L'enjeu primordial du commerce electronique? La securite! Benoit Vanderstichelen, Ancien Directeur general de l'i.e.c., Tax Director Arthur Andersen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'enjeu primordial du commerce electronique? La securite! Benoit Vanderstichelen, Ancien Directeur general de l'i.e.c., Tax Director Arthur Andersen"

Transcription

1 L'enjeu primordial du commerce electronique? La securite! Benoit Vanderstichelen, Ancien Directeur general de l'i.e.c., Tax Director Arthur Andersen Apres que les ministres des telecommunications europeens aient adopte une directive imposant a chaque pays de l'union d'introduire une legislation reconnaissant la signature digitale comme equivalente a la signature ecrite, le commerce electronique n'a jamais ete autant d'actualite. Il n'y a qu'a voir les derniers chiffres. En Europe, les pionniers du commerce electronique ne sont pas que des start-up. On trouve parmi eux de grands groupes des secteurs de l'energie, des telecommunications ou de la finance, comme TotalFina ou Migrosbank, etablissement bancaire suisse. Ce constat, qui marque une difference notable avec le developpement du commerce electronique aux Etats-Unis, a surpris Vernon ELLIS, associe d'andersen Consulting, qui a rendu publique, l'an dernier, l'enquete «eeurope» sur les perspectives du commerce electronique. Durant le mois de mai 1999, le cabinet international a interviewe quelque 350 dirigeants d'entreprise dans 11 pays europeens, et 60 aux Etats-Unis. Leurs reponses, associees aux constats des consultants chez quelques grands clients, ont permis de degager quelques tendances sur le developpement du commerce electronique en Europe. Ainsi, Andersen Consulting affirme qu' «un changement spectaculaire s' est opere dans le paysage europeen du commerce electronique». L'activite, qui restait l'an passe cantonnee aux fonctions commerciales, touche aujourd'hui <des approvisionnements, la chafne logistique, la finance, voire le developpement de nouveaux produits». Andersen cite l'exemple de TotalFina, qui, en donnant a ses clients de l' activite raffinage un acces direct a ses services et a ses systemes de livraison, a reduit de 20% a 30% les couts lies a la gestion des commandes. Le cabinet prevoit un developpement important pour les cinq annees a venir, qui conduirait 90% des entreprises a utiliser le commerce electronique pour leurs services commerciaux et, pour 83% d' entre elles, leur approvisionnement. Ces chiffres optimistes viennent de declarations d'intention des chefs d'entreprise qui vont dans le meme sens. Pres des deux tiers d'entre eux (64%) considereraient aujourd'hui que le commerce electronique procure un reel avantage competitif, contre 51 % I' an passe. lis seraient 44% a avoir elabore des plans pour tirer profit de ce nouveau type de commerce, contre 31 % en D' apres I' etude, le developpement du paysage electronique europeen contribue largement a celui du commerce electronique. L' emergence des reseaux cables, numeriques et des transmissions par satellite serait en train de revolutionner l'infrastructure. Et la predominance de I' Europe dans la telephonie mobile et la television numerique interactive devrait se renforcer. «eeurope» envisage un 499

2 L'ENJEU PRIMORDIAL DU COMMERCE ELECTRONIQUE? LA SECURITE! marche europeen des communications virtuelles aux alentours de 430 milliards de dollars (383 milliards d'euros) d'ici a Acette date, le nombre d'internautes europeens devrait atteindre 170 millions, soit autant qu' aux Etats-Unis. Pourtant, les chefs d'entreprise continuent a douter. En Europe, 85% d'entre eux estimaient que leur societe «ne dispose pas des competences necessaires pour exploiter avec succes le potentiel du commerce electronique». Rien de bien inquietant lorsqu'on sait qu'ils sont 90% a eprouver le meme sentiment outre-atlantique! Mais, pour 83% des chefs d' entreprise interroges, la culture de leur entreprise n' est pas compatible avec les changements que leur imposerait la nouvelle economie pour rester competitifs. Enfin, quelques differences se sont fait jour de part et d' autre de l' Atlantique dans I' etude «eeurope». Les Europeens resteraient ainsi assez nombreux a considerer le commerce electronique «isolbnent», lui deniant meme a 45% un role de pour resoudre leurs problemes et les aider a atteindre leurs objectifs. Du pain sur la planche en prevision, pour le cabinet d' origine anglo-saxonne, qui privilegie une approche integree du changement. Les progres technologiques effectues ces derniers mois et le developpement exponentiel des sites marchands qui y est associe, imposent aux gouvernements d'introduire de nouvelles lois prenant en compte les imperatifs du commerce 'virtuel'. Securite manquante Mais voila le «hic»: malgre des progres legislatifs sensibles, un grand nombre de sites marchands demarrent ou continuent de fonctionner en utilisant des technologies a risques, comme le fait remarquer le consultant Laurent MELLINGER, auteur d'une etude tres bien structuree sur ce theme et dont nous reprenons les points des. Ainsi, affirme-t-il, ne vous laissez pas impressionner par des messages du type 'Ce site est totalement securise' ou encore 'Sur a 100%', la plupart des sites europeens utilisent encore un chiffrement faible pour faire transiter votre carte de credit sur Internet. De maniere generale, les transactions electroniques securisees necessitent quatre precautions: Authentification Autorisation Non-repudiation Confidentialite 500

3 L'ENJEU PRIMORDIAL DU COMMERCE ELECTRONIQUE? LA SECURITE' Authentification L'authentification pennet d'identifier les parties en presence lors d'une transaction. Sur Internet il est imperatif d' etre sur que le serveur sur lequell' on se connecte pour une transaction financiere est bien celui dont on a tape l' adresse dans son navigateur. De meme, lorsque vous faites un virement financier sur votre compte bancaire en ligne, il est imperatif que la banque soit sure que vous etes bien le detenteur du compte debite. La technologie la plus utilisee a l'heure actuelle pour realiser l'authentification est la signature digitale. Elle est comparable a la signature ecrite apposee au bas d'un document. Toutefois, il est possible pour une signature ecrite d'etre contrefaite: combien d' entre nous n' ont pas un jour signe en lieu et place de leurs parents un mot d' excuse pour eviter la terrible interro de maths? A l' ere de la signature digitale, le travail d' artiste des jeunes ecoliers va devenir impossible. En effet, par un mecanisme de lien de confiance, votre signature digitale est certifiee confonne par une autorite tierce. Comme si, en fait, votre signature sur le livret scolaire etait contresignee par une autorite supreme certifiant que c' est bien votre signature qui est apposee au bas de la page, et non pas une pale copie. La signature digitale peut se presenter sous plusieurs formes allant d'un fichier sur le disque dur d'un PC ou sur une carte a puce, aux identifications biometriques par la voix ou I' empreinte digitale. Autorisation Afin de reguler les acces aux informations mises en ligne, il est necessaire de pro ceder a un filtrage des communications. Il serait malvenu que Madame X soit autorisee a consulter le solde de Monsieur Y et d' effectuer des virements a partir d'un compte qui n'est pas le sien. Pour eviter ce genre de desagrement, une serie de regles de securite doit etre mise en place autorisant les acces aux ressources en fonction de l'identite du demandeur et/ou son appartenance a un groupe d'acces. Dans certains cas, l'utilisateur devra fournir un code d'acces en plus d'avoir a prouver son identite pour effectuer une operation. Par exemple, en utilisant sa signature digitale Madame X peut consulter les tarifs de location de voiture dont beneficient les employes de la societe pour laquelle elle travaille, mais pour effectuer une reservation et un paiement en ligne, elle devra fournir la preuve qu'elle est autorisee a le faire en fournissant un code d'acces specifique. Ces filtrages sont effectues d' une part par les firewalls, mais egalement par les serveurs d'application gerant la logique transactionnelle. 501

4 L'ENJEU PRIMORDIAL DU COMMERCE ELECTRONIQUE? LA SECURITE! N on-repudiation Dans toutes les salles de marches, les conversations telephoniques des dealers sont enregistrees et stockees en permanence. C' est une precaution simple qui permet de prouver qu'un ordre a bien ete passe ou n'a pas ete passe en cas de litige. Dans le cas des transactions en ligne, le principe est le meme, en cas de contestation du client, le serveur doit pouvoir prouver qu'une transaction a bien ete effectuee. Pour ce faire, le serveur enregistre toutes les operations effectuees, y associe le client auteur de la modification, et ce de maniere irrefutable. Ainsi, si Monsieur Y fait un virement de 100 sur le compte de Madame X, l'information doit etre stockee de maniere a prouver irremediablement que la transaction a bien eu lieu, de maniere a ce que Monsieur Y ne puisse pas nier avoir fait le virement. La mise en reuvre de cette logique se fait au niveau de l' application gerant les transactions. Confidentialite Dans certains westerns I' on voit des bandits grimper aux poteaux telegraphiques, brancher un casque sur deux fils et intercepter les communications du telegraphe. Bien que plus d'un siecle separe I'Internet de cette scene, le principe est toujours d' actualite. Les outils et les methodes ont change et les bandits de l' epoque sont les ancetres des crackers de nos jours. Il n'existe qu'une solution pour parer a ce que l'on appelle assez explicitement le 'sniffing': le chiffrement des communications. Le chiffrement ne permet pas d' empecher la recuperation des informations, mais il en empeche la comprehension. Une attaque sur une communication chiffree est possible, mais dans ce cas le but du jeu devient le dechiffrement. Toute la protection repose alors sur la force du chiffrement. Le chiffrement de donnees transactionnelles repose sur un algorithme dit 'symetrique', c' est -a-dire que la meme cle permet le chiffrement et le dechiffrement. Le protocole SSL (Secure Socket Layer) utilise un algorithme symetrique (DES). Une attaque sur ce genre d'algorithme consiste tout simplement a essayer toutes les cles possibles, jusqu' a trouver la bonne, et plus la cle est longue, plus il y a de combinaisons possibles. C'est pourquoi un chiffrement de 128 bits est plus sur qu'un chiffrement de 40 bits, comme le montre la figure

5 L'ENJEU PRIMORDIAL DU COMMERCE ELECTRONIQUE? LA SECURITE! Longueur Pirate Petit Reseau Grande Agence de ele individuel groupe universitaire compagnie militaire (bits) 40 Semaines Jours Heures Millisecondes Microsecondes 56 Siecles Decades Annees Heures Secondes 64 Millenaires Siecles Decades Jours Minutes 80 Impossible Impossible Impossible Siecles Siecles 128 Impossible Impossible Impossible Impossible Millenaires Figure 1: Dun~e necessaire pour «casser» un algorithme a cle symetrique, base sur la technologie existante en Extrait de Digital Certificates, J. FEGHI, J. FEGHI, P. WILLIAMS. La longueur de cle offrant une securite suffisante pour des transactions financieres varie d'un minimum de 56 bits jusqu'a 128 bits qui devient le standard. La longueur de la cle est choisie en fonction de la duree pendant laquelle l'information doit rester secrete (sachant que la technologie evolue, et que donc, les temps de calcul diminuent). En Europe, certains problemes legaux empechent encore l'utilisation de cles de longueur superieure a 40 bits avec des algorithmes developpes aux Etats-Unis. 11 est toutefois possible d'utiliser des algorithmes developpes hors des Etats-Unis pour beneficier de la technologie 128 bits. Ces quatre principes sont donc une base a respecter pour application gerant des transactions utilisant Internet comme medium. Afin de le verifier Laurent MELLINGER prend comme exemple une commande sur un site de librairie, et voyons comment dans la plupart des cas, ces regles ne sont pas toutes respectees. La premiere etape consiste pour le client a choisir ses articles et passer la commande. 11 entre sur le site 'securise' du marchand sur le protocole SSL. A ce moment le serveur envoie son certificat (sa signature) au client afin de prouver qu'il est bien le serveur de paiement de la librairie. Le probleme est que la connexion soi-disant securisee se fait avec une cle de chiffrement de 40 bits. Elle devrait se faire au minimum avec une cle de 56 bits. Ensuite le client entre ses coordonnees ainsi que son numero de carte de credit. Toutefois le client n'est pas authentifie, rien ne prouve qu'il n'utilise pas la carte de credit de son pere, par exemple. Enfin, le serveur re~oit le numero de carte de credit et se charge de la connexion avec I' organisme de clearing afin de verifier que I' argent de la transaction est disponible. Et donc le serveur re~oit le numero de carte. Si quelqu'un pirate ce 503

6 L'ENJEU PRIMORDIAL DU COMMERCE ELECTRONIQUE? LA SECURITE' serveur, il peut recuperer le numero de carte de credit et I' utiliser sur d' autres sites, La connexion devrait se faire directement entre le client et le centre de clearing. Si I' on recapitule cette transaction, voyons quels sont les principes respectes: Authentification Autorisation Non-repudiation Confidentialite Cote serveur seulement, le client n' a pas ete authentifie Pas de restriction dans ce cas, car le site est public Le client n'est pas authentifie donc rien ne prouve que c'est bien lui qui a donne son numero de carte de credit Le chiffrement utilise est tout a fait insuffisant. La plupart des cartes bancaires ont une duree de vie de 2 ans Il est donc clair que ce genre de transaction courante sur le web dispose d'un niveau de securite relativement faible. La technologie evolue et les applicatifs en place aussi bien du cote des serveurs marchands que des organismes de clearing tendent vers des solutions respectant les quatre principes de base. Mais le fait est qu'a l'heure actuelle, commander ses!ivres par Internet comporte encore des risques dans la majorite des cas. Et it l'avenir? Que retenir de cette petite etude de Laurent MELLINGER? Qu'en matiere de commerce electronique, beaucoup - malheureusement - reste encore a faire. Non seulement dans les rapports entreprises-consommateurs (BtoC) mais egalement dans le sens contribuables-administration (fiscale notamment). En Belgique, le Iegislateur travaille d'arrache-pied pour introduire la signature digitale dans notre arsenal juridique. Combine a une meilleure securite des transactions sur Internet, ce serait le prelude a de grands changements et accessoirement, a un gain de temps pour les citoyens et une reaffectation du personnel administratif vers des taches plus productives. Qui s'en plaindra? 504

THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed

THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed Auteurs : Papa Kalidou Diop Valdiodio Ndiaye Sene Professeur: Année: 2013-2014 Mr, Gildas Guebre Plan Introduction I. Définition II. Fonctionnement III.

Plus en détail

La technologie DECT offre une protection renforcée contre les accès non autorisés.

La technologie DECT offre une protection renforcée contre les accès non autorisés. LIVRE BLANC La technologie DECT offre une protection renforcée contre les accès non autorisés. Sécurité DECT V01_1005 Jabra est une marque déposée de GN Netcom A/S www.jabra.com CONTEXTE Les communications

Plus en détail

Chapitre 4 PROTOCOLES SÉCURISÉS

Chapitre 4 PROTOCOLES SÉCURISÉS Chapitre 4 PROTOCOLES SÉCURISÉS 52 Protocoles sécurisés Inclus dans la couche application Modèle TCP/IP Pile de protocoles HTTP, SMTP, FTP, SSH, IRC, SNMP, DHCP, POP3 4 couche application HTML, MIME, ASCII

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE sommaire MIEUX COMPRENDRE LES CERTIFICATS SSL...1 SSL et certificats SSL : définition...1

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité Bien comprendre Objectifs Le contexte technique d une transaction

Plus en détail

Secure Socket Layer (SSL) Appareils concernés : Sommaire 1: Généralités

Secure Socket Layer (SSL) Appareils concernés : Sommaire 1: Généralités Secure Socket Layer (SSL) Appareils concernés : HL-4040CN HL-4050CDN HL-4070CDW DCP-9040CN DCP-9045CDN MFC-9440CN MFC-9840CDW Sommaire 1) Généralités 2) Bref historique 3) Avantage de l utilisation de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2008/2 21 novembre 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

Guide d'initiation aux. certificats SSL. Faire le bon choix parmi les options qui s'offrent à vous en matière de sécurité en ligne. Document technique

Guide d'initiation aux. certificats SSL. Faire le bon choix parmi les options qui s'offrent à vous en matière de sécurité en ligne. Document technique Document technique : Guide d'initiation aux certificats ssl Document technique Guide d'initiation aux certificats SSL Faire le bon choix parmi les options qui s'offrent à vous en matière de sécurité en

Plus en détail

Service de certificat

Service de certificat Service de certificat Table des matières 1 Introduction...2 2 Mise en place d une autorité de certification...3 2.1 Introduction...3 2.2 Installer le service de certificat...4 3 Sécuriser un site web avec

Plus en détail

SIGNATURE DIGITALE ET AUTHENTIFICATION FORTE

SIGNATURE DIGITALE ET AUTHENTIFICATION FORTE SIGNATURE DIGITALE ET AUTHENTIFICATION FORTE Michel Laloy 18/06/2002 Objectifs Expliquer les mécanismes de la signature digitale et de l authentification forte Montrer comment ces mécanismes s'appliquent

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Serveur Web - IIS 7. IIS 7 sous Windows 2008

Serveur Web - IIS 7. IIS 7 sous Windows 2008 Serveur Web - IIS 7 Le livre de référence de ce chapitre est «Windows Server 2008 - Installation, configuration, gestion et dépannage» des éditions ENI, disponible sur egreta. Le site de référence pour

Plus en détail

I.1. Chiffrement I.1.1 Chiffrement symétrique I.1.2 Chiffrement asymétrique I.2 La signature numérique I.2.1 Les fonctions de hachage I.2.

I.1. Chiffrement I.1.1 Chiffrement symétrique I.1.2 Chiffrement asymétrique I.2 La signature numérique I.2.1 Les fonctions de hachage I.2. DTIC@Alg 2012 16 et 17 mai 2012, CERIST, Alger, Algérie Aspects techniques et juridiques de la signature électronique et de la certification électronique Mohammed Ouamrane, Idir Rassoul Laboratoire de

Plus en détail

PROJET III 2000/2001 ARCHITECTURE D'UN SITE INTERNET

PROJET III 2000/2001 ARCHITECTURE D'UN SITE INTERNET PROJET III 2000/2001 ARCHITECTURE D'UN SITE INTERNET F.-Y. VILLEMIN CNAM-CEDRIC PLAN 1. Sécurité 2. Attaques 3. Architecture 4. Garde-barrière (Firewall) 5. Cryptographie 6. SSL 7. Signature électronique

Plus en détail

SOGEB@SE. Foire aux Questions

SOGEB@SE. Foire aux Questions SOGEB@SE Foire aux Questions Sommaire 1. Présentation... 4 Que pouvez-vous faire avec Sogeb@se?... 4 En tant que professionnel, pouvez-vous accéder à Sogeb@se?... 4 Comment souscrire à Sogeb@se?... 4 2.

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention"). Lisez en tout cas la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile. Ces conditions

Plus en détail

La signature électronique et les réseaux de confiance

La signature électronique et les réseaux de confiance La signature électronique et les réseaux de confiance Marc.Schaefer@he-arc.ch HE-Arc Ingénierie Institut des systèmes d'information et de communication (ISIC) Laboratoire de téléinformatique (TINF) Plan

Plus en détail

Conditions d utilisation de Sobflous.tn

Conditions d utilisation de Sobflous.tn Conditions d utilisation de Sobflous.tn Généralité La disposition des services tout au long du site sobflous.tn est sujette à votre acceptation de l accord. En remplissant le formulaire d inscription,

Plus en détail

Activité professionnelle N

Activité professionnelle N BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Option SISR Session 2015 Loïc BONNIN Activité professionnelle N NATURE DE L'ACTIVITE Contexte Objectifs Lieu de réalisation Projet personnel réalisé en

Plus en détail

Conditions d utilisation de Sobflous.tn

Conditions d utilisation de Sobflous.tn Conditions d utilisation de Sobflous.tn Généralité La disposition des services tout au long du site sobflous.tn est sujette à votre acceptation de l accord. En remplissant le formulaire d inscription,

Plus en détail

Fiche de l'awt La sécurité informatique

Fiche de l'awt La sécurité informatique Fiche de l'awt La sécurité informatique La sécurité informatique est essentielle pour l'entreprise, particulièrement dans le contexte de l'ebusiness: définition, dangers, coûts, outils disponibles Créée

Plus en détail

www.konicaminolta.be Solution professionnelles Critères de sécurité Konica Minolta Critères de sécurité

www.konicaminolta.be Solution professionnelles Critères de sécurité Konica Minolta Critères de sécurité www.konicaminolta.be Solution professionnelles Critères de sécurité Konica Minolta Critères de sécurité Konica Minolta Critères de sécurité Qui accède à vos documents Les copieurs et imprimantes multifonctions

Plus en détail

Les protocoles de communication utilisés sont ceux en usage sur Internet.

Les protocoles de communication utilisés sont ceux en usage sur Internet. ARTICLE 1 : DEFINITIONS Abonné : personne physique ou morale signataire du présent contrat souscrivant au service TÉLÉNET INTERNETNC ADSL qui est une offre unique INTERNET, TELEVISION IP, TELEPHONIE IP

Plus en détail

CERTIFICATS NUMERIQUES LUXTRUST

CERTIFICATS NUMERIQUES LUXTRUST CERTIFICATS NUMERIQUES LUXTRUST Le Partenariat Chambre de Commerce-LuxTrust S.A. Le 27 mars 2007, l autorité de certification électronique LuxTrust S.A. a lancé la commercialisation de ses «certificats

Plus en détail

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ Aujourd'hui, les clients des banques peuvent effectuer la plupart

Plus en détail

Guide d'inscription pour obtenir un certificat ssl thawte

Guide d'inscription pour obtenir un certificat ssl thawte Guide d'inscription pour obtenir un certificat ssl thawte Sommaire Guide d inscription pour obtenir un certificat SSL Thawte 1 7 étapes simples 1 Avant de commencer 1 Soumettre votre demande d'inscription

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Ces conditions sont valables à partir du 1er février 2015. Les conditions générales de vente détaillées ci-dessous ont pour objet de régir L ensemble des relations contractuelles

Plus en détail

HTTPS. Sommaire : Définition A quoi sert-il? Son but Différences HTTP/HTTPS SSL Fonctionnement Le cryptage Avantage/Inconcénient Mise en oeuvre

HTTPS. Sommaire : Définition A quoi sert-il? Son but Différences HTTP/HTTPS SSL Fonctionnement Le cryptage Avantage/Inconcénient Mise en oeuvre HTTPS Sommaire : Définition A quoi sert-il? Son but Différences HTTP/HTTPS SSL Fonctionnement Le cryptage Avantage/Inconcénient Mise en oeuvre Définition HTTPS (HyperText Transfer Protocol Secure) C'est

Plus en détail

Les échanges transactionnels

Les échanges transactionnels CHAPITRE 1 Les échanges transactionnels Le commerce électronique (ou virtuel) est sans doute le domaine qui offre le plus de potentiel au développement de l'internet. Il constitue également un défi majeur

Plus en détail

vendredi 8 juillet 2011

vendredi 8 juillet 2011 PROCESSUS DE CERTIFICATION ELECTRONIQUE AU BURKINA FASO 1 Sommaire Contexte de la CE Aspects techniques Réalisations et futurs projets de l ARCE Types et domaines d utilisation de certificats Procédures

Plus en détail

*EP001104921A2* EP 1 104 921 A2 (19) (11) EP 1 104 921 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 06.06.2001 Bulletin 2001/23

*EP001104921A2* EP 1 104 921 A2 (19) (11) EP 1 104 921 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 06.06.2001 Bulletin 2001/23 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP0014921A2* (11) EP 1 4 921 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 06.06.01 Bulletin 01/23 (1) Int

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité

Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité Date : 2010-09-08 Référence 20100906-CSPN-CibleSécurité-V1.1.doc VALIDITE DU DOCUMENT Identification Client Projet Fournisseur

Plus en détail

*EP001172775A1* EP 1 172 775 A1 (19) (11) EP 1 172 775 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 16.01.2002 Bulletin 2002/03

*EP001172775A1* EP 1 172 775 A1 (19) (11) EP 1 172 775 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 16.01.2002 Bulletin 2002/03 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP001172775A1* (11) EP 1 172 775 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 16.01.2002 Bulletin 2002/03

Plus en détail

Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur

Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur Le contexte 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur La sécurité du système Cartes Bancaires a fait l objet en 2000 et en 2001 d une concertation au sein d un groupe de travail du Conseil

Plus en détail

Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades

Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades Gérard Péliks Responsable Marketing Solutions de Sécurité EADS TELECOM 01 34 60 88 82 gerard.peliks@eads-telecom.com Pouvoir utiliser son poste de

Plus en détail

ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques

ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques Aspects Techniques et organisationnels Dr. Y. Challal Maître de conférences Université de Technologie de Compiègne Heudiasyc UMR CNRS 6599 France Plan Rappels

Plus en détail

Single Sign On. Nicolas Dewaele. Single Sign On. Page 1. et Web SSO

Single Sign On. Nicolas Dewaele. Single Sign On. Page 1. et Web SSO Page 1 Introduction Sommaire I- Présentation de la technologie II- Architectures classiques et étude du marché III- Implémentation en entreprise IV- Présentation de systèmes SSO Annexes Page 2 Introduction

Plus en détail

Communiquer SÉCURITÉ. en toute. Dwayne Bragonier, CA, CA TI

Communiquer SÉCURITÉ. en toute. Dwayne Bragonier, CA, CA TI Communiquer en toute SÉCURITÉ Dwayne Bragonier, CA, CA TI Vraie demande, publiée sur le forum de soutien technique du service de messagerie Gmail de Google : «À l aide! Un courriel confidentiel qui m était

Plus en détail

Considerant qu'il s'impose de moderniser le cadre normatif d'exercice des missions revisorales ;

Considerant qu'il s'impose de moderniser le cadre normatif d'exercice des missions revisorales ; 7 Norme relative it l'application des normes ISA en Belgique Le Conseil de l'institut des Reviseurs d'entreprises, Considerant qu'il s'impose de moderniser le cadre normatif d'exercice des missions revisorales

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur de l Observatoire de Paris (désigné dans la suite comme l Établissement) et ceux de ses

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Prénom Nom : Signature : Date : Service : Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur des entités, a pour objet de préciser la responsabilité

Plus en détail

Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Intervenant : Antonio DA CUNHA

Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Intervenant : Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Intervenant : Antonio DA CUNHA CCI de Bordeaux Echangeur Bordeaux Aquitaine Atelier du Lundi 23 mars 2009 Vendre en ligne en toute sécurité Sommaire Zoom sur

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE LGL

CHARTE INFORMATIQUE LGL CHARTE INFORMATIQUE LGL Selon la réglementation indiquée dans la charte informatique du CNRS, tout accès aux ressources informatiques du LGLTPE nécessite une authentification des personnels. Cette authentification

Plus en détail

Messagerie sécurisée, fiable et économique

Messagerie sécurisée, fiable et économique rie Services de messagerie SWIFT rie sécurisée, fiable et économique Un ensemble complet de services de messagerie est la plateforme de messagerie de SWIFT basée sur un protocole Internet avancé. Elle

Plus en détail

Sécurisez des Transferts de Données en Ligne avec SSL Un guide pour comprendre les certificats SSL, comment ils fonctionnent et leur application 1. Aperçu 2. Qu'est-ce que le SSL? 3. Comment savoir si

Plus en détail

RENDEZ VOS CLEFS OU L AUTHENTIFICATION FORTE SANS SUPPORT PHYSIQUE

RENDEZ VOS CLEFS OU L AUTHENTIFICATION FORTE SANS SUPPORT PHYSIQUE 12/02/2013 RENDEZ VOS CLEFS OU L AUTHENTIFICATION FORTE SANS SUPPORT PHYSIQUE LE 12 FEVRIER 2013 SOMMAIRE PREAMBULE_VOTRE VISION DE LA SECURITE INTRODUCTION_QU EST-CE QUE LA SECURITE LA SECURITE FAIT PENSER

Plus en détail

La communication entre le groupe SCCP et ses prestataires, transporteurs des céréales était traditionnellement basée sur un serveur de fax.

La communication entre le groupe SCCP et ses prestataires, transporteurs des céréales était traditionnellement basée sur un serveur de fax. EXERCICE 1 La communication entre le groupe SCCP et ses prestataires, transporteurs des céréales était traditionnellement basée sur un serveur de fax. La multiplication des modes de communication entre

Plus en détail

Lisez ce premier. Droit d'auteur

Lisez ce premier. Droit d'auteur Next Generation Banking system Cloud Banking Service Provider Mobile Banking Service Provider Lisez ce premier Nous vous remercions de votre intérêt pour MBSP (Prestataire de services de Mobile Banking)

Plus en détail

Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité

Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité Septembre 2014 Chiffrement : Confidentialité des données Malgré les déclarations de Google et autres acteurs du Net sur les questions

Plus en détail

Le Contrat comprend les présentes Conditions générales de vente et d utilisation, ainsi que les Conditions particulières.

Le Contrat comprend les présentes Conditions générales de vente et d utilisation, ainsi que les Conditions particulières. Conditions générales de vente et d utilisation Le Contrat comprend les présentes Conditions générales de vente et d utilisation, ainsi que les Conditions particulières. I Lexique et informations : Le client

Plus en détail

Informations essentielles sur les paiements et le Service Paypal - PayPal

Informations essentielles sur les paiements et le Service Paypal - PayPal Page 1 of 5 Informations essentielles sur les paiements et le Service Dernière mise à jour : 21 janvier 2010 Limitation de responsabilité. La description du Service ci-dessous ne constitue qu'un récapitulatif.

Plus en détail

Guide de migration. Version 1.0 du 31/10/2007

Guide de migration. Version 1.0 du 31/10/2007 Guide de migration Version 1.0 du 31/10/2007 1. Check-list 2. Fiche technique 3. Guide de démarrage 4. Télécharger et installer les composants de sécurité MultiLine 5. Lancer MultiLine 6. Reprise des données

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSS/10/101 AVIS N 10/21 DU 7 SEPTEMBRE 2010 CONCERNANT LA DEMANDE DU MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES RELATIVE AU PROTOCOLE,

Plus en détail

REGULATION EN MICROFINANCE LES MEILLEURES PRATIQUES : LE CAS DE L AFRIQUE DE L OUEST

REGULATION EN MICROFINANCE LES MEILLEURES PRATIQUES : LE CAS DE L AFRIQUE DE L OUEST REGULATION EN MICROFINANCE LES MEILLEURES PRATIQUES : LE CAS DE L AFRIQUE DE L OUEST L essor de la microfinance s est materialise par un acces elargi des populations a des services financiers. Cette situation

Plus en détail

COTISATIONS VSNET 2015

COTISATIONS VSNET 2015 COTISATIONS VSNET 2015 Approuvées par le comité VSnet en séance du 18 mars 2015 SOMMAIRE 1. Principe 2. Réseau 3. Services internet 4. Ressources électroniques 5. Divers 1. PRINCIPE Les membres de l Association

Plus en détail

Généralité sur la cryptographie

Généralité sur la cryptographie 1.1 Introduction L origine de la cryptologie mot réside dans la Grèce antique. La cryptologie est un mot composé de deux éléments : «cryptos», qui signifie caché et «logos» qui signifie mot. La cryptologie

Plus en détail

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif C TLS Objectif Cette annexe présente les notions de cryptage asymétrique, de certificats et de signatures électroniques, et décrit brièvement les protocoles SSL (Secure Sockets Layer) et TLS (Transport

Plus en détail

Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte thawte thawte thawte thawte

Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte thawte thawte thawte thawte Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte UN GUIDE ÉTAPE PAR ÉTAPE, pour tester, acheter et utiliser un certificat numérique

Plus en détail

Fiche pratique. Présentation du problème. Pourquoi Rapport? Comment çà marche?

Fiche pratique. Présentation du problème. Pourquoi Rapport? Comment çà marche? Présentation du problème La banque Boursorama propose un logiciel de protection supplémentaire pour les transactions sur Internet. Ce logiciel est téléchargeable à l adresse suivante : http://www.trusteer.com/webform/download-rapport

Plus en détail

Cloud Computing : forces et faiblesses

Cloud Computing : forces et faiblesses Chapitre 7 Cloud Computing : forces et faiblesses 1. Présentation Cloud Computing : forces et faiblesses Le monde informatique a connu une véritable révolution ces dernières années avec l'apparition d'un

Plus en détail

Le programme INES. (identité nationale électronique sécurisée)

Le programme INES. (identité nationale électronique sécurisée) MINISTERE de L INTERIEUR de la SECURITE INTERIEURE et des LIBERTES LOCALES DP I N E S 31.01.05 SECRETARIAT GENERAL DIRECTION de PROGRAMME INES Le programme INES (identité nationale électronique sécurisée)

Plus en détail

1 Introduction. La sécurité

1 Introduction. La sécurité La sécurité 1 Introduction Lors de l'écriture d'une application de gestion, les problèmes liés à la sécurité deviennent vite prégnants. L'utilisateur doit disposer des droits nécessaires, ne pouvoir modifier

Plus en détail

Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet -

Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet - Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet - Marc Tremsal Alexandre Languillat Table des matières INTRODUCTION... 3 DEFI-REPONSE... 4 CRYPTOGRAPHIE SYMETRIQUE...

Plus en détail

Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE CERTIFICATS SSL EXTENDED VALIDATION : UN GAGE DE CONFIANCE

Plus en détail

TP RPV DE NIVEAU APPLICATION EXTRANET

TP RPV DE NIVEAU APPLICATION EXTRANET TP RPV DE NIVEAU APPLICATION EXTRANET Étudions le cas de l entreprise MAROQ. L entreprise a décidé d ouvrir une partie de son SI (Système d information) à ses partenaires. Cette ouverture s effectue par

Plus en détail

NBBCertificatePolicy 1.0. 21 Octobre 2002

NBBCertificatePolicy 1.0. 21 Octobre 2002 NBBCertificatePolicy 1.0 21 Octobre 2002 L utilisation d'un certificat délivré par la Banque Nationale de Belgique (BNB) implique l'acceptation de la présente Certificate Policy (CP) et des procédures,

Plus en détail

SIMPLE CRM ET LA SÉCURITÉ

SIMPLE CRM ET LA SÉCURITÉ SIMPLE CRM ET LA SÉCURITÉ #innovation INFORMATIONS SECURITE DONNEES Simple CRM et la sécurité INTRODUCTION AUX MECANISMES DE BASE LA SÉCURITÉ AU CENTRE DE NOS PRÉOCUPATIONS La sécurité est au cœur de notre

Plus en détail

Bibliographie. Gestion des risques

Bibliographie. Gestion des risques Sécurité des réseaux informatiques Bernard Cousin Université de Rennes 1 Sécurité des réseaux informatiques 1 Introduction Risques Attaques, services et mécanismes Les attaques Services de sécurité Mécanismes

Plus en détail

ANNEXE AU BON DE COMMANDE

ANNEXE AU BON DE COMMANDE ANNEXE AU BON DE COMMANDE N de contrat CB : Vente à distance pour SSL : CAHIER DES CHARGES A RESPECTER POUR L ENCAISSEMENT PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE VIA INTERNET Dans le cadre de l encaissement par

Plus en détail

RECOMMANDATIONS SECURITE INTERNET BANKING TRANSACTIONNEL

RECOMMANDATIONS SECURITE INTERNET BANKING TRANSACTIONNEL RECOMMANDATIONS SECURITE INTERNET BANKING TRANSACTIONNEL Cette page doit fournir aux clients toutes les informations concernant la sécurité du site d internet banking transactionnel, en particulier les

Plus en détail

Sécurisation des paiements en lignes et méthodes alternatives de paiement

Sécurisation des paiements en lignes et méthodes alternatives de paiement Comment sécuriser vos paiements en ligne? Entre 2010 et 2013, les chiffres démontrent que c est sur internet que la fraude à la carte bancaire a montré sa plus forte progression. Même si le taux de fraude

Plus en détail

Portail de services bancaires en ligne pour vos clients entreprises

Portail de services bancaires en ligne pour vos clients entreprises We make your business move > MULTIVERSA IFP International Finance Portal pour les banques Portail de services bancaires en ligne pour vos clients entreprises > Un seul portail bancaire pour les entreprises

Plus en détail

Aide en ligne du portail

Aide en ligne du portail Connectivity 3SKey Aide en ligne du portail Ce fichier d'aide décrit les fonctions du portail 3SKey (clé de signature sécurisée SWIFT). 11 juin 2011 3SKey Table des matières 1 Portail 3SKey... 3 1.1 Fonctions

Plus en détail

Signer électroniquement un document

Signer électroniquement un document Signer électroniquement un document Signer électroniquement un document.doc 1 / 20 Table des matières Introduction 3 Signer un document Microsoft Office 4 Signer un document Office 2003. 4 Signer un document

Plus en détail

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle!

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : MISER SUR LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE! Novatrices, les start-up, PME et ETI omettent parfois d établir une stratégie de propriété industrielle.

Plus en détail

Chiffrement à clef publique, authentification et distribution des clefs. Plan

Chiffrement à clef publique, authentification et distribution des clefs. Plan Chiffrement à clef publique, authentification et distribution des clefs Sécurité des réseaux informatiques 1 Plan Les principes de l'authentification de message Les fonctions de hachage sécurisées SHA-1

Plus en détail

SCHMITT Année 2012/2014 Cédric BTS SIO. Accès à Distance

SCHMITT Année 2012/2014 Cédric BTS SIO. Accès à Distance SCHMITT Année 2012/2014 Cédric BTS SIO Accès à Distance Description: Ce projet a pour but de définir différent logiciels d'accès à distance pour assister un utilisateur, de les installer et de les tester.

Plus en détail

Sécurisation des données : Cryptographie et stéganographie

Sécurisation des données : Cryptographie et stéganographie Licence 2ème Année V. Pagé (google vpage) Sécurisation des données : Cryptographie et stéganographie Objectifs du cours Introduction à la Cryptographie : Notions de Stéganographie : Image Cachée Premiere

Plus en détail

SECURITE DES DONNEES 1/1. Copyright Nokia Corporation 2002. All rights reserved. Ver. 1.0

SECURITE DES DONNEES 1/1. Copyright Nokia Corporation 2002. All rights reserved. Ver. 1.0 SECURITE DES DONNEES 1/1 Copyright Nokia Corporation 2002. All rights reserved. Ver. 1.0 Table des matières 1. INTRODUCTION... 3 2. ARCHITECTURES D'ACCÈS À DISTANCE... 3 2.1 ACCÈS DISTANT PAR MODEM...

Plus en détail

Applications de la cryptographie à clé publique

Applications de la cryptographie à clé publique pplications de la cryptographie à clé publique Crypter un message M revient à appliquer à celui-ci une fonction bijective f de sorte de former le message chiffré M = f ( M ). Déchiffrer ce dernier consiste

Plus en détail

Le concept FAH (ou ASP en anglais)

Le concept FAH (ou ASP en anglais) Le concept FAH (ou ASP en anglais) Présentation FAH signifie Fournisseur d Application Hébergé ASP signifie Application Service Provider L utilisation d un logiciel de gestion classique peut se révéler

Plus en détail

Systeme d authentification biometrique et de transfert de donnees cryptees

Systeme d authentification biometrique et de transfert de donnees cryptees Systeme d authentification biometrique et de transfert de donnees cryptees Securisez vos acces et protegez vos donnees Les composants ActiveX développés par NetInf associés aux produits de sécurisation

Plus en détail

L iphone en entreprise Présentation de la sécurité

L iphone en entreprise Présentation de la sécurité L iphone en entreprise Présentation de la sécurité Avec iphone vous pourrez accéder de façon totalement sécurisée aux services de l entreprise tout en protégeant les données de l appareil. Vous profiterez

Plus en détail

1 - Chiffrement ou Cryptage, Déchiffrement ou Décryptage?

1 - Chiffrement ou Cryptage, Déchiffrement ou Décryptage? Avertissements : Le contenu de ce document est sous licence GPL. Le document est librement diffusable dans le contexte de cette licence. Toute modification est encouragée et doit être signalée à othebaud@e-watching.net

Plus en détail

SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS

SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS DES RESEAUX D ENTREPRISE SO Une sécurité réseau déficiente

Plus en détail

Faille dans Internet Explorer 7

Faille dans Internet Explorer 7 Janvier Faille dans Internet Explorer 7 Une faille a été découverte dans le nouveau navigateur, celle-ci permettrait à un pirate d'insérer du code malicieux. Lorsque le navigateur est lancé, des DLL sont

Plus en détail

Mise en place d une politique de sécurité

Mise en place d une politique de sécurité Mise en place d une politique de sécurité Katell Cornec Gérald Petitgand Jean-Christophe Jaffry CNAM Versailles 1 Situation Sujet du projet Politique de sécurité Les Intervenants et leurs rôles : K. Cornec

Plus en détail

Table des matières 18/12/2009 10:13:21

Table des matières 18/12/2009 10:13:21 V.P.N. sous Win XP Table des matières V.P.N. sous Win XP...1 Introduction aux Réseaux Privés Virtuels...1 Royaume : «realm»...3 Qui fait une demande de «realm»?...3 Quels sont les «realms» actifs?...3

Plus en détail

Délibération n 03-036 du 1er juillet 2003 portant adoption d'une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique

Délibération n 03-036 du 1er juillet 2003 portant adoption d'une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique Commission Nationale de l Informatique et des Libertés (CNIL) Délibération n 03-036 du 1er juillet 2003 portant adoption d'une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique 01

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

Sécurité informatique

Sécurité informatique Sécurité informatique Sommaire 1. Protection de votre matériel contre le vol 2. Sécurisation de l accès à votre ordinateur et à vos documents 3. Sauvegarde des documents 4. Protection contre les virus

Plus en détail

Exercice: architecture d'un réseau d'entreprise

Exercice: architecture d'un réseau d'entreprise Page 1 sur 13 Exercice: architecture d'un réseau d'entreprise Hardware 2 13.1. Introduction: l'exercice - 13.2. L'infrastructure globale du réseau - 13.3. Connexions du réseau administration - commercial

Plus en détail