MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS"

Transcription

1 MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS GESTION DES ACCIDENTS COLLECTIFS EN COOPERATION INTERNATIONALE. COOPERATION AVEC LA FRANCE LE CAS DE L ITALIE Novembre 2006

2 GESTION DES ACCIDENTS COLLECTIFS EN COOPERATION INTERNATIONALE. COOPERATION AVEC LA FRANCE Les modalités d intervention et de coopération avec la France à l occasion d un accident collectif, depuis l information de la victime et jusqu au procès RAPPORT DE DROIT ITALIEN 2

3 INTRODUCTION. PROCEDURES D INDEMNISATION DE DROIT COMMUN A. PRINCIPES GENERAUX B. ACTION DES VICTIMES CONTRE LE RESPONSABLE DE L ACCIDENT ET SON ASSUREUR PREMIERE PARTIE. AMENAGEMENTS CONVENTIONNELS ET LEGISLATIFS DU SYSTEME D INDEMNISATION DES VICTIMES D ACCIDENTS COLLECTIFS SECTION I. L INADEQUATION DU SYSTEME LEGAL DE RESPONSABILITE CIVILE ET D ASSURANCE A LA PROBLEMATIQUE DES ACCIDENTS COLLECTIFS SECTION II. LES AMENAGEMENTS CONVENTIONNELS SECTION III. L AMENAGEMENT LEGISLATIF DEUXIEME PARTIE. LES MESURES DE COOPERATION INTERNATIONALE DANS L HYPOTHESE DE L ACCIDENT COLLECTIF A CARACTERE TRANSNATIONAL ET/OU TRANSFRONTALIER SECTION I. L ABSENCE DE DISPOSITIF LEGISLATIF ADEQUAT SECTION II. L EXEMPLE DE LA CATASTROPHE DU TUNNEL DU MONT BLANC : AMENAGEMENTS DIPLOMATIQUES, JUDICIAIRES ET CONVENTIONNELS 3

4 INTRODUCTION. PROCEDURES D INDEMNISATION DE DROIT COMMUN A. Principes généraux Les hypothèses d accidents dans lesquels sont impliquées plusieurs parties, en raisonnant en termes de structure du système de responsabilité civile, ne sont pas expressément prévues et réglées puisque les règles générales du droit italien sont susceptibles d être appliquées même lorsque le dommage causé a frappé une multiplicité de sujets 1. La particularité de l évènement en mesure de causer un dommage qui frapperait une multiplicité de sujets, permet d identifier dans la discipline de la responsabilité objective, et en particulier dans la disposition relative au développement des activités dangereuses (art C. civ.), la norme susceptible de traiter la responsabilité pour accidents collectifs 2. Pour la mise en œuvre de la responsabilité sanctionnée par l article 2050 C. civ. doivent être considérées comme dangereuses non seulement les activités prises en compte pour la prévention des accidents et la protection de la sécurité publique, mais aussi toutes celles qui, même si elles ne font pas l objet d une réglementation spécifique, présentent une dangerosité intrinsèque ou dépendant des modalités de leur exercice ou encore des moyens employés 3. 1 D. BADANO Mass torts : l optique assurantielle, in Resp. civ. preve, 2002, IIIe partie, p Dans l ordre juridique italien les class actions ne sont pas prévues pour l hypothèse d accidents collectifs tout comme est étrangère à la culture juridique italienne l idée d un système d indemnisation à fonction punitive analogue à celui qui est en application aux USA où l on parle de punitive or exemplary dommages. 2 Les dispositions de l article 2050 prévoient que «quiconque cause un dommage à autrui dans le développement d une activité dangereuse, par sa nature même ou à raison de la nature des moyens employés, est tenu à réparation s il ne fait pas la preuve qu il a adopté toutes les mesures propres à éviter le dommage. Cf. R. CAVALO BORGIA, L assurance de responsabilité civile, in Responsabilité et assurances, Traité de la responsabilité civile dirigé par M. FRANZONI, Milan, 2004, IV, p. 4, qui souligne l inaptitude de la responsabilité pour faute à satisfaire les attentes de protection dans une société technologiquement avancée. 3 Cass. Civ., 2 mars 2001, n 3022, Cass. Civ., 10 fév. 2003, n 1954, qui soulignent que «constituent des activités dangereuses non seulement celles qui sont qualifiées comme telles par la loi sur la sécurité publique et par d autres lois spéciales, mais également celles qui comportent la possibilité de produire le 4

5 Cette disposition du Code est susceptible d application dans les cas où la conséquence d un événement catastrophique résulterait des activités mentionnées. Habituellement les dommages causés à la collectivité par l exercice de ces activités prennent place dans l ample contexte du dommage environnemental, dont le système d indemnisation repose sur des mécanismes financiers alimentés par des taxes et des cotisations, ce qui signifie que les coûts du dommage causé par l impacte de ces activités est réparti entre les entreprises de la branche et incorporés dans leurs prix. B. Action des victimes contre le responsable de l accident et son assureur Bien que l assurance de responsabilité civile se présente comme l instrument technico-financier qui garantit l indemnisation de la victime, l ordonnancement juridique italien manque d un principe général en ce qui concerne le caractère obligatoire de l assurance, qui ne vise que certaines catégories d activités de particulière dangerosité 4. Le système italien et caractérisé par une structure binaire : l assurance obligatoire dans les cas prévus par la loi ; pour le reste, l assurance est facultative. Sont obligatoires : - l assurance de l exploitant d aéronef pour ce qui concerne le personnel navigant ; - l assurance de l exploitant de lignes aériennes régulières pour ce qui concerne les passagers ; - l assurance de la RC pour l emploi de l énergie nucléaire ; - l assurance de la RC résultant de la circulation des véhicules à moteur et des embarcations ; - l assurance de la RC pour les dommages causés par les fuites d hydrocarbures transportées par la voie maritime ; - l assurance pour les entreprises distributrices de pétrole et de gaz liquéfié. dommage, non seulement par suite d une action, mais aussi d une omission, c es à dire d un défaut de précaution qu il eut été nécessaire de prendre, en raison de la nature de l activité exercée, en vertu des normes générales de diligence et de prudence. 4 R. Cavallo Borgia, L assurance obligatoire de responsabilité civile, in Responsabilité et assurance, op. cit., p

6 En outre, il est important de préciser que, tandis que dans le système italien le tiers victime n a pas d action directe contre l assureur, la où l assurance est obligatoire, la loi lui reconnaît expressément le droit d agir directement contre l assureur pour obtenir réparation de son préjudice. Donc, en dehors des hypothèses spécifique qui font l objet d une réglementation particulière, la dangerosité de l activité exercée n est pas élevée au rang de critère général imposant l obligation de l assurance de la RC. Parmi les assurances facultatives, se développe actuellement en Italie l assurance RC en cas de pollution qui oblige l assureur à prendre en charge l indemnisation des dommages involontairement causés à des tiers par suite d une pollution de l environnement causée par l activité visée dans la police d assurance. Cette police, élaborée par l ANIA (Association nationale des entreprises d assurances) avec la collaboration de la COFINDUSTRIA, couvre à la fois les dommages résultant d une pollution accidentelle et ceux qui sont provoqués par une pollution graduelle. Quant aux risques couverts, cette police vise damno emergens et/ou lucrum cessans ainsi que le dommage moral lié à la souffrance physique et/ou psychique (à condition que le fait à l origine du dommage constitue une infraction pénale). Enfin est apparu dans la pratique, même s il connaît des dysfonctionnements, un système alternatif représenté par les fonds de compensation institués pour faire front à la réparation des dommages catastrophiques liés à la navigation et causés par la pollution provenant des hydrocarbures transportées. 6

7 PREMIERE PARTIE. AMENAGEMENTS CONVENTIONNELS ET LEGISLATIFS DU SYSTEME D INDEMNISATION DES VICTIMES D ACCIDENTS COLLECTIFS SECTION I. L INADEQUATION DU SYSTEME LEGAL DE RESPONSABILITE CIVILE ET D ASSURANCE A LA PROBLEMATIQUE DES ACCIDENTS COLLECTIFS C est seulement à une époque récente que la loi de la responsabilité civile a été sollicitée et utilisée pour résoudre les problèmes liés aux dommages diffus causés par des «désastres de masse». La manière dont la responsabilité civile peut être utilisée dans l aire des mass torts a été vivement discutée par la doctrine italienne surtout après les événements bien connus comme par exemple, Seveso, Tchernobyl, Bhopal, Amoco Cadiz, Exxon Valdez, la thalidomide. La tentative faite pour affronter du point de vue juridique les responsabilités qui dans ces cas peuvent surgir, a mis à dure épreuve les capacités du système des juridictions de droit privé. Les Etats-Unis sont en effet à l avant-garde en matière de mass torts puisque les juridictions américaines se sont montrées particulièrement réceptives pour tenter des essais affectant le droit substantiel et le droit processuel, notamment parce que l absence d un système public d assistance fait que la mise en œuvre d un système de responsabilité civile y est souvent l unique possibilité offerte aux nombreuses victimes pour obtenir réparation. A titre préliminaire, il importe de bien cerner le phénomène, et d identifier les problème substantiels et processuels qu il fait naître. Par la locution mass torts on se réfère essentiellement à trois types distincts de désastres : - les événements isolés qui lèsent simultanément de nombreuses victimes (accidents aériens, explosions, explosions nucléaires) ; - les lésions en chaîne causées par le même produit au cours d une certaine période de temps (thalidomide) ; 7

8 - les accidents qui provoquent des dommages aux personnes et/ou aux biens sur une aire déterminée du territoire (certains dommages environnementaux). A la différence du droit nord-américain, dans lequel la question du dommage diffus est étroitement liée à la possibilité d intenter une class action, le droit italien ne fait pas de place particulière au dommage diffus. La question apparaît donc étroitement corrélée à celle des intérêts diffus et à la recevabilité des demandes d indemnisation émanant d organismes associatifs ou d organismes publics porteurs des intérêts généraux de la collectivité qui a souffert des événements rattachables à l activité humaine. La première catégorie de faits dommageables (un événement singulier faisant de nombreuses victimes) pose relativement moins de problèmes à la discipline traditionnelle de la responsabilité civile, en particulier il ne soulève pas des difficultés propres au lien de causalité, même si cette question de la causalité peut retrouver son importance dans les accidents d automobile impliquant de nombreux véhicules. Mais pour le reste, tout bien pesé, le système général de la responsabilité civile et d assurance est vite apparu en Italie comme un instrument mal adapté à la réparation des désastres de masse. L importance des indemnisations de masse est en effet en mesure de mettre à genoux le système d assurance tout comme le système judiciaire. La préoccupation constante est de ne pas imposer aux premiers un fardeau intolérable et d éviter aux seconds un véritable engorgement. Il existe en effet diverses raisons qui se conjuguent pour ne pas gérer par la responsabilité le coût social des accidents de masse : la principale est que l on ne peut demander à la responsabilité civile de remplir l office d un système de prévoyance sociale, avec au surplus, des coût de gestion particulièrement élevés. Pour illustrer ces inconvénients, il suffits de rappeler que la Cour Constitutionnelle italienne a déclarées inconstitutionnelles les dispositions légales prises en application de la Convention de Varsovie qui plafonne le montant des indemnités dues en cas de perte de la vie humaine à la suite d un accident de transport aérien. 8

9 SECTION II. LES AMENAGEMENTS CONVENTIONNELS On comprend qu un système d indemnisation fondé sur le principe de la réparation intégrale soit inadapté aux accidents de masse. Cela s est vérifie en Italie à l occasion de la catastrophe de SEVESO, de l écoulement de la digue de STAVA ou encore de la tragédie du tunnel du Mont Blanc. Toutes (ou presque) les suites de ces événements ont été réglées par la voie de transactions. C est donc le contrat plus que la responsabilité civile qui a permis de régler de telles difficultés. De même, la gestion processuelle de multiples et variés demandes d indemnisation représenterait des coûts considérables. On comprend que les parties préfèrent aboutir à un accord moins dispendieux, malgré l importance des coûts de transaction. Le rôle fondamental de la transaction a été reconnu par la Cour des Comptes qui a approuvé la conduite du Président du Conseil des ministres qui ayant conduit une telle négociation. Selon la Cour en effet, le Président du Conseil a la compétence requise pour les actes, autres que politiques, dès lors que sont réunies les conditions suivantes : - le caractère unitaire de la question à résoudre ; - la difficulté à identifier les segments de compétence des divers ministères concernés ; - l indivisibilité de la question qui n autorise pas le fractionnement de la compétence. De cette manière, la section de contrôle de la cour des comptes a reconnu la compétence du Président du Conseil pour prendre le décret approuvant l acte contenant les transactions conclues entre les administrations de l Etat et les parties pour régler la question des dommages résultant de ces catastrophes (en particulier celles de SEVESO). Les juridictions civiles, dans le cas de SEVESO, n ont eu à s occuper que de quelques demandes d indemnisation de dommages non patrimoniaux, en s efforçant d ailleurs de traiter ces questions sans recourir à la responsabilité civile, c'est-à-dire en favorisant le recours à la médiation politique et au contrat. 9

10 La Cour constitutionnelle elle-même, saisie de la question, est sortie du filet normatif des règles de la responsabilité, en laissant de côté la faute de l Etat, et en faisant de la personne le centre d un système de sécurité sociale dans lequel l Etat devient ainsi l assureur des risques qui peuvent avoir des incidences sur des situations personnelles importantes. D ailleurs, la Cour préfère parler d «indemnité» et ne prononce jamais les termes plus techniques de «réparation du dommage», considérant ainsi l indemnité comme la réponse à une exigence d équité, en laissant de côté ce qu évoque la réparation, c'est-à-dire le nécessaire lien avec la réalité du dommage subi. SECTION III. L AMENAGEMENT LEGISLATIF L unique exemple de tentative de création d une discipline ad-hoc de traitement des suites d un accident collectif est celui des accidents causés à la population civile, en temps de paix, par des avions militaires italiens ou étrangers, opérant légitimement dans l espace aérien national. L événement qui est actuellement à l origine d un projet de loi est constitué par l impact d un avion militaire nord-américain (basé à Aviano) sur des installations du téléférique du Cermis qui avait causé la mort de 20 personnes. L objectif du projet de loi est de garantir aux victimes, qu elles soient étrangères ou italiennes, une indemnisation certaine. Parce que les vols militaires sont directement rattachables à la défense nationale qui incombe à l Etat et constituent ainsi une manifestation de souveraineté qui est de la seule compétence de l Etat, il est juste que ce dernier en subisse les éventuelles conséquences dommageables. Comme il existe une responsabilité objective de droit privé, il doit également exister une responsabilité objective de l Etat dans certains cas. En espèce, il s agirait d une responsabilité absolue, fondée sur le droit à l intégrité des personnes et des biens. Reste le droit pour l Etat de se retourner contre les organismes et les personnes qui seraient jugés responsables ou coresponsables des accidents. Le projet prévoit la faculté pour les victimes de demander, à l ouverture du procès ou en cours d instance (dans l hypothèse où il n y a pas eu d accord préalable), une provision égale au 4/5 èmes de la vraisemblable indemnisation, 10

11 provision qui serait accordée par ordonnance immédiatement exécutoire. L objectif de cette provision est de reconnaître aux victimes une réparation immédiate, même si elle n est que partielle, des dommages subis afin de remédier aux lenteurs du procès. Cette solution ne heurte aucune norme des Codes de procédure civile et pénale et ne fait pas davantage obstacle au droit de se constituer partie civile dans l éventuel procès pénal. 11

12 DEUXIEME PARTIE. LES MESURES DE COOPERATION INTERNATIONALE DANS L HYPOTHESE DE L ACCIDENT COLLECTIF A CARACTERE TRANSNATIONAL ET/OU TRANSFRONTALIER SECTION I. L ABSENCE DE DISPOSITIF LEGISLATIF ADEQUAT De ce qui précède, il résulte clairement que l ordonnancement juridique italien n est pas doté d un instrument prédéfini permettant d affronter et de résoudre le cas particulier de l accident collectif à caractère transfrontalier. Cela est d autant plus évident que l Italie n a jamais ratifié le protocole additionnel de la Convention de Madrid qui ouvre aux collectivités publiques sousétatiques la possibilité de créer des structures communes de coopération. En effet, la loi italienne de transposition de la Convention de Madrid (art. 4, loi du 19 novembre 1984) dispose que seules les collectivités territoriales limitrophes de pays étrangers ou situées dans une zone de 25 km de la frontière peuvent participer à une coopération transfrontalière. Toutefois, le dépassement de ce limites a été en partie rendu possible par la réforme du titre 5 de la Constitution qui pose que les collectivités publiques peuvent passer des accords avec des organismes étrangers homologues et même dans certains cas avec des Etats étrangers sans aucune limite spatiale. Mais à l évidence de tels accords de coopération n ont jamais eu pour ambition de régler les conséquences d un accident transfrontalier. Il a donc fallu, faute de dispositions législatives générales, recourir à la transaction, c'està-dire à des accords d indemnisation avec les victimes de l accident. Il est évident que la négociation d une telle transaction ne peut actuellement en résulter d une procédure standardisée. C est ce qui s est produit à la suite de l accident du tunnel du Mont Blanc : des négociations ont été menées sous l égide d un Comité bilatéral constitué à la suite de négociations diplomatiques et composé de représentants des ministères italien et français de la justice. Il est vraisemblable que l expérience représentera un modèle qui sera suivi à l avenir pour des faits de 12

13 même espèce, sans qu il y ait besoin de recourir à des normes légales spécifiques. SECTION II. L EXEMPLE DE LA CATASTROPHE DU TUNNEL DU MONT BLANC : AMENAGEMENTS DIPLOMATIQUES, JUDICIAIRES ET CONVENTIONNELS (Extraits du rapport de Monsieur Stefano MOGINI, Magistrat de liaison à Paris) Le 24 mars 1999, 39 personnes disparaissaient dans l'incendie survenu au kilomètre 6 du tunnel du Mont-Blanc. Du point de vue de la coopération judiciaire, indispensable en l espèce, la catastrophe du tunnel du Mont Blanc est à cet égard «un cas d école» qui réunit presque tous les éléments de complexité : - la gravité de l événement (incendie dans un tunnel ; pendant plusieurs jours les secouristes n ont pas pu entrer dans l installation ; difficultés d identification des victimes, ce qui a rendu difficile l information des leurs familles et nécessaire un suivi psychologique qui aurait du être particulierement poussé ; absence de réglementation et de standards internationaux de sécurité concernant ce type de structure) ; - la pluralité des victimes (39) ; - les différentes nationalités (ressortissants de 6 Pays) ; - le caractère transnational de l installation dans laquelle le drame s est produit. L «affaire» du Tunnel devient ainsi un véritable laboratoire dans lequel on peut analyser presque «in vitro» les possibilités offertes par des outils nouveaux, tant au niveau des droits nationaux que des instruments de coopération judiciaire internationale, ainsi que leurs limites, dans un contexte, celui de l aide aux victimes et en général du droit non harmonisé au niveau européen. 13

14 A. Rappel du dispositif institutionnel français ayant vocation à intervenir en cas d accident collectif La catastrophe du Tunnel du Mont Blanc se révèle exemplaire sous d autres aspects : en premier lieu l évènement s est produit en France, c est à dire dans un pays où il existe une réglementation de l activité d aide aux victimes complète, moderne et cohérente, qui organise le partenariat des différents acteurs sous l égide du Ministère de la Justice et qui a vu la création en 1999 du Conseil National d Aide aux Victimes. S ajoutent à cela, des réponses innovantes apportées de façon originale lors de la survenance de catastrophes collectives (à partir de Furiani, Banyoles, Halifax, Tunnel du Mont Blanc, Concorde). C est ainsi que le Procureur de la République compétent donne mission à l Institut National d Aide aux Victimes et de la Médiation (INAVEM) et à l association d aide aux victimes active sur le ressort concerné, d organiser aussitôt et dans la durée nécessaire le suivi des victimes et des familles des victimes. Ce suivi, qui a vocation à être global, recouvre surtout le soutien psychologique et l assistance matérielle (ainsi que l aide et la première information pour toute procédure nécessaire, sur le plan administratif et judiciaire). En même temps, afin de coordonner la prise en charge des victimes de ces accidents et l ensemble des réponses à leur apporter, le Ministère de la Justice, en liaison avec l Institut National d Aide aux Victimes et de la Médiation (INAVEM), a mis en place, pour chacun de ces évènements, un Comité de Pilotage qui rassemble les acteurs institutionnels où privés concernés. Ainsi les aspects juridiques, fiscaux, indemnitaires mais aussi psychologiques sont pris en compte. Sont également associés des représentants des victimes. La finalité de ce dispositif vise à offrir le plus rapidement possible une réponse sûre à l ensemble des problèmes rencontrés par les victimes et à favoriser une indemnisation satisfaisante, le cas échéant par la voie amiable avec les assureurs, de l intégralité des chefs de préjudice. Il procède en outre à une évaluation régulière des actions mises en oeuvre et décide, lorsque cela lui apparaît opportun, de l organisation d une réunion de l ensemble des victimes. Il fonctionne selon la formule du «guichet unique», au rythme d une réunion 14

15 mensuelle, dans le respect des principes de neutralité, de confidentialité et de gratuité. B. Articulation de ce dispositif avec les moyens de la coopération judiciaire 1. Les acteurs a. Les magistrats de liaison Les pays les plus touchés par cette catastrophe, c est à dire la France et l Italie, avaient depuis 1993 mis en oeuvre des dispositifs de coopération judiciaire innovants, visant à établir des rapports bilatéraux d une proximité exceptionnelle dans le domaine de la Justice (entre Ministères de la Justice ainsi qu entre juridictions) moyennant l échange de magistrats de liaison, appelés à faciliter, profitant de leur insertion au sein des administration centrales de la justice des pays concernés, la communication entre institutions judiciaires et systèmes juridiques qui demeurent différents ainsi qu à trouver des solutions adaptées aux besoins de l entraide dans un cadre des normes internes et internationales donné et dont la mission dans le domaine de la coopération judiciaire est marquée par les mêmes éléments d informalité, de souplesse et de proximité que l on a vu caractériser le domaine de l aide aux victimes. La conjonction du dispositif français d aide aux victimes et de l échange de magistrats de liaison entre France et Italie a fait que le magistrat de liaison italien à Paris a été invité à participer régulièrement aux travaux du Comité de Pilotage pour les victimes du Tunnel du Mont Blanc. Cela a permis d adapter les formes traditionnelles de la coopération judiciaire internationale à la nouvelle dimension partenariale de l intervention judiciaire dans l aide aux victimes qu on a évoqué auparavant. Alors que jusqu il y a à peu de temps l entraide judiciaire était ponctuelle et avait pour but exclusif l acquisition de preuves en vue de l élucidation des faits dans un procès pénal ou civil selon les formes classiques des commissions rogatoires internationales, aujourd hui les nouveaux modèles de justice pénale fondés sur la réparation des torts et la montée en puissance des droits des victimes font que l entraide sort du procès pour entrer dans toutes les enceintes, judiciaires et non judiciaires, qui s intéressent aux droits des personnes lésées par un accident collectif. 15

16 Cela ne veut pas dire que l entraide «classique» ne sert plus à traiter dans les meilleures conditions des dossiers au caractère transnational évident comme celui du Tunnel du Mont Blanc. Au contraire l entraide judiciaire traditionnelle garde un rôle décisif pour garantir aux victimes le respect de leur droit le plus important : le droit à la vérité. A cet égard deux commissions rogatoires demandant des activités complexes d investigation sur le territoire italien ont été délivrées par le Juge d instruction de Bonneville et transmises aux autorités judiciaires italiennes avec l apport des magistrats de liaison ainsi que du point de contact du RJE de la Cour d Appel de Turin. Ces C.R.I. ont été exécutées de façon complète et dans les meilleurs délais par le juge des enquêtes préliminaires d Aoste. b. Le Comité de Pilotage bilatéral Ce partenariat franco-italien à vocation européenne a abouti à l organisation d une réunion à Rome, véritable Comité de Pilotage bilatéral avec la participation du Procureur de la République de Bonneville, des avocats des victimes italiennes, du président des l association des victimes italiennes, des représentants des Ministères de la Justice français et italien, du Ministère des Affaires Etrangères italien, de l INAVEM, des CNB ainsi que des magistrats de liaison. Le contact direct entre, d un coté, les représentants des victimes italiennes et leurs conseils et, de l autre, les différents sujets et institutions concernés en deçà et au delà des Alpes a permis à cette occasion : - une mise à jour détaillée en ce qui concerne l avancement de l instruction, eu égard notamment à la reconstitution à l échelle réduite de l incendie dans le tunnel ; - une information complète et détaillée tenant au dispositif d encadrement (moyens humains, matériels et financiers supplémentaires) mis en place par le Ministère de la Justice français au profit de la juridiction de Bonneville. En particulier les avocats des victimes italiennes, qui avaient exprimés des craintes, répercutées aux sein du Comité de Pilotage, concernant la taille de la juridiction bonnevilloise par rapport à l importance et à la difficulté de l instruction en cours, ont paru sensibles à cette mobilisation qu ils n avaient pas perçue auparavant ; 16

17 - de faire état du fait que les sommes versées par le sociétés du tunnel (au moins FF par victime) était acquises au titre de la solidarité et donc non imputables sur les indemnisations définitives à venir ; - de favoriser un contact direct des avocats italiens avec l INAVEM, dont on avait pu au sein du Comité de Pilotage parisien solliciter la disponibilité concernant l appui dans la constitution des dossiers d indemnisation et le soutien dans les négociations avec les assureurs. 2. Les aménagements judiciaires a. L intervention de la justice dans les processus de négociation A l approche globale, partenariale et non nécessairement judiciaire, de l aide aux victimes doit correspondre une entraide judiciaire «de proximité», qui se traduit par la valorisation du rôle institutionnel et de l initiative de la justice dans les processus de négociation ou dans les relations entre les différents organismes compétents (non seulement juridictions, mais aussi assureurs, associations nationales ou locales d aide aux victimes, Conseils Nationaux des Barreaux, associations des victimes, consulats, conseils des victimes, etc.). Pour ce faire, on ne peut plus s entraider «à distance» et le circuit diplomatique traditionnel, qui s avère bien entendu plus que jamais nécessaire, doit être enrichi par le rôle d autres acteurs institutionnels dans une «interministérialité bilatérale» dans laquelle la justice trouve toute sa place. Il ne s agit là certainement pas d imposer quoi que ce soit, mais d être disponible pour que tous les acteurs (et en premier lieu les avocats) puissent jouer leur rôle dans l aide aux victimes, dans et en dehors des procédures judiciaires, selon une procédure d adhésion qui met à la charge des services publics l obligation de favoriser une décision éclairée des intéressés, qui restent, quant à eux, tout à fait libres dans leurs choix. C est ainsi que, par exemple, on a pu associer au Comité de Pilotage un représentant du Conseil National des Barreaux italiens, qui s est chargé, comme le CNB français l avait fait pour les avocats français, d assurer le respect des règles déontologiques par les avocats des victimes italiennes (prévention de la 17

18 victimisation secondaire) ainsi que le relais d information et communication avec ces mêmes avocats. b. Les aménagements facilitant l accès à la justice et l égalité de traitement des victimes de différentes nationalités Le fait d intégrer au sein du Comité de Pilotage une participation institutionnelle des administrations centrales de la Justice des Pays concernés par l événement dommageable en vue d optimiser l aide aux victime a été important sous plusieurs aspects. Le premier tient à l application dans le domaine de l aide aux victimes des principes qui sont propres au service public de la justice, à savoir l indépendance par rapport aux parties impliquées directement ou indirectement dans l événement, l accès au droit et à la procédure, la gratuité, l égalité de traitement. Cela a permis de garantir aux victimes d avoir accès de façon générale à la procédure dans leur langue maternelle (question qui depuis longtemps est résolue par la CESDH en ce qui concerne les personnes poursuivies). A cet égard, à partir de la demande exprimée en ce sens au sein du Comité de Pilotage, le Ministère de la justice français a pris la décision de procéder à la traduction des pièces essentielles du dossier pénal aux frais de la juridiction concernée. Dans le même esprit et traduisant en cela le principe de gratuité, le Ministère de la Justice français a mis en oeuvre la téchnique de scannérisation du dossier pour faciliter la consultation de la procédure (constituée de plus de 10 tomes) par toutes les victimes. Une fois la traduction italienne des pièces de la procédure effectuée, il a été possible de procéder à la scannérisation des documents traduits. Ce moyen a permis aux victimes et à leur conseils de consulter et récupérer les pièces du dossier sur CD ROM sans se déplacer et sans faire l avance du coût élevé de la reproduction du dossier par le moyen de la photocopie. Cela a permis aussi que le «conseil de proximité» des victimes puisse faire face à un contentieux complexe et spécialisé sans que soit nécessaire le recours à des groupements «coactifs» ou à des cabinets internationaux d avocats, facilitant ainsi le recours des victimes à une défense personnelle et personnalisée. 18

19 En outre, la tout particulière sensibilité pour les droits des victimes du Procureur de Bonneville, M. Bruno Charve, a conduit ce dernier à instaurer une communication directe et périodique avec les proches des personnes décédées lors de l incendie du Tunnel, toute nationalité confondue. L ouverture de ces fenêtres d information en faveur des victimes s est traduite en particulier par l envoi aux victimes italiennes de lettres, traduites en italien, concernant le déroulement de l instruction judiciaire en cours en France. c. L organisation de la coopération judiciaire en matière d expertise médicale et psychologique L expertise médicale et psychologique a été confiée par le juge d instruction de Bonneville, aux termes des dispositions de la loi du 16 juin 2000 qui offrent à ce dernier la possibilité de procéder à toute acte lui permettant d apprécier la nature et l importance des préjudices subis par chaque victime et de recueillir des renseignements sur la personnalité de celles-ci, à des équipes d experts pluridisciplinaires et mobiles afin d éviter aux victimes de problématiques déplacements (d autant plus problématiques pour les victimes non françaises). Les objectifs poursuivis, déjà définis lors de l expérience de Banyoles, ont été : - garantir l uniformité de la mission (éviter que chaque juge donne sa mission à son ou ses experts) ; - intégration dans l équipe nommée par le juge français d un expert italien de très grande compétence (formation d une équipe mixte) qui soit à même de favoriser un examen médico-psychologique «de proximité» des victimes italiennes qui corresponde effectivement à leur situation personnelle et soit aussi susceptible d être utilisé comme moteur et occasion d accès aux soins de toute victime. 19

20 3. Les aménagements juridiques : la recherche de principes d indemnisation uniforme des victimes Dans un événement comme l incendie du tunnel du Mont Blanc (concernant des victimes de nationalités différentes dans une installation transfrontalière) il est nécessaire de rechercher des normes communes pour permettre à chacune des victimes d exercer la plénitude de ses droits. La confrontation de normes juridiques et judiciaires différentes (c est le cas du Mont Blanc : l indemnisation des victimes étant très sensiblement supérieure en Italie 4 à 1 pour le préjudice économique et 8 à 1 pour les préjudice moral par rapport aux barèmes et aux référentiels français) commande, en dehors de l élaboration d un véritable droit européen des victimes, la création par le moyen de la justice négociée, d une norme de solution juridique qui réponde de façon pragmatique à la situation engendrée par l événement. Ces procédures et ces solutions innovantes sont proposées à l adhésion des victimes, qui peuvent y avoir recours si elles le souhaitent, étant précisé que les procédures traditionnelles, et notamment le droit fondamental de se constituer partie civile devant la juridiction pénale, restent ouvertes. Le Comité de Pilotage s est avéré ainsi un outil précieux pour garantir les droits fondamentaux des victimes, en équilibrant notamment les rapports de force entre les organismes indemnisateurs, avec leur savoir-faire, leurs moyens considérables et leur dimension multinationale, et chaque victime. Il a fallu plus d un an pour que le respect du principe fondamental d égalité de traitement des victimes soit concrètement assuré, même si de façon partielle. Alors qu une provision a été versée par les assureurs auto aux victimes françaises sans conditions, les organismes d indemnisation tenus légalement d assurer l indemnisation des victimes transportées dans des véhicules immatriculés dans d autres pays «pour le compte de qui il appartiendra» auraient voulu imposer à ces mêmes victimes une indemnisation définitive à hauteur de la provision versée aux victimes françaises. Bien évidemment cela aurait entraîné l impossibilité pour les victimes non françaises de saisir les juridictions civiles italiennes s appuyant sur la distinction entre faute délictuelle 20

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

LES DROITS DE L ENFANT

LES DROITS DE L ENFANT LES DROITS DE L ENFANT Maître Viviane SCHMITZBERGER HOFFER Avocat, Ancien Bâtonnier du Barreau de METZ Colloque du 11 octobre 2013 Syndrome du bébé secoué au Ministère de la Santé Mise en garde Article

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique F I C H E 4 1 AIDE AUX VICTIMES I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique II. MESURES EN FAVEUR DES VICTIMES

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie Texte original Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie 0.274.187.631 Conclue le 1 er juin 1933 Approuvée par l Assemblée fédérale le 12

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression Les suites d une plainte pour agression Etape 1. L avis à victime Suite à la plainte que vous avez déposée, le Procureur de la République vous transmet un «avis à victime» à votre domicile. Il vous informe

Plus en détail

Le rôle de l expertise en matière de sites et sols pollués Intersol 2010-19 mars 2010

Le rôle de l expertise en matière de sites et sols pollués Intersol 2010-19 mars 2010 Le rôle de l expertise en matière de sites et sols pollués Intersol 2010-19 mars 2010 Françoise Labrousse, Spécialiste en Droit de l environnement, Avocat au barreau de Paris - Associée Jones Day Paris

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs.

5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs. 5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs. Art. 1er. Aux termes de la présente loi, on entend par: 1. Véhicule

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004)

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004) Texte original Accord entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République française relatif aux activités communes d instruction et d entraînement des armées françaises et de l armée suisse

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

RENTABILIWEB CONDITIONS GENERALES DE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE

RENTABILIWEB CONDITIONS GENERALES DE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE RENTABILIWEB CONDITIONS GENERALES DE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE 1. OBJET : Les présentes Conditions Générales de Paiement prévoient l ensemble des conditions de souscription au Service RENTABILIWEB de

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9

Table des matières. Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9 Table des matières Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9 Chapitre 1 La police de la circulation routière, les infractions et les procès-verbaux 9 Section 1 Introduction 9 Section 2

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Le contentieux des dommages de construction

Le contentieux des dommages de construction Jean-Louis SABLON Le contentieux des dommages de construction Analyse et stratégie Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13399-8 Table des matières Introduction... 1 I. Le contentieux... 1 A. Diversité...

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Présentation de Judicial 2013 I Pack Pro : la solution d accompagnement juridique pour les Dirigeants de

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris

Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris L importance du rapport d expertise et de son contenu. Réunion technique CESAM Salon de Cannes du 14 Septembre 2007 à 8h30. L importance

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE Pour favoriser l accès au droit et à la justice Pour favoriser l accès au droit et à la justice Il arrive que des situations courantes de votre vie quotidienne provoquent

Plus en détail

GESTION DES SINISTRES

GESTION DES SINISTRES GESTION DES SINISTRES Notion de sinistre et limites Un sinistre est un évènement accidentel dont la nature est garantie par le contrat. Un sinistre est indemnisable uniquement s il provoque un dommage.

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Prospection de l avenir du système judiciaire Tunisien

Prospection de l avenir du système judiciaire Tunisien Prospection de l avenir du système judiciaire Tunisien Imed Derouiche Conseiller à la Cour de Cassation Tunisie «Demain est déjà là», écrivit un auteur en 1999. Mais hier est également là et ne sera certainement

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

Table des matières. Le nouveau droit de l expertise judiciaire. Avertissement 5. Hakim Boularbah

Table des matières. Le nouveau droit de l expertise judiciaire. Avertissement 5. Hakim Boularbah Table des matières Avertissement 5 Le nouveau droit de l expertise judiciaire Hakim Boularbah I. l expertise judiciaire, véritable procès dans le procès 7 II. Les lignes de force de la loi du 15 mai 2007

Plus en détail

PARQUET et POLITIQUE PENALE

PARQUET et POLITIQUE PENALE AOPOPE PARQUET et POLITIQUE PENALE Introduction De par la place et le rôle qu il occupe au sein du processus pénal, le parquet a été fréquemment à l origine des grandes évolutions qui ont touché l institution

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Nous réceptionnons les commandes par Internet, téléphone, courrier ou fax.

Nous réceptionnons les commandes par Internet, téléphone, courrier ou fax. Conditions générales R.C. Exploitation GARAGE 1. Définitions Client: personne morale et/ou physique achetant ou utilisant POWERCONCEPT. Consommateur: particulier achetant des Produits pour son usage privé.

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail