bulletin 2001/1 SLBC 2001 p. 6

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "bulletin 2001/1 SLBC 2001 p. 6"

Transcription

1 bulletin 2001/1 SLBC 2001 p. 6

2 Bulletin de la Société Luxembourgeoise de Biologie Clinique n 1 SOMMAIRE Conseil d Administration de la S.L.B.C. et Comité de rédaction du Bulletin 6 Répertoire des annonceurs.. 7 MICROBIOLOGIE Laboratory diagnosis of HIV infection: role of combined HIV p24 antigen and antibody assays par Bernard WEBER 9 21 ième Journée Nationale de Biologie Clinique MARQUEURS TUMORAUX du Samedi 22 septembre 2001 au Centre Culturel Prince Henri à Walferdange Utilisation rationnelle des marqueurs tumoraux Dr. Georges GILSON.. 18 La thyroglobuline en tant que marqueur tumoral Jean Paul HOFFMANN. 19 Les marqueurs urinaires du cancer de la vessie A. De BOURCY.. 20 Syndromes neurologiques Paranéoplasiques Pr. René Louis HUMBEL. 21 MICROBIOLOGIE/IMMUNOLOGIE Diagnostic des infections à papillomavirus Pr. Bernard WEBER 22 L Interaction moléculaire d un anticorps avec un antigène peptidique M. PUTZ.. 23 Demande d adhésion à la S.L.B.C.. 24 Instructions de la rédaction 25 SLBC 2001 p. 7

3 LABORATORY DIAGNOSIS OF HIV INFECTION: ROLE OF COMBINED HIV P24 ANTIGEN AND ANTIBODY ASSAY Bernard Weber Laboratoires Réunis Kutter-Lieners-Hastert, Luxemburg und Institut für Med. Virologie, Universitätskliniken Frankfurt SUMMARY Although HIV antibody assays have achieved a high quality standard, there is still a residual risk for blood donor screening and laboratory diagnosis of HIV infection due to the diagnostic window prior to seroconversion. Atypical courses with delayed antibody response, genetic variability of HIV and laboratory errors are unusual sources of false negative results. Additional HIV antigen testing or nucleic acid amplification from individual samples is not performed or performed only in certain centers due to technical and financial limitations. Combined HIV p24 antigen and antibody assays have been developed in recent years by the diagnostic industry. Combined HIV assays are rarely used for blood donor screening because of the low sensitivity of the antigen detection module and their impaired specificity in comparison to third generation EIAs. New assays with a detection limit of HIV p24 Ag below 10 pg/ml and improved specificity will be licensed this year. They will represent an alternative to separate antigen and antibody testing for laboratory diagnosis and to nucleic acid amplification assays from (mini)pools of blood donor samples. KEY WORDS Primary HIV infection, diagnostic window, HIV-1 RNA, HIV Ag, Nucleic acid amplification test (NAT) INTRODUCTION Since the first enzyme immunoassays (EIA) for blood donor screening and laboratory diagnosis of HIV infection were licensed over 15 years ago, the quality of these tests has been continuously improved by the use of recombinant antigens and synthetic peptides (second test generation), and the sandwich EIA technology (third test generation) (Figure 1). There is however a residual risk for false-negative results (Table 1). The potential causes include the diagnostic window in the pre-seroconversion phase, genetic variability, atypical seroconversions, delayed or absent immune response in the advanced stages of infection, and laboratory reporting errors. The prevalence of HIV-1 group M non-b subtypes (subtypes A-J) and HIV-2 infections are increasing relatively quickly in Europe. HIV-1 Group O infections remain a rarity. The epidemiological significance of HIV-1 Group N, described only recently, is not yet known (1). The genetic variability represents a challenge in particular for the early detection of HIV infection. In the seroconversion phase, false-negative results or delayed detection of antibody response are observed in infections with HIV-1 non-b subtypes and HIV-2 (1, 2). In recent years, the sensitivity for detection of HIV-1 non-b subtypes has been optimized. However, seroconversion samples with HIV-1 non-b subtypes are difficult to obtain in order to permit an extensive evaluation of the sensitivity of newly developed tests. Atypical seroconversions with delayed immune response are rare, but the exact frequency is unknown (3). Individual cases of HIV-antibody-negative infections, which were described in the late 1980 s and early 1990 s (4), could not be confirmed by monitoring of high-risk SLBC 2001 p. 8

4 Table 1: HIV Blood Donor Screening and Laboratory Diagnosis: Sources of Error false negative results Genetic variability: p24ag anti-hiv EIA NAT (PCR) Diagnostic window: anti-hiv EIA (p24 Ag) false positive results Interferences: p24ag anti-hiv EIA Contamination: NAT Inhibition, aliquoting effect: NAT HIV RNA (Plasma) HIV p24 Ag HIV Comb. Assay (4th Gen. EIA) 3rd Gen EIA 2nd Gen EIA 1st Gen EIA Days after Exposure Figure 1: Diagnostic window of specific markers of HIV infection groups and blood donor screening with nucleic acid amplification tests (NAT). These were artefacts caused by PCR contamination or false-positive cell culture results. False-negative results are occasionally observed in the late stages of HIV infection (5). The diminishing immune response to various epitopes of the virus and the formation of immune complexes are possible explanations for the limited sensitivity of HIV antibody assays in patients with advanced HIV infection (6). Such cases may not be relevant to the reliability of HIV laboratory diagnosis or blood donor screening, since these patients are usually known or clinically conspicuous. SLBC 2001 p. 9

5 The frequency of errors in laboratory testing provided that all specifications are met for correct laboratory diagnostics, starting with blood sampling up to availability of results is relatively small, at approximately 0.1 % (7). Over 90 % of the risk of a false negative result starts in the pre-seroconversion phase in the primary HIV infection (diagnostic window). The residual risk of an HIV infection by a seronegative blood donor during the acute HIV infection is estimated to be 1/493,000 1/ in healthy, unpaid donors in the United States and Germany (8). In emergency department patients and in high-risk groups, it ranges between 0.14 and 0.17 % (9, 10). The time interval between point of infection and detection of a seroconversion using third-generation antibody assays averages 22 days (Figure 1). In the primary HIV infection, a localized viral replication (eclipse) takes place first, and lasts for approximately 10 days. In exceptional cases, it can last for many months (Figure 2). Experiments conducted in the animal model indicate that the HIV-infected subject is not infectious during this phase of the incubation period (11). In the subsequent viremic phase, HIV RNA is the first and only detectable virus-specific marker for 1-5 days (Figures 1 and 3), followed by HIV p24 Ag. Peak values of over 10 8 HIV-1 RNA copies/ml plasma are reached before seroconversion (12). During the viremic phase, infectivity is very high due to disseminated replication, the high viral load, and the fact that the immune response is still absent. Early detection of HIV infection is important for reasons of infection security, prevention, and individual prognosis. An antiretroviral combination therapy during primary HIV infection reduces the likelihood of a rapid progression to the AIDS stage. Moreover, the frequency of opportunistic infections, skin and mucous membrane diseases, as well as respiratory infections, is reduced (13). Exposure Seroconversion Localized viral replication NAT Eclipse Viremia NAT Detection Weeks after Infection Figure 2: Diagnostic window and nucleic acid amplification REDUCING THE DIAGNOSTIC WINDOW NAT and HIV Ag detection make it possible to reduce the residual risk of blood and blood products, and to improve the early detection of primary HIV infection in high-risk groups. The following options are possible, in theory: (i) (ii) (iii) NAT from a single donation and antibody screening NAT from a single donation without antibody screening NAT from minipools and antibody screening SLBC 2001 p. 10

6 (iv) Separate HIV p24 Ag and antibody screening in the individual donation HIV RNA (Plasma) Concentration HIV p24 Ag HIV-Ab (v) Days after Exposure Combined HIV p24 Ag and antibody screening in the individual donation Figure 3: Kinetics of virus-specific parameters in the course of a primary HIV infection (i) With NAT testing, the diagnostic window is reduced by 50 % (11 days, Figure 1) and the residual risk is reduced by over 50 %. In theory, all potentially infectious viral carriers are excluded using the NAT technique, because no infectivity is observed during primary infection in the animal model before appearance of HIV-1 RNA (12). The advantages of NAT are offset by its technical limitations. The automated processing of large numbers of samples, especially nucleic acid extraction, is not possible at this time or it is possible only with limitations. Using the methods established so far, the sensitivity for HIV-1 B and non-b-subtypes differs (14), HIV-2 and HIV-1 Group O are not amplified using different commercial methods. The detection limit of NATs varies according to sample and batch. Fluctuations of up to a factor of 30 have been observed with commercial tests (8). In up to 5 % of cases, the lower detection limit is not reached, and the test batch must be repeated. Despite methods to eliminate amplificates, there is a risk of contamination. In a prospective study to optimize the laboratory diagnosis of primary HIV infection, falsepositive results were observed more frequently with NAT than with the p24 antigen assay (15). (ii) NAT cannot be used as a standalone method for the laboratory diagnosis and screening of blood donors, because false-negative results are observed in infected subjects with a low viral load independent of the HIV-1 subtype (16). (iii) HIV-1 RNA amplification is currently performed from pooled donors in European blood banks as a more cost-effective alternative to single-sample testing (17). A decisive factor for the sensitivity of nucleic acid detection is the pool size and the sensitivity of NAT. With mini-pools of 10 samples and a detection limit of 200 copies of HIV-1 RNA/ml, the diagnostic window is reduced by 9.8 days (44 %) compared with antibody determination, approximately 2 days later than with single sample testing (18). With a pool size of 100, the time advantage is 7.8 days compared with antibody determination. A total of 2.5 days are gained as compared with p24 antigen detection. By testing larger pools and/or using less sensitive NAT, the gain in sensitivity is low compared with HIV p24 Ag testing. SLBC 2001 p. 11

7 However, NAT is more cost-effective in pools than antigen determination in individual donations (19). (iv) Separate HIV Ag and antibody screening in the individual donation is carried out systematically in a few European countries and in the United States during blood donor screening. Although the technical and financial cost is lower than for NAT in individual donations, the efficiency of this strategy in relation to the cost/benefit analysis is questioned (9). (v) Fourth-generation HIV screening assays that make combined HIV Ag and antibody detection possible in one test batch have been licensed since 1997 (20-26). These combined assays offer the advantage of early detection of HIV infection via Ag detection at a more or less equal technical burden and financial cost as with HIV antibody testing using third-generation EIAs. COMBINED HIV AG AND ANTIBODY DETERMINATION: STATE OF THE ART ( ) Five different combined HIV p24 Ag and Ab assays (fourth-generation HIV EIA or HIV combined assay) have been licensed in Europe since Approximately one-third of the solid phase is coated with monoclonal antibodies for HIV p24 Ag detection. The remaining binding capacity is available for antibody detection (sandwich or indirect EIA). With the exception of one test kit, the HIV combined assays exhibit a relatively high detection limit of the HIV antigen module (> 30 pg p24 Ag/ml, Table 2). For this reason, they cannot substitute single antigen determination with sensitive commercially available EIAs (detection limit: 3 5 pg/ml, Table 2) (27, 28). Using HIV combined assays the diagnostic window is reduced by 4-5 days as compared with antibody detection alone (Figure 1). HIV-1 subtypes and HIV-2 are detected with a different, usually lower, sensitivity than with single p24 antigen assays. Different combination assays detect only partly HIV-1 Group O and HIV-2 strains in low dilutions (21, 24). Since approximately one-third of the binding capacity for antibody detection is not available, there is a risk with HIV combined assays of a second diagnostic window in the transition phase between the declining p24 antigen level and a beginning seroconversion. In extreme cases, the antibody activity is so low that the measured absorbance lies in the threshold range (Figure 4). False-negative results in the course of a primary infection have not yet been described for HIV combined assays, however. In possibly very rare, atypical courses with seroconversion before p24-ag can be detected, the primary infection is detected earlier with the third generation EIA than with the HIV combined assay due to the higher sensitivity of the antibody alone test (Figure 5). SLBC 2001 p. 12

8 4. Gen HIV EIA 3. Gen HIV EIA 3. Gen HIV EIA HIV-1 p24 Ag EIA Index s/co cut-off Day of Blood Sampling Figure 4: Example of a primary HIV infection with borderline results from the HIV combined tests with beginning seroconversion SLBC 2001 p. 13

9 Table 3: Initial specificity of 4th generation HIV screening assays Assay Collective Number of samples tested No. of false positive results Author Enzymun-Test HIV Combi Blood donors % Gürtler et al Enzygnost Integral Blood donors % Brust et al VIDAS HIV DUO High risk population 29, % Ly et al Table 3: Sensitivity of 4 th generation assays in comparison to single HIV p24 Ag assays Test Name 4th Gen. EIAs VIDAS HIV DUO Ultra (Biomérieux) AxSYM HIV Ag HIV O Plus (Abbott) HIV-Ag-Ab Combination Assay (Murex) Cobas Core HIV Combi (Roche Diagn.) VIDAS HIV DUO (Biomerieux) Enzygnost HIV Integral (Dade-Behring) Vironostika HIV Uni-Form II Ag/Ab (Organon Teknika) Genscreen Plus HIV Ag-Ab (Biorad) * Enzymun-Test HIV Combi (Roche Diagn.) HIV Ag Elecsys HIV Ag (Roche Diagn.) Coulter HIV Ag (Coulter) VIDAS HIV p24ii (Biomerieux) HIV AG-1 Monoclonal (Abbott) Detection Limit pg p24 Ag/ml Licensed PEI or CE * * * 9/ * * 1991 SLBC 2001 p. 14

10 4. Gen. EIA (Test 1) 4th Gen. EIA (Test 2) 3. Gen. EIA HIV1 p24 Ag 4. Gen. EIA (Test 3) PCR 20 Index s/co cut-off 0 Day after Blood Sampling Figure 5: Seroconversion with atypical course of HIV antigen and antibody COMBINED HIV AG AND ANTIBODY DETERMINATION: NEW DEVELOPMENTS The first EIAs of the second generation of HIV combination assays with increased sensitivity and improved specificity will be licensed in the course of the current year. The HIV Ag detection limit is below 10 pg p24 Ag/ml. As-yet unpublished results show that, with a fourth-generation EIA with a detection limit of 3.3 pg/ml, the time difference compared with NAT is about 2 days. A further HIV combined assay with a highly sensitive antigen module exhibited an initially reactive specificity of % in 3550 unselected blood donors. The comparative third-generation comparison assay achieved a specificity of only %. These initial, yet-unpublished results show that these new HIV EIAs may represent an alternative to separate antigen determination in the diagnostic laboratory and blood donor screening, and possibly to NAT in (mini-) pools. REFERENCES 1. Apetrei C, Loussert-Ajaka I, Descamps D, Damond F, Saragosti S, Brun-Vezinet F, Simon F. Lack of screening test sensitivity during HIV-1 non-subtype B seroconversions. AIDS 1996; 10: Christiansen CB, Jessen TE, Nielsen C, Staun-Olsen P. False negative anti-hiv-1/hiv- 2 ELISAs in acute HIV-2 infection. Vox Sang 1996; 70: Burin des Roziers N, Coste J, Courouce A, Bibollet-Ruche F, Guillard A, Nasr O. Detection of HIV-1 RNA in two consecutive blood donations screened negative for HIV antibodies. Vox Sang 1998; 75: Imagawa DT, Lee MH, Wolinsky SM, et al. Human immunodeficiency virus type 1 infection in homosexual men who remain seronegative for prolonged periods. N Engl J Med 1989; 320: SLBC 2001 p. 15

11 5. Weber B. Multicenter evaluation of the new automated Enzymun-Test anti HIV 1+2+ subtype O. J Clin Microbiol 1998; 36: Ascher DP, Roberts Ch, Fowler A. Acidification modified p24 antigen capture assay in HIV seropositives. J Aquired Immune Defic Syndr 1992; 5: Report of the Interorganizational Task Force on Nucleic Acid Amplification Testing of Blood Donors. Nucleic acid amplification testing of blood donors for transfusiontransmitted infectious diseases. Transfusion 2000; 40: Aubuchon JP, Birkmeyer JD, Busch MP. Cost-effectiveness of expanded human immunodeficiency virus-testing protocols for donated blood. Transfusion 1997; 45: Clark SJ, Kelen GD, Henrard DR, Daar ES, Craig S, Shaw GM, Quinn TC. Unsuspected primary human immunodeficiency virus type 1 infection in seronegative emergency department patients. J Infect Dis 1994; 170: Ly TD, Edlinger C, Vabret A. Contribution of combined detection assays of p24 antigen and anti-human immunodeficiency virus (HIV) antibodies in diagnosis of primary HIV infection by routine testing. J Clin Microbiol 2000; 38: Murthy KK, Henrard DR, Eichberg JW, Cobb KE, Busch MP, Allain JP, Alter HJ. Redefining the HIV-infectious window period in the chimpanzee model: evidence to suggest that viral nucleic acid testing can prevent blood-borne transmission. Transfusion 1999; 39: Van Gemen B, Kievits T, Schukkink R, van Strijp D, Malek LT, Snooknanan R, Huisman HG, Lens P. Quantification of HIV-1 RNA in plasma using NASBA during HIV-1 primary infection. J Virol Meth 1993; 43: Berrey MM, Schlaker T, Collier AC, Shea T, Brodie SJ, Mayers D, Coombs R, Krieger J, Chun TW, Fauci A, Self SG, Corey L. Treatment of primary human immunodeficiency virus type 1 infection with potent antiretroviral therapy reduces frequency of rapid progression to AIDS. J Infect Dis 2001; 183: Triques K, Coste J, Perret Jl et al. Efficiencies of four versions of the Amplicor HIV-1 Monitor test for quantification of different subtypes of human immunodeficiency virus subtype 1. J Clin Microbiol 1999; 37: Daar ES, Little S, Pitt J, Santangelo J, Ho P, Harawa N, Kerndt P, Glorgi JV, Bai J, Gaut P, Richman DD, Mandel S, Nichols S, Los Angeles County Primary HIV Infection Recruitment Network. Diagnosis of primary HIV infection. Los Angeles County Primary HIV Infection Recruitment Network. Ann Intern Med 2001; 134: Barlow KL, Tosswill JHC, Parry JV, Clewley JP. Performance of the Amplicor human immunodeficiency virus type 1 PCR and analysis of specimens with false-negative results. J Clin Microbiol 1997; 35: Roth WK, Weber H, Seifried E. Feasibility and efficacy of routine PCR screening of blood donations for hepatitis C virus, hepatitis B virus, and HIV-1 in a blood bank setting. Lancet 1999; 353: Le Corfec E, Le Pont F, Tuckwell HC, Rouzioux C, Costaglioa D. Direct HIV testing in blood donations: variation of the yield with detection threshold and pool size. Transfusion 1999; 39: Quinn TC, Brookmeyer R, Kline R, Shepherd M, Paranjape R, Mechendale S, Gadkari DA, Bollinger R. Feasibility of pooling sera for HIV-1 viral RNA to diagnose acute primary HIV-1 infection and estimate HIV incidence. AIDS 2000; 14: Gürtler L, Mühlbacher A, Michl U, Hofmann H, Paggi GG, Bossi V, Thorstensson R, Villaescusa RG, Eiras A, Hernandez JH, Melchior W, Donié F, Weber B. Reduction of the diagnostic window with a new combined p24 antigen and human immunodeficiency virus antibody screening assay. J Virol Meth 1998; 75: Ly, T D, Laperche S, Couroucé AM. Early detection of human immunodeficiency virus infection using third- and fourth-generation screening assays. Eur J Clin Microbiol Infect Dis 2001; 20: Portincasa P, Grillo R, Pauri P, Colao MG, Valcavi PP, Speziale D, Mazzarelli G, De Majo E, Varaldo PE, Fadda G, Chezzi C, Dettori G. Multicenter evaluation of the new SLBC 2001 p. 16

12 HIV DUO assay for simultaneous detection of HIV antibodies and p24 antigen. New Microbiol 2000; 23: Weber B, Fall EMB, Berger A, Doerr HW. Reduction of Diagnostic Window by New Fourth- Generation Human Immunodeficiency Virus Screening Assays. J Clin Microbiol 1998; 36: van Binsbergen J, Keur W, Siebelink A, van de Graaf FM, Jacobs A, de Rijk D, Nijholt L, Toonen J, Gürtler LG. Strongly enhanced sensitivity of a direct anti-hiv-1/-2 assay in seroconversion by incorporation of HIV p24 ag detection: a new generation vironostika HIV Uni-Form II. J Virol Meth 1998; 76: van Binsbergen J, Siebelink A, Jacobs A, Keur W, Bruynis F, van de Graaf M, van der Heijden J, Kambel D, Toonen J. Improved performance in seroconversion with a 4 th generation HIV antigen/antibody assay. J Virol Meth Yerly S, Simon F, Perrin L. Early diagnosis of primary HIV infections: using a combined screening test (p24 antigen and anti-hiv antibodies). Schweiz Med Wochenschr 1999; 27: Laperche S, Maniez-Montreuil M, Couroucé AM. Screening tests combined with p24 antigen and anti-hiv antibodies in early detection of HIV-1. Transfus Clin Biol 2000; 7 Suppl.1: S18-S Weber B, Mühlbacher A, Michl U, Paggi G, Bossi V, Sargento C, Camacho R, Fall EMB, Berger A, Schmitt U, Melchior W. Multicenter evaluation of a new rapid automated HIV antigen detection assay. J Virol Meth 1999; 78: SLBC 2001 p. 17

13 UTILISATION RATIONELLE DES MARQUEURS TUMORAUX Georges Gilson Laboratoire de Biochimie-Immunopathologie Centre Hospitalier de Luxembourg Il y a une quinzaine d'années, le domaine émergeant des marqueurs tumoraux donnait lieu à un vif intérêt de la part des biologistes et à de grands espoirs de la part des cliniciens et patients. Même si les expériences initiales concernant la spécificité et la sensibilité de la plupart de ces marqueurs ne se sont pas réalisées, l'utilisation judicieuse de ces tests combinée à une interprétation informée des résultats a conduit au cours des dernières années à une augmentation constante de leur utilité clinique. Les marqueurs tumoraux sont des macromolécules le plus souvent des protéines avec une composante carbohydrate ou lipide dont les taux sériques corrèlent avec la présence et la croissance de tumeurs malignes. Le marqueur tumoral idéal utilisable pour le diagnostic primaire devrait répondre aux deux critères suivants : - sécrétion dans la circulation sanguine à des concentrations mesurables uniquement par des cellules ayant subi une transformation maligne - sécrétion permettant des conclusions quant à la localisation de la tumeur Or il n'existe actuellement aucun marqueur tumoral répondant à ces conditions strictes. Par conséquent l'utilisation de ces marqueurs à des fins de diagnostic primaire doit se limiter à des groupes à haut risque et à des patients symptomatiques. L'utilité majeure de ces marqueurs réside dans le suivi d'une maladie établie, le contrôle de l'efficacité d'une thérapie, l'identification d'une tumeur résiduelle et, dans certains cas, dans la détermination d'un pronostic. L'utilisation correcte des marqueurs tumoraux peut bénéficier au patient et aider à réduire les coûts de traitement. Au contraire, l'utilisation peu judicieuse, voire anarchique, de ces tests conduit non seulement à une augmentation des coûts mais aussi à des décisions cliniques erronées et peut provoquer des situations traumatisantes chez le patient. SLBC 2001 p. 18

14 LA THYROGLOBULINE EN TANT QUE MARQUEUR TUMORAL J.P. Hoffmann Laboratoire National de Santé, LUXEMBOURG La thyroglobuline est une glycoprotéine iodée dimérique de poids moléculaire 660 kda. Elle est synthétisée dans les cellules folliculaires de la thyroïde et constitue le support pour la synthèse des hormones thyroïdiennes T4 et T3. La thyroglobuline peut être mesurée dans le sérum de tous les individus normaux. Sa concentration est le reflet de la masse de tissu thyroïdien différencié présent, de toute inflammation de la thyroïde, ainsi que du degré de stimulation du récepteur de la TSH par la thyréostimuline. Dans le cancer différencié de la thyroïde la thyroglobuline peut se présenter dans le sérum à des concentrations élevées, mais ne peut être utilisée dans un but diagnostique. Après ablation totale de la thyroïde, elle doit être non décelable dans le sérum. La présence de quantités mesurables dans le sérum indique la persistance ou la réapparition de tissu néoplasique. Ceci est à la base de l utilisation de la thyroglobuline comme marqueur tumoral pour le suivi post-opératoire de patients atteints de cancer de la thyroïde. Le but de ce suivi est la détection précoce d une rechute, qui peut être reconnue par des mesures sensibles de la thyroglobuline combinées à une scintigraphie totale à l iode 131 I. La thyroglobuline est une molécule très immunogène. Son dosage est actuellement basé sur des techniques de type sandwich utilisant des anticorps monoclonaux avec un marqueur soit isotopique (IRMA) soit froid (ICMA). Pour employer la thyroglobuline en tant que marqueur tumoral il faut que la sensitivité fonctionnelle de la méthode se situe aux alentours de 1 µg / litre. Des efforts ont été faits pour standardiser la mesure de la thyroglobuline avec la l introduction récente d un matériel de référence, le CRM 457. Malgré la disponibilité de cette préparation standard, des divergences substantielles subsistent encore entre les différentes méthodes de dosage. Dans le suivi de patients atteints de cancer thyroïdien il importe de doser la thyréoglobuline toujours avec la même méthode. La présence d auto anticorps anti-thyroglobuline pose un autre problème difficile et incomplètement résolu. Ces auto anticorps sont trouvés dans au moins 15% des patients atteints de cancer différencié de la thyroïde. En entrant en compétition avec les anticorps monoclonaux du coffret les anticorps anti-thyroglobuline peuvent interférer dans la mesure de la thyroglobuline, le plus souvent en la sousestimant. Il est donc nécessaire d associer une recherche d anticorps antithyroglobuline à tout dosage de thyroglobuline avant de valider un résultat. Une alternative consiste à appliquer en parallèle à tout dosage de thyroglobuline un test de récupération. Celui ci a pour avantage de reconnaître une interférence par les auto-anticorps et détecter un éventuel effet crochet dû à des concentrations très élevées en thyroglobuline, telles qu elles peuvent ce présenter dans des récidives de cancer thyroïdien. En tenant compte des pièges analytiques que peut comporter son dosage, la thyroglobuline est un marqueur précieux et indispensable dans le suivi postopératoire du cancer différencié de la thyroïde. SLBC 2001 p. 19

15 LES MARQUEURS URINAIRES DU CANCER DE LA VESSIE Alain de Bourcy Laboratoire de Biochimie-Immunopathologie Centre Hospitalier de Luxembourg Les tumeurs de la vessie sont classiquement diagnostiquées par cystoscopie est une technique invasive et coûteuse, ainsi que par l analyse cytologique des cellules malignes exfoliées dans les urines, technique qui présente une faible spécificité, surtout pour les lésions tumorales de faible grade. A cause de ces inconvénients de la cystoscopie et de la cytologie urinaire, on a eu l idée de rechercher des marqueurs tumoraux biologiques permettant de faciliter le dépistage du cancer de la vessie. Le marqueur idéal du cancer de la vessie devrait avoir un intérêt dans la surveillance régulière et prolongée (monitoring) de tumeurs vésicales afin d éviter ou d espacer les nombreuses cystoscopies de contrôle que doivent subir les patients à antécédent d épithélioma vésical. Comme les urines sont au contact direct d une tumeur de la paroi vésicale, il apparaît logique d orienter la recherche de marqueurs tumoraux vers des protéines libérées directement par la tumeur dans l urine. On peut ainsi escompter des concentrations urinaires de marqueurs tumoraux qui sont nettement plus élevées que les niveaux sériques correspondants. En ce qui concerne notre étude expérimentale, nous nous sommes focalisés sur les quatre marqueurs suivants : - le BTA, pour Bladder Tumor Antigen, - la BTF, pour Bladder Tumor Fibronectine, - deux protéines issues du cytosquelette, la cytokératine 18 et le CYFRA Cette étude nous a permis de dresser les conclusions suivantes : - Le CYFRA 21-1 est le marqueur tumoral qui, est le plus prometteur quant à une utilisation clinique dans le dépistage et le suivi des cancers de la vessie : il possède une sensibilité élevée (81,0 %) avec une spécificité acceptable (83,5 %). - La cytokératine 18 a une sensibilité faible (54,5 %) ne lui permettant pas de jouer un rôle en tant qu outil clinique de diagnostic du cancer de la vessie. Par ailleurs, la faible spécificité (72,0 %) obtenue chez les patients à épithélioma vésical suivis en rémission ne permet pas d envisager l utilisation de la cytokératine 18 en tant qu indice permettant au clinicien de décider de la durée des intervalles entre deux cystoscopies de contrôle. - Le BTA TRAK a une sensibilité faible (57,9 %), inacceptable en pratique clinique. La spécificité de 78,6 % est également médiocre : nous ne pouvons donc pas recommander une utilisation de ce marqueur tumoral en pratique clinique. - Le BTF présente une sensibilité faible (33,3 %), incompatible avec une utilisation en pratique clinique. Cependant, la spécificité du BTF est acceptable (93,8 %) et on pourrait imaginer une utilisation du BTF dans la surveillance des patients en rémission clinique après un épisode antérieur de carcinome vésical : SLBC 2001 p. 20

16 dans cette optique, on ferait subir des examens complémentaires à tous les patients présentant un BTF urinaire élevé. LES SYNDROMES NEUROLOGIQUES PARANEOPLASIQUES René Louis Humbel Laboratoire de Biochimie-Immunopathologie Centre Hospitalier de Luxembourg Certaines néoplasies peuvent altérer la fonction neurologique, en l'absence de tout envahissement tumoral ou métastatique du système nerveux. Ces syndromes neurologiques sont appelés "syndromes neurologiques paranéoplasiques". Ceux-ci peuvent prendre plusieurs aspects suivant qu'ils affectent le système nerveux central et/ou le système nerveux périphérique. Les symptômes neurologiques apparaissent de façon subaiguë en quelques semaines, voire même quelques jours et peuvent être profondément invalidants. Ils précèdent très souvent de plusieurs mois ou même d'années la découverte du cancer sous-jacent. Les atteintes du système nerveux central sont constituées par une encéphalite limbique, une encéphalite du tronc cérébral, une dégénérescence cérébelleuse subaiguë ou des opsoclonies-myoclonies. Une neuropathie subaiguë sensitive et une pseudo-obstruction intestinale témoignent de l'atteinte du système nerveux périphérique. Les atteintes qui touchent la jonction neuro-musculaire entraînent des paralysies musculaires (syndromes myasthéniques). Plus rarement l'affection provoque une dégénérescence des photorécepteurs rétiniens et entraîne une perte visuelle progressant vers la cécité. Divers types de tumeurs sont associés à des syndromes neurologiques paranéoplasiques. Les cancers les plus fréquents sont le cancer pulmonaire à petites cellules, les cancers du sein et de l'ovaire, la maladie de Hodgkin, le thymome. Divers anticorps peuvent être mis en évidence dans le sérum des malades. Ils résultent d'une réaction autoimmune croisée entre des antigènes exprimés par les cellules de la tumeur et par certaines cellules du système nerveux, d'où leur dénomination d'antigènes onconeuronaux. Plusieurs types d'anticorps ont été identifiés qui réagissent avec des constituants du noyau des neurones, du cytoplasme des cellules de Purkinje, des oligodendrocytes ou de la rétine. Ces anticorps sont spécifiques d'un type particulier de syndrome neurologique et du type de tumeur cancéreuse. La mise en évidence de ces anticorps est d'un grand intérêt pratique car elle permet de reconnaître l'origine de l'affection neurologique et incite à chercher activement un cancer, qui peut être débutant, à un stade où il peut encore être traité. SLBC 2001 p. 21

17 DIAGNOSTIC DES INFECTIONS À PAPILLOMAVIRUS Bernard Weber Laboratoires Réunis Kutter-Lieners-Hastert, Junglinster et Institut für Med. Virologie, Universitätskliniken Frankfurt Il existe plus de 70 types différents de Papillomavirus (HPV) pouvant induire une prolifération cellulaire au niveau des muqueuses et de la peau. Tandis que la grande majorité des Papillomavirus provoquent des lésions bénignes telles que des verrues et condylomes, un certain nombre de types oncogènes à «haut risque» sont associés à des tumeurs malignes cutanées génito-anales et le cancer du col de l utérus. Le cancer du col est la deuxième cause de cancer féminin dans le monde, l incidence mondiale est évaluée à environ cas par an. Chaque année, en France, 5400 nouveaux cas de carcinomes infiltrant avec environ 1600 décès sont enregistrés. L infection génitale à HPV est transmise par voie sexuelle, la prévalence des porteurs de virus est avec environ 50 % très élevée. En général HPV est éliminé chez la plupart des sujets après une durée de quelques mois. Des lésions précancéreuses et cancéreuses ne se développent probablement que chez des femmes porteuses de HPV oncogènes pendant de nombreuses années. Le dépistage en masse du cancer du col est basé en première approche sur l examen cytologie classique. La détection des HPV oncogènes comme outil pour améliorer le dépistage des lésions précancéreuses et/ou cancéreuses du col utérin fait l objet de travaux contradictoires. A l heure actuelle il est recommandé de réserver le diagnostic étiologique de l infection à HPV aux femmes de plus de 30 ans qui représentent les populations les plus à risques de développer des néoplasies intraépithéliales cervicales de haut grade (CIN3, dysplasie sévère et carcinoma in situ) et aux femmes avec des atypies cellulaires de nature mal définie (ASCUS). L HPV étant un virus non cultivable, le diagnostic de laboratoire repose essentiellement sur la mise en évidence du génome viral ou l immunohistochimie. La détection de l HPV DNA avec ou sans amplification génique à l avantage par rapport à l immunohistochimie d être plus sensible et elle peut être réalisée à partir d un simple frottis cervical prélevé par cytobrosse. Bien que la réaction de polymérisation en chaîne (PCR) présente en théorie une sensibilité plus élevée que l hybridation en phase liquide, il n existe à l heure actuelle qu une seule trousse commerciale permettant la détection des HPV oncogènes par hybridation avec amplification du signal par chimiluminescence (Hybrid Capture II, Digène). Le test Hybrid Capture permet d effectuer une détermination semi-quantitative de la charge virale, présente une grande reproductibilité et permet grâce à des mélanges de sondes de mettre en évidence et de différencier de manière aisée entre HPV oncogènes (types 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59 et 68) et à «bas risque» (types 6, 11, 42, 43 et 44). La détection d HPV DNA est effectuée depuis novembre aux Laboratoires Réunis Kutter-Lieners-Hastert. Sur les 381 prélèvements qui ont été analysés, des renseignements cliniques étaient disponibles dans 22,3 % des cas. La prévalence de HPV oncogènes à «haut risque» était de 32,8 %. Des infections à HPV types à «bas risque» étaient présentes dans 16,8 % des cas. D après les données cliniques recueillies, il semble qu un pourcentage élevé de femmes soumises au test de mise évidence de l HPV DNA sont considérées comme potentiellement à risque de cancer. L association du test HPV au frottis de dépistage permet une approche plus ciblée et plus économique en proposant essentiellement aux femmes positives pour les HPV SLBC 2001 p. 22

18 oncogènes avec ASCUS ou lésions pavimenteuses intra-épithéliales un rythme de dépistage plus rapproché et une surveillance plus attentive. SLBC 2001 p. 23

19 L INTERACTION MOLÉCULAIRE D UN ANTICORPS AVEC UN ANTIGÈNE PEPTIDIQUE Mike Pütz*, Fabienne Bouche*, Fred Fack*, Wim Ammerlaan*, Johan Hoebeke, Claude P. Muller* *Laboratoire National de Santé, Département d Immunologie, Luxembourg UPR 9021 CNRS, IBMC, Immunochimie des Peptides et des Virus, Strasbourg Les interactions protéines-protéines sont à la base de pratiquement tous les processus biologiques. La spécificité de ces interactions est essentielle pour préserver les fonctions et les cascades complexes de la reconnaissance au niveau moléculaire. En immunologie, par exemple un système sophistiqué est en mesure de distinguer entre le soi et le non-soi, et la reconnaissance spécifique est un requisite fondamentale. Dans notre étude nous avons mis en évidence les résidus importants dans un épitope peptidique pour la reconnaissance par un anticorps monoclonal, et tiré quelques conclusions concernant la structure de ce peptide lors de son interaction avec le paratope. Le peptide dérive de la protéine hémagglutinine du virus de la rougeole. Il a été montré dans notre laboratoire que ce peptide est en mesure d induire des anticorps protecteurs et neutralisants dans un système murin. Il représente donc un candidat potentiel pour être inclus dans un vaccin contre la rougeole. Nous avons synthétisé plusieurs sets d analogues substitués du peptide qui ont été analysés pour leur capacité d interagir avec un anticorps monoclonal par ELISA et par des mesures sur un instrument BIAcore3000. Ces résultats vont nous permettre de mieux concevoir nos antigènes peptidiques nécessaires pour le développement d un vaccin efficace contre la rougeole à base de peptides. SLBC 2001 p. 24

Le laboratoire et le diagnostic de l hépatite B : principes de base et nouveautés Dr Ph. Bürgisser

Le laboratoire et le diagnostic de l hépatite B : principes de base et nouveautés Dr Ph. Bürgisser Le laboratoire et le diagnostic de l hépatite B : principes de base et nouveautés Dr Ph. Bürgisser Ag Australia HBV = HBcAg Hépatocyte infecté par HBV Ag HBe Ag HBe et Ag HBc : conformation différente

Plus en détail

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux INTRODUCTION-CANCER DU COL Ces vingt dernières années, le CANCER

Plus en détail

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR Positionnement Intérêt du séquençage de l ADN tumoral circulant du gène TP53 muté pour la prédiction

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Human Papilloma Virus Vaccine Vaccin contre le HPV

Human Papilloma Virus Vaccine Vaccin contre le HPV Human Papilloma Virus Vaccine Vaccin contre le HPV Dr Fokoua Seraphin MD, DSSC, DMBR Gynaecologist -Obstetrician Yaounde Gynaeco-Obstetrics and Pediatric Hospital (YGOPH HGOPY) Cameroon HPV : Généralités

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE

Plus en détail

Hepatitis and pregnancy

Hepatitis and pregnancy Hepatitis and pregnancy GFMER Yaoundé 26 November 2007 José M Bengoa MD Geneva - Switzerland Maladie hépatique et grossesse: trois relations étiologiques maladie hépatique induite par la grossesse nouvelle

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Vaccins Papillomavirus

Vaccins Papillomavirus Vaccins Papillomavirus Dr Julian CORNAGLIA Centre Départemental et International de Vaccinations Histoire naturelle de l infection àhpv(1) Histoire naturelle de l infection à HPV(2) Réponse immune naturelle

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur Cameroun Worshop on HPV/Cervical

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

HPV Human Papilloma Virus

HPV Human Papilloma Virus QuickTime et un décompresseur GIF sont requis pour visualiser cette image. PATHOLOGIE GYNECOLOGIQUE HPV INDUITE J.L.LEROY Hôpital Jeanne de Flandre CHRU LILLE XI Journée e Régionale R de pathologie infectieuse

Plus en détail

A joint institute between LIRMM and NXP. Un laboratoire commun LIRMM-NXP

A joint institute between LIRMM and NXP. Un laboratoire commun LIRMM-NXP A joint institute between LIRMM and NXP Un laboratoire commun LIRMM-NXP ISyTest, Institute for System Testing In the fast-moving world of integrated systems, test solutions are faced with two major issues:

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Diagnostic virologique

Plus en détail

Prostate Cancer. Signs of Prostate Cancer

Prostate Cancer. Signs of Prostate Cancer Prostate Cancer The prostate is a gland in men that makes a liquid that forms part of semen. Its size is about 2 centimeters by 2 centimeters and is located in the pelvic area. The prostate uses a male

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8352

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8352 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8352 Le dépistage anti-hbc lors de prélèvements ultérieurs au premier don de sang. 2 juillet 2008 1. INTRODUCTION ET QUESTION En date du 29 août 2007, le

Plus en détail

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014 Attitude face à un nodule thyroïdien Liège 15 février 2014 Prise en charge d un nodule thyroïdien: une histoire de statistiques La difficulté pour le clinicien face à un nodule thyroïdien est d identifier

Plus en détail

Hépatite C. Fraction LDL VLP. Flaviviridae Hepacivirus ssrna (+), 1 segment enveloppe + VLP. VLP délipidées. Virions libres avec enveloppe

Hépatite C. Fraction LDL VLP. Flaviviridae Hepacivirus ssrna (+), 1 segment enveloppe + VLP. VLP délipidées. Virions libres avec enveloppe Fraction LDL VLP Hépatite C Flaviviridae Hepacivirus ssrna (+), 1 segment enveloppe + VLP VLP délipidées Virions libres avec enveloppe André P. et al.,j Virol 76 (2002) 6919 Petit M-A et al., Virology

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Infections à HPV : actualités en 2014

Infections à HPV : actualités en 2014 Conflit d intérêts Infections à HPV : actualités en 2014 Anne Ebel déclare l absence de conflit d intérêts en relation avec cette intervention Anne Ebel 2 HPV Papillomavirus humains Virus non cultivable

Plus en détail

LONDON NOTICE No. 3565

LONDON NOTICE No. 3565 EURONEXT DERIVATIVES MARKETS LONDON NOTICE No. 3565 ISSUE DATE: 15 February 2012 EFFECTIVE DATE: 12 March 2012 FTSE 100 INDEX FUTURES CONTRACT THREE MONTH EURO (EURIBOR) INTEREST RATE FUTURES CONTRACT

Plus en détail

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013 Marqueurs sériques E.Roussel 14 juin 2013 Les marqueurs dans la prise en charge des kystes ovariens présumés bénins Patientes avec kyste répondant aux critères échographiques de bénignité selon la classification

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Le présent document contient des informations qui sont la propriété de France Télécom. L'acceptation de ce document par son destinataire

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

PC industriels et disques associés

PC industriels et disques associés Technical Service Bulletin PRODUIT DATE CREATION DATE MODIFICATION FICHIER PC INDUSTRIEL 23/03/2010 201005 REV A PC industriels et disques associés English version follows. SF01 (du 4 au 8 janvier 2010)

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Sun ONE Application Server Platform Summary

Sun ONE Application Server Platform Summary Sun ONE Application Server Platform Summary Version 7, Update 3 Part Number 817-5602-10 February 2004 This document provides the specifics on supported platform components for the Sun Open Net Environment

Plus en détail

Carol A. LaRonde Courtier Immobilier Inc. & Laura Pittaro Courtier Immobilier Inc. RE/MAX Royal (Jordan) Inc. 450-458-7051

Carol A. LaRonde Courtier Immobilier Inc. & Laura Pittaro Courtier Immobilier Inc. RE/MAX Royal (Jordan) Inc. 450-458-7051 Chambre immobiliere du grand Montreal CIGGM Greater Montreal Real estate Board GMREB. REVUE DE PRESSE CIGM Les résultats publiés par la Société Canadienne D hypothèque et de logement dans son cadre d analyse

Plus en détail

Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes

Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes STudy of primary screening in the ARdennes department by Testing

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

MALI MEDICAL Prise en charge de Ia toxoplasmose maternelle et...

MALI MEDICAL Prise en charge de Ia toxoplasmose maternelle et... MALI MEDICAL Article original Prise en charge de Ia toxoplasmose maternelle et... DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE LA TOXOPLASMOSE MATERNELLE ET CONGENITALE A BOBO-DOULASSO, BURKINA FASO Screening and management

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Sérologie de l Hépatite B Ag HBs, Ac anti-hbs, Ac anti-hbc (IgG

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Charge virale de l Hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 05VHC1 mars 2005 Edition : novembre 2006 Annales ARN-VHC 05VHC1 1 / 14 ARN-VHC

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

Conditions de fiabilité des mesures d expression d en cancérologie clinique

Conditions de fiabilité des mesures d expression d en cancérologie clinique Conditions de fiabilité des mesures d expression d génique g par RT- en cancérologie clinique J.D. Combes 1,2, G. Grelier 3, M. Laversanne 2, N. Voirin 1, S. Chabaud 1, R. Ecochard 2, C. Moyret-Lalle 3

Plus en détail

CATO 55-04 OAIC 55-04. a. squadron music training; a. instruction musicale à l'escadron;

CATO 55-04 OAIC 55-04. a. squadron music training; a. instruction musicale à l'escadron; GENERAL MUSIC BADGES POLICY 1. Air Cadet music training is conducted in accordance with CATO 14-22, Technical Standards for Cadet Musicians. Air Cadet music training is divided as follows: POLITIQUE SUR

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Technical Service Bulletin

Technical Service Bulletin INTRODUCTION: Technical Service Bulletin June 25, 2009 Title: M.I.L. "ON" DTC P0AC0, P0AF, P0A7F, AND/OR P0AFA Models: 04-09 Prius Some vehicles may exhibit a M.I.L. ON condition with one or more of the

Plus en détail

Papillomavirus humains (HPV)

Papillomavirus humains (HPV) Papillomavirus humains (HPV) Histoire naturelle Test HPV Pr. Christine Clavel-Cravoisier, CHU Reims, INSERM UMRS 903 Comment améliorer le dépistage? Depuis 20 ans : découverte de l agent causal du cancer

Plus en détail

Virus du papillome humain (VPH)

Virus du papillome humain (VPH) Virus du papillome humain (VPH) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Prise en charge globale (néoadjuvante, adjuvante et métastatiques) des cancers du sein HER2 positifs Overall management. Global

Prise en charge globale (néoadjuvante, adjuvante et métastatiques) des cancers du sein HER2 positifs Overall management. Global Prise en charge globale (néoadjuvante, adjuvante et métastatiques) des cancers du sein Overall management Global 0 Groupe de travail constitué de : Lydie Aimard, Mario Campone, Bruno Coudert, Véronique

Plus en détail

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE)

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Frédéric Mistretta 1, Jean-Sylvain Larguier 1, Didier Not 1, Xavier Carcopino 2, Anne-Carole Jacquard 3,

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

PERMALINK ACCESS TO PHD THESIS

PERMALINK ACCESS TO PHD THESIS UNIVERSITY OF DEFENSE : Université Claude Bernard, (Lyon, France). VetAgroSup (Marcy-l Etoile, Rhône) PhD Thesis, 2011 Cutaneous viral infections in dog ABSTRACT Many viral families cause of dermatitis

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

QUAND REPRENDRE UNE CONISATION. Dr FOURNET S.

QUAND REPRENDRE UNE CONISATION. Dr FOURNET S. QUAND REPRENDRE UNE CONISATION Dr FOURNET S. Après CONISATION Taux de succès: 90 à 95 %, sous colposcopie 75 % des échecs dans les 2 ans de suivi RR x5 de récidive, jusqu à 25 ans après ttt RR de cancer

Plus en détail

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN?

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? M. Courtade-Saïdi, L. Collin, J. Aziza UF d Histologie-Cytologie - Service d Anatomie Pathologique et Histologie-Cytologie

Plus en détail

L interprétation du résultat des tests de laboratoire

L interprétation du résultat des tests de laboratoire LES ÉPREUVES DE LABORATOIRE utilisées en microbiologie peuvent être classées dans l une des catégories suivantes : L isolement et l identification d un germe, avec un résultat d épreuve de sensibilité

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Probabilistic design of wastewater treatment plants

Probabilistic design of wastewater treatment plants Probabilistic design of wastewater treatment plants Thèse Mansour Talebizadehsardari Doctorat en génie des eaux Philosophiae doctor (Ph.D.) Québec, Canada Mansour Talebizadehsardari, 2015 RÉSUMÉ Dans cette

Plus en détail

ADDENDUM A. Dessins et tracés des parcours

ADDENDUM A. Dessins et tracés des parcours ADDENDUM A ADDENDUM A ILLUSTRATING THE COURSE Shown here are diagrams of course shapes. The kiteboard s track is represented by a discontinuous line so that each diagram can describe courses with different

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Florida International University Department of Modern Languages FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Class time: Monday, Tuesday, Wednesday, Thursday; 6:20 P.M. - 9:00 P.M. Instructors: Prof. Jean-Robert

Plus en détail

La réglementation européenne pour les médicaments orphelins. De Europese regelgeving voor weesgeneesmiddelen.

La réglementation européenne pour les médicaments orphelins. De Europese regelgeving voor weesgeneesmiddelen. (AFMPS) La réglementation européenne pour les médicaments orphelins. De Europese regelgeving voor weesgeneesmiddelen. Dr. André LHOIR AFMPS - COMP 22 février 2011 1 141/2000: Rare conditions Orphan drugs

Plus en détail

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand?

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Dr. Ilka Engelmann Laboratoire de Virologie, Pôle Biologie Pathologie Génétique, CHRU de Lille EA3610, Université Lille 2

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

Le diagnostic de l infection HIV et l interprétation des résultats de laboratoire

Le diagnostic de l infection HIV et l interprétation des résultats de laboratoire CURRICULUM Forum Med Suisse N o 24 13 juin 2001 626 Le diagnostic de l infection HIV et l interprétation des résultats de laboratoire P. Erb, I. Steffen Correspondance: Dr. med. Peter Erb Institute für

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Consultations initiales pour herpès génital 1. ARMSTRONG GL,et al. Incidence of herpes simplex virus type 2 infection

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

Sujet de TPE PROPOSITION

Sujet de TPE PROPOSITION Single photon source made of single nanodiamonds This project will consist in studying nanodiamonds as single photon sources. The student will study the emission properties of such systems and will show

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

Solution d hébergement de "SWIFTAlliance ENTRY R7" Politique de Sauvegarde et de Restauration

Solution d hébergement de SWIFTAlliance ENTRY R7 Politique de Sauvegarde et de Restauration Solution d hébergement de "SWIFTAlliance ENTRY R7" Politique de Sauvegarde et de Restauration Avril 2012 I- Introduction Le présent document présente la politique de sauvegarde et de restauration à adopter

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

Utilisation des marqueurs ISSR pour l'étude du polymorphisme génétique d'artemisia herba-alba

Utilisation des marqueurs ISSR pour l'étude du polymorphisme génétique d'artemisia herba-alba Utilisation des marqueurs ISSR pour l'étude du polymorphisme génétique d'artemisia herba-alba Haouari M., Ferchichi A. in Ferchichi A. (comp.), Ferchichi A. (collab.). Réhabilitation des pâturages et des

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché Unité Evaluation et Contrôle du Marché - DIV RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN

Plus en détail

VIH à Abidjan de «Cotrimo CI» à «Temprano»

VIH à Abidjan de «Cotrimo CI» à «Temprano» Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique Dépistage La prise en des charge cancers précoce du col de par inspection l adultevisuelle infecté par selon le le VIH statut : VIH

Plus en détail

TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in

TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in childhood Responsable(s) : De Vathaire Florent, Equipe-3 d'epidémiologie des radiations- CESP- UMR 1018 INSERM Date de modification : 14/08/2013

Plus en détail

Kit d extraction PicoPure DNA

Kit d extraction PicoPure DNA Directement à la PCR Le kit PicoPure DNA permet une extraction simple et rapide de l ADN génomique prêt à l utilisation en PCR. Extraire et amplifier l ADN dans le même tube, sans phase d extraction organique

Plus en détail

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables Can operational planning decrease distribution costs? - La gestion prévisionnelle pour diminuer les coûts de distribution?

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Carge virale du VHB : ADN-VHB ADN-VHB 11CHB1 Mars 2011 Edition : Septembre 2011 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285 Saint

Plus en détail

Laboratory accredited by the French Home Office (official gazette date February 5 th, 1959, modified) Valid five years from August 27 th, 2013

Laboratory accredited by the French Home Office (official gazette date February 5 th, 1959, modified) Valid five years from August 27 th, 2013 CLASSIFICATION REPORT OF REACTION TO FIRE PERFORMANCE IN ACCORDANCE WITH THE EUROPEAN STANDARD EN 350-+A: 203 and in compliance with the French Home Office Regulation dated November 2 st, 2002 concerning

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Janvier 2012 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE Laboratoire de Virologie Professeur FLEURY isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail