L Europe serait-elle enfin à un tournant?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Europe serait-elle enfin à un tournant?"

Transcription

1 L Europe serait-elle enfin à un tournant? Thomas Higgins, PhD, chef économiste et stratégiste global macro chez Standish Rebecca Braeu, CFA, PhD, responsable de la recherche obligations souveraines Standish Mellon Asset Management Company LLC L amélioration des fondamentaux économiques a permis une remontée de la qualité de crédit de ces pays, attirant de nouveau des investisseurs en quête de rendements supérieurs. «Ils [l Espagne, la Grèce, le Portugal et l Irlande] ont engagé des réformes structurelles de grande envergure. Ces pays ne relâchent pas leurs efforts et on observe des signes palpables de reprise au sein de chacun d entre eux.» Mario Draghi, président de la BCE SYNTHÈSE La dette souveraine de la périphérie de la zone euro se traite à des niveaux de spreads les plus serrés par rapport aux emprunts d État allemands depuis Les investisseurs s inquiètent dès lors de la pérennité de cette tendance. Selon nous, les spreads de certains marchés périphériques pourraient même se resserrer davantage compte tenu de la qualité des fondamentaux de ces pays ; aussi, nous cherchons à renforcer nos positions en tirant profit de toute hausse de la volatilité. Des risques significatifs persistent au sein de ces pays, notamment en raison des taux de chômage élevés, de l instabilité politique, de la faiblesse de l inflation et de l ampleur de la dette publique. En conséquence, bien que les marchés périphériques offrent encore un potentiel de hausse, les investisseurs devront faire preuve de plus de sélectivité à l avenir. Les taux de rendement des emprunts d État de la périphérie de l Europe ont fortement chuté depuis la première déclaration de Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), en juillet 2012, qui s était alors engagé à faire «tout ce qu il faut» pour préserver la zone euro. Plus récemment, l amélioration des fondamentaux économiques a permis une remontée de la qualité de crédit de ces pays, attirant de nouveau des investisseurs en quête de rendements supérieurs. En outre, certains investisseurs anticipent de nouvelles mesures de la part de la BCE en faveur de ces marchés, ce qui contribuerait à réduire davantage les niveaux de rendement obligataire. En conséquence, les dettes italienne, espagnole, portugaise et irlandaise à 10 ans se traitent actuellement à des niveaux de spreads serrés par rapport aux emprunts d État allemands, inégalés depuis Même la Grèce, dont le défaut remonte à peine à deux ans, est parvenue à émettre une obligation souveraine à 10 ans au cours du printemps à un taux de rendement inférieur à 5%.

2 TOURNANT? // 2 Graphique n 1 : Resserrement des spreads de la périphérie européenne Irlande Espagne Grèce Portugal Italie Nous pensons que les spreads au sein de certains marchés périphériques de la zone euro pourraient se resserrer davantage. Spread des taux de rendement en pourcentage des obligations à 10 ans par rapport aux emprunts d État allemands Mai-07 Mai-08 Mai-09 Mai-10 Mai-11 Mai-12 Mai-13 Mai-14 Source : Thomson Reuters Datastream au 14 mai La plupart des pays périphériques ont renoué avec une croissance économique positive en fin d année, suite à plus de deux années de contraction marquée. Si la reprise de la croissance a permis de ralentir le rythme de la consolidation budgétaire, la conjoncture a également bénéficié d une accélération des exportations. Le raffermissement de la croissance a, en outre, contribué à renflouer les caisses et à réduire les déficits budgétaires de ces pays. Toutefois, les niveaux élevés du chômage, la faiblesse de l inflation, la vigueur de l euro et l ampleur des niveaux d endettement souverains, ainsi que la paralysie du mécanisme de transmission du crédit continuent de menacer la reprise observée à travers la périphérie de l Europe. Cependant, nous pensons que les spreads au sein de certains marchés périphériques de la zone euro pourraient se resserrer davantage. La demande domestique dans ces pays pourrait bénéficier d un assouplissement des conditions de crédit au second semestre, suite à la revue de qualité des actifs (AQR) du système bancaire européen menée par la BCE. Néanmoins, le potentiel de hausse de la dette périphérique reste limité suite au récent rebond et en raison de l offre abondante qui devra être absorbée par le marché au cours des prochains trimestres. Par conséquent, si nous pensons que l Europe pourrait enfin avoir atteint un tournant, d autres segments des marchés obligataires, telle que la dette émergente, pourraient offrir des opportunités d investissement plus attrayantes en termes de valorisation. AMÉLIORATION DES FONDAMENTAUX ÉCONOMIQUES À la fin de l année dernière, les investisseurs internationaux étaient encore très sceptiques à l égard des perspectives de l Europe. L annonce par la BCE du programme OMT (Outright Monetary Transactions) d achats obligataires en août 2012 avait contribué à réduire les risques extrêmes, mais les investisseurs étaient toujours inquiets à l égard de la capacité de certains pays à s autofinancer, sans le cordon ombilical de l Union Européenne (UE) et du Fonds Monétaire International (FMI).

3 TOURNANT? // 3 La situation a commencé à changer début En décembre, l Irlande a mis un terme à son programme de réforme de trois ans soutenu par l UE et le FMI, et l Espagne a emboîté le pas en janvier. Ces annonces ont permis de rassurer les investisseurs quant au fait que le pire de la crise était bien terminé. L Espagne n avait emprunté que 41 milliards EUR sur les 100 milliards EUR proposés dans le cadre du plan de sauvetage des banques du Mécanisme européen de stabilité (MES). En outre, aucun de ces pays n a demandé au MES de ligne de crédit à titre de précaution. Graphique n 2 : La compétitivité s est améliorée dans certaines économies périphériques Coûts unitaires du travail; indice base 100 = T T Source : Eurostat au 14 mai 2014 Irlande Italie Portugal Espagne T T T T T T T T T T T T Parallèlement, les réformes structurelles ont commencé à porter leurs fruits et ont permis d améliorer la compétitivité de certains pays périphériques. En effet, les coûts unitaires du travail ont baissé d environ 10% en Espagne et au Portugal et de près de 20% en Irlande, relançant les exportations nettes et, par voie de conséquence, la croissance de l ensemble de ces économies. En Espagne, la croissance s est redressée pour atteindre un niveau annuel de 1,6% au premier trimestre 2014, soit la meilleure progression observée en plus de cinq ans. Bien que la croissance de l Irlande ait été quelque peu plus volatile et soit même retombée en terrain négatif en fin d année dernière, un rebond est d ores et déjà visible au niveau des données de haute fréquence. Les réformes structurelles ont commencé à porter leurs fruits et ont permis d améliorer la compétitivité de certains pays périphériques. Le Portugal a probablement affiché la performance la plus remarquable. Après trois années de contraction, la croissance économique est repartie en milieu d année 2013 et le taux de chômage a amorcé un recul depuis un plus haut point 17,5% en mars 2013 à 15,1% en mars En dépit d un repli de l économie au premier trimestre, les surprises positives observées durant les trimestres précédents ont permis à la croissance du PIB de se maintenir à 1,2% sur un an. L expansion économique s est accompagnée d une amélioration de la situation budgétaire du pays. Dans les faits, le Portugal affiche un déficit budgétaire de 4,9% du PIB, soit un niveau bien inférieur à l objectif de 5,5% établi par l UE et le FMI, et plus faible que celui de l Irlande et de l Espagne.

4 TOURNANT? // 4 Graphique n 3 : Une croissance soutenue par les exportations 10% Grèce Irlande Italie Portugal Espagne Hélas, force est de constater que l amélioration de l Europe périphérique n a pas été homogène. Croissance annuelle en pourcentage 5% 0% -5% T T T T T T T T Source : Institut central de statistique irlandais, ISTAT, Institut national de statistique portugais, Institut national de statistique espagnol, Service statistique national grec ; données au 14 mai Dans ce contexte, l emprunt d État portugais à 10 ans a généré l une des meilleures performances, les taux de rendement ayant chuté d un niveau légèrement supérieur à 6% fin 2013 à 3,5% en mai La baisse des coûts de financement a permis au pays d amorcer une sortie sans à-coups de son programme de soutien, rendant inutile toute ligne de crédit de précaution. En réalité, le pays est parvenu à se constituer une réserve de trésorerie de 15 milliards EUR, ce qui devrait lui permettre de couvrir ses besoins de financement jusqu au début de l année Les progrès réalisés par le Portugal ont récemment été récompensés par les agences de notation de crédit, Standard & Poor s ayant relevé la perspective du pays de négative à stable. Selon nous, cette évolution devrait permettre au pays d espérer une hausse de sa notation de crédit à «investment grade» au cours de l année prochaine, ce qui devrait augmenter le nombre d investisseurs à même d investir sur la dette souveraine du Portugal. ENCORE UN LONG CHEMIN À PARCOURIR Hélas, force est de constater que l amélioration de l Europe périphérique n a pas été homogène. Les progrès accomplis par le Portugal, l Espagne et l Irlande n ont pas été suivis par l Italie et la Grèce. En effet, les coûts unitaires du travail en Italie n ont cessé d augmenter dans un contexte d instabilité politique qui a freiné toute avancée en matière de réforme économique. En outre, l augmentation du nombre de créances douteuses (non-performing loans) au sein du secteur bancaire freine la capacité de financement des banques. D après la Banque d Italie, ces créances douteuses représenteraient près de 17% du PIB, contre une moyenne de 11% en Europe. En outre, le financement bancaire accordé aux entreprises hors secteur financier a reculé de 3,3% en mars. En conséquence, la reprise tarde à se matérialiser dans le pays par rapport au reste de la région.

5 TOURNANT? // 5 En Grèce, la situation est encore plus délicate. En dépit du défaut du pays et de la restructuration de sa dette en 2012, la dette souveraine grecque reste à des niveaux intenables à 175% du PIB, par rapport à une moyenne de 93% pour le reste de la zone euro. Bien que le gouvernement grec soit parvenu à dégager un excédent budgétaire de 1,5% du PIB au quatrième trimestre 2013, le caractère exceptionnel de certaines des recettes qui ont contribué à cette hausse ne laisse pas présager d une reprise durable de la croissance. En outre, le risque que le pays renonce à certaines des réformes prévues reste élevé compte tenu de l importante instabilité politique et de la grande lassitude des électeurs après six années de récession sévère. En dépit du fait que le programme d ajustement de la Grèce accordé par l UE et le FMI court jusqu en 2016, les autorités européennes exigeront des progrès mesurables avant de libérer les prochaines tranches d aide financière. Par conséquent, la situation du pays reste très précaire. Graphique n 4 : Les niveaux d endettement élevés engendrent des risques La dette souveraine grecque reste à des niveaux intenables à 175% du PIB, par rapport à une moyenne de 93% pour le reste de la zone euro. Dette publique de 2013 exprimée en % du PIB Zone euro = 92,7% Dette publique en pourcentage du PIB 200% 180% 160% 140% 120% 100% 80% 60% 40% 20% 0% Grèce Italie Portugal Irlande Espagne Source : Banque centrale européenne (BCE) au 14 mai Si nous sommes convaincus que les risques baissiers sont plus importants en Italie et en Grèce, nous restons néanmoins très attentifs aux difficultés qui pèsent sur le reste de la périphérie de l Europe, notamment en raison des taux de chômage élevés, de la faiblesse de l inflation, de la vigueur de l euro, de l ampleur de la dette souveraine et du degré d instabilité politique. La BCE semble prête à mettre tout en œuvre pour limiter ces risques. Lors de la prochaine réunion de juin, nous pensons que la banque centrale abaissera son taux directeur ou son taux de dépôt, pour le faire tomber en terrain négatif, afin d alléger quelque peu les pressions haussières qui pénalisent actuellement l euro et d aider à dissiper les tendances désinflationnistes visibles dans ces économies. En outre, on ne peut exclure que la BCE opte également pour une forme d assouplissement quantitatif ou de «credit easing» dans le courant de l année pour améliorer les conditions de financement à travers la zone euro.

6 TOURNANT? // 6 Bien que les marchés périphériques offrent encore un potentiel de hausse, les investisseurs devront faire preuve de plus de sélectivité à l avenir. De plus, la revue de qualité des actifs qui sera prochainement conduite par la banque centrale devrait contribuer à apaiser certaines des inquiétudes entretenues par les investisseurs à l égard de la santé du système bancaire. Cette revue devrait également conduire à une reconstitution des bilans et, par la suite, à une relance de la création de crédit. La reprise du crédit sera essentielle pour faciliter la transition, au sein de la périphérie et du reste de la zone euro, d un rebond porté par l expansion des exportations vers une reprise alimentée par la demande domestique. Pour le moment, les flux de crédit à destination du secteur privé continuent de diminuer et les volumes de prêts accordés aux entreprises non financières sont orientés à la baisse. En revanche, la bonne nouvelle est que l émission nette de dette obligataire à long terme par les entreprises hors secteur financier se porte bien et permet de compenser partiellement l assèchement du financement bancaire. De ce fait, les grandes entreprises continuent de se tourner davantage vers les marchés pour se financer. DES OPPORTUNITÉS PLUS ATTRAYANTES PAR AILLEURS Dans l ensemble, la reprise économique semble bien ancrée à travers la périphérie de l Europe, mais elle reste contrastée et nécessitera de nouvelles mesures de soutien de la part de la BCE. Bien que l essentiel du rebond des statistiques soit déjà intégré dans les cours des obligations souveraines, de nouvelles vagues de volatilité devraient générer des opportunités d investissement intéressantes sur ces marchés. Par exemple, le Portugal reste attrayant, en raison de l amélioration de ses fondamentaux et des perspectives d une révision à la hausse de sa notation de crédit à «investment grade» par les agences de notation. En revanche, la Grèce reste confrontée à d importantes difficultés dans son processus de réforme de son économie, ce qui nous incite à penser que le récent rebond de ses obligations sera de courte durée en cas d instabilité politique persistante. Les emprunts d État grecs se traitent actuellement au même niveau que la dette émergente libellée en dollar américain et bien au-dessus de la dette émergente libellée en devise locale. En effet, le taux de rendement agrégé des emprunts d État grecs de 5/10 ans et le taux de rendement de la dette émergente libellée en USD, avec un niveau de duration ajustée des options de 7,2 années, s élevaient chacun à 5,5% à la mi-mai. Pour autant, la Grèce devrait générer une croissance d à peine 0,6% cette année, contre une croissance moyenne de 4,9% pour les pays émergents. En outre, la dette publique grecque est plus de cinq fois supérieure à l endettement moyen du monde émergent, et le pays se situe largement en-deçà du statut «investment grade», contrairement à la notation de crédit moyenne de l indice JP Morgan Emerging Market Bond (EMBI) qui a atteint ce statut. En conséquence, bien que les marchés périphériques offrent encore un potentiel de hausse, les investisseurs devront faire preuve de plus de sélectivité à l avenir..

7 [THIS PAGE INTENTIONALLY LEFT BLANK]

8 BNY Mellon Investment Management est l une des premières sociétés de gestion d actifs au monde et un leader de la gestion de patrimoine aux États-Unis qui regroupe l ensemble des sociétés de gestion, des services de gestion patrimoniale et des entités de distribution mondiale affiliés au groupe BNY Mellon. BNY Mellon constitue la marque commerciale de The Bank of New York Mellon Corporation et pourra être utilisée comme terme générique renvoyant d une manière générale et indifféremment à l ensemble de la Société ainsi qu à ses différentes filiales. L information ci-incluse ne doit en aucun cas être interprétée comme un conseil en investissement, le présent document peut être considéré comme un outil de promotion financière dans des juridictions autres que les États-Unis. En conséquence, en cas d utilisation ou de diffusion du présent document au sein d une juridiction autre que les États-Unis, l information ci-inclus e est destinée aux clients professionnels exclusivement. Le présent document ne doit en aucun cas être communiqué ou utilisé par des investisseurs privés. Tous les points de vue et opinions exprimés au sein du présent document à la date de rédaction de l article sont susceptibles d évoluer en fonction des conditions économiques et de marché et ne sont pas nécessairement partagés par BNY Mellon ou par ses sociétés affiliées. Les informations contenues dans le présent document ne constituent qu un commentaire de marché général et ne sauraient être interprétées comme une recommandation ou un conseil juridique, fiscal, comptable, professionnel ou financier. Le présent document ne présage en aucun cas de la performance future, ne doit en aucun cas être interprété comme une offre de vendre ou d acheter tout titre et ne constitue en aucun cas une proposition commerciale dans une juridiction où une telle proposition serait prohibée. Les informations communiquées ne prennent pas en compte l objectif d investissement, ni la situation ou les besoins financiers d une personne spécifique. BNY Mellon et ses filiales ne seront en aucun cas responsables de tout conseil en investissement dispensé sur la base des informations transmises. Le présent document ne constitue pas une analyse d investissement ou une recommandation de recherche conforme aux normes réglementaires, dans la mesure où il ne s appuie pas sur une analyse ou une recherche suffisante. Dans la mesure où les informations ci-incluses comporteraient des indications de performance future, ces indications restent prospectives et sujettes à de nombreux risques et incertitudes. Les informations et les opinions présentées dans ce document ont été obtenues à partir de sources considérées comme fiables par BNY Mellon ; toutefois, BNY Mellon n offre aucune garantie quant à l exactitude ou l exhaustivité de ces informations et opinions. BNY Mellon ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte résultant de l utilisation du présent document. Sauf indication contraire, l ensemble des chiffres mentionnés dans le présent document n a pas fait l objet d une vérification indépendante. Toute indication relative à la performance passée ne saurait garantir la performance future. La valeur des investissements peut évoluer à la hausse comme à la baisse et vous risquez de ne pas récupérer le montant initialement investi. Le présent document ne doit en aucun cas être communiqué à ou utilisé par toute personne ou entité au sein de tout pays ou de toute juridiction où une telle communication ou utilisation serait contraire à législation en vigueur. Le présent document ne doit en aucun cas être communiqué ou utilisé à des fins d offre ou de sollicitation au sein de toute juridiction ou dans toute circonstance à l occasion de laquelle une telle offre ou sollicitation serait considérée comme illégale ou non autorisée, ou qui impliquerait, du fait de ladite communication, des contraintes d enregistrement supplémentaires. Les personnes disposant d un exemplaire du présent document sont tenues de s informer de et de respecter l ensemble des restrictions applicables à sa diffusion au sein de leur juridiction. Les produits et services d investissement mentionnés dans le présent document ne sont pas garantis par le FDIC (ou par toute autre agence gouvernementale ou fédérale), ne constituent pas des dépôts, ne bénéficient pas de la garantie bancaire et sont susceptibles de se déprécier. Sauf autorisation préalable de BNY Mellon Investment Management, le présent document ne doit pas faire l objet d une publication sur support papier, électronique, internet ou sur tout autre support accessible du public. Entités de diffusion Le présent document a été autorisé aux fins de diffusion à l international et est publié dans les juridictions suivantes par les entités ou divisions locales ci-après énumérées : Royaume-Uni et Europe continentale (hors Allemagne) : BNYMIM EMEA, BNY Mellon Centre, 160 Queen Victoria Street, Londres EC4V 4LA, Royaume-Uni. Enregistrée en Angleterre sous le n Agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Allemagne : Meriten Investment Management GmbH, régulée par le Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht. Dubaï, Émirats Arabes Unis : La branche de Dubaï de The Bank of New York Mellon, régulée par la Dubai Financial Services Authority. Le présent document est réservé exclusivement The Alcentra Group aux investisseurs professionnels et ne doit servir en aucun cas de base de décision à toute autre personne. Singapour : BNY ARX Investimentos Ltda Mellon Investment Management Singapore Pte. Société à responsabilité limitée enregistrée sous le n E. Régulée par l Autorité monétaire de Singapour Hong Kong : BNY Mellon Investment Management Hong Kong Limited. Réglementée BNY Mellon Cash Investment Strategies par la Hong Kong Securities and Futures Commission. Japon : BNY Mellon Asset Management Japan Limited. BNY Mellon BNY Mellon Western Fund Management Asset Management Japan Limited est agrée par le Kanto Local Finance Bureau en qualité d opérateur d instruments Company Limited financiers sous le n 406 (Kinsho), et est membre de la Investment Trusts Association, Japan ainsi que de la Japan Securities Investment Advisers Association. Australie : BNY Mellon Investment Management Australia Ltd (ABN , The Boston Company Asset Management, LLC Licence AFS n ). Autorisée et réglementée par la Australian Securities & Investments Commission. États-Unis : BNY CenterSquare Investment Management, Inc. Mellon Investment Management. Canada : Les titres sont proposés par l intermédiaire de BNY Mellon Asset Management CenterSquare Investment Management Holdings, Inc. Canada Ltd., enregistrée en qualité de société de gestion de portefeuille et courtier exempté au sein de l ensemble des provinces et territoires du Canada, ainsi que de gestionnaire de fonds d investissement et négociateur de matières premières The Dreyfus Corporation dans la province de l Ontario. Brésil : Ce document est publié par la ARX Investimentos Ltda., Av. Borges de Medeiros, EACM Advisors LLC 633, 4th floor, Rio de Janeiro, RJ, Brésil, CEP Autorisée et réglementée par la Brazilian Securities and Exchange Commission (CVM). Hamon Investment Group Les entités de diffusion ci-dessus sont des entités de BNY Mellon détenues par The Bank of New York Mellon Corporation. Insight Investment Mellon Capital Management Corporation Informations sur la société BNY Mellon Meriten Investment Management BNY Mellon Cash Investment Strategies est une branche de The Dreyfus Corporation. BNY Mellon Western FMC, Insight Investment Management Limited et Meriten Investment Management GmbH ne commercialisent pas de services aux États- The Newton Group Unis. Le présent document ne constitue en aucun cas une offre ou une sollicitation de vente ou une offre d achat relative à Siguler Guff & Company LP l un quelconque des fonds ou services à tout investisseur américain ou à tout autre investisseur à l égard duquel une telle Standish Mellon Asset Management Company LLC offre ou sollicitation serait illégale. BNY Mellon Western Fund Management Company Limited est une joint-venture entre BNY Mellon (49%) et Western Securities Company Ltd, basée en Chine (51%). La société ne commercialise aucun service Walter Scott & Partners Limited en dehors de la République Populaire de Chine. BNY Mellon détient 90% de The Boston Company Asset Management, LLC et le capital restant de la société est détenu par ses salariés. BNY Mellon détient une participation minoritaire de 19,9% dans The Hamon Investment Group Pte Limited, la société mère de Blackfriars Asset Management Limited et Hamon Asian Advisors Limited, qui commercialisent des services d investissement aux États-Unis. The Newton Group («Newton») est composé des sociétés affiliées suivantes : Newton Investment Management Limited, Newton Capital Management Limited (NCM Ltd), Newton Capital Management LLC (NCM LLC), Newton International Investment Management Limited et Newton Fund Managers (C.I.) Limited. Les salariés de NCM LLC constituent des personnes surveillées de NCM Ltd, et NCM LLC ne propose aucun conseil en investissement. Seules NCM LLC et NCM Ltd proposent des services d investissement aux États-Unis. BNY Mellon détient une participation de 20% dans Siguler Guff & Company, LP ainsi que dans certaines entités affiliées (notamment Siguler Guff Advisers LLC) The Bank of New York Mellon Corporation. Publié le 19 mai 2014 bnymellonim.com

Le marché des loans reste attrayant pour les investisseurs sélectifs en dépit des craintes de surchauffe

Le marché des loans reste attrayant pour les investisseurs sélectifs en dépit des craintes de surchauffe Le marché des loans reste attrayant pour les investisseurs sélectifs en dépit des craintes de surchauffe Par Paul Hatfield Directeur des investissements chez Alcentra, filiale de BNY Mellon Nous considérons

Plus en détail

Introduction au modèle multi-boutique unique de BNY Mellon Asset Management

Introduction au modèle multi-boutique unique de BNY Mellon Asset Management Introduction au modèle multi-boutique unique de BNY Mellon Asset Management La construction de solutions d investissement sur mesure requiert une maîtrise d oeuvre adaptée Les boutiques de gestion dédiées

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués

Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués Stratégie et investissement Il est essentiel de prendre des risques mesurés : privilégiez une prise de risque

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Fund

Wealth & Tax Planning Private Fund Wealth & Tax Planning Private Fund Parties dans un Private Fund Structure simplifiée Structure le Private Fund Mandant = Sponsor Définit le cadre opératif Administrateur Chargé de l évaluation des actifs,

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Fonds d obligations mondiales Renaissance. Patrick Bradley I Novembre 2014

Fonds d obligations mondiales Renaissance. Patrick Bradley I Novembre 2014 Fonds d obligations mondiales Renaissance Patrick Bradley I Novembre 2014 Programme 1. Brandywine Global Investment Management, LLC Vue d ensemble de l entreprise 2. Fonds d obligations mondiales Renaissance

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Insurance

Wealth & Tax Planning Private Insurance Wealth & Tax Planning Private Insurance Parties dans une Private Insurance Structure simplifiée Mandant = Preneur d assurance Contrat d assurance Transfert des actifs Police d assurance Compagnie d assurance

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Company

Wealth & Tax Planning Private Company Wealth & Tax Planning Private Company Parties dans une Private Company Structure simplifiée Mandant = Actionnaire Procure des recommandations Conseil d administration Les actions peuvent être détenues

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Les conséquences potentielles d une restructuration de la dette souveraine sur les banques européennes

Les conséquences potentielles d une restructuration de la dette souveraine sur les banques européennes 26 Mai 2011 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Si le montant de dette des pays PIG est relativement

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Examiner les risques. Guinness Asset Management

Examiner les risques. Guinness Asset Management Examiner les risques Guinness Asset Management offre des produits d investissement à des investisseurs professionnels et privés. Ces produits comprennent : des compartiments de type ouvert et investissant

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010 L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2010 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Table des matières Inhaltsverzeichnis Résumé

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente. Insight + Process = Results

Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente. Insight + Process = Results Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente Insight + Process = Results Des fondamentaux solides Un potentiel de diversification Dans un environnement

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Foundation

Wealth & Tax Planning Private Foundation Wealth & Tax Planning Private Foundation Parties dans une Private Foundation Structure simplifiée Mandant de la fondation = Fondateur Procure des recommandations Conseil de fondation Transfère les actifs

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

Stratégie relative aux obligations d État Focus sur la Grèce

Stratégie relative aux obligations d État Focus sur la Grèce Décembre 29 Stratégie relative aux obligations d État Table des matières 1 Évolution récente du marché... 2 2 La situation économique... 3 3 Stratégie... 4 Dexia Asset Management Voir les mentions légales

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Le moment opportun pour investir dans les actions européennes

Le moment opportun pour investir dans les actions européennes Le moment opportun pour investir dans les actions européennes Martin Skanberg, Gérant de fonds, actions européennes Septembre 213 Les actions européennes ont profité des déclarations du président de la

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014

TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014 Février 2015 INFORMATION La Lettre TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014 Dans les pays développés, la conjoncture a semblé se normaliser avec une affirmation de la croissance aux Etats-Unis

Plus en détail

Les dividendes : une réponse à la faiblesse des taux d intérêt

Les dividendes : une réponse à la faiblesse des taux d intérêt Les dividendes : une réponse à la faiblesse des taux d intérêt Les dividendes restent un moteur clé de la performance. Sur les 40 dernières années, ils ont représenté presque 4 de la performance totale

Plus en détail

L immobilier se porte mieux. En mai, l indice Case-Shiller du prix des maisons reste stable. En juin, les mises en chantier se redressent de 14.6 %.

L immobilier se porte mieux. En mai, l indice Case-Shiller du prix des maisons reste stable. En juin, les mises en chantier se redressent de 14.6 %. 08 Août 2011 Allocation tactique Lettre mensuelle juin-début juillet. Alors que la croissance est révisée de 3.1 à 2.3 % au 4ème trimestre 2010, et de 1.9 à 0.4 % au 1 er trimestre, elle s établit à 1.3

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2009 : -5,8% en données comparables

Chiffre d affaires du premier trimestre 2009 : -5,8% en données comparables Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 16 avril 2009 Chiffre d affaires du premier trimestre 2009 : -5,8% en données comparables Dans un contexte de crise économique sans précédent, Bonne

Plus en détail

Revue économique. Juin 2013

Revue économique. Juin 2013 Revue économique Juin 213 Banque nationale de Belgique Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et non commerciales est autorisée avec mention

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre Les marchés boursiers ont rebondi de façon marquée au cours du troisième trimestre, réagissant aux politiques accommodantes annoncées par les principales banques centrales dans le monde et au progrès dans

Plus en détail

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Publié en avril 2015 Réservé aux investisseurs et aux conseillers financiers professionnels Stratégie d'investissement mensuelle de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Section 1 : Opinions mensuelles

Plus en détail

Commentaire sur les marchés À la recherche de canaris dans la mine de charbon

Commentaire sur les marchés À la recherche de canaris dans la mine de charbon Par Daniel Theriault, CFA, MBA, Chef stratège en placements Commentaire sur les marchés À la recherche de canaris dans la mine de charbon «Il arrive parfois que le canari meure dans la mine de charbon

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY 5 Novembre 212 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu France : Kiss 6 France - Croissance du PIB vs.

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire avril 2011 N 314 la vie économique et sociale des infrastructures dévastées, Kesennuma, 25 mars 2011 conjoncture Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer emploi Remontée de

Plus en détail

Le Conseil d administration de Dexia qui s est tenu le jeudi 5 février 2004 a pris connaissance du rapport d activité.

Le Conseil d administration de Dexia qui s est tenu le jeudi 5 février 2004 a pris connaissance du rapport d activité. Le 5 février 2004 COMMUNIQUE DE PRESSE Activité du groupe Dexia en 2003! Année record dans les services financiers au secteur public local! Reprise dans les services financiers de proximité! Encours de

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Trust

Wealth & Tax Planning Private Trust Wealth & Tax Planning Private Trust Parties dans un Private Trust Structure simplifiée Mandant = Settlor Sert de guide Propriété légale Trustee Transfère les actifs Détient et gère les fonds en trust Protecteur

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Guerre des changes : fin de l acte II? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients D ans un monde marqué par un

Plus en détail

La Chine atterrit et le marché décolle!

La Chine atterrit et le marché décolle! Que s'est-il passé en avril? Focus Marchés Commentaires de marché En avril, le ralentissement économique du premier trimestre est confirmé par les chiffres de croissance publiés en Chine et aux Etats-Unis.

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Evolution contrastée selon les secteurs

Evolution contrastée selon les secteurs Evolution contrastée selon les secteurs Reprise sous conditions Paris, le 20 mars 2014 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur de la Communication - UIC 01.46.53.11.65 / 06.71.06.72.49 - hmejean@uic.fr

Plus en détail

Index Solutions Placements en obligations: les réponses de la gestion indicielle à l environnement de taux d intérêt bas

Index Solutions Placements en obligations: les réponses de la gestion indicielle à l environnement de taux d intérêt bas Index Solutions Placements en obligations: les réponses de la gestion indicielle à l environnement de taux d intérêt bas Newsletter n o 12 Dans cet environnement, les fonds indiciels sur les obligations

Plus en détail

Taux: quatre idées d investissement après la Grèce

Taux: quatre idées d investissement après la Grèce Taux: quatre idées d investissement après la Grèce La crise grecque est passée du stade aigu au stade chronique et les investisseurs obligataires européens repartent à la chasse au rendement, avec à la

Plus en détail