Capeb13. I nfos. Artisans, dans la tempête, gardons la lucidité, ne perdons pas le CAP! n ème trimestre 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Capeb13. I nfos. Artisans, dans la tempête, gardons la lucidité, ne perdons pas le CAP! n 106. 2 ème trimestre 2014"

Transcription

1 n ème trimestre 2014 I nfos Capeb13 bulletin des adhérents confédération de l artisanat et des petites entreprises du bâtiment des bouches-du-rhône Artisans, dans la tempête, gardons la lucidité, ne perdons pas le CAP!

2

3 Édito TEL LE BATEAU DANS LA TEMPÊTE, L ARTISAN CHERCHE SA VOIE, Mes chers collègues, Tel le bateau dans la tempête, l artisan cherche sa voie, La conjoncture économique n est pas des meilleures. La croissance prévue n est pas au rendez-vous. Le pouvoir d achat est en baisse. Le chômage dont la courbe devait s inverser, est au contraire, en forte hausse. L activité du bâtiment continue de se dégrader. On constate une baisse des mises en chantier. Face à ces signes inquiétants, que font donc les autorités? Comme le dit notre Président Confédéral, Patrick LIEBUS, «nous avons besoin de mesures concrètes rapides pour inverser cette tendance» Le Pacte de Responsabilité, qui va dans le bon sens tarde à se mettre en place. Pendant ce temps ou ce contretemps, les entreprises artisanales continuent de couler parce qu elles croulent sous le poids des charges et que leur trésorerie est à plat. La Banque Publique d Investissements (BPI) qui devait prendre le relais des banques pour aider les entreprises, semble hors de portée pour les TPE et les artisans du bâtiment. Pourtant ce dont ont besoin actuellement en priorité les petites entreprises, c est bien évidemment d une part, que leurs carnets de commandes se remplissent, ce qui n est pas le cas, mais aussi, pour assurer la transition, que leur trésorerie soit renflouée. Il faut savoir que près de 30 % des professionnels font état d une détérioration de leur trésorerie. Il doit avant tout se rappeler qu il n est pas tout seul, qu il peut rejoindre ses confrères, au sein de la CAPEB, pour faire pression sur les autorités afin qu elles n oublient pas, à quelque niveau qu elles se situent, local, national ou européen, qu avant tout il faut compter avec les petites entreprises pour relancer la machine et créer de l emploi. Leur rappeler que pour prendre des mesures opportunes, il faut «toujours penser petit d abord». Penser aux artisans. La CAPEB appelle les Euros Députés Français à imposer l application du principe «Toujours penser petit d abord». Le Small Business Act (SBA) est un acte fort dans la construction européenne en faveur des petites entreprises. Malheureusement, sans la pression des artisans, ce principe n est que peu appliqué. Il nous faudra donc encore lutter. Artisans, dans la tempête, gardons la lucidité, ne perdons pas le Cap! Nous devons unir nos forces pour atteindre tous ensemble, des rivages plus cléments. Le Président : M. MARCELLIN Dans ce contexte où la tempête fait rage et la crise semble se pérenniser, nous avons besoin de mesures concrètes pour soutenir durablement la demande de travaux. La transition énergétique devrait servir de moteur à la relance et non uniquement d effet d annonce en période électorale. De même, la simplification des normes et d accès aux Marchés, comme d ailleurs la simplification des qualifications et la diminution de leur coût devraient être mise sans plus tarder à l ordre du jour. Comment me direz-vous, l Artisan du bâtiment, pris dans cette tempête peut-il garder espoir? 3

4 Sommaire LA VIE DE L UPA...5 ACTIONS CAPEB... 7 à 10 PARTENARIATS CAPEB à 13 INTERVIEW...15 ACTUALITÉS MÉTIERS à 19 ACTUALITÉS RÉGLEMENTAIRES...21 EMPLOI DIVERS...23 FORMATION...24 SERVICES DE LA CAPEB DONNÉES SOCIALES Apprentis...27 Informations salaires...29 Cotisations sociales...30 Vue du Vieux Port depuis le Fort ST Nicolas Rédaction Administration : CAPEB 13 - Maison de Artisans - 7 bd Pèbre Marseille Tél Fax Rédacteur en chef : Antoine Battistelli - Gérant responsable : Marc Marcellin ISSN Dépôt légal : 16 janvier 2008 Création graphique, réalisation et impression : Pubimprim / / Crédit photos : capeb, shutterstock. 4

5 La vie de l UPA REVOIR LES FONDAMENTAUX, SERAIT-IL DÉPLACÉ? A l heure où les sondages confirment la méfiance des français envers les politiques, dans ces périodes de changements, cela nous semble nécessaire. Pour ne prendre qu un exemple, la représentativité patronale sera appréciée dès 2017 par le nombre d entreprises adhérentes et non par l élection comme les syndicats de salariés. L audience sera mesurée par le nombre d entreprises adhérentes, dans un premier temps, au niveau de la branche professionnelle : pour être représentative, une organisation devra comprendre en son sein un nombre d entreprises, y compris des entreprises sans salarié, représentant au moins 8% du nombre d entreprises adhérentes à des organisations professionnelles de cette même branche. Ce seul changement devrait nous inciter à développer, sans plus attendre, une «stratégie d adhésion renforcée», pour chaque organisation professionnelle, en proximité, dans chaque département. Il ne s agit pas de mettre en place des campagnes de publicité, au demeurant fort onéreuses mais plutôt d insuffler l idée que chaque artisan peut faire adhérer. Qu il peut «devenir acteur dans le système» à l image de ce que la CAPEB13 a mis en place en créant ses Correspondants Capeb de Proximité(CCP), tout en ayant pleinement conscience que seule l UPA apporte à chaque organisation, la représentativité nécessaire pour présenter une liste aux élections (CMA et ou CRMA) de même que pour représenter et défendre les artisans dans différentes instances. Au niveau, régional, national ou européen. Faire adhérer est donc une condition nécessaire mais pas suffisante. Au sein de l UPA départementale, au plus près de l Artisan, Il faut avant tout rechercher la cohésion. Cela demande d agir en toute transparence. D organiser des réunions avant de prendre des décisions (L individu doit s effacer devant le collectif). D organiser un programme d actions à réaliser en commun entre les différentes organisations professionnelles. L action en commun étant comme chacun le sait, la clef de voûte de la cohésion et par voie de conséquence, de l efficience et de l efficacité. L artisan qui souhaite adhérer et agir au sein d une organisation professionnelle doit être convaincu qu un esprit démocratique y règne. Qu en aucun cas les décisions prises relèvent «du fait du prince». Que sa voix compte aussi. Que ce n est pas «une main invisible» comme le pensait Adam SMITH qui agit dans l ombre et régule le Marché. Mais plutôt des artisans identifiés et éclairés qui se battent en dehors de toute autre considération, pour la cause des artisans. C est à ce prix nous pensons, que l audience des organisations professionnelles et en particulier de l UPA sortiront renforcées.

6 6 formation

7 Actions Capeb LE GROUPEMENT MOMENTANÉ D ENTREPRISES (GME) LA CAPEB 06 ET LA CAPEB 13 TRAVAILLENT MAIN DANS LA MAIN La CAPEB13, depuis trois ans déjà, mène une «action pilote» pour inciter les artisans à se regrouper. Il semblerait qu elle ait réussi à convaincre puisqu au-delà des GME constitués dans les Bouches du Rhône, par des artisans des Bouches du Rhône, un GME vient d être réalisé entre un Artisan des Bouches du Rhône, Hervé LE MAIGAT, artisan spécialisé en photovoltaïque et un artisan des Alpes Maritimes, Jean Luc BARBATO, spécialisé en couverture. En prévision : un, voire plusieurs chantiers, autour de LEVENS, un petit village situé dans la Région de NICE. contact avec ce monsieur, transmet ses coordonnées à Hervé LE MAIGAT. La boucle était bouclée et dans la foulée un «GME trans -départemental» était créé. Au-delà du GME, c est là un bel exemple de solidarité. Un bel exemple de fonctionnement en réseau où le facteur fondamental reste l homme, l artisan. On ne peut pas dire qu il s agisse à proprement parler de foi. Mais, on peut imaginer que pour arriver à un tel résultat, il fallait tout de même y croire au GME. Pourquoi un tel engouement pour le GME dans notre département? Les artisans auraient-ils la foi au point de la transmettre à ceux des Alpes Maritimes? Rassurez-vous, nos artisans ne sont pas devenus de grands mystiques. Ils ont simplement adhéré à l idée, que de nos jours, plus que jamais, il faut être compétitif. Ils ont compris que pour être en phase avec «le Marché» il est nécessaire d aligner des compétences et atteindre un tel niveau d efficacité, qu on ne peut plus envisager de rester seul pour y parvenir. En conséquence, sauf à laisser les parts de Marché les plus juteuses aux gros du bâtiment, il vaut mieux se regrouper. Tout est parti d Hervé LE MAIGAT qui est un des premiers à avoir expérimenté avec succès le GME. Il s adresse à la CAPEB13, laquelle s adresse à son tour à la CAPEB06 qui transmet à la CAPEB13 les coordonnées d un artisan à SAINT ANDRÉ DE LA ROCHE, Monsieur BARBATO. La CAPEB13 après avoir pris LABELLISATION RGE, CONTEXTE, ENJEUX ET IMPACTS POUR LES ARTISANS DU BÂTIMENT C est dans un lieu chargé d histoire, le Fort Saint Nicolas de Marseille, que l organisme de formation, BAO formation, représentée par sa Directrice déléguée, Madame Céline YORDIKIAN, nous a accueilli pour cette première conférence consacrée au RGE (Reconnu Garant de l Environnement), lors de laquelle sont intervenus l Agence Locale de l Energie (ALE), QUALIBAT, la CAPEB13 et l ARFAB, le 15 mai Un lieu en cours de restauration depuis 2011, date du départ de l armée. Exit le béton, place à la Pierre noble, sur un site magnifique duquel on a une vue imprenable sur le Vieux Port et sur la ville ; Une forteresse restaurée par des hommes et des femmes qui se forment aux métiers du bâtiment. Des formations qui désormais sont de plus en plus empreintes par les réglementations thermiques et le souci de construire et rénover en privilégiant les économies d énergie, tout en préservant l environnement. Les artisans du 7

8 bâtiment le savent bien. Mais la grande nouveauté c est l arrivée de l eco-conditionnalité. Ainsi, les clients bénéfi ciant d aides publiques pour réaliser leurs travaux devront faire appel à des entreprises RGE. A compter du 1er juillet 2014, pour l ECOPTZ et du 1er janvier 2015, pour le CIDD (crédit d impôt). L enjeu est donc de taille pour les artisans du bâtiment. Il ne s agit pas moins, pour eux, que de conserver leur marché traditionnel : le marché de la rénovation. Avant de devenir RGE, les entreprises devront vérifier que les travaux qu elles réalisent sont bien concernés. Si c est le cas, ensuite, elles devront choisir la ou les qualifications RGE utiles. Thierry VERDET, Président de la section professionnelle Couverture Plomberie Chauffage de la CAPEB13 a pu témoigner de son parcours pour devenir RGE et de la façon de travailler au quotidien lorsqu on est RGE. Ses collègues présents ont pu apprécier son grand professionnalisme et profi ter de son expérience. Compte tenu de son activité et des chantiers qu il réalise, Thierry VERDET a choisi depuis longtemps ECO artisan, qualifi cation RGE créée par la CAPEB. ECO artisan a été intégrée dans la nomenclature de QUALIBAT. Mais, d autres organismes délivrent aussi des qualifi cations RGE : QUALIT ENR ou QUALIFELEC par exemple. Pour s y retrouver, un petit document pratique de l ADEME fait l inventaire de l ensemble des qualifi cations RGE en fonction de la nature des travaux à réaliser. Vous pouvez consulter ce document sur notre site : ainsi que l entier dossier consacré à ce sujet. A la fi n de cette conférence, les artisans ont compris que le RGE n était pas une forteresse imprenable. Alors à vos RGE, prêts, partez! 8

9 Actions Capeb PAS DE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE DES ENTREPRISES (RSE) SANS RSO Ce 15 avril, ce fût, après La Destrousse, au tour de Marseille d accueillir notre deuxième réunion RSE. Les nombreux artisans du bâtiment présents ont pu s apercevoir que l objectif de la RSE, qui est de permettre le développement de l entreprise tout en s inscrivant dans une démarche pour préserver notre environnement (nature et facteur humain), n est pas incompatible avec le soucis quotidien de gagner de l argent. En effet, la RSE est un formidable levier pour décrocher des marchés. Néanmoins, seule l augmentation de l activité est créatrice d emplois. C est la raison pour laquelle les collectivités locales, dont les communes, doivent, elles aussi, être responsables en adoptant une démarche RSO (Responsabilité Sociétale des Organisations) et «intégrer» dans leurs appels d offres les artisans du bâtiment. C est à cette condition, que les artisans du bâtiment, qui auront des chantiers, pourront embaucher. Nos invités, MPM (Marseille Provence Métropole), ETH (Engineering Territoires & Habitat), le Conseil Général des Bouches-du-Rhône et MAAF Assurances ont pu démontrer le bien fondé de notre démarche : - Barbara BAYLARD, responsable du Pôle Habitat (ETH), Eric BAUDET, architecte et gérant (ETH) et Emmanuel GIBERT, chargé de mission habitat privé (MPM), ont évoqué les nombreuses opportunités de travaux qui se présentent aux artisans du bâtiment dans le cadre du programme d intérêt général Marseille Provence Métropole de rénovation de l habitat ancien dégradé, gérée par ETH sur les 10 premiers arrondissements de Marseille et financé notamment grâce aux aides de l ANAH et du programme Habiter Mieux. - Jean Marc ESCLAGON et Olivier ANTOGNETTI, du CG 13, ont, chiffres à l appui, démontré que les contrats aidés proposés par le département des Bouches-du-Rhône permettaient aux artisans du bâtiment d adopter une démarche RSE (répondre aux marchés contenant une clause d insertion sociale, embaucher à moindre coût et créer des emplois). - Pascal BESNARD a présenté les avantages offerts par la MAAF aux artisans responsables. La responsabilité de l entreprise va donc au-delà de son cœur de métier : - Elle demande aux artisans, de prendre pleinement conscience de la puissance qu ils représentent (l artisanat, première entreprise de France). - Elle demande à chaque artisan de devenir un acteur de proximité incontournable. C est ainsi que, lors des dernières élections municipales, de nombreux artisans élus ont pris des responsabilités dans leur commune. C est le cas de notre Président Marc MARCELLIN. Bravo à eux! Mais rassurez-vous, à l échelle de votre métier, la formule pour s inscrire dans la démarche RSE est très simple : Devenir RGE (reconnu garant de l environnement), travailler en groupement (GME et/ou coopérative) et embaucher en fonction de vos besoins, ceux qui souhaitent embrasser les métiers du bâtiment et prendront, demain, la relève. 9

10 Actions Capeb RÉUNION RSE LE 22 MAI À L HÔTEL DE VILLE DE MARIGNANE A Marignane, comme dans les autres réunions RSE, l objectif principal est de sensibiliser les artisans du bâtiment à la démarche «Responsabilité Sociétale des Entreprises» (RSE). Dans cette optique la Commune prend aussi sa part de responsabilité en présentant ses prévisions de travaux. Madame CUDENEC a exprimé au nom du Maire, la volonté de faire travailler les entreprises de proximité (Marignane et alentours). Mesdames Neri LEOTARD et SENEVAT ont annoncé les projets qui donneront lieu à des appels d offres : centre de loisir, travaux de petites maçonnerie et rénovation du centre ancien. Monsieur François MOU- LONGUET porteur d une mission déléguée par la Ville et MPM pour accompagner les propriétaires, dans leurs projets de rénovation, a présenté les marchés privés subventionnés. URBANIS assurant une mission d assistance à maitrise d ouvrage. Ce projet consiste à rénover 235 logements sur cinq ans euros de travaux ont déjà été lancés par les propriétaires pour des travaux : d économie d énergie, de rénovation de façades, de toitures, de parties communes, d installations électriques (sécurité), de salle de bain (accessibilité) Tous corps de métiers confondus. Depuis un an, deux réunions organisées par la CAPEB13 ont eu lieu au sein même de l Hôtel de Ville. Une soixantaine d artisans y ont participé. Malheureusement, à notre connaissance, à ce jour, les artisans présents, n ont pas été appelés. Il a été évoqué que les devis, souvent, n étaient ni bien rédigés ni assez précis notamment pour ce qui concerne les caractéristiques et performances des matériels et matériaux. Philippe Richard a rappelé à ce sujet que la CAPEB13 aide pour ce faire, gratuitement, les artisans qui en font la demande. Par ailleurs, il semblerait que donner une liste d entreprises pourrait paraître à certains comme un manquement aux règles des appels d offres. A la CAPEB13, nous pensons que remettre aux clients une liste des entreprises du bâtiment situées en proximité, pour un Marché non exclusivement réservé aux petites entreprises, non seulement ne porte pas atteinte aux règles en vigueur mais en plus apporte une information utile aux clients tout en prenant en compte le Grenelle de l Environnement, ce qui, s agissant d une réunion RSE, mérite d être souligné? Madame REBOUL du PLIE MPM Ouest de Marignane est intervenue pour informer qu URBANIS tient à la disposition des propriétaires un annuaire des entreprises. Cet annuaire comprend aussi les entreprises qui ont participé à la première réunion. De nouvelles fiches étant prévues pour inclure dans cet annuaire les entreprises présentes aujourd hui. Dans le même registre, informer les clients que le Service Marchés de la CAPEB13 est gratuit pour eux, que les artisans peuvent se regrouper en Groupement Momentané d Entreprises (GME), voire même en Coopérative comme celle créée depuis le mois de Mars dans les Bouches du Rhône pour répondre principalement aux travaux de sinistres d assurances, serait judicieux (lire notre article page 11). La question restant de savoir, comment dans la pratique, ces informations précieuses pour les propriétaires, doivent leur être transmises? Il s agit là vraisemblablement d une question purement technique puisque la Commune de Marignane est, sur le principe, d accord pour inclure dans ces appels d offres, la possibilité pour les artisans du bâtiment de proximité, d accéder directement aux Marchés. Affaire à suivre En attendant, tout artisan désireux de participer à ces appels d offres peut contacter URBANIS : et 10

11 Partenariats Capeb MAAF ASSURANCES APPORTE DES CHANTIERS POUR DES ARTISANS DU BÂTIMENT REGROUPÉS EN COOPÉRATIVE La convention signée le 18 mars dernier au Centre Experts, entre La Société Coopérative Artisanale (SCA) «ABC13 SARL» et MAAF Assurances, commence déjà à porter ses fruits. Après l expérience du Groupement Momentané d Entreprises, voilà un bel exemple de l efficacité du «vouloir travailler ensemble». On peut même dire que la quantité de travaux attribués par le Centre Experts de la MAAF à cette Coopérative atteste d une montée en régime. Selon M. Fessal LATRECHE directeur du Centre Experts, on a un bon retour, tant pour ce qui concerne la réactivité que la qualité des travaux déjà effectués. Il faut dire que les artisans coopérateurs sont très motivés. A cela il faut ajouter qu ils ont su créer une structure parfaitement adaptée pour répondre aux sinistres d assurances. La Société Coopérative (SCA) est constituée sous forme de SARL et jouit de tous les éléments nécessaires pour répondre aux besoins de travaux dans les meilleurs délais tout en respectant une charte qualité (à l image de nos Eco Artisans). Elle réunit en son sein, 17 coopérateurs représentant tous les corps de métiers du Bâtiment. L ensemble des entreprises de la SCA a réalisé en 2013 un Chiffre d Affaires de 6 millions d Euros. Ces entreprises ont à leur actif 40 salariés (plus un salarié embauché directement par la Coopérative). Le fonctionnement de la SCA, pour ce qui concerne la branche sinistres est ainsi organisé : C est le Centre Experts de la MAAF situé dans le 6eme arrondissement de Marseille qui gère les sinistres. Les demandes de travaux sont transmises à la Secrétaire de la Coopérative, Geneviève SONAGLIA laquelle, en fonction des métiers et des territoires concernés dispatche les travaux aux artisans selon un ordre juste et équitable. Pour l instant, le territoire attribué par la MAAF ou plus précisément, par le groupe : «SGAM-COVEA» qui regroupe entre autre, MAAF GMF - MMA - NEXX - BANQUE POPULAIRE ASSURANCES à la Coopérative, correspond à peu près à celui prévu pour la future Métropole. La Coopérative est dirigée collégialement par quatre artisans expérimentés : Caroles TORRES, Jean Marc MEGUERDITCHIAN, Christian DEMARCHI et Philip FARRUGIA. Ce dernier intervenait déjà dans le domaine des sinistres d assurances. Il fait donc profiter de son expérience à l ensemble des artisans coopérateurs. Nous voyons bien là tout l intérêt pour la CAPEB13 d avoir pour partenaire la MAAF qui, ne l oublions pas a été créée par des artisans pour des artisans. De même que l intérêt de la MAAF d avoir des artisans compétents, qualifiés et correctement assurés. Ce qui de nos jours, avec les entreprises low-cost qui interviennent comme des mercenaires, sans offrir aucune garantie à leurs clients, est n en doutons pas, un véritable gage de sérieux, de professionnalisme, un gage de qualité. 11

12 12

13 Partenariats Capeb RENDRE ACCESSIBLE L ACCESSIBILITÉ! Tel était au final le thème abordé le 13 mars 2014, lors d une conférence qui s est déroulée au forum point P à Marseille : «l accessibilité par ceux qui la créent». L ensemble des acteurs du bâtiment étaient présents autour de l architecte Fabien CADENEL qui a soulevé l urgence de ce débat. Jacques LE PORT, Président de la section professionnelle Maçonnerie-Carrelage de la CAPEB13 et Président de la Commission HANDIBAT des BDR est intervenu pour rappeler que, depuis 2012, de nombreux artisans du bâtiment de notre département se forment à l accessibilité et demandent le label HANDIBAT. Ce label, créé par la CAPEB, unique en son genre, permet aux artisans de répondre au mieux à la demande croissante de travaux d accessibilité, y compris en groupement pour éviter la sous-traitance. L occasion a donc été donnée de débattre suite au rapport de la Sénatrice Claire-Lise CAMPION dans son rapport «Réussir 2015» ; rapport vivement contesté par l ensemble des associations de défense des personnes handicapées. Pour mémoire, les établissements recevant du publics (ERP) doivent en principe être mis aux normes accessibilité d ici Néanmoins, devant l importance de la tâche qui reste à accomplir, la sénatrice a imaginé les agendas d accessibilités programmés ou AD AP. Il s agit d un document de programmation et de financement des travaux d accessibilité. Le but étant de permettre à ceux qui n auront pas réalisé leurs travaux d accessibilité avant le 1er janvier 2015 de bénéficier de délais supplémentaires, ces délais pouvant variés de 3 à 9 ans en fonction de l importance du patrimoine à traiter et des travaux initialement réalisés. Concrètement l AD AP, se matérialisera grâce à un formulaire que les propriétaires ou gestionnaires d ERP devront remplir, avant le 31 décembre Ces derniers y détailleront leurs engagements concernant la mise en accessibilité de leur patrimoine. Ce document devra notamment préciser les raisons pour lesquelles les travaux d accessibilité n ont pu être faits avant Après avis des Commissions Consultatives Départementales de Sécurité et d Accessibilité (CCDSA), les Préfets auront quatre mois pour valider ou pas les AD AP. En cas de non dépôt de l AD AP dans les délais ou de non respect des engagements, de lourdes sanctions sont envisagées. Le gouvernement procédera par voie d ordonnance pour définir le cadre précis et les formulaires cerfa. Cependant, les associations de défense des personnes handicapées auront cinq mois à compter de la publication de la loi d habilitation pour faire entendre leurs arguments. Dernièrement, Madame Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d État chargée des personnes handicapées, a défendu les AD AP tout en annonçant une série de mesures dont notamment un projet de convention avec la Caisse des Dépôts et Consignations et Bpifrance afin de proposer des prêts à des taux avantageux pour accompagner les acteurs publics et privés dans le financement de leurs travaux. Handibat Développement, qui gère la marque HAN- DIBAT, et la Banque Populaire n ont pas attendues ces annonces. En effet, ces dernières ont signé le 20 mai dernier, en présence de Marie PROST-COLETTA, déléguée ministérielle à l accessibilité, une convention de partenariat pour développer et accompagner le marché de la mise en accessibilité des petits établissements recevant du public (commerces et artisanat de proximité notamment). Ce partenariat, fruit d une année de travail, met à la disposition de tout artisan-commerçant (adhérent ou non de Banque Populaire), une offre technique et financière pour qu il puisse rendre son établissement accessible à tous (2). Quant au partenariat entre l architecte Fabien CADENEL, Point P, et la CAPEB13 qui a donné un relief particulier à cette passionnante conférence : «l accessibilité par ceux qui la créent», il va se poursuivre dans les prochains mois, toujours pour permettre aux professionnels et à leurs clients d être en pointe sur le thème des travaux d accessibilité. Voilà une belle équipe pour gagner le match de l accessibilité : succès garanti! Article rédigé avec la participation d André SIVRISSARIAN 13

14 14

15 Interview PARTENARIAT ADONIS / CAPEB13 ECOCIR13, UN OUTIL ÉCONOMIQUE GRATUIT, QUI PEUT RAPPORTER GROS Présentation par Monsieur Christophe CAMILLA «ADONIS ECO - Conseil» Autour d un échange : AB : En quoi l outil ECOCIR peut-il être utile pour les artisans du bâtiment dans la période actuelle où ils sont confrontés sans cesse, à l augmentation des coûts? Christophe CAMILLA : Justement, ECOCIR est un outil simple d utilisation voulant répondre à cette contrainte. C est un portail web qui permet d acheter ou vendre du matériel d occasion ou non utilisé, de mutualiser des moyens (matériel, locaux,..), des services, des compétences etc.., grâce à la mise en relation des entreprises et de la connaissance de leurs besoins, sur un territoire donné. L artisan qui l utilise constate rapidement une diminution de ses coûts en même temps qu une augmentation de sa performance, ce qui à terme, se répercutera inévitablement sur son chiffre d affaires. AB : C est dans le droit fil de l action que mène cette année la CAPEB13 avec la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Christophe CAMILLA : Effectivement, c est d ailleurs en constatant que nous avions des objectifs communs avec les entreprises artisanales, que je me suis naturellement rapproché de la CAPEB13. AB : C est là un bel exemple de l attitude que nous souhaitons développer chez les artisans : regarder autour de soi pour voir si en unissant leurs moyens avec une autre organisation, qu elle soit publique (collectivité locale) ou privée (autre entreprise) ils peuvent devenir plus forts et donc plus performants. Christophe CAMILLA : Oui, c est une économie circulaire où sur un territoire les ressources des uns peuvent être utilisées par d autres. Pour cela, il faut avoir conscience des ressources de son entreprise et en tirer parti. Qu il s agisse de mettre à disposition un hangar par exemple, vendre du matériel ou bien mutualiser du personnel avec deux ou trois entreprises (une addition des temps partiels pouvant se transformer en temps plein). AB : Tout le monde y gagne, les entreprises mais aussi les salariés. C est un élément qui favorise l emploi. L artisan ne devant pas supporter seul toutes les charges, aura moins peur d embaucher. Comment vous est venue cette idée? Christophe CAMILLA : A la base, l activité d ADONIS Eco Conseil est le conseil des organisations en Développement Durable. Nous accompagnons aussi bien des entreprises que des collectivités. C est en s appuyant sur notre expérience de terrain que nous est venue cette idée. Il est aisé de comprendre qu une bonne gestion des ressources concerne toute les entreprises. ECOCIR est un outil très efficace qui permet non seulement d avoir une vision globale des ressources d un territoire, mais aussi de pouvoir les valoriser facilement. Pour l artisan, c est un puissant levier qui lui permet de conserver son autonomie puisque, même des petites structures peuvent en mutualisant leurs moyens matériels et humains, s attaquer en direct à des chantiers réservés habituellement aux gros du bâtiment et non plus être de simples sous-traitants. AB : Décidément, nous allons dans le même sens. Voilà déjà trois ans que nous incitons les entreprises à se regrouper notamment en Groupement Momentané d Entreprises (GME) ou encore comme depuis le mois de mars, en Coopérative. Dans quelles conditions un artisan peut-il adhérer? Christophe CAMILLA : L adhésion est gratuite jusqu en fin Elle est néanmoins réservée exclusivement aux professionnels, et notamment les adhérents CAPEB. AB : Concrètement comment cela fonctionne-t-il? Christophe CAMILLA : On s inscrit soit directement sur le portail ECOCIR (www.ecocir13.fr), soit on passe par le biais de la page des partenaires du site de la CAPEB13 et on clique sur le lien ECOCIR. Je précise qu on peut aussi bénéficier d une inscription dans un annuaire qui permet de présenter l activité de l entreprise (son cœur de métier) qui est associé avec un système de géolocalisation, ce qui favorise l économie locale et le partenariat. AB : ECOCIR est vraiment un produit qui correspond aux besoins des artisans du bâtiment. Cette innovation mérite d être saluée. Christophe CAMILLA : Vous ne croyez pas si bien dire, au Forum RSE PACA 2014, ECOCIR a reçu le Trophée du Village de l Innovation de la RSE. Ce projet a par ailleurs reçu le soutien de la Région PACA et de l ADEME. AB : Merci monsieur CAMILLA pour nous avoir présenté l outil ECOCIR de la manière la plus adaptée. Il ne nous reste plus qu à lancer un appel aux artisans adhérents CAPEB : Pour pratiquer l échange utile et faire des économies, inscrivez-vous sans plus tarder : - directement sur le portail ECOCIR - ou en passant par le site 15

16 16

17 Actualités métiers AG 3E LE COURANT PASSE BIEN ENTRE LES ÉLECTRICIENS! Alfredo FRETTI, Président sortant de la Section Professionnelle Équipement Électrique & Électronique (3E), a été réélu par ses pairs lors de l Assemblée générale de sa section, le 20 mai dernier. De même que Marc MARCELLIN et Marc VENAUT, qui continueront avec lui de représenter la profession au Conseil d administration de la CAPEB13. Quant au bureau de la section 3E, à remarquer l entrée d André SINDELAR (1er viceprésident), très connu des électriciens, au côté des sortants réélus : Blaise ROSATO (2ème vice-président), Gérard SIGNORILE (3 ème vice-président), Silvio BENEDETTINI (secrétaire) et Marc VENAUT (secrétaire-adjoint). En marge de ces élections, il est à noter que Gérard SIGNORILE a été désigné pour représenter la CAPEB13 chez QUALIFELEC en qualité de suppléant. A l issue de la séance statutaire, Monsieur NONES représentant le groupe AURORA-ABI, fabricant mondial d éclairage écoénergétiques a fait une présentation de ses produits. ABI, entreprise française créée en 1955, a rejoint le groupe AURORA en Elle propose des solutions innovantes qui intègrent les quatre éléments de l éclairage (commande, alimentation, lampes et luminaires) et qui contribuent à un environnement plus sain et plus durable. Spécialiste de l éclairage décoratif sur le résidentiel et le petit tertiaire, ABI se donne comme mission d accompagner, avec ses partenaires de la distribution, les artisans et installateurs dans les mutations nominatives (RT2012- BBC) et technologiques (LED). Les objectifs d ABI restent de simplifier les passerelles entre technologies par l aspect de nouveaux produits et de démocratiser l accès au marché grâce à une offre de qualité innovante et compétitive. Enfin, ce fût au tour de Catherine LEBLANC-BONNIN et de Pascal BESNARD de MAAF Assurances, de faire, d une part, un focus les fondamentaux des assurances dans le bâtiment et d autre part, l annonce de «la sortie» des solutions MAAF PRO pour les électriciens. Savez-vous qu en 10 questions seulement, vous pouvez savoir, très vite, si vos contrats sont à jour? Pour en profitez, il suffit de contacter votre conseiller MAAF Assurances habituel! VOTRE MÉTIER A BESOIN DE VOUS Christophe PALUSSIÈRE, Président de la Section Professionnelle Métiers et Techniques du Plâtre et de l Isolation (MTPI) souhaite mobiliser en prévision de la prochaine Assemblée Générale de sa section en lançant cet appel : «Votre métier à besoin de vous!» Vous pouvez, vous aussi, comme Christophe, apporter votre concours à la promotion, à la défense et à la transmission de votre métier. Répondez à cet appel par courriel à l adresse suivante : HENRI CARRERA NOUS A QUITTÉ C est avec tristesse que les membres de la Section Professionnelle Serrurerie Métallerie (SM) ont appris le décès, à l âge de 84 ans, de leur doyen, Henri CARRERA. A la retraite après avoir été à la tête d une entreprise créée en 1847 et transmise de père en fils, sa passion du métier et son dévouement syndical l animèrent jusqu à la fin de sa vie. Son atelier plus que centenaire de la rue Breteuil que l on avait plaisir à visiter, notamment à l occasion des journées du patrimoine, véritable musée de l artisanat, perd son conservateur et son guide.. 17

18 Ma communication une impression idéale Carte de visite - Tête de lettre Flyers - Dépliant - Brochure Affi che - Stand / PLV 620, Av de la Roche Fourcade ZI St Mitre Aubagne Fax

19 Actualités métiers DUER CDFA SÉCURITÉ ASSURÉE ET PARITÉ RESPECTÉE Joignant le geste à la parole, Nathalie OSMONT, notre Présidente CDFA comme décidé lors de l Assemblée Générale de la Commission des Femmes d Artisans, organise dans nos locaux avec Jean Marc LECA de l OPPBTP, une session pour réaliser le document unique d évaluation des risques (DUER).Chacun sait combien ce document est important en matière de sécurité, pour tout chef d entreprise qui emploi des salariés. Il s agit non seulement d être en conformité avec les règles prévues en la matière et par voie de conséquence d éviter toute sanction en cas de contrôle ou pire encore en cas d accident, mais aussi et surtout, de prévenir les accidents. Chaque entreprise étant différente, les situations des salariés exposés aussi. Le DUER doit donc être construit «sur-mesure». Deux demi-journées (en avril et mai) espacées de quelques semaines, ont été prévues pour réaliser ce document. Deux groupes ont participé. Ce n est pas le fait du hasard que de constater une forte participation des femmes lors de cette première session. Les femmes d artisans sont en effet très sensibles aux problèmes de sécurité dans l entreprise. Comme vous pouvez le constater sur la photo, la parité prônée par la CAPEB, lorsque les femmes organisent, est aussi respectée. Il en va ainsi de bien d autres tâches où le regard des femmes est indispensable pour permettre à l entreprise d évoluer harmonieusement. C est pourquoi mesdames, vous qui œuvrez avec efficacité, mais bien trop souvent dans l ombre, n hésitez plus et rejoignez la CDFA. Votre contribution militante à la Commission des Femmes permettra non seulement de mieux faire entendre la voix des artisans mais aussi, d être encore plus performantes au sein de votre entreprise. Vous pouvez d ores et déjà sans plus attendre, établir votre DUER sur le site de l OPPBTP : http: //www.preventionbtp.fr 19

20 20

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

de nouvelles aides pour les employeurs d apprentis Du CAP à Ingénieur un parcours gagnant l Apprentissage Un salaire progressif * Age de l apprenti 1re année du contrat 2e année du contrat 3e année du

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER :

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER : 30 rue des Berceaux 62630 ETAPLES : 03 21 94 57 36 www.enseignement-prive-etaples.com Centre de Formation Continue Dispensateur de Formation N 31620218262 Dossier de Candidature BTS MANAGEMENT DES UNITÉS

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

FISCAL... SOCIAL... LES INDICES... p. 5

FISCAL... SOCIAL... LES INDICES... p. 5 Mars 2015 Votre réussite, notre satisfaction Bureau de Belleville : Bureau de Vonnas Bureau de Trevoux 11 RN6 38 Rue Grenette Chemin du clos 69220 BELLEVILLE 01540 VONNAS 01600 TREVOUX Tel. : 04 74 66

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

COTISATIONS ET POINTS DE

COTISATIONS ET POINTS DE GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO COTISATIONS ET POINTS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

Sommaire. La rémunération des salariés. Les cotisations sociales applicables aux salariés FICHE 2 A B

Sommaire. La rémunération des salariés. Les cotisations sociales applicables aux salariés FICHE 2 A B Sommaire La rémunération des salariés FICHE 1 A B C D Les cotisations sociales applicables aux salariés FICHE 2 A B Les jeunes en contrat de professionnalisation FICHE 3 Les jeunes en contrat d apprentissage

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE ÉTUDES INTERCULTURELLES DE LANGUES APPLIQUÉES Licence Pro Rédacteur Technique Master 2 Pro Industrie de la Langue et Traduction Spécialisée Master 2 Pro de Conception Documentation Multilingue et Multimédia

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 SG/SB Réf. :11-8-5 Pôle carrière / retraite Janvier 2013 05 63 60 16 59 INT/Base doc/z Indemnités-primes/Avantages en nature Sources : *Circulaire DSS/SDFSS/5B/N

Plus en détail

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose?

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose? Dans le BTP, 16 % des accidents du travail sont causés par des chutes de hauteur. Avec 50 décès annuels sur 144 et près de 3,3 millions de journées de travail perdues par an dans le BTP, ce seul risque

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 SERVITAXE. Réforme de la Taxe d Apprentissage. servitaxe@compagnons-du-devoir.com. Des experts à votre écoute

GUIDE PRATIQUE TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 SERVITAXE. Réforme de la Taxe d Apprentissage. servitaxe@compagnons-du-devoir.com. Des experts à votre écoute TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 2015 Réforme de la Taxe d Apprentissage SERVITAXE Des experts à votre écoute SERVITAXE TAXE 0800 94 66 99 contact@servitaxe,org servitaxe@compagnons-du-devoir.com GUIDE PRATIQUE

Plus en détail

Édition 2013. Guide de l alternance dans les IEG. Retrouvez FO Énergie et Mines sur www.fnem-fo.org

Édition 2013. Guide de l alternance dans les IEG. Retrouvez FO Énergie et Mines sur www.fnem-fo.org Édition 2013 Retrouvez FO Énergie et Mines sur www.fnem-fo.org Laurine Eugénie Secrétaire Fédérale L objectif est double : FO Énergie et Mines vous souhaite la bienvenue dans les entreprises des Industries

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie du Développement Durable" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE CE QUI CHANGE EN 2015

TAXE D APPRENTISSAGE CE QUI CHANGE EN 2015 TAXE D APPRENTISSAGE CE QUI CHANGE EN 2015 Loi de finances rectificative 2013 du 29 décembre 2013 Loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, l emploi et la démocratie sociale Loi de finances

Plus en détail

Édition du 3 mars 2014

Édition du 3 mars 2014 1 Édition du 3 mars 2014 LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS SOMMAIRE Ce qui est dû à l apprenti

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette DOSSIER DE PRESSE FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette Contact Presse MNRA : Elisabeth MARZAT Tél. : 01 53 21 12 44 06 65 59 61 69 Mail : emarzat@mnra.fr

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Extrait gratuit de la publication «Comptabilité, fiscalité et paie pour les entreprises du BTP»

Extrait gratuit de la publication «Comptabilité, fiscalité et paie pour les entreprises du BTP» Extrait gratuit de la publication «Comptabilité, fiscalité et paie pour les entreprises du BTP» Calculer et régler les cotisations sociales Calculer les cotisations URSSAF (vieillesse, CSG CRDS, maternité,

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Cerfa FA14 Avant de conclure un contrat d apprentissage, renseignez-vous sur les règles applicables au contrat ainsi que les dispositions particulières prévues dans

Plus en détail

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1 Le guide de l apprentissage 2014-2015 Page 1 Bienvenue au CFA Sport et Animation Rhône-Alpes Le CFA* Sport et Animation Rhône-Alpes est, depuis 1996, l acteur régional unique de la formation par l apprentissage

Plus en détail

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015 les infos DAS - n 017 23 janvier 2015 Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015 Ce qui change au 1 er janvier 2015 Nouvelle cotisation patronale au fonds de financement des syndicats Assurance

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Décembre 2010

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Décembre 2010 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Décembre 2010 Version v19.50 DECEMBRE 2010... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/12/2010... 4 ESTIMATION DES INDEMNITES JOURNALIERES DE SECURITE

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE

TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE SOMMAIRE MARCHÉ DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE...

Plus en détail

Questions d Entrepreneurs 16/12/2014. Actualité fiscale sociale et juridique 2014 2015

Questions d Entrepreneurs 16/12/2014. Actualité fiscale sociale et juridique 2014 2015 Questions d Entrepreneurs Actualité fiscale sociale et juridique 2014 2015 ACTU Quelques rappels sur l année écoulée Loi de Finance Rectificative 2014 Loi de Financement S.S. 2015 Loi de Finance 2015 2

Plus en détail

Livret destiné aux collégiens

Livret destiné aux collégiens PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BTP» Livret destiné aux collégiens Rendez-vous les Visite du chantier de Sommaire 1. Qu est-ce que le batiment?... 3 Qu entend-on concrètement par «bâtiment»?... 3

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Management de l Environnement" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 13 octobre 2007 2 2013 / 2014 Groupe Sup

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

Choisir un professionnel compétent

Choisir un professionnel compétent L habitat Choisir un professionnel compétent COMPRENDRE Pour des bâtiments économes en énergie Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction Faites appel à des professionnels compétents... 3 Des

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant On en parle aujourd hui A chaque statut, son régime social A chaque activité, son régime social Un interlocuteur social unique Une protection sociale complète

Plus en détail

Capeb13. I nfos. Artisans n hésitez pas, prenez avec moi le train du RGE! n 107. 3 ème trimestre 2014

Capeb13. I nfos. Artisans n hésitez pas, prenez avec moi le train du RGE! n 107. 3 ème trimestre 2014 n 107 3 ème trimestre 2014 I nfos Capeb13 bulletin des adhérents confédération de l artisanat et des petites entreprises du bâtiment des bouches-du-rhône Artisans n hésitez pas, prenez avec moi le train

Plus en détail

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION Intégrer de nouveaux salariés en les formant à vos métiers Définir un parcours de formation, interne et/ou externe, adapté aux spécificités de votre ETT Valoriser la transmission des savoir-faire et des

Plus en détail

FORMATION EN ALTERNANCE

FORMATION EN ALTERNANCE FORMATION EN ALTERNANCE BACHELOR BUSINESS «Marketing Relationnel» Diplôme visé par l Etat au BO n 30 du 23 Aout 2012 - Titre RNCP Niveau II 2013/2014 Groupe Sup de Co La Rochelle N d agrément : 54170112617

Plus en détail

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Depuis la parution de la circulaire du 23 juillet 2007, le paysage des incitations financières a fortement

Plus en détail

La protection sociale du créateur d entreprised

La protection sociale du créateur d entreprised La protection sociale du créateur d entreprised Une initiative conjointe du RSI et de l Urssafl Janvier 2014 version b Sommaire La protection sociale en France 1/ Formes d entreprise et statuts juridiques

Plus en détail

Note de synthèse 2012

Note de synthèse 2012 ARTISANAT DU BTP - EDITION N 2 NOVEMBRE 2014 Note de synthèse 2012 DANS CE NUMERO 2 ème publication de l Observatoire des formations à la prévention, cette notre présente les principaux chiffres clés de

Plus en détail

Pegase3 Les cotisations des journalistes. Dernière révision le 14/12/04. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pegase3 Les cotisations des journalistes. Dernière révision le 14/12/04. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pegase3 Les cotisations des journalistes Dernière révision le 14/12/04. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Les règles de calcul et de recouvrement des cotisations de Sécurité Sociale des journalistes,

Plus en détail

Bâtiment ÉLECTRICIEN

Bâtiment ÉLECTRICIEN Bâtiment ÉLECTRICIEN ÉLECTRICIEN L électricien effectue tous les travaux d installations électriques et de raccordement d appareils électriques dans diverses spécialités : éclairage, confort thermique,

Plus en détail

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011>

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> COMMUNIQUE W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! Les artisans peinent à trouver de

Plus en détail

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi Les points clés du régime de l'auto-entrepreneur Catherine BERTHY, CCI RENNES Animé Gwen par : HOUEDRY, AEI - Bretagne Karim JEMMAL, BGE Le régime en quelques chiffres Auto entrepreneur : Pour qui? Accompagnement

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Achats Internationaux & Supply Chain" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

Opération. de l Habitat

Opération. de l Habitat Communauté de Communes du Pays d Azay-le-Rideau Opération Programmée d Amélioration de l Habitat Etude pré opérationnelle Opération Mission de suivi et Locale d animation pour un programme d intérêt d

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment MAÇON MAÇON Le maçon construit le gros œuvre des bâtiments. Il met en place les fondations puis monte les structures porteuses : murs, poutrelles et planchers. Métier Le maçon réalise des travaux

Plus en détail

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 5 L'ACTIVITÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 8 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment Maj : 13 novembre 2012 Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment L artisanat du bâtiment enregistre pour le second trimestre consécutif une baisse de son activité. Les

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 EDITORIAL Des réformes fractionnées : restons vigilants! Plusieurs chantiers sociaux sont en cours et des revirements ou modifications sont nombreux en 2015 : nouvelles contraintes

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Réduction Fillon sur les bas salaires Employeur de 1 à 19 salariés au plus

Réduction Fillon sur les bas salaires Employeur de 1 à 19 salariés au plus Dossier 24 28 FÉVRIER Le corrigé ci-après prend en compte les rémunérations de base suivantes : Marc Muller, gérand cadre :, Gautier Sylvie, née Bellet : secrétaire non cadre : + 130,00 remboursement de

Plus en détail

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT PREMIER MINISTRE CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT conclue entre l'état, la Caisse Nationale d'assurance Maladie des Travailleurs Salariés

Plus en détail

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX L apprentissage est une forme d éducation alternée. Il a pour but de donner à des jeunes travailleurs ayant satisfait à l obligation scolaire une formation générale, théorique et pratique, en vue de l

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie Internationale des Entreprises" 2 2013 / 2014 Groupe Sup de Co La Rochelle N d agrément : 54170112617 N SIRET 348 768 508 00015 www.esc-larochelle.fr Le programme

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE

LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE Les objectifs de la réforme Faire progresser le nombre d apprentis de 435 000 à 500 000, Développer, en priorité, l apprentissage aux premiers

Plus en détail

F I C H E P R A T I Q U E N 4 L E C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E D U S E C T E U R P U B L I C

F I C H E P R A T I Q U E N 4 L E C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E D U S E C T E U R P U B L I C F I C H E P R A T I Q U E N 4 L E C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E D U S E C T E U R P U B L I C Avant les démarches administratives - pour tout contrat, qu il soit du secteur privé ou du secteur

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...3 Particularités du contrat...3 Les cotisations concernées...4 Les

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel ! Salarié Senior (ou pas) Sécurisez votre parcours professionnel SOMMAIRE Introduction... p 3 Vous souhaitez faire le point sur votre carrière... p 4 Entretien de 2nde partie de carrière... p 5 Bilan de

Plus en détail

L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE. LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité

L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE. LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité Je éq La formation, un outil de développement de vos compétences.

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Michaël VIDEMENT m.videment@cma84.fr Tél : 04 90 80 65 43 35 rue Joseph Vernet BP 40208-84009 Avignon Cedex 1

Michaël VIDEMENT m.videment@cma84.fr Tél : 04 90 80 65 43 35 rue Joseph Vernet BP 40208-84009 Avignon Cedex 1 La Chambre de Métiers et de l Artisanat de Vaucluse (CMA 84) et le réseau des Chambres de Métiers de la Région Provence-Alpes-Côte d Azur se mobilisent en 2013. Afin de promouvoir, auprès des jeunes de

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

PARAMETRAGE PAYE - Janvier 2014 -

PARAMETRAGE PAYE - Janvier 2014 - CDIC Tél 05.34.25.40.75 Carine Louradour Fax 05.61.61.24.89 cdic@free.fr PARAMETRAGE PAYE - Janvier 2014 - DADS-U et TR Urssaf : octroi d un délai supplémentaire Délai accordé jusqu au mercredi 12 Février

Plus en détail

Nouvelle aide à l apprentissage pour les entreprises de moins de onze salariés

Nouvelle aide à l apprentissage pour les entreprises de moins de onze salariés les infos DAS - n 081 16 juillet 2015 Nouvelle aide à l apprentissage pour les entreprises de moins de onze salariés Conformément au décret n 2015-773 du 29 juin 2015, est créée une aide en faveur des

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail