A-t-on encore besoin des banques?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A-t-on encore besoin des banques?"

Transcription

1 A-t-on encore besoin des banques? Patrick ARTUS Chef économiste, Directeur de la Recherche et des Etudes, Membre du Comité Exécutif - NATIXIS Journées de l Economie Lyon 15 novembre 213

2 A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de "banque-fiction" 2

3 3 Nouvelles régulations des banques : les principes

4 Zone euro : dépôts bancaires (en Mds d euros) Ménages Entreprises non financières Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

5 Ratio de fonds propres des grandes banques sous Bâle II (core tier 1) Core Tier I ratio Société Générale ,7% 8,4% 8,5% 9,% 9,4% BNP Paribas ,4% 8,% 9,2% 9,6% 1,4% Crédit Agricole ,2% 1,2% 1,9% Santander ,9% 6,2% 7,5% 8,6% 8,8% 1,% 1,1% BBVA ,8% 6,2% 8,% 9,6% 1,3% 1,7% Banco de Sabadell ,% 6,% 6,7% 7,7% 8,2% 1,3% 1,4% La Caixa ,1% 8,8% 8,7% 8,6% - - Caja Madrid ,3% 7,7% 6,6% 6,8% 7,% - - Banco Popular Espanol ,5% 7,2% 8,6% 9,4% 1,3% Commerzbank 7,3% 7,3% 7,5% 8,% 5,4% 5,6% 8,7% 9,1% 1,% 9,9% 11,3% Deutsche Bank 8,6% 8,5% 7,4% 7,3% 6,9% 6,9% 7,% 8,7% 8,7% 9,4% 1,% HSBC ,% 9,4% 1,5% Barclays ,5% 5,6% 1,1% 1,8% 9,4% 1,9% RBS ,5% 6,6% 11,% 1,7% 1,6% 1,8% Lloyds ,4% 5,6% 8,1% 1,2% 1,8% 11,% Crédit Suisse - 1,5% 11,3% 1,4% 13,% 9,8% 8,6% 11,2% 12,2% 1,7% 11,8% UBS 1,% 1,5% 1,8% 11,2% 1,2% 7,1% 8,5% 11,9% 15,3% 14,1% 16,7% Intesa San Paolo * 6,8% 6,9% 6,7% 7,1% 5,5% 5,9% 6,3% 7,1% 7,9% 1,1% 1,5% Banco Popolare ,7% 6,4% 5,1% 5,7% 6,1% 5,7% - - MPS 5,6% 6,3% 6,5% 6,3% 5,9% 5,2% 4,2% 5,% 5,6% 1,3% 1,5% Unicredit - 7,% 7,4% 5,3% 5,8% 5,8% 6,5% 8,5% 8,6% 8,4% 1,3% * Données Banca Intesa de 22 à 25 ** Données BPVN de 22 à 26 Source : Banques 5

6 Ratio de fonds propres des grandes banques sous Bâle III (core tier 1) Core Tier I ratio 212 Société Générale 9,5% BNP Paribas 9,9% Crédit Agricole 9,2% Santander 8,% BBVA 8,4% Banco de Sabadell 5,8% La Caixa - Caja Madrid - Banco Popular Espanol 6,1% Commerzbank 7,6% Deutsche Bank 8,% HSBC 9,% Barclays 8,2% RBS 7,7% Lloyds 8,1% Crédit Suisse 8,4% UBS 9,8% Intesa San Paolo* 1,6% Banco Popolare 9,1% MPS - Unicredit 9,3% Source : Banques 6

7 7 Coûts de financement des banques plus élevés

8 Zone euro : indice boursier des banques (1 en 1999:1) Sources : Datastream, NATIXIS

9 Zone euro : CDS des banques et spread contre swaps de la dette senior des banques 5 CDS des banques (5 ans, en pb) Spread % swaps de la dette senior des banques (en pb) Sources : Bloomberg, IBOXX, NATIXIS

10 Trois types d intermédiaires financiers : 1 - les banques collectrices de dépôts 1

11 Zone euro : dépôts et crédit au secteur privé (en % du PIB valeur) Dépôts bancaires Crédits totaux aux ménages Crédits totaux aux entreprises Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

12 Zone euro : prêts aux entreprises (en Mds d euros par an) Moins de 1Mln d'euros Plus de 1Mln d'euros Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

13 Dette des ménages (en % du RDB des ménages) 3 Espagne Grèce Pays-Bas Irlande Sources : Datastream, sources nationales, NATIXIS

14 Trois types d intermédiaires financiers : 2 - les «shadow banks» 14

15 Zone euro : encours d obligations émises par les entreprises non-financières et capitalisation boursière (en % PIB valeur) Capitalisation boursière (G) Encours d'obligations émises (D) Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

16 Trois types d intermédiaires financiers : 3 - les investisseurs institutionnels 16

17 Zone euro : total actif des investisseurs institutionnels (en % du PIB valeur) Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

18 Effets à l équilibre sur la structure de l épargne 18

19 Zone euro : obligations, actions au passif des entreprises non financières et encours de crédits aux entreprises non financières (en % du PIB) Obligations au passif des entreprises non financières Actions au passif des entreprises non financières Encours de crédit aux entreprises non financières Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

20 Zone euro : dépôts bancaires et crédits aux ménages (en % du PIB valeur) Dépôts bancaires Crédits aux ménages Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

21 Zone euro : actifs détenus par les ménages (valeur en % du PIB) Actifs liquides et monétaires Assurance-Vie et fonds de pension Actions Obligations totales Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

22 Zone euro : encours d obligations publiques détenu par les banques (en % du PIB) Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

23 Nouvel équilibre financier Ménages Banques régulées Dépôts Placements risqués Crédits ménages + TPE Dépôts Actifs risqués + dettes publiques Ressources collectées Investisseurs Dettes publiques Shadow banks Dérivés, titrisation Grandes entreprises, ETI 23

24 Qui supporte le coût des nouvelles réglementations des banques de la zone euro? Patrick ARTUS Chef économiste, Directeur de la Recherche et des Etudes, Membre du Comité Exécutif - NATIXIS Journées de l Economie Lyon 15 novembre 213

25 25 Nouvelles règlementations des banques et coûts des ressources

26 Zone euro : fonds propres des banques En Mds d' (G) En % du PIB valeur (D) Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

27 Zone euro : encours de dette publique détenue par les banques En Mds d' (G) En % du PIB valeur (D) Sources : Datastream, NATIXIS

28 Zone euro hors Grèce* : taux d intérêt à 1 ans sur les emprunts d Etat (en %) 28 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, Sources : Datastream, NATIXIS (*) pondérée par la dette publique ,5 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2,

29 Zone euro : dépôts à terme dans les banques 45 en Mds d' (G) en % du PIB valeur (D) Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

30 Zone euro : taux d intérêt des dépôts à terme bancaires 4,5 4,5 4, 4, 3,5 3,5 3, 3, 2,5 2,5 2, 3 Sources : Datastream, BCE, NATIXIS ,

31 Zone euro : spreads contre swaps : dette senior des banques et covered bonds (en pb) Spread dette senior des banques Spread covered bonds Sources : Datastream, IBOXX, Bloomberg, NATIXIS

32 Zone euro : encours d obligations émises par les banques En Mds d'euros (G) En % du PIB valeur (D) Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

33 Zone euro : encours de repos En Mds d' (G) En % du PIB valeur (D) Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

34 Zone euro : encours de repos et taux repos euro Encours de repos (en Mds d'euros, G) Taux repo euro (en %, D) Sources : Datastream, BCE, NATIXIS

35 Zone euro : total bilan des banques* Mds d' (G) en % du PIB (D) (*) en prenant l'interbancaire en net Sources : Datastream, NATIXIS

36 Qui supporte la hausse du coût des ressources? 36

37 Zone euro : profit des banques En Mds d'euros (G) En % du PIB valeur (D) Sources : Datastream, NATIXIS ,6 1,4 1,2 1,,8,6,4,2, -,2 -,4 37

38 Zone euro : ROE des banques Sources : Datastream, NATIXIS

39 Zone euro : spread contre swaps sur les taux d intérêt des crédits à taux fixe aux entreprises (en %) 2,5 2,5 2, 2, 1,5 1,5 1, 1,,5,5, Sources : Datastream, BCE, NATIXIS , 39

40 Zone euro : spread contre swaps sur les taux d intérêt des crédits à taux fixe aux ménages (en %) 2,5 2,5 2, 2, 1,5 1,5 1, 1,,5,5, -,5 Sources : Datastream, BCE, NATIXIS , -,5 4

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences?

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? Patrick ARTUS, Directeur de la Recherche et des Etudes, NATIXIS Table Ronde Les

Plus en détail

Des évolutions favorables à la concentration des banques

Des évolutions favorables à la concentration des banques 8 février 8 - N 57 Des évolutions favorables à la concentration des banques RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS Nous pensons que les évolutions récentes, étant favorables aux banques de grande

Plus en détail

La crise financière. : causes microéconomiques conomiques ou causes macroéconomiques. conomiques?

La crise financière. : causes microéconomiques conomiques ou causes macroéconomiques. conomiques? La crise financière : causes microéconomiques conomiques ou causes macroéconomiques conomiques? Table ronde "Les Crises financières" Journée de l'economie Lyon 21 novembre 28 Patrick ARTUS Directeur de

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Réglementation des banques de la zone euro : deux visions idéologiques contradictoires RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Réglementation des banques de la zone euro : deux visions idéologiques contradictoires RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE mars N 321 Réglementation des banques de la zone euro : deux visions idéologiques contradictoires Curieusement, la réglementation des banques de la zone euro comprend deux

Plus en détail

BNP Paribas Rencontre Actionnaires. Marseille 20 octobre 2009

BNP Paribas Rencontre Actionnaires. Marseille 20 octobre 2009 BNP Paribas Rencontre Actionnaires Marseille 20 octobre 2009 1 Des résultats 2008 robustes malgré une crise financière sans précédent Adaptation au nouvel environnement Atouts structurels Fortis Banque

Plus en détail

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années.

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Espérons que la BCE comprend qu il ne faut pas sortir trop tard du Quantitative Easing Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : soit que les réformes structurelles

Plus en détail

Qui détient les dettes dangereuses?

Qui détient les dettes dangereuses? 23 mars 21 N. 118 Qui détient les dettes dangereuses? Il est important de savoir qui détient les dettes à risque : pour savoir qui sera affecté en cas de défaut sur ces dettes, et si la structure de détention

Plus en détail

Rapport semestriel LBPAM RESPONSABLE TRESO. au 30 septembre 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français. CLASSIFICATION Monétaire Court Terme

Rapport semestriel LBPAM RESPONSABLE TRESO. au 30 septembre 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français. CLASSIFICATION Monétaire Court Terme Rapport semestriel au 30 septembre 2014 LBPAM RESPONSABLE TRESO Part «E» Part «I» Part «T» Part «G1» FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français CLASSIFICATION Monétaire Court Terme AFFECTATION DES

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Le marché de l immobilier résidentiel est-il redevenu plus sain aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et dans la zone euro (hors Allemagne)?

FLASH ÉCONOMIE. Le marché de l immobilier résidentiel est-il redevenu plus sain aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et dans la zone euro (hors Allemagne)? ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 5 mars 5 N 86 Le marché de l immobilier résidentiel est-il redevenu plus sain aux, au et dans la zone euro (hors Allemagne)? Pour savoir si un marché de l immobilier résidentiel

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 6 N 68 Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie La Réserve Fédérale et la BCE, probablement parce que cela rend leur communication

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE - CREDIT LYONNAIS

CREDIT AGRICOLE - CREDIT LYONNAIS CREDIT AGRICOLE - CREDIT LYONNAIS CREDIT AGRICOLE - CREDIT LYONNAIS Un groupe bancaire européen de tout premier plan Une vocation historique de banque universelle Une forte ambition de développement pour

Plus en détail

A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de "banquefiction"

A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de banquefiction 2 juillet 213 N 487 A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de "banquefiction" Nous partons d'une analyse positive et non normative : quelle est l'évolution la plus probable de

Plus en détail

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro EAS FSEG Mahdia Tunis - BCT- 29 novembre 2011 1-0rigine de la crises 2 - Spécificités de cette crise par rapport à la crise

Plus en détail

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Sommaire I - La mutation permanente du secteur bancaire français 1.1 - Le poids économique du secteur bancaire et financier 1.2 - L indispensable

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011 "Un retour sur les causes profondes de la crise de la zone euro". Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 11 Emploi manufacturier

Plus en détail

Stock de dette extérieure, privée ou publique, et financement du déficit extérieur

Stock de dette extérieure, privée ou publique, et financement du déficit extérieur Stock de dette extérieure, privée ou publique, et financement du déficit extérieur 6 juin 212 N. 98 Certains pays de la zone euro (,, ) ont atteint la limite maximale acceptable pour leur dette extérieure

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation des banques et performances économiques?

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation des banques et performances économiques? Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation des banques et performances économiques? 2012 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu En septembre 2008 «Si Lehman Brothers s était

Plus en détail

Responsabilité Sociale et Environnementale

Responsabilité Sociale et Environnementale Responsabilité Sociale et Environnementale Paris Juin 2011 1 Synthèse Groupe Stratégie de croissance Gouvernement d entreprise 2 Evolution des résultats de BNP Paribas de 1993 à 2010 En M 31/12/1993 (BNP)

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences?

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? 24 octobre 211 N. 793 L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? Les entreprises de la zone euro sont aujourd hui essentiellement

Plus en détail

CNIS. Cadre réglementaire et Bilan

CNIS. Cadre réglementaire et Bilan Direction Générale des Statistiques CNIS Collectestatistique de la Banque de France sur les véhicules de titrisation Cadre réglementaire et Bilan Direction Générale des Statistiques Direction des Statistiques

Plus en détail

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro ANALYSE Comptes financiers des agents non financiers 3ème trimestre 213 mise à jour 28/2/214 Contact : DGS-DSMF sesof@banque-france.fr Sociétés non financières : financement Les flux nets d emprunts bancaires

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

LES BANQUES DANS LA CRISE

LES BANQUES DANS LA CRISE LES BANQUES DANS LA CRISE 8ème Journée d'études sur les faillites - 11 juin 2010 Université Paris 10 Nanterre Mathieu PLANE et Georges PUJALS (OFCE) Plan de la présentation La mécanique de la crise sur

Plus en détail

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE MARCHÉS RECHERCHE ÉCONOMIQUE décembre N 99 La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de -9 Nous pensons que la prochaine crise sur les marchés financiers

Plus en détail

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Juillet N. Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Les gouvernements européens et les autorités européennes ont mis en place une pratique de «mutualisation rampante»,

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 1 N 1 L écart entre la croissance et la croissance potentielle dans la période récente comme mesure de l efficacité des politiques économiques stimulantes Nous regardons

Plus en détail

Contexte de marché au 30 juin 2010

Contexte de marché au 30 juin 2010 DeriveXperts Spécialiste de la valorisation indépendante des produits structurés Contexte de marché au 30 juin 2010 Le second trimestre 2010 a vu se développer une crise dont le déclenchement a été une

Plus en détail

Vos questions sur l environnement économique et financier

Vos questions sur l environnement économique et financier Vos questions sur l environnement économique et financier Juillet 2013 SOMMAIRE 1 La situation du Crédit Agricole Anjou Maine 2 Résultats du Crédit Agricole Anjou Maine 3 Crédit Agricole S.A. 4 La solidité

Plus en détail

La loi qui valait 300 milliards d euros

La loi qui valait 300 milliards d euros David Benamou +44 330822 03 74 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Jérôme Legras +44 330 822 03 75 Jerome.legras@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Didier Davydoff 19 avril 2012

Didier Davydoff 19 avril 2012 Didier Davydoff 19 avril 2012 60 50 49 51 55 40 33 30 20 20 2009 2010 2011 10 8 0 Collecte nette de l'assurance vie Collecte nette de l'épargne bancaire 2 3 4 5 6 7 Où va la fuite de cotisations d assurance

Plus en détail

DEXIA LONG SHORT CREDIT

DEXIA LONG SHORT CREDIT DEXIA LONG SHORT CREDIT DOCUMENT D INFORMATION PERIODIQUE SUR LE SEMESTRE au 28 juin 2012 Fonds Commun de Placement de droit Français Société de gestion : DEXIA ASSET MANAGEMENT - 40 rue Washington 75008

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE ECO & MARCHES HEBDO. Le sommet Européen saura-t-il répondre aux attentes du marché?

NOTE DE CONJONCTURE ECO & MARCHES HEBDO. Le sommet Européen saura-t-il répondre aux attentes du marché? www.leblogdesinstitutionnels.fr NOTE DE CONJONCTURE ECO & MARCHES HEBDO AVEC LA CONTRIBUTION DES EXPERTS DE 26 Juin 2012 Le sommet Européen saura-t-il répondre aux attentes du marché? Le focus de la semaine

Plus en détail

SOCIETE GENERALE RESULTATS DU GROUPE 2 EME TRIMESTRE ET 1 ER SEMESTRE 2011 3 AOÛT 2011

SOCIETE GENERALE RESULTATS DU GROUPE 2 EME TRIMESTRE ET 1 ER SEMESTRE 2011 3 AOÛT 2011 SOCIETE GENERALE RESULTATS DU GROUPE 2 EME TRIMESTRE ET 1 ER SEMESTRE 2011 3 AOÛT 2011 AVERTISSEMENT Ce document peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et

Plus en détail

BNP Paribas. Patrice Menard. Relations Investisseurs. Conference Cheuvreux 27 Septembre 2007

BNP Paribas. Patrice Menard. Relations Investisseurs. Conference Cheuvreux 27 Septembre 2007 BNP Paribas Patrice Menard Relations Investisseurs Conference Cheuvreux 27 Septembre 2007 1 Plan de la présentation Les réalisations du Groupe Le gouvernement d entreprise La démarche «Développement Durable»

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL 2014 DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT DE DROIT FRANCAIS CARMIGNAC COURT TERME

RAPPORT SEMESTRIEL 2014 DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT DE DROIT FRANCAIS CARMIGNAC COURT TERME RAPPORT SEMESTRIEL 2014 DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT DE DROIT FRANCAIS CARMIGNAC COURT TERME (Opérations de l'arrêté du 30 juin 2014) 24, place Vendôme 75001 Paris - Tél. : 01 42 86 53 35 - Fax : 01 42

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Le SMI (Système Monétaire International) à la dérive. Patrick ARTUS, Chef économiste, Membre du Comité Exécutif - NATIXIS

Le SMI (Système Monétaire International) à la dérive. Patrick ARTUS, Chef économiste, Membre du Comité Exécutif - NATIXIS Le SMI (Système Monétaire International) à la dérive Patrick ARTUS, Chef économiste, Membre du Comité Exécutif - NATIXIS Séminaire SMI Lyon 16 mars 215 Absence de coordination internationale des politiques

Plus en détail

BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires.

BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires. BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires. Décembre 2015 I LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE AU CŒUR DU MODELE BANCAIRE FRANCAIS 2 Un modèle de banque universelle au service de tous les clients

Plus en détail

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Intervention de Jacques Fournier Directeur général des Statistiques Banque de France 16 janvier

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 2 juillet 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX SOCIÉTÉS D ASSURANCE ET AUX FONDS DE PENSION DE LA ZONE EURO : PREMIER TRIMESTRE 2014 Au premier trimestre

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.2 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Préparer un plan de redressement: Retour d expérience

Préparer un plan de redressement: Retour d expérience Juin 2015 Préparer un plan de : Retour d expérience Contact: Stephan De Prins Avantage Reply 5, rue des Colonnes 6e étage 75002 Paris, France phone: +33 (0)1 71 24 12 25 mobile : +33 (0)6 21 71 07 59 s.deprins@reply.eu

Plus en détail

L Etat et le financement de l économie

L Etat et le financement de l économie L Etat et le financement de l économie Présentation du rapport public thématique Jeudi Le financement de l économie Intermédiation Epargne ménages secteur financier Etat sociétés non financières ménages

Plus en détail

Chiffres clés. Comptes annuels Banque Coop SA selon le principe True and Fair View. Evolution sur 5 ans de l action au porteur

Chiffres clés. Comptes annuels Banque Coop SA selon le principe True and Fair View. Evolution sur 5 ans de l action au porteur Chiffres clés Comptes annuels Banque Coop SA selon le principe True and Fair View Structure du capital 2007 2006 2005 Nombre d actions 16 875 000 16 875 000 16 875 000 Valeur nominale par action en CHF

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N 79 Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole Nous pensons que le scénario le plus probable pour le prix du pétrole est : - une

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Les conséquences potentielles d une restructuration de la dette souveraine sur les banques européennes

Les conséquences potentielles d une restructuration de la dette souveraine sur les banques européennes 26 Mai 2011 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Si le montant de dette des pays PIG est relativement

Plus en détail

Présentation aux investisseurs

Présentation aux investisseurs Union européenne AAA/Aaa/AA+/AAA Présentation aux investisseurs Janvier 2016 Commission européenne DG Affaires économiques et financières Cadre de financement La Commission européenne gère, au nom de l

Plus en détail

CAUSES MICROECONOMIQUES OU CAUSES MACROECONOMIQUES? PATRICK ARTUS

CAUSES MICROECONOMIQUES OU CAUSES MACROECONOMIQUES? PATRICK ARTUS Journées de l'economie Lyon 1 novembre LA CRISE FINANCIERE : CAUSES MICROECONOMIQUES OU CAUSES MACROECONOMIQUES? PATRICK ARTUS La crise financière a de multiples aspects : pertes des banques et des investisseurs

Plus en détail

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011 10 novembre 2011 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur

Plus en détail

L obligation foncière allemande

L obligation foncière allemande L obligation foncière allemande Présentation à l ACFAS 2012 Alexander Reimers 1 L obligation foncière Un produit de titrisation de crédits hypothécaires à la rescousse des banques allemandes touchées par

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

KBL RICHELIEU FLEXIBLE SICAV DE DROIT FRANÇAIS

KBL RICHELIEU FLEXIBLE SICAV DE DROIT FRANÇAIS KBL RICHELIEU FLEXIBLE SICAV DE DROIT FRANÇAIS RCS PARIS B 421 933 268 BULLETIN SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 Société de Gestion : KBL RICHELIEU GESTION 22, Boulevard Malesherbes 75008 PARIS Dépositaire :

Plus en détail

Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui

Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui 23 février - N 27-72 Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui Le multiplicateur monétaire (de crédit) est la théorie qui explique quel montant de crédit (de masse monétaire) peut être

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré en mai une hausse de 1,4% pour s établir à 1 026MMDH. Cette évolution résulte principalement de l

Plus en détail

Fonds Commun de Placement d'entreprise MEYERBEER GARANTI ENTREPRISES

Fonds Commun de Placement d'entreprise MEYERBEER GARANTI ENTREPRISES Fonds Commun de Placement d'entreprise MEYERBEER GARANTI ENTREPRISES PLAQUETTE SEMESTRIELLE au 30 juin 2014 Société de Gestion : Trusteam Finance Dépositaire : Caceis Bank France Commissaire aux comptes

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

17/10/06 à la main dans le Masque. Groupe Banque Populaire. Résultats 2007. Conférence de presse 6 mars 2008

17/10/06 à la main dans le Masque. Groupe Banque Populaire. Résultats 2007. Conférence de presse 6 mars 2008 17/10/06 à la main dans le Masque Groupe Banque Populaire Résultats 2007 Conférence de presse 6 mars 2008 Avertissement L évolution des périmètres résultant de la création de Natixis conduit à une présentation

Plus en détail

HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014

HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014 HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014 1 I. Prêts garantis 1) Répartition par catégories de créance, par types de contrepartie et par types de garantie : Date des données :

Plus en détail

Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché?

Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché? avril 7 - N Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché? Si on regarde le PER actions dans la zone euro, ou la prime de risque actions, on conclut sans hésiter que les actions de la

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE)

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) JUIN 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) PLACEMENT ATHENA FINANCE JUIN 2015 Nos convictions Nos convictions

Plus en détail

Communication sur nos fonds monétaires

Communication sur nos fonds monétaires Les marchés financiers ont reculé la semaine dernière sous l effet des publications de bénéfices de grandes banques américaines. Merrill Lynch a déprécié des actifs hypothécaires pour un montant de 7,9mds

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Les banques amplifient-elles les cycles?

Les banques amplifient-elles les cycles? 6 novembre 28 - N 4 Les banques amplifient-elles les cycles? Le débat sur le rôle des banques dans l'amplification des cycles économiques est très vif aujourd'hui. Il est basé sur la théorie du "cycle

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL 2015 DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT DE DROIT FRANCAIS CARMIGNAC COURT TERME

RAPPORT SEMESTRIEL 2015 DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT DE DROIT FRANCAIS CARMIGNAC COURT TERME RAPPORT SEMESTRIEL 2015 DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT DE DROIT FRANCAIS CARMIGNAC COURT TERME (Opérations de l'arrêté du 30 juin 2015) Le Représentant et Service de paiement en Suisse était jusqu au 31

Plus en détail

Une question de normalisation internationale : la dépréciation des instruments de capitaux propres

Une question de normalisation internationale : la dépréciation des instruments de capitaux propres Une question de normalisation internationale : la dépréciation des instruments de capitaux propres La dépréciation des instruments de capitaux propres classés en disponibles à la vente repose sur la mise

Plus en détail

STRATEGIE ET CHIFFRES CLES

STRATEGIE ET CHIFFRES CLES GROUPE SOCIETE GENERALE STRATEGIE ET CHIFFRES CLES Frédéric OUDEA Directeur Financier du Groupe 2 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs

Plus en détail

Sait-on déterminer si, dans la zone euro, les effets de revenu ou de substitution liés à la baisse des taux d intérêt l emportent?

Sait-on déterminer si, dans la zone euro, les effets de revenu ou de substitution liés à la baisse des taux d intérêt l emportent? ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE mars N Baisse des taux d intérêt dans la zone euro est-ce l effet de revenu ou l effet de substitution qui domine? Il ne faut pas oublier qu une baisse des taux d intérêt

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE er juillet N 78 L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie L exemple présent du Royaume-Uni montre à nouveau le rôle

Plus en détail

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque . Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque Après une année 9 encore impactée par la crise pour certains établissements, l amélioration en 1 de

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Généralités sur l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur l immobilier Statistiques de l immobilier L immobilier

Plus en détail

Résultats du 2 ème trimestre 2011

Résultats du 2 ème trimestre 2011 Résultats du 2 ème trimestre 2011 Des résultats en croissance, soutenus par l activité bancaire RNPG T2 2011 : 11,7 M, +21 % RNPG S1 2011 : 22,8 M, +27 % Produit net bancaire 52,9 55,4 5 % 100,8 112,2

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

A quoi servent les banques?

A quoi servent les banques? A quoi servent les banques? Patrick ARTUS Chef économiste, Directeur de la Recherche et des Etudes, membre du Comité Exécutif - NATIXIS Entretiens Enseignants Entreprises Jouy-le-Moutier, 27 et 28 août

Plus en détail

REUNION DES ACTIONNAIRES DE BNP PARIBAS. LYON Cité Internationale 27 juin 2012

REUNION DES ACTIONNAIRES DE BNP PARIBAS. LYON Cité Internationale 27 juin 2012 REUNION DES ACTIONNAIRES DE BNP PARIBAS LYON Cité Internationale 27 juin 2012 1 La Banque et la Région de Lyon La Banque en quelques diapositives 2011, une année complexe Le plan d adaptation Une Banque

Plus en détail

Notation, refinancement, instruments hybrides Nicolas Duhamel Directeur général Finances, membre du directoire

Notation, refinancement, instruments hybrides Nicolas Duhamel Directeur général Finances, membre du directoire Notation, refinancement, instruments hybrides Nicolas Duhamel Directeur général Finances, membre du directoire Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 30 septembre 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 30 septembre 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 30 septembre 2012 Lundi 19 novembre 2012 Sommaire : Introduction > Ventilation du produit net bancaire > Les revenus de la banque de détail amorcent

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. La croissance de la zone euro est-elle menacée par une crise financière? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. La croissance de la zone euro est-elle menacée par une crise financière? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 8 janvier 216 N 3 La croissance de la zone euro est-elle menacée par une crise financière? On peut considérer qu il y a aujourd hui à nouveau une forme de crise financière

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail