BIOVALLEE. Propositions pour un scénario souhaitable - Mars Version 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIOVALLEE. Propositions pour un scénario souhaitable - Mars 2012. Version 1"

Transcription

1 BIOVALLEE Propositions pour un scénario souhaitable - Mars 2012 Version 1

2 - 2 -

3 UNE METHODOLOGIE PROSPECTIVE Les collectivités de Biovallée veulent faire la démonstration de la capacité d un territoire rural multipolaire à offrir un modèle de développement humain alternatif et complémentaire au fonctionnement concentrique des zones urbaines et devenir un territoire de référence en matière de développement humain durable. La démarche doit permettre le déclenchement et la formalisation d une envie de territoire partagée. La méthodologie adoptée est dite prospective. Elle visait à formaliser des scénarios possible pour Biovallée, à partir desquels un scénario souhaitable a été construit. Des premières pistes d action seront ensuite proposées pour atteindre ce scénario de «l éco-territoire de référence». L objectif à long terme est de faire de ce territoire une référence au niveau européen en matière de développement humain durable, autour de trois axes stratégiques sur lesquels doivent converger les politiques publiques conduites sur le territoire ainsi que les initiatives citoyennes : aménager un territoire de référence ; impulser le développement économique autour de la protection et la valorisation des bio-ressources et le domaine des éco-activités ; accueillir des activités de recherche et de formation. La démarche Biovallée ne peut s inscrire que dans une stratégie ambitieuse pour atteindre les objectifs énergétiques et climatiques, nationaux et européens : Le 3*20 : pour 2020, diminuer les consommations énergétiques de 20 %, diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 20 %, passer à 20 % d énergies renouvelables dans la consommation ; Le Facteur 4 : réduire les émissions de gaz à effet de serre par 4 d ici La méthodologie prospective utilisée a été divisée en deux phases : 1. une phase de prospective exploratoire (juillet octobre 2011) qui visait à ouvrir le «champ des possibles», soit à définir des futurs possibles pour Biovallée en une phase de prospective stratégique (novembre juillet 2012) où, suite à des propositions émanant d une concertation élargie avec les acteurs locaux, les élus valideront leur scénario souhaitable pour Biovallée, soit l éco-territoire de référence, et le déclineront en axes stratégiques et pistes d actions pour l atteindre

4 PHASE 1 : PROSPECTIVE EXPLORATOIRE L exercice de prospective exploratoire visait à ouvrir le champ des possibles. Son but n était ni d identifier toutes les hypothèses d évolution possible ni d avoir une vocation programmatrice ou planificatrice. Ces hypothèses d évolution ne se réaliseront sans doute jamais, la réalité sera probablement un assemblage de plusieurs de ces hypothèses qui sont donc là pour ouvrir le débat sur la définition d un scénario souhaitable partagé par les acteurs locaux, les élus, et la population. L exercice de prospective exploratoire ne traduit en rien une volonté politique, mais tend à éclairer le travail des décideurs locaux par la présentation synthétique de quelques futurs possibles. Ces hypothèses d évolution sont le résultat du travail d un panel d experts, chercheurs et d acteurs locaux, dans le but d apporter un avis «éclairé» aux élus. Trois séries de séminaires ont été organisées : le 19 juillet 2011, pour lancer la démarche prospective ; les 7, 8 et 9 septembre 2011, pour élaborer les scénarios ; le 28 septembre 2011, pour finaliser les scénarios. Dans la commande adressée au bureau d études INDDIGO, un des quatre scénarios devait apparaitre comme celui du souhaitable pour lancer le débat, avant d être complété et amendé dans la phase de prospective stratégique

5 LES 4 SCENARIOS EXPLORATOIRES Le siphon métropolitain En 2040, la Vallée de Drôme est pleinement intégrée à la métropole valentinoise qui a connu une expansion rapide. Inversement le Diois reste à l écart des phénomènes métropolitains à l œuvre dans la Vallée du Rhône, en raison du départ progressif des services et de l augmentation du prix des énergies qui freine la mobilité. La marge de manœuvre des collectivités locales est fortement réduite, dans un contexte généralisé de diminution des finances publiques. Les ressources mondialisées En 2040, le projet Biovallée a abouti à une séparation fonctionnelle entre un Diois «terrain de jeu» et une vallée de la Drôme inscrite dans la compétition mondialisée. Alors que le Diois est devenu une «réserve nationale de biosphère» et se désertifie, la vallée de la Drôme s est structurée autour de ses pôles principaux pour porter un projet entre les agglomérations de Valence et de Montélimar. Un archipel d initiatives En 2040, les dynamiques locales sont la résultante d une somme d opportunités et d initiatives individuelles qui se traduisent spatialement par une structure territoriale peu cohérente. Alors que la zone de confluence est plus ou moins sous l influence de l agglomération valentinoise, elle est déconnectée des autres espaces du territoire qui ont connu des évolutions très variables que ce soit en termes démographique, économique, sociale, environnementale La rupture durable En 2040, avec une action publique renouvelée, Biovallée est un écoterritoire rural de référence. L armature multipolaire s appuie sur des pôles urbains et bourgs centres renforcés, accueillant les principaux services et activités. Le développement durable est le moteur du développement économique et social

6 PHASE 2 : PROSPECTIVE STRATEGIQUE La construction du scénario souhaitable repose sur une approche participative, à travers la multiplication des temps de concertation avec les élus, acteurs locaux et habitants. Construction d une vision partagée du territoire Plusieurs réunions ont été organisées avec les élus et les techniciens en mars-avril 2011 pour recueillir des éléments de diagnostic partagé à travers des exercices de photolangage. Le cabinet INDDIGO a réalisé un diagnostic territorial de Biovallée (juin-septembre 2011), qui a été partagé lors de différents temps de concertation (forums prospectifs, ateliers de travail ) La Junior Entreprise Idées Territoires a réalisé et traité un questionnaire destinés à recueillir l avis des habitats sur leur territoire, dont les résultats ont été incorporés au diagnostic territorial (septembre 2011). Réactions sur les scénarios Les étudiants de la Junior Entreprise Idées Territoires ont formé à la démarche prospective un panel d une vingtaine de citoyens volontaires puis ont organisé des ateliers pour recueillir leurs avis sur les scénarios exploratoires (octobre 2011 à janvier 2012). Collecte des souhaits d un futur souhaitable Le 18 janvier 2011, a été organisé un apéro-débats ouvert au grand public. Après une séance en plénière destinée à présenter les quatre scénarios exploratoires, notamment grâce à des courts-métrages, les participants se sont retrouvés dans 10 ateliers de travail ayant des thèmes variés tels que : comment se déplacer en 2040? comment travailler en 2040?... Ils devaient ainsi imaginer ce qu ils souhaitaient dans chacun des quatre ateliers de 20 minutes auxquels ils ont pû participer. Les 8 et 9 février 2012, cinq ateliers prospectifs thématiques (Economie, Environnement, Aménagement, Solidarités, Energie) ouvert à tous, ont été organisés. Attirant une quinzaine de participants en moyenne, ils ont permis de recueillir les souhaits des différents protagonistes pour Biovallée en 2040, ainsi que les grands axes stratégiques que doivent prendre les politiques publiques pour y mener. Le scénario souhaitable proposé dans les pages suivantes fait la synthèse des échanges issus des différents temps de concertation, en prenant également en compte les points de débats et les contradictions éventuelles. Les quatre scénarios exploratoires ont également été présentés aux élus des Communautés de Communes du Val-de-Drôme, du Crestois et du Pays de Saillans, pour susciter des débats, notamment lors des Commissions d Initiatives Locales (octobre 2011 à février 2012)

7 UN SCENARIO CO-CONSTRUIT Vision partagée élus/techniciens Les ateliers des 8 et 9 février 2012 Le travail des étudiants de la Junior Entreprise Idées Territoires : panel citoyen, enquête-habitant, animation de l apéro-débats L apéro-débats du 18 janvier 2012 Le diagnostic territorial Les quatre scénarios exploratoires L implication des élus à toutes les étapes - 7 -

8 -8-

9 COMMENT LIRE LE SCENARIO SOUHAITABLE? La thématique décrite Les principaux points de débats et de désaccords qui ont émaillé les différents temps de concertation La description précise du scénario et de ses moteurs en 2040, issue des différents temps de concertation Les premières orientations et/ou actions structurantes à mener pour conduire au scénario souhaitable en

10 Gouvernance En 2040, Biovallée est devenue un éco-territoire rural de référence. Si en 2012, les crises économique, énergétique, sociale, environnementale, laissaient présager un avenir certain, les collectivités locales, organisées à l échelle de Biovallée, ont impulsé une stratégie de développement durable ambitieuse. La hausse du coût des énergies, la diminution des subsides publics, le départ annoncé de grands services publics, la progression de la périurbanisation ont nécessité des réponses innovantes regroupées autour de quelques grands principes : sobriété, mutualisation, solidarités, polyvalence, multifonctionnalité, innovation. Toutefois, ne pouvant tout solutionner à elles seules, les collectivités locales se sont largement appuyées sur les initiatives des citoyens à la fois cibles et vecteurs des politiques publiques. Les collectivités de «Biovallée» sont garantes de l équilibre territorial et du bien commun en définissant une stratégie globale tout en se reposant sur les acteurs du territoire pour une application adaptée aux particularités locales. Son périmètre élargi lui permet de peser efficacement pour établir des partenariats avec les métropoles grenobloise, lyonnaise et de Valence-Montélimar. Des remarques ont été adressées sur la prise en compte de facteurs externes structurants : catastrophe naturelle, accident nucléaire Or l arrivée de ces évènements est d une part hautement aléatoire, et d autre part leur déroulement effectif empêcherait la construction de toute stratégie de développement (que fait-on si Biovallée est condamnée par des retombées radioactives?), qui est le but de ce scénario souhaitable. Cet élément introduit deux questions principales qui ont émaillé les débats : Jusqu où s étendra le périmètre de Biovallée? Se limitera t- elle à la seule Communauté de Communes du Val-de-Drôme? S étendra t-elle au Diois? franchira t-elle le Rhône? Jusqu à quel point les collectivités locales voudront/pourront coopérer et partager leurs compétences? Y aura-t-il d autres structures intercommunales en parallèle? Premières orientations ou actions structurantes Construire un projet de territoire partagé afin de peser face aux agglomérations et territoires voisins. Créer des lieux de débats et de rencontres avec les agglomérations et territoires voisins pour développer des synergies communes. Encourager l implication des citoyens dans la prise de décisions en instaurant de véritables instances de démocratie participative

11 Aménagement du territoire En 2040, le caractère multipolaire de Biovallée est renforcé, s amarrant sur une armature urbaine hiérarchisée et fonctionnelle. L arrivée de habitants supplémentaires s est accompagnée d une densification des foyers de population existant, limitant la périurbanisation. Dans une logique de mixité fonctionnelle, l habitat, les emplois et les services ont été regroupés dans les villes et bourgs-centres. L armature urbaine est très hiérarchisée, le niveau d équipement variant avec le poids démographique des communes. Les grandes communes (Livron-sur-Drôme, Loriol-sur-Drôme, Crest et Die), ou pôles structurants, concentrent les équipements principaux. Les bourgs-centres ont connu une forte croissance démographique du fait de la relocalisation des hommes et des activités, ils forment un système de pôles d équilibre, répartis sur l ensemble du territoire : Saillans, Aouste-sur-Sye, Lucen-Diois, Châtillon-en-Diois, Alex, Granne,... Dans les petites communes, la croissance démographique est plus limitée mais se reconcentre dans les cœurs de villages. En dehors de ces trois niveaux de pôles (Pôles structurants, Pôles d équilibres, Cœurs de villages) l urbanisation a été limitée par les documents réglementaires tels le/les Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) ou Plan Local d Habitat (PLH). Le chiffre de habitants supplémentaires correspond aux estimations faites par l INSEE (cf. La lettre - Analyses n 144, n 144, Territoires de Rhône-Alpes : à l'horizon 2040, cinq profils d'évolution démographique). Le renforcement de l armature urbaine ne signifie pas que la croissance économique et démographique se fera uniquement sur les pôles principaux. Ces pôles devront s appuyer sur les «pôles d équilibre» qui offriront un certain nombre de services de proximité voire intermédiaires et permettront, en maillant le territoire, de limiter les déplacements. Crainte de nombreux intervenants et élus, l abandon des communes rurales n est pas souhaitable pour le territoire. Toutefois nous partons du principe que les difficultés futures à se déplacer limiteront la mobilité des habitants qui préféreront se situer à proximité de pôles plus importants. Le maintien et la création de services de proximité sont évidemment à encourager mais, quelque soit l équipement, une densité minimale (même faible) est nécessaire pour sa pérennisation. Les SCoT et les PLH, tels qu ils existent aujourd hui imposent déjà une redensification des foyers de peuplement existant et une distribution des surfaces à urbanisées et des logements à construire selon le niveau de pôles. Si le territoire dispose de plusieurs PLH, il ne dispose pas en revanche de SCoT

12 Aménagement du territoire L augmentation de la densité des centres urbains s est accompagnée du développement de l habitat collectif dans une optique de mixité sociale. Ces logements, à énergie positive, ont permis à la fois d absorber la croissance démographique, d offrir une solution énergétique viable aux habitants, et de développer la cohésion sociale avec une mixité entre espaces privatifs et collectifs. Les formes de logements sont variées et certaines reposent sur des modèles coopératifs voire alternatifs : maison intergénérationnelle, logements partagés Le développement de l habitat collectif est nécessaire pour densifier les pôles. La notion de logements collectifs doit être bien définis car son image reste souvent cantonnée à des éléments négatifs : promiscuité, saleté, délinquance Il ne s agit pas de construire des tours dans les villages, mais de favoriser la construction de logements collectifs à R+1, R+2. L habitat collectif, tel qu il est pensé ici, dépasse de loin le simple cadre du bâtit mais inclut également des services, des loisirs pour favoriser le bien vivre ensemble. La montée des coûts du logement et du foncier a été en partie contrebalancée par un effort important en matière de construction de logements sociaux. Premières orientations ou actions structurantes Favoriser l adéquation spatiale entre logements, emplois et services. Développer une politique de logements qui permette à tous de se loger décemment. Encourager la construction de logements collectifs, bénéficiant d espaces privatifs et publics. Encourager la construction de logements sociaux. Encourager des formes d habitat coopératif. Limiter la périurbanisation et préserver les terres agricoles. Construire un Schéma de Cohérence Territoriale sur un large périmètre. Favoriser la construction dans les «dents creuses». Favoriser l utilisation de matériaux locaux dans la construction des bâtiments

13 Mobilités et déplacements Du fait de la reconcentration des hommes et des équipements et de profonds changements des comportements individuels, les systèmes de transports ont été optimisés dans une optique de multimodalité et d intermodalité, en privilégiant les alternatives à la voiture individuelle. Les politiques de transport adoptées ont eu pour objectif, dans l ordre de : 1. réduire les déplacements ; 2. favoriser le report modal ; 3. favoriser les transports en commun, dont la part modale augmente de deux points. Le cadencement de la ligner TER a été multiplié sur les pôles structurants et s est adapté aux horaires de vie des habitants. Les pôles structurants et les pôles d équilibre sont reliés par un réseau de bus. Progressivement, des aménagements de la voirie ont été effectués pour permettre le déploiement les modes doux, notamment le vélo dont la part modale a doublé, dans les villes et villages. Les ruptures de charge entre ces différents modes de transport ont été limitées par des aménagements : places de parking autour des gares, possibilités de mettre son vélo dans la soute des bus Du fait de ce système multimodal, la part de la voiture, bien qu encore majoritaire (60 % de part modale) du fait de la situation rurale du territoire, a fortement diminué (-12 points). Des participants ont exprimé le souhait de réduire encore plus la part de la voiture. Toutefois, sachant que les transports en commun sont déficitaires (dans le meilleur des cas), dans les grandes villes, il parait peu probable, dans un territoire à la densité de population trois fois inférieure à la moyenne française, de se passer de la voiture

14 Mobilités et déplacements Le déploiement de ce nouveau réseau de transports a nécessité une plus grande implication personnelle des habitants. Si les transports en commun et modes doux se sont développés, ils ne permettent pas d assurer toutes les liaisons et de mailler exhaustivement le territoire. Les citoyens ont donc un rôle important à jouer dans l organisation de leurs déplacements, à travers des systèmes plus ponctuels : transport à la demande, covoiturage (+ 6 points de part modale), acquisition de voitures partagée, «taxi-brousse» mais encouragés par les pouvoirs publics à travers «des plates-formes de mobilités.» Cette auto-organisation permet de compléter efficacement les réseaux de transports principaux, en permettant aux habitants des hameaux et des villages de rejoindre des pôles plus importants. L auto-organisation nécessitera une grande flexibilité des habitants, dont le rapport au temps sera nécessairement différent, ne se basant pas sur l immédiateté. Il faudra accepter que nous n aurons pas forcément la même liberté de nous déplacer qu aujourd hui, sauf si on en a les moyens. Premières orientations ou actions structurantes Réduire le nombre de déplacements. Favoriser la multimodalité en limitant au maximum les ruptures de charge Mettre en place un ticket unique Créer des places de stationnement gratuites (voitures + vélos) dans les gares Assurer la cohérence entre les modes de déplacements Mettre en place un guichet unique Créer une plate-forme de mobilité pour renseigner les habitants Favoriser la création de Plans de Déplacements Administratifs, Entreprises et Interentreprises Favoriser le développement des mode-doux Création d un Schéma Modes Doux à l échelle de la Biovallée Soutenir les initiatives individuelles

15 Cohésion sociale Malgré l arrivé de catégories socio-professionnelles disposant de revenus élevés et attirées par un cadre de vie préservé, Biovallée a réussi à maintenir et renforcer la cohésion sociale et le bien vivre ensemble grâce au développement de l habitat collectif, des transports en commun, de l économie sociale et solidaire, des circuits courts Le niveau de service est maintenu par rapport à 2012, voire s est amélioré du fait d une meilleure organisation. La mutualisation des services a permis de les sauvegarder dans les pôles d équilibre et les bourgs-centres à travers des Maisons de Services, Maisons de Santé, ou le renforcement de la polyvalence des prestataires publics et privés : poste dans les bureaux de tabac ou les mairies, vente des Associations pour le Maintien de l Agriculture Paysanne (AMAP) dans les locaux des écoles Le déploiement des Technologies de l Information et de la Communication permet aux habitants éloignés des axes de communication de bénéficier de services externes, comme les services administratifs en ligne. Les médecins peuvent prendre des nouvelles à distance de leur patient, grâce à des équipements spécifiques : prise du pouls, de la tension, vidéo-diagnostic et ainsi éviter des déplacements vers les Maisons de Santé. Polyvalence, mutualisation et multifonctionnalité seront les conditions nécessaires pour maintenir des services sur l ensemble du territoire. L organisation des services de demain sera vraisemblablement différente de celle d aujourd hui, avec des fonds publics encore moins importants. Les TIC représentent donc une réelle opportunité de développement pour le territoire, bien qu il semble peu probable qu il y aura un accès au très haut débit dans toutes les communes. Biovallée se caractérise également par le poids de l Economie Sociale et Solidaire, qui représente un vivier d emplois important et un ferment de la cohésion sociale. L épargne citoyenne permet de réinjecter l argent dans l économie locale, entre autre, avec le développement de monnaies locales. En parallèle se sont développées des initiatives non marchandes tels les Systèmes d Echanges Locaux

16 Cohésion sociale Les activités culturelles et artistiques font pleinement partie du développement économique et social à travers une vie associative et culturelle foisonnante, qui permet de maintenir la cohésion sociale et de renforcer les solidarités. Biovallée confirme ainsi son statut de territoire d innovation en matière sociale et culturelle en soutenant les initiatives des collectivités et des citoyens en ce sens. Les habitants ont su coopérer pour répondre à des problématiques que les collectivités locales n ont pas pu toujours gérer seules. Les habitants prennent davantage part aux décisions politiques grâce à un système de démocratie participative plus développé, et ce, à toutes les échelles. Une meilleure implication des citoyens dans la vie politique est une demande forte de la part des participants aux différentes phases de la démarche. De cette problématique en découle une autre : comment cibler les publics qui ne s expriment pas (ouvriers, employés, jeunes,.) afin de mettre en place une démocratie participative qui représente la population dans sa diversité, accroissant ainsi sa légitimité. Premières orientations ou actions structurantes Favoriser le développement de l habitat collectif et des logements sociaux (cf. partie aménagement du territoire). Favoriser le développement des transports en communs (cf. partie déplacements). Promouvoir des clauses d insertion dans les marchés et dans les relations avec les entreprises. Développer le service à la personne au-delà des seuls services à domicile. Construire une véritable stratégie d aménagement numérique du territoire

17 Energie - Climat Biovallée a entamé une profonde révolution énergétique. Bien qu étant encore un territoire rural, le facteur 4 (diminution par 4 des Gaz à Effet de Serre) est atteint en Les émissions de Gaz à Effet de Serre et la consommation d énergie ont diminué grâce à un aménagement du territoire qui a pris en compte très tôt l augmentation du prix des énergies, et une évolution profonde des comportements individuels. La réduction des consommations est salutaire pour les ménages modestes qui évitent ainsi de tomber dans la précarité énergétique. Nos simulations les plus ambitieuses montrent que la réduction des GES atteindra à peine le facteur 2 d ici Or l atteinte du facteur 2 nécessitera des efforts considérables. Si de grandes marges de manœuvre existent dans l habitat et le bâtit, la diminution des gaz à effet de serre sera plus difficile dans les transports et les activités économiques, dont l agriculture. Les bâtiments construits depuis 2010 ont tous été conçu selon des normes énergétiques strictes. Parallèlement à une politique de sensibilisation, un plan de rénovation de l habitat conduira à la réhabilitation de 60 % des logements. Ce plan sera complété par une densification de l habitat neuf. Le transport automobile individuel a vu sa part modale réduire à moins de 60 % au profit des transports collectifs et des déplacements doux, en parallèle au développement de la voiture électrique qui représente 30% du parc. Biovallée a réussi à devenir indépendante pour la production d énergie hors transport, en misant sur un mix énergétique diversifié issues de ressources renouvelables : solaire, éolien (et petit éolien), bois-énergie, géothermie, méthanisation Parallèlement à une production centralisée, des équipements plus structurants auront émergé : de grandes centrales photovoltaïques (120 MW), 4 champs «grand éolien» (60 MW) et des chaufferies biomasse (7,8 MW). Le développement de la filière bois-énergie passera d abord par une augmentation de la production de bois. Cette ressource est en effet sous exploitée actuellement. A l échelle régionale, la production ne suffit plus à alimenter toutes les chaufferies-bois, qui se multiplient, à l instar de celle de Pierrelatte

18 Energie - Climat L adaptation au changement climatique est essentielle pour un territoire dont le développement dépend de ses ressources naturelles et de sa qualité de vie. Les pouvoirs publics ont précocement engagé un travail de convergence des initiatives locales d adaptation. Même avec l ensemble des initiatives évoquées ci-dessus, on atteint «seulement» 40% de réduction des émissions de GES en L atteinte du facteur 2 nécessitera des mesures plus poussées sur l aménagement, les mobilités, les comportements, l évolution de l agriculture, un changement des habitudes alimentaires Premières orientations ou actions structurantes Réduire les distances parcourues. Favoriser le report modal. Encourager le développement des transports en commun et des modes doux (cf. partie déplacements). Rénover le bâtit existant, en agissant prioritairement sur les publics les plus défavorisés. Encourager la construction de bâtiments «passifs», voire producteurs nets d énergie. Développer la production d énergies renouvelable, sous toutes leurs formes. Rénover les microcentrales hydrauliques. Construire des petites fermes éoliennes. Développer les réseaux de chaleur. Sensibiliser et former les habitants aux enjeux énergétiques, dont la précarité énergétique

19 Ressources L ensemble des ressources du territoire sert de moteur au développement économique local. Les ressources naturelles et patrimoniales sont valorisées, mais gérées de manière concertée et durable afin de limiter les conflits d usage. La réorganisation de l aménagement du territoire a permis de maintenir la première de ses ressources : l espace. Les espaces naturels ont étés protégés et intégrés dans une trame verte et bleue élargie permettant la circulation des espèces animales et végétales. La biodiversité est ainsi relativement protégée des nuisances et des pressions anthropiques. Les espaces naturels sont supports d actions d éducation et de sensibilisation à l environnement. Du fait d un étalement urbain limité et d une périurbanisation ralentie, les surfaces agricoles ont été maintenues. La maitrise de la périurbanisation a évité la banalisation des paysages, bien qu ils se soient transformés avec une plus forte densité de logements dans les villes et villages et le développement de mâts éoliens. Le patrimoine naturel (milieux, paysages ) de Biovallée est un des principaux facteurs de son attractivité et de sa qualité de vie. Les résultats du questionnaire adressé aux habitants ont clairement démontré leur profond attachement à ces ressources. Le protocole d accord Biovallée prévoit d ailleurs de stopper l urbanisation des terres agricoles d ici L implantation d éoliennes sur le territoire suscite de nombreux débats, avec notamment une remise en cause de leur insertion dans les paysages locaux. Les patrimoines historique et culturel sont préservés et sont les supports du développement d un tourisme de découverte, ainsi que du maintien d une identité commune au territoire. La valorisation du patrimoine local passe également par la reconnaissance et la transmission des savoir-faire des artisans, des agriculteurs, des associations, des habitants dans des domaines variées, qui conforte le souhait des acteurs locaux de faire de Biovallée un «territoire école» (cf. partie économie)

20 Ressources Le développement de la filière bois a été rendu possible par les remembrements forestiers et l acquisition de parcelles inexploitées par des syndicats communaux et des coopératives locales. La ressource en eau est sous pression du fait des ponctions liées au développement démographique de Biovallée et des territoires environnants. Toutefois, elle est gérée de manière soutenable, d une part avec une diminution de la demande (éco-gestes, réduction des cultures les plus consommatrices ) et d autre part, une augmentation de l offre (récupération de l eau de pluie, retenues collinaires ). Premières orientations ou actions structurantes Maitriser le foncier (cf. partie aménagement du territoire). Protéger les milieux naturels et limiter les nuisances (déchets, pollutions ). Développer des actions d information et de sensibilisation à l environnement. Préserver et valoriser les ressources culturelles et patrimoniales. Optimiser la ressource en eau. Développer de nouvelles sources d approvisionnement (retenues collinaires, récupérateurs d eau de pluie ). Adopter des productions et des techniques agricoles moins gourmandes en eau. Augmenter la production en bois-construction et bois-énergie. Favoriser l exploitation de la forêt pour les collectivités locales. Regrouper les parcelles sylvicoles, aujourd hui très fragmentées. Empêcher l exploitation des gaz de schiste sur le territoire

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 Révision du SCoT du Pays Segréen Réunion publique lundi 30 novembre 2015 Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 SOMMAIRE Point d étape / avancement du SCoT Présentation du projet

Plus en détail

COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE

COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE 12 nov. 2014 COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE Elu référent : Luc Rémond Le 12 novembre 2014 Voreppe Hôtel de ville Sommaire de l intervention 1. Chiffres-clé sur les déplacements

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire

Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire Enjeu 3, lié aux fonctions urbaines et sociales : Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire SCoT de la CUA 53 Enjeu 3, lié aux fonctions urbaines et sociales: Quelles difficultés surmonter?

Plus en détail

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Julien Roissé Chargé du SCoT du Pays du Mans Référent technique Grand Ouest de la Fédération Nationale des SCoT Séminaire SCoT Energie Bordeaux 04 novembre 2014

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

SESSAM Schéma d accessibilité et de mobilité du Sud de l Entre-Sambre-et-Meuse

SESSAM Schéma d accessibilité et de mobilité du Sud de l Entre-Sambre-et-Meuse Beaumont Cerfontaine Chimay Couvin Doische Florennes Froidchapelle Philippeville Momignies Sivry-Rance Viroinval Walcourt SESSAM Schéma d accessibilité et de mobilité du Sud de l Entre-Sambre-et-Meuse

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 Le déroulement de la soirée 1. Qu est-ce qu un PLUi? 2. Etat des lieux du territoire 3. Temps d échanges

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd)

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015 Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) 1. Le rôle du Padd dans le Schéma de cohérence territoriale 2.

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

SEMINAIRE n 2 09 septembre 2014. Compte-rendu

SEMINAIRE n 2 09 septembre 2014. Compte-rendu SEMINAIRE n 2 09 septembre 2014 Compte-rendu Atelier 1 : Comment créer de la valeur ajoutée et de la richesse à partir des ressources territoriales? Ressources territoriales : agriculture diversifiée (mais

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

SYNTHESE DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL

SYNTHESE DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL COMMUNE DE SAINT-CERGUES SYNTHESE DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL Réunion publique de concertation du 4 avril 2013 E s p a c e s & M u t a t i o n s B. L E M A I R E AEspaces r c h & i tmutations e c t e B.LEMAIRE

Plus en détail

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040»

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» 1 Programme de l après-midi 1. Pourquoi cette démarche? 2. Approche systémique de la Savoie 3. Les travaux en

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic SauveterredeGuyenne Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire PLU Phase 1 diagnostic Agglomération bordelaise Libourne CastillonlaBataille SteFoylaGrande Bergerac SauveterredeGuyenne

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme (PLUi) et Règlement Local de Publicité (RLPi) Intercommunal

Plan Local d Urbanisme (PLUi) et Règlement Local de Publicité (RLPi) Intercommunal 1/ 40 Phase 1 : Diagnostic territorial et Etat Initial de l Environnement Réunion publique Plan Local d Urbanisme (PLUi) et Règlement Local de Publicité (RLPi) Intercommunal Plan d intervention 2/ 40 1.

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

Révision générale du plan local d urbanisme

Révision générale du plan local d urbanisme Révision générale du plan local d urbanisme Qu est ce qu un plan local d urbanisme? Le PLU est un outil d'aménagement et de gestion de l'espace qui permet de planifier, maîtriser et ordonner l'organisation

Plus en détail

PARTIE 2. Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains. Etienne Timmermans - Fondation rurale de Wallonie

PARTIE 2. Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains. Etienne Timmermans - Fondation rurale de Wallonie Programme cofinancé par l Union européenne. Fonds européen de développement régional. «L Union européenne investit dans votre avenir.» PARTIE 2 Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains Etienne Timmermans

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Alsace

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Alsace Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Alsace 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques géographiques

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Le développement urbain

Le développement urbain Le développement urbain CARACTÉRISER LE DÉVELOPPEMENT URBAIN Les multiples approches convergent pour montrer sous divers angles (l interprétation orthophotographique, satellitaire, données cadastrales,

Plus en détail

Recueil de la parole citoyenne Recueil de la parole citoyenne Quelques chiffres 6 rencontres - mars 2012 : Hillion, Plouguernével, Cavan, Collinée, Bourbriac, Plélan-le-Petit. 500 spectateurs dont 350

Plus en détail

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC I PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC CAHIER N 1 / AVRIL 2015 LANCEMENT DE LA PROCÉDURE Le a pour objectif de définir un projet urbain

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements PLU Grenelle : Fiches pratiques 5. Déplacements Novembre 2014 1 Déplacements Fiche n 1 : Diminuer les obligations de déplacements Fiche n 2 : Développer les transports collectifs Fiche n 3 : Développer

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

SCoTEMS Démarche / Contexte

SCoTEMS Démarche / Contexte SCoTEMS Démarche / Contexte EMS : Communauté de Communes Eure Madrie Seine 23 communes 30 000 habitants 1 Le SCoTEMS Démarche entamée en 2006 Le SCoTa été validé le 28 septembre 2010 Rapport de Présentation

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Eduquer à l environnement urbain: le bruit, l air, l architecture, l énergie et l éco mobilité Béatrice Couturier 21 Novembre 2011

Eduquer à l environnement urbain: le bruit, l air, l architecture, l énergie et l éco mobilité Béatrice Couturier 21 Novembre 2011 Eduquer à l environnement urbain: le bruit, l air, l architecture, l énergie et l éco mobilité Béatrice Couturier 21 Novembre 2011 Comment l urbanisme durable prend en compte le cadre et les modes de vie?

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Pour aller à l essentiel

Pour aller à l essentiel PREPARONS NOTRE AVENIR AVEC LE SYNDICAT MIXTE POUR LE SUNDGAU Comment développer notre Sundgau? Le Syndicat Mixte pour le Sundgau, qui regroupe les 112 communes et 7 communautés, lance un grand temps de

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT. www.concertations.lacub.

FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT. www.concertations.lacub. FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT www.concertations.lacub.fr 1 Les ateliers thématiques : contexte et déroulement 1# Les

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial

Plan Climat Energie Territorial Plan Climat Energie Territorial Atelier 2 «Déplacements, transport de marchandises» Compte-rendu 02 avril 2013 Mairie de Saint Marcel lès Valence Table des matières 1 Participants...2 2 Réflexions en groupes...5

Plus en détail

Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional

Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional 12 réunions d octobre à décembre 2013 Un PNR c est quoi? C est un label réservé aux territoires remarquables (paysages/nature/patrimoine culturel)

Plus en détail

2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR

2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR PRESENTATION 2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR L ECO-RESPONSABILITE Les actions soutenues

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque

Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque Contexte Les enjeux des énergies renouvelables Une transition énergétique nécessaire Les questions énergétiques représentent l un des

Plus en détail

Guide sur les thématiques liées au développement durable

Guide sur les thématiques liées au développement durable Guide sur les thématiques liées au développement durable De manière spontanée, les organisations de l ESS doivent s interroger, d une part sur la finalité poursuivie et d autre part sur les moyens, actions,

Plus en détail

Syndicat Mixte pour le Sundgau

Syndicat Mixte pour le Sundgau IGT.ITG 22 rue Saint-Louis 67000 STRASBOURG Tél : 09 52 38 37 65 Fax : 09 57 38 37 65 Courriel : igt.itg@igt-itg.eu www.igt-itg.eu Cabinet ARGOS 8 rue Raymond Bank BP 1523 38025 GRENOBLE cedex 1 Tel :

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Restitution Publique. Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle

Restitution Publique. Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle Restitution Publique Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle 1 Présentation du projet Contexte Projet du Domaine d Approfondissement de l Ecole d Ingénieurs de Purpan, Toulouse (21 étudiants) Territoire du

Plus en détail

ATELIER COMMERCE ATELIER DEMOGRAPHIE

ATELIER COMMERCE ATELIER DEMOGRAPHIE ATELIER COMMERCE 1. La vitalité des centres-villes et centres-bourgs ruraux Difficulté de restauration mises aux normes Préserver le commerce local Maintien de l artisanat et des services Maintien du lien

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Etude du système intégré de transport sur le périmètre du territoire de Sénart - Atelier de coconstruction. 6t-Bureau de recherche 22 septembre 2015

Etude du système intégré de transport sur le périmètre du territoire de Sénart - Atelier de coconstruction. 6t-Bureau de recherche 22 septembre 2015 Etude du système intégré de transport sur le périmètre du territoire de Sénart - Atelier de coconstruction 6t-Bureau de recherche 22 septembre 2015 1 Plan de séance I. Rappel des objectifs, des méthodes

Plus en détail

Economie, emploi, services à la population

Economie, emploi, services à la population Elaboration de la charte fondatrice du PNR du Doubs Horloger Economie, emploi, services à la population Partage du diagnostic 9 juillet 2015 LE CADRE DE TRAVAIL Objectifs : Partager / compléter et spatialiser

Plus en détail

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES Le Conseil Régional, l Etat, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés), les partenaires sociaux, avec le concours de l AGEFMA ont réalisé des CEP (Contrats

Plus en détail

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche E 7 CLÉS pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche 1 Défi nir «votre» localisation géographique idéale Choisir un emplacement adapté, c est tout d abord définir le barycentre de votre future

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Compte rendu par atelier : forum de la transition

Compte rendu par atelier : forum de la transition Compte rendu par atelier : forum de la transition Chaque restitution est détaillée de façon à respecter la fiche cadre remplie lors de la journée. L intérêt de ce compte rendu est de permettre à tous les

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable Ces interrogations ont servi de base à la formulation d un projet de vie communale exprimé au travers du PADD. Elaboré selon un objectif général

Plus en détail

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 La présente note établit le bilan pour l année 2012 de la convention entre la Région et la Safer Rhône- Alpes. S agissant de la première année d application,

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS. Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h)

THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS. Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h) THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h) Les dynamiques des espaces productifs français dans la mondialisation ETUDE DE

Plus en détail

Pays Vallée de la Sarthe

Pays Vallée de la Sarthe PLAN D ACTIONS POUR LE CLIMAT ET LA TRANSITION ENERGÉTIQUE Contact Adeline Charré - 0 43 94 80 80 energie@vallee-de-la-sarthe.com Pourquoi se mobiliser contre le changement climatique? Une charte : pourquoi?

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial de la Communauté d Agglomération d Angers Loire Métropole

Plan Climat Energie Territorial de la Communauté d Agglomération d Angers Loire Métropole Plan Climat Energie Territorial de la Communauté d Agglomération d Angers Loire Métropole Forum du Climat du 6 février 2010 Rencontre intermédiaire Compte rendu Les éléments présentés ci-après reprennent

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

Gaz de France et le développement durable

Gaz de France et le développement durable Gaz de France et le développement durable L engagement pour des territoires durables Groupe de pilotage «Entreprises Collectivités» Comité 21 20 juin 2006 Isabelle ARDOUIN DIRECTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

Evolution du coût de l énergie

Evolution du coût de l énergie 1 Sébastien Kraft / Pierre Guilpain Kovalence/ Symbioz s.kraft@kovalence.fr/ p.guilpain@symbioz-energie.fr 2 passées Evolution du coût de l énergie 3 Evolution Evolution Prix complet pour 100 kwh moyenne

Plus en détail

Habitants, collectivités, entreprises locales : coopérons pour la production d'énergies renouvelables

Habitants, collectivités, entreprises locales : coopérons pour la production d'énergies renouvelables Habitants, collectivités, entreprises locales : coopérons pour la production d'énergies renouvelables Comment mobiliser? Quelles formes de gouvernance? Comment regrouper les habitants, les compétences

Plus en détail

Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21. METROPOLIS 15 décembre 2010

Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21. METROPOLIS 15 décembre 2010 Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21 METROPOLIS 15 décembre 2010 Vue d ensemble de la démarche Plan Climat 2 Livre Vert Etat des lieux des enjeux Information et implication

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Comment les Parcs accompagnent les changements et l innovation?

Comment les Parcs accompagnent les changements et l innovation? Comment les Parcs accompagnent les changements et l innovation? Taux de sensibilisation à la question de l accompagnement social : 85 % des 22 Parcs questionnés estiment que le développement social est

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD)

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) LE PADD : projet d aménagement et de développement durable Il définit les orientations d urbanisme

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

MARQUETTE-LEZ-LILLE / SAINT ANDRÉ-LEZ-LILLE PROJET DE REQUALIFICATION DU GRAND RHODIA

MARQUETTE-LEZ-LILLE / SAINT ANDRÉ-LEZ-LILLE PROJET DE REQUALIFICATION DU GRAND RHODIA PÔLE AMÉNAGEMENT ET HABITAT DOSSIER DE PRESENTATION MARQUETTE-LEZ-LILLE / SAINT ANDRÉ-LEZ-LILLE PROJET DE REQUALIFICATION DU GRAND RHODIA Développement Urbain & Grands Projets Espace Naturel & Urbain Un

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail