Évaluation de l'usufruit en droit civil Une méthode de synthèse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation de l'usufruit en droit civil Une méthode de synthèse"

Transcription

1 Évaluation de l'usufruit en droit civil Une méthode de synthèse Introduction. Le législateur fiscal impose un mode d évaluation de l usufruit en vue de la perception des droits d enregistrement ou de succession. Ces règles fiscales ne mènent qu à une valeur très approximative et donc inéquitable de l usufruit. Elles peuvent préjudicier gravement l usufruitier ou, plus rarement, le nu-propriétaire, lorsqu il s agit d évaluer l usufruit en droit civil. Dès qu on sort du cadre strictement fiscal, il est donc indispensable d envisager une autre approche, qui permette d évaluer l usufruit de manière précise, sur la base d un calcul justifié par des critères économiques rationnels. Mutatis mutandis l auteur tient à redire ici ce qu il écrivait dans son livre «La capitalisation des dommages et intérêts en droit commun», dans un domaine où l'actuariat peut également se mettre au service du droit. Toutes les bases de calcul de la capitalisation de l'usufruit (revenu du bien, valeur de la pleine propriété du bien, etc.) doivent être fixées ou approuvées par le notaire ou, en cas de litige, être laissées à l'appréciation souveraine du juge, et il n appartient pas à l actuaire de s immiscer dans un domaine qui n est pas le sien. Il en est de même à propos du choix de la table de mortalité et du taux d'intérêt. Tout au plus l actuaire peut-il, en cette matière, émettre des considérations d ordre démographique et financier qui aideront le juriste à prendre et à motiver sa décision. En revanche, toutes ces données ayant été fixées, le calcul ne peut s opérer que selon des règles mathématiques précises. S en écarter reviendrait, les dimensions d un rectangle ayant été préalablement mesurées, à adopter pour calculer la surface de celui-ci une formule différente du produit de la longueur par la largeur. C'est dans cet esprit que l'actuariat se met ici au service du droit. 1. Une nécessaire alternative aux barèmes fiscaux. Les tables de Ledoux 1, de Levie 2 et de Schryvers 3, ainsi que la table «e-notariat», proposent des alternatives aux barèmes fiscaux pour évaluer l'usufruit en droit civil. Le calcul tient compte du revenu ou de la valeur du bien, de tables de mortalité plus ou moins récentes, de l'âge et du sexe de l'usufruitier et d un taux d'intérêt d'évaluation. Encore faut-il que les données soient estimées avec toute la précision que l utilisateur est en droit d attendre, que les tables de mortalité soient les plus récentes et que le taux d évaluation paramètre particulièrement sensible fasse l objet d un mode de fixation rationnel, en fonction de l actualité financière. En outre, si l usufruit le plus fréquent est un usufruit viager sur une tête, il faut également pouvoir évaluer un usufruit sur deux têtes, un usufruit temporaire (sur une ou deux têtes), et un usufruit éventuel. 2. Le taux d'évaluation. Le taux d'intérêt d'évaluation doit être tel qu'avec le capital de conversion reçu, l'usufruitier puisse avoir un revenu égal à son usufruit. Il ne saurait donc s'agir d'un taux spéculatif, qui ne donne pas la certitude du paiement des intérêts et du remboursement du capital. C'est donc logiquement que l'on adoptera le taux sans risque, c'est-à-dire le taux d'intérêt des emprunts d'état dont la solvabilité est supposée absolue. 1 Jean-Luc Ledoux et al., Capitalisation de l'usufruit. «Tables Ledoux» 2011, Revue du Notariat belge, Bruxelles, juin 2011, pp. 370 et sv. 2 Guy Levie, François Levie, Tables de mortalité pour l'indemnisation des accidents de droit commun et les calculs de l'usufruit, 6 e édition, Bruylant, Bruxelles, Jacques Schryvers, 1

2 Le taux des emprunts d État dépend de la durée de ces emprunts, qui correspond ici à la durée moyenne de l'usufruit 4. Il dépend également de la date d évaluation, car il varie constamment en fonction de l'offre et de la demande sur les marchés financiers. Le tableau 1 fournit les taux moyens, observés en août 2011, des emprunts de l'état belge, appelés OLO 5, et en montre la variation en fonction de la durée (en années). Tableau 1. Taux moyens des emprunts de l'état belge (OLO) août 2011 durée OLO durée OLO durée OLO durée OLO durée OLO 1 1,15% 7 3,73% 13 4,32% 19 4,46% 25 4,58% 2 1,96% 8 3,82% 14 4,36% 20 4,48% 26 4,59% 3 2,67% 9 3,95% 15 4,39% 21 4,50% 27 4,60% 4 3,16% 10 4,08% 16 4,41% 22 4,52% 28 4,61% 5 3,47% 11 4,19% 17 4,42% 23 4,54% 29 4,62% 6 3,63% 12 4,27% 18 4,44% 24 4,56% 30 4,62% Le graphique illustre la dépendance des taux OLO par rapport à la date d achat (août 2010 ou août 2011) et à la durée de l emprunt (de 1 à 30 ans). Le taux d évaluation dépendra donc de la date de l évaluation et de la durée de l usufruit. 5% Taux OLO selon la date et la durée 4% 3% 2% aug-2011 aug % 0% durée (années) Les OLO sont accessibles aux personnes physiques par l'intermédiaire des banques, moyennant des frais de l'ordre de 0,5% à 1% des montants investis. Les intérêts sont en outre soumis à un précompte mobilier libératoire de 15%. Ainsi, le taux net de taxe correspondant à un taux de 4% brut de taxe sera de 4% 85% = 3,40%. A priori, l utilisateur à la recherche du taux sans risque, pour l adopter comme taux d évaluation de l usufruit, aurait pu penser aux bons de caisse émis par les banques, qui sont sans doute plus familiers au grand public. Comme les taux OLO, les taux des bons de caisse dépendent de la date et de la durée de l emprunt. La courbe des taux des bons de caisse est parallèle à celle des OLO mais à un niveau généralement inférieur. Contrairement aux OLO, les bons de caisse ne sont pas négociables en bourse ; ils sont donc moins liquides que les OLO. En outre, la solvabilité de l État est supérieure à celle des banques de sorte que les OLO offrent une sécurité supérieure à celle des bons de caisse. Sauf la solvabilité, les bons d État présentent des caractéristiques analogues à celles des bons de caisse. En définitive, la préférence leur sera résolument donnée aux OLO, d autant plus qu ils sont accessibles au public. 4 S'il s'agit d'un usufruit viager sur une tête, cette durée est égale à l'espérance de vie de l'usufruitier. 5 Cet acronyme typiquement belge signifie Obligation Linéaire - Lineaire Obligatie. Voir le site &Lang=F 2

3 3. Valeur de l'usufruit selon les méthodes alternatives. Les quatre méthodes se ramènent à une même formule de base, dont elles diffèrent toutefois quant à l'application : Valeur de l'usufruit (en ) = Revenu net (en ) annuité viagère 6 calculée au taux net sans risque 1 Ledoux préconise la variante : Valeur de l'usufruit (en ) = 2,5% pleine propriété annuité viagère calculée au taux de 2,5% Autrement dit, cet auteur prône un taux commun forfaitaire, égal à 2,5%, à la fois pour : a) le taux de rendement du bien (revenu rapporté à la valeur du bien en pleine propriété), b) le taux d'évaluation. Les tables de Ledoux permettent toutefois de calculer la valeur de l'usufruit pour des taux variant de 1,5% à 3,5% par pas de 0,5%. 2 Levie recommande un taux d'évaluation égal au taux d'intérêt net OLO long terme, en évoquant une durée de 12 ans. 3 Schryvers laisse à l'utilisateur le choix du taux d'intérêt net après inflation «auquel il estime que le capital pourra être investi à fonds perdu». Par ailleurs, il privilégie l'annuité certaine 7, ce qui le conduit à une surestimation systématique et donc inéquitable de l'usufruit, tout en fournissant également la valeur obtenue à partir de l'annuité viagère. 4 «e-notariat» applique la formule de Ledoux avec le choix entre deux taux communs forfaitaires (2,75% et 4%) et des tables de mortalité qui ne sont pas les plus récentes. En conclusion, les différences portent essentiellement sur deux points : 1 Levie et Schryvers partent du revenu effectif. Le choix du taux d'évaluation appartient à l'utilisateur, mais sans que ce dernier ne reçoive une assistance concrète, alors qu'il s'agit d'un paramètre auquel la valeur de l'usufruit est particulièrement sensible. 2 Ledoux préconise un taux commun forfaitaire pour le revenu du bien et pour l'évaluation de l'usufruit, s'attirant la critique des deux auteurs précédents 8. La démarche de «e-notariat» s'apparente à celle de Ledoux, mais avec deux taux forfaitaires. Certaines des méthodes précitées sont sur la voie d un taux d'évaluation égal au taux sans risque, mais aucune ne va jusqu'au bout de la logique financière en liant explicitement ce taux à la durée moyenne de l'usufruit. 6 L'annuité viagère est la valeur d'une rente viagère dont les revenus annuels sont égaux à 1. Ces revenus sont subordonnés à la survie du rentier. L'annuité viagère est le seul outil équitable de la capitalisation viagère. 7 Cet auteur qualifie la valeur ainsi obtenue de «légale», laissant ainsi supposer que la valeur obtenue à partir de l'annuité viagère serait sujette à caution! 8 Guy Levie, op.cit. : «un taux de rendement unique et forfaitaire présente l'inconvénient majeur et, pour nous dirimant, d'être inéquitable. La recherche du rendement réel ( ) est la porte d'entrée du raisonnement et voici que le taux de rendement est écrasé par le souci de la facilité!». Cet auteur ajoute : «Le taux d'actualisation n'a aucunement pour vocation de s'identifier au taux de rendement.» Jacques Schryvers, op.cit. : «La Table Ledoux ne correspond ( ) que rarement à la valeur escomptée réelle de l usufruit. Le calcul est en effet fondé sur deux taux égaux, à savoir le taux d intérêt auquel le capital de conversion pourra être placé et le taux de rendement de l usufruit. Cet auteur ajoute : «La règle de la parité des taux de capitalisation et de rendement, qui est financièrement injustifiable et qui n est pas prévue par le Code Civil lèse donc les intérêts d'un grand nombre d'usufruitiers». Contrairement à ce qu écrit Schryvers, ce qui est critiquable dans la méthode Ledoux, ce n est pas le caractère commun du taux l évaluation, mais son caractère forfaitaire (2,5%), qui est aisément amendable. 3

4 La méthode décrite ci-après réalise une synthèse de ces diverses démarches ; elle distingue deux approches dans l'évaluation de l'usufruit : l approche «Revenu» du bien et l approche «Valeur» du bien. 4. L'approche «Revenu». On part du revenu effectif 9 du bien et on envisage deux cas : 4.1. Revenu constant. Le capital de conversion doit permettre à l'usufruitier de percevoir un revenu net équivalent à celui que lui procure l'usufruit converti. Ce capital est donc égal au capital constitutif de la rente de même durée et de même revenu net que l'usufruit. Le taux d'évaluation est le taux net sans risque (OLO) correspondant à la durée moyenne de l'usufruit. Par conséquent : Valeur de l'usufruit (en ) = Revenu net (en ) annuité viagère calculée au taux net sans risque (OLO) correspondant à la durée moyenne de l'usufruit Exemple 1. Usufruitière (femme) de 80 ans. Le revenu du bien est constant, à 275 par mois. La durée moyenne de l'usufruit (égale ici à l espérance de vie) est de 9,9 ans. Le taux d'évaluation brut correspondant à cette durée est de 4,07% (voir Tableau 1), soit 4,07% 85% = 3,46% net. La valeur de l usufruit est de ,28. Ce résultat se compare comme suit à ceux des méthodes alternatives, dans lesquelles on adopterait le taux de 3,46% recommandé ici ou, à défaut, le taux tabulé le plus proche : Ledoux 3,5% Levie 3,46% Schryvers 3% Jaumain 3,46% * ** * Chiffres calculés au taux de 3,5% et à partir du revenu effectif, contrairement à ce que préconise cet auteur (calcul sur la base de la valeur du bien, au taux forfaitaire de 2,5). ** Au taux de 4%, la table de Schryvers donne un résultat de , d où une moyenne de ( ) / 2 = correspondant au taux de 3,5%. A noter que, si le taux d évaluation est plus petit, la valeur de l usufruit est plus grande. Ainsi, un taux de 3% (au lieu de 3,46%) aurait conduit à une valeur de (au lieu de ). Le paradoxe s explique ainsi : si l intérêt est plus petit, un capital plus grand est nécessaire pour servir la même rente. Exemple 2. Usufruitier (homme) de 60 ans. Mêmes données. La durée moyenne de l'usufruit est de 22,7 ans. Taux d'évaluation net : 4,53% 85% = 3,85% net. La valeur de l usufruit est de ,88. Ce résultat se compare comme suit à ceux des méthodes alternatives, dans lesquelles on adopterait le taux de 3,85% recommandé ici ou, à défaut, le taux tabulé le plus proche : Ledoux 3,5% Levie 3,85% Schryvers 4% Jaumain 3,85% * * Chiffres calculés au taux de 3,5% et à partir du revenu effectif, contrairement à ce que préconise cet auteur (calcul sur la base de la valeur du bien, au taux forfaitaire de 2,5%). 9 Si ce revenu n'est pas sûr, on en réduira le montant nominal à la valeur probable. Exemple : un revenu mensuel de 720 faisant défaut 1 mois tous les 3 ans en moyenne sera ramené à /36 =

5 4.2. Revenu indexé. Le taux d'évaluation est le taux d'intérêt réel, c'est-à-dire la différence entre le taux sans risque long terme (OLO 10 ans par exemple) et le taux annuel d'inflation. En effet, la valeur actuelle d'un revenu indexé, calculée au taux sans risque, est égale à la valeur actuelle du revenu constant, calculée au taux réel. En pratique, s'agissant du taux réel pendant une durée future égale à la durée moyenne de l'usufruit, on adoptera le taux réel moyen des 5 à 10 dernières années, qui est relativement stable et actuellement de 1,87% brut ou de 1,27% net (voir Annexe 1). Par conséquent : Valeur de l'usufruit (en ) = Revenu net (en ) annuité viagère calculée au taux réel net, soit actuellement 1,27% Exemple 3. Usufruitière (femme) de 80 ans. Reprenons l'exemple 1. Le revenu du bien est indexé, et sa valeur est de 240 par mois. Le taux d'évaluation est de 1,27%, taux réel net supposé égal au taux réel net moyen des 5 à 10 dernières années. La valeur de l usufruit est de ,33. Ce résultat se compare comme suit à ceux des méthodes alternatives, dans lesquelles on adopterait le taux de 1,27% recommandé ici ou, à défaut, le taux tabulé le plus proche : Ledoux 1,5% Levie 1,27% Schryvers 1% Jaumain 1,27% * * Chiffres calculés au taux de 1,5% et à partir du revenu effectif, contrairement à ce que préconise cet auteur (calcul sur la base de la valeur du bien, au taux forfaitaire de 2,5%). Les valeurs obtenues dans les exemples 1 et 3 sont voisines. Cela signifie qu'il y a cohérence, du point de vue économique, entre un loyer constant de 275 et un loyer indexé de 240, payés pendant une dizaine d'années. 5. Approche «Valeur». On part de la valeur du bien en pleine propriété et on suppose que le bien est vendu (même s'il ne l'est pas réellement!) à un prix égal à cette valeur, pour être réinvesti au taux net sans risque (OLO) correspondant à la durée moyenne de l'usufruit. Le capital de conversion est égal au capital constitutif de la rente de même durée que l'usufruit converti et dont le revenu (fictif) est égal au taux sans risque multiplié par la valeur du bien. Par conséquent : Valeur de l'usufruit (en ) = taux i valeur du bien (en ) annuité viagère calculée au taux d'intérêt i, où i est le taux net sans risque (OLO) correspondant à la durée moyenne de l'usufruit Exemple 4. Usufruitière (femme) de 80 ans. Reprenons l'exemple 1. Le taux d'évaluation net est de 3,46%. La valeur du bien en pleine propriété est de La valeur de l usufruit est égale à ,98, contre pour sa valeur fiscale 10. Les valeurs obtenues dans les exemples 1, 3 et 4 sont voisines. Cela signifie qu'il y a cohérence économique entre une valeur en pleine propriété de , un revenu constant de 275 et un revenu indexé de 240, payés pendant une dizaine d années. 10 Signalons que le barème fiscal français, actualisé en 2004, donne un résultat de ( à partir de 81 ans). Voir par exemple 5

6 Ce résultat se compare ainsi à ceux des méthodes forfaitaires : Barème fiscal Ledoux 2,5% e-notariat 2,75% e-notariat 4% Jaumain Le taux commun forfaitaire de 2,5% préconisé par Ledoux conduit à une valeur sensiblement inférieure ( ) à celle qui résulte de notre méthode. Il en est de même pour «e-notariat» 2,75%. Contrairement à ce que nous avions observé dans l approche «Revenu», la valeur de l usufruit est plus petite si le taux d évaluation est plus petit. Ici, en effet, la valeur de l usufruit est proportionnelle au taux d intérêt. Exemple 5. Usufruitier (homme) de 60 ans. Reprenons l'exemple 2. Le taux d'évaluation net est de 3,85%. La valeur du bien en pleine propriété est de La valeur de l usufruit est égale à ,55, contre pour sa valeur fiscale. Les valeurs obtenues dans les exemples 2 et 5 sont très différentes. Cela signifie qu'il n'y a pas de cohérence économique entre une valeur en pleine propriété de et un revenu constant de 275 maintenu à ce niveau pendant 21 ans (voir exemple 2), une durée sans doute trop longue pour permettre l'approche «Revenu»! Ce résultat se compare ainsi à ceux des méthodes forfaitaires : Barème fiscal Ledoux 2,5% e-notariat 2,75% e-notariat 4% Jaumain Ce tableau donne lieu aux mêmes commentaires que le précédent. Autre constatation, plus paradoxale : le taux commun forfaitaire de 2,5% préconisé par Ledoux peut conduire à une valeur sensiblement inférieure ( ) à la valeur fiscale ( ). Il en est de même pour «e-notariat» 2,75%. Les tables de Ledoux, de Levie et de Schryvers sont envisageables à condition d'appliquer le taux d'évaluation approprié, c'est-à-dire le taux d'intérêt sans risque (OLO) correspondant à la durée moyenne de l'usufruit. Cela implique, pour les tables Ledoux, l'abandon du taux forfaitaire. Par contre, la table «e-notariat», qui ne laisse le choix qu'entre deux taux forfaitaires, n'offre pas nécessairement le taux d'évaluation approprié. Par ailleurs, le privilège accordé par Schryvers à l'annuité certaine, qui surestime systématiquement l usufruit, doit être abandonné au profit de l'annuité viagère. Sous ces réserves, ces tables conduisent à des résultats voisins mais approchés dans la mesure où elles s'appuient sur des âges entiers (les 4 tables), des taux d'intérêt variant par pas de 0,50% (Ledoux) voire de 1% (Schryvers) et des tables de mortalité stationnaires (Ledoux, «e-notariat»). Par ailleurs, l'usufruit sur deux têtes n est traité que par certaines tables (Levie, Schryvers). L usufruit temporaire n est traité que partiellement (Schryvers) et l'usufruit éventuel n est pas traité par les méthodes alternatives. 6. Le choix entre l'approche «Revenu» et l'approche «Valeur». L'approche «Revenu» est davantage sujette à caution que l'approche «Valeur», particulièrement lorsque le revenu est indexé. En effet, l'approche «Valeur» fait appel à des données concrètes observées sur le marché immobilier (valeur du bien) et le marché financier à la date d'évaluation (taux OLO), tandis que l'approche «Revenu» s'appuie sur des bases plus précaires, surtout s'il s'agit d'une durée longue. Ainsi, les loyers futurs sont sujets à révision et soumis au risque locatif ; s'il s'agit d'un revenu indexé, le taux réel fait l'objet d'une estimation sur la base des observations des années écoulées. 6

7 En outre, l'approche «Revenu» n'est pas d'application générale : sous prétexte qu'il s'agit d'un bien sans revenu, l'usufruit d'un bijou de valeur est-il sans valeur? Évidemment non! La valeur de l'usufruit d'un bien à revenu faible, comme un terrain agricole, est-elle nécessairement faible? Non plus. Dans la plupart des cas, l'approche «Valeur» semble devoir s'imposer, sauf éventuellement dans le cas d'un immeuble de rapport pendant une durée assez courte pour que le loyer puisse être considéré comme certain. Autre point faible de l'approche «Revenu». Elle conduit, si la durée ou si les revenus sont suffisamment élevés, ou encore si le taux d'évaluation est suffisamment bas, à une valeur de l'usufruit qui dépasse celle de la pleine propriété. Cela signifie qu'il y a incohérence économique entre valeur des revenus et de la pleine propriété. En définitive, l'approche «Valeur» est d'application très large. Exception : le cas d'un bien dont le revenu, effectif ou potentiel, est sûr (sans risque de défaut) et bien déterminé (quant à son montant), ce qui suppose un usufruit de durée courte ou moyenne (moins de 10 ans, par exemple), c'est-à-dire un usufruitier d'âge élevé (plus de 75 à 80 ans). 7. Le logiciel CAPITALISATION DE L'USUFRUIT. Ce logiciel, accessible sur le site de l'auteur, offre à l'utilisateur les possibilités suivantes 11 : 1 Choix entre l'approche «Revenu» et l'approche «Valeur». 2 Choix entre table de mortalité stationnaire et table de mortalité prospective : cette dernière, contrairement à la précédente, tient compte de l'évolution future de la longévité 12. Ainsi, l espérance de vie prospective d une femme de 60 ans est de 27,36 ans, alors que son espérance de vie stationnaire est de 25 ans, soit un écart de près de 10%. Ces tables sont d application immédiate pour des personnes dont la mortalité est conforme à la mortalité générale. S il s agit de personnes assimilables à des rentiers volontaires, comme ceux qui souscrivent librement une assurance de rente viagère, la pratique révèle que leur longévité est nettement supérieure à la moyenne et justifie un rajeunissement tabulaire d au moins 5 ans à 50 ans, 4 ans à 60 ans, 3 ans à 70 ans, et ainsi de suite. Une autre voie, de plus en plus fréquente dans les ventes en viager, consiste à substituer la rente temporaire à la rente viagère. Inversement, une personne présentant un risque de mortalité aggravé ne peut prétendre qu à un capital de conversion réduit. 3 Assistance au choix du taux d'évaluation. Selon le cas, l utilisateur peut appliquer le taux d intérêt sans risque (OLO) correspondant à la durée de l usufruit ou le taux réel, dont la valeur lui est fournie par le logiciel. Il peut également appliquer tout autre taux de son choix sans être forcé d adopter un taux forfaitaire. 4 Évaluation sur la base de l'âge précis. Prenons l'exemple d'une usufruitière (femme) de 90 ans, 6 mois et 1 jour. L'utilisateur forcé d'adopter un âge entier lui attribuera un âge de 90 ans (accomplis), auquel l'espérance de vie est de 4,54 ans (table belge 2009), ou un âge arrondi à 91 ans, auquel l'espérance de vie est de 4,20 ans. L'approximation maximum qui en résulte est de (4,54 ans 4,20 ans) / 4,20 ans = 8,1%. 5 Évaluation sur la base d'un taux d'intérêt précis. Le capital de conversion d'un usufruit sur la tête d'une femme de 80 ans vaudra par exemple, dans l approche «Valeur», si le taux d'intérêt est de 2,5%, ou si le taux d'intérêt est de 3%. L utilisateur forcé de choisir entre 2,5% et 3% au lieu d un taux intermédiaire devra se contenter d un résultat approché, avec un écart pouvant aller jusqu à 7%. 11 Les exemples 1 à 5 qui précèdent ont été traités à l'aide de ce logiciel, dont l'utilisateur trouvera des exemples d'application à l'annexe Voir à l'annexe 2 les espérances de vie selon la table stationnaire 2009 et la table prospective

8 6 Évaluation de l'usufruit sur deux têtes et, en particulier, de l usufruit éventuel. Prenons l'exemple de deux usufruitiers, homme et femme, âgés respectivement de 80 et 81 ans. La durée moyenne de l'usufruit sur les deux têtes, qui s'éteindra au second décès, est de 11,6 ans alors que la durée moyenne de l'usufruit sur la tête la plus jeune (homme) est de 7,9 ans soit 32% de moins. La méthode «sur la tête la plus jeune» ou sa variante, la méthode «sur la tête dont l espérance de vie est la plus grande», peut donc conduire à une grave sous-estimation de la valeur de l'usufruit. Par ailleurs, l'évaluation de l'usufruit sur deux têtes est indispensable à l évaluation de l'usufruit éventuel, que le logiciel permet également. 7 Évaluation de l'usufruit temporaire. Il peut arriver qu un usufruit ou une rente, sur une ou sur deux têtes, prenne fin au décès, mais au plus tard à une date déterminée. Tel est notamment le cas pour certaines ventes en viager. Le logiciel fournit également une solution immédiate à ce problème. 8 Calcul des rentes. En même temps que l usufruit, le logiciel fournit également le capital correspondant à une rente donnée et, inversement, la rente correspondant à un capital donné. L utilisateur peut ainsi résoudre le problème d une vente en viager avec réserve d usufruit, pendant la vie entière ou temporairement. Envisagées séparément, certaines des approximations relevées ci-avant peuvent paraître anodines, mais leurs effets cumulés ne sont pas nécessairement négligeables. 8. Conclusions. La méthode proposée distingue deux approches dans l'évaluation de l'usufruit : l approche «Revenu» et l approche «Valeur», qui est d application plus générale. Le taux d évaluation à retenir est le taux net sans risque (OLO) correspondant à la durée moyenne de l'usufruit ; cependant, dans l approche «Revenu», le taux d évaluation sera le taux réel net lorsque le revenu est indexé. À l'utilisateur qui souhaite éviter certaines approximations et obtenir une réponse à toutes les questions qui peuvent se poser en pratique (assistance au choix du taux d évaluation, usufruit sur deux têtes, usufruit temporaire, usufruit éventuel), le logiciel CAPITALISATION DE L'USUFRUIT accessible sur le site fournit une évaluation de l'usufruit qui répond à ses exigences de précision, d'équité et de facilité. Remerciements J avais d'abord rédigé un projet privilégiant l'approche "Revenu" (du bien), peut-être parce que cette approche semble a priori plus didactique, ou vient naturellement d'abord à l'esprit, ou encore sous l'influence de certains auteurs selon lesquels «On ne doit tenir aucun compte de la valeur du bien car ce qui intéresse l'usufruitier, c'est le revenu et lui seul.» Hélène Casman, professeur à la Vrije Universiteit te Brussel et à l Université Libre de Bruxelles, notaire honoraire, m a démontré toute l'utilité pratique de l'approche "Valeur" (de la pleine propriété du bien), ce qui m a conduit à remanier la présentation du projet initial. S'agissant de la recherche de l'équité en matière de démembrement, j adresse ici à Hélène Casman ce témoignage de vive reconnaissance en même temps que de profonde estime. Je m empresse de préciser que je n ai pas suivi tous ses conseils, tout comme elle ne partage pas toutes mes opinions, et que je revendique la pleine responsabilité de la méthode proposée ici. Mes remerciements vont également à mon ami Claude Devoet, juriste d'entreprise, chargé de cours à l'université Libre de Bruxelles, spécialiste renommé du droit et de la fiscalité de l'assurance, pour qui le notariat demeure un sujet d intérêt constant depuis sa formation universitaire dans cette spécialité. Ses remarques et ses suggestions ont certainement permis de réduire le «risque de défaut» du présent article. Avant de livrer cet article au public, j ai multiplié les rencontres avec des notaires en fonction. Leur expérience et leur intérêt ont apporté au logiciel quelques compléments très utiles, et à moi-même les plus précieux des encouragements. Tous se reconnaîtront ici, mais je dois une reconnaissance spéciale à Maîtres Claude Mourue et Yves Van Roy. 8

9 Il me faut encore remercier mon épouse Christiane, qui s est donné la peine de relire les textes français et néerlandais de cet article et a, comme de coutume, éliminé quelques imperfections. Mes remerciements vont enfin à Frédéric et Philippe Delavie, webmasters de la société Impact Communication. J ai particulièrement apprécié qu ils se dégagent de certaines contraintes du logiciel de base, que j avais d abord écrit en Excel, pour simplifier sensiblement la présentation du traitement de l usufruit éventuel. Ils n ont ménagé ni leurs efforts ni leurs talents pour construire un site qui, je l espère, plaira à l utilisateur. Christian JAUMAIN septembre 2011 Christian Jaumain ( 1939) est licencié en sciences mathématiques (ULg), actuaire (UCL), et docteur en sciences actuarielles (UCL). Il est professeur extraordinaire émérite de l Université catholique de Louvain dont il a été le président de l Institut des sciences actuarielles et où il enseigna notamment l assurance vie, les mathématiques des marchés financiers et la capitalisation des dommages et intérêts en droit commun (DES en sciences actuarielles et DES en droit et économie des assurances). Il fut directeur général pour la Belgique du Groupe Zurich Assurances ( ). Il est aujourd'hui actuaire-conseil et membre expert de la Commission des Assurances (organe consultatif institué par la législation belge). Il est l auteur de nombreux articles et ouvrages, dont La capitalisation des dommages et intérêts en droit commun (4 e édition, 2009), Longévité : évolution et prospective (2 e édition, 2008, avec la collaboration de Fanny Hannecart et Sandra Laurent) et Mathématiques financières en avenir certain (2007). Succédant à ses tables de capitalisation, dont la jurisprudence se fait l'écho depuis 1982, son site Internet met le logiciel CAPITALISATION DES DOMMAGES ET INTÉRÊTS à la disposition des magistrats, des avocats et des assureurs. Ce même site propose aujourd'hui le logiciel CAPITALISATION DE L'USUFRUIT aux notaires, aux magistrats et aux avocats, ainsi qu aux experts de la vente en viager. 9

10 Annexe 1 Évolution du taux d'intérêt réel Tableau 2. Évolution du taux d'intérêt réel en Belgique depuis 2001 Année Indice Taux d'intérêt brut Taux d'intérêt net Santé OLO 10 ans réel OLO 10 ans réel ,65% 5,11% 2,39% 4,34% 1,65% ,21% 4,98% 3,73% 4,23% 2,99% ,61% 4,17% 2,52% 3,54% 1,91% ,72% 4,13% 2,37% 3,51% 1,76% ,32% 3,42% 1,08% 2,91% 0,57% ,87% 3,80% 1,90% 3,23% 1,34% ,64% 4,35% 1,67% 3,70% 1,03% ,54% 4,44% 0,87% 3,77% 0,23% ,25% 3,94% 4,20% 3,35% 3,61% ,60% 3,44% 0,82% 2,92% 0,32% ,60% 3,92% 0,31% 3,33% -0,26% Moyenne ,04% - 1,43% Moyenne ,70% - 1,12% Situation au 31/08/2011 Source : &Lang=F Rappelons que les OLO sont accessibles aux personnes physiques sur le marché secondaire via les grandes institutions bancaires, moyennant un précompte mobilier libératoire de 15%. Ainsi, en 2001, le taux OLO 10 ans brut était de 5,11%. Calculé sur la base du précompte de 15%, le taux net correspondant est de 5,11% 85% = 4,34%. L'indice Santé étant de 2,65%, le taux d'intérêt réel net se calcule ainsi, à partir du taux OLO 10 ans : (1 + 4,34%) / (1 + 2,65%) 1 = 1,65% soit approximativement 4,34% 2,65% = 1,69% Pour capitaliser un revenu indexé, on sait que c'est le taux d'intérêt réel qu'il convient d'adopter comme taux d'évaluation. Il s'agit d'un taux d'intérêt réel moyen, calculé sur une durée suffisamment longue, par exemple 5 ou 10 ans. Adopter ce taux revient à supposer que le même taux sera observé durant toute la durée de l'usufruit. Ce taux réel moyen est relativement stable et doit être préféré au taux réel momentané, observé à la date de l'évaluation et qui est susceptible de fortes variations (les taux réels nets 2008, 2009 et 2010 sont respectivement de : 0,23%, 3,61% et 0,32%). Les deux dernières lignes du tableau montrent que le taux d'intérêt réel brut moyen des 5 à 10 dernières années est actuellement compris entre 2,04% et 1,70% soit 1,87% en moyenne. Quant au taux d'intérêt réel net moyen des 5 à 10 dernières années, il est actuellement compris entre 1,43% et 1,12% soit 1,27% en moyenne. 10

11 Annexe 2 Espérance de vie âge stationnaire 13 FEMMES Espérance de vie prospective ,41 91, ,66 90, ,69 89, ,71 88, ,72 87, ,73 85, ,74 84, ,75 83, ,76 82, ,76 81, ,77 80, ,78 79, ,79 78, ,79 77, ,80 76, ,81 75, ,82 74, ,83 72, ,84 71, ,86 70, ,88 69, ,89 68, ,91 67, ,93 66, ,95 65, ,96 64, ,98 63, ,00 62, ,02 60, ,04 59, ,06 58,78 HOMMES Espérance de vie âge stationnaire ,14 85, ,42 84, ,47 83, ,49 82, ,50 81, ,51 80, ,52 78, ,52 77, ,53 76, ,53 75, ,54 74, ,55 73, ,55 72, ,56 71, ,57 70, ,58 69, ,59 68, ,61 66, ,64 65, ,67 64, ,71 63, ,75 62, ,79 61, ,84 60, ,88 59, ,92 58, ,96 57, ,01 56, ,05 55, ,09 54, ,13 53,06 prospective Le site du SPF Économie (ex-ins) fournit les chiffres des tables de mortalité brutes. Pour l ajustement de ces tables et la construction de tables prospectives, voir : Christian Jaumain, Longévité : évolution et prospective. Construction de tables de mortalité, 2e édition, avec la collaboration de Fanny Hannecart et Sandra Laurent, Louvain-la-Neuve,

12 Espérance de vie FEMMES Espérance de vie âge stationnaire 2009 prospective ,06 58, ,08 57, ,10 56, ,13 55, ,15 54, ,17 53, ,20 52, ,22 51, ,25 50, ,29 49, ,32 47, ,36 46, ,41 45, ,46 44, ,51 43, ,56 42, ,61 41, ,67 40, ,74 39, ,82 38, ,90 37, ,98 36, ,07 35, ,17 34, ,28 33, ,39 32, ,50 31, ,62 30, ,74 29, ,87 28, ,00 27, ,14 26, ,28 25, ,43 24, ,59 23, ,76 22,58 HOMMES Espérance de vie âge stationnaire 2009 prospective ,13 53, ,17 51, ,21 50, ,25 49, ,30 48, ,34 47, ,39 46, ,44 45, ,49 44, ,54 43, ,60 42, ,66 41, ,73 40, ,79 39, ,86 38, ,94 37, ,02 36, ,11 35, ,21 34, ,31 33, ,42 32, ,55 31, ,68 30, ,83 29, ,98 28, ,14 27, ,31 26, ,49 25, ,68 24, ,88 23, ,09 22, ,30 21, ,53 20, ,76 20, ,01 19, ,26 18,46 12

13 Espérance de vie FEMMES Espérance de vie âge stationnaire 2009 prospective ,76 22, ,93 21, ,11 20, ,29 19, ,48 18, ,68 18, ,89 17, ,10 16, ,33 15, ,57 14, ,81 13, ,08 12, ,36 12, ,66 11, ,98 10, ,34 9, ,73 9, ,15 8, ,61 7, ,09 7, ,60 6, ,13 6, ,69 5, ,28 5, ,90 5, ,54 4, ,20 4, ,88 3, ,59 3, ,32 3, ,07 3, ,83 2, ,62 2, ,42 2, ,23 2, ,06 2,09 HOMMES Espérance de vie âge stationnaire 2009 prospective ,26 18, ,52 17, ,80 16, ,08 16, ,37 15, ,67 14, ,99 13, ,31 13, ,65 12, ,01 11, ,37 10, ,76 10, ,17 9, ,61 8, ,07 8, ,55 7, ,06 7, ,60 6, ,17 6, ,76 5, ,38 5, ,02 5, ,68 4, ,36 4, ,06 4, ,78 3, ,51 3, ,27 3, ,04 3, ,83 2, ,63 2, ,45 2, ,28 2, ,12 2, ,97 1, ,84 1,85 13

14 Annexe 3 Exemples d'application du logiciel CAPITALISATION DE L'USUFRUIT (Site Exemple 1. Usufruit viager sur 1 tête Il s'agit d'évaluer, à la date du 1/09/2011, l'usufruit sur la tête de Rosa, née le 1/09/1931, d'un bien dont la valeur en pleine propriété est de (on adopte l'approche «Valeur»). Les données sont indiquées par l'utilisateur dans la première zone du logiciel, qui fournit ensuite les réponses. Millésime de la table de mortalité : En principe, il s'agit de l'année de l'évaluation. A.1. Usufruit viager (ou rente viagère) sur 1 tête Données compléter ici Date d'évaluation de l'usufruit ou de la rente 1/09/2011 Millésime de la table de mortalité 2011 Table de mortalité stationnaire ou prospective (S/P) P Date de naissance de l'usufruitier ou rentier 1/09/1931 Sexe de l'usufruitier ou rentier (F/M) F Évaluation de l'usufruit : - 1) Approche "Valeur" : valeur du bien en pleine propriété ( )¹ ,00 2) Approche "Revenu" : revenu effectif du bien ( )² Période du revenu (A=an/T=trim./M=mois)² Taux d'intérêt d'évaluation 3,46% ¹ Ne rien indiquer si on adopte l'approche "Revenu" ² Ne rien indiquer si on adopte l'approche "Valeur" Réponses 1. Taux d'intérêt d'évaluation recommandé Durée moyenne Approche Approche "Revenu" ou Rente de l'usufruit ou de la rente "Valeur" Revenu Revenu (espérance de vie) constant indexé 9,9 ans 3,46% 3,46% 1,27% 2. Valeur de l'usufruit 7, х 1 х ,00 = ,88 Le logiciel donne la durée moyenne suivante pour l'usufruit : 9,9 ans (table prospective). Taux d'évaluation net correspondant : 3,46% (voir Réponses, 1). Ce taux est calculé à partir du taux d'évaluation brut : 4,07%, taux OLO d'une durée de 9,9 ans, en vigueur à la date d'évaluation (voir Tableau 1). En effet 4,07% 85% = 3,46%. Il s'agit d'une valeur recommandée par le logiciel, mais que l'utilisateur peut modifier à sa guise. Le résultat est de (voir Réponses, 2). 14

15 Exemple 2. Usufruit éventuel Le couple Auguste et Rosa a deux enfants : Claire et Michel, qui a épousé Maria. Michel et Maria ont deux enfants : Anne et Pierre. Auguste ROSA Claire Michel MARIA Anne Pierre Auguste meurt. Claire et Michel héritent de la nue-propriété de l immeuble, dont la valeur en pleine propriété est de Rosa en hérite de l usufruit. Michel meurt après son père. Anne et Pierre héritent de la part de Michel dans la nuepropriété de l'immeuble. Maria hérite de l usufruit sur cette part de nue-propriété, temporairement encore grevé de l usufruit de Rosa. Maria n aura d usufruit sur la moitié de l immeuble que si elle est encore en vie au décès de Rosa. Cet usufruit est dit éventuel. Si l immeuble est vendu du vivant de Rosa, celle-ci percevra le capital de conversion de son usufruit. Quant à Maria, elle percevra un capital qui sera calculé en tenant compte de la probabilité de sa survie par rapport à Rosa : ce capital est égal à la différence entre les deux capitaux suivants : 1 capital de conversion de l'usufruit jusqu'au second décès de Rosa ou Maria ; 2 capital de conversion de l'usufruit jusqu'au décès de Rosa. Cette différence est le capital de conversion de l'usufruit éventuel (à multiplier par la quote-part de Maria, soit 50%). En effet : le premier capital représente la valeur, calculée à la date d'évaluation de l'usufruit, d'une rente qui s'éteint au second décès de Rosa ou Maria. le second capital représente la valeur, calculée à la date d'évaluation de l'usufruit, d'une rente qui s'éteint au décès de Rosa. la différence représente donc la valeur, calculée à la date d'évaluation de l'usufruit, d'une rente qui prend cours au décès de Rosa et s'éteint au décès de Maria, si Maria survit à Rosa. Nous allons effectuer ces calculs dans les hypothèses suivantes : date d évaluation de l'usufruit à capitaliser : 1/09/2011 date de naissance de Rosa : 1/09/1931 date de naissance de Maria : 7/07/1952 millésime de la table de mortalité : 2011 valeur du bien en pleine propriété : quote-part de Maria : 50% Venons-en maintenant à l'évaluation de l'usufruit éventuel à l'aide du logiciel. 15

16 A.3. Usufruit éventuel Données Date d'évaluation de l'usufruit 1/09/2011 Millésime de la table de mortalité 2011 Table de mortalité stationnaire ou prospective (S/P) P Date de naissance de l'usufruitier principal 1/09/1931 Sexe de l'usufruitier principal (F/M) F Date de naissance de l'usufruitier éventuel 7/07/1952 Sexe de l'usufruitier éventuel (F/M) F Évaluation de l'usufruit : - 1) Approche "Valeur" : valeur du bien en pleine propriété ( )¹ ,00 2) Approche "Revenu" : revenu effectif du bien ( )² Période du revenu (A=an/T=trim./M=mois)² Taux d'intérêt d'évaluation 3,93% Quote-part de l'usufruitier éventuel 50,00% ¹ Ne rien indiquer si on adopte l'approche "Revenu" ² Ne rien indiquer si on adopte l'approche "Valeur" Réponses 1. Taux d'intérêt d'évaluation recommandé Durée moyenne Approche Approche "Revenu" ou Rente de l'usufruit ou de la rente "Valeur" Revenu Revenu constant indexé 28,6 ans 3,93% 3,93% 1,27% 2. Valeur de l'usufruit 8, х 1 х 9.825,00 = ,66 La valeur l'usufruit de Rosa, calculée à 3,93% (cf. exemple 1) est de , alors que l usufruit sur les deux têtes est de ,58. La différence est donc de ,26. La valeur de l'usufruit éventuel s'établit donc à ,26 50% = ,66 comme indiqué par le Logiciel (voir Réponses, 2). Finalement, l'indivision se répartit ainsi : Héritier Qualité Montant % Pleine propriété Rosa usufruitière ,1% Claire nue propriétaire ,4% Maria usufruitière éventuelle ,3% Anne nue propriétaire ,5% Pierre nu propriétaire ,5% Total ,0% 16

17 Exemple 3. Vente en viager sous réserve d usufruit Un expert de la vente en viager publie l annonce ci-dessous : VIAGER OCCUPÉ Couple de 78 ans (femme) et 80 ans (homme) Jolie villa sur +/- 17 ares Splendide jardin, terrasse, garage et caves Localisation Hout-Si-Plou Type Viager occupé Valeur du bien Bouquet Rente mensuelle Les conditions de la vente sont-elles équitables? En d autres termes, compte tenu des l âge des vendeurs, de la valeur du bien (en pleine propriété) et du bouquet, le montant de la rente mensuelle se justifie-t-il? L usufruit et la rente cessent au second décès survenu dans le couple des vendeurs. 1 Rente constante. La page 3 du logiciel, reproduite à la page suivante, fournit les réponses ci-après, en supposant que la date d évaluation est le 1/9/2011 et que les vendeurs sont nés respectivement le 8/6/1933 et le 3/9/1931 : Taux d évaluation recommandé : 3,67% (voir Réponses, 1). Valeur de l usufruit : ,57, arrondie à (voir Réponses, 2). Valeur du bien, usufruit et bouquet déduits : = Rente mensuelle constante correspondante : 2.556,45 (voir Réponses, 3). 2 Rente indexée. S il s agit d une rente indexée plutôt que d une rente constante, le taux d évaluation recommandé est le taux d intérêt réel (applicable seulement à la rente), c est-à-dire 1,27% (voir Réponses, 1). Le logiciel fournit alors, pour la rente mensuelle initiale, un montant de 2.170,06, au lieu de sur l annonce. 17

18 A.2. Usufruit (ou rente) viager sur 2 têtes Données compléter ici Date d'évaluation de l'usufruit ou de la rente 1/09/2011 Millésime de la table de mortalité 2011 Table de mortalité stationnaire ou prospective (S/P) P Date de naissance du 1er usufrutier ou rentier 8/06/1933 Sexe du 1er usufruitier ou rentier (F/M) F Date de naissance du 2e usufruitier ou rentier 3/09/1931 Sexe du 2e usufruitier ou rentier (F/M) M Évaluation de l'usufruit : - 1) Approche "Valeur" : valeur du bien en pleine propriété ( )¹ ,00 2 Approche "Revenu" : revenu effectif du bien ( )² Période du revenu (A=an/T=trim./M=mois)² Taux d'intérêt d'évaluation 3,67% ¹ Ne rien indiquer si on adopte l'approche "Revenu" ² Ne rien indiquer si on adopte l'approche "Valeur" Réponses 1. Taux d'intérêt d'évaluation recommandé Durée moyenne Approche Approche "Revenu" ou Rente de l'usufruit ou de la rente "Valeur" Revenu Revenu constant indexé 13,0 ans 3,67% 3,67% 1,27% 2. Valeur de l'usufruit 9, х 1 х ,00 = ,57 3. Valeur de la rente Période (A/T/M) Capital Rente Rente Capital M , , , ,68 Pour éviter l effet «Jeanne Calment 14» on limitera, par exemple à 15 ans, ou encore à la fin de mois du 95 e anniversaire de la propriétaire, la durée de l usufruit et celle de la rente (voir l exemple ci-après). 14 En 1965, un notaire de 47 ans acheta en viager la maison de l arlésienne Jeanne Calment ( ), alors âgée de 90 ans et sans héritier. Il paya plus de trente années de rente jusqu à sa mort, survenue à l âge de 77 ans en 1995, deux ans avant celle de sa vendeuse décédée à 122 ans 5 mois et 14 jours. Entretemps, celle-ci continua à percevoir la rente, versée par la veuve du notaire. 18

19 Exemple 4. Vente en viager à terme fixe, sous réserve d usufruit Les données sont les mêmes que dans l exemple précédent, sauf que l usufruit et la rente cesseront au second décès et plus tard le 30/06/ Rente constante. La page 6 du logiciel fournit les réponses ci-après : Taux d évaluation recommandé : 3,64% (voir Réponses, 1). Valeur de l usufruit : ,52, arrondie à (voir Réponses, 2). Valeur du bien, usufruit et bouquet déduits : = Rente mensuelle constante correspondante : 2.729,36 (voir Réponses, 3). B.2. Usufruit (ou rente) temporaire sur 2 têtes Données compléter ici Date d'évaluation de l'usufruit ou de la rente 1/09/2011 Millésime de la table de mortalité 2011 Table de mortalité stationnaire ou prospective (S/P) P Date de naissance du 1er usufruitier ou rentier 8/06/1933 Sexe du 1er usufruitier ou rentier (F/M) F Date de naissance du 2e usufruitier ou rentier 3/09/1931 Sexe du 2e usufruitier ou rentier (F/M) M Évaluation de l'usufruit : - 1) Approche "Valeur" : valeur du bien en pleine propriété ( )¹ ,00 2 Approche "Revenu" : revenu effectif du bien ( )² Période du revenu (A=an/T=trim./M=mois)² Date de cessation de l'usufruit ou de la rente 30/06/2028 Taux d'intérêt d'évaluation 3,64% ¹ Ne rien indiquer si on adopte l'approche "Revenu" ² Ne rien indiquer si on adopte l'approche "Valeur" Réponses 1. Taux d'intérêt d'évaluation recommandé Durée moyenne Approche Approche "Revenu" ou Rente de l'usufruit ou de la rente "Valeur" Revenu Revenu constant indexé 12,2 ans 3,64% 3,64% 1,27% 2. Valeur de l'usufruit 9, х 1 х ,00 = ,52 3. Valeur de la rente Période (A/T/M) Capital Rente Rente Capital M , , , ,80 2 Rente indexée. S il s agit d une rente indexée plutôt que d une rente constante, le taux d évaluation recommandé est de 1,27% (voir Réponses 1). Le logiciel fournit alors, pour la rente mensuelle initiale, un montant de 2.353,67. 19

MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL

MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL SUR LES MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL ANTOINE DELWARDE & MICHEL DENUIT Institut des Sciences Actuarielles Université Catholique de Louvain 20 janvier 2005 Résumé Cette note est consacrée

Plus en détail

Brochure explicative sur la Vente en Viager en Belgique

Brochure explicative sur la Vente en Viager en Belgique Brochure explicative sur la Vente en Viager en Belgique I. Qu est-ce que le Viager? «Viage» en vieux français signifie Temps de Vie. Le contrat du viager est défini par l article 1964 du code civil comme

Plus en détail

Financement des études supérieures

Financement des études supérieures Page 1 sur 10 Financement des études supérieures Cas d étude : couple de quarantenaires avec 3 enfants de 9, 6 et 4 ans. Début des études pour le 1 er enfant = 2022 Début des études pour le 2 e enfant

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES

Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES 2 2 RECOMMANDATIONS - Aucune modification dans le contenu des actes ne doit être effectuée sans informer

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

Cette feuille vous permet de calculer le salaire du conservateur des hypothèques pour la prise d une inscription hypothécaire d office.

Cette feuille vous permet de calculer le salaire du conservateur des hypothèques pour la prise d une inscription hypothécaire d office. Instructions pour le Livret Formados Le livret se compose d une collection de feuilles de calcul automatisées pour de nombreux actes notariés fréquents, accompagnées - le cas échéant d un décompte pour

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

Déclaration de ressources Complément (12 mois)

Déclaration de ressources Complément (12 mois) RETRAITE DE Déclaration de ressources Complément (12 mois) Professionnel libéral (art. L. 643-7 du code de la Sécurité sociale) Salarié du régime général et du régime agricole (art. L. 353-1 et suivants

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

IMPACT DES TABLES ET DES TAUX POUR LA CAPITALISATION

IMPACT DES TABLES ET DES TAUX POUR LA CAPITALISATION JUILLET 2012 IMPACT DES TABLES ET DES TAUX POUR LA CAPITALISATION 1 Sommaire Résumé Introduction 1. Concepts d actualisation, de capitalisation et de revalorisation d une rente 2. Table de mortalité 3.

Plus en détail

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE?

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE? COMMENT S Y PRENDRE? 1. L'ÉPARGNE-PENSION, C EST QUOI? L'épargne-pension vous permet de vous constituer une pension complémentaire à votre initiative individuelle. Au passage, vous pouvez déduire ce que

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»?

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Chapitre 1 : Notions Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Principe. Une rente viagère, c est en fait une dette à vie d une personne envers une autre, que l on connaît surtout dans le cadre de

Plus en détail

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

Manuel pour la capitalisation des rentes en fin d année. 1. Introduction 6. 2. Bases légales 7. 3. Bases actuarielles en vigueur 9. 3.

Manuel pour la capitalisation des rentes en fin d année. 1. Introduction 6. 2. Bases légales 7. 3. Bases actuarielles en vigueur 9. 3. Page 1. Introduction 6 2. Bases légales 7 3. Bases actuarielles en vigueur 9 3.1 Mortalité 9 3.2 Effet de la révision des rentes d invalidité 9 3.3 Remariage des veuves 11 3.4 Rentes d orphelins 12 3.5

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012 Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique Bruxelles, le 11 décembre 2012 Administration des Affaires Fiscales ----------------------------------------

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite monosupport

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite monosupport Guide de sortie en rente viagère Contrats de retraite monosupport Autonomie Garantie Capital Revenu à vie Épargne Revalorisation Retraite Bénéficiaires Rente Modularité Options Réversion Souplesse Choix

Plus en détail

JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12

JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12 JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12 ARRETE Arrêté du 29 avril 2015 précisant le format et le contenu de la fiche standardisée d'information relative à l'assurance ayant pour objet le remboursement

Plus en détail

Ususphère en quelques mots

Ususphère en quelques mots Ususphère en quelques mots Que faisons-nous? Ususphère est une plateforme de mise en relation entre investisseurs à la recherche d un placement démembré en SCPI. Les demandes des investisseurs en usufruit

Plus en détail

TERRE D AVENIR 2 AIRE PUBLICIT CTÈRE CARA À DOCUMENT - GES IMA : GETTY S TO PHO CRÉDIT - 10 7-20 0-31 76

TERRE D AVENIR 2 AIRE PUBLICIT CTÈRE CARA À DOCUMENT - GES IMA : GETTY S TO PHO CRÉDIT - 10 7-20 0-31 76 TERRE D AVENIR 2 terre d avenir 2, un vrai placement individuel de retraite Terre d avenir 2 vous donne les moyens de vivre votre retraite en toute sérénité Diminution des pensions de retraites, allongement

Plus en détail

QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL

QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL (Cabinet de Me Nicolas Blanchy) À RENSEIGNER ET ADRESSER AU CABINET : Maître Nicolas BLANCHY, Avocat, 2 Grande rue Jean Jaurès BP 57 26301 BOURG-DE-PEAGE

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 27 juin 2007 à 9 h 30 «Niveau de vie, veuvage et divorce» Document N 02 Document de travail, n engage pas le Conseil Le maintien du niveau de vie

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR?

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? Planification fiscale et successorale Mackenzie Auparavant, lorsqu une personne quittait un emploi

Plus en détail

Le conseil en financement

Le conseil en financement ACTUALITE JUIN 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT LE PROJET IMMOBILIER ET SON FINANCEMENT L opération immobilière est un projet important de la vie : Comment acheter, ou faire construire?

Plus en détail

Nue propriété et cession d usufruit

Nue propriété et cession d usufruit Nue propriété et cession d usufruit L usufruit et la nue propriété Un bien mobilier ou immobilier est généralement détenu en pleine propriété. Lorsque le bien procure des revenus, ce droit de propriété

Plus en détail

Fiche mathématiques financières

Fiche mathématiques financières Fiche mathématiques financières Thème 1 : Les taux d'intérêts simples et composés Taux d'intérêts simples : Les taux d'intérêts simples sont appliqués dans le cas d'emprunts dont la durée est inférieure

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Un contrat accessible

Un contrat accessible Octobre 2013 Un contrat accessible Minimum de versements programmés* : - 50 par mois - 100 par trimestre - 150 par semestre ou par an ou par versement libre *A conseiller, eu égard au traitement fiscal

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

CONSEILS -EN - PATRIMOINE

CONSEILS -EN - PATRIMOINE CONSEILS -EN - PATRIMOINE BILAN DE TRANSMISSION à l attention de M. et Mme XXXXXXXXXXX réalisé le XXXX par XXXXXXXXXX Préambule Ermont, le XXXXXXXXXXXXXX Bien gérer votre patrimoine, optimiser sa fiscalité

Plus en détail

L investissement Immobilier en nue-propriété

L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L acquisition d un bien immobilier comporte de nombreux risques pour un investisseur (vacance locative, loyers

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE INTRODUCTION L article 11 de la LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE pour 2011 modifie l article 990I du CGI sur 3 points: 1 Modification du taux de prélèvement lorsque le montant

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux

Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux La détermination du résultat imposable de l entreprise individuelle industrielle et commerciale suppose, avant toute étude des

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis N 2002-11 du 22 octobre 2002 afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix Sommaire I - Rappels

Plus en détail

Service des ressources humaines et financières. Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke

Service des ressources humaines et financières. Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke Service des ressources humaines et financières Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke Votre régime de retraite à l Université de Sherbrooke Modes de prestations

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Cahiers métho dologiques

Cahiers métho dologiques le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Cahiers métho dologiques Août 2013 Numéro 2 Christine Weisgerber MICROSIMULATION DES BÉNÉFICIAIRES ET PRESTATIONS

Plus en détail

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE. Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche.

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE. Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche. TUTELLES MAJEURS Adresse internet : www.ti-toulouse.justice.fr Standard T.I. : 05.34.31.79.79 NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

SDPM fiche Cédric MICHEL. Rente d incapacité permanente partielle = IPP

SDPM fiche Cédric MICHEL. Rente d incapacité permanente partielle = IPP SDPM fiche Cédric MICHEL Rente d incapacité permanente partielle = IPP Si le salarié reste atteint d une incapacité permanente, qui résulte de l accident du travail, il pourra percevoir une rente. L attribution

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF www.fondapol.org La nouvelle politique fiscale rend-elle l ISF inconstitutionnel? par Aldo Cardoso La majorité actuelle a pris la décision d appliquer un niveau d imposition sans précédent sur les revenus

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

ING Life Star Plan. Assurance-vie à primes flexibles de la branche 21 dont le taux d intérêt sur la prime nette versée(1) est garanti.

ING Life Star Plan. Assurance-vie à primes flexibles de la branche 21 dont le taux d intérêt sur la prime nette versée(1) est garanti. ^{var vsortrupt="csmm421 Operations Savings and Care" } ING Life Star Plan Type d'assurance-vie Assurance-vie à primes flexibles de la branche 21 dont le taux d intérêt sur la prime nette versée(1) est

Plus en détail

L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014

L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014 L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014 SOMMAIRE Comportement de l immobilier belge Qui sommes-nous? Structure et méthodologie L investissement immobilier en

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

Mise à jour : 02/07/2015

Mise à jour : 02/07/2015 Mise à jour : 02/07/2015 Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.be Indemnités pour frais de séjour

Plus en détail

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Edissimmo SCPI Immobilier d Entreprise classique diversifiée à capital variable Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Comporte

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES Objet de la séance 5: les séances précédentes

Plus en détail

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique?

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Fiscalité de l'épargne (1/2) Le Belge est, d'après les statistiques disponibles, un des meilleurs épargnants d'europe. Pourtant, plus d'un quart

Plus en détail

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations Chapitre 5 Calculs financiers 5.1 Introduction - notations Sur un marché économique, des acteurs peuvent prêter ou emprunter un capital (une somme d argent) en contrepartie de quoi ils perçoivent ou respectivement

Plus en détail

Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.

Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc. Mise à jour : 15/07/2015 Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.be L impôt des personnes physiques

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD)

Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD) Novembre 2005 Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD) (Mise à jour du Communiqué de 1998) À qui s'adresse le rachat? Le rachat ne s'adresse pas à tous les

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail

Imposition des prestations en capital découlant d assurances de rente viagère (pilier 3b)

Imposition des prestations en capital découlant d assurances de rente viagère (pilier 3b) Schweizerische Steuerkonferenz SSK Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Conférence suisse des impôts CSI Union des autorités fiscales suisses Conferenza fiscale svizzera CFS Associazione delle autorità

Plus en détail

Exemple 1.2.3.4. Les deux types de protection au dernier décès Le coût de protection libéré au premier décès

Exemple 1.2.3.4. Les deux types de protection au dernier décès Le coût de protection libéré au premier décès 10 Assurance vie Exemple Guylaine et Yves sont mariés depuis 30 ans. Ils ont eu quatre enfants et sont sept fois grands-parents. Ils aimeraient laisser une certaine somme à leur décès pour leurs descendants.

Plus en détail

9 - LES AUTRES PRESTATIONS

9 - LES AUTRES PRESTATIONS 9 - LES AUTRES PRESTATIONS BRH 1992 RH 17, 35 91 - GARANTIE INVALIDITE Les personnels titulaires, en cas d'incapacité permanente à l'exercice de leurs fonctions, bénéficient d'une pension calculée en fonction

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

FUSION DES REGIMES COMPLEMENTAIRE 2013 FICHES PRATIQUES LES DROITS PERSONNELS

FUSION DES REGIMES COMPLEMENTAIRE 2013 FICHES PRATIQUES LES DROITS PERSONNELS FUSION DES REGIMES COMPLEMENTAIRE 2013 FICHES PRATIQUES Origine Numéro Mise à jour DRAJ Département Réglementation des prestations 2 14/01/2013 N Article L635-1 à L635-4 Entrée en vigueur 01/01/2013 LES

Plus en détail

PLANIFICATION FINANCIÈRE DE LA RETRAITE. Marie Bouvier 13 MARS 2014

PLANIFICATION FINANCIÈRE DE LA RETRAITE. Marie Bouvier 13 MARS 2014 PLANIFICATION FINANCIÈRE DE LA RETRAITE Marie Bouvier 13 MARS 2014 PLAN DE LA PRÉSENTATION Taux de remplacement du revenu Sources de revenus à la retraite Régimes publics Pension de la sécurité de la vieillesse

Plus en détail

Smart Fund Plan 1. Type d assurance-vie. Garanties

Smart Fund Plan 1. Type d assurance-vie. Garanties AG Life Equities World 5 100% en actions, répartition 1,75 % AG Life Opportunities World 5 Ce fonds investit dans plusieurs groupes d'actifs. 2,00 % AG Life Equities Euro 6 100% en actions européennes

Plus en détail

Le point de vue du certificateur

Le point de vue du certificateur Le point de vue du certificateur Sépia «Certification des tables d expérience» Paris, mardi 23 novembre 2010 Pierre Thérond Actuaire Associé ptherond@galea-associes.eu PROJET / CONFIDENTIEL Sommaire 1.

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX 1 Ouverture et détention du Livret Grand Prix 1.1 Conditions d ouverture et de détention Le Livret Grand Prix est un compte d épargne. Il peut être ouvert par : toute

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation

Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation TR NS P R E NT SAMMELS T I F T U NG FÜR B E RUFLIC H E V O R S O RGE Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation Montants limites et valeurs actuarielles, valables à partir du 1 er janvier 2015

Plus en détail