N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000"

Transcription

1 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU complémentaire a présenté au remboursement une somme moyenne de Cette dépense, qui couvre les frais engagés en ville et à l hôpital est supérieure de 30 % à celle d un autre patient du Régime Général. A âge et sexe équivalents, cet écart est encore plus important puisqu il atteint 82 %. Les bénéficiaires de la CMU ont donc consommé en moyenne près de deux fois plus que les autres patients du Régime Général présentant les mêmes caractéristiques d âge et de sexe. Cet écart de consommation était déjà net lors de la première étude réalisée par la CNAMTS sur les seuls soins de ville, dès octobre 2000, mais la prise en compte des dépenses d hospitalisation l accroît fortement. Les bénéficiaires de la CMU conservent en effet un mode de recours aux soins fortement axé sur l hôpital, ce qui est probablement la conséquence d un état de santé précaire. Ainsi, 35 % des patients protégés au titre de la CMU ont eu recours à des soins hospitaliers en 2000 contre seulement 18 % pour les autres patients. Après prise en charge par la CMU complémentaire d une partie des dépenses engagées, plus de 72 % des patients bénéficient de l entière gratuité des soins. Depuis le 1 er Janvier 2000, la couverture maladie universelle (CMU) garantit notamment aux personnes dont les revenus sont les plus faibles, le droit à une protection maladie complémentaire. Les études précédemment effectuées sur les seuls soins de ville avaient déjà montré que, dès les premiers mois de la mise en place du dispositif, la CMU avait favorisé l accès aux soins des personnes parmi les plus démunies1. Cette analyse vise à compléter notre connaissance des comportements de consommation de soins des premiers bénéficiaires de la CMU. En effet, nous pouvons avoir aujourd hui une vision quasiment exhaustive de leur dépense de soins de ville et surtout d hôpital2 en 2000 (cf. Méthodologie). Des dépenses de santé relativement élevées dès la première année de mise en place du dispositif En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU a dépensé au total pour sa santé en moyenne, soit près de 30% de plus qu un autre patient du Régime Général (1 504 ). Les frais médicaux sont d autant plus importants que le patient est âgé, mais restent toujours plus élevés pour les bénéficiaires de la CMU (cf. encadré I). La population étudiée se caractérise par un fort recours aux soins hospitaliers. Ainsi, un patient de la CMU a généré en 2000, des frais hospitaliers d un montant moyen 1,7 fois supérieur à ceux d un autre patient du Régime Général (resp et 663 ). A l opposé, la dépense moyenne de soins de ville présentée aux remboursements pour un patient de la CMU (794 ) est légèrement inférieure à celle d un autre patient du Régime Général (841 ). 1 Point stat n 29, Point stat n Un an de liquidation est nécessaire pour connaître l ensemble des dépenses d hospitalisation d un mois donné. Concernant les soins de ville, «après quatre mois de remboursements, on connaît déjà 90% à 95% du montant total de la consommation de soins de ville du mois» Point de conjoncture n 1 «L activité médicale à travers la consommation de soins» Mai 2002 CNAMTS. 1

2 Montant en Dépense globale moyenne selon l'âge des patients <10 ans ans ans ans ans ans 60 ans et + Dépense hospitalière (CMU) Dépense de soins de ville (CMU) Dépense hospitalière (Autres patients) Dépense de soins de ville (Autres patients) L âge paraît déterminant dans le niveau de consommation de soins de ville ; en effet, à chaque âge et jusqu à la soixantaine, les patients de la CMU consomment davantage que les autres. Ensuite, le vieillissement contribue à réduire les inégalités face à la santé : ainsi, les 5% de patients de la CMU âgés de 60 ans et plus ont eu des dépenses similaires à celles des 21,1% de patients du Régime Général de même âge, non couverts par la CMU (respectivement et ). La consommation plus importante des patients de la CMU est probablement le reflet d un état de santé et d un recours aux soins très spécifiques, comme on avait déjà pu le constater au cours des premiers mois de la mise en place du dispositif. Un recours aux services de santé orienté davantage vers des soins de première nécessité La plus forte dépense individuelle des patients de la CMU au cours de l année d instauration du dispositif est essentiellement due à un recours à l hôpital plus fréquent. En effet, 35,1% des patients de la CMU ont bénéficié de soins hospitaliers durant l année alors que ce taux atteint Méthodologie Cette étude sur les résultats définitifs de l année 2000, a été réalisée à partir de l Echantillon Permanent des Assurés Sociaux (EPAS). Elle est centrée sur les personnes protégées par le Régime Général de France Métropolitaine, qui ont consommé des soins de ville (et/ou des soins hospitaliers) au titre du risque maladie (hors indemnités journalières) au cours de l année 2000, et dont les remboursements ont été effectués avant janvier On relève personnes, dont bénéficiaires ayant eu des dépenses remboursées au titre de la CMU complémentaire. L indicateur de consommation pris en compte dans l analyse des dépenses globales sur l année 2000 est la base de remboursement (ou la «dépense reconnue»). En effet, en dehors de forfaits sur certains actes dentaires et d optique, les médecins ont l obligation d appliquer les tarifs du secteur 1 à tout bénéficiaire de la CMU. La répartition selon les postes de dépenses correspond à celle définie par la Statistique Mensuelle. Ainsi, les soins de ville prennent en compte aussi les honoraires relevant du secteur privé hospitalier et des centres de santé. Les prestations hospitalières comprennent les autres actes effectués en établissement dont les honoraires du secteur hospitalier public. Pour l analyse des dépenses spécifiquement prises en charge par la CMU complémentaire en 2000, l échantillon est restreint aux patients couverts toute l année par le dispositif. L étude se limite donc aux patients ayant bénéficié d une prise en charge intégrale du ticket modérateur pour leurs dépenses de soins de ville en Cette partie porte ainsi sur personnes, soit 73,2% des personnes ayant eu au moins une dépense remboursée au titre de la CMU durant l année. Les dépenses prises en charge par la CMU complémentaire sont les tickets modérateurs de l ensemble des prestations, les forfaits journaliers hospitaliers et certains frais supplémentaires sur les soins dentaires et l optique. 2

3 seulement 18% pour les autres patients du Régime Général. Toutefois, quand ils ont eu recours à l hôpital, les bénéficiaires de la CMU ont eu des dépenses, en moyenne, un peu moins élevées (resp contre ). Plus jeune, cette population a effectivement eu moins de risques Proportion de consommants et dépenses individuelles moyennes selon les postes de prestations hospitalières Bénéficiaires de la CMU Autres patients du Régime (6 093) Général (64 437) Dépense Dépense %consommants moyenne/cons.* %consommants moyenne/cons. ( ) ( ) Dépense totale 100,0% ,0% Dépense hospitalière 35,1% ,0% Consultations externes 21,0% 25 1,7% 52 Médecine 10,6% ,0% Chirurgie 11,2% ,0% Gynécologie obstétrique 1,3% ,8% Autres disciplines 3 4,9% ,3% * Il s agit de la consommation moyenne d un type particulier de prestations pour les patients qui ont effectivement eu accès à ce type de soins. Encadré I : Comparaison de la dépense moyenne au cours de l année 2000 d un patient de la CMU avec celle d un autre patient du Régime Général de même âge et de même sexe Patient de la CMU Autre patient du Régime Général de même âge et de même sexe Moyenne Répartition Moyenne Répartition ( ) (%) ( ) (%) Dépense Totale % % Dont dépense de soins de ville % % Dont dépense hospitalière % % Au cours de l année 2000, un bénéficiaire de la CMU a présenté au remboursement À âge et sexe comparables*, un patient couvert par le Régime Général à un autre titre a dépensé en moyenne pour sa santé % de la consommation moyenne d un patient de la CMU correspond à des frais hospitaliers alors que le recours à l hôpital compte pour environ 44% de la dépense moyenne des autres patients du Régime Général, après correction d âge et de sexe. Concernant les soins de ville, avec 794 en moyenne, la dépense " reconnue " par la Sécurité Sociale d un patient de la CMU est supérieure d environ 33,5% à celle d un autre patient du Régime Général de même âge et de même sexe. Au cours des 5 premiers mois de l année 2000, la consommation moyenne à structure d âge et de sexe équivalente était respectivement de 357 et 291, soit 22,7% d écart. Sur les 11 premiers mois, les dépenses moyennes étaient respectivement évaluées à 696 et 538, soit 29,4% d écart 1. L écart de consommation de soins de ville entre ces deux populations s accentue progressivement tout au long de l année. * : la méthode consiste à calculer ce que serait la dépense moyenne des patients protégés par le Régime Général (hors CMU), si cette population avait la même structure d âge et de sexe que celle des patients protégés par la CMU complémentaire. Le calage est centré sur la population des personnes non couvertes par la CMU, plus largement représentée à tout âge. 3 Comprend les disciplines de prestations suivantes : moyen séjour, long séjour, lutte contre les maladies mentales et les toxicomanies ainsi que les établissements relevant de la loi sociale. 3

4 d avoir des soins coûteux : dans ce cas, les patients de la CMU sont âgés en moyenne de 29 ans alors que les autres patients du Régime Général ont une moyenne d âge de 46 ans. L observation des disciplines de prestations montre, en outre, que ces deux populations fréquentent l hôpital pour des soins très différents. D un accès largement facilité, l hôpital permet, en effet, aux patients de la CMU de consulter un médecin de toute spécialité : 21% ont eu recours à des consultations externes et dans ce cas ont dépensé en moyenne 25 durant l année. Les autres patients du Régime Général fréquentent rarement ce secteur hospitalier (1,7%), en revanche leur consommation moyenne est alors 2 fois plus importante que celle d un patient de la CMU. Concernant les autres secteurs hospitaliers, les patients de la CMU sont toujours plus nombreux à y avoir accédé. En médecine, conséquence de durées de séjour plus longues, le coût de leur hospitalisation est aussi sensiblement plus élevé que celui d un séjour d une personne du Régime Général non couvert par la CMU. En chirurgie et en gynécologie, la dépense moyenne est au contraire moins conséquente quand elle touche un patient de la CMU. Pour les autres disciplines et les établissements relevant de la loi sociale, les montants élevés s expliquent aussi par la durée d hospitalisation. Ils ne concernent cependant qu un faible nombre de personnes. Le détail des dépenses de soins de ville révèle aussi de nettes divergences dans le recours aux soins de ces deux populations. Les patients couverts par la CMU complémentaire sont plus nombreux à faire appel aux médecins généralistes : non seulement ils bénéficient de consultations plus fréquemment, mais aussi de visites à domicile. A l inverse, ils sont moins nombreux à recourir aux spécialistes en ville. De même, malgré une moindre fréquentation des cabinets dentaires, la dépense des bénéficiaires de la CMU complémentaire est plus conséquente. Enfin, l optique ne semble pas une priorité pour ces bénéficiaires en dépit d une meilleure prise en charge. Proportion de consommants et dépenses individuelles moyennes selon les postes de prestations de soins de ville Bénéficiaires de la CMU (6 093) Autres patients du Régime Général (64 437) Dépense Dépense %consommants moyenne/cons. %consommants moyenne/cons. ( ) ( ) Dépense totale 100,0% ,0% Dépense de soins de ville 100,0% ,0% 841 Honoraires 96,4% ,1% 297 Actes d omnipraticiens 89,6% ,7% 113 Actes de spécialistes 55,7% ,4% 205 Soins dentaires 35,3% ,7% 147 Prescriptions 96,2% ,0% 549 Auxiliaires médicaux 25,8% ,0% 292 Infirmiers 17,6% ,5% 211 Masseurs-kiné 9,2% ,3% 292 Biologie 38,3% ,4% 107 Pharmacie 94,6% ,4% 368 Optique 12,3% 32 16,7% 22 Autres LPS 4 25,9% ,6% Liste des Produits de Santé pour les appareillages, les matériels et les pansements (anciennement dénommé TIPS). 4

5 Concernant les autres postes de prescriptions, les personnes protégées par la CMU complémentaire utilisent moins souvent les services des auxiliaires médicaux et bénéficient plus rarement d analyses médicales, vraisemblablement du fait de leur relative jeunesse. Encadré II : Caractéristiques démographiques des patients de la CMU Répartition des patients selon leur âge 5,6% 60 ans et + 21,1% Bénéficiaires de la CMU Age moyen : 27 ans 8,8% ans 11,4% 12,5% ans 14,0% 16,3% ans 15,1% Autres patients du Régime Général Age moyen : 38 ans 15,0% ans 12,4% 19,1% ans 12,8% 22,7% < 10 ans 13,3% % % de patients en ALD (CMU) % de patients en ALD (Autre patient) Les patients de la CMU représentent environ 9% des bénéficiaires de soins du Régime Général en Le dispositif mis en place depuis le 1 er Janvier contribue largement à améliorer la protection médicale des plus jeunes : en moyenne, ces bénéficiaires ont 27 ans alors que les autres patients du Régime Général ont 11 ans de plus. Près de 42% des personnes couvertes par la CMU ont moins de 20 ans et un tiers des autres patients du Régime Général a plus de 50 ans. En effet, le seuil d ouverture des droits limite, le plus souvent l accès des bénéficiaires du fond de solidarité vieillesse et de ceux de l allocation pour adulte handicapé. De plus, le niveau des ressources pour bénéficier de la CMU étant évalué à partir du revenu par unité de consommation, les chances de pouvoir bénéficier de cette couverture complémentaire sont d autant plus élevées que la taille de la famille5 est importante. Le dispositif touche ainsi plus facilement les ménages avec des enfants6. L âge des patients de la CMU explique aussi le plus faible nombre de personnes souffrant d une affection longue durée (ALD). Ils représentent cependant 10,2% de ces patients alors que ce taux atteint plus de 12% parmi les autres. Néanmoins, avant 60 ans, ils sont proportionnellement plus nombreux à être exonérés du ticket modérateur pour affection longue durée (resp. 8,4% et 4,5%). La prépondérance des femmes (54%) parmi les patients rappelle qu elles sont plus nombreuses à recourir à des soins médicaux indépendamment de leur inscription ou non à la CMU. 5 On entend ici par famille, le foyer composé de l assuré, de son conjoint et éventuellement des enfants âgés de moins de 20 ans. 6 «Opinions sur la couverture maladie universelle et bénéficiaires au premier trimestre 2000» Questions d économie de la santé- n 38 Juillet 2001 CREDES. 5

6 Les dépenses spécifiquement prises en charge par la CMU complémentaire (tickets modérateurs, forfaits journaliers hospitaliers et autres forfaits afférents aux soins dentaires et à l optique) Dépense moyenne de CMU complémentaire selon l'âge des bénéficiaires Montants en Moyenne : ans ans ans 60 ans et plus Dépense de soins de ville (HOMME) Dépense hospitalière (HOMME) Dépense de soins de ville (FEMME) Dépense hospitalière (FEMME) Parmi les patients couverts toute l année par la CMU, la dépense moyenne prise en charge par l organisme complémentaire sur l année s élève à 237 par consommant. Cependant, la moitié des patients a bénéficié d un remboursement inférieur à 127. Cet écart très important entre prise en charge moyenne et médiane est dû aux frais d hospitalisation concentrés sur environ un tiers des bénéficiaires. Avec 186 par patient, le remboursement de soins de ville par l organisme complémentaire représente près de 80% de la prise en charge globale moyenne. Les frais hospitaliers coûtent donc 51 en moyenne par patient de la CMU complémentaire. Globalement les dépenses prises en charge par l organisme complémentaire sont plus élevées pour les femmes que pour les hommes (resp. 244 et 227 ). Cet écart de prise en charge n apparaît qu après 40 ans et s accroît avec l âge. Ainsi parmi les personnes de 60 ans et plus, les femmes ont des dépenses moyennes complémentaires atteignant 474 alors qu elles sont évaluées à 426 pour les hommes. En revanche, les hommes ont des frais hospitaliers plus importants à tout âge : avec 66 en moyenne, les hommes ont généré un coût en ,8 fois plus élevés que celui lié aux hospitalisations des femmes. Le recours aux services médicaux est en effet fortement corrélé au sexe7 : les femmes, du fait d un suivi médical plus régulier concentrent davantage leurs dépenses sur des soins dispensés en ville. Au contraire les hommes, moins centrés sur la prévention, ont davantage recours aux services médicaux dans l urgence8. Les dépenses de soins de ville : une prise en charge importante des dépenses La dépense moyenne non prise en charge par la 7 «Concentration des dépenses d assurance maladie et montant des remboursements individuels» Août 1998 CNAMTS. 8 «Qui consomme quoi?» Bloc-notes statistique n 74 Mars 1995 CNAMTS. «Déterminants de la consommation médicale de soins de ville en 1992» Questions d économie de la santé n 3 Janvier 1998 CREDES. 6

7 Dépassements et tickets modérateurs des soins de ville Bénéficiaires de la CMU complémentaire Effectifs Autres patients du Régime Général TM Pris en charge TM + par la CMU + dépassement complémentaire Effectifs dépassement (moyenne en ) (moyenne en ) (moyenne en ) Soins de ville Actes d omnipraticiens Actes de spécialistes Soins dentaires Frais d optique couverture de base pour les soins de ville atteint 200 en La comparaison de la consommation médicale des patients de la CMU avec celle des autres patients du Régime Général met en évidence la singularité des bénéficiaires de la CMU concernant leur recours aux soins9. Pour l ensemble des soins de ville, la dépense est en moyenne 1,5 fois plus importante pour les autres patients du Régime Général. Comme on avait pu le constater dans les études précédentes, leurs dépassements sont bien supérieurs à ceux observés pour la dépense des patients de la CMU. Les médecins ont, en effet, l obligation d appliquer les tarifs du secteur 1 à tout bénéficiaire du dispositif, en dehors de forfaits sur certains actes dentaires et d optique. Pour les soins dentaires et les frais d optique, ticket modérateur et dépassement des autres patients du Régime Général représentent environ 3,6 fois le montant moyen relevé pour les patients de la CMU. Au contraire, la dépense liée aux actes des omnipraticiens est, en moyenne, légèrement supérieure parmi les patients couverts par la CMU complémentaire. Cet écart peut s expliquer par le fort recours aux visites à domicile dont le coût après prise en charge par l organisme de base est plus conséquent que celui d une consultation. Mais qui reste incomplète Après prise en charge par l organisme complémentaire du ticket modérateur et des forfaits éventuels, une part non négligeable des dépenses de soins de ville reste encore à la charge de certains bénéficiaires de la CMU complémentaire (14 en moyenne), essentiellement des frais relatifs aux soins dentaires et à l optique. L instauration de la CMU complémentaire permet cependant à près de 72,3% des patients les plus démunis de bénéficier de soins gratuits ou quasi-gratuits (moins de 2 ). Pour les 27,7% restant, la dépense à leur charge sur l année, atteint environ 49. Ce coût est cependant très variable, puisque la moitié d entre eux déboursent au maximum 13 tandis que pour 5%, la dépense dépasse 188. Les postes où la dépense restant à la charge du patient est la plus significative concernent, par ordre d importance, les soins dentaires puis les frais d optique. Toutefois, près de 92% des bénéficiaires de la CMU complémentaire ayant consulté un dentiste ont bénéficié de soins gratuits ou quasiment gratuits. Parmi les personnes qui ont eu des dépenses restant à leur charge, 50% d entre eux, soit 4% des bénéficiaires de soins dentaires, ont eu à débourser moins de 30. En revanche, 2% 9 Rappelons cependant qu en France, environ 8% de personnes ne bénéficient toujours pas de couverture complémentaire, ni de l exonération du ticket modérateur en 2000 (ESPS 2000, Credes). Même si cette proportion est moins importante parmi les utilisateurs de services médicaux, les autres patients du Régime Général recouvrent cependant différentes populations dont le niveau de couverture complémentaire reste très inégal. 7

8 Proportion de patients de la CMU complémentaire ayant des frais de soins de ville à leur charge Montant à la charge du patient (en euros) % de patients 50% de 75% de 90% de 95% de ayant une patients... patients... patients patients Effectifs dépense à Moyenne (médiane) (Q75) (Q90) (Q95) leur charge*...ont à leur charge moins de Soins de ville ,7% (1 238) Actes d omnipraticiens ,6% (342) Actes de spécialistes ,0% (264) Soins dentaires ,2% (117) Frais d optique ,7% (144) * : c est à dire ayant une dépense annuelle restant à leur charge d au moins 2 euros. de bénéficiaires de soins ont eu des frais atteignant plus de 161. Concernant les frais d optique, les patients sont proportionnellement plus nombreux à avoir eu des dépenses à leur charge (26,7%). Pour la moitié d entre eux (soit 13% des patients ayant eu des frais d optique), le coût a pu atteindre jusqu à 61 et 25% (soit resp. 6,5%) ont eu des dépenses supérieures à 136. Ainsi, les nouvelles données disponibles aujourd hui sur l année 2000, maintenant connue en totalité, viennent compléter les analyses faites dès la fin de l année en question. Les bénéficiaires de la CMU (9% de l ensemble des consommants du Régime Général) ont bien une consommation plus élevée que celles des autres patients du Régime Général. Cette surconsommation est déjà nette s agissant des soins de ville. Elle est encore plus importante pour les soins hospitaliers. Dans ce cas, elle est principalement due à un recours plus fréquent à ce type de soins et non au coût de ces soins. Les bénéficiaires de la CMU viennent plus fréquemment à l hôpital, mais bénéficient de soins qui dans l ensemble sont plutôt moins coûteux. Après prise en charge par le régime de base, l organisme complémentaire semble avoir largement pallié le manque de prise en charge d une partie des dépenses de soins de ville. Pour plus de sept patients sur dix, la dépense de santé a été prise en charge dans son intégralité. POUR EN SAVOIR PLUS «Les dépenses de santé des bénéficiaires de la CMU», Point Stat n 29/Octobre 2000, CNAMTS. «La consommation de soins de ville des bénéficiaires de la CMU au terme d une année de remboursement», Point Stat n 31/Mars La couverture maladie universelle, BO n 2000/4 bis, ministère de l Emploi et de la Solidarité. Ce document rassemble tous les textes législatifs et réglementaires concernant la CMU. Site internet : : Les chiffres du mois. Point STAT n 35 / AOÛT ISSN : Directeur de la publication : Daniel LENOIR Rédaction : Marie-Hélène MOUGARD Conception et réalisation technique : Division Imprimerie Arts Graphiques de la CNAMTS - Tirage : 4000 exemplaires Diffusion : Direction des Statistiques et des Études 66, avenue du Maine PARIS CEDEX 14 Téléphone :

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU :

Les bénéficiaires de la CMU : D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 29 Isabelle GIRARD - Jocelyne MERLIÈRE LES DÉPENSES DE SANTÉ DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU Au cours des 5 premiers mois de l année

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Première Table ronde l évolution du rôle des complémentaires face aux enjeux d accès aux soins : quelle articulation régime général / régime

Première Table ronde l évolution du rôle des complémentaires face aux enjeux d accès aux soins : quelle articulation régime général / régime Première Table ronde l évolution du rôle des complémentaires face aux enjeux d accès aux soins : quelle articulation régime général / régime complémentaire? Introduction Le marché de la complémentaire

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

Note de conjoncture n 28

Note de conjoncture n 28 Mars 2014 L'Observatoire Economique et Social Note de conjoncture n 28 Volet 2 : Santé et accidents du travail Fin octobre 2013, les remboursements de soins de ville et des cliniques privées sont en repli,

Plus en détail

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc Situation sanitaire en Nouvelle-Calédonie 2012 www.dass.gouv.nc Les comptes de la santé Source: service de la protection sociale III.1. Présentation La délibération modifiée n 490 du 11 août 1994 portant

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

TIERS PAYANT. des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD!

TIERS PAYANT. des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD! TIERS PAYANT des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD! La généralisation du tiers payant à l ensemble des soins de ville avant 2017 fait partie des mesures

Plus en détail

PLAN SALARIÉS - Entreprise. particuliers PROFESSIONNELS entreprises. Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés

PLAN SALARIÉS - Entreprise. particuliers PROFESSIONNELS entreprises. Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés particuliers PROFESSIONNELS entreprises Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés Vous êtes dirigeant d entreprise. Vous choisissez dans le cadre de votre politique sociale de souscrire un

Plus en détail

Assurance obligatoire, assurance volontaire en santé. Seminaris 27 juin 2003 Christine Meyer

Assurance obligatoire, assurance volontaire en santé. Seminaris 27 juin 2003 Christine Meyer Assurance obligatoire, assurance volontaire en santé Seminaris 27 juin 2003 Christine Meyer Questions de vocabulaire : Assurance de base : assurance maladie obligatoire Couverture complémentaire : Contrats

Plus en détail

Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas

Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas Carine Franc, Aurélie Pierre Colloque Santé et Société. Toulouse, le

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Complémentaire santé : actualité économique. Point d actualité : évolutions règlementaires

Complémentaire santé : actualité économique. Point d actualité : évolutions règlementaires 20 novembre 2014 Complémentaire santé : actualité économique Point d actualité : évolutions règlementaires Frais de soins de santé : réforme des contrats responsables Prévoyance : portabilité des droits

Plus en détail

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Séminaire de préparation à la retraite ONU Genève 09/04/2014 ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Sommaire Le système de Sécurité Sociale en France Les différents régimes de sécurité

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Conjoints collaborateurs et cotisants

Conjoints collaborateurs et cotisants Page supplémentaire : 1 Série des cotisants sur 2006 et 2007, mais pb a. pour les artisans vieillesse (rupture SCR en mai), b. pas de série mensuelle pour la maladie N 15 février 2008 Éléments démographiques

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

santé le parcours de soins Mémento

santé le parcours de soins Mémento santé le parcours de soins Mémento Informations pratiques Qu est-ce que le parcours de soins? Le parcours de soins est un circuit que vous devez respecter pour bénéficier d un suivi médical coordonné,

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Les dépenses de santé à la charge des ménages retraités

Les dépenses de santé à la charge des ménages retraités Les dépenses de santé à la charge des ménages retraités Renaud LEGAL (Drees) Coauteurs : Alexis LOUVEL, Noémie JESS, Catherine POLLAK Mercredi 14 octobre 2015 14/10/2015 1 Les dépenses de santé à la charge

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS "RESPONSABLES"

NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS RESPONSABLES NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS "RESPONSABLES" Entrée en vigueur de la nouvelle réglementation pour les contrats santé individuels et collectifs bénéficiant d aides fiscales et sociales. Contrats

Plus en détail

LE SECTEUR DENTAIRE AU SEIN DE L ASSURANCE MALADIE

LE SECTEUR DENTAIRE AU SEIN DE L ASSURANCE MALADIE LE SECTEUR DENTAIRE AU SEIN DE L ASSURANCE MALADIE PLAN L offre de soins Les dépenses Les besoins en soins - Prévention La CMU Complémentaire L OFFRE DE SOINS LA DEMOGRAPHIE Source : Ordre national des

Plus en détail

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015 la complémentaire santé en entreprise Introduction D ICI LE 1ER JANVIER 2016, TOUTES LES ENTREPRISES, DÈS LE 1ER EMPLOYÉ, DEVRONT METTRE EN PLACE UNE COUVERTURE

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants 5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin Une

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008?

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009 Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? Observatoire des métiers CCIJP 2 Rappel des populations étudiées - Présentation des principales

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

IPECA ONFORT 1, 2 et 3

IPECA ONFORT 1, 2 et 3 Votre partenaire au quotidien C IPECA ONFORT 1, 2 et 3 Pour améliorer vos garanties santé www.ipeca.fr IPECA ONFORT : Cde meilleurs remboursements Salariés Cadres, vous souhaitez une protection supplémentaire?

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME COLLECTIVE

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME COLLECTIVE 1 GAMME COLLECTIVE Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 2 NOTRE EXPERIENCE A VOTRE SERVICE Plus de 65 ans d expérience dans la protection sociale de l enseignement privé.

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé. Guide D INFORMATION. Harmonie Mutuelle vous accompagne dans la mise en place de ce nouveau dispositif

Généralisation de la complémentaire santé. Guide D INFORMATION. Harmonie Mutuelle vous accompagne dans la mise en place de ce nouveau dispositif Guide D INFORMATION Généralisation de la complémentaire santé Harmonie Mutuelle vous accompagne dans la mise en place de ce nouveau dispositif Généralisation de la complémentaire santé La loi du 14 juin

Plus en détail

RMI. Bénéficiaires du Revenu minimum d insertion

RMI. Bénéficiaires du Revenu minimum d insertion Bénéficiaires du Revenu minimum d insertion Instauré par la loi du 1 er décembre 1988 renouvelée le 20 juillet 1992, le RMI (Revenu minimum d insertion) a un triple objectif : garantir un revenu minimum,

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion CNRACL Octobre 2014 Résumé La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) est un régime de retraite complet

Plus en détail

Contrats Frais de santé. Bilan 2013

Contrats Frais de santé. Bilan 2013 Contrats Frais de santé Bilan 2013 1 Effectifs assurés au 31/12/2013 Structure de la Démographie Assurés Conjoints Enfants Total Bénéficiaires Coef. Bénéficiaires 2 376 1 230 2 221 5 827 2,45 Assurés Age

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 12/05/2000 Origine : DDRI ENSM AC Réf. : DDRI n 66/2000 ENSM n 28/2000 AC n 24/2000 n / MMES et MM les Directeurs

Plus en détail

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants 1 Les prestations 2 Les prestations maladie-maternité 1/2 Les prestations maladie en nature (médicaments, honoraires ) sont les mêmes que les

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Santé. Frontafamily Essentielle. Choisissez la formule adaptée à vos besoins :

Santé. Frontafamily Essentielle. Choisissez la formule adaptée à vos besoins : Santé Frontafamily Essentielle Choisissez la formule adaptée à vos besoins : m Des garanties permettant un tarif au plus bas du marché m 4 niveaux de base au choix: Inclus! Prise en charge du complément

Plus en détail

Prémi Santé. assurer l essentiel

Prémi Santé. assurer l essentiel M U T U E L L E G É N É R A L E D E L É C O N O M I E, D E S F I N A N C E S E T D E L I N D U S T R I E Prémi Santé assurer l essentiel 2015 Vos prestations* Prémi Santé vous rembourse les actes les plus

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé. contraintes ou opportunités?

Généralisation de la complémentaire santé. contraintes ou opportunités? Généralisation de la complémentaire santé contraintes ou opportunités? SOMMAIRE I - Rappel du contexte 1- Qu est que la généralisation de la complémentaire santé? 2- Quelles sont les entreprises concernées?

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Régime de Complémentaire Frais de Santé des salariés non cadres en agriculture de PICARDIE

Régime de Complémentaire Frais de Santé des salariés non cadres en agriculture de PICARDIE Régime de Complémentaire Frais de Santé des salariés non cadres en agriculture de PICARDIE Le régime Complémentaire frais de santé prend effet au 1 er janvier 2010 et comprend : Les pourcentages indiqués

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Sondage complémentaire de l étude

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

Petit guide sur les droits de santé et les principales structures socio sanitaires de la Ville.

Petit guide sur les droits de santé et les principales structures socio sanitaires de la Ville. Petit guide sur les droits de santé et les principales structures socio sanitaires de la Ville. Ce guide à destination des professionnels locaux a été réalisé par l Atelier Santé Ville d Aubervilliers

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité Médecine et Société Chapitre 4 : Protection sociale Partie 2 : L assurance maladie Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Agence nationale des services à la personne Colloque régional DIRECCTE Alsace Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Strasbourg, 22 novembre 2010 La politique

Plus en détail

La protection sociale complémentaire des personnes en situation de handicap et de précarité

La protection sociale complémentaire des personnes en situation de handicap et de précarité Groupe de travail IGAS et précarité La protection sociale complémentaire des personnes en situation de handicap et de précarité Étude à partir des données des CPAM de Bordeaux, du Hainaut et de Nanterre

Plus en détail

Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas

Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas Carine Franc * et Aurélie Pierre ** En France, le financement des soins

Plus en détail

Arrêtés au 31/12/2013 Date de rafraîchissement des provisions au 31/03/2014

Arrêtés au 31/12/2013 Date de rafraîchissement des provisions au 31/03/2014 Contrat(s) juridique(s) : AIP212146S Arrêtés au 31/12/213 Date de rafraîchissement des provisions au 31/3/214 Direction technique, le 22/5/214 Sommaire EFFECTIFS Répartition des effectifs par assurés /

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME INDIVIDUELLE

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME INDIVIDUELLE 1 GAMME INDIVIDUELLE Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 2 NOTRE EXPERIENCE A VOTRE SERVICE Plus de 65 ans d expérience dans la protection sociale de l enseignement privé.

Plus en détail

Comparateur de tarifs mutuelle en ligne

Comparateur de tarifs mutuelle en ligne Comparateur de tarifs mutuelle en ligne Le montant remboursement d'une complémentaire santé est très variable d'un produit un autre. Certains produits vont vous rembourser à hauteur de 100 % d'autres à

Plus en détail

COORDINATION & ADMINISTRATIF

COORDINATION & ADMINISTRATIF NUTRITION ARTIFICIELLE GUIDE DES TRANSITIONS VERS L ÂGE ADULTE 1 COORDINATION & ADMINISTRATIF Vous trouvez ci-après de nombreuses informations sur les aspects très pratiques et formalistes du passage vers

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

AIDES au LOGEMENT. Bénéficiaires des aides au logement

AIDES au LOGEMENT. Bénéficiaires des aides au logement Bénéficiaires des aides au logement Le dispositif d aide au logement comprend trois allocations principales : l APL (Aide personnalisée au logement), l ALF (Allocation de logement dite «à caractère familial»)

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

N 294 mars 2004. État de santé et recours aux soins des bénéficiaires de la CMU Un impact qui se consolide entre 2000 et 2003

N 294 mars 2004. État de santé et recours aux soins des bénéficiaires de la CMU Un impact qui se consolide entre 2000 et 2003 En 2003, après trois ans de montée en charge, les caractéristiques de la population bénéficiant de la CMU sont restées proches de celles observées en 2000. Il s agit d une population plutôt jeune, féminine

Plus en détail