale. Cependant, le potentiel de migration et de déplacements transfrontaliers n a pas été pleinement exploité en Europe, en particulier par comparaison à la situation prévalant aux Etats-Unis, et certains mécanismes restreignent la mobilité du travail. Ainsi, au cours des trois dernières années, 4 % des PME seulement ont employé du personnel originaire d autres pays d Europe occidentale. Les principales barrières concernent les formalités administratives et les permis de travail. Politiques de prélèvements obligatoires pour résoudre les problème de recrutement La réduction des prélèvements obligatoires sur le travail n est pas utilisée de façon suffisamment intensive pour constituer une stratégie de résolution des problèmes 18

20 Rapport de synthèse croissants de pénuries de qualifications. Neufs Etats membres (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, France, Irlande, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni) font désormais usage d éléments de leur système fiscal ou mettent en place des actions pour réduire les coûts non salariaux du travail et pour stimuler la création d emplois. Dans la plupart des pays, la réforme comprend à la fois une réduction générale des prélèvements et un ciblage spécifique sur ceux pesant sur les bas salaires. Les raisons pour ne pas introduire une réduction de la pression fiscale sur le travail dans les politiques de création d emplois diffèrent selon les pays, de même que diffèrent les critères fondamentaux sur lesquels reposent leur usage. Les trois explications principales sont les contraintes budgétaires, un taux de chômage faible et des doutes quant à l efficacité de cette stratégie. Accès au financement Les PME rencontrent des problèmes spécifiques d accès au financement et le Chapitre 4 offre un aperçu de l importance de ces problèmes. Il semble que la structure financière d une entreprise soit davantage dépendante du système financier et des usages en la matière du pays dans lequel elle opère que de ses propres caractéristiques telles que sa taille, son secteur d activité, son âge et même sa rentabilité. De plus, plus les entreprises sont petites, plus les différences internationales de structure financière sont importantes. En d autres termes, il semble qu il existe une convergence internationale des modèles de financement des grandes entreprises. L accès au financement se révèle comme une des contraintes les plus importantes pesant sur le développement des PME: dans la quasi totalité des pays, les entrepreneurs mentionnent l accès au financement comme une des trois contraintes les plus importantes. Trois groupes de pays peuvent être distingués: Au Danemark, en Grèce, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne, en Suède et en Norvège, l accès au financement est la contrainte principale pesant sur les performances des entreprises; Au Portugal, en France, en Islande, en Allemagne, en Suisse et en Finlande, l accès au financement est la deuxième contrainte la plus importante; Dans les six pays restants, Autriche, Liechtenstein, Luxembourg, Belgique, Pays-Bas et Irlande, cette contrainte arrive au troisième ou quatrième rang. L importance en termes absolus de la contrainte accès au financement ainsi que son rang semblent être négativement corrélés à la taille de l entreprise. Relativement aux entreprises de 10 à 49 salariés, les entreprises de 1 à 9 salariés placent cette contrainte plus haut. Ces données offrent une indication générale de la demande de financement non satisfaite des entreprises mais ne donnent aucune indication quant au type de source de financement que le répondant a en tête (s agit-il de financement par emprunt ou d apports en fonds propres, venant de sources formelles ou informelles). De plus, ces données ne permettent d avancer aucun argument expliquant cet état de fait. En revanche, les données issues de l enquête ENSR Enterprises Survey 1999 permettent de mieux connaître la relation des PME européennes avec les banques en tant que fournisseurs de crédit. Bien qu elles ne permettent pas de distinguer entre les types de crédit, elles révèlent que la proportion des entreprises ayant actuellement un crédit bancaire varie fortement à travers l Europe. 19

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

L OPINION PUBLIQUE EN EUROPE : LES SERVICES FINANCIERS

L OPINION PUBLIQUE EN EUROPE : LES SERVICES FINANCIERS Eurobaromètre spécial Commission européenne L OPINION PUBLIQUE EN EUROPE : LES SERVICES FINANCIERS Terrain : Novembre-Décembre 2003 Publication : Juin 2004 Eurobaromètre spécial 202 / Vague 60.2 - European

Plus en détail

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 1/ Les quatre types d organisations du travail Les organisations à structure simple Elles caractérisent souvent les PME, avec une faible autonomie

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 19.12.2013, 9:15 4 Economie nationale Neuchâtel, décembre 2013 Dépenses et personnel de recherche et

Plus en détail

Les prix et les coûts de l industrie touristique suisse: une comparaison internationale

Les prix et les coûts de l industrie touristique suisse: une comparaison internationale Les prix et les coûts de l industrie touristique suisse: une comparaison internationale Entre 2000 et 2007, la compétitivité-prix de l économie suisse du tourisme s est nettement améliorée. Le tourisme

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 International Migration Outlook: SOPEMI 2010 Summary in French Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 Résumé en français Les migrations internationales restent au cœur des préoccupations

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

> Dossier 17 mars 2009

> Dossier 17 mars 2009 > Dossier 17 mars 2009 Le travail des étrangers en France Vous embauchez un étranger au sein de votre entreprise : ce que vous devez savoir. L embauche de personnels de nationalité étrangère est soumise

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères Mahmoud Jlassi et Xavier Niel* En 26, 29 % des entreprises d au moins dix salariés confient à des

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

Eco-Fiche LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX

Eco-Fiche LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX Eco-Fiche Mars 2012 LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX L entrée en campagne de nombreux candidats aux élections présidentielles s est faite sur le thème de la compétitivité française. C est donc

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

Questions liées au financement de la formation et

Questions liées au financement de la formation et Gregory Wurzburg Administrateur principal à la Direction de l Éducation, de l Emploi, du Travail et des Affaires sociales, Organisation de Coopération et de Développement Économique, Paris. Questions liées

Plus en détail

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Selon le rapport annuel établi pour l année 2008-2009 par le World Economic

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période Dares Analyses MARS 1 N 1 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LES LANGUES

LES EUROPEENS ET LES LANGUES EUROBAROMETRE 54 Special LES EUROPEENS ET LES LANGUES RAPPORT REDIGE PAR INRA (EUROPE) EUROPEAN COORDINATION OFFICE S.A. POUR La Direction Générale De l Education et de la Culture GERE ET ORGANISE PAR

Plus en détail

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Florence HENNART, Attachée Ministère de la Région Wallonne Direction de la Politique Economique Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Plan Contexte européen Cadre belge et

Plus en détail

CEPII, document de travail n 99-10. Juin 1999 n 10

CEPII, document de travail n 99-10. Juin 1999 n 10 Juin 1999 n 10 La diversité des marchés du travail en Europe : Quelles conséquences pour l Union Monétaire Première partie : La diversité des marchés du travail dans les pays de l Union Européenne Loïc

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) avec les États de l UE et de l AELE, entré en vigueur en juin, marque un

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1109806L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole d amendement à la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

The Promotion of Employee Ownership and Participation

The Promotion of Employee Ownership and Participation The Promotion of Employee Ownership and Participation Study prepared by the Inter-University Centre for European Commission s DG MARKT (Contract MARKT/2013/0191F2/ST/OP) Final report October 2014 French

Plus en détail

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 Stable entre 1975 et 1980, la proportion des seniors (55-64 ans, cf. encadré) qui occupent un emploi a diminué de manière continue jusqu en 1998, passant

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

La pénurie de talents. Continue Comment les RH, en constante évolution, apportent-elles des réponses aux déficits de compétences

La pénurie de talents. Continue Comment les RH, en constante évolution, apportent-elles des réponses aux déficits de compétences La pénurie de talents Continue Comment les RH, en constante évolution, apportent-elles des réponses aux déficits de compétences La neuvième enquête annuelle de ManpowerGroup a révélé que Synthèse 60% 45%

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Jean-Pierre Voyer, SRSA Table ronde Canada-Québec sur les PME et le développement des compétences, Montréal, 24 février

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Le Luxembourg perd en un an seulement les timides progrès engrangés ces trois dernières années en matière de compétitivité

Le Luxembourg perd en un an seulement les timides progrès engrangés ces trois dernières années en matière de compétitivité COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 septembre 2011 «Global Competitiveness Report 2011-2012» du Forum Economique Mondial Le Luxembourg perd en un an seulement les timides progrès engrangés ces trois dernières années

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Mise à jour sur l Irlande T2 2015 Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Pourquoi l Irlande? Les entreprises sont attirées par l Irlande pour diverses raisons Irlande,

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Conférence de Presse Tendances Epargne & Retraite Entreprises

Conférence de Presse Tendances Epargne & Retraite Entreprises Conférence de Presse Tendances Epargne & Retraite Entreprises 20 septembre 2011 10 ANS Méthodologie! 10 ème édition du baromètre annuel Tendances Epargne et Retraite Entreprises (TE&RE), réalisé conjointement

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Ce document a été rédigé à la demande de la commission de l emploi et des affaires sociales du Parlement européen.

Ce document a été rédigé à la demande de la commission de l emploi et des affaires sociales du Parlement européen. DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

Le cours mondial du coût du chercheur d entreprise devient une réalité. Les Etats-Unis continuent à faire «cavalier seul».

Le cours mondial du coût du chercheur d entreprise devient une réalité. Les Etats-Unis continuent à faire «cavalier seul». COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISÉ PAR LES GROUPES BÉNÉFICIAIRES DU CIR EN 2014 ANRT, 1 er septembre 2015 Le cours mondial du coût du chercheur d entreprise devient une réalité.

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013 BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI 1 er trimestre 2013 SOMMAIRE PANORAMA EUROPÉEN 1 BELGIQUE 2 FRANCE 3 ALLEMAGNE 4 IRLANDE 5 PRÉSENTATION Robert Walters présente la 1 ère édition de son Baromètre Européen

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Promotion de l esprit d entreprise parmi les femmes

Promotion de l esprit d entreprise parmi les femmes Promotion de l esprit d entreprise parmi les femmes Rapport Best n 2 2004 Direction générale Entreprises Commission européenne Rapports Best Les rapports Best sont le fruit de projets qui, menés dans le

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 Le processus d investissement Organismes /Agences Analyse

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE»

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» > PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L INDICE DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE POSITIVE 2014 UNE INITIATIVE DE DÉROULÉ DE LA CONFÉRENCE

Plus en détail

Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE

Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Janvier 2014 Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Janvier 2014 Eclairages européens Eclairages européens 1. Les conceptions Les systèmes d indemnisation du

Plus en détail

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DES AFFAIRES EUROPÉENNES Secteur : Présence et influence françaises dans les institutions européennes Affaire suivie par : Pierre HOUPIKIAN Rédacteur : Sébastien LAVOIL REPRESENTATION

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Des mineurs non accompagnés suivent des cours de grec dans un centre d'accueil.

Des mineurs non accompagnés suivent des cours de grec dans un centre d'accueil. Des mineurs non accompagnés suivent des cours de grec dans un centre d'accueil. Albanie Allemagne Andorre Autriche Belgique Chypre Danemark Espagne Estonie Finlande France Grèce Irlande Islande Italie

Plus en détail