D P E A N. Communications sur les questions d application. Le droit et les politiques de l environnement en

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "D P E A N. Communications sur les questions d application. Le droit et les politiques de l environnement en"

Transcription

1 27 27 D P E A N Le droit et les politiques de l environnement en A m é r i q u e d u No rd Le droit et les politiques de l environnement en Amérique du Nord Secrétariat de la Commission de coopération environnementale 393, rue St-Jacques Ouest Bureau 200 Montréal (Québec) Canada H2Y 1N9 Le droit et les politiques de l environnement en Amérique du Nord Commission de coopération environnementale Communications sur les questions d application L étendue des pouvoirs du Secrétariat dans le cadre du processus de communications des citoyens créé par l Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l environnement, selon les principes généraux du droit international Décisions rendues par le Secrétariat en vertu des articles 14 et 15 de l Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l environnement, entre le mois de septembre 2008 et le mois d août 2010

2

3

4

5

6

7 Pour de plus amples renseignements sur la présente publication ou sur toute autre publication de la CCE, s adresser à : Commission de coopération environnementale de l Amérique du Nord 393, rue St-Jacques Ouest, bureau 200 Montréal (Québec) Canada H2Y 1N9 Tél. : Téléc. : Courriel : ISBN Commission de coopération environnementale de l Amérique du Nord, 2010 Tous droits réservés. Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2010 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2010 Disponible en español ISBN : Available in English ISBN : La présente publication a été préparée par le Secrétariat de la Commission de coopération environnementale de l Amérique du Nord (CCE) et ne reflète pas nécessairement les vues des gouvernements du Canada, du Mexique ou des États-Unis.

8 PROFIL Les pays de l Amérique du Nord partagent d importantes ressources naturelles ainsi qu un réseau complexe d écosystèmes qui assurent la subsistance et le bien-être de leurs populations. Le Canada, le Mexique et les États-Unis sont conjointement responsables de la protection de l environnement nord-américain. La Commission de coopération environnementale (CCE) est une organisation internationale créée par le Canada, le Mexique et les États- Unis en vertu de l Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l environnement (ANACDE). La CCE a pour mandat de s occuper des questions d environnement à l échelle du continent, d aider à prévenir tout différend relatif à l environnement et au commerce et de promouvoir l application efficace des lois de l environnement. L ANACDE complète les dispositions de l Accord de libreéchange nord-américain (ALÉNA) qui traitent d environnement. La CCE s acquitte de son mandat grâce aux efforts concertés de ses trois principaux organes constitutifs, soit le Conseil, le Secrétariat et le Comité consultatif public mixte (CCPM). Le Conseil est l organe directeur de la CCE ; il est composé des hauts responsables de l environnement des trois pays. Le Secrétariat s occupe de la mise en œuvre du programme de travail annuel de la Commission et fournit un soutien administratif, technique et opérationnel au Conseil. Le CCPM compte quinze membres, cinq provenant de chacun des trois pays, et est chargé de formuler des avis au Conseil sur toute question relevant de l ANACDE. MISSION La CCE facilite la coopération et la participation du public, afin de favoriser la conservation, la protection et l amélioration de l environnement en Amérique du Nord pour le bien-être des générations actuelles et futures, dans le contexte des liens économiques, commerciaux et sociaux plus nombreux entre le Canada, le Mexique et les États-Unis. VII

9 VIII LE DROIT ET LES POLITIQUES DE L ENVIRONNEMENT LA SÉRIE SUR LE DROIT ET LES POLITIQUES DE L ENVIRONNEMENT EN AMÉRIQUE DU NORD La série sur le droit et les politiques de l environnement en Amérique du Nord (DPEAN), qui est produite par la CCE, analyse les tendances et les développements récents les plus importants dans les secteurs du droit et des politiques de l environnement au Canada, au Mexique et aux États-Unis. On y trouve des documents officiels relatifs au processus de communications des citoyens prévu aux articles 14 et 15 de l ANACDE.

10 TABLE DES MATIÈRES L étendue des pouvoirs du Secrétariat dans le cadre du processus de communications des citoyens créé par l Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l environnement, selon les principes généraux du droit international Table des matières Décisions rendues par le Secrétariat en vertu des articles 14 et 15 de l Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l environnement, entre le mois de septembre 2008 et le mois d août Préambule SEM Minera San Xavier SEM Résidus de forage à Cunduacán SEM Projet La Ciudadela SEM Pollution atmosphérique en banlieue de Montréal SEM Construction d une jetée à Cancún SEM Maïs transgénique au Chihuahua SEM Terres humides de Manzanillo IX

11 X LE DROIT ET LES POLITIQUES DE L ENVIRONNEMENT SEM Exploitation minière au Québec SEM Pêches dans la rivière Skeena SEM Canyon du Sumidero

12 L étendue des pouvoirs du Secrétariat dans le cadre du processus de communications des citoyens créé par l Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l environnement, selon les principes généraux du droit international Anne-Marie Slaughter* et Annecoos Wiersema** Le 4 février 2009 * Ancienne doyenne, Woodrow Wilson School of Public and International Affairs, Princeton University ; ancienne présidente, American Society of International Law. ** Professeure agrégée de droit, Sturm College of Law, Université de Denver, ancienne professeure adjointe de droit, Michael E. Moritz College of Law, Ohio State University.

13 Le présent rapport a été initialement élaboré comme un sommaire en juin 2000 pour le compte de l Unité des communications sur les questions d application du Secrétariat de la Commission de coopération environnementale (CCE). En janvier 2001, ce document a été distribué aux membres du Comité consultatif public mixte (CCPM) ainsi qu aux représentants suppléants des membres du Conseil de la CCE. Durant la préparation de l actuel volume de la série sur le droit et les politiques de l environnement en Amérique du Nord (DPEAN), le document a été remis à jour pour mieux refléter l évolution du droit international. Le Secrétariat reconnaît l importance que revêt une telle documentation d information pour ceux qui sont intéressés par le processus d examen des communications et, par conséquent, publie le présent rapport dans les trois langues officielles de la CCE. Les opinions exprimées dans ce document sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de la CCE, des gouvernements du Canada, du Mexique ou des États-Unis.

14 TABLE DES MATIÈRES I. Enjeux II. Aperçu III. Les principes juridiques internationaux de l interprétation des traités a) La Convention de Vienne sur le droit des traités b) La Convention de Vienne dans la pratique (i) L effet utile (ii) Les pouvoirs implicites IV. L application des principes d interprétation à l ANACDE V. Conclusion

15

16 I. Enjeux 1. Le présent avis porte sur deux questions relatives à l étendue des pouvoirs du Secrétariat dans le cadre du processus des communications de citoyens institué par l Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l environnement (ANACDE) 1. D abord, il explicite les principes juridiques internationaux qui régissent l interprétation des traités et il décrit la façon dont ces principes sont mis en application par les entités régionales et mondiales vouées au règlement des différends. Ensuite, il applique ces principes, à la lumière de la pratique des autres entités, afin d évaluer l étendue des pouvoirs dévolus au Secrétariat en vertu de l article 15 de l ANACDE 2. II. Aperçu 2. Un traité est un accord entre des États codifiant des obligations que ceux-ci ont volontairement contractées. Ces obligations peuvent être assumées par deux États signataires l un par rapport à l autre, ou elles peuvent être assumées à l égard de tiers ou à l égard de l ensemble de la communauté internationale. Les États choisissent de leur plein gré de conclure ou non un traité ; en fait, l une des pierres angulaires de la souveraineté est la capacité de conclure des accords avec d autres États. Ainsi, les conditions d un traité sont le reflet d un processus de négociation souvent très long et d un marché conclu en vue de satisfaire ou à tout le moins d apaiser de nombreuses parties intéressées différentes. 3. Lorsque les États consentent à signer un traité, cependant, ils donnent aussi leur consentement à un ensemble complet de règles et de pratiques juridiques internationales qui régissent l interprétation et l application de ses termes. C est le processus qui consiste à donner vie au traité, à transformer son langage juridique en des pratiques quotidiennes. Tant dans le système du droit civil que sous le régime de la 1. Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l environnement, États-Unis Canada Mexique, 14 septembre 1993, 32 I.L.M (1993) [ci-après, l ANACDE]. 2. Le présent avis est une version mise à jour d un avis préparé en 2001 pour le Secrétariat de la Commission de coopération environnementale. Il a été mis à jour de manière à refléter l évolution récente du droit pertinent. 5

17 6 LE DROIT ET LES POLITIQUES DE L'ENVIRONNEMENT common law, les codes et la jurisprudence sont un reflet de ce processus dynamique de détermination du sens concret de formulations abstraites. 4. Les principes juridiques internationaux qui régissent l interprétation d un traité respectent la souveraineté des États signataires en prenant en compte à la fois le texte et l intention des parties, mais par ailleurs, ils obligent les parties à respecter leurs engagements à l égard des buts primordiaux que le traité est censé atteindre. Le texte du traité conserve son caractère suprême, mais le sens précis donné à ce texte découle d une interprétation du langage choisi dans le contexte de l ensemble du traité. Cela empêche ainsi les parties de promettre des choses dans le préambule uniquement pour revenir ensuite sur leurs promesses dans le texte. 5. Dans la mesure où les États désirent circonscrire ce processus d interprétation, ils doivent formuler clairement une liste d interdictions ainsi que d obligations. Ils doivent être explicites au sujet des paramètres précis du marché qu ils ont conclu, en écartant certaines voies d évolution qui pourraient se concrétiser pendant la durée de validité du traité. Une telle amélioration de la précision du traité compliquera certainement le processus de négociation, toutefois, et pourrait aliéner bon nombre des parties intéressées nationales dont le soutien est essentiel pour la conclusion du marché initial. Par conséquent, les États préfèrent souvent des stipulations plus générales et moins limitatives, qui doivent être interprétées de manière à avoir un effet utile dans le contexte de l objet et du but globaux du traité. 6. Le principe de l effet utile et la doctrine des pouvoirs implicites sont des principes intermédiaires qui jettent un pont entre les nobles formulations de la Convention de Vienne et les résultats dans des cas précis. Un traité ne peut pas atteindre son objet et son but à moins d avoir un effet utile ; les interprètes des traités doivent donc interpréter les stipulations particulières de manière à en maximiser l efficacité. Dans le même ordre d idées, les entités constituées par un traité doivent posséder les pouvoirs nécessaires pour exercer les fonctions qui leur ont été dévolues par les parties. Si ces pouvoirs ne sont pas explicitement énoncés dans le texte du traité, ils doivent être supposés. 7. Les institutions internationales, depuis les tribunaux jusqu aux commissions, ont appliqué le principe de l effet utile et la doctrine des pouvoirs implicites afin d obtenir un large éventail de résultats en ce qui concerne tant les questions de fond que la procédure. L effet concret de ces principes dépend de la nature et de la portée du traité soumis à

18 L ÉTENDUE DES POUVOIRS DU SECRÉTARIAT 7 l interprétation. Mais le processus d application de ces principes constitue la pratique de l interprétation, l actualisation de la Convention de Vienne. Cette pratique offre un modèle au Secrétariat pour l examen et la définition des paramètres de son rôle au sein de la Commission de coopération environnementale (CCE). 8. La CCE est une institution inhabituelle. Selon le préambule de l ANACDE, elle doit «facilite[r] une coopération efficace en vue d assurer la conservation, la protection et l amélioration» de l environnement sur le territoire des États parties. Elle accomplit une gamme variée de fonctions à l appui de la réalisation de cet objectif et, notamment, elle supervise le processus de communications des citoyens. Même si l ANACDE, dans la Partie V, prévoit un processus relativement traditionnel de règlement des différends entre les États, basé sur des groupes spéciaux arbitraux, le processus de communications des citoyens est un mécanisme sui generis et extrêmement innovateur qui vise à améliorer l application par chaque État partie de sa législation de l environnement, par le truchement d une participation accrue du public. En fait, le préambule reconnaît explicitement l importance de la participation du public à l amélioration de la protection de l environnement. 9. Le processus de communications des citoyens permet de déposer des plaintes concernant le défaut d appliquer les lois, mais aucun élément constitutif de la CCE ne s occupe de résoudre ou de trancher ces plaintes. Au lieu de cela, lorsqu une plainte satisfait à certains critères précisés, elle devient le déclencheur de la fourniture au public d information sur la plainte, sur les réponses des parties à celle-ci, ainsi que des renseignements scientifiques et techniques connexes qui permettront au public de tirer une conclusion sur son bien-fondé. Une telle conclusion pourrait ensuite motiver une action politique ultérieure. 10. Ce processus pourrait être décrit comme un processus de règlement des différends pour l ère de l information. Il est essentiel d en comprendre la nature et le but afin d interpréter les stipulations du traité qui lui donnent naissance. En particulier, selon les termes mêmes du traité, le Secrétariat doit être réceptif non seulement par rapport au Conseil, mais aussi par rapport aux besoins du public pour ce qui est, à la fois, de diffuser l information et de la replacer dans un contexte suffisant afin d aider le public à la comprendre. Le Secrétariat ne peut pas lui-même tirer une conclusion ou rendre une décision juridique sur le bien-fondé d une plainte. Toutefois, les États parties, puisqu ils se sont engagés relativement au texte, à l objet et au but de l ANACDE, doivent reconnaître que le Secrétariat jouit des pouvoirs nécessaires pour accomplir ses fonctions.

19 8 LE DROIT ET LES POLITIQUES DE L'ENVIRONNEMENT III. Les principes juridiques internationaux de l interprétation des traités a) La Convention de Vienne sur le droit des traités 11. La Convention de Vienne sur le droit des traités dispose, à l article 31, qu un «traité doit être interprété de bonne foi suivant le sens ordinaire à attribuer aux termes du traité dans leur contexte et à la lumière de son objet et de son but 3». Les principes de la Convention de Vienne concernant l interprétation, énoncés aux articles 31 à 33, reflètent le droit international coutumier 4. La nécessité d interpréter un traité en tenant compte de son objet et de son but, ainsi que le prévoit l article 31 de la Convention de Vienne, est reconnue comme un principe juridique international général et fondamental Le «contexte» dans lequel les termes du traité doivent être interprétés est défini au paragraphe 31(2) comme comprenant le préambule et les annexes ainsi que «[t]out accord ayant rapport au traité et qui est intervenu entre toutes les parties à l occasion de la conclusion du traité 6» et «[t]out instrument établi par une ou plusieurs parties à l occasion de la conclusion du traité et accepté par les autres parties en tant qu instrument ayant rapport au traité 7». Toute pratique ultérieurement suivie ou tout accord ultérieur intervenu entre les parties au sujet de l interprétation du traité ou de l application de ses dispositions, ainsi que toute règle pertinente de droit international applicable dans les relations entre les parties, sont également inclus dans le contexte Donc, dans l interprétation des termes d un traité, le contexte ainsi que l objet et le but du traité sont des éléments cruciaux. L objet et le but ne sont pas considérés comme étant distincts du sens ordinaire des termes du traité et comme devant uniquement être pris en compte en cas d ambiguïté, mais ils constituent plutôt un facteur clé dans la détermina- 3. Convention de Vienne sur le droit des traités, 23 mai 1969, art. 31, 1155 R.T.N.U. 331 [ci-après, la Convention de Vienne]. 4. Voir Sir Ian Sinclair, The Vienna Convention on the Law of Treaties, p. 153 (2 e éd., 1984). L article 33, portant sur l interprétation des traités authentifiés en deux ou plusieurs langues, n est pas examiné dans le présent document. 5. La Convention de Vienne inclut dans sa portée «tout traité qui est l acte constitutif d une organisation internationale et [...] tout traité adopté au sein d une organisation internationale, sous réserve de toute règle pertinente de l organisation». Convention de Vienne, supra note 3, art Ibid., al. 31(2)a). 7. Ibid., al. 31(2)b). 8. Ibid., al. 31(3)a), b) et c).

20 L ÉTENDUE DES POUVOIRS DU SECRÉTARIAT 9 tion de ce qu est le sens ordinaire. Par conséquent, l objet et le but d un traité éclairent et conditionnent dès le départ l interprétation de celui-ci. 14. Les articles de la Convention de Vienne relatifs à l interprétation reflètent le but sous-jacent des principes juridiques internationaux d interprétation, à savoir donner effet à l intention des parties 9. L article 31 n énonce pas expressément chaque principe d interprétation utilisé pour atteindre ce résultat. Il établit plutôt un moyen de déterminer l intention des parties en tenant compte des termes employés, tout en veillant à ce que ces termes soient interprétés dans leur contexte de la façon dont l entendaient les parties. 15. L objet et le but d un traité, reflétés dans ses termes, constituent un élément clé dans ce processus de détermination de l intention. Les parties ont la liberté d exprimer leurs intentions et de codifier le marché qu elles ont conclu, mais elles doivent comprendre que les interprètes du traité les prendront au mot lorsqu ils interpréteront les termes expressément employés et lorsqu ils détermineront l intention des parties. Les règles juridiques internationales régissant l interprétation des traités reconnaissent et respectent donc la souveraineté de tous les États parties à un traité. D autre part, elles assurent l intégrité de l accord ainsi que la crédibilité et la réputation des États parties. 16. L article 32 de la Convention de Vienne prévoit des moyens complémentaires d interprétation qui comprennent les travaux préparatoires et les circonstances dans lesquelles le traité a été conclu. Ces sources supplémentaires peuvent être utilisées pour confirmer le sens résultant de l application de l article 31 ou pour déterminer le sens des termes du traité lorsque l interprétation donnée conformément à l article 31 laisse le sens ambigu ou obscur, ou conduit à un résultat «manifestement absurde ou déraisonnable 10». Donc, lorsque le texte même n engendre pas une réponse claire, on peut déterminer l intention des parties à partir d autres sources, à condition que toute source utilisée jette de la lumière sur l intention des parties. Les moyens prévus à l article 32 ne constituent que des façons complémentaires de déterminer cette intention. 17. Il est également fait mention de la «bonne foi» à l article 31. Puisque ce sont les parties qui sont habituellement appelées à interpré- 9. Lord McNair, The Law of Treaties, p. 365 (1961) : [Traduction] «À notre avis, la tâche qui consiste à appliquer ou interpréter un traité peut être résumée en une seule phrase : elle peut être décrite comme étant l obligation de donner effet à l intention exprimée par les parties, à savoir leur intention ainsi qu elle est exprimée dans les mots qu elles ont employés, à la lumière des circonstances.» (Italiques dans l original.) 10. Convention de Vienne, supra note 3, art. 32.

21 10 LE DROIT ET LES POLITIQUES DE L'ENVIRONNEMENT ter le traité, l article 31 prescrit qu une telle interprétation doit être faite «de bonne foi», de manière à ne pas contrevenir à l intention qu avaient les parties au moment de la création du traité. Même si les pratiques ultérieurement suivies démontrant l accord des parties peuvent influer sur l interprétation des termes du traité, comme l indique le paragraphe 31(3), même de telles pratiques ultérieures sont limitées par l obligation générale de «bonne foi» imposée aux parties. Aux termes de l article 26 de la Convention de Vienne, «[t]out traité en vigueur lie les parties et doit être exécuté par elles de bonne foi 11». b) La Convention de Vienne dans la pratique 18. La Convention de Vienne fournit un cadre général pour l interprétation des traités, mais elle ne fournit pas un guide d utilisation. Elle prévoit que les termes utilisés dans un traité doivent être interprétés en tenant compte de l intention des parties énoncée dans les objectifs du traité. Dans la pratique, cependant, des principes intermédiaires sont nécessaires pour traduire ces principes généraux en applications précises. Au fil du temps, les interprètes des traités ont élaboré deux principes qui servent à cette fin : le principe de l effet utile et la doctrine des pouvoirs implicites. Ces principes fournissent en quelque sorte une technique d interprétation qui permet à un large éventail de tribunaux d interpréter leurs traités respectifs conformément au cadre institué par la Convention de Vienne Un traité ne peut pas faire progresser la réalisation de son objet et de son but expressément énoncés si son application n est pas efficace. Inversement, lorsqu on interprète un traité, il est souvent nécessaire de déterminer quelle interprétation d une disposition particulière permettra le plus efficacement de faire progresser l objet et le but du traité. C est le principe de l effet utile, aussi appelé principe de l interprétation effective ou principe d effectivité. 20. La deuxième forme d application concrète du principe général d interprétation de la Convention de Vienne est la doctrine des pou- 11. Voir Sinclair, supra note 4, à la p. 83 (citant l avis de la Commission du droit international, qui a rédigé la Convention de Vienne, selon lequel le principe pacta sunt servanda incorporé dans l article 26 de la Convention de Vienne est [Traduction] «le principe fondamental du droit des traités»). 12. Voir McNair, supra note 9, à la p. 385 : [Traduction] «En bref, nous doutons que cette prétendue règle de l effet utile signifie davantage que le fait que les parties contractantes devaient manifestement avoir un but dans la conclusion d un traité, et qu un tribunal a l obligation de s assurer de ce but et de faire de son mieux pour y donner effet, à moins qu il n y ait dans le langage utilisé par les parties quelque chose qui empêche le tribunal de le faire.»

22 L ÉTENDUE DES POUVOIRS DU SECRÉTARIAT 11 voirs implicites. La nécessité de supposer certains pouvoirs peut découler de la nécessité d assurer l application effective du traité et de son régime. En ce sens, la doctrine des pouvoirs implicites constitue l envers du principe de l effet utile. En outre, des pouvoirs implicites sont nécessaires lorsque les moyens d exercer les pouvoirs et de remplir les obligations que le traité énonce expressément ne sont pas précisés ou sont ambigus. 21. La portée des deux principes dépend de l objet et du but de l accord en cause. Par exemple, l interprétation effective du Traité de Rome 13 ou de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l homme 14 produira des résultats très différents de l interprétation effective de l ANACDE. De la même manière, les pouvoirs du Secrétariat de la CCE dépendront non des pouvoirs accordés à la Cour européenne de justice ou à la Cour européenne des droits de l homme, ou élaborés par ces institutions, mais bien du texte de l ANACDE. 22. Néanmoins, l invocation de l effet utile et la nécessité des pouvoirs implicites dans l interprétation, par ces institutions, de leur traité constitutif respectif sont des éléments pertinents pour le Secrétariat de la CCE. La pratique du Comité des droits de l homme, exerçant son activité sous le régime du Pacte international relatif aux droits civils et politiques 15, est également pertinente. La pratique de ces trois organes démontre les techniques concrètes d interprétation des traités. Ainsi, bien que le résultat produit dans des cas particuliers d interprétation ne puisse pas fournir un modèle pour le Secrétariat, le processus par lequel ces institutions parviennent à ces résultats offre un modèle interprétation qui doit guider le Secrétariat dans l interprétation de son rôle sous le régime de l ANACDE. 23. En outre, les entités examinées plus loin et les régimes de traité sous lesquels elles exercent leur activité ne se préoccupent pas seulement de la mise à exécution des obligations réciproques entre États. Ces régimes ne visent pas uniquement à profiter aux parties signataires, mais aussi à atteindre un objectif neutre, convenu d un commun accord, qui peut être caractérisé comme étant l objet et le but du traité. 13. Traité instituant la Communauté économique européenne, 25 mars 1957, 298 R.T.N.U. 11 (1958). 14. Convention européenne de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales, 4 novembre 1950, 213 R.T.N.U. 222 [ci-après, la Convention européenne]. 15. Pacte international relatif aux droits civils et politiques et Protocole facultatif, adoptés le 16 décembre 1966, résolution de l Assemblée générale n o 2200, Documents officiels de l Assemblée générale (DOAG), 21 e sess., suppl. n o 16, à la p. 52, 59, Doc. N.U. A/6316 (1966), 999 R.T.N.U. 171, 301 (1967) (entrés en vigueur le 23 mars 1976) [ci-après désignés le PIRDCP et le PF, respectivement].

23 12 LE DROIT ET LES POLITIQUES DE L'ENVIRONNEMENT Les régimes des droits de la personne, à l instar des régimes élaborés en vue de faire progresser la protection de l environnement, prennent en compte non seulement les obligations réciproques des États, mais aussi l épanouissement progressif des droits de la personne dans les États signataires. 24. L ANACDE a un but semblable dans le domaine de l environnement : le but qui consiste à encourager la protection et l amélioration de l environnement est énoncé comme étant le premier objectif de l article Les objectifs de l ANACDE comprennent également les suivants : favoriser l observation et l application des lois et réglementations environnementales ; encourager la transparence et la participation du public quant à l élaboration des lois, réglementations et politiques environnementales 17. L application du principe de l effet utile et de la doctrine des pouvoirs implicites par ces tribunaux a donc une pertinence directe par rapport à l interprétation de l ANACDE. (i) L effet utile La Cour européenne de justice 25. La Cour européenne de justice (CEJ) se fonde sur des arguments d effet utile depuis 1962 pour faire progresser l objet et le but du Traité CEE. Dans son arrêt primordial, Van Gend en Loos, la Cour a signalé que l objectif du Traité était «d instituer un marché commun», ce qui signifiait que le Traité ne créait pas simplement des obligations mutuelles entre les États membres, mais créait également des obligations et des droits pour les ressortissants de ces États 18. Se reportant à l objectif du Traité CEE, la Cour a déclaré que «pour savoir si les dispositions d un traité international ont une telle portée il faut en envisager l esprit, l économie et les termes 19». Prenant en compte ces considérations, la Cour a établi la doctrine de l effet direct, qui permet à des particuliers d invoquer certaines dispositions des actes législatifs de la Communauté devant leurs tribunaux nationaux avant même que de telles dispositions ne soient incorporées dans les actes législatifs nationaux. 26. Dans Costa c. ENEL, la CEJ a statué que le droit communautaire l emportait sur des actes législatifs contradictoires des États membres. 16. ANACDE, supra note 1, al. 1a). Voir aussi ibid., préambule, paragr Ibid., al. 1g) et h). 18. Affaire 26/62, Van Gend en Loos c. Nederlandse Administratie der Belastingen, 1963 Recueil de jurisprudence de la Cour (Rec. jur. Cour) 1, Ibid.

24 L ÉTENDUE DES POUVOIRS DU SECRÉTARIAT 13 Même si le Traité n énonçait pas expressément cette hiérarchie, la Cour a fait valoir que «la force exécutive du droit communautaire ne saurait, en effet, varier d un État à l autre [...], sans mettre en péril la réalisation du but du Traité visée à l Article 5(2), ni provoquer une discrimination interdite par l Article 7 20». 27. Se penchant sur la même question dans Administrazione delle Finanze dello Stato c. Simmenthal SpA (II), la CEJ a refusé d accorder une efficacité juridique à des actes législatifs nationaux qui empiétaient sur le champ de compétence de la Communauté. Selon son raisonnement, une telle efficacité «reviendrait à nier, pour autant, le caractère effectif d engagements inconditionnellement et irrévocablement assumés par les États membres, en vertu du Traité, et mettrait ainsi en question les bases mêmes de la Communauté 21». Ici, la logique du principe de l effet utile est très claire. Si les États veulent vraiment dire ce qu ils disent lorsqu ils s engagent à assumer une obligation, ce qu ils disent doit être interprété de manière à donner suite à leur volonté. 28. Dans des affaires récentes, la CEJ a statué qu un État peut être responsable de dommages causés par sa violation du droit communautaire, même sans disposition expresse en ce sens dans les actes de la Communauté. Dans Francovich c. République italienne, la Cour a affirmé que «la pleine efficacité des normes communautaires serait mise en cause et la protection des droits qu elles reconnaissent serait affaiblie si les particuliers n avaient pas la possibilité d obtenir réparation lorsque leurs droits sont lésés par une violation du droit communautaire imputable à un État membre 22». 20. Affaire 6/64, Costa c. ENEL, 1964 Rec. jur. Cour 585, 594 (italiques ajoutés). L article 5 est ainsi libellé : «Les États membres prennent toutes mesures générales ou particulières propres à assurer l exécution des obligations découlant du présent traité ou résultant des actes des institutions de la Communauté. Ils facilitent à celle-ci l accomplissement de sa mission. Ils s abstiennent de toutes mesures susceptibles de mettre en péril la réalisation des buts du présent traité.» Cette disposition est maintenant l article 10 du Traité d Amsterdam, 2 octobre 1997, 37 I.L.M. 56 (1998). 21. Affaire 106/77, Administrazione delle Finanze dello Stato c. Simmenthal SpA (II), 1978 Rec. jur. Cour 629, paragr Affaires C-6 et 9/90, Francovich c. République italienne, 1991 Rec. jur. Cour I-5357, paragr. 33. La CEJ a confirmé cette approche dans Brasserie du pêcheur et Factortame III, notant l absence d une disposition expresse dans le traité concernant la responsabilité pour l omission d assurer correctement l application du droit communautaire. Affaires C-46 et C-48/93, Brasserie du pêcheur et Factortame III, 1996 Rec. jur. Cour I-1134, paragr. 20.

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE. Modèle de mémorandum d accord de coopération. entre

MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE. Modèle de mémorandum d accord de coopération. entre MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE Modèle de mémorandum d accord de coopération entre l Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP)

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) (Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) Exposé écrit présenté par le Secrétaire général de l ONU au Tribunal international

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992 Affaire C-204/90 Hanns-Martin Bachmann contre État belge 1. Par arrêt du 28 juin 1990, parvenu à la Cour le 5 juillet suivant, la Cour de cassation de Belgique a

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES ÉTATS À EXÉCUTER, CONFORMÉMENT AUX RÈGLES INTERNATIONALES QUI RÉGISSENT

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Licence Publique de l Union européenne V.1.1

Licence Publique de l Union européenne V.1.1 Licence Publique de l Union européenne V.1.1 EUPL Communauté Européenne 2007 La présente Licence Publique de l Union européenne ("EUPL") 1 s applique à toute Œuvre ou Logiciel (telle que ci-dessous définis)

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 18 alinéa (2) de la Loi nº146/1997 réglementant les taxes de justice de timbre, avec les modifications

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

I. Objet du présent document

I. Objet du présent document Demande de propositions et paramètres relatifs à la traduction en mandarin personnalisé (informatisé) du contenu du module 1 du cours de formation en ligne de la CCE sur les déchets dangereux La Commission

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN DE LA COP 9 DE BONN 2008 À LA COP 10 DE NAGOYA 2010 DE LA COP 9 DE BONN 2008 A LA COP10 DE NAGOYA 2010 INTRODUCTION Du 2 au 8 Avril 2009 tenue au Siège de l Organisation de Nations Unies pour la Science

Plus en détail

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Version PDF Référence au processus : Demande de la Partie 1 affichée le 4 février 2014 Ottawa, le 27 juin 2014 Leclerc Communication inc. Québec (Québec) Demande

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA (Ébauche, novembre 2007) 1 PARTIES 1.1 L Institution of Engineers of Ireland (Engineers Ireland)

Plus en détail

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Série des traités du Conseil de l'europe - n 208 Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Paris, 27.V.2010 STCE 208 Assistance mutuelle

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Texte original Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Conclue le 29 avril 1959 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention

Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention (Traité sur les brevets) Conclu à Vaduz le 22 décembre 1978 Entré en vigueur

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie Texte original Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie 0.274.187.631 Conclue le 1 er juin 1933 Approuvée par l Assemblée fédérale le 12

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION

CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION NOM LÉGAL INTERVENU ENTRE COORDONNÉES ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL TÉLÉPHONE COURRIEL Représenté au présent contrat par, dûment autorisé, ci-appelé INSTITUTION

Plus en détail

Liste récapitulative de mise en œuvre. Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for

Liste récapitulative de mise en œuvre. Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for conférence de la haye de hague droit conference international private privé international law Liste récapitulative de mise en œuvre Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for

Plus en détail

Le droit des Autochtones au Canada Introduction

Le droit des Autochtones au Canada Introduction Le droit des Autochtones au Canada Introduction Les questions relatives au droit des Autochtones peuvent avoir des incidences sur tous les aspects des affaires traitées aux quatre coins du Canada. Avant

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 30 août 2007 N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 août 2007. PROJET DE

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV)

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) (Bruxelles, 23 avril 1970) Les Etats Parties à la présente Convention, Constatant le développement du tourisme et son rôle économique et social,

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SERVICE D ACCÈS NUMÉRIQUE AUX DOCUMENTS DE PRIORITÉ 1

DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SERVICE D ACCÈS NUMÉRIQUE AUX DOCUMENTS DE PRIORITÉ 1 ANNEXE II PROJET MODIFIÉ DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SERVICE D ACCÈS NUMÉRIQUE AUX DOCUMENTS DE PRIORITÉ 1 établies le 31 mars 2009 et modifiées le [ ] Service d accès numérique 1. Les présentes dispositions

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens

Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens Les États Parties à la présente Convention, Considérant que les immunités juridictionnelles des États et de

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ Adopté par le conseil d administration de l ASPQ Le 11 octobre 2013, et amendée le 12 avril 2014, version finale Dans le

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

ACCORD-CADRE 2008-2011

ACCORD-CADRE 2008-2011 ACCORD-CADRE 2008-2011 ENTRE : L INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D EDUCATION POUR LA SANTE (INPES), Etablissement public administratif, situé 42, boulevard de la Libération 93203 Saint-Denis cedex,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail