Édition Spéciale WORLD ENERGY INVESTMENT OUTLOOK RÉSUMÉ. French translation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Édition Spéciale WORLD ENERGY INVESTMENT OUTLOOK RÉSUMÉ. French translation"

Transcription

1 Édition Spéciale WORLD ENERGY INVESTMENT OUTLOOK RÉSUMÉ French translation

2 AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE L Agence internationale de l énergie (AIE) est un organe autonome institué en novembre Sa double mission est, depuis l origine, d une part de promouvoir auprès de ses pays membres une politique de sécurisation des approvisionnements pétroliers reposant sur une réponse collective aux perturbations et d autre part, de produire des études et des analyses faisant autorité sur les solutions permettant à ses vingt-huit États membres, et au-delà, de disposer d une énergie fiable, abordable et propre. L AIE met en oeuvre un programme très complet de coopération énergétique entre ses pays membres, chacun d eux étant dans l obligation de détenir des réserves de pétrole équivalant à 90 jours de ses importations nettes. L Agence vise notamment les objectifs suivants : garantir aux pays membres des approvisionnements sûrs et suffisants en énergie, notamment en assurant des capacités de réponse urgente face aux perturbations des approvisionnements pétroliers ; promouvoir des politiques énergétiques durables qui soutiennent la croissance économique et la protection de l environnement au niveau mondial, entre autres en termes de réduction des émissions de gaz à effets de serre ; améliorer la transparence des marchés internationaux en collectant et en analysant les données énergétiques ; faciliter la collaboration internationale dans le domaine de la technologie énergétique en vue d assurer les approvisionnements futurs en énergie tout en minimisant leur impact sur l environnement, grâce par exemple à une meilleure efficacité énergétique et au développement et à la mise en œuvre des technologies sobres en carbone ; OCDE/AIE, 2014 Agence Internationale de l Énergie (AIE) 9 rue de la Fédération Paris Cedex 15, France apporter des solutions aux défis énergétiques mondiaux grâce à l engagement et au dialogue avec les pays non membres, l industrie, les organisations internationales et Pays membres de l AIE : les autres parties prenantes. Allemagne Australie Autriche Belgique Canada Danemark Espagne Estonie États-Unis Finlande France Veuillez noter que cette publication est soumise à des restrictions particulières d usage et de diffusion. Les modalités correspondantes peuvent être consultées en ligne à l adresse Grèce Hongrie Irlande Italie Japon Luxembourg Norvège Nouvelle-Zélande Pays-Bas Pologne Portugal République de Corée République slovaque République tchèque Royaume-Uni Suède Suisse Turquie La Commission européenne participe également aux travaux de l AIE. Secure Sustainable Together

3 Résumé En 2013, plus de milliards de dollars ont été investis dans l'approvisionnement en énergie aux quatre coins du globe, ce qui représente une hausse de 50 % en valeur réelle depuis En outre, 130 milliards de dollars ont été investis pour améliorer l'efficacité énergétique. Pour la première fois, cette édition spéciale donne une vue détaillée des tendances internationales en matière d'investissements dans le secteur énergétique. Ainsi, il souligne le rôle de plus en plus important des sources d'énergies renouvelables. En effet, les investissements annuels dans ce domaine sont passés de 60 milliards de dollars en 2000 à quasiment 300 milliards de dollars en 2011, avant de retomber à 250 milliards de dollars depuis. La plus grande part des investissements actuels, soit plus de milliards de dollars par an, est consacrée à l'extraction et au transport des combustibles fossiles, au raffinage du pétrole et à la construction de centrales à combustibles fossiles. Les investissements annuels requis pour satisfaire aux besoins énergétiques de la population mondiale augmentent de manière constante jusqu'en 2035, atteignant alors milliards de dollars, tandis que les dépenses liées à l'efficacité énergétique augmentent jusqu à 550 milliards de dollars par an durant la même période. Par conséquent, les investissements internationaux cumulés sur cette période dépassent les 48 billions 1 de dollars, dont près de 40 billions de dollars sont consacrés à l'approvisionnement en énergie et le reste réservé à l'efficacité énergétique. Les investissements consacrés à l'approvisionnement en énergie sont répartis comme suit : 23 billions de dollars sont investis dans l'extraction et le transport de combustibles fossiles et dans le raffinage du pétrole ; près de 10 billions de dollars sont dédiés à la production d'électricité, dont les trois quarts pour des technologies sobres en carbone, comme les énergies renouvelables (6 billions de dollars) et le nucléaire (1 billion de dollars) 2, et 7 billions de dollars financent la transmission et la distribution d électricité. Près de deux tiers de ces investissements sont réalisés dans les économies émergentes. La Chine est bientôt relayée par d'autres pays asiatiques, par l Afrique et par l'amérique latine. Toutefois, d'importants besoins ont aussi été identifiés dans les pays de l'ocde en raison du remplacement de leurs infrastructures vieillissantes et des politiques climatiques. Moins de la moitié des 40 billions de dollars d investissements dans l'approvisionnement en énergie est utilisée pour satisfaire la croissance de la demande. La plus grande partie est en effet nécessaire pour compenser le déclin de la production pétrolière et gazière actuelle et pour remplacer les centrales et autres infrastructures qui arrivent en fin de vie. Plus de 80 % des investissements de l industrie pétrolière et gazière servent à compenser le déclin de la production. Par ailleurs, le remplacement des centrales électriques vieillissantes requiert près de 60 % des investissements consacrés à la production électrique au sein des pays de l'ocde ; cette part est bien plus petite dans les 1 Un billion équivaut à milliards 2 L'énergie nucléaire sera abordée en détail dans l'édition du World Energy Outlook qui sera publiée en novembre Résumé 1

4 économies émergentes. Ce déclin et ces remplacements posent un important défi en matière de réinvestissement pour les décideurs et l'industrie. Toutefois, ils représentent également une véritable opportunité pour modifier la nature du système énergétique en privilégiant d'autres combustibles ou en mettant en place des technologies plus efficaces. Dans la lignée des politiques énergétiques et des gains encore possibles, 90 % des 8 billions de dollars investis dans l'efficacité énergétique jusqu'en 2035 sont consacrés aux secteurs des transports et du bâtiment. L Union européenne, l'amérique du Nord et la Chine comptent pour deux tiers du total, ce qui reflète la taille de leurs marchés automobiles et les normes mises en place ou prévues en matière d'efficacité énergétique des véhicules, les efforts de l'union européenne et de l'amérique du Nord pour optimiser l efficacité énergétique des appareils électriques et des bâtiments, et la priorité que la Chine place sur la mise à niveau de son industrie en matière d'efficacité énergétique. Au sein des autres économies émergentes, l'absence de politiques ciblées et de financements mais aussi le maintien, dans certains pays, des subventions liées aux combustibles fossiles, constituent d'importants obstacles aux investissements dans l'efficacité énergétique. Les décisions d'investissement dans le secteur de l'énergie se fondent de plus en plus sur les incitations et les mesures des gouvernements au lieu des signaux émis par les marchés compétitifs. Dans nombre de pays, le gouvernement a une influence directe sur les investissements dans le secteur de l'énergie, notamment en restant propriétaire de plus de 70 % des réserves de pétrole et de gaz dans le monde ou en contrôlant près de la moitié de la capacité internationale de production électrique via des entreprises publiques. Certains gouvernements avaient relâché cette emprise, notamment au sein de l'ocde, en ouvrant les marchés de l'énergie à la concurrence. Toutefois, nombre de ces pays ont fait marche arrière afin de promouvoir le déploiement de sources d'électricité sobres en carbone. Dû à la stabilisation de la production de l'amérique du Nord puis à sa décroissance prévue à partir de 2025, le secteur pétrolier devrait se reposer davantage sur les pays ayant des conditions d'accès à leurs ressources plus restrictives. Dans le domaine de l'électricité, les investissements sont principalement motivés par les signaux administratifs ou par les taux de rendement régulés. Il y a dix ans, les investissements dans les segments compétitifs des marchés de l'électricité représentaient un tiers du total dans le monde. Aujourd'hui, ils représentent à peine 10 % de ces sommes. Sans changement dans la structure des marchés, les investissements dans les segments compétitifs des marchés de l'électricité représenteraient moins de 1 billion de dollars sur les 16 billions de dollars requis pour ce secteur d'ici La participation du secteur privé est essentielle pour satisfaire pleinement aux besoins relatifs aux investissements dans l'énergie. Mais un effort concerté, en vue de diminuer les incertitudes réglementaires et politiques, est requis pour mobiliser les capitaux et les investisseurs privés. Même lorsque les États et les entreprises publiques se chargent directement des investissements dans l'énergie, les pressions exercées sur les fonds publics et les besoins en nouvelles technologies et en compétences laissent une place croissante aux acteurs privés. Toutefois, les conditions ne sont pas souvent favorables. Les besoins en investissements dans l approvisionnement en énergie croissent plus rapidement dans les pays autres que la Chine et les membres de l'ocde, parfois dans des nations à l'instabilité 2 World Energy Investment Outlook Édition spéciale

5 politique plus fréquente, aux institutions plus faibles et aux cadres juridiques moins solides. Même si les décideurs du monde entier sont susceptibles de reconnaître la nécessité de mettre en place des politiques cohérentes sur le long terme pour les investisseurs, ils peuvent être soumis à des pressions variées et parfois contradictoires. Par exemple, les demandes de mesures plus fortes pour lutter contre le changement climatique se heurtent au coût des subventions aux énergies renouvelables. Ou bien, la réduction demandée des prix de l'énergie fait face à l'opposition publique, plus ou moins appuyée, à de nombreux projets conçus pour trouver de nouveaux approvisionnements en énergie. Dans ce contexte, les décideurs peuvent être incapables de communiquer aux investisseurs des signaux clairs et cohérents, ce qui peut notamment avoir un impact sur les technologies sobres en carbone dépendant, à l'heure actuelle, du soutien politique. De nouveaux types d'investisseurs émergent au sein du secteur de l'énergie, mais la disponibilité de financements sur le long terme à des conditions acceptables n est pas assurée. Le dynamisme des marchés de l'énergie est principalement alimenté par des acteurs modestes ou nouveaux entrants. Par exemple, de nombreux petits entrepreneurs ont favorisé l'expansion de la production du pétrole et du gaz de schiste en Amérique du Nord. De nouvelles entreprises tant privées que publiques prennent une part de plus en plus importante des investissements dans nombre de pays non-ocde. Enfin, grâce au développement des énergies renouvelables décentralisées et des initiatives relatives à l'efficacité énergétique, davantage de petites entreprises et de foyers deviennent investisseurs dans le secteur de l'énergie. Tous ces acteurs tendent à se reposer sur des sources externes de financement. Même pour les projets liés à l'efficacité énergétique, dont 60 % sont actuellement autofinancés selon nos estimations, l'intensification requise des efforts est susceptible de dépendre d'un recours accru aux emprunts ou aux marchés de capitaux. À l'exception de l'amérique du Nord (où les financements extérieurs sont plus facilement disponibles), il est nécessaire de débloquer de nouvelles sources d'investissement, en développant les marchés d'actions, de titres et d'obligations mais aussi, éventuellement, en exploitant les importants fonds des investisseurs institutionnels, comme les assureurs et les fonds de pension. Ainsi, les investissements auraient moins besoin de se reposer sur les prêts à maturité relativement courte proposés par les banques, qui sont susceptibles d'être restreints par de nouvelles exigences de fonds propres, mises en place dans le sillage de la crise financière. Les investissements dans l'approvisionnement en gaz naturel augmentent partout dans le monde. Mais la satisfaction de la croissance sur le long terme des besoins en pétrole devient de plus en plus dépendante des investissements au Moyen Orient. D'ici 2035, les investissements annuels pétroliers et gaziers en amont augmentent d'un quart jusqu'à s'élever à plus de 850 milliards de dollars. Le gaz représente l essentiel de cette hausse. L'Amérique du Nord s'est retrouvée au centre de l'envolée des investissements internationaux ces dernières années et restera la région affichant les plus gros investissements en gaz et en pétrole d'ici Toutefois, l augmentation graduelle de la demande en pétrole nécessite de se tourner petit à petit vers les principaux détenteurs de ressources conventionnelles au Moyen-Orient, étant donné que l augmentation de la production dans les pays n'appartenant pas à l'opep devrait s'essouffler dans les années Résumé 3

6 2020. Les perspectives d'une augmentation opportune des investissements pétroliers au Moyen-Orient sont incertaines. Les gouvernements ont d'autres priorités en matière de dépenses et des obstacles logistiques, sécuritaires et politiques sont susceptibles d'entraver la production. En l'absence d'une reprise adéquate des investissements (un scénario envisagé dans ce rapport), les carences de l'approvisionnement générées en conséquence rendraient les marchés pétroliers plus tendus et instables, avec une hausse moyenne des prix de 15 dollars par baril en Les importateurs de combustibles fossiles comptent sur la pertinence des investissements dans les pays riches en ressources afin d'assurer l'approvisionnement en énergie: des investissements de plus de 2 billions de dollars sont requis pour approvisionner l'inde et la Chine en gaz et en pétrole importés jusqu'en Ce niveau explique en partie les efforts de leurs entreprises pétrolières nationales pour tirer parti des opportunités d'investissements à l'étranger. Les investissements dans les infrastructures de gaz naturel liquéfié (GNL) tissent de nouveaux liens entre les marchés régionaux et renforcent la sécurité de l'approvisionnement en gaz. Mais les coûts élevés du transport du gaz risquent de refroidir les espoirs des acheteurs de GNL en Europe et en Asie d obtenir des approvisionnements en gaz bien meilleur marché. Les investissements de plus de 700 milliards de dollars dans le GNL jusqu'en 2035 accélèrent l'intégration des marchés régionaux du gaz. Les exportations en provenance des États-Unis jouent un rôle essentiel en stimulant davantage de convergence entre les prix du gaz, qui varient énormément aujourd'hui. Mais l idée que l'émergence de nouveaux approvisionnements en GNL transformera totalement les marchés du gaz doit être tempérée par la reconnaissance des coûts d'investissement élevés des infrastructures de GNL. En règle générale, plus de la moitié des coûts du gaz exporté sur de longues distances est consacrée au transport. Si l'europe souhaite augmenter ses achats de GNL à très court terme, cet objectif est susceptible d'être entravé par le besoin de surenchérir sur les consommateurs asiatiques pour le gaz disponible. Avec la structure actuelle des marchés en électricité, les investissements requis pour assurer la fiabilité des systèmes électriques européens sont peu susceptibles de se concrétiser. L'Europe a besoin d'investir plus de 2 billions de dollars dans le secteur de l'électricité d'ici Et, en parallèle de la poursuite d une vigoureuse expansion de la production sobre en carbone, une nouvelle capacité thermique de 100 GW environ est requise avant Malgré les inquiétudes politiques et publiques liées aux prix élevés subis par les consommateurs, les prix de gros de l'électricité sont actuellement trop faibles, de plus de 20 %, pour réaliser les investissements requis dans de nouvelles centrales thermiques. Si cette situation persiste, la fiabilité de l'approvisionnement électrique de l'europe est menacée. La solution implique notamment d'accroître les revenus des générateurs thermiques, ce qui pourrait engendrer une hausse des prix à la consommation. Cette situation met donc en lumière les défis que les responsables politiques européens doivent relever afin de réaliser des progrès simultanés pour garantir la sécurité énergétique, le développement durable et la compétitivité économique. Néanmoins, des politiques combinant la poursuite de l engagement pour la décarbonisation avec des 4 World Energy Investment Outlook Édition spéciale

7 factures d importation plus faibles, tout en maitrisant l'impact sur les prix à la consommation, restent possibles. Pour nombre d'économies émergentes, la satisfaction d une demande en électricité en croissance explosive requiert un énorme effort d investissement. Les tendances actuelles des financements envoient des signaux d alerte quant à l adéquation de l approvisionnement en électricité. L'accent est mis sur l'inde, où la production d'électricité actuelle ne permet pas de satisfaire à la demande, même si les capacités de production ont doublé depuis L'incitation à investir en vue d'éliminer ces disparités est éclipsée par les pertes importantes observées au niveau de la transmission et de la distribution et par les tarifs à la consommation trop faibles. Par conséquent, les entreprises de distribution d'électricité ne peuvent pas recouvrer leurs coûts. Si les pertes de réseau passaient des 27 % actuels à 15 %, une hausse de seulement 5 % des tarifs à la consommation moyens garantirait le recouvrement intégral des coûts. Un investissement de plus de 1,5 billion de dollars doit être réalisé dans le secteur de l'électricité d'ici De nouvelles centrales à charbon devraient dominer les futurs investissements dans les capacités de production en Inde et dans bien d'autres pays asiatiques. Il s'agit là du principal moteur de l investissement de 1 billion de dollars dans l'approvisionnement en charbon dans le monde d'ici Les prévisions d'investissement décrites dans ce rapport ne permettent malheureusement pas d'atteindre les objectifs définis en matière de stabilisation du climat. En effet, les signaux des marchés et les politiques actuelles ne sont pas suffisamment forts pour assurer la transition des investissements vers les sources sobres en carbone et l'efficacité énergétique, à la vitesse et à l échelle requises. Il est essentiel de réaliser une percée lors de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui aura lieu à Paris en 2015 afin d'ouvrir une nouvelle voie en matière d'investissement. D'après nos estimations, un investissement cumulé de 53 billions de dollars dans l'approvisionnement en énergie et l'efficacité énergétique doit être réalisé d'ici 2035 pour mettre le monde sur la voie de niveaux d émissions permettant de limiter le réchauffement climatique à 2 C. Grâce à un investissement de 14 billions de dollars dans l'efficacité énergétique, la consommation peut diminuer de près de 15 % d'ici 2035, par rapport à notre scénario principal. Toutefois, l'investissement de 39,4 billions de dollars dans l'approvisionnement en énergie reste à un niveau comparable à celui défini dans notre scénario principal. Les coûts d'investissement unitaires sont supérieurs en raison de l'accent mis sur le secteur de l'électricité plutôt que sur les combustibles fossiles (un domaine enregistrant une baisse des investissements de près de 20 % en moyenne et où le charbon connaît la réduction la plus drastique). Suite à l'adoption de politiques climatiques plus strictes, environ 300 milliards de dollars d investissements dans les combustibles fossiles se retrouveraient inutilisés. Ce risque pourrait même être plus élevé en cas de manque de clarté des politiques climatiques, même si la capture et le stockage du carbone permettent de mieux protéger les ressources en combustibles fossiles contre une éventuelle sous-utilisation ou un arrêt d exploitation précoce. Des politiques cohérentes et crédibles associées à des mécanismes de financement innovants peuvent garantir la transition vers un système énergétique sobre en carbone. Résumé 5

8 En 2035, les investissements dans l'approvisionnement en énergie sobre en carbone s'élèveront à près de 900 milliards de dollars et les dépenses liées à l'efficacité énergétique dépassent la somme de 1 billion de dollars, soit le double des montants respectifs indiqués dans notre scénario principal pour la même période. Il est essentiel de bénéficier de signaux politiques fiables afin que ces investissements offrent un rendement suffisamment attractif par rapport aux risques encourus. Des prix adéquats doivent être obtenus en éliminant progressivement les distorsions dues aux subventions aux combustibles fossiles et en donnant un prix au carbone. En matière de financement, des mesures doivent être prises pour ajuster les instruments disponibles aux spécificités des projets énergétiques sobres en carbone, plus particulièrement à leur nature dispersée, diversifiée et à petite échelle. L'exploitation des compétences du monde financier en vue d'atteindre les objectifs définis en matière de changement climatique nécessitera du temps, de la détermination et une bonne dose de réalisme. 6 World Energy Investment Outlook Édition spéciale

9 Le présent document a d abord été publié en anglais. Bien que l AIE ait fait de son mieux pour que cette traduction en français soit conforme au texte original anglais, il se peut qu elle présente quelques légères différences. This publication reflects the views of the IEA Secretariat but does not necessarily reflect those of individual IEA member countries. The IEA makes no representation or warranty, express or implied, in respect of the publication s contents (including its completeness or accuracy) and shall not be responsible for any use of, or reliance on, the publication. IEA PUBLICATIONS, 9 rue de la Fédération, Paris Cedex 15 Printed in France by IEA, June 2014 Cover design: IEA, photo credits: BrandX

10 Édition Spéciale WORLD ENERGY INVESTMENT OUTLOOK Les questions relatives à la fiabilité, à la rentabilité et à la durabilité de notre avenir énergétique se résument souvent aux interrogations sur les niveaux d investissements. Mais, dans un monde de l énergie qui évolue rapidement, les investisseurs sont-ils prêts à engager leur capital? Cette édition spéciale de la série World Energy Outlook (Perspectives énergétiques mondiales) étudie cette question en profondeur et donne une vue détaillée des investissements requis en matière d énergie jusqu en Il s agit de la première mise à jour exhaustive depuis l édition de World Energy Investment Outlook en Ce rapport se fonde sur des données de référence relatives aux tendances historiques d investissement et sur des projections mises à jour à l échelle régionale et internationale afin de fournir des informations dans les domaines suivants : la structure de propriété et les modèles de financement des investissements dans différents segments du secteur de l énergie ; l importance durable des investissements pétroliers au Moyen-Orient en vue de satisfaire la demande et les conséquences de tout retard dans ces investissements ; la dynamique et les coûts des investissements dans le gaz naturel liquéfié (GNL) et leurs conséquences sur l avenir de l approvisionnement international en gaz ; les insuffisances possibles des investissements dans le secteur électrique et des résultats importants concernant la fiabilité de l approvisionnement en électricité en Europe et en Inde ; les projections concernant les investissements dans les technologies sobres en carbone, notamment les énergies renouvelables, et dans l efficacité énergétique ainsi que les obstacles pouvant empêcher la réalisation de tels objectifs ; l évolution des besoins de financement et d investissement si les gouvernements prennent des mesures plus fortes pour lutter contre le changement climatique. Pour toute information supplémentaire et télécharger gratuitement le rapport, consultez le site Web :

Energy Climate and Change

Energy Climate and Change Energy Climate and Change World Energy Outlook Special Report RÉSUMÉ French translation AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE L Agence internationale de l énergie (AIE) est un organe autonome institué en

Plus en détail

REDRAWING MAP. World Energy Outlook Special Report RÉSUMÉ REDÉFINIR LES CONTOURS DU DÉBAT ENERGIE-CLIMAT. French translation

REDRAWING MAP. World Energy Outlook Special Report RÉSUMÉ REDÉFINIR LES CONTOURS DU DÉBAT ENERGIE-CLIMAT. French translation REDRAWING THE ENERGY-CLIMATE MAP World Energy Outlook Special Report French translation RÉSUMÉ REDÉFINIR LES CONTOURS DU DÉBAT ENERGIE-CLIMAT Édition spéciale du World Energy Outlook AGENCE INTERNATIONALE

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

World Energy Outlook. RÉSUMÉ French translation

World Energy Outlook. RÉSUMÉ French translation World Energy Outlook RÉSUMÉ French translation 2014 AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE L Agence internationale de l énergie (AIE) est un organe autonome institué en novembre 1974. Sa double mission est,

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Efficience énergétique et électricité solaire

Efficience énergétique et électricité solaire Efficience énergétique et électricité solaire Pictet-Clean Energy investit dans des entreprises innovantes Juin 2015 Désormais compétitive, la production d énergie solaire croît fortement. Face au réchauffement

Plus en détail

WORLD ENERGY OUTLOOK RÉSUMÉ

WORLD ENERGY OUTLOOK RÉSUMÉ WORLD ENERGY 2 0 11 OUTLOOK RÉSUMÉ WORLD ENERGY 2 0 11 OUTLOOK RÉSUMÉ French translation AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE L Agence internationale de l énergie (AIE) est un organe autonome institué en

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Politiques énergétiques des états membres de l AIE. Luxembourg. Rapport. Résumé

Politiques énergétiques des états membres de l AIE. Luxembourg. Rapport. Résumé Politiques énergétiques des états membres de l AIE Luxembourg Rapport Résumé 2014 Politiques énergétiques des états membres de l AIE Luxembourg Rapport 2014 Résumé 1. Résumé et recommandations clés RÉSUMÉ

Plus en détail

Les enjeux de l'énergie Place du nucléaire. Olivier Appert, Président d'ifp Energies nouvelles Président du Conseil Français de l'energie

Les enjeux de l'énergie Place du nucléaire. Olivier Appert, Président d'ifp Energies nouvelles Président du Conseil Français de l'energie Les enjeux de l'énergie Place du nucléaire Olivier Appert, Président d'ifp Energies nouvelles Président du Conseil Français de l'energie L'énergie est revenue ces dernières années au premier plan des préoccupations

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Efficacité énergétique. Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011

Efficacité énergétique. Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011 Efficacité énergétique Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011 Plan Une vision globale de la consommation d'énergie des entreprises Les pays leaders et les grandes décisions en faveur des entreprises

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

Coûts prévisionnels de production de l électricité

Coûts prévisionnels de production de l électricité Coûts prévisionnels de production de l électricité Mise à jour 2005 AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES ORGANISATION

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives 5 2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives La demande d énergie devrait s accroître considérablement dans les années à venir à cause de l augmentation de la population et du développement

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

Brevets et énergies propres : combler l écart entre données et politiques Résumé du rapport ICTSD. United Nations Environment Programme

Brevets et énergies propres : combler l écart entre données et politiques Résumé du rapport ICTSD. United Nations Environment Programme Brevets et énergies propres : combler l écart entre données et politiques Résumé du rapport ICTSD United Nations Environment Programme 1 Des copies, en anglais, du rapport intégral peuvent être obtenues

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape NOTE DE SYNTHESE (FR) A study prepared for the European Commission DG Communications Networks, Content & Technology

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/7162/Add.l8 6 mai 1994 Distribution limitée (94-0829) Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE 2010, Améliorer le rapport coût-efficacité des systèmes de santé, OCDE Département des Affaires Économiques, Note de politique économique,

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

Le nucléaire, un allié pour le climat

Le nucléaire, un allié pour le climat 1 Claude Fischer - mars 2015 1 er Directrice d ASCPE Les Entretiens Européens Le nucléaire, un allié pour le climat La limitation du réchauffement climatique ne pourra pas être obtenue sans le nucléaire

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Avec plus de 50 ans d expérience dans le secteur gazier, eni est l un des premiers opérateurs de gaz naturel en Europe, où elle

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Chypre Géographie Situation générale Chypre est appelée officiellement la République de Chypre et est un pays insulaire eurasien situé au milieu de la mer Méditerranée orientale. Chypre se trouve au sud

Plus en détail

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Pierre-Marie ABADIE Directeur de l énergie CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Paris, 13 janvier 2009 Pierre-Marie ABADIE MEEDDAT/DGEC/Direction de l énergie Introduction En régime de monopole

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin L OIV: Etats membres 45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin MEMBRES: Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, ARY Macédoine, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-et-Herzégovine,

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

«La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie

«La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie «La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie Kurt Rohrbach, Président de l Association des entreprises électriques

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 OBJECTIFS - Soutenir la mobilité internationale des étudiants lorrains au sein des cursus universitaires

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail