Illustration des activités du. Centre Scientifique et Technique de la Construction. dans le domaine de la Performance Energétique des Bâtiments

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Illustration des activités du. Centre Scientifique et Technique de la Construction. dans le domaine de la Performance Energétique des Bâtiments"

Transcription

1 Illustration des activités du Centre Scientifique et Technique de la Construction dans le domaine de la Performance Energétique des Bâtiments Journée Smart Cities 07 juin 2012

2 Centre collectif de recherche Piloté par 15 Comités Techniques a Fondé en 1960 CSTC Plus gand centre belge: 240 employés répartis sur 3 sites Ressortissants: entrepreneurs belges de construction

3 3 missions importantes 1. Recherche collective et innovation 2. Transmission d information 3. Développement et valorisation Au profit des membres, pouvoirs publics, architectes, experts, producteurs de matériaux, 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 3

4 Actions pilotées par les comités techniques Informatie Gros Oeuvre Chauffage et Climatisation Travaux de Peinture Menuiserie Plafonnage- et Rejointoyage Pierre & Marbre Revêtements Durs de Murs et de Sols Vitrerie Acoustique Etanchéité Couvertures Hygrothermie Gestion des entreprises Sanitaire FAB / CTCB 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 4

5 Le CSTC c est aussi 19 laboratoires couvrant les domaines de l acte de construire visites annuelles du site Un service d Avis Technique délivrant avis/an Le trimestriel CSTC contact exemplaires 200 formations/an dans le domaine de l énergie données par 25 personnes 3/4 par semaine 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 5

6 Un large spectre d activités Normatives Réglementat ion Normalisation NBN / CEN Individuelles Avis Technique Formation Développement Innovation Recherche Recherche prénormative Antennes normes Demonstration Notes d Information Techniques NIT Collectives Brevets ATG Innovation Stimulation Innovatives 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 6

7 La Construction durable

8 Le CSTC est actif dans de nombreux domaines de la construction durable 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 8

9 Le CSTC est actif dans de nombreux domaines de la construction durable 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 9

10 Actions dans le domaine de l énergie Matériaux - produits Composants - parois Enveloppe du bâtiment Systèmes Bâtiment complet 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 10

11 Actions dans le domaine de l énergie Matériaux - produits Composants - parois Enveloppe du bâtiment Systèmes Bâtiment complet 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 11

12 Centre Scientifique et Technique de la Construction Exemple de projet Utilisation de MCP dans les bâtiment Projet RETERMAT Financé par la RW Partnaire CSTC Centexbel CRM Extérieur Cellule avec MCP Cellule sans MCP 8 Températures moyennes intérieure de l'air [ C] 18/070:00 18/071:00 18/072:00 18/073:00 18/074:00 18/075:00 18/076:00 18/077:00 18/078:00 18/079:00 18/0710:00 18/0711:00 18/0712:00 18/0713:00 18/0714:00 18/0715:00 18/0716:00 18/0717:00 18/0718:00 18/0719:00 18/0720:00 18/0721:00 18/0722:00 18/0723:00 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 12

13 Les Matériaux à Changement de Phase (MCP) Exemple de l eau 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 13

14 Les Matériaux à Changement de Phase (MCP) Conditionnement des MCP - Microcapsules La micro-encapsulation : procédé physique ou chimique qui permet d'emprisonner de petites gouttes solides ou liquides dans une coquille solide de 1 à 1000 µm 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 14

15 Actions menées Identification des MCP utilisables Estimation des besoins Développement de nouveaux produits Caractérisation des produits développés (énergétique, incendie, santé, durabilité) 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 15

16 Que peuvent apporter les MCP? Essai dans deux cellules de test identiques Deux cellules d essais identiques Une cellule contient une masse de MCP L autre cellule contient une masse équivalente de matériau inerte Un ensemble de capteur permettent de faire un monitoring détaillé Une ventilation nocturne intensive permet d assurer la décharge nocturne des MCP qui se sont chargés la journée 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 16

17 Que peuvent apporter les MCP? Exemple : températures moyennes de l air mesurées dans les deux cellules lors d une journée chaude avec l utilisation de MCP dans l enduit de plâtre Extérieur Cellule avec MCP Cellule sans MCP Températures moyennes intérieure de l'air [ C] T max = 0.75 C 8 18/070:00 18/071:00 18/072:00 18/073:00 18/074:00 18/075:00 18/076:00 18/077:00 18/078:00 18/079:00 18/0710:00 18/0711:00 18/0712:00 18/0713:00 18/0714:00 18/0715:00 18/0716:00 18/0717:00 18/0718:00 18/0719:00 18/0720:00 18/0721:00 18/0722:00 18/0723:00 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 17

18 Actions dans le domaine de l énergie Matériaux - produits Composants - parois Enveloppe du bâtiment Systèmes Bâtiment complet 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 18

19 Performance réelle des éléments de construction 19

20 Actions dans le domaine de l énergie Matériaux - produits Composants - parois Enveloppe du bâtiment Systèmes Bâtiment complet 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 20

21 Actions dans le domine de l étanchéité à l air Recherches ETANCH AIR DREAM Information / NIT CSTC contact thématique 2012 Info-fiche Conseils ATA Guidances Chèques technologiques Formations Cours Cours d hiver juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 21

22 Etanchéité à l air des matériaux 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 22

23 Développement de catalogue de solutions 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 23

24 Exemple de détail développé 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 24

25 Réalisation de mesures Depuis 1985 Techniques de mesure particulière y compris dans les grands bâtiments 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 25

26 Interlaboratory Tests for the Determination of Repeatability and Reproducibility of Buildings Airtightness Measurements- Sponsor and participants to the comparison 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 26

27 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 27

28 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 28

29 CSTC contact thématique Etanchéité à l air 07 juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 29

30 Info-fiche filmée Etanchéité à l air des bâtiments Info-fiche Luchtdichtheid van gebouwen Disponible en ligne et téléchargeable en libre accès visiteurs uniques depuis Sept juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 30

31 Participation aux cours d hiver Session Inscription Présence Luchtdicht bouwen Sint-Niklaas Kortrijk Mechelen Genk Sint-Niklaas II Kortrijk II Etanchéité à l'air Mons Gembloux Bruxelles Libramont Limelette TOTAL juin 2012 Journée d'étude - Smart Cities 31

32 Laboratoire Lumière & Bâtiment Ensemble unique de simulateurs en Europe Mirror box Soleil artificiel / Ciel artificiel Soleil mécanique Mai 2011 Prévenir la surchauffe estivale 32

33 Merci pour votre attention Xavier Loncour CSTC Centre Scientifique et Technique de la Construction Avenue Pierre Holoffe, Limelette Belgique

Les maisons à énergie positive

Les maisons à énergie positive Conférence dans le cadre du projet VallEnergie Les maisons à énergie positive Attert, le 11 mars 2014 VallEnergie Atteindre l autonomie énergétique de la Vallée de l Attert belgo-luxembourgeoise gérée

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 3.1 Systèmes : Introduction Piotr Wierusz-Kowalski PRINTEMPS 2015 p.kowalski@mkengineering.be www.mkengineering.be 2 OBJECTIF(S) DE LA

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts»

Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts» Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts» Secteur Construction Ir. Aymé ARGELES Conseiller CCW Historiques des réglementations «énergie» en Belgique 1985 (1/5) : Région wallonne:

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage V. Detremmerie Laboratoire Eléments de Toiture et de

Plus en détail

Parois à ossature bois et transferts de vapeur

Parois à ossature bois et transferts de vapeur Parois à ossature bois et transferts de vapeur Julien Lamoulie 28 novembre 2013 Un peu de physique L air a une capacité limitée à retenir la vapeur d eau la capacité maximale décroît considérablement à

Plus en détail

Post-isolation des murs creux

Post-isolation des murs creux 15/01/20 13 Centre Scientifique et Technique de la Construction www.cstc.be Post-isolation des murs creux Introduction et diagnostique préalable CCB-C 15/01/2013 Avec le support de la guidance technologique

Plus en détail

La réglementation PEB. L Ordonnance PEB. Stephan Plettinck Responsable du département autorisations-peb 7 mai 2008

La réglementation PEB. L Ordonnance PEB. Stephan Plettinck Responsable du département autorisations-peb 7 mai 2008 La réglementation PEB 1 L Ordonnance PEB contexte législatif entrant en vigueur en juillet 2008 Stephan Plettinck Responsable du département autorisations-peb 7 mai 2008 2 1. INTRODUCTION: contexte législatif

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base

Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base NBN EN 12831:2003 prnbn EN 12831 ANB Christophe Delmotte, Ir Laboratoire Mesure de prestations d Installations Techniques CSTC - Centre Scientifique

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

PREBAT2. 24 juin 2011- Rennes

PREBAT2. 24 juin 2011- Rennes 24 juin 2011- Rennes PREBAT2 "Vers des réhabilitations à très basse consommation» Matériaux et éléments d enveloppe adaptés à la réhabilitation énergétique de l existant Plan de la présentation Les recherches

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 APPLIQUABLE POUR LES PERMIS DE CONSTRUIRE DEPOSES A PARTIR DU 1 er JANVIER 2013. A compter du 1 er janvier 2013, seules les maisons répondant à la Réglementation Thermique

Plus en détail

Solutions d'isolation des parois opaques et vitrées

Solutions d'isolation des parois opaques et vitrées Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 22/12/2015. Fiche formation Module 3 - A : Mise en oeuvre des solutions d'isolation des parois opaques et vitrées - N : 12568 - Mise

Plus en détail

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 RT2012 et logement collectif 19 mars 2012 2 Demain : la RT 2012! 19 mars 2012 3 1 Le respect du Bbio Β Bio max Β

Plus en détail

Ir. Stéphane Charron. Les ossatures bois

Ir. Stéphane Charron. Les ossatures bois Les ossatures en bois Ir. Stéphane Charron Ir. Hugues Frère CSTC HoutInfoBois Bruxelles, 21/02/2012 Les ossatures bois Contexte (marché actuel et futur) Les différents systèmes constructifs Les avantages

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

L innovation au service du Bâtiment Basse Consommation Les enjeux du bâtiment BEPOS Les propositions de l INES

L innovation au service du Bâtiment Basse Consommation Les enjeux du bâtiment BEPOS Les propositions de l INES L innovation au service du Bâtiment Basse Consommation Les enjeux du bâtiment BEPOS Les propositions de l INES Etienne Wurtz Laboratoire d Energétique du Bâtiment Institut National de l Energie Solaire

Plus en détail

Maison Air et Lumière VELUX Model Home 2020. Retour d experience

Maison Air et Lumière VELUX Model Home 2020. Retour d experience Maison Air et Lumière VELUX Model Home 2020 Retour d experience Le projet 2 Le projet européen 6 expériences de bâtiments neutres en énergie dans 5 pays différents 1 objectif : placer la qualité du cadre

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES On obtient ainsi les résultats repris au tableau ci-dessous [25] Matériau e Amortissement Déphasage F (kg/m 3 ) (W/mK) (m) (h) Maçonnerie de béton cellulaire

Plus en détail

Les blocs de maçonnerie en béton BELBLOCK et l isolation thermique la combinaison gagnante

Les blocs de maçonnerie en béton BELBLOCK et l isolation thermique la combinaison gagnante 2 La température intérieure constitue le premier paramètre du sentiment de confort dans un bâtiment. Pour maintenir, été comme hiver, une température agréable de manière économique, il est indispensable

Plus en détail

12/10/2014. Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne. Programme

12/10/2014. Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne. Programme Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne Programme 1. Contexte 2. Bilan énergétique 3. Indicateurs du logiciel PEB 4. Champs d application et exigence PEB 5.

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2 EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 PROFILES PVC DE DECORATION ET D AMENAGEMENT INTERIEURS ET EXTERIEURS Edition DECEMBRE 2005 SNEP - Profilés PVC de

Plus en détail

Principe de ventilation

Principe de ventilation Principe de ventilation Cadre législatif et normatif Christophe Delmotte, Ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 15/11/2013 - Page 1 Pourquoi

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements Intégration Chantier Confort et santé Entretien et gestion Consommation Analyse du cycle de vie

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Simulation. Energie & Bâtiments 06-11-2013

Simulation. Energie & Bâtiments 06-11-2013 MAISON DE L EMPLOI Utilisation de matériaux à changement de phase dans la construction d un immeuble passif de bureaux à Ixelles Maître de l ouvrage : Commune d Ixelles Entreprise : Democo Architecte :

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Chauffage central à eau chaude

Chauffage central à eau chaude Chauffage central à eau chaude Le point sur la normalisation en Belgique (2012) Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail

Rafraîchissement par ventilation

Rafraîchissement par ventilation NOUVEAU Rafraîchissement par ventilation Un rafraîchissement efficace d'une manière naturelle et peu énergivore De grands débits d'air extérieur permettent le rafraîchissement. Commande intelligente Pas

Plus en détail

BATIBOUW 2011 25 février 2011

BATIBOUW 2011 25 février 2011 Centre Scientifique et Technique de la Construction www.cstc.be BATIBOUW 2011 25 février 2011 Antoine Tilmans, ir Division Climat, Equipement et Performance Energétique CSTC - Centre Scientifique et Technique

Plus en détail

Témoignage REHABILITATION en bureaux

Témoignage REHABILITATION en bureaux Témoignage REHABILITATION en bureaux Image projet Communauté de communes Cœur du Var Novembre 2009 P r é s e n t a tio n : C h a n ta l LAR R O U TU RE Contexte Communauté de communes Cœur du Var Bureaux

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Emissivité 5 % Chauffage. Climatisation. Sortie d'air et de vapeur d'eau. Chauffage ou climatisation Vapeur

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Emissivité 5 % Chauffage. Climatisation. Sortie d'air et de vapeur d'eau. Chauffage ou climatisation Vapeur Un isolant 2 en 1 Isolation par réflexion et très faible émissivité En hiver : SKYTECH Pro réfléchit la chaleur émise par le chauffage vers l'intérieur grâce à son fort pouvoir de réflexion. Sa très faible

Plus en détail

Séminaire Bâtiment Intelligent ASPROM Paris 20 mars 2012

Séminaire Bâtiment Intelligent ASPROM Paris 20 mars 2012 Olivier Fléchon Laboratoire d Energétique Bâtiment CEA-INES Séminaire Bâtiment Intelligent ASPROM Paris 20 mars 2012 RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT 20/03/2012 Auteur : Vincent JACQUES le SEIGNEUR 1 Qu est

Plus en détail

Conférence plénière La Cité des Energies

Conférence plénière La Cité des Energies Conférence plénière La Cité des Energies L innovation au service du Bâtiment Méditerranéen et de ses occupants Pierre JOUBERT Chef de projet Cité des Energies- CEA 03/02/2014 Forum du bâtiment durable

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction

Institut de Formation à l ECO-construction Institut de Formation à l ECO-construction Objectif : CONSERVER L ÉNERGIE Principes d hiver Principes d été Axes d effort Sur les consommations Réduire les besoins de chauffage Chemin CONCRET La facture

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

Les formations à la conception de bâtiments bois à haute performance énergétique

Les formations à la conception de bâtiments bois à haute performance énergétique Les formations à la conception de bâtiments bois à haute performance énergétique Soirée technique du 18 Juin 2012 Servane NYS - Chargée d affaires formation Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose,

Plus en détail

CSTC LES VITRAGES FEUILLETÉS DE SÉCURITÉ 1 LES VITRAGES FEUILLETES

CSTC LES VITRAGES FEUILLETÉS DE SÉCURITÉ 1 LES VITRAGES FEUILLETES CSTC DIGESTUNE ÉDITION DU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION LES VITRAGES FEUILLETÉS DE SÉCURITÉ 1 LES VITRAGES FEUILLETES 1.1 DEFINITION? Le vitrage feuilleté est un assemblage constitué

Plus en détail

Levée des freins à l usage du bois dans la construction Rétrospective des avancées depuis le lancement du plan bois en 2009

Levée des freins à l usage du bois dans la construction Rétrospective des avancées depuis le lancement du plan bois en 2009 Levée des freins à l usage du bois dans la construction Rétrospective des avancées depuis le lancement du plan bois en 2009 Stéphane HAMEURY Chef de la Division Expertises, Avis Réglementaires, & Recherche

Plus en détail

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle Les enduits Unité de Formation Professionnelle Les différents enduits Les finitions en isolations extérieure Migration de vapeur d eau Gestions des désordres Une protection contre les intempéries 1 Certains

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Agréation des entrepreneurs

Agréation des entrepreneurs DIRECTION GENERALE QUALITE ET SECURITE DIVISION QUALITE ET INNOVATION Agréation des entrepreneurs Répartition Il est évident qu'une entreprise agréée ne peut pas exécuter n'importe quel travail. Aussi

Plus en détail

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be Projet soutenu par 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be L équipe de recherche BEMS Le concept de maison E+ VallEnergie : action 3 simulation de maisons à énergie

Plus en détail

Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments

Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments Session: Rénovation Clarisse Mees, Ir. Arch. CSTC - Division Energie et Bâtiment Clarisse.mees@bbri.be 1 er février 2012 1 Préambule: Qu est-ce que l étanchéité

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

Durabilité des isolants biosourcés

Durabilité des isolants biosourcés Durabilité des isolants biosourcés Vers la création de classes d emploi Julien Lamoulie Rappel du contexte Fort développement du marché des isolants biosourcés, mais : Nécessitéd apporter desgaranties

Plus en détail

pmp pmp Les principes d une maison passive

pmp pmp Les principes d une maison passive Les principes d une maison passive Le 29 novembre 2010 Energie & Habitat Namur Adeline Guerriat Plate-forme Maison Passive 1.Le standard passif 2. Aspect technique 3. Aspect financier 4. Aspect architectural

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

DÉCLARATION DES PERFORMANCES

DÉCLARATION DES PERFORMANCES DÉCLARATION DES PERFORMANCES 1. Code d identification unique du produit type voir tableau 8 code d'identification 2. Numéro de type, de lot ou de série ou tout autre élément permettant l identification

Plus en détail

La construction massive passive La solution de terre cuite pour la maison passive

La construction massive passive La solution de terre cuite pour la maison passive 20 Terre CuiTe et ConsTruCTion La construction massive passive La solution de terre cuite pour la maison passive Habitation à Gand Architecte: Kristof Cauchie - Bureau d études: 3DB Alors que, jusqu il

Plus en détail

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique ELÉMENTS DE THERMIQUE Diagnostic De Performance ÉnergÉtique Mesurer la performance énergétique La conduction La conduction est un transfert de chaleur entre solides. L exemple plaque électrique. La plaque

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable. Bruxelles Environnement. Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey. De VROEY s.p.r.l.

Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable. Bruxelles Environnement. Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey. De VROEY s.p.r.l. 1 Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable Bruxelles Environnement Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey De VROEY s.p.r.l. 1 Objectif(s) de la présentation Donner un sens à l étanchéité

Plus en détail

Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères

Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères Contact : arnaud.evrard@uclouvain.be Architecture et climat : http://www-climat.arch.ucl.ac.be 1 > Plan de

Plus en détail

Nouvelle usine éco-responsable

Nouvelle usine éco-responsable Nouvelle usine éco-responsable Bibal investit dans un bâtiment d avenir Pour gérer sa croissance tout en respectant l environnement, Philippe BERTRAND, PDG des Cafés BIBAL, a pris le parti de construire

Plus en détail

De la conception à la réalisation

De la conception à la réalisation De la conception à la réalisation d une maison BBC, à énergie positive Gaël LHENRY et Hélène SINGEZ 09 avril 2010 Un pôle de compétences au service des maîtres d ouvrage publics et privés CAeP, versdes

Plus en détail

Cré dit B.i p. Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics : retour d'expérience sur la bibliothèque de Marval

Cré dit B.i p. Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics : retour d'expérience sur la bibliothèque de Marval Cré dit B.i p Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics : retour d'expérience sur la bibliothèque de Marval Genèse du projet - 2010 Décision communauté de communes / commune de Marval

Plus en détail

L audit énergétique qu est-ce que c est?

L audit énergétique qu est-ce que c est? L audit énergétique qu est-ce que c est? Ce document se propose d expliquer, à l aide de quelques extraits commentés, en quoi consiste un audit énergétique. Un audit énergétique débute par un descriptif

Plus en détail

L ISOLATION THERMIQUE PAR L EXTERIEUR ET BARDAGE RAPPORTE

L ISOLATION THERMIQUE PAR L EXTERIEUR ET BARDAGE RAPPORTE Intitulé de la formation Intitulé de la formation L ISOLATION THERMIQUE PAR L EXTERIEUR ET BARDAGE RAPPORTE OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L ENVELOPPE DES BATIMENTS CONSTRUCTION NEUVE ET

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Fiche technique détaillée du panneau DualSun

Fiche technique détaillée du panneau DualSun Fiche technique détaillée du panneau DualSun Table des matières I. Caractéristiques physiques du panneau DualSun... 2 a. Dilatation différentielle... 2 II. Caractéristiques photovoltaïques... 3 a. Augmentation

Plus en détail

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Chauffage. Isolant par réflexion pare vapeur Winco. Sortie d'air et de vapeur d'eau

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Chauffage. Isolant par réflexion pare vapeur Winco. Sortie d'air et de vapeur d'eau Un isolant 2 en 1 Isolation par réflexion et très faible émissivité En hiver : SKYTECH Pro réfléchit la chaleur émise par le chauffage vers l'intérieur grâce à son fort pouvoir de réflexion. Sa très faible

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 1.4 Critères de confort PRINTEMPS 2013 Stéphan Truong Gestionnaire de la formation pour le compte de Bruxelles Environnement TRAINING.IBGEBIM@ecorce.be

Plus en détail

Résistance au feu: comportement des

Résistance au feu: comportement des 88 S. Hameury 1 Résistance au feu: comportement des Feu 88 Dr. Stéphane HAMEURY Chef de projet «Bois & Construction Durable» Chef de Division Adjoint Valorisation des Technologies Innovantes Département

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie

Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie (Responsable Energie) Bruxelles Environnement Diagnostic de l étanchéité à l air Pierre Demesmaeker ICEDD Objectif(s) de la présentation Attirer l attention

Plus en détail

Workshop «Pompes à chaleur» 07/12/2015

Workshop «Pompes à chaleur» 07/12/2015 Workshop «Pompes à chaleur» 07/12/2015 Bruxelles Environnement Rénovation du siège de l European Foundation House Stratégies de conception Marc-Antoine NOBELS MATRIciel Introduction Situation : 94 rue

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

Catalogue Construction Bois, un outil d aide à la conception

Catalogue Construction Bois, un outil d aide à la conception Catalogue Construction Bois, un outil d aide à la conception 19 Septembre 2013 Avec le financement de : PLAN : 1. INTRODUCTION 2. ADRESSE DU SITE 3. DOMAINE D APPLICATION 4. CONTENU DU SITE PAGE 02 l Septembre

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

18 mai 2013. Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Annexe 7 Dispositions communes

18 mai 2013. Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Annexe 7 Dispositions communes 18 mai 2013 Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Annexe 7 Dispositions communes Annexe 7 Dispositions communes Contenu de la présentation 1. Introduction à la problématique 2. Principes généraux

Plus en détail

Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été.

Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été. Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été. Auteurs : Jacques Gilbert et Ulrike Koster, DuPont Building Innovations DuPont de Nemours

Plus en détail

Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA

Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA Le confort d été des bâtiments en bois a fait l objet, fin 2011, de quatre journées en région PACA (Provence - Alpes

Plus en détail

Levée des freins à l usage du bois dans la construction Panorama des avancées et travaux en cours Impacts pour les entreprises.

Levée des freins à l usage du bois dans la construction Panorama des avancées et travaux en cours Impacts pour les entreprises. Levée des freins à l usage du bois dans la construction Panorama des avancées et travaux en cours Impacts pour les entreprises. Serge LE NEVE Adjoint à la Direction du Pôle Industrie Bois Construction

Plus en détail

ISOTHENTIC, enduit de maçonnerie pour façade visant la rénovation énergétique du vieux Bâti Parisien Patrimonial Conforme au DTU 26.

ISOTHENTIC, enduit de maçonnerie pour façade visant la rénovation énergétique du vieux Bâti Parisien Patrimonial Conforme au DTU 26. ISOTHENTIC, enduit de maçonnerie pour façade visant la rénovation énergétique du vieux Bâti Parisien Patrimonial Conforme au DTU 26.1 ISOTHENTIC Assurance décennale SMABTP Partenaires: SMABTP Cabinet POUGET

Plus en détail

Rapport d audit énergétique

Rapport d audit énergétique Rapport d audit énergétique Version du logiciel 2.0.0#124 Date d enregistrement : 26.07.2013 Date de modification : 29.07.2013 Certificat PEB d origine n : 1 Type de bâtiment : APPARTEMENT Type d audit

Plus en détail

Formations FEEBAT. Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES

Formations FEEBAT. Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES Formations FEEBAT Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES Présentation du dispositif Qu est ce que le dispositif FEEBAT? La Formation aux Economies d Energie dans le Bâtiment a été

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

à l horizon 2010» micro-pompe à chaleur à absorption-diffusion avec capteur géothermique vertical

à l horizon 2010» micro-pompe à chaleur à absorption-diffusion avec capteur géothermique vertical Journées Thématiques ADEME - PUCA «Pr b Equipements Energétiques du BâtimentB Optimisation d une d micro-pompe à chaleur à absorption-diffusion avec capteur géothermique vertical CSTB BUDERUS Objectifs

Plus en détail

Extrait du sommaire du Reef en ligne

Extrait du sommaire du Reef en ligne Extrait du sommaire du Reef en ligne Catalogue par ouvrage Maçonnerie gros œuvre Constructions métalliques Constructions en bois Atrerie - Fumisterie Façades et bardages Couvertures Etanchéité Menuiserie

Plus en détail

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts)

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts) Mur mitoyen église - BA13 - ITE laine de verre (ép. 10cm) - Mur en pierre ép60cm Toit - BA13 - Laine de verre (ép. 24cm) - OSB+lame d air -Couverture en ardoise Mur MOB - OSB - Fibre de bois HD (ép. 12cm)

Plus en détail

Descriptif quantitatif second œuvre

Descriptif quantitatif second œuvre GENERAUX ARTISTIQUES Descriptif quantitatif second œuvre La mise en œuvre de menuiserie intérieure Maintien des blocs portes en attente de la pose de la cloison (mise en place, réglage et calage) ES S

Plus en détail

Construction zéro carbone: entre défi et réalité. Conrad Lutz architecte 26.03.2015

Construction zéro carbone: entre défi et réalité. Conrad Lutz architecte 26.03.2015 Construction zéro carbone: entre défi et réalité Conrad Lutz architecte EAI-FR/12.03.2015 EAI-FR/12.03.2015 Est-il possible de construire et d exploiter un bâtiment zéro carbone? Pourquoi construire zéro

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie

DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie Basés sur le changement de phase d un matériau à base de

Plus en détail

LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ( LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ( SITE EXISTANT OBSOLETE Bâtiments anciens datant de 1965 Aucune possibilité d extension Au c ur du quartier de la Chaume Des accès difficiles

Plus en détail

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue,

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue, R R R ISOLATION INTERIEURE & EXTERIEURE La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, Recouvert d aluminium pur, SKYTECH Pro réfléchit vers l intérieur 95% de la chaleur du rayonnement

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail