Vers un Management Responsable des Technologies de l Information (MRTI) : exploration de 3 études de cas 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers un Management Responsable des Technologies de l Information (MRTI) : exploration de 3 études de cas 1"

Transcription

1 Vers un Management Responsable des Technologies de l Information (MRTI) : exploration de 3 études de cas 1 Sanaa AIT DAOUD Isabelle BOURDON Florence RODHAIN Université Montpellier 2 Laboratoire MRM - Montpellier Research in Management 1 Cette recherche est également proposée pour l AIM2013

2 Résumé Titre : Vers un Management Responsable des Technologies de l Information (MRTI) : exploration de 3 études de cas Nul ne peut nier, ni les conséquences négatives relatives à la production informatique, ni l apport des Green IT dans le cadre des pratiques responsables dans les organisations. Certes cet apport est mitigé compte tenu des effets rebonds à l œuvre. Cependant, la réalité observée témoigne d une adoption croissante des pratiques Green IT dans les organisations. Il nous semble ainsi pertinent, d aller au-delà de l état des lieux et de comprendre la motivation quant à la mise en place de ces pratiques Green IT et d un Management Responsable des TI (MRTI). D après Molla et Cooper (2009) peu de travaux en systèmes d information se sont intéressés à cette question. C'est pourquoi une étude de cas est menée, les résultats de cette étude montrent l émergence de motivations essentiellement institutionnelles et instrumentales. Mots-clés : Green IT, RSE, Motivations, Pratiques MRTI, étude de cas Abstract Nobody can deny nor negative consequences of the production computer, nor the contribution of Green IT in the context of responsible practices in organizations. Even if this contribution is mitigated given the rebound effects at work. However, the observed reality reflects a growing adoption of Green IT practices in organizations. It thus seems appropriate to go beyond the current situation and to understand the motivation for the implementation of Green IT and other practices of Responsible Management of IT (RMIT). According to Molla and Cooper (2009) few researches in information systems have focused on this issue. This is why a case study is conducted. The results of this study show essentially the emergence of institutional and instrumental motivations. Key-words: Green IT, CSR, motivations, RMIT practices, case study «Nos vieux ordinateurs sèment la mort» telle est l accroche employée par le magazine Géo 2 pour mettre en avant les conséquences écologiques négatives des technologies de l information (TI) en fin de vie. Depuis leurs apparition, les TI ont principalement été étudiées par rapport aux avantages et aux opportunités qu elles offrent aux entreprises et aux citoyens. Aujourd hui, ces technologies sont considérées comme nocives en matière de développement durable. Des travaux scientifiques étudient les retombées néfastes de ces dernières non seulement sur l environnement mais également sur les deux autres piliers du développement 2 : édition Octobre 2012

3 durable : la société et l économie (Deltour, 2010 ; Daly et Butler, 2009 ; Elliot, 2007 ; Molla et Cooper, 2009). Un autre courant de recherches met, quant à lui, en avant le rôle positif que peuvent jouer les TI pour sensibiliser et promouvoir des politiques vertes de développement durable (Breuil et al., 2008 ; Petit, 2009). Les TI vertes ou les «Green IT» sont conçues ou employées dans l objectif de réduire les effets négatifs des activités humaines sur l environnement (Ait-Daoud et al., 2010). Aujourd hui, nul ne peut nier, ni les conséquences négatives relatives à la production informatique, ni l apport des Green IT dans le cadre de pratiques responsables dans les organisations. Certes, cet apport est mitigé compte tenu des effets rebonds à l œuvre (Ait- Daoud et al., 2010), cependant, la réalité observée témoigne d une adoption croissante des pratiques Green IT dans les organisations. Il nous semble ainsi pertinent, d aller au-delà de l état des lieux, et de tenter de mieux comprendre les motivations de la mise en place des Green IT et, plus largement de ce que l on nomme un Management Responsable des TI (MRTI). En effet, d après Molla et Cooper (2009), peu de travaux en systèmes d information se sont intéressés à cette question. Notre objectif est donc de répondre aux questions suivantes : Comment les organisations peuvent elles mettrent en place des pratiques de management des TI responsables, tout au long de leur cycle de vie? Pourquoi les organisations mettent-elles en place ces pratiques de management responsable des TI tout au long de leur durée de vie? Pour répondre à ces questions, une revue de la littérature a été menée sur les pratiques de MRTI, afin d en proposer une catégorisation et trois études de cas ont été réalisées auprès d organisations françaises, afin d explorer les raisons de la mise en place de pratiques de MRTI. Cette communication est organisée comme suit : la première partie présente une revue de littérature sur les pratiques Green IT et propose une catégorisation de ces dernières, la seconde expose les résultats des études de cas menées concernant les motivations expliquant la mise en place des pratiques de management responsable des TI. 1 Qu est ce que le Management Responsable des TI? : Revue de la littérature 1.1 Pour une définition du MRTI Le management responsable des TI englobe les différentes «pratiques et technologies qui ont pour objectifs de prendre en considération les enjeux du développement durable tout au long du cycle de vie des TI (production, usage et fin de vie)» (Ait Daoud, 2012). Nous présentons, dans cette partie, une revue de la littérature des pratiques et technologies responsables en matière des TI, qui vont de l éco-conception (1.1) en phase de production, à la réduction de la consommation énergétique des TI (1.2), en phase d utilisation jusqu à la règle des 3R (1.3), en phase de fin de vie. Cette catégorisation des pratiques de MRTI est exposé dans les paragraphes suivants. 1.2 L éco-conception des TI La première pratique de MRTI concerne l éco-conception, qui est une démarche structurante dont l objectif est de concevoir un produit de manière systémique, en mettant l accent sur les

4 interactions entre le produit et les différents éléments de son environnement (Patingre et Vigneron, 2001). L éco-conception exige de nouveaux modèles de production économique et des outils de gestion environnementale (Fuchs, 2008). L objectif est d étudier principalement, en amont, l impact environnemental de chaque étape du cycle de vie du produit et de proposer des solutions visant à réduire cet impact. Il s agit de déterminer les flux et la description de chaque processus élémentaire et de valider ces informations en se basant sur des données quantitatives préexistantes ou recherchées (Caillol, 2008). L éco-conception est une démarche préventive qui consiste d'une part à éliminer les produits toxiques du circuit de fabrication des ordinateurs et d'autre part à produire des équipements moins gourmands en énergie, tout en consommant moins d'énergie lors de leur fabrication (Berthoud et al., 2007). L éco-conception permet également, selon Flipo et Gossart (2008), d'augmenter le taux de recyclabilité des équipements. Cependant, ces chercheurs soulignent la difficulté d éco-concevoir des TI écologiques, car même si les produits TI sont les mêmes dans le monde entier, les capacités de traitement varient énormément selon les territoires : il est presque impossible de prévoir des procédés de recyclage universels comme c est le cas pour la production des TI. L éco-conception apparaît comme une solution qui peut s appliquer à la production des TI afin de la rendre plus responsable vis à vis de l environnement. Il n en demeure pas moins que ces solutions techniques sont fructueuses uniquement lorsqu elles sont accompagnées d une prise de conscience de l utilisateur. 1.3 La réduction de la consommation énergétique en phase d usage des TI Les TI consomment énormément d énergie en phase d usage (Berthoud et al ; Anderson et al., 2008). Selon Drezet (2006) et Flipo et Gossart (2008), la principale problématique de l usage des TI est liée à leur consommation électrique, étant donné que l'énergie électrique consommée se transforme en chaleur rejetée dans l'atmosphère, générant ainsi une quantité important de dioxyde de carbone (Flipo et Gossart, 2008). Réduire la consommation énergétique des TI permettrait donc de réduire leur empreinte carbone en phase d usage. Différentes pratiques de management responsable peuvent être envisagées comme par exemple la sensibilisation des utilisateurs, la virtualisation ou les green data center La sensibilisation des utilisateurs L information des utilisateurs constitue un volet important du management responsable des TI. Elle met à disposition des utilisateurs des gestes simples permettant d économiser jusqu à 80% de l énergie dépensée par les ordinateurs (Berthoud et al. 2007). Par exemple, éteindre son ordinateur à la fin d une journée de travail permet théoriquement de diviser la consommation électrique par 5. Un calcul simple montre que sur une année (8800 heures) les heures de travail ne dépassent pas 2000 heures. Ainsi, arrêter un ordinateur le soir avant de rentrer permet un gain de près de 7000 heures de consommation par an. D autres pratiques, cette fois technologiques, peuvent affecter la consommation énergétique. Nous détaillons ici les deux pratiques les plus citées dans la littérature : la virtualisation et le Green Data Center La virtualisation La virtualisation des serveurs est une solution logicielle qui consiste à regrouper sur un même serveur physique plusieurs serveurs logiques sans affecter la productivité (Loveland et al., 2008). Un serveur utilise en moyenne rarement plus de 6% de sa capacité disponible. Dans

5 certaines entreprises, jusqu'à 30 % des serveurs ne sont pas du tout utilisés. Or, ces serveurs gaspillent de l'énergie et occupent un espace précieux dans les centres informatiques 3. Sachant qu un serveur consomme de l énergie indépendamment de son taux d utilisation, la virtualisation a donc pour objectif de réduire le nombre de serveurs et par conséquent la consommation énergétique et la pollution y correspondant Les green data center Le Green Data Center est un entrepôt de stockage, de gestion et de diffusion de données où l'éclairage, l'électricité et les systèmes informatiques sont conçus pour une efficacité énergétique maximale et un impact environnemental minimal (Garreston, 2007, Brodkin, 2009). La construction d'un centre de données vert comprend des technologies de pointe et des stratégies spécifiques tels que minimiser les empreintes des bâtiments, minimiser l énergie dépensée pour le refroidissement de l infrastructure, utiliser des sources d'énergie alternative comme l'énergie photovoltaïque, les pompes à chaleur, ou le refroidissement par évaporation. Les pratiques mises en place lors de cette phase de vie des TI se focalisent essentiellement sur la réduction de la consommation énergétique. Certains producteurs tentent, par ailleurs, de développer des équipements qui consomment moins d'énergie tout en améliorant le niveau de performance des équipements. Malheureusement, ce mouvement s accompagne d un fort taux de remplacement des TI, qui génère une grande quantité des déchets électroniques (edéchets). 1.4 La gestion des e-déchets et la règle des 3R Après acquisition d un produit de nouvelle génération, l ancien se retrouve dans les placards ou dans le garage... Selon la définition donnée par Flipo (2006), un équipement électrique ou électronique (EEE) est en fin de vie lorsqu il est hors d'usage, lorsqu il est réparable mais le coût de la réparation est prohibitif, ou lorsqu il fait partie d'un tout dont un élément est hors d'usage, ou encore lorsqu il devient obsolète et qu il est remplacé par un plus récent. Afin de réduire les conséquences liées aux déchets informatiques, nommés également «e- déchets», des pratiques de réutilisation et de reconditionnement visant à allonger leur durée de vie peuvent être mises en place dans le cadre d un MRTI. D autres procédures de recyclage sont également mises en oeuvre afin de traiter les déchets dans le respect de l environnement. Nous exposons dans ce qui suit plus en détail ces pratiques de MRTI en fin de vie, sous la forme de la règle des 3R pour réutilisation, reconditionnement et recyclage La réutilisation Pour des contraintes d obsolescence programmée ou de durée de vie comptable des ordinateurs (généralement 5 ans), les entreprises sont dans l obligation de renouveler leur parc informatique régulièrement. Les équipements informatiques se retrouvent donc en fin de vie malgré leur bon état de fonctionnement. Afin d éviter tout gaspillage, il est recommandé de réutiliser les TI en les réattribuant en interne à des utilisateurs qui n ont pas besoin de machines ultra performantes; il est également possible d adresser les TI pour une réutilisation en dehors de l entreprise (revente à prix bas ou don). Le gouvernement français encourage la réutilisation des ordinateurs à travers le programme Ordi Ce programme a pour objectif d équiper la population modeste en mettant à leur 3 www-05.ibm.com/innovation/be/smarterplanet/fr/itinfrastructure/?ca=content_body&met=be_smarterplanet_fr 4

6 disposition une plateforme de récupération d ordinateurs en état de marche. Les donateurs des ordinateurs sont majoritairement des professionnels. Ces derniers sont exonérés des charges sociales et fiscales sur les dons. Certes, la réutilisation est un moyen pour allonger la durée de vie du matériel de quelques années, cependant le problème n est pas résolu pour autant, car ce matériel finira par s ajouter au circuit des déchets mais ultérieurement Le reconditionnement Le reconditionnement consiste à nettoyer et tester les différentes composants de la technologie et à changer uniquement les pièces défectueuses avant de revendre ou céder la machine. La production d un ordinateur reconditionné coûte moins cher en énergie qu un ordinateur neuf (Renaissance Numérique, 2010). Le reconditionnement représente également un marché économique florissant. Les conséquences positives du reconditionnement sur le plan écologique et économique sont importantes. En France, des entreprises se sont spécialisées dans le reconditionnement du matériel informatique. L entreprise Eco-Informatique 5 et ATF GAÏA 6 en sont deux exemples. Ces entreprises rachètent des ordinateurs en fin d amortissement auprès des professionnels, les reconditionnent et les revendent à petit prix au grand public. De plus, selon le site Ordi 2.0, la majorité des professionnels du reconditionnement et du recyclage appartient au secteur de l Economie Sociale et Solidaire (ESS), ce qui permet l insertion professionnelle et/ou sociale de personnes en situation d exclusion à travers le développement d emploi destiné à des personnes peu qualifiées ou en réinsertion sociale. D autres solutions peuvent être envisagées lors du reconditionnement, comme par exemple installer des logiciels libres 7 afin de contourner le problème de l obsolescence programmée des TI. Après avoir présentés les pratiques de MRTI en trois catégories relatives aux trois phases du cycle de vie des TI : l éco-conception, la réduction de la consommation énergétique des TI et enfin la gestion des TI en fin de vie, nous nous interrogeons sur les motivations de mise en place par les organisations de ces pratiques. Dans la partie suivante, nous présentons les modalités et les résultats d études de cas menées dans des organisations françaises afin de répondre à la question de recherche posée. 2 Quelles sont les motivations de la mise en place d un MRTI? Résultats de trois études de cas L objectif de notre communication est de mieux comprendre les pratiques de MRTI, ainsi que les facteurs de motivations de la mise en place des différentes pratiques de management Les logiciels non propriétaires. A ne pas confondre avec logiciels gratuits.

7 responsable des TI. Pour cela, trois cas ont été étudiés. Nous commençons par présenter les modalités de l étude menée (échantillon, méthode de collecte et d analyse des données). Ensuite, nous présentons les principaux résultats. Enfin, nous terminons cette partie avec une conclusion. 2.1 Trois études de cas exploratoires Afin de répondre à notre objectif de recherche, rappelons le : comprendre les motivations de la mise en place des pratiques MRTI, nous avons mené une enquête auprès de trois organisations françaises. Nous détaillons ci après les modalités de sélection de l échantillon, la méthode de collecte et d analyse des données collectées Le choix de l échantillon Les terrains privilégiés de cette recherche ont concerné des organisations différentes de par leur type et leur activité. Le premier et le second cas concernent des organisations que nous qualifions d utilisatrices des TI. Le troisième cas, est un acteur majeur de l industrie des TI, que nous qualifions de producteur TI. Ainsi, l'hétérogénéité des cas nous aide à étudier d une manière holistique une panoplie de motivations quant à la mise en place des pratiques de MRTI. Les trois organisations étudiées sont multi-sites. Nous avons mené des enquêtes aussi bien au niveau de leur siège qu au niveau des différents sites. En tout 52 entretiens ont été réalisé auprès de différents collaborateurs impliqués dans le management des TI (responsables Green IT, directeurs et responsables informatique, responsables environnement, responsables des achats TI, responsables des services généraux, responsables RSE, responsable de l Agenda 21, responsables communications, responsables logistique) La méthode de collecte de données Nous avons opté pour les entretiens semi-directifs comme principale méthode de collecte de données. Le guide d entretien comprend trois thèmes principaux : - Les pratiques de MRTI : Ce thème permet de comprendre la manière dont se traduit la RSE pour le management des TI. - Les motivations de la mise en place de ces pratiques : après avoir identifié les pratiques relatives au MRTI, nous interrogeons les interviewés sur les raisons de leur mise en place. - Les limites de la responsabilité en matière de management des TI : le management du cycle de vie des TI nécessite de faire appel à des acteurs externes, notamment lors de leur l achat et en fin de vie. L étude de ces deux pratiques permet de définir l étendue et les limites du management responsable des TI sur tout leur cycle de vie. Compte tenu de l intérêt de combiner plusieurs méthodes dans un même travail de recherche (Yin, 2009 : p 13), nous avons fait le choix de procéder, en plus des entretiens, à une analyse documentaire (rapport d activité, compte rendu des réunions) ainsi qu à une observation nonparticipante La méthode d analyse des données Les entretiens on été retranscrit intégralement et une analyse de contenu a été menée. Le codage des données est réalisé en deux étapes.

8 - la première étude de cas et le codage des données réalisé a permis de dégager différents thèmes et sous thèmes et de les structurer dans une grille d analyse. - la seconde et troisième étude de cas ont été analysé à l aide de la grille d analyse précédemment citée. Etant dans une démarche abductive, le cadre d analyse est itératif : il intègre de nouveaux thèmes issus de ces deux études de cas. Nous détaillions plus avant ces éléments. L analyse des données de la première étude de cas exploratoire est réalisée manuellement. La première étape d analyse consiste à lire le contenu des retranscriptions. Ensuite, lors de la seconde lecture, un travail de sur-lignage et de remarques sur les marges est réalisé (Bardin, 2003). Cette première analyse a permis de regrouper, sous chaque thème, les sujets évoqués. En s inspirant des travaux de Miles et Huberman (1991, 2003), nous avons établi dans une premier étape une méta-matrice non ordonnée au sens de ces derniers (1991). Cette méthode suppose de rassembler sur un grand tableau des informations de base provenant de plusieurs sites ou cas (p 272). Après avoir identifié les thèmes et sous-thèmes, nous les avons représentés à l aide d un logiciel spécialisé dans le traitement des données qualitatives : Nvivo. Le choix de Nvivo est justifié de par (1) sa facilité d usage il offre une bonne visualisation des données, (2) ses fonctionnalités il permet d un côté d établir différentes vues (extrait) sur les données en fonction des items choisis et, d un autre coté, de croiser différentes données pour éventuellement établir des liens entre les différents thèmes étudiés. Les trois études de cas qualitatives réalisées montrent l émergence de motivations essentiellement institutionnelles et instrumentales à la mise en place de pratiques de MRTI. La partie suivante énumère les principaux résultats des études de cas. 2.2 Les motivations d adoption des pratiques de MRTI Cette partie est consacrée aux résultats des études de cas exploratoires menées. Nous présentons dans un premier temps les différentes pratiques mises en place par les trois organisations étudiées ainsi que les motivations explicatives de leur adoption Des pratiques de MRTI différenciées Les études de cas menées ont permis d identifier des pratiques de MRTI différenciées que les interviewés relient fortement au concept de développement durable et à la RSE. Ces pratiques concernent différentes phases de vie des TI. Les pratiques de MRTI en phase de production concernent évidemment le cas du producteur informatique. Les autres pratiques ont été observées chez les trois organisations étudiées. En phase d achat deux pratiques de MRTI sont mis en avant. D abord, les interviewés considèrent le choix des fournisseurs comme primordial dans le cadre d une politique d achat durable. Celui-ci doit assurer un transport et un emballage de ces produits dans le respect des contraintes du développement durable. Ensuite, le choix des produits informatiques labélisés est considéré comme une pratique de MRTI. En phase d usage, les interviewés s intéressent à la réduction de la consommation énergétique

9 Après avoir identifié les pratiques MRTI adoptées par les trois organisations étudiées, nous nous intéressons dans la partie suivante aux raisons explicatives de leur mise en place. des TI en virtualisant les serveurs et les postes de travail ou en faisant recours à l usage des Green Data Center. Ces pratiques sont observées chez le producteur informatique. Les deux organisations que nous qualifions d utilisatrices optent pour des pratiques moins couteuses comme la rationalisation des impressions et la réutilisation des ordinateurs que ce soit en interne à l organisation ou en externe pour des écoles ou des associations de proximité. En fin de vie deux thématiques sont abordées. D abord, le traitement des e-déchets par des filières spécialisées et le suivi de ces e-déchets sont considérées dans les trois cas comme pratiques responsables pour le management des TI. Par contre, nous avons remarqué que le niveau de suivi change en fonction du statut de l organisation (producteur, utilisateur). Dans le cas comme du producteur pratiques la responsables traçabilité des pour e-déchets le management est beaucoup des TI. Par plus contre transparente, nous avons le producteur est remarqué capable de que suivre le niveau l acheminement de suivi change des e- en déchets fonction jusqu à du statut leur de élimination, l organisation contrairement aux (producteur, utilisateurs utilisateur). qui se considèrent Dans le cas déchargés du producteur de toute la responsabilité traçabilité des vis-à-vis e-déchets des est e-déchets à partir beaucoup du moment plus transparente, de leur collecte. le producteur La responsabilité est capable de incombe suivre l acheminement selon ces utilisateurs des e- aux soustraitants. déchets Nous jusqu à avons l élimination. contacté un Contrairement de ces sous-traitants, aux utilisateurs et avons qui également se considèrent constaté qu il se décharge déchargés de de la toute responsabilité des vis-à-vis e-déchets des dès e-déchets que le à sous-traitant partir du moment (sous-traitant de la du sous traitant) collecte. prend La en responsabilité charge les e-déchets. incombe selon ces utilisateurs aux sous-traitants. Nous avons contacté un de ces sous-traitants, et nous avons constaté également qu ils se Le déchargent tableau suivant de la responsabilité résume les des différentes e-déchets dès pratiques leurs MRTI sous-traitants mises (sous-traitant en place par les trois organisations du sous traitant) étudiées prend : en charge les e-déchets. Tableau Le tableau 1 : Pratiques suivant résume de Management les différentes Responsable pratiques MRTI des mises TI (MRTI) en place par les trois organisations Cycle de vie Pratiques de M RTI Exemples de stratégies ou technologies Fabrication Eco-conception Suppression de produits toxiques de la fabrication Achat Achat responsable Choix du fournisseur (transport et emballage) Choix du produit (labélisation) Usage Réduction de la consommation liée au TI Virtualisation Green Data Center Rationalisation impressions Allonger la durée de vie des Usage du papier recyclé Réduction des impressions Réutilisation interne Réutilisation externe Fin de vie Traitement des e-déchets Reconditionnement Réutilisation (re-manifacturing) Recyclage Choix de la filière de traitement Traçabilité Suivi par bordereau de suivi de déchets Tableau 1 : Pratiques de M anagement Responsable des TI (MRTI)

10 Après avoir identifié les pratiques MRTI adoptées par les trois organisations étudiées, nous nous intéressons dans la partie suivante aux raisons explicatives de leur mise en place Les motivations explicatives de la mise en place des pratiques MRTI Les études de cas ont permis de dégager de nombreuses motivations qui expliquent la mise en place des pratiques MRTI comme nous montrons dans ce qui suit. Nous proposons de regrouper ces motivations selon qu elles sont de nature instrumentale, normative, institutionnelle ou prospective (Ait-Daoud, 2012) : Des motivations instrumentales Les motivations instrumentales sont basées sur une éthique instrumentale. Facilité d usage Certaines pratiques ont été mises en place pour faciliter la gestion du parc informatique. Par exemple, en fin de vie, pour répondre à des contraintes de stockage (manque d espace le stockage des e-déchets), les organisations font appel à des filières de gestion de e-déchets. Au niveau de l usage, la réutilisation en interne répond à un besoin de disponibilité occasionnelle des machines de test ou des machines de secours. Il est plus facile, selon les interviewés, de mettre de côté un ordinateur de secours (en local) que de lancer une procédure d achat (auprès du siège). Image de marque L image de marque est un argument évoqué uniquement par le producteur IT. En effet, étant une des grandes références du secteur des TI, le producteur accorde beaucoup d importance à l image de marque qu elle peut relier à ses produits (serveurs, supports de stockage, etc.). Réduction des coûts L usage des Green Data Center, des serveurs virtualisés permet de réaliser des économies d énergies et donc des économies sur la facture énergétique 8. Molla et al. (2009a) considèrent que dans une démarche «Green IT», la recherche de l efficience énergétique est importante. Cette efficience permet, en conséquent, de réduire les coûts relatifs à l usage des TI. Lors des entretiens, c est la réduction des coûts qui est mise en avant Des motivations normatives Les motivations normatives s appuient sur une éthique normative Bonne pratique De nombreux interviewés ont considéré que la réutilisation (interne ou externe) et le recyclage sont mise places parce qu ils représentent de bonnes pratiques dans le cadre d une démarche responsable ou Green. Ces pratiques jouent un rôle important pour la préservation des 8 L'efficacité énergétique est le rapport entre l'énergie produite par un système dans un but précis par rapport à l'énergie consommée (http://www.energies-solairesrenouvelables.eu/0053/definition-efficacite-energetique.html)

11 ressources. Notons que l argument «Bonne pratique» est abordé essentiellement par des interviewés faisant partie du niveau opérationnel de l organisation. Respect de l environnement Le respect de l environnement apparaît comme motivation dans le choix des TI lors de l achat, de la mise en place des Data Center, de l usage du papier recyclé, du recyclage (pour le producteur) et du choix des filières de traitement (pour les utilisateurs). Respect des normes Le respect de certaines normes (ex : bonnes pratiques recommandées par l ADEME pour les e-déchets, ou Code of Conduct EU pour les Green Data Center 9 ) est également évoqué comme facteurs explicatifs de la mise en place des pratiques de MRTI Des motivations institutionnelles Les motivations institutionnelles sont une réponse à des pressions institutionnelles externes mais aussi internes. Les études de cas montrent l émergence de deux types de pressions institutionnelles (DiMaggio et Powell, 1983) externes qui se manifestent par la réglementation (pressions coercitives), les contraintes environnementales (pressions normatives) et internes : la stratégie générale et le mimétisme entre les différents sites de l organisation Pressions institutionnelles internes Pressions mimétiques Les pressions mimétiques apparaissent en interne à l organisation. Comme il est indiqué dans la littérature sur le sujet, les pressions mimétiques provoquent la convergence de comportements d organisations similaires dans des situations d incertitude (Messeghem, 2003). Lors des études empiriques chez une organisation utilisatrice, certains sites ont mis en place des pratiques de gestion des e-déchets par mimétisme envers les autres sites. Ce mimétisme est le résultat d un manque d information et de formation sur les pratiques de MRTI. Stratégie générale De nombreuses pratiques sont mises en place parce qu elles sont décidées par la direction générale ou par la DSI. Quand nous questionnons les acteurs opérationnels sur les motivations des pratiques de MRTI, ils répondent que c est une stratégie générale et nous renvoient vers les supérieurs hiérarchiques qui expliquent l adoption de MRTI par des pressions institutionnelles externes que nous détaillons ci-après. Pressions institutionnelles externes Pressions coercitives 9

12 Trois cadres réglementaires concernent les pratiques de MRTI (Ait-Daoud et al. 2010) : - La directive RHoS pour l éco-conception, - La circulaire du 3 décembre 2008 relative à l exemplarité de l Etat au regard du DD dans la fonction d achat 10 et le guide de l achat public éco-responsable 11, - La directive DEEE sur les e-déchets. Pressions normatives Il est important de signaler que ce qui considéré comme «respect de l environnement» chez les utilisateurs est considéré comme une contrainte, voire une pression chez le producteur. Comme nous l avons mentionné auparavant, ce dernier est plus sensible aux questions écologiques sur les TI. Par la mise en place des pratiques MRTI, le producteur a pour but d anticiper la réglementation et de développer une position de leadership Des motivations prospectives Les motivations prospectives ont pour objectif d innover afin d anticiper les pressions institutionnelles. Leadership La volonté d acquérir une position de leadership est fortement exprimée par les interviewés (dans le cas du producteur). Il s agit ici non d un leadership traditionnel au sens de Boal et al. (2001) qui «se développe, se concentre, et permet de structurer l organisation, le capital humain et social pour répondre, en temps réel, aux opportunités et aux menaces» (Boal et Schultz, 2007 : p 412) mais d un leadership institutionnel qui, selon Selznick (1957), permet de promouvoir et protéger les valeurs de l organisation (Selznick, 1957 ; cité dans (Washington et al., 2007 : p 2)). Le leadership joue un rôle dans le développement des idées et de la vision qu on a de ces idées. Il permet de promouvoir l innovation et l'apprentissage organisationnel ainsi qu inculquer un sens aux idées et aux visions. Il est un moyen de créer et de légitimer l'action de l'organisation (Boal et Schultz, 2007). Innovation &dateTexte=&oldAc tion=rechjo&categorielien=id 11 nsable.h tm

13 Facilité d usage Image de marque Réduction des coûts «C est une bonne chose» Respect de l env. Respect des normes Contrainte s environne mentales Mimétisme (faire comme) Réglement ation Stratégie générale Leadership Anticipatio n de la rég. Innovation Un seul interviewé (appartenant à une organisation de type «utilisateur») considère la mise en place des pratiques MRTI comme une volonté d innover dans un domaine où peu d actions «Green IT sont prises au sérieux». Nous résumons ces résultats des études de cas menés dans le tableau suivant : Tableau 2 : Motivations du Management Responsable des TI (MRTI) M otivations pour le M RTI Cycle de vie Pratiques responsables / Gr een IT Attr ibuts de pr atiques Instrumentales Normatives Institutionnelles Prospective Production Ećo-conception Limitation de produits toxiques de la fabrication X X X X X Achat Usage Fin de vie Achat responsable Réduction de la consommation énergétique Rationalisation des impressions Allonger la durée de vie Traitement des e- déchets Choix du fournisseur Choix de produits labélisés X X Réduction de la consommation des ordinateurs X Green Data Center X X X X X Virtualisation X X Usage du papier recyclé X X Réduction des impressions X X Réutilisation interne X X X Réutilisation externe Reconditionnement X X Réutilisation (re-manifacturing) X X X X Recyclage X X X X X X X X X Choix de la filière de traitement X X X X X X Suivi des e-déchets Suivi par BSD X Conclusion Nous avons présentés les pratiques de MRTI ainsi que les motivations du MRTI en fonction de quatre catégories (Ait-Daoud, 2012) : instrumentales, normatives, institutionnelles et prospectives. Ces résultats empiriques trouvent leur justification dans des travaux théoriques en sciences de gestion et en philosophie portant sur le concept de la responsabilité. En effet, pour expliquer les motifs d adoption de pratiques responsables, la littérature sur l éthique managériale expose principalement une logique binaire qui consiste à présenter les motivations comme oscillant entre deux extrémités : égoïsme et altruisme (Baugher et Weisbord, 2009), stratégique et moral (Smith et Nystad, 2006) ou encore utilitarisme et déontologie (Mathieu, 2004). Ces deux extrémités peuvent être représentées selon deux approches : instrumentale et normative (Da-Rosa et Flores, 2009; Capron, 2006; Smith et Nystad, 2006; Garriga et Melé, 2004, Lantos, 2002). La dualité de l éthique instrumentale versus éthique normative repose sur une éternelle discussion philosophique qui oppose Socrate, Bentham et Mill à Aristotle, Kant et Morin. Les premiers supposent que toute action dont les conséquences apportent un bonheur (utilité) est éthiquement correcte, pour les

14 seconds ce ne sont pas les conséquences qui priment mais l intention et la sagesse du décideur guidées par la morale, la rationalité des sages et la justice (Ait-Daoud, 2012). Transposer ces deux approches philosophiques au management responsable, c est inscrire les motivations de mise en place de toute pratique responsable dans deux paradigmes opposés : le premier relie la responsabilité à l éventuelle utilité qu elle pourrait apporter aux entreprises (Melé, 2006). A titre d exemple, le respect de l environnement pourrait apparaître, potentiellement, comme une source d avantage compétitif (Persais, 2002). Le second considère la responsabilité comme une réponse à un devoir moral et déontologique basé sur le principe de droit et de justice (Lantos, 2002). Les résultats empiriques montrent également l importance des facteurs institutionnels (Meyer et Rowan, 1977) dans l adoption des pratiques MRTI. Nous pouvons mobiliser le concept de l isomorphisme et de recherche de légitimité (DiMaggio et Powell, 1983) pour mieux comprendre ces motivations institutionnelles. Le courant institutionnel est de plus en plus mobilisé notamment pour expliquer l adoption de pratiques responsables en sciences de gestion, et plus précisément dans le champ des SI (Béji-Bécheur et Bensebaa, 2005; Dhaouadi et BenKehla, 2010; Ménard, 2003; Osman et Mounoud, 2006; Robinstein, 2006 ; Ait-Daoud et al. 2012). La mise en place des pratiques de MRTI est également justifiée par la volonté d innover, de développer une position de leadership et d anticiper la réglementation et non la subir. Ces motivations sont observées chez le producteur informatique. Nous pensons que la théorie de la vision organisante (Ramiller et Swanson, 1997 ; Carton et al., 2003 ; de Vaujany, 2009) pourra nous aider à mieux comprendre cette motivation. Nous pensons qu il existence un lien entre ces trois motivations : le leadership, l anticipation et l innovation. En effet, dans le cas du producteur des TI, l organisation étant dans une position de leadership, innove et construit ainsi une connaissance, lui permettant, à travers son discours (communication, publicité, conférence, etc.) d initier, de structurer la vision autour du concept de MRTI et de Green IT. C est pourquoi, nous considérons ces raisons explicatives comme un ensemble de motivations s inscrivant dans le cadre d une approche prospective. En guise de conclusion le tableau suivant résume les pratiques et les motivations d un Management Responsable des Technologies de l Information. Bibliographie Ait-Daoud, S (2012). Le management Responsable des Technologies de l Information : Entre approches éthique et institutionnelle. Thèse. 321 pp. Ait-Daoud, S., I. Bourdon, et al. (2011). La gestion des e-déchets dans un groupe industriel : étude exploratoire et perspectives de recherche. 16ème colloque de l'association Information Management AIM, Saint-Denis, La Réunion. Ait-Daoud, S., J. Laqueche, et al. (2010). "Ecologie & Technologies de l'information et de la Communication (TIC) : une étude exploratoire sur les éco-tic " Avenir et Management 9(39). Anderson, G., P. J. Corriveau, et al. (2008). "Power Efficiency and Sustainable Information Technology." Intel Technology Journal 12(4): Bardin, L. (2003). L'analyse de contenu. Paris, Le psychologue - Presses Universitaires de France. Baugher, D. et E. Weisbord (2009). "Egoism, Justice, Rights and Utilitarisme : Student Views of classic ethical positions in business." Journal of Academic and Business Ethics 1: 11. Béji-Bécheur, A. et F. Bensebaa (2005). Responsabilité sociale de l entreprise : les apports prometteurs du pragmatisme. AIMS XIVième Conférence Internationale de Management Stratégique. Pays de la Loire Angers: 33.

15 Berthoud, F., E. Drezet, et al. (2007). Comment se diriger vers une informatique durable? La septième édition des JRES (Journées Réseaux) novembre - Strasbourg. Breuil, H., D. Burette, et al. (2008). "TIC et Développement durable." Conseil général de l'environnement et du développement durable (N ) & Conseil général des Technologies de l Information (N IV ): 96 pp. Brodkin, J. (2009). "Measuring data center efficiency." Network World 26(11): 15. Caillol, S. (2008). "Analyse de cycle de vie et éco-conception : les clés d'une chimie nouvelle." Réalités Industrielles 34. Daly, M. et T. Butler (2009). Environmental Responsibility and Green IT: An Institutional Perspective. Proceedings of the European Conference on Information Systems (ECIS 2009), Verona, Italy. Deltour, F. (2010). Peut-on produire des «TIC vertes»? Equipementiers et parties prenantes dans le débat sur le caractère écologique des TIC. 15ème colloque de l'aim. La Rochelle. Dhaouadi, I. s. et K. BenKahla (2010). L émergence d une conception politique de la responsabilité sociale de l entreprise : Une perspective généalogique. Journées d'histoire de la Comptabilité et du Management France. DiMaggio, P. et W. Powell (1983). "The iron cage revisited: institutional isomorphism and collective rationality in organizational fields." American Sociological Review 48: Drezet, E. (2006). Les faces cachées de l'informatique : énergie et déchets. Admin06- Resinfo 05/2006. A. CNRS-CRHEA. Elliot, S. (2007). Environmentally Sustainable ICT: A Critical Topic for IS Research? Pacific Asia Conference on Information Systems (PACIS, 2007), Auckland, New Zealand Flipo, F. (2006). Projet E-dechets Ecologie des infrastructures numériques. Bretagne, INT - ENST. Flipo, F. et C. Gossart (2008). Infrastructure numérique et environnement : L impossible domestication de l effet rebond. Colloque international "Services, innovation et développement durable" mars - Poitiers (France). Flipo, F., C. Gossart, et al. (2009). Technologies numériques et crise environnementale : peuton croire aux TIC vertes?, Université de Caen Basse- Normandie - Telecom et Management Sud Paris - Telecom Bretagne: 213. Fuchs, C. (2008). "The implications of new information and communication technologies for sustainability." Environ Dev Sustain 10: Garretson, C. (2007). "Inside a green data center." Network World 24(43): 49. Garriga, E. et D. Melé (2004). "Corporate Social Responsibility Theories: Mapping the Territory " Journal of Business Ethics 53: Lantos, G. P. (2002). "The Ethicality of Altruistic Corporate Social Responsibility." Journal of Consumer Marketing 19(3): Loveland, S., E. M. Dow, et al. (2008). "Leveraging virtualization to optimize highavailability system configurations." IBM systems journal 47(4): 15. Messeghem, K. (2003). Analyse stratégique des relations entre PME et grande distribution. XIIème Conférence de l'association Internationale de Management Stratégique. Miles, M. B. et A. M. Huberman (1994). Qualitative data analysis, CA: Sage. 338 pp. Miles, M. B. et A. M. Huberman (2003). Analyse des données qualitatives, De Boeck. Molla, A. et V. Cooper (2009). "green it readiness: a framework and preliminary proof of concept." Australasian Journal of Information Systems 16(2): 19. Molla, A., S. Pittayachawan, et al. (2009a). Green it diffusion: an international comparison. The Green IT Working Paper Series Patingre, J.-F. et J. Vigneron (2001). Eco-Conception - Concept, Méthodes, Outils, Guides Et Perspectives.

16 Persais, E. R. (2002). "L'écologie comme atout stratégique: une validation de l'approche ressources par la méthode PLS." Revue Finance, Contrôle, Stratégie 5(3): 195. Petit, M. (2009). "Les technologies de l'information et de la communication (TIC) au service du développement durable." Réalités Industrielles. Renaissance Numérique (2010). Robinstein, M. (2006). "le developpement de la responsabilite sociale de l entreprise : une analyse en termes d isomorphisme institutionnel." Varia 113(Semestre 1): 20. Smith, K. H. et Ø. Nystad (2006). Is the motivation for CSR profit or ethics? The Corposate Responsibility Research Conference. Trinity Collage Dublin, Ireland: 26. Yin, R. K. (2003). Case Study Research: Design and Methods. London, Sage Publications.

Qu est-ce que le Green IT? 2 Pourquoi le Green IT? 2 Le Conseil Green IT, quelle démarche? 3

Qu est-ce que le Green IT? 2 Pourquoi le Green IT? 2 Le Conseil Green IT, quelle démarche? 3 www.e-greenit.com SOMMAIRE Le Green IT, notre approche. Qu est-ce que le Green IT? 2 Pourquoi le Green IT? 2 Le Conseil Green IT, quelle démarche? 3 fiche service Audit Green IT L audit énergétique du

Plus en détail

Les outils et ressources. Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37

Les outils et ressources. Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37 Les outils et ressources Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37 1 Les guides pratiques et méthodologiques L économie circulaire,

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE GREEN IT?

QU EST-CE QUE LE GREEN IT? QU EST-CE QUE LE GREEN IT? Lorraine Face à la croissance exponentielle de l informatique à partir des années 1980, de nouvelles préoccupations liées à la consommation d énergie et au recyclage du matériel

Plus en détail

Vers une Gestion Ecologique du Parc Informatique. Pierre et Sophie CHOPLAIN, Société PCI CUME ET Groupe Logiciel, 24/03/2011

Vers une Gestion Ecologique du Parc Informatique. Pierre et Sophie CHOPLAIN, Société PCI CUME ET Groupe Logiciel, 24/03/2011 Vers une Gestion Ecologique du Parc Informatique Pierre et Sophie CHOPLAIN, Société PCI CUME ET Groupe Logiciel, 24/03/2011 Programme 1. PCI : la présentation 2. Green IT : la définition 3. GEPI : la boîte

Plus en détail

Formations en. éco-conception Catalogue 2014

Formations en. éco-conception Catalogue 2014 Formations en Catalogue formations éco-conception 2013 éco-conception Catalogue 2014 1 Présentation d ENVOLEA ENVOLEA est une société de conseil industriel, d études et de formation en écoconception et

Plus en détail

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique AG2I / R2D2 : En Marin route de Pessan 32000 Auch (Gers en Gascogne) ZI du

Plus en détail

Écoconception d une PLV Fiche pratique

Écoconception d une PLV Fiche pratique Lorsqu une Mise en place PLV d un outil est de veille conçue, basé sur des les mots différents clés à sélectionner acteurs Eco-conception du : circuit doivent prendre en compte Rédaction plusieurs de recommandations

Plus en détail

TI et développement durable : les défis écologiques des TIC

TI et développement durable : les défis écologiques des TIC TI et développement durable : les défis écologiques des TIC SOLUTIONS DE GESTION PRÉPARÉE ET ANIMÉE PAR Cyrille Maltot CONSEILLER ET ASSOCIÉ PRINCIPAL CHEZ SYNAIRGIS CONFÉRENCE POUR : CACPUQ DATE : 9 mai

Plus en détail

L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES

L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES Présentation ONU 15 juin 2015 Entreprise Solidaire à but non lucratif L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES Ecologiques Sociales - Economiques LE CONCEPT D AfB Spécialisé dans le reconditionnement

Plus en détail

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement au-delà de l analyse du cycle de vie... L offre responsable, un levier de compétitivité Vous en êtes convaincus : une

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Les experts-comptables et l appropriation du développement durable par les dirigeants de PME

Les experts-comptables et l appropriation du développement durable par les dirigeants de PME Sandrine BERGER-DOUCE, IAE de Valenciennes Colloque international du REDD Montréal, 20-22 octobre 2011 Les experts-comptables et l appropriation du développement durable par les dirigeants de PME page

Plus en détail

Colloque FIL IDF CANADA / STELA

Colloque FIL IDF CANADA / STELA Colloque FIL IDF CANADA / STELA 13-16 mai 2013 Session 2: Développement durable de l industrie laitière Initiatives de développement durable Point de vue d un transformateur Présenté par : Martin Scuccimarri,

Plus en détail

ESII. Une entreprise éco-citoyenne

ESII. Une entreprise éco-citoyenne ESII Une entreprise éco-citoyenne ESII s inscrit dans une politique de développement durable garantissant la mise en œuvre de pratiques sans danger pour l environnement ainsi que le respect des normes

Plus en détail

Bearstech. Datacenters écologiques ( green ) Salon THD 2011. Johan Charpentier. Bearstech Green Datacenters

Bearstech. Datacenters écologiques ( green ) Salon THD 2011. Johan Charpentier. Bearstech Green Datacenters Bearstech Datacenters écologiques ( green ) Salon THD 2011 Johan Charpentier Bearstech Green Datacenters Bearstech Bearstech est une société coopérative d ingénieurs spécialisée en infogérance, en hébergement

Plus en détail

L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action

L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action Page 2 L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action Lionel MELETON Pôle PID Cetim L économie circulaire en quelques mots Page 3 Pour mémoire, l économie

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Le baromètre des «professionnels du développement durable au sein des» est la première enquête nationale réalisée avec eux

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique Initi@tive 2007 - Nice Building a New Electric World I. Le Développement Durable : l'affaire de tous II. L'Efficacité Energétique : défis

Plus en détail

SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE

SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE Mars 2014 SOMMAIRE Faire équipe avec vous 3 SFR Business Team, 1 er opérateur alternatif 4 Notre gouvernance Qualité et Développement

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Objet : Quelles sont vos mesures pour lutter contre l obsolescence programmée?

Objet : Quelles sont vos mesures pour lutter contre l obsolescence programmée? Sophie BRINGUY Tête de liste Europe Ecologie Les Verts Pays de la Loire Elections régionales décembre 2015 HOP// Halte à l obsolescence programmée Laetitia Vasseur Présidente Objet : Quelles sont vos mesures

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

PROLONGEZ LA DURÉE DE VIE DE VOTRE ORDINATEUR TRUCS ET ASTUCES FACILES

PROLONGEZ LA DURÉE DE VIE DE VOTRE ORDINATEUR TRUCS ET ASTUCES FACILES PROLONGEZ LA DURÉE DE VIE DE VOTRE ORDINATEUR TRUCS ET ASTUCES FACILES À PROPOS D INSERTECH UNE ENTREPRISE D INSERTION Entreprise d insertion à but non lucratif, en informatique Forme des jeunes adultes

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

Technologies de l Information (TI) et Développement Durable (DD) : Revue de la littérature et pistes de réflexion.

Technologies de l Information (TI) et Développement Durable (DD) : Revue de la littérature et pistes de réflexion. Technologies de l Information (TI) et Développement Durable (DD) : Revue de la littérature et pistes de réflexion. Sanaa AIT DAOUD Université Montpellier 2 Laboratoire MRM sanae.daoud@yahoo.fr Amélie Bohas

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Taïeb Hafsi et Imad-Eddine Hatimi Ecole des HEC Montréal

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU

L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA BIORAFFINERIE LIGNOCELLULOSIQUE Dynamiques institutionnelles et perspectives territoriales Clarisse CAZALS (Irstea) Arnaud SERGENT (Irstea) Tina RAMBONILAZA

Plus en détail

L approche Casino en matière de développement durable?

L approche Casino en matière de développement durable? L approche Casino en matière de développement durable? 1 Les principaux enjeux pour Casino Optimiser la conception et la gestion des magasins (énergie, paysage, ) Environnement Maîtriser les impacts du

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

10 ans d actions en économie verte en Région de Bruxelles-Capitale: En route vers l économie circulaire. Focus sur l Alliance Emploi-Environnement

10 ans d actions en économie verte en Région de Bruxelles-Capitale: En route vers l économie circulaire. Focus sur l Alliance Emploi-Environnement 10 ans d actions en économie verte en Région de Bruxelles-Capitale: En route vers l économie circulaire Focus sur l Alliance Emploi-Environnement Contexte bruxellois Population Revenu moyen < de 20% à

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier Vos Enjeux Acteurs du marché de l immobilier, la performance énergétique est pour vous un enjeu économique, écologique et

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Partie I Comprendre l écoconception. Les concepts clés

Partie I Comprendre l écoconception. Les concepts clés Partie I Comprendre l écoconception Les concepts clés 1 D où vient le concept d écoconception? L écoconception est une approche qui s est principalement développée depuis une vingtaine d années. Elle

Plus en détail

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Selon une étude, l ajout de puissantes fonctions de gestion améliorerait de 20 à 40 % les mesures de performances clés.

Plus en détail

Eco-conception Comment avoir une approche d écoconception pragmatique et à forte valeur ajoutée

Eco-conception Comment avoir une approche d écoconception pragmatique et à forte valeur ajoutée Page 1 Eco-conception Comment avoir une approche d écoconception pragmatique et à forte valeur ajoutée Mécatronique & Industrie économe (6 juin 2012) Outils d éco-conception Page 2 Sommaire - Contexte

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Démarche en éco-conception : enjeux et avantages

Démarche en éco-conception : enjeux et avantages Démarche en éco-conception : enjeux et avantages Eco-conception : quels enjeux pour l entreprise? Eco-conception : quels enjeux pour l entreprise? Pressions environnementales Pollution de l air Pollution

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Résultats de l étude de marché

Résultats de l étude de marché Résultats de l étude de marché Résultats présentés le 30 septembre 2008 à l occasion du premier petit déjeuner Epsilon Consulting 1. Description du contexte : L Hygiène, la Sécurité et l Environnement

Plus en détail

Outil de veille environnementale

Outil de veille environnementale Outil de veille environnementale Qu est ce que la veille? «Activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l environnement pour en anticiper les évolutions» Définition

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Observatoire des usages TIC 5 ème édition

Observatoire des usages TIC 5 ème édition Observatoire des usages TIC 5 ème édition 2 0 1 1 L éco-tic dans les PME du Rhône Sommaire Economies d énergie sur le matériel informatique Recyclage du matériel et des consommables Réduction des déplacements

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

N 27 octobre 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7

N 27 octobre 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7 N 27 octobre 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/7 ACTUALITES Relèvement du seuil de 15 000 euros HT à 25 000 euros HT...3 D E F I N I T I O N Que sont les D3E?........3 R E G L E M E N T A T I O N Les marchés

Plus en détail

IT2D : Une expertise globale pour un système d information éco responsable

IT2D : Une expertise globale pour un système d information éco responsable IT2D : Une expertise globale pour un système d information éco-responsable Présentation IT2D 1 IT2D : Une expertise globale pour un système d information éco-responsable IT2D : Information Technologie

Plus en détail

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce 7 mars 203 Mehdi KETTANI Vice-président de la Commission R&D, e-entreprise et relation avec l Université Commission

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie Notre engagement qualité ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère développer la qualité de vie Notre engagement qualité... p. 2 Notre politique qualité globale... p. 4 Notre système de

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

Observatoire. de la Responsabilité Sociétale de l Entreprise (RSE) EDITION 2012

Observatoire. de la Responsabilité Sociétale de l Entreprise (RSE) EDITION 2012 Observatoire de la Responsabilité Sociétale de l Entreprise (RSE) EDITION 2012 ÉDITORIAL En 1987, la commission Bruntland donne la définition du développement durable «le développement durable répondrait

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

ÉVALUATION DES FORMATIONS

ÉVALUATION DES FORMATIONS ÉVALUATION DES FORMATIONS SUIVIES PAR LES GESTIONNAIRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ DE LA RÉGION DE CHAUDIÈRE-APPALACHES EN GESTION DU CHANGEMENT, GESTION DE PROJET ET EN LEAN MANAGEMENT Suzanne Pelletier,

Plus en détail

Gouvernance de la sécurité des systèmes d information

Gouvernance de la sécurité des systèmes d information Gouvernance de la sécurité des systèmes d information Hicham El Achgar, CISA, COBIT, ISO 27002, IS 27001 LA ITIL, ISO 20000, Cloud Computing ANSI Tunis, le 14 Fév 2013 2003 Acadys - all rights reserved

Plus en détail

La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012

La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012 La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012 Sommaire Qu est-ce que le développement durable en entreprise? Pressions s exerçant sur l entreprise Chiffres-clés

Plus en détail

Management Intégré Qualité Maîtrise des Flux logistiques

Management Intégré Qualité Maîtrise des Flux logistiques Master professionnel d IUP Spécialité Secteurs de Santé : Management qualité, risques et sécurité Management Intégré Qualité Maîtrise des Flux logistiques OBJECTIFS Ce master professionnalisant forme des

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Dossier de Presse. Lancement de la méthode NOVUS pour une transition vers l économie de fonctionnalité. 18 Octobre 2013.

Dossier de Presse. Lancement de la méthode NOVUS pour une transition vers l économie de fonctionnalité. 18 Octobre 2013. Dossier de Presse Lancement de la méthode NOVUS pour une transition vers l économie de fonctionnalité 18 Octobre 2013 Contacts : Maud Le Guével - 06 63 48 19 04 - maud.leguevel@inspire-institut.org Marjorie

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

VALTECH. Société Anonyme 103, rue de Grenelle 75007 Paris. Exercice clos le 31 décembre 2013

VALTECH. Société Anonyme 103, rue de Grenelle 75007 Paris. Exercice clos le 31 décembre 2013 VALTECH Société Anonyme 103, rue de Grenelle 75007 Paris Rapport de l un des Commissaires aux comptes, désigné organisme tiers indépendant, sur les informations sociales, environnementales et sociétales

Plus en détail

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social LE DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES PETITES ENTREPRISES ET LES ARTISANS. La notion de Développement Durable est une thématique à la mode. Elle est largement reprise dans les médias et devient une donnée

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de la qualité : Industrie, services, santé de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019

Plus en détail

Greenflex 1 ère SS2D française présente L Ecoguide Greenflex

Greenflex 1 ère SS2D française présente L Ecoguide Greenflex Greenflex 1 ère SS2D française présente L Ecoguide Greenflex Communiqué de Presse Paris, le 9 novembre 2010 Un guide d achats durables, en ligne, gratuit, qui propose aux entreprises une sélection de produits

Plus en détail

Approches territoriales AAPs et Aides

Approches territoriales AAPs et Aides Approches territoriales AAPs et Aides Stéphane LECOINTE ADEME - Direction Régionale Bretagne Chargé de missions déchets / économie circulaire stephane.lecointe@ademe.fr 02 99 85 87 10 L ADEME en quelques

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Préambule Les différentes CDEC (Corporations de développement économique communautaire) ont pour mission le développement

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

NBN Academy. ISO 14001: compréhension des enjeux et des apports de la version 2015. Alain Maes UWE 9/10/2015. Alain Maes

NBN Academy. ISO 14001: compréhension des enjeux et des apports de la version 2015. Alain Maes UWE 9/10/2015. Alain Maes NBN Academy ISO 14001: compréhension des enjeux et des apports de la version 2015 Alain Maes UWE 9/10/2015 Les participants Alain Maes - Formateur NBN Academy et BVT - Senior consultant ECN et BDO - Lead

Plus en détail

Rév : K. Programme de Janvier 2014

Rév : K. Programme de Janvier 2014 CATALOGUE des FORMATIONS Programme de Janvier 2014 Rév : K Siret : 448 016 543 SARL au capital de 7500 APE : 741G 1/13 Ce catalogue de formations Intra entreprise est adaptable à vos besoins. Il est issu

Plus en détail

Le Développement Durable. chez Europe Services Propreté. De la parole à l action

Le Développement Durable. chez Europe Services Propreté. De la parole à l action Le Développement Durable chez Europe Services Propreté De la parole à l action Le mot des Présidents EUROPE SERVICES GROUPE, acteur de référence dans les services liés à l environnement, a engagé ses trois

Plus en détail

INITIATION ET ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES A L ECO-CONCEPTION SUR CERGY-PONTOISE. 28 NOVEMBRE 2006 - Angélique Salvetti

INITIATION ET ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES A L ECO-CONCEPTION SUR CERGY-PONTOISE. 28 NOVEMBRE 2006 - Angélique Salvetti INITIATION ET ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES A L ECO-CONCEPTION SUR CERGY-PONTOISE 28 NOVEMBRE 2006 - Angélique Salvetti PRESENTATION DE CERGY-PONTOISE Une structure intercommunale constituée en Communauté

Plus en détail