mise à jour sur les cycles économiques série leadership AVRIL 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "mise à jour sur les cycles économiques série leadership AVRIL 2015"

Transcription

1 Article de fond rédigé par nos partenaires américains mise à jour sur les cycles économiques L Europe au tournant d un cycle économique La vigueur des États-Unis et de la zone euro soutient la croissance mondiale, mais la volatilité des marchés pourrait s accentuer Dirk Hofschire, CFA l Vice-président principal, Recherche sur la répartition de l actif Lisa Emsbo-Mattingly l Directrice principale, Recherche sur la répartition de l actif Joshua Lund-Wilde l Analyste de recherche, Recherche sur la répartition de l actif Jake Weinstein, CFA l Analyste principal, Recherche sur la répartition de l actif FAITS SAILLANTS La zone euro démontre clairement qu elle émerge du ralentissement qu elle a connu en 2014 pour se diriger vers une expansion de mi-cycle généralisée. Nous continuons de privilégier les actions européennes et croyons que la tendance à la hausse de l économie aidera l euro. La lenteur de la croissance mondiale, la baisse des prix du pétrole et la robustesse du dollar confirment la phase d expansion de mi-cycle marquée par la faiblesse de l inflation et la croissance modérée que traversent les États Unis. La modeste amélioration du cycle économique mondial est bénéfique pour la plupart des marchés des actifs. Nous prévoyons que la Fed haussera les taux cette année, ce qui devrait accroître la volatilité des marchés financiers. AUTRES POINTS CLÉS L équipe de recherche sur la répartition de l actif (ERRA) de Fidelity a recours à une démarche de répartition de l actif basée sur un horizon multi-temporel qui analyse les tendances parmi trois segments temporels, à savoir un horizon tactique (court terme), un horizon cyclique (moyen terme) et un horizon séculaire (long terme). Le présent rapport mensuel met principalement l accent sur les fluctuations à moyen terme du cycle économique et sur l influence que ces changements pourraient exercer sur les perspectives de diverses catégories d actifs.

2 Qu est-ce qui attend la zone euro? Les perspectives économiques à long terme de l Europe seront vraisemblablement assombries par le vieillissement de la population, les niveaux élevés de la dette publique ainsi que les risques politiques à court terme liés à la Grèce et au conflit opposant l Ukraine et la Russie, qui ne semblent pas près de disparaître. Quoi qu il en soit, notre approche en matière de cycle économique repose sur le principe que l amélioration ou la dégradation des conditions cycliques est le facteur qui influence le plus la performance relative des actifs à moyen terme. À ce propos, nous avons souligné dans nos perspectives pour 2015 que nous nous attendions à ce que l économie européenne s extirpe du ralentissement de milieu de cycle dans lequel elle avait sombré l année dernière (voir l article intitulé «Mise à jour sur les cycles économiques : la robustesse de l économie américaine et les divergences à l échelle mondiale pourraient alimenter la volatilité en 2015», paru dans notre publication Série leadership, Décembre 2014/Janvier 2015). Nous constatons à présent les signes concrets indiquant que la zone euro a entamé une remontée cyclique. Conjoncture monétaire et conditions de crédit : quand des vents contraires se mettent à souffler dans la bonne direction Encouragé par l amélioration du cycle monétaire et du cycle de crédit, qui revêtent toujours une grande importance, notre schéma de cycle économique laisse à penser que la plupart des économies européennes traversent en ce moment une phase d expansion de mi-cycle. Les banques de la zone euro qui, en 2014, se concentraient sur le désendettement de leur bilan en réponse aux tests de résistance réglementaires, ont commencé à élargir leur activité de crédit. Les prêts au secteur privé ont augmenté au cours de l année écoulée pour la première fois depuis 2012 (voir le Tableau 1). De plus, les normes de prêts se sont assouplies dans le cas de tous les types de crédit (voir le Tableau 2). Après la contraction que le bilan de la Banque centrale européenne a subie en 2014, les conditions monétaires se sont également détendues. Le bilan de la BCE reprend de l expansion, étant donné que les opérations de refinancement ciblées à long-terme (TLTRO) mises en œuvre par l institution ont permis de lever 310 milliards d euros à un taux de financement très bas en vue de stimuler la croissance des prêts (voir le Tableau 1). Le programme d achat massif de titres souverains lancé par la BCE (programme d assouplissement quantitatif) a remonté le moral des investisseurs en venant à la rescousse des prix des actifs et d une devise dépréciée. Les achats mensuels d obligations souveraines au coût de 50 milliards d euros effectués par la BCE engloutiront, selon les projections, quelque 227 milliards d euros de plus que ne le commanderait l émission totale nette d obligations souveraines de la zone euro au cours des douze prochains mois 1, contribuant ainsi à pousser plus de 2 des obligations européennes de qualité en territoire négatif 2. Cette situation pourrait bien obliger les investisseurs à s aventurer plus loin dans le spectre du risque, ce qui serait bénéfique pour les marchés des actions. 1 Sources : Bloomberg Finance L.P. et Fidelity Investments (ERRA), au 20 mars Source : Indice global Barclays des obligations européennes, au 28 février Tableau 1 Bilan de la BCE par rapport à la croissance des prêts privés Après des années de recul, la croissance des prêts est en hausse et sera ultérieurement alimentée par les politiques plus accommodantes de la BCE. Tableau 2 Normes d octroi des prêts des banques de la zone euro Les banques de la zone euro ont assoupli leurs normes concernant les prêts aux secteurs des particuliers et des entreprises. Milliards d euros Févr Croissance des prêts privés Août 2011 Févr Croissance des prêts (pourcentage sur douze mois) Août 2012 Bilan de la BCE (variation sur six mois) Févr Août 2013 Févr Août 2014 Févr % 2 % 2 % 4 % Part nette, en pourcentage, des banques de la zone euro ayant assoupli leurs normes de prêts Achats de maisons 2005 Crédit aux entreprises Normes plus souples Normes plus strictes 2008 Crédit à la consommation Sources : Banque centrale européenne, Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 28 février Sources : Banque centrale européenne, Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 20 janvier

3 MISE À JOUR SUR LES CYCLES ÉCONOMIQUES : L EUROPE AU TOURNANT D UN CYCLE ÉCONOMIQUE L économie réelle reprend de la vigueur L élan cyclique positif des derniers mois a été déclenché par l Allemagne et l Espagne. Dans le secteur manufacturier, les effets coup de fouet 1 indicateurs avancés de l activité industrielle demeurent profondément favorables en Allemagne et ont démontré une nette amélioration dans les pays périphériques de la zone euro ces deux dernières années. L accroissement de la confiance des entreprises est également généralisé, un nombre grandissant de sociétés de la zone euro s attendant à ce que les conditions évoluent au cours des douze prochains mois. Le repli de l euro a fait grimper les exportations de la zone euro vers les États-Unis de 14 % sur douze mois 2. Les nations périphériques sont devenues plus concurrentielles, les coûts unitaires de main-d œuvre ayant diminué de plus de 1 depuis 2009 en Espagne, en Irlande et en Grèce 3. Le degré de confiance des consommateurs de la zone euro a éclipsé les niveaux observés avant , compte tenu de la baisse des prix du pétrole, de l accès plus facile au crédit et du modeste progrès enregistré par les marchés de l emploi. Le pourcentage de consommateurs espagnols qui envisagent les conditions économiques 1 Nouvelles commandes moins les stocks. 2 Sources : Eurostat, Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 31 janvier Sources : Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Banque des règlements internationaux, Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 31 décembre Sources : Commission européenne, Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 23 mars Tableau 3 Confiance et demande des consommateurs espagnols Le modeste progrès économique survenu après des années de demande refoulée a donné lieu à une hausse des achats d articles à prix unitaire élevé. Taux d augmentation sur douze mois (%) 6 3 Immatriculations de nouvelles voitures 3 6 Confiance des consommateurs Amélioration de la situation économique au cours des douze prochains mois (pourcentage net) Sources : Banco de España, Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 28 février à venir avec optimisme atteint un sommet inégalé depuis au moins trente ans. Après des années de demande refoulée, le nombre d immatriculations de véhicules automobiles a inscrit une hausse de 26 % comparativement à un an plus tôt (voir le Tableau 3). Risques et limites quant au potentiel de hausse de l Europe Malgré cet élan cyclique, bon nombre d entraves compromettent les perspectives de l Europe. Mentionnons d abord les risques politiques, dont l escalade du conflit entre l Ukraine et la Russie. En outre, les craintes entourant le départ potentiel de la Grèce de la zone euro ont refait surface, bien que ce scénario ne nous semble pas le plus probable. Même si elle constitue toujours une menace, la sortie de la Grèce représente un risque systémique beaucoup moins grave que par les années passées, les réclamations étrangères à l égard des banques grecques ayant diminué de plus de 8 depuis Qui plus est, les politiques musclées et les programmes d octroi de liquidités d urgence de la BCE permettent de restreindre la contagion liée à un départ éventuel de la Grèce. Contrairement à la situation au milieu de l année 2011, les obligations souveraines de l Espagne et de l Italie sont restées stables et basses pendant la récente vague de volatilité qui s est abattue sur les actifs grecs. En deuxième lieu, plusieurs facteurs plaident davantage en faveur d une amélioration graduelle que d une vive reprise. Le taux de chômage reste élevé dans la région, atteignant 11,2 % et même 24 % en Espagne 6. Les niveaux de la dette publique demeurent importants dans les pays périphériques et le désendettement des ménages est insuffisant. De plus, les tendances démographiques à long terme sont encore inquiétantes, la décroissance de la population d âge actif mettant un frein à la croissance. À long terme, nous prévoyons une croissance léthargique pour les deux prochaines décennies. Impact de la conjoncture européenne sur notre répartition de l actif Compte tenu du regain de la zone euro, les deux plus grandes économies du monde (soit les États-Unis et l Europe) bénéficient désormais de solides perspectives qui procurent une stabilité à l économie mondiale et viennent à l appui des catégories d actifs les plus risquées à l échelle de la planète. Actions de la zone euro Éperonnés par les mesures d assouplissement quantitatif et des données économiques supérieures aux attentes, les cours des actions européennes ont nettement augmenté au début de Il n en reste pas moins que les aspects fondamentaux positifs devraient continuer de soutenir les marchés boursiers européens. Les perspectives concernant les bénéfices des sociétés prennent du mieux grâce à la faiblesse de l euro et à l embellie de la conjoncture macroéconomique. En outre, les évaluations correspondent à leurs moyennes historiques et sont inférieures aux coefficients américains actuels. 5 Sources : Banque des règlements internationaux, Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 30 septembre Sources : Servicio Publico de Empleo Estatal, Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 28 février

4 L euro Pour les investisseurs des États-Unis, le repli de l euro par rapport au dollar américain a nui au rendement des actions européennes au cours des derniers mois. Néanmoins, nous croyons que cette tendance tire à sa fin. La différence entre l orientation des politiques économiques et monétaires des États-Unis et de l Europe est pleinement admise à l heure actuelle, puisque la baisse de 2 qu a subie l euro depuis le mois de juillet reflète déjà la vigueur relative de l économie américaine et l intention de la Fed d adopter des mesures de resserrement en Compte tenu de nos projections qui mettent de l avant une amélioration constante de la situation de la zone euro, nous estimons que l économie européenne risque beaucoup moins de décevoir le marché que l économie américaine, mais qu il sera plus difficile pour la BCE de surprendre favorablement les investisseurs avec des mesures d assouplissement plus poussées que prévu. Par conséquent, un raffermissement de l économie européenne devrait commencer à soutenir l euro. Ce processus serait plus en accord avec l activité du marché des dernières années, où à l encontre des derniers mois le solide rendement des actions a coïncidé avec des fluctuations bénéfiques des devises (voir le Tableau 4). Tableau 4 Les actions européennes et l euro La relation généralement favorable qui existe entre les actions européennes et l euro s est détériorée en 2014 mais pourrait se régulariser au cours des prochains mois. Indice MSCI Euro (en devise locale) Taux de change EUR/USD Actions européennes 2013 Euro c. $ US ,8 1,6 1,4 1,2 1,0 Sources : Morningstar, Bloomberg Finance L.P. et Fidelity Investments (ERRA), au 23 mars Le point sur le cycle macroéconomique Les récentes données publiées sur les États-Unis sont encore quelque peu décevantes, la robustesse constante du dollar, la morosité de l environnement externe et l effondrement des prix pétroliers enrayant toujours les activités manufacturières, les exportations et les autres secteurs tributaires des marchés mondiaux. Cependant, ces tendances entérinent les perspectives de consommation favorables et l expansion de mi-cycle assortie d une inflation ténue. Secteurs économiques américains Emploi et consommation. Le marché de l emploi continue de s améliorer de façon stable, les indicateurs prospectifs y compris les demandes de prestations de chômage et le nombre d occasions d emploi 1 donnant à penser que le marché devrait se contracter davantage. Bien que ces tendances ne se soient pas encore traduites par une accélération considérable de la hausse des salaires, les consommateurs nourrissent des attentes nettement plus élevées face à l augmentation de leur revenu et ce, pour la première fois au cours de la reprise actuelle (voir le Tableau A). Les ventes au détail ont été de nouveau navrantes en partie, du moins, à cause de la baisse du prix nominal de nombreux biens et des conditions météorologiques désavantageuses mais les gains solides réalisés au chapitre du revenu réel devraient contribuer à un redressement de la consommation. Les progrès du marché du travail, le recul des prix du gaz, l inflation modérée et la vigueur du dollar étayent toujours le pouvoir d achat et le potentiel de revenu réel des consommateurs américains. Tableau A Attentes des consommateurs quant à la hausse de leur revenu Les consommateurs ont des attentes de revenu de plus en plus importantes au fur et à mesure que le marché de l emploi continue de se contracter. Changements prévus au cours de l année à venir (moyenne sur six mois) 3 % 2 % 1 % Sources : University of Michigan Surveys of Consumers (Sondage sur la confiance des consommateurs de l université du Michigan), Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 13 mars Sources : Bureau of Labor Statistics (Bureau américain des statistiques relatives à l'emploi), Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 27 mars

5 MISE À JOUR SUR LES CYCLES ÉCONOMIQUES : L EUROPE AU TOURNANT D UN CYCLE ÉCONOMIQUE Inflation. Les pressions inflationnistes demeurent circonscrites par la désinflation mondiale, la chute des prix du pétrole et les gains hésitants des salaires locaux. Même si les mesures relatives à l inflation de base restent anémiques, nous nous attendons à ce que l accroissement des salaires dans le secteur des services rétablisse leur tendance à la hausse en Malgré la désinflation mondiale et la majoration des salaires, les pressions inflationnistes de fin de cycle ne se sont pas encore manifestées. Sociétés et crédit. Les conditions pour les sociétés et le marché du crédit des États-Unis sont toujours propices à l expansion économique. Bien que le dernier sondage sur la confiance des PDG mené par la Business Roundtable (table ronde des hommes d affaires) indique des perspectives économiques positives, les plans visant les dépenses en capital restent flous, partiellement en raison de la robustesse du dollar et des conséquences de la baisse des prix du pétrole sur les investissements énergétiques. Pourtant, les banques n ont cessé de faire preuve d une volonté grandissante d accorder des prêts tant aux particuliers qu aux entreprises au début de 2015, même si elles ont agi moins vite qu aux trimestres précédents 1. La force du dollar et la mollesse de la demande mondiale peuvent encore nuire à l activité manufacturière et aux profits des multinationales, mais les marges bénéficiaires devraient se maintenir à un niveau élevé compte tenu de la faiblesse des pressions inflationnistes. La solide rentabilité des sociétés et l accès au crédit demeurent des éléments propices à l expansion de mi-cycle. Habitation. L expansion du marché de l habitation manque toujours de vitalité, mais a quand même profité de certaines améliorations. D après les indicateurs avancés, la demande et l activité continuent d augmenter en dépit de la récente baisse des mises en chantier à la suite de mauvaises conditions climatiques, puisque l activité liée aux remises de permis et les promesses de vente de maisons conservent un rythme de croissance à un chiffre dans la partie moyenne de la fourchette au cours de l année écoulée. Le marché de l habitation continue de gagner du terrain, lentement mais sûrement, porté par le resserrement du marché de l emploi, des taux hypothécaires toujours bas et l assouplissement des modalités de crédit. Survol mondial Chine. Après avoir connu un boom qui a duré plusieurs années dans les secteurs de l immobilier et du crédit, la Chine tente désespérément d absorber sa surcapacité de production et d éviter l instabilité financière tandis qu elle traverse une période de ralentissement cyclique. Le secteur immobilier un pilier crucial de l économie chinoise semble se détériorer davantage, les prix des propriétés, le nombre de transactions et la quantité de nouvelles constructions dénotant une tendance négative sur douze mois 2. Les politiques monétaires et budgétaires de plus en plus accommodantes n ont pas encore réussi à stimuler l économie de façon valable, car les sorties de capitaux étrangers minent ces mesures 1 Enquête auprès des responsables du crédit. Sources : Réserve fédérale, Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 2 février Sources : Bureau national des statistiques de Chine, Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 28 février en réduisant les liquidités du système financier. La Chine continue de s essouffler et sa croissance est confrontée à un risque élevé de décélération. Japon. L économie japonaise demeure apathique et continuera de faire face à des vents contraires cycliques, plus particulièrement les effets négatifs de la hausse de la taxe à la consommation imposée en avril 2014 et sa forte dépendance aux exportations à destination de la Chine, qui tourne au ralenti. À court terme, l économie nippone donnera des signes de reprise; en effet, certains indicateurs psychologiques des ménages et des entreprises ont progressé ces trois derniers mois et le ratio stock/ livraisons s est également amélioré. Le Japon est probablement en train de sortir de la récession, aidé par la baisse des prix pétroliers, les mesures renouvelées de stimulation monétaire et la remontée des exportations grâce à la dépréciation du yen. Sommaire mondial. La scène mondiale est marquée par de vifs contrastes : l économie américaine, qui est de plus en plus robuste, se dirige vers un resserrement des politiques monétaires alors que l inertie et les tendances désinflationnistes des autres grandes économies ont entraîné l adoption de mesures de relance encore plus énergiques. L économie mondiale continue de se porter un peu mieux, profitant de la chute des prix du pétrole, de la faiblesse des devises autres que le dollar US et de la baisse des rendements obligataires. Les indicateurs avancés des quarante plus grandes économies mondiales ont encore affiché des progrès graduels et plus de la moitié d entre eux ont démontré un raffermissement au cours des six et douze derniers mois 3. À l extérieur des États-Unis, les pays développés semblent davantage en mesure de tirer parti des changements que subit la conjoncture mondiale. En Europe et au Japon, les consommateurs bénéficient de l affaissement des prix du pétrole tandis que les exportateurs reçoivent un sérieux coup de pouce grâce à la vigueur de la devise et de l économie américaines. Par ailleurs, un nombre important de grands marchés émergents restent coincés dans des remous cycliques. Le ralentissement de l économie chinoise et la diminution des prix des produits de base constituent des obstacles pour beaucoup de pays en développement de même que pour l Australie. Les avantages que les devises plus économiques procurent à la Russie, au Brésil et à l Indonésie ont été plus que neutralisés par l impact négatif des conditions de l échange de marchandises à cause de l écroulement des prix des produits de base. De plus, les sorties de capitaux étrangers continuent d exercer des pressions à la baisse sur les devises, forçant ainsi la mise en place de conditions monétaires plus serrées qu elles ne l auraient été à la suite du ralentissement de leurs perspectives cycliques. L économie mondiale donne des signes de légère amélioration et révèle des conditions avantageuses dans les principales économies développées alors que plusieurs grandes économies émergentes sont toujours aux prises avec des pressions attribuables à la récession. 3 Sources : Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Foundation for International Business and Economic Research (FIBER) (Fondation pour la recherche sur le commerce international et l économie), Haver Analytics et Fidelity Investments (ERRA), au 31 janvier

6 Conséquences sur les perspectives et la répartition de l actif La modeste amélioration qui se profile dans le cycle économique mondial demeure généralement propice aux marchés des actifs. Le contexte favorable de mi-cycle qui prévaut aux États-Unis et en Europe jette les bases d une croissance mondiale modérée, d une inflation ténue et de taux d intérêt bas. Si ces conditions servent bien les actions, il reste qu une inflation de fin de cycle qui viendrait menacer les rendements obligataires ne s est toujours pas produite. Les actions européennes pourraient bien connaître la plus forte hausse cyclique en raison de leurs évaluations relativement attrayantes et des attentes encore bien raisonnables des investisseurs face à l activité économique. Nous nous attendons à ce que la Réserve fédérale américaine (Fed) commence à relever les taux cette année; cependant, même si les mesures de resserrement qu elle entreprendra seront sans doute graduelles, elles accentueront probablement la volatilité sur les marchés des changes et les marchés financiers à plus vastes assises. À notre avis, ce sont les marchés émergents qui risquent le plus de compromettre nos prévisions concernant l embellie mondiale. En effet, le durcissement adopté par la Fed et la robustesse de la devise américaine rendront sans doute les conditions financières de ces régions encore plus difficiles à un moment où l activité économique accuse une décélération considérable. La Chine constitue notre plus grande préoccupation, même si selon nous, elle saura éviter une importante instabilité financière. Nous anticipons une timide amélioration de la conjoncture mondiale en 2015, mais dans un climat où les marchés financiers seront soumis à une volatilité plus soutenue (voir le schéma de cycle économique). Schéma de cycle économique L Allemagne et les États-Unis sont toujours dans une phase d expansion de mi-cycle alors que la Chine et le Japon demeurent confrontés aux pressions attribuables à une fin de cycle et à la récession. Phases du cycle Pressions inflationnistes Rouge = Élevées DÉBUT DE CYCLE Relance de l activité (PIB, indice de productivité, emploi, revenus) Reprise du crédit Croissance rapide des profits Maintien des politiques de stimulation Stocks bas et amélioration des ventes MILIEU DE CYCLE Point culminant de la croissance Forte croissance du crédit Hausse maximale des profits Politique neutre Augmentation des stocks et des ventes; situation d équilibre FIN DE CYCLE Ralentissement de la croissance Resserrement du crédit Pressions sur les bénéfices Politique d austérité Stocks en hausse; baisse de la croissance des ventes RÉCESSION Activité en baisse Raréfaction du crédit Diminution des profits Assouplissement des politiques Chute des stocks et des ventes CONTRACTION Allemagne É.-U. + Croissance économique Japon REPRISE EXPANSION Chine # Japon Rendement relatif des actifs sensibles à l économie Vert = Vigoureux Remarque : Ce schéma est une illustration hypothétique du cycle économique. En pratique, les phases d un cycle ne suivent pas toujours cette progression; de plus, il arrive qu un cycle économique omette une de ces phases ou effectue un retour à une phase antérieure. # Il y a décélération de la croissance quand un pays enregistre une baisse notable de l activité par rapport à son potentiel économique à long terme. Nous avons adopté la définition de «cycle de croissance» pour la plupart des économies en développement comme la Chine; en effet, ces dernières sont portées à démontrer une solide performance tendancielle alimentée par une accumulation rapide des facteurs de production et par des hausses de la productivité; en outre, leur déviation par rapport à la tendance semble constituer l élément qui influence le plus le rendement des actifs. Par ailleurs, nous utilisons la définition classique du terme «récession», qui implique une contraction manifeste de l activité économique, dans le cas des économies développées. Voir les Notes en fin d ouvrage pour plus d information. Source : Fidelity Investments (ERRA). 6

7 MISE À JOUR SUR LES CYCLES ÉCONOMIQUES : L EUROPE AU TOURNANT D UN CYCLE ÉCONOMIQUE AUTEURS Dirk Hofschire, CFA l Vice-président principal, Recherche sur la répartition de l actif Joshua Lund-Wilde l Analyste de recherche, Recherche sur la répartition de l actif Lisa Emsbo-Mattingly l Directrice principale, Recherche sur la répartition de l actif Jake Weinstein, CFA l Analyste principal, Recherche sur la répartition de l actif L équipe de recherche sur la répartition de l actif (ERRA) mène des recherches d ordre économique, fondamental et quantitatif en vue de procurer des recommandations visant la répartition de l actif aux gestionnaires de portefeuille et aux équipes de placements de Fidelity. L ERRA effectue l analyse et la synthèse des perspectives de placement provenant des diverses unités de gestion de l actif de Fidelity afin de mettre en lumière les tendances macroéconomiques ainsi que l orientation des marchés financiers et de déterminer leur impact sur la répartition de l actif. Les analystes de recherche sur la répartition de l actif Austin Litvak, Caitlin Dourney et Ilan Kolet ont également participé à la rédaction du présent article. Kevin Lavelle, vice-président, Leadership éclairé de Fidelity, et Christie Myers, directrice principale, Leadership éclairé de Fidelity, en ont supervisé la rédaction. Investisseurs canadiens Réservé aux clients canadiens éventuels. Offert dans toutes les provinces du Canada par Fidelity Investments Canada s.r.i. conformément aux lois sur les valeurs mobilières en vigueur. Avant d investir dans un fonds, veuillez prendre en considération ses objectifs de placement, ses risques, ses frais et ses charges. Adressez-vous à Fidelity pour obtenir un prospectus ou, le cas échéant, un prospectus simplifié contenant cette information et lisez-le avec attention. Les opinions contenues aux présentes ont été exprimées à la date indiquée, d après l information disponible à ce moment-là, et sont appelées à changer en tout temps en fonction de l évolution des marchés et d autres facteurs. À moins d indication contraire, ces opinions sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Fidelity Investments ou de ses sociétés affiliées. Fidelity décline toute obligation de mettre à jour l information fournie dans le présent document. Parmi les catégories d actifs, les actions sont ordinairement plus volatiles que les obligations ou les instruments à terme et leur valeur peut considérablement diminuer à la suite de la dégradation de la situation des émetteurs, du climat politique, de la réglementation, des marchés ou de la conjoncture économique. Bien que le marché obligataire présente également une certaine volatilité, les titres de créance de qualité inférieure, y compris les prêts à effet de levier, offrent généralement des rendements supérieurs à ceux des titres de qualité, mais ils comportent aussi un plus grand risque de défaillance et de fluctuation de prix. Les marchés étrangers peuvent accuser une plus grande volatilité que les marchés des États-Unis en raison des risques accrus de dégradation de la situation des émetteurs, du climat politique, des marchés ou de la conjoncture économique, facteurs qui sont exacerbés dans le cas des marchés émergents. Les décisions de placement doivent tenir compte des objectifs individuels de l investisseur, de son horizon temporel de même que de sa tolérance au risque. En règle générale, les marchés obligataires sont volatils et les titres à revenu fixe présentent des risques liés aux taux d intérêt. (Habituellement, les prix des obligations baissent à mesure que les taux d intérêt augmentent et vice-versa. Cet effet est ordinairement plus marqué dans le cas des titres à long terme.) Les titres à revenu fixe comportent des risques d inflation, de crédit et de défaillance, tant pour les émetteurs que pour les contreparties. Tout placement comporte un risque, y compris un risque de perte. Les rendements passés ne sont pas une garantie des résultats futurs. Ni la diversification ni la répartition de l actif ne constituent un gage de profit ou une garantie contre les pertes. Les indices ne font l objet d aucune gestion. Il n est pas possible d investir directement dans un indice. Le schéma de cycle économique décrit les étapes généralement parcourues par les cycles économiques au fil du temps, bien que chaque cycle soit différent; vous trouverez des observations sur la phase en cours dans le corps du texte. Habituellement, le cycle économique type se déroule de la façon suivante : Durant la phase de début de cycle type, l économie atteint un creux et commence à remonter la pente jusqu à ce qu elle sorte de la récession; la reprise s amorce ensuite avec l intensification de l activité. Cette phase se caractérise par des pressions inflationnistes faibles, une politique monétaire accommodante et une courbe de rendement accentuée. Les catégories d actifs plus sensibles à la conjoncture économique, comme les actions, enregistrent généralement leurs meilleurs résultats au cours de cette phase. Durant la phase de milieu de cycle type, l économie passe de la reprise à l expansion, ce qui se caractérise par une croissance plus généralisée et autonome, mais à un rythme plus modéré. Les pressions inflationnistes commencent habituellement à s intensifier, la politique monétaire se resserre et la courbe de rendement s aplatit légèrement. Les catégories d actifs sensibles à la conjoncture économique continuent à tirer profit de l essor de l économie, mais leur avantage relatif s amenuise. Durant la phase de fin de cycle type, l expansion économique parvient à maturité, les pressions inflationnistes continuent à augmenter et la courbe de rendement finit par s aplatir, voire s inverser. Avec le temps, l économie se contracte et entre en récession; au chapitre de la politique monétaire, les mesures de resserrement cèdent la place aux mesures d assouplissement. En général, ce sont les catégories d actifs moins sensibles à la conjoncture économique qui affichent la meilleure tenue pendant cette phase, en particulier à la veille ou au début de la récession. Veuillez noter que la durée de ces étapes n est pas uniforme; de plus, ces dernières ne se déroulent pas toujours dans le même ordre chronologique. Selon les observations passées qui ont été faites aux États-Unis, le cycle économique peut varier entre un et dix ans; en outre, dans certains cas, l économie a omis une phase ou a effectué un retour à une phase antérieure. 7

8 Définitions des indices L indice global Barclays des obligations européennes est un indice de référence phare à larges assises qui mesure des obligations de qualité à taux fixe libellées en euros, y compris des valeurs du Trésor, des obligations d État et de sociétés ainsi que des émissions titrisées. L indice MSCI Euro est un indice pondéré en fonction de la capitalisation boursière qui sert à mesurer la performance de l univers des placements du marché boursier pour les investisseurs mondiaux s intéressant aux pays des marchés développés de l Union monétaire européenne. Si vous recevez ce document parce que vous faites affaire avec Fidelity Financial Advisor Solutions (FFAS), veuillez prendre note qu il est distribué aux spécialistes en placements, aux promoteurs de régimes, aux investisseurs institutionnels et aux particuliers par Fidelity Investments Institutional Services Company, Inc. Si vous recevez ce document parce que vous faites affaire avec Fidelity Personal & Workplace Investing (PWI), Fidelity Family Office Services (FFOS) ou Fidelity Institutional Wealth Services (IWS), veuillez prendre note qu il est distribué par l intermédiaire de Fidelity Brokerage Services LLC, Membre de la NYSE et de la SIPC. Si vous recevez ce document parce que vous faites affaire avec National Financial ou Fidelity Capital Markets, veuillez prendre note qu il s adresse uniquement aux investisseurs institutionnels. Les services de compensation et de garde sont assurés par l intermédiaire de National Financial Services LLC, membre de la NYSE et de la SIPC FMR LLC. Tous droits réservés

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

La bulle obligataire est exagérée

La bulle obligataire est exagérée Article de fond de nos partenaires des États-Unis La bulle obligataire est exagérée Une vente massive d obligations gouvernementales si cela devait survenir ne devrait pas ébranler les marchés boursiers,

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres

Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres Rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds 30 septembre 2014 Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Certaines parties de

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada?

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? COMMENTAIRE Services économiques TD EN TERRITOIRE NÉGATIF Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? Faits saillants Le renforcement des mesures de stimulation monétaire à

Plus en détail

Un nouveau répit pour les emprunteurs

Un nouveau répit pour les emprunteurs février Un nouveau répit pour les emprunteurs Faits saillants Nouvelles inquiétudes concernant les pays émergents. Les perspectives de croissance économique demeurent favorables. Le discours de la Banque

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Point de la situation pour les obligations

Point de la situation pour les obligations Point de la situation pour les obligations Inform informations générales à l intention des investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2005 Situation initiale : composantes du taux d intérêt d un emprunt

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Letko, Brosseau & Associés Inc.

Letko, Brosseau & Associés Inc. Letko, Brosseau & Associés Inc. Perspectives sur la conjoncture économique et les marchés financiers Letko, Brosseau & Associés Inc. 1800 avenue McGill College Bureau 2510 Montréal, Québec H3A 3J6 Canada

Plus en détail

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014 Marchés mondiaux INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. CAN : S&P/TSX 14 632 13 622 7,4 Suisse : SMI 8 983

Plus en détail

EN COULISSE GESTION DE PORTEFEUILLES RBC. Essoufflement des vents arrière, modestes ajustements à nos prévisions économiques

EN COULISSE GESTION DE PORTEFEUILLES RBC. Essoufflement des vents arrière, modestes ajustements à nos prévisions économiques EN COULISSE GESTION DE PORTEFEUILLES RBC ÉTÉ 20 90581 (07/20) CHRONIQUES 1 2 PERSPECTIVES DE PLACEMENT La croissance économique mondiale a ralenti au cours des derniers mois, principalement parce que les

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Titres à revenu fixe des marchés émergents

Titres à revenu fixe des marchés émergents Titres à revenu fixe des marchés émergents Fait : Les titres à revenu fixe des marchés émergents constituent une catégorie d actif en soi. Diversité : La taille et la portée des marchés émergents procurent

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Letko, Brosseau & Associés Inc.

Letko, Brosseau & Associés Inc. Letko, Brosseau & Associés Inc. Perspectives sur la conjoncture économique et les marchés financiers Sommaire L amélioration progressive de la conjoncture économique dans les pays développés, menée par

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Mandat privé Fidelity Équilibre Revenu Devises neutres de la Société de Structure de Capitaux Fidelity

Mandat privé Fidelity Équilibre Revenu Devises neutres de la Société de Structure de Capitaux Fidelity Mandat privé Fidelity Équilibre Revenu Devises neutres de la Société de Structure de Capitaux Fidelity Rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds 31 mai 2015 Mise en garde à l égard des

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Deuxième trimestre 2015

Deuxième trimestre 2015 Deuxième trimestre 2015 Contenu Perspectives économiques mondiales Perspectives sur les catégories d'actif Paul English, MBA, CFA vice-président principal, Placements Tara Proper, CFA vice-présidente adjointe,

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Prospérer dans un contexte de faibles taux

Prospérer dans un contexte de faibles taux LEADERSHIP DE LA PENSÉE perspectives AGF Prospérer dans un contexte de faibles taux Comment ajouter de la valeur dans ce contexte difficile pour les titres à revenu fixe Par David Stonehouse, B. Sc. Eng.,

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale

Perspectives de l économie mondiale Études économiques et financières Perspectives de l économie mondiale Octobre 215 Distribution préliminaire Avant-propos, résumé analytique et chapitre 1 L ajustement au repli des prix des produits de

Plus en détail

Bulletin trimestriel sur les marchés T1 2015

Bulletin trimestriel sur les marchés T1 2015 Bulletin trimestriel sur les marchés T1 2015 Message du chef de la direction des placements Je suis heureux de présenter la première édition du Bulletin trimestriel sur les marchés. Remplaçant notre publication

Plus en détail

RAPPORT. sur le rendement du Fonds pour le semestre clos le 30 juin 2015

RAPPORT. sur le rendement du Fonds pour le semestre clos le 30 juin 2015 15 RAPPORT intermédiaire de la direction pour le semestre clos le 30 juin 2015 Fonds FÉRIQUE Fonds FÉRIQUE Revenu Court Obligations Terme Fonds FÉRIQUE Équilibré Pondéré Fonds FÉRIQUE Équilibré Fonds FÉRIQUE

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Le Mois en Bref. Dans cette édition. Les Conservateurs proposent. une bonification volontaire du RPC Actualités géopolitiques

Le Mois en Bref. Dans cette édition. Les Conservateurs proposent. une bonification volontaire du RPC Actualités géopolitiques Aon Hewitt Le Mois en Bref Mai 2015 Dans cette édition Les Conservateurs proposent une bonification volontaire du RPC 1 Actualités géopolitiques 2 Actualités économiques 2 Actualités financières 2 Marchés

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

Catégorie Fidelity Actions américaines de la Société de Structure de Capitaux Fidelity

Catégorie Fidelity Actions américaines de la Société de Structure de Capitaux Fidelity Catégorie Fidelity Actions américaines de la Société de Structure de Capitaux Fidelity Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds 30 novembre 2014 Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS. Analyse du rendement par la direction

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS. Analyse du rendement par la direction RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS Fonds diversifiés Fonds de répartition d'actifs Banque Nationale Pour la période terminée le 30 juin 2015 Le présent rapport intermédiaire

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent 9 avril Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent Un fort degré d inquiétude persiste à l égard des pays émergents depuis environ un an La réduction

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2013 Le point sur la situation économique et financière du québec Automne 2013 NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Point de vue. Sherry Cooper, Ph. D. Vice-présidente à la direction, BMO Groupe financier Économiste en chef, BMO Nesbitt Burns 1 800 613-0205

Point de vue. Sherry Cooper, Ph. D. Vice-présidente à la direction, BMO Groupe financier Économiste en chef, BMO Nesbitt Burns 1 800 613-0205 AOÛT 2005 Point de vue REVUE MENSUELLE DE L ÉCONOMIE AMÉRICAINE La dépendance envers l épargne étrangère nette n est pas près de diminuer Les prix élevés du pétrole n entraîneront pas de ralentissement

Plus en détail

Analyse de l économie américaine : l absence d une reprise

Analyse de l économie américaine : l absence d une reprise MARS 2014 Suivez-nous sur Twitter Analyse de l économie américaine : l absence d une reprise Par: Eric Sprott Ayant entamé la cinquième année depuis la fin «officielle» de la grande récession (la National

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Fonds Fidelity Étoile d Asie MD

Fonds Fidelity Étoile d Asie MD Fonds Fidelity Étoile d Asie MD Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds 31 mars 2015 Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Certaines parties de ce rapport, y compris, mais sans

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les chocs macroéconomiques mettent de nouveau à l épreuve les marchés mondiaux Durant ces six derniers mois, les événements

Plus en détail

POINT DE VUE DE VANCITY INVESTMENT MANAGEMENT

POINT DE VUE DE VANCITY INVESTMENT MANAGEMENT Mars 2015 POINT DE VUE DE VANCITY INVESTMENT MANAGEMENT TRANSFORMATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION AU CANADA : LA DIVERSITÉ DES SEXES FAIT DES PROGRÈS. Lorsqu elle évalue une entreprise en vue d y faire

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail