MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MINISTÈRE DE LA DÉFENSE"

Transcription

1 MINISTÈRE DE LA DÉFENSE R LES MILITAIRES ET LEUR RETRAITE NOVEMBRE 2008 D I R E C T I O N D E S R E S S O U R C E S HUMAINES DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SERVICE DE LA POLITIQUE GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES MILITAIRES ET CIVILES SOUS-DIRECTION DES ÉTUDES ET DE LA PROSPECTIVE

2 Secrétariat général pour l administration Direction des ressources humaines du ministère de la défense Sous-direction des études et de la prospective LES MILITAIRES ET LEUR RETRAITE Enquête réalisée à la SDEP par : Chargées d études sociologiques : Mme Valérie BAILLEUL-HUGELE CDT (TA) Laurence LANTOINE Chargés d études statistiques : M. Jérôme BENSOUSSAN M. Laurent JACQUEMIN 1

3 2

4 VUE D ENSEMBLE Le système de retraite militaire offre la possibilité aux sous-officiers de 15 ans de service et aux officiers de 25 ans de service de quitter les armées en bénéficiant d une pension de retraite et par conséquent, de pouvoir choisir l âge de leur départ ou le moment jugé opportun pour partir. Même si les militaires ont le sentiment de pouvoir choisir le moment de leur départ, cette liberté est néanmoins bien relative du fait des contraintes statutaires, professionnelles ou encore d ordre privé qui pèsent lourdement sur la décision de quitter ou non l institution. Des militaires globalement satisfaits du régime de pension actuel mais inquiets des niveaux de pension Si, pour 40% des militaires, la perspective d un départ des armées n engendre pas de crainte particulière et si le régime actuel de retraite donne satisfaction à 60% d entre eux, ils sont nombreux à déplorer la faiblesse des montants de pension et surtout l important différentiel entre la solde actuelle et la pension de retraite, dû à la non prise en compte des primes dans le calcul de la pension. Le niveau de vie présumé après le départ conditionne bien entendu un certain nombre de décisions liées à celui-ci. L échéance du départ ou encore l intention de poursuivre sa carrière jusqu à la limite d âge ou de l interrompre avant, répondent à des logiques différentes influant sur la façon d appréhender le moment du départ. Le fait de pouvoir quitter l institution plus tôt pour les sous-officiers explique une vision différente de celle des officiers, tenant en grande partie à leurs différences socio-démographiques et à leur niveau de revenus. Ainsi pour un peu plus de la moitié des militaires interrogés 1, le départ des armées interviendra dans les cinq ans à venir et pour les autres, il s effectuera au-delà de cette échéance. Plus anciens, les officiers sont un tiers à prévoir un départ dans les dix ans, contre un quart des sous-officiers. Ces derniers, plus jeunes et plus tôt en service, sont deux fois plus nombreux que les officiers à envisager poursuivre leur carrière au-delà de dix ans. Lorsque l échéance de la retraite est éloignée, les militaires ont plutôt tendance à associer leur départ au moment où ils auront atteint la limite d âge du grade (77% des officiers et 63% des sous-officiers). Ils se projettent ainsi sur de longues carrières. Lorsque le projet de départ devient plus concret (dans les cinq ans à venir), la part de ceux qui devancent la limite d âge devient largement plus élevée (53% des officiers et 70% des sous-officiers). Les militaires déclarent préférer quitter les armées le plus tard possible pour disposer d une pension de retraite plus importante plutôt que de partir de façon précoce avec un montant de pension plus faible. Dans l idéal, 72% des officiers et 45% des sous-officiers souhaiteraient partir âgés d au moins 55 ans. 38% des officiers, et 16% des sous-officiers souhaiteraient même rester au-delà de 57 ans, le seuil de 60 ans représentant l idéal de 33% des officiers. Le souhait de partir le plus tard possible même au-delà de la limite d âge Mais compte tenu des contraintes susceptibles de peser sur eux, la grande majorité des officiers interrogés (86%) projettent en pratique de quitter les armées au plus tard à 57 ans, dont un tiers à 57 ans 1 Champ de l étude : officiers et sous-officiers de l armée de terre, de l armée de l air et de la marine ayant déjà acquis droit à pension en cours de carrière (officiers d au moins 25 ans de service et sous-officiers d au moins 15 ans de service). 3

5 précisément. Environ la moitié des sous-officiers prévoit en pratique de partir à 50 ans ou moins et l autre moitié au-delà (40% entre 50 et 56 ans). Alors que pour trois militaires sur dix «l âge idéal» de départ coïncide avec l âge de départ «en pratique», pour près de la moitié des officiers (46%), l âge idéal apparaît comme postérieur à celui où ils seront contraints de partir. C est dans une moindre mesure le cas des sous-officiers. Lorsque le départ des armées est susceptible d intervenir dans les cinq ans, ce constat s amplifie quelle que soit la catégorie hiérarchique. L âge relativement jeune de ces futurs retraités, conjugué à la nécessité de subvenir aux besoins d une famille qui sera encore à charge au moment du départ cas de 61% des officiers et de 67% des sous-officiers ou au remboursement de crédits en cours (crédits immobiliers ) ou encore au souhait de maintenir le même niveau de vie après un départ des armées, amène 74% des sous-officiers et 66% des officiers à déclarer avoir l intention de reprendre une activité professionnelle, une fois partis. Plus le départ est proche, plus le taux de militaires certains de retravailler augmente, les projets devenant alors plus concrets. Les militaires quittant les armées avant la limite d âge sont également plus souvent convaincus de reprendre une activité professionnelle pour des raisons similaires. Des craintes quant à leur niveau de vie futur Près de trois militaires sur quatre estiment qu ils ne disposeront pas de revenus suffisants pour vivre correctement au moment où ils quitteront les armées. Les militaires ne possédant à ce jour aucun bien immobilier sont, naturellement, nettement plus nombreux à juger que leurs revenus seront insuffisants pour vivre correctement, au même titre que les accédants à la propriété. Ainsi, 67% des officiers et 78% des sous-officiers déclarant qu ils auront encore des personnes à charge au moment de quitter les armées jugent le montant de leurs futurs revenus insuffisants pour vivre correctement, contre 49% des officiers et 67% des sous-officiers sans personne à charge. Le niveau de vie futur déterminant dans le choix du moment de partir Il est évident que les facteurs qui seront déterminants dans le choix du moment de leur départ des armées sont avant tout d ordre financier. Ainsi, 87% des militaires choisissent comme facteur déterminant dans leur prise de décision le futur niveau de vie, 85% le montant de la pension, 70% les possibilités d exercer une activité professionnelle dans le civil, 66% le poids des charges financières, et environ 60% l éducation des enfants et l intérêt des postes offerts dans la suite de la carrière. Devant se prononcer sur l élément le plus déterminant à leurs yeux, les militaires sélectionnent le montant de la pension (26%), le niveau de vie futur (19%) puis les possibilités d exercer une activité dans le civil (17%). Les raisons pouvant décider à anticiper le départ Mais un certain nombre de motifs pourraient inciter les militaires à quitter l institution plus tôt qu ils ne l envisagent Ces raisons sont avant tout d ordre financier, mais également professionnelles (affectation, possibilités de reclassement, évolutions de la défense, etc.). Une évolution défavorable du système de pension pourrait conduire à un départ important de militaires ou à anticiper celui des militaires prévoyant de partir dans les cinq ans. Le versement d un pécule pourrait également provoquer le départ des armées de 79% des militaires interrogés ; un départ proche ou avant la limite d âge accentue l importance de ce critère. L insuffisance de la solde serait également susceptible de faire partir plus tôt les sous-officiers en particulier. Une affectation non souhaitée pourrait également provoquer le départ 4

6 prématuré de 66% des militaires interrogés, et surtout chez les sous-officiers. Le reclassement dans la fonction publique pourrait motiver le départ des plus jeunes sous-officiers notamment. La crainte des évolutions de la défense et l absence de perspectives de carrière pourraient conduire 58% des militaires à quitter les armées de façon précoce. La crainte des évolutions de la défense est plus souvent avancée par les militaires projetant de partir dans les cinq ans. Le pécule principal facteur de départ anticipé Lorsqu ils doivent sélectionner le principal facteur de motivation au départ parmi tous ceux proposés, les militaires citent le versement d un pécule (22%), une affectation non souhaitée (17%) et une évolution défavorable du système de pension (12%). Quelle que soit la catégorie hiérarchique, l intérêt signifié pour le pécule augmente avec l ancienneté de service : 33% des sous-officiers d environ 25 ans de service, et 42% des sous-officiers d environ 30 ans de service font ce choix. Il en va de même pour les officiers : 20% des officiers de moins de 30 ans de service choisissent le versement d un pécule comme motif principal de départ, et 28% des officiers ayant au moins 30 ans de service. 5

7 6

8 INTRODUCTION Dans le cadre de la préparation de la révision de la loi n du 21 août 2003 portant réforme des retraites, la Direction des ressources humaines du ministère de la défense (sous-direction des études et de la prospective, DRH-MD/SPGRH/EP) a réalisé une enquête sur les perceptions du système de pension militaire par les officiers et sous-officiers des armées affectés en France métropolitaine (terre, air, marine, SSA et SEA) ayant déjà acquis droit à pension en cours de carrière (officiers d au moins 25 ans de service et sous-officiers d au moins 15 ans de service). Cette population de référence se compose d environ militaires (7 700 officiers et sous-officiers). S appuyant sur une étude conduite en 2005 par la direction de la recherche des études de l évaluation et des statistiques (DREES) sur les «intentions de départ à la retraite des salariés du privé âgés de 54 à 59 ans» 2, la présente enquête porte sur les comportements de départ en retraite des militaires et explore leurs préférences en la matière. Elle permet en particulier : de s intéresser à leur perception des nouveaux mécanismes mis en place par les réformes (décote, allongement des limites d âge des grades) ; d analyser les facteurs de décision intervenant dans leurs intentions de départ affichées ; d identifier les motifs avancés pour partir ou non à la retraite militaire. L étude a été menée de janvier à avril 2008 en France métropolitaine. Ainsi, questionnaires ont été adressés en janvier Le taux de retour global de cette enquête particulièrement élevé (63%), s agissant de questionnaires auto-administrés, témoigne de l intérêt porté par les militaires à ce sujet. L analyse des réponses permet de distinguer l âge auquel les militaires envisagent de quitter réellement les armées et l âge de départ souhaité dans l absolu. Elle permet également de mettre en avant la perception qu ont les militaires de leur situation financière actuelle mais également de celle qu ils auront quand ils auront quitté l institution. Elle met également en lumière les facteurs qui pourraient inciter les militaires à envisager un départ anticipé des armées et analyse les éléments apparaissant comme importants dans le choix du moment du départ. Par ailleurs, de nombreux militaires (1 159 personnes, soit 34% des répondants) ont saisi l opportunité qui leur était offerte de s exprimer en fin de questionnaire («Si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter des remarques sur le sujet»). Ces militaires présentent la même structure hiérarchique que celle de l ensemble des militaires ayant répondu à l enquête avec une représentation un peu supérieure de l armée de terre (50%, contre 44% des questionnaires renseignés). L analyse de ces commentaires libres constitue à la fois un éclairage indispensable des résultats quantitatifs obtenus et un complément riche en informations faisant ressortir des éléments non abordés dans le questionnaire. Les militaires ont été nombreux à ne pas limiter leurs propos au seul sujet des retraites, et se sont exprimés sur de nombreux thèmes leur tenant à cœur et qui semblent déterminants dans leur choix de quitter ou de rester dans l institution. Ainsi, l exploitation des remarques formulées en fin de questionnaire fait ressortir des thèmes propres à la retraite («pension», «limite d âge», «incitations au départ», «emploi dans le civil», «charges») et des thèmes non abordés dans le questionnaire ou alors de façon partielle voire en filigrane, en lien étroit avec le moral et déterminants pour la suite de la carrière («communication», «solde et nouvelle grille indiciaire», «gestion de carrière», «mobilité», «réformes», «moral»). Certains militaires ont choisi d évoquer plusieurs thèmes à la fois. 2 Cf. annexe 1 : éléments de comparaison de la méthodologie utilisée 7

9 8

10 CHAPITRE 1 : Données de cadrage Caractéristiques professionnelles des militaires Opinion sur la carrière et l avenir Situation familiale et niveau de vie 9

11 10

12 Caractéristiques professionnelles des militaires 1- Répartition de la population d étude par armée et par catégorie hiérarchique L armée de terre représente la part la plus importante des effectifs de l étude (44%). Sa représentativité est encore plus prononcée s agissant des officiers (59%). La population des sous-officiers se compose en grande partie de sous-officiers de l armée de l air (37%) et de sous-officiers de l armée de terre (43%). Si le service de santé représente une part quasi insignifiante des effectifs sur l ensemble de la population étudiée, il convient de souligner sa structure hiérarchique particulière reposant principalement sur le corps des officiers. La problématique de l étude sur les retraites n étant pas spécifique à une armée - sauf peut-être dans le cas très précis du service de santé dont les faibles effectifs ne permettront pas d identifier un comportement particulier - il n a pas semblé opportun de distinguer les armées dans la suite de l analyse. Tableau 1 : Répartition selon l armée et la catégorie hiérarchique (%) Armée Officiers Sous-officiers Ensemble Terre Air Marine SSA SEA Total Champ : Ensemble des officiers de 25 ans de service et plus et des sous-officiers de 15 ans de service et plus Lecture : 59% des officiers appartiennent à l armée de terre En revanche, les règles fixées en matière d ouverture des droits à la retraite différant entre les officiers (25 ans de service) et les sous-officiers (15 ans de service), les catégories hiérarchiques seront presque toujours différenciées dans l analyse. Le critère «avoir atteint au moins 25 ans de service pour les officiers» définissant le champ de la population explique que 70% des officiers de l étude sont des officiers supérieurs. Les règles d avancement corrélées au fait que ces officiers appartiennent essentiellement au corps des officiers des armes expliquent la faible part de commandants et la présence plus importante de lieutenants-colonels et colonels parmi la population. La population des officiers subalternes est constituée d une part d officiers de recrutement semi-tardif ou de recrutement rang et d autre part de capitaines «hors créneaux» d avancement. Les sous-officiers subalternes sont quant à eux peu représentés puisque la population étudiée sert au moins depuis quinze années. Les sergents ou sergents-chefs de l enquête sont donc essentiellement issus du recrutement semi-direct. Les adjudants et adjudants-chefs sont les plus représentés au sein du corps des sousofficiers. Tableau 2 : Répartition par grade (%) Grades Officiers Grades Sous-officiers Colonels 23 Majors 11 Lieutenants-colonels 37 Adjudants-chefs 44 Commandants 10 Adjudants 34 Capitaines 27 Sergents-chefs 9 Lieutenants 3 Sergents 2 Total 100 Total 100 Champ : Ensemble des officiers de 25 ans de service et plus et des sous-officiers de 15 ans de service et plus Lecture : 37% des officiers sont des lieutenants-colonels 11

13 2- Ancienneté de service et âge différencient nettement les officiers et les sous-officiers La population des officiers se répartit en deux parts équivalentes : la moitié a entre 25 et 29 ans de service alors que l autre moitié totalise au moins 30 ans de carrière. En revanche, 60% des sous-officiers n ont pas encore atteint 25 ans de service et seulement, 21% d entre eux totalisent une durée de carrière égale ou supérieure à 30 années. La grande différence d ancienneté de service entre officiers et sous-officiers explique les écarts d âge significatifs entre ces deux populations. Tableau 3 : Ancienneté de service (%) Tableau 4 : Age selon la catégorie hiérarchique (%) Ancienneté Officiers Sous-officiers Age Officiers Sous-officiers ans ans et moins ans ans ans ans ans ans et plus et plus 11 6 Total Total Champ : Ensemble des officiers de 25 ans de service et plus et des sous-officiers de 15 ans de service et plus Lecture : 52% des officiers ont une ancienneté de service comprise entre 25 et 29 ans S agissant de l âge, la différence la plus marquée concerne les deux classes d âge extrêmes : celle des «50 ans et plus» comprend 51% des officiers contre 18% des sous-officiers. A l opposé, la moitié des sous-officiers ont moins de 44 ans, ce qui n est le cas d aucun officier. 12

14 Opinion sur la carrière et l avenir Dans l enquête menée par la DREES auprès des salariés du secteur privé 3, il a été démontré que le fait de déclarer être en mauvaise santé ou d avoir exercé un métier pénible ou dangereux avait une influence sur le souhait des personnes de partir plus tôt à la retraite et donc que l âge de départ souhaité était d autant plus élevé que l état de santé général déclaré par le répondant était satisfaisant. Par ailleurs, la satisfaction exprimée par les salariés quant à leur emploi intervenait également sur leurs intentions de partir en retraite. Il a donc paru nécessaire de recueillir l opinion des militaires sur un certain nombre de dimensions liées au travail qui peuvent peser dans la décision de quitter les armées comme la pénibilité et le stress auxquels peuvent être associés l état de santé, la satisfaction dans l emploi tenu, l équivalence de la spécialité exercée dans le secteur civil (qui peut faciliter la reconversion), le potentiel d avancement et plus largement, la vision de l avenir au sein de l institution. 1- Opinion sur l état de santé, la pénibilité et le stress lié aux fonctions exercées A la différence des salariés du secteur civil, l opinion émise sur l état de santé n entraînera pas de clivage entre militaires quant à leurs intentions de départ à la retraite. En effet, la spécificité du métier des armes conduit la grande majorité des militaires interrogés (89%) à estimer être «en bonne santé», voire «en très bonne santé». Moins d un sous-officier sur trois et d un officier sur cinq déclarent avoir exercé une fonction jugée physiquement pénible ou dangereuse depuis les 5 dernières années. Là encore, cela aura peu d incidence sur le choix des militaires de quitter plus précocement les armées. En revanche, le stress et l usure psychologique liés au travail semblent plus souvent éprouvés, en particulier par les officiers. Ils sont ainsi 71% à déclarer avoir occupé depuis ces cinq dernières années des fonctions stressantes ou psychologiquement usantes contre 60% des sous-officiers. Mais cet état de fait n a que peu, voire pas d impact sur le comportement vis-à-vis de la retraite comme cela sera mentionné dans les chapitres suivants. 2- Satisfaction de la situation professionnelle actuelle Les officiers et les sous-officiers déclarent en proportion identique (64%) être «plutôt satisfaits» de leur situation professionnelle actuelle ; le seul point de divergence concerne les modalités extrêmes : les officiers sont deux fois plus nombreux à se montrer «tout à fait satisfaits» de leur situation (20% contre 10% chez les sous-officiers) et a contrario, les mécontents sont plus nombreux parmi les sous-officiers (26% chez les sousofficiers contre 15% chez les officiers). Ce sentiment d insatisfaction est plus souvent partagé par les adjudants et les sergents-chefs. 3 : RAPOPORT B.,«Les intentions de départ à la retraite des salariés du privé âgés de 54 à 59 ans», Paris, DREES, Etudes et résultats N 478, mars 2006, 8 p. 13

15 Tableau 5 : Satisfaction de la situation professionnelle actuelle par grade (%) Colonels Officiers Lieutenantscolonels / Commandants Capitaines / Lieutenants Ensemble Satisfaits (tout à fait / plutôt) 84 (25 / 59) 82 (21 / 61) 89 (17 / 72) 85 (21 / 64) Insatisfaits (plutôt pas, pas du tout) Sous-officiers Majors Adjudants-chefs Adjudants Sergents-chefs Ensemble Champ : Ensemble des officiers de 25 ans de service et plus et des sous-officiers de 15 ans de service et plus Lecture : 84% des colonels sont satisfaits de leur situation professionnelle actuelle dont 25% tout à fait satisfaits Satisfaits (tout à fait / plutôt) 80 (15 / 65) 79 (11 / 68) 70 (9 / 61) 67 (6 / 61) 74 (10 / 64) Insatisfaits (plutôt pas, pas du tout) Transposition des emplois dans le civil L idée de pouvoir transposer sa spécialité actuelle sur le marché du travail est plus répandue chez les officiers (58%) que chez les sous-officiers (48%), bien que ces derniers soient plus souvent spécialistes. Les fonctions de commandement et de «management» exercées par les officiers ne doivent pas être étrangères à cette opinion partagée en plus grande proportion par les officiers les plus gradés (68% des colonels contre 54% des lieutenants-colonels et commandants). Mais c est encore plus significatif chez les officiers du service de santé des armées qui, logiquement, sont 88% à estimer que leur spécialité est facilement transposable, contre 57% des officiers de l armée de terre, de la marine et surtout, 45% des officiers de l armée de l air. 4- Jugement porté sur l avancement Ayant plus d ancienneté, les officiers sont nettement plus nombreux que les sous-officiers à juger leur potentiel d avancement épuisé (62% pour les premiers contre 48% pour les seconds). Une part encore importante de sous-officiers (43%) estiment que leur marge de progression est moyennement élevée. En revanche, seuls 5% des militaires interrogés déclarent avoir un potentiel de progression important. Chez les sous-officiers, plus les grades sont élevés et plus la part de ceux qui estiment avoir atteint le maximum de leur potentiel d avancement est élevée. De même les officiers subalternes, les commandants et les lieutenants-colonels portent le même jugement et estiment être bloqués à l avancement alors que les colonels sont nettement moins enclins à estimer leur progression achevée (42% contre 70%). Parmi ces derniers, 15% (soit cinq fois plus que les autres officiers supérieurs) estiment avoir encore un potentiel d avancement élevé. Pour de nombreux militaires, les possibilités d avancement sont prises en considération dans le choix de rester dans l institution ou de la quitter ou de quitter l institution comme cela apparaîtra dans le chapitre consacré aux déterminants du départ. 5- Craintes sur l avenir La période durant laquelle a été conduite cette enquête (janvier 2008) et les incertitudes conjoncturelles liées aux réformes engagées n ont certainement fait qu amplifier l inquiétude ressentie par les militaires interrogés. Ainsi, l état d esprit dans lequel se trouvent les officiers et les sous-officiers quand ils pensent à leur avenir ou à celui des armées est nettement pessimiste, avec une appréhension plus prononcée chez les sousofficiers. En effet, 77% des sous-officiers et 61% des officiers éprouvent des craintes relatives à l évolution de leur carrière (avancement, fonctions tenues, condition militaire ). Chez les sous-officiers, les écarts entre grades sont plus marqués. Ce sont les militaires détenant les grades les moins élevés qui s inquiètent le plus. Ce sentiment est également un peu plus répandu chez les sous-officiers de 14

16 l armée de l air (81% contre 75% des autres armées). Parmi les officiers, ceux de l armée de terre sont plus pessimistes (65% contre 55% dans les autres armées). Enfin, la vision pessimiste est plus souvent affichée par les militaires déclarant leur avancement limité ou nul. S agissant plus largement de l avenir des armées, 92% des sous-officiers et 86% des officiers sont pessimistes. Chez les officiers, ce sentiment est indépendant des grades et du potentiel d avancement et apparaît nettement plus prégnant dans l armée de terre (90% contre 80% dans les autres armées). Chez les sous-officiers, ceux de l armée de terre et de l armée de l air éprouvent le plus de craintes (94% contre 84% des marins), craintes partagées en proportions identiques, quelle que soit l ancienneté de service. Graphique 1 : Craintes des évolutions Actuellement, éprouvez-vous des craintes à propos de l'évolution % 77% 86% 92% Oui Non % % 14% 8% 0 officiers sous-officiers officiers sous-officiers De votre carrière dans les armées (fonctions, rémunération...) Des armées dans les prochaines années Champ : Ensemble des officiers de 25 ans de service et plus et des sous-officiers de 15 ans de service et plus Lecture : 77% des sous-officiers déclarent éprouver des craintes à propos de l évolution de leur carrière dans les armées 15

17 16

18 Situation familiale et niveau de vie L un des principaux objectifs de l enquête est d identifier les facteurs pouvant influer le choix du moment du départ des armées des militaires. Avant de mesurer l impact éventuel des revenus et du patrimoine des militaires sur leur départ en retraite, il convient d en ébaucher l état actuel. Cela permettra, en outre, d apprécier la perception qu ont les militaires de leur situation financière actuelle et de la comparer à celle dont ils pensent disposer au moment où ils quitteront le service actif. 1- Situation matrimoniale et familiale Les jeunes militaires étant écartés du champ de l étude, il est logique que la population étudiée ait, en grande majorité, déjà fondé une famille 4. Ainsi, 87% des officiers et 78% des sous-officiers sont mariés. Les sousofficiers, plus jeunes, sont aussi plus souvent célibataires (12% contre 4%). La part des divorcés, quasiment identique d une catégorie hiérarchique à l autre, avoisine les 10%. La grande majorité des militaires interrogés vit en couple (91% des officiers et 86% des sous-officiers). La part de parents atteint 90% chez les officiers et 85% chez les sous-officiers. Ainsi les militaires interrogés sont très nombreux à avoir des charges familiales à assumer. Les officiers ont des familles plus nombreuses : 54% d entre eux ont au moins trois enfants dont 18% en ont au moins quatre. Il faut également souligner que près d un tiers des sous-officiers ont une famille d au moins trois enfants. 2- Niveau de solde et niveau de revenus actuels 2.1. Niveau de solde 5 Les écarts de solde entre officiers et sous-officiers sont significatifs. Ils sont dus à des carrières très différenciées, à des anciennetés difficilement comparables et surtout à la diversité des grades étudiés qui se situent parfois aux extrémités de la pyramide hiérarchique (de sergent-chef à colonel). Ainsi, dans la population d étude, 90% des officiers ont une solde mensuelle (primes comprises) d au moins euros nets, ce qui n est le cas que de 5% des sous-officiers. De plus, la dispersion des montants de solde est plus importante chez les officiers que chez les sous-officiers. Tableau 6 : Répartition des officiers selon le montant Tableau 7 : Répartition des sous-officiers selon le de la solde (%) de la solde (%) Montant de solde Officiers Montant de solde Sous-officiers Moins de euros 10 Moins de euros 15 Entre et euros 39 Entre et euros 55 Entre et euros 25 Entre et euros 25 Entre et euros 16 Plus de euros 5 Plus de euros 10 Total 100 Total 100 Champ : Ensemble des officiers de 25 ans de service et plus Champ : Ensemble des sous-officiers de 15 ans de service et plus Lecture : 10% des officiers ont une solde inférieure à euros Lecture : 55% des sous-officiers ont une solde comprise entre et euros 4 : A titre de rappel, la population de l enquête (militaires en activité ayant acquis droit à pension en cours de carrière) concerne 31% des officiers et 52% des sous-officiers. 5 : Les montants de solde sont des montants déclarés dans l enquête 17

19 2.2. Niveau de revenus des ménages 6 Aux revenus issus de la solde peuvent s ajouter ceux provenant de l activité professionnelle du conjoint, d allocations ou de biens divers. Ainsi, une grande majorité de militaires vivent au sein d un couple bi-actif, ce qui permet d élever le niveau de revenus. En effet, 58% des conjoints d officiers interrogés sont actifs 7, proportion qui s élève à 81% pour les conjoints de sous-officiers. On soulignera la part deux fois plus élevée de conjoints inactifs chez les officiers (42% contre 19% chez les sous-officiers). Tableau 8 : Activité professionnelle des conjoints selon la catégorie hiérarchique (%) Activité professionnelle des conjoints Officiers Sous-officiers Taux d activité Il exerce une activité professionnelle Il est au chômage, en recherche d emploi 5 10 Il a temporairement arrêté de travailler 3 4 Taux d inactivité Il n exerce pas d activité professionnelle Il est à la retraite et n exerce pas d activité professionnelle 4 3 Il est étudiant, en formation 1 1 Total Champ : Ensemble des officiers de 25 ans de service et plus et des sous-officiers de 15 ans de service et plus vivant en couple Lecture : 50% des conjoints des officiers exercent une activité professionnelle Grâce au travail du conjoint, les revenus des ménages des militaires augmentent mais en règle générale, ne doublent pas. Ainsi, le montant du revenu apporté par les conjoints peut être estimé en moyenne à euros (1 700 euros pour les officiers et euros pour les sous-officiers). Cependant si les officiers seuls sont près de la moitié (49%) à déclarer une solde inférieure à euros, ils ne sont plus que 24% à avoir des revenus de cette valeur si l on considère leur ménage. Enfin, s ils ne sont que 10% à avoir une solde de plus de euros, ils sont 27% à avoir des revenus au moins de cette importance, lorsqu on intègre les revenus de leur conjoint. Graphique 2 : Revenus des ménages des officiers (%) 14% 24% 13% Moins de euros Entre et euros Entre et euros Entre et euros Plus de euros 22% 27% Champ : Ensemble des officiers de 25 ans de service et plus Lecture : 27% des ménages d officiers ont des revenus compris entre et euros 6 Les montants de revenus des ménages sont des montants déclarés 7 Actif : personne qui occupe un emploi ou qui est au chômage «au sens du BIT». 18

20 Chez les sous-officiers, l apport du revenu du conjoint n est pas négligeable et est souvent une nécessité pour assurer un niveau de vie considéré comme convenable ; par exemple, ce sous-officier supérieur, accédant à la propriété, marié avec un conjoint exerçant une activité professionnelle et ayant deux enfants qui indique dans la question libre : «le niveau de vie a augmenté de telle manière qu'il n'est plus possible de vivre correctement en travaillant seul. D'où l'obligation du conjoint de trouver un travail. Heureusement, l'opex bien que très contraignante pour la famille permet de garder un semblant de vie correcte (...)» Ainsi, si 69% des sous-officiers interrogés ont une solde inférieure à euros, ils ne sont plus que 20% à avoir de tels revenus au niveau du ménage. Graphique 3 : Revenus des ménages des sous-officiers (%) 11% 20% Moins de euros Entre et euros 12% Entre et euros Entre et euros Entre et euros 17% 17% Plus de euros Champ : Ensemble des sous-officiers de 15 ans de service et plus Lecture : 23% des ménages de sous-officiers ont des revenus compris entre et euros 23% 3- Patrimoine immobilier et épargne des militaires 3.1. Résidence principale Bien que leurs revenus soient inférieurs, les sous-officiers sont tout autant propriétaires de leur résidence principale que les officiers (près des deux tiers) mais seuls 16% des officiers et 11% des sous-officiers en sont propriétaires à part entière (sans prêt à rembourser), les autres étant accédants à la propriété. Les sous-officiers, plus jeunes, sont un peu plus fréquemment accédants à la propriété que les officiers (54% contre 48%). Tableau 9 : Résidence principale selon la catégorie hiérarchique (%) Statut d occupation de la résidence principale Officiers Sous-officiers Propriétaire de sa résidence principale Propriétaire accédant Propriétaire à part entière Non propriétaire de sa résidence principale Total Champ : Ensemble des officiers de 25 ans de service et plus et des sous-officiers de 15 ans de service et plus Lecture : 16% des officiers sont propriétaires à part entière de leur résidence principale 19

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Présentation des principales mesures de la loi portant réforme des retraites

Présentation des principales mesures de la loi portant réforme des retraites Présentation des principales mesures de la loi portant réforme des retraites Décembre 00 Ce document est proposé à titre d information. En effet, certaines dispositions de la loi portant réforme des retraites,

Plus en détail

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 «Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 Enquête réalisée par www.paris21.tv en partenariat avec la Société de Banque et d Expansion et de Paris Développement 17 Septembre 2014 www.netsbe.fr

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Sondage Ifop pour la FFSE Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Anne-Sophie Vautrey Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3)

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3) Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement (point 3) 12 octobre 2010 Pourquoi un Observatoire UFF-IFOP de la Clientèle Patrimoniale? Parce

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

La Banque Postale / CNP Assurances

La Banque Postale / CNP Assurances La Banque Postale / CNP Assurances Baromètre Prévoyance Vague 1 Santé Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Fabienne CADENAT / Michaël PERGAMENT 01.40.92. 45.37 / 31.17 / 46.72 42IG98

Plus en détail

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants :

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : Le commerce en France : 750 000 entrepreneurs 2 millions de personnes 343 milliards d euros de chiffre d affaires Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : 167 000 adhérents La plus grande organisation

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Un questionnaire a été remis aux familles courant décembre avec le double objectif de relayer le ressenti des parents sur les nouveaux rythmes scolaires

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali A la demande du Cercle des Epargnants et de Generali, le Centre d Etudes et de Connaissances

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP DOSSIER N :. PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP Emprunteur Co-emprunteur Mr Mme Mr Mme Nom d usage (en majuscules) :..... Nom de famille (nom de jeune fille) :.. Prénoms :.. Nom d usage (en majuscules)

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite 11, boulevard Haussman. 75009 Paris 01 58 38 65 87 / 37 www.cercledesepargnants.com contact@cercledesepargnants.com Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne 11 Objectifs et Méthodologie Objectifs : Analyse du profil sociodémographique des clients des banques en ligne Historique et détention de produits financiers dans des

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Juillet 2013 Etude réalisée par l institut OpinionWay pour la MAIF, conduite en ligne du 3 au 29 juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE

LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE 1 Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique JeanPierre THOMAS Président du Cercle de l'epargne Philippe CREVEL Directeur

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LA REFORME DES RETRAITES DANS LA FONCTION PUBLIQUE

TOUT SAVOIR SUR LA REFORME DES RETRAITES DANS LA FONCTION PUBLIQUE TOUT SAVOIR SUR LA REFORME DES RETRAITES DANS LA FONCTION PUBLIQUE Réussissons une réforme juste SOMMAIRE I. CE QUI NE CHANGE PAS, CE QUI CHANGE 3 II. QUESTIONS/RÉPONSES 7 1 - J APPARTIENS À UN CORPS DE

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Rapport réalisé par le CRÉDOC pour le Comité consultatif du secteur financier Département Évaluation des politiques

Plus en détail

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate News From Aon Contact Presse : Agence Ketchum Pleon Pierre Ananou / Laurène Wale / Elsa Portal Tél : 01 56 02 35 04 / 01 53 32 56 30 / 01 53 32 64 66 Mail : pierre.ananou@pleon.com / laurene.wale@ketchum.fr

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat Nous sommes là pour vous aider Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat Articles D.1 et D.21 du code des pensions civiles et militaires de retraite et demande de retraite additionnelle Article

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE. Questions/réponses

LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE. Questions/réponses LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE Questions/réponses QUI EST CONCERNÉ PAR LA LOI DU 3 AOÜT 2009 RELATIVE A LA MOBILITÉ ET AUX PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

Cette fiche présente des éléments généraux sur l assurance emprunteur et les travaux sur ce sujet du CCSF depuis sa création.

Cette fiche présente des éléments généraux sur l assurance emprunteur et les travaux sur ce sujet du CCSF depuis sa création. Assurance emprunteur Depuis 2004, le CCSF accorde une attention particulière au sujet de l assurance emprunteur afin que le consommateur puisse disposer de l information la plus pertinente possible et

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Ce qu attendent les employeurs et les salariés de la complémentaire santé d entreprise

Ce qu attendent les employeurs et les salariés de la complémentaire santé d entreprise Centre de Recherche pour l Étude et l Observation des Conditions de vie CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Jeudi 12 février 2009 Ce qu attendent les employeurs et les de la complémentaire

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE DU 14 SEPTEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête exclusive La France Mutualiste/IFOP : Les Français et la retraite 64% des actifs font confiance aux mutuelles :

Plus en détail

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE MARKETING ALSINET AUDREY BURRET JEAN FRANCOIS MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE INTRODUCTION I - COMMENT MESURER LA SATISFACTION A - CRITERE DE SATISFACTION. Diversité et qualité

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

Baromètre du paiement électronique Vague 2

Baromètre du paiement électronique Vague 2 pour Baromètre du paiement électronique Vague 2 Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d entreprise frederic.micheau@ifop.com Janvier 2012 Laurent Houitte Directeur Marketing

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Séparation, rupture. Séparation, rupture de la vie commune. Comment. ma? mapeut-elle. Bon à savoir

Séparation, rupture. Séparation, rupture de la vie commune. Comment. ma? mapeut-elle. Bon à savoir ? Séparation, rupture Séparation, rupture de la vie commune? Comment ma? mapeut-elle banque m accompagner?? Bon à savoir 2 NOTES Édito Chère cliente, cher client, Nous nous connaissons peut-être depuis

Plus en détail

LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI

LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI Juin 2008 - N 24.1 LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI En 2007, la Dares et la Drees ont conduit une enquête

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH Baromètre BVA Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH en partenariat avec le Figaro avec le concours scientifique de la Chaire de Sciences Po Fiche technique Recueil

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises.

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Mai 2009 Préface Les PME ont aujourd hui accès aux technologies déjà déployées dans les grandes entreprises. En

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail