Accéder, ou ne pas accéder au matériel informatique de son employé, telle est la question

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Accéder, ou ne pas accéder au matériel informatique de son employé, telle est la question"

Transcription

1 Accéder, ou ne pas accéder au matériel informatique de son employé, telle est la question Patrick Gingras, avocat et agent de marques de commerce Éloïse Gratton, avocate IT, 31 mars 2014

2 Les opinions exprimées dans cette présentation n engagent que les présentateurs et ne représentent pas nécessairement celles de leur employeur respectif, soit le ministère de la Justice du Québec et McMillan LLP.

3 «Accéder, ou ne pas accéder au matériel informatique de son employé, telle est la question» dans Les développements récents en droit du travail (2014), Barreau du Québec.

4

5 1. Le droit à la vie privée de l employé; 2. La nature des informations susceptibles d être emmagasinées dans un ordinateur; 3. Des facteurs à considérer pour déterminer: l attente de vie privée d un employé eu égard à l information emmagasinée dans un ordinateur; et la légitimé de la vérification par l employeur de l ordinateur utilisé par son employé.

6 1. Le droit à la vie privée de l employé

7 1. «[En] milieu de travail, il est raisonnable de s attendre que l employeur contrôle l utilisation des moyens de communication qui lui appartiennent. Toutefois, l employé a droit au respect de sa vie privée dans l exercice de ce contrôle. Les employés doivent ainsi être informés des motifs de contrôle et des mécanismes de contrôle dont ils peuvent être l objet. Ils doivent être clairement informés de leurs obligations et de leurs droits.» COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION DU QUÉBEC, Le courriel électronique, p.5.

8 1. Les ordinateurs : font partie intégrante de nos vies, tant personnelles que professionnelles; peuvent emmagasiner une quantité phénoménale d informations : des courriels, l historique de consultation des sites Internet, des photographies et des vidéos, etc.; susceptibles d être délicates; peuvent permettre l accès à des informations emmagasinées sur les serveurs des entreprises de services en ligne..

9 1. Dès lors qu entendons-nous par le droit à la vie privée d un employé?

10 1. Art. 3, 35 et 36 du Code civil du Québec et 5 et 24.1 de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne; Pouvoir de surveillance et de contrôle lié à la subordination de l employé (art du C.c.Q.); Toute intrusion dans la vie privée de l employé doit être justifiée par des motifs rationnels et conduite par des moyens raisonnables et proportionnels de façon à porter minimalement atteinte à son droit à la vie privée.

11 2. La nature des informations susceptibles d être emmagasinées dans un ordinateur R. c. Vu, 2013 CSC 60, par. 40 à 43

12 1. Les ordinateurs stockent d immenses quantités de données, dont certaines, dans le cas des ordinateurs personnels, touchent à l ensemble de renseignements biographiques d ordre personnel. «[ ] en plus des courriels, le catalogue de toutes les informations personnelles de [l utilisateur], dont ses dossiers médicaux, d assurances personnelles, de comptabilité, d institutions financières, de testament et ses codes d accès à divers comptes.» Journeaux c. Perreault, 2011 QCCS 5187, par. 9.

13 2. Les ordinateurs renferment des données qui sont générées automatiquement, souvent à l insu de l utilisateur. Les métadonnées «accédé à plusieurs reprises à de l information confidentielle appartenant à l appelante après la fin de son emploi [et qu il] aurait même copié une partie de cette information sur des clés USB.» IMS Health Canada Inc. c. Th!Nk Business Insights Ltd, 2013 QCCA 1303, par. 16. Voir aussi Maax Bath inc. c. Agostino, 2013 QCCS 3646, Laushway v. Messervey, 2013 NSSC 47 et Scallon c. Desjardins Assurances générales, 2013 QCCQ 3497.

14 2. Les ordinateurs renferment des données qui sont générées automatiquement, souvent à l insu de l utilisateur. L historique de navigation sur Internet, incluant la mémoire cache «Madame Côté se rend ensuite à la réception de l hôtel et vérifie l historique des utilisations faites sur l ordinateur du centre de santé depuis la veille. Elle constate qu il y a eu successivement des visites sur le site d Emploi-Québec (10 h 5), sur Facebook (10 h 46, 10 h 48, 10 h 53 et 11 h 38), sur le site enceinte.com (10 h 59) et des recherches sur les petites annonces pour une table à langer (11 h 19).» Durocher-Lalonde c Québec inc., 2011 QCCRT 490

15 3. Les ordinateurs conservent des fichiers et des données même après que les utilisateurs croient les avoir détruits «[TRADUCTION] [L]e fait qu un fichier ait été sélectionné et «supprimé» ne signifie pas normalement qu il a effectivement été supprimé; les systèmes d exploitation n «éliminent» pas les zéros et les uns associés à ce fichier lorsqu il est sélectionné pour suppression. La plupart des systèmes d exploitation modifient plutôt la table de fichiers principale pour indiquer que le bloc de mémoire de ce fichier est libre pour accueillir dans le futur d autres fichiers. [ ]» R. c. Vu, 2013 CSC 60, par. 43.

16

17 3. Les ordinateurs conservent des fichiers et des données même après que les utilisateurs croient les avoir détruits «When you send or receive Snaps, we also temporarily collect, process and store the contents of the Snaps (such as photos, videos and/or captions) on our servers. The contents of Snaps are also temporarily stored on the devices of recipients. Once all recipients have viewed a Snap, we automatically delete the Snap from our servers and the Snapchat mobile application is programmed to delete the Snap from the recipients devices. We cannot guarantee that deletion always occurs within a particular timeframe. We also cannot prevent others from making copies of your Snaps (e.g., by taking a screenshot). If we are able to detect that the recipient has captured a screenshot of a Snap that you send, we will attempt to notify you. In addition, as for any other digital information, there may be ways to access Snaps while still in temporary storage on recipients devices or, forensically, even after they are deleted. You should not use Snapchat to send messages if you want to be certain that the recipient cannot keep a copy.» (Nos soulignés)

18 4. Les ordinateurs qui sont connectés à Internet servent de portails à une quantité presque infinie de données qui sont partagées entre différents utilisateurs et stockées presque n importe où dans le monde. De même, un ordinateur connecté à un réseau permettra à la police d avoir accès à des renseignements se trouvant dans d autres appareils.

19 «[ ] les ordinateurs qui sont connectés à Internet servent de portails à une quantité presque infinie de données qui sont partagées entre différents utilisateurs et stockées presque n importe où dans le monde. De même, un ordinateur connecté à un réseau permettra à la police d avoir accès à des renseignements se trouvant dans d autres appareils. Par conséquent, la fouille d un ordinateur connecté à Internet ou à un réseau permet d avoir accès à des données et à des documents qui ne se trouvent pas concrètement dans le lieu où la fouille est autorisée.» R. c. Vu, 2013 CSC 60, par. 44. Voir aussi Journeaux c. Perreault, 2011 QCCS 5187, Images Turbo inc. c. Marquis, 2013 QCCS 2781 et Durocher-Lalonde c Québec inc., 2011 QCCRT 490.

20 3. Des facteurs à considérer pour déterminer: a) l attente de vie privée d un employé eu égard à l information emmagasinée dans un ordinateur; et b) la légitimé de la vérification par l employeur de l ordinateur utilisé par son employé et ainsi tenter

21 3. 1. d éviter l exclusion de la preuve (art (1) C.c.Q.) Le tribunal doit, même d'office, rejeter tout élément de preuve obtenu dans des conditions qui portent atteinte aux droits et libertés fondamentaux et dont l'utilisation est susceptible de déconsidérer l'administration de la justice.

22 [12] Il faut également noter que les courriels en question existaient avant d'être obtenus par Touchette. Contrairement à l'affaire Mascouche, la violation des droits de monsieur Campeau n'a pas eu pour effet de créer une toute nouvelle preuve. Les courriels auraient pu être obtenus par Touchette et déposés en preuve par d'autres moyens légaux.. Pneus Touchette Distribution inc. c. Pneus Chartrand inc., 2012 QCCS 3241

23 Décision Preuve Atteinte à la vie privée Québec inc. c. Senécal, 2010 QCCS 3308 Pneus Touchette Distribution inc. c. Pneus Chartrand inc., 2012 QCCS 3241 Services alimentaires Delta Dailyfood Canada inc., 2012 QCCLP 7666 boite personnelle; utilisée pour le travail; mot de passe deviné. boite personnelle Hotmail; mesures de sécurité; utilisation d un logiciel espion pour obtenir le mot de passe. profil Facebook; subterfuge et moyens détournés afin de devenir «l ami». non prépondérance de la preuve sur la façon dont les courriels ont été obtenus oui oui même si la travailleuse a consenti à l accès, c est par des moyens dolosifs que l employeur y est arrivé Déconsidère l'administration non intérêt légitime; savait qu'un employé transmettait des informations ; savait que des courriels avaient été envoyés de son poste de travail pendant les heures de travail oui l unique but de la démarche était d espérer trouver de façon fortuite un élément de preuve qu il ne soupçonnait pas Images Turbo inc. c. Marquis, 2013 QCCS 2781 boites professionnelle et personnelle accessibles via un BlackBerry; aucune mesure de sécurité. oui UNIQUEMENT pour les courriels reçus après le 19 mai courriel «de frustration» communiqué à son conjoint non Commission des normes du travail c Québec inc., 2013 QCCQ boite personnelle; utilisée pour le travail; aucune mesure de sécurité. non

24 3. 2. tout recours pour atteinte à la vie privée de l employé.

25 3. a) Des facteurs à considérer pour déterminer: a) l attente de vie privée d un employé eu égard à l information emmagasinée dans un ordinateur C est l information emmagasinée dans l ordinateur susceptible d être découverte et utilisée par l employeur et non l ordinateur le matériel informatique - lui-même, qui est l objet d une protection. R. c. Cole, 2012 CSC 53, par. 42.

26 Quelle est l attente de vie privée d un employé à l égard de son appareil mobile personnel utilisé à des fins professionnelles? [8] [ ] Même si l on tient compte des politiques applicables de l employeur, cette attente en matière de respect de la vie privée était raisonnable dans les circonstances. Cependant, il s agissait d une attente réduite en matière de vie privée par comparaison avec le droit à la protection de la vie privée examiné dans l arrêt Morelli dans lequel, contrairement à la présente affaire, il était question d un ordinateur personnel [ ]. (R. c. Cole, 2012 CSC 53)

27 Ordinateur personnel (R. c. Morelli, 2010 CSC 8) [105] [ ] il est difficile d imaginer une atteinte plus grave à la vie privée d une personne que la perquisition de son domicile et la fouille de son ordinateur personnel. En effet, nos ordinateurs contiennent souvent notre correspondance la plus intime. Ils renferment les détails de notre situation financière, médicale et personnelle. [ ] Hébert c Québec inc. (Alpha Comptant), 2013 QCCQ 8863 Ordinateur professionnel (R. c. Cole, 2012 CSC 53) [3] Bien que les politiques et les pratiques en vigueur dans le milieu de travail puissent réduire l attente du particulier en matière de respect de sa vie privée à l égard d un ordinateur de travail, les réalités opérationnelles de ce genre ne font pas à elles seules disparaître complètement l attente : la nature des renseignements en jeu expose les préférences, intérêts, pensées, activités, idées et recherches de renseignements de l utilisateur individuel.

28 La propriété de l ordinateur Pertinent? 3. a) L environnement dans lequel est situé l'ordinateur peut aussi avoir une influence sur l expectative de vie privée au travail ou à la maison. Tremblay c. La Reine,REJB (C.A.).

29 La nature de l information recherchée. 3. a) «Plus l objet de la prétendue fouille se trouve près de l ensemble de renseignements biographiques d ordre personnel, plus ce facteur favorisera une attente raisonnable en matière de respect de la vie privée. Autrement dit, plus les renseignements sont personnels et confidentiels, plus les Canadiens raisonnables et bien informés seront disposés à reconnaître l existence d un droit au respect de la vie privée garanti par la Constitution.» R. c. Cole, 2012 CSC 53, par. 46

30 3. a) La nature de l information recherchée «[n]ul doute que les informations contenues dans l arborescence informatique de la boîte «Outlook» appartenant à Perreault revêtent un caractère confidentiel, singulièrement lorsqu il s'agit de communications avocat-client.» Journeaux c. Perreault, 2011 QCCS 5187, par. 24. Le tribunal prit soin de faire une distinction entre les courriels consultés par l employeur pour la période se situant avant le 19 mai 2012 et celle postérieure au 19 mai Images Turbo inc., c. Marquis 2013 QCCS

31 3. a) L endroit où l information est emmagasinée Boite de courriels personnelle utilisée à des fins professionnelles. Images Turbo inc. c. Marquis 2013 QCCS 2781 et Commission des normes du travail c Québec inc QCCQ Boite de courriels personnelle : «[ ] L enquête a révélé que monsieur Campeau aurait envoyé plusieurs courriels de son ordinateur du bureau à son adresse courriel personnelle «hotmail». CompuQuest a par la suite employé un logiciel afin de déceler le mot de passe de monsieur Campeau, afin d accéder à son compte hotmail. Une fois dans son compte, CompuQuest a pu déterminer que monsieur Campeau aurait transmis de son compte hotmail, à madame Daemen, et à d autres adresses courriels, des documents appartenant à Touchette.» Pneus Touchette Distribution inc. c. Pneus Chartrand inc., 2012 QCCS 3241.

32 3. a) Les mesures technologiques de protection «Les atteintes au droit à la vie privée peuvent être multiples et les tribunaux affirment plus facilement qu'il y a eu violation lorsque le document est gardé dans un lieu personnel, difficilement accessible ou encore que les circonstances reflètent le fait que son propriétaire ait, par son comportement, voulu manifester qu'il voulait en faire un document confidentiel, ce qui n est pas le cas ici.» Commission des normes du travail c Québec inc QCCQ 12264, par. 58

33 Mot de passe : [75] If the cellphone had been password protected or otherwise "locked" to users other than the appellant, it would not have been appropriate to take steps to open the cellphone and examine its contents without first obtaining a search warrant. (R. v. Fearon, 2013 ONCA 106, en appel à la CSC: Fearon c. R., 2013 CanLII (CSC)) Cryptographie (mot de passe) : [57] L'ordinateur est une preuve matérielle qui existait sans la violation des droits de l'intimé. Par contre, son contenu est une preuve dérivée, c'est-à-dire «une preuve matérielle découverte à la suite d'une déclaration obtenue illégalement» [ ]. (R. c. Boudreau-Fontaine, 2010 QCCA 1108)

34 L information effacée 3. a) La suppression d une information semble, dans un contexte criminel, être compatible avec l intention de dissimuler, et donc de maintenir une attente de vie privée, plutôt que de d abandonner, et d ainsi renoncer à une attente de vie privée. R. v. McNeice, 2013 BCCA 98.

35 3. b) Des facteurs à considérer pour déterminer: b) la légitimé de la vérification par l employeur de l ordinateur utilisé par son employé

36 3. b) - Le niveau d autorité de la personne qui demande la vérification «Le tribunal trouve déterminant le fait que c est plutôt la représentante de l employeur qui a agi, probablement de son propre chef, pour obtenir la preuve dans les circonstances qu on connaît. Ceci réaffirme la conviction du tribunal que le seul but de l action de la représentante était de tenter d améliorer son dossier en vue de l audience devant être tenue devant le tribunal. De plus, la représentante n avait aucun intérêt juridique. C est plutôt l employeur qui aurait pu en avoir un. L employeur n était pas présent à l audience et la représentante, qui a témoigné, n a jamais indiqué que l employeur l avait mandaté afin d agir ainsi.» Campeau et Services alimentaires Delta Dailyfood Canada inc., 2012 QCCLP 7666, par. 61.

37 3. b) - Le motif justifiant la vérification «Avant d entreprendre sa démarche, la représentante de l employeur n avait aucune indication voulant qu une situation frauduleuse se tramait par la travailleuse. D ailleurs, le résultat de cette fouille n en démontre aucune. La seule motivation de la représentante de l employeur était d espérer, en allant dans le profil Facebook de la travailleuse, trouver fortuitement une preuve pouvant l aider.» Campeau et Services alimentaires Delta Dailyfood Canada inc., 2012 QCCLP 7666, par. 59

38 3. b) - Le motif justifiant la vérification: Découverte forfuite - tomber par hasard sur un courriel d un employé démontrant son manque de loyauté - découverte d un document en lien avec un projet pour une compagnie dans le même secteur d activité - découverte d une version imprimée d un logo d un autre organisme - l interception d un courriel trop volumineux bloqué par le système informatique de l entreprise

39 3. b) - Le motif justifiant la vérification: Diminution de productivité Syndicat des travailleuses et travailleurs de Sucre Lantic - CSN et Sucre Lantic ltée (Michel De Carufel) D.T.E. 2010T-186, par. 181 et 182: «(..) Il ne s agit pas en l espèce d espionner un salarié dans ses activités de la vie courante alors qu il n est pas au travail, mais bien de vérifier si le plaignant effectuait le travail pour lequel il était payé par l employeur. Comme son travail exigeait qu il utilise un ordinateur, l employeur était en droit de vérifier l utilisation qui en était faite. [ ]»

40 3. b) - Le motif justifiant la vérification: L insurbordination de l employé

41 3. b) - Le motif justifiant la vérification: La plainte ou constat - usage inapproprié

42 3. b) - La nature de l utilisation de l ordinateur par l employé

43 3. b) - La récidive multiple et la violation répétée

44 - La gravité de l usage inapproprié 3. b)

45 3. b) - L opération d une entreprise personnelle en parallèle Vérification légitime de l ordinateur d un employé: - découverte d un document laissé dans le télécopieur par un employé - la participation à la mise sur pied d un CPE et réclamation d heures supplémentaires - la découverte d impressions relatives à un organisme inconnu - le fait que l employeur savait qu un employé transmettait des informations confidentielles à un concurrent du poste de travail de l employé. - Pneus Touchette Distribution inc. c. Pneus Chartrand inc.

46 3. b) - (d) Le consentement de l employé à la vérification

47 3. b) - Le consentement explicite ou implicite Québec inc. c. Senécal, le tribunal a tenu compte du fait que M. Senécal avait volontairement laissé derrière lui son ordinateur : «Il aurait été beaucoup plus facile pour Senécal de nettoyer son ordinateur avant de quitter Stock, de changer son adresse courriel en y retranchant le mot ou les lettres stock et de changer son mot de passe. Ainsi, ses communications privées auraient été beaucoup mieux protégées. Il aurait aussi été plus prudent de récupérer son ancien ordinateur ainsi que le disque dur qui s y trouve. Par analogie, un ordinateur peut être considéré comme un classeur électronique fermé à clé par une clé électronique. Ce classeur laissé sur place et que l on refuse de récupérer peut contenir toutes sortes d informations qui, si elles sont ainsi laissées sur place, peuvent devenir accessibles si elles ne sont pas bien protégées.»

48 3. b) - Le consentement explicite ou implicite L article 1(1) (j) de la Personal Information Protection Act SA 2003, c P-6.5. de l Alberta définit «personal employee information» comme suit : «personal employee information means, in respect of an individual who is a potential, current or former employee of an organization, personal information reasonably required by the organization for the purposes of (i) establishing, managing or terminating an employment or volunteer-work relationship, or (ii) managing a post-employment or post-volunteer-work relationship between the organization and the individual, but does not include personal information about the individual that is unrelated to that relationship.» Une disposition semblable se retrouve aussi dans la Personal Information Protection Act (SBC 2003, c 63) de la Colombie Britannique.

49 3. b) - La connaissance de l interdiction et de la vérification possible via la politique de l employeur L absence de politique peut, dans certains cas, faire échec au congédiement de l employé: «De surcroît, en l absence d une politique claire de l intimée quant à l usage du matériel informatique et en l absence de preuve d un préjudice quelconque à l employeur, ce motif ne saurait justifier le congédiement du plaignant, comme le souligne la Cour du Québec dans l affaire Commission des normes du travail c. Bourse de Montréal (2002) R.J.D.T. 617.» Belisle c. Rawdon (Municipalité) 2005 QCCRT 453, par. 168.

50 3. b) - e) Le moyen ou le procédé utilisé pour accéder à l information

51 3. b) - La licéité du moyen ou du procédé Un tel moyen illicite fut, à notre avis, utilisé par l employeur dans la décision Pneus Touchette Distribution inc. c. Pneus Chartrand inc QCCS L employeur utilisa un logiciel espion afin d obtenir le mot de passe du compte personnel Hotmail de son employé, mais le tribunal admet néanmoins en preuve les courriels ainsi obtenus.

52 3. b) - La licéité du moyen ou du procédé «En l espèce, la preuve démontre que l employeur a usé de subterfuge et de moyens détournés afin de devenir «l ami» de la travailleuse sur le réseau social. En conséquence, la preuve Facebook présentée par l employeur a été obtenue grâce à des moyens frauduleux. Ce constat est d autant plus vrai que l employeur a utilisé des informations personnelles et confidentielles de la travailleuse dans le seul but de créer un profil qui correspond parfaitement aux attentes de cette dernière.» Campeau et Services alimentaires Delta Dailyfood Canada inc QCCLP 7666.

53 3. b) - La licéité du moyen ou du procédé «Il ne s agit pas d un cas d interception de message, d une conversation par écoute électronique ou encore de la fouille d un ordinateur après avoir subtilisé un mot de passe. Il s agit de l'obtention de courriels qui existent bel et bien avant toute intervention prétendument illégale de la part de Mme Dagenais.» Commission des normes du travail c Québec inc.2013 QCCQ 12264, par 54.

54 3. b) - Le caractère raisonnable de la recherche des informations pertinentes «Les intérêts en matière de respect de la vie privée que met en jeu la fouille des ordinateurs diffèrent nettement de ceux en cause lors de la fouille de contenants tels des placards et des classeurs. En effet, les ordinateurs sont susceptibles de donner aux policiers accès à de vastes quantités de données sur lesquelles les utilisateurs n ont aucune maîtrise, dont ils ne connaissent peut-être même pas l existence ou dont ils peuvent avoir choisi de se départir, et qui d ailleurs pourraient fort bien ne pas se trouver concrètement dans le lieu fouillé. [ ]» R. c. Vu, 2013 CSC 60 (CanLII), par. 24.

55 3. b) - f) l urgence d agir aux fins de préserver l information

56 Questions? Patrick Gingras Éloïse Gratton

57 Conférence Legal IT 31 mars 2014 Accéder, ou ne pas accéder au matériel informatique de son employé, telle est la question Le CAIJ a trouvé des documents susceptibles de vous intéresser sur le sujet de la conférence : Accéder, ou ne pas accéder au matériel informatique de son employé, telle est la question 1. Défis et incidences juridiques des technologies et des médias sociaux en milieu de travail / Simon-Pierre Hébert [ Texte intégral -- Doctrine ] Texte intégral (via edoctrine) 2. Le respect du droit à la vie privée au travail: mythe ou réalité? / Yves Saint-André [ Texte intégral -- Doctrine ] Texte intégral (via edoctrine) 3. Naviguer sur Internet au travail : et si on nageait en eaux troubles? / Sylvain Lefebvre [ Texte intégral -- Doctrine ] Texte intégral (via edoctrine) 4. Preuve et surveillance des salariés: regard français / Bernard Bossu et Alexandre Barège [ Article de périodique ] Texte intégral (via HeinOnline) 5. Privacy in the workplace / Éloïse Gratton, Lyndsay Wasser [ Livre ] Réserver / Faire livrer Les recherchistes du CAIJ ont également identifié la législation, la jurisprudence et la doctrine relative aux questions juridiques suivantes : 1. Quelles sont les sources utiles à consulter au sujet d'internet? [ Question de recherche ] Consulter la fiche 2. Quelles sont les sources utiles à consulter sur les pouvoirs et les devoirs de l'employeur et des cadres? [ Question de recherche ] Consulter la fiche 3. L'utilisation d'internet au travail à des fins personnelles peut-elle conduire à l'imposition de mesures disciplinaires? [ Question de recherche ] Consulter la fiche Pour plus d information juridique, consulter le site du CAIJ.

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes Guide de l élève Cause # 5 : R. c. Cole Programme citoyenneté et chartes L EXERCICE DE PLAIDOIRIE LA PROTECTION CONSTITUTIONNELLE CONTRE LES FOUILLES ET LES SAISIES ABUSIVES R. c. Cole Cour suprême du

Plus en détail

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Août 2014 Bulletin vie privée Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Le contrat d'assurance collective implique

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : R. c. Beaulieu, 2010 CSC 7 DATE : 20100225 DOSSIER : 33181 ENTRE : Sa Majesté la Reine Appelante et Georges Beaulieu Intimé TRADUCTION FRANÇAISE OFFICIELLE CORAM : La

Plus en détail

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise M e Jean Chartier Président Carrefour de l industrie de la sécurité 21 octobre 2013 - La Malbaie (Québec) Présentation générale La Commission

Plus en détail

How to be a good Big Brother Quelle surveillance des outils de communication? 2 juillet 2015

How to be a good Big Brother Quelle surveillance des outils de communication? 2 juillet 2015 How to be a good Big Brother Quelle surveillance des outils de communication? 2 juillet 2015 Deux sets de droits en présence a priori antagonistes et leur appréhension au niveau juridique Salarié 3 aspects

Plus en détail

Accès aux courriers électroniques d un employé absent

Accès aux courriers électroniques d un employé absent Accès aux courriers électroniques d un employé absent Les maîtres-mots en la matière : mesures préventives, responsabilisation, proportionnalité et transparence 1. Il convient, à ce sujet, de se référer

Plus en détail

Directive Lpers no 50.1

Directive Lpers no 50.1 Directive Lpers no 50.1 Utilisation d Internet, de la messagerie électronique, de la téléphonie et du poste de travail RLPers 125 1 Base 2 But La présente directive est prise en application de l article

Plus en détail

Lignes directrices sur la protection des renseignements personnels hors de son lieu de travail

Lignes directrices sur la protection des renseignements personnels hors de son lieu de travail Commissaire à l information et à protection de la vie privée/ontario Lignes directrices sur la protection des renseignements personnels hors de son lieu de travail Ann Cavoukian, Ph.D. Commissaire Juillet

Plus en détail

Les rapports d inspection

Les rapports d inspection Introduction Les rapports d inspection et la Loi sur l accès à l information municipale et la protection de la vie privée Projet conjoint de la ville de Newmarket et du Bureau du commissaire à l information

Plus en détail

Conseil des ressources humaines du secteur culturel (CRHSC) Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents informatiques

Conseil des ressources humaines du secteur culturel (CRHSC) Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents informatiques Conseil des ressources humaines du secteur culturel (CRHSC) Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents informatiques Politique sur les renseignements personnels Septembre 2004

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

CDI SA Utilisation du service PMM Usage of PMM service

CDI SA Utilisation du service PMM Usage of PMM service CDI SA Utilisation du service PMM Usage of PMM service 1 09.11.2015 Table des matières 1 Solution PMM... 3 2 Réception et utilisation du message quotidien... 3 3 Portail de gestion de votre profil PMM...

Plus en détail

Droit des technologies de l'information Conférence des juristes de l État 2013 M e Jean-Francois De Rico jfderico M e Patrick Gingras patgingras M e Nicolas Vermeys nicolasvermeys La déontologie technologique

Plus en détail

Directive de la Direction 6.2. Utilisation d Internet, de la messagerie électronique, des réseaux sociaux, de la téléphonie et du poste de travail

Directive de la Direction 6.2. Utilisation d Internet, de la messagerie électronique, des réseaux sociaux, de la téléphonie et du poste de travail Directive de la Direction Directive de la Direction 6.2. Utilisation d Internet, de la messagerie électronique, des réseaux sociaux, de la téléphonie et du poste de travail 1 Base La présente directive

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

Qu est-ce que le droit à la vie privée?

Qu est-ce que le droit à la vie privée? Qu est-ce que le droit à la vie privée? 7. Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu'en conformité avec les principes de justice

Plus en détail

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process Phoenix A.M.D. International Inc. - Claim Procedures, Timelines & Expectations Timelines & Expectations 1. All telephone messages and e-mail correspondence is to be handled and responded back to you within

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

Défendre sa marque de commerce à l ère des média sociaux : une nouvelle approche. M e Giovanna Spataro, associée

Défendre sa marque de commerce à l ère des média sociaux : une nouvelle approche. M e Giovanna Spataro, associée Défendre sa marque de commerce à l ère des média sociaux : une nouvelle approche M e Giovanna Spataro, associée 4 avril 2014 LES RÉSEAUX SOCIAUX 2 DÉFINITION Marque de commerce Article 2 de la Loi sur

Plus en détail

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION Dossier : 01 15 48 Date : 20030929 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. RONA Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 20 août 2001, le demandeur s adresse à Rona pour

Plus en détail

DIRECTIVE SUR L UTILISATION DES OUTILS INFORMATIQUES, D INTERNET, DE LA MESSAGERIE ELECTRONIQUE ET DU TELEPHONE ( JUIN 2005.-V.1.

DIRECTIVE SUR L UTILISATION DES OUTILS INFORMATIQUES, D INTERNET, DE LA MESSAGERIE ELECTRONIQUE ET DU TELEPHONE ( JUIN 2005.-V.1. 1 BUT 1.1 Le but de la présente directive est de définir les droits et les devoirs des utilisateurs à propos des moyens de communication (Internet, messagerie électronique, téléphonie) et des postes de

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant.

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 02 45 Date : Le 22 novembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X -et- Y Demandeurs c. VISA DESJARDINS Entreprise DÉCISION LE LITIGE DEMANDE

Plus en détail

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE Direction de la gestion des espaces et des services auxiliaires CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE 1. OBJECTIF Le présent cadre de gestion a pour objet de définir des règles minimales

Plus en détail

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit:

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE LA MAGISTRATURE CM-8-90-55 DANS L'AFFAIRE DE: I. B. plaignant et M. le juge [...] intimé RAPPORT D'EXAMEN LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 04 05 38. Date : Le 8 août 2007. M e Jacques Saint-Laurent. Commissaire : Demanderesse

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 04 05 38. Date : Le 8 août 2007. M e Jacques Saint-Laurent. Commissaire : Demanderesse Commission d accès à l information du Québec Dossier : 04 05 38 Date : Le 8 août 2007 Commissaire : M e Jacques Saint-Laurent X Demanderesse c. Compagnie d assurance vie RBC Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 5 ENTRE : A. D. N o d appel : GE-13-1152 Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Montréal, le 1 er août 2014 M. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Objet : Plainte de M. à l endroit de la CIBC N/Réf.

Plus en détail

Directive sur l utilisation de l Internet, du réseau et des ordinateurs par les élèves

Directive sur l utilisation de l Internet, du réseau et des ordinateurs par les élèves Directive sur l utilisation de l Internet, Département responsable: Services éducatifs En vigueur le: 1 er janvier 2003 Référence: Approuvée par: Directeur général Amendée le 4 septembre 2007: L un des

Plus en détail

Envoyer un courrier électronique et autres fonctions associées

Envoyer un courrier électronique et autres fonctions associées 19 février 2013 p 1 Envoyer un courrier électronique et autres fonctions associées Ce tutoriel vient compléter celui présenté le 5 février 2013, portant sur les généralités du courrier électronique. Nous

Plus en détail

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Luxembourg, le 13 mai 2014 Presse et Information Arrêt dans l'affaire C-131/12 Google Spain SL, Google Inc. / Agencia Española de Protección

Plus en détail

Service d information et de recherche parlementaires

Service d information et de recherche parlementaires Résumé législatif LS-666F PROJET DE LOI C-58 : LOI SUR LA PROTECTION DES ENFANTS (EXPLOITATION SEXUELLE EN LIGNE) Dominique Valiquet Division des affaires juridiques et législatives Le 17 décembre 2009

Plus en détail

Téléphone : 416 326-3333 1 800 387-0073 Télécopieur : 416 325-9195 ATS : 416 325-7539 info@ipc.on.ca www.ipc.on.ca

Téléphone : 416 326-3333 1 800 387-0073 Télécopieur : 416 325-9195 ATS : 416 325-7539 info@ipc.on.ca www.ipc.on.ca Au sujet du CIPVP Le rôle du commissaire à l information et à la protection de la vie privée est décrit dans trois lois : la Loi sur l accès à l information et la protection de la vie privée, la Loi sur

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE Article 1: Cadre normatif Le présent Manuel contient les dispositions appliquées

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

Me Rhéaume Perreault, CRIA

Me Rhéaume Perreault, CRIA Le Web et une politique d entreprise : un mariage nécessaire François Beaudry, La chaise jaune, 1988. Aquarelle, 76 cm 56 cm Me Rhéaume Perreault, CRIA (514) 846-2306 Rperreault@heenan.ca Conférence dispensée

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself CHARTE INFORMATIQUE Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself Ce texte, bien qu ayant un caractère réglementaire, est avant tout un code de bonne

Plus en détail

La loi québécoise 10 ans après: les leçons à retenir à la veille de l entrée en vigueur de la loi fédérale

La loi québécoise 10 ans après: les leçons à retenir à la veille de l entrée en vigueur de la loi fédérale La loi québécoise 10 ans après: les leçons à retenir à la veille de l entrée en vigueur de la loi fédérale Charles Morgan Conférence Insight Hôtel Inter-Continental, Montréal Le 1er décembre 2003 McCarthy

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/024 DÉLIBÉRATION N 09/019 DU 7 AVRIL 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU DÉPARTEMENT

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 05 71 Date : Le 13 juillet 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. SOCIÉTÉ FINANCIÈRE WELLS FARGO CANADA Entreprise DÉCISION OBJET

Plus en détail

MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT

MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT BULLETIN NO. 2933 EN MATIÈRE DE DISCIPLINE EN VERTU DU STATUT 20 DE L'ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES DANS L'AFFAIRE DE MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT I. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

PRENEZ VOS APPAREILS PERSONNELS. Comment vous protéger lorsque vos employés utilisent leurs appareils personnels au travail?

PRENEZ VOS APPAREILS PERSONNELS. Comment vous protéger lorsque vos employés utilisent leurs appareils personnels au travail? PRENEZ VOS APPAREILS PERSONNELS Comment vous protéger lorsque vos employés utilisent leurs appareils personnels au travail? Prenez vos appareils personnels: Nouvelle approche en matière de mobilité En

Plus en détail

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son PV 99 03 48 RENÉ COMEAU Plaignant c. BELL MOBILITÉ Intimée LA PLAINTE Le plaignant allègue que la Boutique du téléphone, agente autorisée de l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il

Plus en détail

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Le 25 novembre 2011 [TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Monsieur Paul Collins Sous-commissaire principal de la concurrence Bureau de la concurrence Direction des fusions Industrie Canada

Plus en détail

3. Guide Technique Type de l «utilisateur»

3. Guide Technique Type de l «utilisateur» 3. Guide Technique Type de l «utilisateur» Sommaire 1. Préambule.......................... page 25 2. Champ d application................... page 25 3. Procédures de sécurité................. page 25 3.1

Plus en détail

Examen des marchés publics

Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Examen des marchés

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6453 Québec, le : 10 août 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante

Plus en détail

CFDT UTI Métropole. Métropole N 52. Lettre d Information Juridique. N 52 janvier 2015. Paiement des heures supplémentaires. Internet et le travail

CFDT UTI Métropole. Métropole N 52. Lettre d Information Juridique. N 52 janvier 2015. Paiement des heures supplémentaires. Internet et le travail Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole Métropole N 52 N 52 janvier 2015 Paiement des heures supplémentaires Les heures supplémentaires donnent lieu à une majoration de salaire Les heures ainsi

Plus en détail

Mode dʼemploi User guide

Mode dʼemploi User guide Mode dʼemploi User guide Urban Connexion Kit for Microsoft Surface Référence Urban Factory ICR32UF Introduction: Vous venez d acheter un kit de connexion Urban Factory pour Microsoft Surface, et nous vous

Plus en détail

Guide d utilisation Courriel : protection antipourriel et antivirus

Guide d utilisation Courriel : protection antipourriel et antivirus Guide d utilisation Courriel : protection antipourriel et antivirus Oricom Internet met à votre disposition un serveur de protection de courriels très évolué qui permet de filtrer et bloquer les courriels

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

CHARTE DE L'UTILISATEUR POUR L'USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES ET DES SERVICES INTERNET

CHARTE DE L'UTILISATEUR POUR L'USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES ET DES SERVICES INTERNET Ville de BAILLY-ROMAINVILLIERS 51 rue de Paris BP10 77700 BAILLY-ROMAINVILLIERS Tél. : 01.60.43.02.51 Fax : 01.60.43.27.74 CHARTE DE L'UTILISATEUR POUR L'USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES ET DES SERVICES

Plus en détail

Atelier pratique sur la gestion de crise. Perquisitions et enquêtes internes

Atelier pratique sur la gestion de crise. Perquisitions et enquêtes internes Atelier pratique sur la gestion de crise Perquisitions et enquêtes internes Madeleine Renaud Le16 mai 2013 ACCJE Risques d enquêtes criminelles 2 Loi sur la concurrence: entente pour fixer les prix, entente

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Charte sur le respect de la vie privée. Mars 2014

Charte sur le respect de la vie privée. Mars 2014 Charte sur le respect de la vie privée Mars 2014 Préambule L existence d une charte sur le respect de la vie privée souligne l engagement d Ethias quant à la protection de la vie privée. Cet engagement

Plus en détail

Surfer au travail : prudence est mère de sureté

Surfer au travail : prudence est mère de sureté Surfer au travail : prudence est mère de sureté Rares sont aujourd hui les salariés qui ne disposent pas d une connexion Internet sur leur lieu de travail. Internet constitue en effet un outil indispensable

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5698-9585 No du rôle : 28.d-C-15 Licence RBQ : 5698-9585-01 Date : 14 septembre 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur RÉGIE DU BÂTIMENT

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique du

Plus en détail

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER -+ POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER En tant qu entreprise de services, BBA se conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur

Plus en détail

En tant qu organisme œuvrant auprès d athlètes mineurs, quelles sont vos responsabilités et obligations légales pour protéger votre clientèle?

En tant qu organisme œuvrant auprès d athlètes mineurs, quelles sont vos responsabilités et obligations légales pour protéger votre clientèle? En tant qu organisme œuvrant auprès d athlètes mineurs, quelles sont vos responsabilités et obligations légales pour protéger votre clientèle? Avant l embauche Déterminer le profil de l emploi Niveau d

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

P R E A V I S N 2 5 / 2 0 0 8. Règlement communal d utilisation de caméras de vidéosurveillance

P R E A V I S N 2 5 / 2 0 0 8. Règlement communal d utilisation de caméras de vidéosurveillance P R E A V I S N 2 5 / 2 0 0 8 Règlement communal d utilisation de caméras de vidéosurveillance Au Conseil communal de et à Chavannes-près-Renens Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs, L utilisation

Plus en détail

Politique d Utilisation Acceptable

Politique d Utilisation Acceptable Politique d Utilisation Acceptable (Mise à jour : 4 Mars 2014) INTRODUCTION L objet de ce document Politique d Utilisation Acceptable (PUA) est d encadrer l utilisation des services et de tout équipement

Plus en détail

Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir

Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir decembre 2010 Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir Les employeurs font face à des défis lorsqu un employé souffre d une maladie ou d une

Plus en détail

Protection des données personnelles de candidat Alstom

Protection des données personnelles de candidat Alstom Protection des données personnelles de candidat Alstom Contents Section 1 L engagement d Alstom envers la protection des données personnelles... 1 Section 2 Definitions:... 1 Section 3 Données personnelles...

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

CHARTE WIFI ET INTERNET

CHARTE WIFI ET INTERNET PAVILLON BLANC MÈDIATHÉQUE CENTRE D ART DE COLOMIERS CHARTE WIFI ET INTERNET MISSION : Le Pavillon Blanc Médiathèque Centre d Art de Colomiers a pour mission de permettre à tous ses visiteurs d accéder

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: 03-0303 Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique

Plus en détail

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES 16.1) DÉFINITIONS Les définitions suivantes s appliquent aux lignes directrices : «Compagnie» Désigne la Compagnie SouthEastern Mutual Insurance.

Plus en détail

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Selon l article L 1321-1 du code du travail : «dans le règlement intérieur, l employeur fixe

Plus en détail

Table des matières...2 Introduction...4 Terminologie...4

Table des matières...2 Introduction...4 Terminologie...4 Table des matières Table des matières...2 Introduction...4 Terminologie...4 Programme EasyTour...5 Premiers pas...5 Installation...6 Installation du logiciel EasyTour...6 Branchement du téléchargeur...6

Plus en détail

Lien «conditions générales» Conditions générales relatives à l utilisation de ce site web

Lien «conditions générales» Conditions générales relatives à l utilisation de ce site web Lien «conditions générales» Conditions générales relatives à l utilisation de ce site web En visitant ou en utilisant ce site web, vous acceptez d être lié par les conditions générales ci-dessous. DNCM

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc.

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. Politique en matière de protection des renseignements personnels et de respect de la vie privée. Novembre 2006 LA GESTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

Les médias sociaux en milieu de travail

Les médias sociaux en milieu de travail Les médias sociaux en milieu de travail M e Mélanie Morin, associée M e Josée Gervais, avocate Médias sociaux 2 Médias sociaux Travail Perte de temps Diffamation Vie privée Mesures displinaires Droits

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (S.A.A.Q.) DÉCISION

LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (S.A.A.Q.) DÉCISION Y.D. c. Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) Commission d accès à l information du Québec Dossier : 09 03 82 Date : Le 20 octobre 2009 Commissaire : M e Jean Chartier 2009 QCCAI 226 Y D Demandeur

Plus en détail

Ce site appartient à la société PLEXO Inc., (ci-après le «propriétaire du site»).

Ce site appartient à la société PLEXO Inc., (ci-après le «propriétaire du site»). Modalités d utilisation Modalités d utilisation du site web https://sante.plexo.ca IMPORTANT! VOTRE ACCÈS À CE SITE WEB DE PLEXO INC. EST ASSUJETTI À DES CONDITIONS QUI VOUS LIENT JURIDIQUEMENT. VEUILLEZ

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

Charte du Bon usage de l'informatique et des réseaux informatiques au Lycée St Jacques de Compostelle

Charte du Bon usage de l'informatique et des réseaux informatiques au Lycée St Jacques de Compostelle Charte du Bon usage de l'informatique et des réseaux informatiques au Lycée St Jacques de Compostelle I - But de la charte Le but de la présente charte est de définir les règles de bonne utilisation des

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 03 03 29 Date : 20040429 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. CANADA-VIE, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN

Plus en détail

Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS.

Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS. MENTIONS LEGALES Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS. HALLOWEEN SAS, («La Société»), au capital de 95.000,

Plus en détail

Gestion des demandes. 1.0 Environnement (deux possibilités)

Gestion des demandes. 1.0 Environnement (deux possibilités) Page 1 de 22 Gestion des demandes 1.0 Environnement (deux possibilités) Gestion des demandes est une «application mono usager»*, c'est-à-dire conçue pour une utilisation un usager à la fois qui a été développée

Plus en détail

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES 1. J ai été engagé par une compagnie d assurance pour la représenter dans un recours par subrogation.

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel [TRADUCTION] Citation : E. K. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 360 N o d appel : AD-13-1061 ENTRE : E. K. Appelante et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

Le 2 juin 2008, la Commission transmettait une copie de votre plainte à l entreprise pour obtenir sa version des faits. La Commission a pris

Le 2 juin 2008, la Commission transmettait une copie de votre plainte à l entreprise pour obtenir sa version des faits. La Commission a pris Montréal, le 7 février 2012 Objet : Plainte de concernant le D r N/Réf. : 08 08 57 Monsieur, La Commission d accès à l information (la Commission) a pris connaissance des faits en lien avec la plainte

Plus en détail

Infolettre #13 : Microsoft SharedView

Infolettre #13 : Microsoft SharedView Infolettre #13 : Microsoft SharedView Table des matières Introduction: le travail collaboratif en temps réel et Microsoft SharedView... 1 Partager l'écran avec un autre usager... 1 Installer Microsoft

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/205 DÉLIBÉRATION N 12/057 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU SERVICE

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité Canada Appeals Office on Occupational Health and Safety Bureau d appel canadien en santé et sécurité au travail CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY Name 974644 Ontario Ltd. demandeur

Plus en détail

Politique sur la protection des renseignements personnels

Politique sur la protection des renseignements personnels Politique sur la protection des renseignements personnels TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION... 3 2 CHAMP D APPLICATION... 3 3 POLITIQUE... 4 3.1 Obligation en matière de responsabilité... 4 3.2 Obligation

Plus en détail

PASSEPORT DE CONSEILS AUX VOYAGEURS. Partir à l étranger avec son téléphone, sa tablette ou son ordinateur portable

PASSEPORT DE CONSEILS AUX VOYAGEURS. Partir à l étranger avec son téléphone, sa tablette ou son ordinateur portable PASSEPORT DE CONSEILS AUX VOYAGEURS Partir à l étranger avec son téléphone, sa tablette ou son ordinateur portable Ce passeport de conseils aux voyageurs a été initialement réalisé par l Agence nationale

Plus en détail