Cryptage physique de données optiques de seconde génération

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cryptage physique de données optiques de seconde génération"

Transcription

1 Cryptage physique de données optiques de seconde génération M. Nourine, Y. K. Chembo, M. Peil & L. Larger Groupe Optoélectronique, Département d Optique P.M. Duffieux, Institut FEMTO-ST, UMR CNRS 6174 Université de Franche-Comté, Besançon, France

2 Outline Introduction Principe de la sécurisation de l information par chaos Objectifs Générateur de chaos à modulateur QPSK Fonction non linéaire Mise en équations de l émetteur Étude de l émetteur : résultats numériques et expérimentaux Système à 1 boucle de rétroaction Système à 2 boucle de rétroaction Système de cryptographie complet Conditions de synchronisation Conclusion

3 Principe de la cryptographie physique par chaos

4 Principe de la cryptographie physique par chaos

5 Principe de la cryptographie physique par chaos Le générateur de chaos est la partie la plus importante du système.

6 Objectifs principaux : Production de signaux chaotiques d une grande complexité ; Transmission de données optiques sécurisée par chaos en temps réel à haut débit ; Augmentation de la taille de la clé cryptographique ;... Définition : La clé cryptographique nombre de paramètres physiques du système générateur du chaos. Solution proposée : Oscillateur chaotique non linéaire à retard(s) Caractéristiques : Chaos déterministe ; Spectre large ; Évolution temporelle d apparence erratique (bruit) ; Dimension d espace infinie ;...

7 Objectifs principaux : Production de signaux chaotiques d une grande complexité ; Transmission de données optiques sécurisée par chaos en temps réel à haut débit ; Augmentation de la taille de la clé cryptographique ;... Définition : La clé cryptographique nombre de paramètres physiques du système générateur du chaos. Solution proposée : Oscillateur chaotique non linéaire à retard(s) Caractéristiques : Chaos déterministe ; Spectre large ; Évolution temporelle d apparence erratique (bruit) ; Dimension d espace infinie ;...

8 Intro Générateur de chaos Étude de l émetteur Sys. de crypto. complet Conclusion Générateur de chaos à modulateur QPSK Ampli. RF Filtre Photodiode Fibre optique Ga Ta Modulateur QPSK Première boucle Message Coupleur optique (2 2) connecteur Diode Laser Deuxième boucle Coupleur optique (1 2) Tb Gb Ampli. RF Vers le canal de transmission Filtre Photodiode Fibre optique = Générateur de chaos opto électronique à double retard en modulation d intensité optique.

9 Le modulateur QPSK : Fonction non linéaire du système Différentes coupes de modulateur QPSK :

10 Modélisation : Fonction non linéaire du système E (t) in P - 2 e j t 0 - P0 e j t P - 2 e j t (t) - P (1+ e j 1 e j t 0 0 ( t) 2 ) 2 - E (t) out - 2 e j t 0 - P0 - P - 2 e j t 0 0 (t) - P0 -- e 2 2 j t j 0 2 ( t (1+ ) ) e - Déphasages statiques (électrodes DC) : - Déphasages dynamiques (électrodes RF) : φ m = π V DCm V πdcm ; (m = 1, 2, 3); ϕ 1,2 (t) = π v a,b(t) V πrf1,2 + φ 1,2 ; Le champ électrique E out(t) en sortie du modulateur QPSK : E out(t) = P0 Intensité optique I out(t) en sortie du modulateur QPSK : 4 [ 1 + exp ( jϕ 1 (t) ) [ exp ( jϕ 2 (t) )] ] exp (jφ 3 ) exp (jω 0 t) I out(t) = E out(t) 2 = f NL [v a, v b ](t)

11 Expression analytique de la fonction non linéaire : La non linéarité 2D f NL [v a, v b ](t) = P { 0 cos(ψ 3 ) [cos(ψ 3 ) + 2 cos ( ) ( ) ] ψ 1 + ψ 2 cos ψ2 + ψ 3 ψ 1 + cos 2( ) } ψ 2 + ψ 3 ψ 1 4 avec : ψ 1 = ϕ 1 (t) 2 ; ψ 2 = ϕ 2 (t) ; ψ 2 3 = φ 3 2 Vue en 3D Vue de dessus = Fonction non linéaire bidimensionnelle.

12 Influence des tensions appliquées sur les électrodes DC Action sur l électrode : (DC1, DC2, DC3) Translation horizontale de la cannelure [ v a, v b ] NL (rad) 2 (rad) 1

13 Influence des tensions appliquées sur les électrodes DC Action sur l électrode : (DC1, DC2, DC3) Translation verticale de la cannelure [ v a, v b ] NL (rad) 2 (rad) 1

14 Influence des tensions appliquées sur les électrodes DC Action sur l électrode : (DC1, DC2, DC3) Agit sur l amplitude de la non linéarité [ v a, v b ] NL (rad) 2 (rad) 1

15 Mesure expérimentale de la non linéarité Signal: v ( 1 MHz 1 RF1 DC1 P s ( t) v 1( t) Entrée optique MZ 1 Puissance optique P s ( t) MZ 2 Signal: v ( 10 khz 2 RF2 DC2 DC3 v ( t) 2

16 Mesure expérimentale de la non linéarité Signal: v ( 1 MHz 1 RF1 DC1 P s ( t) v 1( t) Entrée optique MZ 1 Puissance optique P s ( t) MZ 2 Signal: v ( 10 khz 2 RF2 DC2 DC3 v ( t) 2 zoom P s ( t) v 1( t) v ( t) 2

17 Mesure expérimentale de la non linéarité Signal: v ( 1 MHz 1 RF1 DC1 P s ( t) v 1( t) Entrée optique MZ 1 Puissance optique P s ( t) MZ 2 Signal: v ( 10 khz 2 RF2 DC2 DC3 v ( t) 2 Non linéarité 2D: Expérimentale Vue en 3D zoom P s ( t) v 1( t) P (mw) s v ( t) 2 V (V) 2 V (V) 1

18 Mesure expérimentale de la non linéarité Signal: v ( 1 MHz 1 RF1 DC1 P s ( t) v 1( t) Entrée optique MZ 1 Puissance optique P s ( t) MZ 2 Signal: v ( 10 khz 2 RF2 DC2 DC3 v ( t) 2 Non linéarité 2D: Expérimentale Simulation Vue de dessus V (V) 2 P (mw) s V (V) 2 V (V) 1 V (V) 1

19 Mise en équations de l oscillateur émetteur Ampli. RF Filtre G a x (t) 1a 2a Modulateur a QPSK P RF1 0 0 A connecteur Diode Laser 0 RF2 B x (t) b 1b 2b G b Ampli. RF Filtre Photodiode Sa S b Ta Coupleur optique (2 2) Message 0 Coupleur optique (1 2) Photodiode Fibre optique Tb Fibre optique Vers le canal de transmission Gains globaux de rétroaction : β a = π P 0.γ 0.α 0.αa.Sa.Ga 2.V πrf1 β b = π P 0.γ 0.α 0.S b.g b 2.V πrf2 Modélisation : x a(t) + [τ 1a + τ 2a ] dxa d (t) + τ dt 1a τ 2 [ ] xa 2a dt 2 (t) = βa τ 2a ddt f NL [x a, x b ](t T a) x b (t) + [τ 1b + τ 2b ] dx b d (t) + τ dt 1b τ 2 [ ] x b 2b dt 2 (t) = β b τ 2b ddt f NL [x a, x b ](t T b ) = Système de 2 EDRs du 2 ieme ordre. = Méthode de résolution numérique : Prédicteur-Correcteur.

20 Première architecture : Système à une seule boucle de rétroaction (Générateur de chaos de 1 ière génération)

21 Première architecture : Système à une seule boucle de rétroaction Ampli. RF Filtre G a x (t) 1a 2a Modulateur a QPSK P RF1 0 0 A connecteur Diode Laser 0 RF2 B x (t) b 1b 2b G b Ampli. RF Filtre Photodiode Sa S b Ta Coupleur optique (2 2) 0 Coupleur optique (1 2) Photodiode Fibre optique Tb Fibre optique Vers le canal de transmission OUVERTE Conditions de fonctionnement : 1. La boucle (B) est ouverte β b = 0 ; 2. La non linéarité est ramenée à celle d un modulateur MZ simple, c est-à-dire : =0 f NL [v a, v b ](t) = P { {}}{ [ 0 cos( ψ 3 ) cos(ψ 3 ) + 2 cos ( ) ( ) ] ψ 1 + ψ 2 cos ψ2 + ψ 3 ψ 1 + cos 2( ) } ψ 2 + ψ 3 ψ 1 4 } {{ } ψ 1 =ψ 2 = P 0 cos 2 (ψ 1 ),

22 Première architecture : Système à une seule boucle de rétroaction Diagramme de bifurcation Diagramme entropique (Chaos déterministe saturation d entropie) Entropie statistique : N H 1 Ω a = P k log 2 P k, k=0 P k : est la densité de probabilité à l intervalle k, N H : est le nombre de segments utilisés pour le calcul de P, 0 Ω a log 2 (N H ) = log 2 (250) = 7, 9658

23 Intro Générateur de chaos Étude de l émetteur Sys. de crypto. complet Dispositif expérimental de traçage des diagrammes de bifurcation : PC interface LabVIEW APC/APC RF2 Oscilloscope CSA 8000 a a Miteq DR-125G-A Câble GPIB Atténuateur optique variable (HA9) Miteq DR -125G-A Coupleur optique 50/50 Connecteur Diode Laser EM YYY Câble GPIB Tektronix CSA Interface USB/GPIB Agilent 82357A Ampli SHF 2100CPS RF1 0scilloscope Tektronix CSA 8000 Miteq Atténuateur optique DR-125G-A variable (HA11) Contrôleur en courant du laser (LDC 210) Contrôleur de température (TED 200) Interface LabVIEW Coupleur optique 50/50 Ampli SHF 100CP Dispositif expérimental de relevé des traces temporelles et spectrales : Oscilloscope LeCroy Analyseur de spectre RF Générateurs d'alimentation continue Atténuateur optique variable (HA9) Atténuateur optique variable (HA11) Conclusion

24 Diagramme de bifurcation Séries temporelles La statistique Le spectre Densité de proba. du signal détecté Expérimental Signal détecté (V) Densité de proba. nor. Densité de proba. nor. Variable dynamique (V) (V) Puissance (dbm) x: /2Ta y: Fréquence (MHz) Densité de proba. nor. Densité de proba. nor. Variable dynamique (V) (V) Puissance (dbm) Fréquence (GHz) Temps (ns)

25 a Diagramme de bifurcation Séries temporelles La statistique Le spectre Densité de proba. du signal détecté Densité de probabilité de x (t) Expérimental Signal détecté (V) Densité de proba. nor. Densité de proba. nor. Variable dynamique (V) (V) Densité de proba. nor. Densité de proba. nor. Variable dynamique (V) (V) Puissance (dbm) Puissance (dbm) x: /2Ta y: Fréquence (MHz) Fréquence (GHz) Simulation Temps (ns)

26 Deuxième architecture : Système à double boucle de rétroaction (Générateur de chaos de 2 ième génération)

27 Deuxième architecture : Système à double boucle de rétroaction BP: 50 khz - 13 GHz x a(t) P 0 0 Diode Laser Modulateur QPSK RF1 RF2 G a 0 G b 1a 2a f NL[v a, v b](t) 1b 2b Sa A B S b 0 Ta Tb S Dispositif de mesure 1NL 2NL NL BP: 30 khz - 13 GHz v (t) NL x (t) b BP: 30 khz - 13 GHz Modélisation : x NL (t) + [τ 1NL + τ 2NL ] dx NL dt (t) + τ 1NL τ 2NL d 2 x NL dt 2 (t) = β NL τ 2NL d dt [ ] f NL [x a, x b ](t) = Dynamique de filtrage passe-bande du 2 ieme ordre.

28 Diagramme de bifurcation Séries temporelles Les spectres Densité de proba. du signal détecté b Expérimental Signal détecté (V) Signal détecté (V) Signal détecté (V) Puissance (dbm) Puissance (dbm) Puissance (dbm) x: 0.55 y: Fréquence (GHz) 1/2(T - T ) a b Densité de proba. nor. Variable dynamique (V) Signal détecté (V) Puissance (dbm) Temps (ns) Fréquence (GHz)

29 Diagramme de bifurcation Séries temporelles Les spectres Densité de proba. du signal détecté b Expérimental Signal détecté (V) Signal détecté (V) Puissance (dbm) Puissance (dbm) Signal détecté (V) Puissance (dbm) Temps (ns) Fréquence (GHz)

30 Diagramme de bifurcation Séries temporelles Les spectres Densité de proba. du signal détecté Densité de probabilité de x (t) NL b Expérimental b Signal détecté (V) Signal détecté (V) Signal détecté (V) Puissance (dbm) Puissance (dbm) Puissance (dbm) Simulation Temps (ns) Fréquence (GHz)

31 Système de cryptographie complet : Émetteur & Récepteur

32 1 ère architecture : Émetteur & Récepteur en boucle fermée EMETTEUR Modulateur QPSK P RF1 0 0 A Ga x (t) a 1a 2a Sa Message: m(t) Ta Diode Laser connecteur RF2 B Gb v,v ](t) NL a b x (t) b 1b 2b Sb 0 Tb Canal de transmission RECEPTEUR P 0 0 Modulateur QPSK RF1 A 1a 2a G a x a(t) Sa T a Coupleur optique variable (2/1) C CO:1/2 (50/50) Signal de référence S1 K 1 Message Soustracteur décodé s(t) Diode Laser connecteur RF2 B G b v,v ](t) NL a b x (t) b 1b 2b Sb 0 T b a S2 K 2 Signal du chaos répliqué Transmission unidirectionnelle

33 Mise en équation du système cryptographique EMETTEUR Taux de masquage Message Canal de transmission RECEPTEUR P 0 0 Modulateur QPSK RF1 A 1a 2a G a x a(t) Sa T a Coupleur optique variable (2/1) C CO:1/2 (50/50) Signal de référence S1 K 1 Message Soustracteur décodé s(t) Diode Laser connecteur RF2 B G b v,v ](t) NL a b x (t) b 1b 2b Sb 0 T b a S2 K 2 Signal du chaos répliqué Transmission unidirectionnelle

34 Mise en équation du système cryptographique EMETTEUR Taux de masquage Message Canal de transmission RECEPTEUR Coefficient de couplage CO:1/2 (50/50) S1 Signal de référence K 1 Soustracteur Message décodé s(t) S2 K 2 Signal du chaos répliqué Transmission unidirectionnelle

35 Mise en équation du système cryptographique EMETTEUR Taux de masquage Message Canal de transmission RECEPTEUR Coefficient de couplage CO:1/2 (50/50) S1 Signal de référence K 1 Soustracteur Message décodé s(t) S2 K 2 Signal du chaos répliqué x (t) réf x (t) rép

36 Condition de synchronisation émetteur-récepteur (x réf x rép ) 2 Erreur de synchronisation : ɛ(c) = 100 < x 2 réf > (%) Évolution de l erreur de synchronisation en fonction du taux de couplage entre l émetteur et le récepteur Décryptage d un message binaire codé NRZ à un débit de 3,33 Gbit/s = 10; a m (t) Message ( ) s (t) Décryptage CI identiques s (t) Décryptage CI différentes C Temps (ns) (C = 0.9; β a = 10; β b = 0.5; α = 1.6 %) = Le couplage total (C = 1) est privilégié : Récepteur en boucle ouverte.

37 Condition de synchronisation émetteur-récepteur (x réf x rép ) 2 Erreur de synchronisation : ɛ(c) = 100 < x 2 réf > (%) Évolution de l erreur de synchronisation en fonction du taux de couplage entre l émetteur et le récepteur Décryptage d un message binaire codé NRZ à un débit de 3,33 Gbit/s = 10; a m (t) Message ( ) s (t) Décryptage CI identiques s (t) Décryptage CI différentes C Temps (ns) (C = 0.9; β a = 10; β b = 0.5; α = 1.6 %) = Le couplage total (C = 1) est privilégié : Récepteur en boucle ouverte.

38 2 ème architecture : Émetteur & Récepteur en boucle ouverte (C = 1) EMETTEUR P 0 0 Modulateur QPSK RF1 A Ga x (t) a 1a 2a Sa Message: m(t) Ta Diode Laser connecteur RF2 B Gb x (t) b 1b 2b Sb 0 Tb Canal de transmission RECEPTEUR P 0 0 Modulateur QPSK RF1 A 1a 2a G a x a(t) Sa T a CO:1/2 (50/50) S1 K 1 Soustracteur Signal de référence Message décodé s(t) Diode Laser connecteur RF2 B G b x (t) b 1b 2b Sb 0 T b S2 K 2 Signal du chaos répliqué

39 Condition de synchronisation émetteur-récepteur Évolution de l erreur de synchronisation en fonction du gain β b de la seconde boucle de rétroaction Décryptage d un message binaire codé NRZ à un débit de 3,33 Gbit/s = 10; a Couplage total ( C =1) m (t) Message ( ) CI différentes + Désaccords de 1% ( ) des paramètres * s (t) Décryptage = 3 % CI différentes s (t) Décryptage = 15 % b Temps (ns) ( ) Les paramètres sont les gains globaux du système (C = 1; βa = 10; β b = 2.2; ± 1% de ( ) ; CI ) et les fréquences de coupure des filtres. = Un gain global modéré de la seconde boucle est privilégié (β b < 3).

40 Condition de synchronisation émetteur-récepteur Évolution de l erreur de synchronisation en fonction du gain β b de la seconde boucle de rétroaction Décryptage d un message binaire codé NRZ à un débit de 3,33 Gbit/s = 10; a Couplage total ( C =1) m (t) Message ( ) CI différentes + Désaccords de 1% ( ) des paramètres * s (t) Décryptage = 3 % CI différentes s (t) Décryptage = 15 % b Temps (ns) ( ) Les paramètres sont les gains globaux du système (C = 1; βa = 10; β b = 2.2; ± 1% de ( ) ; CI ) et les fréquences de coupure des filtres. = Un gain global modéré de la seconde boucle est privilégié (β b < 3).

41 Conclusions Un générateur opto-électronique de chaos à modulateur QPSK, original par son architecture et robuste par le nombre de paramètres physiques de sa clé cryptographique, est étudié numériquement et réalisé expérimentalement. Diverses configurations pour la production du chaos large bande ( 13 GHz), complexe (évoluant dans un espace des phases de dimension infinie) en intensité optique sont explorées. Les conditions de synchronisation entre un émetteur et un récepteur autorisé sont définies, et une transmission de données optiques sécurisée par modulation chaotique à haut débit ( 3 Gbit/s) est mise en évidence numériquement. Perspective : possibilité d une transmission bidirectionnelle grâce à l architecture de double boucle de rétroaction.

42 Merci pour votre attention...!!!!

43 Diode laser dans son support Contrôleurs de Temp. & courant Modulateur Alimentation DC QPSK (Bias) Atténuateur optique variable (HA9) Atténuateur optique variable (HA11) Coupleurs optiques (50/50) Photodétec. Miteq Ampli. RF SHF 2100CPS Ampli. RF SHF 100CP

44 Oscilloscope CSA 8000 Analyseur de spectre RF Câble GPIB Contrôleur de température (TED 200) Contrôleur en courant du laser (LDC 210) Oscillo. LeCroy Interface LabVIEW Atténuateur optique variable (HA11) Atténuateur optique variable (HA9)

45 Ampli SHF 2100CPS PC interface LabVIEW Câble GPIB 0scilloscope Tektronix CSA 8000 a a Tektronix CSA80000 Interface USB/GPIB Agilent 82357A Connecteur APC/APC RF1 Miteq DR-125G-A Atténuateur optique variable (HA9) Coupleur optique 50/50 Miteq DR -125G-A Diode Laser EM YYY RF2 Miteq DR-125G-A Atténuateur optique variable (HA11) Coupleur optique 50/50 Ampli SHF 100CP

Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom?

Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom? Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom? Introduction : Guillaume Ducournau, Christophe Gaquière, Thierry Flamen guillaume.ducournau@polytech-lille.fr Plate-forme PolyCOM,

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

TP Modulation Démodulation BPSK

TP Modulation Démodulation BPSK I- INTRODUCTION : TP Modulation Démodulation BPSK La modulation BPSK est une modulation de phase (Phase Shift Keying = saut discret de phase) par signal numérique binaire (Binary). La phase d une porteuse

Plus en détail

M1107 : Initiation à la mesure du signal. T_MesSig

M1107 : Initiation à la mesure du signal. T_MesSig 1/81 M1107 : Initiation à la mesure du signal T_MesSig Frédéric PAYAN IUT Nice Côte d Azur - Département R&T Université de Nice Sophia Antipolis frederic.payan@unice.fr 15 octobre 2014 2/81 Curriculum

Plus en détail

Chapitre I La fonction transmission

Chapitre I La fonction transmission Chapitre I La fonction transmission 1. Terminologies 1.1 Mode guidé / non guidé Le signal est le vecteur de l information à transmettre. La transmission s effectue entre un émetteur et un récepteur reliés

Plus en détail

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 EMETTEUR ULB Architectures & circuits David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006 Introduction Emergence des applications de type LR-WPAN : Dispositif communicant

Plus en détail

Manipulation N 6 : La Transposition de fréquence : Mélangeur micro-ondes

Manipulation N 6 : La Transposition de fréquence : Mélangeur micro-ondes Manipulation N 6 : La Transposition de fréquence : Mélangeur micro-ondes Avant Propos : Le sujet comporte deux parties : une partie théorique, jalonnée de questions (dans les cadres), qui doit être préparée

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Expérience 3 Formats de signalisation binaire

Expérience 3 Formats de signalisation binaire Expérience 3 Formats de signalisation binaire Introduction Procédures Effectuez les commandes suivantes: >> xhost nat >> rlogin nat >> setenv DISPLAY machine:0 >> setenv MATLABPATH /gel/usr/telecom/comm_tbx

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

La Fibre Optique J BLANC

La Fibre Optique J BLANC La Fibre Optique J BLANC Plan LES FONDAMENTAUX : LA FIBRE OPTIQUE : LES CARACTÉRISTIQUES D UNE FIBRE : TYPES DE FIBRES OPTIQUES: LES AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DE LA FIBRE : QUELQUES EXEMPLES DE CÂBLES

Plus en détail

Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux OL

Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux OL Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux Comment mesurer le temps de propagation de groupe sur des convertisseurs de fréquence dans lesquels le ou les oscillateurs

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

www.picotech.com www.picotech.com Oscilloscopes à échantillonnage pour ordinateurs Windows

www.picotech.com www.picotech.com Oscilloscopes à échantillonnage pour ordinateurs Windows PicoScope 9200A Oscilloscopes à échantillonnage pour ordinateurs Windows Oscilloscopes à échantillonnage complets pour votre ordinateur Caractérisation du signal Tests préalables de conformité TDR et TDT

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

LECTEURS - RFID. RFID-tags

LECTEURS - RFID. RFID-tags LECTEURS - RFID RFID-tags Les fréquences propres à la RFID Classées en quatre groupes: 1.Les "basses fréquences" inférieures à 135 KHz: deux fréquences sont utilisées, le 125 KHz et le 134 KHz ; 2.Les

Plus en détail

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 1 Les fibres optiques : caractéristiques et fabrication 2 Les composants optoélectroniques 3 Les amplificateurs optiques

Plus en détail

BK 2515, BK 2516 DAS 50 DAS 30

BK 2515, BK 2516 DAS 50 DAS 30 Oscilloscopes numériques portables, 2 voies entièrement isolées 2 BK 2515, BK 2516 2 voies isolées (1000V CAT II et 600V CAT III) Bande passante: 60MHz (BK2515) et 100MHz (BK2516) Résolution verticale

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

La PSBT Optique : Un candidat sérieux pour augmenter le débit sur les installations existantes.

La PSBT Optique : Un candidat sérieux pour augmenter le débit sur les installations existantes. La PSBT Optique : Un candidat sérieux pour augmenter le débit sur les installations existantes. Farouk Khecib, Olivier Latry, Mohamed Ketata IUT de Rouen, Université de Rouen Département Génie Électrique

Plus en détail

Traitement du signal avec Scilab : transmission numérique en bande de base

Traitement du signal avec Scilab : transmission numérique en bande de base Traitement du signal avec Scilab : transmission numérique en bande de base La transmission d informations numériques en bande de base, même si elle peut paraître simple au premier abord, nécessite un certain

Plus en détail

NEWSLETTER PROMAX Nº 23

NEWSLETTER PROMAX Nº 23 NEWSLETTER PROMAX Nº 23 TV EXPLORER HD+ : Dolby Digital Plus et DVB-T2 CV-100 : Adaptateur LNB Optique pour mesureurs de champ Option optique pour TV EXPLORER HD, HD LE et HD+ Utilisation du DIGITAL TO

Plus en détail

Transmission des signaux numériques

Transmission des signaux numériques Transmission des signaux numériques par Hikmet SARI Chef de Département d Études à la Société Anonyme de Télécommunications (SAT) Professeur Associé à Télécom Paris. Transmission en bande de base... E

Plus en détail

LABO 5-6 - 7 PROJET : IMPLEMENTATION D UN MODEM ADSL SOUS MATLAB

LABO 5-6 - 7 PROJET : IMPLEMENTATION D UN MODEM ADSL SOUS MATLAB LABO 5-6 - 7 PROJET : IMPLEMENTATION D UN MODEM ADSL SOUS MATLAB 5.1 Introduction Au cours de séances précédentes, nous avons appris à utiliser un certain nombre d'outils fondamentaux en traitement du

Plus en détail

8563A. SPECTRUM ANALYZER 9 khz - 26.5 GHz ANALYSEUR DE SPECTRE

8563A. SPECTRUM ANALYZER 9 khz - 26.5 GHz ANALYSEUR DE SPECTRE 8563A SPECTRUM ANALYZER 9 khz - 26.5 GHz ANALYSEUR DE SPECTRE Agenda Vue d ensemble: Qu est ce que l analyse spectrale? Que fait-on comme mesures? Theorie de l Operation: Le hardware de l analyseur de

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

Notions d asservissements et de Régulations

Notions d asservissements et de Régulations I. Introduction I. Notions d asservissements et de Régulations Le professeur de Génie Electrique doit faire passer des notions de régulation à travers ses enseignements. Les notions principales qu'il a

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier :

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier : SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION Contenu du dossier : 1. PRESENTATION DU SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO....1 1.1. DESCRIPTION DU FABRICANT....1

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

Didier Pietquin. Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques

Didier Pietquin. Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques Didier Pietquin Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques Que sont les notions de fréquence fondamentale et d harmoniques? C est ce que nous allons voir dans cet article. 1. Fréquence Avant d entamer

Plus en détail

MESURES D UN ENVIRONNEMENT RADIOELECTRIQUE AVEC UN RECEPTEUR CONVENTIONNEL ETALONNE

MESURES D UN ENVIRONNEMENT RADIOELECTRIQUE AVEC UN RECEPTEUR CONVENTIONNEL ETALONNE Jacques Mézan de Malartic / F2MM MESURES D UN ENVIRONNEMENT RADIOELECTRIQUE AVEC UN RECEPTEUR CONVENTIONNEL ETALONNE 1- Objectif des mesures (Page 1) 1-1 Critères de qualité radio 1-2 Principe des mesures

Plus en détail

J AUVRAY Systèmes Electroniques TRANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE

J AUVRAY Systèmes Electroniques TRANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE RANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE Un message numérique est une suite de nombres que l on considérera dans un premier temps comme indépendants.ils sont codés le plus souvent

Plus en détail

Communications numériques

Communications numériques Communications numériques 1. Modulation numérique (a) message numérique/signal numérique (b) transmission binaire/m-aire en bande de base (c) modulation sur fréquence porteuse (d) paramètres, limite fondamentale

Plus en détail

CHAPITRE V. Théorie de l échantillonnage et de la quantification

CHAPITRE V. Théorie de l échantillonnage et de la quantification CHAPITRE V Théorie de l échantillonnage et de la quantification Olivier FRANÇAIS, SOMMAIRE I INTRODUCTION... 3 II THÉORIE DE L ÉCHANTILLONNAGE... 3 II. ACQUISITION DES SIGNAUX... 3 II. MODÉLISATION DE

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES OBJECTIFS CELERITE DES ONDES SONORES Mesurer la célérité des ondes sonores dans l'air, à température ambiante. Utilisation d un oscilloscope en mode numérique Exploitation de l acquisition par régressif.

Plus en détail

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise.

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. M Informatique Réseaux Cours bis Couche Physique Notes de Cours LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. Les technologies utilisées sont celles du traitement

Plus en détail

Systèmes de communications numériques 2

Systèmes de communications numériques 2 Systèmes de Communications Numériques Philippe Ciuciu, Christophe Vignat Laboratoire des Signaux et Systèmes cnrs supélec ups supélec, Plateau de Moulon, 9119 Gif-sur-Yvette ciuciu@lss.supelec.fr Université

Plus en détail

La structure du mobile GSM

La structure du mobile GSM La structure du mobile GSM Jean-Philippe MULLER Décembre 2000 Sommaire : 1- Le schéma fonctionnel d un mobile GSM 2- Le traitement numérique du signal à l émission 3- Le principe de base du vocodeur 4-

Plus en détail

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave 500 W sur 13cm avec les modules PowerWave Philippe Borghini / F5jwf f5jwf@wanadoo.fr Janvier 2012 Introduction Tout le monde a déjà vu au moins une fois, sur les puces, ces fameuses platines PowerWave

Plus en détail

Systèmes de communications numériques 2

Systèmes de communications numériques 2 Systèmes de Communications Numériques Philippe Ciuciu, Christophe Vignat Laboratoire des Signaux et Systèmes CNRS SUPÉLEC UPS SUPÉLEC, Plateau de Moulon, 91192 Gif-sur-Yvette ciuciu@lss.supelec.fr Université

Plus en détail

EP 2 339 758 A1 (19) (11) EP 2 339 758 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 29.06.2011 Bulletin 2011/26

EP 2 339 758 A1 (19) (11) EP 2 339 758 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 29.06.2011 Bulletin 2011/26 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 339 758 A1 (43) Date de publication: 29.06.2011 Bulletin 2011/26 (21) Numéro de dépôt: 09179459.4 (51) Int Cl.: H04B 1/69 (2011.01) H03K 5/08 (2006.01) H03K

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

Equipement. électronique

Equipement. électronique MASTER ISIC Les générateurs de fonctions 1 1. Avant-propos C est avec l oscilloscope, le multimètre et l alimentation stabilisée, l appareil le plus répandu en laboratoire. BUT: Fournir des signau électriques

Plus en détail

CLIP. (Calling Line Identification Presentation) Appareil autonome affichant le numéro appelant

CLIP. (Calling Line Identification Presentation) Appareil autonome affichant le numéro appelant 1. Besoin CLIP (Calling Line Identification Presentation) Appareil autonome affichant le numéro appelant ETUDE FONCTIONNELLE De très nombreux abonnés du réseau téléphonique commuté ont exprimé le besoin

Plus en détail

Transmission d informations sur le réseau électrique

Transmission d informations sur le réseau électrique Transmission d informations sur le réseau électrique Introduction Remarques Toutes les questions en italique devront être préparées par écrit avant la séance du TP. Les préparations seront ramassées en

Plus en détail

Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur

Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur Fabrice Beauville Journées Jeunes Chercheurs 18/12/2003 Les Coalescences Binaires & VIRGO Système binaire d objets compacts (étoiles à neutrons,

Plus en détail

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable RÉSUMÉ U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E par Lycée Victor Hugo - 25000

Plus en détail

Physique appliquée. Le réseau GSM. jean-philippe muller. Le réseau GSM

Physique appliquée. Le réseau GSM. jean-philippe muller. Le réseau GSM Physique appliquée Sommaire 1- La cellule et sa station de base 2- La structure du réseau GSM 3- Les équipements du réseau GSM 4- Les fréquences de travail 5- La répartition des fréquences 6- La voie balise

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

TP: Représentation des signaux binaires. 1 Simulation d un message binaire - Codage en ligne

TP: Représentation des signaux binaires. 1 Simulation d un message binaire - Codage en ligne Objectifs : Ce TP est relatif aux différentes méthodes de codage d une information binaire, et à la transmission en bande de base de cette information. Les grandes lignes de ce TP sont l étude des méthodes

Plus en détail

Les parcours S4 traditionnels : Robotique, Radio Communication Numérique, Traitement de l information. Informatique Industrielle

Les parcours S4 traditionnels : Robotique, Radio Communication Numérique, Traitement de l information. Informatique Industrielle Projet S 4 Présentation des Projets du S 4 Plan de la présentation 1 Thématique des projets S 4 2 Organisation, encadrement, évaluations Les sujets de projets proposés 4 Questions, constitutions des équipes

Plus en détail

La fibre optique CNAM

La fibre optique CNAM La fibre optique - Qu est-ce qu une fibre optique? - Principes de base - Monomode / Multimode - Atténuation, fenêtres de propagation - Principales caractéristiques - Transmission sur fibre optique - Boucle

Plus en détail

Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 90659200 Fax 90659180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.it

Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 90659200 Fax 90659180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.it Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B3510--II APPLIICATIIONS DE TRANSDUCTEURS A ULTRASONS MANUEL D IINSTRUCTIIONS POUR L ETUDIIANT Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE

Plus en détail

1. Présentation général de l architecture XDSL :

1. Présentation général de l architecture XDSL : 1. Présentation général de l architecture XDSL : Boucle locale : xdsl (Data Subscriber Line). Modem à grande vitesse adapté aux paires de fils métalliques. La lettre x différencie différents types, comme

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux Activité : Etude des transfert énergétiques dans la cafetière Nespresso Problématique : On calcule la puissance électrique consommée, on détermine l énergie

Plus en détail

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed. Année 2010-2011 Réseaux I Transmission des données Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr 1 Plan 1 Notions de signaux 2 Caractéristiques communes

Plus en détail

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre»

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» Le marché en France ~ 9 millions d abonnés fin 2005 ~ 6 millions fin 2004 dont la moitié chez l opérateur historique et

Plus en détail

Mesures radar et de communications satellites large bande

Mesures radar et de communications satellites large bande Solutions pour Mesures radar et de communications satellites large bande Utiliser un oscilloscope à large bande passante pour mesurer directement et analyser les sorties d'émetteur radar et satellites

Plus en détail

Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test

Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test 11 juillet 2003 Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test Mariane Comte Plan 2 Introduction et objectif

Plus en détail

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE SYSTEMES LINEIRES DU PREMIER ORDRE 1. DEFINITION e(t) SYSTEME s(t) Un système est dit linéaire invariant du premier ordre si la réponse s(t) est liée à l excitation e(t) par une équation différentielle

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Cours d Électronique du Tronc Commun S3. Le filtrage optimisé du signal numérique en bande de base. Notion de BRUIT en télécommunication.

Cours d Électronique du Tronc Commun S3. Le filtrage optimisé du signal numérique en bande de base. Notion de BRUIT en télécommunication. IUT MARSEILLE DEPARTEMENT DE GENIE ELECTRIQUE ET INFORMATIQUE INDUSTRIELLE Diplôme Universitaire de Technologie. Cours d Électronique du Tronc Commun S3. Chapitre 8 : Le filtrage optimisé du signal numérique

Plus en détail

Signaux numériques : Multiplexage temporel : TDM

Signaux numériques : Multiplexage temporel : TDM Signaux numériques : Multiplexage temporel : TDM Pour la hiérarchie TDM, il y a deux catégorie : Le multiplexage dans les systèmes informatiques : La transmission TDM dans des lignes haute vitesse à partir

Plus en détail

TELEVISION NUMERIQUE

TELEVISION NUMERIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Tout savoir sur. la fibre optique. Livret didactique

Tout savoir sur. la fibre optique. Livret didactique Tout savoir sur Livret didactique la fibre optique EXPERIDE 10 place Charles Béraudier, Lyon Part-Dieu, 69428 LYON CEDEX 3, France Tel. +33 (0)4 26 68 70 24 Fax. +33(0)4 26 68 70 99 contact@experide-consulting.com

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Mesures d antennes en TNT

Mesures d antennes en TNT Mesures d antennes en TNT Ce TP s intéresse aux techniques liées à l installation d un équipement de réception de télévision numérique terrestre. Pour les aspects théoriques, on pourra utilement se référer

Plus en détail

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information I. Nature du signal I.1. Définition Un signal est la représentation physique d une information (température, pression, absorbance,

Plus en détail

OLP-55 Smart Optical Power Meter Un mesureur de puissance optique évolutif de la gamme Smart

OLP-55 Smart Optical Power Meter Un mesureur de puissance optique évolutif de la gamme Smart COMMUNICATIONS TEST & MEASUREMENT SOLUTIONS OLP-55 Smart Optical Power Meter Un mesureur de puissance optique évolutif de la gamme Smart Key features Nouveau Nouveau Première fonction de compensation automatique

Plus en détail

Antenne amplifiée d intérieure SRT ANT 10 ECO

Antenne amplifiée d intérieure SRT ANT 10 ECO Antenne amplifiée d intérieure SRT ANT 10 ECO Image simulée Manuel d'utilisateur Table de Matière 1.0 INTRODUCTION 1 2.0 CONTENU DE LA BOITE 1 3.0 PRECAUTIONS D UTILISATION 2 4.0 BRANCHEMENT DE L ANTENNE

Plus en détail

Exemple d acquisition automatique de mesures sur une maquette de contrôle actif de vibrations

Exemple d acquisition automatique de mesures sur une maquette de contrôle actif de vibrations Exemple d acquisition automatique de mesures sur une maquette de contrôle actif de vibrations Valérie Pommier-Budinger Bernard Mouton - Francois Vincent ISAE Institut Supérieur de l Aéronautique et de

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail

SNA 3500. Analyseur mobile de réseau 2 en 1 Guide Sommaire. Page 1

SNA 3500. Analyseur mobile de réseau 2 en 1 Guide Sommaire. Page 1 SNA 3500 Analyseur mobile de réseau 2 en 1 Guide Sommaire Page 1 Sommaire Description des commandes et connexions 3 Informations générales 4 Livraison 4 Installation du logiciel 4 Exemples d utilisation

Plus en détail

Compatibilité Électromagnétique

Compatibilité Électromagnétique Compatibilité Électromagnétique notions générales et applications à l électronique de puissance Ir. Stéphane COETS 18 mai 2005 Journée d étude en Électronique de Puissance 1 Plan de l exposé La Compatibilité

Plus en détail

DAC. avec interface USB audio et préampli stéréo Casque CONVERTISSEUR DIGITAL VERS ANALOGIQUE. Guide d utilisation V1.1 Jan 2011

DAC. avec interface USB audio et préampli stéréo Casque CONVERTISSEUR DIGITAL VERS ANALOGIQUE. Guide d utilisation V1.1 Jan 2011 réf 2080 avec interface USB audio et préampli stéréo Casque CONVERTISSEUR DIGITAL VERS ANALOGIQUE Guide d utilisation V1.1 Jan 2011 DAC NTRODUCTION Merci d'avoir acheté ce DAC (convertisseur audio numérique-analogique)

Plus en détail

Extrait des Exploitations Pédagogiques

Extrait des Exploitations Pédagogiques Pédagogiques Module : Compétitivité et créativité CI Première : Compétitivité et créativité CI institutionnel : Développement durable et compétitivité des produits Support : Robot - O : Caractériser les

Plus en détail

CPE Nanur-Hainaut 2009 Rudi Réz

CPE Nanur-Hainaut 2009 Rudi Réz Le Wi-Fi CPE Nanur-Hainaut 2009 Rudi Réz INTRODUCTION Wi-Fi = Wireless Fidelity 1997 : Prémices du Wi-Fi Premier prototypes de communication réseau 1999 : Le WECA propose le standard du Wi-Fi - adopté

Plus en détail

Etude et développement logiciel Exemples de réalisation

Etude et développement logiciel Exemples de réalisation Etude et développement logiciel Exemples de réalisation SiègeSocial - 24, rue Gustave Madiot - Z.A. Les Bordes - 91070 BONDOUFLE - Tél: 01 69 11 51 00 E-mail: infos@6ta.fr - Web site: www.6ta.fr Date de

Plus en détail

L3-I.S.T. Electronique I303 Travaux pratiques

L3-I.S.T. Electronique I303 Travaux pratiques Université Paris XI 2010-2011 L3-I.S.T. Electronique I303 Travaux pratiques 1 2 Séance n 1 : introduction et prise en main Résumé. L objectif de ce premier TP est de se familiariser avec les appareils

Plus en détail

Les transmissions et les supports

Les transmissions et les supports Chapitre chapitre 1 Les transmissions et les supports Un réseau suppose plusieurs équipements informatiques (ordinateurs fixes ou portables, divers équipements électroniques, téléphones, assistants numériques

Plus en détail

Chapitre 2 : Techniques de transmission

Chapitre 2 : Techniques de transmission Chapitre 2 : Techniques de transmission /home/kouna/d01/adp/bcousin/repr/cours/2.fm - 14 Janvier 1998 20:09 Plan. Introduction. Phénomènes caractéristiques. Les éléments de la transmission. La modulation.

Plus en détail

Références pour la commande

Références pour la commande avec fonction de détection de défaillance G3PC Détecte les dysfonctionnements des relais statiques utilisés pour la régulation de température des éléments chauffants et émet simultanément des signaux d'alarme.

Plus en détail

NOTICE D EMPLOI SLT-TR

NOTICE D EMPLOI SLT-TR Tel.: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18 info@pce-france.fr NOTICE D EMPLOI SLT-TR Symbole d avertissement Attention: Ne pas exposer le terminal d entrée à une tension de surcharge ou au courant.

Plus en détail

récepteurs et accessoires

récepteurs et accessoires récepteurs et accessoires Adaptateurs TNT Récepteur Numérique Terrestre zas Hbb QR-A00120 Récepteur hybride TNT (SD et HD) qui permet à l utilisateur de se raccorder à internet à l aide du standard HbbTV

Plus en détail

Electron S.R.L. SERIE B46 - SYSTEMES DIDACTIQUES DE TELEPHONIE

Electron S.R.L. SERIE B46 - SYSTEMES DIDACTIQUES DE TELEPHONIE Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment SERIE B46 - SYSTEMES DIDACTIQUES DE TELEPHONIE Specifications may change without notic Page 1 of 9 File BROCHURE B46xx B4610 UNITE DIDACTIQUE

Plus en détail

1. PRESENTATION DU PROJET

1. PRESENTATION DU PROJET Bac STI2D Formation des enseignants Jean-François LIEBAUT Denis PENARD SIN 63 : Prototypage d un traitement de l information analogique et numérique (PSoC) 1. PRESENTATION DU PROJET Les systèmes d éclairage

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Dan Istrate. Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier

Dan Istrate. Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier Détection et reconnaissance des sons pour la surveillance médicale Dan Istrate le 16 décembre 2003 Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier Thèse mené dans le cadre d une collaboration

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

LISACode. Un simulateur opérationnel pour LISA. Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006

LISACode. Un simulateur opérationnel pour LISA. Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006 LISACode Un simulateur opérationnel pour LISA Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006 Plan Rappel sur LISACode. Validation du simulateur. Possibilités du simulateur. Résultats obtenus. Bruit de confusion.

Plus en détail