LA MESURE DES GRANDEURS ET LE CHOIX DES CRITÈRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MESURE DES GRANDEURS ET LE CHOIX DES CRITÈRES"

Transcription

1 LA MESURE DES GRANDEURS ET LE CHOIX DES CRITÈRES H. PREVOT L'article qui suit a suscité quelques remous pour ou contre parmi les membres de son comité de lecture. La meilleure façon d'en juger est de le lire, sachant bien sûr qu'il n'engage que son auteur. Les Rédacteurs en Chef de la RFF L'économie de la forêt, les relations entre deux mondes qui présentent autant de différences que celui de la forêt et celui de l'industrie sont, si j'ose dire, un «gisement» de réflexions inépuisable. On peut même en faire un livre cf.,, L'Économie de la forêt ; mieux exploiter un patrimoine» chez Édisud. Le rédacteur en chef de cette revue m'ayant averti qu'il ne recevait que des projets d'articles traitant de sujets inédits, je n'expliquerai pas pourquoi dans ce secteur la demande de bois bloque l'offre, ni en quoi les besoins financiers de la sylviculture sont spécifiques et demandent un prêt à remboursement et intérêts différés ; je ne discuterai pas du taux d'actualisation ; je ne ferai pas le calcul du «coût de l'écologie» et je ne dirai pas comment l'état peut en prendre une partie à sa charge sans que cela ne lui coûte rien ; je ne montrerai pas comment sont fixés les prix et comment résoudre la question du morcellement de la propriété ; je tairai enfin qu'il ne faut pas chercher à mobiliser» le bois mais à mobiliser l'épargne. Par contre, je vais évoquer une question qui m'est venue à l'esprit au moment de corriger les épreuves : je me suis rendu compte que j'avais toujours présenté les résultats de la sylviculture en utilisant comme unité des «francs par hectare», unité de mesure de la grandeur «revenu (ou dépenses, ou recettes) par surface». Quoi de plus naturel? Quoi de plus contestable? J'ai donc rajouté un alinéa : «il n'est pas interdit d'utiliser d'autres critères pour évaluer les sylvicultures : l'annuité équivalente par franc investi, ou la quantité de travail par hectare et par an» (p. 128, c'està-dire la page qui indique le prix du livre, si l'unité est le franc). Mais en passant de l'«unité» au critère», je changeais cavalièrement de registre ; cela mérite peut-être quelques réflexions. Le choix de la grandeur que l'on mesure n'est pas neutre. Il induit nécessairement, sans même que l'on y songe, un comportement, une classification, des priorités : la grandeur mesurée, sournoisement, devient critère, c'est-à-dire moyen de jugement, d'évaluation (» critein» en grec : «juger»). 247 Rev. For. Fr. XLVI

2 H. PRÉVOT La grandeur A/B, lue A sur B, induit que l'on a l'idée de maximiser ou de minimiser la quantité de A pour une quantité de B donnée. Cette expression ' pour une quantité B donnée» induit à son tour que la quantité de B n'est pas libre, soit qu'elle est fixée sans discussion possible, soit qu'elle est limitée. Le choix de cette grandeur est tout à fait convenable lorsque l'on utilise un raisonnement de maximisation sous contrainte» ; en recherche opérationnelle, ce genre de raisonnement est, d'un point de vue esthétique et pratique, tellement séduisant qu'on l'applique parfois sans vérifier qu'il s'agit bien d'une grandeur à maximiser et d'une contrainte réelle c'est par exemple à l'aide d'un raisonnement d'optimisation sous contrainte que la théorie économique néo-classique explique que, si certaines conditions sont réunies, la concurrence conduit à un optimum social : elle optimise l'utilité sociale sous la contrainte de l'emploi. Et elle oublie de modifier ses hypothèses, donc son outil de mesure-critère et ses conclusions, alors que le chômage est tel qu'il est difficile de dire que l'on doit raisonner «sous la contrainte» d'un potentiel de travail limité. Revenons à la forêt. La façon de calculer le résultat économique d'un investissement est classique : on considère chaque année les dépenses et les recettes en termes réels et on les actualise ; lorsque l'on arrive à la fin de la période où cet investissement fait sentir ses effets, on suppose qu'il est renouvelé à l'identique et cela indéfiniment. On peut alors calculer le résultat actualisé de cette séquence d'investissements indéfiniment renouvelés. Il est plus commode d'utiliser ce que j'appelle «l'annuité constante équivalente» ainsi définie : la valeur actualisée de cette annuité supposée perçue annuellement et indéfiniment est égale au bénéfice actualisé calculé comme indiqué ci-dessus. II y a donc équivalence entre le bénéfice actualisé d'un investissement renouvelé indéfiniment et une ' annuité équivalente» perçue indéfiniment. Dans la suite, on retiendra uniformément le taux d'actualisation de 4 % (j'explique dans mon étude pourquoi cette valeur, et pourquoi j'estime que la notion parfois employée de «taux d'actualisation propre à la forêt» n'a pas de sens) ; si l'on adopte le point de vue de la société en général, on ne retiendra pas le prix du sol ni les impôts (il est possible bien sûr de faire le même genre de raisonnement du point de vue d'une personne privée qui possède déjà le sol ou qui ne le possède pas). J'ai étudié le cas d'une dizaine de sylvicultures, le Pin maritime, le Douglas, le taillis à courte révolution de Peuplier, le Chêne, en faisant dans chacun de ces quatre cas deux hypothèses, et aussi l'amélioration d'un taillis très productif et le Sapin-Épicéa. L'«ANNUITÉ ÉQUIVALENTE PAR HECTARE» Je suis arrivé aux résultats suivants en retenant pour chacune des essences qui ont fait l'objet de deux hypothèses les résultats médians. Amélioration de taillis Pin maritime Douglas Taillis de Peuplier Chêne Sapin-Épicéa 101 F/ha/an 340 F/ha/an 645 F/ha/an 340 F/ha/an 707 F/ha/an 425 F/ha/an 248

3 Économie et forêt II est malheureusement difficile d'indiquer dans le cadre d'un article l'ensemble des données qui conduisent à ces résultats qui reflètent une réalité bien connue (on trouvera une partie de ces données dans la suite du texte). Si l'on ne considère que le résultat marchand et si l'on n'inclut dans les recettes que la vente du bois, il apparaît donc deux sortes de sylvicultures, d'une part celles qui dégagent un résultat positif, c'est-à-dire les résineux productifs et une sylviculture douce sur un terrain très favorable (ce qui est l'hypothèse ici retenue), et d'autre part des sylvicultures largement déficitaires. Un gros avantage de cette «annuité équivalente» est qu'il est facile de la corriger si l'on veut prendre en considération les avantages >> écologiques et sociaux» de la forêt, c'est-à-dire cette partie de l'utilité collective qui ne se reflète pas dans le prix des bois. Si, par exemple, on estime que l'avantage écologique et social d'un boisement de Chêne est supérieur, sur toute la vie du peuplement (et pas seulement dans la phase de futaie), à celui que procure une futaie de Douglas, on peut préférer le Chêne au Douglas si la différence de >> flux de valeur écologique et sociale» est évaluée à plus de F/ha/an. Le lecteur peut se dire qu'il n'y a rien ici de bien neuf : cette >> annuité équivalente» n'est-elle pas la rente foncière» bien connue des forestiers? Justement pourquoi l'appeler «rente foncière»? Cette annuité représente le résultat du travail de l'homme et de l'utilisation de capitaux et du sol ; l'imputer seulement au sol, comme y invite l'expression ' rente foncière» résulte d'un choix, même si ce choix est implicite. Cette même grandeur, le revenu, on pourrait la rapporter, non plus au sol, mais par exemple aux sommes investies. L'«ANNUITÉ ÉQUIVALENTE PAR FRANC INVESTI» Si le facteur limitant est, non pas la surface, mais le financement disponible, la grandeur la plus utile à mesurer n'est pas l'annuité équivalente par unité de surface mais l'annuité équivalente par unité monétaire investie par commodité on prendra l'annuité équivalente par F investis. En comptant toutes les dépenses avant la coupe, y compris 200 F/ha/an de frais de gestion (100 F pour le taillis amélioré), et en actualisant les dépenses à 4 %, on trouve les résultats suivants : Sommes investies Annuité équivalente Non actualisée Actualisée par F Amélioration de taillis F F 145 F Pin maritime F F 234 F Douglas F F 250 F Taillis de Peuplier F F 179 F Chêne F F 300 F Sapin-Épicéa F F 206 F Les sylvicultures se classent de la même façon que lorsque l'on mesure l'annuité équivalente par hectare. Les résultats gardent évidemment le même signe puisque le numérateur n'a pas été changé. Mais les sylvicultures économes se rapprochent de celles qui ont les plus beaux résultats : ainsi le Pin maritime égale presque le Douglas et l'amélioration de taillis, qui avec mes hypothèses étaient six fois moins bonne que le Douglas, atteint 60 % des résultats du Douglas. Cette grandeur parait assez pertinente dans une période où l'argent est rare ; mais il est moins immédiat de rajouter aux recettes un >> flux de valeur écologique» car la surface n'est pas la même pour les différentes essences. 249 Rev. For. Fr. XLVI

4 H. PRÉVOT En simplifiant, on peut dire qu'avec un capital de F, en le plaçant à 4 %, on améliore 1,5 ha de taillis, on reboise 0,7 ha avec du Pin maritime et 0,4 à 0,5 ha avec d'autres essences. Si donc, par hypothèse, on attribue à une forêt entretenue quelle qu'elle soit, comparée à une friche ou à une forêt à l'abandon, un «flux de valeur écologique» de 100 F/ha/an, les résultats d'un taillis amélioré rejoignent ceux d'une futaie de Pin maritime ou de Douglas! Mais on pourra considérer que des futaies ont plus de valeur écologique qu'un taillis amélioré : si le «flux de valeur écologique» d'un taillis amélioré est de 100 F/ha/an, à investissement égal les résultats du Chêne ne pourront dépasser ceux du taillis amélioré que si l'on attribue à son «flux de valeur écologique» une valeur supérieure à F/ha/an, sur toute la vie du peuplement et pas seulement sur la période de belle futaie. UNE AUTRE GRANDEUR À NE PAS OUBLIER : LE NOMBRE D'EMPLOIS CRÉÉS L'on pourra considérer que la grandeur à améliorer n'est pas le résultat actualisé, même gonflé de valeur écologique» ; on pourra considérer que la forêt doit se montrer secourable la forêt s'est toujours montrée secourable en période de difficulté non pas en procurant du bois ni en procurant des résultats économiques ou financiers, mais en procurant des emplois. On pourrait alors retenir comme unité «la quantité de travail par franc investi considérant que, s'il faut mettre 1 million de francs dans la sylviculture pour financer des travaux, il est préférable que cette somme rapporte» en 20 ans plutôt qu'en 100 ans pour que les arbres cèdent plus vite la place à de nouveaux travaux qui eux-mêmes procureront de l'emploi et seront financés par les ventes de bois. LE NOMBRE D'EMPLOIS CRÉÉS PAR MILLION DE FRANCS INVESTI En première approche, on peut rapporter le montant de l'investissement au nombre d'années que dure une révolution». Si l'on compte F/emploi/an, et si l'on suppose pour simplifier que tout l'investissement se traduit en travail, l'activité créée pour 1 million de francs d'investissement est de 8 emplois - an soit, selon les essences, la création d'un nombre différent d'emplois : Durée de la révolution Nombre d'emplois Amélioration de taillis 30 0,27 Pin maritime 45 0,18 Douglas 50 0,16 Taillis de Peuplier 16 0,50 Chêne 150 0,05 Sapin-Épicéa 100 0,08 Dans ce cas-là, le taillis à courte révolution, qui se trouvait dans le peloton de queue avec le Sapin et l'épicéa, laisse ces deux essences en queue et se retrouve bon premier on retient la durée de 16 ans alors que l'investissement initial est fait pour rapporter en 24 ans, avec trois coupes, car dès la huitième année les premières recettes permettent de rembourser un tiers environ de l'investissement. Malgré des résultats économiques incertains, et bien qu'aux yeux des «vrais forestiers» il mérite à peine le droit de porter le nom de «forêt du point de vue de l'emploi, il ne faut pas ignorer qu'il présente un intérêt beaucoup plus grand que les nobles essences. 250

5 Économie et forêt Si l'on suppose que l'argent non dépensé de suite est placé à 4 %, les résultats sont meilleurs mais les écarts sont à peu près les mêmes le nombre d'emplois est multiplié par le rapport du montant des dépenses non actualisées et actualisées à 4 % : Amélioration de taillis Pin maritime Douglas Taillis de Peuplier Chêne Sapin-Épicéa 0,39 0,25 0,25 0,62 0,10 0,12 Ces chiffres montrent, mais ce n'est pas une découverte, que la forêt est une activité qui immobilise des sommes considérables : 1,6 million pour créer un emploi dans les taillis à courte révolution ; 10 millions par emploi pour faire du Chêne. Mais ces sommes immobilisées ne sont pas comme un capital de production» qui se déprécie ; au contraire, on les retrouvera bien augmentées, au moment de la vente des bois. Si l'on choisit cette grandeur comme critère, estimant qu'elle correspond aux objectifs et aux contraintes du moment, le taillis à courte révolution est six fois préférable à la futaie de Chêne. Si l'on ne veut tenir compte que de l'activité générée de suite, ou au plus dans les cinq ans, on peut calculer le nombre d'emplois sur cinq ans financés avec un investissement de 1 million de francs, étant entendu que cet investissement, placé à 4 %, doit pouvoir financer toutes les dépenses courant sur une révolution (il ne sert à rien d'engager une sylviculture sans les moyens de la réussir). Les résultats sont meilleurs car les travaux de sylviculture se font pour la plus grande part dans les premières années [une somme de 1 million de francs permet d'engager un reboisement sur n hectares, ce qui donne n x p francs de travaux sur les cinq premières années, correspondant à n x p / (5 x ) emplois pendant cinq ans]. n p n x p Nombre d'emplois. 5 ans Amélioration de taillis ,93 Pin maritime ,75 Douglas ,88 Taillis de Peuplier ,28 Chêne ,96 Sapin-Épicéa ,85 Quelle que soit l'essence, la quantité de travail fournie sur cinq ans pour un investissement de 1 MF est à peu près la même, si l'on garde en réserve de quoi financer le reste des travaux sur toute la révolution, en le plaçant à 4 % : 1 emploi pendant cinq ans par million de francs investi. Il faut se rappeler que ce million de francs n'est pas perdu ; on le retrouve au moment de la vente des produits et l'on ne doit pas le comparer à un investissement industriel, qui doit s'amortir. D'AUTRES GRANDEURS PEUVENT ETRE MESURÉES II y en a une, toujours présente, mais peut-être un peu honteusement. Si l'on propose, comme cela se voit encore assez fréquemment, de fixer comme âge de coupe celui qui maximise le volume de bois produit sur une surface donnée depuis le début du boisement, n'est- 251 Rev. For. Fr. XLVI

6 H. PREVOT ce pas parce que la grandeur correspondante, le volume divisé par la surface et par la durée (dont une unité est le m 3/ha/an), est la plus commode, la plus immédiate de toutes? La simplicité de cette grandeur, le fait qu'il s'agit de quelque chose de tangible (on sait compter en mètres cubes, on sait mesurer une surface et l'on sait compter le nombre de lunes) exercent une séduction qui l'emporte encore sur la raison, puisque la raison recommande de prendre le revenu actualisé, c'està-dire les recettes diminuées des dépenses et actualisées. La grandeur mesurée est devenue critère. Si l'on considère que tout le territoire doit être entretenu et que la forêt y contribue. on pourrait retenir la surface par franc investi (placé à 4 %) : le taillis amélioré trouve alors, et de loin, la première place, suivi du Pin maritime ; le taillis à courte révolution n'est guère mieux placé que le Sapin, et le Douglas se trouve en avant-dernière position. Et il y a certainement bien d'autres grandeurs mesurables, comme le volume de CO 2 absorbé par unité d'investissement ou par unité de surface, pour ceux que préoccupe l'effet de serre, ou encore le nombre d'oiseaux par hectare, ou le nombre de cèpes par franc investi. k w :t En forêt comme partout, une bonne façon de vérifier que l'on sait résister au pouvoir séducteur de la grandeur facilement mesurable est d'utiliser plusieurs grandeurs très différentes, ne serait-ce que pour voir «ce que cela donne >,. Ce n'est qu'ensuite qu'on en retiendra une ou quelques-unes comme critères. Y aurait-il dans nos forêts autant d'arbres fort âgés si l'on retenait davantage comme critères le résultat économique, gonflé des avantages >> écologiques et sociaux ou la création d'emplois? À propos d'avantages écologiques et sociaux, ne serait-il pas intéressant de calculer les âges de coupe en fonction de l'évolution du «flux de valeur écologique et sociale,>, lui-même dépendant de l'essence, de l'âge des arbres et de la situation géographique de la parcelle? À tout le moins, par une méthode inverse, pourrait-on calculer la valeur que l'on donne implicitement à cette grandeur pour expliquer la conduite des propriétaires et aménageurs publics et privés. Cela donnerait sans doute à réfléchir. J'ai seulement abordé le sujet dans l'étude sur l'économie de la forêt ; il faudrait sans doute aller beaucoup plus loin. H. PRÉVOT 40, rue Campo Formo F PARIS 252

Gestion Financière. Gestion Financière. Objectifs. Le choix d investissements. Plan du cours

Gestion Financière. Gestion Financière. Objectifs. Le choix d investissements. Plan du cours Université de Nice-Sophia Antipolis Institut Universitaire de Technologie Nice-Côte d Azur Département Gestion des Entreprises et des Administrations Gestion Financière La rentabilité économique des projets

Plus en détail

Rentabilité des sylvicultures destinées à la production de biomasse

Rentabilité des sylvicultures destinées à la production de biomasse Version du 01/08/2013 Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 4 Synthèse bibliographique Rentabilité des sylvicultures destinées à la production de biomasse Août 2013 2 Rentabilité des sylvicultures

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

Plus en détail

Gestion de projet - critères de décision

Gestion de projet - critères de décision Gestion de projet - critères de décision GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

I Suites géométriques, maths fi (1 + α + α 2 + + α n )

I Suites géométriques, maths fi (1 + α + α 2 + + α n ) UPV MathsL1S1 1 Suites. Maths fi I Suites géométriques, maths fi (1 + α + α 2 + + α n ) I Deux résultats fondamentaux 1) 1 + 2 + + n = n (n + 1) / 2 On peut connaître ce résultat par coeur. (D ailleurs

Plus en détail

Modèle de calcul des paramètres économiques

Modèle de calcul des paramètres économiques Modèle de calcul des paramètres économiques selon norme SIA 480 Calcul de rentabilité pour les investissements dans le bâtiment Version 3.2 1. Introduction 1.1 Version Excel Le modèle de calcul a été développé

Plus en détail

Principe d optimisation. Optimisation technico-économique. Coût. Isolation thermique. Isolation optimale

Principe d optimisation. Optimisation technico-économique. Coût. Isolation thermique. Isolation optimale Optimisation technico-économique Objectif : obtenir une certaine prestation à moindre coût Dans le domaine du bâtiment, cette optimisation peut s appliquer à trois niveaux différents : choix des composants

Plus en détail

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE 672 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE Application au calcul des valeurs devenir et des dommages-intérêts Les problèmes d'évaluation des forêts ou d'estimation

Plus en détail

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières Avec le soutien financier de : Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières http://boursefonciere.fr/metropole-savoie/coeur-de-savoie/ Afin de répondre

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09. Chapitre 1 : principes 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.2015 Plan du cours Arbitrage et décisions financières valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et

Plus en détail

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement Plan Maximisation et création de valeur Le concept de Valeur Actuelle Nette Les différents types d investissements Les critères du choix d investissement

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE Département des Etudes Economiques et de la Monnaie Direction de la Recherche et de la Statistique S i d l S i i OBSERVATIONS SUR LES RECOMMANDATIONS DU GROUPE D'EXPERTS DES COMPTES NATIONAUX (GECN) DANS

Plus en détail

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles OBJET : Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles Numéro de la politique : FMB 017 2006 Numéro du dossier : 836 00 0003 Date d entrée en vigueur : 1 er septembre 2006 Date de révision

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Structure et contraintes de financement

Structure et contraintes de financement Chapitre 13 Structure et contraintes de financement 1 Exercice 13.05 Incidence de l endettement l sur le bénéfice par action La société anonyme Zéphyr au capital divisé en 1 000 000 d actions, a investi

Plus en détail

CALCUL AUTOMATISÉ DE LA RETENUE D'IMPÔT SUR LES SALAIRES ET LES PENSIONS

CALCUL AUTOMATISÉ DE LA RETENUE D'IMPÔT SUR LES SALAIRES ET LES PENSIONS BARÈMES DE L IMPÔT 137 CALCUL AUTOMATISÉ DE LA RETENUE D'IMPÔT SUR LES SALAIRES ET LES PENSIONS Sommaire page: 1. DIRECTIVES D'APPLICATION.............................................. 139 1.1. Généralités..............................................................

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009 52%86 264185027452867253 3294097452 264185%02272354926418 548232940927%2 4%3939548$2329272354926 2723%549264185027 850%27452867253%46507 %5272354$9264185%02272 0227235492%641850 452867253465%074%39395

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Note de Fonctionnement & organisation d un groupement forestier

Note de Fonctionnement & organisation d un groupement forestier Note de Fonctionnement & organisation d un groupement forestier Fonctionnement Droit d entrée Impact pour le Groupement Forestier 5% pour la rémunération du distributeur et T.F.A.M. équivalent de 2% HT/an

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés

Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés Mieux épargner : Livret A LDD Livret Bleu LEP Livret Jeune Oubliez les taux bas du moment! G u i

Plus en détail

CAF dans le fonctionnement

CAF dans le fonctionnement NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS Chaque année, les services du CNEAP vous demandent de leur transmettre vos données comptables. Votre participation en 2012 a été remarquable puisque

Plus en détail

LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS

LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS FLUX NETS DE TRESORERIE (ou CASH FLOWS) = ENCAISSEMENTS - DECAISSEMENTS Exemple : Notre entreprise compte réaliser un investissement de 800 000. Les flux nets de trésorerie

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

Réalisation du travail de recherche

Réalisation du travail de recherche Ph. Pélissier / Rédaction mémoire - 1 Réalisation du travail de recherche «Ce qui se conçoit bien s énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément» Boileau Pour la validation du D.U., il

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification

DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification F. Meunier 19 janvier 2015 On précise dans cet article les notions de valorisation d une entreprise par la méthode des flux de trésorerie actualisés

Plus en détail

Taux Interne de Rentabilité. Tables financières. Influence de la gestion

Taux Interne de Rentabilité. Tables financières. Influence de la gestion Taux Interne de Rentabilité Tables financières Influence de la gestion Valéry Bemelmans SRFB -FNEF Taux Interne de Rentabilité (TIR) (R0-D0)+(R1-D1)+.. + (Rn-1-Dn-1)+ (Rn-Dn)= 0 (1+t) (1+t) 1 (1+t) n-1

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

RÉPONSES D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 2 DE L'UMQ

RÉPONSES D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 2 DE L'UMQ RÉPONSES D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 2 DE L'UMQ Page 1 de 7 1. Références : (i) Notes sténographiques du 30 mars 2012, page 56, lignes 8 à 15; (ii) Notes sténographiques

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES Objet

Plus en détail

EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE

EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE Michel Husson, contribution à Choisir l emploi, rapport du Groupe emploi du XIème Plan, 1993 LA MONTEE DU TERTIAIRE La part du tertiaire atteint

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Gestion de projet - les chaînes critiques

Gestion de projet - les chaînes critiques Gestion de projet - les chaînes critiques GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

[Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...»

[Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...» [Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...» Découvrez comment gagner de l'argent avec un ebook gratuit! Écrit par Sébastien Laude et offert par le responsable de ce

Plus en détail

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif Diane Patrimoine La forêt : un investissement long terme avec un rendement régulier qui permet également de régler son ISF et réduire sa base imposable. Il existe du fait de la loi en faveur du Travail,

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations Chapitre 5 Calculs financiers 5.1 Introduction - notations Sur un marché économique, des acteurs peuvent prêter ou emprunter un capital (une somme d argent) en contrepartie de quoi ils perçoivent ou respectivement

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Observatoire départemental de l'opinion

Observatoire départemental de l'opinion Observatoire départemental de l'opinion Enquête thématique "Les Finistériens et le logement" - Présentation générale - Juin 2009 RAPPEL DE LA METHODOLOGIE RAPPEL DE LA METHODOLOGIE 500 ménages de 18 ans

Plus en détail

«Choix des priorités sanitaires : utilité des taux standardisés de mortalité»

«Choix des priorités sanitaires : utilité des taux standardisés de mortalité» Note «Choix des priorités sanitaires : utilité des taux standardisés de mortalité» Jean-Jacques Morin et Daniel Tremblay Cahiers québécois de démographie, vol. 10, n 3, 1981, p. 467-472. Pour citer cette

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction

ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction Les parts ou actions de sociétés soumises à l'impôt sur les sociétés sont considérés comme des

Plus en détail

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable (Centre d étude des Amis de la Terre-Belgique) Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be

Plus en détail

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 07 - relative aux placements définit les règles de prise en compte,

Plus en détail

Qu est ce que la vitesse?

Qu est ce que la vitesse? 34 La vitesse J Actuellement, beaucoup d accidents de la route sont dus à une vitesse mal maîtrisée et mal adaptée qui, dans le cas des cyclomotoristes, résulte souvent du non-respect des distances de

Plus en détail

Le PERCO Intégral Un nouveau mode de gestion dans le PERCO France Télécom

Le PERCO Intégral Un nouveau mode de gestion dans le PERCO France Télécom Le PERCO Intégral Un nouveau mode de gestion dans le PERCO France Télécom France Télécom - Orange et les partenaires sociaux, soucieux d'accompagner dans les meilleures conditions les salariés dans la

Plus en détail

LE REBOISEMENT. H. de ROCHEBOUET

LE REBOISEMENT. H. de ROCHEBOUET LE REBOISEMENT H. de ROCHEBOUET Les aides au reboisement accordées par le Fonds forestier national sont destinées à financer la création et l'équipement de forêts de production, soit en étendant la surface

Plus en détail

Fiche mathématiques financières

Fiche mathématiques financières Fiche mathématiques financières Thème 1 : Les taux d'intérêts simples et composés Taux d'intérêts simples : Les taux d'intérêts simples sont appliqués dans le cas d'emprunts dont la durée est inférieure

Plus en détail

ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite

ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite COMMUNIQUÉ. Le 30 avril 1999 Régimes de pension flexibles N o. 99.01 Renseignements généraux Lors de sa 54 e réunion en mars

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

Théorie keynésienne : le reste du monde

Théorie keynésienne : le reste du monde Théorie keynésienne : le reste du monde Le modèle keynésien en économie ouverte Le modèle keynésien est valide uniquement dans le cadre d'une économie fermée, c'est-à-dire sans échanges extérieurs. Dans

Plus en détail

18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com. Technologie Dentaire POUR. Enquête auprès des dentistes libéraux

18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com. Technologie Dentaire POUR. Enquête auprès des dentistes libéraux 18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com POUR Technologie Dentaire Enquête auprès des dentistes libéraux Rapport complet 22 octobre 2010 Sommaire Pages -1- La méthodologie...

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Démarrer son activité déco

Démarrer son activité déco Karine Mazeau Démarrer son activité déco Devis Factures Assurances Appels d offres Suivi de chantier Descriptifs 2013, Groupe Eyrolles ISBN : 978-2-212-13605-0 CHAPITRE 1 LE STATUT FISCAL Dans ce chapitre,

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999

LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999 LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999 Etude effectuée pour le compte de l'observatoire de l'epargne Européenne SEPTEMBRE 2000 André Babeau Mathilde Lainé Niamh Mc Cabe - 2 - LES

Plus en détail

Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques.

Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques. Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les. Contenu Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques.... 1 Actualisation

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR.

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR. 1 2 Quelques données : Domaines & Patrimoine Membre de Adhérent à : l ASFFOR Membre de l ASFFOR Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise 10 11 salariés 7000 8 500 ha ha gérés 12 13 groupements

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS POUR DEPRECIATION

LES AMORTISSEMENTS POUR DEPRECIATION Les travaux d inventaire : les amortissements pour dépréciation Page 1 LES AMORTISSEMENTS POUR DEPRECIATION L'amortissement est la constatation comptable de la perte définitive de valeur que subissent

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information Filtrer ce qui est important Filtrer les informations au regard de sa mission Transformer l'information

Plus en détail

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL L offre et la demande 127 Dans ce chapitre, nous exposerons les éléments du modèle de l offre et de la demande, puis nous les assemblerons avant de montrer comment ce modèle peut être utilisé pour comprendre

Plus en détail

Unité C Finances personnelles Corrigé

Unité C Finances personnelles Corrigé Unité C Finances personnelles Corrigé Exercice 4 : Achat d'une maison - Corrigé 1. A B C D E F G H I 1 QUESTION 1 2 3 4 Cette formule t'aidera à déterminer le prix de la maison que tu peux acheter. 5 6

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

MINI ARTICLE. Qualité des backups : ok ou pas? Expérimenter grâce aux articles imprimés!

MINI ARTICLE. Qualité des backups : ok ou pas? Expérimenter grâce aux articles imprimés! MINI ARTICLE Qualité des backups : ok ou pas? Expérimenter grâce aux articles imprimés! Date Version Révision : 8.3.2005 Mais, ni l auteur de ce guide, ni les webmaters ou les administrateurs de Metagames,

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

Macroéconomie M1 : Paris 1 / ENS Cachan Travaux Dirigés 2010-2011 Interrogation écrite N 1 - Corrigé

Macroéconomie M1 : Paris 1 / ENS Cachan Travaux Dirigés 2010-2011 Interrogation écrite N 1 - Corrigé Macroéconomie M : Paris / ENS Cachan Travaux Dirigés 200-20 Interrogation écrite N - Corrigé Marc Sangnier - marcsangnier@ens-cachanfr Lundi 2 février 20 Durée : h30 Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

THÉORIES MODERNES DE PORTEFEUILLE Exercices d'application (Série 1)

THÉORIES MODERNES DE PORTEFEUILLE Exercices d'application (Série 1) 3-203-99 Gestion de portefeuille THÉORIES MODERNES DE PORTEFEUILLE Exercices d'application (Série 1) Note: Cette série d'exercices constitue un supplément aux exercices du manuel de cours. Les réponses

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE

PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE Durée de simulation : 30 ans La durée du financement envisagé et le mécanisme des amortissements différés qui génèrent à long terme des revenus hors impôts sur l'ir nécessitent

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

1 Diverses actualisation

1 Diverses actualisation durée : 2 heures Nom de l enseignant : M. Chassagnon NB : documents et calculatrices autorisées Les exercices, sont à faire sur le sujet d examen. Il est demandé de répondre aux questions oui/non type

Plus en détail

L'emploi en titres-services : mise en perspective et mises au point

L'emploi en titres-services : mise en perspective et mises au point INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Rue des Fusillés, 7 B-134 Ottignies Tél : 1.41.73.1 E-mail : idd@iddweb.be L'emploi en titres-services : mise en perspective

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Coûts d investissement

Coûts d investissement Coûts d investissement Version du 1 er octobre 2014 1. Définition et enjeux L estimation des coûts d investissements constitue un élément-clé de l évaluation. La fiabilité de cette estimation, donc la

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

L'automate sert à générer des manières de calculer mentalement. Le calcul à étudier est entré en activant la rubrique 'Expert' du menu 'Calcul'

L'automate sert à générer des manières de calculer mentalement. Le calcul à étudier est entré en activant la rubrique 'Expert' du menu 'Calcul' Mode d'emploi du logiciel CALCUL CALCUL est un logiciel «expert» qui simule des procédés de calcul «raisonné» (calcul mental). Un certain nombre de paramètres permet d ajuster les procédures utilisées.

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Compte Courant Rémunéré

Compte Courant Rémunéré - 1 - Compte Courant Rémunéré Mots clés : Sommaire :! Compte rémunéré! Epargne! Versements! Rémunération! Livret 1. Définition du compte courant rémunéré 1.1 Historique 1.2 Description 1.3 Différences

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

ÉVOLUTION DU BILAN MATIÈRE D'UNE INSPECTION (1946-1962)

ÉVOLUTION DU BILAN MATIÈRE D'UNE INSPECTION (1946-1962) REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE 523 ÉVOLUTION DU BILAN MATIÈRE D'UNE INSPECTION (1946-1962) PAR R. LEBRUN Ingénieur Principal des Eaux et Forêts à Guebwiller L'exploitation en régie, cette grande méconnue,

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

Tableaux personnalisés

Tableaux personnalisés Tableaux personnalisés Documentation d aide http://inventaire-forestier.ign.fr/spip/spip.php?rubrique18 2 SOMMAIRE 1. Choix des résultats à calculer...4 Principe général... 4 Étape 1 : choix d un domaine

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel)

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel) Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) une obligation peut être revendue avant son échéance un emprunt peut être renégocié Actualisation d une séquence

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation 1 / 8 Découvrir le code 1 5P-6P Fiche de présentation Titre de l'activité Sous-titre Degré(s) concerné(s) Durée estimée Résumé Contexte d'utilisation de la calculatrice Contenus et compétences mathématiques

Plus en détail

Les caractéristiques de votre projet

Les caractéristiques de votre projet Les caractéristiques de votre projet Cette simulation tient compte des dispositions légales (loi de finances 2011) et contractuelles en vigueur. Votre situation initiale REVENU, compte tenu de votre situation

Plus en détail