Organiser la mobilisation générale pour gérer une épidémie à BHRe. Pôle 3R -Service de SSR polyvalent S. DIALLO, CSS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organiser la mobilisation générale pour gérer une épidémie à BHRe. Pôle 3R -Service de SSR polyvalent S. DIALLO, CSS"

Transcription

1 Organiser la mobilisation générale pour gérer une épidémie à BHRe Pôle 3R -Service de SSR polyvalent S. DIALLO, CSS

2 Présentation du service / 154 lits HC Impact des organisations et de l architecture dans la crise 1 er étage 2éme étage UA : 39 lits UAB : 38 lits UB 39 lits UCD : 38 lits

3 Histoire de l ERG au SSR Le 27/07 identification d une patiente porteuse ERG en orthopédie = patiente index Séjour UB patiente index 1 er étage 2éme étage UA : 39 lits UAB : 38 lits UB 39 lits UCD : 38 lits du 3 au 9/07

4 Histoire de l ERG au SSR Du 27/07 au 30/07 indentification des patients contacts= CERG, mise en place des premières mesures d hygiène PCC et organisation du dépistage systématique des patients CERG : 3 prélèvements de selles à 7 jours d intervalle patients contacts = patients pris en charge par la même équipe soignante que la patiente porteuse d'erg

5 Origine des patients CERG au SSR SSR Patients générés contacts au SSR1 lors de l'hospitalisation de la patiente index et toujours hospitalisés. Nombre important de cas liés à la DMS des patients (50j) et aux organisations des soignants : personnel pouvant transiter sur les 2 unités ( personnel de nuit) Autres services Patients générés contacts en Orthopédietraumatologie ayant été transférés en SSR dans l'intervalle. Ces patients sont hospitalisés au SSR1 et SSR2

6 Histoire de l ERG au SSR Le 31/07 Regroupement des patients contacts, placés en PCC, sur un étage du SSR : 17 transferts de patients inter-unités réalisés Arrêt des admissions 1 er étage 2éme étage UA : 39 lits Regroupement UAB : 38 lits Regroupement Patients non CERG Poursuite des admissions UB 39 lits Regroupement UCD : 38 lits Regroupement Patients non CERG

7 De deux unités CERG à un service CERG Le 01/08 identification patiente ERG transférée du SSR2 le 31/07 1 er étage 2éme étage UA : 39 lits Regroupement le 30/07 UAB : 38 lits UB 39 lits Regroupement le 30/07 UCD : 38 lits

8 De deux unités CERG à un service CERG Le 01/08, Les 138 patients présents sont finalement considérés comme contacts suite à la découverte de ce nouveau cas. Le 02/08 transfert patiente ERG à l U30 secteur dédié 1 er étage 2éme étage UA : 39 lits UAB : 38 lits Arrêt des admissions UB 39 lits UCD : 38 lits

9 D un service CERG à un secteur dédié ERG Le 9/08, suite au 2ème dépistage systématique, identification d une patiente porteuse au SSR2 1 er étage 2éme étage UA : 39 lits UAB : 38 lits UB 39 lits UCD : 38 lits

10 D un service CERG à un secteur dédié ERG Le 09/08 Création d un secteur dédié patients ERG au SSR2 UAB avec équipe dédiée : IDE intérimaire 24h/24. 1 er étage 2éme étage Secteur dédié ERG 1 lit UA : 39 lits UAB : 38 lits UB 39 lits UCD : 38 lits

11 Evolution du secteur dédié ERG Entre le 13 et 26/08 : admission de 2 patients ERG (transferts d orthopédie) 1 er étage 2éme étage Secteur dédié ERG 3 lits UA : 39 lits UAB : 38 lits UB 39 lits UCD : 38 lits Equipe dédiée 1 AS + 1 IDE 24h/24h

12 Conséquences de la crise ERG pour les patients MESURES MISES EN PLACE

13 Conséquences /admissions patients A partir du 02/08 arrêt de toutes les admissions suite à la découverte des deux cas, en attendant les résultats des trois dépistages à 7 jours d intervalle Mi-Août : Reprise des admissions de patients CERG. Fin Août : reprise des admissions patients indemnesdans3unités(saufssr2ab). A partir du 22/09 : reprise des admissions patients indemnes à l UAB.

14 Conséquences / Sorties patients Sorties à domicile privilégiées Sorties en EHPAD reportées après la réalisation des 3 prélèvements de dépistage

15 Conséquences / PEC patients Phase «aigue» Information des patients et de leur entourage / Précautions complémentaires contacts Education ++ à l hygiène des mains Dépistage systématique : implication forte de l encadrement dans ce suivi( créations d outils) Limitation des examens complémentaires et des transferts vers d autres services, sans perte de chance pour le patient. Réorganisation / accès aux locaux situés dans le bâtiment : plateau de rééducation, salon de coiffure.

16 Conséquences / PEC patients Phase décroissante Identification des patients CERG sur les planifications murales de soins. Poursuite du dépistage systématique de tous les patients du SSR2 tous les 15j en lien avec présence patients ERG. Dépistage des patients CERG ayant reçu un traitement antibiotique, toutes unités confondues.

17 Conséquences de la crise ERG pour le personnel MESURES MISES EN PLACE

18 Mesures mises en place / Equipes Médecins, soignants, secrétaires, rééducateurs, brancardiers, coiffeuses Au quotidien -Accompagnement jour et nuit par UPIN et encadrement du SSR -Renforcement équipe ASH / entretien des locaux. -Collaboration avec les différentes directions. Réunions d information formalisées au SSR -13/08-23/09-13/01/2014 Avec présence UPIN, Médecine du travail. Informations par l UPIN des autres services prestataires : transports, services techniques

19 Mesures mises en place / Equipe Dédiée Organisation du secteur dédié ERG et des circuits validé par l UPIN Formation et accompagnement jour et nuit par encadrement du SSR «fidélisation» de l équipe IDE et AS intérimaire facilitant à terme cet accompagnement Présence aux réunions d information Gestion hebdomadaire planning en lien avec DRH. Adaptation des effectifs au regard du nombre de patients ERG pris en charge dans le secteur dédié.

20 Conséquences pour les équipes Premier temps Augmentation charge de travail : PCC pour tous les patients, dépistages, entretien des locaux, circuits patients, gestion courriers Charge mentale. Second temps Diminution nombre de patients = diminution charge de travail. Regard porté par les autres services de l institution sur le SSR

21 La gestion de l ERG dans le temps EVOLUTION DES MESURES

22 160 BILAN PATIENTS ERG & CERG /SSR BG SEPTEMBRE 2013 à AVRIL ERG CERG NON CONTACTS

23 D une Equipe dédiée à un soignant identifié patient ERG Fin de l équipe dédiée et du secteur dédié le 15/01/2014 : un patient ERG toujours hospitalisé. A partir du 16/01/2014 prise en charge du patient ERG par un soignant identifié : un soignant par quart, issu de l équipe. Fin de cette organisation le 02/04/2014 suite au décès du patient.

24 Conséquences pour le service Diminution significative de l activité 2013 en lien avec l arrêt des admissions. Une reprise d activité progressive une étiquette tenace: service SSR = service ERG Des lits fermés à l UAB en lien avec le secteur dédié ERG.

25 Conclusion Début crise ERG : effet stimulant et boostant pour les soignants. Changements des habitudes en lien avec les PCC : port de tablier UU, port des bijoux Le Challenge : maintenir la même mobilisation et rigueur sur la durée (8 Mois) et rester collectivement vigilants. Ex : suivi des prélèvements de dépistage / 15jours. Des mesures efficaces : aucun nouveau cas à déplorer.

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV Beaujon Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV C. Martin, cadre, service de médecine interne C. Ciotti, technicienne biohygiéniste, équipe opérationnelle d hygiène Hôpital Beaujon, Clichy Le

Plus en détail

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE Réunion OMEDIT - ARLIN Auvergne Le 15/04/2014 C. RIMPICI, responsable EOHH Dr VERDIER, PH responsable du pôle de médecine d urgence CH MONTLUCON Qu est ce

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

Service de chirurgie plastique Pole OARC M.DAMADE (cs)

Service de chirurgie plastique Pole OARC M.DAMADE (cs) Service de chirurgie plastique Pole OARC M.DAMADE (cs) Période : fin juillet 2013 Fermeture saisonnière d une uf de 30 lits (sur4) Patients repartis dans autres ufs du pole «Patiente souche» méconnue En

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives

Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives CAMUS Céline, TEQUI B., VANSTEENE D., LE GAL AL., BRETHE N., BARBAROT V. Institut de Cancérologie de l Ouest Site Nantes SF2H

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+

RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+ RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+ Centre SSR Sainte Catherine Labouré LA BAUME D HOSTUN CESBRON C., Responsable Qualité et Gestion des Risques - GENSTY D., Praticien hygiéniste, Président du CLIN LANTHEAUME

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court..

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. Nous allons vous raconter une histoire qui s est passée dans un hôpital de la Loire. Le samedi 30 novembre 2012, dans le service C3 service de SSR accueillant

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Dr Dominique TRIVIER Service d Hygiène Hospitalière SHH Dr Trivier 1 L ERV au CHL: phase d émergence Le 9 mai 2008 un patient de pneumologie

Plus en détail

Lits identifiés ou l identité des Soins Palliatifs à La Marteraye : une approche originale des LISP en SSR

Lits identifiés ou l identité des Soins Palliatifs à La Marteraye : une approche originale des LISP en SSR Lits identifiés ou l identité des Soins Palliatifs à La Marteraye : une approche originale des LISP en SSR Journée Mondiale des Soins Palliatifs 9 octobre 2013 Dr Aurélie Laurent-Baraldi La Marteraye Centre

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Depuis le 6 juin 2012, l Etablissement Public de Santé Mentale a intégré des locaux neufs et adaptés. Chaque patient

Plus en détail

La CIMU un outil de pilotage interne

La CIMU un outil de pilotage interne La CIMU un outil de pilotage interne Temps d attente entre la décision d orientation et le départ du service + 17% + 38% + 24% - 13% - 43% - 25% - 15% DES OUTILS EN PLACE (4) : les Urgences - 14% Agir

Plus en détail

BHRe = suivi des patients contacts

BHRe = suivi des patients contacts BHRe = suivi des patients contacts V. GRANJON - Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 13 Avril 2017 BHRe Emergence de nouvelles souches de Bactéries Hautement

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13 Page 1 sur 6 Métier INFIRMIER Intitulé du poste INFIRMIER EN AMBULATOIRE Villes de rattachements Bobigny, Pantin TITULAIRE DU POSTE : Localisation 48,rue Louise Michel 93000 BOBIGNY Version 1 Composition

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux. Caen, le 19 octobre 2012

Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux. Caen, le 19 octobre 2012 Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux Caen, le 19 octobre 2012 1 Mesure 17 du plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012 Identification d unités cognitivocomportementales

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE HOPITAL LOCAL 35, Rue Rogg Haas 68510 SIERENTZ Novembre 2010 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray

Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray Dr Lelimouzin Médecin Hygiéniste 13-14 Octobre 2011 Journées d'hygiène de Brest - ARLIN Bretagne 1 Le CHBA VANNES 2010 AURAY Capacité

Plus en détail

CSAPA SPÉCIALISÉ ALCOOL AVEC HÉBERGEMENT, UNE STRUCTURE INNOVANTE. Initiative collective territoriale Hainaut-Avesnois- Cambrésis Leval (59)

CSAPA SPÉCIALISÉ ALCOOL AVEC HÉBERGEMENT, UNE STRUCTURE INNOVANTE. Initiative collective territoriale Hainaut-Avesnois- Cambrésis Leval (59) 1 CSAPA SPÉCIALISÉ ALCOOL AVEC HÉBERGEMENT, UNE STRUCTURE INNOVANTE Initiative collective territoriale Hainaut-Avesnois- Cambrésis Leval (59) 2 CSAPA Alcool avec hébergement: 12 places Objectifs: accompagner

Plus en détail

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé (Nord Picardie) (Basse-Normandie) (Rhône Alpes) (Loire-Atlantique) (Franche-Comté) (Aquitaine) Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé Contexte FORAP 10 SRA Bientraitance

Plus en détail

Patients porteurs de BMR en EHPAD

Patients porteurs de BMR en EHPAD Patients porteurs de BMR en EHPAD Formation hygiène en Gériatrie ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr La colonisation par les BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques) Simple portage Aucun symptôme

Plus en détail

Endoscopie digestive : de l analyse a posteriori à l analyse processus

Endoscopie digestive : de l analyse a posteriori à l analyse processus Endoscopie digestive : de l analyse a posteriori à l analyse processus Dr MaelPagenault, Mme Anne Le Floc h-marchand Plateau technique digestif du CHU de Rennes CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

Gale Retour d expérience. UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013

Gale Retour d expérience. UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013 Gale Retour d expérience UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013 Un service Service de médecine spécialisée rhumatologie 27 lits, 7 chambres doubles Personnel médical, paramédical, kinésithérapeute,

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

Prévention conjointe des TMS et des RPS Intervention au CHU de Bordeaux

Prévention conjointe des TMS et des RPS Intervention au CHU de Bordeaux Prévention conjointe des TMS et des RPS Intervention au CHU de Bordeaux Olivier Lhospital (Ergonome Européen CHU de Bordeaux) Vitoria 14/06/2013 Contexte Importance des TMS en milieu de travail, lien établi

Plus en détail

Prise en charge de cas d ERG en SSR Sandrine AUGUSTE CH Armentières

Prise en charge de cas d ERG en SSR Sandrine AUGUSTE CH Armentières + Prise en charge de cas d ERG en SSR Sandrine AUGUSTE CH Armentières Journée régionale de prévention du risque infectieux en SSR 7 octobre 2014 + Centre Hospitalier d Armentières 2 Hôpital référent de

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 Enquête de satisfaction réalisée en 2012 auprès de 1231 patients du Centre Hospitalier Intercommunal Amboise Château-Renault Qualité /Risques Avril

Plus en détail

Travailler à Ville-Evrard

Travailler à Ville-Evrard Psychiatrie publique en Seine-Saint-Denis Secteurs adultes et adolescents. G01, G02, G03, G04, G05, G06, G09, G10, G11, G12, G13, G14, G15, G16, G18 Secteurs infanto-juvénile I02, I03, I05 Travailler à

Plus en détail

ViaTrajectoire EHPAD. Création d un dossier d inscription par l Usager

ViaTrajectoire EHPAD. Création d un dossier d inscription par l Usager ViaTrajectoire EHPAD Création d un dossier d inscription par l Usager Qu est ce que ViaTrajectoire ViaTrajectoire est un outil Web accessible de n importe quel navigateur et moteur de recherche Objectif

Plus en détail

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48 Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Contexte CHU de 3300 lits répartis sur 3 groupes hospitaliers et 5 sites Toutes les spécialités

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N. Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.BOURBON N.ESTIENNE S.LUIGI M.ROBIN Le contexte au Centre Hospitalier de Martigues: Augmentation continue

Plus en détail

Réunion régionale EOH Strasbourg 06 septembre A. BETTINGER T.LAVIGNE Animateurs Réseau BHRe

Réunion régionale EOH Strasbourg 06 septembre A. BETTINGER T.LAVIGNE Animateurs Réseau BHRe Réunion régionale EOH Strasbourg 06 septembre 2013 A. BETTINGER T.LAVIGNE Animateurs Réseau BHRe Adopté en conseil excécutif le 10/07/13 Parution le 29/08/13 A. BETTINGER- T. LAVIGNE / réunion régionale

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME LES MISSIONS DES CHU FONCTIONS DE SOINS (1) Proximité,Territoire,Région Corps médical avec l ensemble des

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

LES INDICATEURS DE PILOTAGE DE L ABSENTÉISME

LES INDICATEURS DE PILOTAGE DE L ABSENTÉISME LES INDICATEURS DE PILOTAGE DE L ABSENTÉISME LA MISE EN PLACE D INDICATEURS D ABSENTÉISME EN AMONT DE TOUTE EXPÉRIMENTATION POURQUOI? La compréhension de l absentéisme pour le réduire nécessite des outils

Plus en détail

Fondation Saint-François Haguenau. Établissement MCO Structure HAD Centres de soins infirmiers (Réseau Handident)

Fondation Saint-François Haguenau. Établissement MCO Structure HAD Centres de soins infirmiers (Réseau Handident) Fondation Saint-François Haguenau Établissement MCO Structure HAD Centres de soins infirmiers (Réseau Handident) Pourquoi une démarche ISO Qu est-ce que ISO? Comment appliquer cette norme dans un établissement

Plus en détail

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration Dr Joséphine Loteteka Dr Tatiana Garcia HAD Santé Service Corpalif 93, 23 mars 2010 Sommaire Le cadre

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

Mai 2013. Région sans Film CENTRE HOSPITALIER DES QUATRE VILLES. Retour d expérience. Présentation Dr RAUST Chef de Service Dr PLESKOF

Mai 2013. Région sans Film CENTRE HOSPITALIER DES QUATRE VILLES. Retour d expérience. Présentation Dr RAUST Chef de Service Dr PLESKOF Mai 2013 Région sans Film CENTRE HOSPITALIER DES QUATRE VILLES Retour d expérience Présentation Dr RAUST Chef de Service Dr PLESKOF Le PACS Picture Archiving and Communication System Un outil informatique

Plus en détail

Más información, consultar en la web de EURES. Nº referencia nacional 4881594 (Francia)

Más información, consultar en la web de EURES. Nº referencia nacional 4881594 (Francia) Pôle Gériatrique Val de Marne (Île de France) Le pôle gériatrique Val de Marne ( SSRSLD91) comporte des lits d hospitalisation de plus de 24 heures dont 44 lits de court séjour gériatrique, 377 lits de

Plus en détail

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 La Convention collective des salariés du Particulier employeur 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 Les obligations de l employeur à l embauche du salarié S immatriculer en tant qu employeur, plusieurs

Plus en détail

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Evaluation des Pratiques Professionnelles Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Diffusion et communication de bonnes pratiques CHU_ Hôpitaux de Rouen - page

Plus en détail

LES SOINS PSYCHIATRIQUES SANS CONSENTEMENT LOI DU 5 JUILLET 2011

LES SOINS PSYCHIATRIQUES SANS CONSENTEMENT LOI DU 5 JUILLET 2011 IFSI Rockefeller 4 OCTOBRE 2012 LES SOINS PSYCHIATRIQUES SANS CONSENTEMENT LOI DU 5 JUILLET 2011 Jean Maillet-Contoz Bureau des soins infirmiers CH le Vinatier OBJECTIFS DE L INTERVENTION Acquisition de

Plus en détail

Audit de connaissance en hygiène hospitalière des professionnels médicaux et paramédicaux dans un hôpital SSR

Audit de connaissance en hygiène hospitalière des professionnels médicaux et paramédicaux dans un hôpital SSR XXIIème Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hospitalière Evaluation médicale Hôpital San Salvadour Audit de connaissance en hygiène hospitalière

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité

Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité PLAN 1. Introduction: la reconstruction du bloc opératoire 2. Matériel et méthodes: la réflexion

Plus en détail

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Centre Hospitalier Pontoise Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Chef de service : Dr Philippe BOIZE Cadre de santé puéricultrice : Mme Ana GRIMBERT Standard Centre Hospitalier : 01.30.75.40.40

Plus en détail

Gestion d une épidémie en EHPAD

Gestion d une épidémie en EHPAD Gestion d une épidémie en EHPAD EHPAD Roger BESSON Sandrine BERTHELOT, Brigitte FLEURY, Catherine MAISONNIAL - St GERAND le PUY - 03 1 Présentation de l EHPAD Établissement public dans un village de 1000

Plus en détail

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM Dossier de presse Canicule Organisation de l AP-HM Eté 2013 1 Canicule Organisation de l AP-HM pour la prise en charge des patients Durant l été 2003, les hôpitaux français ont été confrontés à la prise

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

S.A.S Clinique Saint Roch Cambrai-Marchiennes-Denain

S.A.S Clinique Saint Roch Cambrai-Marchiennes-Denain Mise en place des recommandations BHRe en SSR S.A.S Clinique Saint Roch Cambrai-Marchiennes-Denain M.A BEIRNAERT, Pharmacien Journée régionale d information - Prévention du risque infectieux en SSR Mardi

Plus en détail

PREVENTION DES CHUTES DE LA PERSONNE AGEE PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE EN SERVICE DE SOINS DE SUITE

PREVENTION DES CHUTES DE LA PERSONNE AGEE PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE EN SERVICE DE SOINS DE SUITE PREVENTION DES CHUTES DE LA PERSONNE AGEE PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE EN SERVICE DE SOINS DE SUITE Baguer Morvan. 1er forum HSTV 11 octobre 2012 HISTORIQUE DU PROJET 2006 UN CONSTAT «Sur 12 millions

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente La vaccination antigrippale des professionnels de santé Quelques chiffres Grippe et Vaccination Mythes et réalités E Seringe Arlin Idf Journée Ehpad 3/04/2014 Quelques idées reçues (IR) IR1. Maladie peu

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse

Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse La Charte à été élaborée par la commission d accueil et de prise en compte des personnes en situation de handicap du CHU de Toulouse, en collaboration avec

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT Thème ANCIENNES DISPOSITIONS NOUVELLES DISPOSITIONS Appellation Hospitalisation sur demande d un tiers Soins psychiatriques sur demande d un

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

TITRE PROFESSIONNEL SECRETAIRE-ASSITANT(E) MEDICO-SOCIAL(E)

TITRE PROFESSIONNEL SECRETAIRE-ASSITANT(E) MEDICO-SOCIAL(E) TITRE PROFESSIONNEL SECRETAIRE-ASSITANT(E) MEDICO-SOCIAL(E) PROGRAMME DE FORMATION TITRE PROFESSIONNEL (Secrétaire assistant(e) médico-social(e)) Le(a) secrétaire médical(e) exerce son activité dans les

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN ISOLEMENT SEPTIQUE AUX URGENCES C.H. NEUFCHATEAU 10/06/08

MISE EN PLACE D UN ISOLEMENT SEPTIQUE AUX URGENCES C.H. NEUFCHATEAU 10/06/08 MISE EN PLACE D UN ISOLEMENT SEPTIQUE AUX URGENCES C.H. NEUFCHATEAU 10/06/08 MISE EN PLACE D UN ISOLEMENT SEPTIQUE AUX URGENCES M.O. de la mise en œuvre d un isolement septique M.O. de la recherche des

Plus en détail

Service de Gastro-entérologie

Service de Gastro-entérologie Livret de présentation Service de Gastro-entérologie POLE DES SPECIALITES CHIRURGICALES Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph 185 rue Raymond Losserand 75674 Paris cedex 14 www.hpsj.fr Téléphone Standard

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé

L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé Programme initié dans le cadre du plan douleur 2006 2010 et des mesures en faveur de la bientraitance des personnes âgées en établissement.

Plus en détail

Les ressources médicales et non médicales nécessaires au bon fonctionnement des structures d'urgence (Samu, Smur, Service des Urgences, UHCD)

Les ressources médicales et non médicales nécessaires au bon fonctionnement des structures d'urgence (Samu, Smur, Service des Urgences, UHCD) Les ressources médicales et non médicales nécessaires au bon fonctionnement des structures d'urgence (Samu, Smur, Service des Urgences, UHCD) Samu-Urgences de France Ressources Médicales 2 Principes :

Plus en détail

Premières étapes d une étude en gériatrie : à la recherche de solutions différentes

Premières étapes d une étude en gériatrie : à la recherche de solutions différentes Premières étapes d une étude en gériatrie : à la recherche de solutions différentes Dr Negar Sedghi, Dr S. Kleinlogel, Mlle S. Chevalley, Dr K. Fonmartin Pr M. Gonzalez Service de Pathologie Professionnelle

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

squadra Présentation de Squadra Gestion Ensemble établissons de nouvelles règles... SQG PRÉS 100610

squadra Présentation de Squadra Gestion Ensemble établissons de nouvelles règles... SQG PRÉS 100610 squadra G E S T I O N Présentation de Squadra Gestion Ensemble établissons de nouvelles règles... SQUADRA ASSURANCES a développé sa plate forme de gestion: SQUADRA GESTION. Ses équipes dédiées partagent

Plus en détail

ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DES PERSONNELS SOIGNANTS DANS 4 EHPAD DE LA RÉGION DE FRANCHE-COMTÉ

ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DES PERSONNELS SOIGNANTS DANS 4 EHPAD DE LA RÉGION DE FRANCHE-COMTÉ ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DES PERSONNELS SOIGNANTS DANS 4 EHPAD DE LA RÉGION DE FRANCHE-COMTÉ Journée IDEC Besançon 2 octobre 2012 A. LUCAS, Consultant CNEH LA MISSION CNEH Evaluer les organisations

Plus en détail

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte Contexte Recommanda)ons françaises pour la préven)on de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux an)bio)ques émergentes» (BHRe), 2013 Preven&ng emergent and highly resistant bacteria

Plus en détail

Benchmark Bénéfices. «Comment concurrencer l attractivité des multinationales» Christophe Jodry HR solutions, Directeur

Benchmark Bénéfices. «Comment concurrencer l attractivité des multinationales» Christophe Jodry HR solutions, Directeur Benchmark Bénéfices «Comment concurrencer l attractivité des multinationales» Christophe Jodry HR solutions, Directeur Olivier Mettler Risk & Insurance solutions, Directeur Alberto Aliprandi Pension Fund

Plus en détail

LES MODES D ACCUEIL EN EHPAD

LES MODES D ACCUEIL EN EHPAD LES MODES D ACCUEIL EN EHPAD CONSTANCE NEYEN C ENTRE HOSPITALIER DE S EDAN JOURNÉE RÉGIONALE 0 1 OC TOBRE 2 015 PARCOURS DE SANTÉ DES P ERSONNES ÂGÉES EN RISQUE DE P ERTE D AUTONOMIE L EHPAD DE GLAIRE

Plus en détail

Fiche de procédure : modalités pratiques pour la gestion des déclarations SOFCAP

Fiche de procédure : modalités pratiques pour la gestion des déclarations SOFCAP Mise à jour : juin 2015 Fiche de procédure : modalités pratiques pour la gestion des déclarations SOFCAP L assurance statutaire : SOFCAP Vous avez adhéré au contrat-groupe d assurances SOFCAP en vue de

Plus en détail