Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur"

Transcription

1 Le contexte 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur La sécurité du système Cartes Bancaires a fait l objet en 2000 et en 2001 d une concertation au sein d un groupe de travail du Conseil National de la Consommation et d un groupe technique restreint dirigé par la Mission Commerce Électronique et la DiGITIP, ainsi que d un groupe de travail administratif sur les aspects juridiques conduit par la DT. Ces travaux ont donné lieu à une série de recommandations et d engagements de la part des banques visant à accroître la sécurité des cartes de paiement et les droits des consommateurs. Les dispositions introduites dans la loi n du 15 Novembre 2001 sur la sécurité quotidienne 1 ont concrétisé ces recommandations. 1a. Les chiffres de la fraude La vente à distance, principal secteur concerné par la recrudescence de la fraude par cartes bancaires durant l année 2000, a donné lieu à des comportements délictueux affectant ses différentes composantes (notamment vente par correspondance, téléphonie mobile et commerce électronique). Cette fraude résulte essentiellement du vol de numéros de cartes (facturettes, commerçants) ou de la génération frauduleuse de numéros via des logiciels de "carding", et non de l'attaque des protocoles utilisés pour le paiement en ligne, comme SSL, beaucoup plus difficiles à réaliser. Par ailleurs, il apparaît que la fraude sur la vente à distance recensée en 2000 porte principalement sur les opérations de rechargement des cartes prépayées de téléphonie mobile et que, suite à des mesures prises par les opérateurs de télécommunication, cette fraude semble avoir été considérablement réduite en S agissant de la fraude recensée par les banques, elle oscille pour l ensemble de la vente à distance entre 0,04 et 0,15% du chiffre d affaires. Ces chiffres sont supérieurs au taux de fraude constaté pour les transactions de proximité, de l ordre de 0,026%, mais demeurent supportables selon le GIE Cartes Bancaires. De manière plus détaillée, le taux de fraude relatif au commerce électronique est compris entre 0,05 et 0,35%, alors que le ratio de fraude pour les rechargements de cartes prépayées oscille entre 0,2 et 2%, après avoir culminé au-delà de 10% au début de l année b. La loi sur la sécurité quotidienne et les initiatives internationales Les principales dispositions de la loi sur la sécurité quotidienne en matière de protection des porteurs de cartes bancaires sont les suivantes : - l'élargissement des possibilités de faire opposition : non plus simplement en cas de perte ou vol de la carte, mais aussi lorsqu il y a utilisation frauduleuse du numéro de carte (en vente à distance par exemple) ; - l instauration d une franchise laissée à la charge du porteur lorsque la fraude a lieu avant la déclaration de perte ou de vol ou d utilisation frauduleuse : 400 euros jusqu'au 31 décembre 2001, 275 euros aujourd'hui et 150 euros à compter du 1er janvier 2003 ; - dégagement de la responsabilité du porteur d une carte victime d une fraude liée à une contrefaçon de sa carte ou à une transaction à distance sans utilisation physique de la carte (remboursement dans un délai maximum d'un mois après la réception de la plainte) 3. 1 Cf. Extrait de la LSQ en pièce jointe 2 Cf. Fiche chiffres sur la fraude en pièce jointe 3 Dispositif de type rétro-facturation ou "charge-back" mais limité aux achats en vente à distance.

2 La Commission européenne est quant à elle favorable à la mise en œuvre de systèmes de rétrofacturation ou "charge back", ainsi que l'ocde qui a produit en 2001 un rapport sur la protection des porteurs de cartes de paiement. La loi renforce également les moyens de lutte contre les contrevenants informatiques en instaurant des sanctions pénales renforcées pour l'utilisation à des fins délictueuses de moyens informatiques permettant de contrefaire un moyen de paiement. Au niveau européen, la Commission européenne a lancé un vaste plan de lutte contre la cybercriminalité visant à renforcer les pouvoirs des autorités policières et judiciaires. Enfin, la Banque de France se voit confié par cette loi la surveillance de la sécurité des moyens de paiement non fiduciaires et, pour ce faire, un Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, chargé du suivi des statistiques de la fraude et des moyens engagés par les Banques pour accroître la sécurité des cartes de paiements, a été mis en place. Suite à la pression des pouvoirs publics, une série de mesures techniques tendant à prévenir le risque de fraude ont d'ores et déjà été prises : suppression des numéros de cartes sur les facturettes, modernisation des distributeurs automatiques de billet et des cartes, incitation des sites marchands à ne pas conserver des bases de données de numéros de cartes eu égard aux risques de cybercriminalité, et à supprimer la circulation des numéros de carte sur Internet. 1c. Vers un cadre de confiance pour le commerce électronique Le problème de la sécurité des paiements en ligne doit être posé dans un contexte plus large. La problématique de fond du commerce en ligne est celle du développement de la confiance des consommateurs, qui exige pour les acteurs économiques, au-delà du problème de la sécurisation du paiement, une réflexion sur une meilleure lisibilité de l identité et de la notoriété des sites marchands par les consommateurs, leur engagement à suivre des règlements et des règles déontologiques, l apport d une valeur ajoutée par rapport à la vente de proximité, l offre de services de qualité (livraison rapide et non coûteuse) et la mise en œuvre d un mode de résolution des litiges efficace, rapide et équitable. La Commission européenne a bien pris en compte l'importance de ces aspects au travers de la directive européenne n 2000/31/CE sur le commerce électronique du 8 juin 2000, qui fixe le cadre général du droit applicable aux transactions électroniques et à la dématérialisation des contrats électroniques. Sa transposition en droit français a fait l'objet d'un vaste chantier législatif en cours de finalisation en France, dans le cadre de l'avant projet de loi sur l'économie numérique. L identification des parties et la transparence des informations échangées sur l Internet sont privilégiés comme une condition de la confiance et du développement des échanges électroniques, ainsi que la reconnaissance juridique de la signature électronique, déjà actée par la loi n du 13 mars 2000, et celle du contrat électronique. 2) Sécurité des systèmes de paiements en ligne Si les mesures prises par les pouvoirs publics en matière de protection du consommateur et de lutte contre la cybercriminalité sont indispensables, elles ne garantissent pas les paiements aux commerçants. Il paraît donc nécessaire d'inciter les commerçants, les banques et les industriels à proposer des systèmes sécurisés garantissant les paiements 4. 4 Il faut noter pour la France que la loi sur la sécurité quotidienne exclue le remboursement intégral de la fraude lorsque le paiement est effectué avec un dispositif de paiement sécurisé.

3 2a. Les différents modèles de paiement à distance On peut distinguer deux modèles de paiement à distance. : - Le modèle assurantiel tend à promouvoir, en l absence de solution technique fiable, des assurances couvrant le risque de fraude. Le «charge back» constitue la solution la plus aboutie de ce système en posant le principe de la recréditation automatique en cas d opération contestée. Cependant, ce modèle ne permet pas aux commerçants de se prémunir contre les achats frauduleux : les commerçants doivent alors mettre en œuvre individuellement des outils de gestions des risques et des litiges et des techniques de "profiling" de leurs clients, ou alors souscrire eux-mêmes à des assurances souvent coûteuses. - Le modèle technique consiste à développer les solutions matérielles ou logicielles propres à sécuriser les transactions. C est la voie privilégiée en France par les acteurs bancaires et industriels. 2b. La solution SSL Actuellement, les opérateurs de vente par correspondance et de téléphonie mobile, lorsque le consommateur choisit de régler sa transaction par carte bancaire, se font communiquer le numéro et la date de validité de la carte du consommateur. La transaction ne donne donc pas lieu, comme dans un achat de proximité, à la tabulation du code confidentiel et à l utilisation de la puce. Lors d un achat en ligne, le consommateur doit également communiquer le numéro et la date de validité de sa carte mais ces données font l objet d un envoi crypté. Les sites ont recours dans la quasitotalité des cas au protocole dit SSL (Secure Sockets Layer) qui permet de chiffrer le message transmis (dont le numéro de carte de paiement). Ce protocole se révèle simple et peu coûteux et peut être, de plus, perfectionné lorsqu il est mis en œuvre par des établissements de crédit qui par leur rôle d intermédiation permettent de ne transmettre au commerçant que les informations relatives à la commande (le numéro de carte n étant dès lors connu que par le serveur de télé-paiement). Néanmoins, ce dispositif ne garantit pas l authentification de l acheteur et du commerçant, ni l intégrité des données transmises au commerçant et les banques refusent d assurer la garantie des paiements, contrairement aux transactions de proximité qui bénéficient d une telle garantie. 2c. Les nouvelles solutions de paiement Compte tenu de l'absence de garantie dans la mise en œuvre de la solution SSL, la sécurisation des paiements en ligne fait l objet de nombreuses expérimentations, qui se déploient principalement dans deux directions : - La recherche d une alternative à l utilisation des cartes de paiement Cette catégorie repose sur des solutions ayant pour effet de substituer aux cartes de paiement un nouveau moyen de paiement. Les principales expériences sont les suivantes : - la carte virtuelle dynamique, commercialisée par AMEX aux États-Unis ou le groupement Cartes Bleues en France. L acheteur désirant régler un achat en ligne reçoit de sa banque un numéro de paiement valable pour un seul achat. Bien que dénommée carte, cette solution constitue en réalité un nouveau moyen de paiement qui n offre cependant pas la garantie de paiement aux commerçants ; - le porte-monnaie électronique. Il vise à répondre aux paiements de petit montant pour lesquels les cartes de paiement sont mal adaptées, compte tenu des coûts de traitement. Il est commercialisé par de nombreux émetteurs et prend la forme soit de cartes prépayées, soit de points de fidélité ;

4 - les paiements de personne à personne. Le paiement P to P permet à un internaute d envoyer et de recevoir de l argent par courrier électronique. Il doit pour cela s inscrire sur un site de «paiement par courrier» en fournissant un numéro de compte bancaire ou de carte. Il indique ensuite l e-mel de la personne à qui il veut envoyer de l argent (particuliers, commerçants, etc.) et le montant du virement. Le bénéficiaire reçoit un e-mel le guidant vers le site sécurisé où il ouvrira à son tour un compte en indiquant son compte bancaire habituel afin de percevoir de l argent. Cette solution rencontre un réel succès aux États-Unis mais demeure à un stade embryonnaire en France ; - la banque à domicile. Les banques offrent maintenant à leurs clients des services de consultation et d utilisation de leur compte en ligne. Cette solution permet d effectuer des virements mais ne semble pas en mesure de se développer rapidement compte tenu de la lourdeur et du coût de la procédure (nécessité de disposer du RIB du bénéficiaire du paiement, coût du virement parfois élevé). - Les solutions d authentification des transactions Ces solutions ont pour objet d assurer la non-répudiation comme dans une transaction de proximité. Par exemple, de même qu un paiement chez un commerçant donne lieu à la tabulation du code dans le terminal de paiement, certaines de ces solutions visent à installer un lecteur de carte à puce sur l ordinateur de l internaute, son téléphone mobile ou son décodeur de télévision. Toutefois, les solutions basées sur un lecteur de carte à puce se révèlent coûteuses pour les consommateurs (acquisition d'un matériel dédié), mais aussi dans une moindre mesure pour les commerçants. D'autres solutions, par exemple celle développée par la société Magicaxess et promue par les Caisses d Épargne, visent au contraire à s appuyer sur une authentification du consommateur par un code secret et par un code aléatoire qui lui est transmis par SMS sur son téléphone mobile. Ce type de solution évite au consommateur l acquisition et l utilisation de matériels dédiés. Au total, un grand nombre de solutions sont en cours d expérimentation, mais aucune n a réussi à s imposer comme le protocole SSL. Il demeure difficile actuellement d entrevoir quelle formule s imposera définitivement en matière de sécurisation des paiements en ligne. 2d. Les conditions de déploiement de solutions de paiement sécurisées Le déploiement de ces nouvelles solutions se heurte d'abord à un problème de masse critique. En effet, les travaux d'intégration de ces solutions au sein des sites marchands ne se justifient que si un nombre suffisant de clients du commerçant a déjà adhéré à la solution. Par ailleurs, ces solutions doivent être inter-opérables avec le système bancaire, sans modification substantielle de celui-ci. C'est pourquoi les grandes marques de cartes de paiement comme Visa, Mastercard etc. ont mis en place des modèles ou standards d'inter-opérabilité pour le paiement par carte en ligne. Après l'insuccès du protocole SET, du à la lourdeur de sa mise en œuvre, Visa propose aujourd'hui le modèle appelé 3D Secure qui consiste à définir la chaîne de responsabilité entre la banque émettrice de la carte, la banque du commerçant et Visa. Dans ce schéma, la banque émetteur doit inscrire le porteur au service 3D Secure et authentifie le porteur au moment de l achat. La banque acquéreur propose au commerçant d être affilié au programme 3D Secure et lui fournit un logiciel. Enfin, Visa facilite les échanges entre les deux domaines acquéreur et émetteur, en s appuyant sur un protocole commun, et met en place un historique des authentifications. Visa entend imposer ce modèle aux banques émettrices, par un transfert de responsabilité de la banque acquéreur vers la banque émetteur (qui devient responsable quant à l'authentification, quelque soit le moyen assurantiel ou/et technique qu'elle choisit). Ce modèle ne règle pas la question de l'authentification de l'acheteur et d'autres initiatives de standardisation s'avèrent nécessaires pour régler cette question. Ainsi, les banques promeuvent, avec le

5 soutien de la Commission européenne, un standard européen, appelé Finread 5, pour une solution d'authentification par carte de paiement basée sur un lecteur de carte à puce sécurisé. Cependant, ce type de solution suppose que les Banques s'engagent à fournir à leurs clients ce type de lecteur à un coût réduit. Aujourd'hui, ces lecteurs demeurent encore trop coûteux, mais des efforts de recherche et développement sont engagés par les industriels pour y remédier, notamment au travers de l'appel à projet OPPIDUM. L'autre axe de standardisation susceptible d'aboutir à des solutions de paiement sécurisé interopérables concerne les travaux sur la signature électronique, à l'ietf (Internet Engineering Task Force), à l'iso au sein des groupes bancaires, ou dans les instances de standardisation européennes (CEN - Comité Européen de Normalisation, ETSI - Institut Européen de Normalisation en Télécommunications). L'utilisation de la signature électronique présente l'avantage, comme SSL, que c'est une technologie déjà plus ou moins intégrée dans les navigateurs et serveurs Web. En combinaison avec l'envoi du numéro de carte bancaire par SSL, la signature électronique permettrait de manifester l'engagement de l'acheteur et garantirait l'achat. Le groupe de travail n 5 de la Mission Économie Numérique, piloté par la Banque de France, doit remettre prochainement une série de recommandations sur les exigences d'ergonomie et de sécurité qui doivent être respectées par ce type de solutions. Ce groupe réfléchit également sur l'opportunité que peut représenter la carte électronique d'identité, projet piloté par le ministère de l'intérieur, pour la sécurisation des transactions financières. 5 Inspiré de la solution Cyber-comm qui est aujourd'hui abandonnée

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking Payement électronique Sommaire 1. Les systèmes de paiement électroniques... 1 1.1 E-banking... 1 1.2 Porte-monnaie électronique et porte-monnaie virtuel... 2 1.2.1 Le porte monnaie électronique (e-cash)...

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE : UN MARCHÉ EN PLEIN DÉVELOPPEMENT Evolution du chiffre d affaires du e-commerce depuis 2010 +65% sur 3 ans Poids du e- commerce dans l ensemble du commerce 5% en 2012 20% attendu

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

Bien utiliser votre carte

Bien utiliser votre carte LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 16 Bien utiliser votre carte Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris CEDEX 9 cles@fbf.fr FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Plus en détail

Déploiement national de la carte d achat au CNRS

Déploiement national de la carte d achat au CNRS Déploiement national de la carte d achat au CNRS Délégations pilotes 18 septembre 2007 Délégation Paris B Qu est-ce que la Carte d achat? La carte d achat est un moyen de paiement confié à certains agents

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité Bien comprendre Objectifs Le contexte technique d une transaction

Plus en détail

SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET

SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET Murielle Cahen. «Sécurité du commerce sur internet». In : Avocat on line [En ligne]. http://www.murielle-cahen.com/publications/p_1securite.asp (consulté le 7/10/2013)

Plus en détail

Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir

Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir 04 Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir Les banques ont recours à des systèmes de sécurité très perfectionnés et à des équipes de spécialistes des fraudes en vue d

Plus en détail

Les recommandations de la Banque de France

Les recommandations de la Banque de France Les recommandations de la Banque de France pour la sécurité des paiements en ligne Marc ANDRIES Chef du Service de Surveillance des Moyens de Paiement Scripturaux marc.andries@banque-france.fr FEVAD Le

Plus en détail

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 Développement de la Carte Bancaire Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 RAZKI MOUNIR Direction des Opérations Monétaires et des Changes Banque Centrale du Maroc

Plus en détail

Le e-commerce en France

Le e-commerce en France Le e-commerce en France 117.500 sites en 2012 Nouvelle hausse Hausse des opérations Nouvelle hausse des opérations en nombre 42,9 en 2011 45 Mds en 2012 (+ 19%) Les cybers acheteurs Les moyens de paiements

Plus en détail

ANNEXE AU BON DE COMMANDE

ANNEXE AU BON DE COMMANDE ANNEXE AU BON DE COMMANDE N de contrat CB : Vente à distance pour SSL : CAHIER DES CHARGES A RESPECTER POUR L ENCAISSEMENT PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE VIA INTERNET Dans le cadre de l encaissement par

Plus en détail

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces Innovations liées au Tourisme Dématérialisation des supports Marketplaces E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions d de CA 1 000 000 Terminaux

Plus en détail

Session d'information sur le TPE pour les foires en FRANCE

Session d'information sur le TPE pour les foires en FRANCE Session d'information sur le TPE pour les foires en FRANCE (Service Monétique ANDRE Pierre) Banque SOCREDO Document interne Contexte de cette session Tous les ans, et à plusieurs reprises pendant l'année,

Plus en détail

Les attentes des consommateurs

Les attentes des consommateurs Les attentes des consommateurs Par Reine-Claude MADER Secrétaire Générale de la CLCV Carte bancaire : un moyen de paiement adopté par les consommateurs En 10 ans, leur nombre en France est passé de 21,1

Plus en détail

Intégration du relevé d opérations dans la comptabilité des Collectivités

Intégration du relevé d opérations dans la comptabilité des Collectivités Intégration du relevé d opérations dans la comptabilité des Collectivités Xavier Lugol : Ingénieur Intégration Sylvie Thiroine : Responsable Intégration/Customisation Astre GFI Progiciels Page 1 Sommaire

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction Définition Cadre réglementaire Principe du crédit documentaire Crédit documentaire et remise documentaire Les différents types du crédit documentaire Mécanisme

Plus en détail

1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING»)

1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING») 1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING») Dans le cadre de sa mission de suivi des politiques de sécurité mises

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. Echangeur (CCI de Bordeaux) 07 juillet 2009 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. Echangeur (CCI de Bordeaux) 07 juillet 2009 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Echangeur (CCI de Bordeaux) 07 juillet 2009 Vendre en ligne en toute sécurité Sommaire Zoom sur le e-commerce français Connexion des foyers français,

Plus en détail

Sommaire 1 LA MONETIQUE

Sommaire 1 LA MONETIQUE Sommaire AVANT-PROPOS... 4 HISTORIQUE...5 INTRODUCTION... 6 I- DEFINITION...7 1.1 ROLE ET FONCTION...7 1.1.1- ROLE...7 1.1.2- FONCTION...7 II- LES COMPOSANTS DE LA MONETIQUE...7 2.1 LE SUPPORT...7 2.2

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 Depuis 2003, l Observatoire établit des statistiques de fraude sur les cartes de paiement de type «interbancaire» et de type «privatif», sur la base de données recueillies

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

Gestion de l Identité Numérique

Gestion de l Identité Numérique Gestion de l Identité Numérique La France veut accélérer et consolider le développement de l Economie numérique, instaurer la confiance numérique et lutter contre la fraude et l usurpation d identité,

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES

CHARTE D UTILISATION DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES CHARTE D UTILISATION DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES Projet portail Majeurs protégés (PMP) 1 TABLE DES MATIERES I. OBJET 4 II. IDENTIFICATION DES PARTIES... 4 III. FONCTIONNALITES DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES..

Plus en détail

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Accompagnement technologique et décisionnel pour l implémentation de modes de paiement sur Internet et par téléphonie mobile pour accroitre

Plus en détail

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet Financière des Paiements Électroniques annonce l ouverture officielle de l offre Compte-Nickel au grand public et dévoile la carte des buralistes agréés. Après six mois de phase de test et l ouverture

Plus en détail

LES BANQUES FRANÇAISES ENGAGÉES EN FAVEUR DES MOYENS DE PAIEMENT INNOVANTS. 2 juin 2015

LES BANQUES FRANÇAISES ENGAGÉES EN FAVEUR DES MOYENS DE PAIEMENT INNOVANTS. 2 juin 2015 LES BANQUES FRANÇAISES ENGAGÉES EN FAVEUR DES MOYENS DE PAIEMENT INNOVANTS 2 juin 2015 Les paiements en France 18 milliards d opérations de paiement traitées en 2013 Montant global des paiements en France

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

GYMGLISH Offre Grand Public. Conditions générales de prestation de service réservées aux particuliers

GYMGLISH Offre Grand Public. Conditions générales de prestation de service réservées aux particuliers GYMGLISH Offre Grand Public Conditions générales de prestation de service réservées aux particuliers Définition des termes GYMGLISH : désigne la société A9 SARL. V1.1 16 Avril 2007 Site GYMGLISH : désigne

Plus en détail

INTRODUCTION. Intégration d un système de paiement en ligne dans votre site internet

INTRODUCTION. Intégration d un système de paiement en ligne dans votre site internet INTRODUCTION CashBox est le premier système de paiement internet en zone UEMOA. Développé par ULTIMA Technologies, société spécialisée dans le développement Internet, CashBox est une solution simple et

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-173

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-173 PARIS, le 29/07/2002 DIRECTION DES SYSTEMES D'INFORMATION DU RECOUVREMENT DISIR LETTRE CIRCULAIRE N 2002-173 OBJET : Procédure «e-mail sécurisé» pour la transmission des déclarations et paiements EDI.

Plus en détail

BANCAIRE MAGHREBINE MONÉTIQUE ET TRANSACTIQUE

BANCAIRE MAGHREBINE MONÉTIQUE ET TRANSACTIQUE RENCONTRE SUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CARTE BANCAIRE MAGHREBINE MONÉTIQUE ET TRANSACTIQUE DE LA BANQUE À L ADMINISTRATION ÉLECTRONIQUE Mounir M. ESSAYEGH Février 2007 Tunisie messayegh@m2mgroup.com g SOMMAIRE

Plus en détail

Dématérialisation et protection des données

Dématérialisation et protection des données Colloque de l AJAR 4 décembre 2012 Dématérialisation et protection des données Philippe POIGET, Directeur des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence Fédération Française des Sociétés d Assurances

Plus en détail

CARTE MONETICO RESTO

CARTE MONETICO RESTO CARTE MONETICO RESTO LA SOLUTION QUI CHANGE TOUT POUR LA GESTION DES TITRES-RESTAURANT AVEC LA CARTE MONETICO RESTO VOUS GAGNEZ EN EFFICACITÉ! L affiliation à Monetico Resto vous permet d accepter les

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Guide Utilisateur Banque en Ligne Banque de Nouvelle Calédonie

Guide Utilisateur Banque en Ligne Banque de Nouvelle Calédonie Guide Utilisateur Banque en Ligne Banque de Nouvelle Calédonie www.bnc.nc Aide en ligne Pour plus d informations, écrivez à contact@bnc.nc 1 TABLE DES MAT IERES COMMENT ACCEDER A MES COMPTES?... 3 SYNTHESE

Plus en détail

Sahara. Entreprises P17

Sahara. Entreprises P17 Matin du Sahara Quotidien Entreprises P17 Matin du Sahara Quotidien Entreprises P17 Le soir echo Quotidien 28 juillet Economie P13 Aujourd hui le Quotidien 22 juillet Economie P6 Hebdo Hebdo Economie P30

Plus en détail

La révolution des paiements par cartes bancaires. Présenté par. Gilles Sartre et Thierry Saxod

La révolution des paiements par cartes bancaires. Présenté par. Gilles Sartre et Thierry Saxod La révolution des paiements par cartes bancaires Présenté par Gilles Sartre et Thierry Saxod Environnement et grandes tendances Un monde «physique» Un client «sédentaire» Un monde «numérique» Un client

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

+213 (0) 21 56 25 00. FAX:

+213 (0) 21 56 25 00. FAX: EMV Mme Nejla Belouizdad Directrice Organisation et Sécurité Monétique TEL: +213 (0) 21 56 25 00. FAX: +213 (0) 21 56 18 98. E-mail : nejla.belouizdad@satim-dz.com 46, Rue des fréres Bouadou (Ex Ravin

Plus en détail

Sécurité de la Carte Corporate. juin 2013

Sécurité de la Carte Corporate. juin 2013 Sécurité de la Carte Corporate juin 2013 On a utilisé frauduleusement ma carte Corporate : que faire? 1)Mettez immédiatement votre carte en opposition en contactant : le Service Corporate porteur disponible

Plus en détail

Solutions de paiement embarquées. 21 Octobre 2011 Matthieu Bontrond Expert Cryptographie

Solutions de paiement embarquées. 21 Octobre 2011 Matthieu Bontrond Expert Cryptographie Solutions de paiement embarquées 21 Octobre 2011 Matthieu Bontrond Expert Cryptographie Agenda 1. Introduction à la monétique 2. Présentation de la société 3. Normes et Standards 4. Enjeux techniques 5.

Plus en détail

République Algérienne Démocratique & Populaire. Ministère de la Poste et des Technologies. de L information et de la Communication.

République Algérienne Démocratique & Populaire. Ministère de la Poste et des Technologies. de L information et de la Communication. République Algérienne Démocratique & Populaire Ministère de la Poste et des Technologies de L information et de la Communication Communication «Rôle des TIC dans les transactions électroniques» Présenté

Plus en détail

OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation

OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation L OPAC 36 propose sur son site internet www.opac36.fr un espace locataire avec différents services destinés à simplifier les démarches liées à ses activités

Plus en détail

AVANT PROPOS Rappel de la phase 1 du projet : Diagnostic et solutions cibles - mars à septembre 2008 État des lieux Segmentation des besoins par type d affilié Élaboration des solutions possibles selon

Plus en détail

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement 2. Le régime juridique du m- paiement 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement, c est? Définition: ensemble des paiements pour lesquels les données de paiement et les

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le CONDITIONS GENERALES DE VENTE PREAMBULE La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le Chaintreau 44190 GORGES, immatriculée au RCS de NANTES sous le numéro

Plus en détail

La Carte d Achat et la Carte Virtuelle

La Carte d Achat et la Carte Virtuelle La Carte d Achat et la Carte Virtuelle BNP Paribas Découvrez la Carte d Achat BNP Paribas! Pour simplifier et optimiser la gestion de vos achats, découvrez la Carte d Achat de BNP Paribas une solution

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe

Particuliers, la Banque de France vous informe Particuliers, la Banque de France vous informe Identifiants bancaires : Être vigilant, c est important Être responsable VOTRE CARTE BANCAIRE Votre carte bancaire est strictement personnelle. Vous devez

Plus en détail

Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires»

Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires» Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires» Contribution du Commerce PCI-DSS et protection des données cartes de paiement : évolution vers le «chiffrement

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

GUIDE DE CRÉATION ET D ACTIVATION D UN COMPTE PAYPAL POUR LES CLIENTS D E-TRANSACTIONS VERSION DU 15/09/2015

GUIDE DE CRÉATION ET D ACTIVATION D UN COMPTE PAYPAL POUR LES CLIENTS D E-TRANSACTIONS VERSION DU 15/09/2015 E-TRANSACTIONS GUIDE DE CRÉATION ET D ACTIVATION D UN COMPTE PAYPAL POUR LES CLIENTS D E-TRANSACTIONS VERSION DU 15/09/2015 1 Crédit Agricole S.A, société anonyme au capital de 7 729 097 322. Siège social

Plus en détail

CERTIFICATS NUMERIQUES LUXTRUST

CERTIFICATS NUMERIQUES LUXTRUST CERTIFICATS NUMERIQUES LUXTRUST Le Partenariat Chambre de Commerce-LuxTrust S.A. Le 27 mars 2007, l autorité de certification électronique LuxTrust S.A. a lancé la commercialisation de ses «certificats

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe

Particuliers, la Banque de France vous informe Particuliers, la Banque de France vous informe Identifiants bancaires Être vigilant, c est important Être responsable VOTRE CARTE BANCAIRE Votre carte bancaire est strictement personnelle. Vous devez vérifier

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

Règles des paiements de débit sans NIP Les modifications doivent se faire en respectant les intérêts des consommateurs

Règles des paiements de débit sans NIP Les modifications doivent se faire en respectant les intérêts des consommateurs Règles des paiements de débit sans NIP Les modifications doivent se faire en respectant les intérêts des consommateurs présentés à l Association canadienne des paiements à la suite de la publication de

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

A VOUS, CHER CLIENT, CE MESSAGE CONCERNE VOTRE SECURITE

A VOUS, CHER CLIENT, CE MESSAGE CONCERNE VOTRE SECURITE A VOUS, CHER CLIENT, CE MESSAGE CONCERNE VOTRE SECURITE Sécurité Page 1 de 5 A la BANQUE DES MASCAREIGNES, nous accordons une extrême importance à la sécurité de vos informations. Nos systèmes et les procédures

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI RELATIF A LA CONSOMMATION - (N ) AMENDEMENT N 1. présenté par. M. Marc Le Fur ---------- ARTICLE 5

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI RELATIF A LA CONSOMMATION - (N ) AMENDEMENT N 1. présenté par. M. Marc Le Fur ---------- ARTICLE 5 AMENDEMENT N 1 Après l alinéa 75, ajouter l alinéa suivant : Il est inséré dans le code de la consommation un article L 121-20-3 ainsi rédigé : «1 Tout centre d appels d une entreprise enregistrée au registre

Plus en détail

3. Guide Technique Type de l «utilisateur»

3. Guide Technique Type de l «utilisateur» 3. Guide Technique Type de l «utilisateur» Sommaire 1. Préambule.......................... page 25 2. Champ d application................... page 25 3. Procédures de sécurité................. page 25 3.1

Plus en détail

E-commerce. Faculté Des sciences juridiques, économiques et sociales Souissi- Rabat LP- Transport Logistique & SCM

E-commerce. Faculté Des sciences juridiques, économiques et sociales Souissi- Rabat LP- Transport Logistique & SCM Faculté Des sciences juridiques, économiques et sociales Souissi- Rabat LP- Transport Logistique & SCM E-commerce Réalisé par: Ghita Bouayad Chaimae Lahlou Walid Najeb Ismail Regragui Nour El Houda Sellai

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE

LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE Programmes de fidélisation : vous faites les règles Une solution entièrement configurable rend l expérience de fidélisation plus facile

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Domaine d application Le Vendeur est la société «COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME», association dont le siège social est situé à ALENCON (61000) 86 rue St Blaise. Le site

Plus en détail

COMPTE NICKEL 8 MOIS APRÈS LE LANCEMENT CNLE 16 OCTOBRE 2014

COMPTE NICKEL 8 MOIS APRÈS LE LANCEMENT CNLE 16 OCTOBRE 2014 COMPTE NICKEL 8 MOIS APRÈS LE LANCEMENT CNLE 16 OCTOBRE 2014 COMPTE NICKEL 8 mois après le lancement Distribution 1.000 buralistes déjà agréés par l ACPR 470 installés 1.500 dossiers en cours d instruction

Plus en détail

3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE

3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE 3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE 3-1. SYSTEMES ET MOYENS DE PAIEMENT 1/6/213 Les systèmes de paiement en Tunisie s articulent autour de 2 types : - systèmes de paiement net ou de compensation

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

La simplicité. d un service universel. CDC confiance électronique européenne

La simplicité. d un service universel. CDC confiance électronique européenne La simplicité d un service universel CDC confiance électronique européenne FAST, une solution conçue pour vous FAST a été développée en étroite collaboration avec les collectivités et les administrations

Plus en détail

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Juin 2013 / V1

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Juin 2013 / V1 MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance Mieux comprendre MSSanté FAQ Juin 2013 / V1 FAQ MSSanté MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance sommaire 1. Le Système MSSanté 2 MSSanté :

Plus en détail

Le paiement sans contact

Le paiement sans contact Le paiement sans contact La carte bancaire est le moyen de paiement le plus utilisé en France. Parmi les cartes en circulation, plus de 31 millions sont aujourd hui sans contact. Le paiement sans contact

Plus en détail

1. Le service, en bref 3. 2. Avantages 3. 3. Contexte 3. 4. Clients actuels et cibles 3. 5. Description du service 4 5.1.

1. Le service, en bref 3. 2. Avantages 3. 3. Contexte 3. 4. Clients actuels et cibles 3. 5. Description du service 4 5.1. SERVICE : E-PAYMENT Code Service : e-payment Groupe de services : Web Solutions Publics cibles : Services publics Version du document : V 3.3 Table des matières 1. Le service, en bref 3 2. Avantages 3

Plus en détail

Esprit Commerce LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE

Esprit Commerce LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE Esprit Commerce www.espritcommerce.com service.client@espritcommerce.com LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE Du 12 Septembre 2012 Article 1 : Clause générale Article 2 : Produits Article 3 : Prix

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCEDURES Y AFFERENTES Supplément au Code d éthique Septembre 2013 Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION...3 SECTION 2 RAISON D ÊTRE DE

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière?

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Dans le secteur de la téléphonie mobile, les frontières européennes ne sont pas encore

Plus en détail

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ;

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ; Conditions générales SHOP.BELGIANREDDEVILS.BE Table des matières Article 1 - Définitions Article 2 Identité de l entreprise Article 3 - Domaine d application Article 4 L'offre Article 5 La convention Article

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne des contrats d entretien de PROXITHERM

Conditions générales de vente en ligne des contrats d entretien de PROXITHERM Conditions générales de vente en ligne des contrats d entretien de PROXITHERM Ces conditions générales de vente sont conclues entre PROXITHERM SAS, Société par actions simplifiée au capital de 1.118.352

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed

THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed Auteurs : Papa Kalidou Diop Valdiodio Ndiaye Sene Professeur: Année: 2013-2014 Mr, Gildas Guebre Plan Introduction I. Définition II. Fonctionnement III.

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

MODELE DE CONTRAT ENTRE LE PHARMACIEN-TITULAIRE (RESPONSABLE DU

MODELE DE CONTRAT ENTRE LE PHARMACIEN-TITULAIRE (RESPONSABLE DU FARMAFlux rue Archimède 11 1000 Bruxelles CBE 0536.680.412 MODELE DE CONTRAT ENTRE LE PHARMACIEN-TITULAIRE (RESPONSABLE DU TRAITEMENT) ET L ASBL FARMAFLUX (SOUS-TRAITANT) Page 2/6 Avant-propos FarmaFlux

Plus en détail

Code de conduite Zoomit

Code de conduite Zoomit Code de conduite Zoomit Dans ce document : 1. Objectif 2. Champ d application 3. Qu est-ce que Zoomit et quelles parties sont concernées? 4. Organisation, contrôle et informations complémentaires 5. Sécurité

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel;

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel; AVIS N 07 / 2003 du 27 février 2003. N. Réf. : 10 / Se / 2003 / 005 / 009 / ACL OBJET : Utilisation des moyens de communication électroniques à des fins de propagande électorale. La Commission de la protection

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE. Loi n 2014-025. sur la signature électronique EXPOSE DES MOTIFS

ASSEMBLEE NATIONALE. Loi n 2014-025. sur la signature électronique EXPOSE DES MOTIFS ASSEMBLEE NATIONALE Loi n 2014-025 sur la signature électronique EXPOSE DES MOTIFS Depuis l apparition de l écrit, la signature a permis d identifier le correspondant-auteur d un courrier ou d un document.

Plus en détail

Visa Débit. Foire aux questions et schéma de procédé de l acceptation par les marchands du commerce électronique. Mai 2012 Page 1 sur 6

Visa Débit. Foire aux questions et schéma de procédé de l acceptation par les marchands du commerce électronique. Mai 2012 Page 1 sur 6 Visa Débit Foire aux questions et schéma de procédé de l acceptation par les marchands du commerce électronique Mai 2012 Page 1 sur 6 Table des matières Foire aux questions liées à l acceptation par les

Plus en détail

Sommaire. Lutte contre les SMS indésirables : - présentation du dispositif d alerte «33700» - Schéma explicatif

Sommaire. Lutte contre les SMS indésirables : - présentation du dispositif d alerte «33700» - Schéma explicatif Sommaire Lutte contre les SMS indésirables : - présentation du dispositif d alerte «33700» - Schéma explicatif Prendre en charge les consommateurs en cas de changements de ligne non sollicités : - les

Plus en détail

Debit Platinum The ultimate prestige.

Debit Platinum The ultimate prestige. GUIDE PRATIQUE Debit Platinum I. LES CARACTÉRISTIQUES 3 A. LA CARTE 3 VALIDITÉ DE LA CARTE 3 LE CODE SECRET 3 TARIFICATION 3 B. PAIEMENTS ET RETRAITS 3 PAIEMENTS 3 RETRAITS 4 CAPACITÉ JOURNALIÈRE D ACHAT

Plus en détail