Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil"

Transcription

1 2013 Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil NORMANDIE BRETAGNE SUD PAYS DE LOIRE - VENDÉE CHARENTE MARITIME GIRONDE

2 Lexique Annuités Remboursement annuel des emprunts (capital et intérêts). Capitaux propres Ensemble des sommes qui reviendraient à l'entrepreneur individuel ou aux associés lors de la de l'entreprise. Coût de production Coût des matières premières + charges affectables directes et indirectes à la production d un bien. Coût de revient Coût de production + rémunération du travail familial et des capitaux propres. EBE Excédent Brut d Exploitation, critère de mesure et de comparaison de la rentabilité d une activité. Il se calcule de la façon suivante : produits d exploitation - charges d exploitation hors amortissements et frais financiers. Endettement Part des dettes dans les ressources de l exploitation. ETP Main-d'œuvre évaluée en Equivalent Temps Plein. Prix d équilibre Prix de minimum permettant à l ostréiculteur d assurer le recouvrement de ses charges, le remboursement de ses annuités et ses prélèvements privés. Rémunération des capitaux propres Cette notion est utilisée dans le calcul du coût de revient. Le taux de rémunération des capitaux propres retenu par le réseau Nautil est de 4 % par an. Rémunération du travail familial Cette notion est utilisée pour le calcul du coût de revient. Le montant re tenu par le réseau Nautil est de /unité de main-d œuvre familiale. Résultat courant Part du résultat de l exercice liée à l activité courante de l exploitation. Valeur ajoutée Accroissement de valeur apportée par l entreprise, au cours d un exercice, dans le cadre de son activité courante.

3 Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil références Les résultats présentés sont issus des entreprises 2012 du réseau Nautil ayant clôturé leur exercice entre fin 2011 et fin Dixième année de références conchylicoles présentée dans ce livret de l'observatoire Nautil. Avec le but de transmettre à chacun quelques repères de gestion et d'analyse, l'observatoire accompagne ceux qui, professionnels et partenaires, s'intéressent à l'économie ostréicole et mytilicole. Malgré le phénomène des mortalités, les chiffres nous montrent comment et combien les professionnels ont su s'adapter pour pérenniser leurs entreprises. Nautil, dans son rôle de conseil, met cet observatoire, outil d'aide à la gestion et au pilotage des entreprises à disposition des chefs d'entreprise et des partenaires de la filière. A. Nicolazo - Nautil Productions d'huîtres sur estran p Normandie p. 4-7 Bretagne Sud p. 8-9 Pays de Loire - Vendée p Charente-Maritime p Gironde p Productions de moules p Productions d'huîtres en eaux profondes p. 18 Rédaction Services études du réseau Nautil - Conception Image Plus - Photos Nautil Tiré à exemplaires - Sept Droits de reproduction réservés à accord préalable.

4 Normandie - Calvados Vente en vrac : huîtres commercialisées par d autres producteurs. DESCRIPTION DES ENTREPRISES en vrac Main-d œuvre totale (ETP) 2,29 dont main-d œuvre salariée 0,93 Surface maritime exploitée (ha) 3,55 Quantité vendue (tonnes/an) 69,80 Achat d huîtres/ d huîtres (%) 30 4 RENTABILITÉ DES ENTREPRISES en vrac Valeur ajoutée ( /tonne) EBE ( /tonne) Résultat courant ( /tonne) Annuité/EBE (%) 28 Annuités ( /tonne) 505 Taux d endettement (%) 52 Capitaux propres ( /tonne) 2 654

5 Vente en vrac ( /t) Prix de : /t Coût de production : /t 255 Autres charges 98 Approvisionnements 165 Bâtiments 323 Mécanisation Frais financiers 109 Achat d huîtres 1741 Main-d œuvre 580 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 106 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t 5

6 Normandie - Manche Vente en vrac : huîtres commercialisées par d autres producteurs. Vente en emballé : huîtres à destination des mareyeurs, poissonniers, restaurants, grandes et moyennes surfaces DESCRIPTION DES ENTREPRISES en vrac en emballé Main-d œuvre totale (ETP) 4,01 3,16 dont main-d œuvre salariée 2,58 1,52 Surface maritime exploitée (ha) 4,86 2,93 Quantité vendue (tonnes/an) 112,43 61,19 Achat d huîtres/ d huîtres (%) RENTABILITÉ DES ENTREPRISES en vrac en emballé Valeur ajoutée ( /tonne) EBE ( /tonne) Résultat courant ( /tonne) Annuité/EBE (%) Annuités ( /tonne) Taux d endettement (%) Capitaux propres ( /tonne)

7 Vente en vrac ( /t) Prix de : /t Coût de production : /t 191 Autres charges 172 Approvisionnements 93 Bâtiments 442 Mécanisation Frais financiers 69 Achat d huîtres Main-d œuvre 719 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 148 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t Vente en emballé ( /t) Prix de : /t Coût de production : /t 364 Autres charges Frais financiers Approvisionnements Achat d huîtres Bâtiments 656 Mécanisation Main-d œuvre 857 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 196 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t 7

8 Bretagne Sud - Morbihan Golfe du Morbihan et rivières de Pénerf et d Étel. Vente en gros : huîtres le plus souvent achetées par les courtiers et d autres producteurs. Vente au détail : huîtres vendues au détail, le plus souvent sur les marchés. DESCRIPTION DES ENTREPRISES en gros au détail Main-d œuvre totale (ETP) 2,44 2,05 dont main-d œuvre salariée 1,13 0,61 Surface maritime exploitée (ha) 9,70 5,30 Quantité vendue (tonnes/an) 66,20 30,20 Achat d huîtres/ d huîtres (%) RENTABILITÉ DES ENTREPRISES en gros au détail Valeur ajoutée ( /tonne) EBE ( /tonne) Résultat courant ( /tonne) Annuité/EBE (%) Annuités ( /tonne) Taux d endettement (%) Capitaux propres ( /tonne)

9 Vente en gros ( /t) Prix de : /t Coût de production : /t 181 Autres charges Frais financiers Approvisionnements Achat d huîtres Bâtiments 476 Mécanisation Main-d œuvre 377 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 167 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t Vente au détail ( /t) Prix de : /t Coût de production : /t 418 Autres charges 545 Approvisionnements 254 Bâtiments 635 Mécanisation Frais financiers 117 Achat d huîtres 2216 Main-d œuvre 672 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 90 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t 9

10 Pays de Loire - Vendée Baie de Bourgneuf principalement. Vente à l expédition : huîtres emballées à destination des grandes et moyennes surfaces, poissonneries et restaurants. Vente au détail : huîtres vendues au détail, le plus souvent sur les marchés. DESCRIPTION DES ENTREPRISES à l expédition au détail Main-d œuvre totale (ETP) 2,20 1,64 dont main-d œuvre salariée 1,06 0,59 Surface maritime exploitée (ha) 3,87 3,84 Quantité vendue (tonnes/an) 47,30 26,20 Achat d huîtres/ d huîtres (%) RENTABILITÉ DES ENTREPRISES à l expédition au détail Valeur ajoutée ( /tonne) EBE ( /tonne) Résultat courant ( /tonne) Annuité/EBE (%) Annuités ( /tonne) Taux d endettement (%) Capitaux propres ( /tonne)

11 Vente à l expédition ( /t) Coût de production : /t Prix de : /t 372 Autres charges 256 Approvisionnements 142 Bâtiments, concessions et claires 721 Mécanisation Frais financiers 51 Achat d huîtres Main-d œuvre 647 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 133 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t Vente au détail ( /t) Prix de : /t Coût de production : /t 485 Autres charges 216 Approvisionnements 162 Bâtiments, concessions et claires 938 Mécanisation Frais financiers 64 Achat d huîtres 750 Main-d œuvre 734 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 188 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t 11

12 Charente-Maritime Bassin de Marennes-Oléron et Ile de Ré. Vente en gros : huîtres le plus souvent achetées par les courtiers et d autres producteurs. Vente au détail : huîtres vendues au détail, le plus souvent sur les marchés. DESCRIPTION DES ENTREPRISES en gros au détail Main-d œuvre totale (ETP) 6,93 2,09 dont main-d œuvre salariée 5,45 0,71 Surface maritime exploitée (ha) 4,63 2,24 Quantité vendue (tonnes/an) 209,19 25,12 Achat d huîtres/ d huîtres (%) RENTABILITÉ DES ENTREPRISES en gros au détail Valeur ajoutée ( /tonne) EBE ( /tonne) Résultat courant ( /tonne) Annuité/EBE (%) Annuités ( /tonne) Taux d endettement (%) Capitaux propres ( /tonne)

13 Vente en gros ( /t) Prix de : /t Coût de production : /t 164 Autres charges Frais financiers Approvisionnements Achat d huîtres Bâtiments, concessions et claires 479 Mécanisation Main-d œuvre 789 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 110 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t Vente au détail ( /t) Prix de : /t Coût de production : /t 528 Autres charges 148 Approvisionnements 921 Bâtiments 1272 Mécanisation Frais financiers 236 Achat d huîtres 1288 Main-d œuvre 798 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 498 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t 13

14 Gironde Bassin d Arcachon. Vente d huîtres : 55 % des huîtres vendues sur les marchés ou au chantier, le solde partant chez des grossistes. DESCRIPTION DES ENTREPRISES d huîtres Main-d œuvre totale (ETP) 3,27 dont main-d œuvre salariée 1,96 Surface maritime exploitée (ha) 3,38 Quantité vendue (tonnes/an) 38 Achat d huîtres/ d huîtres (%) RENTABILITÉ DES ENTREPRISES d huîtres Valeur ajoutée ( /tonne) 2669 EBE ( /tonne) 1573 Résultat courant ( /tonne) 1011 Annuité/EBE (%) 30 Annuités ( /tonne) 535 Taux d endettement (%) 39 Capitaux propres ( /tonne) 4436

15 Vente d huîtres ( /t) Prix de : /t Coût de production : /t 634 Autres charges Frais financiers Approvisionnements Achat d huîtres Bâtiments 842 Mécanisation Main-d œuvre 1195 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 177 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t 15

16 Moules DESCRIPTION DES ENTREPRISES Normandie Morbihan Maritime Charente Main-d œuvre totale (ETP) 3,43 2,28 4,18 dont main-d œuvre salariée 1,59 0,74 2,38 Quantité vendue (t/an) RENTABILITÉ DES ENTREPRISES Normandie Morbihan Maritime Charente Valeur ajoutée ( /tonne) EBE ( /tonne) Résultat courant ( /tonne) Annuité/EBE (%) Annuités ( /tonne) Taux d endettement (%) Capitaux propres ( /tonne) Normandie Prix de : /t Coût de production : 1057 /t 61 Autres charges Frais financiers Approvisionnements Achat de Bâtiments demi-moules 301 Mécanisation Main-d œuvre 275 Nouveau normand 16 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 35 = Coût de revient : /t Prix d'équilibre : /t

17 Normandie : Bouchots (pieux) Morbihan : Bouchots (pieux) Charente-Maritime : Bouchots 80 % - Cordes 20 % Morbihan Prix de : /t Coût de production : /t 111 Autres charges 178 Approvisionnements 44 Bâtiments 439 Mécanisation Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 69 = Coût de revient : /t Frais financiers 55 Achat de 97 demi-moules Main-d œuvre 220 Prix d'équilibre : 1900 /t Charente - Maritime Prix de : /t Coût de production : 1730 /t 170 Autres charges Frais financiers Approvisionnements Achat de Bâtiments demi-moules 760 Mécanisation Main-d œuvre 470 Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 74 = Coût de revient : /t Prix d'équilibre : /t 17

18 Huîtres - Eaux profondes baie de Quiberon (Morbihan). Baie de Quiberon (Morbihan). Vente en gros : huîtres le plus souvent achetées par les courtiers et d autres producteurs. DESCRIPTION DES ENTREPRISES en gros Main-d œuvre totale (ETP) 3,27 dont main-d œuvre salariée 1,86 Surface maritime exploitée (ha) 31,79 Quantité vendue (tonnes/an) 61,60 Achat d huîtres/ d huîtres (%) 25 RENTABILITÉ DES ENTREPRISES en gros Valeur ajoutée ( /tonne) 2364 EBE ( /tonne) 1920 Résultat courant ( /tonne) 1376 Annuité/EBE (%) 28 Annuités ( /tonne) 540 Taux d endettement (%) 35 Capitaux propres ( /tonne) 4786 Coût de production : /t 306 Autres charges 250 Approvisionnements 168 Bâtiments 724 Mécanisation Prix de : /t Frais financiers 81 Achat d huîtres Main-d œuvre Coût de production : Rémunération du travail familial : Rémunération des capitaux propres : 191 = Coût de revient : /t Prix d équilibre : /t

19 Optimisez vos décisions de gestion avec l appui du 1 er RéSEAU NATIONAL DE CONSEIL auprès des chefs d entreprise des MéTIERS DE LA MER! Création Développement Conseil en comptabilité, fiscalité, juridique et social Transmission Reprise Informatique Expertise comptable. Le réseau Nautil : des compétences pluridisciplinaires et une expertise reconnues par plus de professionnels sur l ensemble du littoral français.

20 NORMANDIE Coutances Saint-Lô Valognes Isigny Bayeux BRETAGNE NORD Dol de Bretagne Saint-Brieuc Quimper BRETAGNE SUD Quimper Auray Golfe - Vannes La Roche-Bernard PAYS DE LOIRE - VENDÉE Les Moutiers Challans Saint-Hilaire-de-Chaléons Guérande CHARENTE MARITIME La Rochelle Marennes GIRONDE Gujan Bordeaux Andernos MIDI MÉDITERRANÉE Montpellier IMAGE PLUS RCS Vannes Tél

Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire

Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire 1. LA PRESENTATION DU CNC Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire Le C.N.C.,, est l organisme représentatif des producteurs, distributeurs et transformateurs des coquillages

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Projet VISIOStockage

Projet VISIOStockage 1 Projet VISIOStockage Observatoire des sites de stockage Outil d observation des capacités de stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Auvergne/ RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 1 Objectifs Savoir définir, calculer et interpréter les soldes intermédiaires de gestion. Connaître les principaux retraitements des SIG. Pré-requis Notions sur

Plus en détail

Conseil Spécialisé Horticole

Conseil Spécialisé Horticole Conseil Spécialisé Horticole Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières CER France 6 juin 2014 Observatoire économique des exploitations Horticoles et pépinières exercice

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité :

www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité : www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité : 53220837422 Tél : 02.96.50.50.85 Fax : 02.96.50.50.86

Plus en détail

MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES

MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES (Nom de l entreprise) PRÉPARÉ PAR : (Nom du ou des promoteurs) EN COLLABORATION AVEC : CDEC ROSEMONT PETITE-PATRIE (Mois et année) POURQUOI UN PLAN D AFFAIRES? Le

Plus en détail

CLIN D OEIL MORBIHANNAIS. 3 JOURS / 2 NUITS - A partir de 40 pers. 250,20H/Pers. De 20 à 39 pers. 253,40H/Pers.

CLIN D OEIL MORBIHANNAIS. 3 JOURS / 2 NUITS - A partir de 40 pers. 250,20H/Pers. De 20 à 39 pers. 253,40H/Pers. CLIN D OEIL MORBIHANNAIS 3 JOURS / 2 NUITS - A partir de 40 pers. 250,20H/Pers. De 20 à 39 pers. 253,40H/Pers. Carnac, Quiberon, La Trinité sur Mer, Croisière sur le Golfe du Morbihan, Sainte-Anne d Auray

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 2. Économie avicole, calculations 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux»)

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux») Liste des formules (Consultez également «Liste des tableaux») Table des matières LES CALCULS COMMERCIAUX... 4 Le coefficient multiplicateur... 4 Montant de TVA... 4 TVA collectée... 4 TVA déductible...

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

> ÉDITION octobre 2014. Le marché de la coque et des autres coquillages de la pêche professionnelle à pied LES ÉTUDES DE

> ÉDITION octobre 2014. Le marché de la coque et des autres coquillages de la pêche professionnelle à pied LES ÉTUDES DE > ÉDITION octobre 2014 Le marché de la coque et des autres coquillages de la pêche professionnelle à pied LES ÉTUDES DE Synthèse de l étude du marché de la coque et des autres coquillages de la pêche

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2013-2014

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2013-2014 BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2013-2014 TS1 CGO 13 novembre 2013 2 heures Aucun document autorisé Calculatrice autorisée Présentation du sujet La société CHAMPI est une entreprise spécialisée dans

Plus en détail

DÉCISION FRANCEGRIMER INTV-GECRI- 2015-14 DU 7/05/2015

DÉCISION FRANCEGRIMER INTV-GECRI- 2015-14 DU 7/05/2015 N 15304*01 DÉPARTEMENTS DE LA VENDEE ET DE LA CHARENTE MARITIME DISPOSITIFS D INDEMNISATION PARTIELLE DES PERTES DE RÉCOLTE À DESTINATION DES EXPLOITATIONS MYTILICOLES TOUCHÉES PAR DES SURMORTALITÉS DE

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins Durée : Minimum 14h Maximum 182h (Ce choix permet de valider 10% du Titre de niveau II «chef d entreprise développeur

Plus en détail

Evolution de la dynamique. l Estuaire de la Vilaine

Evolution de la dynamique. l Estuaire de la Vilaine Evolution de la dynamique géomorphologique et sédimentaire i de l Estuaire de la Vilaine Christophe DANQUERQUE, Institution d Aménagement de la Vilaine Camille TRAINI, Université de Bretagne Sud Composition

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL L-R : CRÉATION D UN PLM SUR LE BASSIN MÉDITERRANÉEN

GROUPE DE TRAVAIL L-R : CRÉATION D UN PLM SUR LE BASSIN MÉDITERRANÉEN GROUPE DE TRAVAIL L-R : CRÉATION D UN PLM SUR LE BASSIN MÉDITERRANÉEN DRAAF Languedoc Roussillon Montpellier - 2 juillet 2010 La Fédération Nationale des PLM Objet : «Organiser au profit de l'aide alimentaire,

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Tout savoir sur Mr.Goodfish

Tout savoir sur Mr.Goodfish Tout savoir sur Mr.Goodfish 1 BIENVENUE DANS LE PROGRAMME MR.GOODFISH Par votre adhésion au programme Mr.Goodfish, vous faites un geste important pour une consommation durable des produits de la Mer. Soyez

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE. Pyrus

RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE. Pyrus RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE Pyrus 1. DESCRIPTION DE L ENTREPRISE : L objet de financement : Financer une phase technique pour valoriser des vieux arbres fruitiers issus de vergers afin de les transférer

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Septembre 2013 Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Si le recours aux matériaux recyclés ou aux déchets inertes progresse, les secteurs d activité du bâtiment ou des travaux

Plus en détail

Étude sur la localisation et la densité de 4 professions de santé : médecins généralistes libéraux infirmiers libéraux chirurgiens dentistes libéraux

Étude sur la localisation et la densité de 4 professions de santé : médecins généralistes libéraux infirmiers libéraux chirurgiens dentistes libéraux Étude sur la localisation et la densité de 4 professions de santé : médecins généralistes libéraux infirmiers libéraux chirurgiens dentistes libéraux masseurs kinésithérapeutes libéraux 1 sommaire p 3

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU PORT. Horaires d ouverture du pont de Kérino

GUIDE PRATIQUE DU PORT. Horaires d ouverture du pont de Kérino GUIDE PRATIQUE DU PORT Horaires d ouverture du pont de Kérino 2015 FONCTIONNEMENT DU BASSIN A FLOT Le port de Vannes est un bassin à flot, maintenu à une profondeur minimum de 2.10 mètres par une porte

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Plan de financement Seuil de rentabilité. MAJ 7 février 2014

Plan de financement Seuil de rentabilité. MAJ 7 février 2014 Plan de financement Seuil de rentabilité 1 MAJ 7 février 2014 L ordre des experts comptables Ordre des Experts-Comptables d Aquitaine : 28 rue Ferrère BP 81 33025 Bordeaux Cedex Notre métier : Accompagner

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SEJOUR A GUJAN MESTRAS

LIVRET D ACCUEIL SEJOUR A GUJAN MESTRAS LIVRET D ACCUEIL SEJOUR A GUJAN MESTRAS Partir Entre Amis SARL au capital de 8.000 euros - 14 rue Charles V 75004 Paris - www.partir-entre-amis.fr SIRET :52086234300016 licence d agence de voyages IM075100107

Plus en détail

Représenter un pays : la carte de France

Représenter un pays : la carte de France séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 séance 1 De la photo à la carte. Je découvre Avec l aimable autorisation de la Mairie de l Ile d Arz - www.iledarz.fr Emma va passer quelques jours de vacances à Bilhervé,

Plus en détail

DEFINTIONS ET FORMULES

DEFINTIONS ET FORMULES DEFINTIONS ET FORMULES Comptabilité financière (I) BILAN COMPTABLE : Photographie à un moment t de la situation financière. tableau à 2 colonnes : Actif (emploi des ressources disponibles) et Passif (ressources,

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

4 Choix d investissement

4 Choix d investissement cterrier 1/8 26/01/2011 Cours Mathématiques financières Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre

Plus en détail

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES Association reconnue d utilité publique Siège social : 10/14 rue Tolain 75020 PARIS

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S)

DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S) DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S) Entreprise/Projet Nom CA Année 1 CA Année 2 CA Année 3 Effectif Année 1 Effectif Année 2 Effectif Année 3 Secteur d activité

Plus en détail

Les Affaires maritimes

Les Affaires maritimes Les Affaires maritimes La mer, les lacs et cours d eau sont des espaces naturels, protégez-les en respectant l environnement. Les services de proximité DDAM Nord 22, rue des Fusiliers marins 03 28 26 73

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Code l orientation de Intitulé dans le Sdage 2010-2015 Intitulé dans le Sdage 2016-2021 10A Réduire significativement l eutrophisation des eaux côtières

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC RESTRUCTURATION FINANCIERE Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC 14-15 Octobre 2010 LA RESTRUCTURATION FINANCIERE N est pas un nouveau concept. Une procédure qui a capté

Plus en détail

Pilotage Financier de de l entreprise

Pilotage Financier de de l entreprise 3 ième séance GFN GFN 106 106 Pilotage Financier de de l entreprise Compte de résultat, formation du profit et SIG Enseignant : Yosra BEJAR Maître de Conférences : TELECOM & Management SudParis Chercheur

Plus en détail

Comment évaluer une entreprise. Alain GUILMONT Expert-comptable. Réseau «Transmettre & Reprendre une entreprise en Seine-et-Marne»

Comment évaluer une entreprise. Alain GUILMONT Expert-comptable. Réseau «Transmettre & Reprendre une entreprise en Seine-et-Marne» Comment évaluer une entreprise Alain GUILMONT Expert-comptable Animateur : Jean-Baptiste DREVET-DUPRE CCI 77 Conseiller en reprise et transmission Intervenant : Alain GUILMONT Cabinet Fideliance Expert

Plus en détail

Estimation du stock d huîtres creuses, Crassostrea gigas, en élevage en Baie de Cancale, en octobre 2002

Estimation du stock d huîtres creuses, Crassostrea gigas, en élevage en Baie de Cancale, en octobre 2002 DRV/RA Laboratoire conchylicole de Bretagne, La Trinité-sur-mer Joseph Mazurié Jean-François Bouget Décembre 2004- R.INT.DRV/RA/LCB-2004-06 Estimation du stock d huîtres creuses, Crassostrea gigas, en

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Les systèmes équins du Grand Ouest

Les systèmes équins du Grand Ouest Les systèmes s du Grand Ouest Repères techniques et économiques 0 SOMMAIRE SOMMAIRE... PRÉSENTATION... 3 LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN... 3 CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE... 3 TYPOLOGIE NATIONALE

Plus en détail

L UNION NATIONALE DES ARBITRES DE FOOTBALL (UNAF)

L UNION NATIONALE DES ARBITRES DE FOOTBALL (UNAF) L UNION NATIONALE DES ARBITRES DE FOOTBALL (UNAF) L Union Nationale des Arbitres de Football (UNAF) est l association qui représente les arbitres de football de tous niveaux dans toutes les instances sportives

Plus en détail

La Lettre. Les comptes de la commune ------------------------------------------------------------------------------

La Lettre. Les comptes de la commune ------------------------------------------------------------------------------ ------------------------------------------------------------------------------ La Lettre informations n 2 - avril 2015 Les comptes de la commune --------------- contexte économique national Pour la première

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Les Affaires maritimes

Les Affaires maritimes direction générale de la Mer et des Transports Les Affaires maritimes Les services de proximité DDAM Nord 22, rue des Fusiliers marins 03 28 26 73 00 BP 6356-59 385 Dunkerque cedex 1 03 28 26 73 01 Mél

Plus en détail

DOCUMENTS NECESSAIRES A L ELABORATION DU DOSSIER DE GESTION AGRICOLE

DOCUMENTS NECESSAIRES A L ELABORATION DU DOSSIER DE GESTION AGRICOLE CEGACIA Centre de gestion agréé du commerce et de l industrie de l Aisne Rue Antoine Parmentier Zac la Vallée 02100 SAINT QUENTIN DOCUMENTS NECESSAIRES A L ELABORATION DU DOSSIER DE GESTION AGRICOLE De

Plus en détail

Ratios sectoriels. Dossier exemple. Dossier exemple-caroline. Références du dossier : Date : 24/09/2012 Auteur : Caroline

Ratios sectoriels. Dossier exemple. Dossier exemple-caroline. Références du dossier : Date : 24/09/2012 Auteur : Caroline Ratios sectoriels Dossier exemple Références du dossier : Date : 24/09/2012 Auteur : Caroline Dossier exemple-caroline 1 P a g e SOMMAIRE LE BENCHMARKING SECTORIEL 5 RENTABILITE & PRODUCTIVITE 6 PRODUCTION

Plus en détail

Mode d emploi du tableur >> ARC1

Mode d emploi du tableur >> ARC1 >> Analyse de la Rentabilité du Compostage Mode d emploi du tableur >> ARC1 Le tableur >>ARC1 se décompose en 11 feuillets : Feuillet 1 : Description des activités Feuillet 2 : Description des équipements

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

LE TRANSPORT ET LA LOGISTIQUE DANS LE COTENTIN

LE TRANSPORT ET LA LOGISTIQUE DANS LE COTENTIN LE TRANSPORT ET LA LOGISTIQUE DANS LE COTENTIN Juillet 2011 Sommaire Le transport et la logistique dans le Cotentin...2 Une filière victime de l enclavement...3 Le transport de marchandises dans la Manche...7

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Pour les dossiers comptant plus de deux emplois créés il y a lieu de transmettre en supplément :

Pour les dossiers comptant plus de deux emplois créés il y a lieu de transmettre en supplément : PIECES A JOINDRE IMPERATIVEMENT AU DOSSIER DE DEMANDE D AIDE RÉGIONALE CONCERNANT LES PROJETS DE «CREATION D ENTREPRISES» : (seuls les dossiers complets seront examinés pour instruction) 1 2 3 4 5 Pour

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA Sommaire Partie 1 : Analyse des documents de synthèse Cours 1 - Soldes Intermédiaires de Gestion... 3 Cas 1-1 : Marie (SIG sans retraitement)...

Plus en détail

5 e-.~ ----.---... R~"UJlIIQVE FUS"CAI$E. ,."" J. Tt,,' lh \. H"J'~'I4!1,,' "tn,."" o. lu ~w. l

5 e-.~ ----.---... R~UJlIIQVE FUSCAI$E. ,. J. Tt,,' lh \. HJ'~'I4!1,,' tn,. o. lu ~w. l ,- Avec le soutien de ------;---- ----.---... R~"UJlIIQVE FUS"CAI$E,."" J. Tt,,' lh \. H"J'~'I4!1,,' "tn,."" o. lu ~w. l ~,,' rf" ~tf' ~. ~Poitôu 1.'wo IE. u.ro.pe.. 5 e-.~ Charentes i4um~psuc:ir;;otljl.~

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Qu est-ce que Pays Basque Incoming?

Qu est-ce que Pays Basque Incoming? Qu est-ce que Pays Basque Incoming? Une association créée en 2008 regroupant 6 agences réceptives : Biarritz For Events Le Tourisme Basque Outdoor Travel Passion Côte Basque Sud Emotion Terres Basques

Plus en détail

672ZA Auxiliaires d'assurances

672ZA Auxiliaires d'assurances STATISTIQUES PROFESSIONNELLES 23 672ZA Auxiliaires d'assurances EVOLUTION ANNEES 23 / 22 / 21 23 22 21 CHIFFRE D'AFFAIRES 88 62 Nombre d'entreprises 53 8 Ratios Ratios Ratios CHIFFRE D'AFFAIRES 1,, 1,

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA.

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA. CHAPITRE 4 LES BANQUES I. LES COMMISSIONS ET LES AGIOS SUR DECOUVERT Les entreprises doivent surveiller l évolution de leur solde bancaire. Ce suivi permet de prévenir d éventuelles défaillances qui conduiraient

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde»

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Commission Planification Séance du 24 mai 2012 Délibération n DL/CB/12-XX Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Le comité de bassin délibérant

Plus en détail

www.btsag.com 31 Coûts complets

www.btsag.com 31 Coûts complets www.btsag.com 31 Coûts complets Claude Terrier btsag.com 1/24 11/10/2010 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION (STMG) GESTION ET FINANCE ÉPREUVE DE SPÉCIALITÉ PARTIE ÉCRITE SESSION 2014

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION (STMG) GESTION ET FINANCE ÉPREUVE DE SPÉCIALITÉ PARTIE ÉCRITE SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION (STMG) GESTION ET FINANCE ÉPREUVE DE SPÉCIALITÉ PARTIE ÉCRITE SESSION 2014 ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014 Durée : 4h Coefficient

Plus en détail

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN SDAGE 2010-2015 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT n 2 Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL (article R* 813-19 du code rural) SESSION 2007 Section : SCIENCES ET TECHNIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES EPREUVE D ECONOMIE

EXAMEN PROFESSIONNEL (article R* 813-19 du code rural) SESSION 2007 Section : SCIENCES ET TECHNIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES EPREUVE D ECONOMIE EPREUVE D ECONOMIE (Coefficient : 1 - Durée : 4 heures) ------------------------------ L usage de la calculatrice est autorisé. Elle comprend deux parties notées chacune sur 10 points. Le candidat doit

Plus en détail

STATUTS le 4 février 2011

STATUTS le 4 février 2011 STATUTS le 4 février 2011 Statuts de l EID Atlantique 1 Préambule : Vu le code général des collectivités territoriales (CGCT) et notamment ses articles L. 5421-1 et suivants et R. 5421-1 et suivants ;

Plus en détail

5 La comptabilisation des opérations

5 La comptabilisation des opérations 5 La comptabilisation des opérations d une entreprise commerciale Sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Une vue d ensemble des états financiers

Plus en détail

7 ème Salon de la Transmission de Cabinet

7 ème Salon de la Transmission de Cabinet 7 ème Salon de la Transmission de Cabinet 21 septembre 2012 Evaluation et financement : le point de vue du banquier Salon de la Transmission ROUEN, le 21.9.2012 2 Evaluation et financement 1. Valeur financière

Plus en détail

Exemplaire "type" de Convention de coexploitation

Exemplaire type de Convention de coexploitation Exemplaire "type" de Convention de coexploitation Entre: 1. 2. 3. est conclu un contrat de société en vue de la coexploitation d'une exploitation agricole sous les conditions suivantes: Article 1: Les

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Formules emprunts obligataires

Formules emprunts obligataires Formules emprunts obligataires Sommaire Formules emprunts obligataires1 I Emprunts obligataires avec obligations remboursées au pair (R=C)2 1 Cas général2 2 Annuités constantes3 3 Amortissements constants3

Plus en détail

CONCOURS INGENIEUR D ETUDES AUDITEUR INTERNE A L AGENCE COMPTABLE AC3 SESSION 2014

CONCOURS INGENIEUR D ETUDES AUDITEUR INTERNE A L AGENCE COMPTABLE AC3 SESSION 2014 CONCOURS INGENIEUR D ETUDES AUDITEUR INTERNE A L AGENCE COMPTABLE AC3 SESSION 2014 Durée : 3 heures Coefficient : 3 Le candidat traitera quatre sujets: Sujet 1 : Traduction Anglais/Français Sujet 2 : Comptabilité

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé

1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé 1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé Il convient tout d abord de s entendre sur le vocabulaire et de s assurer que l on parle de la même chose. Le terme «marge» est ambigu. Couramment utilisé dans le langage

Plus en détail

Bois Bocage Energie. www.boisbocageenergie.fr. SCIC Bois Bocage Energie, Laurent NEVOUX, Place de l église, 61800 CHANU

Bois Bocage Energie. www.boisbocageenergie.fr. SCIC Bois Bocage Energie, Laurent NEVOUX, Place de l église, 61800 CHANU Société Coopérative d Intd Intérêt Collectif Bois Bocage Energie www.boisbocageenergie.fr Comment organiser la filière bois et mobiliser la ressource? Acte 1 : Mécaniser la récolte du bois Acte 2 : Moderniser

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail