CONSEIL DES PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES LE PATRIMOINE DES MÉNAGES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL DES PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES LE PATRIMOINE DES MÉNAGES"

Transcription

1 CONSEIL DES PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES LE PATRIMOINE DES MÉNAGES mars 2009

2

3 Le Conseil des prélèvements obligatoires est chargé d'apprécier l'évolution et l'impact économique, social et budgétaire de l'ensemble des prélèvements obligatoires, ainsi que de formuler des recommandations sur toute question relative aux prélèvements obligatoires (loi n du 20 avril 2005).

4

5 LE PATRIMOINE DES MENAGES 5 Le Conseil des prélèvements obligatoires est présidé par M. Philippe SÉGUIN, Premier Président de la Cour des comptes. Il comprend : M. Bertrand FRAGONARD, président de chambre à la Cour des comptes, suppléant le Premier Président de la Cour des comptes, En sont membres : M. Robert BACONNIER, président et délégué général de l association nationale des sociétés par actions, Mme Anne BOLLIET, inspectrice générale des finances, M. Michel BOUVIER, professeur agrégé des universités, M. François CALVARIN, Président directeur général de SOURIAU, M. Jean-François CHADELAT, directeur du fonds de financement de la protection complémentaire de la couverture universelle du risque maladie, M. Jean-Pierre COSSIN, conseiller maître à la Cour des comptes, M. Philippe DOMERGUE, inspecteur général de l INSEE, M. Michel DURAFFOURG, inspecteur général des affaires sociales, M. Etienne DOUAT, professeur agrégé des universités, M. Gérard GILMANT, directeur de l URSSAF de la Seine- Maritime, M. Olivier GRUNBERG, directeur général délégué chargé des finances et secrétaire général de Véolia Eau, M. Alain GUBIAN, directeur statistique et directeur financier de l agence centrale des organismes de sécurité sociale, M. Michel PINAULT, président de section au Conseil d'etat, M. Jean-Claude ROGNON, conseiller à la Cour de cassation, M. Augustin de ROMANET, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, M. Philippe TRAINAR, économiste en chef pour le groupe SCOR.

6 6 CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES Le secrétariat du Conseil des prélèvements obligatoires est assuré par : Mme Catherine DÉMIER, conseillère référendaire à la Cour des comptes, secrétaire générale du Conseil des prélèvements obligatoires, Mme Jacqueline GUILLON, chargée de mission au secrétariat général du Conseil des prélèvements obligatoires. Le rapport, présenté par le rapporteur général, M. Marc FOSSEUX, conseiller référendaire à la Cour des comptes, a été délibéré et arrêté au cours de la séance du 26 février Les études, dont le rapport constitue la synthèse, ont été effectuées par : Jean-Marc ANTON, auditeur au Conseil d Etat Michel AUJEAN, associé, TAJ société d avocats, membre de Deloitte Touche Tohmatsu Thomas CAZENAVE, inspecteur des finances Renaud GUIDÉE, inspecteur des finances Cédric HOUDRÉ, administrateur de l INSEE Jean-Pascal LANUIT, rapporteur à la Cour des comptes Marie MESSAGE, auditrice à la Cour des comptes Bertrand SAVOURÉ, Notaire, au nom du Conseil supérieur du Notariat

7 Sommaire INTRODUCTION 11 PREMIÈRE PARTIE LE PATRIMOINE DES MÉNAGES DEPUIS DIX ANS Chapitre I L''évolution du patrimoine des ménages I. Une progression du patrimoine des ménages plus forte que celle des revenus.. 19 II. Le renforcement du poids de l immobilier au cours de la période 30 III. Recomposition du patrimoine financier à l avantage de l assurance-vie. 35 IV. Une diversification limitée sauf pour les patrimoines les plus élevés. 38 Chapitre II Les disparités de patrimoine depuis 1997 I. Le patrimoine reste fortement concentré II. Une évolution contrastée des inégalités de patrimoine III. Deux autres éclairages sur l évolution des inégalités du patrimoine Chapitre III Les déterminants du patrimoine des ménages I. Le rôle finalement limité de l âge des revenus... II. Le poids des transmissions intergénérationnelles.. III. Le rôle des préférences individuelles DEUXIÈME PARTIE LES PRÉLÈVEMENTS ASSIS SUR LA DÉTENTION DU PATRIMOINE Chapitre I L impôt de solidarité sur la fortune I. Présentation générale.. 62 II. Analyse des impacts au regard des objectifs de la politique fiscale Chapitre II Les taxes foncières I. Présentation générale des taxes foncières... II. L évolution des taxes foncières entre 1997 et III. Analyse des impacts au regard des objectif de la politique fiscale

8 8 CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES TROISIÈME PARTIE LES PRELEVEMENTS ASSIS SUR LA TRANSMISSION DU PATRIMOINE Chapitre I Les droits de mutation à titre gratuit I. Présentation générale. 128 II. Analyse des impacts au regard des objectifs de la politique fiscale Chapitre II Les droits de mutation à titre onéreux I. Présentation générale.. II. Analyse des impacts au regard des objectifs de la politique fiscale QUATRIÈME PARTIE LES PRÉLÈVEMENTS ASSIS SUR LES REVENUS DU PATRIMOINE Chapitre I Présentation générale I. Estimation des revenus du patrimoine II. Les prélèvements obligatoires sur les revenus du patrimoine Chapitre II Analyse comparée des régimes fiscaux en vigueur à l étranger I. L imposition des intérêts 226 II. L imposition des dividendes III. L imposition des plus-values mobilières et immobilières IV. L imposition des revenus fonciers V. L imposition des produits d assurance-vie et des rentes viagères 234 Chapitre III Analyse des impacts au regard des objectifs de la politique fiscale I. Un rendement sous contraintes... II. La déductibilité partielle de la CSG.... III. Les effets du prélèvement forfaitaire libératoire.. IV. L efficacité et l équité des principales mesures d exonération ou d imposition réduite

9 LE PATRIMOINE DES MENAGES 9 CINQUIÈME PARTIE Une évaluation d'ensemble du système de prélèvements obligatoires du patrimoine des ménages Chapitre I Un niveau de prélèvements sur le patrimoine globalement plus élevé en France qu ailleurs Chapitre II Une augmentation sensible des prélèvements sur le patrimoine depuis 1997 I. Un montant global de prélèvements estimé à 65 milliards d euros en II. Des prélèvements en forte croissance depuis dix ans 258 Chapitre III Des prélèvements juxtaposés sans cohérence ni pilotage d ensemble I. Des prélèvements hétérogènes et juxtaposés II. Des prélèvements sur le patrimoine sans pilotage d'ensemble Chapitre IV Analyse des impacts des prélèvements sur le patrimoine I. Analyse transversale au regard des objectifs de la politique fiscale II. Les comportements engendrés par la complexité de la loi fiscale : définition et effets. 281 CONCLUSION Méthode pour une réforme de la fiscalité du patrimoine 289 ANNEXES 297

10

11 Introduction Pour la première fois depuis la transformation, en 2005, du conseil des impôts en conseil des prélèvements obligatoires (CPO), le président de la commission des finances de l Assemblée nationale a saisi ce dernier d une demande d étude, comme l article L du code des juridictions financières lui en donne désormais la possibilité. L objet de l étude Cette demande était définie dans les termes suivants : Retracer les évolutions sur une dizaine d années des montants et de la composition des patrimoines des ménages ; Recenser, sur la même période, les modifications législatives concernant la fiscalité du patrimoine et leurs effets sur les recettes fiscales, sur la part, dans l ensemble des prélèvements obligatoires, des prélèvements sur le patrimoine, ainsi que les effets financiers, économiques et sociaux, y compris les éventuelles réallocations d actifs ; Présenter une comparaison des règles fiscales applicables au patrimoine dans les principaux pays européens et aux Etats-Unis. Il n était pas explicitement demandé au conseil de soumettre des propositions de modifications législatives. Les travaux précédents Les derniers travaux complets sur la fiscalité du patrimoine remontent à environ dix ans 1, alors que de nombreuses évolutions législatives sont intervenues au cours de cette période. Depuis, il ne semble pas y avoir eu d étude globale sur la fiscalité du patrimoine des ménages. Pour autant, le Parlement intervient 1 Il faut citer le rapport d information de l Assemblée Nationale n 1065 (déposé le 16 juillet 1998) sur la fiscalité du patrimoine de M. Didier Migaud, alors rapporteur général du budget ; le 16 e rapport du conseil des impôts, en 1998, portait sur l imposition du patrimoine ; le 17 e rapport sur la fiscalité des revenus de l épargne.

12 12 CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES régulièrement sur cette question, en particulier à l occasion de la discussion des projets de loi de finances et, en 2007, de la loi dite TEPA 2. 2 Loi n du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat.

13 LE PATRIMOINE DES MENAGES 13 Le périmètre de l étude Comme pour les 16 ème et 17 ème rapports du conseil des impôts, il est proposé de retenir dans le champ de l étude l ensemble des biens physiques ou matériels qui donnent lieu à des transactions à l occasion desquelles se révèle leur valeur vénale. Il s agit donc de la composante économique transférable du patrimoine. L étude ne prend pas en compte les droits à la retraite. La détermination d un équivalent patrimonial des droits à la retraite devrait jouer, en théorie, un rôle non négligeable dans le niveau d épargne des ménages et son allocation entre actifs ; pour autant, le taux d épargne des ménages français est un des plus élevés de l OCDE 3. Les droits à la retraite correspondent à une forme de patrimoine spécifique, ni cessible ni transmissible, sans valeur vénale et donc difficile à valoriser par les ménages. Etant la contrepartie d engagements portés par des régimes obligatoires de retraite par répartition, ils ne résultent pas de décisions individuelles d épargne sur lesquelles la fiscalité du patrimoine pourrait avoir un impact. Le champ de l étude est le patrimoine directement détenu par les ménages (personnes physiques fiscalement domiciliées en France). Le patrimoine indirectement détenu par les ménages par exemple par le truchement de personnes morales telles que des sociétés civiles ne sera mentionné que pour autant que cette mention apportera quelque chose au développement principal. Le patrimoine des ménages a été pris en compte dans ses différentes composantes : patrimoine immobilier, patrimoine mobilier, mais aussi patrimoine professionnel. S agissant de ce dernier point toutefois, les développements resteront limités à quelques considérations ponctuelles, le sujet ayant été largement traité dans le rapport que le conseil des prélèvements obligatoires a consacré en mars 2008 à la fiscalité des indépendants. La question des revenus du patrimoine Pour répondre de manière cohérente à la demande, il convenait d étudier l ensemble des prélèvements sur le patrimoine, qu ils soient assis sur les biens détenus, sur les biens transmis ou sur les revenus récurrents produits par ces mêmes biens. 3 Le taux d épargne net est de 12,4% du revenu disponible des ménages en 2007, contre 10,8% en Allemagne, 7,9% en Italie, 0,6% aux Etats-Unis (OCDE).

14 14 CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES Si ce choix d un périmètre large n est pas sans risques (notamment celui de perdre en précision), il offre une vision aussi complète et transversale que possible des prélèvements sur le patrimoine des ménages. Il permet ainsi de prendre conscience du poids croissant des contributions sociales, encore marginal il y a dix ans. Les impôts mixtes Le conseil des prélèvements obligatoires a fait le choix de considérer comme une imposition du patrimoine certains impôts dont la nature peut être considérée comme mixte. Ainsi, les droits sur les mutations à titre onéreux présentent les caractéristiques d une imposition sur le patrimoine, mais aussi celle d un impôt sur les transactions. Toutefois, les précédents rapports du conseil des impôts sur l imposition du patrimoine les étudiaient, et il était donc difficile de ne pas le faire cette fois. A l inverse, les taxes foncières étaient exclues du champ de ces rapports. Elles avaient en revanche fait l objet d études approfondies et de qualité, quoique déjà assez anciennes, non pas au titre de la fiscalité du patrimoine, mais au titre de la fiscalité locale, notamment dans le rapport du conseil des impôts de Etant assises sur une valeur des propriétés immobilières, qui sont détenues en majeure partie par les ménages, il a semblé difficile de ne pas accorder aux taxes foncières une place dans un rapport sur la fiscalité du patrimoine. Les comparaisons internationales, qui prennent en compte dans plusieurs pays les impôts locaux sur la propriété immobilière, rendaient indispensable leur examen. 4 A la différence de la taxe professionnelle et de la taxe d habitation, les taxes foncières n ont fait l objet d aucune étude d envergure depuis cette date.

15 LE PATRIMOINE DES MENAGES 15 Une approche transversale et comparative Au total, le périmètre de cette étude sur la fiscalité du patrimoine est proche de celui retenu dans des rapports précédents, par exemple le rapport sur la fiscalité du patrimoine présenté en 1987 par la commission présidée par Maurice Aicardi 5. La présentation, dans un souci de clarté, par catégorie de prélèvement a été remise en perspective dans la synthèse qui figure en Cinquième partie du rapport. Elle est par ailleurs nourrie de nombreux éléments de comparaison internationale. Conformément à la demande, le présent rapport ne contient pas de proposition de modification législative, mais livre un diagnostic qui permettra au Parlement d engager un travail de réflexion et de proposition. Quels objectifs assigner à la fiscalité du patrimoine des ménages? La théorie économique assigne à la fiscalité plusieurs objectifs complémentaires : financer les services publics, assurer une couverture collective de certains risques, mettre en place une redistribution des ressources, rétablir les conditions d un fonctionnement optimal de l économie. Il est ainsi possible d évaluer les effets des prélèvements sur le patrimoine au regard de quatre critères principaux : leur rendement en termes de recettes fiscales ; l efficacité sur le plan économique ; l équité sociale ; la lisibilité et l acceptabilité pour les contribuables. Le rapport rappelle les nombreuses mesures législatives adoptées depuis dix ans dans le domaine de la fiscalité du patrimoine, et tente d en évaluer les effets lorsque les informations étaient disponibles. Avertissement Ce rapport s appuie sur des analyses qui couvrent les années 1997 à Les données disponibles au moment où il a été rédigé (d octobre 2008 à février 2009) ne permettaient pas d avoir une appréciation 5 Ce rapport incluait même la TVA immobilière. Compte tenu des logiques propres à la TVA, qui, s agissant de l immobilier, ne concerne qu un patrimoine en constitution, il est apparu préférable de ne pas l étudier ici

16 16 CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES suffisamment fine et complète de l année Le conseil des prélèvements obligatoires, conscient de ces limites, a toutefois décidé de respecter les échéances de remise du rapport sans ignorer pour autant les événements liés à la crise économique et financière. Plusieurs adaptations ont donc été apportées en cours de rédaction. En premier lieu, le conseil des prélèvements obligatoires a sollicité des administrations concernées une mobilisation toute particulière pour fournir, lorsque c était possible, des données 2008 pouvant être considérées comme définitives. C est le cas en particulier pour les données relatives à l impôt de solidarité sur la fortune. Par ailleurs, les analyses historiques ont cherché à replacer les constatations dans une perspective plus longue que la période , exceptionnelle du point de vue de la valorisation des patrimoines. Enfin, les constatations, lorsque cela était nécessaire et possible, ont été adaptées pour tenir compte des effets probables de la crise économique et financière dont, en février 2009, ni l ampleur, ni les développements ne sont encore parfaitement cernés.

17

18 PREMIÈRE PARTIE LE PATRIMOINE DES MÉNAGES DEPUIS DIX ANS

19 LE PATRIMOINE DES MENAGES 19 Le patrimoine économique d un ménage est le résultat d un processus d accumulation qui peut porter sur une ou plusieurs générations, suivant des objectifs variés : protection contre des fluctuations non anticipées des revenus, de santé ou de longévité, constitution d une épargne préalable à un investissement professionnel ou immobilier, épargne en vue de la retraite, volonté de léguer à ses descendants, amélioration du niveau de vie. Du point de vue macroéconomique, le service que rend l épargne financière des ménages est de participer au financement de l économie. Son orientation vers le financement d investissements productifs, essentiel pour la croissance à long terme, passe par le système bancaire et, de plus en plus, par les marchés financiers et de nombreux intermédiaires institutionnels. La décennie a été marquée par des changements profonds de l environnement démographique, économique et financier des ménages, avec des conséquences sur les comportements d épargne. Il faut citer en premier lieu l arrivée à l âge de la retraite de la génération du «baby-boom» et l accroissement de la longévité. Du point de vue économique, ces dix années ont été marquées par une inflation basse et stable favorable à l épargne, et par un assouplissement prolongé des conditions de crédit favorable à l endettement profitant principalement à l investissement immobilier. Les marchés immobiliers ont vécu un cycle complet d expansion, forte et continue de 1997 jusqu à 2007, tandis que les bourses mondiales ont connu d amples fluctuations : forte hausse jusqu en 2000, retournement jusqu en 2003, puis nouvelle période de hausse jusqu à la crise financière actuelle amorcée à l été Enfin, la poursuite de la libéralisation financière a conduit à favoriser le financement des entreprises par les marchés de capitaux plutôt que par endettement et s est accompagnée d un développement de l offre d intermédiation financière aux ménages. S appuyant sur des données provenant des comptes nationaux, d enquêtes auprès des ménages ou encore de sources fiscales, les développements qui suivent retracent les évolutions constatées sur la décennie Compte tenu de la décrue récente des prix réels des actifs patrimoniaux, la période d analyse couvre, chaque fois que cela a été possible, une période large de vingt années (1987 à 2007).

20 Chapitre I L'évolution du patrimoine des ménages I - Une progression du patrimoine des ménages plus forte que celle des revenus A - Le patrimoine net a fortement progressé au cours de la dernière décennie En 1997, la richesse nette des ménages 6 s élevait à un peu plus de milliards en euros courants, soit environ euros par ménage. Fin 2007, elle s élevait à près de milliards d euros, soit plus de euros par ménage. Ainsi, entre 1997 et 2007, la valeur réelle (en tenant compte de l inflation) du patrimoine net a crû en moyenne de 7,6% par an (Graphique 1), contre 2,3% par an seulement entre 1987 et La période étudiée dans ce rapport correspond donc à une phase d augmentation exceptionnelle de la valeur du patrimoine des ménages. Le rapport entre le patrimoine net et le revenu disponible brut des ménages, qui était resté stable sur la période , a fortement progressé après 1999 pour atteindre, fin 2007, plus de sept années et demie de revenu disponible (Graphique 2a) ; la progression du patrimoine 6 Mesurée par les comptes nationaux comme la somme des actifs fixes (immobiliers, fonciers, machines, équipements, stocks et plus généralement les actifs possédés à titre professionnel) et des actifs financiers nets du passif des ménages.

21 LE PATRIMOINE DES MENAGES 21 net a été globalement plus forte en France que dans les autres pays de l OCDE.

22 22 CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES Graphique n 1 : Patrimoine net et passif des ménages depuis 1987 Actif net et passif (Md ) chute des marchés immobiliers bulle sur valeurs technologiques prix immobiliers en forte croissance Richesse nette (Md ) en euros courant Richesse nette (Md ) en euros de 2007 Passif (Md ) en euros de Passif (Md ) en euros courants Source : Insee, comptes nationaux Si elle provient en partie des flux d épargne nouvelle, le taux d épargne brut étant relativement stable depuis une dizaine d années autour de 15% des revenus 7, cette croissance exceptionnelle de la richesse nette des ménages s explique d abord par l évolution des prix réels de l immobilier. L atonie de la croissance du patrimoine net entre 1987 et 1997 était liée à l effondrement du marché immobilier à partir de 1991, tandis que la décennie suivante recouvre à peu de choses près une phase complète de croissance des prix de l immobilier, phase qui s est poursuivie jusqu au très récent ralentissement constaté en Parallèlement, les ménages ont été plus nombreux à recourir au crédit, et pour des montants plus élevés 8. L évolution des prix de l immobilier a fortement pesé sur la dette totale des ménages. En juillet 2008, près de 75% des encours de crédits aux ménages concernent des crédits à l habitat (source : Banque de France), dont la majeure partie consacrée à l acquisition de la résidence principale. Les ménages ont pu continuer à acquérir leur logement en bénéficiant de la faiblesse des taux d intérêt tout en acceptant d allonger, pour rester solvables, la durée moyenne de leurs emprunts 9. 7 Boissinot et Friez (2006). 8 Houdré (2007). 9 Cette durée a augmenté de plus de 3 ans et demi entre 2000 et 2004.

23 LE PATRIMOINE DES MENAGES 23 Graphique n 2 : Patrimoine net et passif rapporté au revenu disponible brut depuis 1997 (En %) 1200,0 1000,0 800,0 600,0 400,0 200,0 0,0 2a. Evolution du patrimoine net en % du revenu disponible (En %) 180,0 160,0 140,0 120,0 100,0 80,0 60,0 40,0 20,0 0, b. Evolution du passif en % du revenu disponible France Allemagne Italie Royaume-Uni États-Unis Source : OCDE, dont pour la France, Comptes nationaux Pour autant, cette évolution ne semble pas s être accompagnée en France d une fragilisation excessive de la situation financière des ménages 10. A l inverse des Etats-Unis, de la Suède, du Japon, voire du Royaume-Uni, le rapport entre l endettement et la richesse nette des ménages a plutôt diminué en France depuis , et les ménages français apparaissent moins vulnérables que certains de leurs voisins 10 Au niveau individuel, le poids de l endettement, mesuré une année donnée par le rapport entre les charges de remboursement et les revenus disponibles annuels (le taux d effort), n a que peu évolué entre 1992 et 2004 (Houdré ). Ces deux années étaient cependant proches en termes de prix de l immobilier et cette mesure ne prend pas en compte le poids supplémentaire lié à l allongement de la durée des emprunts. 11 Girouard et al. (2006).

24 24 CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES européens 12. Le retournement actuel des prix de l immobilier invite toutefois à la prudence, de même que l évolution incertaine des taux d intérêt, même si la diffusion des crédits à taux variables reste en France très limitée pour les crédits aux ménages et à l habitat. Graphiques n 2bis : Patrimoine net et passif rapporté au revenu disponible brut en France depuis bis.a. Evolution du patrimoine net et du passif en % du revenu disponible depuis % 700% 600% 500% 400% 300% 200% 100% 0% Ratio Passif / RDB Ratio Richesse nette / RDB 2bis.b. Evolution du passif en % du revenu disponible depuis 1987 Richesse nette et passif rapporté au RDB 1 0,8 0,6 0,4 0, Ratio Passif / RDB Source : Insee, Comptes de patrimoine, Banque de France et Comptes financiers 12 Il est vrai que le recours ou l accès au crédit à l habitat sont marquées par des restrictions assez fortes liées aux revenus.

25 LE PATRIMOINE DES MENAGES 25 B - Un patrimoine constitué en majorité d actifs non financiers La composante non financière du patrimoine net représente environ deux tiers du patrimoine net des ménages en moyenne sur les deux décennies Descendue à 60% du patrimoine net total vers 1999, suite à la forte baisse des prix de l immobilier jusqu en 1995 puis au mouvement haussier des marchés boursiers jusqu en 2000, elle a augmenté de plus de 10 points de pourcentage depuis 1997 pour retrouver et même dépasser son niveau de 1987 (Graphique 3). Par convention, en comptabilité nationale, le passif des ménages est considéré comme du passif financier, qui vient donc en déduction des actifs financiers pour calculer le patrimoine net, bien que ce passif soit constitué pour l essentiel de crédits à l habitat. L augmentation très forte de la part du patrimoine non financier entre 1997 et 2007 est donc plus accentuée pour le patrimoine net que pour le patrimoine brut. En raisonnant sur le patrimoine brut, la part du patrimoine non financier serait de 55% en 1997 et de 63% en Graphique n 3 : Part du patrimoine non financier dans le patrimoine net total depuis 1987 En % Source : Insee, Banque de France et Comptes du patrimoine Ce patrimoine non financier correspond pour l essentiel à des logements et des terrains détenus à titre privé, mais également, pour une part beaucoup plus faible, à des actifs physiques détenus par les ménages au titre de leur activité professionnelle. Les comptes nationaux ne font pas la distinction entre le patrimoine «privé», détenu à titre privé et en dehors de toute activité professionnelle, et le patrimoine «professionnel», détenu au titre d une activité professionnelle. Il est

26 26 CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES toutefois possible de séparer ces deux formes de patrimoine en s appuyant sur les enquêtes auprès des ménages. En structurant ainsi le patrimoine en trois grandes composantes : patrimoine immobilier et foncier détenu à titre privé, patrimoine non financier détenu à titre professionnel et patrimoine financier détenu, lui entièrement à titre privé, il apparaît qu en 2003, le patrimoine professionnel représentait environ 15% du patrimoine brut total, l immobilier près de la moitié et l épargne financière près d un tiers 13. Le patrimoine professionnel est essentiellement détenu par des ménages d indépendants. L accroissement entre 1997 et 2007 de la part non financière dans le patrimoine net s observe dans la plupart des voisins européens de la France ainsi qu aux Etats-Unis. Graphique n 3 bis : Part du patrimoine non financier dans le patrimoine net total des ménages pour quelques pays de l OCDE En % France Allemagne Italie Royaume-Uni États-Unis Source : OCDE, Perspectives économiques 2008 La France se distingue par une composante non financière sensiblement supérieure à celle observée ailleurs. Il est vraisemblable qu en ajoutant au patrimoine analysé ici un équivalent patrimonial des droits à la retraite, la composante non financière du patrimoine retrouverait une dimension comparable à celle des pays anglo-saxons. Le calcul d un tel équivalent repose cependant sur un grand nombre d hypothèses et dépasse le cadre de ce rapport Girardot et Marionnet (2007). 14 Un chiffrage de l Insee pour l année 2005 donnait un chiffre de plus de trois PIB, soit environ 5500 milliards d euros courants (Blanchet et al. (2006)). Si on compare ce chiffre au 9400 milliards d euros de patrimoine net mesuré par les Comptes Nationaux fin 2007, la part du patrimoine financier dans un patrimoine ainsi élargi

27 LE PATRIMOINE DES MENAGES 27 C - Des actifs financiers constitués principalement de dépôts et d assurance-vie Les deux faits marquants de l évolution de la structure du patrimoine financier depuis vingt ans sont, d une part, la progression constante de l assurance-vie, d autre part, la régression parallèle des dépôts. L évolution observée sur la décennie s inscrit très clairement dans la continuité de la décennie précédente. La structure du patrimoine financier se caractérise depuis 1997 par : la part très importante, quoiqu en régression, des dépôts, des placements et de l épargne contractuelle, entre 35 et 40% du total entre 1997 et 2007 ; la part également très importante et en forte progression investie en contrats d assurance-vie, autour de 30% en moyenne sur la période ; enfin, le faible contenu de l épargne en actions cotées détenues directement par les ménages, compensé toutefois par une part significative (de l ordre de 12%) investie auprès d organismes de placements collectifs. Graphique n 4 : Structure du patrimoine financier des ménages français depuis % 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Droits nets de ménages en assurance-vie Titres d'opcvm Actions non cotées et autres participations Actions cotées Autres prêts à long-terme Obligations Dépôts, placements (à vue et à échéances) et épargne contractuelle Source : Insee-Banque de France, Comptes de patrimoine et Comptes financiers. Note : Le patrimoine financier inclut ici uniquement les actifs qui sont également recensés dans les enquêtes Patrimoine de l Insee. augmente très substantiellement. Finalement, en intégrant les droits à la retraite, la structure financière / non financière du patrimoine des ménages français se rapprocherait de celle des pays anglo-saxons.

28 28 CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES L évolution de la structure des encours reflète celle des taux de détention (Graphique 5). Sur la période , la composition de l épargne financière des ménages en détention est marquée par : une détention très large et stable des réglementée 15 ; livrets d épargne un développement de l épargne logement entre 1986 et 1997 et une relative stabilité depuis 1997 ; une diffusion des produits d épargne longue en vue de la retraite, et notamment de l assurance-vie ; une légère progression de la détention de valeurs mobilières portée notamment par le développement du plan d épargne en actions (PEA) ; le déploiement de l épargne en entreprise depuis 1996 qui reste, malgré les aménagements apportés par la loi portant réforme des retraites du 21 août 2003 créant le plan d épargne pour la retraite collectif (Perco), relativement concentré sur certains secteurs d activité et certaines catégories de salariés 16 ; Graphique n 5 : Taux de détention par grands types d actifs patrimoniaux depuis 1986 en % 90,0 80,0 70,0 60,0 50,0 40,0 30,0 20,0 10,0 0, Source : Cordier et Rougerie (2005) Livrets d'épargne Immobilier Résidence principale Epargne longue pour préparer la retraite Epargne logement Valeurs mobilières Epargne salariale 15 Livrets A ou Bleu, livrets d épargne populaire, livrets jeune, ex-codevi devenus livrets de développement durable. 16 Les entreprises du secteur financier et les entreprises de production et de distribution de gaz et électricité distribuent plus souvent de l épargne salariale à leurs salariés. Par ailleurs, cette forme d épargne concerne d abord les salariés ayant un minimum d ancienneté, les cadres et plus généralement les salariés à hautes qualifications et les hauts salaires.

CONSEIL DES PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES LE PATRIMOINE DES MÉNAGES

CONSEIL DES PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES LE PATRIMOINE DES MÉNAGES CONSEIL DES PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES LE PATRIMOINE DES MÉNAGES mars 2009 Le Conseil des prélèvements obligatoires est chargé d'apprécier l'évolution et l'impact économique, social et budgétaire de l'ensemble

Plus en détail

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003.

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003. Pauline GIRARDOT Responsable de l enquête à l INSEE Attachée de l INSEE Diplômée de l ENSAI Denis MARIONNET Adjoint de direction à la Banque de France Magistère d Economie et Finance Internationales (Université

Plus en détail

La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003

La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003 La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003 Pauline Girardot, Denis Marionnet* Au cours de la période 1997-2003, les ménages ont vu leur patrimoine globalement s accroître, principalement

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la, l encours des capitaux placés en plans d

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

Didier Davydoff 19 avril 2012

Didier Davydoff 19 avril 2012 Didier Davydoff 19 avril 2012 60 50 49 51 55 40 33 30 20 20 2009 2010 2011 10 8 0 Collecte nette de l'assurance vie Collecte nette de l'épargne bancaire 2 3 4 5 6 7 Où va la fuite de cotisations d assurance

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Généralités sur l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur l immobilier Statistiques de l immobilier L immobilier

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable.

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable. SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 5. Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global. Durée : 4 heures.

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 5. Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global. Durée : 4 heures. Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

LES DETENTIONS INDIRECTES

LES DETENTIONS INDIRECTES LES DETENTIONS INDIRECTES Actualisée le : 27 avril 2011 LES SCPI Concept du produit Les SCPI offrent aux épargnants la possibilité d acquérir des parts d une société qui acquière et gère elle-même des

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

La dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques

La dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques Note Méthodologique Dernière mise à jour : le 26/03/2015 La dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques La dette trimestrielle couvre, comme la dette annuelle, l ensemble des administrations

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 400108

DÉPENSE FISCALE N 400108 DÉPENSE FISCALE N 400108 Exonération partielle d ISF des bois et forêts et des parts d intérêts détenues dans un groupement forestier, des biens ruraux loués par un bail à long terme et des parts de GFA

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital La solution pour optimiser votre épargne Vous souhaitez faire fructifier votre capital, préparer votre

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

La situation économique que connaît la jeunesse en France n a rien de comparable

La situation économique que connaît la jeunesse en France n a rien de comparable Des générations déshéritées Mickaël Mangot Économiste Face au constat d une dégradation continue de leur sort depuis quarante ans, les jeunes générations auraient-elles des raisons légitimes d être rancunières

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Les prélèvements fiscaux et sociaux : l exception française

Les prélèvements fiscaux et sociaux : l exception française Les prélèvements fiscaux et sociaux : l exception française Enquête comparative sur le coût des prélèvements fiscaux et sociaux Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Méthodologie Enquête comparative

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Décembre 2008 Synthèse Cette étude souligne les effets positifs de l investissement

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Études. Les PEA bancaires huit ans après

Études. Les PEA bancaires huit ans après Institué pour susciter, grâce à des incitations fiscales, le développement d une épargne des ménages durablement investie en actions, le plan d épargne en actions (PEA) bancaire a trouvé sa place face

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement LA SOLUTION POUR ÉPARGNER SIMPLEMENT Vous souhaitez vous construire progressivement un patrimoine, transmettre votre

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Résumé L assurance-vie est une composante essentielle du patrimoine financier des ménages. Les encours d assurance-vie atteignaient 1 391 milliards

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine des ménages retraités

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine des ménages retraités CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

L assurance vie en 2010. FFSA, INSEE Première n 1361, juillet 2011

L assurance vie en 2010. FFSA, INSEE Première n 1361, juillet 2011 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 7 Document de travail, n engage pas le Conseil L assurance

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

AFCA MAE Comment préparer sa retraite? Quelle épargne possible dans nos vies de mobilité? 13 mars 2014

AFCA MAE Comment préparer sa retraite? Quelle épargne possible dans nos vies de mobilité? 13 mars 2014 AFCA MAE Comment préparer sa retraite? Quelle épargne possible dans nos vies de mobilité? 13 mars 2014 Sommaire Page 4 Qu est-ce que la retraite par capitalisation? Page 9 Page 12 Page 15 Page 17 Page

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail