ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Sciences de la Vie et de la Terre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Sciences de la Vie et de la Terre"

Transcription

1 MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Sciences de la Vie et de la Terre MEMOIRE Présenté par LE PAVEC GWENAELLE Pour l obtention du diplôme de l Ecole Pratique des Hautes Etudes SpÉciFicitÉ du transport nucléo-cytoplasmique de la protéine virale Rev chez l astrocyte Soutenu le 27 Octobre 2003 devant le jury suivant : Monsieur le Pr Jean-Claude GLUCKMAN Madame le Pr Marie-Christine LOMBARD Monsieur le Pr Dominique DORMONT Monsieur le Dr Gabriel GRAS Monsieur le Dr Andreas TSAPIS - Président - Rapporteur - Examinateur - Examinateur - Examinateur Laboratoire EPHE responsable : Laboratoire Physiopharmacologie de la douleur INSERM U378 Intitut Francois Magendie 1 rue Camille St Saens Bordeaux Pr Lombard : Laboratoire d accueil : Laboratoire de Neuro-Immuno-Virologie Service de Neurovirologie DSV/DRM/SNV/CRSSA/EPHE C.E.A 18 route du panorama Fontenay aux Roses BP6 Pr Dormont : RESUME L atteinte du système nerveux central (SNC) est une des complications majeures de l infection par le VIH. Bien que les mécanismes expliquant la latence virale au niveau des astrocytes restent sujets à controverse, il est admis que l infection des astrocytes par le VIH est restreinte et très peu productive. EPHE Banque de Monographies SVT 1

2 Une déficience fonctionnelle de la protéine virale Rev, liée à son transport nucléo-cytoplasmique, pourrait être responsable, dans une certaine mesure, de la faible production de protéines virales de structure et de virions par les astrocytes infectés. Dans cette étude, nous avons entrepris l'analyse du transport nucléo-cytoplasmique de la protéine virale Rev par les astrocytes. Nous avons étudié, d une part, la localisation de cette protéine au sein de cellules astrogliales, afin d'évaluer et de comprendre sa participation éventuelle à la restriction, via un défaut de l'export nucléaire des ARNm viraux mono et non épissés. Notre travail nous a permis de mettre en évidence une localisation de la protéine Rev variant avec la confluence, et ce uniquement chez les astrocytes. La délocalisation d une protéine virale en fonction de la confluence n étant pas spécifique de Rev, nous avons étudié les transporteurs principaux participant au cycle de Rev : Importine b et Crm-1. Nous avons mis en évidence une différence d expression du gène importine b, en fonction du type cellulaire, et au sein même des populations astrocytaires, contrairement à celle de crm-1. Ces résultats démontrent l hétérogénéité de la population astrocytaire, mais aussi la complexité du transport nucléaire au travers du CPN. Ils n expliquent pas, par ailleurs, le lien établi entre la confluence et la localisation de Rev. La mise en évidence de l expression d un gène à la fonction inconnue, que nous nommons decoy, dans des cellules ne présentant pas de défaut de localisation de Rev uniquement, suggère l implication de la protéine putative Decoy dans le transport nucléo-cytoplasmique de Rev, et son association avec le défaut constaté chez les astrocytes. Présentant une grande homologie avec Crm-1, Decoy pourrait être un régulateur négatif de l export Crm-1-dépendant, dans les cellules qui l expriment. Par un mécanisme encore inconnu à ce jour, cette protéine pourrait être impliquée dans la restriction de la réplication virale dans les astrocytes. MOTS CLES : VIH, astrocytes, Rev, ARNm, transport nucléaire, karyophérines TABLE DES MATIERES Table des matières...1 Glossaire...3 Avant-propos...5 Introduction...8 I. Le Virus de l Immunodeficience Humaine...6 A. CaractÉristiQues du VIH Introduction La particule virale - Organisation du génome viral... 6 B. Tropisme cellulaire et co-récepteurs du VIH Les cellules cibles Les récepteurs et co-récepteurs... 8 C. Le cycle de replication du vih... 8 II. Les atteintes du système nerveux central par le VIH...9 A. PhYsiopatholoGie des atteintes neurologiques Neuropathogénèse Atteintes cérébrales EPHE Banque de Monographies SVT 2

3 B. Cibles cellulaires de l infection du SNC par le VIH Les cellules microgliales Les astrocytes C. Mise en Évidence de la susceptibilité des astrocytes À l'infection par le VIH in ViVo et in Vitro III. Mécanismes moléculaires impliqués dans le transport nucléo-cytoplasmique des protéines...15 A. CaractÉristiQues du complexe du pore nucléaire (CPN) B. protéines cellulaires ayant un role majeur dans le transport nucléo-cytoplasmique Le transport actif Au cœur de la machinerie du transport actif : le système RanGTPase La protéine Ran Les signaux de localisation nucléaire (NLS) et d export nucléaire (NES) Une famille de transporteurs cellulaires : les karyophérines C. Transport nucléocytoplasmique des ARNm viraux dépendants de la protéine Rev du VIH Caractéristiques de la protéine Rev Les différents ARNm viraux Le cycle de la protéine Rev D. MÉcanismes possibles de restriction de la réplication virale dans les astrocytes GLOSSAIRE AA ADC ADN AMPc ARD ARN AZT BHE CCR CD CGM CMH CMSP CPA CPI CPN Acide aminé Complexe de démence associé au SIDA ("AIDS Dementia complex") Acide désoxyribonucléique Adénosine monophosphate cyclique Domaine riche en arginine (de la protéine Rev) Acide ribonucléique Azido-thymidine Barrière hémato-encéphalique Récepteur de chimiokine cystéine-cystéine Classe de différenciation Cellule géante multinucléée Complexe majeur d'histocompatibilité Cellules mononucléées du sang périphérique Cellule présentatrice de l'antigène Complexe de pré-intégration Complexe du pore nucléaire EPHE Banque de Monographies SVT 3

4 Crm-1 "Chromosome maintenance region 1" CTL Lymphocyte T cytotoxique ("Cytotoxic T Lymphocyte") CTS Séquence de terminaison centrale ("Central Terminaison Sequence") CXCR Récepteur de chimiokine cystéine-x-cystéine Da Dalton DAPI 4',6-diamino-2-phénylindole dihydrochloride DNAse Désoxyribonucléase ECL "Enhanced chemiluminescent" EDTA Acide éthylène diamine tétra-acétique GAPDH Glycéraldéhyde 3-phosphate deshydrogénase GDP Guanosine diphosphate GFAP Protéine glio-fibrillaire acide ("Glial Fibrillary Acidic Protein") GFP Protéine fluorescente verte ("Green fluorescent protein") gp Glycoprotéine GSH Glutathion GTP Guanosine triphosphate HEPES "N-2-hydroxyethylpiperazine-N -2-ethanesulfonic acid" HCl Acide chlorhydrique HRP "Horse Radish peroxidase" IBB Domaine de liaison à l importine b ("Importin b binding domain") IFN Interféron Il Interleukine kb Kilobase LAV "Lymphadenopathy associated virus" LB "Luria Bertani " LCR Liquide céphalo-rachidien LmB Leptomycine B LTR Régions longues terminales répétées ("Long terminal repeat") MA Protéine de matrice MAPK MAP kinase MCP "Monocyte chemoattractant Protein" MIP "Macrophage Inflammatory Protein" MuLV Virus de la leucémie murine ("Murine leukemia virus") NaCl Chlorure de sodium NC Protéine de nucléocapside NES Signal d'export nucléaire ("nuclear export signal") NF-kB Facteur nucléaire kb ("Nuclear factor kb") NLS Signal de localisation nucléaire ("nuclear localization signal") NMDA N-méthyl-D-aspartate NO Monoxyde d'azote NRE "Nef Responsive Element" NTF2 Facteur de transport nucléaire 2 ("Nuclear Transport Factor 2") Nup Nucléoporine ORF Cadre ouvert de lecture ("Open Reading Frame") PAF Facteur Activateur des plaquettes pb Paire de bases PBS Tampon phosphate salin ("Phosphate Buffered Saline") PBS "Primer Binding Site" PCR Réaction de polymérisation en chaîne ("Polymerase Chain Reaction") PFA Paraformaldéhyde PKI inhibiteur de la protéine kinase dépendante de l AMPc PMSF "phenylmethylsulfonide fluoride" PPT Région du génome des lentivirus riche en purines ("Polypurine Tract") PS Pénicilline-streptomycine PSN Pénicilline-streptomycine-néomycine Ran Protéine appartenant à la famille des Ras ("Ras-associated Protein") RanBP Protéine liant Ran ("Ran Binding Protein") RanGAP Protéine stimulant l'activité GTPase de Ran ("Ran GTPase Activating Protein") RanGEF Facteur d'échange de GTP de Ran ("Ran Guanine Nucleotide Exchange Factor") = RCC1 RANTES "Regulated upon Activation, Normal T-cell Expressed and Secreted" RCC1 "Guanine Nucleotide Exchange Factor" RNAse Ribonucléase EPHE Banque de Monographies SVT 4

5 RNP RRE SAB SDF SDS SIDA SIV SNC SOD SVF Taq TAR TGF TI TNF UV V VIH XPO Ribonucléoprotéine Région cis Rev-dépendante ("Rev Responsive Element") Serum albumine bovine "Stromal-derived factor" Sodium Dodecyl Sulfate Syndrome de l'immunodéficience acquise Virus de l'immunodéficience simienne Système nerveux central Superoxyde Dismutase Sérum de veau fœtal Polymérase thermostable isolée de Thermophilus aquaticus Elément de réponse à Tat "Transforming Growth Factor" Transcriptase inverse Facteur nécrosant des tumeurs ("Tumor Necrosis Factor") Ultra-violets Volts Virus de l'immunodéficience humaine Exportine 1 de levure INTRODUCTION I. Le Virus de l IMMunodeFicience HuMaine A. CaractÉristiques du VIH 1. Introduction Le virus de l immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) a été isolé pour la première fois chez un patient à haut risque de SIDA et présentant une poly-adénopathie persistante généralisée (Barre-Sinoussi, 1983). Dénommé initialement LAV pour lymphadenopathy associated virus, il a pris le nom de VIH-1 en 1986, après la découverte d un second virus, proche, par ses propriétés biologiques, mais différent par ses caractéristiques antigéniques et moléculaires, alors appelé VIH-2 (Clavel et al., 1986). Le VIH est l agent étiologique du SIDA ; il appartient à la famille des Retroviridae, au genre des Lentivirus, qui sont à l origine de maladies persistantes chroniques, à évolution lente, induisant des désordres immunologiques et neurologiques. 2. La particule virale - Organisation du génome viral EPHE Banque de Monographies SVT 5

6 Le virion est une particule sphérique de 100 à 120 nm de diamètre dont l'enveloppe est constituée d'une bicouche lipidique dans laquelle est ancrée, outre de nombreuses protéines cellulaires, la glycoprotéine d'enveloppe transmembranaire, gp41, liée de façon non covalente à la glycoprotéine extra membranaire, gp120. Le génome viral est composé de deux brins d ARN positifs monocaténaires identiques, ayant une structure d'arn messager. Chaque brin d ARN possède une coiffe en 5', une queue polya en 3' et est encadré par des séquences répétées (R) et uniques (U) : R-U5 à l'extrémité 5' et U3-R à l'extrémité 3'. La taille du génome est de 9,2 kb pour le VIH-1 et de 9,6 kb pour le VIH-2. Comme tous les rétrovirus, le génome du VIH possède trois gènes de structure, codés par trois cadres ouverts de lecture (ORF : Open Reading Frame ). Ce sont les gènes gag, pol et env. Le gène env code les deux protéines d enveloppe gp120 et gp41. Les composants codés par le gène gag incluent la protéine de capside du core, p24 (antigène de la capside), p17 (protéine de la matrice), p7 (nucléocapside), p9 et p6 (protéines intervenant au cours de l encapsidation de l ARN viral). Les protéines codées par pol sont les enzymes virales, p66 et p51 (transcriptase inverse), p11 (protéase) et p32 (intégrase). Le VIH est un rétrovirus complexe se distinguant par la présence de gènes de régulation essentiels et de gènes accessoires. Il s'agit des gènes tat, rev, nef, vif, et vpr, auxquels sont ajoutés vpu pour VIH-1 et vpx pour VIH-2. B. TropisMe cellulaire et co-récepteurs du VIH 1. Les cellules cibles Les principales cellules cibles du VIH sont les cellules du système immunitaire, et plus particulièrement les lymphocytes T CD4 + et les macrophages (Dalgleish et al., 1984; Klatzmann et al., 1984; Clavel et al., 1986; Gartner et al., 1986; Koenig et al., 1986). D'autres types cellulaires, tels que les cellules dendritiques (Langhoff et al., 1991), les cellules de Langerhans (Cimarelli et al., 1994) présentes dans de nombreux épithéliums muqueux, les lymphocytes B (Gras et al., 1993) et les cellules trophoblastiques (David et al., 1992) peuvent exprimer faiblement la molécule CD4 ainsi que les corécepteurs et donc représenter des cibles, réelles ou potentielles, du VIH. Toutefois, ces cellules sont le siège d'une réplication virale moins intense, voire souvent indétectable, que les lymphocytes CD4 + et les macrophages. Lors du contact muqueux, les cellules dendritiques pourraient jouer le rôle de transporteurs du virus vers les ganglions lymphatiques, où sont présents de nombreux lymphocytes T activés. Les macrophages sont un réservoir majeur du virus in vivo (Chun et al., 1997), et permettraient, par leur capacité migratoire, la dissémination du virus à travers l'organisme, en particulier dans les organes non lymphoïdes dont le SNC. Enfin, au niveau cérébral, les cellules-hôtes préférentielles du VIH sont les cellules microgliales et les macrophages infiltrants (Tornatore et al., 1994), les astrocytes étant également infectés mais d'expression virale restreinte (Stoler et al., 1986; Wiley et al., 1986; Dewhurst et al., 1987; Neumann et al., 1995). EPHE Banque de Monographies SVT 6

7 2. Les récepteurs et co-récepteurs Principal récepteur du VIH (Dalgleish et al., 1984; Klatzmann et al., 1984), la molécule CD4 est une protéine transmembranaire présente à la surface de la plupart des cellules cibles. La seule présence de CD4 n'est pas suffisante pour qu'une cellule soit infectée (Harrington et al., 1993). L'infection nécessite donc la présence d'un co-récepteur viral. Dans le cas du VIH-1, deux co-récepteurs principaux ont été identifiés : - Le CXCR4 appartient à la famille des récepteurs de chimiokines (7 domaines transmembranaires). Ce récepteur, fixant la CXC chimiokine SDF-1, est plutôt utilisé par les souches de VIH-1 à tropisme lymphocytaire exclusif (Feng et al., 1996). - Le CCR5, de la même famille que CXCR4, est un récepteur liant les CC-chimiokines MIP-1a, MIP-1b, et RANTES. Il est plutôt utilisé par les souches de VIH-1 à tropisme double, macrophagique et lymphocytaire (Doranz et al., 1996). De nombreux autres récepteurs des chimiokines tels que CCR2b et CCR3, semblent jouer le rôle de récepteur secondaire pour certaines souches de virus Toutefois, il semble que, pour certains types cellulaires, la présence de CD4 ne soit pas indispensable à la pénétration du virus dans la cellule cible. En effet, le galactosyl céramide pourrait jouer le rôle de récepteur au niveau des cellules gliales et des cellules épithéliales du colon (Yahi et al., 1992). Des études plus récentes montrent, de plus, que certains VIH de type 2 et SIV sont capables d'infecter des cellules CD4 - via les seuls co-récepteurs CXCR4 et CCR5 (Edinger et al., 1997; Martin et al., 1997; Reeves et al., 1999). C. Le cycle de replication du vih Le cycle de réplication peut être décomposé en deux phases : une première phase, précoce, allant de la pénétration du virus dans la cellule cible jusqu'à l'intégration de l'adn proviral dans le génome de celle-ci, puis une seconde phase d'expression des gènes viraux conduisant à la production des protéines virales puis au relargage de nouveaux virions infectieux. Nous ne détaillerons pas le cycle viral ici ; seul l export des ARN messagers viraux fera l objet d un chapitre spécifique. II. Les atteintes du système nerveux central par le VIH L atteinte du SNC est l une des complications majeures de l infection par le VIH. En effet, près d un tiers des patients séropositifs pour le VIH présentent, au cours de l évolution de la maladie lentivirale, des atteintes cognitives, motrices ou comportementales, et 15 à 20% présentent au cours de la maladie un authentique syndrome démentiel. Néanmoins, bien que le système nerveux central soit infecté très précocement, dès la primo-infection (Ho et al., 1985), les troubles neurologiques n apparaissent souvent que tardivement dans l évolution de la maladie. EPHE Banque de Monographies SVT 7

8 A. PhYsiopathologie des atteintes neurologiques Au plan histologique, la grande majorité des cerveaux examinés présente une atteinte plus ou moins marquée du tissu cérébral. Une pâleur diffuse de la myéline est parfois objectivée ainsi qu'une perte neuronale avec une altération variable de la myéline, initialement associée à une hyperplasie réactive des oligodendrocytes qui, ensuite, est révertée lorsque les lésions sont importantes. On constate aussi une gliose réactionnelle, affectant la microglie et l'astroglie, d'intensité variable. Au stade d encéphalite, on note la présence de cellules géantes multinucléées macrophagiques et/ou microgliales (CGM), d'importants infiltrats périvasculaires de cellules hématogènes majoritairement myéloïdes, mais comportant également des lymphocytes T CD4 + et CD8 + et quelques lymphocytes B. Le parenchyme cérébral des patients séropositifs est aussi caractérisé par la présence de nombreuses cellules CD4 + dispersées dans tout le tissu. Il est aujourd'hui le plus souvent admis que l'infection productive, au sein du SNC, est supportée par les macrophages infiltrés et les cellules microgliales, tandis que les astrocytes sont le siège d'une infection restreinte à l'expression des gènes de régulation précoce nef et rev (Ranki et al., 1995; Takahashi et al., 1996). Cette infection restreinte de l'astroglie peut néanmoins atteindre 20% des cellules dans certains cerveaux d'enfants infectés, et quelques astrocytes exprimant les gènes de structure du VIH sont parfois observés (Ranki et al., 1995). L'éventuelle infection des cellules endothéliales microvasculaires reste peu documentée, mais le seul récepteur secondaire CCR-5 semble permettre, in vitro, l'entrée du virus dans ce type cellulaire (Edinger et al., 1997). 1. Neuropathogénèse Le mécanisme étiopathologique du dysfonctionnement neuronal, dont témoignent les troubles cognitifs et moteurs du complexe de démence lié au SIDA, reste largement spéculatif. La production virale, généralement limitée à quelques foyers isolés, reste quantitativement très insuffisante pour expliquer l'étendue et la gravité des symptômes neurologiques observés au cours de l'encéphalopathie à VIH. L'hypothèse physiopathologique la plus souvent retenue est celle d'un mécanisme multifactoriel et multiphasique. La pénétration du VIH au sein du SNC provoquerait une réponse inflammatoire subaiguë qui diffuserait des régions périvasculaires à tout le parenchyme cérébral. Ce processus inflammatoire serait associé à une infection et une activation cellulaires, concernant principalement la microglie, mais aussi les astrocytes, ce phénomène étant amplifié localement par la présence de cellules infiltrées et/ou infectées. Dans un second temps, l'ensemble des cellules activées produirait de multiples facteurs solubles qui permettraient l'amplification et l'extension du processus inflammatoire. La neurotoxicité serait essentiellement due à un mécanisme faisant intervenir des facteurs d activation cellulaires (Glutamate, TGF-b, TNF-a, Il-1, prostaglandines, PAF, éicosanoïdes, acide quinolinique), plus que par certains composants du VIH (gp120/41, Tat, Nef, Vpr). 2. Atteintes cérébrales EPHE Banque de Monographies SVT 8

9 a) Complexe de démence associé au VIH L'autopsie de patients décédés du SIDA révèle la présence de lésions neuropathologiques dans 80 à 100% des cas (Henin et al., 1987; Gray et al., 1988), ces lésions étant la conséquence directe ou indirecte de l'infection du SNC par le VIH. La grande diversité des pathologies et des lésions cérébrales, et leur variabilité d'un patient à un autre, ainsi que l'absence de corrélation entre les paramètres cliniques et anatomopathologiques rendent difficile le diagnostic du complexe de démence associé au SIDA (ADC ou "AIDS dementia complex") qui est l'une des manifestations les plus fréquentes de l'atteinte cérébrale au cours du SIDA. Cependant, l ADC est aujourd hui reconnu comme une atteinte plutôt subcorticale. D'autres atteintes corticales associées à la présence du VIH sont fréquentes. L'une d'elles, la polio dystrophie diffuse est retrouvée chez 50% des patients décédés du SIDA. Une prolifération astrogliale et microgliale ainsi qu'une perte neuronale discrète, au niveau de la substance grise (Gelbard et al., 1995), sont associés à cette pathologie. Par ailleurs, la myélopathie vacuolaire se caractérise par la présence de foyers associant de nombreuses vacuoles intra-myéliniques et des cellules de la lignée macrophagique (Petito et al., 1985). b) Atteintes neuronales L origine de la mort neuronale dans l infection par le VIH n est pas bien connue. Elle pourrait être due à plusieurs facteurs. En effet, les macrophages et les cellules microgliales infectés et/ou activés, et les astrocytes activés sécrètent de nombreux facteurs solubles parfois toxiques pour les neurones, comme les cytokines pro-inflammatoires, TNF-a et Il-1, des radicaux libres comme le monoxyde d'azote et ses dérivés, des dérivés de l'acide arachidonique (prostaglandines, PAF). De plus, l activation du parenchyme serait associée à un relargage du glutamate, responsable de la mort neuronale par excitotoxicité. En effet, l altération des axones (Giometto et al., 1997), ou bien l activation immune via des mécanismes d excitotoxicité (Kaul et al., 2001), dans les cerveaux des patients développant un SIDA pourraient être des causes de la mort neuronale par apoptose. De plus, des ruptures de la BHE peuvent se produire à divers stades de la maladie (Petito et al., 1992; Gray et al., 1996), et les cytokines peuvent, à ce niveau, avoir également un effet délétère. B. Cibles cellulaires de l infection du SNC par le VIH Peu de temps après sa découverte, le VIH fut détecté dans des coupes de cerveaux de patients décédés du SIDA. Des particules virales furent mises en évidence au niveau de cellules géantes multinucléées, de cellules microgliales et de cellules issues de la lignée monocyte/macrophage, ainsi, mais beaucoup plus rarement, qu au niveau d astrocytes. Des études ultérieures montrèrent que les macrophages périvasculaires étaient le site principal de la réplication virale intracérébrale (Brack- Werner, 1999). 1. Les cellules microgliales EPHE Banque de Monographies SVT 9

10 Les cellules microgliales sont présentes dans la substance grise, au voisinage des vaisseaux sanguins ainsi qu'au niveau de la face externe de la glia limitans. Par leur capacité de synthèse et de sécrétion de facteurs neurotrophiques et neurotoxiques (NO, ions superoxydes, acide arachidonique, éicosanoïdes, acide quinolique et glutamate), de cytokines (Il-1, Il-6, TNF-a), elles peuvent contribuer à la survie mais aussi à l'atteinte cérébrale. Les cellules microgliales ont été les premières cellules cérébrales identifiées, in vivo comme étant susceptibles à l'infection par le VIH (Price et al., 1988). Par la suite, cette susceptibilité fut confirmée in vitro, grâce à des cellules fœtales isolées (Watkins et al., 1990; Lee et al., 1993). Les cellules géantes multinucléées (CGM), résultant de la fusion de cellules microgliales infectées, sont les témoins d'une infection virale productive. 2. Les astrocytes Il existe deux grands types d'astrocytes : - Les astrocytes fibrillaires : observés principalement dans la substance blanche, ils se caractérisent par un corps cellulaire de faible diamètre (6 à 11mm) avec quelques expansions cytoplasmiques (20 à 40 mm et plus). Ils ont un aspect lisse, rectiligne et peu ramifié. Leurs expansions s'étendent au sein du neuropile et certaines d'entre elles se terminent au contact des surfaces sous-piale et ependymaire ou au niveau des parois capillaires ; - Les astrocytes protoplasmiques : observés dans la substance grise, ils se caractérisent par la présence de nombreuses expansions cytoplasmiques ramifiées, spiculées et généralement plus courtes et plus fines que chez les astrocytes fibrillaires. Leurs expansions se terminent aussi au contact des surfaces sous-piales ou au niveau des parois capillaires ; d'autres contacts sont néanmoins établis au niveau des nœuds de Ranvier, des synapses et du soma neuronal. a) Fonctions essentielles des astrocytes Les astrocytes jouent un rôle au niveau : - Du développement neuronal. Ils interviennent, notamment sous la forme de glie radiaire, en dirigeant la migration axonale et favorisant la différentiation dendritique en sécrétant des substances neurotrophiques, et en remodelant la matrice extracellulaire ; - De la BHE en induisant les jonctions serrées ; - Du stockage de l énergie pour le soutien métabolique des neurones, fondamental pour le bon fonctionnement du SNC : ils capturent le glucose sanguin et le dioxygène, par contact avec les capillaires, stockent l énergie sous forme de glycogène, et sont donc source de glucose. Ils fournissent aussi le lactate pour alimenter le cycle de Krebs chez les neurones ; - De la production de facteurs trophiques ; - De la protection contre diverses neurotoxines. Les astrocytes préviennent l'accumulation du glutamate en le captant et en le transformant en glutamine grâce à la glutamine synthétase ; cette enzyme permet aussi le recyclage des ions NH + 4 (Greenamyre et al., 1994; Meldrum, 1994). EPHE Banque de Monographies SVT 10

11 Les radicaux libres et les dérivés oxygénés tels que le monoxyde d'azote constituent un autre type de composés extrêmement toxiques pour le SNC induisant, entre autres, des hémorragies cérébrales (Halliwell, 1992b; Halliwell, 1992a; Halliwell et al., 1992) mais pouvant néanmoins avoir des fonctions physiologiques (Bredt et al., 1994). Ces dérivés oxygénés interviennent ainsi au cours de nombreuses pathologies telles que l'ischémie cérébrale, la sclérose en plaques et le complexe de démence associé au SIDA. Les astrocytes réactifs occupent une fonction essentielle d'anti-oxydant par leur capacité à neutraliser la plupart de ces molécules grâce à l'apolipoprotéine D, le glutathion (GSH), la superoxyde dismutase (SOD) et la catalase. Toutefois, au cours de l'infection par le VIH, ce sont eux qui sur-expriment la inos. b) Astrocytes et fonctions immunes Par son absence de drainage lymphatique, son isolement de la circulation grâce à la BHE et par la quasi-absence d'antigène du CMH à la surface des cellules du parenchyme cérébral (seuls les cellules microgliales et les astrocytes expriment les molécules du CMH II après activation), le SNC possède un statut immunologique privilégié, bien qu'il existe, dans le parenchyme cérébral normal, une migration continue et très faible de cellules immunocompétentes. Néanmoins, une rupture de la BHE ou une transformation des propriétés d'adhérence et de migration des cellules immunocompétentes permet l'invasion du SNC lors d'infections virales ou bactériennes. L activation par certaines cytokines, comme l'ifng produit par des lymphocytes T activés, rend les astrocytes sensibles à l'action lytique des lymphocytes T cytotoxiques restreints au CMH de classe I ; de plus, elle confère aux astrocytes la capacité à présenter l'antigène (CPA), en induisant le CMH-II. Les astrocytes interviennent donc dans les défenses immunitaires du SNC. C. Mise en Évidence de la susceptibilité des astrocytes À l'infection par le VIH IN VIVO et IN VITRO Les astrocytes, en réponse à une inflammation du SNC, peuvent donc avoir divers rôles aussi bien bénéfiques que délétères. Ainsi, ils peuvent réguler l inflammation du SNC et le métabolisme neuronal, fonctionner en tant que CPA, mais aussi contribuer au développement de maladies neurologiques. La réponse astrocytaire à l'infection du SNC par le VIH ne fait aucun doute, l'astrogliose réactionnelle étant un fait commun de l'histopathologie associée. Il est possible que l'astrocytose soit déclenchée par des cytokines d'origine systémique (Il-1b, TNF-a, etc.) avant même l'entrée du virion dans le SNC (Merrill et al., 1989; Merrill, 1992; Merrill et al., 1996). Les astrocytes réactifs sécrètent de nombreuses cytokines inflammatoires et chimioattractantes (MCP-1, MIP-1, RANTES, TGF-b, etc.) qui participent à la pénétration de monocytes/macrophages et de lymphocytes T dans le SNC (Vitkovic et al., 1994). Par ailleurs, il est maintenant reconnu que 1 à 7% astrocytes sont infectés (Michaels et al., 1988; Brack- Werner et al., 1997; Wiley et al., 1997). Les astrocytes étant les cellules cérébrales les plus abondantes (0, à cellules), la taille du réservoir astrocytaire latent serait équivalente à celle du réservoir EPHE Banque de Monographies SVT 11

12 macrophages / cellules microgliales (Brack-Werner, 1999). Les travaux de Tornatore et al. (Tornatore et al., 1994) suggèrent que les astrocytes d'enfants ou de nouveau-nés pourraient avoir une susceptibilité accrue à l'infection par le VIH. Le taux d infection des astrocytes varie toutefois de manière considérable selon les études considérées, l'état de différenciation des cellules étudiées, et, surtout suivant la technique de détection utilisée. L immunohistochimie montre que les astrocytes sont négatifs pour la p24 et la gp41 tandis que les cellules microgliales sont positives pour ces deux antigènes (Sharer et al., 1996). La détection de marqueurs précoces du VIH-1, dans les astrocytes d une majorité de cerveaux étudiés a, néanmoins, montré que ces cellules sont infectées in vivo ; la faible production de protéines structurales et la forte expression de la protéine Nef laissent donc envisager une production virale bloquée, qualifiée de restreinte, à un stade précoce du cycle de réplication. La susceptibilité à l'infection de différentes lignées tumorales astrocytaires humaines a été démontrée par de nombreuses études (Dewhurst et al., 1987; Harouse et al., 1991; Brack-Werner et al., 1992). L'ensemble de ces travaux indique, d une part, que les lignées astrocytaires présentent un taux de réplication virale extrêmement faible puisque seules 1 à 5 % des cellules expriment des marqueurs tardifs de l'infection, et, d autre part, que l'entrée du virus est plus efficace quand elle est réalisée de cellule à cellule, plutôt qu'à partir d'un stock de virus libre(brack-werner et al., 1992). De plus, la production virale peut être, dans une certaine mesure, réactivée par co-culture d'astrocytes avec des cellules cibles du VIH, comme des lymphocytes T. Les astrocytes embryonnaires et fœtaux expriment les co-récepteurs CXCR4, CCR3 et CCR5, mais pas le CD4, (Sabri et al., 1999; Boutet et al., 2001; Croitoru-Lamoury et al., 2003). De plus, la présence du galactosylcéramide a été mise en évidence à la surface des lignées astrogliales (Harouse et al., 1991), alors que ce récepteur n'est pas exprimé par les astrocytes fœtaux primaires (Ma et al., 1994; Hao et al., 1997). Ces études indiquent que le VIH peut infecter ces différents types cellulaires tumoraux ou fœtaux par une voie indépendante du CD4, certainement grâce à des récepteurs alternes, ou par simple endocytose, suivie de la fusion de quelques particules avec la membrane de l'endosome avant sa maturation (Hao et al., 1999). Dans tous les cas, il n'est pas certain que l'entrée du virus dépende de son interaction avec un ou plusieurs récepteurs de chimiokines (Brack-Werner, 1999). Des travaux réalisés in vitro suggèrent que les astrocytes sont infectés plus efficacement par des isolats lymphotropes, bien que l'infection par des souches de VIH à tropisme macrophagique soit également possible (Koyanagi et al., 1987; Nath et al., 1995; McCarthy et al., 1998). Ce point reste sujet à débat. III. MÉcanisMes MolÉculaires impliqués dans le transport nucléo-cytoplasmique des protéines Le transport nucléo-cytoplasmique est essentiel à la survie d une cellule eucaryote. En effet, ce transport actif permet le passage, via des protéines cargos et des récepteurs de transport, de macromolécules trop grosses pour diffuser passivement au travers du complexe du pore nucléaire (CPN). EPHE Banque de Monographies SVT 12

13 En effet, d une part, de nombreuses protéines nucléaires, telles que les histones et les facteurs de transcription, doivent être importées dans le noyau, et d autre part, les ARN, qu ils soient de transfert (ARNt), ribosomaux (ARNr) ou messagers (ARNm), doivent être exportés vers le cytoplasme afin d y rencontrer la machinerie traductionnelle. Il existe également des macromolécules qui sont capables de réaliser plusieurs cycles nucléo-cytoplasmiques. C est le cas, entre autres, des protéines ribosomales qui sont, en premier lieu, importées dans le noyau, à l aide du système Ran-GTPase, de l importine a et de la karyophérine b3 (Jakel et al., 1998), où elles se complexent aux ARNr. Ces complexes, que l on appelle alors sous-unités ribosomales, sont exportés vers le cytoplasme via le système Ran-GTPase, et des membres de la famille des karyophérines dont Crm-1 (Moy et al., 1999). Le transport nucléo-cytoplasmique met en jeu divers mécanismes complexes et fait intervenir de nombreuses protéines cellulaires. Ces protéines, que nous détaillerons ultérieurement, sont localisées, soit dans le cytoplasme, soit dans le noyau, soit au sein du complexe du pore nucléaire. Elles sont pour la plupart, capables d effectuer des cycles de migration au travers du CPN de façon continue. Le mode d action et la structure de certaines de ces protéines ont été clairement définis. Les mécanismes moléculaires impliqués dans l'export des protéines nucléaires sont nettement moins documentés que les voies d'import. Toutefois, de nombreux complexes protéiques cellulaires intervenant au cours de ces transports sont communs aux voies d import et d export, ou bien appartiennent à la même famille de transporteurs, les karyophérines. A. CaractÉristiques du complexe du pore nucléaire (CPN) L enveloppe nucléaire est constituée de deux membranes : une membrane externe, en continuité directe avec le réticulum endoplasmique granuleux, et une membrane interne, étroitement associée à un réseau de filaments intermédiaires appelé lamina. Les échanges entre le cytoplasme et le noyau s effectuent au travers de complexes multiprotéiques de grande taille, enchâssés à travers l enveloppe nucléaire, nommés complexes du pore nucléaire (Goldberg et al., 1995). Le complexe du pore nucléaire ou CPN, dont la masse moléculaire avoisine les 125 MDa, est constitué de 100 à 200 protéines différentes (8 à 16 copies de chaque) appelées nucléoporines. De nombreuses nucléoporines identifiées possèdent une séquence commune répétée, la séquence FG (phénylalanine-glycine) (Mehlin et al., 1995). Le CPN possède un canal central de diamètre variable (20-28 nm) au travers duquel s effectue le transport actif de macromolécules et huit canaux périphériques plus petits (9 nm de diamètre), permettant la diffusion de petites molécules (Nakielny and Dreyfuss, 1999). Le pore nucléaire est délimité par deux anneaux, l un nucléaire en forme de panier de basket, l autre cytoplasmique associé à de longs filaments protéiques. Les nucléoporines sont situées au niveau des deux anneaux du CPN et interviennent directement et étroitement lors de la translocation des complexes d import ou d export. Il est à noter que la diffusion passive devient peu efficace dès que la taille de la molécule avoisine les 9 nm. Ainsi, d un point de vue physiologique, la diffusion passive est excessivement lente pour la sérum albumine bovine (7 nm de diamètre, 68 kda), et relativement rapide pour des protéines EPHE Banque de Monographies SVT 13

14 dont le poids moléculaire n excède pas kda (Gorlich et al., 1999). Il existe, toutefois, des protéines de kda (histones) qui nécessitent des protéines cargos ainsi que de l énergie pour leur transport au travers du CPN, bien qu elles devraient pouvoir, compte tenu de leur taille, diffuser passivement (Breeuwer et al., 1990; Arts et al., 1998; Kutay et al., 1998; Jakel et al., 1999). B. protéines cellulaires ayant un role MaJeur dans le transport nucléocytoplasmique 1. Le transport actif Il existe deux grands types de transport actif : dans le cas le plus simple, les substrats de transport, appelés aussi cargos, sont directement reconnus par leurs récepteurs de transport. Dans d autres cas, le mécanisme de reconnaissance du substrat est plus complexe, et requiert en plus un adaptateur entre le cargo et le récepteur de transport. Le meilleur exemple d adaptateur connu est l importine a. Cette protéine permet l import de protéines portant un signal de localisation nucléaire (ou NLS) classique. Le schéma est le suivant : par son domaine IBB ( Importin b Binding Domain ), l importine a se fixe à l importine b et au cargo, dans le cytoplasme. L importine b permet la fixation du complexe trimérique au CPN (Gorlich et al., 1995a; Gorlich et al., 1995b) et médie la translocation de ce complexe au travers du CPN. La translocation s achève par liaison directe de l importine b avec RanGTP, ce qui détache le complexe du CPN et dissocie l importine b de l importine a. Le complexe Imp b / RanGTP peut directement sortir du noyau tandis que l importine a requiert une exportine particulière, dénommée CAS (ou exportine 2) (Kutay et al., 1997), avant de former un complexe trimérique avec RanGTP. Une fois ce complexe formé, l importine a peut retourner dans le cytoplasme. 2. Au cœur de la machinerie du transport actif : le système RanGTPase Le système RanGTPase est composé des éléments suivants : - La protéine Ran elle-même ; - NTF2 ( Nuclear Transport Factor 2 ) ou p10 ; - RCC1 ou RanGEF ( Guanine nucleotide Exchange factor ) ; - Ran GAP1 ( RanGTPase activating protein ) ; - Ran BP1 ( Ran binding protein ) ; - Les récepteurs de la famille des karyophérines 3. La protéine Ran La protéine Ran est une protéine de 24kDa appartenant à la famille Ras (petites GTPases). Bien que capable d une lente diffusion passive au travers du pore nucléaire, Ran, sous sa forme libre, est essentiellement localisée dans le noyau (Ren et al., 1993). Elle peut exister, dans la cellule, sous deux formes - RanGTP et RanGDP - qui sont constamment transportées au travers du CPN. Les régulateurs de l état de phosphorylation de Ran sont situés de chaque coté du CPN. Le facteur d échange nucléotidique, RCC1, est nucléaire, générant RanGTP dans le noyau, tandis que la protéine activant la GTPase, RanGAP1, est exclue du noyau et déplète le cytoplasme en RanGTP (Melchior et al., 1993; EPHE Banque de Monographies SVT 14

15 Mahajan et al., 1997). Il existe ainsi une asymétrie dans la localisation des deux formes de Ran au sein d une cellule eucaryote. RanGTP est présente, au sein du noyau, à une concentration élevée, tandis que RanGDP, intervenant dans l import nucléaire, est, essentiellement, localisée dans le cytoplasme. L asymétrie du système RanGTPase peut expliquer le fait qu un récepteur de transport puisse accomplir de nombreux cycles d un transport nucléaire unidirectionnel. Néanmoins, la question est de savoir comment cette asymétrie est générée puis maintenue tout au long du cycle cellulaire. De fait, au cours de l interphase, le gradient RanGTP est maintenu sans problème. Cependant, au cours de la mitose chez les eucaryotes supérieurs, les compartiments nucléaire et cytoplasmique ne sont plus entièrement séparés, ce qui abolit l asymétrie. RCC1 se fixe alors à la chromatine (Ohtsubo et al., 1989) et devient ainsi une protéine nucléaire, lors de la formation de l enveloppe nucléaire. Le complexe du pore nucléaire n est reformé qu au cours de la télophase, ce qui permet à RanGAP et RanBP2, alors fixés aux filaments cytoplasmiques du CPN d être localisés dans le bon compartiment cellulaire, c est-à-dire le cytoplasme, avant que le système de transport nucléo-cytoplasmique ne soit fonctionnel. L intervention de protéines telles que RanGAP, RCC1, RanBP1 et NTF2 est ainsi corrélée à leur localisation cellulaire. On peut en conclure que : - RanGDP, RanBP1 et RanGAP1 sont plus concentrées dans le cytoplasme. Feng et al. (Feng et al., 1999) a démontré que RanBP1 et RANGAP1 sont réexportées dans le cytoplasme via l exportine- 1 ; - RanGTP et RCC1 sont plus concentrées dans le noyau. RCC1 est réimporté dans le noyau via la voie dépendante du complexe Impa / Impb (Kohler et al., 1999) ; - NTF2 semble représenté de façon équivalente dans les deux compartiments cellulaires. NTF2 est lié au niveau du CPN par fixation directe à des nucléoporines et permet la translocation de Ran à travers le pore nucléaire. 4. Les signaux de localisation nucléaire (NLS) et d export nucléaire (NES) Le transport actif nécessite des signaux de transport spécifique. L'étude de protéines telles que la protéine virale Rev et la protéine cellulaire PKI (inhibiteur de la protéine kinase dépendante de l'amp cyclique) a permis de mettre en évidence l'existence de deux types de signaux : - Les signaux d'import nucléaire ou signaux de localisation nucléaire (NLS) sont de courtes séquences nucléotidiques qui sont nécessaires et suffisantes pour la localisation nucléaire des protéines qui les portent ; leur mutation abolit la localisation nucléaire de ces protéines. - Les signaux d'export nucléaire (NES), généralement riches en leucines, ont le rôle inverse des NLS. Une protéine possédant un NES est ainsi capable de former un complexe avec une exportine spécifique afin de promouvoir son export vers le cytoplasme. 5. Une famille de transporteurs cellulaires : les karyophérines Les karyophérines sont une famille de récepteurs solubles impliqués dans les phénomènes d'import - export nucléaires, dont la caractéristique commune est d'interagir avec certaines nucléoporines et la protéine Ran. Ces récepteurs de transport sont des protéines de liaison à Ran EPHE Banque de Monographies SVT 15

16 répondant au gradient RanGTP/RanGDP par chargement et déchargement de leur cargo dans le compartiment approprié. La principale importine cellulaire est la karyophérine b1 ou importine b (Gorlich et al., 1995a; Radu et al., 1995; Pollard et al., 1996; Gorlich et al., 1999) ; cette protéine de 97 kda est principalement localisée dans le cytoplasme, ainsi qu au niveau du CPN. L importine b se fixe à la protéine cargo dans le cytoplasme, puis interagit avec RanGDP au voisinage du CPN. Dès le passage du CPN par translocation, RanGTP se fixe à l importine b, ce qui dissocie le complexe Impb/cargo. Le nouveau complexe Impb/RanGTP retourne alors dans le cytoplasme afin que l importine b refasse un nouveau cycle d import. L'export nucléaire des protéines est essentiellement assuré par un autre membre de la famille des karyophérines, connu sous le nom de Crm-1 (Fornerod et al., 1997; Fukuda et al., 1997; Kudo et al., 1997; Neville et al., 1997) Crm-1 (pour chromosome region maintenance gene 1 ), aussi appelé exportine-1 (Stade et al., 1997), est une protéine de 112 à 115 kda localisée dans le nucléoplasme, le nucléole, ainsi qu'au niveau du CPN. Exprimée de façon ubiquitaire dans tous les tissus de mammifères, exceptés dans le rein, la protéine Crm-1 présente une expression strictement régulée par le cycle cellulaire, avec une traduction tardive au cours du cycle (Kudo et al., 1997). Kudo a ainsi proposé que l accumulation cytoplasmique de Crm- 1 peut être due, soit à une synthèse trop importante de cette protéine par rapport à son import nucléaire, soit à la saturation de la capacité de fixation d une protéine cargo à Crm-1, dans le noyau. Comme toutes les karyophérines, Crm-1 présente une homologie de séquence avec la karyophérine b1 ; elle présente ainsi, en partie N-terminale, un site de liaison avec RanGTP, et, en C-terminal, un site de liaison au cargo, par reconnaissance du NES de ce dernier (Nakielny and Dreyfuss, 1999). Néanmoins, les sites de liaison ne sont pas déterminés aussi finement que pour l importine b (Cingolani et al., 1999; Ossareh-Nazari et al., 1999; Vetter et al., 1999). In vitro, Crm-1 interagit spécifiquement avec le NES de Rev, la nucléoporine nucléaire Nup214/CAN (Fornerod et al., 1997), ainsi que la protéine RanGTP lorsque cette dernière est présente à un taux élevé dans le noyau (Ossareh-Nazari et al., 1997). Crm-1 est spécifiquement inhibée par la leptomycine B (LmB), métabolite de Streptomyces (Wolff et al., 1997). Cette substance anti-tumorale induit l'arrêt du cycle cellulaire en phase G 1 /G 2 chez les cellules eucaryotes et les levures en fission (Yoshida et al., 1990). La LmB présente la particularité de se fixer de manière covalente à Cm-1, empêchant toute interaction avec les NES riches en leucines, bloquant ainsi l'export des protéines NES - dépendantes. Contrairement à l importine b, Crm-1 se fixe au cargo, préférentiellement dans le noyau, en formant un complexe trimérique avec RanGTP (Fornerod et al., 1997; Kutay et al., 1997; Arts et al., 1998; Kutay et al., 1998). Ce complexe trimérique est alors transloqué dans le cytoplasme où il est dissocié, suite à l hydrolyse de RanGTP en RanGDP. Le cargo libre, ainsi que l exportine dissociée de RanGDP, peuvent retourner dans le noyau, se fixer et exporter une nouvelle protéine cargo. Néanmoins, selon sa fonction, le cargo peut aussi rester dans le cytoplasme. C. Transport nucléocytoplasmique des ARNm viraux dépendants de la EPHE Banque de Monographies SVT 16

17 protéine Rev du VIH Chaque macromolécule transportée de façon active au travers du pore nucléaire peut entrer dans une voie d import ou d export qui lui est propre. Elle peut, de la même façon, faire intervenir un ou plusieurs membres de la famille des karyophérines, l un lui servant de transporteur principal, l autre d adaptateur. Si l on ajoute à cela les protéines et autres constituants apportés lors d uneinfection virale, le virus utilise la machinerie cellulaire et fait intervenir une ou plusieurs de ces protéines qui lui sont propres. C est le cas du virus de l immunodéficience humaine (VIH) qui, pour l export nucléaire de ses ARNm viraux mono et non-épissés, utilise une voie d export cellulaire tout en faisant intervenir la protéine virale Rev. 1. Caractéristiques de la protéine Rev Rev (pour "Regulator of expression of viral proteins") est une phosphoprotéine nucléaire de 13 à 19 kda, exprimée précocement dans le cycle viral ; elle possède au moins deux domaines fonctionnels : - Un domaine N terminal riche en arginine (ARD) situé entre les acides aminés 8 à 68. On peut y distinguer deux domaines spécifiques : un domaine discontinu incluant les aa 8 à 33 et 51 à 68, participant à la dimérisation nécessaire à l'activité de la protéine Rev ; un second allant des aa 34 à 50, comprenant un signal de localisation nucléaire (NLS) ainsi qu'un site de liaison à la séquence RRE ( Rev Responsive Element ). Le RRE est une région spécifique des ARNm viraux située sur le deuxième intron (dans le gène env) et est donc absente des ARNm multi-épissés. Le NLS permet l import de Rev dans le noyau. Il ne semble pas que ce domaine interagisse avec l'importine a, mais seulement avec l'importine b (Henderson et al., 1997) ; - Un domaine C terminal riche en leucine situé entre les acides aminés 75 à 82 ; il comprend un signal d'export nucléaire (ou NES pour "Nuclear Export Signal"). Le NES spécifique de la protéine Rev est une courte séquence peptidique riche en leucines : Leu-X2-3-Y-X2-3-Leu-X-Leu/Ile, où X représente un amino acide quelconque et Y représente Leu/Ile/Phe/Val ou Met (Fischer et al., 1995; Pollard et al., 1998). De plus, Rev est phosphorylée sur au moins deux résidus sérines (sérines 92 et 99) par la MAP kinase C2 (kinase nucléaire). Bien que la perturbation de ces sites majeurs de phosphorylation de Rev ne semble pas affecter sa fonction dans des cellules transfectées, il a été suggéré que leur phosphorylation ou déphosphorylation pourrait gouverner l'activité de la protéine quand les taux de Rev sont faibles et/ou limitants (Cochrane et al., 1989; Malim et al., 1989). 2. Les différents ARNm viraux Comme décrit précédemment, le VIH code 6 gènes de régulation et/ou accessoires que sont tat, rev, nef, vif, vpr et vpu (ou vpx). Durant le cycle de réplication du VIH, la protéine Rev permet l expression des gènes tardifs (Stutz et al., 1998) : - Lors de la phase précoce, seules sont synthétisées les protéines de régulation (Tat, Rev et Nef) issues des ARN messagers multi-épissés de 2kb, tandis que les ARNm mono et non épissés (4 et 9kb), codant les protéines virales de structure et les protéines accessoires non essentielles, s'accumulent dans le noyau. Ces ARNm possèdent la séquence RRE sur leur 2 ème intron ; leur export nécessite EPHE Banque de Monographies SVT 17

18 l intervention de la protéine virale précoce Rev. Des études menées par Malim et Cullen (Malim et al., 1993) ont montré que l'expression de la protéine Rev permet un accroissement de la demi-vie des ARN viraux mono- et non épissés dans le noyau de cellules lymphoïdes infectées par le VIH, en inhibant le phénomène d'excision-épissage (Chang et al., 1989; Kjems et al., 1991; Hope, 1999). - Lors de la phase tardive, la protéine Rev permet l'export nucléaire des ARN mono et non épissés, et donc la traduction des protéines virales de structure et accessoires (Feinberg et al., 1986; Sodroski et al., 1986). Cela s'effectue aux dépens de l'expression des ARN messagers multi-épissés, Rev régulant ainsi sa propre expression. 3. Le cycle de la protéine Rev Une fois la maturation de la protéine Rev réalisée dans le cytoplasme, le cycle de transport de Rev est initié par l'import nucléaire de cette dernière. L'import nucléaire de Rev dépend de l'importine b et de la concentration cytoplasmique de RanGDP. L importine b se fixe au niveau du NLS de Rev et forme un complexe protéique qui peut interagir directement avec des nucléoporines situées sur les filaments cytoplasmiques du CPN. La translocation à travers le CPN est facilitée par les interactions séquentielles directes entre l'importine b et les nucléoporines (Ohno et al., 1998). Après translocation à travers la membrane nucléaire, RanGTP se fixe à l importine b en N-terminal, menant à la dissociation du complexe Rev/Importine b dans le noyau. Rev se dimérise alors puis se fixe sur le RRE des ARNm viraux mono et non épissés (Najera et al., 1999). Crm-1 (XPO chez la levure) se lie spécifiquement à la séquence NES de Rev formant au sein du noyau un complexe tétramérique avec RanGTP [RanGTP Crm1 Rev ARNm] (Fornerod et al., 1997; Kutay et al., 1997; Arts et al., 1998; Kutay et al., 1998; Hope, 1999). Par son action au niveau de la séquence NES et des nucléoporines Nup214, Nup98 (Fornerod et al., 1997; Boer et al., 1998) et peut-être Nup153, bien que l'intervention de cette dernière dans l'export soit controversée (Nakielny and Dreyfuss, 1999; Zolotukhin et al., 1999), Crm-1 permet l'interaction du CPN avec Rev lors de l export nucléaire (Neville et al., 1997). Le complexe tétramérique est alors exporté vers le cytoplasme, et l'hydrolyse du GTP en GDP permet la dissociation irréversible de la protéine Ran du complexe (Gorlich et al., 1999). Ceci permet le relargage de Rev et des ARNm RRE + ; Rev est alors réimportée dans le noyau par l'intervention de l importine b. Les ARNm RRE + sont, quant à eux, traduits en protéines virales de structure via le réticulum endoplasmique et l appareil de Golgi, qui seront intégrées au sein de nouvelles particules virales. D. MÉcanisMes possibles de restriction de la réplication virale dans les astrocytes Les mécanismes impliqués dans la restriction de la réplication du VIH dans les astrocytes restent sujets à controverse. Lors de la phase de latence, il semble possible d induire la production de protéines virales de structure en exposant les cellules à du TNF-a ou de l'il-1b. Mais cet effet semble régresser au cours du temps. De même, la stimulation d'astrocytes fœtaux par le TNF-a conduit à une augmentation de l'activité promotrice du LTR (Atwood et al., 1994), associée à une fixation accrue de NF-kB sur son site de liaison. Quoi qu'il en soit, cette stimulation mène le plus souvent à une augmentation de la EPHE Banque de Monographies SVT 18

19 quantité d'arnm multi-épissés. Diverses équipes se sont intéressées au rôle joué par le couple Tat / TAR (Bagasra et al., 1992; Niikura et al., 1996). Tat semble capable d'activer la transcription du VIH-1 dans les astrocytes via deux voies distinctes, l'une TAR-dépendante, l'autre TAR-indépendante (Taylor et al., 1992). Swingler et al. (Swingler et al., 1992) ont montré, in vitro, grâce à des lignées astrogliales, que Tat, comme les cytokines Il-1b, Il-6, IFN-g, et plus particulièrement le TNF-a, sont capables d'activer le LTR du VIH en sollicitant la région réceptrice de NF-kB (Taylor et al., 1992). Ces observations démontrent que le niveau d'activité du LTR ne peut expliquer à lui seul l'expression faible du VIH dans les astrocytes (Conant et al., 1994). L'expression importante et précoce de Nef, et son accumulation dans l'astrocyte, sont très fréquemment retrouvées dans les cultures d'astrocytes transfectées de façon latente par le VIH-1 (Tornatore et al., 1994). Nef est détectée dans le cytoplasme et, parfois, dans le noyau. Ces données suggèrent que cette protéine virale pourrait participer à la latence virale, en intervenant à des niveaux divers. Au niveau de la séquence NRE du LTR viral, elle empêcherait l'expression des gènes du VIH-1 (Brack-Werner et al., 1992) et pourrait également restreindre l'activation du LTR (Ambrosini et al., 1999). Les travaux de Gorry et al. (Gorry et al., 1999) mettent en évidence, dans des lignées astrocytaires et des astrocytes primaires fœtaux transfectés, une faible traduction des ARNm viraux. En effet, ils rapportent une production de protéines Tat et Rev fonctionnelles dans les astrocytes. Concernant les gènes tardifs, ce même laboratoire montre l existence d un taux d ARNm RRE + similaire quel que soit le type cellulaire infecté, avec un export nucléaire Rev-dépendant efficace. Néanmoins, les auteurs suggèrent que la production virale restreinte dans les astrocytes est due une traduction inefficace des ARNm codant les protéines de structure. Pour étudier ce phénomène de restriction, Brack-Werner et al. ont mis au point un modèle basé sur l'obtention d un sous-clone transfecté d'une lignée d'astrocytome, TH4-7-5 (Brack-Werner et al., 1992), et contenant un provirus par génome. Divers travaux menés à l'aide de ce modèle montrent que : - la production virale astrocytaire est très diminuée par rapport à celle obtenue lors de l'infection chronique de lymphocytes T, ou de la transfection de fibroblastes ; - la synthèse des protéines Gag est diminuée d'environ 30 fois ; - la production de Nef est, en revanche, significativement augmentée ; - la co-culture de ce clone cellulaire en présence de cellules de la lignée myélo-monocytaire permet la réactivation de la production virale. L'ensemble de ces résultats suggère que l'environnement intracellulaire des astrocytes réprime fortement la réplication virale. Le mécanisme permettant cette restriction de la production virale dans les astrocytes semble différer fondamentalement des phénomènes concourant à la latence observée dans les cellules hématopoïétiques, car l'exposition du clone TH4-7-5 à des inducteurs reconnus de la réplication virale ne mène qu'à une faible augmentation de la production virale (Kleinschmidt et al., 1994). L'étude, par cette équipe, de l'expression des ARNm viraux au sein du clone TH4-7-5, ainsi que dans des astrocytes fœtaux, montre que les ARNm RRE + codant les protéines virales de structure sont absents, ou quasiment, des cellules (Tornatore et al., 1994; Neumann et al., 1995). En effet, la EPHE Banque de Monographies SVT 19

20 transfection de cellules fœtales avec différents clones infectieux de VIH-1 entraîne une production virale transitoire dans les jours suivant l'infection, suivie d une diminution progressive de la synthèse de tous les ARNm. Dès lors, seuls peuvent être retrouvés les transcrits multi-épissés. Lors de la phase latente, seule la protéine Nef peut être mise en évidence par immuno-histochimie. L'accumulation préférentielle des protéines Nef et Rev dans les astrocytes infectés est en faveur d'un blocage de la régulation post-transcriptionnelle Rev-dépendante. Dans les études du groupe de Brack-Werner, Rev a tendance à s'accumuler plutôt au niveau du cytoplasme des astrocytes infectés (Neumann et al., 1995). Normalement, Rev est majoritairement nucléolaire/nucléaire. Dans le cas des astrocytes, l'accumulation cytoplasmique de Rev l'empêcherait d'assurer sa fonction d'export, et donc bloquerait le cycle viral soit au stade précoce, soit au stade de l'expression des gènes de régulation. Ce groupe a montré que l'inhibition des fonctions de Rev est essentiellement due à l'environnement intracellulaire et non à la protéine Rev elle-même. En effet, la protéine Rev issue de provirus "astrocytaires" est fonctionnelle au sein de cellules n'appartenant pas à la névroglie (Neumann et al., 1995; Ludwig et al., 1999), en interagissant bien avec la séquence RRE. De plus, la transfection d'un plasmide permettant l'expression forte de Rev ne permet pas de restaurer une voie de régulation Rev-dépendante efficace. Ce mécanisme a été mis en évidence tant chez des lignées astrogliales que des astrocytes fœtaux primaires. L'étude de la réplication du VIH dans divers modèles cellulaires amène ainsi à la description de nombreux mécanismes susceptibles d'intervenir dans la restriction de la production virale au sein de la population astrocytaire. BIBLIOGRAPHIE Albertini, M., Pemberton, L. F., Rosenblum, J. S., & Blobel, G. (1998). A novel nuclear import pathway for the transcription factor TFIIS. J Cell Biol, 143, Ambrosini, E., Slepko, N., Kohleisen, B., Shumay, E., Erfle, V., Aloisi, F., & Levi, G. (1999). HIV-1 Nef alters the expression of betaii and epsilon isoforms of protein kinase C and the activation of the long terminal repeat promoter in human astrocytoma cells. Glia, 27, Arts, G. J., Fornerod, M., & Mattaj, I. W. (1998). Identification of a nuclear export receptor for trna. Curr Biol, 8, Atwood, W. J., Tornatore, C. S., Traub, R., Conant, K., Drew, P. D., & Major, E. O. (1994). Stimulation of HIV type 1 gene expression and induction of NF-kappa B (p50/p65)-binding activity in tumor necrosis factor alpha-treated human fetal glial cells. AIDS Res Hum Retroviruses, 10, Bagasra, O., Khalili, K., Seshamma, T., Taylor, J. P., & Pomerantz, R. J. (1992). TAR-independent replication of human immunodeficiency virus type 1 in glial cells. J Virol, 66, Barre-Sinoussi, F., Chermann, J.C., Rey, F., Nugeyre, M.T., Chamaret, S., Gruest, J., Dauguet, C., EPHE Banque de Monographies SVT 20

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE INTRODUCTION d'après le cours du Dr NEHRBASS L enveloppe nucléaire renferme l ADN et défini le compartiment nucléaire. Elle est formé de 2 membranes concentriques

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

UE 2 Biologie cellulaire Le noyau (II) 18/10/2011. Hicham Bouhlal Laboratoire d Immunologie UFR Médecine, Amiens hicham.bouhlal@u- picardie.

UE 2 Biologie cellulaire Le noyau (II) 18/10/2011. Hicham Bouhlal Laboratoire d Immunologie UFR Médecine, Amiens hicham.bouhlal@u- picardie. UE 2 Biologie cellulaire Le noyau (II) 18/10/2011 Hicham Bouhlal Laboratoire d Immunologie UFR Médecine, Amiens hicham.bouhlal@u- picardie.fr : rappel Pore Enveloppe nucléaire Euchroma2ne Nucléole Hétérochroma2ne

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

TD Noyau, Chromatine, Chromosome, Caryotype (S. Delbecq)

TD Noyau, Chromatine, Chromosome, Caryotype (S. Delbecq) TD Noyau, Chromatine, Chromosome, Caryotype (S. Delbecq) N. Boulle Année 2014-2015 NOYAU Caractéristique des cellules eucaryotes +++ - Limité par l enveloppe nucléaire (2 membranes: interne et externe)

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques LT Mφ La sclérose en plaques une maladie auto-immune? LT Système immunitaire Mφ Facteurs génétiques étiques SEP Facteurs environnementaux nementaux Données épidémiologiques 60.000 patients en France Sujets

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

V. Exemples choisis. 1. Classification et propriétés

V. Exemples choisis. 1. Classification et propriétés V. Exemples choisis 1. Classification et propriétés Autrefois, les Polyomavirus et les Papillomavirus étaient regroupés en une famille unique nommée Papovaviridae (nom qui regroupe le début du nom de chaque

Plus en détail

Chapitre 2 : Organisation de la cellule

Chapitre 2 : Organisation de la cellule Partie 1 : notions de biologie cellulaire DAEU- Cours Sciences de la Nature & de la Vie- Marc Cantaloube Chapitre 2 : Organisation de la cellule La cellule est l unité de base des êtres vivants. Il existe

Plus en détail

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes)

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes) Les virus(acaryotes) Le virus I-Généralités : Le virus (cellule acaryote) est une entité biologique incapable de se reproduire de façon autonome, nécessitant une cellule hôte, dont il utilise les constituants

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Acides Nucléiques ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Structure d un nucléotide Tous composés d une base azotée, d un sucre

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes.

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes. III.1.6 Le Nucléole Ce sont des structures fibrillaires sphériques denses du noyau interphasique et prophasique des organismes supérieurs. Les nucléoles qui sont le site de formation des ribosomes fixent

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Guislaine Carcelain, Myriam Labalette, Mirjana Radosavljevic I-Introduction... 2 II-Caractéristiques d'une réponse-mémoire ou secondaire... 2 III-La mémoire

Plus en détail

LA TRANSCRIPTION. Introduction. I. Modalité générale de la transcription. II. Transcription chez les Procaryotes

LA TRANSCRIPTION. Introduction. I. Modalité générale de la transcription. II. Transcription chez les Procaryotes LA TRANSCRIPTION Introduction I. Modalité générale de la transcription II. Transcription chez les Procaryotes 1. L'ARN polymérase 2. Etapes de la transcription a. Initiation b. Elongation c. Terminaison

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille) CHAPITRE 2 : PROTÉINES G MONOMÉRIQUES Ce sont des intégrateurs moléculaires des voies de signalisation, des «commutateurs multipositions». Elles sont constituées d une sous-unité α, existent chez les eucaryotes

Plus en détail

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule»

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» Technologie de l ADN recombinant Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» 1 Les techniques de l ADN Recombinant But: isoler des fragments d ADN de génomes complexes et les recombiner

Plus en détail

LES ACIDES NUCLEIQUES

LES ACIDES NUCLEIQUES LES ACIDES NUCLEIQUES INTRODUCTION Les acides nucléiques sont des macromolécules présentes dans toutes les cellules vivantes et également chez les virus. Ils constituent le support de l'information génétique

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Virus et machinerie cellulaire

Virus et machinerie cellulaire Virus et machinerie cellulaire 1 Dr Céline Bressollette-Bodin Multiplication des virus dans la cellule - principales étapes - mécanismes de transcription / réplication Les interactions virus / cellules

Plus en détail

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse XXII ème JRPI 13 10 2015 Pr M. Labalette Biothérapies Déficit immunitaire secondaire Susceptibilité aux infections (1 er effet secondaire des biothérapies)

Plus en détail

Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique)

Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique) 6- Structure et organisation des génomes 6-1 Génomes eucaryotes Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique) 6-1-1 Génomes nucléaires 6-1-1-1 Nombre d exemplaires

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos 11 Remerciements 13 Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 I. Les glucides 15 1. Les oses ou monosaccarides 15 2. Les diholosides ou disaccharides 15 3. Les polyholosides

Plus en détail

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E Caractérisation phénotypique et rôle des lymphocytes T régulateurs intra- hépatiques au cours de l hépatite chronique virale C N Sturm (1,2), MA Thélu (1), X Camous (1), G Dimitrov (1), M Ramzan (1), T

Plus en détail

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin.

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin. INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I La transfection Responsable : Valérie Chopin LBH semestre 6 Faculté des Sciences Laboratoire de Physiologie Cellulaire et

Plus en détail

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Qu est ce que la biologie cellulaire? La biologie cellulaire étudie les cellules et leurs organites, les processus vitaux qui s'y déroulent ainsi que les mécanismes

Plus en détail

L3-BH01 Cours n 10 Modifications post-transcriptionnelles

L3-BH01 Cours n 10 Modifications post-transcriptionnelles L3-BH01 Cours n 10 Modifications post-transcriptionnelles Ce cours est présent sur le web à l adresse suivante : http://www.univ-orleans.fr/sciences/biochimie/l/ressources.htm Plan (cours n 10 & 11) Introduction

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

TAM 2 au 5 septembre 2014

TAM 2 au 5 septembre 2014 TAM 2 au 5 septembre 2014 Partie 1 Biologie Cellulaire Cellule en anaphase. (oui, c est BEAU, vous allez aimer la bioc!) Le commencement c est la Cellule! La cellule est l unité fondamentale de tous les

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code.

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. Une mutation, peut entraîner une modification de la séquence des

Plus en détail

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES La transcription Information : dans le noyau (sous forme d'adn) Synthèse des protéines : dans le cytoplasme (au niveau des ribosomes du reticulum endoplasmique) L'ADN ne sort

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Contrôle des Connaissances. 2 ème session) (Durée : 1h30, tous documents autorisés, ordinateur interdit) Important

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie. Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine

Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie. Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine Examen Janvier 2008 Introduction (à lire attentivement) L actualité

Plus en détail

Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF

Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF Laboratoire de Microbiologie et Biologie Moléculaire Faculté des Sciences - Rabat Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF

Plus en détail

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène TD Révision BIO57 Connaissance et Technique du gène Novembre 2007 Cécile BAUDOT cecile.baudot@medecine.univ-mrs.fr INSERM 910 «Génétique Médicale et Génomique Fonctionnelle» Maladies Neuromusculaires Le

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

Les outils du génie génétique.

Les outils du génie génétique. Les outils du génie génétique. I\ Les enzymes. On va se servir des enzymes pour couper, coller et synthétiser des acides nucléiques. A\ Les polymérases. Toutes les polymérases agissent de 5 vers 3. En

Plus en détail

Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose

Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose REPLICATION DE L ADN et CYCLE CELLULAIRE quantité d'adn 4C 2C G 1 S G 2 M G 1 5 12 15 16 duplication de l'adn mitose temps heures CYCLE

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Loïc Martin 6 avril 2012 Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Travail effectué, à l'université de Genève, Sciences

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Les virus sont des microorganismes de très petite taille, 20 à 300 nanomètres, 100 fois plus petit qu une bactérie, non visibles en microscopie

Plus en détail

Réplication de l ADN

Réplication de l ADN Réplication de l ADN Réplication de l ADN: expériences historiques I] Expérience de Meselson et Stahl Replication de l ADN est semie-conservative Expérience de Meselson et Stahl :1958 -Cultive E.Coli sur

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire 69 ème Journées Scientifiques de l AFEF Mercredi 28 Septembre 2011 Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire Marion Maurel INSERM U1053 Bordeaux

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

Comment la glycémie est elle régulée?

Comment la glycémie est elle régulée? Comment la glycémie est elle régulée? La glycémie, quantité de glucose dans le sang, est un facteur primordial pour un bon état de santé. Bien que les apports de glucose soient très variables dans le temps,

Plus en détail

Le choix d une stratégie de prévention et du traitement antirétroviral prophylactique dépend avant tout de l état immunovirologique de la mère.

Le choix d une stratégie de prévention et du traitement antirétroviral prophylactique dépend avant tout de l état immunovirologique de la mère. - 1 - Vingt cinq ans après la première manifestation du syndrome d immunodéficience acquise, le SIDA est devenu la maladie la plus dévastatrice que l humanité ait jamais connue. Dans le monde, il figure

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

La Pandémie du SIDA. Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000.

La Pandémie du SIDA. Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000. La Pandémie du SIDA Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000. Adultes Région/Pays infectés (%) afrique subsaharienne 8,57 antilles

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Structure générale d'une particule virale de type herpès

Structure générale d'une particule virale de type herpès Virus de type herpès et coquillages 1 - Caractéristiques des virus de type herpès infectant les coquillages Des infections à virus de type herpès sont associées à des mortalités massives chez différentes

Plus en détail

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes,

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, Ecurie du 1/02/12 1: AE A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, des cellules animales, végétales ou leurs constituants à des fins industrielles (agro

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

Éviter une réponse inappropriée

Éviter une réponse inappropriée Une réponse immunitaire "efficace" Quelques rappels : Mécanismes de protection Implication du système immunitaire dans l homéostasie de l organisme Élimination de cellules en apoptose Relations potentielles

Plus en détail