Bienvenue dans l entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bienvenue dans l entreprise"

Transcription

1

2 Bienvenue dans l entreprise

3 SOMMAIRE LE GROUPE PAGE 5 LA SOCIETE PAGE 15 RESPONSABILITE SOCIALE PAGE 27 INFORMATIONS SOCIALES PAGE 41 INFORMATIONS PRATIQUES PAGE 63 LEXIQUE + NOTES PAGE 71

4

5 LE GROUPE PAGE 5 > Vinci > Vinci Energies > Vinci Energies pôle Rhône-Alpes Auvergne LE GROUPE

6 Créé en 1899 par deux ingénieurs polytechniciens, Alexandre Giros et Louis Loucheur, VINCI a connu une histoire se confondant avec celles des grands groupes de construction en participant aux plus grands projets de bâtiment, de travaux publics et d infrastructure dans le monde, et en fédérant peu à peu les plus grandes entreprises. Ex SGE, le groupe est aujourd hui devenu le premier groupe mondial de concessions, de construction et de services associés, en occupant des positions de leader dans ses quatre métiers VINCI Concessions, bénéficie d un savoir-faire conjuguant la conception, le financement, la construction clés en main et l ingénierie de projets, et réalise des infrastructures de transport (autoroutes, ouvrages routiers, parkings, aéroports) dans le cadre de contrats de longue durée. Cette double compétence s étend également à de grands équipements comme le Stade de France. VINCI Energies leader en France et acteur de premier plan en Europe des technologies des énergies et de l information, exerce quatre métiers complémentaires (ingénierie, ensemblier, réalisation et maintenance) dans les secteurs des infrastructures d énergie, de l industrie, du tertiaire et des télécommunications, où il développe des offres à la fois locales et globales. Eurovia construit, rénove et entretient des infrastructures routières et autoroutières, réalise des aménagements urbains, industriels et commerciaux, se développe dans les métiers complémentaires de l environnement et des services, et gère des unités de production et de recyclage de matériaux. VINCI Construction, numéro un français et major mondial du BTP, réunit un ensemble sans équivalent d expertises dans les domaines du bâtiment, du génie civil, des travaux hydrauliques, de la maintenance multitechnique et des services. Fortement ancré sur ses marchés locaux en France, en Europe et en Afrique, il est aussi un acteur majeur sur le marché mondial de la conception-construction de grands projets et du génie civil spécialisé. 24 milliards d euros de chiffre d affaires salariés dans le monde Présent dans plus de 80 pays

7 Leader en France sur ses différents marchés, VINCI Energies s'affirme aujourd'hui comme un acteur européen de tout premier plan. Implanté dans 18 pays d'europe, il réalise près de 30% de son chiffre d'affaires hors de France. Sa maîtrise d'expertises nombreuses et complémentaires lui permet de bâtir dans ses différents domaines d'intervention - infrastructures, industrie, tertiaire, et télécommunications - des solutions à haute valeur ajoutée, mises en œuvre par 700 entreprises fortement ancrées dans leurs marchés et fédérées en réseau. Dans une démarche d'ensemblier, VINCI Energies accompagne ainsi ses clients à tous les stades de leurs projets locaux, multi-sites ou internationaux. 7 LE GROUPE La spécificité de VINCI Energies tient à la qualité et à la diversité de ses offres, mais aussi à son mode de management, qui privilégie le fonctionnement en réseau, la responsabilité des équipes et la confiance dans les hommes. A l'instar des autres sociétés de VINCI, VINCI Energies intègre les enjeux du développement durable dans ses activités. VINCI Energies intervient dans quatre domaines : - les infrastructures d énergie : transport et transformation de l énergie électrique, mise en lumière des villes, signalisation lumineuse tricolore - l industrie : distribution d énergie électrique, contrôle-commande, génie climatique, protection incendie, isolation, maintenance - le tertiaire : réseaux d énergie, génie climatique, protection incendie, gestion technique de bâtiments, sécurité, maintenance - les télécommunications : infrastructures de télécommunications et communication d entreprise voix-données-images Vinci Energies Rhône-Alpes Auvergne comprend 49 entreprises, 1835 personnes dont 230 responsables d'affaires en contact direct avec leurs clients millions d euros de chiffre d affaires salariés

8 HISTORIQUE DE VINCI énergies 1817 Messieurs JEAN et CHABRIE créent une entreprise en nom collectif et obtiennent un contrat d'entreprise de services sur l'éclairage aux chandelles et le chauffage au bois du Palais Bourbon Albert BOUCHON, Ingénieur des Arts et Manufactures, remplace M. CHABRIE dans la «Maison JEAN et CHABRIE», dont les activités sont la couverture, la plomberie, le chauffage et l'éclairage au gaz. La société en nom collectif «JEAN et BOUCHON», 52 bis, rue des Martyrs, à Paris, est ainsi créée. Albert BOUCHON ajoute l'activité d'installations électriques aux métiers exercés par la société. De son côté, Louis MORS, lui aussi Ingénieur des Arts et Manufactures, met au point de nouveaux procédés de fabrication de bobinages électriques et se passionne pour l'automobile Louis MORS fonde la SOCIETE ANONYME D'ÉLECTRICITÉ ET D'AUTOMOBILES MORS, 48, rue du Théâtre, à Paris à 1904 Les automobiles MORS remportent de nombreux succès en compétition, notamment la victoire de GABRIEL, en 1903, dans le célèbre Paris/ Madrid, arrêté à Bordeaux à la suite de l'accident mortel de Marcel RENAULT. La société JEAN ET BOUCHON, concessionnaire d'un bon quart de l'éclairage au gaz de la ville de Paris, entretient le chauffage au bois et l'éclairage au gaz de la Chambre des Députés André JEAN succède à son père et entre chez JEAN ET BOUCHON, qui se lance alors résolument dans les installations d'éclairage électrique. MM. JEAN, BOUCHON, PAZ, SIEVA ET CLEMANCON s'associent dans la SOCIETE GENERALE D'ILLUMINATION, qui équipe les grandes fêtes publiques de l'époque. Par ailleurs, la société MORS se partage en deux sociétés distinctes:

9 >La SOCIETE D'ELECTRICITE MORS, >La SOCIETE DES AUTOMOBILES MORS La SOCIETE DES AUTOMOBILES MORS est acquise par André CITROËN, alors Ingénieur chez MORS. Installée à Clichy, la SOCIETE D'ELECTRICITE MORS développe ses activités, notamment dans la signalisation ferroviaire et dans l'entreprise. André JEAN quitte JEAN ET BOUCHON qui se transforme en société anonyme sous la présidence d'albert BOUCHON Jean CASTELLI succède à Albert BOUCHON. La société, installée rue Jean Dolfus, cesse ses activités de plomberie et de distribution de gaz. MORS crée un département électroménager. 9 LE GROUPE 1955 L'activité de MORS devient très importante et très diversifiée (matériel de commande et de relayage, signalisation S.N.C.F., installation électrique, électroménager, calculateurs industriels, etc.). JEAN ET BOUCHON étend ses activités d'installation électrique du bâtiment à l'industrie LA CONTINENTALE D'ENTREPRISES acquiert les actions MORS ET JEAN ET BOUCHON. La société MORS, JEAN ET BOUCHON naît de la fusion du département Entreprise de la SOCIETE D'ELECTRICITE MORS et de l'entreprise JEAN ET BOUCHON Création de l'union des Entreprises Électriques Régionales (U.E.E.R.), dont MORS, JEAN ET BOUCHON devient filiale à 100% à 1982 Au sein du groupe U.E.E.R, MORS, JEAN ET BOUCHON va doubler le volume de ses activités, notamment par prise de participation majoritaire dans le capital de plusieurs sociétés d'installation électrique. L'origine de la plus ancienne d'entre elles remonte au début du siècle dernier: la Maison CLEMANCON existait depuis trois générations avant d'être transformée en société en 1982.

10 1984 L'U.E.E.R. fusionne avec MORS, JEAN ET BOUCHON pour former la COMPAGNIE GENERALE DE TRAVAUX ET D'INSTALLATIONS ELECTRIQUES*. GTIE devient filiale de la Compagnie Générale des eaux à hauteur de 60,80%, les autres actionnaires étant la Sahide (27,50%) et Campenon Bernard (11,70%) ; tous deux appartenant au groupe de la Compagnie Générale des Eaux. Les unités opérationnelles et les filiales de MORS, JEAN ET BOUCHON forment, à compter de cette même date, la division MJB de GTIE Expansion en Europe avec l'arrivée des Britanniques Lee Beesley et Deritend et les hollandais Starren GTIE, SDEL, SANTERNE et d'autres sociétés se regroupent pour former le Groupe GTIE, en tant que Division Ingénierie et Travaux Électriques de la Société Générale des Eaux (SGE). Pour regrouper les savoirs faire de tous les pôles, GTIE devient le sigle de InGénierie des Technologies de l'information et des Énergies. * Les filiales de l'u.e.e.r. (Garczynski & Traploir, Fournie Grospaud) deviennent par le fait filiales de GTIE Arrivée des activités thermiques (Tunzini, Wanner, Nickel, G+H, Lefort Francheteau) au sein du groupe. Achat de l'entreprise suédoise Emil Lundgren. La SGE devient VINCI et devient indépendante de Vivendi (ex- CGE). Création des marques : Axians, Graniou, Opteor, Tunzini, Citéos pour fédérer une offre globale sur le marché national GTIE devient VINCI Energies. Le 1er février 2003, le groupe adopte le nom de VINCI Énergies, faisant ainsi valoir son appartenance à VINCI, dont il est l'un des 4 métiers VINCI Énergies renforce sa présence en Europe En 2004, la croissance organique suscitée par la vitalité du groupe est

11 allée de pair avec une dynamique soutenue de croissance externe: 22 entreprises, représentant un chiffre d'affaires consolidé de 150 millions d'euros en année pleine, ont rejoint le groupe. Parmi celles-ci, des acquisitions significatives sont venues densifier la présence de VINCI Énergies hors de France dans ses différentes activités : >En Allemagne, GFA en protection incendie, >En Pologne, Atem Polska en infrastructures de télécommunications, >Aux Pays-Bas, Netlink en intégration et administration de réseaux de télécommunications >Au Royaume-Uni, LB Ford: installations électriques et technologies de l'information pour l'industrie, le tertiaire et les transports. >En République tchèque, KASST en génie climatique. Depuis le 1er avril 2005 NK Networks & Services, implantée en Allemagne et spécialisée dans l'intégration d'infrastructures réseaux, la TOIP et la sécurité des réseaux, permet à la marque Axians d'élargir son réseau en Europe. 11 LE GROUPE

12 Pôle Rhône-Alpes Auvergne Le pôle Rhône-Alpes Auvergne est l un des plus importants du groupe Vinci Energies, de part son positionnement stratégique dans un carrefour de l Europe et de part le nombre important de grands domaines d activité. De plus la région Rhône-Alpes Auvergne est très bien desservie par les différents réseaux de trafic régulier. Tout ceci place la région Rhône-Alpes Auvergne au 7ème rang des PIB européens et avec 12%, au 2ème rang des PIB français. Cette envergure permet à Vinci Energies Rhône-Alpes Auvergne de proposer des solutions locales et globales, prenant en compte la conception, la réalisation, et la maintenance. La réalisation reste tout de même l activité majoritaire du pôle. 210 millions d euros de chiffre d affaires 1800 salariés > Coordonnées Direction Générale Rhône-Alpes Auvergne : 60 chemin du moulin Carron BP Dardilly Tél. : Fax :

13 13 LE GROUPE

14

15 LA SOCIETE PAGE 15 > Valeurs/Objectifs > SDEL Lyon > SDEL Lyon Energies en bref > Lyoclim en bref > Optéor en bref > SDEL Lyon Energies en détail LA SOCIETE

16 Valeurs > Nos mots d'ordre - Autonomie, taille humaine, - Honnêteté intellectuelle, transparence, rigueur de gestion, - Service au client, - Cohérence, solidarité, maillage. > Notre démarche marketing Le véritable patron de l'entreprise est le client. Donc : - L'offre doit se conformer aux attentes du client et non le contraire, - Le marketing s'accompagne de l'obsession de la qualité, - L'esprit marketing doit être partagé par tous dans l'entreprise. Pour développer son offre, l'entreprise doit: - Analyser son marché, - Choisir son positionnement. > Notre organisation L'entreprise : - Cellule de base de notre organisation, - Simple, autonome, professionnelle, - Soudée autour d'un projet partagé, > Positionnée clairement sur son marché.

17 Objectifs Dans une situation économique très changeante, nous devons nous adapter et conforter nos positions, pour cela il faut : > Développer nos actions commerciales Notre activité tertiaire ne peut se développer qu'avec une forte action commerciale. > Améliorer notre production La mise en concurrence est maintenant systématique, il faut donc être compétitif en terme de prix. Il faut, en conséquence : - Maîtriser nos heures de production - Acheter au meilleur prix - Optimiser nos frais généraux 17 LA SOCIETE > Se développer en priorité sur 3 segments de marché : - Ensembles immobiliers - Santé - Education/recherche Et sur le secteur : - Bâtiments techniques (télécoms, industriels )

18 > La place de SDEL Lyon dans le groupe > Renseignements administratifs Nom commercial : SDEL Lyon Forme et capital : Société par Actions Simplifiée au capital de Adresse : 1, Allée du levant LA TOUR DE SALVAGNY Téléphone : Télécopie : O Registre du commerce : RCS Lyon Code APE : 435A Siret : Références bancaires : Société Générale Lyon Entreprises Tour Société Suisse LYON CEDEX 03

19 Experts dans le domaine des technologies de l énergie et de l information, la multiplicité des savoir-faire de SDEL Lyon énergies, associée à une connaissance approfondie de la filière du secteur tertiaire lui permet de répondre aux attentes de ses clients dans des domaines aussi variés que les télécoms, les ensembles immobiliers, ou encore la santé, l éducation... SDEL Lyon propose un service complet pour l'étude, la conception, la réalisation, et l'optimisation de tous types d'équipements. Appartenant au groupe Vinci Energies, SDEL Lyon énergies est une entreprise innovatrice, proposant des solutions globales et multi techniques. > Compétences particulières - Courants Forts Alimentation & distribution HT et BT Réseau d'alimentation en force motrice Eclairage normal et de sécurité Réseau prise de courant Protection Foudre Réseau de mise à la terre Groupe électrogène et onduleur Réseau secouru Armoire d'énergie. 19 LA SOCIETE - Courants Faibles et fibres optiques Réseau informatique & téléphonique Réseau fibre optique Détection incendie Gestion technique : GTC GTB Vidéo surveillance Contrôle d'accès - anti-intrusion Sonorisation Contrôle de trafic routier, RAU Panneaux à messages variables Distribution télévision Biométrie. > Domaines d activité

20 Installateur et mainteneur en climatisation depuis novembre 2001, LYOCLIM est basé à Brignais, 8 Chemin des Tards-Venus, avec un effectif de 9 personnes. En décembre 2005, Lyoclim intègre le groupe Vinci en devenant établissement secondaire de SDEL Lyon. SDEL Lyon, par l aquisition de Lyoclim élargit considérablement son savoir faire. > Compétences particulières C.V.C. Split V.R.V. et V.R.F. Eau glacée Réseaux de ventilation mécanique et de désenfumage Chauffage Installation sanitaires et plomberies. L évolution des exigences de confort liée à notre clientèle, nous amène à des techniques et matériel d installation variés. Afin de mieux satisfaire cette clientèle, nous nous sommes rapprochés de constructeurs qui mettent à notre disposition les techniques et matériels les plus performants. > Domaines d activité - Immobilier de bureaux - Santé - Recherche

21 Depuis le 1er janvier 2002, SDEL Lyon maintenance à rejoint la marque maintenance du groupe Vinci Energies. OPTEOR regroupe autour d un projet commun les entreprises de maintenance multi-techniques et d exploitation. La marque est un réseau européen d entreprises dans la maintenance d installations industrielles et immobilières. Il regroupe 35 entreprises, ce qui représente 1300 personnes réparties en Europe (France, Allemagne, Benelux). > Compétences particulières : - Energies Postes HT Groupes électrogènes Onduleurs Atelier d énergie Transformateurs, Cellules HT - Fluides Climatisation Ventilation Circuits hydrauliques 21 LA SOCIETE - Courants faibles Réseaux informatiques Contrôle d accès Protection intrusion Protection incendie Vidéo surveillance - Electricité générale Eclairage intérieur Eclairage extérieur Distribution BT N/S Eclairage de secours > Méthodes de maintenance Ingénierie de maintenance G.M.A.O Gestion nationale de contrats multi-sites Analyse vibratoire Thermographie Analyse des lubrifiants Optéor Lyon Infra est une entreprise de SDEL Lyon 3,5 millions d euros de chiffre d affaires 30 salariés

22 SDEL Lyon en détail > Historique 1908/1930 Saunier. Duval. & Cie. Création par Charles Saunier et Maurice Duval de la société Saunier Duval, spécialisée dans la fabrication des appareils de chauffage et d'éclairage public. Dans les années 1930, Saunier Duval, transformée en S.A, développe ses activités commerciales et industrielles dans le domaine de la production d'eau chaude et de chauffage par le gaz. 1930/1968 Parallèlement aux activités gaz et éclairage, Saunier Duval développe son activité électrique dans le domaine du bâtiment et des Travaux Publics, et crée par ailleurs un secteur transport pneumatique et mécanisation postale Contrôle et Application La société Contrôle et Applications apporte à Saunier Duval son savoirfaire en automatismes industriels, instrumentation et régulation Les établissements Collet Frères & Cie Suite à l'apport en 1968 par Saint Gobain de 99,10 % du capital des établissements Collet Frères, ceux-ci ainsi que la société Saté rejoignent Saunier Duval. Notre société en conserve encore aujourd'hui les activités de réseaux, câblage et lignes HT Saunier Duval cède son activité eau chaude/chauffage à la compagnie de Saint Gobain, et devient Entreprises Saunier Duval, à activité dominante électricité Groupe SGE Intégration d'entreprises Saunier Duval dans le groupe SGE (Société

23 générale d'entreprises), dans lequel la Compagnie de Saint Gobain devient majoritaire 1988 Le groupe SGE, actionnaire majoritaire d'entreprises Saunier Duval, passe sous le contrôle de la Compagnie Générale des Eaux Entreprises Saunier Duval devient Saunier Duval Electricité (SDEL), société en commandite simple et adopte un nouveau logo SDEL reprend l'entreprise allemande "Controlmatic", implantée dans l'ouest de l'allemagne et les nouveaux "lânder" de l'est SDEL est regroupée au sein des activités de GTIE et notre entité devient SDEL Lyon GTIE prend le nom de VINCI Energies (800 entreprises et collaborateurs) SDEL Lyon s'implante à La Tour de Salvagny. 23 LA SOCIETE

24 Organisation de Chef d entreprise : Franck Maginot Commercial : André Jasserand Direction Qualité : Gille Sanchez Animateur sécurité : Joseph Deschamps Unité Fonctionnelle (UF) : Valérie Marin-Moscatelli, Linda de Oliveira, Martine Toutant. Achats : René Delage, Manu Lores Assistantes : Hélène Parod, Colombe Chevrier Responsables d affaires : Jean Claude Cespedes, Patrick Peschier, Franck Piasentin, Damien Fayolle Techniciens d affaires : Paul Gallaud, Grégory Durand, Jean Paul Clément, Jérémy Thivichon-Prince, Yves Blanc Techniciens d étude : Serge Kurowski, Alain Rigolier 10 Responsables de chantier 17 Monteurs

25 Franck Maginot André Jasserand Valérie Marin Linda de Oliveira Martine Toutant René Delage Colombe Chevrier Manu Lores Jean- Claude Cespedes Hélène Parod Patrick Peschier 25 LA SOCIETE Franck Piasentin Damien Fayolle Paul Gallaud Grégory Durand Jean-Paul Clément Jérémy Thivichon -Prince Yves Blanc Serge Kurowski Alain Rigolier

26

27 RESPONSABILITE SOCIALE PAGE 27 > Sécurité > Qualité > Développement durable

28 Sécurité > Politique, objectifs généraux La Sécurité ne doit pas être considérée comme une démarche supplémentaire mais comme l'objectif majeur et incontournable lorsque l' on est une Entreprise professionnelle. Notre objectif commun : «ZERO ACCIDENT» En tant que chef d entreprise de SDEL Lyon Energies, et avec l appui de ma Direction, je m engage à mobiliser les moyens nécessaires pour appliquer cette politique tout en respectant les textes légaux et réglementaires. Dans le respect des objectifs fixés avec la direction du pole VINCI Energies Rhône Alpes Auvergne, et en tant qu objectif commun dans le périmètre de Patrice FONT, j engage tous les salariés de l'entreprise SDEL Lyon Energies à effectuer les actions préventives de sécurité (minute sécurité, analyse des risques ) en les formalisant. Les nouveaux objectifs pour l année 2006 sont quantifiés dans le tableau de suivi (en annexe). Je demande une implication totale de tous pour faire «remonter» les informations nécessaires à l élimination de toutes situations ou événements dangereux. Avec l'aide de l'animateur sécurité pour : - Vérifier l adéquation et la mise en œuvre d actions Sécurité, notamment à travers des visites de chantiers, - Me rendre compte de tout écart constaté, principalement au cours des différentes réunions d Entreprise, pour en faire l analyse et servir de base à l amélioration du système, - Sensibiliser le personnel, - Gérer et mettre à disposition les outils adéquats pour un travail en Sécurité, Je demande à tous les collaborateurs de l Entreprise de maintenir un esprit sécurité responsable et de s'impliquer sans limite dans cette démarche. Extrait du PASE Franck MAGINOT Chef d Entreprise

29 > Conduite à tenir en cas d accident > 1er cas : vous n'avez aucune notion de secourisme : - Examinez la situation, - Protégez la victime: des intempéries, des curieux, des paroles intempestives - Alertez les secouristes, l'exploitant et les secours d'urgence en expliquant la situation et en localisant le lieu de l'accident de manière précise. > 2ème cas: vous êtes secouriste : Appliquez ce qui vous a été appris. > Dans tous les cas, vous devez connaître : - Le nom des secouristes et leur poste de travail, - Le lieu d'affichage de la liste de secours à appeler d'urgence, - L'emplacement de la boîte à pharmacie. > Pour en savoir plus : Nous vous invitons à vous reporter au Plan d Action Sécurité Entreprise, établi tous les ans. > Correspondant Sécurité : Joseph Deschamps Ligne directe : Portable : Fax : RESPONSABILITE SOCIALE

30 Fiche sécurité chantier

31 Equipement de protection individuel > Vous devez utiliser : - Votre casque avec sa jugulaire qui en assure le maintient Chutes, chocs, heurts, contacts électriques accidentels avec la BT ou brûlures par arc, perte du casque en cas de travail penché ou de chute. - Vos lunettes dès qu il y a risque d atteinte aux yeux Projections de particules ou de liquides, arcs électriques. - Vos gants en toutes circonstances (adapté à la nature du travail) Electrisations, coupures, écorchures, brûlures thermiques ou chimiques. - Votre harnais ou ceinture, sa longe ventrale et sa corde d assujettissement. Chute de hauteur depuis le poste de travail ou lors d un changement. - Vos vêtements recouvrant les bras et les jambes Frottements, écorchures, brûlures - Vos chaussures ou bottes de sécurité Obstacles, sol inégal, chantier encombré, chutes d objets 31 RESPONSABILITE SOCIALE

32 Qualité "MAINTENIR LA SOCIETE DANS UN MOUVEMENT PERPETUEL D'AMELIORATION" Ces quelques mots expriment parfaitement la volonté du Groupe de Direction de SDEL LYON et le but qu'elle se fixe pour les années à venir. > Atteindre le but avec la Politique Qualité ci-après : - Améliorer la satisfaction et l'écoute de nos Clients; - Atteindre une conformité technique dans l'exécution de nos affaires; - Former, motiver et responsabiliser le personnel; - Dégager une meilleure rentabilité. > Atteindre les objectifs avec des moyens : Afin d'atteindre ces objectifs, nous appliquons notre système Qualité en place, basé sur la norme ISO 9001 Version Cette mise en application s'appuie sur la motivation de l'ensemble du personnel, sur sa responsabilisation accrue et sur un esprit de rigueur. Elle s'inscrit dans : - La préoccupation permanente de l'amélioration des processus de fonctionnement, et, - La volonté de donner aux collaborateurs de l'entreprise les moyens pour qu'ils puissent optimiser leurs méthodes de travail et leur manière de satisfaire le client. Dans cette démarche, nous appuyons notre autorité par l'intermédiaire du Directeur Qualité assisté du Responsable Qualité pour : - Vérifier la mise en œuvre du Manuel et de ses pièces associées notamment par des audits programmés, - Rendre compte de tout écart constaté, en faire l'analyse pour servir de base à l'amélioration continue du système, - Informer et sensibiliser le personnel au respect des exigences clients, - Représenter l'entreprise pour toute intervention externe relative à la qualité telle que les relations et les audits clients, - Intervenir chaque fois que de besoin pour améliorer, sur les interventions en cours, la qualité de nos prestations pour satisfaire au

33 mieux nos clients, - Assurer que les processus du SMQ sont mis en œuvre et entretenus, - Assurer que la sensibilisation aux exigences du client dans tout l'organisme est encouragée. > Un engagement : Nous engageons, en tant que Groupe de Direction, la Société SDEL LYON dans cette démarche d'organisation de la Qualité. Nous nous engageons à veiller au respect par tous, des dispositions indiquées dans ce Manuel de Management de la Qualité ainsi qu'à leur évolution pour assurer une politique de progrès technique, sociale et financière. Extrait du MMQ > Pour en savoir plus : Nous vous invitons à vous reporter au Manuel du Management de la Qualité (MMQ) > Correspondant Qualité : En attente > A savoir : Le jaune est notre couleur Qualité : Cherchez les affiches jaunes pour trouver le classeur jaune contenant le MMQ noir sur jaune. 33 RESPONSABILITE SOCIALE

34 > Certifications

35 35 RESPONSABILITE SOCIALE

36

37 37 RESPONSABILITE SOCIALE

38 Le développement durable > La Responsabilité Sociale de l Entreprise - Climat social - Formation, Gestion des compétences - Sécurité > Les relations clients/fournisseurs - Politique «achats» - Chantiers HQE > L environnement - Consommations d énergies - Gestion des déchets

39 39 RESPONSABILITE SOCIALE

40

41 > Conventions collectives > Organisation du temps de travail > Règlement intérieur > Salaire > Grille des numéros de pointage > Exemple de feuille de pointage > Congés > Absences rémunérées pour événements familiaux > Organisme pour le salarié > Représentation sociale > Œuvres sociales INFORMATIONS SOCIALES PAGE 41

42 Les conventions collectives L'entreprise se réfère aux textes suivants : > La convention collective nationale du 1er juin 2004 concernant les ingénieurs, assimilés et cadres des entreprises du bâtiment; > La convention collective nationale du 29 mai 1958 concernant les employés, techniciens et agents de maîtrise du bâtiment; > La convention collective nationale du 8 octobre 1990 concernant les ouvriers du bâtiment. Organisation du temps de travail > Selon l accord ARTT du 20 mars 2001, la durée de travail annuelle est de 218 jours pour le personnel forfaitisé (cadres). > L'horaire hebdomadaire des ouvriers et des ETAM est de 37 heures, ce qui donne droit à 1 jour de RTT par mois. Remarque: Toute absence doit faire l'objet d'une demande d'autorisation d'absence validée par le responsable hiérarchique et le chef d'entreprise. > Horaires > Personnel horaires de bureau : Du lundi au jeudi de 8h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h00 Le vendredi de 8h00 à 12h00 et de 13h30 à 16h30 > Personnel horaires de chantier : Du lundi au jeudi de 7h30 à 12h00 et de 13h00 à 16h30 Le vendredi de 7h30 à 12h30

43 Règlement intérieur SOMMAIRE > PERSONNEL ASSUJETTI - ARTICLE I : CHAMP D APPLICATION - ARTICLE II : OBJET > HYGIENE ET SECURITE - ARTICLE III : PREVENTION DES ACCIDENTS MEDECINE DU TRAVAIL - ARTICLE IV : DROIT DE RETRAIT DES SALARIES EN CAS DE DANGER GRAVE IMMINENT - ARTICLE V : DEFAILLANCE OU ANOMALIE DANS LES INSTALLATIONS - ARTICLE VI : ACCIDENT DU TRAVAIL - ARTICLE VII : CONDUCTEUR DE VEHICULES - ARTICLE VIII : BOISSONS ALCOOLISEES STUPEFIANTS INTERDICTIONS > DISCIPLINE GENERALE - ARTICLE IX : HORAIRES - ARTICLE X : ABSENCES - ARTICLE XI : OUTILLAGE VETEMENTS DE TRAVAIL - ARTICLE XII : VESTIAIRES - ARTICLE XIII : USAGE DU MATERIEL DE L ENTREPRISE - ARTICLE XIV : DISPOSITIONS DIVERSES > SANCTIONS ET DROITS DE LA DEFENSE - ARTICLE XV : SANCTIONS - ARTICLE XVI : DROIT DISCIPLINAIRE - ARTICLE XVII : HARCELEMENT SEXUEL - ARTICLE XVIII : HARCELEMENT MORAL - ARTICLE XIX : DISPOSITIONS PARTICULIERES RELATIVES AUX FEMMES EN ETAT DE GROSSESSE > DISPOSITIONS FINALES - ARTICLE XX : PROCEDURE DE MISE EN PLACE DU REGLEMENT INTERIEUR 43 INFORMATIONS SOCIALES

44 > PERSONNEL ASSUJETTI - Article I - CHAMP D APPLICATION Conformément aux dispositions de l article L du Code du travail, le présent règlement s applique à tous les salariés, sauf dans celles de ces dispositions qui visent exclusivement certaines catégories d entre eux. - Article II - OBJET Tout salarié embauché doit respecter le présent règlement pour toutes questions relatives à l application de la réglementation en matière d hygiène et de sécurité, ainsi que pour les règles générales et permanentes relatives à la discipline. > HYGIENE ET SECURITE - Article III - PREVENTION DES ACCIDENTS - MEDECINE DU TRAVAIL - Article III - I PREVENTION DES ACCIDENTS Chaque salarié doit veiller à sa sécurité personnelle et à celle des autres en respectant ou en faisant respecter, en fonction de sa formation et selon ses possibilités, les consignes générales et particulières de sécurité en vigueur sur les lieux de travail ou pour l exécution de certains travaux ainsi que les dispositions mises en place dans l entreprise pour l application des prescriptions prévues par la réglementation en vigueur en matière d hygiène et de sécurité. En particulier : Chaque salarié a pour obligation, sauf instructions particulières du Chef d Entreprise ou de son représentant, de maintenir en place les dispositifs de toute nature installé pour assurer la protection collective des travailleurs soit par sa propre entreprise soit par d autres entreprises intervenant sur le même chantier. Lorsque ces dispositifs devrons être enlevés pour l exécution d un travail et ne pourront être remplacés en raison de l avancement des travaux, il devra en avertir préalablement le Chef d Entreprise ou son représentant, ou le cas échéant, le Responsable de la Sécurité sur le chantier.

REGLEMENT INTERIEUR TRAVELEX PARIS SAS

REGLEMENT INTERIEUR TRAVELEX PARIS SAS REGLEMENT INTERIEUR TRAVELEX PARIS SAS Le présent règlement s applique à l ensemble des membres du personnel de la Société Travelex Paris SAS dont le siège social est situé 17, route de la Reine 92100

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES article 1 Dispositions générales Le présent règlement est établi conformément aux dispositions des articles L 6352-3 et L. 6352-4 et R 6352-1 à R 6352-15 du

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency I PRÉAMBULE Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency Coach motive est déclaré sous le numéro de déclaration

Plus en détail

Nouveau jeune collaborateur

Nouveau jeune collaborateur Insérez le logo de l'entreprise LIVRET D'ACCUEIL Nouveau jeune collaborateur Livret d accueil de : Prénom NOM ACCUEIL ACCOMPAGNEMENT Nous sommes heureux de vous accueillir au sein de notre entreprise.

Plus en détail

FORMATION AUTOCAD > Niveau initiation <

FORMATION AUTOCAD > Niveau initiation < FORMATION AUTOCAD > Niveau initiation < 15 16 JANVIER 2014 / 2 jours 14 heures de formation DATES & HORAIRES MERCREDI 15 JEUDI 16 JANVIER 2014 / de 9h00 à 18h00 Lieu: CFAA / 308 avenue Thiers / 33100 BORDEAUX

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président,Monsieur Jacques

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

SERCA Société par actions simplifiée au capital de 38 113 Euros Siège Social : 24 rue de la Montat - 42008 ST ETIENNE CEDEX2

SERCA Société par actions simplifiée au capital de 38 113 Euros Siège Social : 24 rue de la Montat - 42008 ST ETIENNE CEDEX2 SERCA Société par actions simplifiée au capital de 38 113 Euros Siège Social : 24 rue de la Montat - 42008 ST ETIENNE CEDEX2 RCS ST ETIENNE B 325 079 457 REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE PREMIER Le présent

Plus en détail

Questions sociales : Droit du travail

Questions sociales : Droit du travail Université Montesquieu-Bordeaux IV Institut d Etudes politiques de Bordeaux Prép ENA 2004-2005 O. PUJOLAR, Maître de conférences Questions sociales : Droit du travail Répartition des Fiches - Exposés 2004-2005

Plus en détail

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire.

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire Sensibilisation Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise ou du délégataire 1N 2N Sommaire 1- La réglementation 1-1- La responsabilité

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil.

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil. 1 Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie Janvier 2014 2 NOTICE L intégration d un jeune embauché dans une entreprise et au sein d une équipe de travail est

Plus en détail

CONSTRUISEZ VOTRE PRÉSENCE SUR INTERNET 10 & 11 mars 2014 2 jours / 14 heures de formation

CONSTRUISEZ VOTRE PRÉSENCE SUR INTERNET 10 & 11 mars 2014 2 jours / 14 heures de formation CONSTRUISEZ VOTRE PRÉSENCE SUR INTERNET 10 & 11 mars 2014 2 jours / 14 heures de formation DATES & HORAIRES Dates: Lundi 10 & mardi 11 mars 2014 de 9h à 17h30 Lieu : CFAA / 308 avenue Thiers / 33100 BORDEAUX

Plus en détail

Sommaire détaillé (1) «Gestion pratique des rémunérations du BTP»

Sommaire détaillé (1) «Gestion pratique des rémunérations du BTP» Sommaire détaillé (1) «Gestion pratique des rémunérations du BTP» Référence Partie n 1 - Embaucher un salarié et déterminer sa rémunération Chapitre 1.1 - Mettre en place une politique salariale à l'embauche

Plus en détail

Les présentes Conditions Générales de vente régissent les rapports entre :

Les présentes Conditions Générales de vente régissent les rapports entre : Les présentes Conditions Générales de vente régissent les rapports entre : D une part, la société Atoopharm, société à responsabilité limitée, au capital de 112.750 Euros, dont le siège est situé à Seine

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE Les numéros indiqués sont ceux des pages Les mots suivis d un astérisque renvoient à des définitions synonymes Une table thématique figure aux pages 13 à 20 et une table

Plus en détail

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172)

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) SOMMAIRE PREAMBULE ARTICLE A : DISPOSITIONS ANNULEES ET REMPLACEES PAGES 2 ARTICLE B :

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique Travaux dirigés de droit du travail, 3 ème année de Licence de droit, année 2011-2012 1 ère séance - Le lien de subordination Cass. Soc. 13 novembre 1996, n 94-13187 Cass. Soc. 19 décembre 2000, n 98-40572

Plus en détail

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Étudiants des Sections de Techniciens Supérieurs Vu le décret 2006-1093 du 29 août 2006 (J.O. du 31.08.2006), Vu

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL. Étudiants des sections de techniciens supérieurs

CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL. Étudiants des sections de techniciens supérieurs CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Étudiants des sections de techniciens supérieurs Vu la délibération du conseil d administration du lycée en date du 29 mai 2007 approuvant la convention-type

Plus en détail

MODELE DE LETTRE DE MISSION Tenue de la paie chez le client

MODELE DE LETTRE DE MISSION Tenue de la paie chez le client MODELE DE LETTRE DE MISSION Tenue de la paie chez le client M... Vous avez souhaité nous confier le traitement comptable des données sociales de votre entreprise. La mission qui nous est confiée comprend

Plus en détail

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur INFORMaTIONS administratives et législatives concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur Pôle sanitaire social < Ce document a été rédigé afin de vous donner une information

Plus en détail

Annexe au règlement intérieur relative. à la gestion du temps de travail

Annexe au règlement intérieur relative. à la gestion du temps de travail Annexe au règlement intérieur relative à la gestion du temps de travail Sommaire. I - La durée annuelle du travail...3 II - La durée hebdomadaire du travail / cycle de travail...3 III - La journée de travail...4

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 15 Octobre 2010 Infos Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION SOMMAIRE : LES ENJEUX DE LA PREVENTION Introduction

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

Accident de travail et de trajet (droit privé)

Accident de travail et de trajet (droit privé) Accident de travail et de trajet (droit privé) Fondamentaux Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit la cause, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail à toute personne

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CASINOS DU 29 MARS 2002. ETENDUE PAR ARRETE DU 2 AVRIL 2003 JORF 29 AVRIL 2003. CASINOS BROCHURE N 3167 RESUME

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CASINOS DU 29 MARS 2002. ETENDUE PAR ARRETE DU 2 AVRIL 2003 JORF 29 AVRIL 2003. CASINOS BROCHURE N 3167 RESUME CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CASINOS DU 29 MARS 2002. ETENDUE PAR ARRETE DU 2 AVRIL 2003 JORF 29 AVRIL 2003. CASINOS BROCHURE N 3167 RESUME Champ d application : Le champ d'application de la convention

Plus en détail

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL Préambule : Page 2 Article 1 : Principes généraux Page 3 Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 Article 3 : Mise en œuvre du télétravail Page 4 - Article 3.1 : formulation

Plus en détail

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Réf. Ifremer N 12/2 212 838 Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) 1. OBJET...3 2. RESPONSABLES HABILITES...3 3. DEFINITION DES PRESTATIONS

Plus en détail

Convention d entreprise n 67. relative au compte épargne-temps

Convention d entreprise n 67. relative au compte épargne-temps Convention d entreprise n 67 relative au compte épargne-temps Entre la Société Autoroutes du Sud de la France, représentée par M. Jacques TAVERNIER, Président Directeur Général, et les organisations syndicales

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Le 19 mars 2015 Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Classification et définition des emplois Article 1er Modifié par Classifications - art. 1er (VNE) Les niveaux

Plus en détail

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise?

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? PASS RC des Dirigeants d'entreprise Prévention juridique ASSistance pénale d urgence Responsabilité Civile des Dirigeants

Plus en détail

Charte d utilisation des véhicules de service CMA76

Charte d utilisation des véhicules de service CMA76 Charte d utilisation des véhicules de service CMA76 Préambule La Direction de la CMA76 met à votre disposition cette charte d utilisation de ces véhicules. Elle permet de préciser le cadre de la politique

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ENTRE LES SOUSSIGNES : La Caisse d Epargne Aquitaine Poitou-Charentes,

Plus en détail

Le télétravail n'est pas un droit, ni une obligation mais une possibilité offerte par l'organisme

Le télétravail n'est pas un droit, ni une obligation mais une possibilité offerte par l'organisme 1. Qu'est ce que le télétravail? Conformément aux dispositions de l article L1222-9 du code du travail, le télétravail désigne toute forme d'organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 Pourvoi n 13-25436 Publié au bulletin Cassation partielle Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 N de pourvoi:

Plus en détail

TITRE 1 - DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE 1 - DISPOSITIONS GÉNÉRALES CONVENTION RELATIVE AUX PÉRIODES DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Pour les étudiants de... Vu le code du Travail, notamment ses articles L 4153-1, R. 4153-41 à R. 4153-44 et R. 4153-46, Vu le code de l

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Le présent protocole d accord crée un Compte Epargne Temps au sein de SGS et en définit les règles de fonctionnement et de gestion. Ce dispositif s

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC n Conforme à l'avis du Conseil National de la Consommation du 27 septembre 2007 et arrêté NOVELLI du 19 mars 2010

CONTRAT DE SYNDIC n Conforme à l'avis du Conseil National de la Consommation du 27 septembre 2007 et arrêté NOVELLI du 19 mars 2010 DIRECTION COPROPRIETE 51 rue Louis Blanc 92917 PARIS LA DEFENSE Cedex 01 46 91 25 25 ENTRE LES SOUSSIGNES : CONTRAT DE SYNDIC n Conforme à l'avis du Conseil National de la Consommation du 27 septembre

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Pré-requis à la mise en place d un tableau de bord des ressources humaines Le recueil de données a été le point de départ du diagnostic quantitatif des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents

Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents Un nouveau régime de frais de soins de santé et un nouveau régime de prévoyance communs à l ensemble des agents de Pôle emploi seront mis en

Plus en détail

Accord instituant un Compte Épargne Temps

Accord instituant un Compte Épargne Temps Préambule...2 Article 1 Bénéficiaires...2 Article 2 Alimentation du compte...2 2-1 Des congés payés annuels...2 2-2 Des jours de repos ARTT...2 2-3 Nombre maximum de jours cumulables au titre des congés

Plus en détail

TITRE V : RÉMUNÉRATION

TITRE V : RÉMUNÉRATION TITRE V : RÉMUNÉRATION 18 Article V.1. - Égalité professionnelle TITRE V : RÉMUNÉRATION Tout employeur est tenu d'assurer, pour un même travail ou pour un travail de valeur égale, l'égalité de rémunération

Plus en détail

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES CONVENTION COLLECTIVE INTERREGIONALE DES COMMERCES DE QUINCAILLERIE, FOURNITURES INDUSTRIELLES, FERS, METAUX ET EQUIPEMENT DE LA MAISON Accord du 7 octobre 1999 modifié par avenants du 9 octobre 2002 et

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2012. UES Crédit Agricole S.A.

BILAN SOCIAL 2012. UES Crédit Agricole S.A. BILAN SOCIAL UES Crédit Agricole S.A. BILAN SOCIAL UES Crédit Agricole S.A. GLOSSAIRE BILAN SOCIAL Légende SOMMAIRE BILAN SOCIAL XX* Nouveauté L astérisque précise que le total porte sur un périmètre différent

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT

Plus en détail

Cahier des Charges Administratives Particulières. Marché public Prestation de nettoyage de locaux extrahospitaliers

Cahier des Charges Administratives Particulières. Marché public Prestation de nettoyage de locaux extrahospitaliers Centre Hospitalier Cahier des Charges Administratives Particulières Marché public Prestation de nettoyage de locaux extrahospitaliers Octobre 2014 1 Article 1 - Objet du marché, procédure et dispositions

Plus en détail

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Code pénal social Application sur la Loi et le Code du Bien-être au travail Dispositions pénales de la Loi du Bien-être de 1996 Les articles

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

SESSION 2012 UE 3 DROIT SOCIAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2012 UE 3 DROIT SOCIAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1210003 DCG SESSION 2012 UE 3 DROIT SOCIAL Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Aucun document personnel, ni aucun matériel ne sont autorisés. En conséquence, tout usage d une calculatrice ou

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM SOMMAIRE I. OBJET DE LA CHARTE ETHIQUE GROUPE... 1 II. DROITS FONDAMENTAUX... 1 1. Respect des conventions internationales... 1 2. Discrimination et harcèlement...

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES EN INGENIERIE INFORMATIQUE

CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES EN INGENIERIE INFORMATIQUE CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES EN INGENIERIE INFORMATIQUE Référence : XXX/2014/001 ENTRE ADVIZIUM 37 rue de Neuilly - 92110 Clichy RCS Nanterre 499 404 390 Représentée par Monsieur Bertrand DALAISON,

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004

NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004 Secrétariat Général La Défense, le 1 er juillet 2014 Direction des Ressources Humaines Direction Siège NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004 applicable à l ensemble du personnel lié par un contrat de travail

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ Rappel des dispositions légales : loi nº 2005-32 du 18 janvier 2005 art. 115 Journal Officiel du 19 janvier 2005, art. L. 632-1 du Code de le construction et de l'habitation

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

Pégase 3 Congés payés : Dispositions générales. Dernière révision le 20/11/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 Congés payés : Dispositions générales. Dernière révision le 20/11/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 Congés payés : Dispositions générales Dernière révision le 20/11/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Activation de la gestion des congés payés...3 Le décompte des jours...5

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

ENTRE LES SOUSSIGNÉS : ENTRE LES SOUSSIGNÉS : D une part 1 Le Syndicat de la copropriété de l immeuble sis Représenté par désigné par le vote de la résolution de l Assemblée du 2 et d autre part La Société André DEGUELDRE, Philippe

Plus en détail

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales En clair COMPLÉMENTAIRES SANTÉ / PRÉVOYANCE Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales Quand la Prévoyance vous appartient. Sommaire Exonération des cotisations Sociales...

Plus en détail

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France MISSIONS TEMPORAIRES Livret d accueil 15 rue Boileau 78008 Versailles cedex Téléphone : 01 39 49 63 00 Fax : 01 39

Plus en détail

Pack Prise acte rupture contrat de travail

Pack Prise acte rupture contrat de travail 04/10/2015 5.2 CE DOCUMENT EST UN APERCU DU PACK PRISE ACTE RUPTURE CONTRAT DE TRAVAIL TÉLÉCHARGEABLE SUR HTTP://WWW.LEGISOCIAL.FR/ Pack Prise acte rupture contrat de travail Vous disposez à titre d'exemple

Plus en détail

Annexe I Préconisation pour le travail sur écran

Annexe I Préconisation pour le travail sur écran ANNEXES I Annexe I Préconisation pour le travail sur écran Aucun texte réglementaire ne régit précisément les temps de pause par rapport au travail sur écran ; toutefois, conformément au Décret du 14 mai

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2);

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2); Décret exécutif n 2006-223 du 25 Joumada El Oula 1427 correspondant au 21 juin 2006 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l'organisme de prévention des risques professionnels

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE

CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE AVENANT «MENSUELS» ARTICLE 1 : CHAMP D APPLICATION Le présent avenant règle les rapports entre les ouvriers, employés, techniciens et agents de maîtrise

Plus en détail

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté ACCORD RELATIF A L HARMONISATION DES STATUTS DES SALARIES MEDIAPOST TRANSFERES AU SEIN DE MEDIAPOST SA DANS LE CADRE DU RAPPROCHEMENT DES 2 ENTREPRISES Entre les soussignés, Le syndicat C.F.T.C Le syndicat

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président Monsieur Jacques Comby

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail