Coop de France en ordre de marche LE DOSSIER PAGE 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Coop de France en ordre de marche LE DOSSIER PAGE 3"

Transcription

1 l information et la formation des administrateurs et dirigeants des coopératives agricoles et agroalimentaires La fusion : un acte de responsabilité Éditorial 2 Avenir de la PAC : les grandes manœuvres Europe 7 CES : la voix de la coopération La fiche du mois 10 DÉCEMBRE 2006 N 13 Coop de France en ordre de marche LE DOSSIER PAGE 3 De gauche à droite : Jean Luc CADE, Philippe MANGIN, Hubert GRALLET, Jean Michel FRITSCH, Jean Pol VERZEAUX

2 Sommaire Éditorial Le dossier À la une Coop de France en ordre de marche Un projet politique L organisation nationale Europe - Avenir de la PAC : les grandes manœuvres La fiche du mois - La voix de la coopération au Conseil économique et social Le juridique - Les services aux filiales (II) Le social - Groupama : un assureur de proximité Parution - 2 ème édition du guide de l administrateur est une publication de Éditorial La fusion : un acte de responsabilité Le projet Coop de France s inscrit dans les enjeux qui sont les nôtres aujourd hui : la donne changeante des négociations économiques internationales, la capacité des agriculteurs à nourrir correctement le monde et à participer activement à la contribution d énergie de substitution, l installation d une nouvelle PAC, l image trouble de l agriculture et de la coopération dans le débat français. Oui, le projet Coop de France est aussi un projet de politique agricole. Et en fait, il est d abord un projet politique. J entends parfois : «moins de politique plus d économie». Je réponds que l un ne va pas sans l autre dans une coopérative, ou alors il faut en faire des sociétés capitalistes et laisser les paysans sur leurs tracteurs. Quand on adhère à une coopérative, on décide de prendre une partie de son destin en main. Et cet acte de responsabilité, il faut le prolonger jusqu à Coop de France. Coop de France devra construire des ponts avec d autres mouvements coopératifs en Europe et dans le monde. Il en va des lobbying que l on pourrait bâtir avec d autres pays en direction des instances internationales. Coop de France doit exercer une vraie présence politique à Bruxelles. Et enfin, Coop de France doit redonner au statut de «coopérative» toutes ses lettres de noblesse et dans 2 directions : vers notre environnement institutionnel et politique, vers les syndicats et les organisations professionnelles agricoles, et vers nos adhérents agriculteurs, et notamment les jeunes, qui ne se sentent pas suffisamment acteurs de leur coopérative. Philippe MANGIN Nous devrons encore, plus que d autres, contribuer à réimposer le progrès en agriculture, la science, la recherche. Dès le mois de janvier nous présenterons le plan d action et l organisation de Coop de France. Il sera guidé par l ardente nécessité d apporter plus et mieux aux coopératives, en qualité de services, mais aussi, en qualité de projets et d actions. Philippe MANGIN, Président de Coop de France n numéro 13 Décembre

3 Le dossier Àlaune Coop de France en ordre de marche Le projet Coop de France est un projet de politique agricole. L objectif est élaborer un projet stratégique ambitieux pour la Coopération, qui réponde à la fois aux attentes de nos coopératives adhérentes, et aux nouvelles exigences de notre environnement socio-économique. Coop de France doit construire des ponts avec d autres mouvements coopératifs en Europe et dans le monde et exercer une présence politique à Bruxelles. Ce projet politique devra s inscrire en synergie avec les travaux qui seront conduits par le Haut Conseil de la Coopération agricole, mis en place début Le pouvoir économique des agriculteurs Dans un contexte économique mondialisé, caractérisé par une plus grande libéralisation des échanges, un démantèlement des organisations de marché communautaire et par une concentration des acteurs économiques, tant de l amont que de l aval, les coopératives ont la responsabilité de renforcer et d organiser le pouvoir économique de leurs adhérents agriculteurs. Tel est d ailleurs le titre choisi pour les Tables rondes organisées lors de l Assemblée Générale du 7 décembre : «Pouvoir économique des agriculteurs : Coop de France fixe le cap», Un projet politique L organisation nationale Président Bureau de 26 membres Conseil d'administration de 45 membres qui réunissent une quinzaine d intervenants, et un grand Témoin : l ancien ministre Pierre Méhaignerie. La Coopération doit promouvoir ses spécificités avec son mode original de gouvernance, préserver son statut sur les points fondamentaux et renforcer l implication de ses membres. Enfin, les coopératives agricoles, dans un monde de plus en plus concurrentiel, doivent améliorer leur compétitivité et développer, dans chacune des filières, des stratégies d alliances industrielles et commerciales pour améliorer le revenu des adhérents agriculteurs et la pérennité de leur métier. Afin de relever ces défis, les coopératives, ancrées dans leur territoire, veulent s appuyer sur une politique professionnelle plus unitaire et plus forte. Celle ci s appuiera sur le regroupement de moyens et de compétences des organisations professionnelles nationales et régionales des coopératives, et d une écoute renforcée des besoins de leurs adhérents. Polit. agri. et Dév. Entreprise Juridique Social International R. parlementaires Communication Fédérations Nationales ou Unions métiers Section nutrition animale Pôle animal Services communs internes (comptabilité, informatique ) Section bétail et viande Section grandes cultures Pôle végétal Section déshydratation P R O M O C O O P Fédérations Inter-Régionales 3

4 En 2006, ce projet de renforcement du mouvement coopératif s est poursuivi et l avancement des travaux a été régulièrement présenté aux comités de direction des Fédérations et au Conseil d administration de Coop de France des 19 janvier, 16 mars, 27 avril, 29 juin, 4 et 26 octobre. Une proposition de regroupement par fusion de plusieurs Fédérations métiers avec la confédération Coop de France a été présentée en s appuyant sur quelques principes : Pour tous les adhérents fusionnés ou non : - Participation à l élaboration des orientations stratégiques et aux choix politiques engageant la Coopération agricole - Appartenance pleine et entière à Coop de France, offrant des fonctions transversales (juridiques, sociales, internationales, relations parlementaires, ) et des expertises optimisées Les 4 Fédérations qui rejoignent Coop de France 73 entreprises d Alimentation Animale, coopératives et filiales représentent un CA de 2,5 milliards d. La coopération avec filiales produit 60 % des tonnages français en alimentation animale. 240 groupements et entreprises se répartissent en 4 collèges : bovins, ovins, porcs, industries/aval, le tout pour un CA cumulé de 11,5 milliards d. Pour les Fédérations fusionnées en sections métier : - Professionnalisme renforcé dans chaque métier en développant de nouvelles synergies à l intérieur d un Pôle Animal et d un Pôle Végétal -Mise en commun de services administratifs (comptabilité, informatique, services généraux, ) pour abaisser les coûts -Responsabilisation des élus et des directions par métier tant sur le plan politique que sur le plan financier Ce nouveau schéma a reçu l accord de quatre Fédérations nationales spécialisées qui se sont prononcées en assemblée générale extraordinaire pour la fusion avec Coop de France : SYNCOPAC (Nutrition animale) le 23 mai à Paris FNCBV (Bétail et Viande) le 11 octobre à Saint-Malo SNDF (Déshydrateurs de France) le 8 novembre à Paris FFCAT (Céréales, approvisionnement) le 9 novembre à Paris L assemblée Générale Extraordinaire de Coop de France du 7 décembre 2006 est amenée à se prononcer sur cette fusion-absorption des Fédérations précédentes et sur les statuts de la nouvelle Confédération. Le règlement intérieur de la Confédération et les règlements intérieurs des sections ont été arrêtés par les Le poids de la coopération dans ces filières est variable selon les productions. 93 % des Groupements porcs sont liés à la coopération mais seulement 33 % des Groupements bovins par exemple ; en abattage/ industries la coopération représente 46 % de l activité en porcs et 33 % pour les bovins. 33 entreprises représentent un CA de 200 millions d pour une activité de déshydratation de luzerne et de betterave. conseils d administration de Coop de France et des Fédérations décidées à fusionner. La nouvelle confédération Coop de France s appuiera sur un Conseil d administration et un Bureau représentant de façon équilibrée et ouverte aux évolutions futures les différentes composantes. Le chantier continue Sur le plan de l organisation interne, les travaux fin 2006 et début 2007 portent sur : Àlaune La coopération fournit la quasi-intégralité de cette production industrielle. 200 coopératives de Collecte Approvisionnement représentent avec leurs filiales, 75 % de la collecte française de grains/graines et 66 % de l activité d approvisionnement, pour un CA de 10 milliards d (sans cumuler les Unions et regroupements divers ). n L organigramme, la mise en place des services administratifs fonctionnels communs (comptabilité, informatique ) et des services transversaux régaliens (juridique, social, politique agricole et développement territorial, relations parlementaires, institutionnelles, ) La négociation pour la mise en place d un nouveau statut social pour les équipes salariées L approche budgétaire et financière stricte du nouvel ensemble tant pour les sections métiers que pour les services confédéraux transversaux. Ces travaux se poursuivent de façon pragmatique en optimisant d abord les compétences existantes dans le réseau, en recrutant des compétences nouvelles dans une vision partagée avec l objectif prioritaire d améliorer l efficacité des services dans l intérêt des adhérents. numéro 13 Décembre

5 L ancrage territorial, qui constitue une spécificité forte de nos entreprises coopératives, doit trouver son expression dans l ensemble des débats régionaux et être reconnu comme un atout pour le développement économique et l aménagement des territoires. C est l un des enjeux, au moment ou le mouvement de décentralisation se poursuit, de la constitution d'un échelon territorial de COOP DE FRANCE encore plus performant. Un regroupement sans précédent Les 18 fédérations régionales se regroupent en 7 fédérations interrégionales (plus les fédérations régionales de la Réunion et de la Martinique) pour constituer l échelon territorial, au cœur de Coop de France. Pour parvenir à ce regroupement, il a f a l l u redéfinir les missions des fédérations. En effet, historiquement, les fédérations régionales, pour la plupart, combinaient des activités collectives (syndicale/développement), une offre de services facturés, et des actions de révision coopérative. Désormais la révision s exercera au sein de fédérations dédiées, juridiquement autonomes, les «FIR» se recentrant sur l activité collective et de service. De même, l offre de services de proximité offerts aux coopératives a été progressivement organisée au sein du GIE RESAUDIT, dont les statuts ont été revus à cet effet. Présidé par Michel GRENOT (Poitou-Charentes), RESAUDIT a passé une convention de partenariat technique avec UNION SER- VICE COOP DE FRANCE, pour maximiser les synergies entre les deux structures. BRETAGNE L échelon territorial Une mission stratégique La mission de l échelon territorial vise tout d abord à assurer une animation territoriale visant à développer un tissu coopératif vivant dans l ensemble des régions françaises : création d une dynamique coopérative régionale réponse appropriée aux attentes des agriculteurs en terme d efficacité économique et de services. Cet ensemble coordonne la politique coopérative régionale, défend les intérêts de ses adhérents, et valorise les BASSE- NORMANDIE OUEST PAYS DE LA LOIRE POITOU- CHARENTES AQUITAINE spécificités coopératives auprès de l ensemble des partenaires régionaux de la coopération. Il apporte à ses adhérents des services, de la formation, visant à l amélioration de leur organisation, de leur efficacité économique et de leur engagement dans les démarches de management de la qualité et de gestion de l environnement. Une animation dynamique L animation «inter FIR» est jugée indispensable pour l efficacité du dispositif. HAUTE- NORMANDIE CENTRE ATLANTIQUE LIMOUSIN SUD OUEST CENTRE LIMOUSIN MIDI-PYRÉNÉES La RÉUNION NORD- PAS-DE-CALAIS NORD BASSIN PARISIEN ILE-DE-FRANCE LANGUEDOC- ROUSSILLON AUVERGNE PICARDIE CHAMPAGNE- ARDENNE Àlaune Les fédérations ont ainsi décidé d une cotisation spécifique qui permet le financement de la mise à disposition d un des directeurs de FIR actuellement celui de Coop de France Ouest pour assurer cette mission. Il est désigné pour trois ans par le CCFR, le Comité de Coordination des Fédérations Régionales, organe politique de l échelon territorial, présidé par Max COQ (PACA). Le CCFR réunit l ensemble des présidents de FIR et des FRCA qui les constituent, ainsi que les directeurs. Par ailleurs, le Comité des directeurs se réunit 6 à 8 fois par ans et permet une concertation permanente entre régions. n NORD EST RHÔNE-ALPES AUVERGNE La MARTINIQUE La carte de FIR BOURGOGNE RHÔNE-ALPES COOPAME LORRAINE FRANCHE- COMTÉ ALSACE PROVENCE ALPES-CÔTE-D'AZUR CORSE 5

6 De Bruxelles à Genève Le discours institutionnel La Commission européenne a lancé sa propre réflexion au cours de l année 2006, en prenant en compte divers facteurs. Sur le front interne, elle s oriente vers une plus grande marge de manœuvre des Etats membres dans le domaine agricole et une moindre dépendance de l agriculture par rapport aux aides publiques avec une plus grande attention aux questions environnementales, au bien être animal, et à la qualité et la sûreté des denrées alimentaires. A l externe, la libéralisation du commerce se poursuit, dans les respect des règles de l OMC, et la demande alimentaire mondiale s accroît. Au sein du Conseil européen, si les ministres de l agriculture veulent garder leur compétence devant les ministres des finances, - et notamment avant que l enveloppe financière pour l après 2013 soit arrêtée - ils devront arriver en 2008 avec un «bilan de santé», un rapport fondé sur des études d impact, qui traite du renforcement du découplage, de l avenir de la jachère (suppression ou non), de l évolution de la conditionnalité de la PAC, des quotas de l après 2013, de la modulation, de la régionalisation, du plafonnement, du cofinancement Au COPA-COGECA Un groupe ad hoc du COPA- COGECA s est réuni le 25 octobre 2006, afin de lancer une réflexion prospective sur ce que pourrait être la PAC après 2013, dans le but d inciter les Présidents de toutes les fédérations agricoles à débattre sur ce sujet et d élaborer un document commun qui contribuerait dès 2007 à la réflexion de la Commission européenne. Au cours cette réunion Gerrit Meester, membre du ministère de Avenir de la PAC : les grandes manœuvres La réflexion sur l avenir de la Politique Agricole Commune après 2013 a été lancée par la Commission européenne au cours de l année La Coopération se mobilise dans cette perspective, tant par des rencontres, comme celle du président Philippe Mangin avec les Cabinets de Mme Fischer Boel et de M. Mandelson, que par sa participation aux travaux du Copa Cogeca. Coop Infos a souhaité vous présenter les positions qui se dessinent d ores et déjà sur cet enjeu majeur. l agriculture néerlandais, a identifié trois sortes de producteurs : «les producteurs compétitifs, les fournisseurs de biens (publics ou privés), soutenus dans le cadre des boîtes vertes et bleues de l OMC, et ceux qui ont besoin d être compensés pour leur handicap naturels (1).» Pour lui, la question de la prise en compte des préoccupations non commerciales au sein de l OMC se réglera avec la contractualisation au sein de la chaîne alimentaire. Cela suppose que les agriculteurs aient la liberté d entreprendre et ne soient soutenus par les Etats que sur certains points particuliers : lorsque les marchés s effondrent (soutien national), pour les biens publics (environnement, paysages), pour les infrastructures, la recherche développement Il privilégie un niveau de décision local ou régional, y compris sur le plan financier, ce qui conduirait à une régionalisation des politiques et pourquoi pas dès 2008! Vers un modèle régionalisé? Par ailleurs Jean Luc DEMARTY, Directeur Général de la DG Agri de la Commission européenne, lors d un colloque au Parlement européen, le 7 novembre dernier, a rappelé que l'agriculture nécessite des soutiens publics. Selon lui, le bilan de santé prévu pour 2008, La répartition actuelle ( ) du budget de l Union européenne 1a Compétitivité pour la croissance et l emploi : 7 % 1b Cohésion pour la croissance et l emploi : 36 % 2. Politique agricole commune (PAC) : 36 % 2. Développement rural et environnement : 10 % 3. Citoyenneté, liberté, sécurité et justice : 1 % 4. L UE acteur mondial : 5 % 5. Administration : 5 % 6. Compensations : 0,3 % NB. Les crédits de la politique agricole commune et du développement rural sont représentées séparément et s élèvent au total à 46 % du budget total de l Union, soit 396 milliards d euros sur la période Le budget total de l Union s élève à 1,05 % du Revenu National Brut de l'ue. Pour 2005, son montant s élevait à 116,55 milliards d euros dont 43 % des crédits ont été octroyés à la PAC, soit 50,11 Milliards. relève d'une modernisation de la réforme de 2003, et non d'un changement complet. Cependant, comme M. Meester, M. Demarty propose de s interroger sur une adhésion plus forte au découplage, sur l intérêt des terres en jachère, sur l augmentation (1) M. Franz Fischler, ex Commissaire à l Agriculture avait proposé un schéma qui présente les mêmes trois niveaux de producteurs mais définis différemment : ceux qui sont sur le marché, ceux qui font de la valeur ajoutée et ceux qui produisent des biens collectifs (paysages ). de la modulation obligatoire, sur la simplification du régime d aides avec un seul modèle régionalisé Celui-ci serait préférable car il est plus facile à présenter politiquement, plus aisé à gérer et à rapprocher du Régime de Paiement Unique Simplifié (RPUS), qui relève d'une forme de régime régionalisé. Le pourcentage du budget consacré à la PAC ne saurait demeurer inchangé après 2013 car, à budget constant, d autres politiques communes s ouvrent un chemin et leur intégration se fera au détriment du soutien à la PAC. Cependant, M. Demarty estime que le système devra permettre de protéger les revenus contre les chocs et de rémunérer les services non marchands. Quant aux réformes successives, il estime qu une grande réforme tous les 10 ans, avec une révision intermédiaire tous les 5 ans, serait un bon calendrier pour la PAC. Coop de France se mobilise Lors de la rencontre de juin dernier entre Philippe Mangin, Président de COOP de France et Klaus Dieter Borchardt, Chef adjoint du cabinet Fischer Boël, ce dernier a sollicité la participation des coopératives agricoles françaises au débat sur le futur de la PAC. Coordinateur des travaux liées à l avenir de la PAC, M. Borchardt souhaite que cette réflexion soit menée de façon transparente et que tous les opérateurs économiques s expriment. Dans la foulée, COOP de France a lancé un groupe de travail afin de réfléchir au futur de la politique agricole commune ainsi qu à la réforme des OCM. En effet la Commission devrait présenter une proposition d OCM unique fin décembre, ou dans les premiers mois de l année Isabella MARINUCCI n 7

7 La fiche du mois Le Conseil Économique et Social est une assemblée constitutionnelle consultative placée auprès des pouvoirs publics. La Coopération y est représentée. Tandis qu un projet de réforme plane sur cette institution, celle-ci se trouve au cœur du débat actuel sur le dialogue social et la représentativité des organisations syndicales et professionnelles. La troisième assemblée de la République Le Conseil Économique et Social s'inscrit dans un courant d'idées déjà ancien, en faveur d une représentation organisée des forces économiques et sociales. Dès 1925, à la demande des syndicats ouvriers, une première assemblée est créée. L'idée sera reprise en 1946 dans la Constitution de la IV ème République, puis en 1958 par celle de la V ème qui crée l'actuel Conseil Économique et Social. Le CES joue un rôle consultatif auprès du gouvernement, et participe à l élaboration de la politique économique et sociale. Il est composé de 231 membres, nommés pour 5 ans, et répartis en 18 groupes de représentation : entreprises privées et publiques, professions libérales, artisanat, syndicats, agriculture, coopération, associations, mutualité, etc. Seules les 40 «personnalités qualifiées» nommées directement par le Président de la République répondent à une logique plus politique. Cette assemblée peut être saisie par le gouvernement sur des questions économiques et La voix de la coopération au Conseil Économique et Social sociales, et obligatoirement pour les projets de loi de programme. Les dernières saisines gouvernementales ont par exemple porté sur la loi de cohésion sociale, sur l insertion professionnelle des jeunes issus de l enseignement supérieur, et sur la loi d orientation agricole. Le CES peut également s autosaisir et attirer ainsi l attention du gouvernement sur des réformes qui lui paraissent nécessaires. Ce fut le cas, sur le délicat sujet du dumping social ou de la réorganisation des services à l agriculture. Depuis septembre 2000, le CES est présidé par Jacques Dermagne, issu du MEDEF, qui a impulsé un profond mouvement de réforme et de dynamisation des travaux de cette assemblée, les saisines gouvernementales étant de plus en plus nombreuses. Le CES représente donc l expression de la société civile organisée, ou «l assemblée du premier mot» comme aime à l appeler son président qui précise que si les assemblées élues ont le dernier mot (Assemblée nationale, Sénat), «la démocratie représentative ne peut que s enrichir de la démocratie participative». Le Palais d Iéna qui abrite les locaux du CES est en effet le seul endroit au sein de la République où le gouvernement peut entendre tout à la fois les syndicats, les organisations patronales, les associations,etc. «Une autre façon d entreprendre» Au sein d'un Conseil Economique et Social redynamisé, le groupe de la coopération occupe une position stratégique entre employeurs et syndicats. C est ainsi que la saisine gouvernementale sur l harmonisation des SMIC avait été confiée à un conseiller du groupe de la coopération, Jean Gautier, et a été repris dans le cadre de la Loi Fillon. La Coopération revendique donc pleinement sa place Grâce à ses 18 groupes, le CES favorise le dialogue entre toutes les catégories socio-professionnelles car elle représente, selon Denis Verdier, Président du groupe, «une autre façon d'entreprendre». Le groupe de la coopération constitue un lieu privilégié de rencontres et d'échanges avec les organisations professionnelles de tous horizons (MEDEF, CGPME, UPA, CCI, FNSEA, APCA, Associations, toutes les organisations syndicales, etc.). Il travaille à une expression commune des diffé- rentes familles de la coopération. Rappelons que les coopératives françaises tous secteurs confondus emploient directement ou indirectement environ salariés, si l on inclut ceux des filiales commerciales qu elles contrôlent, et ceux des entreprises qu elles contribuent directement à développer, dans la distribution commerciale ou le secteur artisanal. Le groupe de la coopération Il comprend 10 élus : cinq représentants des coopératives agricoles, nommés par Coop de France : Denis Verdier, président du Groupe, Président de la CCVF (Confédération des Coopératives Vinicoles de France) Gérard Budin, président de la Fédération Nationale des Coopératives Laitières et président de Sodiaal Michel Fosseprez, président de Invivo Jean-Michel Fritsch, président de la Fédération Nationale de la Coopération Bétail et Viande Michel Prugue, Président de Maïsadour deux représentants des coopératives de consommateurs : Jean Grave, président de l Institut du développement coopératif Gérard Thibous, Président des coopérateurs de Normandie- Picardie deux représentants des SCOP (sociétés coopératives de production) : Patrick Ségouin, président de la confédération générale des SCOP (CGSCOP) Jean Gautier, secrétaire général de la CGSCOP un représentant des coopératives HLM : Michèle Attar, déléguée auprès de la présidente de la fédération des coopératives HLM. Barbara MAUVILAIN numéro 13 Décembre

8 Le juridique Les services aux filiales (II) Dans Coop Infos N 12, de novembre, nous avons développé les principes de taxation des services rendus par les coopératives et unions à leurs filiales commerciales, établis par l instruction fiscale du 29 mars Comme convenu, nous poursuivons ce commentaire dans une 2 ème partie, consacrée aux les modalités d application de ces nouvelles règles, et notamment concernant l imposition des magasins de vente au détail des produits de la coopérative. Dans les faits, et compte tenu des règles déjà existantes, plusieurs situations peuvent être rencontrées. Ainsi, en retenant l exemple simple d'une coopérative agricole de collecte, conditionnement et vente de fruits et légumes qui contrôle une société commerciale, diverses hypothèses sont envisageables : La coopérative conditionne et vend pour son compte les fruits et légumes apportés par les associés coopérateurs. Ces opérations sont bien entendu exonérées d impôt sur les sociétés parce que réalisées avec les adhérents. La nouvelle instruction fiscale ne modifie rien à cet état de fait. La coopérative peut également acheter, conditionner et vendre des produits de même nature mais en provenance de tiers non associés. Dans cette situation, à la double condition que les statuts de la coopérative aient prévu l'option «dérogation à l'exclusivisme» et que le volume de ces opérations demeure limité à 20 % des achats de l'activité collecte de la coopérative, la marge réalisée est taxable à l'impôt sur les sociétés comme pour une entreprise concurrente. Ici encore, la nouvelle instruction fiscale n'apporte aucun élément nouveau. La coopérative peut enfin mettre à la disposition de sa filiale ses installations de conditionnement. La filiale étant un tiers au sens du droit coopératif, la facturation par la coopérative de prestations de services de conditionnement constitue un produit taxable à l'impôt sur les sociétés en application de la nouvelle instruction fiscale relative aux services aux filiales. Le seuil de chiffre d affaires à ne pas dépasser est égal à 20 % du chiffre d affaires global de la coopérative et le personnel doit demeurer majoritairement affecté aux opérations coopératives. La dégustation-vente est exonérée d impôt si elle est installée dans l enceinte de la coopérative. Par ailleurs, au delà des filiales, l instruction du 29 mars 2006 maintient des dispositions anciennes relatives aux opérations accessoires qui doivent être fiscalisées tout en n'entrant pas dans la limite des 20 % de la dérogation à l exclusivisme. Il s agit des produits financiers, des locations, des opérations réalisées entre des coopératives adhérant à une même union, des opérations réalisées avec les offices ou de la quote part du résultat provenant d'un GIE ou d'une SCI Ces différentes opérations demeurent assujetties à l impôt sur les sociétés (à l exception des opérations réalisées avec l ONIC) mais ne Pour plus de détails : Circulaire juridique n Contact : supportent aucune des autres conditions d application prévues pour les «services aux filiales» ou les «tiers non associés». Ces opérations ne sont pas concernées par une limite de 20 % mais sont taxables. Magasins de vente au détail des produits de la coopérative Les coopératives de collecte, transformation et vente de produits agricoles des adhérents sont exonérées d'impôt sur les sociétés sauf pour les «ventes effectuées dans un magasin de détail distinct de leur établissement principal» (article du CGI). Des réponses ministérielles anciennes retenaient la situation géographique pour définir le caractère distinct du magasin. Un magasin de vente au détail situé au «siège de l'établissement principal» de la coopérative demeurait exonéré. L'instruction du 29 mars 2006 a décidé de faire prévaloir l'apparence en taxant les ventes réalisées dans «des structures dédiées à cette activité et aménagées spécialement pour l accueil du public», la présence d une caisse enregistreuse suffisant à justifier les ventes au détail et la taxation! Cette position a été très vivement contestée par la profession qui a vu une grave atteinte à la capacité de vendre directement aux consommateurs les produits des adhérents. C'est pourquoi le Ministre délégué au Budget a précisé dans une lettre importante du 3 août 2006 qu'il entendait maintenir l'exonération d'impôt sur le sociétés aux ventes qui remplissent l'ensemble des conditions suivantes : La structure de vente est implantée dans les bâtiments où la coopérative réalise ses activités de production. Le local est accolé, attenant ou à proximité immédiate de ces bâtiments. Le critère de la localisation géographique du magasin reprend toute son importance. Les ventes doivent promouvoir les produits obtenus par la coopérative, leur dégustation ainsi que le savoir faire de la coopérative. Les clients sont sensibilisés au processus de fabrication des produits vendus ; conditions et disciplines de production respectées par les coopérateurs, techniques d élaboration, origine, qualité et traçabilité des produits, compétence des salariés Les produits vendus dans le magasin doivent être élaborés par la coopérative à partir des apports de ses associés coopérateurs. Toutefois, le ministre admet que des produits dérivés (produits régionaux, publicitaires ) soient proposés à condition que le volume de ces ventes se limite à moins de 20 % du chiffre d'affaires du magasin et que l'impôt sur les sociétés soit acquitté. À défaut, l'activité du magasin sera intégralement soumise à l'impôt sur les sociétés. Thierry VALETTE n 9

9 Le social Comme nous l avons fait pour d autres acteurs du monde agricole, dans de précédents numéros, nous donnons la parole à Groupama, qui nous présente son organisation et ses activités. Groupama est présidé par Jean Luc BAUCHEREL et son directeur général est Jean AZEMA. Un Groupe mutualiste GROUPAMA : un assureur de proximité Groupe d assurance généraliste appartenant à une grande mutuelle d origine agricole, Groupama est un groupe indépendant, fondé à la fin du XIX ème siècle par les agriculteurs. Assureur de référence des agriculteurs et des coopératives, le Groupe a étendu son expertise à l ensemble des acteurs socio-économiques. Groupama propose à ses sociétaires et clients, qu ils soient particuliers, professionnels, collectivités ou entreprises, des offres qui associent assurance, services et produits bancaires. Groupama est aujourd hui un acteur majeur de l assurance en France : 1 ère mutuelle d assurance et 3 ème assureur généraliste français. Des principes d action pérennes Animées par les élus des assurés et les collaborateurs, l organisation et la gouvernance mutuelles sont fidèles à l esprit mutualiste et à ses principes d action, la proximité, la responsabilité et la solidarité. C est au nom de ces principes d action que le Groupe a développé une politique volontariste de prévention, en particulier dans les filières agro-alimentaires. Des réseaux de proximité Groupama dispose de réseaux de distribution denses et complémentaires, sur tout le territoire français : les commerciaux salariés des Caisses régionales Groupama, les agents généraux et 330 chargés de missions Gan Assurances, les courtiers partenaires réguliers de Gan Eurocourtage, le réseau des 600 mandataires Gan Patrimoine Fédération Na tionale Groupam a (1) 99,9% et le réseau des salariés Gan Prévoyance. Des points d appui dynamiques à l international Le Groupe est présent sur des zones géographiques à fort potentiel. Il est implanté dans huit pays, principalement en Europe du Sud. Une organisation au service des sociétaires et clients Sociétaires Caisses local es 15 Caisses régionales Groupama SA Filiales (France et International) (1) Détention des Caisses régionales dans Groupama SA via des holdings de contrôle Rentabilité et solidité financière (périmètre Groupe, données 2005) 13,5 Mds d euros de chiffre d affaires 6,5 Mds d euros de fonds propres 544 M d euros de résultat net 14,4 % de rentabilité 291 % marge de solvabilité européenne Le Groupe a également pris position en Europe centrale et en Asie. Groupama est présent dans tous les domaines de l assurance : 1 er assureur agricole 1 er assureur santé individuelle 1 er assureur des collectivités locales 1 er assureur dommages 3 ème assureur auto 3 ème assureur des PME - PMI 5 ème assureur de personnes n numéro 13 Décembre

10 Parution l administrateur en questions 2e édition Un document de référence qui répond à vos questions dans l exercice de votre mandat Presque 10 ans après la parution du Guide de l administrateur (1998), voici la 2ème édition, réactualisée et enrichie (120 questions!). À chaque thème, un triple éclairage : aspects juridiques, pratiques coopératives et préconisations de Coop de France. Disponible à Coop de France, ou auprès de votre fédération. Coop de France Infos, Mensuel édité par Coop de France Prix de l abonnement annuel : 107 euros Directeur de la publication : Jacques HUBERT Rédaction en chef : Irène de BRETTEVILLE 49 avenue de la Grande Armée PARIS Assistante : Sabine COCHET Conception/réalisation : Elisabeth SMIRAGLIA Portrait : Yves BOULAY Tél. : Chefs de rubrique : Le dossier : Barbara MAUVILAIN Imprimerie : Actis Roto BLG Fax : numéro 13 Décembre Europe/ International : Isabella MARINUCCI Juridique : Véronique TAFFIN Social : Béatrice IORDANOW Régions : Jacques MATHIEU Dépôt légal : Coop de France infos est imprimé sur du papier recyclé document réalisé avec la participation financière du Ministère de l'agriculture et de la pêche

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance

Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance Septembre 2010 1 SOMMAIRE 1. Présentation de la Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la soustraitance

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 3 février 2006 Communiqué de presse «Coopératives et mutuelles : un gouvernement d entreprise original» Les 30 recommandations du rapport sur le gouvernement d entreprise des coopératives et

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE

FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE D AFFECTATION SPECIALE FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE MAI 2013

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS

LES AUTO-ENTREPRENEURS NOTE THÉMATIQUE Observatoire socio-économique Avril 2014 LES AUTO-ENTREPRENEURS Depuis l instauration du statut en 2009, le secteur de la propreté attire les auto-entrepreneurs. Ils sont plus de 23 000

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNEE 2013 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2013 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201-3 MARS 201 En 201, 1 91 entreprises franciliennes du secteur privé ont été interrogées, employant 19 0 salariés dont 10 cadres.

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

Article. «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault

Article. «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault Article «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 330, 2013, p. 108-115. Pour citer cet article, utiliser l'information

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers

gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers L i m m o b i l i e r v o u s o u v r e t o u t e s s e s p o r t e s gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers Bienvenue à l UNIS De plus en

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN Cardif Retraite Professionnels Plus CONTRAT LOI MADELIN Donnez plus de vie à votre future retraite BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015

LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015 LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015 POINTS CLES DATES - 2000 Guy Hascoët - 1 er secrétaire d Etat à l ESS propose une loi - 2010 premier rapport par Francis Vercamer - 2011 Benoit Hamont

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013 MAI 2013 NOTE CONJONCTURELLE Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél.

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE

POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE La mobilité sociale est notre priorité FONDATION CRÉÉE EN 2002, SOUS L ÉGIDE DE LA FONDATION DE FRANCE Grégoire Maisonneuve La Fondation Transdev apporte un soutien financier

Plus en détail

Qu est ce que l Economie Sociale?

Qu est ce que l Economie Sociale? Fiche n 2 Les entreprises : Qu est ce que l Economie Sociale? Les de toutes natures (salariés, usagers, ), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1406675D Intitulé des textes : Décret pris pour l application de l ordonnance n 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention des entreprises

Plus en détail

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA)

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) APPEL A PROPOSITIONS Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) Région Provence Alpes Côte d Azur Région Rhône-Alpes Axe 3 «Développer la résilience des territoires et des populations

Plus en détail

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 CNEFOP En résumé Janvier 2015 n 1 Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 La progression de l accès à l apprentissage dans le supérieur permet au nombre

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 PARIS, le 11 Avril 2000 PROCES VERBAL REUNION AFFAIRES GENERALES DU 24 MARS 2000 Présents : MM. SIMON, MERIC, VILLEROT, MARLIOT, Mmes

Plus en détail

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise»

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» Vendredi 8 novembre 2013 CONTACTS PRESSE : CG74 LESLIE GROS 04 50 33 49 89 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30 CMA SYLVAIN POULLET

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS 1) LA C.S.C.A.

LE SAVIEZ-VOUS 1) LA C.S.C.A. LE SAVIEZ-VOUS Etre adhérent du Sycaest, c est bien entendu bénéficier de nombreux services et prestations. Mais c est aussi participer au financement de la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES Entre : - L Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, Ministre de l économie, de l industrie et de l emploi, - La Médiation du crédit aux

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole KPMG accompagne

Plus en détail

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne entre l Etat, Ministère de la défense représenté par Monsieur le

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble!

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! Le Livret d accueil du Repreneur Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! 2 3. Sommaire Le CRA Ce livret a pour vocation de vous aider à utiliser d une manière optimale l

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

CONVENTION. Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne. Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne

CONVENTION. Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne. Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne CONVENTION Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne 1 Préambule La filière viande bovine subit depuis plusieurs années des crises successives, mettant beaucoup

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. CFA du BTP. Les CFA du BTP, 1 er réseau de l apprentissage en France APPRENTIS. www.apprentissage-btp.com JE FORME. des.

DOSSIER DE PRESSE. CFA du BTP. Les CFA du BTP, 1 er réseau de l apprentissage en France APPRENTIS. www.apprentissage-btp.com JE FORME. des. DOSSIER DE PRESSE Les CFA du BTP, 1 er réseau de l apprentissage en France Les centres de formation d apprentis du bâtiment et des travaux publics poursuivent en 2012 leur mobilisation auprès des entreprises

Plus en détail

ADMINISTRATEUR DE BIENS

ADMINISTRATEUR DE BIENS ADMINISTRATEUR DE BIENS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Projet VISIOStockage

Projet VISIOStockage 1 Projet VISIOStockage Observatoire des sites de stockage Outil d observation des capacités de stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Auvergne/ RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ

AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - - VIASANTÉ AG2R LA MONDIALE - - VIASANTÉ SOMMAIRE LE RAPPROCHEMENT 5 L union fait la force 6 Les grandes étapes 7 UN NOUVEL ENSEMBLE COMPLET 9 Un Groupe équilibré en retraite complémentaire

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SYNTHÈSE HISTORIQUE DU VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 Par Jacques Guilmain (Membre de l'association des employés retraités de la ville de Montréal et membre du conseil d'administration

Plus en détail

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Ensemble, Entreprendre Autrement 1 1. Principes, périmètre et bonnes pratiques : ce que dit la loi Ensemble, Entreprendre Autrement 2 Des principes

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-93 du 29 juin 2012 relative à la fusion du Groupe Mornay, du Groupe D&O et de la Fédération Mutualiste Interdépartementale de la Région Parisienne L Autorité de la

Plus en détail

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois!

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois, Des actifs monétaires aux marchés actions, la gamme des FCP Insertion Emplois de Mirova* vise à concilier

Plus en détail

JURIDIQUE - COMPTABILITE

JURIDIQUE - COMPTABILITE Numéro 106 juin 2015 FISCAL - Annonce de la mise en œuvre du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu - Taux, abattements et exonérations de droits d'enregistrement applicables aux ventes d'immeubles

Plus en détail

LES OBJECTIFS DU PAT

LES OBJECTIFS DU PAT LES OBJECTIFS DU PAT Le PAT s inscrit dans le cadre des axes de développement approuvés par l assemblée générale fédérale pour l olympiade 2012/2016. Il est le moyen de mettre en synergie l ensemble des

Plus en détail

I- Les dispositifs sans critères géographiques

I- Les dispositifs sans critères géographiques LE MEMENTO DES AIDES A LA CRÉATION ET A LA REPRISE D ENTREPRISE Plusieurs dispositifs ont été mis en place par les Pouvoirs Publics et les Collectivités Territoriales pour faciliter la création et la reprise

Plus en détail