Appel à candidatures Projets de thèses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Appel à candidatures Projets de thèses"

Transcription

1 Appel à candidatures Projets de thèses L association 2 Investing Initiative lance un programme de recherche sur l évaluation du financement de la transition. Ce programme est composé de 5 sujets de thèse. Les 5 sujets de thèse ainsi que les modalités associées à la réalisation de ces projets sont présentés dans le présent document. A. Présentation de l initiative B. Objectifs de recherche C. Périmètre et gouvernance D. Sujets de thèse E. Candidature A. PRÉSENTATION DE L INITIATIVE Le think-tank 2 Investing Initiative [extrait des statuts] L'Association 2 Investing Initiative (2 ii), régie par la loi du 1er juillet 1901 a été fondée à Paris le 25 octobre Elle a pour objet de promouvoir la prise en compte des contraintes climatiques et écologiques, et plus largement des besoins de financement à long terme de l économie, par le secteur financier et le cadre réglementaire associé. L'Association constitue pour les acteurs du secteur financier, les pouvoirs publics et les parties intéressées une structure de réflexion et d'action pour cette promotion, au niveau français, européen ou international. Elle travaillera en particulier à lier les approches d'évaluation de portefeuille, les stratégies d'allocation d'actifs, et les mécanismes incitatifs, qu'ils soient internes aux institutions financières ou réglementaires. L association 2 Investing Initiative repose sur le travail d une équipe de 10 personnes, salariés et bénévoles, structurée autour de deux axes : R&D (mesure de la contribution au financement de la transition énergétique) et politiques publiques (outils et pratiques permettant d orienter les capitaux vers le financement de la transition écologique). En 2013, 2 ii a publié deux rapports, a organisé trois conférences à Paris (à la Caisse des Dépôts, à l Assemblée Nationale et chez Oddo&Cie), et a également été invitée à intervenir à différentes conférences et groupes de travail français et internationaux. L association a été consultée par plusieurs instances en France et en Europe, notamment dans le cadre du débat national sur la transition énergétique. En 2014, l initiative prévoit de se développer à l international (en particulier USA et Chine, et extension de son rayonnement européen). L'association compte aujourd hui 80 membres : 2/3 de personnes physiques et 1/3 de personnes morales. Elle est dirigée par un conseil d administration composé de 6 1

2 administrateurs élus pour 3 ans au sein des différents collèges (Caisse des Dépôts, CIRED, BankTrack, Corinne Lepage, Hervé Guez [Trésorier], Jean-Pierre Sicard [Président]). Les travaux de 2 ii sont soutenus par différents partenaires techniques et financiers, dont CGDD/MEDDE, CDC, ADEME, AFD, HSBC (Royaume-Uni + France), Allianz (Allemagne), CDC Climat, Kepler-Cheuvreux, Oddo&Cie, UNEP-Finance Initiative (Suisse / international), Association Bilan Carbone. Stanislas Dupré et Hugues Chenet, initiateurs de 2 Investing, sont respectivement Directeur et Directeur Scientifique de l association. Partenaires académiques Audencia, CIRED, Ecole Centrale Paris, Oxford Smith School of Enterprise and the Environment, Toulouse School of Economics. B. OBJECTIFS DE RECHERCHE Évaluer le financement de la transition Comme exposé dans la dernière publication de 2 Investing Initiative 1, l effervescence actuelle autour du développement d un (ou de plusieurs ) standard(s) de comptabilité carbone pour le secteur financier stimulera les pratiques de reporting des institutions et renforcera la capacité des fournisseurs de données à «tracer» l impact les actifs financiers dans l économie réelle. Cependant, quel que soit le degré de sophistication de ce(s) standard(s), il laissera entières certaines questions, notamment l absence d indicateurs de performance permettant de déterminer si les choix d allocation d un portefeuille ou d un bilan bancaire sont cohérents avec les besoins de financement mis en lumière par les scénarios climatiques 2 C (cf. page 40 du rapport). Le programme de recherche de l initiative 2 Investing a pour but de remédier à ces lacunes, en créant la base méthodologique permettant de définir ce que pourrait être l «investissement 2 C». Il vise en premier lieu à développer un modèle permettant d évaluer la contribution (au sens de l impact) d un portefeuille, ou d un bilan bancaire, au financement de la transition énergétique et du long terme, ainsi qu à fixer des cibles de progrès. L objectif est ainsi de s appuyer sur les scénarios climatiques existants (2 C mais pas uniquement 2 ), et les meilleures pratiques en matière de mesure des «émissions financées» pour : - Convertir les scénarios climatiques et les études économiques prospectives en «objectifs de financement» pour les investisseurs ; - Comparer l impact d un portefeuille en termes de financement de l économie et d émissions futures associées aux investissements. Un axe complémentaire aux développements méthodologiques consistera à étudier le risque financier associé aux différents risques climatiques mis en évidence dans les travaux de 2 Investing Initiative. La recherche aura pour but de déterminer quels facteurs de 1 «Des émissions financées aux indicateurs de performance climatique - État de l art de la comptabilité des émissions de gaz à effet de serre pour le secteur financier», juillet 2013 (septembre 2013 pour la version française) 2 Notamment parce que l objectif d une limitation du réchauffement global à +2 C semble devenir de plus en plus difficile à atteindre (cf. IPCC, 2013) 2

3 risque et d opportunité sont matériels pour le secteur financier, et en fonction de quels paramètres (types d actifs, horizons temporels, régulation, etc.), afin d établir la pertinence d élaborer des stratégies d investissement sur la base de ces facteurs climatiques. Le modèle d investissement 2. Le déroulement du programme de recherche est prévu sur trois ans. Le résultat final, basé sur les résultats des différentes briques constituant le projet global, sera constitué d un «modèle» pilote intégrant : 1. Une traduction des scénarios climatiques 2 en objectifs de financement par type de service économique clé (production d électricité, logements, transport, etc.) et en «budget carbone» associé ; 2. Une méthode et des données permettant d évaluer la contribution d un portefeuille multi-actifs (fonds, bilan de banque ou d assureur, etc.) au financement de l économie réelle et d y associer des émissions de GES ; 3. Un ensemble d indicateurs clés de performance permettant à un investisseur de mettre en cohérence sa stratégie d investissement avec les scénarios prospectifs (2 C, 3 C, etc.), en jouant sur tous les leviers disponibles (sélection des titres, allocation sectorielle et stratégique), tout en vérifiant l incidence sur le ratio rendement/risque et la liquidité du portefeuille. Le résultat final sera conçu comme une «interface» entre les scénarios climatiques et les outils classiques de gestion de portefeuille. Le cadre méthodologique sera disponible publiquement et libre de droits pour faciliter son appropriation par les fournisseurs de données, les utilisateurs et les pouvoirs publics. Les livrables intermédiaires seront constitués des apports méthodologiques sur les principales limites identifiées dans le rapport de juillet Le projet sera conçu comme une couche méthodologique complétant le(s) standard(s) de comptabilité carbone. C. Périmètre et gouvernance Le projet, mené et coordonné par l équipe de 2 Investing Initiative, est conduit en collaboration avec ses membres et partenaires : utilisateurs finaux (investisseurs, banques et pouvoirs publics), auteurs de scénarios climatiques et économiques, chercheurs universitaires et fournisseurs de données, ceci afin de rationnaliser les efforts de recherche sur le sujet. 3

4 Le projet a commencé en 2012 avec une étude testant la faisabilité du concept d indicateur de performance climat pour les investissements dans les secteurs de la production électrique, de l extraction et des transports 3. L état-de-l art sur les méthodologies d évaluation des émissions financées cité plus haut constitue une seconde étape. La phase suivante a débuté à l été 2013, consistant à cadrer le déroulement du programme de recherche, et de le coordonner avec les travaux de recherche et les initiatives de standardisation en cours 4. L équipe de 2 Investing a en parallèle initié plusieurs groupes de travail avec des analystes financiers, des investisseurs, des financeurs et des entreprises afin de dresser un état des lieux des besoins et enjeux méthodologiques par type d acteur, et de tester pas à pas les solutions proposées sur les points complexes dans le cadre des travaux de recherche. Les deux premiers groupes lancés en mai 2013 développeront et testeront des indicateurs avancés de performance climat pour des grandes entreprises d une part, et le financement des PME et de l innovation (capital-risque, private equity, crédit, etc.) d autre part. D autres groupes de travail sont à l étude, concernant en particulier le rôle spécifique des financements dans les infrastructures et dans l immobilier, au regard de la transition énergétique. Par ailleurs, les différents axes présentés plus haut s articulent avec d autres projets de recherche traités par 2 ii en dehors du présent programme, qui pourront donner lieu là aussi à des thèses de doctorat. Il s agit en particulier des champs de recherche concernant le fonctionnement et la régulation du système financier et les politiques publiques. Le premier axe consiste à développer un modèle de mise en transparence de la chaîne d intermédiation financière sans laquelle la mise à contribution des capitaux privés dans le financement de la transition écologique ne pourra pas être optimale. Le second axe vise à établir la pertinence des différents outils de réglementation et de politiques économiques et financières dans l objectif de développer un nouveau cadre autour de la régulation du secteur financier qui permette à ce dernier de financer l économie en cohérence avec les objectifs de long terme, enjeux climatiques compris. Le troisième axe s attache à étudier ces mêmes problématiques sous l angle des politiques publiques orientées sur la question climatique, afin en particulier de développer de nouveaux instruments et outils permettant aux pouvoirs publics d élaborer de nouveaux types d incitations directement basées sur les objectifs climatiques. D. Sujets de thèse Le programme de recherche présenté ci-dessus se découpe en différentes questions fondamentales, recoupant plusieurs champs disciplinaires. Cinq projets de recherche indépendants, mais connectés, sont clairement identifiés, et correspondent à des problématiques pouvant être traitées dans le cadre de thèses de doctorat (post-docs envisagés dans certains cas). Cinq sujets de thèse sont ainsi proposés : 1. Développement et adaptation de scénarios d'investissement 2 C pour les institutions financières 2. Mesure de la performance climatique des entreprises 3 Measuring Institutional Investor s contribution to the financing of a low carbon energy system: an exploratory analysis. C. Decouty - Imperial College (2012) 4 2 ii est représenté dans les comités d orientation des différentes initiatives en cours (GHG Protocol/UNEP-FI et ADEME/ORSE/ABC) et compte parmi ses membres une grande partie des fournisseurs de données liées aux «émissions financées». 4

5 3. Mesure de la performance climatique des institutions financières 4. Matérialité du risque climatique pour le secteur financier 5. Performance financière de «l investissement 2 C» Description des sujets Les cinq sujets présentés brièvement ici reposent sur un schéma de type «CIFRE 5», associant un doctorant, un laboratoire de recherche et une entreprise. L entreprise en question sera alors l employeur du doctorant, qui sera mis à disposition de l association 2 Investing Initiative, ou qui travaillera en étroite collaboration en quasi-temps plein avec 2 ii. L équipe de 2 Investing Initiative assurera l encadrement quotidien du doctorant sur le volet non académique : cadrage du sujet et de l approche méthodologique, soutien technique, mise en relation avec notre réseau, soutien à la valorisation des résultats au sein de l entreprise partenaire et en communication publique, coordination avec les autres doctorants dans le cadre du programme global. Ces différents sujets s articulent entre eux et composent le socle du programme de recherche de 2 ii, cependant ils ne sont à ce stade pas figés et pourront être ajustés en fonction des compétences et souhaits des candidats choisis, ainsi que des objectifs et capacités d encadrement des laboratoires d accueil envisagés et du mode de financement le plus pertinent (CIFRE, bourse doctorale ADEME, chaire de recherche, CDD post-doctorat, projet collaboratif, etc.). Les sujets sont formulés ici pour permettre d appréhender la cohérence globale du programme malgré sa transdisciplinarité. Une fois le candidat et laboratoire sélectionné, chaque sujet sera défini en tant que problématique de thèse se rattachant à une ou plusieurs disciplines, en suivant les normes académiques habituelles. 1. Comment traduire des scénarios climatiques en objectifs d investissements? Application : développement et adaptation de scénarios d'investissement 2 pour les institutions financières Il s agit ici de transcrire et compléter des scénarios climatiques (en premier lieu celui du World Energy Outlook de l'agence Internationale de l Energie (AIE) dont le format et l objectif sont assez proches de ce qui paraît nécessaire à ce stade dans le cadre du présent projet) pour déterminer des besoins d'investissement (Capex et R&D) applicables aux entreprises, aux États et aux ménages, par type de technologie énergétique et par secteur d'activité, ainsi que les budgets carbone (émissions futures) correspondants. Au-delà des scénarios climatiques évoqués précédemment, il sera nécessaire de compléter les scénarios d investissement avec des objectifs de financement hors des champs climat et énergie, afin de disposer de cibles d investissements qui regroupent les différents secteurs économiques concernant les investisseurs. Il est important de noter que le développement élaboré ici sera méthodologique et devra permettre à l issue du processus de traduire différents types de scénarios en objectifs d investissements. Le type et les paramètres de ces scénarios constituera l objet principal de recherche, et non leurs contenus, hypothèses et objectifs propres. En d autres termes, il s agira d élaborer la méthodologie pour construire le 5 CIFRE : Conventions Industrielles de Formation par la REcherche, cf. 5

6 «traducteur», et même dans un premier temps de déterminer si cette construction est théoriquement possible, et non de fabriquer le scénario 2 C unique qui serve de référence. Le travail du doctorant sera encadré par l équipe 2 ii, avec un objectif de collaboration avec différents auteurs de scénarios (WEO/IEA 6, NegaWatt, Greenpeace, etc.) et études prospectives (CGSP 7, McKinsey Global Institute, etc.) d'une part, et les pilotes des autres axes de recherche (thèses, groupes de travail, études) de 2 ii d'autre part. Le pan «appliqué» de la recherche sera constitué par l élaboration d une première feuille de route chiffrant les objectifs d'investissement par technologie et secteur pour les différents acteurs économiques (entreprises, États, ménages). Cette feuille de route pourra être déclinée par région et paramétrable pour refléter différents choix technologiques (poids du CCS, du nucléaire, taux de report modal, etc.) ou l'ambition du scénario (+2 C, +2,5, +3...). Le livrable final sera constitué par le modèle permettant de traduire scénarios climatiques en objectifs d investissements. Les résultats intermédiaires seront valorisés sous forme d études (ou de contribution à des études) estimant les investissements par secteur, pays, acteur économique, classe d actifs, etc. Ces résultats pourront être utilisés par les pouvoirs publics ou les institutions financières. 2. Comment évaluer l adéquation des stratégies et investissements des entreprises avec les objectifs climatiques? Application : évaluer la performance climatique des entreprises Ce projet de recherche consiste à déterminer une méthode permettant de mesurer la contribution, positive ou négative, à un scénario climatique (de type 2 C) d'une entité ou d'un projet susceptible de recevoir un financement. Il peut s agir d une entreprise, d un État, d un achat immobilier, de l achat d'une automobile, etc. L essentiel de l évaluation faite en ce sens à l heure actuelle se fait dans le cadre de la comptabilité carbone, attribuant des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l entreprise, ou autre type d entité, sur la base de son activité présente (ou plus précisément passée, sur une durée plus ou moins longue). La performance climatique de l entité en question étant définie comme son impact sur le changement climatique tout au long de sa durée de vie, le cadre développé ici s attachera à dépasser l approche «empreinte carbone», nécessairement passée, pour s intéresser aux émissions de GES à venir. Ainsi la question centrale est de déterminer s il est possible, et si oui comment, d évaluer la contribution en termes d émissions de GES d une entité (ou d un projet) à un scénario climatique donné, exprimé en «budget d émission de GES». Pour ce faire, il sera étudié de quelle manière il est nécessaire d aller au-delà de la donnée GES, et d avoir recours à la donnée R&D, innovation, etc. en articulation avec les travaux de recherche actuels en économie de l innovation. Une telle approche a pour objectif plus large d évaluer la manière dont une entreprise dans son ensemble, ou un portefeuille de financement qui détient ce type d actifs, s inscrit en cohérence ou non avec un scénario de transition. 6 L Agence Internationale de l Energie (équipe WEO) a donné son accord de principe en juillet 2013 pour un partenariat technique (accès aux publications, données, spécifications des modèles, etc.) 7 CGSP (Commissariat Général à la Stratégie et à la Prospective), par ailleurs partenaire dans le cadre d une étude menée par 2 ii sur l épargne et la finance de long terme. 6

7 Le doctorant travaillera en collaboration approfondie avec les groupes de travail menés par 2 ii traitant des différentes classes d'actifs (private equity, financement des PME et de l innovation, évolution du reporting climat/carbone des entreprises, immobilier et infrastructures, etc.) et les analystes financiers partenaires du projet d'autre part. Le pan «appliqué» de la recherche sera constitué d une méthode d évaluation élaborée itérativement, et testée à la fois par les entités financées (entreprises en particulier) et les analystes financiers (dans le cadre d'études dédiés - sectorielles). Une telle méthode pourra nourrir les réflexions sur l évolution des standards de «reporting carbone», dressant la base de ce que pourra être un véritable «reporting climat», utile aux entreprises dans le cadre de leurs décisions stratégiques, aux institutions financières pour guider leur décisions d investissement et de financement, et aux pouvoirs publics, dans l objectif d orienter l économie vers la cible de +2 C. Ces travaux seront conduits en lien avec les organisations développant des standards et références en matière de comptabilité carbone, telles que l ADEME, le GHG Protocol, le CDP, la Climate Bond Initiative, etc. Le livrable final sera constitué par un cadre d évaluation applicable à plusieurs secteurs clés. Les résultats intermédiaires seront valorisés sous forme d études de cas, de test-pilotes menés avec des entreprises, et de contribution à des rapports d analystes financiers. 3. Comment évaluer l adéquation des financements et investissements du secteur financier avec les objectifs climatiques? Application : évaluer la performance climatique des institutions financières L objectif de ce projet de thèse consiste à définir une méthode globale permettant de lier un actif financier aux émissions futures de GES liées à ces investissements, afin d analyser l effet de la détention de cet actif au regard d un scénario climatique. Dans un premier temps, il s agira d établir le lien entre actif financier (action d entreprise ou crédit inscrit au bilan d une institution financière) et investissements «dans l économie réelle» par la contrepartie. La seconde couche méthodologique reviendra à allouer les émissions futures de GES de ces activités financées aux détenteurs des actifs. La réflexion méthodologique portera sur deux points : - nécessité de mêler des visions stock / flux, et de traiter des temporalités différentes (horizons des investissements, durée de vie des actifs physiques) ; - le niveau insuffisant de granularité concernant les informations disponibles au niveau des contreparties, obligeant à des retraitements et des simplifications. Ce travail s appuiera en particulier sur les différentes méthodologies existantes de calcul des «émissions financées», avec un intérêt particulier porté aux émissions futures plutôt que présentes/passées, puisqu il s agit ici de mettre en regard stratégie d investissement et atteinte des objectifs climatiques de long terme. L autre pan structurant de la thèse, pouvant s appuyer là-aussi sur les méthodologies évoquées, consistera à définir des règles pour allouer aux investisseurs les impacts (en particulier carbone) de leurs investissements, en différenciant dans le bilan d un établissement financier des actifs aussi différents que des actions conservées 1 semaine, des obligations détenues 3 ans et des crédits aux ménages détenus sur 20 ans. 7

8 Le doctorant travaillera en collaboration approfondie avec les organismes développant des standards ou méthodologies de calcul d émissions financées, dont la plupart sont partenaires ou membres de 2 ii, et avec une ou plusieurs institutions financières partenaires, permettant de travailler sur la base de portefeuilles réels/réalistes. Le volet appliqué de ce travail consistera à produire une technique d évaluation utilisant d un côté des scénarios existants d investissement (local, régional, mondial) par secteur / technologie (type AIE 8 ) et de l autre des typologies simples d émissions futures par type de technologie, pour la mettre en œuvre sur la base de données macroéconomiques et de portefeuilles fictifs ou réels mises à disposition par les partenaires du projet 9. Le livrable final sera constitué par un modèle applicable à un portefeuille multi-actifs ou à minima un portefeuille d actions diversifié sectoriellement. Les livrables intermédiaires seront constitués par des tests sur des approches partielles (ex : couvrant certains secteurs uniquement) ou simplifiées (ex : reposant sur l allocation technologique des investissements sans quantifier le carbone) réalisés en partenariat avec le réseau de 2 Investing Initiative. 4. Comment évaluer la matérialité des risques liés au changement climatique pour le secteur financier? Application : évaluation de l exposition au risque climatique par stress-tests Le risque climatique, défini comme conséquence des impacts physiques du changement climatique, de régulations et politiques publiques mises en œuvre pour le contrer, ou de contentieux en lien avec les dommages causés, reste encore largement ignoré dans les pratiques des institutions financières. Pourtant, d un côté le paradigme du risque constitue la colonne vertébrale de l activité de ces dernières, et de l autre la matérialité de ce risque spécifique est avérée concernant ses impacts économiques et sociaux (et environnementaux bien entendu). Pourquoi ainsi le risque climatique n est-il pas perçu comme pertinent pour le secteur financier? Comment l intégrer dans l analyse du risque? La thèse reposera sur deux volets : - Le premier consistera à analyser les obstacles à la prise en compte des risques climatiques, endogènes au fonctionnement du secteur financier (c est à dire non liés à l absence de risque dans l économie réelle) : horizons temporels artificiellement courts, définition du risque fondé sur l historique de performance, etc. - Le second consistera à développer un cadre méthodologique (scénarios extrêmes, méthode de calcul) permettant de réaliser des stress-tests sur des actifs financiers. Le premier volet approfondira les différents travaux portant sur le «court-termisme» des processus d investissement 10 et du cadre réglementaire 11 sur cette question. Ce volet donnera lui à des sections dédiées de la thèse qui seront valorisées sous forme de papiers 8 L Agence Internationale de l Energie (équipe WEO) a donné son accord de principe en juillet 2013 pour un partenariat technique (accès aux publications, données, spécifications des modèles, etc.) 9 Ce travail constituera la suite des recherches exploratoires de Decouty (2012) 10 Notamment Investment Horizons (Mercer 2010), Kay Review (2012), The Future of Long-term investing (WEF 2011), Measurement, governance and long-term investing (WEF 2012). 11 The effect of Solvency regulations on long-term investing (OECD 2013), EU Low-Carbon Investment and New Financial Sector Regulation: What Impacts and What Policy Response? Spencer &, Stevenson (2013) 8

9 dédiés (ex : l intégration du risque climatique dans l analyse action, crédit, les modèles prudentiels, etc.) 12 Le second volet s appuiera sur les méthodes déjà utilisées par les analystes actions pour modéliser l impact d un risque climatique (généralement réglementaire) sur les cash-flows d une entreprise 13 (DCF «stress-testé») et plus largement à l échelle d un portefeuille. - Un premier axe consistera à mieux qualifier les scénarios extrêmes, en s appuyant sur une approche prospective (réglementation, contentieux). Ce travail sera réalisé en collaboration avec des spécialistes des risques concernés et des analystes financiers 14. Il donnera lui à des papiers thématiques publié en partenariat avec le réseau de 2 Investing initiative. - Le second axe consistera à identifier la façon dont ces scénarios peuvent être utilisés comme base dans les différents processus d évaluation du risque financier (au sein des entreprises concernés, dans la recherche action, dans la notation de crédit, dans les modèles prudentiels). Il donnera lieu à des publications dédiées. Les travaux seront effectués étroite collaboration avec les experts et chercheurs déjà mobilisés sur cette thématique (Carbon Tracker Initiative, le programme de recherche Stranded Assets de l Université d Oxford) et les analystes financiers membres de 2 Investing Initiative. Le livrable final sera constitué d un cadre d évaluation du risque climatique applicable aux entreprises exposées et aux portefeuilles d investissement liés. 5. Performance financière de l investissement 2 Application : Définition d une stratégie d allocation 2 performante L objectif de ce travail de recherche est d analyser la performance théorique et statistique de stratégies d allocation / financement visant à être en cohérence avec un scénario climatique 2, pour les comparer aux stratégies d investissement traditionnelles. D une certaine manière ce travail peut se voir comme la déclinaison «2 C» des nombreuses études empiriques déjà menées sur la performance financière de l Investissement Socialement Responsable 15. Aujourd hui, certaines organisations comparent la performance de différents investissements thématiques dans le secteur des renouvelables (ex. Bloomberg New Energy Finance), mais l'analyse de la performance d'investissements diversifiés s'inscrivant dans une stratégie 2 C, ou de manière proche de «désinvestissement carbone», sont encore marginales, largement exploratoires et limitée à quelques études de cas 16. Ces analyses ponctuelles ne permettent pas encore de dégager une vue d'ensemble. En outre l'exposition des actifs financiers liés à la dette (obligations, crédits bancaires) est très peu étudiée. 12 Ce travail prolongera l étude Valorisation des enjeux climatiques dans l analyse financière (OTC Conseil/ADEME 2011) menée par Hugues Chenet, aujourd hui chez 2 ii. 13 Voir notamment la macro-étude The materiality of Climate Change, UNEP-FI (2009) 14 2 investing initiative mène actuellement une étude sur la matérialité du risque de contentieux climatiques, en partenariats avec un panel international d avocats spécialisés et une société d analyse financière. 15 Pour un état de l art, voir notamment Shedding_light_on_responsible_investment (Mercer, 2009) 16 Institutional Pathways to fossil-free investing, Humphreys (2013) 9

10 Il s agira ainsi de produire un corpus de portefeuilles «climat», «2 C», «carbon divest» et «traditionnels» afin de déterminer leur performance financière. À partir d analyses statistiques et économétriques des rendements historiques des titres sélectionnés selon différents paramètres de marché, la «performance financière» (rendement, risque, frais de gestion) de ces différentes stratégies d'investissement (y compris de stratégies ne prenant pas en compte les contraintes climatiques) sera analysée. Différents partenariats sont envisagés, notamment avec le programme Sustainable Investment de l Université de Cambridge (Cambridge Programme for Sustainability Leadership (CPSL)). Le livrable final sera constitué par la thèse, publiée aussi sous forme de rapport grand public. Les résultats intermédiaires seront valorisés sous la forme d un «observatoire» : un site internet dédié, conçu et opéré par 2 investing initiative permettant de visualiser une sélection indicateurs sur la performance de l investissement 2. Les principaux débouchés pratiques de la thèse seront auprès de gérants et de producteurs d indices, pour la production de fonds diversifiés 2. E. Candidature Profil Les sujets proposés étant par essence multidisciplinaires, il est indispensable que les candidats, selon les différents sujets, soient aptes à s impliquer dans ce type d approches. Il est recommandé que les candidats bénéficient d une expérience préalable (recherche ou travail analytique) sur un sujet académique connexe. Les candidats ayant une expérience professionnelle liée (en particulier dans le secteur de la finance) sont les bienvenus. De plus il est important de noter que ces projets sont de nature appliquée et seront menés en collaboration avec des acteurs non académiques. Les candidats devront par ailleurs être éligibles à l inscription à l école doctorale dont dépend leur directeur de thèse. Thématiques requérant connaissance ou expertise (liste non exhaustive) : Lutte contre le changement climatique - Scénario de mix énergétiques (IEA) - Prospective des besoins de financements futurs (WEF, OCDE) - Politiques climatiques et énergétiques - Economie du carbone - Droit international Macroéconomie - Matrices type input-output - Comptes Nationaux (formation brute du capital fixe) - Contribution des grands secteurs d activités économiques (bâtiment, transport, industries) - Financement de l économie - Fiscalité (épargne ) - Economie industrielle, technologie, innovation Finance - Organisation des marchés financiers - Réglementation financière (Bancaire et Assurance) - Stabilité financière 10

11 - Pratiques et produits d investissement et de financement - Stratégies d allocation et de gestion - Risk management - Investissement responsable Gestion et comptabilité - Analyse financière (DCF, valorisation, ) - Analyse de cycle de vie - Empreinte carbone - Reporting ESG, analyse extra-financière Anglais courant Process Toute candidature doit être adressée à 2 Investing Initiative, à l attention de Hugues Chenet constituée d un CV détaillé et d une lettre de motivation détaillant la proposition de recherche. Un entretien avec l équipe 2 ii pourra être proposé. 2 ii organisera pour les candidats retenus une rencontre avec un financeur et un directeur de thèse potentiel. Le candidat est libre de proposer un directeur de thèse / laboratoire d accueil avec lequel il serait déjà en discussion avancée. Calendrier Dépôts des manifestations d intérêt / dossiers de candidature : 31 jan / 28 février 2014 Début des projets de thèse : entre mars et septembre 2014 (négociable) 11

12 Sélection de références - Amenc et al. (2009), Alternative Investments for Institutional Investors: Risk Budgeting Techniques in Asset Management and Asset-Liability Management, EDHEC Risk and Asset Management Research Centre - Anderson, K. & A. Bows (2011), Beyond dangerous climate change: emission scenarios for a new world, 20-44, Philosophical Transactions of The Royal Society - Blyth et al. (2007), Investment risks under uncertain climate change policy, Energy policy - Decouty, C. (2012), Measuring Institutional Investor s contribution to the financing of a low carbon energy system: an exploratory analysis, Imperial College - Dupré, S. et al. (2013), From Financed Emissions to Climate Performance Metrics State-of-the-art review of GHG emissions accounting for the financial sector, 2 Investing Initiative - Guyatt, D. et al. (2012), Thinking Strategically about Climate Change: Risks and Opportunities, Rotman International Journal of Pension Management - Haldane, A. & R. Davies (2011), The Short Long, 29 th Société Universitaire Européenne de Recherches Financières Colloquium: New Paradigms in Money and Finance? (2011) - Hamilton, K. (2009), Unlocking Finance for Clean Energy: The Need for Investment Grade Policy, Chatham House Briefing Paper - Haque et al. (2010), Towards the development of a best practice index for the disclosure of organisations' climate change-related corporate governance practices, Proceedings of the Finance Association of Australia and New Zealand Conference - Heed, R. (2013), Tracing anthropogenic CO2 and methane emissions to fossil fuel and cement producers, , Climatic Change - Heinkel, R., A. Kraus, & J. Zechner (2001), The effect of green investment on corporate behavior, 36, , Journal of Financial and Quantitative Analysis - Humphreys, J. (2013), Institutional Pathways to fossil-free investing - International Energy Agency (2012) World Energy Outlook Technology Perspective - Kay, J. (2012), The Kay Review of UK Equity Markets and Long-Term Decision Making - Kolk, A. et al. (2008), Corporate Responses in an Emerging Climate Regime: The Institutionalization and Commensuration of Carbon Disclosure, European Accounting Review - Meinshausen et al. (2009), Greenhouse-gas emission targets for limiting global warming to 2 C, , Nature - Mercer (2009), Shedding light on responsible investment - Mercer (2010), Investment Horizons - Miles, D. (1993), Testing for Short Termism in the UK Stock Market, The Economic Journal - OECD (2013), The effect of Solvency regulations on long-term investing - OTC Conseil (2011), Valorisation des enjeux climatiques dans l analyse financière, ADEME - Pratlong, F. (2006), Le management du risque carbone, p , VSE 2006/3 N Revelli & Viviani (2012), Financial Performance of Socially Responsible Investment (SRI): A metaanalysis, Revue Finance Contrôle Stratégie - Spencer, T. & J. Stevenson (2013), EU Low-Carbon Investment and New Financial Sector Regulation: What Impacts and What Policy Response?, IDDRI Working Paper - Sørensen, O. & S. Pfeifer (2011), Climate change issues in fund investment practices, International Social Security Review - UNEP-FI (2009), The materiality of Climate Change - Waitzer, E. (2009), Defeating Short-Termism: Why Pension Funds Must Lead, Rotman International Journal of Pension Management - WEF (2011), The Future of Long-term investing - WEF (2012), Measurement, governance and long-term investing 12

Préparation de la conférence bancaire et financière de la transition énergétique

Préparation de la conférence bancaire et financière de la transition énergétique Préparation de la conférence bancaire et financière de la transition énergétique A l occasion de ses vœux pour 2014, le Président de la République a réaffirmé sa décision stratégique d engager la France

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS. worldview DYNAMISEZ VOS PORTEFEUILLES VERS DE NOUVEAUX SOMMETS AVEC UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS

INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS. worldview DYNAMISEZ VOS PORTEFEUILLES VERS DE NOUVEAUX SOMMETS AVEC UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS worldview DYNAMISEZ VOS PORTEFEUILLES VERS DE NOUVEAUX SOMMETS AVEC UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS NOTRE ATOUT UN LEADER RECONNU EN INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Vérification interne et externe : exemples et bénéfices 25 novembre 2009 Institut de la Gestion Financière du Canada:

Plus en détail

D Expert en Opérations des Marchés financiers

D Expert en Opérations des Marchés financiers MODULES FINAL D Expert en des Marchés financiers Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Pourquoi nous avons créé Mirova

Pourquoi nous avons créé Mirova Par Philippe Zaouati, directeur général délégué de Natixis Asset Management et responsable du pôle d expertise Mirova. Pourquoi nous avons créé Mirova Directeur du développement et membre du comité exécutif

Plus en détail

Matinale Recherche. avec Mathieu VAISSIE

Matinale Recherche. avec Mathieu VAISSIE Matinale Recherche «Diversification à un Prix Raisonnable» Comment intégrer les stratégies alternatives de façon optimale dans une gestion actif/passif? avec Mathieu VAISSIE La dernière crise systémique

Plus en détail

QUELS INDICATEURS POUR MESURER LA PERFORMANCE ESG DES INVESTISSEMENTS?

QUELS INDICATEURS POUR MESURER LA PERFORMANCE ESG DES INVESTISSEMENTS? QUELS INDICATEURS POUR MESURER LA PERFORMANCE ESG DES INVESTISSEMENTS? Synthèse de l étude réalisée par Dominique Blanc, Aela Cozic et Aurélie de Barochez, Centre de recherche ISR - Janvier 2013 Mesurer

Plus en détail

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Bilan 2009-2011 Mars 2012 1 Les signataires Depuis juillet 2009

Plus en détail

Orientations générales de la politique de placement

Orientations générales de la politique de placement 16 juin 2009 Orientations générales de la politique de placement 1. La Mission du FRR 1.1 Créé par la loi n 2001-624 du 17 juillet 2001, le FRR s est vue confié pour mission par le législateur de «gérer

Plus en détail

créer de la valeur durable www.mirova.com

créer de la valeur durable www.mirova.com créer de la valeur durable www.mirova.com une expertise : des solutions d investissement responsable pour un développement durable Vers un modèle de développement durable : une nécessité économique épuisement

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels? Interview «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?» 34 Update I/2014 Le rédacteur en chef, Marty-Jörn Klein, s est entretenu

Plus en détail

Processus ISR. Allianz Euro Credit SRI. Obligataire ISR 2012

Processus ISR. Allianz Euro Credit SRI. Obligataire ISR 2012 Processus ISR Allianz Euro Credit SRI Obligataire ISR 2012 Sommaire -Moyens et ressources ISR -Processus d investissement -Glossaire 2 Moyens et ressources ISR Taux Recherche interne : 10 gérants et analystes

Plus en détail

UNECE EUROPEAN TK'BLUE AGENCY. Working Party on Intermodal Transport and Logistics

UNECE EUROPEAN TK'BLUE AGENCY. Working Party on Intermodal Transport and Logistics Geneva, 6-7 November 2012 UNECE Working Party on Intermodal Transport and Logistics EUROPEAN TK'BLUE AGENCY Agence de notation extra-financière de l empreinte environnementale des choix logistiques Un

Plus en détail

Swiss Life Asset Management. Portrait. Paris & Zurich, 2010

Swiss Life Asset Management. Portrait. Paris & Zurich, 2010 Swiss Life Asset Management Portrait Paris & Zurich, 2010 Présentation de Swiss Life AM Cinq valeurs Philosophie d investissement Nos expertises Un positionnement axé sur l Europe Sommaire 1ere Partie

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Résumé. 1 Le RAIR regroupe des administrateurs d institutions de retraite du secteur public et du secteur privé. Il a été fondé par

Résumé. 1 Le RAIR regroupe des administrateurs d institutions de retraite du secteur public et du secteur privé. Il a été fondé par Contribution du Réseau des Administrateurs pour l Investissement Responsable 1 (RAIR) à la Conférence bancaire et financière pour la transition énergétique Résumé Porteuses de droits sociaux fondamentaux

Plus en détail

LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF

LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF DÉCRYPTECO LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF Denis Childs Responsable du Financement à Impact Positif et du Conseil Environnemental & Social, Société Générale Corporate & Investment Banking SOMMAIRE LES

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

Rapport de développement durable 2013

Rapport de développement durable 2013 Rapport de développement durable 2013 SOMMAIRE Editorial p 3 Profil p 3 Activité p 4 Gouvernance p 5 Conseil d administration Comité des rémunérations Comité développement durable Politique de mécénat

Plus en détail

Conférence organisée par le Laboratoire d ingénierie financière de l Université Laval www.fsa.ulaval.ca/labiful/

Conférence organisée par le Laboratoire d ingénierie financière de l Université Laval www.fsa.ulaval.ca/labiful/ MERCI À NOS PARTENAIRES : Fonds Conrad Leblanc Département de finance, assurance et immobilier Chaire RBC en innovations financières Chaire d'assurance et de services financiers L'Industrielle Alliance

Plus en détail

Nouvelle-Zélande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Nouvelle-Zélande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Nouvelle-Zélande Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle II, Luxembourg, le 26 Juin 2014-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

Code de Transparence ISR ESG ISR ESG ISR ESG ESG ISR ISR ISR ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ESG ESG ESG ESG. Investissement Socialement Responsable

Code de Transparence ISR ESG ISR ESG ISR ESG ESG ISR ISR ISR ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ESG ESG ESG ESG. Investissement Socialement Responsable ISR ISR SG ISR ISR ISR ISR ISR ISR ISR ISR ISR SG ISR ISR Investissement Socialement Responsable Code de Transparence pour les fonds ISR ouverts au public ISR ISR Mise à jour février ISR 2013 Code de Transparence

Plus en détail

Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe

Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe Jean-Charles HOURCADE Baptiste PERISSIN-FABERT CIRED (CNRS EHESS ENPC AgroParisTech- CIRAD) La transition énergétique en France CNRS Paris

Plus en détail

Etude sur l évolution des emplois et des métiers des secteurs de la banque et de l assurance dans la mutation vers une économie verte

Etude sur l évolution des emplois et des métiers des secteurs de la banque et de l assurance dans la mutation vers une économie verte Etude sur l évolution des emplois et des métiers des secteurs de la banque et de l assurance dans la mutation vers une économie verte Janvier Septembre 2011 Rendez-vous des métiers de l économie verte

Plus en détail

1. Référentiel des emplois. 2. Fiches emplois

1. Référentiel des emplois. 2. Fiches emplois Ce document référence contient les descriptifs d emplois repères et les descriptifs des compétences crées dans le cadre de l identification des compétences pour l Etablissement public de la Caisse des

Plus en détail

Bloomfield Investment Corporation

Bloomfield Investment Corporation Bloomfield Investment Corporation Le Département d Analyses Economiques et Boursières Président Directeur Général 1 Pourquoi un département dédié aux analyses économiques et boursières? Le Département

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

Normes environnementales : leviers de la compétitivité? Stefan Ambec

Normes environnementales : leviers de la compétitivité? Stefan Ambec Normes s : leviers de la compétitivité? Stefan Ambec Toulouse School of Economics (INRA-LERNA-IDEI) Auteur Introduction Le contrôle de la pollution est perçu en économie comme un coût, un fardeau pour

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE Le Master Economie Appliquée est destiné à des étudiants ayant reçu une formation universitaire solide en économie, statistiques, mathématiques et économétrie. Ce Master propose un cursus sur deux années

Plus en détail

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature Didier Janci Didier Janci, Caisse des Dépôts, membre du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD) Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle III, Luxembourg, le 30 Juin 2015-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Reporting 2007 /2008 de la mise en œuvre des Principes pour l Investissement Responsable des Nations Unies

Reporting 2007 /2008 de la mise en œuvre des Principes pour l Investissement Responsable des Nations Unies www.caissedesdepots.fr Janvier 2009 Reporting 2007 /2008 de la mise en œuvre des Principes pour l Investissement Responsable des Nations Unies Les Principes pour l investissement responsable Le Programme

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

BNP Paribas Money Prime Euro SRI

BNP Paribas Money Prime Euro SRI BNP Paribas Money Prime Euro SRI 1 RAPPORT EXTRA-FINANCIER BNP Paribas Money Prime Euro SRI I 29 juin 2012 I Politique d investissement ISR BNP Paribas Money Prime Euro SRI est un fonds monétaire investit

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

1. Données générales

1. Données générales 1. Données générales 1a. Donnez le nom de la société de gestion en charge du ou des fonds auxquels s applique ce Code. BNP Paribas Asset Management (BNPP AM) 1b. Décrivez de façon générale la philosophie

Plus en détail

ALIGNER LES INTÉRÊTS FINANCIERS ET LES ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ROSALIE VENDETTE CONSEILLÈRE PRINCIPALE EN ISR

ALIGNER LES INTÉRÊTS FINANCIERS ET LES ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ROSALIE VENDETTE CONSEILLÈRE PRINCIPALE EN ISR ALIGNER LES INTÉRÊTS FINANCIERS ET LES ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ROSALIE VENDETTE CONSEILLÈRE PRINCIPALE EN ISR VOUS ÊTES-VOUS POSÉ LA QUESTION? Quels sont les impacts des sources d énergie que nous

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

LE RAFP. Un investisseur de long terme,

LE RAFP. Un investisseur de long terme, LE RAFP Un investisseur de long terme, SOMMAIRE 04_ L investissement socialement responsable 06_ Une politique ISR au cœur du développement du Régime 08_ Une politique d investissement de long terme 09_

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/13 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

1. Référentiel des emplois. 2. Référentiel des compétences. 3. Fiches emplois. 4. Fiches compétences

1. Référentiel des emplois. 2. Référentiel des compétences. 3. Fiches emplois. 4. Fiches compétences Ce document référence contient les descriptifs d emplois repères et les descriptifs des compétences crées dans le cadre de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et de Compétences pour l Etablissement Public

Plus en détail

CHORUM. Thèse de doctorat. Titre : (Evolution des métiers dans les organisations sanitaires et sociales)

CHORUM. Thèse de doctorat. Titre : (Evolution des métiers dans les organisations sanitaires et sociales) CHORUM Appel à candidature convention Cifre Thèse de doctorat Titre : (Evolution des métiers dans les organisations sanitaires et sociales) Dans le cadre de son partenariat avec la nouvelle chaire d économie

Plus en détail

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures Coninco Master Class Les investissements en infrastructures Emmanuel Lejay, CFA, Executive Director, Swiss Life Asset Managers Vevey, 4-5 Novembre 2013 Agenda Définition de la classe d actifs Risques et

Plus en détail

Directives relatives au règlement d'examen professionnel supérieur d expert/e en opérations des marchés financiers

Directives relatives au règlement d'examen professionnel supérieur d expert/e en opérations des marchés financiers Commission AQ pour l examen professionnel supérieur d expert/e en opérations des marchés financiers Directives relatives au règlement d'examen professionnel supérieur d expert/e en opérations des marchés

Plus en détail

UIPF Genève - 7 novembre 2007. Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR)

UIPF Genève - 7 novembre 2007. Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR) UIPF Genève - 7 novembre 2007 Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR) Jean Laville, Directeur Adjoint Ethos Place Cornavin 2, case postale, 1211 Genève

Plus en détail

Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse)

Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse) Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse) Chaire Finance Durable et Investissement Responsable AFG, Paris, vendredi 9 novembre

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique 30 mars 2006 Introduction Le conseil d administration de l ERAFP a décidé,

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

PROBLÈMES POSÉS PAR LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE VERTE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

PROBLÈMES POSÉS PAR LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE VERTE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii PROBLÈMES POSÉS PAR LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE VERTE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Problèmes généraux posés par le cycle financier et l impact de la crise financière 2 A partir des

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

Rapport sur la situation en matière de développement durable

Rapport sur la situation en matière de développement durable Rapport sur la situation en matière de développement durable des collectivités territoriales et EPCI à fiscalité propre, de plus de 50 000 habitants Des pratiques différenciées & des évolutions méthodologiques

Plus en détail

Une banque peut-elle être engagée et responsable?

Une banque peut-elle être engagée et responsable? Une banque peut-elle être engagée et responsable? 18 juin 2014 Eric Cochard CSE / Développement Durable 1 La Responsabilité Sociétale d Entreprise (RSE) chez Crédit Agricole CIB 2 La mise en œuvre : les

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE 1. Règlement des études Habilité par arrêté du Ministère français de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Master «Maîtrise

Plus en détail

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés L empreinte carbone des banques françaises Résultats commentés Le cabinet de conseil Utopies et l association Les Amis de la Terre publient le 22 novembre 2010 l empreinte carbone des groupes bancaires

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE»

PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE» PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE» 1. Règlement des études Habilité par arrêté du Ministère français de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Master «Maîtrise

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

Rapport investissement responsable. Juillet 2011-juillet 2012 Caisse des Dépôts

Rapport investissement responsable. Juillet 2011-juillet 2012 Caisse des Dépôts Rapport investissement responsable Juillet 2011-juillet 2012 Caisse des Dépôts 2 Éditorial Il y a huit ans, la Caisse des Dépôts, accompagnée de quelques grands investisseurs internationaux, amorçait une

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Charte d investissement responsable de la Caisse des Dépôts

Charte d investissement responsable de la Caisse des Dépôts Charte d investissement responsable de la Caisse des Dépôts Éditorial La Caisse des Dépôts, en cohérence avec son identité d investisseur de long terme, considère que la prise en compte des questions environnementales,

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

La multigestion au service des Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants. Force, solidité, qualité

La multigestion au service des Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants. Force, solidité, qualité Force, solidité, qualité La gestion active des risques au service de la création de valeur La multigestion au service des Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants Invesco Multi Patrimoine Préserver

Plus en détail

Processus ISR. Allianz Citizen Care SRI. Actions ISR Thématique «protection du citoyen consommateur» 2012

Processus ISR. Allianz Citizen Care SRI. Actions ISR Thématique «protection du citoyen consommateur» 2012 Processus ISR Allianz Citizen Care SRI Actions ISR Thématique «protection du citoyen consommateur» 2012 Sommaire I / Moyens et ressources ISR II / Processus d investissement - Un nouvel enjeu du développement

Plus en détail

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Depuis 2009, les sociétés d assurance de la FFSA et du GEMA ont engagé une démarche volontaire de réflexion et d actions en matière

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code

Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code En 2010, le régulateur indépendant britannique Financial Reporting Council a publié le UK Stewardship Code, un code de bonne pratique pour les investisseurs,

Plus en détail

par L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale

par L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale Perform-EE par Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable PERFORM-EE par Suez Environnement 1 Au XXI siècle,

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE 1. Règlement des études

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE 1. Règlement des études PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE 1. Règlement des études Habilité par arrêté du Ministère français de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Master «Maîtrise

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5

METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5 Sommaire METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5 I. STRATEGIE ET BUSINESS MODEL 6 I.A. Vision globale du développement durable 6 I.A.1. Vision et Mission 6 I.A.2. Objectifs et stratégie

Plus en détail

Placer la gestion des risques au cœur de la performance de l entreprise

Placer la gestion des risques au cœur de la performance de l entreprise Financial Services the way we do it Placer la gestion des risques au cœur de la performance de l entreprise Le risk management : une exigence réglementaire au service du pilotage de la performance de l

Plus en détail

La structure du capital des entreprises marocaines côtées en bourse

La structure du capital des entreprises marocaines côtées en bourse LISTE DES THESES ENREGISTREES AU CEDOC Formation Doctorale : Sciences de gestion Sujet de thèse L analyse technique en tant qu outil d anticipation des crises boursières : Entre réalité et surréalisme

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services 08/01/2014 Dépositaire de fonds immobilier : une solide

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

Point de Contact National Défi 5 Action climatique, environnement, efficacité des ressources et matières premières

Point de Contact National Défi 5 Action climatique, environnement, efficacité des ressources et matières premières Point de Contact National Défi 5 Action climatique, environnement, efficacité des ressources et matières premières Poitiers - 2/02/205 Horizon 2020 Défi sociétal n 5 Présentation des sujets «Déchets» Poitiers

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et 1 Neuf lignes d action! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et d orientation de la recherche en France! Promouvoir la recherche technologique! Développer

Plus en détail

Un holding d'investissement dans les PME

Un holding d'investissement dans les PME Un holding d'investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail