Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: Poster présentations: 87/1438

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: Poster présentations: 87/1438"

Transcription

1

2 CANCERS DIGESTIFS Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: 38/435 Poster présentations: 87/1438

3

4 The TME Trial after a Median Follow-up of 11 Years C. A. Marijnen et Al, Leiden, Netherlands LR 10A: 6.4% (RT) vs 13.3%, p< MAIS pas de bénéfice en terme de OS ANALYSE EN SOUS-GROUPES: -Bénéfice en terme de RL: CRM-, LN+, >5 cm de MA -LN+ et CRM-: bénéfice en OS à 10A: 41% vs 51%, p= CRM-: bénéfice en CSS à 10 A

5 Chemoradiation Safety Analysis of ACOSOG Z6041: A Phase II Trial of Neoadjuvant CRT followed by Local Excision (LE) in ut2 Rectal Cancer (RC) E. Chan et Al, Nashville, TN RTE: 50.4 Gy Xéloda: 825 mg/m2x2/j les jours de RT et oxaliplatine 50 mg/m2 à J1J8J22J29 Arrêt précoce pour toxicité de grade III de plus d au - 30% malgré une diminution de la dose de Xéloda à 725 mg/m2x2/j (44 puis 33%). Toxicité essentiellement GI et hémato. ACCORD 12: 25.4% de grade III-IV (diarrhées, hémato) => Malgré un taux de pcr important, toxicité inacceptable.

6 Phase II Trial of Neoadjuvant Capecitabine (Cp) with Irinotecan (Ir) followed by Capecitabine-based Chemoradiotherapy (CRT) for Patients (pts) with Locally Advanced Rectal Cancer (LARC): A Hoosier Oncology Group Study H. Cardenes et Al, Indianapolis, IN 22 pts dont 18 ont reçu l intégralité du ttt, T3-T4 et/ou N1 2 cycles de Xéloda (1000mg/m2x2/j de J1 à J14/ 21j) + Irinitécan 200 mg/m2 J1. Puis RCT: 50.4 Gy avec Xéloda 825 mg/m2x2/j 2/j les jours de RT. Chir 4 à 6 semaines après. Etude des gènes impliqués dans le métabolisme du Xéloda et de l Irinotécan Toxicité de grade III ou +: 28%: 4 diarrhées de grade III et 1 neutropénie fébrile Tous R0, 89% de downstaging, 33% de pcr Avec MFU de 43 mois, PFS médiane non atteinte Pas de corrélation entre enzymes et pcr

7 Validated Nomograms based on Six Large European Trials for the Prediction of Local Control, Distant Metastases, and Survival for Locally Advanced d Rectal Cancer Patients after Long Course Chemoradiotherapy V. Valentini et Al, Rome, Italy 3253 pts, 6 essais dont 2 non encore publiés Sexe, âge, localisation T, dose de RT, CC ou adjuvante, type de chir (LE, RA, APR), ptn A 5A: 9.7% de LR, 26.4% de DM, DFS 67.5%, OS 76.5% Développement de nomogrammes pertinents quelque soit le devenir Variables indépendantes: -Quelque soit le devenir: localisation T, ptn, dose de RT, type de chir -CC et adjuvante: impact uniquement sur LC et faible

8 An Analysis of a Pooled Trial Database to Develop Validated Nomograms to Predict Local Recurrences, Distant Metastases, and Overall Survival for Rectal Cancer Patients after Short Course Radiotherapy and Surgery R. V. Stiphout et Al, Maastricht, Netherlands 1552 pts, 4 essais (dont TME) Sexe, âge, distance/ MA, type de chir (TME ou conventionnel), groupe de chir (AR, LE, APR), maladie résiduelle, ptnm, pstade, Marges, complications post-op A 5A: LR: 7.1%, DM: 25.3%, OS: 61% Développement de nomogrammes pertinents quelque soit le devenir Variables indépendantes: -pstade et maladie résiduelle pertinents n quelque soit le devenir -Age et pn spécifiquement prédictif de DM et OS -Type de chir: prédictif de LR et DM

9 Predictive and Prognostic Value of Smac, VEGF and Ki67 Expression in Locally Advanced Rectal Cancer Treated with Neoadjuvant Chemoradiotherapy H. Yan, Jinan, China 98 pts, stades II et III RT 40 Gy avec CC par 5FU et oxaliplatine. Chirurgie 4 à 6 semaines après Niveau élevé de Smac, négativité de VEGF, faible expression de Ki67, prédictif de réponse et pronostique (DFS). Rôle pronostique d un haut grade de régression tumorale selon Dworak s Statut N préttt associé à LRFS5A et DFS5A

10 ADK PACREATIQUES

11 Five Year Results of US Intergroup/RTOG 9704 with Postoperative Ca <90 and Comparison to the Conko-001 Trial A. C. Berger et Al, Philadelphia, PA RTOG 9704: étude de phase III utilisant une ARCC après résection macroscopiquement complète d un adénocarcinome pancréatique (RT 3Dconformation elle avec contrôle de qualité (CQ) jusqu à la dose de 50.4Gy avec 5FU continu). Randomisation selon le type de chimiothérapie (CT) administrée avant et après l ARCC : gemcitabine (GEM) hebdomadaire ou 5- FU continu Analyse II: valeur pronostique du CA19-9 postopératoire Résultats à 5 ans, comparaison avec les bras GEM du CONKO patients analysables CA19-9= facteur pronostique fort et indépendant en terme de survie (HR= 3.1 pour la survie globale (SG), p<0.0001). -Bras GEM avec un CA19-9 à 90U/ml ou <: SG médiane de 21 mois ans, taux de survie à 5= 24%, pouvant aller jusqu à 23 mois et 32% en cas de respect des critères de qualité -Bras GEM, CA19-9>90: 9>90: 10 mois et 4% -Bras GEM du CONKO-001: 22.8 mois et 21% malgré un taux de marges positives deux fois moindre.

12 Multi-institutional Phase II Trial of Induction Cetuximab Gemcitabine and Oxaliplatin, followed by Radiotherapy with Concurrent Capecitabine, and Cetuximab, for Locally Advanced Pancreatic Adenocarcinoma (LAPC) C. H. Crane et Al, M.D. Anderson, Houston, TX Phase II multicentrique, 69 patients avec LAPC, OMS= 0-1 CT première par cetuximab 500mg/m2 (CET), gemcitabine 1000mg/m2 (GEM) et oxaliplatine100mg/m2 (OX) : 4 injections à 2 semaines d intervalle suivie d une ARCC avec CET et capécitabine 825mg/m2x2/j (CAP) les jours de RT associés à une irradiation à la dose de 50.4Gy sur la maladie macroscopique en l absence de progression (PD). Objectif I: OS1A> 45%, objectifs II: réponse et tolérance MFU= 12.5 mois SM= 18.7 mois, OS1A= 66.7% Evaluation à 6 semaines de la fin du traitement: 19% de réponse partielle, 17% de réponse mineure, 48% de stabilité et 15% de progression (à distance pour 8 des 10 patients qui ont rechuté) Réévolution locale présente chez seulement 14.3% des patients en progression à 1 an, contre à 63.6% à 2 ans <10% de grade III ou plus pour la toxicité aigüe (gastro-intestinale, fatigue, paresthésies, rash cutané, hématologique). 7 Patients dont la tumeur était à la limite de la resécabilité ont pu bénéficié d une résection R0 mais aucun deux n est libres de progression à la date de point et leur survie n est pas meilleure.

13 A Randomized Phase II Study of Gemcitabine 1000mg/msq and Concurrent Radiotherapy Comparing to Gemcitabine Alone for Unresectable Locally Advanced Pancreatic Adenocarcinoma T. Ioka et Al, Osaka, Japan Etude de phase II Efficacité ité et tolérance d une ARCC avec la GEM à pleine dose 40 patients ont été randomisés entre GEM seule 1000mg/m2, 3 semaines/4 jusqu à progression et GEM selon le même schéma + RTE : 50Gy sur la maladie macroscopique Bénéfice en terme de survie médiane (391 j contre 372 j, p<0.002) 000 et de survie sans progression (237 j contre 128 j, p<0.01). Deux patients du groupe RCT ont pu avoir une résection de leur maladie Pas de différence significative en terme de tolérance.

14 Concurrent Chemoradiotherapy for Unresectable Locally Advanced Pancreatic Adenocarcinoma: Impact of Adjuvant Chemotherapy on Local Control and Survival Y. Ito et Al, Tokyo, Japan Etude rétrospective du groupe japonais de RT Impact de la CTA post ARCC dans les LAPC en terme de LC et OS 217 patients inclus dont 191 analysables. OMS= Dose médiane de RT: 50.4Gy, CC: 5FU et GEM++ MFU: 11 mois 27.2% de PR, 63.9% de SD, 8.9% de PD LC à 2 ans: 38.7% Amélioration du contrôle local: 50.9% contre 9.9% 9% à 2 ans, p=0.0027) et la SG: 26.6% contre 11.1% à 2 ans, p<0.0001) CTA=facteur pronostique indépendant de SG en MVA (p<0.001) Analyse en sous-groupes: seuls les patients qui répondent ou qui ont une maladie stable bénéficient de la CTA.

15 Analysis of Local Control in Patients Receiving IMRT for Resected Pancreas Cancer B. Maidment et Al, Baltimore, MD Risque = manquer la cible au détriment du contrôle locorégional Rétrospectif, 72 patients, ARCC postopératoire avec RT de type IMRT (50.4Gy, 59.4Gy en cas de marges positives) et CC par 5-FU ou GEM. MFU: 24 mois SG médiane= 24 mois Rechutes essentiellement à distance: 49% Seulement 19% ont une rechute LR. Même si la comparaison est difficile, ces résultats semblent meilleurs que ceux de l essai RTOG 9704 (plus de 30% de rechutes LR) utilisant une RT tridimensionnelle «de qualité» et encourage le développement de l IMRT au moins en adjuvant.

16 CANAL ANAL

17 Early Efficacy Results of RTOG 0529: A Phase II Evaluation of Dosepainted IMRT in Combination with 5-Fluorouracil and Mitomycin-C for the Reduction of Acute Morbidity in Carcinoma of the Anal Canal L. Kachnic et Al, Boston, MA En comparaison du bras 5FU/MMC de l essai RTOG qui utilise une technique conventionnelle, DP-IMT diminue significativement la toxicité. Résultats en terme d efficacité Phase II multicentrique, 52 pts présentant T2-T4N0-N3M0 du CA -T2N0: PTV prophylactique gg : 42 Gy (1.5Gy/j), PTV T: 50.4 Gy (1.8Gy/j) -T3-T4N0-N3: PTV prophylactique gg: 45 (1.5Gy/j), 50.4 Gy (1.68/j) sur N+<3 cm et 54 (1.8Gy/j) sur N+> 3 cm, 54 Gy sur PTV T -5FU et MMC en concomittant J1 et J29 MFU: 23.2 mois ccr à 8 semaines: 64% et à 12 semaines: 81% Résultats à 2A comparables au bras 5FU et MMC du RTOG 98-11: -LRF: 20% -CF: 8% -OS: 88% -DFS: 77% CFS: 86% => Même efficacité ité avec toxicité ité moindre, base pour escalade de dose

18 Dosimetric Parameters Are Predictive of Acute Gastrointestinal Toxicity in Patients Treated with Concurrent Chemotherapy and Intensity nsit Modulated d Radiation Therapy for Anal Carcinoma S. G. DeFoe et Al, Pittsburgh, PA Valeur prédictive des paramètres dosimétriques en en terme de toxicité GI aigue chez les patients traités par IMRT et CC 58 pts, 1/3 de T3-T4 et 1/3 de N+ ARCC avec IMRT,dose médiane au GTV T et aires gg +: 55.8 Gy Contourage de IG sur TDM, évaluation hebdomadaire de la toxicité (CTCAE v.3) Résultats: -grade I: 20% -grade II: 34.5% -grade III: 27.6% -Pas de grade IV UVA: aucun facteur clinique associé à 1 toxicité de grade III ou + (stade, âge, type de CT, interruption ttt). Mais V30 et V40 significatifs: f -V30 >310 cc: 38.9% grade III ou + contre 9.1% (p=0.02) -V40 >70 cc: 35.7% grade III ou + contre 6.3% (p=0.04) => Intérêt pour tenter de diminuer encore la toxicité

19

20 Stereotactic Body Radiotherapy for Colorectal Liver Metastases: A Pooled Analysis D. T. Chang et Al, Stanford, CA 65 pts consécutifs non séléctionnés, 102 lésions. 42% avaint déjà reçus au 2 lignes de CT pour leur maladie hépatique 1-4 lésions, ttt en 1-6 fractions, dose médiane 41.7 Gy, évaluation >3 mois après SBRT MFU: 1.2 an MVA: -Dose > ou = 42 Gy est un facteur prédictif indépendant de LC (LC à 12, 18 et 24 mois: 84%, 84% et 66% pour une dose d au 42 Gy contre: 48%, 43%, 43%) contrairement à: PTV, dose par fraction, CT pré ou post-sbrt -Contrôle de la maladie extra-hépatique: facteur indépendant de OS (77%, 60%, 45% à 12, 18, 24 mois vs 63%, 45%, 18%) contrairement au nombre de lignes de CT, nombre de M+, âge Pas de toxicité sévère => Résultats prometteurs avec bonne tolérance. Dose d au 42 Gy. Bénéfice probablement bl d autant t + important t que la maladie extra-hépatique ti est contrôlée. Intérêt de contrôler la maldie hépatique même chez les pts lourdement pré-traités

21

22 PTV= GTV cm et 1 cm en TP (CTV: marges de 0.2 mm, 4.5 mm, 8 mm pour les grades I, II et III respectivement) Prescription sur l isodose 80% qui doit contenir le PTV Lésions de 3-4 cm en valeur médiane 40 à 50 Gy (suivant le score CP) en fraction de 5 à 16 Gy Bonne tolérance Pronostic significativement meilleur quand TH en terme de DFS et OS Facteurs prédictifs de OS: âge élevé, DT faible, taille GTV, score de CP, TH => TH= gold standard => SBRT: alternative efficace et bien tolérée chez les patients non candidats dd ou en attendant

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ Michel Ducreux Insitut Gustave Roussy Villejuif,FRANCE 1/28 Le cancer du pancréas. Histoire naturelle: Survie à 3 ans < 5% Maladie métastasée d emblée: 40% Formes

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

La chimiothérapie dans le traitement du carcinome épidermoïde du canal anal

La chimiothérapie dans le traitement du carcinome épidermoïde du canal anal Cancéro dig. Vol. 3 N 4-2011 - 289-300 289 DOI 10.4267/2042/45856 DOSSIER THÉMATIQUE : LE CANCER DU CANAL ANAL La chimiothérapie dans le traitement du carcinome épidermoïde du canal anal Systemic chemotherapy

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE. LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB. 12 décembre 2010

CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE. LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB. 12 décembre 2010 CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB 12 décembre 2010 INTRODUCTION - I La Radiotherapie pre opératoire représente le traitement standard des

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Dominique de Raucourt 1 / xx 2 / xx Particularités des T3 oropharyngés! " Accessibles le plus souvent

Plus en détail

RTC 3D CANCER DU RECTUM

RTC 3D CANCER DU RECTUM RTC 3D CANCER DU RECTUM INDICATIONS de la RTE Adénocarcinome du rectum T3-4 ou N+ RT-CT concomitante pré-opératoire Adénocarcinome rectal avec facteur de risque de récidive locale (R1, T4, N+) Mais SANS

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale 100 90 80 Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale Différence : 4 % (p < 0.0001) MACH-NC Meta-Analysis of Chemotherapy in Head & Neck Cancer % Control CT 70 60 50 40 30 20 10 0 54 % 50 % 36 % 32

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES TUMEURS GYNÉCOLOGIQUES

RADIOTHÉRAPIE DES TUMEURS GYNÉCOLOGIQUES RADIOTHÉRAPIE DES TUMEURS GYNÉCOLOGIQUES Dr F. Le Tinier Cours de DES du 8 novembre 2013 LES GRANDES INDICATIONS La radio-chimiothérapie concomitante des cancers localement évolués du col de l utérus La

Plus en détail

FOM 2013 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR

FOM 2013 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR FOM 213 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR Jean Louis Lefebvre Centre Oscar Lambret Lille, France Liens d intérêts Membre d advisory boards et conférencier Sanofi-Aventis (jusqu en 21)

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

Cancers du rectum Place de la chimiothérapie. Pr Christophe Borg UMR1098 INSERM Christophe.borg@efs.sante.fr

Cancers du rectum Place de la chimiothérapie. Pr Christophe Borg UMR1098 INSERM Christophe.borg@efs.sante.fr Cancers du rectum Place de la chimiothérapie Pr Christophe Borg UMR1098 INSERM Christophe.borg@efs.sante.fr Cancers du rectum Place de la chimiothérapie Quelles sont vos pratiques? Cancers du rectum Place

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

Essais en Oncologie Digestive. Estomac-Stade «opérable» néo-adjuvant

Essais en Oncologie Digestive. Estomac-Stade «opérable» néo-adjuvant Essais en Oncologie Digestive Estomac-Stade «opérable» néo-adjuvant ADCI : FFCD 1103 Estomac résécable M0, à cellules indépendantes (ADCI) Phase II / III Intérêt de la chimio péri-op pour les cancers gastriques

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 PRINTEMPS DE L AFCOR Le Cancer de la Prostate Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 QCM CaP à haut risque Place de la chirurgie Pr Michel SOULIE Question 1 Parmi les propositions suivantes concernant

Plus en détail

Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée. Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014

Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée. Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014 Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014 Désescalade thérapeutique du traitement loco-régional 1970: de l opération de Halsted

Plus en détail

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Les indications actuelles de la radiothérapie rapie 27 novembre 2009 / DIJON Gilles Truc Rationnel de la radiothérapie dans les sarcomes

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Jean-Yves Pierga Département d Oncologie médicale Quelles

Plus en détail

TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre.

TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre. TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre. F Peschaud Vendredi 11 décembre 2015 Adjuvant: Pourquoi? T3/T4 après RCT néoadjuvante: taux de récidive métastatique à 5 ans de 35% Stade III: Survie sans

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Sophie HABERER LYMPHOMES POUMON

Sophie HABERER LYMPHOMES POUMON Sophie HABERER LYMPHOMES POUMON HEMATOLOGIE Session plénière: 1 / 4 Session scientifique et poster discussion: 4/435 Poster présentation: 32/1438 Intensified Chemotherapy and Dose-Reduced Involved Field

Plus en détail

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI CyberKnife System Conçu pour traiter des tumeurs dans le corps entier. Utilise un système de guidage

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR 6eme Réunion annuelle de pathologie digestive Hôpital Cochin Hôtel Dieu 05 février 2010 Romain Coriat Unité

Plus en détail

10 ème Printemps de l AFCOR Tumeurs du Rectum et du Canal Anal

10 ème Printemps de l AFCOR Tumeurs du Rectum et du Canal Anal 10 ème Printemps de l AFCOR Tumeurs du Rectum et du Canal Anal Session Canal Anal Indications, doses, fractionnement Dr V.Vendrely 10 ème Printemps Déclaration d intérêts Pas de conflits d intérêts à déclarer

Plus en détail

2 Gliomes de haut grade

2 Gliomes de haut grade 2 Gliomes de haut grade Etudes rétrospectives de cohortes populationnelles n Les résultats présentés à l ASCO concernent des études rétrospectives de cohortes. On ne dispose pas de résultats d études de

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Head and neck: formulaire d enregistrement des carcinomes de l oropharynx (nouveau diagnostic)

Head and neck: formulaire d enregistrement des carcinomes de l oropharynx (nouveau diagnostic) Head and neck: formulaire d enregistrement des carcinomes de l oropharynx (nouveau diagnostic) 1/6 08/05/2014 Head and neck carcinome oropharynx formulaire pour l enregistrement des nouveaux diagnostics

Plus en détail

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 Christelle Lévy Centre François Baclesse Ce qui est en train de changer nos pratiques, nouvelles AMM Cancers du sein métastatique RH+ HER2 neg en cas de progression

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie ESMO 14 L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie Cancer du SEIN Taxotere hebdo pas mieux et plus toxique Perrone F et al Ann Oncol 2014 Phase III : CMF vs Taxotere hebdo

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS

Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS 4 ème Journée Annuelle Régionale de Cancérologie Digestive 3 Avril 2015 Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS Janick Selves Département d Anatomie Pathologique Facteurs histo-pronostiques Stade ptn (M) Grade

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

Radiothérapie conformationnelle avec modulation d intensité

Radiothérapie conformationnelle avec modulation d intensité Radiothérapie conformationnelle avec modulation d intensité 1 Généralités sur la RCMI Définition, équipements, déroulement Quelques principes généraux Règles de prescription Avantages et inconvénients

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE Ganglion sentinelle et cancer du sein Dr Michy- HCE historique 1985: Ganglion sentinelle + mélanome 1994: giulano: application au cancer du sein 2002: validation du GAS par l ANAES Morton, arch Surg, 1992

Plus en détail

Traitement des cancers du pancréas et des voies biliaires

Traitement des cancers du pancréas et des voies biliaires Traitement des cancers du pancréas et des voies biliaires Les cancers des voies biliaires et du pancréas, essentiellement des adénocarcinomes, sont de pronostic très sombre du fait d un diagnostic très

Plus en détail

des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris

des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris Chimioradiothérapie des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris CLASSIFICATION FIGO 2009 I: Carcinome limité au col IA: Carcinomes micro-invasifs (diagnostic histologique

Plus en détail

Les difficultés chirurgicales liées aux traitements néoadjuvants

Les difficultés chirurgicales liées aux traitements néoadjuvants Les difficultés chirurgicales liées aux traitements néoadjuvants Pr. Michel Rivoire Département de Chirurgie Centre de Lu:e Contre Cancer Léon Bérard 69008 LYON, France michel.rivoire@lyon.unicancer.fr

Plus en détail

Cancers du canal anal 07/03/2014

Cancers du canal anal 07/03/2014 Cancers du canal anal DR XAVIER LIEM 07/03/2014 Généralités 1. Epidémiologie 2. Anatomopathologie 3. Anatomie 4. Clinique et Bilan 5. Classification Généralités 1. Epidémiologie Prédominance féminine 1,2

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU OMEDIT Aquitaine Affaire suivie par : Bertrice LOULIERE : bertrice.louliere@omedit-aquitaine.fr Antoine BROUILLAUD : antoine.brouillaud@omedit-aquitaine.fr Morgane GUILLAUDIN : morgane.guillaudin@omedit-aquitaine.fr

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESPONSE TUMORALE à la RCT TRAITEMENTS CONSERVATEURS DU RECTUM

EVALUATION DE LA RESPONSE TUMORALE à la RCT TRAITEMENTS CONSERVATEURS DU RECTUM EVALUATION DE LA RESPONSE TUMORALE à la RCT TRAITEMENTS CONSERVATEURS DU RECTUM Dr A.Rahili DIU Cancérologie Digestive Février 2014 CANCER DU RECTUM EVOLUTION 1987-1993 Essai Randomisé Contrôlé (ERC) Stockholm

Plus en détail

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Dept. des Tumeurs du Sein Chef du service Hôpital de Jour Institut d Oncologie Ion Chiricuţă Cluj-Napoca,

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

Le rôle du traitement néo adjuvant et adjuvant dans le cancer du pancréas résécable. Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Juin 2010

Le rôle du traitement néo adjuvant et adjuvant dans le cancer du pancréas résécable. Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Juin 2010 Le rôle du traitement néo adjuvant et adjuvant dans le cancer du pancréas résécable Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Juin 2010 1 Ce guide constitue un outil d aide à la décision

Plus en détail

Chimiothérapie néoadjuvante et cancer de l ovaire. Patricia Pautier Oncologue médical Institut Gustave-Roussy

Chimiothérapie néoadjuvante et cancer de l ovaire. Patricia Pautier Oncologue médical Institut Gustave-Roussy Chimiothérapie néoadjuvante et cancer de l ovaire Patricia Pautier Oncologue médical Institut Gustave-Roussy Chimiothérapie néoadjuvante Pro Réalisation d une chirurgie complète Moins de morbidité post

Plus en détail

Enjeu clinique ou Pourquoi mesurer la reponse precoce pendant le ttt neoadjuvant? Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux

Enjeu clinique ou Pourquoi mesurer la reponse precoce pendant le ttt neoadjuvant? Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux Enjeu clinique ou Pourquoi mesurer la reponse precoce pendant le ttt neoadjuvant? Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux Chimiotherapie neoadjuvante (+/- antiher2) Fondamentaux Quand

Plus en détail

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ?

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? RCP SFSPM Rennes-2015 Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Institut Curie, Paris

Plus en détail

Cancer de l endomètre «Désescalade en radiothérapie»

Cancer de l endomètre «Désescalade en radiothérapie» Cancer de l endomètre «Désescalade en radiothérapie» Delphine Lerouge /Nedjla Allouache Service de radiothérapie / 1 / xx Nouvelle classification anatomopathologique Type 1 adénocarcinomes endométrioïdes

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL

Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL Sommaire des protocoles Page Carcinome des voies aérodigestives supérieures - GORTEC 2004-01 - IMRT Étude randomisée de phase 3 comparant la radiothérapie

Plus en détail

Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : Non circonférentielle. Non occlusive. Histologie : A 7 cm de la marge anale

Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : Non circonférentielle. Non occlusive. Histologie : A 7 cm de la marge anale Institut Curie Cas Clinique Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : A 7 cm de la marge anale 4 cm de hauteur Non circonférentielle Non occlusive Histologie : Adénocarcinome bien

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Vendredi 27 mars 2015 Laurent Quéro Service de Cancérologie-Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer

Plus en détail

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC du Registre du Cancer de la Somme Etat des lieux en 2003 Enquête de la CNAM QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE RCP «théorique» (Enquête

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Plan Introduction Objectif Méthodologie Résultats Discussion Conclusion INTRODUCTION1 Cancer

Plus en détail

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien BOUSQUET Guilhem Paris, 7 décembre 2011 Analyses moléculaires Diagnostic Facteurs pronostiques

Plus en détail

Cancer du sein et Radiothérapie

Cancer du sein et Radiothérapie Cancer du sein et Radiothérapie Indications et Effets secondaires Valérie Théberge MD FRCPC Radio-Oncologue CHU de Québec L Hôtel-Dieu de Québec Indications de la radiothérapie Mastectomie partielle Après

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Dr Servagi Vernat Stéphanie, Radiothérapeute CHRU Besançon 20 mars 2015 Pas

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 20 juillet 2011 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 20 juillet 2011 a fait l objet d une audition le 19 octobre 2011 JEVTANA 60 mg,

Plus en détail

Traitement adjuvant et modalités de surveillance après chirurgie à visée curative du cancer colorectal. DES hépato-gastro 14/11/2009 S.

Traitement adjuvant et modalités de surveillance après chirurgie à visée curative du cancer colorectal. DES hépato-gastro 14/11/2009 S. Traitement adjuvant et modalités de surveillance après chirurgie à visée curative du cancer colorectal DES hépato-gastro 14/11/2009 S. Pernot Traitement adjuvant du cancer colique Stade (AJCC 6 th ) Survie

Plus en détail

Chimiothérapie néo- adjuvante pour les carcinomes T3 pharyngolaryngés : État de l art

Chimiothérapie néo- adjuvante pour les carcinomes T3 pharyngolaryngés : État de l art Chimiothérapie néo- adjuvante pour les carcinomes T3 pharyngolaryngés : État de l art O Choussy Fédéra.on oncologique ORL- Maxillo- Odontologie CHU Rouen Ra.onnel de la CT néoadjuvante Meilleure délivrance

Plus en détail

Actualités en Onco-Hématologie : nouveaux anticorps IV

Actualités en Onco-Hématologie : nouveaux anticorps IV Actualités en Onco-Hématologie : nouveaux anticorps IV - Nivolumab OPDIVO - Pembrolizumab KEYTRUDA - Trastuzumab-emtansine TDM-1 KADCYLA - Obinutuzumab GA101 GAZYVARO - Marie-Noëlle Paludetto - Interne

Plus en détail

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel DTS IMRT Examen Blanc 2009 Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel Correction interactive Mme. X, 66 ans, consulte pour une tumeur du sein gauche. Sur quel élément repose le diagnostic de cancer? L examen

Plus en détail

Place de la Chirurgie en Situation Palliative dans le Cancer Gastrique

Place de la Chirurgie en Situation Palliative dans le Cancer Gastrique Place de la Chirurgie en Situation Palliative dans le Cancer Gastrique Pr. Christophe Mariette Service de Chirurgie Digestive et Générale CHRU de Lille 1 Contexte Données de la littérature Cancer gastrique

Plus en détail

Cancer du col de l utl

Cancer du col de l utl 4 journée e inter régionale r en gynécologie et sénologies La Baule, le 27 mai 2011 Cancer du col de l utl utérus Etat de l artl Radiothérapie Dr Mesgouez-Nebout Nathalie Plan les indications thérapeutiques

Plus en détail

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R I Classification histologique 1 ère classification OMS en 1967 (Kreyberg), révisée en 1981

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012?

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Toulouse le 5 avril 2013 Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Thierry Lecomte Service d Hépatogastroentérologie

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail