DGAFP/DIRE. JOURNEES D ETUDE Compte-rendu 8 juin 1999

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DGAFP/DIRE. JOURNEES D ETUDE Compte-rendu 8 juin 1999"

Transcription

1 1 MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DE LA REFORME DE L ETAT ET DE LA DECENTRALISATION DGAFP/DIRE JOURNEES D ETUDE Compte-rendu 8 juin 1999 INTERNET, INTRANET : DES LEVIERS POUR MODERNISER L ADMINISTRATION

2 2 SOMMAIRE OUVERTURE Emile Zuccarelli, ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l Etat et de la Décentralisation TEMOIGNAGES Un point sur l utilisation des technologies de l information et de la communication par l administration en France et à l étranger Daniel Blume Membre du comité PUMA de l OCDE Un éclairage sur les pratiques de 5 pays de l OCDE Michel Audet Centre francophone d informatisation des organisations (CEFRIO), Québec L approche du Québec Philippe Schnäbele Chef de mission à la DIRE (délégation interministérielle à la réforme de l Etat) L entrée de la France dans la société de l information : où en sommes-nous? TABLES RONDES Table ronde 1 : internet : un levier pour développer de nouveaux services Table ronde 2 : intranet et SIT (systèmes d information territoriaux) : des leviers de la modernisation interne POINT DE VUE Yves Lasfargue Directeur du CREFAC (Centre d étude et de formation pour l accompagnement des changements) La nécessité d un nouveau management et de nouvelles organisations du travail CLOTURE Gilbert Santel Directeur général de l administration et de la fonction publique, délégué interministériel à la réforme de l Etat

3 3 OUVERTURE Emile Zuccarelli, ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l Etat et de la Décentralisation Mesdames, Messieurs, En ouvrant avec vous cette journée d étude sur l usage par l administration des nouvelles technologies de l information et de la communication (les NTIC), j ai souhaité souligner l importance que j attache à cette question, et le gouvernement avec moi. Votre présence ici, nombreux, venant des services centraux et des services déconcentrés des différents ministères, démontre que vous attachez au thème des NTIC la même importance que moi : je n en suis pas autrement surpris. J ai constaté, tout au long de ces deux ans, la prise de conscience enthousiaste qui s est généralisée parmi les agents publics en faveur d une utilisation intelligente des NTIC, utilisation qui bénéficie autant aux intérêts des usagers qu à la modernisation des administrations. Je vois aussi, bien sûr, dans votre engagement, un gage de la qualité des témoignages et des débats qui rythmeront votre journée. En faisant le point sur l avancement du chantier de l administration électronique, l un des six volets du programme d action gouvernemental pour la société de l information (PAGSI), vous constaterez le foisonnement d initiatives qui améliorent à la fois la qualité du service public et les modes de fonctionnement interne, et vous réfléchirez sur les nouvelles organisations du travail que ces innovations amènent à développer dans les services. Je ne veux pas anticiper sur vos discussions, dont je ne doute pas de la richesse, mais voudrais insister sur l absolue nécessité d avancer collectivement, concrètement, dans ce domaine. Dans notre tradition, l administration est un pilier du pacte républicain qui structure la société française. Cette vision, à laquelle je suis comme vous attaché, nous impose un effort rigoureux et permanent de réforme et de modernisation des services publics, au même rythme que la société qui nous entoure, à la fois dans ses possibilités techniques et dans ses attentes. Utilisées au mieux, les technologies de l information et de la communication peuvent jouer un rôle considérable dans cette modernisation et cette adaptation de nos services aux attentes du public. C est sur la base de ces convictions que je me propose de dresser brièvement un bilan des actions entreprises depuis 18 mois, de préciser la contribution de ces NTIC à la réforme de l Etat et d évoquer les changements qu elles vont apporter dans l organisation et la culture de l administration. 1) Bilan des actions entreprises depuis 18 mois A l été 1997, notre pays connaissait des retards en matière de taux d équipement des ménages en micro-ordinateurs, notamment en micro-ordinateurs connectés à l internet, ainsi qu en matière d enseignement et de formation dans les technologies de l information, et de contenus et de services français sur l internet. En contrepartie, la France disposait toutefois d atouts

4 4 indiscutables : des industriels et des opérateurs présents sur le marché, une infrastructure de communication moderne, un réseau de recherche et d enseignement supérieur de grande qualité, une population et des entreprises familiarisées, grâce au minitel, avec la logique des services en ligne et le commerce électronique. Il est vraisemblable que l existence du minitel, où la France avait une avance, explique les retards mais aussi la familiarité avec les services en ligne. Le discours du Premier ministre à Hourtin, en août 1997, a annoncé l ambition du gouvernement, et deux CISI (comités interministériels pour la société de l information), tenus en janvier 1998 et en janvier 1999, ont précisé le contenu du PAGSI, le programme d action gouvernemental pour la société de l information, programme destiné à surmonter les retards et à aborder une nouvelle étape. En matière de modernisation de l administration, le PAGSI visait à faciliter l accès de l administration au public par internet, et aussi à accroître l efficacité du fonctionnement interne de l administration. On retrouvera cette double nécessité tout au long de mon propos. * * * Dix-huit mois plus tard, quel bilan pouvons-nous tirer de ce programme gouvernemental? En France en général, l année 1998 a largement permis de résorber le retard. Ainsi, le taux d équipement des ménages et le taux de branchement sur internet croissent plus vite qu en moyenne en Europe, et la quasi-totalité des lycées français est désormais connectée à l internet. Dans l administration, l ensemble des ministères a réagi avec rapidité et a très vite mis en œuvre des mesures dont chacun ressentait l importance. Les agents, dans leur ensemble, ont fait preuve de beaucoup de volonté, et leur engagement a largement facilité les réussites actuelles, dont je ne vous citerai que quelques exemples : -l enrichissement régulier des sites internet des différents ministères, avec le développement progressif de services nouveaux et l apparition des premiers sites de services déconcentrés, -l ouverture des sites interministériels, Admifrance et Légifrance, qui sont aujourd hui largement utilisés, -le transfert sur l internet des services minitel, -la mise en ligne d environ 300 formulaires, couvrant 50% du volume des procédures, -le développement des messageries et des intranets dans tous les ministères, -la création des premiers systèmes d information territoriaux (SIT), qui favorisent la modernisation du mode de travail interministériel, -les travaux en vue du lancement de la messagerie interministérielle AdER (pour Administration en réseau). * * * D une manière générale, la prise en compte de la réflexion sur l usage des nouvelles technologies a été introduite à tous les niveaux de fonctionnement de l administration. Au

5 5 niveau ministériel, la plupart des programmes pluriannuels de modernisation (PPM), récemment achevés, abordent ce thème avec des perspectives ambitieuses. Par ailleurs, de plus en plus souvent, les réflexions associent les services déconcentrés, soit avec les services centraux, soit entre eux sur un même territoire, et donc le réseau se complète suivant les deux axes et l ensemble est prometteur de nouvelles habitudes de travail. Voilà dont un premier bilan sommaire. 2) La contribution des NTIC à la politique de réforme de l Etat Puisque aujourd hui l administration électronique n est plus un simple souhait, mais que nous commençons à en voir la réalisation, il est temps à présent d entreprendre une nécessaire mutation organisationnelle et culturelle, qui s inscrit pleinement dans la réforme de l Etat que je conduis. Sur ce thème, je souhaiterais ici présenter trois points. 1) L un des objectifs majeurs de la réforme est l amélioration des relations entre le public et l administration. Cette ambition est au cœur du PAGSI : elle se concrétise par la mise en ligne d informations nouvelles et pertinentes, par la recherche de nouveaux services et par le développement des téléprocédures. Dans ce domaine, je dirais que nous avons tous un devoir d imagination et un devoir de réalisation de ces nouveaux services. Tous les ministères y ont contribué et y contribuent. Les prochains mois seront marqués par le développement de sites internet des services déconcentrés de l Etat qui offriront des informations et des services de proximité et, au niveau interministériel, par l enrichissement du site Admifrance, que j évoquais tout à l heure et qui offrira aux usagers un portail de l administration française. 2) Ces actions de modernisation nécessitent la participation de tous les fonctionnaires. Tous les agents doivent être informés des actions menées. Ils doivent être associés à leur mise en œuvre, formés à la maîtrise des outils, doivent voir valorisé leur engagement. Car s ils ressentent, en général, beaucoup de satisfaction et d espoir, ils conservent, vous le savez sans doute, quelques inquiétudes. Leur fierté de travailler sur un outil moderne s accompagne de questions sur les modes de travail, d inquiétudes sur les compétences à acquérir. Cela nous oblige à accompagner les projets techniques, notamment par des actions de formation et par une réflexion sur les procédures de travail. Je tiens à vous dire ici que mes services et moimême vous y aiderons. 3) L administration doit passer d une organisation verticale, cloisonnée, à une organisation en réseau, ouverte sur les besoins de la société. L Etat, est-il besoin de le dire, est de plus en plus multiple dans ses attributions et dans ses modes d action. Il mène ses politiques en liaison avec la commission européenne, les collectivités locales, les associations, les partenaires sociaux. En son sein même, la déconcentration et le travail interministériel s accroissent dans des domaines essentiels comme l environnement, la politique de la ville, les questions sociales, qui de plus en plus enjambent les frontières entre ministères. Dans cette perspective, les technologies de l information et de la communication offrent des

6 6 opportunités qu il vous appartient de concrétiser par un management et un accompagnement appropriés. C est sur l importance de ce point que je voudrais conclure mon propos. 3) L administration doit s organiser pour accompagner ces changements Les NTIC sont un outil efficace, mais il reste au public et aux agents de l Etat à les diffuser, car il ne faut pas compter sur une progression automatique. Surtout, dans cette progression, il nous appartient de veiller à l accès de tous à la société de l information, qui ne doit pas devenir un système à deux vitesses. Il faudra pousser derrière la machine pour que tous y soient associés, sans développement d un nouvel illettrisme, facteur de rupture sociale. Cela signifie que les acteurs politiques et les responsables administratifs auront à la fois à s impliquer eux-mêmes, à favoriser l initiative des services de terrain, à faire confiance à leurs collaborateurs par de nouvelles habitudes de travail, bref, bien plus qu à accepter, à organiser et à favoriser, et donc à diffuser, le changement. * * * Voilà, mesdames, messieurs, ce que je voulais vous dire ce matin au début de vos travaux. En 1998, nous avons franchi une étape-clé pour l entrée de l administration dans la société de l information, avec une large prise de conscience, une sensibilisation des acteurs et le lancement de quelques actions exemplaires. L étape suivante, dans laquelle nous sommes actuellement, a commencé par une réflexion sur de nouvelles pratiques de travail, une appropriation des outils et des méthodes par les acteurs et une généralisation des actions lancées lors de l étape précédente. Les expérimentations, c est bien, mais elles ont toute leur saveur quand elles se généralisent. A présent, il nous faut nous préparer à la troisième étape, qui se fera dans la conduite du changement, l aide à la banalisation de l utilisation des outils et l aide à l appropriation des nouveaux usages avec, j insiste, l ensemble du public. Ce séminaire s inscrit parfaitement dans ces perspectives. Il me reste à remercier tous les conférenciers pour leurs contributions, et à vous souhaiter à tous une excellente et productive journée de travail. Je vous remercie.

7 7 TEMOIGNAGES UN POINT SUR L UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PAR L ADMINISTRATION EN FRANCE ET A L ETRANGER Un éclairage sur les pratiques de 5 pays de l OCDE Daniel BLUME membre du comité PUMA de l OCDE Ma présentation sera principalement basée sur une étude de l OCDE dans 5 pays, les technologies de l information en tant qu instrument de réforme de la gestion publique. Les 5 pays étudiés étaient l Australie, la Finlande, la France, le Royaume-Uni et la Suède, mais les tendances sont plus larges et je citerai aussi d autres pays. Mon exposé comprendra 4 parties :les opportunités pour la réforme, quelques risques et défis, les traits communs, avec quelques exemples et quelques conclusions. - Les opportunités pour la réforme des services publics se situent dans un contexte de pression économique, fiscale et budgétaire, face à des citoyens de plus en plus exigeants qui mettent une forte pression, favorisant le réforme de l Etat et de la gestion publique. Les nouvelles technologies créent de nouvelles opportunités, à trois niveaux. Au premier niveau, elles créent une possibilité d économies par des services moins chers, plus efficaces, mieux coordonnées et répondant aux attentes des citoyens. Au deuxième niveau : elles permettent une meilleure qualité de la démocratie, avec une meilleure information, une meilleure communication et une meilleure consultation. Enfin, le troisième niveau est celui de la compétitivité de l économie et de la qualité de vie des citoyens, avec une population plus habituée à l utilisation des technologies et mieux adaptée à la société de l information. Mais ce n est pas si facile. - Les risques et les défis.: l étude montre que si on fait un investissement trop grand au début, il peut être difficile de s adapter quand les circonstances changent. Comment assurer la protection de la vie privée? Se pose aussi la question de l accès aux services pour tous. Les exemples dans différents pays peuvent donner des idées pour maximiser les avantages et minimiser les risques. - L étude a dégagé quatre traits communs. Le premier, présent dans tous les pays, est un effort croissant d intégration horizontale et verticale, l idée du guichet unique. Le projet Centrelink, en Australie, est souvent cité car il est ambitieux. Il vise à relier les services de deux organismes, l agence pour l emploi et le département de la sécurité sociale, pour en faire un nouvel organisme distinct. Avec ces changements, le département de la sécurité sociale a réduit le nombre d emplois de à seulement 700, avec lesquels ils ont créé 400 bureaux qui donnent des services par téléphone, en face à face, par courrier ou encore par le biais de kiosques électroniques, d internet ou de systèmes vocaux interactifs, disponibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Il y a eu quelques difficultés au début. Les citoyens n ont pas bien compris comment cela marchait, tous les appels étaient concentrés en même temps, les lignes sont tombées en panne, les

8 8 journaux ont dit que le budget avait été coupé... Maintenant cela marche. Plusieurs services bien intégrés ce sont ajoutés: l assistance rurale et les allocations familiales. Il y a 18 millions d appels téléphoniques par an et 1,6 million de messages électroniques. Ce n est donc pas une minorité qui utilise l accès électronique. C est un exemple d intégration horizontale qui permet de trouver des renseignements d ordre différent, issus de bureaux différents. Un exemple intéressant d intégration verticale, c est le système d aide judiciaire en Finlande. Il a commencé par une aide aux citoyens décentralisée, avec 452 communes qui opéraient indépendamment, en bureaux locaux. L Etat a décidé d intervenir, de consolider et de mettre des centres d expertise à la disposition des ces bureaux: le citoyen continue à se rendre rès de chez lui, et c est le centre d expertise qui le cas échéant envoie la réponse. Ce service aussi disponible, maintenant, dans les bureaux d avocats. Le volume des affaires traitées a augmenté de 200 %, avec une réduction des coûts. Cela permet de donner beaucoup plus d aide aux utilisateurs. Un exemple d intégration à la fois horizontale et verticale : le projet local en Suède et aux Pays-Bas. En Suède, c est le projet de Kista, dans la région de Stockholm. Tous les services se trouvent dans un guichet unique, éducation, garderie d enfants, santé. On peut avoir les renseignements au niveau local et au niveau national. Aux Pays-Bas, un projet similaire est en cours. Le troisième trait commun, c est, l appui aux événements de la vie quotidienne. On peut l observer sur les sites internet de pays comme le Danemark, la Norvège, le Portugal et la Suède. Au lieu de chercher les informations par entité responsable (les Affaires étrangères si on veut un passeport, etc.), on cherche par thème, les voyages par exemple. Au Danemark, les sites sont organisés selon le cours de la vie, naissance, entrée à l école, université, mariage, déménagement... En Australie, on est allé encore plus loin, on a organisé le service autour de l entreprise. Pour obtenir un visa, on ne clique pas sur un site gouvernemental. L agence qui vend le billet d avion délivre en même temps le visa, par une connexion internet avec le gouvernement. Les services sont construits autour des transactions dans la vie privée du citoyen. Le dernier trait commun est une tendance au partenariat. Le cas des formulaires intelligents au Royaume-Uni est intéressant, et je sais que la France est en train de faire la même chose, avec la rationalisation des formulaires. Au Royaume-Uni, trois ministères se sont impliqués sur le cas des travailleurs indépendants: les impôts, les douanes et l agence de recouvrement des cotisations du ministère de la Sécurité sociale. Auparavant, 6 à 8 formulaires étaient nécessaires: il n en faut plus qu un. Le partenariat a associé Microsoft, pour l interface avec l usager, EDS pour l exploitation du site web et deux banques pour la transmission avec une signature électronique. L opération, qui a démarré en 1997, a été longue à mettre en place du fait de la loi sur la protection de la vie privée qui interdit de partager un formulaire entre trois ministères différents. Les avocats du gouvernement ont décidé que ce n était pas illégal si le citoyen donnait son accord. Il y a maintenant transactions par semaine et jamais un citoyen n a refusé que l information soit partagée par les trois ministères. La conclusion est que les administrations et les citoyens peuvent être également gagnants si l on réussit les partenariats. A plusieurs, le service au citoyen peut devenir plus accessible. Il faut également prendre en compte la culture du pays. La Finlande a obtenu l accord du Parlement pour une carte à puce, une carte d identité nationale qui donne accès à plusieurs

9 9 services. Dans ce pays, plus de 50 % des habitants ont accès à internet, et la population fait confiance au gouvernement. Cela a donc marché. Mais au Danemark, on a tenté la même chose, il y a deux ans. L idée a été très controversée et donc abandonnée, parce que la population ne faisait pas confiance au gouvernement pour gérer les bases de données sans violer la vie privée. Ce que j ai donc appris, c est qu il faut obtenir l accord et le soutien du citoyen. Je ne dis pas qu il faut toujours utiliser les nouvelles technologies: parfois, les citoyens ne le veulent pas.par exemple, des études danoises et britanniques sur les attentes des citoyens ont montré qu un tiers de la population refuse d utiliser ces technologies. Pour cela, il faut trouver d autres solutions pour eux. Les technologies de l information peuvent être un supplément, mais pas la seule façon de donner un service, du moins pas pour l instant. L important, c est d informer les citoyens sur ces nouveaux services, sur les nouveaux fonctionnements, et le plus en amont possible. L approche du Québec Michel AUDET Centre francophone d informatisation des organisations (CEFRIO) C est un honneur pour moi d avoir été invité par la DIRE et je l en remercie. Le Québec est une petite société de 7 millions d habitants, entourés de 300 millions de parlant anglais, nous devons tous les jours nous battre pour défendre notre langue, notre culture. Je précise d abord que mon pont de vue sera celui d un expert en sciences sociales, pas d un technologue. Le CEFRIO se préoccupe principalement de la dimension humaine et du développement organisationnel par rapport aux nouvelles technologies de l information. En outre, c est une organisation neutre, financée à la fois par les pouvoirs publics, par des entreprises privées et même par certains syndicats, qui a comme mandat de donner un éclairage le plus critique possible sur les grands enjeux de la société de l information pour l Etat québécois. Mon point de vue n aura donc rien d officiel. Mes propos sont nourris à la fois des expériences analysées au CEFRIO et de mon expérience personnelle: au titre de directeur innovation et transfert au CEFRIO, j accompagne en effet dans les démarches de gestion stratégique et de changement par les technologies de l information des équipes de hauts dirigeants et surtout ce que l on appelle chez nous des sous-ministres, hauts dirigeants de l administration publique québécoise. Une précision: grâce aux merveilles de la technologie, ma conférence est aussi disponible sur le site du CEFRIO (www.cefrio.qc.ca). Mon exposé comporte 5 points : 1- le positionnement du Québec par rapport à l ensemble de l Amérique en termes d appropriation des TI (technologies de l information); 2- les orientations stratégiques et le discours formel de l administration publique québécoise ; 3- le bilan de l expérience québécoise 4- les grands enjeux 5- une conclusion. 1- Le positionnement du Québec Les spécificités du Québec font qu on ne peut pas agir de la même façon que les autres provinces canadiennes et que les Etats-Unis, du fait de la culture et de la langue et de la

10 10 compétitivité de l Etat. Les sociétés nord-américaines sont en compétition très forte l une par rapport à l autre pour attirer la société de l information et les entreprises qui y œuvrent, pour créer de l emploi et dynamiser l économie des provinces et des Etats. La performance de l administration publique devient un facteur clé de la compétitivité. Ainsi, l Ontario est passé à une phase très agressive de déploiement des TI dans l administration publique ; ils ont réussi, un peu grâce à cela, à baisser les impôts pendant plusieurs années consécutives et le gouvernement vient d être réélu la semaine dernière. De même, le Nouveau-Brunswick a très fortement développé les centres d appel, ce qui a obligé le Québec à réagir très rapidement pour ne pas perdre ce business et pour conserver certains avantages compétitifs. Actuellement, le Québec se situe dans la moyenne des provinces canadiennes en termes d investissements. Dans le domaine de l éducation, par exemple, (nombre d élèves par ordinateur, pourcentage d établissements branchés, quel que soit leur niveau), près de 95 % des établissements sont branchés à internet, comme dans l Ontario et aux Etats-Unis. Le taux de branchement des ménages est inférieur au reste du Canada et aux Etats-Unis. Le pourcentage d internautes réguliers (qui surfent sur le Net au moins une fois par semaine) parmi les adultes de plus de 18 ans est de 18 %. Dans le domaine de l achat en ligne, les Québécois sont encore frileux. Nous accusons aussi un certain retard dans le pourcentage de PME qui ont un site internet par rapport aux Etats-Unis. Certes, les sites des PME des Etats- Unis ne sont pas toujours interactifs, c est une présence sur le Net. 2- Les orientations stratégiques Le gouvernement du Québec a développé ses intentions stratégiques dans un programme intitulé Agir autrement, lancé en grande pompe l an dernier par le ministre du Conseil du trésor (le grand argentier du Québec), et par la ministre de la Culture et de la communication. Un des volets de cette politique touche plus particulièrement l administration publique. Il s intitule Pour mieux servir les citoyens et les entreprises. La politique québécoise de l autoroute de l information a 5 grands volets. Le premier concerne la généralisation de l accès de l autoroute à toute la population. Le deuxième vise à préparer la jeune génération à l univers des nouvelles technologies. Le troisième vise à construire un tronçon de l autoroute qui reflète notre culture et notre langue. Le quatrième a pour objectif d accélérer la transition de l économie ; c est un ensemble de mesures qui va permettre au Québec de profiter des fruits de la nouvelle économie, de favoriser les investissements en nouvelles technologies, d accélérer les investissements dans l industrie du multimédia et du commerce électronique. Enfin, le cinquième volet vise à rapprocher l Etat des citoyens et des entreprises. 3- Le bilan de l expérience québécoise et les facteurs de succès Deux exemples marquants : le RICIB (Réseau intégré de communications informatiques et bureautiques), et le projet GIRES (progiciel de gestion intégrée des ressources). En ce début juin 1999, une commission devra prendre une décision sur le choix d un progiciel de gestion intégrée des ressources. Le Québec va intégrer ses 80 ministères et organismes, ses centaines de milliers de fonctionnaires dans ce grand chantier. Citons aussi le déploiement d une infrastructure à clés publiques gouvernementales (ICPG) pour assurer la sécurité et le respect de la vie privée ; la gestion des ressources informationnelles (GRI) ; le Courriel à tous les citoyens en C est une politique qui vise à donner à tous les citoyens une adresse électronique. Un projet pilote est en cours à Baie-Comeau et dans un quartier défavorisé de Montréal. C est un peu bizarre, car, dans ce quartier, certains citoyens n ont pas d adresse tout court. La dispersion géographique nous a obligés à renforcer la formation en ligne. Certaines universités et certains collèges ont développé des expertises très intéressantes.

11 11 Pour les mêmes raisons, nous sommes aussi innovateurs dans le domaine de la santé, avec notamment le déploiement de la télémédecine. Des hôpitaux, des centres de santé reliés à des centres universitaires font du diagnostic à distance par de l imagerie, de l échocardiographie à distance, de la téléradiologie. Des expériences intéressantes sont aussi menées dans les secteurs de la justice et du tourisme. Qu est-ce que ces expériences nous ont appris? Entre autres qu il y a un écart entre le discours et la pratique, entre la politique nationale gouvernementale et les initiatives sur le terrain. Le premier point, c est l importance du leadership politique et administratif. Au Canada, nous avons beaucoup été influencés par la politique américaine. Plus le dossier est près du bureau du Président aux Etats-Unis, du Premier ministre au Canada ou au Québec, plus on a de chance de succès. Au Québec, le dossier a été initialement porté par le Premier ministre, qui a beaucoup favorisé le déploiement des idées et le développement de la politique de l inforoute. Du côté du leadership administratif, on voit apparaître des CIO (Chief Information Officer), une nouvelle race d acteurs et de gestionnaires, qui ne sont pas des directeurs de technologies de l information, ni des directeurs informatique, mais des gens au cœur du débat, de l information, des connaissances et des savoirs dans les organisations, branchés directement sur les plus hauts dirigeants. Leurs compétences stratégiques sont importantes. Au Québec et dans les autres provinces canadiennes, on a entrepris de faire évioluer les directeurs informatique, au départ plus techniciens, vers ce rôle de CIO. Deuxième facteur de succès : passer de de l Etat silo à l Etat réseau. Le concept d Etat réseau est porté par les décideurs ; mais dans les faits, il y a beaucoup de problèmes d intégration horizontale de services, entre unités d un même ministère et aussi entre ministères. Or, pendant que nous nous battons sur l intégration horizontale, d autres sociétés se penchent sur l intégration verticale. Au Québec, nous avons des problèmes de relations entre le Fédéral et le Provincial et entre le Provincial et le Municipal. Dans les prochaines années, nous devrons nous centrer beaucoup sur l intégration verticale. Troisième facteur : le changement de rôle des principaux acteurs. Je vous ai déjà parlé de l évolution du rôle des directeurs informatique vers un rôle de CIO. Il en va de même pour les hauts dirigeants de l administration publique. Dans les expériences réussies, ils ont donné des commandes très fermes à la machine. De plus en plus, ils ne devront pas considérer les technologies comme de l intendance. Les directeurs des ressources humaines, eux, du fait de l apparition des progiciels de gestion intégrée, vont voir une grande part de leur travail disparaître ou se modifier. Dans un contexte où l information est une ressource stratégique et change les missions, les stratégies et les structures de l Etat, cela demande des porteurs de dossiers qui vont êtres capables d accompagner le changement, d exercer leur leadership sur le changement. Nous menons actuellement des actions très musclées pour changer le rôle des directions des ressources humaines et développer de nouvelles compétences chez les professionnels en ressources humaines. Enfin, les syndicats devront aussi à changer de rôle (le taux de syndicalisation au Québec est de 44 %, contre 11 % aux Etats-Unis). Au Québec, on ne peut pas faire sans les syndicats. Ils sont en train de mener des réflexions majeures sur la société de l information, sur la modernité. A titre de conclusion, je vous dirai que le Québec est à cheval entre l Europe et les Etats-Unis. Au niveau politique, nous aimons avoir des politiques réfléchies, intégrées, pensées en amont. Par contre, les Etats-Unis nous démontrent que pragmatisme et volontarisme peuvent déboucher sur des stratégies utiles. Notre approche à mi-chemin s est développée au fur et à mesure des expériences et des initiatives portées par certains champions dans l administration publique québécoise. Nous avons de très bons retours sur des décisions politiques prises

12 12 récemment. On a nommé un ministre délégué à l autoroute de l information, monsieur David Cliche. Il est rattaché au Conseil du Trésor, et donc très sensible à ce qui va se passer dans l autoroute gouvernementale au cours des prochaines années. Par ce fait, l Etat québécois consolide son rôle de leadership en matière de technologie de l information. Cette approche s inscrit dans la réforme de l administration québécoise qui, comme toutes les administrations publiques du monde, est en train de se réformer. Certaines tendances lourdes se dessinent. Nous avons été très inspirés par les Etats-Unis, mais aussi par la Grande-Bretagne et sa stratégie d agences et d unités autonomes de services et aussi par certaines expériences australiennes. Il y a actuellement un projet de loi sur la gestion de l Etat, qui est très centré sur les résultats à atteindre par ministère et organisme, sur des contrats de performances qui seront passés entre les politiciens et les administrateurs publics, sur la reddition de comptes des sousministres et des hauts administrateurs publics pour l atteinte ou non des contrats de performances, sur l intégration des NTI dans la planification stratégique de chaque ministère et sur le contrôle stratégique et le monitoring. Nous avons mené récemment, au CEFRIO, une recherche sur les approches nationales de déploiement des technologies de l information. Après avoir étudié 9 sociétés (la Finlande, l Australie, Washington fédéral, l Etat de Caroline du nord, du Massachusetts, le Royaume-Uni, la province de l Ontario, du Manitoba et le Canada au niveau fédéral), nous avons dégagé trois grands pôles, trois grands modèles : - un premier, illustré par la Finlande, vise à développer des capacités installées dans les organisations publiques. On branche par exemple tous les citoyens d une municipalité, on favorise le branchement de toutes les entreprises, en espérant que, par percolation, les choses vont arriver. - Le deuxième modèle, illustré par la stratégie de l Ontario, est fondé sur le contrôle des règles et des moyens. Cela va jusqu à imposer le même poste de travail pour tous les fonctionnaires de l Ontario. Tous les ministères ont un même pattern de site web. - Le troisième modèle, illustré par le Royaume-Uni et les Etats-Unis, est une approche de contrôle par les objectifs. De grands débats ont lieu au Congrès américain sur la modernité, la technologie et la réforme de l Etat. De grandes législations en découlent, avec des obligations de résultats pour les agences et organismes américains ; leurs dirigeants doivent venir témoigner de ce qu ils entendent faire par rapport aux objectifs qu on leur donne. Deux exemples d objectifs structurants : les douanes américaines seront numérisées à % d ici deux ans ou le Paper Reduction Act qui oblige à réduire de tant de % la paperasse de chaque organisme. Le Québec est en train de migrer d une tradition d administration publique centrée sur les règles et les moyens à une intention d administration publique qui va être centrée sur le contrôle par les objectifs et les contrôles de performances. L entrée de la France dans la société de l information : où en sommes-nous? Philippe Schnäbele chef de mission à la DIRE Après ces deux présentations de situations étrangères, un retour en France pour faire un rapide bilan de l avancement du programme d action gouvernemental lancé en janvier Rappelons les principaux objectifs du PAGSI (Programme d action gouvernemental pour la société de l information) et le bilan, avec trois lectures : une lecture qualitative, une lecture quantitative et une lecture un peu prospective pour donner les principaux chantiers en cours.

13 13 Le PAGSI comporte 6 chapitres : l enseignement, la culture, la modernisation des services publics, l utilisation par les entreprises, l innovation et le cadre de régulation juridique. Ces 6 chantiers sont interdépendants les unes des autres. Dans mon exposé, je me concentrerai sur le troisième chantier, celui de l administration, mais il faut avoir en tête qu il s intègre dans un ensemble beaucoup plus vaste. Ce chantier a deux objectifs principaux : 1- Utiliser les nouvelles technologies pour améliorer les relations entre l administration et les usagers afin de produire des services plus accessibles et de meilleure qualité. C est le domaine de l internet, de la mise en ligne des données publiques qu on aura préalablement numérisées, une ouverture de l administration par des boîtes aux lettres électroniques, d une dématérialisation des formulaires et du développement progressif des téléprocédures. 2- Le deuxième objectif concerne le fonctionnement interne de l administration afin de s engager dans des rénovations des procédures de travail et d organisation. Il s agit beaucoup plus du domaine d intranet, avec une ambition de mise en réseau de l administration, au propre comme au figuré, le développement des messageries, des intranets et un nombre important d actions de formation associées à cet objectif. Pour mémoire, je rappellerai que ce chapitre comporte quelques autres actions, avec notamment le projet ACCORD de modernisation de l application de gestion comptable de l administration centrale ou tous les développements associés au réseau santé social. A l occasion du second comité interministériel pour la société de l information (réuni le 19 janvier 1999), les services du Premier ministre ont dressé un bilan analytique des actions engagées dans le PAGSI. Sur 218 actions, environ 70 % ont été réalisées. Moins de 10 n ont pas été engagées. Le livre La France dans la société de l information (La Documentation française, mars 1999), paru à l occasion de la Fête de l internet, qui dresse un bilan général de l avancement de la France dans la société de l information, est très intéressant. S agissant du troisième chapitre du PAGSI, la modernisation de l administration, les différents ministères ont remis, le mois dernier, au Premier ministre, à sa demande, des programmes pluriannuels de modernisation, dont la DIRE a été chargée d effectuer une synthèse. Tous ces PPM comportaient un chapitre consacré aux nouvelles technologies et c est une synthèse de ces chapitres que je vais vous présenter. Le premier enseignement que l on peut tirer est une très forte mobilisation des ministères. Ils perçoivent le besoin de s engager. Le discours du Premier ministre à Hourtin et le PAGSI ont constitué des catalyseurs qui ont permis de libérer cette énergie. Nous n avons plus aujourd hui face à nous un problème de motivation, elle est acquise. Il s agit maintenant de mettre en œuvre et de concrétiser une volonté générale d avancer dans ce domaine. On peut néanmoins voir que les ministères qui sont le plus mobilisés sont ceux qui, à un titre ou à un autre, sont directement impliqués dans le PAGSI. Je pense par exemple au ministère de l Education nationale, au ministère de la Culture, à la Santé qui ont parfaitement intégré cette dimension. Deuxième enseignement, assez lié au premier, la gestion des technologies de l information et de la communication est une condition tout à fait essentielle à l exercice du service public. Je donnerai très sommairement deux exemples. Le ministère des Affaires étrangères ne peut pas fonctionner sans un réseau de communication fiable et sécurisé, la notion de travail diplomatique est singulièrement éthérée s il n y a pas ce support par derrière. Le ministère de l Environnement, qui brasse un nombre considérable d informations qui émanent souvent d autres administrations, a une politique entièrement tournée sur la gestion de ces bases

14 14 d informations. En pratique? on a constaté au cours des vingt dernières années un enrichissement considérable des sites internet des différents ministères, qu il s agisse de la simple mise en ligne d informations, de la mise en ligne de formulaires, même si à ce niveau nous ne sommes pas aussi bons que nous devrions l être, ou du développement de nouveaux services. Par contre, quasiment aucun PPM n a mis en avant l utilisation du courrier électronique. Dans votre dossier, vous trouvez aussi un CD Rom, le best of, une sélection de 70 services administratifs sur internet qui a un peu vieilli puisqu il a été conçu pour la fête de l internet. C est néanmoins une illustration de la diversité des actions entreprises par l administration, qui en la matière n a pas du tout à rougir. Troisième enseignement, ces nouvelles technologies arrivent en appui, en accompagnement de nouvelles organisations de travail qui sont en train de se mettre en place. Bien évidemment, toutes les administrations insistent sur le fait que les services intranet, les messageries internes nécessitent préalablement une bonne infrastructure de communication interne et de bonnes actions de numérisation des données, mais toutes affichent des programmes de développement de l intranet, toutes espèrent des décloisonnements et espèrent éventuellement aussi une dynamisation du fonctionnement hiérarchique. Je donnerai en la matière un exemple qui me paraît très illustratif, celui de l administration des Finances. Le ministre a annoncé récemment la mise en place de l interlocuteur fiscal unique. A l évidence, cette ambition, cet objectif en termes de missions à l usager ne pourra se mettre en place sans un recours important aux nouvelles technologies pour mettre en relation la direction générale des Impôts et la direction générale de la Comptabilité publique. Cette ambition du ministre serait beaucoup plus difficile à mettre en œuvre, voire impossible, sans un usage important, massif des nouvelles technologies. Il reste trois points à préciser. On a constaté dans les PPM une faible référence aux projets interministériels, sauf dans le projet AdER et dans quelques SIT (Systèmes d information territoriaux). J y reviendrai dans un instant. On constate encore souvent une vision qui est centralisée, avec peu d exemples d illustration d usages locaux de ces nouvelles technologies, que ce soit des bases d information locales, une modernisation dans le fonctionnement de la CAR (Conférence administrative régionale), etc. Enfin, il me semble qu un certain nombre de mesures d accompagnement sont probablement sous-estimées, comme les réflexions sur l organisation du travail ou simplement les actions de formation. Mais ces derniers points ne font que nuancer une vision tout à fait positive. Deuxième facette de mon bilan, quelques éléments chiffrés. D après une enquête de la DIRE effectuée à l automne dernier pour préparer le second comité interministériel pour la société de l information, le nombre de micro-ordinateurs déclarés par les administrations de l Etat (hors informatique pédagogique) reste autour de postes. La courbe de croissance existe, mais elle est beaucoup moins forte que les années précédentes. Il est intéressant de voir la très forte augmentation du nombre de postes de travail reliés en réseau local : d une situation minoritaire à la fin 1998 on passe à une situation majoritaire à la fin de cette année? et l on peut considérer que d ici un ou deux ans il n y aura plus aucun poste de travail isolé. Le nombre de postes de travail ouverts sur le web, beaucoup plus faible (moins de 10% du parc) même s il triple chaque année, montre bien la difficulté à développer des contenus associés à ces réseaux. Je suis incapable de porter un jugement de valeur là-dessus, essentiellement parce qu on a du mal à apprécier les besoins (tous les postes ont-ils besoin d être ouverts sur le web?) et aussi parce que ces courbes rendent également compte de travaux très importants effectués en matière de sécurisation.

15 15 Pour terminer, quelques mots sur des projets interministériels. Le projet AdER, auquel le Ministre a fait référence tout à l heure, vise à relier les réseaux ministériels entre eux, avec des services associés en termes de qualité de service. L objectif est de permettre aux fonctionnaires des différentes administrations de l Etat de communiquer entre eux. Ce chantier est mené par la MTIC (Mission interministérielle de soutien technique pour le développement des technologies de l information et de la communication dans l administration). Le deuxième projet interministériel important concerne les SIT (Systèmes d information territoriaux), un ensemble d outils, bases de données, messageries, forums qui permettent aux différents services déconcentrés de l Etat, dans un même département, de communiquer entre eux. La généralisation des systèmes d information territoriaux a été décidée par le dernier Comité interministériel pour la société de l information. Ce projet est mené par la DIRE, avec bien sûr beaucoup de ministères. Enfin, d autres projets sont en cours de définition: des actions ambitieuses de formation aux nouvelles technologies et des réflexions sur le développement du portail internet de l administration française et des évolutions du site Admifrance. QUESTIONS Thierry Courtine, chargé de mission à la DIRE à Monsieur Michel Audet : comment l administration québécoise s organise-t-elle pour réfléchir sur les suites, sur l organisation du travail, sur la formation? Au-delà des premières étapes, classiques dans tous les pays, de repérage d un enjeu d équipement, comment les services sont-ils structurés pour répondre à ces enjeux? Michel Audet : au Québec, le dossier est porté par le Conseil du Trésor (l équivalent du Budget en France) qui a récupéré la responsabilité de la gestion des ressources humaines. Ainsi, le projet GIRES dont je vous parlais tout à l heure touche des centaines de milliers d employés de l Etat québécois. Plusieurs millions de dollars sont affectés à un poste appelé gestion du changement. C est la première fois qu autant de ressources monétaires sont injectées pour prendre en compte la préparation, la sensibilisation des employés à la généralisation du changement. Il y a aussi des actions de sensibilisation -encore timidesauprès des hauts dirigeants de l Etat, qui n ont pas toujours le temps de se former aux nouvelles technologies de l information, même si certains le font naturellement. Le CEFRIO, dont je fais partie, est un centre de recherche neutre, qui dispose de chercheurs universitaires de différentes disciplines (historiens, anthropologues, sociologues, informaticiens, ingénieurs, spécialistes en gestion, psychologues...). Il travaille sur des périodes de 12 à 24 mois avec des acteurs de l administration publique et des entreprises privées sur des projets de toutes sortes, liés à la transformation de l administration publique. Notre neutralité aide l Etat à réfléchir sur ce qu il fait. Question anonyme: l information fournie par l administration est souvent approximative. Les nouvelles technologies de l information ont-elles changé quelque chose? Michel Audet : on constate une boulimie d information. On voit apparaître de plus en plus dans l administration publique des organismes servant d intermédiaires entre les utilisateurs d informations et les producteurs d informations. Par ailleurs, sur la question de la tarification des services, nous avons une politique à trois niveaux: -l information publique générale doit être gratuite et accessible par le public le plus large possible et par le plus grand nombre d accès publics possible ; - le deuxième niveau d information, plus précis, répondant à des besoins plus collectifs, peut

16 16 être donné sur demande et tarifé au coût de revient ; -le troisième niveau d information implique de recourir aux fonctionnaires pour sortir des informations qui peuvent être utiles aux acteurs et qui doivent être tarifées en fonction du marché, c est-à-dire de l offre et de la demande. Philippe Schnäbele : progressivement, la difficulté portera de moins en moins sur la précision et la justesse de la réponse ; elle sera, pour l usager, de trouver facilement, par une ergonomie appropriée, par des moteurs de recherche appropriés, le lieu précis de l information. Pour l administration, la difficulté portera de plus en plus sur la mise à jour de ces informations. Un investissement initial considérable est en train d être fait. On constate déjà, dans un certain nombre de cas, une information qui vieillit mal, qui n est pas toujours mise à jour. En matière de tarification, la doctrine française n est pas encore très claire, elle est évolutive. Mais schématiquement, on retrouve la même logique. Un certain nombre d informations gratuites sont diffusées très largement et des informations plus précises, ponctuelles sont payantes. Ainsi, le site Legifrance, gratuit, associé au site Jurifrance, payant, est illustratif de cette tendance. Jean-Benoît Fréches, directeur de la gestion et de l organisation à la DGA/Défense : ma question est relative à notre organisation en termes de moyens. Nous avons vu qu on va vers un grand partage de l information et vers un décloisonnement. Ma crainte personnelle est que le cloisonnement, lui, se maintienne. Avez-vous des exemples d orientations et de mise en œuvre de politiques de partage de ressources, de techniques, de puissances? Va-t-on mettre en place des pôles de compétences communs? Philippe Schnäbele : dans le domaine de l administration française, et avec l amicale pression de la direction du budget, il est clair que cette réflexion progresse. On peut donner quelques exemples : le logiciel de gestion comptable des administrations centrales ACCORD, dont je parlais tout à l heure. Ce projet, bien engagé, vise à faire utiliser par l ensemble des administrations centrales de l Etat un progiciel unique, avec une équipe unique qui sera constituée pour l occasion. C est un premier exemple de mise en commun de moyens financiers et de compétences humaines. Deuxième exemple, la préparation des systèmes d'information locaux dont je parlais tout à l'heure. L organisation de ce chantier de généralisation montre bien, là aussi, le facteur critique qui est le nombre de personnes techniquement compétentes. Dans plusieurs départements, cela a été l occasion d une réflexion sur une mise en commun des compétences des différents services déconcentrés de l Etat entre eux. Dans plusieurs cas, des services informatiques bien constitués se sont mis à travailler pour le compte d autres services déconcentrés Ce sont deux exemples de cette tendance, peut-être un peu lente à être mise en œuvre, mais qui est certaine dans son ambition et dans sa direction. Michel Audet : on est en train de migrer vers une approche centrée sur le contrôle des résultats, ce qui a un effet pervers de retour au cloisonnement. Sur le projet GIRES, une équipe centrale assure le déploiement en termes d aide, de support, de formation, d accompagnement du changement, c est de la mise en commun de ressources. Depuis trois mois, nous rencontrons les fournisseurs ; chaque organisme prête ses meilleures ressources, humaines, matérielles, technologiques, financières sur ce projet pour qu on puisse prendre la meilleure décision possible pour l Etat québécois. Claude Georges, directeur départemental de la Jeunesse et des Sports en Eure et Loire : les

17 17 apports semblent relativement précis en ce qui concerne l information, la consultation, la mise en commun des informations administratives. Mais l administration, c est aussi la gestion, c est-à-dire l organisation des services et la prise de décisions. Nous nous interrogeons sur les conséquences des NTIC sur le fonctionnement de l administration, dans le cadre de traitement des demandes présentées par les usagers et devant aboutir à une décision administrative. Ces nouvelles technologies vont bouleverser le fonctionnement et l organisation du service, et notamment les processus de décision. Pourrions-nous avoir, de la part des trois intervenants, quelques réflexions? Thierry Courtine : ce thème sera développé cet après-midi, mais Monsieur Blume peut évoquer les expériences étrangères. Daniel Blume : il y a des étapes. Souvent, dans la première étape, les gens ont des difficultés, les messages sont trop utilisés. Après quelque temps, ils adoptent une stratégie plus discrète, ils les utilisent moins et cela devient très efficace pour partager l information et pour mieux gérer nos administrations. Michel Audet : ce sera difficile de passer dans ce type de société de l information sans responsabilisation du citoyen par rapport à la recherche d informations. Au Québec, nous avons développé une attitude où n importe qui prend le téléphone et obtient une réponse sur un problème, quelle que soit la personne au bout de la ligne et quel que soit le problème. Les gens devront être un peu plus conscients de ce qu il cherche et devront faire des efforts pour mieux le chercher. On a commencé à le faire dans le domaine bancaire. Cela ne pourra pas se faire sans déconcentration et surtout sans décentralisation. Anita Rozenholc, MTIC : j ai beaucoup travaillé à l aménagement du territoire et je sais combien de nombreux fonctionnaires se plaignent de devoir aller travailler dans les grandes métropoles. L administration est faite de front offices, de guichets, mais aussi de back offices, d arrière-guichets. Ceux-ci n ont pas grand intérêt à être dans les grandes métropoles où les salariés sont souvent mal logés, ont beaucoup de temps de transport Avez-vous rencontré des politiques systématiques de gestion du back office pour que les fonctionnaires passent une partie de leur temps dans l arrière-guichet et une partie de leur temps au guichet, dans les petites communes? Dans des pays comme l Australie, la Finlande ou la Suède, qui ont de grands territoires, y a-t-il des politiques d aménagement du territoire? Michel Audet : nous ne sommes pas dans une réflexion sur l aménagement du territoire. Par contre, nous abordons cette question par la lorgnette du télétravail. Des expériences sont tentées, surtout à Montréal à cause des problèmes de circulation. On s aperçoit qu on réfléchit très peu au télétravail. Dans les quelques expériences de l administration publique, par exemple au ministère du Revenu ou de l Assurance emploi, les gens télétravaillent en dehors des centres d affaires de l administration publique, à domicile, en région rurale ou en banlieue. On a développé ce qu on appelle le taylorisme assisté par ordinateur. On diminue les routines de travail du back office, on les envoie à la résidence avec un employé de l Etat ; il revient une journée par semaine au bureau pour faire part des résultats de son travail, pour se faire évaluer et pour rencontrer quelques collègues. Mais je dois vous avouer que l expérience du télétravail dans l administration publique est loin d être une expérience très positive, parce que la technologie numérise une vieille conception de l organisation du travail et ne sert pas de levier pour réinventer le travail. Mais je ne réponds pas à votre question, car nous n avons

18 18 pas encore cette dynamique-là. Le Québec ne compte que 7 millions d habitants, avec deux grandes villes, Montréal et Québec. TABLE RONDE 1 INTERNET : UN LEVIER POUR DEVELOPPER DE NOUVEAUX SERVICES ANIMEE PAR ROBERT POMMIES Préfet du département de la Manche Thierry Courtine : l objectif de cette première table ronde est de s intéresser à l avant-scène. Que se passe-t-il en termes d usages, en termes d informations, en termes de services à l attention des usagers, des citoyens et des entreprises? Il s agit de présenter des expériences, de dégager les points forts, les difficultés rencontrées pour pouvoir réfléchir au caractère de généralisation de ce type d expériences dans chaque administration. Ce type de projets peut peut-être se développer pour que l entrée de la France dans la société de l information soit quelque chose de concert, de pragmatique, au-delà du discours et de la simple volonté politique. Robert Pommies : pourquoi suis-je là à animer cette table ronde alors qu un préfet est un généraliste? C est peut-être parce que nous ne sommes pas spécialistes et qu on est à la convergence des administrations centrales, des administrations déconcentrées, des collectivités locales et surtout des concitoyens. Un nouvel accès aux bourses scolaires Jean-Claude Demari Mission communication au ministère de l Education nationale, de la Recherche et de la Technologie Je commencerai par un bref historique sur notre site (www.éducation. gouv.fr), avant de vous présenter les formulaires en ligne et notre expérience sur les mutations des enseignants. Il existe un site internet au ministère de l Education nationale depuis novembre A l époque il s appelait édutel.fr, ce qui évoque la filiation avec un certain nombre de services minitel. Le site éducation.gouv a ouvert le 1 er février La première maquette marque une certaine appartenance à la ligne graphique du Bulletin officiel de l Education nationale, dans la mesure où notre bureau s occupe aussi bien de l internet que du B.O et des sites minitel. Il va sans dire que, pour notre ministère, internet est un outil très important en raison même de la taille de notre public : il y a 15 millions d élèves, d apprentis et d étudiants auxquels s ajoutent leurs parents et 1,3 million d agents de l éducation, de la recherche et de la technologie. Notre cible est quasiment la société française tout entière. Quand on y ajoute l importance accordée à internet par notre ministre, Claude Allègre, on voit que l option internet a été dès le départ, pour nous, un service essentiel au public. Le service des formulaires a été mis en ligne après une réflexion commune entre les directions du ministère, avec le représentant du CERFA (l ancien Centre d enregistrement et de révision

19 19 des formulaires administratifs, désormais intégré à la COSA, commission pour les simplifications administratives). Ce service a ouvert en juin 1998 ; cela a duré à titre expérimental pendant six petits mois, puisque la mise en service effective de ces formulaires date de janvier 1999, avec pour les bourses des lycées, une première campagne d inscription de janvier à mars On va ensuite passer au formulaire de demande de bourse nationale d études du second degré. Le service que nous offrons là est intéressant certes, mais modeste puisque ce service est la disponibilité du formulaire vierge. La procédure habituelle est la suivante : les élèves retirent un formulaire au secrétariat administratif de leur lycée, ils le remplissent avec leur famille, le remettent au secrétariat qui vérifie que le document est complet et l envoie à l inspection académique. Celle-ci traite le formulaire avec une application informatique et accepte la demande ou la rejette. Étant donné la très grande décentralisation de notre système et la nature du public concerné, on ne peut pas proposer pour l instant une saisie en ligne ni le renvoi par courrier électronique à une adresse. Sur 2,3 millions lycéens et lycéens professionnels, , soit 27 %, sont aidés par une bourse. Tous les ans, environ nouveaux lycéens sont admis au bénéfice des bourses et sortent après le bac. En 1998, l administration centrale du ministère a passé commande, pour ces boursiers potentiels, de formulaires auprès d un imprimeur. Parmi les bénéficiaires, on trouve par exemple une famille de trois personnes, avec un enfant à charge qui entre au lycée qui a un revenu annuel brut global de F, après abattement fiscal de 10 % et de 20 %. La situation provoquée par la mise en ligne du formulaire de bourse est la suivante : nous rendons le service de multiplier les points d accès au formulaire, nous permettons aux secrétariats administratifs des lycées de disposer en permanence des formulaires et des dernières informations validées qui les entourent ; nous permettons aussi à tout autre type de structure administrative, maison des services publics par exemple, de diffuser les informations et les formulaires. Le problème est posé par la tranche de revenus des familles. Avec F de revenus annuels, il n est pas évident que la première priorité soit de s équiper d un ordinateur performant et de s abonner à internet. A terme, nous pensons que nous pourrons réduire ou supprimer l impression centralisée des formulaires. Les bourses de collèges concernent élèves en , soit 23 % des collégiens. La prochaine campagne aura lieu du 6 au 30 septembre 1999, et un formulaire sera mis en ligne vers le 15 août Les bourses de l enseignement supérieur sont traitées sous forme de téléprocédures, directement par les CROUS (Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires). Les formulaires de recherche d une première inscription en premier cycle d université française concernent les titulaires d un baccalauréat français résidant à l étranger, en dehors de l Europe. Là aussi, on a procuré un formulaire vierge accompagné d un dossier assez important, qui comporte plus de 30 pages. La campagne est très courte : en gros le mois de février de chaque année, avec un petit débord en janvier et en mars. D où des délais très serrés pour accomplir les formalités. De plus, dans certaines régions du monde, il y a un retard du courrier. La procédure habituelle est la suivante : les formulaires vierges et leurs dossiers sont envoyés aux antennes diplomatiques ; les usagers les retirent, les remplissent chez eux, les rapportent aux antennes qui vérifient le contenu et les envoient au CNOUS (Centre national des œuvres universitaires et scolaires). On voit l apport d internet dans cette procédure: un gain de temps d acheminement considérable, un service utilisable directement à domicile par le public visé, qui n a sans doute pas les mêmes problèmes que les familles des boursiers. A terme, puisqu il existe un point central de traitement de ces dossiers, le CNOUS, on peut envisager la possibilité de remplir ce formulaire en ligne et aussi de le renvoyer directement, depuis son domicile. Mais compte tenu des usages de l administration, il convient peut-être de ne pas supprimer la procédure habituelle dans un premier temps. Quelques chiffres : tous les

20 20 ans, le CNOUS traite demandes d inscription. Pour la campagne 1999, déjà plus de formulaires provenaient d internet, soit 23 % des dossiers, alors que c était la première campagne. En 1999, une partie des antennes diplomatiques n a utilisé que le formulaire internet. L administration centrale du ministère, c est-à-dire la DRIC (délégation aux relations internationales et à la coopération) a passé commande de formulaires. Un mot rapide sur une procédure qui a bien fonctionné, la procédure SIAM (Système d information et d aide pour les mutations). C est un site dédié aux mutations des personnels enseignants du second degré, un secteur sensible. On y trouve toutes les informations utiles au personnel pour élaborer leur demande de mutation inter ou intra-académique et la possibilité d accéder à différentes fonctions : consultation de son dossier, consultation des postes vacants, estimation des chances de mutation, saisie des demandes et consultation des résultats. A partir de la page d accueil de SIAM on a un accès facile aux 30 serveurs mis en place par les académies. La confidentialité des informations personnelles est assurée par un code personnel et un mot de passe. De plus, les informations transmises sont cryptées. Lorsque l usager quitte SIAM, les fichiers correspondant à sa recherche sont automatiquement effacés. Je ne peux vous donner qu un premier résultat car le mouvement de mutation est toujours en cours, un résultat à mi-chemin au 22 avril 1999, après la phase inter-académique. Cela s est très bien passé demandes de mutation ont été traitées par le ministère et examinées par les commissions paritaires, 76 % des demandes ont été satisfaites, contre 45 % l an dernier. SIAM va permettre d améliorer la mobilité des enseignants et raccourcir le calendrier pour le résultat des mutations inter-académiques qui a été connu mi-avril cette année, contre mi-juillet l an passé. Pour terminer, j indiquerai quelques perspectives. La première est tracée pour transformer, progressivement peut-être, les établissements scolaires en pôles d information du public. Dès aujourd hui, il existe sur le site du CERFA devenu COSA de très nombreux formulaires de toutes sortes et de toutes provenances ministérielles. A échéance proche, certains de ces formulaires pourraient être mis à la disposition des usagers des établissements scolaires, parents, enfants, enseignants par le secrétariat de l établissement ou par des ordinateurs connectés, mis en libre service, même si ces formulaires n émanent pas du ministère. Par exemple, le formulaire du BAFA (brevet d aptitude aux fonctions d animateur) pourrait être utile à l équipe des professeurs ou à des élèves de Terminale -il se trouve sur le site du ministère de la Jeunesse et des Sports- ou le formulaire de demande d allocation parentale d éducation, disponible sur le site de la Sécurité sociale. Deuxième série de perspectives, la mise en place, dès août 1999, d une page articulée autour de trois rubriques : - Les formulaires concernant les élèves, - Les formulaires concernant les professionnels et les entreprises, - Les formulaires concernant les personnels et le recrutement. Cette page regroupera alors plusieurs dizaines de formulaires : l inscription en classe préparatoire aux grandes écoles, la demande de bourse des collèges, un ensemble de formulaires concernant les entreprises du secteur de la recherche et de la technologie et enfin un ensemble de formulaires concernant la gestion des enseignants du supérieur. Les téléprocédures de l administration pour les collectivités, les entreprises, les citoyens, Lionel Rimoux Sous-préfet de Chalon-sur-Saône Mon propos est de vous présenter une expérience territoriale globale, conduite actuellement à

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Développement des sites internet publics

Développement des sites internet publics Premier ministre Ministère de la fonction publique et de la réforme de l Etat 22 décembre 2000 Note n 008748 Développement des sites internet publics dossier suivi par Annie Henrion Tél. 01.42.75.80.79

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions 1. Présentation de l ADIE o Qu est ce que l ADIE? o Notre mission o Nos activités 2. Approche e-sénegal o o o Double Approche Approche e-gouvernement Approche e-citoyen 3. Notre approche des formulaires

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Préambule : L innovation vise l appropriation d une invention technique par un milieu particulier (nouvelles pratiques des acteurs,

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la signature de la Charte des relations fournisseurs responsables par Meda Manufacturing 19 décembre 2013 Monsieur le Maire, Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général 26 et 27 mai 2015 Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général Mesdames, Messieurs, Lors de mes propos introductifs à ces débats, je vous ai dit que le développement social, comme le développement

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Date : Jeudi 29 Mars 2012 Time:

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT DISCOURS D OUVERTURE M. Driss EL AZAMI EL IDRISSI Ministre

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY RÉCEPTION EN L HONNEUR DES ANCIENS ÉLÈVES DE L INSEAD HÔTEL DE VILLE DE MONTRÉAL 2 OCTOBRE 2009 Seul le discours prononcé fait foi

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE SEPTEMBRE 2012 - JUIN 2013 «Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé» SEPTEMBRE

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS

POUR DIFFUSION AUX AGENTS MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC/BR/LL/FG/DEJ/SPEJ/N 12-15 Lila LALAM 01 43 93 89 65 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHARGE DE LA MUTUALISATION DES ACHATS

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Questions 1) Quelle longueur doit avoir la lettre d accompagnement et quel doit être son contenu? 2) Pouvez-vous m envoyer un exemple

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS.

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS. Dans la période actuelle, sous l impulsion des nouvelles lois et pour accomplir leurs nouvelles missions, notamment dans le cadre de la décentralisation, les collectivités territoriales font face à un

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

Le management territorial à l ère des réseaux

Le management territorial à l ère des réseaux Collection service public dirigée par Geneviève Jouvenel Jean-Yves Prax Le management territorial à l ère des réseaux, 2002 ISBN : 2-7081-2802-7 TABLE DES MATIÈRES Guide de lecture.........................................................

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

La gestion des crédits de la politique de la ville

La gestion des crédits de la politique de la ville GESTION DES CRÉDITS DE LA POLITIQUE DE LA VILLE 143 La gestion des crédits de la politique de la ville Saisie sur le fondement de l article 58-2 de la loi organique relative aux lois de finances, la Cour

Plus en détail

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs,

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs, Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Mesdames, Messieurs, J ai tout d abord une bonne nouvelle à vous avancer, une bonne nouvelle pour la Fonction publique, c est l adoption par l

Plus en détail

Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie

Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie CONSEIL NATIONAL DE RECHERCHES CANADA PROGRAMME D AIDE À LA RECHERCHE INDUSTRIELLE Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie Apperçu PARI-CNRC : Qui sommes-nous? Quel est

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada 2010-2011 Rapport ministériel sur le rendement L honorable James Moore, C.P., député Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui

Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui 1 Une entreprise singulière Une grande entreprise, présente dans la vie des Français, et dans l inconscient national Mais assez méconnue Forte dimension

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Training On Demand. www.crossknowledge.com

Training On Demand. www.crossknowledge.com Training On Demand www.crossknowledge.com CrossKnowledge France 2 bis, rue Godefroy - 92817 Puteaux Cedex - France T : +33 (0)1 41 38 14 99 - F : +33 (0)1 41 38 14 39 Plus d informations : contact@crossknowledge.com

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 -

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 - MARTINE PINVILLE SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s

Plus en détail