UNIVERSITE D ABOMEY-CALAVI (UAC) FACULTE DES SCIENCES AGRONOMIQUES (FSA)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE D ABOMEY-CALAVI (UAC) FACULTE DES SCIENCES AGRONOMIQUES (FSA)"

Transcription

1 UNIVERSITE D ABOMEY-CALAVI (UAC) FACULTE DES SCIENCES AGRONOMIQUES (FSA) DEPARTEMENT D ECONOMIE, DE SOCIO ANTHROPOLOGIE ET DE COMMUNICATION POUR LE DEVELOPPEMENT RURAL (DESAC) Rentabilité financière de la production du chou pommé (Brassica oleracea) et du piment (Capsicum frutescens) sous filet anti-insectes dans les départements Mono et Couffo. Pour l obtention du Diplôme d Ingénieur Agronome OPTION : Economie, Socio-Anthropologie et Communication pour le développement rural Présentée par Le 19 Décembre 2011 Superviseur: Dr. Ir. Barthélemy HONFOGA Composition du Jury Président: Dr. Ir. Anselme ADEGBIDI Rapporteur: Dr. Ir. Barthélemy HONFOGA Examinateur : Dr. Ir Sylvain KPENAVOUN Examinateur : Dr. Ir. Bernard HOUNMENOU

2 UNIVERSITY OF ABOMEY-CALAVI (UAC) FACULTY OF AGRONOMY SCIENCES (FSA) DEPARTEMENT OF ECONOMY, SOCIO-ANTHROPOLOGY AND COMMUNICATION FOR THE RURAL DEVELOPMENT (DESAC) Financial profitability of the production of cabbage (Brassica oleracea) and pepper (Capsicum frutescens) under agro-net in the departments and Mono Couffo. Submitted to the requirement of Agricultural Engineer Degree OPTION: Economy, Socio-Anthropology and Communication for rural development Presented by The 19 th December 2011 Supervisor: Dr. Ir. Barthélemy HONFOGA Jury Members President: Dr. Ir. Anselme ADEGBIDI Reporter: Dr. Ir. Barthélemy HONFOGA Examiner: Dr. Ir Sylvain KPENAVOUN Examiner: Dr. Ir. Bernard HOUNMENOU

3 CERTIFICATION Je certifie que ce travail a été réalisé par sous ma supervision à la Faculté des Sciences Agronomiques de l Université d Abomey-Calavi, pour l obtention du diplôme d Ingénieur Agronome, Option : Economie, Socio-Anthropologie et Communication pour le développement rural (ESAC). Le Superviseur Dr. Ir. Barthélémy HONFOGA Enseignant à la Faculté des Sciences Agronomiques de l Université d Abomey-Calavi i

4 DEDICACES Je dédie ce travail à : L Eternel, le Dieu Tout Puissant pour son amour, sa protection, sa bonté et ses grâces qui m ont galvanisée tout au long de ma formation et en particulier au cours de la réalisation de la présente thèse. Reçois Seigneur ce travail comme une action de grâce pour tous les bienfaits accomplis dans ma vie. Mon père Alphonse YEHOUENOU, que cette œuvre soit pour toi, Papa, le symbole de mon amour filial et le début de la récompense de tes multiples sacrifices qui ont été pour moi un foyer de dévouement et d engouement au travail. Je suis fière de t avoir comme père. Ma mère Pascaline CODJIA, pour m avoir inculquée dès ma tendre enfance, le goût du travail bien fait, l humilité et la simplicité, l amour du prochain, tant de vertus qui ont édifié ma personnalité. Reçois ce travail comme un acompte pour tes nombreux sacrifices, même si la somme due ne pourra jamais être entièrement payée. Je ne pouvais rêver mieux que toi comme mère. Mes frères et sœurs Thierry, Carolle, Dolores et Adriana, pour l amour, le soutien et les prières. Ce travail est aussi le vôtre. Je vous aime. ii

5 REMERCIEMENTS «Les hommes ne sont rien sans les hommes» a dit SEIDOU BADIAN. Nous ne saurons soumettre cette thèse à l appréciation du jury sans manifester toute notre reconnaissance à l'endroit de certaines personnes sans lesquelles le travail n aurait pu être effectif. Ainsi, nous tenons à remercier très sincèrement: - Les initiateurs du Projet BioNetAgro pour le soutien financier nécessaire à la réalisation du présent travail ; - Dr. Ir. Françoise ASSOGBA-KOMLAN, responsable du PCM à l INRAB et coordonnatrice nationale du projet BioNetAgro pour les nombreux efforts consentis pour la réalisation de ce travail ; - Dr. Ir Anselme ADEGBIDI, professeur à la FSA/UAC et coordonateur du projet BioNetAgro à la FSA pour avoir permis notre insertion dans le volet socio économique dudit projet ; - Dr. Barthélémy HONFOGA, professeur à la FSA/UAC qui, malgré les multiples occupations, a accepté d assurer avec beaucoup de compétence et de rigueur la direction et l appui scientifique nécessaires à la réalisation de ce travail. Nous lui témoignons notre profonde gratitude ; - Dr. Patrice ADEGBOLA, directeur du PAPA pour sa disponibilité, son expertise, son assistance et ses nombreux conseils tout au long de ce travail. Recevez l expression de notre profonde reconnaissance pour votre précieuse contribution. - Monsieur Faustin VIDOGBENA, doctorant du département d ESAC à la FSA/UAC qui a bien voulu nous permettre l accès à la base de données de sa thèse et n a ménagé aucun effort pour nous venir en aide tout au long de la réalisation de ce document. Recevez ici la marque de notre respect pour votre personne ; - Monsieur M Baye NOUKOMMEY pour toute l affection, le soutien et le réconfort depuis notre première année jusqu à la réalisation de ce document. Sincèrement merci. - Ir. Rostaing AKOHA pour son soutien moral, ses conseils et la pertinence de ses remarques tout au long de ce périple ; - Les agents des CeRPA en particulier Mme Victoire AHLE, Mr Joël AZAGBA pour la disponibilité et l amabilité dont ils ont fait preuve en nous servant d éclaireurs sur le terrain ; - A Mr Hervé AYANOU chargé de programme au CRM-MC pour son accueil, son aide et sa disponibilité pendant et après la phase de collecte de données ; - Aux enquêtrices ADOUKONOU Adélaïde et BOURAIMA Bintou pour leur précieuse aide au cours de la collecte et de la saisie des données ; iii

6 - Les maraîchers du Mono-Couffo pour avoir accepté de se mettre à notre service au cours de nos enquêtes ; - Le corps professoral et les équipes décanales successives de la Faculté des Sciences Agronomiques de l Université d Abomey-Calavi pour leur contribution à notre formation ; - Nos collègues de la 35 ème promotion, particulièrement à ceux de l option Economie, Socio-Anthropologie et Communication pour l ambiance conviviale qui a régné entre nous tout au long de notre cursus académique ; - Tous ceux qui de près ou de loin nous ont soutenus de diverses manières et dont nous n avons pas pu citer les noms ici, nous leur présentons toute notre reconnaissance. A toutes ces généreuses personnes, nous prions le Dieu Tout Puissant pour qu'il leur rende leurs bienfaits au centuple. iv

7 RESUME Au Bénin, la contribution économique et sociale du maraîchage est limitée par un certain nombre de facteurs dont les attaques d insectes et de maladies. Ces ravageurs et maladies s attaquent à tous les légumes cultivés, mais les dommages varient en fonction des légumes. L utilisation des pesticides chimiques est à ce jour la principale option de lutte adoptée par les maraîchers, malgré leur niveau de conscience sur les risques encourus. De bonnes attitudes en faveur d innovations qui réduiraient les coûts de traitements, les risques et les dangers de santé aux maraîchers et aux consommateurs sont cependant développées par les chercheurs. L une d elles est l utilisation du filet anti-insectes, comme moyen de protection physique contre les ravageurs. Après plusieurs essais en station, cette innovation est en cours d introduction dans le milieu rural. La présente étude conduite dans les départements du Mono et du Couffo s est donc intéressée à la rentabilité financière de cette technologie, sur les cultures de chou et de piment auprès des maraîchers de la zone d étude. Elle a pour objectif principal de vérifier à travers une analyse de la rentabilité, si l utilisation du filet en production maraîchère présente un avantage financier supérieur à celui de la protection phytosanitaire classique. Spécifiquement, elle vise à : (i) faire une typologie des systèmes de production maraîchers rencontrés ; (ii) évaluer la rentabilité financière des différents systèmes de production obtenus et la comparer avec celle de l utilisation du filet anti-insectes puis (iii) analyser la sensibilité de la technologie dans les systèmes de production identifiés. Les données sont collectées par questionnaire structuré auprès de 205 producteurs choisis suivant un échantillonnage aléatoire stratifié. Les principaux outils d analyse qui ont été utilisés sont : la statistique descriptive, l analyse en composante principale, le K-Means Cluster Analysis, le test d analyse de variance à un facteur, le t de Student et la budgétisation. De l analyse des résultats, il ressort qu il existe trois (03) systèmes de production maraîchère dans les départements du Mono et du Couffo : le système intensif, le système semi-intensif et le système extensif. L analyse de la rentabilité de la production du chou et du piment dans ces systèmes révèle qu ils sont financièrement rentables. La comparaison avec les revenus issus de l utilisation du filet montre que ce dernier offre des revenus plus importants et donc est financièrement plus rentable que les anciennes pratiques. Cependant, l approfondissement de l étude de la rentabilité aux calculs du ratio bénéfice/coûts et des productivités des facteurs de production (travail et capital) révèle que c est le système extensif de production qui les rémunère mieux. Le constat est que seuls les producteurs du système intensif et semi-intensif ont eu à utiliser la technologie. De façon générale, l utilisation de v

8 cette technologie est plus rentable avec la production du chou que celle du piment. Mais, l utilisation du filet ne permet l amélioration de la productivité du travail, pour aucune des cultures étudiées en raison de son itinéraire technique qui rend le travail plus contraignant. La productivité du capital n est améliorée avec cette technologie que pour la production du chou dans les systèmes semi-intensif et intensif. L emploi du filet exige des coûts additionnels. Le poste de dépenses le plus important dans l usage de cet équipement est la main d œuvre. En effet, l utilisation du filet anti-insectes demande des coûts additionnels en main d œuvre pour sa mise en place et son entretien quotidien. L analyse de sensibilité révèle qu avec une réduction de 50% des coûts de main d œuvre liés à l utilisation du filet anti-insectes, la technologie sera financièrement plus rentable pour la production des deux cultures mais surtout pour le chou. Précisons qu avec ce scénario, la productivité du travail n est améliorée dans aucun système pour aucune spéculation. Enfin, l étude a fait des suggestions en mettant un accent sur le mode d emploi de la technologie. Il faudrait donc revoir l itinéraire technique de cet outil et prendre en compte les contraintes techniques et économiques liés à son utilisation pour permettre sa large et rapide diffusion. Mots clés : filet anti-insectes, système de production, rentabilité financière, chou, piment. vi

9 ABSTRACT In Benin, the economic and social contribution of the market gardening is limited by a number of factors among which insect attacks and diseases. Such pests and diseases attack all the vegetable crops but the attacked parts and the damages vary depending on the vegetables. The use of chemical pesticides remains the main pest control option adopted by market gardeners, despite their level of awareness of the risks incurred. Some good behaviours in favour of innovations, which would reduce the risks and dangers on the health of market gardeners and consumers are however developed by researchers. One among them is the use of the agro-net as a means of physical protection against pests. After several trials in station, this innovation is being introduced into farmers fields. This study conducted in Mono and Couffo departments was therefore interested by the financial viability of this technology on cabbage and pepper crops grown by market gardeners of the study area. It mainly aims at checking through a profitability analysis, if the use of the net in market gardening production presents a financial advantage higher than the typical phytosanitary protection. Specifically, it aims at: (i) making a typology of the market gardening production systems identified; (ii) assessing the financial profitability of the various production systems obtained and comparing them with the profitability of the use of antiinsects net and (iii) analyzing the sensitivity of the cost of using the technology in the identified production systems. The data are collected by the means of a structured questionnaire submitted to 205 farmers chosen according to random and stratified sample. The main analysis tools used are: the descriptive statistics, the principle component analysis, the K-Means Cluster Analysis, the test of one-way analysis of variance, the t of Student and the budgeting. The results show that three (03) market gardening systems in Mono and Couffo departments: the intensive system, the semi-intensive system and the extensive system. The analysis of the profitability of cabbage and pepper production in those systems reveals that they are financially profitable. The comparison with the incomes derived from the use of the net show that the use of the net offers more incomes; and thus is financially more profitable than the former practices. However, the furthering of the profitability study through calculations of the productivities of production factors reveals that the extensive production system is the most profitable. The observation is that only producers of intensive and semiintensive system had use of the technology. In general, the use of this technology is more profitable with the production of cabbage than pepper. But the use of the net does not improve labor productivity because of its technical route which makes the work more demanding. vii

10 Capital productivity is improved with this technology only for the production of cabbage. The use of the net requires additional costs. The position of the largest expenses in the use of this equipment is labor. Indeed, the use of anti-insect net demands additional costs in labor for its installation and daily maintenance. The sensitivity analysis reveals that with a 50% reduction in cost of labor associated with the use of anti-insect net, the technology will be financially viable for the production of two cultures but especially for cabbage. It should be noted that with this scenario, the labor productivity is improved in any system for any speculation. Finally, the study makes suggestions with emphasis on how to use technology. It should therefore review the technical route of this tool and take into account technical and economic constraints associated with its use to allow the rapid and widespread dissemination. Keywords :anti-insects net, production system,private profitability, cabbage, pepper. viii

11 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS APRETECTRA Association des Personnes REnovatrices des TEChnologies TRAditionnelles CeRPA Centre Régional pour la Promotion Agricole CIRAD Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement CRA-A Centre Régional Agricole d Agonkanmey CRM-MC Conseil Régional des Maraîchers du Mono Couffo DPP Direction de la Programmation et de la Prospective ESAC Economie Socio Anthropologie et Communication FAFA Facilité d Appui aux Filières Agricoles FAO Food and Agriculture Organisation (Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation) FSA Faculté des Sciences Agronomiques IITA Institut International d Agriculture Tropicale INRAB Institut National des Recherches Agricoles du Bénin IRD Institut de Recherche pour le Développement MAEP Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche MAP Matrice d Analyse de Politique ONG Organisation Non Gouvernementale PADAP Programme d Appui au Développement de l Agriculture Périurbaine au Sud-Bénin PAPA Programme Analyse de la Politique Agricole PEDUNE Protection Ecologique Durable du Niébé PCM Programme Cultures Maraîchères Pm Productivité marginale PRSAR Plan de Relance du Secteur Agricole et Rural SCRP Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté UAC Université d Abomey Calavi ix

12 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Répartition des maraîchers en fonction de l utilisation ou non du filet Tableau 2 : Statistiques d utilisation du matériel agricole dans le maraîchage Tableau 3 : Variables et significations Tableau 4: Valeurs propres et proportion d information concentrées sur les axes Tableau 5 : Qualité de la représentation des différentes variables Tableau 6 : Matrice des composantes Tableau 7 : Caractéristiques des systèmes de production identifiés Tableau 8 : Répartition des producteurs par système selon les cultures de chou et de piment 69 Tableau 9 : Répartition des producteurs par système et selon l utilisation ou non du filet Tableau 10 : Compte d exploitation du piment dans les différents systèmes de production (F CFA) Tableau 11 : Proportion de chaque coût dans les coûts variables totaux par système pour la culture du piment Tableau 12: Compte d exploitation du chou dans les systèmes de production rencontrés (F CFA/ha) Tableau 13 : Proportion de chaque coût d dans les coûts variables totaux par système pour la culture de chou Tableau 14 : Compte d exploitation du piment avec et sans filet anti-insectes par système de production identifié Tableau 15 : Compte d exploitation du chou avec ou sans filet anti-insectes par système de production identifiés Tableau 16 : Productivité du travail et du capital de la culture du piment dans les systèmes identifiés Tableau 17 : Productivité du travail et du capital de la culture du piment avec utilisation du filet anti-insectes Tableau 18 : Productivité du travail et du capital de la culture du chou dans les systèmes identifiés Tableau 19 : Productivité du travail et du capital de la culture du chou avec utilisation du filet anti-insectes Tableau 20 : Synthèse des scénarii sur les coûts en main d œuvre pour l utilisation du filet anti-insectes sur le piment Tableau 21 : Synthèse des scénarii sur les coûts en main d œuvre pour l utilisation du filet anti-insectes sur le chou x

13 LISTE DES FIGURES Figure 1 : Fonction de production et de productivité Figure 2: Genre des enquêtés Figure 3: Origine des enquêtés Figure 4: Groupes socioculturels des enquêtés Figure 5: Religion des enquêtés Figure 6: Niveau d'instruction des enquêtés Figure 7 : Importance des activités secondaires dans la zone d étude Figure 8: Mode de faire valoir de la terre des enquêtés Figure 9: Proportion de la main d'œuvre utilisée xi

14 Sommaire CERTIFICATION... i DEDICACES... ii REMERCIEMENTS... iii RESUME... v ABSTRACT... vii LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS... ix LISTE DES TABLEAUX... x LISTE DES FIGURES... xi INTRODUCTION GENERALE ère Partie :... 4 Problématique, Revue de littérature et Méthodologie de la Recherche... 4 CHAPITRE 1 : PROBLEMATIQUE ET OBJECTIFS DE RECHERCHE Contexte Problématique et justification Objectifs et hypothèses CHAPITRE 2 : REVUE DE LITTERATURE Cadre conceptuel Cadre théorique Synthèse des travaux antérieurs sur le maraichage CHAPITRE 3 : METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE Phases de déroulement de l étude Choix de la zone d étude, des spéculations, des unités de recherche et échantillonnage Nature, sources et outils de collecte des données Méthode d estimation des quantités physiques et des prix des intrants Outils et méthodes d analyse Limites de la recherche : difficultés rencontrées et fiabilité des données CHAPITRE 4 : PRESENTATION DE LA ZONE D ETUDE ET DE LA TECHNOLOGIE Présentation de la zone d étude Historique, diffusion et description du filet anti insectes xii

15 2 ème Partie : Résultats, Analyses et discussions CHAPITRE 5 : CARACTERISATION DES ENQUETES ET DES SYSTEMES DE PRODUCTION Caractéristiques démographiques et socio-économiques des enquêtés Caractéristiques des systèmes de production CHAPITRE 6 : TYPOLOGIE DES SYSTEMES DE PRODUCTION MARAICHERS Inventaire et classification Caractérisation des systèmes de production Conclusion partielle CHAPITRE 7 : ANALYSE DES SYSTEMES DE PRODUCTION MARAICHERE Rentabilité financière des cultures dans les systèmes identifiés Rentabilité financière des cultures étudiées sous filet anti-insectes Conclusion partielle CHAPITRE 8 : PERFORMANCES ECONOMIQUES DES SYSTEMES DE PRODUCTION Analyse des productivités du travail et du capital pour la production du piment Analyse des productivités du travail et du capital pour la production du chou Conclusion partielle Analyse de sensibilité de l utilisation du filet anti-insectes Synthèse générale CONCLUSION GENERALE ET SUGGESTIONS CONCLUSION GENERALE SUGGESTIONS REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES TABLE DES MATIERES ANNEXES xiii

16 INTRODUCTION GENERALE

17 L agriculture urbaine et périurbaine constitue l une des préoccupations majeures en Afrique subsaharienne compte tenu de la croissance démographique. Selon Olanrewaju et al. (2004), en Afrique tropicale, la croissance rapide de la population urbaine pose la question de l'approvisionnement alimentaire des villes. Dès lors, l'agriculture urbaine et périurbaine se présente comme une option qui tente de répondre au problème de l'amélioration de l'insécurité alimentaire des citadins, face à la faiblesse des performances des systèmes de production rurale (Tinker 1998, cité par Hounpkonou 2003). Les cultures maraîchères deviennent une activité économique répondant de façon efficace à la demande alimentaire urbaine (Singbo et al., 2004). Au Bénin, la production maraîchère est une source importante d emploi dans les milieux urbains, périurbains et surtout les rives des fleuves et/ou les vallées de certaines zones (Tiamiyou, 1995). Elle est une source de revenus monétaires de nombreux producteurs de ces zones spécifiques. Au sud du Bénin, la production de légumes représente l activité principale en termes d occupation et de revenus pour la majorité des exploitations agricoles. Le maraîchage contribuerait à la création de près de emplois directs et de emplois indirects (PADAP, 2003). Les revenus générés par l activité maraîchère permettent à plusieurs dizaines de milliers de familles de subvenir à leurs divers besoins. Pour beaucoup de producteurs, le maraîchage constitue une alternative permettant de sortir d une situation de précarité économique due à la pauvreté. Par ailleurs, le maraichage joue un rôle important dans le secteur économique en ce sens qu il a un fort potentiel en gain de devises. Selon le document de la Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP, ) l économie béninoise est vulnérable aux chocs externes, car elle est essentiellement basée sur le coton (40 % des recettes d exportation). La diversification des cultures d exportation est alors un volet qui pourrait réduire progressivement cette vulnérabilité. C est dans ce contexte que le Gouvernement béninois a, dans son Plan de Relance du Secteur Agricole (2011) identifié et retenu douze filières prioritaires à promouvoir. Au nombre de celles-ci, les cultures maraîchères figurent en bonne place. Outre son importance sociale et économique, le maraîchage constitue aussi une richesse alimentaire et nutritionnelle. En effet, la consommation nationale de légumes frais est élevée et estimée en 2002, à tonnes, soit environ 80 kg par personne et par an (PADAP, 2003). Les cultures maraîchères représentent une source d aliments variées qui complètent les besoins de la population béninoise dont l alimentation de base est composée essentiellement 2

18 de glucides, principaux aliments énergétiques (Amoussougbo, 1993). Il est donc clair que les cultures maraîchères revêtent une importance capitale pour les pays tropicaux. Cependant, le secteur maraîcher béninois est confronté à de nombreuses difficultés. Des études antérieures au Sud-Bénin (Tiamiyou, 1995 ; Adégbola et al., 2001) mentionnent entre autres contraintes : la pénurie foncière, les difficultés d approvisionnement en intrants agricoles spécifiques (semences et engrais), la non maîtrise de l eau (quantité et qualité), l absence de crédit et les attaques parasitaires. De manière générale, en Afrique subsaharienne, les insectes et les acariens ravageurs sont parmi les principales causes de perte de rendement des cultures maraîchères (CIRAD, 2008). Pour garantir leurs récoltes, les producteurs effectuent des traitements chimiques de plus en plus fréquents avec des doses croissantes de produits souvent non homologués. Cette situation pourrait d une part entraîner la présence de résidus dans les récoltes et dans l environnement (contamination des sols et des nappes d eau) puis d autre part, avoir des répercussions sur la santé aussi bien publique qu animale. Pour y remédier, le projet " Hort CRSP BioNetAgro" a été initié et vise à élaborer des solutions techniquement efficaces et économiquement viables pour les producteurs maraîchers, afin d accroître le rendement et de préserver la qualité nutritionnelle des légumes. L utilisation du filet anti-insectes comme outil de protection phytosanitaire des cultures horticoles est une innovation du projet et est en cours d introduction dans le milieu rural. La présente étude vise à évaluer la rentabilité financière de cette technologie innovante qu est le filet anti-insectes. Elle s inscrit d une part dans le cadre des travaux de fin d étude requis pour l obtention du diplôme d Ingénieur Agronome à la Faculté des Sciences Agronomiques (FSA) et d autre part dans le volet socio-économique du projet BioNetAgro. De façon spécifique, cette étude se propose d appréhender le surplus financier que génèrent les systèmes de culture sous filet et de le comparer à celui des systèmes sous protection phytosanitaire en vue d une adoption potentielle de la technologie par les maraîchers au Sud Bénin en général et ceux des départements Mono-Couffo en particulier. 3

19 1ère Partie : Problématique, Revue de littérature térature et Méthodologie de la Recherche

20 CHAPITRE 1 : PROBLEMATIQUE ET OBJECTIFS DE RECHERCHE 1. 1 Contexte L adoption d une innovation est une décision permettant la pleine utilisation d une idée nouvelle comme seule voie favorable pour résoudre un problème (Rogers, 1983). Cette définition montre que l adoption est consécutive à une prise de décision, mais elle n indique pas le siège de ce processus de prise de décision. Ainsi, selon Van Den Ban et al. (1984) l adoption est un processus mental qui commence depuis le premier contact de l individu avec l innovation, jusqu à l étape de rejet ou d acceptation. Une innovation pour être adoptée doit avoir cinq caractéristiques : la pertinence, la compatibilité, la complexité, la divisibilité et la transparence. La pertinence est l'avantage relatif de l'innovation par rapport aux pratiques traditionnelles de l'individu. Elle est perçue par l adoptant comme étant le niveau de profit qu il pourra tirer d une innovation. L'individu estime en terme économique, le gain supplémentaire qu'il pourrait avoir en laissant de coté ses pratiques traditionnelles pour adopter l'innovation. Mais le gain en question n'est pas toujours en terme économique. Il peut également s'agir d'un prestige social, d'une mode, ou d'une satisfaction quelconque. Cette attitude conduit le paysan à se demander si l innovation apportée permet de mieux atteindre ses objectifs et à moindre coût qu auparavant. La pertinence s exprime habituellement donc en termes de profit économique, quoique les paysans pratiquant une agriculture de subsistance accordent beaucoup plus d importance à l évitement des risques ; c est-à-dire que l on comparera les avantages en cas de réussite aux inconvénients en cas d échec. Deux éléments sont donc à retenir dans cette comparaison à savoir, les valeurs attendues et la probabilité que ces valeurs (positives ou négatives) se produisent. En conséquence, il se peut qu une solution très positive et dont la probabilité de réussite est relativement grande, ne soit pas prise en considération si les effets négatifs prévisibles en cas d échec sont particulièrement graves. La compatibilité de l innovation avec les valeurs et pratiques existantes des adoptants potentiels influe également la rapidité d adoption d une innovation. Elle correspond au degré d adéquation entre les valeurs et les pratiques des adoptants potentiels et celles nécessaires à l utilisation de l innovation La complexité : La simplicité et la facilité d utilisation de l innovation que perçoivent les adoptants potentiels peut également représenter un frein ou un catalyseur à sa diffusion. En effet, une innovation qui nécessite un apprentissage sera plus lente à être adoptée que celle qui 5

21 ne requiert pas le développement de compétences spécifiques. Plus l'innovation est facile à comprendre et à utiliser, plus vite elle est adoptée. La divisibilité est la possibilité d expérimentation de l innovation avant son adoption ou rejet définitif. Si le paysan est en mesure d essayer l innovation sans dépenser irrémédiablement trop d argent, il pourrait l adopter plus rapidement. La transparence est la mesure dans laquelle les paysans peuvent voir les résultats d une innovation. S il est facile pour quelqu un de voir les avantages d une innovation, il est aussi probable qu il l adoptera. Par ailleurs, une fois que les avantages d une innovation sont perçus par un adoptant, ce dernier, au lieu de chercher à cacher l innovation aux autres membres de son système social, recherche plutôt à informer ses collègues sur le bien fondé de l innovation afin que soit accéléré le processus de diffusion. La méthode de protection physique par utilisation du filet anti-insectes est une innovation technique. Elle est donc à priori observable et essayable à petite échelle, mais il serait difficile de présumer de sa pertinence, de sa complexité ou sa simplicité, de sa compatibilité ou incompatibilité avec l'échelle de valeurs et de ses avantages ou désavantages par rapport aux pratiques préexistantes. Avant de procéder à une telle évaluation du filet antiinsectes, il est nécessaire de savoir comment les maraichers ont été mis au contact de la technique, comment ils perçoivent ses avantages et inconvénients, à quelle étape se situent-ils dans le processus d'adoption par rapport à cette technologie. L adoption d une innovation dépend donc de l individu, de sa perception, de ses préférences mais aussi des variables économiques. Selon Floquet (1991) cité par Adégbola et al. (2002), les principaux critères dans le processus de prise de décisions des paysans du Sud- Bénin sont la subsistance alimentaire, le revenu monétaire et la marge brute. Notre étude s inscrit dans le cadre du processus d adoption du filet anti-insectes et se place en amont pour une étude de l avantage relatif (pertinence) de cette nouvelle technologie par rapport aux pratiques traditionnelles des maraîchers que sont les traitements phytosanitaires. 6

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

INTENSIFICATION DE L AGRICULTURE DANS LE PLATEAU CENTRAL DU BURKINA FASO : Une Analyse des possibilités à partir des nouvelles technologies

INTENSIFICATION DE L AGRICULTURE DANS LE PLATEAU CENTRAL DU BURKINA FASO : Une Analyse des possibilités à partir des nouvelles technologies INTENSIFICATION DE L AGRICULTURE DANS LE PLATEAU CENTRAL DU BURKINA FASO : Une Analyse des possibilités à partir des nouvelles technologies Rijksuniversiteit Groningen INTENSIFICATION DE L AGRICULTURE

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

Vers des systèmes privés efficaces d approvisionnement et de distribution d engrais pour une intensification agricole durable au Bénin

Vers des systèmes privés efficaces d approvisionnement et de distribution d engrais pour une intensification agricole durable au Bénin RIJKSUNIVERSITEIT GRONINGEN Vers des systèmes privés efficaces d approvisionnement et de distribution d engrais pour une intensification agricole durable au Bénin Proefschrift ter verkrijging van het doctoraat

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Réseau National des Chambres d Agriculture du Niger Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Rédaction équipe technique RECA

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Étude sur la caractérisation des marchés publics du Québec. Sommaire exécutif

Étude sur la caractérisation des marchés publics du Québec. Sommaire exécutif Sommaire exécutif 1. Introduction Fondée en 2005, l Association des marchés publics du Québec a pour objectif de faire la promotion des marchés publics du Québec comme moyen alternatif de mise en marché

Plus en détail

UNIVERSITE DU BURUNDI

UNIVERSITE DU BURUNDI UNIVERSITE DU BURUNDI EVALUATION DE L IMPACT DE L INNOVATION DES PETITES PARCELLES DANS LA MULTIPLICATION RAPIDE DES SEMENCES DE POMME DE TERRE : cas des communes Mugongo- Manga et Muruta. Par NIYOYANKUNZE

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Par Akoété Ega AGBODJI FASEG/Université de Lomé

Par Akoété Ega AGBODJI FASEG/Université de Lomé CSI- Afrique Renforcement des interventions dans le domaine de la politique économique et sociale Atelier de développement des compétences des chercheurs des syndicaux Session 6 Les méthodes et procédures

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Proposition méthodologique pour la rénovation du système de formation agricole au Bénin

Proposition méthodologique pour la rénovation du système de formation agricole au Bénin Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Proposition méthodologique

Plus en détail

3 L offre et la demande

3 L offre et la demande 3 L offre et la demande Principaux points du chapitre 3 LES EFFETS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE SUR LES PRIX LES MARCHÉS HORTICOLES FONCTIONNENT AVEC COMPLEXITÉ DES CHANGEMENTS ONT LIEU DANS LES ARRANGEMENTS

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices.

Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices. Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices. Exercice 1 : la différence entre missions et projet. 1. A partir des extraits du référentiel (doc 1) et des exemples de projet (doc 2), compléter le tableau

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------- Le Conseil des Collectivités Territoriales -------- LE PRESIDENT --------- APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE

RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE Une personne vulnérable est une personne dotée de ressources ou non et qui vit

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 LES REFERENTIELS

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Responsable grands comptes de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Management de l Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

ÉTUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D ASSURANCE RÉCOLTE DANS LES PAYS DE L UEMOA

ÉTUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D ASSURANCE RÉCOLTE DANS LES PAYS DE L UEMOA ÉTUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D ASSURANCE RÉCOLTE DANS LES PAYS DE L UEMOA ATELIER DE VALIDATION DES RÉSULTATS DE LA PHASE II 20 ET 21 JUILLET 2011 . Introduction La BOAD a

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Obtention du marquage CE pour un dispositif médical

Obtention du marquage CE pour un dispositif médical Université de Technologie de Compiègne Obtention du marquage CE pour un dispositif médical Extraits du dossier de Validation des Acquis de l Expérience (VAE) pour l obtention du Master "Qualité et Performance

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche P a g e 1 LES PERSPECTIVES DU MECANISME AFRICAIN D EVALUATION PAR LES PAIRS A LA LUMIERE DE DIX ANS D EXPERIENCE : RELEVER NEUF DEFIS MAJEURS Présentation de Dr Mustapha Mekideche Nations Unies, New York

Plus en détail