ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002"

Transcription

1 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée : heures Objecif : Ce examen a pour objecif d éudier de façon succince les mécanismes d ajusemen de la balance commerciale dans le cadre d une applicaion sur données américaine. Plus pariculièremen, nous nous inéresserons à la porée des ajusemens liés aux variaions du aux de change : il s agira alors d évaluer la robusesse de la célèbre courbe en J. Ce examen sera mené en rois paries successives : - une modélisaion univariée de la balance commerciale des Eas-Unis sur la période de janvier 99 à novembre une modélisaion VAR incluan le aux de change réel moyen du dollar défini par rappor aux devises inernaionales majeures. Les données mensuelles proviennen du sie hp://www.economy.com/freelunch/defaul.asp Parie : Modélisaion Univariée ( poins) On cherche ici à proposer une modélisaion linéaire univariée pour la balance commerciale des Eas-Unis sur la période allan de janvier 99 à novembre 00 : les données son exprimées en milliards de dollars. Le bu de cee analyse préliminaire consise principalemen à définir ceraines propriéés saisiques de la balance commerciale (BC par la suie) e à les mere en relaion avec les principaux enseignemens de la héorie économique. Somme des séries TRBG.US (biens) e TRBS.US (services). Source : BOC, Inernaional Trade in Goods & Services - Exhibi 5.

2 Quesion n : (i) A parir du graphique de la BC, donnez vore diagnosic quan à la saionnarié du processus généraeur de données correspondan. Jusifiez précisémen vore réponse en reprenan les élémens de la définiion de la saionnarié du second ordre. ( poins) BC (ii) Supposons que la BC soi issue d un processus DS, quelles seron les conséquences d un choc négaif (ou posiif) qui affecerai le solde de la BC iniialemen équilibrée? Quels son alors les implicaions de vore diagnosic sur les mécanismes d ajusemen possibles de la balance commerciale? ( poin) Quesion n : On cherche à présen à eser la saionnarié du solde de la BC américaine. (i) A parir des informaions suivanes, déerminez le nombre opimal de reards nécessaires dans le cadre d une sraégie de ess ADF. Jusifiez rès précisémen vore réponse. ( poins) ADF Modèle Modèle Modèle 3 p AIC SC AIC SC AIC SC AIC : crière d Akaike, SC : crière de Schwarz, Modèle : modèle sans consane, ni rend. Modèle : avec consane. Modèle 3 : avec consane e rend.

3 (ii) Si l on praique dans ce cas à or un es DF simple, quel serai l ordre d auocorrélaion des erreurs e quelles seraien alors les conséquences de cee auocorrélaion? Jusifiez vore résula. ( poin, démonsraion bonus + poins) Quesion n 3 : On ese à présen la saionnarié de la balance commerciale grâce à un es ADF. (i) En uilisan les résulas ci-dessous proposez un diagnosic quan à la saionnarié de la série BC. Pour les différens ess, vous uiliserez des seuils correspondan à un risque de première espèce de 0% e vous donnerez la valeur de ces seuils. Vous jusifierez précisémen vore démarche (3 poins). 3

4 4

5 Quesion n 4 : On admera pour la suie que les accroissemens du solde de la balance commerciale, noés suivan : avec ε i i. d. ( 0, σ ). ε x, son saionnaires e peuven êre représenés par le processus AR() x = γ x + γ x + ε e où les racines du polynôme ( ) supérieures à l unié en module, où L désigne l opéraeur reard. Φ L = γ L γ L son oues sricemen (i) Calculez l espérance du processus saionnaire ( ) x : en déduire une relaion enre ( ) x E e E, =,.., T. En posan x = 0 0, e en re marquan que x = x en déduire que l espérance du niveau de la balance commerciale x es nulle ( ) = 0 E ( poin) : x x (ii) Qu implique sur le plan économique la nullié de l espérance de la balance commerciale? Commen se fon alors les ajusemens? (.5 poin) (iii) Sachan que la BC es non saionnaire, au sens de la saionnarié du second ordre, e que ( ) = 0 E qu en déduisez vous? Quelles son les implicaions économiques? ( poin) x 5

6 Parie : Modélisaion VAR (0 poins) Dans cee parie, on se propose d éudier plus précisémen la dynamique joine des aux de change e de la balance commerciale américaine (BCB), afin d analyser les mécanismes d ajusemen correspondans (courbe en J). Le aux de change réel (EXR) es défini comme une moyenne pondéré des aux de change du dollar face aux principales devises inernaionales, base 00 en mars 973. On suppose que les séries BCB e EXR son issues de processus I(). Quesion n : (i) A parir des IRF suivanes, éablissez un premier diagnosic quan à la saionnarié du VAR() défini par X = ( BCB EXR )'. ( poins) Response o One S.D. Innovaions ± S.E. Response of BCB o BCB Response of BCB o EXR Response of EXR o BCB Response of EXR o EXR (ii) On suppose que les paramères du VAR() son els que : BCB BCB = EXR EXR V + V Quelle es alors vore conclusion quan à la saionnarié du veceur X = ( BCB EXR )'? ces,, résulas son ils compaibles avec les hypohèses faies sur la saionnarié des composanes de (.5 poins) X? On considère ici uniquemen la série correspondan aux soldes d échanges de biens TRBG.US. Série TWDMJR$.US. Weighed Average Exchange Value of U.S. Dollar: Major Currencies Index - Real, (Mar73=00) 6

7 Quesion n : Inerpréez les ess de coinégraion suivans. Quelles son les conséquences de ces résulas sur la modélisaion du VAR? Quelle implicaions irez vous de ces résulas concernan les mécanismes d ajusemen de la BC par les changes? ( poins) e Quesion n 3 : On considère à présen un modèle VAR() en différences premières : X = B X + (i) Compe enu de l allure des IRF ci-dessous, indiquez l ordre dans lequel les variables EXR on éé placées dans le veceur X W BCB. Expliquez pourquoi ce ordre doi êre privilégié si l on désire analyser l impac des aux de change sur les mécanismes d ajusemen de la BC (en différences) (.5 poins) (ii) Analyser l IRF donnan la réponse des accroissemens de la BC à un choc posiif sur les accroissemens du aux de change. Rerouve-on un mécanisme similaire à une courbe en J? (.5 poins) 7

8 Response o One S.D. Innovaions ± S.E..5 Response of DBCB o DBCB.5 Response of DBCB o DEXR Response of DEXR o DBCB.5 Response of DEXR o DEXR Quesion n 4 : Compe enu des élémens précédens, quelles remarques feriez vous à l économère qui vous présenerai les résulas suivans? Donnez les élémens qui vous permeen de douer de la robusesse du résula selon lequel une appréciaion du aux de change (hausse de condui à une réducion du solde de la BC? ( poins) EXR ) 8

9 Quesion n 5 : Exise--il une relaion de causalié enre les accroissemens du aux de change e ceux du solde de la balance commerciale? ( poin) 9

10 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES CORRECTION PARTIEL FEVRIER 00 Durée : heures Parie : Modélisaion Univariée Quesion n : (i) Saionnarié ( poin) : Le processus généraeur de données associé à la balance commerciale américaine es probablemen non saionnaire. La condiion d invariance dans le emps de l espérance de la disribuion semble en effe violée. (ii) Ajusemens de la BC ( poin) : Si l on adme que la balance commerciale es issue d un processus non saionnaire, les innovaions on alors un effe permanen sur le niveau de cee variable. Ainsi, suie à une innovaion posiive ou négaive, il n y a pas de mécanisme de rarapage qui permee à erme à la balance commerciale de reourner à l équilibre. Si l on suppose qu iniialemen la balance commerciale es équilibrée, une innovaion posiive (négaive) condui alors à un solde excédenaire (déficiaire) jusqu à l infini des emps en l absence de ou aure choc aux daes posérieures. Cela revien à remere en cause l exisence des mécanismes d ajusemen endogènes, y compris les mécanismes d ajusemen par les changes comme la dévaluaion par exemple. Le reour à l équilibre ne peu se faire que si les innovaions son elles mêmes cenrées, auremen di s il n exise pas de dérive dans le processus. Le choc posiif sera alors compensé à erme par des chocs négaifs d ampleur équivalene. Quesion n : (i) Choix du reard opimal ( poins) : si l on considère les crières d informaion, quel que soi le modèle considéré, la minimisaion du crière d Akaike condui à reenir 4 reards, alors que le crière de Schwarz condui lui à reenir deux reards. Touefois pour les rois modèles, on observe que le minimum du crière d Akaike obenu pour 4 reards, es rès proche de la valeur de ce crière avec deux reards. Selon ces crières, on adopera ainsi deux reards (en privilégian le principe de parcimonie) e l on vérifiera ex-pos que cee srucure perme de blanchir les résidus du modèle.

11 Si l on observe mainenan le corrélogramme de la série différenciée, on vérifie que celle-ci présene le profil ypique d un processus AR(). L auocorrélaion parielle es nulle au delà de l ordre deux, andis que l auocorrélaion décroî de façon sinusoïdale (présence probable de racines complexes dans le processus auorégressif de DBC ). Dès lors, s il s avère ex-pos que la série BC es I(), le fai que son aux de croissance suive un processus AR(), confirmerai alors le fai que deux reards son nécessaires dans la procédure de es ADF pour blanchir les résidus. (ii) Auocorrélaion des résidus ( poin, démonsraion + poins) : Dans nore applicaion, il es nécessaire d inroduire deux ermes différenciés reardés pour blanchir les résidus : x = φx + γ x + γ x + ε avec ε brui blanc el que E ( ) = 0 e E( ε ε ) =, s ε s 0, E ( ) ε s = σ ε. Ce modèle peu se réécrire comme un modèle de ype AR(3) avec des innovaions brui blancs : x = φ x + φ x + φ3x 3 avec φ = + φ + γ, φ = γ γ e φ 3 = γ. Dans ce cas, si l on adope à or un es DF simple on se rédui à l éude d un AR() : où les résidus µ + ψ µ + ψ µ = ε ( x + µ = ρx µ son nécessairemen auocorrélés d ordre. En effe, si l on suppose que AR(3) avec résidus bruis blancs puisque : ε = + ε µ es alors auocorrélé d ordre ), on vérifie que le processus x es un ( x ρx ) + ψ ( x ρx ) + ψ ( x ρx ) 3 x = φ x + φ x + φ x ε avec φ = ρ ψ, φ = ψρ ψ e φ = ψ ρ 3. Ainsi, dans ce cas l applicaion à or d un es DF simple condui à une srucure où les résidus du modèle AR() son auocorrélés d ordre. Dès lors, les lois asympoiques uilisées pour les seuils des ess de racines uniaires (ables de Dickey Fuller) ne son plus valides. En les appliquan on risque de commere une erreur de diagnosic. Quesion n 3 : Tess ADF (3 poins) : On considère ou d abord le modèle : la réalisaion de la saisique de Suden vau 359. Elle es largemen supérieure à la valeur du seuil à 0% de cee saisique pour le modèle : à savoir.58 pour T=00. Donc on accepe l hypohèse nulle de racine uniaire. On es alors la nullié du coefficien de la consane condiionnellemen à la racine uniaire. On le vérifie dans le ableau suivan de l esimaion de l AR() où les invered AR roos (inverses des racines du polynôme auorégressif) son complexes.

12 La saisique de es F es définie à parir des élémens suivans : SCR = e SCRC= , T=5, k=4. On obien une réalisaion de F égale à Cee réalisaion es inférieure au seuil à 0% de la saisique F pour T=00, à savoir 3.86 : donc on accepe l hypohèse nulle de nullié du coefficien de la consane. On fai alors le es ADF dans le modèle. La réalisaion de la saisique de Suden es alors égale à.545. Elle es largemen supérieure à la valeur du seuil à 0% de cee saisique pour le modèle : à savoir.67 pour T=00. Donc on accepe l hypohèse nulle de racine uniaire. Ainsi, la série BC es issue d un processus comporan une racine uniaire, sans dérive de ype AR(3). L accroissemen DBC es quan à lui saionnaire e peu êre représené par un processus AR(). On vérifie d ailleurs que les deux racines inverses du processus AR() sur les différences premières son de module sricemen inférieures à l unié puisque (bonus + poin): 0. + i = 0. i = ( 0.) + ( ) = 574 < Quesion n 4 : (i) Espérance ( poins) : On sai que cenrée, saionnaire x = γ x saisfai une représenaion AR() x + γ x + ε. D où l on ire que ( x ) = µ E ( x ) = µ = = 0 avec Φ() 0 Φ() On en dédui que ( x ) = E( x x ) = E( x ) E( x ) 0 consane dans le emps : 0 = E, el que : E. D où l on ire que l espérance es E ( x ) E( x ) T =,.., = Or si l on pose x 0 = 0, on sai qu à la dae on a x = x, d où à cee dae E ( x ) = E( x ) 0. Donc on a bien ( x ) = E( x ) = 0 = E (ii) Nullié de l espérance (.5 poin) : sur le plan économique la nullié de E ( x ) implique qu en moyenne la BC es cenrée. Il exise donc un mécanisme d ajusemen de la BC, il ne peu pas exiser de défici ou d excéden durable. Touefois comme on l a vu, puisque la BC es non saionnaire, l ajusemen s explique ici par une absence de dérive e non pas par un mécanisme correceur dans la dynamique qui endrai à ramener la BC à l équilibre. Les chocs ε posiifs ou négaifs on des effes permanens, mais ces chocs son eux mêmes en moyenne cenrés : les chocs posiifs (dévaluaion de la monnaie par exemple) viennen compenser les effes négaifs anérieurs (appréciaion de la monnaie par exemple).on réfue donc ici l idée d un ajusemen de ype 3

13 courbe en J : l effe d une dévaluaion ne se modifie pas au cours du emps e ce effe sera permanen. (iii) Condiions de Saionnarié ( poins) : Si l on reprend les condiions de la saionnarié du second ordre, sachan que ( ) = 0 E x e que la variable deux condiions suivanes doi êre non saisfaie () soi ( h) = E( ) la condiion ( ) < x x es non saionnaire, cela signifie que une γ x x h dépend du emps e/ou () E n es pas saisfaie. Supposons que seule la première condiion soi violée (les momens d ordre deux exisen) alors cela implique en pariculier que la variance dépend du emps. Economiquemen, cela signifie que les flucuaions de la BC on une ampleur qui varie avec le emps e qui s accenue noammen dans des périodes de déficis prolongés. Parie : Modélisaion VAR Quesion n : (i) Saionnarié IRF ( poins) : on consae que suie à un choc que ce soi sur BCB ou sur EXR, les deux variables du sysème ne semblen pas converger vers leurs éas saionnaire respecifs. Il semble ainsi, sous réserve de confirmaion, que le VAR ne soi pas saionnaire. (ii) Saionnarié (.5 poins) : En calculan les racines de de ( AL) = 0 I, on obien : ( I Al) = ( 0.96* *0. ) L *0.96L+ 0 de = Dès une des deux racines es en valeur absolue inférieure à l unié λ =. 6 e λ = VAR es non saionnaire. Pour auan, on ici une seule racine uniaire, ce qui es incompaible avec le fai que les deux composanes du VAR (EXR e BCB) soien supposées I().. Le Quesion n : coinégraion ( poins) : le es de Johansen condui ici à acceper l hypohèse nulle qu il n y ai aucune relaion de coinégraion dans le sysème que ce soi à5% ou à % de risque de première espèce. On a donc deux variables non saionnaires qui ne parage pas de endance commune. On doi spécifier le Var en différences premières. BCB c BCB = + A EXR c EXR W + W En ermes économiques, dans une dynamique joine aux de change, balance commerciale, il n y a pas de force de rappel qui end à réablir l équilibre du niveau de la balance commerciale suie à une,, 4

14 innovaion, e en pariculier à une innovaion des aux de change. On n a pas de relaion de long erme enre le aux de change e le solde de la balance commerciale. Quesion n 3 : (i) IRF (.5 poins) : le fai que la réponse de nulle à la dae iniiale indique que le veceur X es défini comme X BCB à un choc sur EXR soi =( BCB EXR ). Dans ce cas, la méhode d orhogonalisaion des innovaions perme de faire un choc uniquemen sur la composane des innovaions de change orhogonale aux innovaions liées à la BC. Ainsi, compe enu du décalage emporel un choc sur la composane des innovaions de EXR orhogonal aux chocs sur la BC, n affecera l accroissemen de la BC qu à la dae +. Ainsi, on ne considère ici que l innovaion pure des changes (en différences) e l on observe l ajusemen qu il s en sui sur la BC (en différences elle aussi), sans engendrer de modificaion des aures composanes des innovaions de BCB. C es précisémen ce que l on veu faire dès lors que l on s inéresse aux mécanismes d ajusemen par les changes. (ii) IRF (.5 poin) : On observe qu un choc posiif sur EXR (augmenaion du aux de change, donc appréciaion ou réducion de la dépréciaion), condui en effe dans un premier emps à une augmenaion ransioire des accroissemens de la BC. Ce serai l équivalen des effes prix (réducion du coû des imporaions). Ce effe joue du er mois après le choc jusqu au 3 ème mois après le choc e décroî dès le ème. Au delà du 3 ème mois, on a exacemen l effe inverse. L appréciaion rédui les accroissemens du solde de la BC : les effes compéiivié dominen du 3 ème au 8 ème mois. Mais conrairemen à l analyse radiionnelle de la courbe en J, ce effe sur les accroissemens ne peu êre ransioire, puisque ces derniers son saionnaires. On reourne au delà de 0 périodes à un niveau d accroissemen sable (évenuellemen nul, si le processus es cenré). Quesion n 4 : (i) Spurious ( poins) : On es ici ypiquemen en présence d un phénomène de régressions fallacieuses puisque les deux séries uilisées son d une par non saionnaires (hypohèses) e d aure par non coinégrées (ess de johansen). Dès lors, on sai que la régression d une de ces variables sur l aure par les MCO condui noammen à une divergence des saisiques de Suden. Ici nous avons 8 observaions, ce qui expliquen sans doue le niveau pariculièremen élevé de la réalisaion de la saisique de Suden associée au es la nullié du coefficien de EXR. La seconde indicaion qui nous laisse penser qu il s agisse d un problème de régression fallacieuse es le niveau anaormalemen bas de la réalisaion de la saisique de Durbin Wason (86). Or on sai qu en présence d un el phénomène, la disribuion de cee saisique es dégénérée e qu elle converge en probabilié vers 0. 5

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor Universié de Monréal Essai sur les Modèles du Taux de Change Incorporan la Règle de Taylor Par Houria Aoufi Sous la direcion de Mme Marine Carrasco Déparemen des Sciences Économiques Faculé des ars e des

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI UNIVERSIE PARIS OUES, NANERRE LA DEFENSE UFR SEGMI Année universiaire 202 203 Cours d économérie L3 Economie Cours de Valérie MIGNON D de Benoî CHEZE e David GUERREIRO Exercice : Données en coupe D Inroducion

Plus en détail

Corrigé CNC MP 2003, Math 1

Corrigé CNC MP 2003, Math 1 Corrigé CNC MP 3, Mah Parie I. a La foncion e es coninue sur ], α] prolongeable par coninuié en, elle es donc inégrable sur ],α] b La foncion e e es coninue sur [,+ [ e. + donc elle es inégrable sur [,

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proporionnalié -Acivié préparaoire n : Suies de nombres proporionnelles -l indicaion «0,88 /L» perme de calculer les pri manquans dans le ableau ci-dessous. Indiquer

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Modélisation et prévision de la consommation horaire d électricité au Québec Comparaison de méthodes de séries temporelles

Modélisation et prévision de la consommation horaire d électricité au Québec Comparaison de méthodes de séries temporelles Modélisaion e prévision de la consommaion horaire d élecricié au Québec Comparaison de méhodes de séries emporelles Mémoire Sylvesre Tasa Mairise en Économique Maîre ès ars (M.A.) Québec, Canada Sylvesre

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2003-2004 Devoir n 5 CONVERSION DE PUISSANCE Parie I EUDE D UN CAPEUR DE POSIION ANGULAIRE A / ÉUDE D'UN CIRCUI MAGNÉIQUE Considérons le disposiif schémaisé sur la figure, composé de deux bobines

Plus en détail

Abstract. Classification JEL: C22 ; G01 ; G15 Mots clés : contagion financière ; cointégration et ecm asymétrique; modèles TAR, M-TAR

Abstract. Classification JEL: C22 ; G01 ; G15 Mots clés : contagion financière ; cointégration et ecm asymétrique; modèles TAR, M-TAR Modélisaion de la conagion des marchés financiers basée sur la coinégraion asymérique : le cas des marchés américain, français, anglais e japonais. Absrac Le bu de ce aricle es d analyser la conagion des

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013 LCD Physique ebc 1 Exercices M1: Cinémaique du poin A) Quesions de compréhension 1) Un voyageur dans un rain en mouvemen à viesse consane laisse omber un obje. Esquisser l allure de la rajecoire : pour

Plus en détail

Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES. Document de Travail

Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES. Document de Travail Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen de Travail ANALYSE ET PREVISION DES SERIES TEMPORELLES PAR LA METHODE DE BOX

Plus en détail

Segmentation d images couleur par fusion de régions.

Segmentation d images couleur par fusion de régions. SETIT 2005 3 rd Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 27-31, 2005 TUNISIA Segmenaion d images couleur par fusion de régions. Mme AMEUR Zohra,

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Mesures de risque dynamiques, pricing d options vanilles et EDSR quadratiques.

Mesures de risque dynamiques, pricing d options vanilles et EDSR quadratiques. Mesures de risque dynamiques, pricing d opions vanilles e EDSR quadraiques. Cyrille Guillaumie 1 Thibau Masrolia 2 Rappor echnique rendu en juin 213 1. European Securiies and Markes Auhoriy, cyrille.guillaumie@esma.europa.eu

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. et x désigne alors la matrice à 1 ligne et n colonnes : x = [ x 1 x 2 x n ] ;

MATHÉMATIQUES II. et x désigne alors la matrice à 1 ligne et n colonnes : x = [ x 1 x 2 x n ] ; MATHÉMATIQUES II Dans ce problème, nous éudions les propriéés de ceraines classes de marices carrées à coefficiens réels e cerains sysèmes linéaires de la forme Ax = b d inconnue x IR n, A éan une marice

Plus en détail

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel Techniques d enquêe, juin 00 35 Vol. 7, N o, pp. 35 48 Saisique Canada, N o 00 au caalogue Esimaion composie par régression pour l Enquêe sur la populaion acive du Canada avec plan de sondage à renouvellemen

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Temps-fréquence et traitement statistique

Temps-fréquence et traitement statistique in Temps-réquence: conceps e ouils, eds. F. lawasch and F. Auger, Paris, France: ermes/lavoisier, 2005, Chap. 10, pp. 289 330. Copyrigh 2005 ermes/lavoisier Chapire 10 Temps-réquence e raiemen saisique

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

Relations dynamiques entre politique macro-économique et secteur agricole en Tunisie : Une approche de cointégration

Relations dynamiques entre politique macro-économique et secteur agricole en Tunisie : Une approche de cointégration Relaions dynamiques enre poliique macro-économique e seceur agricole en Tunisie : Une approche de coinégraion Chebbi H.E., Gil J.M. in Laajimi A. (ed.), Arfa L. (ed.). Le fuur des échanges agro-alimenaires

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

PHYSIQUE. Partie préliminaire

PHYSIQUE. Partie préliminaire PHYSIQUE Les différenes paries de ce problème son dans une large mesure indépendanes Seules les argumenaions précises e concises seron prises en compe en réponse aux quesions qualiaives Parie préliminaire

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique Soluions auo-semblables pour des modèles avec conducivié hermique Séphane DELLACHERIE e Olivier LAFITTE CRM-327 5 décembre 25 Cenre de Recherches Mahémaiques, Universié de Monréal, Case posale 628, Succursale

Plus en détail

INTRODUCTION AUX SÉRIES CHRONOLOGIQUES

INTRODUCTION AUX SÉRIES CHRONOLOGIQUES INTRODUCTION AU SÉRIES CHRONOLOGIQUES AE MÉTHODES STATISTIQUES ET APPLICATIONS O. ROUSTANT Novembre 008 Table des maières TABLE DES MATIERES... INTRODUCTION... 3 QUELQUES TECHNIQUES DESCRIPTIVES... 4.

Plus en détail

UNITÉ 1: LA CINÉMATIQUE

UNITÉ 1: LA CINÉMATIQUE UNITÉ 1: L CINÉMTIQUE Cinémaique: es la branche e la physique qui raie e la escripion u mouemen objes sans référence aux forces ni aux causes régissan ce mouemen. 1.1 L VITESSE ET L VITESSE VECTORIELLE

Plus en détail

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB)

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB) Filrage opimal par Mohamed NAJIM Professeur à l École naionale supérieure d élecronique e de radioélecricié de Bordeaux (ENSERB) Filre adapé Définiions Filre adapé dans le cas de brui blanc 3 3 Cas d un

Plus en détail

Formalisme des processus aléatoires

Formalisme des processus aléatoires HAPITRE Formalisme des processus aléaoires. - Signal déerminise e signal aléaoire.. - Signal déerminise Les signaux déerminises son connus par leur représenaion emporelle e specrale. Dans le domaine emporel,

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION PSIP3 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE Durée : 4 heures NB : Le candida aachera la plus grande imporance à la claré, à la précision e à la concision de la rédacion Si un candida es amené

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Année universitaire Exercice 1. Travaux Dirigés numéro 4 SERIES TEMPORELLES

Année universitaire Exercice 1. Travaux Dirigés numéro 4 SERIES TEMPORELLES U Année universiaire 2-2 Travaux Dirigés numéro 4 SERIES TEMPORELLES 1 Exercice 1 Nous avons simulé les séries suivanes, où es un brui aléaoire, s une série d effes saisonniers, une endance linéaire e

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail